Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63Littérature et télévisionMariages, adaptation télévisée du...

Littérature et télévision

Mariages, adaptation télévisée du roman de Charles Plisnier (RTB, 1977)  : du contexte de production à l’élaboration du scénario

Christian Janssens
p. 37-51

Texte intégral

  • 1 Précédemment, nous avons analysé Mariages sous l’angle de la spécificité du discours télévisuel, (...)
  • 2 L’étude porte sur l’agencement du scénario. Elle ne concerne pas l’esthétique de l’image et du so (...)

1Dans le cadre de ses missions de service public, la RTB (Radiodiffusion Télévision belge) a produit dans les années 1970 plusieurs adaptations de romans d’auteur·trice·s. belges. Dans cette étude, nous examinons le cas de Mariages, une transposition sous forme de feuilleton télévisé de cette œuvre de Charles Plisnier1. Faisant le choix d’un nouvel angle d’investigation, nous tentons de rapprocher analyses externe et interne, de relier les contextes institutionnel et culturel avec l’élaboration du scénario, l’ensemble étant situé dans une période précise de l’histoire de la télévision2.

  • 3 Plisnier (Flore), Inventaire des archives de la Radiodiffusion Télévision Belge (RTB), 1928-1985, (...)
  • 4 Fonds Teff Erhat, Archives & Musée de la Littérature, ISAD 00067. Nous remercions Laurence Boudar (...)
  • 5 La documentation est constituée de photocopies d’originaux  ; elles nous ont été remises par le r (...)

2Depuis peu, un nouvel instrument de recherche et une nouvelle source ont permis de relancer la recherche sur cette œuvre. D’une part, les archives de la RTB, déposées aux Archives générales du Royaume, ont fait l’objet d’un inventaire réalisé par Flore Plisnier publié en 20173  ; celui-ci permet d’explorer un fonds extrêmement dense qui, même s’il est lacunaire, fournit des informations inédites sur l’organisation et le fonctionnement de la télévision belge. D’autre part, le fonds Teff Erhat, du nom du réalisateur de Mariages, a été déposé aux Archives & Musée de la Littérature en 20194  ; il comprend une trentaine de scénarios, dont une version annotée de Mariages. À ces deux fonds principaux, nous joignons une documentation relative aux versions antérieures au scénario définitif5.

La Section Dramatique du Service Dramatique et Littéraire (RTB, années 1970)

  • 6 Les autres services sont  : Enquêtes et reportages, Musique-Variétés-Jeux, Films-Feuilletons, Édu (...)

3En 1976-1977, les émissions françaises de la RTB sont placées sous la responsabilité hiérarchique de, respectivement  : la Direction générale (Robert Wangermée), la Direction des programmes télévisés (André Massinger), la Direction artistique (Henri Billen). Cette dernière compte sept services, parmi lesquels le Service Dramatique et Littéraire6.

  • 7 Historiquement, l’adaptation de pièces de théâtre est l’activité majeure de la Section  ; elle es (...)
  • 8 Histoire d’un oiseau qui n’était pas pour le chat, réalisation de Jean-Jacques Péché, scénario de (...)

4Le Service Dramatique et Littéraire comprend deux sections. L’une est la Section Littéraire qui produit des magazines culturels traitant de la littérature, mais aussi des arts plastiques, de la danse, de la bande dessinée, etc. Elle est, semble-t-il, un des lieux principaux de la médiatisation des auteur·trice·s et des artistes belges, avec des émissions telles que Sept sur Sept, Ce que parler veut dire, Arts-Hebdo ou Styles. L’autre est la Section Dramatique, dont les activités sont par ordre d’importance  : la captation de spectacles vivants dans les principales salles de théâtre belges, avec ou sans public  ; l’adaptation de pièces de théâtre7  ; la mise en scène de scénarios originaux pour la télévision8  ; l’adaptation de romans ou de nouvelles.

  • 9 «  La section dramatique pense qu’après avoir prospecté, en vain, le théâtre et le roman belge[s] (...)
  • 10 [Note sur] Les écrivains belges à la télévision année 1970, s.d., p. 1-2, dans RTB, 8024 (AGR)   (...)

5Cette dernière activité est la plus limitée, les agents de la Section étant d’avis que les romans ou les nouvelles d’auteurs belges, susceptibles d’être transposés à la télévision, sont en nombre restreint9. Dans la première moitié de la décennie, la collection Télé-Mystères réunit les adaptations d’auteurs de grande production tels que Stanislas-André Steeman (Le Démon de Sainte-Croix, L’Ennemi sans visage, Les Atouts de Monsieur Wens, Le Mannequin assassiné, 1970) ou Paul Kinnet (Le Coup du soir, 1972)10. Parmi les auteurs de production restreinte, deux sélections seulement  : Franz Weyergans (L’Opération, 1973) et Maud Frère (Les Jumeaux millénaires, 1974).

6Par la suite a lieu un changement de politique. En novembre 1975, le directeur des programmes Massinger organise un séminaire de réflexion, auquel participent Wangermée, Billen, le chef de la Section Dramatique Étienne Samson, et plusieurs réalisateurs, dont Erhat. Wangermée trace les lignes directrices  :

  • 11 Service Dramatique et Littéraire, Rapport sur le séminaire de réflexion organisé le 5 novembre 19 (...)

7En fait, notre production doit être marginale par rapport aux productions achetées ailleurs par la télévision (comme les grands films du commerce, les feuilletons et autres productions de fiction à gros budget). Il faut éviter de vouloir concurrencer ces productions pour se consacrer uniquement à un travail spécifique, sans négliger bien sûr, le téléspectateur que nous devons nous efforcer de satisfaire au mieux, tout en conservant la plus grande qualité possible. Cet objectif n’est pas facile à atteindre11.

