Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63Littérature et télévisionMaurice Carême, l’image familière...

Littérature et télévision

Maurice Carême, l’image familière d’un auteur et celle, rêvée, d’un pays

François-Xavier Lavenne
p. 67-85

Texte intégral

1Et la télévision vint et, avec elle, le rituel de ses émissions littéraires, son pouvoir de mettre un visage sur un livre et de faire entrer un écrivain simultanément dans des millions de foyers. Avec l’apparition de ce média, le monde littéraire connut une profonde évolution et de nombreux écrivains durent prendre acte de l’importance croissante d’un nouveau moyen de communication où il ne suffisait plus de maîtriser les mots ou une image fixe, mais de trouver le geste adapté et la bonne attitude, de savoir se plier aux contraintes spécifiques d’un tournage et aux formats de chaque émission.

2Certains écrivains, déjà habitués à la presse écrite et à la radio, purent ne pas mesurer ce que la télévision allait changer. Maurice Carême est sans doute de ceux-là. Ses archives révèlent un écrivain extrêmement attentif à ce qui se dit sur son œuvre. S’il conserve les coupures de presse, collées dans des cahiers, et tient la liste des émissions radio auxquelles il participe, ses apparitions à la télévision ne semblent pas retenir autant son attention. Plus tard, la fondation qu’il a créée veillera à obtenir des enregistrements de ses interventions radiodiffusées et continuera de dépouiller la presse papier, puis numérique, avec soin, mais la télévision restera toujours dans un relatif angle mort.

  • 1 Ceci nous a été confirmé par Jeannine Burny, secrétaire du poète et présidente de la Fondation Ma (...)

3Ce manque d’intérêt s’explique aisément  : Maurice Carême n’a jamais eu la télévision et ses amis les plus proches ne l’avaient pas non plus1. Sa dernière interview, publiée en janvier 1978 dans Le Soir illustré, laisse même apparaître plus que de l’indifférence, une véritable répulsion envers ce média, que l’écrivain associe à un vecteur de violence  :

4– Cela vous arrive-t-il parfois de devenir méchant vis-à-vis de certaines choses qui vous rebutent  ?

  • 2 «  La dernière interview de Maurice Carême  », dans Le Soir illustré, 26 janvier 1978, p. 42.

5– Oui, contre la télévision par exemple2.

6Il est donc probable que Maurice Carême n’ait jamais vu la plupart des émissions qui lui ont été consacrées.

  • 3 Le temps et les œuvres, émission diffusée par l’INR (Institut national de radiodiffusion) le 13 m (...)
  • 4 Nora (Olivier), «  La visite au grand écrivain  », dans Les Lieux de mémoire II. La nation, sous (...)
  • 5 Maurice Carême tel qu’en lui-même, court-métrage de Geneviève Grand’Ry réalisé en 1977 (copie VHS (...)

7Dans le corpus des archives de la télévision belge conservées à la Sonuma, il faut remarquer que la première interview de Maurice Carême en 1958 fut également sa dernière en plateau3. On l’y voit, un peu figé, en costume cravate, répondre aux questions de Jacques Antoine dans Le Temps et les Œuvres. Si l’entretien est très profond philosophiquement, le ton des réponses de Maurice Carême évoque plus une conférence qu’un dialogue. Ce côté solennel disparaît dans les entretiens suivants. Maurice Carême y abandonne le costume et la cravate, pour son habituel pull à col roulé et parle avec spontanéité, sur le ton de la conversation quotidienne. Il est vrai qu’il est dans son élément. Il ne se déplace plus vers les caméras, il les accueille chez lui ou les laisse l’accompagner dans ses promenades, comme s’il avait l’intuition que le seul format d’émission qui pouvait lui convenir était celui répondant au genre ancien de la visite au grand écrivain4. Par l’entremise de la caméra, les spectateurs sont invités à entrer dans son univers. Le poète n’est certes pas, lui-même, un téléspectateur, mais il semble avoir compris qu’il faut oublier la caméra et lui offrir l’image qui paraît la plus naturelle possible. En outre, il faut noter qu’à part son apparition dans Le Temps et les Œuvres, les reportages consacrés à Maurice Carême sont déconnectés de son actualité éditoriale. L’écrivain ne fait pas la promotion de son dernier livre. Il parle de sa démarche poétique, de sa vie, ainsi que de la Vie et de la Poésie en général, comme s’il sentait que l’on vient voir l’homme qui se trouve derrière l’œuvre, que c’est découvrir «  Maurice Carême tel qu’en lui-même5  », pour reprendre le titre d’un reportage de Geneviève Grand’Ry, qui attise la curiosité du public.

  • 6 Le concept de posture a été développé par Jérôme Meizoz pour désigner la singularité d’un positio (...)

8Les téléspectateurs qui découvrirent Maurice Carême sur l’écran, à partir du milieu des années 1960, y virent une image qui devait correspondre à celle qu’ils s’étaient forgée du poète en lisant ses œuvres. Lorsque la télévision apparaît, l’image auctoriale de Maurice Carême est déjà constituée. Si l’on examine les photographies du poète parues dans les journaux de son vivant, elles peuvent être classées en trois catégories. Tout d’abord, Maurice Carême apparaît souvent dans sa maison avec sa femme, Caprine, et ses animaux dans des scènes du quotidien qui semblent prises sur le vif. Les lecteurs y découvrent une image d’Épinal du bonheur à laquelle ils peuvent s’identifier. Un deuxième groupe d’images montre le poète en train d’écrire dans la nature, au pied d’un arbre, au bord d’une rivière, parfois une fleur à la bouche. Ces photographies donnent à voir l’inspiration de l’écrivain, mais aussi un homme qui est resté fidèle à ses racines malgré son immense succès. Enfin, un dernier type d’images témoigne de la popularité de Maurice Carême auprès du jeune public puisqu’on le voit entouré d’enfants lors de séances de dédicace. Tous ces éléments se retrouvent lorsque l’écrivain passe de l’image figée, imprimée sur papier, à celle, mobile, transmise par le tube cathodique. La télévision a toutefois la faculté de souligner ces composantes en engendrant un effet maximal d’authenticité – un élément central dans la posture auctoriale6 de Maurice Carême.

Maurice Carême, poète de la nature

  • 7 Maurice Carême, poète de la paix par Geneviève Grand’Ry, court-métrage, 1966. Une copie de ce fil (...)

9Le premier des reportages, qui sont moins des entretiens avec Maurice Carême que des moments passés en la compagnie de l’écrivain et de son œuvre, s’intitule Maurice Carême, poète de la paix, réalisé par Geneviève Grand’Ry, en 19667. Maurice Carême se prête à la caméra dans son jardin, puis dans ses promenades dans la campagne brabançonne. Il y apparaît, le béret sur la tête, rêvant dans les sentiers, guettant l’inspiration au sommet d’une colline, cherchant l’endroit propice où écrire. Si la scène est jouée – au contraire des photographies qui sont prises par sa secrétaire, Jeannine Burny, alors que Maurice Carême est réellement en train d’écrire –, elle donne l’illusion pour le téléspectateur d’être plongé dans l’intimité de l’écriture, au plus près de l’inspiration et de voir en direct ce qui est le fantasme de tout lecteur  : le jaillissement du poème.

  • 8 Entretien avec Régine Legrand réalisé en 1977 et diffusé dans l’émission Seniorama  : Le Temps re (...)

