Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63Littérature et télévisionLa retransmission de la Cérémonie...

Littérature et télévision

La retransmission de la Cérémonie d’entrée à l’Académie française de Marguerite Yourcenar

Mireille Brémond
p. 99-111

Texte intégral

  • 1 Voir Brémond (Mireille), Marguerite Yourcenar, une femme à l’Académie. Malgré eux, malgré elle…, (...)
  • 2 Émissions du 18 janvier au 11 février 1971, en douze émissions de 15 minutes chacune (source  : s (...)
  • 3 Il s’agit de l’émission  : Marguerite Yourcenar  : une vie, une œuvre, une voix, diffusée le 19 f (...)

1La perspective de l’entrée d’une femme à l’Académie a déchaîné les passions à une époque où la place des femmes dans la société française commençait à devenir plus visible et où la condition féminine s’améliorait de façon conséquente. Cette candidature prenait donc valeur de symbole et marqua un tournant. La presse écrite1 a largement participé au débat, mais la radio et la télévision ont également été fortement présentes dans cette campagne. Il est à remarquer en effet qu’à partir de L’Œuvre au noir, en 1968, une grande émission de radio ou de télévision est consacrée à Yourcenar presque chaque année, avec une accélération en 1979, au moment de sa candidature à l’Académie française. L’entrée de Yourcenar, sans scandale, à l’Académie royale de Langue et Littérature françaises de Belgique en 1971, est un sujet auquel les médias avaient déjà accordé une large place, surtout en Belgique, mais en France aussi  : Patrick de Rosbo avait consacré à Yourcenar une série d’entretiens radiophoniques sur France Culture en 19712, et Matthieu Galey, la première longue émission télévisée sur Antenne 2 en 19723. Dans ces années-là, la vie littéraire touchait encore le grand public, dont Yourcenar a pu se faire connaître par le biais d’émissions prestigieuses (Radioscopie, Apostrophes). Aussi est-elle devenue une célébrité difficile à rejeter par l’Académie. On peut donc légitimement penser que les médias (radio, presse, télévision) ont donné un formidable coup de pouce à l’entrée de la première femme à l’Académie française.

2Nous nous focaliserons ici sur la retransmission en direct de la cérémonie d’entrée sous la coupole sur deux chaînes de la télévision publique, TF1 et FR3. Il n’est pas inutile de signaler auparavant que cet événement se subdivise en trois moments, chacun étant relayé dans les journaux télévisés des trois chaînes  : la candidature, l’élection et la cérémonie de réception.

  • 4 Voir Brémond (Mireille), op. cit., p. 15-16, lettre du 27 novembre 1979.
  • 5 Il est plusieurs fois question de sa candidature en novembre et décembre 1979  : le 9 novembre (l (...)
  • 6 Journaux télévisés du 6 mars 1980  : sur TF1 à 20 heures et à minuit  ; sur Antenne 2 à midi, à 2 (...)
  • 7 Le 22 janvier, TF1 évoque l’événement dans le journal de 13 heures, puis dans ses deux journaux d (...)

3Au moment où Yourcenar écrit, sans l’admettre, une lettre de candidature à l’Académie, à l’automne 19794, la télévision en parle plusieurs fois5. À ce moment-là, il y a du suspense et beaucoup de passion, puisque la bataille fait rage autour de cette candidature féminine, contestée par une bonne partie des académiciens. Le jour de l’élection, le 6 mars 1980, la télévision couvre largement l’événement6. Enfin, le 22 janvier 1981, jour de la réception, tous les journaux télévisés parlent de ce moment «  historique7  », et la cérémonie est retransmise en direct sur TF1 et FR3 en même temps dans une émission qui dure 2 h 20. Sur une page de programme de télévision trouvée dans les archives de l’Académie (mais le nom du journal n’est pas indiqué), on peut lire  :

La réception de Marguerite Yourcenar sous la coupole […] étant de première importance, la cérémonie se devait d’être retransmise intégralement et en direct. […] Vraisemblablement un grand moment de télévision, avec Jean d’Ormesson et Marguerite Yourcenar. On n’a, en effet, pas souvent l’occasion d’entendre la langue française maniée avec autant d’art, de maîtrise et de beauté sur le petit écran.

  • 8 Voir Brémond (Mireille), op. cit., p. 37-38.

4Concernant la retransmission en direct de la cérémonie, dans un premier temps, nous rappellerons les exigences de Yourcenar qui souhaitait vivement que FR3 se charge de ce qui ne s’appelait pas encore une captation8, et qui n’en est d’ailleurs peut-être pas une au sens strict du terme. Ensuite, nous analyserons le contenu de l’émission elle-même, tant du point de vue du commentaire que de celui des images  ; enfin, nous nous intéresserons aux journaux télévisés de ce soir-là, à la façon dont ils ont présenté l’information, mais aussi aux réactions de la presse écrite.

