Navigation – Plan du site

AccueilNuméros66Paul NougéLes paysages imaginaires de Paul ...

Paul Nougé

Les paysages imaginaires de Paul Nougé

Pierre Taminiaux
p. 49-58

Texte intégral

1La notion de paysage est habituellement associée au domaine de l’art et de la peinture. On parle ainsi de peintre-paysagiste pour désigner des artistes qui se spécialisent dans la représentation d’environnements naturels. Le paysage constitue dans cette optique un genre pictural, au même titre que le portrait ou le nu. Il s’agit de souligner ici une véritable tradition académique qui est à bien des égards universelle et non pas seulement occidentale, si l’on considère en particulier la place prépondérante tenue par le paysage dans la peinture chinoise classique.

2L’impressionnisme, au XIXe siècle, inscrivit le premier l’art du paysage dans la modernité artistique. Claude Monet fut sans doute l’artiste qui s’exerça avec le plus d’éclat à celui-ci. Vincent Van Gogh fut un autre maître moderne du paysage  : ses fameux champs de tournesols sont ainsi entrés dans l’histoire de l’art. Cézanne incarna lui aussi peu après de manière unique cet esprit moderne du paysage, comme le prouve en particulier son interprétation très personnelle du Mont-Sainte-Victoire, sujet auquel il consacra plusieurs œuvres. Le paysage, dans ce cas précis, renvoyait à un environnement quotidien que le peintre réussit alors à extraire de son apparente banalité pour en éclairer la dimension plastique et l’esthétique puissante.

3Au XXe siècle, le surréalisme développa une perspective originale sur le paysage, saisi le plus souvent dans son inquiétante étrangeté. L’univers pictural de Max Ernst donna à voir à de nombreuses reprises un paysage souvent foisonnant et chaotique. L’équilibre parfait tant rêvé par les impressionnistes fit place alors à une représentation délibérément instable et perturbante du monde de la nature. Un peintre comme Yves Tanguy concentra ainsi son attention sur des paysages lunaires, dominés par une lumière troublante. En ce sens, le surréalisme opéra un renversement profond dans la conception classique du paysage  : il devint un espace essentiellement psychique qui contenait les désirs mais également les peurs et les angoisses de l’homme.

  • 1 Nougé (Paul), L’Expérience continue, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1981. Désormais EC.

4Je tenterai de montrer ici que la poésie surréaliste joua également un rôle important dans cette représentation surréaliste du paysage. Je considérerai à cet égard l’œuvre poétique de Paul Nougé, plus particulièrement son livre LExpérience continue1. Le paysage, chez Nougé, constitue un univers dynamique. Cette dimension dynamique est incontestablement issue du pouvoir des images intérieures qui transforment et traversent constamment l’espace naturel. Le paysage, en tant que lieu de passage, ouvre en outre sur le voyage et la dérive des sensations. Sa beauté est bien surréaliste, car profondément convulsive, pour reprendre une terminologie de Breton. Il est en outre essentiellement fragmenté et non pas homogène. Cette fragmentation rend elle aussi compte de la force poétique des visions, qui décomposent le paysage en plusieurs réalités psychiques grâce à l’emploi d’une langue elliptique et concise.

5Je définirai dans cette optique Paul Nougé comme un poète-paysagiste, comme on parle habituellement d’un peintre-paysagiste. Ce n’est pas un hasard, à cet égard, si Francis Ponge salua le caractère irremplaçable de sa création poétique, lui qui fut par excellence le poète du regard obstiné et concentré sur la nature, comme le prouve Le Parti pris des choses. Le poète-paysagiste se doit alors de traduire en mots cette présence continue du paysage autour de lui. Il ne peut se contenter à cet égard d’une simple description  : il lui faut transfigurer le paysage pour qu’il devienne une forme proprement poétique.

6Les poèmes de Paul Nougé que j’étudierai à ce sujet sont rassemblés dans un chapitre intitulé  : «  L’écriture simplifiée  ». En exergue de ces pages, Nougé écrit ainsi  : «  Il s’agit de poser des questions adroites et pertinentes  » (EC, p. 27). Le projet poétique surréaliste est donc envisagé ici dans sa capacité de réflexion et son pouvoir philosophique. La poésie, dès lors, doit avant tout donner à penser dans sa dimension essentiellement spéculative. Mais elle doit également emprunter des formes épurées et même minimalistes, comme l’indique bien le titre de ce chapitre.

