Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63ChroniquesComptes rendusBizek-Tatara (Renata) (dir.), Au-...

Chroniques
Comptes rendus

Bizek-Tatara (Renata) (dir.), Au-delà du réel. Écritures du surnaturel dans les lettres belges francophones

Lublin, Wydawnictwo Uniwersytetu Marii Curie-Skłodowskiej, 2017.
Hubert Roland
p. 157-160
Référence(s) :

Bizek-Tatara (Renata) (dir.), Au-delà du réel. Écritures du surnaturel dans les lettres belges francophones, Lublin, Wydawnictwo Uniwersytetu Marii Curie-Skłodowskiej, 2017.

Texte intégral

1Les regards portés sur les lettres belges et leur historiographie depuis l’étranger offrent souvent une perspective qui vaut le détour. Ils permettent même d’ouvrir des pistes et de (re)mettre en valeur des textes qu’on a pu négliger ou oublier. La publication dirigée par Renata Bizek-Tatara, issue d’un colloque qui s’est tenu à l’Institut de philologie romane de l’Université Marie Curie-Sklodowska de Lublin en décembre 2015 ne déroge pas à la règle. À l’exception des articles de Laurent Demoulin et de Marc Quaghebeur, les douze contributions rassemblées dans l’ouvrage sont signées de collègues issus d’universités polonaises – Cracovie, Katowice, Lublin, Poznań et Varsovie – dans lesquelles on s’est spécialisé à différents niveaux dans l’étude de nos Lettres.

2Certes le «  filon littéraire  » des «  écritures du surnaturel  » (que la directrice de publication qualifie aussi de «  littérature non mimétique  » dans sa préface) et surtout le prétendu caractère «  inné  » des Lettres belges à vouloir incarner les diverses esthétiques concernées, posent certaines questions d’ordre méthodologique, on y reviendra. Toutefois le parcours proposé en cinq étapes sociohistoriques menant chronologiquement des «  fractures insolites du symbolisme  » aux «  déroutes postmodernes du quotidien  » permet sans doute en lui-même de plaider pour la capacité récurrente de la littérature belge à systématiquement renouer avec l’écriture du surnaturel, en prenant soin d’adapter ou de reconfigurer les esthétiques qui en ressortent en fonction de l’esprit du moment.

3L’époque symboliste fait l’objet d’une mise au point par le biais de l’œuvre de deux représentants mineurs ou oubliés, l’activiste wallon et poète Hector Chainaye, dont le volume L’Âme des choses est étudié par Judyta Zbierska-Mościcka, et Eugène Demolder, dont les nouvelles tiennent pour Joanna Pychowska de l’écriture du fantastique réel. C’est donc déjà dans la tradition symboliste qu’on peut déceler une sorte d’indécidabilité entre les choses les plus concrètes de la vie quotidienne et les manifestations surnaturelles. Deux contributions consacrées à Michel de Ghelderode constituent ensuite la seconde partie de l’ouvrage, intitulée «  Au cœur du fantastique crépusculaire  ». Julie Łukasiak revient elle aussi sur la fonction des objets dans la prose et le théâtre de Ghelderode, tandis que Judyta Niedokos s’interroge sur la possibilité d’une «  conjonction dramaturgique du merveilleux et du fantastique  » (p.  74) dans Sire Halewyn.

4La troisième partie évolue vers les années de guerre et de l’après-guerre. Celles-ci sont inscrites sous le sceau de ce que Marc Quaghebeur, dans son substantiel article d’ouverture, appelle la «  troisième voie pour l’étrange  » du réalisme magique (p.  18), qui succède pour lui au fantastique réel. Cette esthétique est également associée à La Chronique du cygne de Paul Willems dans l’article de Karolina Czerska et au roman plus tardif Octobre long dimanche de Guy Vaes, que Ryszard Siwek rapproche des théories esthétiques de l’École de Francfort et de la Dialectique de la raison d’Adorno et de Horkheimer.

