Navigation – Plan du site

AccueilNuméros66Paul Nougé«  Ceux qui croyent qu’une partie...

Paul Nougé

«  Ceux qui croyent qu’une partie reste à jouer  »

Nougé, Magritte et le jeu d’échecs
Christophe Vandensavel
p. 107-120

Texte intégral

La connaissance de l’homme, l’affleurement de ses possibilités secrètes sont à la merci des aventures particulières où son esprit s’engage, qu’il s’agisse de l’amour, de la révolution, de la poésie, ou de démarches à la fois plus modestes et exceptionnelles. L’on a fini par reconnaître que de ces dernières naissaient parfois de graves et riches leçons. C’est pourquoi les auteurs de ce petit ouvrage ont cru bon d’accorder une attention assez soutenue au jeu d’échecs.

Paul Nougé, Notes sur les échecs

  • 1 Aron (Paul), «  Les groupes littéraires en Belgique et le surréalisme entre 1918 et 1940  », dans (...)
  • 2 Gillain (Nathalie), «  Du Géant à l’échiquier. Paul Nougé au pied de la lettre  », dans Dewez (N (...)
  • 3 Nougé (Paul), Journal (1941-1950) suivi de Notes sur les échecs, Bruxelles, Didier Devillez Édite (...)

1Dans l’entre-deux-guerres, les surréalistes bruxellois se distinguent par leur conception de l’écriture (rejet de l’automatisme prôné par le groupe de Breton), par leur refus d’une littérature politiquement engagée, et par leurs habitudes littéraires (mépris de la valorisation de la personnalité littéraire, se traduisant par un goût de la marginalité et une volonté d’effacement vis-à-vis de leurs productions)1. Nathalie Gillain a montré comment Paul Nougé, théoricien et instigateur des activités du groupe, se méfiant du langage et de la façon dont celui-ci influence le rapport de l’homme au monde, privilégiait une stratégie littéraire similaire à celle du joueur d’échecs  : l’emploi de stratagèmes (réécritures, manipulations de textes, pastiches, etc.) permettant à ses «  coups  » – commis sous le couvert de l’anonymat, du pseudonyme, ou de la parole collective – d’apostropher son «  lecteur-adversaire  » de façon énigmatique tout en faisant appel à sa complicité pour les déchiffrer2. Cette stratégie de l’écrivain-joueur d’échecs – dont le cliché de Nougé pris par Magritte et intitulé «  Le Géant  » pourrait servir d’illustration – devait permettre aux surréalistes d’appréhender la poésie avec les précautions qui s’imposent car, contrairement aux pièces d’échecs, les mots sont imprévisibles et «  s’ils se laissent manier, c’est à la faveur d’une prudence infinie  »3.

  • 4 Gillain (Nathalie), op. cit., p. 117.

2Vus sous cet angle, les moyens d’action des surréalistes pour commettre leurs «  coups  » tendent à se caractériser par la (re)combinaison d’éléments de langage, d’image ou de son, isolés de leurs contextes initiaux et assemblés en vue d’obtenir un effet «  calculé, prémédité et dirigé contre le spectateur  »4. Comme l’écrit Robert Wangermée  :

  • 5 Wangermée (Robert), «  Penser d’une manière musicale, selon Paul Nougé  », dans Textyles, n°  26- (...)

Nougé a montré dans ses poèmes que les lieux communs pouvaient être transformés en «  objets bouleversants  » par des confrontations inattendues  ; il recourt souvent à ce qu’il a appelé des «  lambeaux de langage  », conventions figées ou semi-figées qui possèdent une cohésion interne et un sens préalable  ; il les manipule comme des matériaux de base, en substituant un mot à un autre, en les associant par des jeux de sonorités, en inversant les significations. Magritte a systématiquement pratiqué le dépaysement d’images familières par leur insertion dans un contexte étranger, le changement de matière ou la fausse dénomination de certains objets5.

  • 6 Nougé (Paul), op. cit., 1968, p. 171.

3Paul Nougé rapproche explicitement, à cet égard, attitude poétique et pratique des échecs6. Dans cet article, nous nous proposons de montrer que la stratégie littéraire du poète-joueur d’échecs s’ancre dans le quotidien des surréalistes bruxellois et témoigne de l’investissement de Paul Nougé dans l’étude de la discipline échiquéenne et de son intérêt pour les aspects cognitifs qui sont convoqués lors de sa pratique. Pour ce faire, nous exposerons les liens des surréalistes avec l’échiquier  : leurs activités dans les cercles, leurs amitiés échiquéennes, leurs performances. Nous aborderons ensuite les compétences échiquéennes qui transparaissent dans les Notes sur les échecs et dans les manuscrits de Nougé conservés aux Archives et musée de la Littérature. Nous espérons ainsi montrer qu’il ne s’agit pas d’une simple «  posture  » de poète-joueur d’échecs ou d’une métaphore anodine, mais plutôt d’une stratégie littéraire et de moyens d’action qui découlent de l’attention soutenue de Nougé et ses complices pour le jeu des rois.

