Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63ChroniquesComptes rendusSarr (Bacary), Imaginaire de l’in...

Chroniques
Comptes rendus

Sarr (Bacary), Imaginaire de l’insolite et problématique identitaire dans les lettres belges francophones  : un nouveau fantastique  ?

Liège, Presses universitaires de Liège, 2021 (Coll. Littérature, n°  8).
Maxime Thiry
Référence(s) :

Sarr (Bacary), Imaginaire de l’insolite et problématique identitaire dans les lettres belges francophones  : un nouveau fantastique  ?, Liège, Presses universitaires de Liège, 2021 (Coll. Littérature, n° 8).

Texte intégral

1L’entreprise que poursuit Bacary Sarr dans son ouvrage s’ancre dans une problématique à trois nœuds. Les deux premiers relèvent de la question de l’identité, celle des lettres francophones en Belgique après la Second Guerre Mondiale, et celle du sujet, qu’il soit écrivant ou fictif. Le troisième nœud a trait à la question du genre littéraire, en l’occurrence le fantastique, érigé (moyennant redéfinition) en clé d’analyse des deux premières questions. Il prévient en effet d’emblée qu’il ne compte pas examiner le «  fantastique conventionnel  » institué par le roman gothique du XIXe siècle, le sien se fondant sur «  une perception intérieure particulière de la réalité  », «  une réflexion du sujet écrivant, un regard porté sur soi lorsque l’étrangeté habite le monde et l’intériorité du sujet  » (8).

2Les deux temps de la réflexion de Sarr lui permettent de poser les assises de ce qu’il entend par «  fantastique  », aussi bien sur le plan conceptuel et générique, que sur le plan plus spécifiquement culturel voire identitaire, en ce qu’il évalue la résonance entre ce qu’il appelle le «  registre fantastique  » et l’étrangeté qu’a toujours cultivée la Belgique. Il se consacre ensuite à l’analyse des textes qui composent son corpus, avec pour objectif de mettre au jour plusieurs types d’écritures du déracinement, plus uniquement géographique et/ou territorial, mais ayant trait à un «  exil […] à l’intérieur de son propre pays, de sa propre langue, de sa propre culture, de sa propre possibilité de s’identifier  » (45).

3Première partie  : Esquisse d’une approche théorique de quelques variations du fantastique dans la littérature française de Belgique

4L’influence palpable de Lucien Goldmann amène Sarr à postuler que le fantastique qui se déploie dans les lettres belges serait conditionné par la problématique sociohistorique du Plat Pays, palpable dans la renégociation incessante du rapport de la production littéraire belge avec celle de l’Hexagone, à la fois dans un besoin de légitimation et dans un souci d’originalité. S’il aborde rapidement le cas De Coster, il fait remonter cette quête d’originalité à l’activité de la triade intellectuelle qu’ont formée les revues La Jeune Belgique, L’Art moderne et La Wallonie, ayant participé à la renommée des auteurs qui ont permis au Naturalisme et au Symbolisme belges de peser sur la scène parisienne, tout en s’en démarquant. Sans s’y restreindre et en nuançant la réception régionaliste, quasi exotique, qu’a pu en avoir la France, Sarr en revient au mythe nordique lorsqu’il explique cette démarcation par le fonds germanique (revendiqué) qui imprègne la littérature francophone de Belgique des dernières décennies du XIXe siècle. Ainsi, qu’il en aille d’une «  présence assez remarquable du pictural  » (19), mis au service d’un «  style artiste  », de l’origine flamande de ces auteurs écrivant en français ou de «  la tradition des mystiques flamands  » voire de «  l’occultisme allemand  » (21), les productions naturalistes et symbolistes de cette époque adoptent un «  visage atypique, original, qui est le sien depuis la tourmente fin de siècle dans laquelle s’est façonnée cette singularité esthétique  » (24).

5C’est à partir de ce constat d’étrangeté que Sarr, à la suite de Jean-Baptiste Baronian, explique le succès du genre fantastique en Belgique francophone, qui s’ancre dans un imaginaire fertile et emprunte la voie qu’ont ouverte et instituée Jean Ray et Franz Hellens. Il insiste toutefois sur la distance qu’il prend par rapport à la définition todorovienne que Baronian donne du genre fantastique (au sein duquel l’irruption du surnaturel opère une rupture irrémédiable dans le réel), lui préférant l’idée d’un discours fantastique, plus lâche dans ses contours, qui prendrait appui sur ce décalage au réel pour provoquer un glissement vers l’imaginaire. Ce glissement noierait «  lecteurs et auteurs dans une espèce de contentieux socioculturel  », les amènerait «  à revisiter les remparts des valeurs culturelles et à s’autocontempler dans des miroirs déformants  » (27).

6Partant, cette définition élargie du fantastique risque de se heurter à d’autres registres tout aussi institués, sinon plus, par les lettres francophones  : le surréalisme et le réalisme magique. S’il rapproche de façon surprenante et, sans doute, un peu rapide des écritures n’ayant pourtant que peu de choses en commun (celles de Nougé et de Willems par exemple), Sarr démontre que les productions relevant du surréalisme et du réalisme magique «  insuffle[nt] du fantastique  » (36) dans leur écriture pour interroger les frontières du réel. À cela, le fantastique envisagé comme discours autorise une prise de position par rapport au réel, celui du champ socioculturel cette fois, déconstruit et reconstruit par la fiction. C’est ainsi que les lettres francophones, en Belgique, s’offriraient les moyens de penser leur position marginale ou périphérique, de se dire et de se voir, à partir de «  [c]et insolite regard sur soi, le monde et sur les choses, [qui] élabore un espace où le sujet questionne l’Histoire, la langue et les cheminements de l’écriture dans la géographie de l’imaginaire  » (38).

7Seconde partie  : Le déracinement à l’œuvre

8Avant de se consacrer pleinement à l’analyse de son corpus, l’auteur prend le soin de conceptualiser l’«  écriture du déracinement  » à l’œuvre dans les littératures du XXe siècle. Quoiqu’avec quelque réserve, Sarr oriente son analyse du côté de la spécificité nationale, qu’il conçoit moins comme un fantasme que comme une nécessité conceptuelle pour mener sa démonstration à bien, puisqu’elle entend saisir les différentes modalités d’inscription du fantastique pour dire l’aliénation et l’errance propres à la situation socioculturelle et institutionnelle de la Belgique de l’après-guerre. Ces années se caractérisent par un ébranlement des fondations de l’identité, dont la conséquence est de lancer une quête pour la retrouver ou, à tout le moins, pour interroger le «  rapport du sujet avec son espace, avec soi, et avec l’autre  » (46), ce que l’auteur propose d’analyser au travers des romans suivants  : Octobre Long dimanche (1956) de Guy Vaes, Ripple-Marks (1976) de Jean Muno, Dulle Griet (1977) de Dominique Rolin, Terre d’asile (1987) de Pierre Mertens et Le Bonheur dans le crime (1993) de Jacqueline Harpman.

9S’intéressant aux vertus énonciatives de l’écriture, Sarr voit en celle-ci une «  typothérapie  » (62) autorisant les différents narrateurs de son corpus à dire et dépasser leur décentrement, ou encore à «  régler leur compte  » avec leur moi et leur milieu (55). Ce décentrement s’exprime, chez Rolin et chez Vaes, sous la forme d’un dédoublement des personnages en lequel Sarr reconnaît ce souffle fantastique qui vient également perturber et dédoubler la narration. Celle-ci se fait, dans le cas de Dulle Griet, le réceptacle de la mémoire culturelle (picturale et essentiellement breughelienne) de l’écrivaine, que vient exorciser le parcours du narrateur ou, pour adopter la terminologie de Sarr, du «  sujet écrivant  ». Quoiqu’il le rapproche trop rapidement du réalisme magique ou de pratiques subversives telles que le détournement, le discours fantastique qu’analyse Sarr révèle comment ces textes figurent aussi bien la déroute des sujets écrivants par rapport à leur moi que celle du quotidien  ; alors que le sujet tantôt «  bivouaque  » (62), tantôt adopte les caractéristiques du «  papier buvard  » (64), les romans ont pour vertu de le «  précipiter […] dans un seul espace  : le seul lieu de l’écriture  » (58), susceptible d’enclencher leur (recon)quête de souveraineté. En cela, Ripple-Marks illustre la façon dont le mouvement de la «  Belgitude  » (qui énonce le complexe aliénant d’une littérature dite minoritaire en même temps qu’il le dépasse) recourt au fantastique pour interroger la dépossession du sujet et entamer «  la fouille d’une intériorité qui se construit à partir d’une défaillance de sa propre consistance  » (65).

10Cette consistance, cette souveraineté du moi, Sarr postule qu’elle se construit dans un lâcher-prise du passé qu’amorce une écriture refusant l’obéissance et les conventions. Ainsi, il poursuit son analyse de Dulle Griet et explique qu’au foyer pictural (le tableau éponyme de Bruegel) où s’origine la narration correspond un appel vers l’ailleurs qui donne son impulsion à l’écriture. À l’instar de la figure picturale, l’écriture se dote d’un «  corps diabolique  » (80) mettant à mal les déterminismes de genre, de langue et de représentation. En cela, la comparaison avec ce qu’accomplit Muno dans Ripple-Marks tient la route, puisque son écriture retrace également la «  débandade des personnages  » (85), avec laquelle résonne une «  instabilité narrative qui décloisonne et délite les espaces socioculturels cadastrés par les normes  » (87). Dans cette logique, l’imaginaire par lequel l’écriture travaille le réel agit en catalyseur des failles et déroutes du quotidien. Laurent Carteras, le héros d’Octobre long dimanche, offre ainsi une alternative au parallèle facile entre le morcellement intérieur des personnages et la fragmentation du récit qui les porte. En effet, le roman suit les déambulations d’un protagoniste qui conscientise peu à peu qu’il vit la vie d’un autre  : à nouveau, c’est par le biais de l’imaginaire que le personnage s’offre une consistance temporelle à la mesure de son existence, en ce qu’il fige dans une sorte de fascination les moments de son vécu, en fait des événements susceptibles d’«  ériger la durée de l’instant en temporalité intérieure  » (89).

11La dernière partie de la démonstration de Sarr, sans pour autant se priver de ce qu’informent les romans analysés au préalable, laisse la part belle aux textes de Mertens et d’Harpman, jusqu’à présent effleurés. À travers ces romans, il prolonge aussi son idée de l’écriture comme lieu d’identification, de territorialisation, et l’assimile à une «  patrie ambiguë  » au sein de laquelle une «  subjectivité narrative module sous son regard la [sic] disparate de son intériorité  » (97). Cela passe par ce que Sarr nomme un «  ludisme scripturaire  » (99) qui autorise les autrices (Rolin et Harpman sont celles qui s’y adonnent le plus particulièrement) à mettre en scène leur écriture, celle du roman en cours, et à montrer avec humour le plaisir qu’elles ont à jouer avec la langue. L’exploration de cette patrie ambiguë est également l’occasion de revenir sur le motif du double, déjà exploré au sujet de Dulle Griet, et de le confronter aux intériorités disparates de Carteras et de Morales (les héros respectifs des romans de Vaes et de Mertens) pour au final rappeler qu’il œuvre en «  enjeu narratif  »  : le dédoublement est envisagé comme «  le ferment qui nourrit et, à la fois, met en cause l’identité  » (111). Dans Terre d’asile, ce motif brouille la frontière entre modèle, réalité et représentation, Morales et son double, Augustin, étant pris au piège d’ «  une écriture qui traque une impossible sédentarité identitaire  » (115).

12Sarr met ainsi au jour l’idée d’un effacement voire d’un exorcisme de l’Histoire et de racines socioculturelles encombrantes, qui repose sur une écriture à même de «  fouille[r] dans les coulisses de l’énonciation  » (117), car c’est là que s’inscrit le rapport des auteurs à la Belgique, «  par le tissage des métaphores qui enferment les personnages dans la hantise d’une douloureuse traversée des limites conventionnelles  » (117). Si la problématique se révèle effectivement porteuse et jette la lumière sur de notables interactions entre littérature, imaginaire, identité et institution, il est à regretter que les analyses ne fassent le plus souvent qu’effleurer les textes, en se cantonnant à des commentaires assez généraux sur les longs passages cités. Le fantastique, tout comme l’imaginaire, officient alors en concepts très (trop  ?) larges et trop peu situés par rapport aux recherches les plus récentes sur le sujet, ce qui non seulement amène le propos à se répéter souvent et à rester en surface des textes, mais aussi a tendance à gommer des distinctions que l’histoire littéraire s’est attachée à établir ces dernières décennies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Thiry, « Sarr (Bacary), Imaginaire de l’insolite et problématique identitaire dans les lettres belges francophones  : un nouveau fantastique  ? »Textyles [En ligne], 63 | 2022, mis en ligne le 31 janvier 2023, consulté le 28 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/textyles/6230 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.6230

Haut de page

Auteur

Maxime Thiry

UCLouvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search