Navigation – Plan du site

Les savoirs professionnels mobilisés dans le travail des conseillers pédagogiques de l’enseignement agricole public

Jean-François MARCEL et Audrey Garcia

Résumés

L’article appréhende les séances de conseil pédagogique pendant les stages de pratique accompagnée des professeurs stagiaires de l’enseignement agricole public français, à partir du modèle des situations de tutelle proposé par Jérôme Bruner. Son objectif est de décrire les savoirs professionnels mobilisés par les conseillers pédagogiques pour permettre les apprentissages de leurs stagiaires.

L’analyse de l’enregistrement de 14 séances de débriefing permet de repérer la mise en œuvre des six fonctions de l’étayage qu’a définies Bruner (caractéristiques des situations de tutelle et regroupées en « fonction relationnelle » et « fonction de guidance » et « fonction d’intervention ») et atteste ainsi de la mobilisation de savoirs professionnels spécifiques au conseil pédagogique.

Quatre familles de savoirs ont pu être identifiées, les savoirs professionnels relatifs à l’instauration du dialogue, les savoirs professionnels relatifs à la théorisation de l’expérience, les savoirs professionnels relatifs à l’inférence et les savoirs professionnels relatifs à l’évaluation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les travaux consacrés au conseil pédagogique soulignent les difficultés qui caractérisent cette activité professionnelle (par exemple Chaliès et Durand, 2000). Dans le prolongement de ce constat, le présent article va s’attacher de comprendre comment les conseillers pédagogiques (CP) arrivent à dépasser cette difficulté et à obtenir quelque réussite.

2A partir d’analyse qualitative d’enregistrements vidéos, la recherche ciblera la phase d’entretiens post-séance (ou débriefing) dans le cas d’un échantillon de CP de l’enseignement agricole public français.

3Elle s’attachera à montrer que les débriefings présentent les caractéristiques du modèle des situations de tutelle proposé par Bruner. Ce rapprochement débriefing / situation de tutelle constitue un indicateur de réussite dans la mesure où ces situations permettent le déploiement de dynamiques d’étayage, potentiellement propices au développement, professionnel ici, des professeurs stagiaires.

4Dès lors, pour analyser plus avant cette réussite des CP, l’article se donnera pour objectif de mettre au jour et de caractériser les savoirs professionnels spécifiques que mobilisent les CP dans leurs pratiques de débriefing.

Présentation de la recherche

Brève revue de littérature

5La synthèse réalisée par Chaliès et Durand, (2000) indique que le conseil pédagogique regroupe des actions aussi diverses que l’observation par le stagiaire de leçons conduites par le tuteur, l’observation plus ou moins systématique par le tuteur de leçons conduites par le stagiaire, des entretiens à la suite de ces observations, la conception commune de cycles de travail, la co-animation de leçons, des échanges informels dans la salle des professeurs, etc. Toutefois, sa forme la plus typique est l’entretien qui suit l’observation systématique d’une leçon menée par le stagiaire (Chaliès et Durand, 2000).

6L’utilité de cette situation de débriefing est largement discutée dans la littérature, en particulier parce que les conseillers pédagogiques sont confrontés à plusieurs dilemmes : aider ou évaluer, transmettre le métier ou faire réfléchir sur le métier, permettre d’enseigner ou d’apprendre à enseigner (Chaliès et Durand, 2000). Trois orientations sont proposées pour faire évoluer cette situation : renforcer la collaboration entre CP et stagiaires, renforcer la collaboration d’un CP avec plusieurs stagiaires ou développer, au sein de l’établissement, un collectif de formation (Chaliès, Cartaut, Escalié et Durand, 2009).

7Durant ces entretiens post-séance, les interactions sont variées et permettent aux tuteurs de s’engager dans de multiples formes d’aides aux stagiaires (Boudreau et Baria, 1998 ; Williams, 1993 ; Zanting, Verloop et Vermunt, 2001a). Leurs interventions sont décrites comme très diversifiées et complexes : ils sont à la fois observateurs (Rikard, 1990), conseillers (Abell et al., 1995; Williams, 1993), collaborateurs (Saunders, Pettinger, et Tomlinson, 1995), confidents (Clifford et Green, 1996), modèles d’enseignement (Williams, 1993), organisateurs (Rikard, 1990), et évaluateurs (Rikard, 1990 ; Williams, 1993). Ils constituent également un support technique (Pajak, 2001) et une source de connaissances professionnelles pour les stagiaires (Sandford et Hopper, 2000), qu’ils aident à s’engager dans une pratique réflexive (Sandford et Hopper, 2000 ; Zanting, Verloop et Vermunt, 2001b).

8La conduite de ces interactions soulève la question des compétences des CP. Chaliès, Cartaut, Escalié et Durand (2009) recensent les difficultés rencontrées, par exemple pour s’extraire de leur statut d’enseignant expérimenté ou pour effectuer un « transfert » entre leur métier d’enseignant et celui de formateur. A la suite de leur seconde note de synthèse sur ce thème, les auteurs insistent sur la nécessité de la mise en place d’une véritable formation des CP.

9Si les difficultés que pose le conseil pédagogique en général et la situation de l’entretien post-séance (ou débriefing) en particulier ont été analysées, c’est un peu moins le cas des « réussites » qui s’y déploient. Ainsi, le présent article va s’attacher à mettre au jour comment les CP parviennent à « se sortir » d’une situation professionnelle difficile.

Problématisation

10Notre hypothèse générale est que les CP construisent et mobilisent des « savoirs professionnels » spécifiques à la gestion de la situation de débriefing. La notion de savoirs professionnels est ici entendue dans un sens littéral, c’est-à-dire les savoirs requis pour être en mesure de prendre en charge les tâches professionnelles (Marcel, 2005). Cela nous conduit à circonscrire notre préoccupation sur la phase de mobilisation des savoirs professionnels, au sein des pratiques mises en œuvre dans les situations de débriefing.

11Dès lors, il s’agit de convoquer un cadre d’analyse permettant le repérage de ces savoirs professionnels. Nous avons retenu la proposition de Bruner (1998) qui, dans le prolongement des travaux de Vygotsky (1983/1985) sur la médiation, défend que l’élaboration des connaissances se fait dans et par les interactions de tutelle, caractérisées par l’importance de leur dimension communicationnelle,  principalement du dialogue. Il est important de préciser que nous n’étudions pas les savoirs professionnels construits par les stagiaires grâce à l’étayage des CP mais bien les savoirs professionnels mobilisés par les CP pour mettre en œuvre une situation de tutelle. Ainsi, notre hypothèse générale s’opérationnalise au travers de cette situation. En effet, il s’agit de montrer que les CP « réussissent » leur débriefing. Pour ce faire, nous nous attacherons à rapprocher le débriefing des situations de tutelle (à partir des fonctions définies par Bruner), situations présentant les conditions requises à la mise en œuvre des dynamiques d’étayage. Les savoirs professionnels repérés seront ceux permettant aux CP de conduire leur débriefing selon les caractéristiques d’une situation de tutelle.

Cadre théorique : le concept d’étayage

12Pour rendre compte des processus de régulation à l’oeuvre au sein de ces interactions de tutelle, Bruner introduit le concept d’étayage. Lié à celui de zone proximale de développement (Vygotsky, 1983/1985), l’étayage désigne « l’ensemble des interactions d’assistance de l’adulte permettant à l’enfant d’apprendre à organiser ses conduites afin de résoudre seul un problème qu’il ne savait pas résoudre au départ ». (Bruner, 1998, p. 148). L’étayage des apprentissages permet de préciser la définition du processus de tutelle : « Il s’agit des moyens grâce auxquels un adulte (ou un spécialiste) vient en aide à une personne moins adulte ou moins spécialiste que lui. » (p. 150).

13L’article n’étudie pas l’étayage mais les pratiques de débriefing à partir du modèle de situation de tutelle. Si le débriefing peut être considéré comme une situation de tutelle, cela montrera :

  • que les CP ont « réussi » à permettre aux stagiaires de se développer professionnellement (au moins potentiellement, au travers de dynamiques d’étayage)

  • que les CP ont mobilisé des savoirs professionnels spécifiques leur permettant de maintenir les différentes fonctions de la situation de tutelle.

14Pour ce faire, il est nécessaire d’accepter la migration d’une modélisation ciblant le développement de l’enfant à une analyse d’une situation de développement professionnel d’enseignants stagiaires. Cette migration nous paraît acceptable car la proposition de Bruner n’est pas ici utilisée pour étudier l’apprentissage professionnel des stagiaires (à l’aide de l’étayage) mais pour repérer des savoirs professionnels mobilisés par les CP pour conduire un débriefing (analysé à partir du modèle de la situation de tutelle). Son utilisation se situe donc au niveau de la situation de tutelle et du tuteur et évite la transposition « développement de l’enfant / apprentissage professionnel », du moins pour partie car, rappelons-le, elle retient l’étayage comme processus potentiel contributif au deux.

La situation de tutelle

15La mise au jour des savoirs professionnels des CP se fera au travers de l’analyse des pratiques mises en œuvre au sein de la situation de débriefing analysée à partir du modèle de la situation de tutelle. Plus précisément, il s’agira de repérer comment ces pratiques permettent de réguler cette situation, comment elles prennent en charge les six fonctions de l’étayage.

16Pour faciliter l’analyse, nous avons choisi de regroupe ces fonctions en trois registres différents correspondant aux trois composantes principales de l’activité de conseil : entrer en relation, guider et montrer.