Des surréalistes à l’échiquier

4Différentes sources témoignent des activités échiquéennes de Nougé et Magritte  : ils fréquentent un temps les cercles d’échecs de la capitale, comme l’indiquent les recherches menées au sein du «  Cercle Royal des Échecs de Bruxelles  » (CREB), jouent dans des cafés ou dans la sphère privée, et évoquent le jeu dans leurs correspondances avec d’autres artistes.

  • 7 Cornil (Étienne), Les Cahiers du CREB, n°  14, Bruxelles, Cercle Royal des Échecs de Bruxelles, 2 (...)
  • 8 Ibid., p. 13.

5Les premières traces de Nougé et Magritte dans la mémoire du CREB remontent aux années 1930. Il semblerait que, vers 1933, ils étaient membres du «  Cercle Philidor  », installé au café «  Au Grand Monarque  », avenue Marnix 29a, jusqu’à la faillite de l’établissement fin 1933, puis à la taverne l’«  Old Tom  », située chaussée d’Ixelles, à la Porte de Namur7. Cette année-là, ils participent à plusieurs tournois, en troisième catégorie, et jouent notamment une partie l’un contre l’autre lors de la première ronde du Championnat annuel du Cercle  ; partie qui se terminera en faveur de Nougé8.

  • 9 Ibid., p. 15.
  • 10 Ibid., p. 16-17.
  • 11 Seneca (Camil), 150 problèmes d’échecs, Les Nouvelles Éditions Marabout, Verviers, 1979, p. 9-41.

6En 1934, le «  Philidor  » fusionne avec le «  Cercle de Bruxelles  » et les deux hommes deviennent donc membres du «  Cercle des Échecs de Bruxelles et Philidor  ». Cette année-là, Nougé participe au Championnat annuel du Cercle en troisième catégorie9. Magritte, quant à lui, participe apparemment au treizième concours de résolution de problèmes échiquéens, organisé par le journal «  La Nation  », lors duquel il résout au moins quatre positions sur les six proposées10. Précisons que les «  problèmes  » se distinguent des parties, avec qui elles partagent plateau, pièces et règles du jeu, par le fait qu’ils doivent avoir été composés spécifiquement pour l’exercice et posséder un intitulé du type «  Les blancs jouent et font mat en x coups  », qu’il s’agit de démontrer. Cette discipline, parfois appelée «  poésie des échecs  », possède ses propres codes, en termes de résolution et de critères d’évaluation esthétiques11.

  • 12 Cornil (Étienne), op. cit., p. 18.
  • 13 Ibid., p. 22-23.
  • 14 Ibid., p. 24.

7En 1935, le «  Cercle des Échecs de Bruxelles et Philidor  » s’installe dans un local au premier étage du Café du Tunnel, 56 Boulevard de Waterloo12. René Magritte participe à un Championnat de classement, qui débute en fin d’année pour s’achever début 1936, toujours dans le groupe des joueurs de troisième catégorie13. Nougé y participe également et termine premier du championnat. En 1936, pas de trace de Magritte dans le Championnat de classement  ; en revanche, Nougé y joue en seconde catégorie grâce à sa première place de l’année précédente14.

  • 15 Ibid., p. 31.
  • 16 Nougé (Paul), Notes sur les échecs, Bruxelles, Les Lèvres Nues, 1968.
  • 17 Marek (Yves), Art, échecs et mat, Paris, Imprimerie nationale édition, 2008, p. 101.
  • 18 Cornil (Étienne), op. cit., p. 31.

8Ensuite, les traces des surréalistes dans la mémoire du CREB s’estompent  ; après plusieurs fusions, les cercles susmentionnés aboutiront à la création, en 1973, du Cercle Royal Échiquier de Bruxelles (CREB), toujours actif aujourd’hui. Anecdote amusante cependant  : c’est vers 1950-1955 que Magritte donne sa démission comme membre du CREB et, à cette occasion, offre au Cercle son tableau Le Mat (ou Échec et mat)15, comme le confirme la quatrième de couverture des Notes sur les échecs16. Le tableau, peint vers 1936, présente un échiquier sur lequel l’attention est attirée par la mise en échec du roi blanc, poignardé par un fou noir. Les deux pièces sont personnifiées, tandis que le reste des pièces de l’échiquier, condamnant le roi au mat, sont inspirées de celles du jeu créé par Man Ray en 192017. Le tableau serait ensuite resté accroché dans l’arrière-salle du café où se réunissait le Cercle, avant d’être entreposé dans un grenier puis redécouvert fin des années 60 et revendu à un particulier18. Remarquable itinéraire  !

  • 19 Cornil (Étienne), «  Le pion f.  », Bulletin officiel de la Fédération Échiquéenne Francophone de (...)
  • 20 Ibid.

9Magritte et Nougé auraient également fréquenté le cercle Edgard Colle, anciennement appelé «  Le Cygne  » car le premier local était situé au café Le Cygne, 9 Grand-Place. Si Magritte est connu pour fréquenter plusieurs cafés dont la «  Taverne Greenwich  », rue des Chartreux 7, qui est restée longtemps un repaire pour les férus des 64 cases, c’est, selon la tradition orale, au Café «  Le Petit Rouge  », place Saint-Jean, qu’il réalise en 1950 quelques dessins à la main pour le numéro 5 du bulletin du cercle «  Le Colle  »19. Tristan Schwilden explique dans son livre Magritte, Livre l’image qu’à cette occasion Nougé rédige un article, non signé, intitulé «  Les Échecs vus par René Magritte  » pour accompagner les deux illustrations, dont l’une se compose de trois «  bilboquets à museaux  » (cicérones) et l’autre d’une feuille accolée à une main tenant un pion d’échecs20.