10Geneviève Grand’Ry utilise, pour donner cette illusion, un procédé répandu dans les documentaires et reportages consacrés à des poètes  : faire entendre un poème en voix off devant un paysage. La caméra flâne le long d’une rivière, dans le feuillage des arbres ou suit un lapin dans un champ au rythme de la poésie avant de revenir sur l’auteur. Il se crée ainsi une symbiose entre les vers et les images, ce qui souligne l’union de la poésie de Maurice Carême et de la nature. Pour le poète, il ne s’agit pas d’une thématique parmi d’autres, mais du creuset d’où vient la poésie, comme il le souligne dans plusieurs entretiens  : «  Je crois qu’un poète est quelqu’un qui parvient à se fondre dans la nature, à devenir la nature8  ». Le lecteur-spectateur retrouve ainsi, mis en évidence par le montage du son et de l’image, un thème-clef de l’œuvre  : la fusion de l’homme et de l’univers par la grâce de l’élan poétique.

11Tout murmurant de mots à naître,

12Je suis arbre par tant d’oiseaux,

13Rivière par tant de roseaux,

14Village par tant de fenêtres

  • 9 «  Tout murmurant de mots à naître  », dans Images perdues, Bruxelles, Chez l’auteur, 1954, p. 7.

15Que j’ai peine à me reconnaître9.

Maurice Carême, poète de l’enfance

16À ce premier élément constitutif de l’image publique de Maurice Carême s’ajoute l’enfance à laquelle son nom est directement associé dans l’imaginaire collectif. Si les journaux peuvent seulement montrer des enfants réunis autour du poète, la caméra a des possibilités de mise en scène. Dans le reportage de Geneviève Grand’Ry de 1966, Maurice Carême, au cours de sa promenade, aperçoit ainsi un écolier de l’autre côté du chemin. Ils se regardent, étrangement semblables malgré la différence d’âge. Maurice Carême porte en effet son habituel cartable, le sac au dos de ses randonnées poétiques. Leur rencontre muette est accompagnée, en fond, par la lecture, par l’écrivain lui-même, du «  poète et l’enfant  »  :

17Le poète et l’enfant

18– Es-tu poète exprès  ?

19Me demande l’enfant.

20– Mais oui, comme l’on est Lézard ou éléphant.

21– Mais chantes-tu exprès  ?

22Me demande l’enfant.

23– Oui, comme l’ortolan

24Ou le chardonneret.

25– Et pour moi, dit l’enfant,

26Que fais-tu donc pour moi  ?

27– Être encor plus enfant,

  • 10 «  Le poète et l’enfant  », dans La Grange bleue, Paris, Les éditions ouvrières, 1961, p. 9.

28Bien plus enfant que toi10.

  • 11 Seniorama  : Le Temps retrouvé. Hommage à Maurice Carême, 1985.

29Le reportage Le Temps retrouvé. Hommage à Maurice Carême11 use d’un procédé similaire. Sur la musique du générique, une voix féminine dit le poème «  Souviens-toi  » auquel répondent des images d’enfants joyeux jouant dans une plaine de jeux. Ensuite, une interview de Maurice Carême dans son jardin est entrecoupée de poèmes dits par des enfants dans la nature, pendant qu’ils font une ronde dans une prairie ou sont assis sous des arbres. Les pôles de la nature et de l’enfance sont ainsi étroitement liés à l’écran.

  • 12 «  Spécial Foire du Livre de Bruxelles  », émission Bibliothèque, RTB, 24 mars 1971 (Archives Son (...)
  • 13 Double 7, RTBF, 21 mars 1995 (Archives Sonuma).
  • 14 Journal télévisé, RTBF, 21 mars 1977 (Archives Sonuma).

30Le succès de l’œuvre de Maurice Carême auprès du jeune public est aussi souligné lorsqu’on voit le poète lors d’une séance de dédicace à la Foire du Livre12. Si de telles images sont déjà parues dans les journaux, la télévision tente d’aller plus loin et de saisir la complicité du poète et des enfants. Dans l’émission Double 713, on voit Maurice Carême dire des poèmes dans une classe, mais le reportage montre surtout les enfants qui s’approprient ses textes, jouent avec eux en créant des bricolages avant de les mettre en scène. De même, durant le journal télévisé du 21 mars 1977, Maurice Carême est mis en évidence à l’occasion du lancement d’une journée sur l’enfance. On voit le poète entouré d’enfants regarder leurs dessins, rire avec eux avant de confier que «  les enfants ont toujours quelque chose à nous dire de différent de ce que nous attendons14  ».

  • 15 L’écrivain semble associé à la question de l’enfance dans l’esprit des journalistes, comme l’atte (...)

31L’instituteur-poète est également souvent sollicité comme un défenseur de l’enfance ayant un point de vue jugé intéressant sur le système scolaire15. Dans plusieurs émissions, Maurice Carême déplore que l’éducation laisse peu de place à la sensibilité et à l’imaginaire  :

  • 16 Bloc-notes, 26 janvier 1968, 5’10-6’19.

32Les enfants sont toujours poètes. […] Je crois que c’est plutôt l’éducation qui fait des enfants des petits robots. Au fond, je crois que nous fabriquons en série des enfants, peut-être très intelligents, mais qui commencent à manquer un peu d’intuition et de sensibilité. […] Je crois que sur cent heures de cours, à l’heure actuelle, il y a nonante-neuf heures pour le cerveau et une, à peine, pour la sensibilité, et, ça, c’est trop peu. Je crois que nous fabriquons des êtres, dans le fond, un peu déséquilibrés qui courent sur une longue patte d’intelligence et une petite patte de sensibilité. Je crois que nous fabriquons des boiteux en série. Ce serait peut-être une explication de la mélancolie qu’on voit sur la figure si on entre dans le tram, par exemple16.

  • 17 Cette vision critique, qui contraste avec l’image consensuelle d’un poète «  scolaire  », est dév (...)
  • 18 Journal télévisé, RTBF, 21 mars 1977 (Archives Sonuma).
  • 19 Bloc-notes, 26 janvier 1968  ; Signes des temps, 26 septembre 1972  ; Seniorama  : Le Temps retro (...)

33L’erreur de notre civilisation est, selon lui, d’avoir fait primer le rationnel et le pratique sur le poétique, qui est le rapport spontané que les enfants ont au monde17. Maurice Carême peut alors se montrer très dur et n’hésite pas à dire au journal télévisé qu’on «  abîme  » les enfants pour en faire des adultes18. Dans ce contexte, il est souvent amené à raconter ce qui lui a fait découvrir la créativité des enfants et l’a amené à publier, avec ses élèves, Poèmes de gosses et Proses d’enfants19. Il s’empresse alors de dire qu’il ne se considère pas comme un «  poète pour enfants  », mais comme un poète qui, dans une partie de son œuvre, tente de faire vibrer cette âme qui est celle des enfants et survit dans l’adulte. L’enfance est, pour lui, moins une question d’âge qu’une potentialité de l’être qu’il faut sans cesse ranimer en soi pour retrouver la joie et les valeurs essentielles de la vie.