La fonction relationnelle

17Elle concerne la prise en charge de l’autre (ici le professeur-stagiaire) pour lui permettre de participer pleinement à la situation de tutelle. Elle regroupe deux fonctions :

  • la fonction « d’enrôlement » consiste à engager l’intérêt et l’adhésion du formé envers les exigences de la tâche mais aussi envers la situation de tutelle,

  • la fonction de « contrôle de la frustration » s’attache à rendre la situation si ce n’est confortable tout au moins acceptable pour le formé (l’encourager, valoriser son travail, lui permettre de ne pas « perdre la face » en cas d’erreur) tout en évitant que ne s’installe une trop grande dépendance du formé à l’égard de son tuteur.

La fonction de guidance

18Elle se caractérise par le fait que le tuteur adopte la logique du formé (accompagnement) mais lui permet de ne pas s’égarer et de pouvoir tirer le meilleur profit de la situation (guidage). Elle regroupe deux fonctions :

  • la fonction « maintien de l’orientation » demande au tuteur de préserver la poursuite des objectifs définis, d’éviter que les formés ne s’attardent ou ne s’égarent vers d’autres buts. Cela passe par la valorisation des enjeux de la tâche à effectuer.

  • la fonction « signalisation des caractéristiques déterminantes » invite les tuteurs à souligner les caractéristiques pertinentes de la tâche pour que le formé réussisse à la réaliser.

La fonction d’intervention

19Elle concerne les volets de la tâche que le CP va prendre en charge car le stagiaire n’est pas encore capable de les mener à bien. C’est principalement sur la fonction d’intervention que seront mobilisés les formats. Elle regroupe deux fonctions :

  • la fonction de « réduction des degrés de liberté » recourt à « une simplification de la tâche par réduction du nombre des actes constitutifs requis pour atteindre la solution » (Bruner, 1998, p. 277). Le tuteur va combler les lacunes du formé pour lui permettre de réaliser la tâche fixée.

  • la fonction de « démonstration » (ou « présentation de modèles de solution pour une tâche ») ne se limite pas à réaliser cette tâche en présence du formé mais s’accompagne de formes de théorisations permettant au formé de s’approprier la démonstration.

Situation de tutelle et conseil pédagogique

20Nous pouvons considérer la situation de débriefing du conseil pédagogique comme une situation de tutelle. Nous avons déjà indiqué que les trois registres des fonctions de la situation de tutelle correspondaient aux trois composantes principales de l’activité de conseil : entrer en relation, guider et montrer. Pour justifier plus avant cette affirmation, nous mettrons en parallèle (dans le tableau suivant) les trois registres de fonctions caractéristiques de la situation de tutelle et les différentes caractéristiques de la situation de débriefing du conseil pédagogique repérées à partir d’une revue de littérature internationale.

Fonctions caractéristiques de la situation de tutelle (d’après Jérôme Bruner)

Fonctions caractéristiques de la situation de débriefing du conseil pédagogique (d’après la littérature scientifique internationale)

fonction relationnelle

observateurs (Rikard, 1990)

organisateurs (Rikard, 1990)

collaborateurs (Saunders, Pettinger, et Tomlinson, 1995),

confidents (Clifford et Green, 1996)

fonction de guidance

conseillers (Abell et al., 1995; Williams, 1993)

évaluateurs (Rikard, 1990 ; Williams, 1993)

aide pour s’engager dans une pratique réflexive (Sandford et Hopper, 2000 ; Zanting, Verloop et Vermunt, 2001b)

fonction d’intervention

modèles d’enseignement (Williams, 1993)

support technique (Pajak, 2001)

source de connaissances professionnelles pour les stagiaires (Sandford et Hopper, 2000)

La méthodologie

21L’objectif de cette recherche est de mettre au jour les savoirs professionnels mobilisés par les CP lors des séances de débriefing. Nous avons mis en place un dispositif d’observation des pratiques pour alimenter l’analyse à partir du « point de vue » de l’observateur (Marcel, 2002), un enregistrement vidéo des séances de débriefing.

22L’analyse s’est faite par visionnements réitérés et croisés (entre deux chercheurs). Dans cette analyse qualitative quelque peu différente des démarches habituelles (Miles et Huberman, 2003), les catégories d’analyse, relatives aux fonctions de l’étayage, étaient fixées a priori et les visionnements successifs ont permis de repérer des modalités de prise en charge des six fonctions. Ce repérage a fait l’objet de trois formes de validation :

  • une première validation entre chercheurs par analyse croisée des visionnements extraits sélectionnés,

  • une deuxième validation entre chercheurs par analyse croisée des retranscriptions des verbatims des extraits sélectionnés,

    • 1  Dans le cadre restreint de cet article, nous ne développerons pas la présentation de ce dispositif

    une troisième validation, par les CP concernés, au cours d’un séminaire inclus dans un dispositif de recherche-action1.

  • 2  Précisons que 6 retranscriptions de verbatims (une par fonction) figurent en annexe 4 afin de rend (...)

23Parmi les extraits de situations ayant subi cette triple validation, nous avons ensuite procédé, pour la rédaction de cet article, à une sélection des plus caractéristiques d’entre eux. Ils sont présentés sous forme d’encadrés2 rendant compte de l’extrait de l’enregistrement vidéo. Pour le premier encadré, nous présenterons simultanément la vignette de synthèse et la retranscription intégrale du verbatim pour rendre compte du processus de transformation des éléments empiriques. Par ailleurs, quelques uns des extraits les plus significatifs des verbatims seront convoqués en notes de bas de page.

L’échantillon

  • 3  Les CP (constituant l’échantillon) et les stagiaires concernés sont présentés en annexe 1
  • 4  Le cadre du conseil pédagogique dans l’enseignement agricole est présenté en annexe 2.

24Il est constitué de 7 CP de l’enseignement agricole public3. Précisons que la formation initiale des professeurs-stagiaires est actuellement pilotée par l’Ecole Nationale de Formation Agronomique (ENFA) et se déroule sur le mode de l’alternance. Pendant l’année de formation, les professeurs stagiaires suivent des sessions à l’ENFA et participent à plusieurs stages dans les lycées agricoles. Ces stages4, organisés par binôme de stagiaires d’une même discipline, sont placés sous la responsabilité de CP.

  • 5  Une fiche récapitulative figure en annexe 3.

25Les enregistrements des 14 débriefings5 ont été réalisés durant le 2e stage (dit de pratique accompagnée) en janvier et février 2008.

Résultats : les savoirs professionnels mis au jour

26Il s’agit d’analyser le débriefing à partir du modèle des situations de tutelle. Ainsi chacun des sous-paragraphes s’attachera dans un premier temps à mettre au jour les différentes fonctions caractéristiques de cette situation. A partir de ce repérage, seront objectivés, pour chacun des trois registres, les savoirs professionnels dont a pu être repéré la mobilisation.

Le cas de la fonction relationnelle

La fonction d’enrôlement

27La mise en œuvre de cette fonction est aisément repérable en début de séance (par exemple débriefings 2, 3, 1) quand le CP commence par donner la parole au stagiaire en l’invitant à expliciter le vécu de la séance qu’il vient de conduire. Cette stratégie permet au CP d’engager le stagiaire dans la situation de débriefing mais elle lui permet aussi de s’appuyer sur les représentations du stagiaire pour, grâce à l’étayage, lui permettre de les faire évoluer.

28Cette fonction d’enrôlement est apparue également en cours du débriefing 10. Comme indiqué dans le paragraphe consacré à la méthodologie, nous présentons à titre d’illustration la vignette de synthèse de la situation suivie de l’intégralité du verbatim. Il s’agit d’illustrer le processus de « réduction » du verbatim en une vignette :

Vignette de synthèse : Il s’agit ici d’une séance de conseil suivant une séance de gestion conduite par le stagiaire avec des élèves de bac pro CGEA (Conduite et Gestion de l’Exploitation Agricole) deuxième année dont le thème était la gestion prévisionnelle.

A ce moment, le dialogue entre la CP et le stagiaire devient difficile et la situation menace d’être bloquée. La CP interroge le stagiaire avec insistance sur l’intérêt ou non d’aborder une nouvelle notion (celle de marge prévisionnelle) avec les élèves. Elle n’obtient pas la réponse souhaitée et le stagiaire reste focalisé sur le contenu à enseigner. Elle insiste fortement pour que le questionnement du stagiaire investisse le domaine pédagogique et pas seulement le contenu du cours. Pour cela, elle va utiliser une « ruse » et retenir son attention en parlant de ce qui intéresse le plus le stagiaire : la future inspection. Elle lui explique que l’inspecteur pourrait aborder les questions pédagogiques et qu’il serait donc préférable d’y avoir réfléchi à l’avance. Dès lors, le stagiaire « revient » dans la situation qu’il avait partiellement désertée et reprend le dialogue avec sa CP.

  

Retranscription intégrale du verbatim

CP : - Ça sert à quoi ?  Pour eux, exploitants agricoles,  ça sert à quoi ?

S : - Le nombre d’heures par an…

CP : - D’accord. Ça sert à quoi ?  

S : …

CP : - Je ne te demande pas comment on calcule je te demande comment ils l’utilisent après dans une décision de gestion.

S : - Pour moi j’ai compris que la marge prévisionnelle…

CP : - C’est pas la question. La question c’est ça sert à quoi ? Tu as une nouvelle notion là qui peut être intéressante. La question qu’on se pose c’est est-ce que oui ou non on va la mettre dans le cours. On la met dans le cours si ça sert à quelque chose. Ça sert à quoi ?  

