Navigation – Plan du site

AccueilNuméros66ChroniquesComptes rendusDroit et justice dans la littérat...

Chroniques
Comptes rendus

Droit et justice dans la littérature francophone de Belgique, ss la dir. de Bernard Ribémont et Joanna Teklik

Paris, Classiques Garnier, 2021.
Paul Aron
p. 131-134
Référence(s) :

Droit et justice dans la littérature francophone de Belgique, ss la dir. de Bernard Ribémont et Joanna Teklik, Paris, Classiques Garnier, 2021.

Texte intégral

1Ce volume constitue les actes d’un colloque tenu à Poznan en décembre 2019. Les analyses qu’il propose n’étant toutefois nullement périmées, il mérite une recension, même tardive.

2Le titre est particulièrement bien choisi, parce qu’il permet de faire dialoguer deux thématiques différentes. La question du droit offre en effet l’occasion de s’intéresser aux procès, réels ou fictifs, à l’institution judiciaire et à ses personnages, voire à la trajectoire des avocats qui écrivent. La question de la justice s’ouvre quant à elle à des questionnements moraux, philosophiques ou religieux. Potentiellement, c’est une tension entre ces plans qui peut nourrir l’œuvre d’un écrivain, lorsque le tribunal soumet l’individu à un choix injuste, ou lorsqu’il condamne ce qu’un autre estimait juste dans un contexte donné. Sans épuiser le sujet, qui est un des plus féconds de la création littéraire, les études ici rassemblées illustrent plusieurs cas de figure.

3Renata Bizek-Tatara relit Sept démons dans la ville de Françoise Mallet-Joris, un roman de 1999 inspiré par l’affaire Dutroux. La romancière insiste sur la déliquescence d’un État qui ne consacre pas assez de moyens à la justice et échoue à protéger les citoyens. Elle oppose cette inefficacité à l’énergie collective des participants à la Marche blanche qui lui semble porteuse d’espoir.

4Dans un excellent article consacré à Maurice Maeterlinck, Laurence Boudart rappelle combien la justice a toujours taraudé l’éphémère avocat qu’il fut. Pelléas ne meurt-il pas sous les coups de son frère «  parce qu’il le faut  »  ? Souvent abstraites avant la Grande Guerre, ses réflexions sont creusées dans deux pièces de théâtre tardives, Le Bourgmestre de Stilmonde et Le Sel de la vie (1920). L’une et l’autre sont des drames éthiques, des dilemmes situationnels qu’un personnage résout en acceptant de se sacrifier. C’est également le cas de l’Abbé Sétubal, le protagoniste de la pièce éponyme publiée en 1959. À chaque fois, sans prendre lui-même parti, Maeterlinck réussit à rendre ces situations concrètes et vivantes.

5Autre avocat, mais victime lui-même d’une décision judiciaire, Jean-Claude Pirotte pose, dans Absent de Bagdad (2007), une triple question de justice  : le narrateur musulman incrimine successivement le comportement des forces américaines, la confession des croyants et la «  démocratie totalitaire  » asservie à l’argent et aux technologies. Selon Cristina Robaldo-Cordeiro, le récit évite le roman à thèse en renouant avec le prophétisme de Bernanos.

6Laurent Demoulin revient pour sa part sur les Inconnus dans la maison (1939), un «  roman dur  » de Simenon adapté à deux reprises au cinéma. Dans sa lecture inspirée par les catégories de Raphaël Baroni, il insiste sur la rhétorique de prétoire qui est au cœur de la tension narrative. Il montre aussi que la position de Simenon à l’égard de la justice est au moins aussi ambiguë que celle de Maigret  : elle reste une justice de classe pour laquelle la vérité importe moins que la conservation de l’ordre social.

7La réflexion de Bernadette Desorbay sur l’œuvre de Pierre Mertens, parfois un peu énigmatique pour qui ne connaît pas parfaitement les textes de référence, aboutit à réconcilier la compassion dont font preuve les porte-parole de l’écrivain et sa plaidoirie contre l’oubli des fautes.

8Marie Giraud-Claude-Lafontaine compare deux romans contemporains consacrés à des vengeances légitimes mais extrajudiciaires. Nicolas Ancion raconte l’enlèvement de Lakshmi Mittal dans L’Homme qui valait 35 milliards (2009) et Thomas Gunzig la vie mouvementée d’Alice, kidnappeuse et meurtrière de son propre fils, dans Feel Good (2019). Les deux œuvres sont construites sur des dilemmes moraux, mais traitées dans des registres bien différents, Ancion sur le mode sérieux, quoique dans l’excès, et Gunzig, par l’ironie. L’un et l’autre sont donc des «  injusticiers  ».