  • 12 Wangermée cite comme exemple de «  spécificité  » la captation de spectacles du théâtre wallon.

8Par «  travail spécifique  », le directeur général entend la production de réalisations de culture nationale ou régionale12. Au cours des débats, les participants tombent d’accord pour relancer la recherche d’auteurs belges écrivant des scénarios originaux, ainsi que celle de romans ou de nouvelles qui pourraient être adaptés. Dans le rapport du séminaire, il est mentionné que, lors de la conclusion, Wangermée fait l’intervention suivante  : «  des propositions de réalisations futures, le directeur général retient surtout la série des Plisnier “Mariage” [sic]  » et “Meurtres”  » (p.  6).

9Ces débats de 1975 montrent que la RTB se situe elle-même dans un jeu de concurrence avec d’autres télévisions (et sans doute en premier lieu, la française) et qu’elle entend créer une position en adéquation avec des moyens financiers et techniques moins importants, en se différenciant cependant de ses concurrents par des productions particulières (le «  travail spécifique  »). L’impulsion donnée par ce séminaire semble avoir été suivie. Dans la seconde moitié de la décennie, les adaptations d’auteurs belges sont plus nombreuses, qu’il s’agisse de Plisnier (Mariages, feuilleton, 1977), d’O.-P. Gilbert (Bauduin des mines, téléfilm en deux parties, 1978), de Daniel Gillès (L’État de grâce, 1978), d’Irène Stecyk (Une petite femme aux yeux bleus, 1978) ou de Georges Simenon (L’Homme au petit chien, 1979).

  • 13 Jago-Antoine (Véronique), «  Tribulations d’un Prix Goncourt  », dans Charles Plisnier, entre l’é (...)
  • 14 Coste (Geneviève), «  En 1936, “Mariages” fut un des quinze romans les plus lus en France  », dan (...)

10Les critères de sélection ne sont pas explicités par les intervenants. Cependant, il est à relever que plusieurs des romans concernés ont été primés. Le prix Rossel a été décerné aux Jumeaux millénaires, à L’Opération, à Une petite femme aux yeux bleus, tandis que Plisnier a reçu en 1937 le prix Goncourt pour Faux Passeports, auquel a été associé Mariages13. Comme telle, l’idée que le feuilleton commémore l’attribution du Goncourt ou le décès de l’écrivain n’est pas énoncée dans les documents internes de la Section Dramatique, ni dans la presse belge généraliste ou spécialisée. Seul le périodique spécialisé français, Télé 7 Jours, précise  : «  Un quart de siècle après sa mort, l’adaptation de “Mariages” à la télévision est, sans doute, le plus bel hommage que l’on puisse rendre à Charles Plisnier […]14  ».

La production, les équipes technique et artistique de Mariages

  • 15 Note d’Étienne Samson [Service Dramatique et Littéraire, Section dramatique] à Paul De Mol, Direc (...)
  • 16 Service Dramatique et Littéraire, Mariages de Charles Plisnier. Planning tournages. Réalisation T (...)
  • 17 L’adaptation déplace l’action du nord de la France à Mons  ; ce déplacement n’est pas accompagné (...)

11La décision définitive d’adapter Mariages date probablement de fin 1975. Une note de la Section Dramatique précise que le «  découpage  » – sans doute la première version du scénario – a été effectué entre décembre 1975 et janvier de l’année suivante, la continuité dialoguée complète étant prévue fin mars, le tournage à partir de juin15. Dans les faits, celui-ci se déroule un peu plus tard, d’août à novembre16. Censée se dérouler en 1930 à Mons, l’action est filmée en divers lieux  : le château de Jumet, près de Charleroi, l’Hôtel Métropole ou le Musée Van Buuren, à Bruxelles17.

  • 18 Étienne Samson (1920-1997). Éléments du parcours professionnel dans L’Annuaire du spectacle (scap (...)
  • 19 Arsène Lupin, feuilleton, saison 1, 13 x 55’, 1971 ; La Feuille d’érable, feuilleton, 13 x 55’, 1 (...)

12Le producteur Étienne Samson vient du théâtre  : il joue sur scène du milieu des années 1940 au début des années 1970  ; plus tard, il apparaît dans des rôles secondaires à la télévision (Les Galapiats) ou au cinéma (Isabelle devant le désir)18. Entre-temps, entré à la RTB, il est devenu producteur et dirige la Section Dramatique. Il a déjà mené à bien la collaboration avec des télévisions étrangères, par exemple lors des feuilletons Arsène Lupin ou La Feuille d’érable19.

  • 20 Estimation pour la France, trente-deux millions  ; Canada, cinq et demi  ; Suisse, un. Voir Commu (...)

13Son expérience a pu compter dans le cas de Mariages, qui est une coproduction entre télévisions publiques francophones  : la RTB (Belgique), TF1 (France), la SSR (Société Suisse de Radiodiffusion et télévision) et la SRC (Société Radio-Canada). Ces instituts publics sont rassemblés dans la Communauté des télévisions francophones, laquelle encourage les coproductions, en mettant en avant les possibilités budgétaires accrues, de même que la diffusion élargie. Pour les quatre pays, le nombre de téléspectateurs francophones potentiels est estimé à une quarantaine de millions, alors que la Belgique n’en compte que deux et demi20. Les archives ne contiennent pas de traces du budget de Mariages, ni de la répartition entre coproducteurs, mais l’apport de la RTB est sans doute prépondérant vu le fait que l’équipe technique et presque la totalité de l’équipe artistique sont belges.

  • 21 Teff (Tevfik) Erhat (1938-2019). Éléments biographiques dans [Curriculum vitae, annexe au scénari (...)
  • 22 En 1968, Colmant et Erhat reçoivent une Antenne de cristal pour la réalisation partagée des Anges (...)
  • 23 Le Renard à l’anneau d’or, feuilleton, 13 x 26’ ou 26 x 13’, réalisation de Teff Erhat, coadaptat (...)