S : - Et ben… ça  apporte pas un plus par rapport aux autres systèmes.

CP : - Je vois pas à quoi ça sert. Si c’était une dépense…

S : - C’est une autre façon d’amortit… je vois pas l’intérêt par rapport au linéaire et au dégressif fiscal.

CP : - Alors oublie. S’il n’y a pas d’intérêt pour nous il n’y en a pas pour eux. Ça n’a aucun intérêt pour eux. Si ça ne leur sert pas dans la gestion on ne va pas les embêter avec ça.

S : - A partir du 5 janvier 2005 ça a commencé à être mis en place…

CP : - Ce n’est pas utilisé par les centres de gestion.

S : - Et en plus ça sert à rien…

CP : - Et en plus ça sert à rien.

S : - Peut être que j’en parlerai à l’inspecteur.

CP : - Eventuellement tu peux discuter avec l’inspecteur de la discussion que l’on vient d’avoir.

S : - Oui.

CP : - Mais si tu discutes avec l’inspecteur de ça il faut que tu aies des questions et des réponses. Et honnêtement là le ça sert à quoi sur une exploitation agricole je n’en vois pas l’utilité. Sur une exploitation de service c’est peut être différent. Mais sur une exploitation agricole je n’en vois pas l’utilité.

S : Là pour les heures par exemple, je prévois…

CP : - Non mais attends X je comprends bien le calcul. Ce n’est pas le calcul qui me pose problème. C’est ça sert à quoi.

S : - D’accord, l’intérêt.

CP : L’intérêt. Si ça n’a pas d’intérêt on ne le fait pas.

29Nous voyons là que la fonction d’enrôlement est double et concerne à la fois un enrôlement dans la tâche visée (analyser le volet pédagogique des pratiques d’enseignement) et un enrôlement dans la situation de tutelle que le stagiaire était en train de quitter (en persistant dans son refus d’entendre la question de la CP)

La fonction de contrôle de la frustration

  • 6  CP : Vraiment ce n’est pas de chance, ça arrive peut être une fois sur 100 bon ben c’est tombé pen (...)

30La mise en œuvre de la fonction de « contrôle de la frustration » apparaît sous deux formes. Dans un cas, la stagiaire a eu un problème sérieux et le CP va s’efforcer de relativiser son importance et de minorer la responsabilité de la stagiaire6 (débriefing 13) :

La séance de conseil concerne une séance de Travaux Pratiques de chimie sur les propriétés de la pomme conduite par la stagiaire avec des élèves de seconde.

Un accident est survenu pendant les Travaux Pratiques de chimie. Une élève a été victime d’une brûlure à un œil qui a nécessité l’intervention du SAMU.

Pendant le débriefing, le CP s’efforce de réconforter la stagiaire particulièrement choquée. Il insiste sur le fait que c’est un mauvais coup du hasard, qu’une goutte de liqueur de Fehling a dû tomber, que l’élève l’a sans doute touchée puis se frotter les yeux. Il souligne le fait que les Travaux Pratiques étaient bien préparés et bien organisés et que les consignes de sécurité (notamment le port des lunettes de protection) avaient été parfaitement respectées. Progressivement, la stagiaire entre dans le dialogue avec son CP et sort de l’état de choc qui était le sien au début du débriefing.

31Dans le second cas, le CP va recourir à des stratégies de « compensation », il souligne fermement un point négatif de la séance (sans le minimiser) mais il rééquilibre la teneur de l’intervention à l’aide un point positif (débriefing 2) :

Le stagiaire vient de conduire une séance de production végétale avec des élèves de bac pro CGEA deuxième année portant sur les productions fourragères.

  

Le CP signale au stagiaire qu’en début de séance il n’a pas effectué de transition avec la séance précédente portant sur le même thème et qui avait eu lieu trois jours auparavant. Il précise que les élèves ont besoin de cette transition afin d’être pleinement dans le contexte de la séance. « Il ne faut pas oublier qu’ils passent d’un cours à l’autre toute la journée et que c’est le rôle de l’enseignant de les accrocher en début de séance ». Puis, il relève que le stagiaire a conduit un questionnement (il leur a en effet demandé ce qu’ils connaissaient du cas du maïs en ensilage), ce qui est positif car cela fait réfléchir les élèves. De plus, une fois le démarrage difficile dépassé, il a su maintenir une bonne interactivité avec les élèves et rester attentif à la prise de notes. Il a choisi une bonne solution en demandant aux élèves s’il était nécessaire qu’il leur dicte le résumé afin qu’ils gardent une trace écrite claire de la séance, ce que le CP considère comme un signe encourageant de prise en compte des élèves.

Les savoirs professionnels

32Nous pouvons distinguer deux types de savoirs professionnels relatifs à la prise en charge de la fonction relationnelle qui reposent sur la capacité du CP à « évaluer » son interlocuteur afin d’adapter sa manière de procéder :

33les premiers renvoient à la capacité « d’évaluer » l’état psychologique du stagiaire pour soit le faire « entrer » dans le dialogue, soit éviter qu’il n’en sorte. Ainsi, en cas d’une forte déception ou même d’un état de choc, le CP va s’efforcer de réduire la dimension émotionnelle pour enrôler le stagiaire dans le dialogue. En revanche, quand le stagiaire n’est pas dans une situation de crise, le CP n’hésite pas à relever avec précision et fermeté les points négatifs relatifs à la séance. Il prend alors la précaution de les « compenser » à l’aide de points positifs et maintient ainsi le stagiaire au sein de la situation de tutelle (il évite qu’un degré de découragement trop important le conduise à se fermer au dialogue).

34les seconds savoirs renvoient à une sorte de « récupération », par le CP, des apports du stagiaire pour les mettre au service de sa stratégie de formation. Là encore, il procède à une sorte d’évaluation, soit des représentations (par exemple de la séance qui vient d’être conduite), soit d’un centre d’intérêt du stagiaire (par exemple la perspective de l’inspection) pour s’appuyer sur ces processus dynamiques et les « réorienter » pour les mettre au service de sa stratégie de formation.

Le cas de la fonction de guidance

La fonction maintien de l’orientation

  • 7  CP : quand c’est un point important du cours, tu regardes bien, tu jettes un œil, tu balayes, tu r (...)

35Nous avons repéré la fonction « maintien de l’orientation » dans deux modalités quelque peu différentes. Dans le débriefing 4, le CP inscrit clairement l’objectif de la tâche bien au-delà de la séance, au niveau même des enjeux du métier d’enseignant7 :

Le CP et la stagiaire reviennent sur la séance conduite un peu plus tôt par la stagiaire avec un groupe (moitié classe) d’élèves de bac pro deuxième année. Il s’agissait d’une séance de biologie portant sur la classification des êtres vivants et plus précisément sur l’utilisation d’une clé de détermination des ordres d’insectes.

Le CP souligne que la stagiaire a bien fait le lien entre les deux classifications de son cours de biologie mais déplore que 2 élèves n’aient pas bien compris l’explication. Il insiste sur l’importance de vérifier que tous les élèvent aient effectivement compris quand est abordé un point important du cours (ici, comment on utilise une clé de détermination). La remarque renvoie à la posture de l’enseignant par rapport à ses élèves, en insistant ici sur sa responsabilité qui doit s’exercer sur l’ensemble de la classe et prendre garde à ne pas marginaliser (même involontairement) les élèves qui rencontrent des difficultés.

36La seconde modalité (débriefing 10) cumule un maintien de l’orientation de la situation de débriefing (pour éviter qu’elle ne se disperse ou ne se dissolve) et un maintien de l’orientation au niveau des enjeux du métier, de la posture d’enseignant.

Le stagiaire fait part à sa CP de son intention d’aborder, lors d’un prochain cours de gestion avec la classe de bac pro 2e année la notion de « dégressif ». La CP n’est pas d’accord car elle pense que c’est hors de propos pour les élèves. En effet, d’après elle, cette notion est compliquée et jamais utilisée sur le terrain (l’exploitation agricole). Elle pense donc qu’il est inutile de risquer de « perdre les élèves » avec une notion hors de leur portée et qui est complètement inutile. Elle demande au stagiaire de s’interroger : « à quoi sert le dégressif pour les élèves ? ». Le stagiaire commence alors à expliquer la notion de dégressif. La CP essaie l’arrêter en lui expliquant que ce n’est pas ce qu’elle veut savoir. Ce qui l’intéresse c’est qu’il réfléchisse « A quoi ça sert de le faire ? Qu’est-ce que ça va apporter aux élèves ? ». Le stagiaire n’arrive pas à sortir du contenu à enseigner et reprend son explication du « dégressif ».

37Malgré l’échec de la CP nous avons ici la tentative du maintien de deux orientations. L’une, à court terme, concerne le déroulement de l’entretien et plus précisément la dynamique du dialogue. Nous pourrions presque dire que, malgré ses efforts, nous assistons là à la juxtaposition de deux monologues, la CP ne parvenant jamais à « déplacer » la réflexion du stagiaire des contenus à enseigner vers des questionnements d’ordre pédagogique. La seconde s’inscrit clairement dans le long terme et cible la justification des choix de l’enseignant : quel intérêt pour l’élève de lui enseigner telle ou telle notion ? La CP vise à travailler la posture d’enseignant en insistant sur sa réflexivité et en passant par le deuil de ne voir de la séance que les contenus à enseigner.