Les pourparlers à propos de la retransmission

  • 9 Voir Caput (Jean-Pol), L’Académie française, Paris, puf, 1986, p. 109. La fiche de l’ina précise (...)
  • 10 Le 25 janvier 1979, émission de 21 h 15 à 23 h 30. La fiche de l’ina précise qu’il s’agit d’une p (...)
  • 11 Procès-verbal de la séance du 31 janvier 1980, Archives de l’Académie française.

5Il faut d’abord signaler que la retransmission en direct d’une cérémonie d’entrée à l’Académie française n’était pas habituelle à cette époque-là. La première réception télévisée avait eu lieu en 1977 à l’occasion de l’entrée d’Alain Peyrefitte, en différé9. En 1979, la réception d’Edgar Faure a été aussi télévisée, intégralement cette fois, mais toujours en différé10. Quelques mois avant l’entrée de Marguerite Yourcenar, l’Académie avait refusé la retransmission en direct de la réception d’Alain Decaux pour ne pas «  privilégier un membre de l’Académie par rapport à ses confrères  », et avait autorisé seulement une heure de retransmission en différé le soir même11. La diffusion intégrale et en direct sur deux chaînes publiques est donc tout à fait exceptionnelle et c’est bien évidemment parce que l’événement a été considéré comme historique, avec l’entrée de la première femme sous la coupole.

6Dans une lettre du 23 août 1980, Marguerite Yourcenar écrit à Cécile de Bosson, secrétaire de Jean Mistler, alors Secrétaire perpétuel de l’Académie  :

  • 12 Lettre de Marguerite Yourcenar à Cécile de Bosson, 23 août 1980, Harvard, Houghton Library, Ms Fr (...)

J’apprends par Monsieur Claude Gallimard qu’il est question de faire téléviser la séance académique du 22 janvier prochain. Je ne m’oppose pas en principe à ce fait […] mais tiens beaucoup, si le fait se produit, que [sic] mon ami, Monsieur Claude Contamine, directeur à la 3e chaîne, soit en charge de cette émission12.

7Le 1er septembre, Cécile de Bosson lui répond un peu sèchement  :

  • 13 Lettre de Cécile de Bosson à Marguerite Yourcenar, 1er septembre 1980, Harvard, Houghton Library, (...)

[…] en ce qui concerne une éventuelle retransmission télévisée de cette séance publique, il appartient à la Compagnie, et à elle seule, d’en donner l’autorisation. À ma connaissance, l’Académie n’a pas encore été consultée à ce sujet13.

8Yourcenar, dans sa réponse du 11 septembre, insiste  :

  • 14 Lettre de Marguerite Yourcenar à Cécile de Bosson, 11 septembre 1980, Harvard, Houghton Library, (...)

Je crois qu’un malentendu s’est glissé dans notre correspondance. Je ne désire nullement que la séance du 22 janvier soit télévisée, mais Monsieur Claude Gallimard m’a assurée qu’elle le serait. Dans ce cas, et dans ce cas seulement, je souhaiterais que Monsieur Contamine, Directeur de la troisième chaîne, avec qui j’ai été souvent en rapports, soit chargé de ce soin14.

  • 15 Voici la liste, d’après les archives de l’INA  : le 4 juin 1978, émission Le Pays d’où je viens, (...)
  • 16 Pour les relations de Yourcenar et Dumay, on consultera Savigneau (Josyane), Marguerite Yourcenar(...)

9Il manque quelques lettres dans les archives consultées, mais Yourcenar a obtenu gain de cause puisque le procès-verbal de la séance du 27 novembre 1980 de l’Académie fait état d’une lettre de Claude Contamine sollicitant l’autorisation d’une retransmission en direct – demande accordée. Le générique de la retransmission indique  : «  avec la collaboration de Maurice Dumay  », ami de Marguerite Yourcenar, et qui lui avait consacré plusieurs émissions entre 1978 et son arrivée à l’Académie15. Maurice Dumay faisait partie de l’équipe de télévision qui a réalisé l’émission Le Pays d’où je viens, et il est allé chez elle en 1978, date de leur rencontre et du début de leur amitié. C’est d’ailleurs en raison de cette amitié qu’il a pu la rejoindre pendant sa croisière pour enregistrer une émission après son élection (émission du 13 mars 1980). Le jour de la cérémonie, c’est avec Maurice Dumay et quelques amis qu’elle fêtera son admission à l’Académie, et non avec ses nouveaux confrères16. On comprend mieux pourquoi elle avait tellement insisté pour que FR3 soit chargé de l’émission.

  • 17 TF1, 22/1/81, 14 h 40, retransmission de la réception de Yourcenar à l’Académie. Transcription fa (...)

10Finalement, la cérémonie sera retransmise en direct à la fois sur TF1 et sur FR3, mais produite par FR3, comme le précisera Jean-Jacques Peyraud, chargé des commentaires, au tout début de l’émission  : «  C’est avec la collaboration amicale de nos confrères d’FR3 et des équipes techniques d’FR3 que, sur TF1, nous vous permettons d’assister en direct à cette arrivée exceptionnelle17  ». Nous n’avons pas trouvé d’explication à cette double diffusion, à la même heure de surcroît, puisque c’est en direct, sinon peut-être la volonté de satisfaire l’exigence de Yourcenar et celle de faire passer tout de même l’émission sur la première chaîne publique.