14Le réalisateur et coadaptateur Teff Erhat a fait partie de la première promotion de l’Institut des arts de diffusion (IAD)21. Diplômé en 1962, il entre la même année à la RTB, devient l’assistant de Jean-Louis Colmant, puis réalisateur à part entière22. Il réalise, et parfois scénarise ou adapte, essentiellement pour le Service Dramatique et Littéraire, mais aussi pour d’autres services. Ainsi, pour le Service Films, il a déjà réalisé le feuilleton tiré du roman de Nelly Kristink, Le Renard à l’anneau d’or23.

  • 24 Sur José-André Lacour (1919-2005), voir le catalogue de l’exposition «  José-André Lacour, le cam (...)
  • 25 L’Année du bac, film, prod. CICC, Bertho Films, Carlton Film, réalisation et scénario Maurice Del (...)

15Le coadaptateur et dialoguiste José-André Lacour est installé à Paris depuis 1945  ; il y a développé une œuvre multiple autour du roman, du théâtre et du cinéma24. Ses principaux succès sont alors la pièce L’Année du bac et le roman La Mort en ce jardin, adapté au cinéma par Buñuel. Outre ses créations personnelles, il est adaptateur pour le théâtre – entre autres d’Ouragan sur le Caine, d’Herman Wouk –, ou encore scénariste pour le cinéma et la télévision25.

16L’équipe artistique est composée essentiellement d’actrices et d’acteurs belges, tels que Nadia Gary, Suzanne Colin ou Jean-Marie Deblin, bien connus dans les frontières nationales pour leurs prestations au théâtre, parfois à la télévision ou au cinéma. Ayant joué un temps dans le cinéma français, Roger Dutoit est un familier des scènes et de la télévision belges. En revanche, le rôle principal de Fabienne est attribué à la Française Chantal Nobel  ; celle-ci est en début de carrière et elle n’a pas encore acquis la notoriété qui sera la sienne avec La Lumière des justes ou Châteauvallon.

Une forme de la fiction à la télévision dans les années 1970  : le «  mini-feuilleton  » à thème familial

  • 26 Benassi (Stéphane), Séries et feuilletons T.V.  : pour une typologie des fictions télévisuelles, (...)

17Les formes de la fiction à la télévision sont, selon Stéphane Benassi, le téléfilm, le feuilleton et la série26. Les produits les plus proches de leur modèle théorique sont dits «  canoniques  », ceux qui s’en éloignent sont qualifiés d’«  hybrides  », tels que le feuilleton sérialisant ou la série feuilletonnante. Le feuilleton canonique est quant à lui défini comme un récit divisé en épisodes d’égale durée  ; chaque épisode n’est pas bouclé et appelle le suivant  ; le récit est bouclé à la fin du dernier épisode. Assurément, Mariages est un feuilleton canonique, comme le montre son découpage analysé ci-après. Par ailleurs, il possède des marqueurs propres à l’époque de sa production et de sa réalisation  : il est un «  mini-feuilleton  » et développe un thème familial.

  • 27 Sur le «  mini-feuilleton  » et le «  feuilleton de prestige  », voir Benassi (Stéphane), «  Séri (...)
  • 28 Lundi 24 et 31 octobre, 7 et 14 novembre 1977, à 19 h 59 ou 54. Voir Rapports de régie de continu (...)

18En analysant les formes de la fiction à la télévision dans une perspective historique, on peut remarquer que dans les années 1950 et 1960, la forme dominante du feuilleton comprend un grand nombre d’épisodes de courte durée (26 x 13’), diffusés en avant-soirée comme produits d’appel pour le journal télévisé. Dans la décennie suivante, la tendance est de produire des feuilletons avec moins d’épisodes (5-6), destinés à être programmés après les informations. D’après Benassi, le «  mini-feuilleton  » est un produit haut de gamme, à distinguer néanmoins du «  feuilleton de prestige  », lequel est comparable aux superproductions dans le domaine du cinéma27. Mariages s’inscrit dans ce mouvement de «  mini-feuilletons  » à plus haut budget et de plus haute qualité, ou du moins qui prétendent à une plus haute qualité. Il comprend quatre épisodes de soixante minutes, diffusés lors d’une plage valorisée  : sur la première chaîne de la RTB, après le Journal télévisé, en première partie de soirée, pendant quatre lundis successifs de novembre à décembre 197728.

  • 29 Le Pain noir est l’adaptation, non pas du roman de Hubert Krains (1904), mais de la suite romanes (...)

19Dans les années 1970 également, les fictions à thème familial ou généalogique sont bien représentées à la télévision française, et cette thématique a pu influencer la télévision belge. Dans ce type de fiction, la plus connue est le «  feuilleton de prestige  » Les Gens de Mogador, adaptation du roman d’Élisabeth Barbier (ORTF, 13 x 55’, 1972). Mais la décennie compte aussi une série de «  mini-feuilletons  » tels que Mauregard, Les Boussardel, Les Thibault, Le Pain noir29, Au plaisir de Dieu ou Les Dames de la côte. Produites par l’ORTF, puis par TF1 et Antenne 2, il s’agit le plus souvent de suites de cinq ou six épisodes de nonante minutes. Si Mauregard et Les Dames de la côte sont des scénarios originaux, les autres «  mini-feuilletons  » sont adaptés des romans de Philippe Hériat, Roger Martin du Gard, Georges-Emmanuel Clancier ou Jean d’Ormesson. Mariages, adaptation du roman «  familial  » de Plisnier, qui est connu aussi bien en France qu’en Belgique, se place dans cet ensemble de productions caractéristiques d’une période de l’histoire de la télévision.