7Le premier texte de ce chapitre a pour titre  : «  La Dernière Apparition  ». Il suggère la présentation d’images et de visions dans lesquelles le paysage s’inscrit inévitablement  :

Au tournant des mensonges, ses lèvres s’éclairent et dispensent la seule lumière dont je dispose encore.

Les objets, que l’on découvre peu à peu, ne l’ont pas encore trahie, ils ne cessent d’obéir à la tendre pression d’un regard qui invente plutôt qu’il ne retrouve.

Les portes s’ouvrent sans bruit, toutes les fenêtres s’ouvrent toutes ensemble sur des paysages mobiles qui ne sont plus de ce monde et pourtant lui ressemblent toujours (EC, p. 29).

8Le poème pose en premier lieu la question du regard. Pour Nougé, en effet, toute poésie est naturellement visuelle, même si elle ne repose pas sur une conception plastique du langage. Le regard est saisi dans sa puissance imaginative  : il ne se contente pas de capter une réalité objective. Le poème s’apparente dans cette perspective à un œil grand ouvert, dont la transcription picturale la plus fidèle est indiscutablement Le Faux Miroir, ce tableau de Magritte dont le titre fut précisément trouvé par Nougé.

9Dans cette optique, le regard permet de dévoiler les secrets du monde visible. Dans ce même poème, Nougé évoque à cet égard «  des paysages mobiles  ». Une telle expression s’oppose en quelque sorte à l’idée souvent admise du caractère statique du paysage, en particulier dans une certaine peinture classique. Le surréalisme, en ce sens, révèle une conception dynamique de ce paysage soumis à un ensemble de métamorphoses constantes issues du travail de l’imaginaire.

10Je continuerai avec le poème «  Bonne volonté  », lui aussi de nature elliptique  :

Chacun y mettait du sien.

La forêt, ses croupes bleues.

Le ciel, son plus blanc nuage.

L’eau, sa transparence.

Marie toute nue, son corps au fil de l’eau.

Et toi, dans le paysage, ton pas égal vers la mer (EC, p. 36).

11Le poème est constitué de vers très courts. Il se décompose en quelques brèves images, de la forêt au ciel et à la mer, définies par des couleurs, comme dans un tableau. Au milieu de ces images apparaît le corps d’une femme flottant sur l’eau. «  Bonne volonté  » contient en outre une adresse qui affirme la présence d’un être dans un paysage marin. Mais ce paysage est ici à bien des égards décomposé, comme s’il faisait l’objet d’un collage.

12Il faut noter le goût de Nougé pour les expressions proverbiales et les dictons. Un autre de ses poèmes est ainsi intitulé «  Qui va à la chasse perd sa place  »  :

Perdu au fond des bois,

trop las pour intervenir dans la lutte

compliquée du cœur et des sentiers,

des branches, des jambes.

Qu’elle se dénoue au gré des taillis.

Les branches, les bras, les branches.

Ma tête s’envole, tout est bleu.

Au-dessous, la forêt, qu’elle me garde, si elle veut.

Je retrouve, à la lisière, mon corps, la plaine et le ciel (EC, p. 37).

13Dans ce paysage opaque, il est possible malgré tout de retrouver son propre corps confondu avec les branches d’arbres. Le poète n’est donc jamais séparé physiquement du paysage  : il se situe au contraire au cœur de celui-ci. Par ailleurs, cet espace éminemment terrestre est cependant toujours lié au ciel. Le paysage, en ce sens, exprime une quête d’identité. Il s’agit de se perdre en apparence en lui pour mieux se définir.

