Navigation – Plan du site

L’art du portrait dans la correspondance spirituelle de Fénelon

Pauline Chaduc

Résumés

L’article s’intéresse à l’art du portrait dans la correspondance spirituelle de Fénelon, en distinguant deux catégories (portraits généraux vs. portraits intérieurs, individuels et circonstanciés) et en s’attardant sur quelques figures exemplaires (ctesses de Gramont, de Montberon, Mme Guyon,…). Sont ainsi soulignées les divergences observées entre le « portrait mondain » et le « portrait spirituel ». Ce dernier est essentiellement analysé à partir d’une étude de « cas » (Mme de Maintenon, duc de Bourgogne) et au gré d’une analyse du discours (lexique, dispositifs rhétoriques) qui prend également en compte plusieurs éléments du contexte culturel et scientifique de l’époque.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 En effet, si certaines lettres ont pu circuler ou être recopiées par des tiers, il n’est pas moins (...)

1Pour Mgr Moïse Cagnac, qui s’est particulièrement intéressé à l’œuvre de direction de l’archevêque de Cambrai, le recueil des lettres spirituelles de Fénelon « nous offre une collection de portraits particuliers, comme la littérature française n’en a point d’autres » [Cagnac 1971, p. 175]. La correspondance de Fénelon est de fait remarquable par sa qualité littéraire mais aussi par la personnalité et le rôle historique de ceux auxquels elle s’adresse et qu’elle s’efforce de dépeindre. La littérature du Grand Siècle nous a laissé de nombreux témoignages sur les personnalités de la cour. Si les Mémoires de Saint-Simon nous offrent une formidable galerie de portraits de l’aristocratie française sous le règne de Louis XIV, les lettres de Fénelon nous permettent de contempler l’âme de ceux qui furent l’élite de la cour comme si nous assistions au secret de la direction, commerce tout intérieur et bien sûr privé1. En ce sens, les portraits brossés par l’archevêque de Cambrai sont uniques.

2Si le genre du portrait occupe une place très importante dans la littérature du XVIIe siècle, on le cantonne pourtant très souvent à sa finalité mondaine. Il est un divertissement de société, notamment mis à l’honneur par les Précieuses, et que l’on continue à pratiquer dans les salons comme en témoigne la célèbre scène des portraits du Misanthrope de Molière. On en oublie bien souvent les portraits spirituels. Pourtant, les lettres de direction, par leur fonction de miroir de l’âme, nous offrent des portraits singuliers de leurs destinataires. Incontestablement, Fénelon excelle dans cet art de brosser en l’espace d’une lettre une personnalité, de cibler les défauts et les vices que l’amour-propre s’efforce de dissimuler. Cette faculté provient autant de sa fréquentation de la cour, qui lui a permis d’observer au plus près la nature humaine, que de sa maîtrise du discernement, indispensable au directeur spirituel. Fénelon revendique d’ailleurs cette qualité d’observateur lorsqu’il dit savoir reconnaître l’honnête homme au sein d’une foule d’hypocrites :

Le caractère de l’honnête homme n’est point douteux et équivoque à qui le sait bien observer dans toutes ses circonstances. L’hypocrisie la plus profonde et la mieux déguisée n’atteint jamais jusqu’à la ressemblance de cette vertu ingénue. [Fénelon CF II, Lettre à Mme de Maintenon, janvier 1690, p. 142]

3Le moraliste et le directeur spirituel se rejoignent ici dans cet effort de démasquer l’amour-propre et les faux-semblants.

4Le genre du portrait utilisé par les mondains pour satisfaire leur vanité sera utilisé pour opérer la réforme du sujet et le mener à l’anéantissement. Contrairement aux portraits mondains qui épinglent les défauts des contemporains pour s’en moquer, les portraits spirituels sont dictés par la charité, par le pur amour, et poursuivent une finalité parénétique. Ils sont au fondement du travail spirituel que le directeur propose au dirigé qui le consulte : ce n’est en effet qu’en se connaissant soi-même que l’on peut se détacher de soi et s’avancer sur la voie de la sainteté. Le directeur doit donc trouver la rhétorique susceptible d’amener le sujet à une réforme intérieure.

Des portraits de l’âme

  • 2 Fénelon utilise notamment ce lexique dans les examens intérieurs qu’il envoie à Mme Guyon. La lettr (...)

5Dans le Dictionnaire de l’Académie Française le terme « portrait » désigne « une description qui se fait par le discours, ou par le récit, d’une personne dont on représente si bien les traits, et le caractère, qu’on la peut aisément reconnaître ». Bien sûr, les lettres spirituelles ne cherchent pas à cerner la physionomie du destinataire ; elles ne s’occupent guère non plus de la toilette ou de la parure du dirigé. Elles s’intéressent en revanche à son rôle social. Cet aspect est particulièrement important dans les lettres que Fénelon adresse à Mme de Maintenon ou au duc de Bourgogne. Fénelon dépeint ainsi les tourments et les « croix » de celle qui vit à la cour dans un « assujettissement presque continuel » [Fénelon CF , II, p. 196] et de celui qui, sur le champ de bataille, est la cible de critiques sévères. Les lettres sont particulièrement attentives à la manière dont le dévot est perçu par son entourage et dont il veut être considéré. Elles cherchent également à cerner la psychologie du dirigé : l’amour-propre de Mme de Maintenon qui se dissimule bien souvent derrière les œuvres charitables ou derrière son penchant pour l’amitié, le « goût pour le plaisir » de la comtesse de Gramont [Fénelon CF, II, p. 239], la mélancolie de Marie-Christine de Salm, la langueur intérieure et le scrupule de la comtesse de Montberon, le goût pour les choses de l’esprit de la carmélite Charlotte de Saint-Cyprien, par exemple, sont autant de défauts saillants que les lettres vont dépeindre, puis attaquer. La représentation de la psychologie des dirigés est largement tributaire des théories médicales de l’époque, et en particulier la théorie hippocratique des humeurs et des tempéraments : Fénelon décrit ainsi le « tempérament mélancolique » de la duchesse de Chevreuse qui est source de « noirceur » et de scrupules [Fénelon CF, II, p. 191]. Enfin, les lettres spirituelles cherchent à dépeindre l’intériorité du sujet en utilisant un vocabulaire imagé. L’espace intérieur est ainsi l’objet d’une description qui emprunte son vocabulaire à la géographie ou à la géométrie. En particulier Fénelon utilise le lexique traditionnel du chemin, du pays de l’âme, de la hauteur, de la grandeur et de la petitesse, de l’étendue du cœur. Dans une lettre adressée à la comtesse de Gramont, il évoque ainsi successivement le goût des « grandeurs dans les vertus » et la dévotion « haute » de sa destinataire qui doit apprendre la « petitesse » de l’esprit [Fénelon CF, II, p. 257]. Le thème de la largeur et du resserrement du cœur est également très présent dans sa correspondance avec Mme Guyon, mais aussi dans certaines lettres adressées à la comtesse de Montberon [Fénelon CF, XII, p. 343]. Les lettres tentent également de décrire les replis de l’âme et ses détours. Fénelon reprend enfin certains termes au champ du climat, en particulier le lexique particulièrement important chez lui de la sécheresse [Craveri 2000]2.

6Deux types de portraits sont présents dans les lettres de Fénelon. En premier lieu, les portraits généraux fixent une identité sociale ou bien psychologique. Certains recueils de lettres de direction répertorieront et classeront ces textes, au prix de certains remaniements afin qu’ils répondent aux besoins de leurs lecteurs. Ils proposeront ainsi des typologies de caractères ou de conditions : lettres à un militaire, à une dame de qualité, à une religieuse, etc. Ces portraits exposent bien souvent une « nature », caractérisée par certains invariants. Ainsi, la curiosité apparaît essentiellement comme l’apanage des femmes telle la sœur Charlotte de Saint-Cyprien [Fénelon CF, IV, p. 71-72] ou bien comme un trait caractéristique de l’esprit janséniste. En second lieu, les portraits intérieurs individuels et circonstanciés reflètent l’état d’une âme à un moment précis de son cheminement. La particularité des portraits de Fénelon est qu’ils ne sont pas destinés à un public curieux mais uniquement à leur modèle qui doit convenir de sa ressemblance afin de se corriger lui-même. Le portrait se doit donc d’être fidèle, ambition que revendique l’épistolier.

  • 3 « Qui vous conduira et vous soutiendra ? Sera-ce vous-même ? Hé ! c’est vous qui avez besoin de con (...)

7Le directeur, à travers ses lettres, tend un miroir à ses dirigés. En effet, au fondement de la relation spirituelle qui unit un directeur et son dirigé se trouve la nécessité de « voir clair » en soi3. « Il faut voir ses imperfections », écrit Fénelon à Mme de Maintenon [Fénelon CF, II, p. 283]. Or soit l’homme est aveugle sur lui-même, soit il refuse en outre de voir sa propre image. Dès lors, la pratique recommandée de l’examen de conscience s’avère souvent décevante car le sujet ne parvient jamais à analyser avec détachement son intériorité. « Vous craignez de voir clair » écrit Fénelon à la duchesse de Noailles [Fénelon CF, II, p. 207]. La comtesse de Montberon, quant à elle, ne peut « se résoudre à voir dans [son] cœur des impressions humiliantes » [Fénelon CF, XII, p. 306]. En effet, l’amour-propre déguise ou dissimule au sujet sa vraie nature : « le même amour-propre qui fait nos défauts, nous les cache très subtilement et aux yeux d’autrui et aux nôtres. L’amour-propre ne peut supporter la vue de lui-même » [Fénelon CF, XIV, p. 276]. L’amour-propre va même jusqu’à transformer les défauts du dévot en qualités : « […] vous donnez de beaux noms à cette faiblesse. Vous l’appelez sincérité, liberté ; vous vous savez bon gré de n’être ni rampante, ni hypocrite, ni empressée pour la faveur ; mais vous vous trompez vous-même » [Fénelon CF, II, p. 206]. Le recours à un directeur désintéressé, investi par Dieu s’avère nécessaire. Fénelon écrit ainsi à la comtesse de Montberon : « Souffrez, ma chère fille, que je vous représente ce qu’il me semble que Dieu veut que je vous mette sous les yeux » [Fénelon CF, XII, p. 327-328] ; « Voilà, Madame, le fonds vain et corrompu que Dieu veut vous montrer […] » [Fénelon CF, X, p. 290]. Ce n’est donc pas une quelconque cruauté sadique du directeur qui justifierait ces portraits parfois violents mais la soumission à la volonté de Dieu. Ce miroir épistolaire se veut sans complaisance. Se voir tel que l’on est une nécessité spirituelle et Fénelon n’hésite pas à représenter l’âme de son correspondant de manière monstrueuse : la comtesse de Montberon doit en effet se familiariser avec tous « ces monstres » décrits dans les lettres de direction pour s’y « accoutumer » [Fénelon CF, XII, p. 328]. On retrouve dans ces textes le vocabulaire de la puanteur ou encore de la maladie : « […] la lèpre de l’orgueil, de l’amour-propre, et de toutes les autres passions de l’esprit, si nous n’étions pas aveugles, nous paraîtrait bien plus horrible et plus contagieuse que les plus sales maladies, qui ne défigurent que la chair ». Dans une lettre adressée à la comtesse de Gramont atteinte de dartres, Fénelon évoque de la même manière « la lèpre de l’orgueil, du péché et de l’idolâtrie de soi-même » dont est enfin guérie sa destinataire [Fénelon CF, II, p. 251]. Un peu plus tard, il lui écrit : « L’orgueil est plus sale que vos abcès, et vous n’en aviez pas horreur » [Fénelon CF, II, p. 254. Les portraits du directeur infligent au dirigé une blessure destinée à tuer l’amour-propre. Fénelon sait que ses lettres peuvent provoquer une réelle souffrance chez leur destinataire et s’il exprime son regret à la comtesse de Montberon pour l’avoir « affligée » [Fénelon CF, X, p. 160], il considère cette souffrance comme salutaire : « Je vous avouerai les choses les plus capables de vous blesser » [Fénelon CF, X, p. 293]. Il énumère les défauts de ses dirigés afin de créer un effet d’évidence douloureuse : « Accoutumez-vous donc à vous voir injuste, jalouse, envieuse, inégale, ombrageuse » [Fénelon CF, XIV, p. 148].

8On perçoit bien que le directeur doit user dans ces portraits d’une franchise et d’une liberté de ton qui ne sont pas sans danger. Très souvent, les manuels de direction fustigent les directeurs qui recourent à la flatterie et à l’éloge au lieu de censurer les vices de leurs pénitents. Fénelon dénonce ainsi les « prêtres flatteurs qui tendent des pièges aux âmes » [Fénelon 1983-1997, I, p. 775]. Il refuse toute forme de « déguisement » de la vérité [Fénelon CF, X, p. 293]. « Je ne dirai jamais rien pour vous plaire ni pour vous ménager », écrit-il à Mme de Maintenon [Fénelon CF, II, p. 270]. Contre l’usage immodéré de la flatterie à la cour, Fénelon revendique dans une lettre adressée au roi qui n’est pas « accoutumé à l’entendre » une parole vraie, « libre et forte » [Fénelon CF, II, p. 274]. Fénelon se met ainsi en scène comme directeur désintéressé : « Je dis tout ceci sans nul intérêt personnel » [Fénelon CF, II, p. 144]. Cet énoncé doit se comprendre à la lumière de la spiritualité du pur amour : le prêtre doit agir sans espoir d’une récompense et sans crainte d’un châtiment. Dans les lettres adressées plus tard au duc de Bourgogne, Fénelon affirme que la liberté de parole exclut toute prudence [Fénelon CF, XIV, p. 67].

Quelques portraits

9Le portrait le plus célèbre brossé par Fénelon dans sa correspondance est peut-être la lettre dite « Sur les défauts » de Mme de Maintenon, rédigée probablement en janvier 1690. Cette lettre, dont nous ne connaissons pas le manuscrit, est singulière : en effet, elle a été recopiée par sa destinataire sous le titre « Sur mes défauts ». Il est possible qu’elle soit en réalité un centon de lettres juxtaposées par Mme de Maintenon. Elle n’en est pas moins caractéristique de la « méthode » et de la rhétorique de Fénelon. Dans l’exorde, Fénelon commence par affirmer avec modestie que le portrait de sa correspondante est incertain : « Je ne puis, Madame, vous parler sur vos défauts que douteusement, et presque au hasard ». Une telle entreprise est forcément subjective car elle s’appuie sur les sentiments du directeur et non sur une certitude. En effet, les relations de Fénelon avec Mme de Maintenon sont alors récentes : elles dateraient probablement de l’automne 1688 [Cognet 1995, p. 101]. Mme de Maintenon a pour directeurs en titre l’abbé Gobelin et surtout Godet des Marais. Fénelon ne saurait donc prétendre sans présomption comprendre parfaitement l’intériorité de l’épouse du roi, même si dans la correspondance de cette époque il évoque des rendez-vous fréquents avec elle. Tout au long de la lettre, Fénelon n’hésitera donc pas à modaliser son propos : « […] je m’imagine qu’il y a dans votre fond de la promptitude » ; « […] vous êtes […] disposée à la confiance […], peut-être même un peu trop » ; « […] je m’imagine que votre cœur se serre » ; « […] il me paraît que vous avez un goût ». Il affirme néanmoins que son opinion ne s’est pas forgée à partir de rumeurs (« je compte pour peu ce que les autres m’ont dit de vous »). Pourtant, plus loin, il fera appel au témoignage du public : « On dit pourtant encore, et selon toute apparence, avec vérité, que vous êtes… » ; « […] on dit que vous vous mêlez trop peu des affaires » ; « Je vous ai détaillé ce que le monde dit… », etc. Ces références à l’opinion du monde seront par la suite fréquentes dans la correspondance de Fénelon aux gens de la cour. Elles se comprennent de différentes manières : d’une part, Mme de Maintenon a un rôle exemplaire, l’opinion que l’on a d’elle est donc importante car elle doit servir de modèle au roi et aux courtisans. D’autre part, la rumeur a souvent raison comme le reconnaît Fénelon lui-même : « On dit pourtant encore, et, selon toute apparence, avec vérité, que vous êtes sèche et sévère ; qu’il n’est pas permis d’avoir des défauts avec vous ; et qu’étant dure à vous-même, vous l’êtes aussi aux autres ».

10Commence ensuite le portrait. Fénelon se montre extrêmement sévère dans la lettre « Sur les défauts ». Il dénonce en particulier l’idolâtrie de Mme de Maintenon, qui fait de son « moi » une divinité : « Le moi, dont je vous ai parlé si souvent, est encore une idole que vous n’avez pas brisée » [Fénelon CF, II, p. 141]. Fénelon accuse ainsi sa destinataire de chercher Dieu pour elle-même : « Vous voulez aller à Dieu de tout votre cœur, mais non par la perte du moi ; au contraire vous cherchez le moi en Dieu » [Fénelon CF, II, p. 141]. De la même manière, Mme de Maintenon cultive l’amitié pour satisfaire son amour-propre : « […] si vous ne teniez plus à vous, vous ne seriez non plus dans le désir de voir vos amis attachés à vous que de les voir attachés au roi de la Chine » [Fénelon CF, II, p. 141]. Fénelon, pour brosser le portrait de sa dirigée, utilise une rhétorique qui doit contribuer à inspirer le dégoût et à détacher le sujet de lui-même.

  • 4 Fénelon utilise le même procédé dans une lettre adressée à la duchesse de Noailles en 1690. Il comm (...)

11Dans cette lettre, il utilise ainsi constamment la tournure attributive : « Vous êtes ingénue et naturelle » ; « […] vous êtes née avec beaucoup de gloire » ; « […] vous êtes naturellement bonne, et disposée à la confiance » ; « […] vous êtes sèche et sévère ». Ce trait syntaxique est révélateur de la démarche de Fénelon, qui prend directement à parti le destinataire et le rend responsable de son défaut. On notera en outre l’utilisation du présent tout au long de la lettre qui tente de saisir la personnalité du destinataire à un moment singulier de son itinéraire spirituel. Par ailleurs, Fénelon, dans cette lettre, recourt constamment à un procédé qu’il reprendra par la suite : la transformation de l’éloge en blâme. Les traits de caractère qu’il relève sont en effet ambivalents : ils peuvent aussi bien passer pour vertu que pour défaut. Or, l’amour-propre se plaît à déguiser les motivations du sujet pour lui donner bonne opinion de lui-même. C’est ce tour de passe-passe, ce jeu de dupe, que dénonce Fénelon. Il utilise un « mais » adversatif qui renverse complètement la bonne image que le destinataire pourrait se faire de lui-même. Cette simple conjonction de coordination exprime à elle-seule l’art du directeur spirituel qui démasque les faux-semblants et contrarie l’amour-propre4. Ainsi, au début de sa lettre, Fénelon évoque le « naturel » de Mme de Maintenon : à l’éloge, « […] de là vient que vous faites très bien […] à l’égard de ceux pour qui vous avez du goût et de l’estime », succède le blâme, « mais trop froidement dès que ce goût vous manque ». De la même manière, la gloire qu’il perçoit chez Mme de Maintenon est foncièrement ambivalente : là encore au compliment « Vous êtes née avec beaucoup de gloire, c’est-à-dire de cette gloire qu’on nomme bonne et bien entendue » succède la critique « mais qui est d’autant plus mauvaise, qu’on n’a point de honte à la trouver bonne » [Fénelon CF, II, p. 141]. Toute la lettre repose également sur le procédé de l’accumulation. Les défauts se succèdent en ce long texte, paragraphe après paragraphe. L’effet de surenchère est aussi produit par la parataxe qui isole chaque défaut particulier. Cette méthode sera reprise dans d’autres lettres, en particulier dans certaines adressées au duc de Bourgogne.

  • 5 Fénelon répond ici à son élève qui exprime sa crainte de voir son ancien précepteur le flatter.
  • 6 « Pour vos défauts, Monseigneur, je remercie Dieu de ce qu’il vous les fait sentir, et de ce qu’il (...)

12À partir de janvier 1702, Fénelon entreprend la direction spirituelle du petit fils de Louis XIV alors âgé de 19 ans. Bien que les relations entre l’ancien précepteur et son élève se soient légèrement distendues après le départ de Fénelon à Cambrai, il n’en est pas moins vrai que Fénelon connaît le duc mieux que quiconque et ses portraits révèlent l’intimité des deux hommes. Au moment de la campagne de Flandres, menée avec le duc de Vendôme, le jeune homme sollicite dans le secret les conseils spirituels de son ancien maître. Dans la lettre du 24 septembre 1708, Fénelon se livre à un véritable réquisitoire, énumérant tous les défauts de son disciple épinglés par le public. La lettre commence par un exorde qui illustre parfaitement la liberté apostolique que revendique Fénelon : « Loin de vouloir vous flatter, Monseigneur, je vais rassembler ici toutes les choses les plus fortes qu’on répand dans le monde contre vous » [Fénelon CF, XIV, p. 71]5. Les deux hommes sont alors séparés et ne peuvent se rencontrer : le jugement de Fénelon se fonde donc uniquement à partir de la rumeur. L’ancien précepteur, « hors de portée de voir les faits » [Fénelon CF, XIV, p. 74], énumère ainsi les défauts révélés par le public. « On dit que vous êtes trop particulier, trop renfermé, trop borné à un petit nombre de gens qui vous obsèdent » ; « On dit, Monseigneur, que vous écoutez trop les personnes sans expérience » ; « […] on dit, qu’étant sérieux et renfermé, vous perdez néanmoins du temps pour les choses les plus sérieuses, par un peu de badinage qui n’est plus de saison » [Fénelon CF, XIV, p. 73]. L’anaphore « on dit que » structure la lettre et favorise la défiance de soi que Fénelon attend de son élève6 et qui est particulièrement nécessaire pour celui qui occupe une place si éminente en temps de guerre. Le directeur appelle son correspondant à « voir humblement [ses] défauts, de ne [s’]en point décourager, et de recourir à Dieu avec confiance pour travailler à leur correction » [Fénelon CF, XIV, p. 74]. Même les jugements erronés du public sont utiles pour amener le sujet au détachement : « Les bruits même les plus injustes ne sont pas inutiles à savoir » [Fénelon CF, XIV, Au duc de Bourgogne, 24 septembre, 1708, p. 75]. Pour mieux faire passer son message et rassurer son interlocuteur, Fénelon atténue la sévérité de son propos par des éloges sincères : « Vous avez plus qu’aucun autre prince, de quoi contenter le public dans la conversation. Vous y êtes gai, obligeant, et si on l’ose dire très aimable. Vous avez l’esprit cultivé et orné pour pouvoir parler de tout, et pour vous proportionner à chacun » [Fénelon CF, XIV, p. 71]. Il contrebalance aussi les critiques par des jugements positifs émis par le public : « Il faut néanmoins, Monseigneur, vous dire que le public vous estime, vous respecte, [ … ] » [Fénelon CF, XIV, p. 74].

Conclusion

13Les lettres spirituelles nous permettent d’évaluer les réactions des destinataires, qui sont de nature différente. La première réaction est le découragement. Les portraits trop violents peuvent détourner les commençants du désir de se corriger. Fénelon en est conscient et il interpelle bien souvent ses correspondants à la fin de ses lettres pour qu’ils ne cèdent pas au découragement : « Supportez-vous vous-même, sans vous flatter ni vous décourager », écrit-il à la comtesse de Gramont [Fénelon CF, II, p. 239]. Mme de Maintenon dans le commentaire qu’elle adresse à Noailles à propos de la lettre que Fénelon a envoyée au roi considère en effet que les lettres de Fénelon, de par leur virulence, peuvent être contre-productives et détourner le monarque du chemin de la réforme intérieure [Langlois 1934, p. 130]. L’un des principaux dangers de ces portraits réside dans la vanité qui guette les pénitentes. Il y a au XVIIe siècle incontestablement une satisfaction d’amour-propre à être guidé par un directeur à la mode, a fortiori à recevoir une longue lettre dont on est le sujet principal. En effet, comme l’a montré Benedetta Craveri dans L’Age de la conversation, les courtisans trouvaient un plaisir narcissique à se voir représentés, même lorsque ces portraits n’étaient pas flatteurs. Le maréchal de Villeroy a bien perçu la vanité que les dévots pouvaient tirer de tels portraits. Il écrit ainsi à Mme de Glapion à propos de la lettre « Sur les défauts » adressée à Mme de Maintenon : « avouez qu’il y a un petit mouvement de vanité à faire parler de ses défauts » [Fénelon CF, III, p. 227].

14On peut également s’interroger sur l’utilité de ces portraits en considérant la durée des échanges épistolaires qui s’étendent sur plusieurs années. Les mêmes défauts sont sans cesse représentés. On ne s’en étonnera guère. Le détachement, en effet, ne saurait être immédiat. La répétition des mêmes défauts lettre après lettre est seule efficace car le sujet peut « s’accoutumer » à voir ses faiblesses « sans se décourager » [Fénelon CF, XIV, p. 149]. C’est en acceptant ses défauts que l’on peut les vaincre et « commencer une nouvelle vie » [Fénelon CF, XVI, p. 433].

Haut de page

Bibliographie

Moïse Cagnac, Fénelon, directeur de conscience (1901), Slatkine reprints, Genève, 1971.

Louis Cognet, Crépuscule des mystiques. Le conflit Fénelon-Bossuet (1958), Desclée de Brouwer, 1995.

Benedetta Craveri, L’Age de la conversation, Gallimard, 2005.

Benedetta Craveri, « Espace intérieur et vie spirituelle chez Fénelon », XVIIe siècle, janvier-mars 2000.

Fénelon, Correspondance de Fénelon, texte établi par Jean Orcibal, Klincksieck (tome I à V) puis Droz (tome VI à XVIII). Abrégé CF.

Fénelon, Œuvres complètes, 1848-1852, 10 vol.

Fénelon, Œuvres, sous la direction de Jacques Le Brun, Bibliothèque de la Pléiade, 1983-1997.

Marcel Langlois, Pages nouvelles pour servir à l’histoire du quiétisme, Desclée de Brouwer, 1934.

Haut de page

Notes

1 En effet, si certaines lettres ont pu circuler ou être recopiées par des tiers, il n’est pas moins vrai que leur usage devait être strictement privé.

2 Fénelon utilise notamment ce lexique dans les examens intérieurs qu’il envoie à Mme Guyon. La lettre du 26 juillet 1689 est consacrée à une description de cette sécheresse intérieure qu’il ressent. Voir [Fénelon CF, II, p. 114 sq].

3 « Qui vous conduira et vous soutiendra ? Sera-ce vous-même ? Hé ! c’est vous qui avez besoin de conduite, qui êtes tenté, faible, aveugle, découragé, aux prises avec vous-même ; c’est de vous que vous viennent vos plus subtiles tentations ; vous êtes votre plus cruel ennemi ; il vous faut quelqu’un qui n’ait ni vos erreurs, ni vos passions, ni les penchants de votre amour-propre ; quelqu’un qui soit hors de vous, qui vous aide à en sortir, et qui ait autant de zèle pour vous corriger, que vous avez d’inclination secrète à vous flatter vous-même » [Fénelon 1848-1852, V, Lettre sur la direction, p. 730].

4 Fénelon utilise le même procédé dans une lettre adressée à la duchesse de Noailles en 1690. Il commence sa lettre par un éloge très appuyé de sa destinataire : « Vous êtes bonne amie, fidèle, secrète, généreuse, pleine de goût et de discernement pour le vrai mérite, sensible à l’amitié des gens estimables, pleine d’insinuation, et d’un certain tour noble pour servir, sachant dire à propos ce qui est utile. » Mais cet éloge est bientôt suivi d’un « mais » adversatif qui dégonfle complètement le portrait élogieux : « Mais, avec tant de qualités, un seul défaut vous rend frivole. C’est que vous ne pouvez vous contraindre » [Fénelon CF, II, p. 206].

5 Fénelon répond ici à son élève qui exprime sa crainte de voir son ancien précepteur le flatter.

6 « Pour vos défauts, Monseigneur, je remercie Dieu de ce qu’il vous les fait sentir, et de ce qu’il vous apprend à vos dépens par de si fortes leçons à vous défier et à désespérer de vous-même » [Fénelon CF, XIV, p. 73].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Chaduc, « L’art du portrait dans la correspondance spirituelle de Fénelon », ThéoRèmes [En ligne], 12 | 2018, mis en ligne le 25 novembre 2018, consulté le 22 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/theoremes/1780 ; DOI : 10.4000/theoremes.1780

Haut de page

Auteur

Pauline Chaduc

CELLF, Paris IV

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
ThéoRèmes – Enjeux des approches empiriques des religions est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page