Du roman Mariages au scénario du «  mini-feuilleton  »

  • 30 Plisnier (Charles), Mariages, Paris, R. A. Corrêa, 1 vol. , 1936  ; Paris, Corrêa, 2 vol. , 1946  (...)
  • 31 En 1936, la publication de Mariages est contemporaine de celle de suites romanesques à thème fami (...)

20Le roman Mariages paraît à Paris chez Corrêa, en 1936  ; le romancier ayant récrit son œuvre, la version définitive est publiée par le même éditeur en 1946, puis reprise dans la collection «  Le Livre de poche  » vingt ans plus tard30. L’histoire est celle de la famille Chardin, propriétaire d’une fabrique de chaussures dans le nord de la France31. Le récit contient la critique d’une certaine classe sociale et des rapports familiaux et conjugaux à travers les deux thèmes principaux  : les heurs et malheurs économiques de la petite entreprise, la vie sentimentale des trois cousines Fabienne, Marcelle et Christa.

21Le roman est divisé en trois parties d’inégale longueur. Le livre 1 «  Doit et avoir  » (374 p.) raconte le déclin de la société sous la direction de Thomas Fraigneux, beau-frère de l’avocat Bernard Chardin, patriarche de la famille. Veuf, Fraigneux a deux enfants  : Didier, attiré par l’aventure coloniale et lassé de l’amour que lui porte sa cousine Marcelle, fille de Chardin, part au Congo  ; Fabienne après plusieurs fiançailles rompues, décide sur le conseil de son oncle de se marier au plus tôt. Elle épouse un employé de son père, Maxime Salembeau, lequel entre dans l’affaire et évince son beau-père. Fraigneux se retire dans le Midi, ruiné.

22Le livre 2 «  Christa  » (225 p.) narre l’échec du couple de Fabienne et de Maxime, de même que les amours heureux de Christa, la cousine rebelle et émancipée, et ceux malheureux de Marcelle, qui mariée sans sentiment, s’épuise dans une succession de liaisons décevantes.

  • 32 Plisnier (Charles), Mariages, vol. 2, p. 447.

23Au début du livre 3 «  Rien à espérer  » (211 p.), dans le Midi, Fraigneux retrouve la sérénité en compagnie de la jeune Rosa. La société est menacée par la désunion entre les époux Salembeau, Maxime et sa maîtresse projetant de s’enfuir à l’étranger avec une partie du capital. Fabienne et Didier, revenu du Congo, déjouent la manœuvre, mais Chardin refuse toute idée de divorce. Mesurant l’impasse où elle se trouve, Fabienne se résout à empoisonner Maxime. Veuve, elle «  redevenait belle de cette sorte de beauté que seuls possèdent les êtres très libres et très forts32  ». Par rapport au roman, lors de l’élaboration du scénario, deux opérations sont ici mises en avant  : le découpage en épisodes, la réduction de chaque épisode à une même durée.

Le scénario  : le découpage en quatre épisodes

24Dans les différentes versions du scénario, le découpage en quatre épisodes est précoce et inchangé  ; il diffère de celui du texte romanesque. Alors que les divisions du roman sont davantage liées au second thème de l’histoire, celui de la vie sentimentale, la segmentation opérée par le scénario est attachée au premier  : il s’agit de marquer les événements-clés de l’entreprise Chardin, de transmettre une information suivie sur les fluctuations que connaît celle-ci, de susciter l’intérêt du spectateur pour l’épisode suivant au moyen d’une image récurrente. Ainsi, les épisodes 1, 2 et 4 se terminent par le plan de l’enseigne de la firme divisée en deux parties  : la moitié supérieure est fixe et porte l’inscription «  Fabrique de chaussures Chardin  », la moitié inférieure peut être disjointe et porte successivement le nom des différents directeurs.

25L’épisode 1 «  Fabienne  » raconte le départ de Didier, la rupture des fiançailles de Fabienne, son mariage avec Maxime Salembeau  ; il se termine par l’enseigne au nom de Thomas Fraigneux, directeur d’une société amoindrie. L’épisode 2 «  Maxime  » est consacré aux débuts du couple Salembeau, à l’éviction de Fraigneux  ; il prend fin par l’enseigne au nom de Maxime Salembeau, jeune et ambitieux directeur qui rénove la fabrique à marche forcée. L’épisode 3 «  Le bonheur  » commence par le séjour de Fraigneux dans le Midi, se poursuit sur la crise du couple Salembeau, avec en contrepoint les vies de Marcelle et de Christa. C’est le seul épisode qui ne se termine pas par le motif de l’enseigne  : en visite chez son père, Fabienne tombe en pleurs sur l’épaule de celui-ci, image-symbole de la crise de l’entreprise et du couple. Dans l’épisode 4 «  La solution  », de retour du Midi, Fabienne provoque la mort de Maxime par empoisonnement  ; l’enseigne est dès lors au nom de Fabienne Salembeau, qui a évité la faillite de la société et qui reprend les rênes de celle-ci pour un avenir meilleur.

Le scénario  : la réduction de chaque épisode à soixante minutes

26Dans cette deuxième opération, contrairement à la première, il faut souligner les tâtonnements et l’exploration de différentes possibilités à travers les trois versions connues du scénario. Un seul exemple est développé ici, mais les transformations qu’il connaît se répètent tout au long du processus d’adaptation.

27L’exemple concerne le segment «  comment Fabienne se procure-t-elle le poison  ?  »  ; il est lié au premier thème, mais aussi au second, celui de la frustration dans le mariage, de l’impasse de la vie sentimentale. Notre hypothèse est la suivante  : la contrainte de réduire l’épisode à soixante minutes, imposée par la forme du «  mini-feuilleton  » programmé dans une plage précise, est l’un des facteurs du changement de stratégie narrative d’une version à l’autre du scénario.