14L’art original de Paul Nougé implique en outre le mélange constant de différentes formes poétiques, dont la prose. Ainsi peut-on lire dans le poème intitulé «  Promenade  »  :

On glisse sans effort aux pentes sensibles du paysage. Ses flancs qui se meuvent, respirent avec nous, soulèvent ainsi toutes les odeurs et les paroles. Nos paumes en coupe recueillent une lumière si dense qu’on la souhaiterait au fond de soi pour toujours. Telles saisons inclinées s’effeuillent et refleurissent. Nos pas assemblés en corolle savourent enfin cet infini de terres et d’aériennes torpeurs qui coule sans remous au creux de notre hiver (EC, p. 48).

15Le titre «  Promenade  » évoque inévitablement le pouvoir poétique du pas, qu’André Breton célébra à de nombreuses reprises. Le paysage, en quelque sorte, contient les pas de l’homme, qu’ils soient réels ou rêvés. Le paysage est d’ailleurs identifié ici à un être humain, lui qui respire et parle. Il est en outre baigné de lumière, une lumière tant désirée dans sa puissance même, à la fois concrète et spirituelle.

16Le caractère dynamique du paysage se retrouve ainsi dans le passage suivant, toujours issu de «  Promenade  »  :

La voix dure et ronde d’une sirène délivre le sang, l’haleine, notre front. L’eau étincelante cependant, ce nuage de neige dispersent leur marche concertée.

Des mouvements allongés, l’espoir de la danse, ont comblé le paysage.

Seule une longue patience nous garde de mourir (EC, p. 48).

17Ce paysage est bel et bien sonore, et non pas seulement visuel, puisqu’on y entend la voix d’une sirène. Mais il est également caractérisé par des «  mouvements allongés  », pareils à ceux d’un danseur. Ces mouvements, littéralement, remplissent l’espace du paysage. Il est en outre question ici d’un nous. Le paysage, en ce sens, renvoie à la possibilité d’une communauté et d’un partage de l’expérience sensible.

18Mais il exige aussi de nous une longue patience. Notre relation au paysage, en effet, implique la présence d’un temps suspendu et différé, soit le sentiment d’une attente nécessaire. Comme Nougé l’écrit dans les lignes suivantes de «  Promenade  »  : «  Il fallait enfin se défaire de cette impatience de la vie qui équivaut, en fin de compte, à la mort (EC, p. 49).  »

19Le «  tout tout de suite  » caractéristique de l’homme moderne emporté par la vitesse de l’action n’a plus cours ici. Le rapport poétique au paysage implique nécessairement une perspective méditative et contemplative sur le monde. L’impatience constitue en ce sens une forme de violence exercée sur le temps naturel de l’homme.

  • 2 Nougé (Paul), Notes sur les échecs, Bruxelles, Les Lèvres nues, 1969.

20Ce don de patience, chez Nougé, fut illustré par sa pratique régulière du jeu d’échecs, un jeu auquel il consacra d’ailleurs un court essai publié à titre posthume, Notes sur les échecs2. Il souligna dans ce texte leur caractère méthodique qui impliquait le refus de toute précipitation dans le mouvement même des pièces.

21Dans un autre passage de «  Promenade  », Nougé réitère la présence du ciel dans un paysage urbain. Il écrit  :

Des pensées fraîches modelaient la lumière de cette heure toute lavée de désirs. Le paysage – la ville et le ciel – une ligne certaine les enveloppe pour que d’un mouvement sans heurt l’arbre, la pierre et tes regards infléchis touchent d’un poids égal les flancs de l’être aérien qui plane sur nos têtes mais dont l’avenir brûle derrière ces nuages du soir (EC, p. 49).

22Ce ciel évoque de toute évidence le pouvoir transcendant du rêve, incarné ici dans l’évocation d’un être aérien planant sur nos têtes. Mais le paysage représente également le conflit perpétuel entre ce rêve et la réalité la plus sombre, car, selon ses propres mots, l’avenir de cet être aérien «  brûle derrière ces nuages du soir  ». On retrouve d’ailleurs dans ce même passage l’évocation de l’identité dynamique du paysage, dont le mouvement est doux et dénué de toute violence.

23Le paysage peut en outre contenir malgré tout l’image du mal, comme le précise Nougé dans le poème intitulé «  Une Découverte  »  :

Le feuillage de l’épaisseur et l’intention d’un crime à soutenir – seul.

