Navigation – Plan du site

AccueilNuméros65ChroniquesComptes rendusCabu (Coralie), La (re)constructi...

Chroniques
Comptes rendus

Cabu (Coralie), La (re)construction d’Henry Bauchau. De Gengis Khan à Œdipe sur la route

Liège, PU Liège, 2023.
Myriam Watthée-Delmotte
p. 163-165
Référence(s) :

Cabu (Coralie), La (re)construction d’Henry Bauchau. De Gengis Khan à Œdipe sur la route, Liège, PU Liège, 2023.

Texte intégral

1L’essai est tiré d’un mémoire de Master présenté à l’ULg en 2019. Il veut éclairer le lien entre l’action sociale de Bauchau avant 1958 et l’engagement postérieur en littérature, observer la posture, les «  obsessions  » et les «  fantasmes  » en requérant l’agentivité (Coste) et les économies de la grandeur (Boltanski/Thévenot).

2La première partie s’appuie sur des livres d’Histoire et des écrits de Bauchau. La deuxième porte sur la pièce Gengis Khan (1961) et 3 romans, La Déchirure (1966), Le Régiment noir (1972) et Œdipe sur la route (1990). Elle relève le lien au passé, les thèmes du pouvoir, de la violence, de l’exil, du travail, de l’art en lien avec la biographie de l’auteur. Les éléments sont rapportés aux mondes de valeurs décrits par les sociologues (le monde civique, pourtant accordé aux thèmes, est ignoré).

3L’échec est une des obsessions pointées. En 1945, pour des raisons tant professionnelles que privées (non évoquées ici), Bauchau est effondré. La chercheuse note ce constat mais non sa contradiction avec les succès remportés. Pourquoi dire qu’il n’a «  encore rien écrit  » dans les années 1950 alors qu’il le fait depuis 1932  ? Qu’il passe au roman à cause de «  son manque de réussite dans les autres genres  » puisqu’il a reçu le Prix Max Jacob en 1958  ? Que «  le succès se fait encore attendre  » jusqu’en 1990 quand il a reçu 4 Prix en 1972, 1986 et 1989  ? La Poésie complète paraît dès 1986 et l’élection à l’Académie en 1990 n’est pas due au roman de l’année.

4L’échec est rapporté à un «  élitisme tenace  » impossible à incarner. En effet, Bauchau s’est toujours attelé à faire quelque chose de grand de sa vie  ; est-ce suspect  ? Sortant de leur contexte les phrases de journal où il «  avoue  », dit la chercheuse, se sentir «  plus aristocratique que populaire  », elle conclut qu’il ne se veut que chef. Or, né en 1913 dans la haute bourgeoisie catholique, il côtoie forcément les dirigeants. En conclure qu’il se place «  toujours au service des plus riches plutôt que du peuple (l’école pour jeunes filles de Gstaad en est un exemple)  » est abusif  : ce qui a amené (sans joie) Bauchau à ce poste est la clause posée par son épouse pour accorder le divorce. Ses fonctions ont toutes été, précisément, de l’ordre du service. Et comment les figures de leadership apparaissent-elles dans l’œuvre  ? La vérité n’est jamais chez les puissants mais chez les faibles  : les premiers ont tort et sont éclairés par les seconds qui, sur le plan du programme narratif, donc des valeurs, sont gagnants.

5En un mot, la lecture est rigidifiante. Ainsi du dualisme  : «  il était impensable pour lui d’y renoncer [du fait de] son substrat de culture chrétienne  ». Or il est surtout déterminé à imprégner le Tao dans son œuvre et sa vie.

6Les maladresses tiennent au manque d’information. Le choix du corpus engage à l’imprécision car il gomme la poésie et l’essai et saute plusieurs récits sans se soucier de ce que la chronologie de rédaction diffère de la publication. La bibliographie critique bauchalienne est très limitée, or ces travaux auraient permis d’éviter les incorrections. Les archives n’ont pas été consultées. Elles auraient permis de relativiser les écrits pseudo-biographiques  ; de ne pas dire qu’il «  a longtemps ressenti le besoin d’être jugé  » puisqu’il a «  envisagé d’écrire un roman autour d’un Juge  » quand le manuscrit dénigre cette figure  ; de savoir qu’il y a bon nombre de (non 3) pièces de théâtre, l’une étant retranscrite dans la Revue internationale Henry Bauchau, revue non consultée.

7La méconnaissance de la biographie de l’écrivain et de l’Histoire se remarque surtout encore à propos des années d’Occupation, pour lesquelles Coralie Cabu s’est reposée sur des travaux de synthèse. Consulter les documents originaux relatifs aux Volontaires du Travail aurait permis d’éviter de dire que les Volontaires «  aident au déblayage des débris lors des catastrophes  » parce que Bauchau est «  soucieux de redorer le blason du Service auprès de la population  », puisque cela fait partie du programme depuis la création de l’organisme. Cela aurait fait voir que les fausses inscriptions ne visent pas que «  les jeunes bourgeois qui ne souhaitent pas être envoyés en Allemagne  »  ; et les fausses inscriptions ne couvrent pas que «  les jeunes bourgeois qui ne souhaitent pas être envoyés en Allemagne  » mais des Belges désœuvrés et des Juifs. Lorsque Bauchau déclare en 2002 que, blessé par les reproches à l’égard des V.T., il a «  une forte résistance  » à parler de cette période, pourquoi y voir une «  confession  » à l’égard d’une «  déresponsabilisation  » ou d’un «  déni  »  ? Éviter de revenir sur un passé douloureux est-il toujours l’aveu d’une culpabilité  ? Dire, en évoquant l’intérêt déçu pour le communisme, qu’il «  renonce à ses idéaux  » et «  fait mine d’avoir cicatrisé la plaie et de l’avoir “entourée d’un oubli protecteur”  » quand les paroles rapportées visent une déception lors d’une retraite religieuse est un contresens.

8La conclusion retrace heureusement avec plus de nuance le parcours évolutif des représentations de soi et du monde de l’auteur.

9Mais la 4e de couverture laisse perplexe  : peut-on être «  guidé par la volonté de s’éloigner de l’approche très univoque de l’œuvre généralement proposée  » lorsqu’on s’outille aussi peu  ? On ne peut qu’espérer que d’autres études permettront à la chercheuse d’ancrer plus amplement ses analyses dans la bibliographie critique et les archives afin d’éviter à l’avenir les failles de ce galop d’essai.

10Un compte rendu étendu est paru sur le site en ligne de Textyles : https://textyles.hypotheses.org/642

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Myriam Watthée-Delmotte, « Cabu (Coralie), La (re)construction d’Henry Bauchau. De Gengis Khan à Œdipe sur la route »Textyles, 65 | 2023, 163-165.

Référence électronique

Myriam Watthée-Delmotte, « Cabu (Coralie), La (re)construction d’Henry Bauchau. De Gengis Khan à Œdipe sur la route »Textyles [En ligne], 65 | 2023, mis en ligne le 31 décembre 2023, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/textyles/6540 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.6540

Haut de page

Auteur

Myriam Watthée-Delmotte

F.R.S.-FNRS-UCLouvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search