La fonction « signalisation des caractéristiques déterminantes »

38Elle a concerné quatre dimensions différentes des séances d’enseignement :

  • 8  CP : Les pipettes on ne savait pas si c’était des un trait ou des deux traits. Il y en a qui avait (...)
  • 9  CP : Mais ça c’est avant le TP, il faut lui dire par exemple on se partage la salle en deux. Ou al (...)

39- l’importance de la préparation du matériel8 et de la coordination avec le personnel technique9 (débriefing 13) :

Le CP fait remarquer à la stagiaire un problème de matériel pendant les travaux pratiques avec la classe de bac pro 2e année. Il s’agissait pendant cette séance d’aborder la notion d’équivalence. Cependant, les béchers n’étaient pas tous gradués de la même manière et les élèves étaient perdus. De plus, il n’y en avait pas assez pour tous les binômes. Il souligne donc l’importance de la préparation du matériel et conseille de « briefer Cécile » (la laborantine).

40- la clarté et la précision des consignes données aux élèves (débriefing 14) :

Lors de la séance de mathématiques portant sur les triangles isométriques conduite avec la classe de seconde, la stagiaire a ramassé les « devoirs maison » des élèves (ils avaient un peu plus d’une semaine pour le préparer). Certains ne rendent rien et la stagiaire leur reproche de n’avoir pas fait d’efforts. Le CP conteste ce jugement qu’il trouve excessif. La stagiaire se justifie et explique qu’elle aurait souhaité que les élèves qui n’avaient pas réussi à faire le devoir rendent tout de même quelque chose qui prouve qu’ils ont cherché (un brouillon par exemple). Le CP lui rétorque qu’il aurait alors fallu annoncer cette exigence aux élèves dès le départ et surtout leur expliquer ce que c’est, pour elle, que chercher: « Si on veut les mettre dans une démarche de recherche alors il faut leur expliquer ce que l’on attend d’eux ». Pour le CP les élèves qui n’ont pas rendu leur devoir ne sont pas en tort mais c’est la stagiaire n’a pas été assez claire dans ses consignes et ses explications.

41- le « traitement » consenti aux contenus enseignés (débriefing 8) :

Il s’agit d’une séance de production animale conduite par la stagiaire avec une classe de bac pro première année au sujet de l’alimentation minérale.

La CP explique que pendant la correction (ici, des exercices d’applications donnés par la stagiaire deux jours plus tôt) il est nécessaire d’insister sur ce qui est important (ici la notion de processus d’apparition) et pas sur ce qui est secondaire. Cela aurait permis de gagner de temps par la suite car la correction était trop longue (12 minutes).

42- l’importance des allocations temporelles (débriefing 10) :

La CP trouve qu’il ne reste rien aux élèves de la séance conduite par le stagiaire. Il a abordé avec les élèves de bac pro 2e année la notion de marge prévisionnelle. Elle précise que sur leur cahier ils n’ont que les calculs des exercices réalisés en classe et pas le raisonnement, c'est-à-dire, comment on arrive au résultat. Elle lui explique que les élèves ne prennent pas de notes. Elle insiste également sur le fait qu’il a passé trop de temps sur les calculs et pas assez sur le raisonnement. Il aurait fallu « booster » les élèves. Ils auraient ainsi eu plus de temps pour traiter les questions essentielles. Sur 45 minutes de cours il a passé 40 minutes sur les calculs (d’un exercice qui aurait dû être fait à la maison) et 5 minutes sur les conséquences (comment et dans quel cas utiliser la marge prévisionnelle).

Les savoirs professionnels

43Les savoirs professionnels relatifs à la prise en charge de la fonction de guidance se caractérisent par une mise à distance de la séance observée. Cette mise à distance s’accompagne d’une aptitude à faire des liens, à mettre en relation la séance observée avec soit les enjeux importants du métier d’enseignant soit un modèle de la « bonne séance » (qui présente la particularité de couvrir un nombre considérable de dimensions de la situation d’enseignement : préparation, consignes, savoirs en jeu, gestion du temps). Cette aptitude à l’inférence entre le particulier d’une séance et le général du métier ou du modèle de la « bonne séance », s’alimente dans une connaissance fine et précise de ce niveau général. Nous pouvons supposer que cette connaissance, construite dans et par l’expérience, est largement cantonnée dans le tacite et que les CP auraient beaucoup de difficultés à l’expliciter. En revanche, ils savent la mettre à profit en la connectant au contexte d’une séance. En cela, ils aident les stagiaires à construire le sens de leur action ce qui contribue à structurer leur rapport au métier d’enseignant.

44Ces savoirs se prolongent par une capacité de se décentrer de la situation de tutelle, de ne pas se laisser enfermer dans la dynamique du dialogue (ou à l’inverse d’une situation d’incommunicabilité) pour pouvoir « rectifier le tir » quand des digressions viennent parasiter l’échange. Ils concernent le maintien des conditions d’un dialogue efficace.

Le cas de la fonction d’intervention

La fonction de « réduction des degrés de liberté »

45Elle se traduit dans les échanges par des « consignes » données par le CP au stagiaire pour qu’elles soient appliquées lors d’une séance ultérieure. Elles portent sur des domaines diversifiés :

46- la maîtrise de la « quantité » du discours professoral (débriefing 8)

La CP demande à la stagiaire d’éviter de rappeler des choses inutiles : pendant la séance de production animale la stagiaire avait répété à de nombreuses reprises les mêmes phrases (en particulier « Vous l’avez bien noté ? »).

47 - la vigilance dans la prise en compte de la totalité du groupe-classe (débriefing 7)

La CP rappelle à la stagiaire de bien penser à vérifier que tous les élèves aient compris : pendant la séance de biologie deux élèves n’avaient pas compris l’utilisation d’une clé de détermination (c’était l’objectif du cours) et la stagiaire ne s’en était pas aperçue.

  • 10  CP : Pour chercher à comprendre il aurait fallu qu’ils préparent leur exercice et encore une fois (...)

48- le maintien de l’ordre10 (débriefing 10).  

Une nouvelle fois, les élèves n’avaient pas faits les devoirs (de gestion) donnés par le stagiaire. La CP lui indique que si cette situation venait à se reproduire, il ne faudrait surtout pas manquer de « sévir ».

49Toutefois, elles concernent souvent la nécessité, pour le stagiaire, de fournir des repères aux élèves :

50- des repères graphiques (débriefing 3)

Le CP demande au stagiaire de perpétuer les habitudes de la classe en notant l’énoncé de l’exercice (portant sur les conduites des productions agricoles, en production végétale) au tableau car, en son absence, les élèves se retrouvent perdus.

51- des repères pédagogiques (débriefing 10)

Le CP demande au stagiaire de simplifier et de mieux structurer son cours de gestion pour que les élèves puissent comprendre.

52- des repères notionnels (débriefing 10)

La CP indique que le stagiaire n’a pas clairement fait la différence entre deux notions de gestion (la gestion prévisionnelle et la marge prévisionnelle) et qu’il doit absolument rectifier car elle a besoin que les élèves soient au clair avec cette distinction pour pouvoir poursuivre son cours après le stage.

La fonction de « démonstration »

  • 11  CP : Donc là effectivement les couleurs choisies c’était jaune et vert. C’est ça ?

53Nous pouvons d’abord repérer ce qui se rapprocherait d’une « présentation de modèles de solution pour une tâche » en s’appuyant sur une évaluation négative de la séance pour faire paraître, en creux, la solution alternative11 (débriefings 7) :

Le CP pointe ce qui n’allait pas dans la séance de biologie de sa stagiaire (cours sur les fonctions respiratoires avec les secondes) : le schéma proposé aux élèves ressortait mal, il n’y avait pas de source au schéma (il faut y faire très attention), à plusieurs reprises, il y a eu aussi des problèmes de vocabulaire (par exemple, il ne faut pas dire aux élèves qu’ils doivent remplir un dessin mais un schéma). Enfin, les couleurs pour remplir le schéma étaient mal choisies : elle aurait dû uniformiser.

54Nous pouvons ensuite relever une forme récurrente de « démonstration » avec une liste de « trucs » ou de « ficelles du métier » que les CP livrent aux stagiaires. Il s’agit bien sûr d’une démonstration médiée par un discours du type « Voilà comment je m’y prends et ça marche ! ». C’est le cas dans les débriefings 4, 5 et 13 :

Lors de la séance conduite par une stagiaire de biologie/écologie avec les secondes (à propos de la clé de détermination) un élève a posé une question (à propos des guêpes) et la stagiaire s’est trompée en donnant la réponse. Le CP lui conseille, dans ces cas là, de dire « Je viens de dire une bêtise et vous ne l’avez pas remarquée ».

  

Le CP explique que la classe en question est une classe « dynamique ». Il fait remarquer à sa stagiaire qu’il aurait peut être fallu s’arrêter pour réclamer le silence et ensuite reformuler les objectifs de la séance. Il précise qu’il est très important de bien dire aux élèves ce que l’on attend d’eux à la fin de la séance. Il donne quelques conseils pour obtenir le silence : dans un premier temps, s’arrêter de parler ; si cela ne fonctionne pas, il dit aux élèves que leur camarade malentendant ne peut plus suivre le cours.

  

Le CP et la stagiaire évoquent un problème récurrent lors des Travaux Pratiques de chimie avec les élèves de seconde. Certains élèves (toujours les mêmes), arrivent systématiquement en retard en cours. Le CP lui explique comment réagir : il faut distribuer le protocole des travaux pratiques à l’avance (placer un protocole sur chaque paillasse). Ainsi, les élèves à l’heure pourront commencer à travailler sans attendre les retardataires (qui eux perdront du temps pour réaliser leurs travaux pratiques). Le CP rajoute aussi qu’il ne faut pas hésiter à sévir à l’encontre les retardataires.