Le ciel bleu-lourd

le paysage entrouvert.

Si lourd l’on tombait

dans l’immense

piège azur

si bien tendu.

Bouche fermée

paroles légères

je n’ai rien dit que tu ne saches (EC, p. 65).

24Le poème dévoile une intention criminelle, ainsi qu’un piège immense dans lequel on tombe. La couleur bleue du ciel évoque également une certaine lourdeur, qui contraste alors avec le caractère léger des paroles. Le mal, c’est aussi le non-dit, qu’on trouve dans l’expression «  bouche fermée  », ainsi que dans le vers final  : «  Je n’ai rien dit que tu ne saches  ».

  • 3 Voir à ce sujet Breton (André), Manifestes du surréalisme, Paris, Gallimard, coll. Folio, 2022, p (...)

25Le langage poétique de Paul Nougé est donc rempli de contradictions et d’oppositions fondamentales qui nourrissent son pouvoir imaginatif. L’image naît du rapprochement de deux réalités distantes, disait ainsi André Breton en s’inspirant de la définition de l’image poétique donnée à l’origine par Pierre Reverdy3. Pour le surréalisme, en effet, il n’y a pas d’image homogène. Celle-ci est toujours constituée de tensions et de conflits à la fois formels et philosophiques qui révèlent précisément sa force onirique.

26De toute manière, le paysage conçu par Paul Nougé exprime une fusion possible entre l’homme et la nature. Comme il l’écrit dans le poème Miroir magique dépoli  : «  Elle traverse lentement elle embrasse tendrement le paysage tandis que le ciel se charge d’étoiles (EC, p. 79).  » Le rapport de la voix poétique au paysage est donc aussi un rapport affectif qu’il s’agit de célébrer par des mots abrupts.

27En quelque sorte, il faut traverser le paysage pour parvenir de l’autre côté du miroir et ainsi dépasser les apparences trompeuses de la réalité. «  Je crois toujours aux nuages / pardonnez-moi  » (EC, p. 81), affirme alors Nougé dans une formule laconique qui souligne la foi du poète surréaliste en une vérité cachée issue du monde des rêves.

28Une autre question fondamentale posée par le paysage est celle de la mémoire, qui fut d’ailleurs le titre d’un tableau de Magritte. Dans le passage en prose du même nom, Nougé écrit ainsi  :

Une longue perspective d’eaux, d’arbres, de lueurs, avec à l’horizon un rideau de brouillard qui avance ou recule, une trouble étendue, mais au milieu, là où nous sommes, où le soleil donne encore toute sa lumière jaune, voici au milieu la terre mouillée où l’on peut du couteau tailler un bloc chanteur – et que tu soulèves à la force des bras et de l’échine, que tu poses sur cette table blanche, et que tu entailles juste à l’intersection des diagonales et tu y plantes un tesson de verre dangereux comme une larme, une fleur séchée et quelques cheveux, et tu l’enlaces d’un linge très pur à l’instant du couchant orange, à l’instant où il t’est loisir d’évoquer ton père mort et toute une forêt d’ancêtres – (la brume de feu sombre a noyé là-bas jusqu’aux plus hautes branches) (EC, p. 93).

29Le paysage mêle ici brume et lumière. Il inclut l’image d’un coucher de soleil et surtout celle d’un père mort et d’une lignée d’ancêtres. En ce sens, il ne constitue pas qu’un pur présent pour le regard. Il renvoie également au passé et à la possibilité du souvenir. Plus généralement, on peut dire qu’il n’y a pas de langage poétique sans travail de la mémoire. Celle-ci est par définition fragmentaire  : elle est faite de quelques détails et de quelques images frappantes.

30Dans le paysage, alors, il y a toujours la présence de la femme. Comme l’écrit Nougé dans son poème «  L’Inquiétude  » :

Il fut un temps où je mêlais le feu au sable des couleurs

une femme s’éveillait au charme d’un ciel de verre

que sa voix modelait des clartés de la vie.

Le paysage se défait dans la lumière trop vive

la femme a disparu mais sa voix

je l’ai suivie et je marche depuis

vers quel champ mélodieux de parfum ou de neige (EC, p. 94).