28Dans le roman, la stratégie narrative consiste en un enchaînement de scènes relativement courtes, dans le passage d’un lieu à l’autre, d’un personnage à l’autre. Par exemple, au début du segment étudié, Fabienne et Didier ont découvert les preuves que Maxime projette de fuir le pays  ; ils prennent conseil auprès de leur oncle Chardin qui détaille les moyens juridiques de s’y opposer, tels que l’assignation en séparation de biens et l’opposition sur les comptes en banque, mais il refuse catégoriquement le divorce. La suite des événements est racontée de la façon suivante  :

29Charles Plisnier, Mariages, Livre 3 «  Rien à espérer  », vol. 2, p. 360-404

  • 33 «  [Didier]  : Tu ne dis rien, toi  ! Tu… / [Fabienne] – À quoi bon  ? Nous sommes bien au-delà d (...)

30360-364 – [Fabienne et Didier dans le bureau de l’oncle Chardin.] Dans la voiture, brève conversation entre Fabienne et Didier33. Retour de Fraigneux du Midi.

31365-382 – Séparation entre Marcelle et son amant Gérard.

32383-388 – Visite de Didier à Fabienne. Didier la quitte, Fabienne se couche. Rêve de Fabienne. Lever et départ de Fabienne.

33388-396 – Visite de Fabienne au docteur Vallée. Elle lui vole des ordonnances. Maxime est furieux de l’assignation en séparation de biens. Restée seule, Fabienne falsifie les ordonnances. À Paris, elle achète le poison dans une pharmacie.

34397-398 – Retour de Fabienne de Paris en train.

35398-404 – Message de Maxime à Fabienne. Dans la chambre de Fabienne (les époux font chambre à part), fausse réconciliation [suivie de l’empoisonnement de Maxime].

  • 34 Erhat (Teff), Mariages. Synopsis, dactyl., 1975-1976 (Notre documentation).

36La première version du scénario contient un ensemble de huit feuilles, titré «  Synopsis  », dactylographié et signé Teff Erhat34. Il s’agit plus précisément d’un traitement, constitué de scènes numérotées, avec l’estimation de la durée de chacune d’elles dans la marge de droite. Pour le segment analysé, la transposition est la suivante  :

37258. Oncle. Procédure d’assignation en séparation. Refus divorce.

38259. Sortie de chez l’oncle  : Didier part télégraphier [à Fraigneux].

39260. Cauchemar de Fabienne 1’

40261. Réveil en sueur 45’’

41262. Fabienne caresse les cheveux de Nicole qui dort 30’’

42263. Nuit de Fabienne 45’’

43264. Lever du jour  : décision. Fabienne commence à se préparer 1’

44265. Petit déjeuner  : Fabienne confie Nicole à Didier 40’’

45266. Vol des feuillets d’ordonnance 1’ 05”

46267. Rédaction des fausses ordonnances 1’

47268. Pharmacie [à Bruxelles ou à Charleroi] 1’ 30”

48269. Retour en train (dernières hésitations) 30’’

49270. Fabienne transvase le poison 25’’

50271. Cave  : Fabienne fait disparaître les traces 25’’

51272. Retour de Maxime furieux. Télégramme [réponse] de Fraigneux.

52273. [Chambre Fabienne  : fausse réconciliation, suivie de l’empoisonnement]

  • 35 Au cours de l’ensemble du processus d’adaptation, l’intrigue est resserrée autour de Fabienne et (...)

53Dans ce segment, la stratégie narrative du roman est globalement reprise sous la forme de scènes courtes accompagnées du passage d’un lieu à l’autre (le bureau de l’oncle Chardin, la chambre de Fabienne, le cabinet du docteur Vallée, la pharmacie, le train). Le contenu est sensiblement le même. Toutefois, l’action est resserrée autour du personnage de Fabienne35  ; entre autres, la conversation dans la voiture entre Fabienne et Didier est supprimée. La durée du segment est estimée à 9’ 35”.

  • 36 [Mariages. Continuité dialoguée], man., s.d. (Notre documentation).

54Quant à la deuxième version du scénario, elle est une continuité dialoguée, très incomplète, car elle ne comprend qu’en partie les épisodes 2 «  Maxime  » et 4 «  La solution36  ». Elle se présente comme une liasse de feuilles manuscrites, sans mention d’auteur. Deux écritures s’y superposent  : la première en caractères petits et serrés est celle de José-André Lacour  ; la seconde plus large, qui apparaît dans les surcharges et dans les biffures, est probablement celle de Teff Erhat ou d’un autre intervenant non identifié.

55En ce qui concerne le segment analysé, c’est dans cette version qu’est introduite une nouvelle stratégie narrative  : la succession de petites scènes en plusieurs lieux est supprimée  ; l’action se déroule en une seule séquence et en un seul lieu  ; une «  mise en situation  » est ajoutée par l’intermédiaire d’un objet (le flacon de poison)  ; la réaction des personnages à cette situation est signifiée par le dialogue et le geste. Bien que le minutage ne soit pas mentionné, la narration est plus rapide.

56[Retranscription de deux feuilles manuscrites, p. 35-36]

57Séquence 179

58Intérieur de la voiture de Maxime. Fabienne et Didier. Didier est au volant. Les essuie-glaces balayent difficilement la pluie. On roule en silence, plongé dans ses pensées. Du dos de la main, Didier essuie le pare-brise qui s’embue. Il observe Fabienne à la dérobée… Elle est immobile…

59Il ouvre la boîte à gants, prend un linge pour essuyer la vitre. Un petit flacon roule par terre.

60Didier (essuyant le pare-brise) Oh  ! pardon.