La «  captation  » de la cérémonie

11Cette retransmission dure 2 h 20 avec une introduction d’une vingtaine de minutes avant la cérémonie proprement dite qui comprend le discours de remerciement de Yourcenar (1 h 10), puis le discours de bienvenue de Jean d’Ormesson (55 minutes). Pour une retransmission en direct, l’émission donne l’impression d’avoir été minutieusement préparée, car nous y voyons davantage que des images de la cérémonie même. Pendant la première partie, la caméra va de l’extérieur (quai Conti) vers le bâtiment (façade, cour, intérieur de la chapelle où aura lieu la cérémonie), montrant, en alternance avec le public qui arrive, des éléments architecturaux.

12À l’intérieur, la caméra montre le public qui entre et s’installe (invités, puis académiciens et Marguerite Yourcenar, le président de la République enfin), elle fait un gros plan sur Michel Droit, élu en même temps que Yourcenar, mais qui n’a pas encore prononcé son discours de réception, revient sur la salle qui continue à se remplir, puis montre l’escalier par lequel les académiciens et Marguerite Yourcenar descendent, accompagnés de roulements de tambour. Elle retourne à l’extérieur lorsque le cortège présidentiel arrive et montre Valéry Giscard d’Estaing sortant d’une voiture, montant les marches, signant un registre. Pendant les discours, nous verrons des gros plans de Marguerite Yourcenar et de Jean d’Ormesson ainsi que des vues, plus ou moins rapprochées, du public, avec quelques gros plans sur le couple présidentiel.

13De plus, les propos du commentateur, de Yourcenar et de Jean d’Ormesson, sont illustrés  : photos de Yourcenar à 6 ans, à 20 ans, vues de sa maison, d’elle en train de lire, d’écrire, de se promener au bord de l’océan, ou dans son jardin. Portraits de Mme de Staël, de George Sand, de Colette, lorsqu’elle les mentionne dans son discours, de Roger Caillois dont elle fait l’éloge, etc. Il s’agit donc d’une émission très élaborée, qui introduit de la variété dans les images, ce qui évite au téléspectateur une impression de lassitude.

14Les commentaires essaient d’être pédagogiques. Jean-Jacques Peyraud, en effet, après une introduction dans laquelle il mentionne la collaboration avec FR3, insiste sur l’événement que représente l’arrivée de la première femme à l’Académie  :

[…] cette arrivée exceptionnelle, cet événement  : l’entrée d’une femme sous la coupole de l’Institut […]. La première académicienne reçue sous la coupole. C’est en effet un événement, une révolution même, on peut dire, et comme toutes les révolutions qui sont inscrites dans l’ordre des choses, demain on trouvera cela tout à fait normal et on s’étonnera beaucoup que l’on ait attaché autant d’importance à cette entrée d’une femme à l’Académie.

15Il ajoute presque immédiatement qu’il pleut à Paris ce jour-là, présente le bâtiment de l’Institut et un très bref historique, énumérant les différentes académies de l’Institut, et évoquant l’installation de l’Académie française au quai Conti ainsi que la date de sa création. Puis, il présente Marguerite Yourcenar, l’île où elle habite, mais résume sa biographie par cette phrase  : «  C’est vrai qu’elle a eu une enfance heureuse, qu’elle n’a jamais manqué d’argent dans sa vie  ». Après avoir reconnu que c’est «  un portrait un peu rapide  », il évoque son costume d’académicienne (robe Yves Saint-Laurent) et donne son âge  :

[…] elle est née en 1903 à Bruxelles. […] 1903, elle a quel âge  ? calculez. Même pour une académicienne, peut-être il [sic] vaut mieux ne pas dire son âge. Oh  ! après tout  : 78 ans, et beaucoup regrettent qu’elle n’ait pas été élue beaucoup plus tôt à l’Académie.

16Il revient ensuite à l’Académie et à son travail sur le dictionnaire. On se demande d’ailleurs s’il n’y a pas un peu d’ironie dans son propos  :

l’Académie, on peut en dire beaucoup de mal, s’en amuser, mais […] il n’est pas mauvais que des institutions comme l’Académie résistent, travaillant paisiblement, tranquillement, pendant des années, des siècles, à son fameux dictionnaire que peu de gens consultent.

17Une autre remarque ironique suit en effet de très près  :

  • 18 De fait, nous verrons très peu la descente des escaliers, seulement sur le côté, les hauts des co (...)

dans quelques minutes, nous allons voir descendre les membres de l’Institut, les académiciens par un escalier […] et ce ne sera pas, sans doute, très facile pour tout le monde car vous savez, avec une épée au côté, descendre un grand escalier n’est pas commode. Puis ça ne se fait pas tous les jours18.