31Cette image de la femme peut se définir comme une apparition soudaine et fugace  : elle est vouée à la disparition. Une telle présence persiste cependant dans l’écho d’une voix. Les pas du poète le mènent alors à elle malgré tout, au-delà du travail de l’effacement. Le paysage lui-même peut en outre subir l’épreuve d’une décomposition. «  Le paysage s’est rompu comme une pierre gelée et je passe au travers  » (EC, p. 95), peut-on lire ainsi dans le poème «  Hommage  ».

32Le paysage est donc caractérisé par une certaine fragilité. Il peut en ce sens se briser comme les rêves des hommes. On retrouve ici une sensibilité au chaos qui constitue à bien des égards une dimension essentielle de l’art surréaliste dans son rapport au paysage. Il s’agit pourtant de traverser le paysage comme on ferait la traversée des apparences, pour mieux atteindre de cette manière le cœur énigmatique du monde visible.

33L’image de la femme se retrouve dans un court poème sans titre  : «  Ta pensée secrète me séduit comme au détour du paysage soudain deux seins nus en nage surpris au bord de la nuit (EC, p. 99).  » Cette image est à la fois instantanée et sans lendemain. Elle s’inscrit souvent dans le temps de la nuit, et donc dans un espace obscur et mystérieux.

34Le paysage constitue en ce sens un espace éminemment sensuel et même érotique. Il donne souvent à voir un corps même si celui-ci demeure sans nom. On pourrait évoquer alors l’idée d’un paysage du désir chez Paul Nougé. Mais ce paysage est également constitué de nombreuses lignes, à commencer par la ligne d’horizon. Il est bien tracé et délimité, car tributaire du regard de l’homme qui ne peut s’étendre à l’infini.

35La poésie de Paul Nougé mêle ainsi avec beaucoup d’adresse et avec un sens aigu de l’équilibre la spéculation intellectuelle et l’expression lyrique. Cette dernière est particulièrement mise en valeur dans le poème intitulé «  L’Incantation suprême  »  :

cette calme pluie sur la campagne

que nous avons aimée

cette pluie lumineuse

et tu marchais vers moi

sans me voir

au fil de la rue familière

et sur tes lèvres, tes épaules, sur tes hanches

sur les passants sur les pavés sur les façades ruisselantes

bougeait un triomphal soleil oblique (EC, p. 111)

36Le paysage pluvieux est en quelque sorte transcendé par le pouvoir d’un chant profond et dense. Il est encore une fois, dans la plus pure tradition surréaliste, constitué de contraires, puisque cette même pluie est lumineuse et qu’en même temps règne un soleil oblique. Un tel mélange d’obscurité et d’éclat est d’ailleurs typique du paysage belge, surtout hivernal  :

Un jour encore cette pluie sur un toit d’ardoise

et de zinc déchiré

Cette pluie sur le sable sur les vagues

sur tes bras nus

à l’instant où il commence de faire froid

cette pluie derrière nous dans la cour

alors que nous regardons sans rien dire

l’immortelle Mémoire (EC, p. 111)

37Le thème de la mémoire réapparaît ainsi dans ce poème («  cette immense pluie de souvenirs  », écrit-il plus loin). La pluie sur un paysage de bord de mer est en outre mêlée à une image du corps de la femme. Le paysage ouvre dès lors sur la possibilité de l’immortalité. Il dépasse la réalité éphémère de l’existence humaine pour atteindre une vérité éternelle.

38«  Cette immense pluie chantante  », écrit en outre Nougé pour insister sur cette puissance lyrique de la voix poétique. Mais la représentation du paysage de pluie engendre également le sentiment du silence  : «  avec au fond de l’espace le dernier éclair silencieux et dans la tête la parole qui ne sera jamais prononcée (EC, p. 111).  »

39Les gouttes de pluie se retrouvent alors au bord des cils et du cœur d’une femme nommée Georgette. Elles tombent sur sa joue ou sur sa main. Le corps de la femme est donc fragmenté ici en différentes parties, à la manière d’un collage surréaliste. Cette femme, le poète la définit dans sa conclusion comme «  sa grande magie bleue  ». L’appréhension du surnaturel s’affirme ainsi dans les derniers mots du poème, comme si le paysage contenait en lui une force magique irrésistible.