  • 21 Magritte (René), Lettre autographe signée adressée à Julien Gracq, 10 août 1950, Bruxelles, Colle (...)

10Parallèlement à leur fréquentation des cercles et cafés, une partie de la sociabilité artistique des surréalistes bruxellois porte également la trace du jeu d’échecs. Ainsi, certaines lettres de la correspondance de Magritte renvoient directement à des relations agrémentées par ce jeu. Le 10 août 1950, Magritte adresse à Julien Gracq une lettre commençant comme suit21  :

Cher Monsieur Gracq,

Je reçois vos «  derniers coups  » au moment où j’arrive à me désintoxiquer des échecs. De toute manière, il faudrait raisonnablement, je crois, que j’abandonne les deux parties, où vous avez de si nets avantages que ma défaite n’est qu’une question de temps. Donc «  J’abandonne  ». J’espère que nous aurons peut-être l’occasion de jouer ensemble sans l’interminable recours à la correspondance.

11Les deux hommes ont donc été engagés dans – au moins – deux parties par correspondance, c’est-à-dire des parties pour lesquelles les deux joueurs s’envoyaient à tour de rôle leurs coups par voie postale. Magritte, avec les blancs puis avec les noirs, abandonne les deux parties.

Magritte R., Julien Gracq
1.e4 c5 2.Cf3 Cc6 3.d4 cxd4 4.Cxd4 Cf6 5.Cc3 d6 6.Fe2 e6 7.Fg5 Fe7 8.Cb3 0-0 9.0-0 a6 10.Fe3 b5 11.Fxb5 axb5 0-1 (Magritte, avec les blancs face à la défense sicilienne de Gracq, n’avait qu’un faible désavantage avant de capturer le pion b5 avec son fou, mais termine dans une position inférieure après cet échange sans compensation d’un fou contre un pion.)

Julien Gracq, Magritte R.
1.e4 e5 2.f4 d6 3.Fc4 Cf6 4.Cf3 Fg4 5.0-0 Fe7 6.Cc3 Cxe4 7.Fxf7+ Rxf7 8.Cxe4 Fxf3 9.Dxf3 Tf8 10.fxe5+ Rg8 11.Db3+ d5 12.Txf8+ Rxf8 13.Df3+ Rg8 14.Cg3 1-0 (Magritte, avec les noirs face au gambit-roi de Gracq, avait un net désavantage, mais après le 14ème coup de Gracq la position est plus équilibrée. Ici l’abandon est sans doute prématuré.)

  • 22 Duchamp (Marcel), Lettre autographe signée de Marcel Duchamp à René Magritte, New York, 26 octobr (...)
  • 23 Duchamp (Marcel), Hommage à Caïssa, affiche de l’exposition, Cordier et Ekstrom, New York, 1966, (...)
  • 24 Ibid.
  • 25 Troche (Sarah), «  Marcel Duchamp et les échecs  : “ tous les joueurs d’échecs sont des artistes (...)
  • 26 Cornil (Étienne), «  O’Kelly de Galway,  » dans Vannerom (René), Journal du CREB, n°  41, 2003, p (...)

12Si Magritte a démissionné du CREB, son intérêt pour le jeu semble cependant avoir perduré, comme en témoigne un échange avec Marcel Duchamp datant d’octobre 1965, où celui-ci le remercie «  d’avoir consenti à participer à l’exposition chez Ekstrom (Fév.66) au bénéfice de la Fondation USA pour les échecs  » et ajoute «  Le jeune Bobby Fischer est certainement un miracle de la nature mais je crains bien que le succès ne fasse éclater sa tête et qu’en fin de compte il ne devienne jamais qu’un des 25 meilleurs joueurs du monde. Jouez-vous beaucoup  ? Moi, plus – sauf en passe-temps22.  » Cette lettre fait suite à la réponse positive de Magritte, rédigée directement sur le carton d’invitation envoyé par Duchamp. Ce carton sera associé à ceux des autres artistes ayant confirmé leur participation, pour former l’arrière-plan de l’affiche «  Hommage à Caïssa  » de Duchamp, annonçant l’événement qui se tiendra à partir du 8 février 1966 à la galerie Cordier & Ekstrom de New York23. Magritte ajoute sur ce carton  : «  Je vous adresse cet encouragement au “noble jeu” […] Rencontre justement cet après-midi O’Kelly, qui prépare un ouvrage sur les échecs  »24. La fascination pour les échecs de Duchamp, maître de la fédération française depuis 1925 et participant à des tournois de haut niveau, dont quatre Olympiades sous les couleurs de l’équipe de France, est bien connue25, mais, au-delà de l’anecdote, cette correspondance nous renseigne sur l’intérêt persistant de Magritte, qui a prévu de rencontrer ce jour Albéric O’Kelly de Galway, plusieurs fois vainqueur du championnat de Belgique et Grand-Maître belge, dont la renommée n’est plus à faire en 196526. Cette correspondance nous offre également un exemple d’échange sur l’actualité du monde des échecs, marquée par l’ascension de Bobby Fischer, qui deviendra champion du monde en 1972 en s’imposant contre Boris Spassky, mettant ainsi, sur fond de guerre froide, un terme à l’hégémonie soviétique sur le championnat du monde.

