Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63ChroniquesLa chronique des Archives et Musé...Le Fonds Andrée Sodenkamp

Chroniques
La chronique des Archives et Musée de la Littérature

Le Fonds Andrée Sodenkamp

Une poésie du quotidien
Capucine Couplet et Mathilde Van Inthoudt
p. 169-171

Texte intégral

1Poétesse belge auteure d’une dizaine de recueils poétiques en français, Andrée Sodenkamp se place parmi les figures littéraires importantes de son époque. Son fonds d’archives, déposé en 2012 aux Archives & Musée de la Littérature, a récemment été dépouillé et offre désormais de précieuses informations, tant sur l’œuvre de la poétesse que sur ses relations avec le monde littéraire belge de la seconde moitié du XXe siècle.

  • 1 De celui-ci, Sodenkamp a précieusement gardé quelques cahiers de guerre, rédigés peu avant son d (...)
  • 2 Pour honorer ce travail d’inspectrice publique des bibliothèques, la bibliothèque communale de G (...)

2Née en 1906 à Saint-Josse-Ten-Noode, Andrée Sodenkamp se retrouve rapidement orpheline de père et de mère. Son oncle, commandant attaché d’état-major, devient son tuteur légal jusqu’à son décès à la fin de la Première Guerre Mondiale1. Andrée Sodenkamp est alors confiée à ses grands-parents, chez qui elle vit de nombreuses années avant de se marier à Camille Libotte. Après des études d’institutrice et de régente en littérature, elle devient enseignante d’histoire, de géographie et de français, puis inspectrice des bibliothèques publiques2. Grâce à ces fonctions et diverses relations, Andrée Sodenkamp entre rapidement en contact avec les milieux littéraires, avant de s’initier à l’écriture et de devenir à son tour écrivaine.

3Si la carrière de la poétesse éclôt tardivement, un premier poème est déjà publié en 1945 dans le journal l’Aurore, sous le pseudonyme (masculin  !) d’André Soden. Son œuvre publiée – essentiellement des recueils poétiques, ainsi qu’un recueil d’impressions de voyage, A rivederci Italia – jalonne la seconde moitié du XXe siècle, de son premier ouvrage Des oiseaux à tes lèvres, paru en 1950, jusqu’aux Poèmes choisis édités en 1998. Des centaines de poèmes publiés au sein de ces recueils ont été découverts dans le fonds Sodenkamp, soit à l’état d’ébauche ou assortis de quelques corrections manuscrites, soit dans leur version définitive. Ils nous livrent un large panorama de la production poétique d’Andrée Sodenkamp. Cette dernière puise son inspiration dans des sujets variés, comme les fêtes religieuses, et principalement Noël et Pâques, qui sont à l’origine de nombreux poèmes. Son attachement aux grands peintres flamands tels Van Eyck et Bruegel, ou français, comme Watteau, trouve aussi écho dans son œuvre. Mais la poésie de Sodenkamp s’épanouit également dans des motifs plus personnels, comme la ville de Bruxelles à laquelle elle se trouve très liée ou encore sa grand-mère, Margareta Matiéna, qui a transmis à Sodenkamp les quelques gouttes de sang tzigane qui coulent encore dans ses veines, ce que la poétesse aime à rappeler pour justifier son tempérament. Quels que soient les sujets qu’ils traitent, les poèmes conservés dans le fonds d’archives dévoilent une voix singulière, où la part belle est faite au quotidien. Et si les poèmes de Sodenkamp abordent parfois des thématiques universelles, c’est toujours à travers le prisme de l’intime. Ainsi, on découvre au fil des vers ses sentiments sur la beauté et le vieillissement du corps, ses réflexions sur la féminité, sur l’amour et la passion, mais aussi sur le temps qui passe irrémédiablement et sur la mort.

4À ces poèmes parus dans les différents recueils publiés par la poétesse s’ajoute une centaine de feuillets manuscrits ou dactylographiés épars comprenant des poèmes inédits. La plupart de ces derniers ne possèdent ni date ni titre, et certains d’entre eux sont restés à l’état d’ébauches. Pourtant, recouverts d’annotations et de corrections manuscrites, ces poèmes constituent un témoignage éclairant sur le considérable travail qui les a précédés. En effet, Andrée Sodenkamp a pour habitude de largement repenser et remanier ses poèmes, dans une quête incessante de perfection, comme en témoignent les avant-textes à découvrir dans le fonds.