40Dans un chapitre de L’Expérience continue intitulé «  La Parole est à Baudelaire  », Paul Nougé réécrit d’ailleurs, outre le texte de «  La géante  », celui de «  L’Amoureuse fidèle  ». Dans ce poème, le corps de la femme est lui aussi identifié à un paysage lumineux et fascinant  :

Illuminant l’amour que je célèbre

Signes, refrains, éclairs mystérieux

Quand me retient un décor fabuleux

Devant ces vitres vêtues de ténèbres

Paysages bleus tout baignés de langueurs

Où s’étirent, formes encore douteuses

Épaules, mains, chevelures charmeuses

J’exorcise la trouble profondeur (EC, p. 356)

41La célébration de l’amour implique nécessairement l’exaltation d’un paysage imaginaire de couleur bleue, cette couleur qui est par excellence celle du ciel, mais aussi de la mer. Le sens du mystère habite en outre ces vers, selon une perspective qui annonce à bien des égards le surréalisme  :

Pour qu’enfin brille et s’allonge et s’étale

Tel spectre fait de grâce et de splendeur

Dont l’équivoque souplesse animale

Quand il atteint sa totale grandeur

Dénonce alors la belle visiteuse

C’est Elle  ! sombre et pourtant lumineuse (EC, p. 356).

42Dans ce poème, on retrouve ainsi la synthèse de l’obscurité et de la lumière qui caractérise par bien des aspects le rapport personnel et original de Paul Nougé au paysage. Le corps de la femme s’allonge et s’étire, en outre, telle une forme spectrale qui elle aussi renvoie à une thématique éminemment surréaliste, celle du fantôme, soit de l’esprit du mort qui revient hanter les vivants. «  L’Amoureuse fidèle  », selon cette perspective, constitue un hymne vibrant et passionné à la beauté, mais pénétré par le sens du mystère et de l’ambiguïté profonde des choses.

43La poésie surréaliste fut ainsi ancrée dans un héritage littéraire issu en grande partie du XIXe siècle, que ce soit celui de Rimbaud, de Nerval ou de Lautréamont. Nougé n’échappa pas à cette règle dictée essentiellement par Breton. Un tel héritage fut indiscutablement marqué par le romantisme, même s’il prétendit rompre avec lui.

44Dans LExpérience continue, en ce sens, l’ombre du romantisme apparaît encore, au-delà d’une perspective expérimentale liée avant tout aux avant-gardes de la première moitié du XXe siècle. Le paysage, ainsi, constitua un sujet de prédilection pour le romantisme, en particulier dans la peinture.

45En conclusion, on peut dire que Nougé souligna le rôle essentiel joué par le hasard dans la composition de paysages poétiques. Cette puissance du hasard et de l’aléa ne put s’exercer alors que grâce au travail de l’imagination et à l’emploi d’un langage errant, car jamais statique ni prédéterminé. Les thèmes récurrents du pas et de la promenade, chez lui, renvoyèrent dans cette perspective à une célébration lyrique de l’errance, conçue comme une nécessité existentielle autant que comme un principe formel et esthétique.

Haut de page

Notes

1 Nougé (Paul), L’Expérience continue, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1981. Désormais EC.

2 Nougé (Paul), Notes sur les échecs, Bruxelles, Les Lèvres nues, 1969.

3 Voir à ce sujet Breton (André), Manifestes du surréalisme, Paris, Gallimard, coll. Folio, 2022, p. 49.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Taminiaux, « Les paysages imaginaires de Paul Nougé »Textyles, 66 | 2024, 49-58.

Référence électronique

Pierre Taminiaux, « Les paysages imaginaires de Paul Nougé »Textyles [En ligne], 66 | 2024, mis en ligne le 16 avril 2024, consulté le 19 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/textyles/6607 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.6607

Haut de page

Auteur

Pierre Taminiaux

Georgetown University

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search