  • 27 Voir l’Avertissement de Denis Marion (1969) dans Nougé (Paul), Journal (1941-1950) suivi de Notes (...)
  • 28 Cornil (Étienne), op. cit., p. 12.
  • 29 Cornil (Étienne), Les Cahiers du CREB, n°  1-2, Bruxelles, Cercle Royal des Échecs de Bruxelles, (...)
  • 30 En témoignent les 14 parties jouées entre 1934 et 1942, disponibles via la base de données échiqu (...)
  • 31 Defosse (Marcel), Van Seters (Frits), «  Le jeu d’échecs  », Les éditions Lumière, Bruxelles, 194 (...)
  • 32 Cornil (Étienne), op. cit.

13Enfin, Denis Marion (pseudonyme de Marcel Defosse), avec qui Nougé entreprend le projet qui aboutira aux Notes sur les échecs et pour Marion à La méthode intellectuelle d’Edgard Poe27, était également un joueur aguerri. Joueur de première catégorie en 193328, il participe ensuite à plusieurs championnats nationaux29 ainsi qu’aux Olympiades de 1937, aux côtés d’O’Kelly, sous les couleurs de la Belgique30. En outre, il corédigera un «  manuel du débutant  »31 avec Frits Van Seters, joueur de première catégorie et plusieurs fois champion de la fédération belge32.

14Le jeu d’échecs semble donc ancré dans le quotidien des surréalistes bruxellois, au niveau de la sociabilité (fréquentation des cercles, amitiés échiquéennes) comme au niveau de la pratique. Si nous pouvons dire – parties à l’appui – qu’en termes de performance, Magritte semble être resté une certaine période en troisième catégorie, en ce qui concerne Nougé nous ne disposons malheureusement, à ce jour, d’aucune partie permettant de juger de ses performances à l’échiquier. En revanche, ses Notes sur les échecs et certaines archives nous donnent un aperçu de ses compétences en la matière.

Nougé et la pensée échiquéenne

  • 33 Nougé (Paul), Cartons avec notes sur les échecs, manuscrit, Archives et Musée de la Littérature ( (...)
  • 34 Ibid.
  • 35 Nougé (Paul), Journal (1941-1950) suivi de Notes sur les échecs, Bruxelles, Didier Devillez Édite (...)
  • 36 Nougé (Paul), Max Euwe. La blocade Nimzowitsch, manuscrit, s.d., AML, FS4700175/0002.

15En vue de parties à venir, Paul Nougé tenait, notamment, une liste de futurs points d’étude à aborder concernant les ouvertures (débuts de partie à étudier ou à revoir, meilleure défense contre telle ou telle formation)33 et avait réalisé des notes manuscrites et de petites fiches didactiques reprenant certaines positions théoriques de fin de partie34. Il complétait sa préparation aux différentes phases du jeu par la lecture d’ouvrages généralistes (comme le «  Bréviaire des échecs  » de Xavier Tartakover35) ou plus spécialisés («  La blocade de Nimzowitsch  » de Max Euwe36, détaillant un thème stratégique).

«  Roi tour et pion contre roi et tour  » de Paul Nougé

«  Roi tour et pion contre roi et tour  » de Paul Nougé

Dépôt de la Bibliothèque Royale aux AML, FS47 00175/0003 © AML (Archives et Musée de la Littérature)
Publié avec l’aimable autorisation des éditions Allia.

«  Max Euwe. La blocade de Nimzowitch  » de Paul Nougé

«  Max Euwe. La blocade de Nimzowitch  » de Paul Nougé

Dépôt de la Bibliothèque Royale aux AML, FS47 00175/0002 © AML (Archives et Musée de la Littérature)
Publié avec l’aimable autorisation des éditions Allia.

  • 37 Nougé (Paul), Journal (1941-1950) op. cit., p. 165.
  • 38 Ibid.

16Nougé semble également s’être intéressé à des analyses de parties de maîtres. C’est à la faveur de ces analyses qu’il déclare que l’on peut percevoir, «  abstraction faite de ce que l’on pourrait nommer l’accidentel  : distraction, faute de jugement, gain ou perte de la partie  »37, des «  différences de qualité  » qui distinguent le maître de l’amateur et ajoute que le «  joueur moyen lisant une partie de maître a brusquement le sentiment qu’elle se meut sur un plan supérieur auquel il ne peut atteindre que par brefs et lointains regards  »38.

  • 39 Ibid., p. 154.
  • 40 Ibid., p. 169.
  • 41 Ibid., p. 166-167.