Le poète et le sage

34Aux pôles de la nature et de l’enfance s’en ajoute un troisième qui les complète  : celui de la sagesse et de son corollaire, la vie simple menée par le poète dans la «  Maison blanche  ». L’une des caractéristiques de plusieurs reportages consacrés à Maurice Carême est que les journalistes semblent venir consulter le poète pour recueillir sa vision de la vie. En 1977, Régine Legrand interroge ainsi Maurice Carême sur le secret de son bonheur et de son détachement devant la mort et lui demande avec insistance  : «  Pourquoi cette sérénité  ?  ». Maurice Carême se réclame alors d’une forme de sagesse populaire, mais aussi d’une conception métaphysique nourrie par ses méditations dans la nature. Pour lui, la vie personnelle s’inscrit dans un mouvement plus large, celui de la Vie, la mort faisant partie de son mouvement nécessaire  :

35– [Régine Legrand] Il n’empêche que vous parlez souvent de la mort. Je dirais que vous en parlez avec un détachement qui peut faire envie et que tout le monde ne comprend pas. […] Pourquoi cette sérénité  ? À quoi faut-il l’attribuer  ?

  • 20 Seniorama  : Le Temps retrouvé. Hommage à Maurice Carême, 1985, 17’30-19’07.

36– [Maurice Carême] Et bien, je crois qu’il faut l’attribuer à ce que, quand on est un peu sage ou innocent, la mort, c’est la vie. C’est l’envers de la vie. Je suis vivant donc la mort n’existe pas. Je suis mort, je ne sais plus rien, donc la mort n’existe pas. La mort n’existe que dans notre imagination. En réalité, elle n’est pas là. Je vis. À chaque seconde, je suis éternel. Pour le moment, je suis ancré, installé dans l’éternité, dans une chaîne éternelle. Et quand je mourrai, mon Dieu  !, il y a d’autres chaînons d’éternité qui continuent. […] La mort est une chose merveilleuse. La mort permet de renouveler cet élan vital formidable20.

  • 21 «  Tout est miracle  », dans Le Jongleur, Lausanne, L’Âge d’homme, 2012, p. 61. L’idée est présen (...)
  • 22 Le lien entre l’enfance, la poésie et l’émerveillement devant le miracle de la vie est notamment (...)

37Pour Maurice Carême, «  la vie est un miracle21  ». L’entretien télévisé lui offre la possibilité d’exposer cette conception et d’expliquer que l’homme doit veiller, chaque jour, à retrouver l’émerveillement enfantin devant ce qui l’entoure22. Le bonheur demande, à ses yeux, de se dépouiller des choses matérielles, qui semblent promettre de rendre l’homme heureux, mais sont en fait des entraves, pour revenir à une simplicité profonde.

  • 23 Seniorama  : Le Temps retrouvé. Hommage à Maurice Carême, 1985, 16’00.

38Vous vous apercevez, une fois que vous avez un peu réfléchi à la vie que le bonheur est une chose très simple. Être heureux, mais c’est simple23  !

39Cette aura de sagesse attachée au poète se confirme lorsque la journaliste demande à Maurice Carême  : «  Est-ce à dire que vous avez réussi à percer le mystère de la vie  ?  ». Celui-ci répond que l’homme n’est qu’une infime partie de l’univers dont il ne pourra jamais comprendre les mystères et développe sa vision panthéiste en opposant le Dieu universel des poètes aux dieux personnalisés des religions  :

  • 24 Seniorama  : Le Temps retrouvé. Hommage à Maurice Carême, 1985, 25’09-27’19. Dans l’émission Fémi (...)

40Pour le poète, Dieu et le monde, c’est la même chose. Dieu est le monde. Dieu est partout. Dieu est en moi, donc je suis Dieu. […] Le Dieu dont je parle est cette espèce de force extraordinaire qui fait pousser les plantes, qui fait danser mon chat au soleil. Cette espèce de force vitale qui pousse partout, qui fait qu’un être même très malheureux et souffrant, tient encore à vivre et s’accroche à la vie. C’est ça qu’un poète appelle «  Dieu  ». Plus encore, quand un poète se trouve devant une notion tellement mystérieuse, tellement extraordinaire, tellement hors de sa prise, il n’y a plus qu’un nom à lui donner  : il appelle ça «  Dieu  ». Et c’est pour ça que tous les poètes du monde sont d’accord sur le mot «  Dieu  » […] tandis qu’une religion personnalise le «  Dieu  ». Elle a un «  Dieu  » à elle24.

  • 25 Bloc-notes, 26 janvier 1968  ; Seniorama  : Le Temps retrouvé. Hommage à Maurice Carême, 1985.
  • 26 Féminin présent, 20 décembre 1970.
  • 27 Féminin présent, 20 décembre 1970.

41L’image de l’écrivain, qui se construit par le texte et par l’image, est donc celle d’un homme parvenu à trouver la paix, mais aussi d’un guide qui souhaiterait aider chacun à en faire autant. Son rêve, en tant que poète, est, dit-il, de parvenir à donner de la joie aux autres25. C’est à cet objectif que correspond la partie «  légère  » et lumineuse de son œuvre tournée vers l’enfance, mais aussi, sur le mode de l’introspection et de la contemplation, ses poèmes «  graves  ». Dans les entretiens qu’il accorde à la fin de sa vie, Maurice Carême adopte volontiers la posture d’un éclaireur qui partage, avec ses lecteurs, ses méditations et ce que l’expérience lui a appris. Les reportages qui lui sont consacrés montrent qu’il a acquis, dans la société belge de l’époque, un statut, qui dépasse le cadre de la seule littérature. Ainsi, dans le sujet «  Fêter Noël avec Maurice Carême26  », diffusé en décembre 1970, l’écrivain ne parle-t-il pas de son œuvre – les journalistes ne sont d’ailleurs pas venus l’interroger sur ce sujet –, mais des Noëls de son enfance et de sa conception de cette fête. Il évoque alors le Paradis que chacun peut contribuer à créer autour de soi et souhaite à tous de recevoir l’amour et de le cultiver en eux «  dans ces temps de racisme et de désespérance27  ».

Dans l’intimité de «  l’ami Carême  »

42La force de ces entretiens filmés réside dans le fait que le message de l’écrivain est soutenu par l’image. Le cadre des interviews souligne en effet la simplicité que vante Maurice Carême et cette recherche de la paix dont il parle.

43Dans le reportage de Geneviève Grand’Ry, intitulé précisément «  Maurice Carême, poète de la Paix  », la caméra commence par fixer la façade du 14 de l’avenue Nellie Melba, puis entre dans le jardin par l’allée. Elle rencontre d’abord Caprine qui taille ses rosiers, comme le souligne le commentaire, puis Maurice, assis sous son pommier, qui «  taille ses vers  ». Le spectateur a l’impression d’assister à une scène tirée du recueil Femme (1946) ou de La Maison blanche (1949). À l’écran, la vie et l’œuvre se confondent et Maurice Carême se révèle comme «  l’ami Carême  », pour reprendre un jeu de mots prisé de ses amis, qui deviendra plus tard le titre de l’une de ses anthologies les plus populaires.

  • 28 Livres propos, 19 décembre 1989 (Archives Sonuma).

