Navigation – Plan du site

AccueilNuméros65ChroniquesComptes rendusDelcour (Manon), Dispositifs de l...

Chroniques
Comptes rendus

Delcour (Manon), Dispositifs de l’habitation : Hélène Lenoir et Eugène Savitzkaya

Bruxelles, Presses de l’Université Saint-Louis, coll. Lettres, 2023.
Loïc Compère
p. 165-166
Référence(s) :

Delcour (Manon), Dispositifs de l’habitation : Hélène Lenoir et Eugène Savitzkaya, Bruxelles, Presses de l’Université Saint-Louis, coll. Lettres, 2023.

Texte intégral

1Dans Dispositifs de l’habitation  : Hélène Lenoir et Eugène Savitzkaya, Manon Delcour explore les liens entre architecture et roman aussi bien en étudiant la présence des thèmes architecturaux que l’utilisation des objets, du vocabulaire, des concepts ou des questionnements architecturaux. L’autrice se livre donc à une analyse textuelle d’un corpus restreint composé des romans d’Hélène Lenoir et d’Eugène Savitzkaya en envisageant le concept d’habitation de manière large.

2En premier lieu, Delcour met en lumière l’importance du cadre spatial de l’habitation dans les romans de Lenoir, à travers une exploration du rôle du tableau, du tableautin et de la fenêtre. Ces objets paradoxaux soulèvent des interrogations quant à l’intimité ainsi qu’à la relation entre l’intérieur et l’extérieur. L’espace domestique est influencé par les relations familiales ainsi que par les comportements des personnages, et les influence en retour. Tandis que la maison chez Lenoir est souvent associée au domaine marchand, lié invariablement à l’espace privé et à une logique de propriété, la cabane s’inscrit dans une autre dynamique. La sortie de l’espace domestique marque une transition du privé vers une restauration de l’intime et de l’intériorité. Cette introspection des personnages est fréquemment mise en parallèle avec les espaces domestiques chez Lenoir, ce qui met en évidence le sentiment d’incommunicabilité. La chambre se révèle être particulièrement révélatrice des troubles vécus par les personnages. Cette pièce, comme les espaces communs, permet, par sa destruction, de remettre la parole en question. Inconsistante et conventionnelle, la langue familiale souligne le vide de l’intériorité au sein du foyer. C’est en niant cette langue, tout comme elle a nié la maison, que Lenoir parvient à restaurer sa potentialité.

3C’est ensuite à Savitzkaya que s’intéresse Delcour. L’habitation présente une ambivalence chez l’écrivain liégeois. Les souvenirs maternels, de l’enfance et des origines se mêlent à la représentation de l’habitat, tandis qu’une description fragmentée et répétitive le rend indéfini et morcelé. L’enfance est introduite dans le texte par la maison natale et par l’association du passé intérieur à des mots rares ainsi qu’à des archaïsmes. Le langage participe ainsi à une dichotomie déjà évoquée plus tôt  : celle du dedans-dehors. Ce vocabulaire s’accompagne de fantaisies verbales et imaginaires qui font glisser un lieu ancré géographiquement du vraisemblable au fantasmatique, maintenant ainsi le flottement du logis. Incertaine est aussi la dichotomie dedans-dehors car la maison, chez Savitzkaya, est poreuse  : ses portes font office de bouche laissant pénétrer l’extérieur à l’intérieur. L’ouverture au monde permise par ces «  orifices  » fait du corps le repère spatial minimal du personnage et ouvre sur un questionnement profond sur l’origine du corps, de l’être et du signifiant. Cependant, au sein de ce flou, un idéal de rangement émerge  ; il se cristallise sur l’importance des tiroirs, des armoires, des coffrets et sur une division parcellaire de la maison ainsi que du jardin. Ainsi, et même si cela reste vain au sein de l’esthétique de l’excès savitzkayenne, tout est compartimenté chez l’auteur liégeois. La répétition est d’ailleurs utilisée dans le texte pour mentionner les objets emplissant la maison et les soins qui lui sont apportés. Interrogeant ainsi le quotidien, Savitzkaya met en place une potentielle fusion du sujet avec son environnement, sans dedans ni dehors. Le logis est mis en scène comme rempart contre le réel, mais aussi, comme pouvant susciter un malaise. Pour terminer, Delcour insiste sur l’importance de la dimension langagière dans le texte. Le langage et l’écriture sont aussi bien des remparts qu’une illusion de pouvoir. Cette tension s’incarne également dans la répétition, témoin du chaos et de la mise en ordre du réel. En effet, ce procédé fait office de tamis du réel menant l’observateur à rendre justice à sa complexité. Puisque le chez-soi est non fixe, l’épanorthose tente de contrôler cette réalité en la réévaluant continuellement. Delcour clôture son travail par une analyse de «  L’Archiphrase  » où l’écriture de Savitzkaya sort du livre et fait de la marche un espace d’énonciation. Une ligne plate, ordonnée, dont la forme rappelle l’énumération, provoque un effet d’entassement. Objet architectural d’abord, «  L’Archiphrase  » s’ancre physiquement dans la ville tout en nous faisant quitter le local par son contenu. Toutes ces tensions procèdent à une déconstruction du contemporain.

4Pour conclure, Delcour s’attache à une comparaison des deux esthétiques littéraires qui, bien que divergentes, se rejoignent parfois. Le ressassement et la répétition sont des procédés communs aux deux œuvres comme le sont les thèmes de l’habitation et de la maison. Si ces éléments peuvent sembler banals à première vue, ils peuvent en fait participer à une mise en scène du monde d’aujourd’hui et permettent de le questionner voire de le critiquer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Loïc Compère, « Delcour (Manon), Dispositifs de l’habitation : Hélène Lenoir et Eugène Savitzkaya »Textyles, 65 | 2023, 165-166.

Référence électronique

Loïc Compère, « Delcour (Manon), Dispositifs de l’habitation : Hélène Lenoir et Eugène Savitzkaya »Textyles [En ligne], 65 | 2023, mis en ligne le 31 décembre 2023, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/textyles/6550 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.6550

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search