17La pratique des maîtres constituait en effet, à l’ère pré-informatique, le corpus de référence sur base duquel se développait la théorie échiquéenne, et l’ensemble de leurs contributions constitue un héritage dont l’histoire forme la «  culture échiquéenne  ». Nougé semble familier de celle-ci, lorsqu’il fait allusion aux joueurs du café de la Régence (Légal, Philidor)39 – qui officiaient à Paris au dix-huitième siècle – ou aux maîtres de l’échiquier plus contemporains comme Aaron Nimzowitsch, José Raùl Capablanca, Alexandre Alekhine ou Richard Réti, dont il commente les apports théoriques et les styles respectifs40. C’est également à cette culture qu’il fait appel lorsqu’il cite Steinitz et une partie Réti – Capablanca pour illustrer que le jeu positionnel et le jeu de combinaison, dont «  les ouvrages didactiques permettent trop souvent […] de s’imaginer qu’il s’agit […] de deux aspects du jeu correspondant à des attitudes mentales profondément différentes  » ne sont pas séparés «  par une différence de nature mais simplement par une différence d’accent  »41. On retrouve ici la méfiance de Nougé à l’égard du langage courant et de la façon dont celui-ci influence le rapport au réel, mais nous tenons surtout à souligner son attention pour les aspects cognitifs liés à la pratique du jeu.

  • 42 Ibid., p. 157.
  • 43 Ibid., p. 156.
  • 44 Ibid., p. 163.
  • 45 Ibid., p. 159.
  • 46 Ibid., p. 156.

18En joueur d’échecs averti, Nougé comprend qu’«  une fois passée la familiarisation avec la marche élémentaire des pièces et leurs actions réciproques […] commence le jeu  »42, gouverné par la stratégie – s’articulant autour de plans, à moyen ou long terme, basés sur certaines caractéristiques de la position – et par la tactique – visant un avantage à (très) court-terme, comme le gain d’une pièce, d’un pion ou un mat forcé. Au fil des positions successives, le joueur devra ainsi allier analyses et calculs – que Nougé distingue explicitement43 – sur base d’une «  observation renouvelée  », c’est-à-dire «  un mouvement mental coupé d’innombrables retours à la réalité extérieure la plus concrète et sans cesse rectifié en fonction de cette dernière  »44. Mais la tâche est complexe, car «  sur l’échiquier il est capital […] de savoir ce qu’il faut observer  »45 et le joueur doit recourir à une «  méthode », que Nougé décrit comme un ensemble de «  procédés extrêmement personnels et difficilement communicables à autrui  »46, pour prendre les décisions adéquates.

  • 47 Chassy (Philippe), Anic (Darko), Psychologie du joueur d’échecs, Saint Paul, Olibris, 2012, p. 19 (...)
  • 48 Ibid., p. 27.
  • 49 Ibid.
  • 50 Ibid.
  • 51 La gaffe ( ? ?) est un type de faute aux échecs, lorsqu’un coup concède un large avantage (matéri (...)
  • 52 Nougé (Paul), op. cit., p. 170.
  • 53 Chassy (Philippe), Anic (Darko), op. cit., p. 81-84.

19Ces considérations de Nougé sur l’intériorité du joueur d’échecs trouvent un écho dans les recherches contemporaines en psychologie cognitive qui, en s’intéressant aux joueurs d’échecs, suggèrent que la reconnaissance visuelle de configurations de pièces (motifs), en étroite collaboration avec la mémoire, constitue la base sur laquelle reposent les performances des maîtres47  : grâce à l’expérience et au travail, le joueur semble progressivement développer des heuristiques visuelles qui lui permettent de trouver plus rapidement l’information pertinente dans une position, et donc de «  savoir ce qu’il faut observer  »48. Cette perception morcelée de l’échiquier permet au joueur expérimenté, d’une part, d’analyser les caractéristiques d’une position – pour obtenir une évaluation et envisager un plan d’action ou des procédures typiques49 – et, d’autre part, de manipuler en mémoire de travail une représentation mentale de la position à des fins de calcul (imaginer des suites de coups à partir d’une position donnée)50. Mais les décisions prises sur cette base ne sont cependant pas infaillibles, et Nougé note  : «  la gaffe51 se passe presque d’explication chez le débutant  » mais est «  parfois singulièrement mystérieuse chez les maîtres […] Il est permis de penser […] que plus l’esprit est riche en images dynamiques, plus la projection de ces images sur l’échiquier risque, à la faveur d’un minime incident mental, de lui voiler la situation réelle  »52, ce qui renvoie, en psychologie cognitive, à la notion d’«  interférence  »53 entre représentation mentale et input visuel.

  • 54 Chassy (Philippe), Anic (Darko), op. cit., p. 153-162.

20En fin de compte, il s’agit pour le joueur de prendre une décision quant au prochain coup à jouer, et pour cela l’amateur peut se référer aux principes fondamentaux du jeu, qui peuvent servir d’heuristiques de décision54, tandis que le maître peut compter sur son expérience et son travail pour appréhender les positions plus sereinement et, si besoin, calculer de longues séquences concrètes de coups pour confirmer ou infirmer ce que suggéreraient des principes théoriques,

  • 55 Nougé (Paul), op. cit., p. 166.

Aux échecs, la conquête la plus difficile, sinon essentielle, c’est la liberté. Elle n’existe qu’aux extrêmes. À la faveur de l’inconscience, de l’ignorance, elle se trouve chez le débutant. Elle réapparaît chez les maîtres. Elle disparaît au milieu [chez l’amateur] sous le poids d’une médiocre science, des automatismes et des clichés. Vérité qui déborde largement l’échiquier, vérité infiniment plus générale. La poésie, la peinture, la guerre, la révolution55.