44Le caractère intime et chaleureux que Maurice Carême donne à ces entretiens est particulièrement évident dans l’émission Seniorama. Il y reçoit la journaliste Régine Legrand comme une amie. Ils sont assis dans le jardin autour d’une table sur laquelle sont posés des cerises, des biscuits, des tasses à café, un bol de lait. Maurice Carême est souriant. Lui que tout le monde voit sous les traits d’un instituteur confie combien il aimait faire l’école buissonnière et rit des stratagèmes dont il usait pour tromper les professeurs. Le même naturel se retrouve dans l’émission Bloc-notes où Maurice Carême accueille l’équipe de Paul Danblon dans la salle à manger de sa maison en compagnie de son épouse, qui répond aux questions en donnant une banane à manger au perroquet Coco. De même, dans le reportage de Livres propos, Maurice Carême est assis sur le muret de son jardin, les mains dans les poches, et s’adresse à un interlocuteur invisible en le tutoyant pour évoquer le mystère de la naissance du poème, qui le surprend toujours28. La constance de cette mise en scène déploie une rhétorique de l’image qui vient soutenir celle du verbe. Le spectateur n’a en effet pas l’impression de voir l’entretien classique d’un écrivain faisant sa promotion. Tout concourt, au contraire, à lui donner l’illusion qu’il pourrait, lui aussi, venir à l’avenue Nellie Melba, simplement pousser la porte du jardin et s’attabler un instant avec le poète pour deviser, avec lui, de la vie et de la poésie en partageant un fruit.

  • 29 Carême (Maurice), «  Notre maison  », dans La Maison blanche, Bruxelles, Chez l’auteur, 1949, p.  (...)
  • 30 «  Mon perroquet  », dans Pigeon vole, Paris, Hachette, 1958, p. 17.

45Cette convivialité de l’écrivain, que suggère le reportage, est renforcée par l’effet de connivence que créent les images pour les spectateurs qui connaissent l’œuvre. Il est rare que des personnes ayant grandi dans les années 1950, 1960 ou 1970 en Belgique n’aient pas appris quelques poèmes de Maurice Carême. La puissance sur le plan de l’imaginaire de ces reportages réside dans leur capacité à ressusciter les souvenirs des premières lectures, de textes appris en classe ou récités par un parent. Le cadre de l’interview de 1977 avec Régine Legrand fait ainsi immédiatement penser au poème «  Le goûter  », dans lequel Maurice Carême évoque la joie de dresser la table ronde sous un arbre dans le jardin. Ce poème, qui est parmi ceux qui sont le plus souvent reproduits dans les manuels scolaires, est paru dans un recueil dédié par Maurice Carême à sa maison, dont il dit qu’elle «  était déjà debout sur nos paupières / Avant que le maçon n’eût la truelle en main, / Et ses pignons chaulés luisaient dans un matin / Dont nous avions créé la paisible lumière29.  » Il évoque, dans ce livre, la vie idéale qui pourra s’écouler, avec ses rituels immuables, dans le havre de paix qu’il a toujours rêvé de créer. À la vision du reportage, le téléspectateur peut se dire que le fantasme du poète est devenu réalité. De même, il ne s’étonnera pas de voir un chat autour de Maurice Carême, lui qui leur a consacré tant de vers, à commencer par son poème peut-être le plus célèbre  : «  Le chat et le soleil  ». Les plus familiers de l’œuvre découvriront même que le perroquet imite réellement le chant du coq, comme dans le poème qui lui a été dédié30.

46Pendant que Maurice Carême parle, la caméra filme souvent les fleurs qu’il a tant chantées ou suit le chat qui fait tranquillement sa toilette. La décontraction de l’entretien et son caractère apparemment improvisé se reflètent dans le cadrage. Celui-ci peut créer des effets de sens. Lorsque Maurice Carême évoque l’un des thèmes fondamentaux de son œuvre, la bonté, la caméra dézoome et révèle que l’arbre sous lequel se tient le poète est un pommier. Or, la pomme est la métaphore du partage de la bonté dans le poème du même nom.

  • 31 Le temps et les œuvres, 13 mai 1958.

47Ces reportages consacrés à Maurice Carême se caractérisent donc par la parfaite complémentarité qu’ils tissent entre ce qui est dit et ce qui est vu. Ils donnent l’impression que l’œuvre est le miroir de la vie ou que la vie a été modelée pour fournir le cadre propice à l’œuvre et pour permettre à l’inspiration d’advenir. Pour Maurice Carême, la vie, pour être heureuse, doit coïncider avec la poésie, ressembler à l’idéal qu’elle dessine et n’être occupée que par elle. «  Ma vie aura été ma poésie et ma poésie aura été ma prière31  », confie-t-il ainsi à Jacques Antoine.

L’image du succès

48L’image d’un homme simple, sage et chaleureux prend un relief d’autant plus grand qu’elle est mise en vis-à-vis du repère culturel que Maurice Carême représente, de son vivant, en Belgique et bien au-delà de ses frontières. Dans un hommage filmé, le poète Pierre Menanteau confie une anecdote qui atteste de la popularité que l’écrivain avait acquise  :

  • 32 Témoignage de Pierre Menanteau dans Maurice Carême poète belge, poète européen, poète internation (...)

49Vous n’imaginez pas, en Belgique, quelle pouvait être sa popularité. Un jour que j’étais à Bruxelles avec lui, il a voulu qu’on aille voir je ne sais plus quoi… enfin, une exposition et dans l’autobus, où nous étions, il y avait des gosses. Il y en avait à peu près quatorze. Ils l’ont reconnu et ils ont chacun déchiré une page de leur cahier pour avoir un autographe de Maurice Carême32.

50À sa mort, le journal télévisé célèbre le poète aimé de tous. Françoise Van De Morteel souligne ainsi qu’il a été un compagnon et un guide pour des générations d’enfants  :

  • 33 Script du Journal télévisé de la RTBF du 14 janvier 1978 (Archives Sonuma).

51En Belgique, on a appris cet après-midi la mort du poète Maurice Carême. Il s’est éteint hier soir à son domicile d’Anderlecht des suites d’une longue maladie. Maurice Carême avait 78 ans. Rarement poète aura été autant lu et écouté tout au long de sa vie. Dans toute la francophonie, Maurice Carême est l’un des premiers compagnons des enfants, leur premier guide parmi les mots et les images du monde des grands33.

  • 34 Journal télévisé de la RTBF du 1er février 1978 (Archives Sonuma).
  • 35 Journal télévisé de la RTBF du 7 mai 1985 (Archives Sonuma).
  • 36 Double 7, 21 mars 1995.

52Quinze jours plus tard, lors de son enterrement, le reportage du journal télévisé34 montre une ville de Wavre noire de monde, les écoliers qui défilent devant le cercueil pour déposer des mots et des dessins, puis un enfant qui dit le poème «  Les oiseaux perdus  ». L’inauguration de son mausolée, sept ans plus tard, est l’occasion de rappeler l’importance du poète dont l’œuvre reste toujours vivante35 et, en 1995, l’émission Double 7 résume la place qu’occupe Maurice Carême à jamais dans le cœur des lecteurs  : «  qui est l’enfant qui n’a pas appris à l’école une poésie de Maurice Carême  ? Ce poète simple, mais loin d’être simpliste avait un don merveilleux  : celui d’écrire des poèmes accessibles aux grands et aux petits36.  »

  • 37 Par exemple, La télé infernale, RTBF, 15 avril 2006 (Archives Sonuma). À la même époque, Maurice (...)