5Sous l’appellation «  Jeux avec le fantastique  », la quatrième partie s’ouvre sur un article d’Alicja Ślusarska consacré aux Contes fantastique. Contes insolites de Maurice Carême  ; publiés en 1977, un an avant la mort du poète, ils illustrent la façon dont Carême pratique la satire d’inspiration politico-sociale, à la suite de George Orwell dans La ferme des animaux. Alexandra Komandera étudie ensuite l’ambiguïté comme trait distinctif de l’insolite dans les Rêves fêlés du médecin-écrivain bilingue (français-néerlandais) André Prágà, avant qu’Agnieszka Loska pose la question d’un fantastique féminin, apte à tourner le dos à certains clichés du genre dans les récits d’Anne Duguël. Renata Bizek-Tatara pénètre pour sa part dans le domaine de l’ultra-contemporain à travers les nouvelles fantastiques de Bernard Quiriny, qui se distinguent à nouveau par une emphase sur les objets ordinaires du quotidien. Ceux-ci se retrouvent transformés ici en narrateurs actifs, qui content leurs propres crimes, ce qui invite l’autrice à adjoindre l’idée de loufoque à celle de l’étrange.

6Ce faisant, elle facilite la transition avec la cinquième et dernière partie de l’ouvrage, placée sous l’égide d’esthétiques d’inspiration foncièrement postmoderne. Laurent Demoulin y effectue un chemin à rebours du surnaturel au naturel à partir de textes plus anciens d’Eugène Savitzkaya  ; Ewa Grabowska pénètre dans l’imaginaire de Thomas Gunzig, pour y épingler la fonction sociale du fantastique, ses capacités à pratiquer la critique acerbe et la transgression, tandis qu’Anna Maziarczyk clôture finalement l’ouvrage sur une analyse de la poétique de la déréalisation, à la fois de la diégèse et de la narration elle-même, dans Fuir et La Vérité sur Marie de Jean-Philippe Toussaint.

7Les études présentées ici apportent donc dans leur ensemble une contribution originale à l’étude des Lettres belges, et même plus généralement francophones, en particulier par les liens qu’elles tissent, ne fût-ce qu’implicitement, entre des périodes qu’on n’eût pas toujours spontanément rapprochées dans une analyse commune. La permanence de certains motifs littéraires, comme celui des objets, ou la survivance d’une poétique de type symboliste jusque chez des autrices et auteurs de l’ultracontemporain offre d’intéressantes perspectives. En particulier, le fait de convoquer de manière éclectique l’éclairage de sources critiques génériques comme celles de Jacques Goimard (sur le fantastique), de Christian Chelebourg (sur le surnaturel) ou de Hans Belting (sur l’anthropologie des images) apporte une perspective critique constructive qui aurait d’ailleurs pu être poursuivie de manière plus conséquente par rapport à l’ensemble du corpus abordé.

8En lien avec ce corpus précisément, ne serait-il d’ailleurs pas fructueux d’approfondir ces regards théoriques et critiques, et surtout encore de tracer des voies de type comparatiste  ? Plutôt que d’avancer dans cette voie, l’impression se dégage que le volume tient à perpétuer le récit historiographique un peu figé sur une «  école belge de l’étrange  » comme singularité des lettres belges (francophones), une tradition de recherche qui remonte à présent à plusieurs décennies. L’idée de nécessairement lier la pratique d’une écriture de l’étrange ou du surnaturel à l’idée de transgression comme lieu de construction d’une identité belge et comme partie constituante d’un courant de «  belgité  » ou de «  belgitude  » a eu sa fonction. Elle a pu contribuer à une meilleure reconnaissance internationale de la littérature belge, tout en mettant en évidence à la fois une véritable originalité et un patrimoine qui gagnait à devenir plus visible. Mais à présent, on ressent parfois un mécanisme d’analyse un peu stéréotypé, guidé encore et toujours par la nécessité affirmée d’un discours de positionnement, notamment par rapport à la France. On se demande donc parfois pourquoi les Lettres belges auraient nécessairement «  une propension naturelle, presque innée, au surnaturel  » (p.  7), dans une perspective de transgression pour reprendre les termes de Renata Bizek-Tatara dans sa préface. Et on en vient éventuellement à craindre que le discours sur une Belgique fantastique et visionnaire ne finisse par se réduire à un lieu de surface de projection identitaire forcément réducteur, à partir du moment où il ne relèverait plus, selon ma perception, que d’une dynamique de l’auto- et de l’hetero-image.