  • 56 Ibid., p. 171.
  • 57 Au sens entendu par Caraes (Marie-Haude) et Marchand-Zanartu (Nicole), Images de pensée, Paris, é (...)
  • 58 Nougé (Paul), Aux amateurs de pensée  : se mettre à l’école de la ruse – sinon rien de fait, Épre (...)

21Ainsi, Paul Nougé nous apparaît soucieux de progresser et assez familier de la culture échiquéenne, mais surtout comme un «  amateur de pensée  » attentif aux ressources mentales déployées devant l’échiquier. Il semble donc que ce soit en connaissance de cause que, dans la conception nougéenne, les attitudes mentales nécessaires aux pratiques échiquéennes et poétiques procèdent du même mouvement de pensée56 et mettent en œuvre une méthode comparable, placée sous le signe de la ruse. Cette mise en parallèle esquissée par Nougé est particulièrement visible dans une «  image de pensée  »57 de sa main58  :

«  Aux amateurs de pensée  : se mettre à l’école de la ruse sinon rien de fait  » de Paul Nougé

«  Aux amateurs de pensée  : se mettre à l’école de la ruse sinon rien de fait  » de Paul Nougé

Dépôt de la Bibliothèque Royale aux AML, FS47 00184/0004
© AML (Archives et Musée de la Littérature)
Publié avec l’aimable autorisation des éditions Allia.

  • 59 Nougé (Paul), op. cit., p. 168.
  • 60 Gillain (Nathalie), op. cit., p. 117.

22Fasciné par la puissance de la généralisation et de l’analogie, Nougé nous expose une mise en réseau des notions qui le préoccupent. Bien qu’elles y soient interconnectées, il a jugé nécessaire d’ajouter une relation en pointillé entre «  Poésie  » et «  Échecs  », comme pour souligner le parallèle qu’il conçoit entre les deux pratiques, où l’activité de l’esprit tend vers une stratégie et – prévoyant certains effets – calcule ses coups et combinaisons grâce à une «  méthode  » personnelle. Les signes (mots, images, sons) étant plus «  imprévisibles  » (ambigus) que les pièces d’un échiquier, il est d’autant plus important d’être prudent et de pratiquer une «  observation renouvelée  », c’est-à-dire de confronter les effets escomptés aux effets réels, afin de s’adapter en conséquence  ; il s’agit, autrement dit, de considérer le lecteur/spectateur en adversaire plutôt qu’en vaincu59. Enfin, l’ensemble des notions s’articule autour de la notion de révolution, subordonnant ces pratiques au projet éthique subversif que se sont donné les surréalistes60.

Conclusion

  • 61 Ibid.
  • 62 Nougé (Paul), op. cit., p. 167-168.

23La sociabilité de Paul Nougé et René Magritte témoigne donc d’un intérêt prolongé pour le jeu d’échecs. L’investissement du théoricien et instigateur des activités du groupe de Bruxelles vis-à-vis de la pensée échiquéenne apporte un éclairage, ancré dans ses préoccupations quotidiennes, sur le parallèle qu’il dessine entre échecs et poésie. Dans la conception nougéenne, la figure du «  poète-joueur d’échecs  » ne semble ainsi pas relever uniquement de l’ethos ou de la simple métaphore, mais effectivement renvoyer – de manière informée – à une pratique poétique subordonnée à une stratégie, visant l’objectif éthique subversif du groupe61. Plutôt qu’essayer de soumettre le langage à des principes théoriques préétablis (idéologiques ou formels62), la pratique poétique est pensée en termes de moyens d’action et recourt à la (re)combinaison de motifs préexistants.

  • 63 Voir Gillain (Nathalie), op. cit. ou Gillain (Nathalie), «  La subversion des images et des clich (...)
  • 64 Magritte (René), «  La belle lurette  », 1965, Collection privée.
  • 65 Magritte (René), «  Le temps jadis  », 1966, Collection privée.
  • 66 Magritte (René), «  L’Art de la conversation  », dessin, Galerie Retelet, Monaco, 1967.
  • 67 Berchtold (Jacques), «  Échiquiers d’encre. Introduction  » dans Berchtold (Jacques), Échiquiers (...)
  • 68 Ibid.
  • 69 Magritte exploite cette dualité en donnant à voir des figures dont la base est celle de pièces fa (...)

24Les exemples ne manquent pas63 mais, à titre d’illustration, nous invitons le lecteur à comparer les «  images  » de Magritte intitulées «  La belle lurette  » (1965)64, «  Le temps jadis  » (1966)65 et «  L’art de la conversation  » (1967)66, tardives mais qui mobilisent justement des motifs échiquéens. Les trois œuvres sont similaires sur le plan de la composition et montrent à l’avant-plan droit une figure, dont le corps est une pièce d’échecs et dont la tête est soit celle d’un oiseau soit, dans les deux autres cas, un œil. L’arrière-plan présente soit un feu, soit une tour, soit deux personnages de dos (que l’on imagine discuter). Ces compositions nous présentent une pièce hors du contexte habituel de l’échiquier et troublent le spectateur en jouant sur la nature duale des pièces d’échecs, qui renvoient d’une part à un «  personnel représenté et incarné […] fous, cavaliers, reines, etc.  »67 chargés d’un potentiel évocateur mais qui d’autre part «  ne sont en fait que des vecteurs, c’est-à-dire une somme de paramètres (directions, portées, etc.) qui pourraient demeurer de pures abstractions, caractérisées de façon suffisante sans recourir à la forme qui les matérialise sur l’échiquier68. L’ensemble renvoie à des images de compositions similaires à l’intérieur desquelles se (re)combinent certains motifs de l’œuvre de Magritte pour troubler l’observateur69.