Les savoirs professionnels

55Une partie des savoirs professionnels relatifs à la fonction d’intervention se situent dans le prolongement de ceux relatifs à la fonction de communication. Les CP se réfèrent peut-être encore plus directement et plus explicitement à un modèle de la « bonne séance » qu’ils n’hésitent plus à poser comme une norme. Cette norme (qui nécessiterait une recherche spécifique) n’est pas totalement objectivée, elle transparaît au travers des exigences posées par le CP et, à un degré moindre, au travers des « ficelles » du métier livrées au stagiaire. En revanche, elle s’ancre sur des principes pédagogiques qui restent tacites mais qui ont certainement à voir avec la vision du métier et les identités professionnelles des CP.

56Ils choisissent de contraindre l’action des stagiaires (au travers de consignes) dans l’objectif de leur permettre de progresser et de se rapprocher de cette norme et les choix relatifs à la consigne sont loin d’être contingents. Ils s’appuient sur une triple évaluation effectuée par le CP : ce dont sera capable le stagiaire en l’accompagnant (nous retrouvons la zone proximale de développement), ce qui est le plus important et le plus urgent d’améliorer (en fonction des écarts à la norme mais, plus généralement, en rapport avec le métier) et ce qui tire sa justification de la séance qui vient d’être conduite. La consigne se trouve en tension entre ces trois pôles pour qu’elle puisse être à la fois réaliste (pôle 1), pertinente (pôle 2) et recevable (pôle 3).

57L’autre partie de ses savoirs professionnels (relative aux « ficelles du métier ») concerne des savoirs plus complexes. Ils nécessitent d’abord, non seulement d’avoir élaboré et peaufiné ces « ficelles » dans et par son expérience mais de les avoir suffisamment théorisées pour pouvoir les communiquer. Nous retrouvons là une capacité de prise de distance du CP, ici par rapport à ses pratiques et à son expérience. Ces ficelles nécessitent ensuite d’être partagées au moment opportun, quand elles s’avèrent adaptées pour permettre au stagiaire de résoudre ses difficultés (sinon elles perdent tout leur sens). Remarquons au passage qu’être en mesure de « sortir » une ficelle en fonction de la situation laisse supposer que soit les CP ont en réserve un nombre considérables de ficelles, soit que les difficultés relèvent de grandes catégories et que la même « ficelle » est aisément adaptable à plusieurs difficultés (ce qui augmente le niveau de théorisation de cette « ficelle »). Signalons enfin une fonction non négligeable de ces « ficelles » : elles contribuent fortement à renforcer la dissymétrie de la relation entre le CP qui connait énormément de choses sur la classe et le stagiaire qui la découvre, à construire la légitimité du CP et, son corollaire, la reconnaissance de la part du stagiaire.

Discussion : les savoirs professionnels des CP

58L’analyse de séances de débriefing à partir du modèle de la situation de tutelle a permis de repérer des modalités de prise en charge des six fonctions définies par Bruner. Dans le prolongement du rapprochement opéré précédemment le nous pouvons donc accepter de considérer le débriefing comme une situation de tutelle.

59Dès lors, nous pouvons avancer qu’au delà des difficultés évoquées dans la revue de littérature, les CP connaissent aussi des « réussites » dans leurs pratiques de conseil. Cette réussite peut s’inférer à partir du débriefing qui, comme situation de tutelle, garantit la potentialité de mises en œuvre de dynamiques d’étayage et de développement professionnel pour les stagiaires.

  • 12  Ces principes reposent sur une clarification préalable de la définition du rôle du CP

60Ces réussites sont rendues possibles par le fait que les CP conduisent leurs débriefings comme des situations de tutelle. Pour ce faire, ils mobilisent des savoirs professionnels spécifiques dont le repérage constituait l’enjeu de ce texte. Nous les avons regroupés en quatre familles que nous avons choisi d’identifier par un changement de niveau (« De …à … ») pour insister sur le fait qu’il s’agit de savoirs professionnels spécifiques à la formation, au conseil et à l’étayage, qu’ils ne vont pas de soi et qu’ils sont en grande partie différents de ceux requis pour le travail enseignant. Nous prolongerons la présentation de ces savoirs professionnels en les mettant en regard avec les travaux de Feiman-Nemser (2001). Pour que ce qu’il nomme la situation de « collaborative mentoring » puisse prétendre atteindre ses objectifs de formation, il propose de respecter huit principes12 qui permettent de caractériser une sorte de « posture » des CP et de retrouver assez facilement la question de leurs savoirs professionnels :

  • Encourager l’expression personnelle du stagiaire,

  • Alimenter la motivation et l’enthousiasme du stagiaire par rapport au métier d’enseignant

  • Préserver une neutralité relationnelle en focalisant le contenu des échanges sur la sphère professionnelle (activité des élèves, activité du stagiaire, etc.),

  • Recourir à des exemples (énoncés mais aussi démontrés) de manière de faire la classe ou de gérer les activités professionnelles sur lesquels le stagiaire pourra s’appuyer.

  • Instaurer une dynamique de formation basée sur une attitude « d’enseignants-chercheurs coopérant » (aussi bien pour le CP que le stagiaire),

  • Etablir des liens entre les situations professionnelles rencontrées durant le stage et les connaissances théoriques des stagiaires (acquises sur les sites de formation),

  • Circonscrire et éclairer les difficultés professionnelles du stagiaire et lui fournir des points d’appui pour les surmonter et se développer professionnellement (en s’appuyant sur les situations concrètes rencontrées durant le stage),

  • Mettre en œuvre des « consultations productives » permettant de bien saisir le point de vue du stagiaire.

De la relation au dialogue

61Dans le cadre du débriefing, il ne suffit pas que CP entre simplement en relation avec un futur collègue, en le tutoyant (comme le veut la tradition de l’enseignement agricole) ou en échangeant quelques considérations générales sur le travail enseignant. Il s’agit au contraire, comme le défend Bruner, d’instaurer un véritable dialogue avec son stagiaire sur le long terme.

62Cela signifie d’abord d’avoir un projet de formation. Même si ce projet n’est pas précisément formalisé, le CP sait parfaitement l’enseignant qu’il veut former et mieux encore ce qui est pour lui inacceptable. Cela signifie ensuite qu’il est capable de poser le cadre de ce dialogue, c’est-à-dire d’assumer la dissymétrie qui permettra l’étayage, quitte à devoir conquérir la reconnaissance du stagiaire, quitte aussi à faire le deuil d’une relation de proximité certainement plus confortable. Cela signifie enfin qu’il est capable de mettre en œuvre et de maintenir les conditions du dialogue, c’est-à-dire de faire en sorte que le stagiaire adopte la posture requise pour ce dialogue et surtout ne s’en départe pas. Nous avons pu voir comment le CP pouvait réamorcer le dialogue après une expérience traumatisante, savait jouer sur les représentations ou sur les centres d’intérêt des stagiaires pour les enrôler et parvenait à éviter que la dynamique du dialogue ne se dissolve dans des digressions ou des phases de mécompréhension.

63Ces savoirs retrouvent les principes de Feiman-Nemser (2001) quand il préconise d’encourager l’expression personnelle du stagiaire et d’alimenter la motivation et l’enthousiasme du stagiaire par rapport au métier d’enseignant. En revanche, la nécessité qu’il défend de préserver une neutralité relationnelle en focalisant le contenu des échanges sur la sphère professionnelle peut-être discutée car il ne peut pas y avoir de véritable dialogue sans une mise en jeu minimale de la personne. Nous avons pu le repérer dans les stratégies mises en œuvre par les CP pour permettre aux stagiaires de dépasser une situation traumatisante. Les CP savent « fréquenter » les sphères personnelles (la leur et celle des stagiaires) mais ils maîtrisent cette fréquentation et ne s’y laissent ni entrainer ni enfermer.

De l’expérience capitalisée à l’expérience partagée

64Le CP a construit une expérience importante concernant tous les volets du travail enseignant qui transparaît au travers des nombreuses « ficelles du métier ». Nous avons vu que ce capital contribuait à l’élaboration d’un « modèle des bonnes pratiques » et alimentait une réflexion sur le métier d’enseignant (qui constitue l’arrière plan du projet de formation évoqué précédemment).

65Pourtant, ses savoirs expérientiels relèvent d’un niveau cognitif supérieur. En effet, ils ont été suffisamment théorisés pour pouvoir être communiqués : le CP est capable de partager son expérience. Par ailleurs, cette théorisation a suffisamment objectivé le « modèle des bonnes pratiques » et la réflexion sur le métier d’enseignant pour les ériger en normes, normes qu’il convoquera pour prendre en charge les fonctions de guidance et surtout d’intervention.

66L’adéquation avec les propositions de Feiman-Nemser (2001) est là aussi manifeste quand il préconise de recourir à des exemples (énoncés mais aussi démontrés) de manière de faire la classe ou de gérer les activités professionnelles sur lesquels le stagiaire pourra s’appuyer.