18Les explications se poursuivent à propos de la présence de Valéry Giscard d’Estaing, «  protecteur  » de l’Académie  :

Il ne fait pas les académiciens. Il ne les nomme pas […]. Les académiciens sont élus par leurs confrères, mais le président de la République a le droit, dans les règlements, d’accepter ou de refuser, il peut très bien refuser que tel élu soit reçu sous la coupole.

19Le commentateur rappelle ensuite que Yourcenar est la première femme à être élue à l’Académie, mais le commentaire se veut le plus neutre possible, rappelant les difficultés rencontrées pour son élection de façon évasive  : «  Vous savez que cette première femme à entrer à l’Académie a suscité beaucoup de polémiques qui paraissent aujourd’hui un petit peu dérisoires et sans grand intérêt. Mais faut-il les rappeler  ?  ». On sent une retenue et le désir d’apaisement, à présent que les dés sont jetés. Néanmoins, il ajoute  :

Tous les académiciens d’ailleurs ne seront pas là sur les quarante. Ils seront peut-être la moitié. Certains ne sont pas venus simplement parce que, vous savez, on n’est pas élu très jeune à l’Académie et certains ont été retenus chez eux simplement par impossibilité physique de venir, et puis d’autres simplement par bouderie, fâcherie, ils ne sont pas contents, ils ne voulaient pas d’une femme sous la coupole.

20Enfin, arrive Marguerite Yourcenar et le journaliste décrit son habillement, mentionne ses deux parrains, Maurice Schumann et Jean Delay, dont il fait une courte présentation. Il s’interrompt pour annoncer l’arrivée de Valéry Giscard d’Estaing et pour indiquer le déroulé de la cérémonie. Il présente enfin Jean d’Ormesson et s’interrompt à nouveau quand le président de la République entre dans la chapelle. De même que la caméra, mais dans une moindre mesure, le commentaire fait lui aussi des allers-retours, s’interrompant parfois pour «  montrer  » quelque chose.

  • 19 Le Figaro du 22 janvier 1981 mentionne aussi cette médaille cachée et toujours portée par Yourcen (...)

21Il faut dire que le commentaire n’est pas à la hauteur de la qualité du montage des images. En effet, malgré le souci pédagogique, Jean-Jacques Peyraud ne dit rien de l’œuvre de Yourcenar et il réduit sa biographie au minimum  : date de naissance, nationalité des parents, importance de son père pour elle, mais sans approfondir et en s’arrêtant à un détail  : «  […] sous sa blouse, vous ne le verrez pas, on me l’a dit, elle a une petite médaille que lui a donnée son père, plutôt héritée de son père, un homme qui a eu une grande importance dans sa vie19.  » Il y aurait eu sans doute beaucoup d’informations plus riches et intéressantes à donner sur la relation de Yourcenar et de son père qui a payé à compte d’auteur les deux premiers recueils de poésie de sa fille et avec qui elle a choisi son pseudonyme, par exemple.

22On sent même parfois, de la part du journaliste, le besoin de meubler le temps avant le début de la cérémonie  : les répétitions et les phrases destinées à combler les vides, porteuses de peu de sens, sont fréquentes. Par exemple  : «  ce n’est pas Mazarin, évidemment, comme tout le monde le sait, comme nous l’avons tous appris et comme nous l’apprenons tous les jours, qui a fondé l’Académie française […]  ». Ou encore, nous attendrions une information plus nourrie lorsqu’il présente l’île de Yourcenar  :

C’est une petite île quand même assez chic, où il y a beaucoup de gens qui ne manquent pas d’argent et c’est vrai ce qu’on a pu dire de Marguerite Yourcenar, pour ceux qui voulaient un petit peu la dénigrer, car il y a toujours beaucoup de gens pour dénigrer tout, mais après tout, c’est peut-être un penchant naturel. C’est vrai qu’elle a eu une enfance heureuse, qu’elle n’a jamais manqué d’argent dans sa vie, et ma foi tant mieux puisque beaucoup d’écrivains ont eu beaucoup d’argent, ce qui leur a permis… enfin, beaucoup… suffisamment pour pouvoir écrire.

23À la fin de la cérémonie, Jean-Jacques Peyraud termine l’émission par un commentaire assez court, et qui laisse une drôle d’impression  :

Il va y avoir une belle bousculade car cette chapelle est très petite, mais ce qui est le plus extraordinaire dans cette séance […], ce sont ces discours que vous avez entendus. Là, on voit le président Giscard d’Estaing qui serre la main de Marguerite Yourcenar […] Madame Giscard d’Estaing à son tour et donc, j’espère que vous avez pu suivre avec nous cette séance historique, et que vous vous êtes laissés envoûter par ces discours. On dit que les discours académiques, il n’en reste pas grand-chose dans l’histoire de la littérature. C’est vrai, mais tout de même, nous aurons eu le plaisir de les écouter ensemble.