  • 70 D’après une idée de Nougé, évoquée dans Magritte (René), Lettre autographe signée adressée à Jacq (...)

25À la lumière de notre exposé, les membres du «  groupe de Bruxelles  » nous apparaissent donc – dans leur rapport au monde, aux champs artistiques ou à l’échiquier – comme «  ceux qui croyent qu’une partie reste à jouer  »70.

Haut de page

Notes

1 Aron (Paul), «  Les groupes littéraires en Belgique et le surréalisme entre 1918 et 1940  », dans Textyles, n°  8, 1991, p. 9-27.

2 Gillain (Nathalie), «  Du Géant à l’échiquier. Paul Nougé au pied de la lettre  », dans Dewez (Nausicaa) et Martens (David), dir., Interférences littéraires, nouvelle série, vol. 1, n°  2, «  Iconographies de l’écrivain  », 2009, p. 113-137.

3 Nougé (Paul), Journal (1941-1950) suivi de Notes sur les échecs, Bruxelles, Didier Devillez Éditeur, 1968, p. 168.

4 Gillain (Nathalie), op. cit., p. 117.

5 Wangermée (Robert), «  Penser d’une manière musicale, selon Paul Nougé  », dans Textyles, n°  26-27, 2005, p. 72-78.

6 Nougé (Paul), op. cit., 1968, p. 171.

7 Cornil (Étienne), Les Cahiers du CREB, n°  14, Bruxelles, Cercle Royal des Échecs de Bruxelles, 2023, p. 10.

8 Ibid., p. 13.

9 Ibid., p. 15.

10 Ibid., p. 16-17.

11 Seneca (Camil), 150 problèmes d’échecs, Les Nouvelles Éditions Marabout, Verviers, 1979, p. 9-41.

12 Cornil (Étienne), op. cit., p. 18.

13 Ibid., p. 22-23.

14 Ibid., p. 24.

15 Ibid., p. 31.

16 Nougé (Paul), Notes sur les échecs, Bruxelles, Les Lèvres Nues, 1968.

17 Marek (Yves), Art, échecs et mat, Paris, Imprimerie nationale édition, 2008, p. 101.

18 Cornil (Étienne), op. cit., p. 31.

19 Cornil (Étienne), «  Le pion f.  », Bulletin officiel de la Fédération Échiquéenne Francophone de Belgique, n°  185, https://www.fefb.be/images/Pionf/PION %20F %20185.pdf, consulté le 10 février 2024, 2020, p. 481.

20 Ibid.

21 Magritte (René), Lettre autographe signée adressée à Julien Gracq, 10 août 1950, Bruxelles, Collection de la Maison Magritte.

22 Duchamp (Marcel), Lettre autographe signée de Marcel Duchamp à René Magritte, New York, 26 octobre 1965, Collection privée.

23 Duchamp (Marcel), Hommage à Caïssa, affiche de l’exposition, Cordier et Ekstrom, New York, 1966, https://www.duchamparchives.org/amd/archive/component/SBK4_1966-67_20/fr/, consulté le 13 février 2024.

24 Ibid.

25 Troche (Sarah), «  Marcel Duchamp et les échecs  : “ tous les joueurs d’échecs sont des artistes ” » dans Mussou (Amandine), Troche (Sarah), Le jeu d’échecs comme représentation. Univers clos ou reflet du monde  ?, Paris, éditions Rue d’Ulm, 2009, p. 81-93.

26 Cornil (Étienne), «  O’Kelly de Galway,  » dans Vannerom (René), Journal du CREB, n°  41, 2003, p. 9.

27 Voir l’Avertissement de Denis Marion (1969) dans Nougé (Paul), Journal (1941-1950) suivi de Notes sur les échecs, Bruxelles, Didier Devillez Éditeur, 1968, p. 151.

28 Cornil (Étienne), op. cit., p. 12.

29 Cornil (Étienne), Les Cahiers du CREB, n°  1-2, Bruxelles, Cercle Royal des Échecs de Bruxelles, 2009.

30 En témoignent les 14 parties jouées entre 1934 et 1942, disponibles via la base de données échiquéennes en ligne chessgames.com, https://www.chessgames.com/perl/chessplayer ?pid =37006, consultée le 3 février 2024.

31 Defosse (Marcel), Van Seters (Frits), «  Le jeu d’échecs  », Les éditions Lumière, Bruxelles, 1944.

32 Cornil (Étienne), op. cit.

33 Nougé (Paul), Cartons avec notes sur les échecs, manuscrit, Archives et Musée de la Littérature (AML), FS4700175/0004.

34 Ibid.

35 Nougé (Paul), Journal (1941-1950) suivi de Notes sur les échecs, Bruxelles, Didier Devillez Éditeur, 1968, p. 169.

36 Nougé (Paul), Max Euwe. La blocade Nimzowitsch, manuscrit, s.d., AML, FS4700175/0002.

37 Nougé (Paul), Journal (1941-1950) op. cit., p. 165.

38 Ibid.

39 Ibid., p. 154.

40 Ibid., p. 169.

41 Ibid., p. 166-167.

42 Ibid., p. 157.

43 Ibid., p. 156.

44 Ibid., p. 163.

45 Ibid., p. 159.

46 Ibid., p. 156.

47 Chassy (Philippe), Anic (Darko), Psychologie du joueur d’échecs, Saint Paul, Olibris, 2012, p. 19-24.

48 Ibid., p. 27.

49 Ibid.

50 Ibid.

51 La gaffe ( ? ?) est un type de faute aux échecs, lorsqu’un coup concède un large avantage (matériel, attaque de mat) injustifié à l’adversaire. Se distingue, dans la typologie de la discipline, des coups douteux ( ? !), mauvais coups ( ?) et imprécisions.

52 Nougé (Paul), op. cit., p. 170.

53 Chassy (Philippe), Anic (Darko), op. cit., p. 81-84.

54 Chassy (Philippe), Anic (Darko), op. cit., p. 153-162.

55 Nougé (Paul), op. cit., p. 166.

56 Ibid., p. 171.

57 Au sens entendu par Caraes (Marie-Haude) et Marchand-Zanartu (Nicole), Images de pensée, Paris, éditions de la Réunion des musées nationaux, 2019.

58 Nougé (Paul), Aux amateurs de pensée  : se mettre à l’école de la ruse – sinon rien de fait, Épreuve d’imprimerie, s.d., AML, FS4700184/0003-0004.

59 Nougé (Paul), op. cit., p. 168.

60 Gillain (Nathalie), op. cit., p. 117.

61 Ibid.

62 Nougé (Paul), op. cit., p. 167-168.

63 Voir Gillain (Nathalie), op. cit. ou Gillain (Nathalie), «  La subversion des images et des clichés littéraires, par Paul Nougé  », dans Textyles, n°  43, 2013, p. 27-40

64 Magritte (René), «  La belle lurette  », 1965, Collection privée.

65 Magritte (René), «  Le temps jadis  », 1966, Collection privée.

66 Magritte (René), «  L’Art de la conversation  », dessin, Galerie Retelet, Monaco, 1967.

67 Berchtold (Jacques), «  Échiquiers d’encre. Introduction  » dans Berchtold (Jacques), Échiquiers d’encre. Le jeu d’échecs et les lettres (XIXe-XXe siècles), Genève, Droz, 1998, p. 17.

68 Ibid.

69 Magritte exploite cette dualité en donnant à voir des figures dont la base est celle de pièces familières, mais sans qu’on puisse toutefois les identifier ou visualiser leurs déplacements. Dans le même temps, il personnifie ces pièces inanimées en les ornant d’attributs renvoyant au vivant (œil, tête d’oiseau). Enfin, la tête d’oiseau précitée rappelle à l’observateur complice celle du sommet de la montagne du «  Domaine d’Arnheim  » (1962) et les personnages identiques à ceux que l’on peut observer discuter dans le ciel de «  L’Art de la conversation  ». Ce contraste se retrouvait déjà dans le tableau «  Échec et mat  » (vers 1936), où l’attention est attirée par la mise en échec du roi blanc par le fou noir, tous les deux personnifiés, tandis que le reste des pièces de l’échiquier sont inspirées de celles du jeu créé par Man Ray en 1920.

70 D’après une idée de Nougé, évoquée dans Magritte (René), Lettre autographe signée adressée à Jacques [Meuris], 1947, Collection privée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre «  Roi tour et pion contre roi et tour  » de Paul Nougé
Crédits Dépôt de la Bibliothèque Royale aux AML, FS47 00175/0003 © AML (Archives et Musée de la Littérature)Publié avec l’aimable autorisation des éditions Allia.
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/6625/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre «  Max Euwe. La blocade de Nimzowitch  » de Paul Nougé
Crédits Dépôt de la Bibliothèque Royale aux AML, FS47 00175/0002 © AML (Archives et Musée de la Littérature) Publié avec l’aimable autorisation des éditions Allia.
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/6625/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre «  Aux amateurs de pensée  : se mettre à l’école de la ruse sinon rien de fait  » de Paul Nougé
Crédits Dépôt de la Bibliothèque Royale aux AML, FS47 00184/0004© AML (Archives et Musée de la Littérature)Publié avec l’aimable autorisation des éditions Allia.
URL http://journals.openedition.org/textyles/docannexe/image/6625/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 458k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Vandensavel, « «  Ceux qui croyent qu’une partie reste à jouer  » »Textyles, 66 | 2024, 107-120.

Référence électronique

Christophe Vandensavel, « «  Ceux qui croyent qu’une partie reste à jouer  » »Textyles [En ligne], 66 | 2024, mis en ligne le 16 avril 2024, consulté le 13 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/textyles/6625 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.6625

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search