Navigation – Plan du site

AccueilNuméros64ChroniquesComptes-rendusPurnelle (Gérald), L’Eau souterra...

Chroniques
Comptes-rendus

Purnelle (Gérald), L’Eau souterraine. Lectures poétiques

Bruxelles, Académie royale de langue et littérature françaises, coll. «  Essais  », 2021.
Manon Houtart
p. 164-166
Référence(s) :

Purnelle (Gérald), L’Eau souterraine. Lectures poétiques, Bruxelles, Académie royale de langue et littérature françaises, coll. «  Essais  », 2021.

Texte intégral

1Ce recueil de textes critiques de Gérald Purnelle emprunte son titre à un poème de René Purnal  : l’expression évoque au professeur liégeois «  cela même qui fait la poésie et circule dans l’échange poétique  ». Eau souterraine, eaux troubles ou mêlées («  L’horreur, mais aussi l’extase, ont à jamais mêlé leurs eaux en moi  », confesse François Jacqmin, cité dans l’ouvrage), eaux stagnantes que la poésie cherche à remuer («  J’ai cru vivre jadis, désaltérer le temps et lasser les eaux mortes qui stagnent dans nos mots  », écrit Françoise Delcarte)  : la substance invisible et vitale qui innerve tout poème se trouve ici pistée par le geste herméneutique, et acheminée vers le lecteur. Les textes réunis dans cet opus, publiés une première fois entre 2002 et 2020 sous la forme de pré- ou postfaces, chroniques et articles, concernent une dizaine de poètes et poétesses, parmi lesquels les Belges sont bien représentés. Nourrie d’un alliage savoureux entre érudition et affect, la démarche de réception engagée par Purnelle actualise et prolonge le partage d’expérience souvent visé par le poème  : les commentaires offrent une réponse et un écho aux poètes, confirmant que le «  courant  » est passé, ou du moins, tend à l’être.

2L’émotion poétique se trouve en effet au cœur du recueil  : envisagée comme une «  coïncidence de soi avec de l’autre qui s’y produit  », elle a lieu «  lorsque le lecteur se reconnaît, instantanément et comme par inadvertance (sans y être préparé), dans le discours, l’expression, l’émotion de l’autre  ». Purnelle se rend attentif tant aux efforts du poème – ce que le texte cherche à atteindre – qu’à ses effets – ce qu’il suscite comme impression, comme connivence éventuelle entre poète et lecteur. Les traits formels sont dès lors observés avec une grande finesse, non comme de purs jeux de langage, mais en tant qu’ils soutiennent l’élan du poème  : la parcimonie d’adjectifs chez Gérard Prévot traduit ainsi un souci de nommer le réel plutôt que de le décorer ou d’en montrer le chatoiement  ; l’hypallage chez Jacqmin révèle une forme de transfert des affects entre le sujet et l’objet, «  pour approcher au plus près l’impossible réalisation de son désir  : restaurer l’extase  »  ; l’ellipse et la synecdoque chez Paul-Jean Toulet manifestent une tentative de saisir en un mot «  une impression tout entière, à la fois indicible et condensée  »  ; la réécriture sans cesse élaguée d’un même texte chez Laurent Demoulin dit l’expérience du deuil et de la perte («  Détails perdus, éléments conservés  : substance même du travail du deuil, présence-absence du disparu  »)  ; le choix du récit en vers libres plutôt qu’en prose chez Joseph Ponthus permet d’«  inscrire dans un rythme – de la phrase, de la page, du souffle – le battement de l’émotion et la violence du réel  »  ; etc.

3L’expérience sensible, parfois bouleversante, de la lecture de poésie (ainsi de certains recueils de Jacques Izoard, qui ont constitué pour Purnelle «  l’expérience de lecture la plus violente qu’il [lui] ait été donné de vivre  ») sert de point de départ à une analyse savante, mais non moins limpide, des spécificités stylistiques des auteurs abordés, afin de révéler la distance avec laquelle compose tout poème. Distance de la forme poétique avec le registre discursif ordinaire, distance entre le poète et l’objet de son désir que tente de franchir le poème (chez Apollinaire notamment), distance «  entre le soi qui écrit et celui dont il vise à revivre l’émotion  » que l’écriture s’efforce de réduire (chez Philippe Jacottet), distance tantôt tenace (chez Toulet), tantôt resserrée (chez Delcarte) qui sépare le poète de son destinataire… Distance fondamentale, consubstantielle à la poésie, que Purnelle conçoit comme «  une condition positive de [l’]échange [poétique] et du développement du sens  », et dont il rend compte avec acuité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manon Houtart, « Purnelle (Gérald), L’Eau souterraine. Lectures poétiques »Textyles, 64 | 2023, 164-166.

Référence électronique

Manon Houtart, « Purnelle (Gérald), L’Eau souterraine. Lectures poétiques »Textyles [En ligne], 64 | 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/textyles/6413 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.6413

Haut de page

Auteur

Manon Houtart

F.R.S.-FNRS/UNamur

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search