Contenu des Journaux télévisés du 22 janvier 1981

24Cette retransmission est sans doute aussi exceptionnelle que l’événement qu’elle filme puisqu’elle garde la trace d’un moment important de la vie littéraire et de la société françaises. Il nous semble cependant que notre étude serait incomplète sans un tour d’horizon des journaux télévisés du soir de la cérémonie, sur les trois chaînes de télévision.

25Sur TF1, les journaux de 20 heures et de 22 h 50 relatent l’événement. Il faut noter que c’est le même journaliste (Jacques Idier) qui intervient dans les deux journaux, mais avec deux commentaires différents. En revanche, les images de la captation sont quasiment les mêmes dans les deux émissions  : l’arrivée de Marguerite Yourcenar au bras de Jean d’Ormesson et celle de Valéry Giscard d’Estaing. Les extraits des deux discours sont identiques.

  • 20 Voici ce que dit Jean d’Ormesson  : «  Ce sont, j’imagine, des réflexions de cet ordre qui vous o (...)
  • 21 Voici ce que dit d’Ormesson  : «  Je ne vous cacherai pas, Madame, que ce n’est pas parce que vou (...)

26Dans le Journal de 20 heures, Jacques Idier commence son commentaire à partir d’une phrase du discours de Jean d’Ormesson  : «  Et voilà, la coupole de l’Institut ne s’est pas écroulée sur notre tête, une femme est entrée à l’Académie française […] ça figurera dans le livre des records20  ». Il ajoute que le discours de Yourcenar était «  une approche envoûtante, il fallait y entrer, s’y enfermer, se laisser séduire  ». Mais, bien entendu, c’est surtout le fait qu’elle soit une femme qui est souligné, et il reprend là encore une phrase de Jean d’Ormesson  : «  Marguerite Yourcenar n’est pas entrée à l’Académie parce qu’elle est une femme, ce serait même un petit peu facile, mais parce qu’elle est un grand écrivain21  ».

27Son commentaire de 22 h 50 est peut-être plus perfide  :

D’autant plus sereine, Marguerite Yourcenar, qu’elle n’était pas candidate, mais elle ne l’était pas au point que l’on peut se demander si ce n’est pas coquetterie hautaine de sa part, une manière d’être encore plus femme. Cette remarque est évidemment tout à fait déplacée car ce n’est pas une femme qui a été reçue à l’Académie, c’est un grand écrivain, comme l’a d’ailleurs dit Jean d’Ormesson.

28Le présentateur du journal termine ainsi cette évocation  : «  Marguerite Yourcenar pouvait difficilement éviter d’aborder le problème de la misogynie de ses nouveaux confrères, misogynie à mettre au passé. Elle l’a fait avec humour.  » Suit le passage du discours de la première académicienne  :

Elles [les femmes] inspiraient les écrivains, les régentaient parfois et, fréquemment, ont réussi à faire entrer l’un de leurs protégés dans votre Compagnie, coutume qui, m’assure-t-on, a duré jusqu’à nos jours  ; elles se souciaient fort peu d’être elles-mêmes candidates. On ne peut donc prétendre que dans cette société française si imprégnée d’influences féminines, l’Académie ait été particulièrement misogyne  ; elle s’est simplement conformée aux usages qui volontiers plaçaient la femme sur un piédestal, mais ne permettaient pas encore de lui avancer officiellement un fauteuil.

29FR3 a fait moins d’efforts en la circonstance. En effet, Soir 3 de 22 h 30 reprend à l’identique le journal de 19 h 10. Le commentaire résume les points qui se retrouvent dans tous les journaux  : une femme  ? non, un grand écrivain  ; la misogynie de l’Académie  ; l’arrivée de Yourcenar avec d’Ormesson  ; le costume d’Yves Saint-Laurent  ; les deux parrains de Yourcenar  ; des extraits des discours, essentiellement dans le début et non dans les éloges, plus littéraires  ; la présence de Valéry Giscard d’Estaing et de son épouse. FR3 présente cependant la particularité d’être la seule chaîne à préciser qu’il s’agit du fauteuil n°  3. Quant aux images, ce sont aussi à peu près les mêmes qu’ailleurs  : descente de l’escalier, installation de Yourcenar à son siège, arrivée du président de la République dans la chapelle, vues du public.

30C’est Antenne 2 qui a montré le plus d’originalité, peut-être pour compenser le fait qu’elle n’avait pas retransmis en direct la cérémonie. D’abord à 18 h 30, dans l’émission C’est la vie, une présentation très courte dit l’essentiel et montre Yourcenar au bras de Jean d’Ormesson. Puis, le journal de 20 heures, présenté par Patrick Poivre d’Arvor, consacre un long moment à l’événement  : il diffuse des extraits du début du discours de Yourcenar et les mêmes images que les autres chaînes de télévision. Mais Jean-François Kahn commente longuement la phrase de la nouvelle académicienne au sujet des «  usages qui volontiers plaçaient la femme sur un piédestal, mais ne permettaient pas encore de lui avancer officiellement un fauteuil  ». Il trouve cette phrase

remarquable. D’une part parce qu’elle est profonde, puis parce que d’une certaine manière, elle est fielleuse. […] Plus on déifie la femme dans les livres, dans la littérature, et moins on lui permet de jouer un rôle dans la vie quotidienne.