9Un bon exemple de singularité de la littérature belge qui gagnerait à être mis en perspective sur un plan proprement comparatiste, est celui du réalisme magique. L’historiographie de la littérature belge (francophone) étudie cette poétique de manière le plus souvent immanente, dans un regard de confrontation périphérique par rapport à la France, qui, dans l’entre-deux-guerres, aurait délaissé ce type d’écriture pour des raisons institutionnelles. Si Marc Quaghebeur effectue des rapprochements toujours pertinents avec des influences germanophones héritées essentiellement du romantisme allemand – et il y a effectivement de bonnes raisons de rapprocher le magischer Realismus de l’héritage romantique dans les pays de langue allemande – il oublie d’expliciter que c’est bien essentiellement par la redécouverte du romantisme allemand via le surréalisme français que ces influences gagnent la Belgique. Si, à l’époque du symbolisme, plus d’un auteur belge, comme Maeterlinck (traducteur de Novalis), prenait en effet connaissance de la littérature allemande directement dans le texte, ce n’est, pour des raisons historiques évidentes, plus le cas des générations de l’entre-deux-guerres et de l’après 1945, à l’une ou l’autre exception comme Marcel Lecomte. Par ailleurs, peut-on vraiment considérer le champ francophone belge comme lieu par excellence du réalisme magique, là où le monde entier tourne spontanément ses regards vers l’Amérique Latine ou les littératures postcoloniales anglophones et même francophones  ? Et à l’intérieur de la Belgique elle-même, on sait aussi que c’est le champ flamand qui a, de manière bien plus systématique et textes théoriques à l’appui, balisé la spécificité d’un regard magico-réaliste, à travers les textes d’Hubert Lampo et de Johan Daisne. Ceux-ci ne sont d’ailleurs pas restés sans influence sur la littérature belge de langue française, depuis les films d’André Delvaux jusqu’aux traductions de Lampo par Xavier Hanotte.

10On se gardera bien entendu de jeter le bébé avec l’eau du bain car, sur le plan de l’interprétation immanente et du rapport de la littérature à l’histoire, les textes présents dans le volume méritent une lecture attentive – que ce soit celui de Quaghebeur lorsqu’il décrit le réalisme magique comme une écriture des traumatismes hérités de la violence des guerres de génération en génération (et rapprochant à dessein les conflits éloignés de plusieurs siècles, dans une comparaison entre 1939-1945 et le XVIIe siècle dans les textes de Paul Willems) ou encore ceux d’Alicja Ślusarska ou d’Anna Maziarczyk par exemple, offrant des outils conceptuels porteurs comme l’idée de «  surnaturel naturel  » à partir des contes de Maurice Carême ou de «  poétique de la déréalisation  » chez Jean-Philippe Toussaint. Autant de raisons de prendre connaissance avec intérêt des travaux sur la littérature belge exposés ici et de suivre les pistes qu’ils ouvrent à la fois par rapport à ce champ spécifique et sur un plan critique plus général.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hubert Roland, « Bizek-Tatara (Renata) (dir.), Au-delà du réel. Écritures du surnaturel dans les lettres belges francophones »Textyles, 63 | 2022, 157-160.

Référence électronique

Hubert Roland, « Bizek-Tatara (Renata) (dir.), Au-delà du réel. Écritures du surnaturel dans les lettres belges francophones »Textyles [En ligne], 63 | 2022, mis en ligne le 31 janvier 2023, consulté le 01 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/textyles/6218 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.6218

Haut de page

Auteur

Hubert Roland

F.R.S.-FNRS/UCLouvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search