9Agnieszka Kukurik revient sur l’itinéraire politique de Conrad Detrez, jeune catholique wallon épris de justice sociale et militant en Amérique latine. Son parcours dans l’œuvre rappelle qu’après le marxisme et la théologie de la libération, Detrez a fini par livrer dans son livre-bilan, Les Noms de la tribu, des considérations assez mélancoliques sur le prix humain à payer dans les combats émancipateurs.

10Sandrine Willems a notamment publié, on s’en souvient sans doute, une série de 11 petits romans sous le titre générique Les Petits dieux (2001-2002). Anna Loba insiste sur l’unité de cette œuvre, qui présente autant de personnages révoltés ou désemparés face au monde social. Les animaux qui les guident spirituellement conduisent, dans l’itinéraire de l’auteure, à l’essai L’Animal à l’âme (2011). Elle y plaide pour que justice soit rendue aux animaux, dans le respect et le désintéressement.

11Deux contributions sont liées à la seconde guerre mondiale. Atinati Mamatsashvili analyse L’Herbe qui tremble de Paul Willems (1942), la très belle nouvelle de Marcel Thiry intitulée «  Frontière  » (publiée en 1938, et qui a conservé toute son actualité) et deux romans de Max Servais. Malgré la diversité de leurs engagements (ou de leur absence d’engagement), tous dénoncent, selon l’auteure, l’exclusion de la communauté dont les Juifs ont été victimes. De son côté, Marc Quaghebeur revient, de manière définitive sans doute, sur l’ombre portée des errements des Volontaires du travail sur (et dans) toute l’œuvre d’Henri Bauchau. Après avoir rappelé les faits dans leur chronologie la plus fine, il montre combien le littéraire a été pour l’écrivain un lieu de résilience face aux traumatismes intériorisés  : «  Chez Bauchau, écrit-il, le droit comme la justice sont omniprésents, mais au sein de métamorphoses fictionnelles qui ne les proposent jamais de façon totalement explicite.  »

12Dans la série des avocats-écrivains belges, Henry Soumagne et Albert Guislain, deux disciples d’Edmond Picard, occupent une place importante. Bernard Ribémont examine attentivement les «  romans-judiciaires  » du premier, qui réussissent à créer un intérêt tout littéraire chez leurs lecteurs tout en écartant à peu près complètement le recours à l’imagination. Leur capacité à communiquer la substance dramatique des faits divers se conjugue avec un sens de l’humain et de la psychologie des acteurs dignes d’éloges. Joanna Tetlik suit quant à elle le parcours de Guislain dont un des textes majeurs guide le lecteur dans les dédales du Palais de justice de Bruxelles. La réhabilitation du «  Mammouth  » de Poelaert lui permet d’insister sur la dimension humaine de l’appareil judiciaire.

13Katherine Rondou étudie les «  Représentations du procès de Jésus dans la littérature belge francophone  ». Pas moins de 18 textes relevant des genres de la fiction, du théâtre ou de l’essai révèlent la diversité des interprétations du récit biblique.

14Enfin, Przemyslaw Szczur consacre un article au roman policier Un long moment de silence (2013), le roman de Paul Colize qui prend, lui aussi, naissance dans les événements des années 1940-1945. Recherche familiale autant que fiction, le héros explore en détective amateur l’histoire d’une famille polonaise qui se révélera être celle de l’auteur. La fiction lui permet de poser nombre de questions éthiques, sur la nécessité de punir ceux que la justice a laissé s’échapper, sur l’imprescriptibilité des crimes majeurs.

15Un mot sur l’édition. Les classiques Garnier laissent toute la responsabilité du texte aux auteurs, qui ne sont pas des professionnels de l’édition. Nombre de fautes typographiques auraient pu être évitées par de meilleurs professionnels. Il faut déplorer un certain Verharen, la «  chaire torturée  » de Detrez, un «  se -demande-t-il le narrateur  », un «  deuxième volumes  » et quelques autres coquilles du même acabit.

16Comme tous les collectifs, l’ouvrage nous force à de brefs résumés. Mais sa richesse est considérable. Il fait date non seulement par l’importance de son objet, mais aussi par la dynamique de recherche dont il témoigne  : une dynamique internationale, où des chercheurs et chercheuses belges, polonais(es) et français(es) unissent leurs efforts pour mieux comprendre la littérature belge. Il n’est pas certain que ce genre de réalisation survive très longtemps à l’élimination des lecteurs belges à l’étranger voulue par les décideurs politiques de la CFWB.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron, « Droit et justice dans la littérature francophone de Belgique, ss la dir. de Bernard Ribémont et Joanna Teklik »Textyles, 66 | 2024, 131-134.

Référence électronique

Paul Aron, « Droit et justice dans la littérature francophone de Belgique, ss la dir. de Bernard Ribémont et Joanna Teklik »Textyles [En ligne], 66 | 2024, mis en ligne le 16 avril 2024, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/textyles/6642 ; DOI : https://doi.org/10.4000/textyles.6642

Haut de page

Auteur

Paul Aron

Université Libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search