  • 22 On trouve également dans la presse écrite, l’idée de «  révolution  »  : dans Points de Vue du 16 (...)

31Il ajoute une remarque importante. En effet, aussi bien dans la retransmission que dans plusieurs journaux télévisés et même dans la presse écrite, il a été question d’événement historique, de révolution22. Or, Jean-François Kahn pense que «  c’est un événement important, mais ce n’est pas une révolution. La révolution, ce sera justement lorsque ce ne sera plus un événement.  »

  • 23 Nous avons retrouvé trace, dans les archives de l’INA, d’un reportage de 4 minutes sur Yourcenar, (...)
  • 24 Yourcenar a été deux fois l’invitée d’Apostrophes  : le 7 décembre 1979, puis le 16 janvier 1981.

32Ce que dit Patrick Poivre d’Arvor est également axé sur l’entrée d’une femme, mais, dans sa conclusion, il insiste sur le fait qu’Antenne 2 s’intéresse depuis longtemps à Yourcenar  : «  Marguerite Yourcenar, que nous avions présentée dès 76 à travers un reportage de Jacques Ségui23 chez elle, et que nous avons très souvent interviewée ici même ou à Apostrophes24  ». On sent un désir de prendre place parmi les médias visuels, et peut-être aussi d’affirmer l’intérêt de la chaîne pour la littérature.

33Si la Dernière édition de 23 h 50 est plus courte que le journal de 20 heures et présente les mêmes images, le présentateur fait preuve d’originalité lui aussi, évoquant, après la phrase de Yourcenar, répétée partout, sur les femmes qui auraient dû la précéder, un passage plus littéraire  : «  tout son discours, comme ses œuvres, était empreint d’une grande humanité. Écoutez-la, par exemple, parler de la gloire et de l’oubli  ». Et c’est seulement dans ce journal que l’on entend cet extrait dont voici la transcription  :

Naguère, dans un de mes livres, j’ai fait dire à un empereur […] qu’un éloge ne sied bien qu’aux morts […]. Les morts, eux, lui faisais-je dire, ont droit à cette sorte d’intronisation dans la tombe, avant les siècles de gloire et les millénaires d’oubli.

Du côté de la presse écrite

  • 25 Le Soir des 11-12 janvier 1981, par exemple.
  • 26 Points de vue, Images du monde du 16 janvier 1981  ; Le Figaro du 22 janvier 1981  ; France Soir (...)
  • 27 Pour les critiques négatives, voir Brémond (Mireille), op. cit., p. 35-36.
  • 28 Le Monde du 23 janvier 1981.
  • 29 Journal de Genève du 23 janvier 1981.
  • 30 La Voix du Nord du 23 janvier 1981.

34On remarque une différence entre la presse télévisuelle et la presse écrite, aussi bien au niveau de la quantité que des commentaires. En effet, une recherche non exhaustive révèle qu’en mars 1980, au moment de l’élection, une quarantaine d’articles au moins ont été consacrés à l’événement, dans des textes parfois assez longs et ce, dans la presse grand public, c’est-à-dire dans des journaux comme Le Point, Le Figaro, Le Matin, L’Express, Marie-Claire, etc. Pour le mois de janvier 1981, au moment de la cérémonie de réception, nous avons trouvé une trentaine d’articles, souvent entre deux et quatre pages. De façon attendue, c’est surtout lors de l’élection que les articles discutant la place d’une femme à l’Académie ont été les plus nombreux, même si le sujet est toujours abordé au moment de la réception. Mais alors, les journalistes s’attardent un peu plus sur des détails  : Yourcenar a refusé l’épée25 ainsi que le costume traditionnel26. La presse écrite revient à plusieurs reprises également sur les entorses à la tradition  : Le Figaro indique que le «  cérémonial ancestral  » a été «  revu et adapté  »  : ainsi, du fait de la présence de Valery Giscard d’Estaing, de plusieurs ministres et ambassadeurs, le service d’ordre a été «  assuré exceptionnellement par les services de la présidence de la république  » (22 janvier 1981)  ; Le Journal de Genève estime que la réception de Yourcenar «  vivifia d’un souffle historique  » un «  rituel immuable  » (23 janvier 1981). Nous pouvons surtout lire dans les journaux des extraits parfois longs des discours de la première académicienne et des commentaires, le plus souvent élogieux27  : «  chef-d’œuvre28  », «  langue somptueuse  », «  éloge éblouissant29  », «  l’un des plus beaux et des plus élevés30  ». La presse écrite est donc beaucoup moins réservée, moins neutre que la télévision, et s’attache beaucoup plus à l’aspect littéraire de l’événement.

35Les deux discours comportaient deux parties, et même trois pour celui de d’Ormesson  : une première, la plus courte, rappelant à mots couverts et avec le sourire, les difficultés de cette élection, et une autre, bien plus développée, qui est le discours lui-même, c’est-à-dire, de la part de Yourcenar, un éloge de Roger Caillois, et du côté de Jean d’Ormesson un éloge de l’œuvre de Yourcenar, à quoi il ajoutera une présentation de Caillois, puisqu’il l’a très bien connu, et avait pour lui beaucoup d’estime et d’amitié. Or, les journaux télévisés qui ont été étudiés dans ce travail, à une ou deux exceptions près, n’ont retenu que des extraits des premières parties, disons plus politiques. On voit nettement, par les commentaires de la retransmission et par ceux des journaux télévisés, que, bien que Yourcenar soit reconnue comme un grand écrivain, ce n’est pas tant la littérature qui intéresse et retient l’attention, que l’entrée d’une femme à l’Académie. Il est bien clair que, plus que pour la littérature, c’est pour un phénomène de société que la presse s’est passionnée, la presse écrite insistant plus toutefois sur l’importance littéraire de cette élection. Ainsi peut-on lire dans Points de vue  : «  Incontestablement, cette victoire était celle de la littérature. Faut-il aussi y voir un succès de la cause féminine  ? Sans aucun doute  » (16 janvier 1981). Mais La Cité voit les choses différemment  : «  C’est donc le triomphe de l’intelligence. Non la victoire du féminisme. Marguerite Yourcenar est un écrivain  » (22 janvier 1981). Quoi qu’il en soit, «  jamais, depuis longtemps, et dans le monde entier, le prestige de l’Académie n’aura été aussi éclatant  » (Le Figaro, 24 janvier 1981).

36Aujourd’hui, cette retransmission est précieuse, et elle a valeur de document historique, de témoignage d’un moment fort pour la place et la reconnaissance des femmes qui avaient encore beaucoup à conquérir dans le monde littéraire  ; c’est également un témoignage de l’importance qu’avait encore la littérature dans la vie publique. On peut donc considérer ce document comme aussi important pour la littérature que pour la société.

Haut de page

Notes

1 Voir Brémond (Mireille), Marguerite Yourcenar, une femme à l’Académie. Malgré eux, malgré elle…, édition revue et augmentée, Paris, Classiques-Garnier, 2021, p. 165-168, la liste est sans doute non exhaustive.

2 Émissions du 18 janvier au 11 février 1971, en douze émissions de 15 minutes chacune (source  : site de l’INA). Ces entretiens ont été publiés au Mercure de France en 1972 sous le titre Entretiens radiophoniques avec Marguerite Yourcenar.

3 Il s’agit de l’émission  : Marguerite Yourcenar  : une vie, une œuvre, une voix, diffusée le 19 février 1972 sur Antenne 2. Durée  : 55 minutes. L’émission a été rediffusée en deux parties les 19 et 20 janvier 1981.

4 Voir Brémond (Mireille), op. cit., p. 15-16, lettre du 27 novembre 1979.

5 Il est plusieurs fois question de sa candidature en novembre et décembre 1979  : le 9 novembre (lendemain de la présentation de la candidature de Yourcenar par Jean d’Ormesson à l’Académie), Antenne 2 Midi (information sur Yourcenar en fin d’émission, à 12 h 55) et à 20 heures, TF1 à 23 heures.

6 Journaux télévisés du 6 mars 1980  : sur TF1 à 20 heures et à minuit  ; sur Antenne 2 à midi, à 20 heures et à minuit, sur FR3 à 22 heures. Le lendemain, Antenne 2 en parle encore dans son journal de 12 heures, et TF1 à 13 heures. Le 18 novembre, il en est question dans l’émission de TF1 C’est pas sérieux (à 13 h 20)  ; le 5 décembre, dans le journal de midi d’Antenne 2  ; le 7 décembre enfin, une émission Apostrophes lui est consacrée sur Antenne 2.

7 Le 22 janvier, TF1 évoque l’événement dans le journal de 13 heures, puis dans ses deux journaux du soir (20 heures et 22 h 50). Antenne 2, outre ses journaux de midi, 20 heures et 23 h 50, reprend l’information à 18 h 30 dans l’émission C’est la vie. Quant à FR3, il en parle dans les journaux de 19 h 10 et 22 h 30.

8 Voir Brémond (Mireille), op. cit., p. 37-38.

9 Voir Caput (Jean-Pol), L’Académie française, Paris, puf, 1986, p. 109. La fiche de l’ina précise qu’il s’agit d’une émission qui a duré une heure (donc transmission très probablement seulement partielle), et diffusée en différé (de 22 h 43 à 23 h 41).

10 Le 25 janvier 1979, émission de 21 h 15 à 23 h 30. La fiche de l’ina précise qu’il s’agit d’une première diffusion, c’est donc en différé, les cérémonies à l’Académie française ayant lieu l’après-midi.