53Ce succès explique sans doute que Maurice Carême soit devenu, à la fin des années 1990 et au début des années 2000, l’une des icônes de la «  Belgique à papa  » tournées en dérision, au même titre que Jacques Brel, Annie Cordy ou Eddy Merckx, dans des émissions humoristiques comme les Snuls, Le jeu des dictionnaires, La semaine infernale ou La télé infernale37. Les pastiches de ses poèmes sous le nom de «  Maurice Pentecôte  » témoignent paradoxalement, au même titre que les hommages, de la place que son œuvre a prise pour plusieurs générations de Belges francophones. En mettant généralement en scène un enfant dans l’exercice de la récitation au tableau, ces détournements satiriques semblent indiquer que l’œuvre a fini par être identifiée, pour une frange du public, au contexte scolaire.

  • 38 Voir Bloc-notes, 21 janvier 1968  ; Féminin présent, 22 décembre 1970  ; Seniorama  : Le Temps re (...)

54Le corpus des reportages consacrés de son vivant à Maurice Carême et des entretiens qu’il a donnés à la télévision permet de comprendre le développement de cette réception posthume. Il arrive en effet souvent que les journalistes présentent Maurice Carême comme un «  poète connu dans le monde entier  » ou l’interrogent sur sa notoriété38. L’évocation de ce succès crée un contraste avec la simplicité que montre l’image. Lorsqu’on évoque cette question, Maurice Carême se dit d’ailleurs toujours étonné par la manière dont son œuvre a fait le tour du monde et souligne qu’il n’a jamais cherché ce succès, mais qu’il est venu à lui  :

  • 39 Seniorama  : Le Temps retrouvé. Hommage à Maurice Carême, 1985), 13’28-14’15. Ce succès est racon (...)

55Ce sont les enfants qui m’ont découvert. […] J’ai publié en 1948 un livre qui s’appelle La lanterne magique et on s’est aperçu qu’il s’épuisait rapidement. Une seconde édition s’est épuisée tout aussi rapidement et alors Stock, le grand éditeur parisien, a pris cette chose et, alors, il a tiré la lanterne magique à vingt mille exemplaires en écrivant sur le livre «  poèmes pour les enfants  » et je suis devenu un poète pour les enfants dans le monde entier. Les Russes, peu après, l’ont tiré à un million et demi d’exemplaires et on l’a traduit dans je ne sais combien de langues, mais ce qu’il y a d’étonnant, c’est que partout les enfants les apprennent avec cette même joie39.

  • 40 Bloc-notes, 26 janvier 1968, 5’00.
  • 41 Bloc-notes, 26 janvier 1968, 2’37-2’56.
  • 42 Il évoque, par exemple, son manque de réception dans les revues de poésie au micro de Paul Danblo (...)

56Il se montre toutefois conscient que l’image consensuelle du poète pour enfants peut créer un malentendu, voire des préjugés  : «  Je suis devenu le poète pour les enfants à tel point que cela me joue d’assez vilains tours. C’est-à-dire qu’on oublie un peu que je suis aussi un poète pour “grandes personnes40”  ». Avec malice, il substitue à l’étiquette du poète pour enfants, celle du poète adopté par les enfants  : «  Je crois que je suis le poète que les enfants ont choisi comme poète, c’est assez différent41.  » Maurice Carême définit sa position dans le monde littéraire, en général, et belge, en particulier, comme assez à part, voire paradoxale. S’il a reçu de nombreux prix littéraires, il juge que la reconnaissance populaire a toujours précédé la reconnaissance institutionnelle pour son œuvre, voire forcé cette reconnaissance dans des cercles qui lui sont réticents42. Il s’amuse ainsi d’être un écrivain qui passe «  par les caves  » avant d’émerger dans les salons dans un mouvement qui doit sans cesse être recommencé. Sa joie est que son œuvre ait trouvé un écho puissant et durable dans le cœur du «  grand public  »  :

57– [Paul Danblon] Vous ne croyez pas qu’on vous mésestime en Belgique  ?

  • 43 Bloc-notes, 26 janvier 1968, 9’11.

58– [Maurice Carême] Non, je ne crois pas qu’on me mésestime en Belgique, car la plupart de mes poèmes sont heureusement entrés dans les anthologies. Tous les enfants de Belgique maintenant, à n’importe quelle fête, que ce soit à la fête des Mères, la fête des Pères, le Nouvel An…, viennent réciter du Maurice Carême. Alors, je crois que l’influence du public, mais alors, du grand public, a été assez déterminante pour moi. […] On peut dire que je suis un poète passant d’abord par le public avant d’arriver aux écrivains. C’est un peu bizarre, mais c’est ainsi. […] J’arrive dans le fond «  par les caves  »  ! C’est-à-dire que je passe d’abord par toutes les écoles, par les anthologies, par les enfants, par le grand public et, puis, j’émerge seulement dans le milieu littéraire. C’est une aventure assez étrange, mais qui ne me laisse qu’une joie extraordinaire43.

  • 44 Sur la notion de poétique du sujet, voir Chelebourg (Christian), L’imaginaire littéraire. Des arc (...)

59Maurice Carême affiche alors sa fierté d’être connu de tous en Belgique et d’accompagner ses lecteurs tout au long de leur vie puisque ses poèmes sont, notamment, récité par les enfants à chacune des fêtes qui rythment l’année. Dans les interviews accordées à la fin de sa vie, il paraît ainsi se réjouir, d’incarner une sorte de figure paternelle ou grand-paternelle pour le public. Aux nombreux journalistes qui s’étonnent que «  le poète des enfants  » n’en ait pas eu, il ne manque jamais de répondre qu’il en a eu des milliers puisque tous ses lecteurs sont ses enfants. Du point de vue de la poétique du sujet, telle que la définit Christian Chelebourg44, on peut dire que l’écriture a, en quelque sorte, «  réparé  » le réel  :

60– Avez-vous eu des enfants  ?

  • 45 «  La dernière interview de Maurice Carême  », op. cit., p. 42.

61– Non, pas d’enfants. Mais j’en ai des milliers dans le monde. Tous ces enfants qui me lisent et m’écrivent de partout45.

L’image du poète et l’image d’un pays

62Si Maurice Carême a pu incarner cette figure du grand-père national, en particulier dans les reportages télévisés où les journalistes viennent voir le vieux poète pour recueillir ses conseils de vie, c’est parce qu’il a été reconnu, de son vivant, dans l’imaginaire d’un très large public, comme un poète pouvant illustrer une image de la Belgique. De Brabant (1967) à Bruges (1963) ou Mer du Nord (1971) en passant par les innombrables poèmes sur la région d’Orval, l’œuvre de Maurice Carême compose un portrait du pays. Si quelques-uns de ses poèmes qui évoquent la frénésie de la capitale, ses trams et ses buildings, sa Belgique est une Belgique de paysages immuables dans le mouvement des saisons, celle des travaux des champs, du labeur des artisans, des joies et des peines des humbles, de la vie quotidienne rythmée par la cloche de l’école ou celle de l’église.

  • 46 Témoignage d’Henri Billen dans Maurice Carême poète belge, poète européen, poète international, P (...)

63Lorsqu’il évoque Maurice Carême, Henri Billen, directeur des services culturels de l’INR, le décrit comme un écrivain populaire au double sens du terme. Il l’est par son succès, mais aussi parce qu’il est authentiquement, à ses yeux, un homme du peuple  : «  C’est un homme un peu populaire dans son comportement et c’est très beau je trouve. Je trouve qu’il avait une espèce d’aristocratie de la pensée et dans sa poésie et, en même temps, il n’a jamais perdu sa fraîcheur populaire dans son écriture46  ». Ce trait populaire et cet ancrage belge sont soulignés lors de ses apparitions à la télévision par son accent wallon qu’il assume avec naturel et par le rappel de ses origines modestes.

  • 47 Les dossiers de presse, réalisés par la secrétaire du poète et conservés dans les archives de la (...)
  • 48 À ce sujet, voir les dossiers de presse relatifs à la parution de l’Anthologie bilingue de la poé (...)
  • 49 «  Maurice Carême Prince des poètes  », dans La dernière heure, 23 mai 1972 (coupure conservée da (...)

64Si l’on parcourt l’ensemble des articles de presse et des émissions consacrés à Maurice Carême durant les dix dernières années de sa vie, il en ressort qu’il incarne, pour ses contemporains, l’exemple d’un écrivain belge mondialement connu qui ne cache pas ses racines47. À la différence d’autres écrivains de sa génération, il n’est pas parti à Paris pour connaître le succès, mais diffuse son œuvre à partir de sa petite maison d’Anderlecht. De même, les titres de ses recueils et ses poèmes sont constellés de références à la Belgique et à ses paysages, ce qui n’empêche pas leur succès au-delà des frontières. Pour un pays dont l’unité se fissure, Maurice Carême apparaît aussi comme un passeur de culture qui a traduit les poètes néerlandophones de Belgique et ne cache pas ce qu’il doit à la culture flamande48. Lorsqu’il est élu «  Prince en Poésie  » en 1972, Maurice Carême est ainsi unanimement célébré comme une «  gloire nationale  » dont le rayonnement à l’étranger va de pair avec un fort ancrage local. La Dernière Heure souligne que «  l’honneur qui échoit à notre vénéré concitoyen est d’autant plus grand que c’est la première fois que la France élit Prince un poète qui ne soit pas Français  » avant d’ajouter que «  cette éminente distinction attribuée à Maurice Carême rejaillit sur Wavre, sa ville natale, qu’il a chantée dans tant de poèmes49  ». C’est d’ailleurs en direct de Wavre que la RTB consacre, en radio, une émission d’une heure et demie au poète pour célébrer cette consécration.

  • 50 Belle comme Belgique, film réalisé par Jean Petit et scénarisé par Jean Colette, 1971. Nous avons (...)
  • 51 Voir le dossier Textyles consacré aux «  Portraits de la Belgique  » (Martens [David] et Brogniez (...)
  • 52 La présence de Maurice Carême est particulièrement mise en avant dans le dossier de presse du fil (...)

65Cette dimension de «  poète national  » transparaît dans le film Belle comme Belgique50 réalisé en 1971. Ce film marque une date importante pour le cinéma belge, car il a été présenté, à sa sortie, comme le premier reportage exclusivement aérien tourné dans le pays. Il brosse le portrait d’une Belgique riche de passé et tournée vers l’avenir51. Les réalisateurs la filment du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest avec sa côte, ses dunes, ses forêts, ses champs, ses châteaux, ses églises, mais aussi ses usines, ses autoroutes en construction, ses chemins de fer, l’Atomium qui brille sous le soleil, un match de foot, des courses automobiles ou le ski nautique sur la Meuse… Le commentaire de cette image mouvante, diverse et complexe du pays, dans laquelle la modernité apparaît crescendo avec des moments de soudaine accalmie, suivis d’accélérations fiévreuses, est composé uniquement de trois poèmes de Maurice Carême, qui inscrivent ce portrait dans le cycle immuable de la journée en évoquant le matin, le midi et le soir. À la prouesse technique du tournage qui a duré plus d’un an et a demandé cent heures de vol avec l’appui de la Force aérienne, répond l’image du poète auquel les réalisateurs ont tenu à associer leur reportage52. Ses textes évoquent une permanence, une éternité d’abord légère et espérée, puis pesante et subie avant que la Belgique, ses paysages, ses monuments et ses habitants ne viennent se fondre dans la nuit et le mouvement infini dans lequel s’inscrit toute chose.

  • 53 «  Non ne crie pas miséricorde  !  », dans Brabant, Bruxelles, Arcade, 1967, p. 13.
  • 54 Lettre datée de 1926, Archives Fondation Maurice Carême.
  • 55 Être Maurice Carême, montage audiovisuel réalisé pour le musée Carême, 1984 (Archives Fondation M (...)
  • 56 Ibid.

66Le poète qui a chanté l’«  éternel Brabant53  » était l’homme qui, par son seul nom, pouvait représenter, dans l’esprit du public, l’évocation d’une Belgique belle et éternelle. Dans une lettre, Michel de Ghelderode avait prédit à Maurice Carême que son «  destin poétique  » serait de «  chanter les choses éternelles54  ». Tel est bien le sens que l’écrivain voit dans sa démarche poétique au moment où il en tire le bilan  : «  Le véritable poète est celui qui dépassant les modes de son époque, retrouve l’homme de tous les temps55.  » Pour Maurice Carême, la simplicité est la clef de l’éternité et c’est cette simplicité qui fait que tant de lecteurs se sont reconnus dans ses vers  : «  Je reste un homme très simple qui parle de sujets très simples, mais qui sont les sujets éternels56.  »

Conclusion

67Dans la construction de sa posture auctoriale, Maurice Carême a ainsi incarné une figure du poète à l’opposé du poète maudit ou de l’homme de lettres conscient de son statut. En retour, le public a trouvé dans sa poésie une image sereine et rassurante au milieu d’un monde en crise, connaissant de profondes mutations. La télévision intervient tard dans la sédimentation de cette image auctoriale, mais elle en met en évidence, de manière particulièrement nette, les éléments constitutifs. C’est à partir de la rupture qui voit Maurice Carême s’éloigner, au début des années 30, de l’influence des avant-gardes, que le poète érige la simplicité en vertu cardinale à la fois métaphysique et stylistique, dont la quête doit devenir le but de l’écriture. Son image auprès du public s’impose alors sous l’angle de l’authenticité. Or, la caméra permet de créer la sensation d’une proximité. Si Maurice Carême n’apprécie pas la télévision, les reportages qui lui sont consacrés lui offrent un cadre propice où il apparaît dans son univers, c’est-à-dire dans sa maison ou dans ses promenades de création dans la nature du Brabant. Pour les spectateurs, l’impression de plongée dans l’intimité de l’homme et de l’écriture est maximale et tend à effacer la frontière entre l’œuvre et la vie.

68Les reportages télévisés, s’ils condensent les traits de la posture auctoriale de Maurice Carême, soulignent l’un d’eux plus particulièrement  : l’image du sage. Comme ils sont tournés dans la dernière partie de la vie de l’écrivain et ne sont généralement pas liés à l’actualité d’une parution particulière, au contraire des articles de journaux qui suivent régulièrement l’actualité de l’auteur, ils se prêtent au développement de réflexions générales sur la poésie et la vie. L’entretien avec Régine Legrand tourné en 1977 et diffusé en 1985 dans l’émission Seniorama prend ainsi un ton testamentaire. Si Maurice Carême a déjà tenu des propos semblables sur la joie de vivre et la sérénité devant la mort, ses paroles prennent un relief particulier quand on le découvre, grâce à l’image, marqué par la maladie. Enfin, ces reportages permettent de mesurer ce que représente Maurice Carême pour le public belge à la fin de sa carrière  : une figure familière dont l’œuvre est inscrite dans un imaginaire collectif.