67S’il évoque peu la nécessité d’une « théorisation » de la pratique  par le CP pour pouvoir la partager avec le stagiaire, il met en avant une attitude « d’enseignants-chercheurs coopérant ». Dans l’enseignant-chercheur (versus CP) nous retrouvons peut-être cette idée de théorisation de sa pratique. Dans l’enseignant-chercheur (versus stagiaire) nous retrouvons sans doute une attitude préparée par le CP en réunissant les conditions du dialogue évoqué dans le paragraphe précédent. En revanche, le qualificatif de coopérant est fort intéressant. Etymologiquement, cela signifient qu’ils opèrent ensemble et ce « travail partagé », au-delà de l’ensemble du stage concerne surtout la situation de débriefing. L’intérêt de cette proposition est dans la relation qu’elle établit entre réflexivité ou théorisation (« enseignants-chercheurs ») et coopération. Il serait intéressant d’approfondir pour préciser si c’est la coopération qui impulse la réflexivité et la théorisation des coopérants ou si c’est parce qu’ils ont au préalable adopté une posture « d’enseignants-chercheurs » qu’ils sont alors en mesure de coopérer.

De la prise de distance à l’inférence

68Le CP est capable de prendre de la distance. C’est d’abord le cas avec la situation de tutelle, il sait piloter le dialogue sans se retrouver prisonnier de ses dynamiques et il peut aisément s’en extraire pour mettre en œuvre les régulations requises.

69C’est surtout le cas par rapport à la séance observée. Là, non seulement il sait prendre de la distance (par exemple en proposant des ficelles pour résoudre le problème rencontré) mais il est capable d’effecteur des liens, des inférences diverses allant du particulier de la séance au général que constitue le « modèle des bonnes pratiques » ou les enjeux du métier d’enseignant.

70Un des principes de Feiman-Nemser (2001) rejoint ces savoirs en relation avec l’inférence quand il indique d’établir des liens entre les situations professionnelles (rencontrées durant le stage) et les connaissances théoriques des stagiaires (acquises sur les sites de formation). Il limite toutefois ces inférences à des liens entre des types de connaissances caractérisant chacune des deux sphères de la formation par alternance. Elles sont loin, bien sûr, d’être négligeables mais il s’avère que les inférences mobilisées par les CP sont beaucoup plus diversifiées. Nous avons vu à ce propos l’importance « du modèle des bonnes pratiques » et des enjeux du métier d’enseignant qui relèvent de registres totalement différents des « connaissances théoriques »

De l’évaluation à l’action

71Parmi les savoirs professionnels du CP, ceux relatifs à l’évaluation concernent trois domaines particuliers : le dialogue (qui est évalué mais qui surtout sert à évaluer), le stagiaire (aussi bien ses représentations, ses centres d’intérêts ou son état émotionnel que sa zone proximale de développement) et la séance (avec toutes les dimensions qu’elle comporte : préparation, consignes, maintien de l’ordre, niveau des tâches, savoirs en jeu, etc.). Mais ces évaluations ont ceci de particulier qu’elles se font dans l’action et pour l’action, c’est-à-dire qu’elles permettent simultanément de diagnostiquer et de décider de la suite.

72Nous pouvons d’ailleurs supposer que ces savoirs d’évaluation sont aussi mobilisés par le CP pour s’auto-évaluer, pour alimenter une posture de réflexivité par rapport à son expérience, à son « modèle des bonnes pratiques » ou au métier d’enseignant.

73Deux des principes de Feiman-Nemser se rapprochent des savoirs relatifs à l’évaluation, l’un concerne plutôt l’évaluation de la séance (circonscrire et éclairer les difficultés professionnelles du stagiaire et lui fournir des points d’appui pour les surmonter et se développer professionnellement en s’appuyant sur les situations concrètes rencontrées durant le stage), l’autre concerne plutôt l’évaluation du stagiaire (mettre en œuvre des « consultations productives » permettant de bien saisir son point de vue). Les savoirs professionnels relatifs à l’évaluation du dialogue n’apparaissent pas. Nous verrions aisément  la principale limite aux propositions de Feiman-Nemser. En effet, l’ensemble de ses propositions renvoient à un « prolongement » du travail de l’enseignant et se base sur la pratique d’enseignant renforcée par des démarches réflexives et de théorisation. La rupture que constitue la fonction de formation du CP ne semble pas clairement assumée. L’évaluation du dialogue relève spécifiquement de la sphère de la formation et son analyse installe l’espace de la réflexivité du formateur (et non plus de l’enseignant). Les savoirs professionnels que nous avons mis au jour et dont nous avons amorcé la caractérisation concernent spécifiquement le conseil pédagogique. En ce sens, ils insistent sur la rupture nécessaire entre enseignant et formateur d’enseignant.

Conclusion

74Les recherches consacrées au conseil pédagogique insistent principalement sur les difficultés rencontrées qui tiennent à la fois des conditions de recrutement, du déficit de formation et de la spécificité même de l’activité de conseil.

75Le présent article, sans contester la réalité de ces difficultés, a voulu mettre l’accent sur les « réussites » des conseillers pédagogiques. Malgré ces éléments défavorables les CP parviennent à se sortir de cette situation professionnelle et peuvent organiser des conditions permettant au stagiaire d’élaborer des apprentissages professionnels. Pour ce faire, ils mobilisent des savoirs professionnels spécifiques au conseil pédagogique et à la fonction de formateur d’enseignants (nous en avons repéré quatre familles).

76Au-delà de ses modestes apports, cette recherche permet de repérer des chantiers qui mériteraient d’être explorées par des travaux à venir :

77a) Même dans des situations professionnelles difficiles, les CP arrivent à « s’en sortir ». Il serait alors intéressant que des recherches futures précisent les éléments de la prescription de cette activité de conseil. La prescription « descendante » (Six, 1999) est assez « floue » (Amigues, 2003) : peu de textes encadrent cette fonction et alors que, corollairement à la rationalisation impulsée par le courant de la professionnalisation dans le champ de l’enseignement, fleurissent toutes sortes de référentiels de compétences, il n’en existe pas à notre connaissance de « référentiel de compétences du conseiller pédagogique ». Dès lors, il s’agirait d’étudier les modalités d’élaboration de la « prescription remontante » (Six, 1999), tant au niveau de collectifs de CP qu’au niveau individuel de chaque CP. Les différentes contributions alimentant l’élaboration de cette prescription remontante fourniraient des informations intéressantes sur la « compensation du flou » (corps d’inspection, instituts de formations, réseaux professionnels, etc.).

78b) Dans ce prolongement et dans celui de la proposition de Chaliès, Cartaut, Escalié et Durand, (2009), pourraient également être initiés des recherches sur « l’établissement formateur », c’est-à-dire en « déplaçant » la fonction de formation du niveau individuel (celui du CP) à un niveau collectif (celui d’un établissement ou d’un collectif). Nous avons montré que le travail enseignant devenait de plus en plus collectif (Marcel et al., 2007) et nous pouvons nous interroger sur ce qu’il en est du travail de formation des enseignants, d’autant qu’avec la multiplication des stagiaires (que laisse entrevoir la réforme française dite de la « masterisation ») il incombera nécessairement aux établissements de coordonner a minima leurs actions de formation d’enseignants.

79c) Les CP construisent des savoirs professionnels spécifiques. Des recherches futures devront prolonger cette analyse pour contribuer à l’élaboration d’une formation (sans doute en lien avec l’Université dans le cadre des masters déjà évoqués) prenant véritablement en compte les spécificités de l’alternance (Chaliès, Cartaut, Escalié et Durand, (2009) et, sans doute, la contribution de l’établissement d’exercice à la formation de ses CP.

80d) Ce texte n’a pas exploré l’apprentissage professionnel des stagiaires et les travaux actuels (par exemple Petignat, 2009) ont tendance à ne les aborder qu’en termes de représentations. Il serait tout à fait intéressant de mieux préciser ce que les stagiaires apprennent (en lien avec la diversité des tâches qu’ils auront à assumer) en faisant le lien entre la nature de ces savoirs professionnels et les processus ayant permis leur élaboration.

Haut de page

Bibliographie

Abell, S.K.,  Dillon, D.R., Hopkins, C.J., McInery, W.D., & O’Brien, D.G. (1995). Somebody to count on : Mentor / inter relationships in a beginning internship program. Teaching and Teacher Education, 11, 173-188.

Amigues, R. (2003). Pour une approche ergonomique de l’activité enseignante. Skolê, Hors-série n° 1, p. 5 – 16.

Boudreau, P., & Baria, A. (1998). La définition donnée par des enseignants associés de la supervision d’un stagiaire. In D. Raymond et Y. Lenoir (Eds), Enseignants de métier et formation initiale, 141-154. Bruxelles : De Boek Université.

Bruner, J. (1998). Le développement de l’enfant : savoir faire, savoir dire. Paris : PUF. (6ème édition).

Chaliès, S., & Durand, M. (2000). Note de synthèse : L’utilité discutée du tutorat en formation initiale des enseignants. Recherche et Formation, 35, 145-180.

Chaliès, S., Cartaut, S., Escalié, G., & Durand, M. (2009). Note de synthèse : L’utilité du tutorat pour de jeunes enseignants : la preuve par 20 ans d’expérience, Recherche et Formation, 61, 85-129.

Clifford, E.F., & Green, V.P. (1996). The mentor-protege relationship as a factor in preservice teacher education : A review of the literature. Early Child Developement and Care, 125, 73-83.

Freiman-Nemser, S. (2001). Helping novice learn to leach. Lessons from an exemplary support teacher, Journal of Teacher Education, 52 (1), 17-30.

