Navigation – Plan du site

AccueilNuméros65ChroniquesComptes rendusMoreels (Isabelle) et Bizek-Tatar...

Chroniques
Comptes rendus

Moreels (Isabelle) et Bizek-Tatara, Renata (dir.), Du fantastique à ses subversions dans la littérature belge francophone

Bruxelles-Cáceres, Peter Lang-Universidad de Extremadura, coll. Documents pour l’Histoire des Francophonies/Europe, 2022.
Daniel Laroche
p. 166-168
Référence(s) :

Moreels (Isabelle) et Bizek-Tatara, Renata (dir.), Du fantastique à ses subversions dans la littérature belge francophone, Bruxelles-Cáceres, Peter Lang-Universidad de Extremadura, coll. Documents pour l’Histoire des Francophonies/Europe, 2022.

Texte intégral

1Ce recueil a pour origine le colloque Humour, ironie et subversions dans l’école belge de l’étrange, organisé en avril 2021 par les universités d’Estrémadure (Cáceres) et Marie Curie-Sklodowska (Lublin). D’emblée, le terme «  subversions  » semble excessif  : plus simplement, les présentatrices disent viser les œuvres qui présentent des «  distanciations ou irrégularités par rapport aux modèles classiques  ». Seconde remarque  : cet irrespect est un phénomène déjà ancien. Rappelons-nous Northanger Abbey (Jane Austen, 1817), La Ville-Vampire (Paul Féval, 1875), Le fantôme des Canterville (Oscar Wilde, 1887), etc. La parodie du fantastique est presque aussi ancienne et multiculturelle que le genre lui-même  ; ainsi Jean-Baptiste Baronian rappelle-t-il que «  la raillerie, le sarcasme et la dérision […] font partie intégrante des contes d’Hoffmann  ».

2Curieusement, le premier article, dû à Marc Quaghebeur, ne cible nullement les œuvres littéraires, mais des ouvrages critiques depuis 1975. Partant d’une sélection pertinente, cette rétrospective est triplement intéressante. Primo, elle démontre l’intensité, la qualité et la diversité de la recherche savante, attestant indirectement la richesse du fantastique en Belgique francophone. Secundo, elle permet de réactiver une question chère à l’auteur  : la singularité de la production belge par rapport à ses voisines, en particulier la française. Par rapport à l’ensemble de cette production, la part importante dévolue à l’irrationnel peut être en effet considérée comme un trait spécifique. Seule une étude comparatiste de grande ampleur permettrait de solidifier cette hypothèse, sachant notamment que, de l’avis des spécialistes, le domaine anglo-saxon est de tous le plus fertile en matière de fantastique. Tertio, parmi tous les ouvrages passés en revue, Quaghebeur s’efforce d’isoler les tentatives de définition du fantastique. Grande est la disparité  : «  confusion entre hésitation de l’énoncé et hésitation de l’énonciation  », «  privilège accordé aux espaces intercalaires et au principe de division  », «  autonomisation de la peur  », «  représentation d’un organisme voué à la défiguration  », «  mixité constitutive  » et «  indécision entre réel et imaginaire  », «  déni du surmoi  », etc. Se trouve ainsi confirmé, une fois de plus, le lancinant défaut de théorisation, chaque essayiste improvisant une nouvelle définition en fonction de l’œuvre qu’il étudie…

3Viennent ensuite quatorze contributions relatives aux «  subversions  » littéraires du fantastique canonique. Jean Muno décrit une famille de vampires avec un humour souvent grinçant, pimenté de jeux de mots, tandis que trois pièces de Michel de Ghelderode font subir à des contes de Poe et d’Hoffmann une conversion grotesque et que, chez Maurice Carême, les faits les plus inacceptables sont vite acceptés par les personnages. Si Thomas Owen caricature divers clichés dont le jargon philosophique, Marcel Mariën imagine des histoires farfelues qui parodient le fantastique normé, à grand renfort d’humour macabre. Loin des thèmes traditionnels, le sarcastique Jacques Sternberg relate des scènes quotidiennes qui basculent dans l’épouvantable. Quant à Gaston Compère, il défigure dans La Femme de Putiphar le commerce Humain-Diable, et contrefait dans In Dracula memoriam le vampirisme traditionnel.

4On comprend moins bien la présence d’un article sur Pour une enfance inachevée… (Claude Haumont), dont le caractère fantastique n’est pas clair. Deux contributions très contrastées sont consacrées aux nombreuses nouvelles de Bernard Quiriny, où l’humour constitue un antidote permanent à l’angoissant, sans compter d’autres «  subversions  ». Quoique minutieuse, l’analyse de trois romans post-apocalyptiques laisse perplexe  : relèvent-ils du fantastique ou d’une extrapolation futuriste du désastre écologique actuel  ? Deux derniers articles sont consacrés au fantastique féminin, s’interrogeant sur son hypothétique spécificité. Catherine Barreau, Jennifer Deneffe et Caroline Valentiny montrent «  une écriture femme subversive et ironique, qui tient à la fois de l’essentialisme et du constructivisme social  ». Marie-Thérèse Bodart, Anne et Florence Richter forment un autre trio d’autrices, familial celui-là. Si deux romans de la première privilégient le paroxystique et le visionnaire, les nouvelles de sa fille réactivent souvent le thème de la mutation, attribuant à des animaux, des plantes ou des choses une pensée secrète  ; quant à sa petite-fille, deux romans ravivent les métamorphoses humain-animal, au service d’un écoféminisme volontiers caustique.

5En conclusion, ce recueil d’articles comporte beaucoup de parties intéressantes, mais souffre d’un défaut de cohérence. Certains passages sont visiblement adventices par rapport au titre général. Les œuvres abordées ne relèvent pas toutes du fantastique au sens strict. Elles présentent un caractère parodique plutôt que «  subversif  »  : il ne s’agit pas de bouleverser ou de détruire un genre littéraire établi, les articles montrant plutôt une mise en dérision plus ou moins méchante du récit d’épouvante traditionnel. Ceci nous ramène indirectement au constat quaghebeurien, l’inexistence d’une définition scientifique du récit fantastique. Il est frappant que six des auteur(trice)s invoquent la théorie de Todorov sur la nécessaire hésitation interprétative du lecteur. Cette «  théorie  » a depuis longtemps montré ses limites, ce qu’a bien compris le clairvoyant Éric Lysøe. Jusqu’ici, toutefois, elle n’a été remplacée par rien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Laroche, « Moreels (Isabelle) et Bizek-Tatara, Renata (dir.), Du fantastique à ses subversions dans la littérature belge francophone »Textyles, 65 | 2023, 166-168.

Référence électronique

Daniel Laroche, « Moreels (Isabelle) et Bizek-Tatara, Renata (dir.), Du fantastique à ses subversions dans la littérature belge francophone »Textyles [En ligne], 65 | 2023, mis en ligne le 31 décembre 2023, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/textyles/6563 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.6563

Haut de page

Auteur

Daniel Laroche

UCLouvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search