61(Fabienne a ramassé le flacon et le regarde – C’est le flacon de forme très caractéristique qu’elle a fourré là le matin où elle est allée prendre Marcelle chez le Docteur Vallée [souligné dans le texte])

62Fabienne (perplexe)  : Qu’est-ce que ce truc  ? «  Probamate de Bilarziol  »

63Didier  : Ça me dit quelque chose [Didier explique que c’est un poison] Jette ça, hein  ? C’est un foutu poison.

64Fabienne ouvre son sac et y met le flacon [souligné dans le texte]. On fond.

65À relever que la conversation dans la voiture entre Fabienne et Didier, présente dans le roman, supprimée dans la première version du scénario, est ici réintroduite et développée  ; elle prend une importance narrative originale. C’est aussi une scène en mouvement où Didier exerce un rôle actif par le geste et la parole. Enfin, le dispositif fait appel à la mémoire du spectateur  : le flacon a déjà été vu précédemment, comme il est souligné dans le texte.

  • 37 RTB, Service Dramatique et Littéraire, Mariages. Premier-Quatrième volet [épisode], dactyl. et an (...)

66La troisième version du scénario est constituée de quatre brochures agrafées, une par épisode37. Ce sont des continuités dialoguées dactylographiées portant en couverture l’indication du producteur «  RTB. Émissions françaises. Service de la Télévision. Service Dramatique et Littéraire  », du réalisateur Teff Erhat, des coadaptateurs Teff Erhat et José-André Lacour et du dialoguiste José-André Lacour.

67Les exemplaires conservés sont vraisemblablement ceux du réalisateur, car la couverture du premier épisode porte la mention manuscrite «  Erhat  ». Sur les pages de droite, les textes dactylographiés sont accompagnés de nombreuses notes, modifications et biffures manuscrites, tandis que les pages de gauche comportent aussi des annotations de mise en scène, de placement de la caméra, etc. L’ensemble apparaît comme un document de travail ayant servi à la répétition avec les acteurs, au tournage, voire au montage. Il peut être considéré comme la version définitive du scénario.

68La description du segment analysé est la suivante  :

69Mariages, Quatrième volet [épisode] «  La Solution  », p. 303

70Séquence 180 [ajout manuscrit, durée estimée  : «  1’ 05”  »]

71(La voiture vient s’arrêter sous le préau qui sert de garage, dans la cour de l’usine… Didier tire le frein à main, coupe le moteur… Un temps, puis lentement on bouge un peu, on refait surface…)

721112. Didier

73Je peux te laisser  ?

74(Fabienne hoche la tête)

75J’ai envie de questionner Bolailler… Peut-être que lui… [ajout manuscrit  : «  pourra nous aider  »]

76(Il regarde sa sœur qui reste là, sans réaction. Il lui tapote la main puis quitte la voiture en direction de l’usine… Lentement, Fabienne bouge, s’apprête à sortir de la voiture… Soudain, elle se souvient des documents qui se trouvent dans la boîte à gants… Elle s’en empare… Son regard s’arrête  : elle a vu le flacon que Marcelle avait «  emprunté  » au Docteur Vallée…

77Elle réfléchit un instant, essayant de retrouver la provenance du flacon… Puis, machinalement, elle le met dans son sac à main […] et quitte la voiture.)

78Dans cette dernière version, la voiture est à l’arrêt, le rôle actif de Didier est diminué au profit de celui de Fabienne, qui met elle-même la main sur le flacon. La rapidité de la narration est augmentée par l’économie des dialogues  : la tirade de Didier sur le poison est supprimée, ses paroles se réduisent à un court monologue. En revanche, les gestes et le regard de Fabienne gagnent en importance et fournissent l’information nécessaire au spectateur.

  • 38 Plisnier (Charles), Mariages, vol. 2, p. 386.

79À la page suivante du scénario, une séquence 180 bis, écrite à la main, a été ajoutée  : «  Salle de bain. Fabienne place le flacon dans la pharmacie, s’arrête devant la glace, enlève son chapeau. Crise de larmes et de nerfs [durée estimée] 1’  ». Absente des versions précédentes, cette séquence a effectivement été filmée et se retrouve dans le montage final. Elle est l’exemple d’une modification liée à la répétition avec les acteurs, aux circonstances du tournage. Ce qui n’empêche pas qu’elle ait pu être inspirée par le passage du roman qui décrit Fabienne se réveillant de son rêve  : «  [Elle] se levait, faisait tout ce qu’il se pouvait de lumière, touchait une carafe, allait se pencher sur la glace, tâchait de lire dans ses yeux […]38.  »

  • 39 Détail de la durée estimée  : Séquence 179. Voiture en mouvement [Fabienne et Didier, sans dialog (...)

80Concernant le segment «  comment Fabienne se procure-t-elle le poison  ?  », entre la première et la troisième version, le changement de stratégie narrative a amené une considérable réduction de la durée de narration  : de neuf minutes et demie, celle-ci est passée à un peu plus de deux minutes39. Cette stratégie se répétant, elle a permis, avec la suppression de scènes de transition lors du montage, d’atteindre l’objectif de réduire l’entièreté de l’épisode 4 «  La Solution  » à soixante minutes.

Conclusion

81À l’aide de cette étude de cas, l’adaptation de Mariages par la RTB en 1977, nous avons tenté de relier analyses externe et interne, d’étayer l’hypothèse d’une pression de facteurs externes sur l’élaboration du scénario. Dans le même temps, nous avons esquissé une proposition d’ordre méthodologique.

