Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63Littérature et télévisionInstitutions littéraires et audio...

Littérature et télévision

Institutions littéraires et audiovisuel en Belgique

Entretien avec Jean-Marie Klinkenberg et Benoît Denis
Selina Follonier et David Martens

Texte intégral

  • 1 Jean-Marie Klinkenberg, «  L’analyse institutionnelle de la littérature en Belgique francophone   (...)

1L’analyse institutionnelle de la littérature a, depuis les travaux pionniers de Pierre Bourdieu et de Jacques Dubois, affirmé sa place parmi les modèles heuristiques dans les études littéraires. «  Considérer la littérature comme une institution, c’est l’appréhender dans ses usages, et l’affirmer comme tributaire d’une insertion historique et sociale1  »  : c’est sur ces termes que s’est ouvert un numéro de Textyles paru en 1999, consacré à l’analyse institutionnelle de la littérature francophone en Belgique. Le directeur du dossier, Jean-Marie Klinkenberg, professeur émérite de sémiotique et de rhétorique à l’Université de Liège, a publié, avec Benoît Denis, professeur de littératures françaises et francophones au sein de cette même université, un essai sur la littérature belge d’expression française qui est devenu un ouvrage de référence  : La littérature belge  : précis d’histoire sociale (2005). Nous avons interrogé les deux auteurs sur la place des médias audiovisuels dans leur champ de recherche.

Comment évaluez-vous la place des médias audiovisuels dans la vie littéraire en Belgique francophone  ? On connaît l’importance de la presse et beaucoup d’études ont été réalisées sur le rapport entre littérature et presse. Pour l’audiovisuel, il n’y a quasiment rien. Peut-on compter les médias audiovisuels, au même titre que la presse, parmi les institutions supra-littéraires, pour reprendre un terme d’Alain Viala  ?

Jean-Marie Klinkenberg  : Je vais commencer par dire que si les échanges ont été soutenus entre le monde littéraire et la télévision, le rôle des institutions françaises y a été prédominant. Dans toute la vie culturelle belge, l’attention à la littérature a souvent été orientée par les médias français. La chose est d’autant plus vraie s’agissant de médias qui exigent une infrastructure relativement solide  : la presse n’est pas la télévision parce que cette dernière demande des équipements plus lourds… La présence de la littérature à la télévision belge a par conséquent toujours été relativement faible. La véritable question qui se pose consiste à se demander pourquoi, au moment où on a eu une institutionnalisation un peu plus solide de la littérature belge, à partir des années 1980 donc, la télévision n’a guère suivi. Je n’ai pas de réponse. Bien sûr, il y a eu des tentatives. Je me souviens par exemple très bien que, avant 1980 déjà, il y a eu des tentatives pour adapter des nouvelles fantastiques belges à la télévision, de Jean Ray, de Marcel Thiry… Mais des émissions sur la littérature, il n’y en a guère eu, même si certains acteurs de la télévision ont eu à titre personnel des rapports avec les lettres.

Benoît Denis  : Il me semble clair que, depuis l’après-guerre, en Belgique, il s’est produit une forte consolidation de cette institution littéraire autour d’une convergence entre le journal Le Soir et l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique. Le Soir constitue, dans ses pages cultures et littéraires, une sorte de moniteur de la littérature qui s’écrit en Belgique. Les journalistes et chroniqueurs du quotidien prêtent une attention très soutenue à la littérature belge – comme à la littérature française d’ailleurs – mais le journal rend aussi compte de l’existence de ce relais institutionnel qu’est l’Académie. En outre, le Prix Rossel est décerné par le groupe qui possède Le Soir. Il y a donc là une convergence qui solidifie fortement les choses et qui a longtemps constitué le «  visage  » de la littérature belge. La meilleure preuve est que Jean Tordeur, qui était patron des pages culturelles du Soir, est devenu secrétaire perpétuel de -l’Académie. Jacques De Decker – décédé récemment – a suivi à peu près le même cheminement, après avoir été engagé au Soir par Tordeur  : il est entré à -l’Académie, avant d’en devenir le secrétaire perpétuel. Ce socle, encore actif aujourd’hui, représente partiellement l’institution littéraire en Belgique en ce qu’elle perpétue pour partie l’héritage de la grande période néoclassique des années 1950 et 1960. Ce qui est curieux, comme le dit Jean-Marie Klinkenberg, c’est que dans les années 1980, quelque chose comme une «  contre-institution officielle  » s’est mis en place à partir de la création de la Communauté française de Belgique, avec le service de la Promotion des Lettres. Toutefois, le média audiovisuel n’a pratiquement pas été investi par ces forces émergentes qui se rassemblaient autour du terme de «  belgitude  » et autour d’une nouvelle attention portée à la littérature belge. Pourquoi cela ne s’est-il pas produit  ? Cela ne tient peut-être qu’au fait que les bonnes personnes ne se sont pas trouvées ensemble au bon endroit et au bon moment, mais on ne peut pas dire qu’il n’y avait pas de rapports possibles. Quelqu’un comme Robert Stéphane, qui a dirigé la RTBF pendant ces années-là, était tout de même le beau-frère de Jacques Dubois, qui était aux commandes pour la collection Espace Nord. Il n’est pas vrai qu’il n’y avait pas de connexions. Il y en avait et elles étaient possibles et exploitables. Mais elles n’ont pas débouché sur la création d’une émission littéraire majeure qui aurait promu les auteurs belges.

2Jean-Marie Klinkenberg  : Le mystère porte à la fois sur cette période qui commence en 1980, et qui est marquée par la Promotion des Lettres, mais aussi sur celle qui précède. Benoît Denis a bien analysé le rôle du Soir, qui a été le promoteur de la littérature écrite en français en Belgique. Mais il était étonnant de voir le jeune Jacques De Decker, à un moment où il était encore loin d’être secrétaire perpétuel de l’Académie, apparaître fréquemment à la télévision et ne pas faire de lien entre sa présence télévisuelle et le rôle qu’il s’assignait déjà à ce moment-là comme animateur de la littérature belge. On peut se demander pourquoi il n’a pas pris alors la mesure de l’importance des médias audiovisuels. D’autre part, comme le dit très bien Benoît, le lien ne s’est pas établi non plus lors de la création de la Promotion des Lettres, alors qu’il y avait des opportunités. Outre Robert Stéphane, il y avait aussi Jacqueline Aubenas qui était à la RTBF, était très engagée et connaissait très bien le monde du théâtre. Ces liens, personnels, n’ont pas donné lieu à une véritable institutionnalisation.

Ou à une inscription dans une forme de continuité  ? Jacques De Decker, par exemple, a été présentateur d’une émission qui s’appelait Écritures au milieu des années 80. Il est également intervenu dans des documentaires. De manière générale, on constate que dans les documentaires, il y a beaucoup d’entretiens avec des spécialistes et des universitaires.

Jean-Marie Klinkenberg  : Je pense que d’autres médias ont été concernés à l’époque, mais peut-être pas, comme à la télévision ou à la radio, avec des interviews d’écrivains et de spécialistes de la littérature. On a commencé par donner la parole aux universitaires à partir des années 1980. Le lien avec le cinéma n’est pas tout à fait central dans vos préoccupations, mais il n’empêche qu’on peut dire que la relation a été mieux établie – plus solidement et de manière plus durable – avec le monde du cinéma. Le premier court-métrage des Dardenne, par exemple, est l’adaptation d’une pièce de théâtre d’un écrivain belge, René Kalisky. (Les frères Dardenne avaient à l’époque contacté Marc Quaghebeur pour lui demander conseil quant à des pièces dont ils pourraient s’inspirer). Ce lien existait aussi à travers de jeunes cinéastes comme Thierry Michel ou Jean-Jacques Andrien…

Comment s’explique, à votre avis, ce lien plus étroit avec le cinéma  ?

Benoît Denis  : Il faut dire que, quand ces structures s’inventent dans les années 1980, c’est souvent une affaire de personnes. Ce sont quelques personnes qui sont là et qui par leur dynamisme personnel ou leurs zones d’intérêts, lancent la machine. Dans le cas du cinéma, c’est Henry Ingberg qui pilote l’affaire. Je pense que la Communauté française, aujourd’hui Fédération Wallonie-Bruxelles, n’a jamais eu les moyens d’une politique culturelle très développée. Dès lors et forcément, on n’a jamais développé que des bouts de structures, sans nécessairement connecter tous les secteurs les uns avec les autres. Il s’est fait que cela a pris dans le domaine du cinéma, et que celui-ci, sur le modèle français, a toujours présenté une forte référence littéraire.

Jean-Marie Klinkenberg  : Mais même cet investissement de la littérature par le cinéma n’a pas été spectaculaire, car il ne s’est pas institutionnalisé. J’ai longtemps siégé à la Commission des Lettres, où Benoît m’a rejoint à un certain moment et y est toujours. Certains membres de cette Commission souhaitaient valoriser notre travail, qui est entre autres de recommander des achats de livres au Ministère. L’idée était que, puisque nous sommes au courant de tout ce qui s’écrit, nous sommes bien placés pour identifier ce que nous pourrions proposer au cinéma en matière d’adaptation. Plusieurs fois, nous nous sommes dit  : notre travail trimestriel pourrait consister non seulement à opérer nos sélections, mais aussi à proposer quelques titres aux intervenants du monde cinématographique. Mais c’est une idée qui n’a jamais débouché sur une action concertée ou solide. Cela montre que la relation entre le monde du cinéma et le monde de la littérature ne s’est jamais cristallisée.

Benoît Denis  : Il me semble que la situation est un peu différente aujourd’hui. La chaîne publique, la RTBF, qui est le principal le lieu où la littérature se dit et se montre dans le secteur audiovisuel, au sens restreint du terme, a été le lieu d’émergence de toute une génération nouvelle de journalistes culturels et littéraires qui ont pris en charge la littérature dans une vision souvent très élargie  ; il s’agit de gens qui ont le même genre de bagage culturel qu’un écrivain comme Thomas Gunzig par exemple, c’est-à-dire un mixte assumé et distinctif de haute culture et de culture de masse (cinéma de série B, rock, jeux vidéo, etc.). Cette culture très contemporaine fait place à la littérature, mais dans des émissions qui traitent de toutes les formes d’expression artistique. À la radio, c’est très sensible autour d’un journaliste comme Jérôme Colin. À la télévision, c’est un peu moins net avec Thierry Bellefroid, qui anime notamment les émissions Livrés à domicile ou Sous couverture, qui constituent, me semble-t-il, un lieu où la littérature belge se montre et s’expose. Cela étant, et ainsi configurées, les émissions culturelles radiophoniques ou télévisées ne sont pas le lieu où va se manifester ce que le monde universitaire – qui a peu ou prou façonné la conception «  Promotion des Lettres  » de la littérature – identifie comme la fine pointe de la littérature avancée. On n’entend guère Jean-Philippe Toussaint participer à ces émissions qui tiennent un petit peu du talk-show. On n’y voit pas non plus Savitzkaya. C’est un autre type de littérature qui est aujourd’hui appelé à exister à la radio et à la télévision. Cela donne d’ailleurs lieu à la création d’un univers littéraire qui est lui-même paramétré pour ce type d’émissions, pilotées ou animées par des journalistes culturels qui sont eux-mêmes devenus écrivains et publient souvent en France et à Paris. Naguère, certain observateur très bien informé de la littérature belge, qui ne voyait pas cette évolution d’un bon œil, soutenait que les maisons d’édition parisiennes qui publiaient ces journalistes-écrivains cherchaient avant tout à s’assurer de relais dans les médias belges francophones. Je ne sais pas si l’explication est la bonne, mais elle atteste d’une chose  : il y a une position de pouvoir nouvelle qui s’est construite dans les médias, position qui challenge le partage traditionnel entre l’Académie/Le Soir et la Promotion des Lettres/l’université.

Ce phénomène ne concerne-t-il, à votre avis, pas aussi les écrivains français  ?

Benoît Denis  : Je l’imagine, mais en Belgique, le phénomène paraît particulièrement net car le milieu reste assez restreint, produisant immédiatement des effets de microcosmes. Ce qui n’empêche pas que certaines des personnes concernées se sont révélées des écrivains intéressants. Je pense à quelqu’un comme Sébastien Ministru. Je trouve que c’est quelqu’un qui mérite vraiment d’être considéré, à la fois dans son travail de journaliste, comme médiateur culturel, et comme écrivain. Je trouve qu’il y a là une rencontre intéressante. Cela a créé une sorte d’effet de convergence avec un certain type de littérature  : je pense par exemple à Adeline Dieudonné ou à Thomas Gunzig. Le passage de ces écrivains au statut de chroniqueur, qui est tout de même une des formes alimentaires très exploitables aujourd’hui du métier littéraire, se fait par conséquent presque sans douleur ou sans rupture. Cela fonctionne en sens inverse avec Ministru ou Myriam Leroy, chroniqueuse qui commence à publier des romans au Seuil. Cette forme d’échanges crée, me semble-t-il, un nouveau microcosme qui a le même caractère un peu fermé que pouvait avoir l’association de l’Académie, du Soir et du Rossel. Il y a les mêmes effets de bulles qui se reconstituent et qui sont, dans le fond, des caractéristiques très belges. Ce fonctionnement par bulles relationnelles, ou réseaux, vient de ce qu’on n’a pas, comme en France, un champ littéraire avec des positions très structurées qui se définissent les unes par rapport aux autres, mais plutôt une juxtaposition de cercles.

Jean-Marie Klinkenberg  : Ce phénomène de bulle qui se manifeste dans les médias reconnus – radio, télévision – est évidemment renforcé par le fait que c’est là par excellence le mode de fonctionnement culturel contemporain. On ne peut pas nier le fait que tout fonctionne aujourd’hui par les réseaux sociaux. Sur Facebook, si on est «  ami  » avec Rossano Rosi ou Philippe Marczewski, on est mis au courant de leurs publications et interventions. Leurs fans sont là aussi… C’est la même chose avec Armel Job, pour prendre des exemples parmi les plus opposés qu’on puisse trouver. Aujourd’hui, les fidélisations fonctionnent ainsi. Dans ce cadre, la critique devient une espèce de critique immédiate. Aujourd’hui, c’est surtout sur Facebook qu’on retrouvera quelqu’un comme Nicolas Ancion, qui a toujours été extrêmement sensible à son insertion médiatique. Je crois que les nouveaux médias et les réseaux sociaux renforcent cette manière de fonctionner.

Benoît Denis  : J’ajouterais que, dans cette situation, les journalistes voient leur métier changer. Dans les années 1960 ou 1970, un journaliste culturel du Soir se sent investi de la mission de communiquer au grand public ce que les sphères cultivées ont élaboré, pour le dire de manière un peu schématique. Aujourd’hui, ces journalistes culturels sont à l’affût de ce qui se passe ailleurs, par exemple sur les réseaux sociaux, parce qu’ils se disent que c’est là qu’ils vont trouver les choses nouvelles et que ce qui est intéressant aujourd’hui passe le plus souvent sous le radar des institutions. D’où le fait que, alors que la Fédération Wallonie-Bruxelles ne reconnaît pas comme écrivain «  subsidiable  » ou susceptible de bénéficier d’aides les auteurs issus de l’autoédition, j’ai déjà à plusieurs reprises entendu parler de livres autoédités à la RTBF. Ce phénomène contribue donc même à redessiner les contours de la chose littéraire légitime. La position de ceux qui pensent que c’est l’édition à compte d’éditeur qui fait un véritable livre de littérature et un véritable auteur est de plus en plus fragilisée. La politique des sociétés d’auteurs et des sociétés de droits, comme la SCAM, est en train de s’ajuster à ces nouvelles réalités. Des médias agiles comme la radio et la télévision, mais surtout la radio, agissent beaucoup plus vite sur ces questions. C’est là, me semble-t-il, que les choses nouvelles se passent aujourd’hui.

Donc, vous voyez les médias audiovisuels moins comme reflet de la production littéraire que comme un second univers de productions littéraire qui a des réflexes circulaires  ? Avec des effets de légitimation pour la télévision elle-même  ?

Benoît Denis  : Oui, avec une littérature qui se construit à l’image de ce que ce médium fabrique de manière générale. Par exemple, je pense que la question du style est évacuée aujourd’hui chez bien des écrivains de cette génération. Par contre, la question d’une écriture à effet est extrêmement importante. Prenons le modèle de la chronique radiophonique, qui implique des effets de rythme et de construction très précis et codés. Cela se transpose chez tous ces écrivains dans leurs livres  : on y rencontre exactement le même travail sur les rythmes, la recherche d’effets, une maîtrise très aiguë et très fine de toutes ces formes de scénarisations, mais pas du tout l’invention d’un style qui fait que, quand on ouvre un livre, on se dit  : voilà, je sais que c’est d’un tel ou d’une telle. Ce qui compte ici, c’est la «  pulsation  », une certaine manière de soutenir l’attention du lecteur, de la relancer sans cesse, pour éviter de le perdre. Je pense que c’est pratiquement le médium audiovisuel, tel qu’il fonctionne aujourd’hui en relation avec l’espace numérique, qui crée cette littérature plus qu’il ne la découvre. Je pense qu’il s’agit vraiment un phénomène de production.

Cela résonne avec ce que certains chercheurs, qui ont travaillé sur les émissions littéraires en France, ont pu observer quant à la manière dont les médias audiovisuels favorisaient un «  retour de l’auteur  ». Ces médias favorisent manifestement la mise en avant d’une littérature autobiographique. L’effet d’incarnation de la présence télévisuelle semble plus propice dans ce type de publication que dans celui, par exemple, de la poésie.

Benoît Denis  : Tout à fait. La littérature telle que la concevait René Julliard a certainement trouvé son «  lieu  » dans une émission comme Cinq colonnes à la une.

Jean-Marie Klinkenberg  : Bernard Pivot avait déjà opéré ce tournant sur la personne de l’auteur en convoquant des écrivains qui témoignaient d’une destinée très particulière et en les assistant dans leur propre mise en scène  : parfois, on voyait telle écrivaine tricoter, tel autre habillé avec un vêtement surprenant  ; il s’agissait dans tous les cas d’insister sur l’originalité de la personnalité autant que sur son texte. C’est là un pli qui est définitivement pris. J’essaie de ne pas regarder beaucoup la télévision, surtout en ces temps de pandémie, parce qu’elle me déprime trop, mais l’émission à laquelle je reste fidèle, c’est 28 minutes, sur Arte  : or, il y a souvent un écrivain ou une écrivaine qui y est convoqué(e), mais c’est toujours la valeur du témoignage qui est mise en avant  : sa personne, son destin, son caractère exemplaire…

Benoît Denis  : La capacité de la littérature à générer et à imposer son propre système de valeurs à l’ensemble du lectorat potentiel a quand même très fortement baissé dans la littérature contemporaine. La littérature en tant que pourvoyeuse d’une autorité propre, capable d’imposer ses propres codes et logiques de distinction, est en train de disparaître. Je ne le consulte que de manière très anecdotique, mais un site comme Babelio est un trésor pour les chercheurs qui travaillent sur les questions de réception et de lecture, parce que c’est vraiment un laboratoire où s’élaborent de nouvelles façons d’appréhender la littérature, très éloignées des formes savantes ou instituées. Ces nouvelles façons trouvent sur ce site des formes d’expressions qui, me semble-t-il, finissent par se codifier et par codifier la manière dont on parle d’un livre. Une forme de démocratie de la littérature, dans tous les sens du terme, s’établit, mais elle se fait vraiment a priori contre la vision savante ou cultivée qui a pu dominer pendant très longtemps. Les éditeurs ont l’œil sur ces phénomènes. Je pense qu’ils regardent cela de manière très précise, non pas simplement pour repérer ceux ou celles qui publient de la fanfiction sur l’internet et qui voudraient ensuite publier un livre, mais pour sentir ce que le public cherche et attend.

Dans ce contexte, la question d’une identité littéraire nationale, dont on sait qu’elle a été prépondérante à certaines périodes de l’histoire littéraire, est-elle encore présente ou au contraire totalement dépassée  ?

Jean-Marie Klinkenberg  : J’ai l’impression que c’est une problématique dépassée. Elle a eu son importance, mais c’est un peu comme s’il y avait eu un combat à mener et qu’il était gagné. Aujourd’hui, ce n’est plus du tout une préoccupation dominante. Je ne le vois pas en tout cas.

Benoît Denis  : Oui, et en même temps, il me semble qu’on est revenu par certains côtés au xixe siècle, dans le sens où tout un discours circule, qui tend à stéréotyper certains traits d’identités belges… Quand on dit que les Belges ont la tête surréaliste, cela me fait mourir de rire… Pourtant, il y en a qui y croient dur comme fer parmi les écrivains et les journalistes… Le mot qui revient tout le temps est «  décalé  ». Être belge, c’est faire des livres, des films, des chansons qui sont un peu «  décalés  ». En même temps, ces stéréotypes qu’on remet en circulation ne sont guère interrogés.

Jean-Marie Klinkenberg  : Oui, c’est bien ce que je voulais dire  : tout cela n’est plus un objet de débats. Le problème continue d’exister, mais sous forme de stéréotypes. Mais attention  : ce ne sont pas les mêmes qu’au xixe siècle. On ne dit plus aujourd’hui que le Belge est un mystique et qu’il est en même temps charnel. Et de nouveaux stéréotypes sont apparus, comme cette idée de surréalisme. J’ai écrit un petit chapitre là-dessus dans mes Petites mythologies belges, pour me moquer de ces poncifs qui ne se discutent pas, qui sont comme une sorte d’arrière-fond admis.

Le contexte numérique contribue probablement à modifier la donne. Avec Internet, d’autres communautés de références se construisent. La question de l’identité ne se pose plus de la même manière. Cela contraste avec la situation des années 1980 et 1990, où il semble qu’il y ait eu une quantité importante de documentaires réalisés par le service public pour rendre compte de l’histoire littéraire du pays. On peut se demander si c’est lié au médium  : la télévision en tant qu’institution nationale, contrairement à la dimension internationale d’internet. Avez-vous été sollicité vous-même pour ce type de documentaire  ?

Jean-Marie Klinkenberg  : Dans les années 1980, on m’a effectivement sollicité à plusieurs reprises. Il m’est arrivé d’être interviewé, plus en radio qu’à la télévision. À la télévision, il s’agissait plutôt de débats, sur la culture wallonne notamment… Mais j’y étais souvent pour des questions culturelles générales et pas spécialement littéraires. Bien sûr, j’apportais parfois des références littéraires quand je devais répondre à telle ou telle question mais, dans mon souvenir en tout cas, cela ne correspondait pas à un véritable mouvement de fond, et cela n’a marqué ni mes étudiants, ni mes collègues.

Les années 1980 coïncident manifestement avec le développement de l’institutionnalisation de la belgitude, avec notamment le travail des AML qui se met en place sous la houlette de Marc Quaghebeur.

Jean-Marie Klinkenberg  : Bien sûr. N’oublions pas que c’est un moment belge important, parce que des facteurs locaux interviennent, mais il y a eu aussi des facteurs internationaux qui ont permis la redécouverte de petites cultures  : on écoute de la musique celtique, on écoute de la musique latino-américaine, c’est l’époque du «  small is beautiful  ». C’est en même temps – cela se produit juste après le premier choc pétrolier – le moment où des questions existentielles se posent, notamment en termes identitaires. Ce mouvement est universel, mais il y a évidemment une spécificité belge, liée aux refontes institutionnelles de l’époque. Ces transformations débouchent sur des questionnements  : le francophone, de manière le plus souvent implicite, se demande «  qui suis-je  »  ? Il y a donc une conjonction de problématiques universelles et locales  : quel impact a la massification et, en tant que collectivité de dimensions réduites, que pouvons-nous faire dans cet univers unifié  ? Les deux questionnements ne sont pas distingués dans les interventions des intellectuels à ce moment-là  ; ils sont imbriqués.

Benoît Denis  : Je crois qu’il faut aussi considérer l’histoire de la RTBF. Le moment où l’afflux de moyens financiers était un peu démesuré – je ne dis pas sans fin, mais on pouvait dépenser beaucoup à la radio et à la télévision belges – va s’interrompre. C’est encore une fois Robert Stéphane qui gère le moment où l’on passe d’une vie sur un grand pied à une situation de crise. C’est à ce moment-là que les émissions à vocation patrimoniale ont disparu. Il faudrait aussi mesurer l’impact de la création d’Arte, à laquelle la RTBF contribue, et déterminer comment la RTBF calibre sa contribution à Arte. Est-ce qu’elle est là pour lui donner des documentaires sur «  du belge  » et faire connaître «  du belge  »  ? Et dans ce cas, de quoi s’agit-il  ? Essaie-t-elle au contraire de produire des documentaires qui auraient une portée internationale  ? «  Les héros sont éternels  » par exemple. C’était une série d’émissions qui avait été faite avec Jacques Dubois par la RTBF. À partir du moment où on entre dans des logiques de gestion financière un peu serrée, et de partenariats, quels sont les choix et les arbitrages qui sont faits  ? J’imagine qu’avant 1980, il va de soi qu’on peut faire un beau documentaire sur Michel de Ghelderode, avec des marionnettes… Sans l’avoir vu, je vois à peu près ce que cela pourrait donner en noir et blanc…

Jean-Marie Klinkenberg  : Il me semble que je le vois bien aussi…

(Rires)

Benoît Denis  : Mais, à un moment, il est évident que ce n’est plus faisable. Mais par quoi remplacer cette formule lorsqu’Arte devient le lieu de la haute culture  ? À un moment, il y a eu un décrochage RTBF/Arte avec une émission littéraire. Cela a seulement duré quelques années. Cela s’appelait Cinquante degrés Nord (quand la Belgique s’exporte, on met toujours du «  Nord  » quelque part…). Le journaliste de la RTBF qui animait cette émission était Éric Russon et ce décrochage belge sur Arte a pris la forme d’un talk-show, forme relativement classique du genre, mais sans jamais se limiter à la seule littérature, puisque BD, cinéma ou théâtre étaient bien présents.

En Belgique, il me semble que nous n’avons jamais eu de politiques – même aux grandes heures de la Communauté française, si je puis dire –, déterminées par la mission de dire que «  la Belgique existe  » et qu’«  il existe une littérature belge, à laquelle nous devons nous identifier  ». Je crois que cela n’a jamais existé en Belgique. C’est totalement étranger à la manière nationale de fonctionner. Les Belges ne se mirent jamais qu’au miroir de leur succès à l’étranger…

Dans ce registre, le premier entretien de Jacques De Decker avec Jean-Philippe Toussaint commence pratiquement sur cette question-là. On parle en premier lieu du succès parisien.

Benoît Denis  : Bien sûr. La Palme d’Or des frères Dardenne au cinéma, l’équipe nationale de foot quand elle fait des résultats… Cela repose toujours sur même schéma  : c’est seulement quand les autres – et en particulier ici les Français – viennent nous dire «  pas mal, intéressant, nouveau, singulier, étonnant  », que tout d’un coup on se met à prendre les choses au sérieux et à s’identifier un petit peu. Ce mécanisme est pratiquement éternel. On peut y associer un autre, qui est la déploration de l’écrivain belge face à une société belge qui ne le considère pas. À partir du moment où les médias audiovisuels sont un des vecteurs principaux de cette reconnaissance sociale, un écrivain belge va nous dire «  non, on ne s’occupe pas de nous, on ne s’intéresse pas à nous…  ». Mais cela date de 1831 ou, mettons, de 1832, bien avant la télévision.

Une dernière question pour revenir sur ce qui a été dit à propos de l’implication de l’Académie dans le système médiatique. Pensez-vous que la perte de vitesse de la «  grande littérature  » que peut-être cherche encore à incarner l’Académie, fait qu’elle a perdu une partie de sa connexion avec ce monde actuel, un monde qui est passé à autre chose et répond davantage au fonctionnement des «  nouveaux médias  »  ?

Jean-Marie Klinkenberg  : Je pense que Benoît a donné une réponse à cette question en faisant observer qu’à un certain niveau du moins, il y avait eu une répartition tout à fait nouvelle de la légitimité. À la fois dans les pratiques institutionnelles et dans les écritures littéraires, qui ont été fortement modifiées par l’esthétique de la chronique… À un deuxième niveau, les éditeurs se sont emparés de cette nouvelle donne et ne sont plus eux-mêmes les vecteurs de la légitimité. On peut prendre l’exemple de Gallimard. Il y a quelques années, en mettant sa couverture sur un texte, Gallimard faisait entrer ce texte dans l’histoire de la littérature. Maintenant, Gallimard, cela date  ; sa légitimité se dilue. Et les grands médias ont changé aussi… Le temps où le journaliste disait le beau et le vrai est tout à fait passé. Je pense qu’il y a eu une dilution, une répartition nouvelle en tout cas, dans la mesure où cette légitimité s’est parcellarisée, comme les pratiques d’écritures, éditoriales, médiatiques. L’Académie n’est qu’un élément de ce tout. La légitimité qu’elle pouvait avoir, relativement faible déjà, ne peut que se dissoudre davantage dans un tel contexte.

Benoît Denis  : Oui, sans compter évidemment que, dans les années 1980, tout ce qui se construit autour de la Promotion des Lettres et du type de littérature qu’elle encourage est au fond très largement une littérature «  anti-académique  » ou «  anti-Académie  », qui s’efforce de se retrouver du côté de la novation, voire de la subversion, avec des petits côtés avant-gardistes. Mais, qu’est-ce que c’est une avant-garde institutionnalisée subventionnée par l’État  ? Jacques Dubois a écrit des choses très intéressantes sur ces paradoxes. C’est d’ailleurs tout à fait contemporain du ministère Jack Lang sous François Mitterrand. Ce moment où l’État se met à vouloir subventionner une culture de rupture ou une création de rupture n’est pas du tout propre à la Belgique. Quel sens cela peut avoir et quel animal cela crée-t-il  ? Le «  révolutionnaire institutionnel  », voilà un curieux paradoxe, très présent dans toutes les littératures fortement subsidiées… Même si l’après-guerre avait déjà vu une coexistence parfaitement pacifique du néoclassicisme et du post-surréalisme, on se retrouve avec ces deux identités (académisme vs novation) qui sont dos à dos tout au long des années 80 et 90, avec parfois des petites connexions. Car on ne peut pas dire que tout cela soit totalement cloisonné. Le successeur de Marc Quaghebeur à la fonction de conseiller littéraire au Ministère de la Communauté française, Jean-Luc Outers, a marché vers l’Académie pendant toute sa politique.

Jean-Marie Klinkenberg  : Pour toi et pour beaucoup d’autres, Jacques De Decker est évidemment le parangon des institutionnels. Mais n’oublions pas qu’il apparaissait d’abord comme étant hors de cet univers. Lorsqu’on a commencé à parler de Pierre Mertens et de lui comme «  académisables  », ça a été presque un coup de pistolet dans un concert. Comment sont-ils devenus des figures exemplaires du monde académique, l’un et l’autre  ? Dans un premier temps, ils incarnaient plutôt cette littérature qui était en train de se faire à côté et en dehors de l’Académie. Le germe du paradoxe était déjà là.

Benoît Denis  : Il faut ajouter que, depuis une dizaine d’années, une autre forme de littérature est en train d’apparaître, une littérature qui vise un public différent de l’habituel lecteur lettré compétent. Cette littérature apparaît en des lieux qui ne sont plus strictement littéraires. Elle établit une connexion entre la littérature, les aires urbaines, le slam, certaines formes de performances ou de spectacles, des interventions militantes… On voit bien que les voies intéressantes qui sont en train d’émerger viennent de ces lieux qui ne sont plus tout à fait résumables ou synthétisables par le mot «  littérature  » et qui fonctionnent complètement dans un circuit qui est celui du bouche-à-oreille, d’internet et tout ce que cela implique. Là, il y a vraiment quelque chose de nouveau…

  • 2 Pinel (Élodie), «  Le succès du roman policier français  », dans Études, n°  4267, janvier 2020, (...)
  • 3 Michele Morselli propose une riche étude sur les rapports entre quête d’identité et récit policie (...)

Merci beaucoup d’avoir pris le temps pour cet échange et de nous proposer ces éclairages particulièrement intéressants sur l’interconnexion entre le monde audiovisuel et les autres sphères institutionnelles. On voit que tout cela fonctionne en réseaux par grandes tendances qui parfois dépassent le seul cadre envisagé. L’auteur exploite une des tendances du roman policier contemporain qui «  ne célèbre pas les héros, mais les ratés  ; il ne propose pas de modèles à admirer et à imiter, ne brandit pas les criminels comme des antimodèles mais pose un regard lucide et désabusé sur l’humanité telle qu’elle est2  ». François Emmanuel confesse ainsi que ce Tueur mélancolique est bien plus sentimental que criminel, ce qui justifie tous les atermoiements du narrateur et les détournements des codes policiers mis en œuvre dans ce roman, bien plus une quête d’identité qu’une enquête (de police)3.

Haut de page

Notes

1 Jean-Marie Klinkenberg, «  L’analyse institutionnelle de la littérature en Belgique francophone  : où en est-on  ?  », in Jean-Marie Klinkenberg (dir.), «  L’institution littéraire  », Textyles, n°  15, 1999, URL  : https://journals.openedition.org/textyles/1021.

2 Pinel (Élodie), «  Le succès du roman policier français  », dans Études, n°  4267, janvier 2020, p. 93.

3 Michele Morselli propose une riche étude sur les rapports entre quête d’identité et récit policier chez François Emmanuel, avec des exemples et extraits complémentaires à ceux présentés ici. Voir Morselli (Michele), «  En quête du soi. Formes et pratiques du roman policier chez François Emmanuel  », dans Le Monde de François Emmanuel, Bruxelles, AML éditions, coll. Archives du Futur, 2022, p. 143-154.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Selina Follonier et David Martens, « Institutions littéraires et audiovisuel en Belgique »Textyles [En ligne], 63 | 2022, mis en ligne le 31 janvier 2023, consulté le 03 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/textyles/6150 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.6150

Haut de page

Auteurs

Selina Follonier

Université de Lausanne & FNS

Articles du même auteur

David Martens

KULeuven

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search