5Outre la production poétique prolifique d’Andrée Sodenkamp, son fonds d’archives permet également d’appréhender sa riche vie sociale, et notamment la place qu’elle occupe au sein des milieux littéraires. Entourée et encouragée par de nombreux écrivains belges reconnus, elle se montre élogieuse à leur égard dans les multiples conférences qu’elle leur consacre. Dès lors, de nombreuses recherches, documentations et ébauches préparatoires en vue de discours ou d’articles sur la vie et l’œuvre d’écrivains contemporains tels qu’Anne-Marie Derèse, Yves-William Delzenne, Marie-Claire d’Orbaix, Anise Koltz, Géo Libbrecht, Liliane Wouters ou encore Charles Plisnier sont conservées dans le fonds Sodenkamp. Un ensemble particulièrement remarquable concerne Maurice Carême, l’un des premiers à avoir perçu le talent lyrique de l’écrivaine et à la soutenir. Le fonds conserve également de nombreux textes littéraires d’hommes et de femmes de lettres de son entourage, qui la sollicitaient régulièrement pour lire leurs manuscrits et, le cas échéant, les annoter. Ses archives recèlent enfin de nombreux savoirs compilés qui lui permettent d’écrire et de discourir à propos de grands auteurs de langue française comme Victor Hugo ou Louis Aragon, mais également à propos de thématiques chères à son cœur. Parmi celles-ci, citons l’Histoire, l’histoire de l’art, les femmes, les bibliothèques, les écrivains belges, la littérature en général et la poésie en particulier.

6Un important dossier de réception critique complète le fonds. Cet ensemble comprend notamment des biographies, bibliographies, préfaces et comptes rendus à propos d’Andrée Sodenkamp et de son œuvre. Si la poétesse est malheureusement moins connue du grand public à l’heure actuelle, elle bénéficiait d’une notoriété certaine de son vivant. En témoignent les nombreux articles et coupures de presse à propos de ses recueils qui acclament son talent poétique. Le fonds Sodenkamp contient également un certain nombre de lettres (originales ou photocopiées) envoyées à l’occasion de la parution de ses œuvres, émanant de personnalités du monde politique (Georges Pompidou, Valéry Giscard d’Estaing, Jacques Chirac) ou du monde littéraire (Carl Norac, Norge, Pierre Menanteau).

7Après une carrière florissante, récompensée par de nombreux prix littéraires (tels que le Prix Renée-Vivien pour Sainte Terre en 1954 ou encore le Prix triennal de poésie pour Femmes des longs matins en 1969), les dernières années de la poétesse s’avèrent plus difficiles. Jeannine Hérion-Bodart, l’une de ses anciennes élèves, endosse alors le rôle de secrétaire administrative, prenant en charge la rédaction du courrier. Parce qu’Andrée Sodenkamp connaît de trop nombreuses «  Jeannine  » et pour éviter les confusions, elle décide de surnommer son ancienne élève MAT. C’est ainsi qu’une abondante correspondance s’établit entre MAT et diverses personnes, parfois accompagnée de messages directement dictés par Sodenkamp, le plus souvent pour informer les destinataires du mauvais état de santé de cette dernière.

8Andrée Sodenkamp décède à Walhain en 2004. N’ayant pas de descendance, ses archives sont alors récupérées par Jeannine Hérion-Bodart, avant de passer aux mains de ses héritiers, qui ont versé celles-ci aux collections des AML, offrant aux amateurs la possibilité de découvrir un fonds à la fois touchant et passionnant.

Haut de page

Notes

1 De celui-ci, Sodenkamp a précieusement gardé quelques cahiers de guerre, rédigés peu avant son décès, et dont elle a retranscrit consciencieusement certains passages.

2 Pour honorer ce travail d’inspectrice publique des bibliothèques, la bibliothèque communale de Gembloux a été renommée Bibliothèque Andrée Sodenkamp.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Capucine Couplet et Mathilde Van Inthoudt, « Le Fonds Andrée Sodenkamp »Textyles, 63 | 2022, 169-171.

Référence électronique

Capucine Couplet et Mathilde Van Inthoudt, « Le Fonds Andrée Sodenkamp »Textyles [En ligne], 63 | 2022, mis en ligne le 31 janvier 2023, consulté le 03 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/textyles/6202 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.6202

Haut de page

Auteurs

Capucine Couplet

Archives & Musée de la Littérature

Mathilde Van Inthoudt

Archives & Musée de la Littérature

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search