Haut de page

Notes

1 Ceci nous a été confirmé par Jeannine Burny, secrétaire du poète et présidente de la Fondation Maurice Carême de 1978 à 2020, ainsi que par Jean-Pierre Vanden Branden, ami proche et vice-président de la Fondation. Dans leurs souvenirs, Maurice Carême ne voyait pas l’intérêt d’avoir la télévision et était même très hostile à ce média. Le cinéma est également connoté négativement dans son œuvre, comme en témoignent plusieurs passages du Martyre d’un supporter.

2 «  La dernière interview de Maurice Carême  », dans Le Soir illustré, 26 janvier 1978, p. 42.

3 Le temps et les œuvres, émission diffusée par l’INR (Institut national de radiodiffusion) le 13 mai 1958 (Archives Sonuma). Auparavant, Maurice Carême était apparu furtivement dans un reportage intitulé Rencontre des écrivains belges au Rouge Cloître (INR, 12 juillet 1956, Archives Sonuma).

4 Nora (Olivier), «  La visite au grand écrivain  », dans Les Lieux de mémoire II. La nation, sous la direction de Pierre Nora, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque illustrée des histoires, 1986, p. 563-587.

5 Maurice Carême tel qu’en lui-même, court-métrage de Geneviève Grand’Ry réalisé en 1977 (copie VHS conservée dans les archives de la Fondation Maurice Carême).

6 Le concept de posture a été développé par Jérôme Meizoz pour désigner la singularité d’un positionnement auctorial qui se construit, à la fois, par une dimension discursive et non discursive (Meizoz [Jérôme], Postures littéraires  : Mises en scène modernes de l'auteur, Genève, Slatkine Éditions, 2007).

7 Maurice Carême, poète de la paix par Geneviève Grand’Ry, court-métrage, 1966. Une copie de ce film sur VHS est conservée dans les archives de la Fondation Carême. Des images de ce film ont été utilisées dans plusieurs sujets sur Maurice Carême diffusé dans des émissions de la RTBF.

8 Entretien avec Régine Legrand réalisé en 1977 et diffusé dans l’émission Seniorama  : Le Temps retrouvé. Hommage à Maurice Carême, Radio Télévision belge (RTBF) 1985, 24’44 (Archives Sonuma). Cette idée est développée dans des termes semblables dans un entretien intégré dans l’émission Livres propos diffusée sur la RTB le 19 décembre 1989 (Archives Sonuma).

9 «  Tout murmurant de mots à naître  », dans Images perdues, Bruxelles, Chez l’auteur, 1954, p. 7.

10 «  Le poète et l’enfant  », dans La Grange bleue, Paris, Les éditions ouvrières, 1961, p. 9.

11 Seniorama  : Le Temps retrouvé. Hommage à Maurice Carême, 1985.

12 «  Spécial Foire du Livre de Bruxelles  », émission Bibliothèque, RTB, 24 mars 1971 (Archives Sonuma). Une petite séquence d’une séance de dédicace est aussi visible dans le documentaire «  Maurice Carême, poète de la paix  » de Geneviève Grand’Ry.

13 Double 7, RTBF, 21 mars 1995 (Archives Sonuma).

14 Journal télévisé, RTBF, 21 mars 1977 (Archives Sonuma).

15 L’écrivain semble associé à la question de l’enfance dans l’esprit des journalistes, comme l’atteste la première question de Paul Danblon  : «  Maurice Carême, je voudrais commencer, disons, par une mise au point  : dans le monde entier, vous êtes considéré comme le poète de l’enfant ou le poète de l’enfance  ». Maurice Carême explique alors qu’il a joué un rôle de précurseur dans la mise en valeur de la création poétique des enfants  : «  j’ai été, je crois, le premier en Europe à publier un recueil de poèmes vraiment d’enfants [Poèmes de gosses]  » (Entretien avec Paul Danblon, Bloc-notes, RTB, 26 janvier 1968, 2’37-2’56, Archives Sonuma). Ce n’est qu’après ce travail avec les enfants, inscrit dans son activité de pédagogue, qu’il précise avoir écrit des poèmes qui ont rencontré du succès auprès des enfants. Son expérience d’instituteur, l’importante partie de son œuvre consacrée à l’univers de l’enfance et la diffusion de ses poèmes dans les écoles expliquent que son opinion sur l’enfance et sur le système scolaire soit fréquemment sollicitée pour des conférences ou fasse l’objet de questions dans des entretiens.

16 Bloc-notes, 26 janvier 1968, 5’10-6’19.

17 Cette vision critique, qui contraste avec l’image consensuelle d’un poète «  scolaire  », est développée notamment dans l’émission Signes des temps, RTB, 26 septembre 1972 (Archives Sonuma). Maurice Carême y reproche à la civilisation moderne de vouloir faire de l’enfant un être «  raisonnable  » qui est «  fait pour gagner de l’argent  ». Il déplore que la sensibilité et l’intuition soient trop oubliées à l’école.

18 Journal télévisé, RTBF, 21 mars 1977 (Archives Sonuma).

19 Bloc-notes, 26 janvier 1968  ; Signes des temps, 26 septembre 1972  ; Seniorama  : Le Temps retrouvé. Hommage à Maurice Carême, 1985.

20 Seniorama  : Le Temps retrouvé. Hommage à Maurice Carême, 1985, 17’30-19’07.

21 «  Tout est miracle  », dans Le Jongleur, Lausanne, L’Âge d’homme, 2012, p. 61. L’idée est présente dans Le Temps et les Œuvres du 13 mai 1958 ou dans Bloc-notes du 26 janvier 1968. L’activité poétique est présentée, par l’écrivain, comme exigeant de conserver en permanence la conscience du miracle qu’est le simple fait de vivre et d’être entouré de vie. Cette conscience est liée à la contemplation de la nature  : «  Pour un poète, il est extrêmement important de s’éveiller chaque matin et que ce soit, chaque fois, un miracle. D’ouvrir les yeux et de se dire  : “Ah  ! il y a des fleurs sur les arbres” et le soir  : “Tiens, il y a des étoiles dans le ciel”. Il y a des gens qui ne voient plus les étoiles.  » (Seniorama  : Le Temps retrouvé. Hommage à Maurice Carême, 1985, 3’33-3’44.)

22 Le lien entre l’enfance, la poésie et l’émerveillement devant le miracle de la vie est notamment développé dans l’entretien avec Paul Danblon  : «  Je crois que c’est facile pour un enfant d’écrire des poèmes parce qu’il est axé, si vous voulez, sur la vie profonde. Il est encore tous les matins, en s’éveillant, tellement plongé dans l’émerveillement de vivre qu’il n’a qu’à s’exprimer librement pour faire, dans le fond, de la poésie.  » (Bloc-notes, 26 janvier 1968, 2’37-2’57.)

23 Seniorama  : Le Temps retrouvé. Hommage à Maurice Carême, 1985, 16’00.

24 Seniorama  : Le Temps retrouvé. Hommage à Maurice Carême, 1985, 25’09-27’19. Dans l’émission Féminin présent, il cite saint Jean de la Croix et Jésus pour dire que le mot «  Dieu  » est un autre mot pour «  Amour  » («  Fêter Noël avec Maurice Carême  », entretien avec Odette Paris, sujet de l’émission Féminin présent, RTB, 20 décembre 1970, Archives Sonuma).