11 Procès-verbal de la séance du 31 janvier 1980, Archives de l’Académie française.

12 Lettre de Marguerite Yourcenar à Cécile de Bosson, 23 août 1980, Harvard, Houghton Library, Ms Fr 372 (857). Elle écrit aussi à Claude Gallimard, son éditeur (Houghton Library, Harvard, Ms Fr 372.2 (5539). Nous n’avons pas retrouvé la lettre, mais une note manuscrite indique qu’elle a fait la même demande à Jean d’Ormesson.

13 Lettre de Cécile de Bosson à Marguerite Yourcenar, 1er septembre 1980, Harvard, Houghton Library, Ms Fr 372 (85).

14 Lettre de Marguerite Yourcenar à Cécile de Bosson, 11 septembre 1980, Harvard, Houghton Library, Ms Fr 372 (857).

15 Voici la liste, d’après les archives de l’INA  : le 4 juin 1978, émission Le Pays d’où je viens, sur FR3, à 20 h 06. Le 7 janvier 1979, sur FR3 de 17 h 30 à 18 h 20, Un comédien lit un auteur, Maurice Dumay est un des réalisateurs. Le 17 janvier 1979, «  Marguerite Yourcenar lit Marguerite Yourcenar  », de 17 h 36 à 18 h 26, sur FR3. Le 13 mars 1980, L’Événement, de 22 h 19 à 23 h 08 sur TF1  ; le premier titre (22 h 20 - 22 h 45) concerne Yourcenar et s’intitule «  La dame de l’Académie  ». Le 11 janvier 1981, enfin, Images de voyages, de 22 heures à 22 h 48 sur FR3.

16 Pour les relations de Yourcenar et Dumay, on consultera Savigneau (Josyane), Marguerite Yourcenar, Paris, Gallimard, 1990. Voir notamment les pages 379-380, 399, 413-414, 417-418.

17 TF1, 22/1/81, 14 h 40, retransmission de la réception de Yourcenar à l’Académie. Transcription faite par nos soins.

18 De fait, nous verrons très peu la descente des escaliers, seulement sur le côté, les hauts des corps seuls étant visibles.

19 Le Figaro du 22 janvier 1981 mentionne aussi cette médaille cachée et toujours portée par Yourcenar.

20 Voici ce que dit Jean d’Ormesson  : «  Ce sont, j’imagine, des réflexions de cet ordre qui vous ont incités, Messieurs, à me permettre de prononcer devant vous – sans que le ciel me tombe sur la tête, sans que s’écroule cette Coupole, sans que viennent m’arracher de mon fauteuil les ombres indignées de ceux qui nous ont précédés dans cette lignée conservatrice d’un patrimoine culturel où, fidèles à l'étymologie, nos pères semblent s’être livrés depuis toujours et tout seuls à une espèce d’équivalent masculin et paradoxal de la parthénogenèse – un mot inouï et prodigieusement singulier  : Madame. [Applaudissements].  »

21 Voici ce que dit d’Ormesson  : «  Je ne vous cacherai pas, Madame, que ce n’est pas parce que vous êtes une femme que vous êtes ici aujourd'hui  : c’est parce que vous êtes un grand écrivain. Être une femme ne suffit toujours pas pour s’asseoir sous la Coupole. Mais être une femme ne suffit plus pour être empêchée de s’y asseoir.  »

22 On trouve également dans la presse écrite, l’idée de «  révolution  »  : dans Points de Vue du 16 janvier 1981 et dans Le Figaro du 22 janvier 1981, par exemple.

23 Nous avons retrouvé trace, dans les archives de l’INA, d’un reportage de 4 minutes sur Yourcenar, diffusé au journal de 20 heures d’Antenne 2 le 1er janvier 1978. Il en fera un autre, de la même durée et pour le même journal, le 9 novembre 1979.

24 Yourcenar a été deux fois l’invitée d’Apostrophes  : le 7 décembre 1979, puis le 16 janvier 1981.

25 Le Soir des 11-12 janvier 1981, par exemple.

26 Points de vue, Images du monde du 16 janvier 1981  ; Le Figaro du 22 janvier 1981  ; France Soir du 23 janvier 1981  ; Le Soir du 23 janvier 1981.

27 Pour les critiques négatives, voir Brémond (Mireille), op. cit., p. 35-36.

28 Le Monde du 23 janvier 1981.

29 Journal de Genève du 23 janvier 1981.

30 La Voix du Nord du 23 janvier 1981.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Brémond, « La retransmission de la Cérémonie d’entrée à l’Académie française de Marguerite Yourcenar »Textyles, 63 | 2022, 99-111.

Référence électronique

Mireille Brémond, « La retransmission de la Cérémonie d’entrée à l’Académie française de Marguerite Yourcenar »Textyles [En ligne], 63 | 2022, mis en ligne le 31 janvier 2023, consulté le 03 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/textyles/6177 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.6177

Haut de page

Auteur

Mireille Brémond

lid2ms – Aix-en-Provence - Aix-Marseille Université

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search