82Lors de la première étape, nous avons cherché à décrire le contexte institutionnel et le jeu de la concurrence entre institutions  : la RTB, institut de télévision publique, dont une des missions est la diffusion de la culture nationale, est concurrencée ou influencée par d’autres télévisions (en particulier la française). Ce premier contexte permet de comprendre le choix du roman de Plisnier, sans qu’il soit nécessaire de tomber dans le déterminisme mécanique, l’éventail des possibles restant ouvert. Dans la deuxième étape, nous avons examiné le contexte culturel, à savoir l’évolution des formes télévisuelles dans une perspective historique  : dans les années 1970, le «  mini-feuilleton  » à thème familial ou généalogique est en phase d’accroissement. La troisième étape a consisté à saisir en quoi cette mise en forme télévisuelle transforme la narration de l’histoire déjà racontée sous forme littéraire. Nous avons mis en avant l’opération du découpage en n épisodes selon la logique de l’image récurrente et celle de la réduction de chaque épisode à une même durée.

83En particulier, concernant cette dernière opération, il faut souligner l’importance du minutage. D’une part, la télévision est un média de flux où se succède une suite de plages déterminées par avance (la grille des programmes)  ; d’autre part, les mentions de minutage dans les marges du scénario étudié montrent que cet impératif est pris en compte dans différentes versions de celui-ci. En comparant ces versions, nous formulons l’hypothèse que la contrainte de narrer l’histoire dans le même temps écourté est un des facteurs (externes) du changement de la stratégie (interne) de narration  : le rythme de celle-ci est accéléré par la construction d’un nombre plus restreint de séquences où les personnages réagissent à une mise en situation davantage par le geste et le regard que par la parole.

Haut de page

Notes

1 Précédemment, nous avons analysé Mariages sous l’angle de la spécificité du discours télévisuel, dans «  L’adaptation des auteurs belges à la télévision  », dans Aron (Paul), dir., Textyles, nº 8, Surréalismes de Belgique, 1991, p. 315-322.

2 L’étude porte sur l’agencement du scénario. Elle ne concerne pas l’esthétique de l’image et du son.

3 Plisnier (Flore), Inventaire des archives de la Radiodiffusion Télévision Belge (RTB), 1928-1985, I 624, Bruxelles, Archives générales du Royaume, 2017. L’inventaire comprend 9623 entrées.

4 Fonds Teff Erhat, Archives & Musée de la Littérature, ISAD 00067. Nous remercions Laurence Boudart et les archivistes des AML d’avoir autorisé et facilité la consultation du fonds.

5 La documentation est constituée de photocopies d’originaux  ; elles nous ont été remises par le réalisateur Teff Erhat (1938-2019) au moment de l’écriture de l’article de Textyles mentionné ci-dessus (1991).

6 Les autres services sont  : Enquêtes et reportages, Musique-Variétés-Jeux, Films-Feuilletons, Éducation-Science, Jeunesse-Enseignement, Éducation permanente. Voir «  Organigramme de la télévision, 1972-1977  », dans Plisnier (Flore), op. cit., p. 56.

7 Historiquement, l’adaptation de pièces de théâtre est l’activité majeure de la Section  ; elle est à l’origine de sa dénomination. La «  dramatique  », une des premières formes de fiction à la télévision, est le plus souvent une œuvre théâtrale réalisée d’abord en studio et en direct, plus tard en différé ou encore en extérieurs. Dans les années 1970, exemples de «  dramatiques  » (au sens restreint)  : Le Juge de Malte [d’après Denis Marion], 1970  ; Pelléas et Mélisande, réal. Joseph Benedek, 1973.

8 Histoire d’un oiseau qui n’était pas pour le chat, réalisation de Jean-Jacques Péché, scénario de J.-J. Péché et Pierre Mertens, 1974  ; Les Belles manières, réalisation et scénario de Pierre Manuel, 1975.

9 «  La section dramatique pense qu’après avoir prospecté, en vain, le théâtre et le roman belge[s], il y a peut-être des découvertes à faire dans le domaine des nouvelles [de grands auteurs belges]  », dans Compte rendu de la réunion de la Direction générale avec le groupe dramatique du 19 avril 1972, 18 mai 1972, p. 5, dans RTB, 7506 (AGR).

10 [Note sur] Les écrivains belges à la télévision année 1970, s.d., p. 1-2, dans RTB, 8024 (AGR)  ; TV 25, brochure réalisée à l’occasion des 25 ans de télévision en Belgique, Bruxelles, RTBF, Crédit communal de Belgique, 1978, p. 143 et 145 – Les adaptations d’autres auteurs de grande production (Alec Lynes…) ont pu appartenir à la même collection  ; leur datation est incertaine.

11 Service Dramatique et Littéraire, Rapport sur le séminaire de réflexion organisé le 5 novembre 1975 par M. Massinger, 3 décembre 1975, p. 2, dans RTB, 8892 (AGR).

12 Wangermée cite comme exemple de «  spécificité  » la captation de spectacles du théâtre wallon.

13 Jago-Antoine (Véronique), «  Tribulations d’un Prix Goncourt  », dans Charles Plisnier, entre l’évangile et la révolution, études et documents rassemblés par Paul Aron, Bruxelles, Labor, coll. Archives du Futur, 1988, p. 11-18  ; Bodart (Marie-Thérèse), «  Charles Plisnier (1896-1952)  », dans Biographie nationale, Bruxelles, Bruylant, 1965, t. 33, col. 596-601.

14 Coste (Geneviève), «  En 1936, “Mariages” fut un des quinze romans les plus lus en France  », dans Télé 7 Jours, 19 novembre 1977, p. 96.

15 Note d’Étienne Samson [Service Dramatique et Littéraire, Section dramatique] à Paul De Mol, Directeur de la production, [Planning des productions filmées qui seront réalisées en 1976], 12 février 1976, dans RTB, 8900 (AGR).

16 Service Dramatique et Littéraire, Mariages de Charles Plisnier. Planning tournages. Réalisation Teff Erhat [63 jours de tournage, entre le 16 août et le 13 novembre 1976], dans RTB, 8952 (AGR).

17 L’adaptation déplace l’action du nord de la France à Mons  ; ce déplacement n’est pas accompagné par des vues de la ville, mais par le seul carton «  Mons, 1930  ».

18 Étienne Samson (1920-1997). Éléments du parcours professionnel dans L’Annuaire du spectacle (scapin.aml-cfwb.be) et dans l’Internet Movie Database (www.imdb.com).

19 Arsène Lupin, feuilleton, saison 1, 13 x 55’, 1971 ; La Feuille d’érable, feuilleton, 13 x 55’, 1971. Les coproducteurs sont, en tout ou en partie, les télévisions publiques française, belge, suisse et canadienne, parfois associées à des sociétés privées.

20 Estimation pour la France, trente-deux millions  ; Canada, cinq et demi  ; Suisse, un. Voir Communauté des télévisions francophones, XXVIIe session plénière, Montréal, 1er au 5 décembre 1975. Document de travail, p. 137, dans RTB, 9542 (AGR).

21 Teff (Tevfik) Erhat (1938-2019). Éléments biographiques dans [Curriculum vitae, annexe au scénario] Les Derniers beaux jours d’Isaac, 1972, dans Fonds Teff Erhat (AML).

22 En 1968, Colmant et Erhat reçoivent une Antenne de cristal pour la réalisation partagée des Anges de la nuit, d’après Les Mystères de Londres de Paul Féval, premier feuilleton entièrement produit par la RTB.

23 Le Renard à l’anneau d’or, feuilleton, 13 x 26’ ou 26 x 13’, réalisation de Teff Erhat, coadaptation de Jacques Boigelot et Nathan Grigorieff, 1974 – L’activité principale du Service Films-Feuilletons est l’achat de films de cinéma, séries et feuilletons télévisés à l’extérieur de la RTB, ainsi que la production d’émissions autour du cinéma (Le Carrousel aux images)  ; il est alors dirigé par David Lachterman.

24 Sur José-André Lacour (1919-2005), voir le catalogue de l’exposition «  José-André Lacour, le caméléon des Lettres belges  » (Bruxelles, Maison du Livre, 2019).

25 L’Année du bac, film, prod. CICC, Bertho Films, Carlton Film, réalisation et scénario Maurice Delbez et José-André Lacour, d’après la pièce de ce dernier, 1964  ; Mélissa, téléfilm, prod. ORTF, réalisation Abder Isker, coadaptation José-André Lacour et alii, 1968.

26 Benassi (Stéphane), Séries et feuilletons T.V.  : pour une typologie des fictions télévisuelles, Liège, Céfal, 2000  ; Id., «  Sérialité (s)  », dans Sepulchre (Sarah), dir., Décoder les séries télévisées, Bruxelles, De Boeck, 2011, p. 75-105.

27 Sur le «  mini-feuilleton  » et le «  feuilleton de prestige  », voir Benassi (Stéphane), «  Sérialité (s)  », op. cit., p. 84-87.

28 Lundi 24 et 31 octobre, 7 et 14 novembre 1977, à 19 h 59 ou 54. Voir Rapports de régie de continuité, Sept.-Oct. 1977, Nov.-Déc.1977, dans RTB, 9066, 9067 (AGR).

29 Le Pain noir est l’adaptation, non pas du roman de Hubert Krains (1904), mais de la suite romanesque de Georges-Emmanuel Clancier publiée entre 1956 et 1961.

30 Plisnier (Charles), Mariages, Paris, R. A. Corrêa, 1 vol. , 1936  ; Paris, Corrêa, 2 vol. , 1946  ; Paris, Buchet-Chastel, coll. Le Livre de proche, 2 vol. , 1965-1966. Les citations renvoient à cette dernière édition.

31 En 1936, la publication de Mariages est contemporaine de celle de suites romanesques à thème familial telles que Les Thibault (Roger Martin du Gard, 1922-1940) ou La Chronique des Pasquier (Georges Duhamel, 1933-1945).

32 Plisnier (Charles), Mariages, vol. 2, p. 447.

33 «  [Didier]  : Tu ne dis rien, toi  ! Tu… / [Fabienne] – À quoi bon  ? Nous sommes bien au-delà des mots  !  » – Plisnier (Charles), Mariages, vol. 2, p. 363.

34 Erhat (Teff), Mariages. Synopsis, dactyl., 1975-1976 (Notre documentation).

35 Au cours de l’ensemble du processus d’adaptation, l’intrigue est resserrée autour de Fabienne et de Maxime  ; les histoires de Marcelle, de Christa et d’autres personnages sont moins reprises.

36 [Mariages. Continuité dialoguée], man., s.d. (Notre documentation).

37 RTB, Service Dramatique et Littéraire, Mariages. Premier-Quatrième volet [épisode], dactyl. et annotations man., brochure 1-4, s.d., dans Fonds Teff Erhat (AML).

38 Plisnier (Charles), Mariages, vol. 2, p. 386.

39 Détail de la durée estimée  : Séquence 179. Voiture en mouvement [Fabienne et Didier, sans dialogue] 15’’/ 180. Voiture à l’arrêt [Fabienne et Didier, le flacon] 1’ 05”/180 bis Salle de bain [Fabienne, le miroir] 1’ – Total  : 2’ 20”.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Janssens, « Mariages, adaptation télévisée du roman de Charles Plisnier (RTB, 1977)  : du contexte de production à l’élaboration du scénario »Textyles, 63 | 2022, 37-51.

Référence électronique

Christian Janssens, « Mariages, adaptation télévisée du roman de Charles Plisnier (RTB, 1977)  : du contexte de production à l’élaboration du scénario »Textyles [En ligne], 63 | 2022, mis en ligne le 31 janvier 2023, consulté le 03 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/textyles/6153 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.6153

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search