Marcel, J-F. (2002). Le concept de contextualisation : un instrument pour l’étude des pratiques enseignantes, Revue Française de Pédagogie, 138, 103 – 114.

Marcel, J-F., (2005). Apprendre en travaillant. Contribution à une approche socio-cognitive du développement professionnel de l’enseignant. Note de Synthèse en vue de l’Habilitation à Diriger des Recherches, http://jf.marcel.free.fr/

Marcel, J-F., Dupriez, V., Périsset Bagnoud, D., & Tardif, M. (dirs.) (2007). Coordonner, collaborer, coopérer. De nouvelles pratiques enseignantes, Editions De Boeck : Bruxelles.

Miles, M.B., & Huberman, M. (2003). Analyse des données qualitatives. Bruxelles : De Boeck (2ème édition).

Pajak, E. (2001). Clinical supervision in a standards-based environment: Opportunities and challenges. Journal of Teacher Education, 52(3), 233-243.

Petitgnat, P. (2009). La contribution des stages à la formation initiale des enseignants. Etude des représentations de formateurs praticiens et de leurs anciens stagiaires, Thèse en Sciences de l’Education, Université de Genève, non publiée.

Rikard, G.L. (1990). Student teaching supervision: A dyadic approach. Journal of Physical Education, Recreation and Dance, 61(4), 85-87.

Sandford, K., & Hopper, T. (2000). Mentoring, not mentoring: Mediating a whole school model in supervising preservice teachers. The Alberta Journal of educational Research, 46(2), 149-166.

Saunders, S., Pettinger, K., & Tomlinson, P. (1995). Prospective mentors’ views on partnership in secondary teacher training. British Educational Research Journal, 21(2), 199-218.

Six, F. (1999). De la prescription à la préparation du travail : apports de l’ergonomie à la prévention et à l’organisation du travail sur les chantiers du bâtiment, Note de Synthèse pour l’Habilitation à Diriger des Recherches, Université Charles de Gaulle Lille III.

Vygotsky, L-S. (1993 / 1985). Le problème de l’enseignement et du développement mental à l’âge scolaire. in Schneuwly, B. et Bronckart, J-P. (Dirs.). Vygotsky aujourd’hui, Neuchâtel : Delachaux et Niestlé, 95 – 117.

Williams, A. (1993). Teacher perceptions of their needs as mentors in the context of developing school-based initial teacher education. British Educational Research Journal, 19(4), 407-420.

Zanting, A., Verloop, N., & Vermunt, J.D. (2001a). Student teachers’ beliefs about mentoring and learning to teach durinf teaching pratice. British Journal of Educational Psychology, 71 (1), 57-80.

Zanting, A., Verloop, N., & Vermunt, J.D. (2001b). Student teacher’s eliciting mentors’ practical knowledge and comparing it to their own beliefs. Teaching and Teacher Education, 17 (6), 725-740.

Haut de page

Annexe

  

1 – Tableau de présentation de l’échantillon

Statuts

Sections

Age

Diplôme

Ancienneté

générale

Ancienneté Lycée

Ancienneté

CP

CP 1

Biologie/Ecologie

43 ans

Licence

17 ans

9ans

7 ans

CP 2

Production Végétale

40 ans

BTS

7 ans

5 ans

1 an

CP 3

Production Végétale

44 ans

Ingénieur

4 ans

7 ans

1 an

CP 4

Production Animale

35 ans

Ingénieur

11 ans

7ans

1 an

CP 5

Economie/Gestion

50 ans

Ingénieur

21 ans

11 ans

5 ans

CP 6

Maths/Sciences

32 ans

Licence

7 ans

7 ans

2 ans

CP  7

Maths/Sciences

29 ans

Master 1

2 ans

2 ans

1 an

Stagiaire 1

Production Végétale

30 ans

Ingénieur

Stagiaire 2

Biologie/Ecologie

24 ans

Master 1

Stagiaire 3

Biologie/Ecologie

25 ans

Master 1

Stagiaire 4

Production Animale

28 ans

Master 1

Stagiaire 5

Economie/Gestion

37 ans

Master 2

Stagiaire 6

Maths/Sciences

25 ans

Licence

Stagiaire 7

Maths/Sciences

25 ans

Licence

2 - Le conseil pédagogique dans l’enseignement agricole public

Il est d’abord régi par une note de service du 18 juillet 2007.Elle indique que les stages ont à couvrir trois domaines : le travail avec le groupe-classe (encadré par le CP), les autres facettes du métier d’enseignant, en lien avec les missions des établissements et la conduite (avec un groupe de stagiaires) d’un projet à visée éducative.

Trois stages (parmi les cinq prévus sur l’année) concernent les CP : le stage d’observation (en début d’année), le stage dit de « pratique accompagnée » (durant lequel ont eu lieu les enregistrements) et le stage dit « en responsabilité » (durant lequel les stagiaires assumeront 6heures hebdomadaires d’enseignement)

Cette note de service est prolongée par un document de cadrage intitulée : « La charte établissement / ENFA ». Elle rappelle le cadre et les procédures du stage qui visent à faciliter trois niveaux d’observation et d’implication des stagiaires : le fonctionnement de l’établissement, l’organisation de la formation (dans deux filières, dont une au moins à visée professionnelle) et l’enseignement d’une discipline dans plusieurs filières.

Le CP doit accompagner un binôme de stagiaires dans l’observation, la réalisation et la préparation de séances. Il doit également conduire des entretiens de conseil pédagogique et permettre à ses stagiaires d’aborder l’ensemble des tâches professionnelles (évaluation des élèves, bulletin scolaire, réunions de concertation, conseils de classe, rencontre avec les parents, visites de stages, etc.).

Il existe enfin une fiche d’observation qui comporte d’abord une définition opératoire du Conseil Pédagogique (à rapprocher de l’évaluation formative) : le CP observe la séance conduite par le stagiaire, le stagiaire et le CP renseignent chacun une grille, ils échangent sur leurs appréciations et pointent les éléments de réussite et de difficultés pour décider des modalités d’amélioration.

L’outil d’observation comporte 4 rubriques (en liens avec le référentiel métier élaboré

par l’ENFA) : la capacité à conduire une classe, à préparer et conduire des séances d’enseignement, à organiser son enseignement dans la durée et à évoluer

Cette fiche rappelle enfin que le stage fait aussi l’objet d’une évaluation à visée certificative, comportant deux appréciations de l’établissement, celle du CP (pour les compétences pédagogiques) et celle du directeur (pour l’intégration dans l’établissement et dans la fonction publique).

3 -  Tableau de présentation des séances de débriefing

CP

Stagiaires

Etablissements

Disciplines

Classes

Durée des séances

Moment du stage

Débriefing 1

CP 2

Stagiaires 3

Etablissements 1

Production végétale

BEPA 1ère année

1h45

1ère semaine (9/01/08)

Débriefing 2

CP 3

Stagiaires 3

Etablissements 1

Production végétale

BAC PRO 2ème année

1h20

1ère semaine (10/01/08)

Débriefing 3

CP 2

Stagiaires 3

Etablissements 1

Production végétale

BAC PRO 2ème année

50min

2ère semaine (14/01/08)

Débriefing 4

CP 1

Stagiaires 1

Etablissements 1

Biologie/Ecologie

BAC PRO 2ème année

50min

1ère semaine (8/01/08)

Débriefing 5

CP 1

Stagiaires 1+ Stagiaires 2

Etablissements 1

Biologie/Ecologie

BAC PRO 2ème année Seconde

Séance 1 : 55min Séance 2 : 55min

1ère semaine (10/01/08)

Débriefing 6

CP 1

Stagiaires 1

Etablissements 1

Biologie/Ecologie

BAC PRO 1ème année

55min

2ère semaine (14/01/08)

Débriefing 7

CP 1

Stagiaires 2

Etablissements 1

Biologie/Ecologie

Seconde

55min

2ère semaine (15/01/08)

Débriefing 8

CP 5

Stagiaires 5

Etablissements 2

Production animale

BAC PRO 1ème année BAC PRO 1ème année

Séance 1 : 1h05 Séance 2 : 45min

3ère semaine (22/01/08)

Débriefing 9

CP 5

Stagiaires 5

Etablissements 2

Production animale

BAC PRO 2ème année BAC PRO 2ème année BAC PRO 1ème année

Séance 1 : 50min Séance 2 : 1h45 Séance 3 : 1h40

4ère semaine (29/01/08)

Débriefing 10

CP 4

Stagiaires 4

Etablissements 2

Economie/Gestion

BAC PRO 2ème année

1h35

3ère semaine (23/01/08)

Débriefing 11

CP 4

Stagiaires 4

Etablissements 2

Economie/Gestion

BAC PRO 1ème année

50min

4ère semaine (29/01/08)

Débriefing 12

CP 6

Stagiaires 7

Etablissements 3

Mathématique s/Sciences

Seconde

55min

4ère semaine (1/02/08)

Débriefing 13

CP 6

Stagiaires 6

Etablissements 3

Mathématique s/Sciences

BAC PRO 2ème année

1h45

5ère semaine (5/02/08)

Débriefing 14

CP 7

Stagiaires 7

Etablissements 3

Mathématique s/Sciences

Seconde

55min

5ère semaine (7/02/08)

4 – Retranscriptions dES VERBATIMS

La fonction de contrôle de la frustration (cf. débriefing 13)

CP : - Vraiment ce n’est pas de chance, ça arrive peut être une fois sur 100 bon ben c’est tombé pendant ton TP. Pourtant vraiment tout ce que tu manipulais… enfin il n’y avait aucun risque. Manifestement il n’y avait aucun danger… et ben pourtant c’est arrivé.