25 Bloc-notes, 26 janvier 1968  ; Seniorama  : Le Temps retrouvé. Hommage à Maurice Carême, 1985.

26 Féminin présent, 20 décembre 1970.

27 Féminin présent, 20 décembre 1970.

28 Livres propos, 19 décembre 1989 (Archives Sonuma).

29 Carême (Maurice), «  Notre maison  », dans La Maison blanche, Bruxelles, Chez l’auteur, 1949, p. 9.

30 «  Mon perroquet  », dans Pigeon vole, Paris, Hachette, 1958, p. 17.

31 Le temps et les œuvres, 13 mai 1958.

32 Témoignage de Pierre Menanteau dans Maurice Carême poète belge, poète européen, poète international, Prince en Poésie, réalisé par Martine Barbé, Image et création, 1991 (témoignages d’artistes sur Maurice Carême publiés en VHS, puis, dans une version complétée en DVD en 2010).

33 Script du Journal télévisé de la RTBF du 14 janvier 1978 (Archives Sonuma).

34 Journal télévisé de la RTBF du 1er février 1978 (Archives Sonuma).

35 Journal télévisé de la RTBF du 7 mai 1985 (Archives Sonuma).

36 Double 7, 21 mars 1995.

37 Par exemple, La télé infernale, RTBF, 15 avril 2006 (Archives Sonuma). À la même époque, Maurice Carême est classé 45e personnalité belge préférée du public lors d’une émission intitulée «  Les plus grands belges  », diffusée sur la RTBF à l’occasion des 175 ans de la Belgique. Ce classement des spectateurs n’a bien sûr qu’une valeur anecdotique, mais il témoigne d’une présence de l’écrivain dans l’esprit du public plus de 25 ans après sa mort. Maurice Carême figure entre Toots Thielemans et Mercator dans un classement qui ne laisse, qu’une faible place aux écrivains  : George Simenon (top 10)  ; Marguerite Yourcenar (27), Amélie Nothomb (28), Maurice Carême (45), Émile Verhaeren (67), Henri Vernes (77), Maurice Maeterlinck (80) (Le plus grand belge, RTBF, 4 octobre 2005, Archives Sonuma). Dans le même ordre idée, un sujet sur la littérature belge du Journal télévisé de la RTBF du 7 octobre 1999 est lancé en mettant en exergue Simenon et Carême comme «  les deux écrivains les plus connus à l’étranger  » (Archives Sonuma).

38 Voir Bloc-notes, 21 janvier 1968  ; Féminin présent, 22 décembre 1970  ; Seniorama  : Le Temps retrouvé. Hommage à Maurice Carême, 1985.

39 Seniorama  : Le Temps retrouvé. Hommage à Maurice Carême, 1985), 13’28-14’15. Ce succès est raconté à peu près dans les mêmes termes dans l’émission Bloc-notes du 26 janvier 1968.

40 Bloc-notes, 26 janvier 1968, 5’00.

41 Bloc-notes, 26 janvier 1968, 2’37-2’56.

42 Il évoque, par exemple, son manque de réception dans les revues de poésie au micro de Paul Danblon (Bloc-notes, 26 janvier 1968).

43 Bloc-notes, 26 janvier 1968, 9’11.

44 Sur la notion de poétique du sujet, voir Chelebourg (Christian), L’imaginaire littéraire. Des archétypes à la poétique du sujet, Paris, Nathan, 2000, p. 98-138.

45 «  La dernière interview de Maurice Carême  », op. cit., p. 42.

46 Témoignage d’Henri Billen dans Maurice Carême poète belge, poète européen, poète international, Prince en Poésie, DVD, op. cit.

47 Les dossiers de presse, réalisés par la secrétaire du poète et conservés dans les archives de la Fondation Maurice Carême, font ressortir cette perception. On peut ainsi citer l’exemple d’un article d’Henri Cornélus intitulé «  Un poète belge connu dans le monde entier  » (article sans références conservé dans le dossier relatif à l’élection comme Prince en Poésie en 1972).

48 À ce sujet, voir les dossiers de presse relatifs à la parution de l’Anthologie bilingue de la poésie néerlandaise (1967) et aux Étoiles de la poésie de Flandre (1973).

49 «  Maurice Carême Prince des poètes  », dans La dernière heure, 23 mai 1972 (coupure conservée dans les archives de la Fondation Maurice Carême dans le dossier de presse relatif à l’élection comme Prince en poésie en 1972). D’autres articles célèbrent l’événement sur le même ton en soulignant à la fois le succès mondial de l’œuvre et la simplicité de l’homme «  de chez nous  » qui est resté fidèle à ses racines populaires wallonnes  : «  C’était à Wavre, le 12 mai 1899. Ce fils de chez nous est à présent mondialement célèbre. […] Les prix se sont accumulés, mais il a gardé sa merveilleuse simplicité, son admirable candeur  » (coupure de presse sans références conservée dans le dossier de presse relatif à l’élection comme Prince en Poésie en 1972, Archives Fondation Maurice Carême).

50 Belle comme Belgique, film réalisé par Jean Petit et scénarisé par Jean Colette, 1971. Nous avons pu visionner le film à la Sonuma ainsi que consulter son dossier de presse et sa fiche technique. À ce stade, nos recherches n’ont pas permis de trouver de document relatif à ce film dans les archives de Maurice Carême ni aucune correspondance avec le réalisateur et le scénariste.

51 Voir le dossier Textyles consacré aux «  Portraits de la Belgique  » (Martens [David] et Brogniez [Laurence], dir., Textyles, n°  56, 2019, URL  : https://journals.openedition.org/textyles/3492). Le film Belle comme Belgique reprend tous les éléments habituels de ces images de la Belgique, telles qu’elles sont notamment véhiculées dans les manuels scolaires (Boudart [Laurence], «  “S’il est un beau pays, c’est le nôtre, c’est notre chère Belgique”. Portrait de la Belgique dans quelques manuels scolaires (1840-1940)  », dans Ibid., p. 97-114).

52 La présence de Maurice Carême est particulièrement mise en avant dans le dossier de presse du film conservé à la Sonuma. Il faut noter que, dans celui-ci comme au générique, il est dit que Maurice Carême récite les poèmes qu’il a composés, ce qui n’est pas le cas. Les poèmes sont, en réalité, dits par Henri Billen.

53 «  Non ne crie pas miséricorde  !  », dans Brabant, Bruxelles, Arcade, 1967, p. 13.

54 Lettre datée de 1926, Archives Fondation Maurice Carême.

55 Être Maurice Carême, montage audiovisuel réalisé pour le musée Carême, 1984 (Archives Fondation Maurice Carême).

56 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François-Xavier Lavenne, « Maurice Carême, l’image familière d’un auteur et celle, rêvée, d’un pays »Textyles, 63 | 2022, 67-85.

Référence électronique

François-Xavier Lavenne, « Maurice Carême, l’image familière d’un auteur et celle, rêvée, d’un pays »Textyles [En ligne], 63 | 2022, mis en ligne le 31 janvier 2023, consulté le 03 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/textyles/6165 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.6165

Haut de page

Auteur

François-Xavier Lavenne

Fondation Maurice Carême

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search