S : - Oui, le TP d’avant je leur avais fait mettre les lunettes…

CP : - Oui, tu avais pris toutes les précautions nécessaire… c’est faute à pas de chance…

La fonction maintien de l’orientation (cf. débriefing 4)

CP : - Au niveau de cette classification je pense qu’ils ont bien compris… par contre j’ai vu à un moment… don sur le côté gauche… il y a deux filles qui ont hésité. C’était pas rapport au document par rapport à la compréhension… enfin j’ai vu qu’elles hésitaient, qu’elles avaient du mal, qu’elles ne voyaient pas ce que tu voulais dire. C’était au moment de l’explication sur la phylogenèse. Je ne me souviens plus si c’était par rapport aux poils ou aux griffes… enfin c’étaient entre ces deux là. Donc c’est vrai que des fois ce que tu peux faire c’est que quand c’est un point important du cours, tu regardes bien, tu jettes un œil, tu balayes, tu regardes s’il n’y en a pas certains qui essaient de discuter entre eux parce qu’ils n’ont pas compris… ou… tu le vois tout de suite de toute façon. Voilà.

La fonction « signalisation des caractéristiques déterminantes » (cf. débriefing 13)

CP : - Les pipettes on ne savait pas si c’était des un trait ou des deux traits. Il y en a qui avait un trait, d’autres deux traits. Alors autant dire que là c’était carrément la fête quoi. Parce que voilà, il faut bien leur expliquer la différence entre les deux. C’est comme la petite goûte qu’il reste au fond il ne faut pas l’écouler alors qu’il y en a qui appuyaient sur la pro pipette pour l’éjecter. Donc la du coup c’était mal fait.

S : - Ouais, ouais…

CP : - C’est tout des petites choses qu’il ne faut pas oublier de leur dire.

S : - Est-ce que tu crois que la semaine prochaine je commence par ça ou pas ?

CP : - Alors, on verra la semaine prochaine comment on fera. On va déjà tout voir pour cette fois. Autre chose aussi de très important c’est que là toi tu étais toute seule pour les aider. Tu courais sans arrêt, tu étais pleine de bonne volonté, tu les aidais… mais C. (laborantine) qui était là pendant toute l’heure elle était comme ça (bras croisés). Avant tu dois la briffer sur ce que tu attends d’elle, sur ce qu’elle doit faire. Tu vois que je te dis le petit Florentin il a une bulle d’air monstrueuse… ben évidemment t’avais pas le temps d’aller le voir toi. Et puis il y a plein de choses comme ça que tu n’as pas vu parce que tu étais toute seule. Ils n’étaient si nombreux que ça et… ça à Cécile il faut bien lui dire et bien voilà ce que j’attends de toi. D’aller regarder, avant qu’ils ne commencent à réaliser le dosage, aller voir s’il n’y a pas la bulle d’air, voir si c’est bien au zéro, etc.

S : - En fait, elle m’a demandé est-ce que tu veux que je sois là et je lui ai dis oui.

CP : - Oui, elle était là. Il n’y a pas de problème elle était là. Elle était comme ça (bras croisés).

S : - Je ne l’ai même pas vu en fait. Je ne savais pas où elle était.

CP : - Mais ça c’est avant le TP, il faut lui dire par exemple on se partage la salle en deux. Ou alors moi je prends les deux premières paillasses, toi les deux dernières et voilà on essaie d’être attentif là-dessus. Donc sur la tenue, la pipette, la pro pipette et tout ça.

La fonction de « réduction des degrés de liberté » (cf. débriefing 10)

S : - Parce qu’ils n’ont pas préparé à l’avance et… ils cherchaient à comprendre et…

CP : - Oui mais c’est pareil… pour chercher à comprendre il aurait fallu qu’ils préparent leur exercice et encore une fois ils ne l’avaient pas suffisamment préparé.

S : - Oui…

CP : - Et bien ça valait une remontée de bretelles.

Le stagiaire rit.

CP : - Non, non, je ne plaisante pas, ça valait une remontée de bretelles. Donc là si jamais la prochaine fois ils n’ont pas fait ce que tu as demandé ça vaudra une remontée de bretelles.

S : - Oui, je leur ai dit de le faire…

CP : - Tu leur as dit un petit peu tard, ça avait sonné donc bon il ne l’on pas noté… Mais si jamais ils ne l’ont pas fait, là je te dis il faut que tu arrives à sévir.

La fonction de « démonstration » (cf. débriefing 7)

CP : - Le schéma au niveau du mur ressortait mal, il n’était pas très net, alors je crois que ça ne vient pas du schéma parce que je l’avais ici, ça doit donc venir du réglage. Des fois il y a des élèves qui voient mal donc il faut y faire attention. Une autre remarque par rapport à l’origine du document qui n’est pas notée. Et puis les élèves doivent remplir un schéma et non pas un dessin.

S : - Ah oui.

CP : - Après… il y a eu une correction à l’aide d’un transparent donc ça c’est bien… on rempli avec les élèves. Ensuite dans le deuxième schéma, au niveau des capillaires sanguins les élèves avaient à retracer le trajet à la fois du sang pauvre et du sang  enrichi, de l’air expiré et inspiré au niveau du premier schéma. Donc là effectivement les couleurs choisies c’était jaune et vert. C’est ça ?

S : - Oui.

CP : - Donc ça c’était pour l’air. Ensuite pour le sang il y a eu les couleurs normalisées, le bleu et le rouge. Ça c’est bon. Mais moi je pense que pour l’air je sais que j’utilise aussi le bleu et le rouge.

S : - J’avais peur qu’ils mélangent tout.

CP : Effectivement, mais le problème n’est pas tant les couleurs. Le problème c’est que l’on associe souvent les couleurs à la qualité soit du sang, soit de l’air. Donc en terme de couleurs que se soit uniformisé.

Haut de page

Notes

1  Dans le cadre restreint de cet article, nous ne développerons pas la présentation de ce dispositif.

2  Précisons que 6 retranscriptions de verbatims (une par fonction) figurent en annexe 4 afin de rendre transparent la construction de cette présentation.

3  Les CP (constituant l’échantillon) et les stagiaires concernés sont présentés en annexe 1

4  Le cadre du conseil pédagogique dans l’enseignement agricole est présenté en annexe 2.

5  Une fiche récapitulative figure en annexe 3.

6  CP : Vraiment ce n’est pas de chance, ça arrive peut être une fois sur 100 bon ben c’est tombé pendant ton TP. Pourtant vraiment tout ce que tu manipulais… enfin il n’y avait aucun risque. Manifestement il n’y avait aucun danger… et ben pourtant c’est arrivé.

7  CP : quand c’est un point important du cours, tu regardes bien, tu jettes un œil, tu balayes, tu regardes s’il n’y en a pas certains qui essaient de discuter entre eux parce qu’ils n’ont pas compris

8  CP : Les pipettes on ne savait pas si c’était des un trait ou des deux traits. Il y en a qui avait un trait, d’autres deux traits. Alors autant dire que là c’était carrément la fête quoi.

9  CP : Mais ça c’est avant le TP, il faut lui dire par exemple on se partage la salle en deux. Ou alors moi je prends les deux premières paillasses, toi les deux dernières et voilà on essaie d’être attentif là-dessus.

10  CP : Pour chercher à comprendre il aurait fallu qu’ils préparent leur exercice et encore une fois ils ne l’avaient pas suffisamment préparé.

S : Oui…

CP : Et bien ça valait une remontée de bretelles.

11  CP : Donc là effectivement les couleurs choisies c’était jaune et vert. C’est ça ?

S : Oui.

CP : Donc ça c’était pour l’air. Ensuite pour le sang il y a eu les couleurs normalisées, le bleu et le rouge. Ça c’est bon. Mais moi je pense que pour l’air, je sais que j’utilise aussi le bleu et le rouge.

S : J’avais peur qu’ils mélangent tout.

CP : Effectivement, mais le problème n’est pas tant les couleurs. Le problème c’est que l’on associe souvent les couleurs à la qualité soit du sang, soit de l’air. Donc en terme de couleurs que se soit uniformisé.

12  Ces principes reposent sur une clarification préalable de la définition du rôle du CP

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François MARCEL et Audrey Garcia, « Les savoirs professionnels mobilisés dans le travail des conseillers pédagogiques de l’enseignement agricole public », Travail et formation en éducation [En ligne], 4 | 2009, mis en ligne le 09 mars 2010, consulté le 21 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/tfe/913

Haut de page

Auteurs

Jean-François MARCEL

Toulouse EducAgro et CREFI-T, ENFA, Université de Toulouse
École Nationale de Formation Agronomique de Toulouse-Auzeville
BP 22687 • 2 route de Narbonne • 31326 Castanet Tolosan Cédex • France
Téléphone :05 61 75 32 81
Courriels:jean-francois.marcel@educagri.fr
Site de l’ENFA : http://enfa.mip.educagri.fr/fr/index.php

Articles du même auteur

Audrey Garcia

Toulouse EducAgro et CREFI-T, ENFA, Université de Toulouse
École Nationale de Formation Agronomique de Toulouse-Auzeville
BP 22687 • 2 route de Narbonne • 31326 Castanet Tolosan Cédex • France
Téléphone :05 61 75 32 81
Courriels: audrey.garcia@educagri.fr
Site de l’ENFA : http://enfa.mip.educagri.fr/fr/index.php

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals