Navigation – Plan du site

De la paraphrase à l’herméneutique. L’histoire d’Adam dans le Magasin des enfants de Marie Leprince de Beaumont

Nicolas Brucker

Résumés

Le Magasin des enfants (1756) de Leprince de Beaumont inclut une Bible pour la jeunesse, qui repose sur une réécriture oralisée des épisodes les plus connus de l’Ancien Testament. L’histoire d’Adam, que nous examinons précisément, est représentative à la fois de la technique du retelling et de la fonction pragmatique du discours. La paraphrase se fait parabole, de façon à inclure le lecteur dans son dispositif et dévoiler le fonctionnement de la lecture. L’histoire doublée d’un conte, qui s’avère être une allégorie de la lecture, expose alors implicitement les conditions de l’herméneutique biblique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les travaux conduits par Catriona Seth et Rotraud von Kulessa ont contribué à enrichir la connaissa (...)
  • 2 Les contes de Leprince de Beaumont furent notamment édités dans Le Cabinet des fées, ou Collection (...)
  • 3 Mot arabe passé en latin médiéval puis en français et désignant l’entrepôt de marchandises puis la (...)

1Marie Leprince de Beaumont, que jusqu’à une date récente1 on ne connaissait principalement que pour le seul conte de La Belle et la Bête, est souvent associée aux auteurs féminins qui, de Mme d’Aulnoy à Mme de Villeneuve, ont abreuvé le public de contes de fées. Ce rapprochement s’explique par une pratique éditoriale apparue à la fin du XVIIIe siècle2 et qui, extrayant les contes de leur contexte d’origine, leur ont fait perdre ce caractère pédagogique que leur auteure leur avait imprimé. On oublie aussi que le Magasin des enfants ne contenait pas que des contes merveilleux, mais qu’à côté des leçons de choses, d’histoire ou de géographie, l’histoire sainte se taillait la part du lion. Qu’on en juge : en face des 13 contes profanes on trouve 71 récits tirés de 200 chapitres de l’Ancien Testament [Biancardi 2008, p. 913]. Le recueil forme donc une Bible portative à l’usage de la jeunesse, non pas continue, mais entrecoupée de toutes sortes d’instructions. D’une composition complexe, il répond au titre de « magasin »3, qui suggère non seulement l’abondance et la diversité des matières, mais aussi un mode de présentation distrayant, tout au rebours des manuels du type du Traité des études de Rollin. Nous ne nous intéresserons pas ici à la forme du Magasin, ni à la pédagogie de Leprince de Beaumont, mais à la démarche interprétative à laquelle le lecteur est appelé : comment doit-il lire les histoires bibliques qui sont contées ? Dans quel cadre herméneutique Leprince de Beaumont se situe-t-elle ? Et en fin de compte quel statut devons-nous donner à cette « Bible en magasin » ?

  • 4 Magasin des enfants, IVe dialogue, IIe journée, dans : Leprince 2008, p. 1009-1014.

2Pour répondre à ces questions, nous allons nous pencher sur un texte précis, l’histoire d’Adam4, qui en réalité se trouve dédoublée : au récit biblique succède un conte merveilleux, qui en est la paraphrase, mais transposée dans l’univers profane. Nous voulons montrer le caractère à la fois paradigmatique et initiatique de cette histoire : placée au seuil du livre, elle donne, de manière cryptée, une clé de lecture applicable à l’ensemble du recueil, et permet de résoudre la difficile question de l’articulation des récits bibliques et des contes de fées dans cette bibliothèque du savoir universel aux allures de capharnaüm.

Une Bible pour la jeunesse

3Inspiré de la Female Academy (The Governess, or Little Female Academy) de Sarah Fielding (1749), le Magasin des enfants (1756-1757, 4 tomes, 29 dialogues) se présente formellement comme un dialogue : il met en scène les échanges de sept demoiselles, supposément de la gentry londonienne, âgées de 5 à 13 ans et affublées de noms évocateurs (lady Sensée, lady Spirituelle, lady Babiole…), avec leur institutrice, nommée Mlle Bonne. La forme dialoguée, loin de n’être que l’habillage d’une indigeste suite d’instructions, est consubstantielle à la pédagogie de Leprince de Beaumont. La récitation des leçons est assumée par les enfants, le récitant s’adressant à l’ensemble du groupe, et non seulement à la maîtresse. Ensuite les questions et les réactions ne manquent pas de fuser : chacun des membres de la petite académie fait entendre sa voix, révélant au passage son caractère, bon ou vicieux. Cette effervescence rétroagit sur le lecteur, lui aussi invité à s’interroger sur ce qu’il a lu. Il est, comme le note Isabelle Nières-Chevrel, incité à entrer dans une « démarche proprement herméneutique » [Nières-Chevrel 2009, p. 112].

4Au cœur de cette herméneutique, on trouve la liaison entre conte merveilleux et conte biblique. Au début de la 2ème journée, lady Mary, la plus jeune des élèves, est désignée pour dire l’histoire d’Adam. On apprend alors qu’elle l’a lue quatre fois chez elle, et qu’elle l’a déjà contée à ses parents. Cette indication, en apparence anodine, est essentielle : elle informe sur la méthode d’apprentissage à suivre. La mémorisation d’une part, la récitation d’autre part en sont les deux activités clés. S’appuyant sur un art de la mémoire et sur un art du conte, la pédagogie de Leprince de Beaumont vise à doter la femme des aptitudes qui lui permettront de tenir rang dans la société, en particulier de se faire écouter avec agrément, et de régner par la parole sur les personnes qui seront confiées à son autorité. Qu’on ne cherche pas en revanche sur quel texte biblique la jeune Mary s’exerce. Le livre en général, dont l’usage est strictement encadré, est relégué dans la coulisse de la scène pédagogique, en vertu d’un paradoxe dont Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval a élucidé le principe [Plagnol-Diéval 2003, p. 618] : les lumières naturelles garantissant à chacun un libre accès au savoir, la culture livresque est jugée de peu d’utilité. En préceptrice experte, Bonne confectionne elle-même les manuels qu’elle confie à ses élèves. Il en va de même de l’histoire sainte. Même si rien ne l’indique positivement, on doit supposer que l’apprentissage s’exerce sur des extraits de la Bible spécialement conçus par Bonne.

5Les histoires bibliques du Magasin des enfants sont entièrement originales. La transformation que Leprince de Beaumont a fait subir aux passages de la Bible, par abréviation, simplification et infantilisation, leur confère un caractère unique et une qualité de style indéniable. Amable Tastu ne s’y est pas trompée, elle qui choisit de reprendre dans son Histoire sainte (1836) la totalité des récits de Leprince de Beaumont, auxquels elle ajouta ceux qu’elle avait conçus en propre. On pourra trouver des points communs entre la technique narrative de l’éducatrice et le style du père Berruyer dans l’Histoire du peuple de Dieu (1728, 1ère éd.). Condamné par les différentes institutions, civiles et religieuses, mis à l’Index en 1732, l’ouvrage n’en fut pas moins très diffusé et exerça une influence considérable sur la pédagogie de l’histoire sainte par la narration. Bien documentée tout en restant accessible, scénarisée de manière à capter l’intérêt du lecteur, écrite dans une langue limpide et vivante, cette histoire sainte qui ne sent pas la sacristie sut gagner un large public. C’est précisément ce qui lui valut les anathèmes de l’Église : accusé de faire du roman, Berruyer n’en poursuivit pas moins son œuvre jusqu’à y inclure le Nouveau Testament (1755) [Watkins 2017].

  • 5 Seule Lady Mary, en vertu de son jeune âge, conserve dans les éditions ultérieures son langage infa (...)

6L’histoire sainte de Leprince de Beaumont bénéficia du vaste mouvement pédagogique qui, de Fleury à Rollin, accorda une place grandissante à la Bible dans la pédagogie religieuse [Brucker 2018], et ne recula pas devant des tentatives, parfois audacieuses, de réécriture qui calquèrent leur manière sur les genres de la littérature séculière. Dans le Magasin des enfants, la scène pédagogique et le code oral sont déterminants du style des récits tirés de l’histoire sainte. La subjectivité de l’énonciateur s’exprime dans la forme de l’énoncé, de sorte que le récit prend un caractère infantile. Comme pour Berruyer, cette transformation de l’énoncé biblique suscita des réactions, de telle sorte que Leprince de Beaumont dut dans l’édition de 1760 corriger des expressions qui avaient été jugées déplacées [Biancardi 2008, p. 943-945]5. Elle n’en resta pas moins fidèle à la ligne qu’elle s’était tracée de faire entendre le langage de l’enfance dans le récit biblique. Aussi le Magasin des enfants doit-il être considéré, à l’échelle européenne, comme une des toutes premières bibles pour la jeunesse.

Retelling biblique

7L’anglais retell, intraduisible en français, signifie raconter en reformulant. L’équivalent le plus approchant serait paraphraser, toute connotation péjorative mise à part. On sait que le retelling est un mode d’écriture que les écrivains britanniques affectionnèrent au XVIIIe siècle [Nières-Chevrel 2009, p. 192] : il légitime un lexique et des enchaînements proches de l’oral. Dans le domaine du catéchisme historique, autrement dit l’histoire sainte par demande et réponse, comme dans le domaine du sermon, il est également plébiscité [Lange 2005]. Leprince de Beaumont, qui séjourne à Londres dans les années où elle conçoit le Magasin des enfants, se trouve influencée par cette tendance. L’oralisation du récit biblique, qu’on peut apparenter à un « contage » [Latapie 2007], ouvre la voie à une vivifiante réinvention d’épisodes trop connus. Il en résulte une transformation, ou transtylisation [Genette 1982, p. 315-321], de la langue des traductions consacrées par la tradition, archaïsantes et hiératiques, à une version enfantine, dans un lexique et une syntaxe rudimentaires, s’accommodant de répétitions voire de naïvetés. Le lecteur ne lit pas directement un texte, mais la transcription, par nature contingente, d’une prise de parole, dont le contexte importe autant que l’énoncé produit. La désacralisation du biblique doit donc être relativisée : la forme orale de la reprise, qui assimile l’histoire biblique à un conte, au sens propre, en exhibant le processus de la reformulation, se lit comme l’aveu d’une dépendance à une source antérieure. Le contage biblique flotte au-dessus de la Bible : il n’en est que l’émanation, proférée dans une situation particulière, dont il dépend totalement et à la disparition de laquelle il ne peut survivre. Sur le plan du métarécit, l’effet est exactement inverse : autant l’histoire biblique paraît contingente, considérée au niveau du dialogue, autant elle s’impose avec toute l’évidence d’une réalité naturelle, dès lors qu’on adopte le point de vue du récit cadre. L’histoire contée, par ses résonances enfantines, semble renouveler le passage lu et relu : tel événement, tel personnage, telle situation semblent revêtir des habits neufs. Le retelling biblique rhabille de neuf les passages usés des Bibles en langue vernaculaire.

8Le récit de Mary suscite, de la part des autres élèves, trois types de réactions : le regret d’avoir cédé à la tentation, et le souhait de réparer la faute par une demande de pardon ; la prudence pour se garder à l’avenir de toute possible tentation ; la présomption de se croire au-dessus de la tentation. Ce dernier mot, d’une empreinte trop religieuse, ne se trouve pas dans le dialogue. On trouve à la place les vocables « faute », « sottise », « obéissance », « gourmandise ». Le point de vue enfantin est ici dominant. Le plaisir, désigné dans ce contexte comme satisfaction gustative, est la métaphore de l’attrait sexuel. Mais c’est bien davantage de curiosité dont il est question dans l’histoire d’Adam. Ce thème, très présent dans la littérature enfantine, particulièrement dans le conte, est chez Leprince de Beaumont un axe structurant de son invention. Barbe bleue de Charles Perrault est d’ailleurs cité, dans l’Avertissement du Magasin, comme un exemple des « dangers de la curiosité » [p. 969]. L’auteure, qui se défend du reproche qu’on lui a fait d’avoir omis certains passages de l’histoire sainte, revient sur ce thème : « Je n’avais garde de chercher à exciter leur curiosité, sur une matière où je regarde l’ignorance comme une béatitude et la forteresse de l’innocence » [p. 972].

De la paraphrase à la parabole

  • 6 La conception de la nature est marquée au XVIIIe siècle par le passage de la curiosité comme concup (...)
  • 7 Dans les Contes moraux, la fille de Mme d’Erlac ouvre un paquet qui ne lui est pas destiné : « fata (...)

9On connaît la polysémie du mot « curiosité »6. Il est une saine curiosité : celle que veut provoquer l’institutrice chez ses élèves. Mais il est une curiosité qui se tourne vers des objets défendus, par le seul fait qu’ils sont défendus. L’attrait du secret existe dans la lecture de la Bible comme il existe dans le quotidien de la vie domestique7. Les zones d’ombre dans le texte biblique sont nombreuses. La pédagogue les évitera avec soin. Rien ne sert d’exciter une vaine curiosité. Elle évoque, dans l’Avertissement du Magasin, le cas de Jacob trompant Isaac, et se dit prête à donner d’autres exemples, mais s’interrompt en s’excusant de ne pouvoir s’expliquer plus clairement de peur d’exciter la curiosité des enfants [Leprince 2008, p. 973]. Le livre, ouvert au regard indiscret de l’enfant, doit s’autocensurer jusqu’en ses marges, jusqu’en sa préface, pourtant supposée livrer les clés de lecture de l’ouvrage. Leprince de Beaumont se tient au seuil de son livre comme l’ange au seuil du Paradis : de son sabre elle protège l’innocence menacée.

  • 8 « Il faut avouer, que notre mère Ève était bien gourmande, d’avoir mangé de la pomme. Si elle avait (...)

10La curiosité est le fil rouge qu’il faut suivre au long de l’histoire d’Adam : la désobéissance à l’autorité, la volonté de percer un mystère défendu, la complaisance coupable du mari pour sa femme sont les trois tentations qui scandent le drame de la chute. Ce sont aussi les trois éléments qui forment la trame d’une seconde histoire, qui suit la première, et qui, contée par Bonne, se veut une réplique à la réaction de lady Spirituelle. Celle-ci, selon un trait de caractère qui la porte à se sentir supérieure à tous les exemples moraux qui lui sont présentés, explique que jamais elle ne se serait laissée tenter aussi grossièrement qu’Ève8. Sa réaction met clairement en cause la prétention du récit biblique à l’universalité. Par sa résistance, elle met en échec l’efficience de la parole divine. Comment alors réduire ce mouvement de rébellion à l’autorité du récit biblique ? Comment ramener l’enfant indocile à la modestie qui sied à son sexe ?

11Conformément à la méthode de Bonne, la réponse ne vient pas directement, mais prend le détour de la narration. Un second récit vient en renfort du premier, pour dire la même chose, mais en intégrant dans son scénario la réaction manifestée par lady Spirituelle, comme font les paraboles, notamment celle de Nathan (2 Samuel, 12, 1-4), dont la visée pragmatique est comparable avec celle de Bonne. Que raconte cette histoire ? Un bûcheron et sa femme se plaignent de leur sort : ils le doivent à la faute de leurs premiers parents, Adam et Ève. La femme critique la gourmandise d’Ève, tandis que le mari reproche à Adam sa faiblesse envers sa femme. L’histoire montre comment ces deux personnages, qui se croient au-dessus de leurs ancêtres, tomberont pourtant dans les mêmes travers. Il faut pour cela l’intervention opportune d’un roi qui, caché derrière un arbre, surprend leur conversation, les invite au château, et satisfait leurs moindres désirs, essentiellement culinaires. On se doute de ce qui advint. Un jour un serviteur leur indique qu’ils ne doivent pas toucher à un plat, qui est couvert. La curiosité de la femme, la faiblesse du mari, la désobéissance du couple, et surtout la mauvaise foi partagée (chacun rejetant la faute sur l’autre) précipitent la fin. Le roi, dans le jugement qu’il rend, explicite la leçon : « Allez, malheureux, retournez travailler dans le bois, et ne vous en prenez plus à Adam et à sa femme, du mal que vous aurez, puisque vous avez fait une sottise pareille à celle dont vous les accusiez » [Leprince 2008, p. 1013].

12Malgré ses dénégations, Bonne improvise cet apologue, pour ramener l’orgueilleuse lady Spirituelle à la raison. Celle-ci peut se reconnaître dans les personnages, particulièrement dans la figure de la bûcheronne, qui raille la naïveté de sa lointaine aïeule. De cette fable elle doit tirer deux vérités : l’humanité est constante dans l’erreur ; la parole de Dieu est la seule source de salut. En thématisant la lecture de la Bible dans son histoire, Bonne produit une métafiction destinée à exposer la méthode à suivre en matière de réception de la Bible. Avec lady Mary, nous savons comment il faut dire le récit biblique. Avec lady Spirituelle, mais de façon négative, nous apprenons comment il faut l’entendre. On comprend que ces éléments soient donnés au seuil du Magasin, et à propos d’un passage fondateur de l’anthropologie chrétienne. Rien de plus actuel en effet que cette histoire vieille de près de cinq mille ans (selon la chronologie biblique alors en cours). La leçon qu’elle contient est inépuisable. Elle s’étend à toute l’existence, à la morale individuelle, à la vie sociale, et inclut la pratique religieuse, dont la source est la Bible, conçue comme parole à dire et à entendre, mais aussi conçue comme un ensemble de textes à mémoriser et à réciter. La rébellion de lady Spirituelle, que veut briser Bonne, est celle de la pécheresse comme celle de l’enfant indocile.

Médiation pédagogique

13En donnant, à la suite de l’histoire contée par lady Mary, une seconde histoire, Bonne apporte son soutien à un processus de médiation pédagogique qui n’a pas opéré de façon satisfaisante. Il convient de redoubler la première histoire sans pour autant l’annuler. La seconde histoire procède par surenchère de la première : elle se place clairement dans son prolongement, tout en marquant sa dépendance par la liaison intertextuelle. Elle l’actualise au sens plein du terme, comme l’eucharistie actualise par l’opération du sacrement l’événement de la Passion. Mais elle l’actualise aussi en ce sens qu’elle la rend contemporaine de son jeune public en instaurant une proximité culturelle. L’adaptation du récit de la Genèse à l’univers du conte est un exemple de transposition diégétique avec proximisation [Genette 1982, p. 431-441]. La forêt, le bûcheron et la bûcheronne, le roi, le palais et jusqu’à cette souris qui jaillit d’un plat sont autant d’éléments d’une topologie du merveilleux. L’emploi du discours figuré, lui aussi typique du récit merveilleux ou fantastique [Todorov 1970, p. 82-87], apparaît dans le mot prononcé par le bûcheron. « Si j’avais été à sa place » [Leprince 2008, p. 1012], lâche-t-il de façon bien inconséquente, avant qu’un roi, opportunément surgi de derrière un arbre, ne réalise son souhait. Tous ces marqueurs balisent un monde familier au jeune lecteur, et appellent un type d’écoute bien éloigné de l’attention polie et ennuyée qu’il prête aux lectures où perce une trop évidente intention didactique. C’est l’autre clé de lecture fondamentale que nous livre Leprince de Beaumont au seuil de son ouvrage : le conte merveilleux est un récit biblique crypté.

  • 9 On songe à la notion grecque de mètis, applicable à la pédagogie [Fabre 2008] ou aux intrigues bibl (...)
  • 10 « Les objets merveilleux, les talismans ne sont plus que les masques aisément décelables de métapho (...)

14Toute pédagogie avisée renferme une part de ruse. Bonne, au miroir de sa pratique éducative, se peint en renard9. En passant avec l’enfant un contrat, selon lequel elle s’engage à lui donner ce qui lui fait plaisir en l’échange de son attention et de sa docilité, elle le trompe, car la récréation dont elle récompense ses efforts est encore un travail. Le conte merveilleux ⎼ d’un merveilleux restreint, selon la volonté de l’auteure, qui cherche à en limiter les effets sur l’imagination [p. 968]10 ⎼ continue à opérer dans l’élève ce que le récit biblique n’avait fait qu’engager, exactement comme le conte « Le bûcheron et sa femme » ⎼ ainsi nommé dans l’édition de Mme J. J. Lambert (Paris, Delarue, 1860) ⎼ se propose, en répliquant l’histoire d’Adam, d’en assurer une plus complète efficacité. Le lien entre ces deux récits est explicite. Il n’en est pas de même des autres contes. Les commentateurs se sont évertués à chercher les points d’articulation entre les différentes histoires, sacrées et profanes, mais l’enquête s’est concentrée sur la structure du Magasin [Debru 2002, Biancardi 2008, Chiron 2016]. On a négligé de l’aborder sous l’angle de l’herméneutique. Or le dispositif mis en place par Leprince de Beaumont rend compte des possibilités interprétatives offertes par le texte biblique, et engage le lecteur à se déterminer lui-même en faveur d’un mode de réception.

Une allégorie de la lecture

15Dans le Magasin de enfants, la priorité va à l’éducation, comprise comme formation du caractère, et plus précisément encore correction des tempéraments vicieux. Le nom des enfants – lady Babiole, lady Tempête, lady Spirituelle – laisse aisément percevoir de quel vice chacune doit être guérie. Viendra un temps où, le tempérament étant fixé, on se concentrera sur la formation de la raison et l’acquisition des connaissances. Les Américaines ou la preuve de la religion chrétienne par les lumières naturelles (1769) font réapparaître les mêmes élèves, toujours autour de leur institutrice, mais quelques années plus tard. Ce sont désormais de grandes adolescentes, à la veille d’être mariées. La Bible, dont il est à nouveau abondamment question, n’est plus l’objet de récitation, mais d’un questionnement à la fois historique et théologique. L’épisode de la chute met aux prises Mlle Bonne avec lady Inconséquente, qui met en doute le lien causal entre la scène du jardin et l’existence du mal sur terre [Leprince 1769, I, p. 218-219]. Ramona Herz-Gazeau a mis en lumière l’importance du mythe de la chute et du péché originel dans la théologie de Leprince de Beaumont, telle qu’elle apparaît dans Les Américaines [Herz-Gazeau 2019, p. 141-143]. On voit ainsi que l’auteure n’a pas qu’une perspective de lecture du texte biblique, mais qu’elle adapte le mode d’approche à l’âge de l’enfant et aux objectifs visés par l’éducateur. Inépuisable par les ressources qu’elle offre et par les fonctions auxquelles elle se laisse soumettre, la Bible est le premier partenaire de celui-ci.

16Revenons au Magasin des enfants et à l’histoire d’Adam. Redoublée dans le conte merveilleux profane, celle-ci oriente fermement le lecteur dans la voie d’une interprétation morale, non pas théorique, mais pratique. Par le dispositif de réverbération rendu possible par les différents niveaux diégétiques – la première histoire se retrouvant dans la seconde à un niveau diégétique immédiatement supérieur [Genette 1972, p. 238] – la fable fait retour sur l’énonciataire. Ce phénomène de réflexivité place le lecteur au cœur de l’histoire, et comme l’histoire met en scène une lecture et ses conséquences sur les protagonistes, il se trouve alors en position de lire sa propre lecture. Le message est clair : la Bible, avant de transformer l’homme pécheur, transforme sa lecture du texte biblique. Ce livre renferme un enseignement, mais il contient aussi la manière pour le lecteur de se l’approprier. À la fois lecture et méthode de lecture, il fait cohabiter dans une même unité textuelle le dedans et le dehors de l’apprentissage, et est à cet égard le modèle de tout manuel d’éducation. Rien d’étonnant que le Magasin des enfants cherche à calquer son dispositif sur le dispositif biblique.

  • 11 À l’inverse, le conte de fées dilue la morale dans une fiction outrée. « Le peu de morale qu’on y a (...)

17L’herméneutique biblique selon Leprince de Beaumont trace une frontière nette entre ce qui est réputé historique – il s’agit alors d’histoires et non de contes – et ce qui est réputé fictif. L’histoire d’Adam a ce mérite de préciser les conditions de ce partage par une illustration concrète. En donnant au passage de la Genèse un prolongement sous forme de conte, Mlle Bonne dévoile à ses élèves le processus d’invention au terme duquel sont produits les contes dont celles-ci raffolent tant. Il ne s’agit pas tant de démystifier le conte, que de le mettre à sa juste place, dans une hiérarchie que souligne encore le partage des rôles dans l’opération de contage. Si Mlle Bonne se réserve de dire les contes, confiant aux élèves la récitation des épisodes bibliques, c’est par un souci de cohérence. Par vocation, elle doit manifester, et presque incarner, la norme d’une fiction dans les limites de l’acceptable, c’est-à-dire de l’utile, le mensonge n’étant tolérable qu’à proportion de son utilité11. Or dans le jardin pédagogique de Bonne, la fiction a perdu son pouvoir de nuire. Elle a regagné, par l’usage auquel on l’a convertie, une quasi innocence.

18Frontière, limite, périmètre : la métaphore spatiale, appelée par la fable du jardin, suggère, au seuil du Magasin des enfants, une définition des conditions d’exercice de la pédagogie leprincienne. Celle-ci se veut explicitement en rupture avec le monde et en particulier avec les pratiques de lecture qui y ont cours. Ce huis-clos, coupé de la vie sociale et du jeu des intérêts, bannit de son sein toute manifestation de la vanité. La curiosité en fait partie. Ce n’est donc pas le savoir qui est interdit, et, pour ce qui regarde la littérature biblique, les passages dont on défendrait la lecture, mais une disposition incompatible avec la démarche éducative. De l’arbre de la connaissance à celui qui le considère, Leprince de Beaumont opère un reversement de perspective et ainsi déplace les enjeux traditionnellement associés à l’éducation des filles. Car si le Magasin ne contient que des connaissances utiles, le monde se chargera bientôt de mettre à la portée de la jeune femme tous les livres qu’elle pourra souhaiter. Il convient de préparer ce temps du libre accès aux fruits de l’arbre, en tournant l’esprit vers les seuls biens utiles et en mettant la conscience en garde, par des exemples édifiants, contre les écueils de la curiosité.

Conclusion

19En dehors de quelques préfaces et de rares commentaires qu’elle met dans la bouche de Bonne, l’auteur n’explicite pas ses intentions pédagogiques. Il faut déduire les principes de la scène éducative elle-même. C’est à cet exercice que nous nous sommes livrés ici, en nous concentrant sur l’histoire d’Adam. Notre analyse, largement guidée par le texte lui-même – la réécriture et le contage, la juxtaposition des deux histoires, le dispositif dialogal – a tendu à expliciter un implicite méthodologique. Le savoir qui est refusé aux jeunes élèves de Bonne, nous nous sommes permis de le dévoiler. En levant la cloche qui couvrait le plat des intentions pédagogiques de Leprince de Beaumont, nous atteignons un niveau de savoir qui est réservé à la seule conceptrice, sinon créatrice, des dispositifs mis en œuvre. Le secret qui les dérobe au regard innocent est encore une preuve de son pragmatisme en matière d’éducation, et de sa confiance dans la fécondité du texte biblique. Si un pacte pédagogique se met bien en place dès les premiers dialogues du Magasin, entre les élèves et Bonne, et à un niveau supérieur, entre l’usager du manuel et son concepteur, récusant par avance la désobéissance, la vanité et la curiosité, appelant à l’inverse la soumission et la rectitude morale, il naît de l’intérieur de la relation pédagogique, du dispositif énonciatif et du jeu des interprétations. Le lecteur, qu’il soit postulé, construit ou thématisé, est au centre de l’œuvre. Il est le vrai sujet des dialogues de Leprince de Beaumont, à la fois comme acteur principal et comme cible prioritaire. Il est celui qui soulève le couvercle du plat, mais il est aussi la souris qui se sauve. L’herméneutique de Leprince de Beaumont entend mettre le lecteur en face de ses responsabilités, et, bonnes ou mauvaises, lui faire voir, par la narration, les conséquences de ses choix.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie primaire

Isaac Berruyer, Histoire du peuple de Dieu, Paris, Knapen, 1728-1755.

Sarah Fielding, The Governess, or Little Female Academy, London, 1749.

Marie Leprince de Beaumont, Contes moraux, Lyon, Pierre Bruyset-Ponthus, 1774.

Marie Leprince de Beaumont, Les Américaines ou la preuve de la religion chrétienne par les lumières naturelles, Annecy, Durand, 1769.

Marie Leprince de Beaumont, Magasin des enfants (1756), dans : Madame de Villeneuve, La jeune Américaine et les contes marins (La Belle et la bête). Les Belles solitaires ; Madame Leprince de Beaumont, Magasin des enfants (La Belle et la Bête). Édition critique établie par Élisa Biancardi, Bibliothèque des génies et des fées, n° 15 ; III. Le retour du conte de fées (1715-1775) ; 2. Les conteuses du XVIIIe siècle. Paris, Honoré Champion, 2008.

Amable Tastu, Le Livre d’histoire sainte, dans Éducation maternelle [1836], VIIIe partie, Paris, Didier, 1849.

Bibliographie secondaire

Élisa Biancardi, « Notice bio-bibliographique » et « Bibliographie matérielle », dans : Leprince 2008, p. 893-958.

Nicolas Brucker, « Conter la Bible. La catéchèse narrative de Marie Leprince de Beaumont », dans Rotraud von Kulessa et Catriona Seth (éd.), Une éducatrice des Lumières, Marie Leprince de Beaumont, Paris, Classiques Garnier, 2018, p. 93-113.

Jeanne Chiron, Le dialogue éducatif des Lumières : innovations, permanences et fantasmes (1754-1804), thèse de doctorat sous la direction de M.-E. Plagnol-Diéval, Université Paris-Est Créteil, 2016.

Claire Debru, « Le Magasin des enfans (1756) ou le conte de fées selon une gouvernante : pratiques de la réécriture chez Madame Le Prince de Beaumont », dans Régine Jomand-Baudry et Jean-François Perrin (éd.), Le conte merveilleux au XVIIIe siècle. Une poétique expérimentale, Paris, Kimé, 2002, p. 151-163.

Michel Fabre, « Portrait du précepteur en renard. Émile ou la métis pédagogique », Éducation et didactique, juin 2008, p. 89-103.

Gérard Genette, Figures III, Paris, Le Seuil, 1972.

Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Le Seuil, 1982.

Andreas Gipper, « La nature entre utilitarisme et esthétisation. L’abbé Pluche et la physico-théologie européenne », dans Françoise Gevrey et alii (éd.), Écrire la nature au XVIIIe siècle. Autour de l’abbé Pluche, PUPS, 2006, p. 27-40.

Ramona Herz-Gazeau, La Femme entre raison et religion. « Les Américaines » (1769) de Marie Leprince de Beaumont, Paris, Classiques Garnier, 2019.

Larry Lange, Retelling The Story. Creatively Developing Biblical Story Sermons, CSS Publishing Company, 2005.

Sophie Latapie, « Conter les fées comme un récit biblique : Madame Le Prince de Beaumont et la pédagogie des catéchismes », dans Anne Defrance et Jean-François Perrin (éd.), Le conte en ses paroles. La figuration de l’oralité dans le conte merveilleux du Classicisme aux Lumières, Paris, Desjonquères, 2007, p. 415-423.

Sophie Latapie, « Enseigner l’histoire sainte à la manière des précepteurs catholiques : la pédagogie du récit d’après Madame Leprince de Beaumont », Revue d’histoire littéraire de la France, 3 (2007), vol. 107, p. 559-570.

Sophie Latapie, « Un dispositif intégré. Le conte dans le Magasin des enfants de Madame Leprince de Beaumont », Féeries, 1 (2003), p. 125-144.

Isabelle Nières-Chevrel, Introduction à la littérature de jeunesse, Paris, Didier Jeunesse, 2009.

Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval, « Statut et représentation de la lectrice chez Madame Leprince de Beaumont », dans Isabelle Brouard-Arends (éd.), Lectrices d’Ancien Régime, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2003, p. 615-624.

Tzvetan Todorov, Introduction à la littérature fantastique, Paris, Le Seuil, 1970.

Daniel J. Watkins, « An Enlightenment Bible in Catholic France : Isaac-Joseph Berruyer’s Histoire du Peuple de Dieu (1728-1758) », dans François Wim (éd.), Vernacular Bible and Religious Reform in the Middle Ages and Early Modern Era, Peeters, 2017, p. 273-296.

André Wénin, « Le jeu de l’ironie dramatique. L’exemple des récits de ruses et de tromperies », dans Daniel Marguerat et André Wénin (éd.), Saveurs du récit biblique, Paris, Bayard, 2012, p. 261-282.

Haut de page

Notes

1 Les travaux conduits par Catriona Seth et Rotraud von Kulessa ont contribué à enrichir la connaissance de l’auteure.

2 Les contes de Leprince de Beaumont furent notamment édités dans Le Cabinet des fées, ou Collection choisie des contes des fées, et autres contes merveilleux, t. XXXV, Genève et Paris, 1786.

3 Mot arabe passé en latin médiéval puis en français et désignant l’entrepôt de marchandises puis la boutique, il est passé en anglais sous la forme magazine. Par métaphore il en vient à désigner dans des titres d’abord puis de façon générique une publication périodique. The Gentleman’s Magazine (1731) d’Edward Cave est le premier périodique à porter un tel titre. Leprince de Beaumont s’en inspire pour l’éphémère Nouveau Magasin français (1750-1752), couramment appelé Magasin des dames, dont elle est l’éditrice.

4 Magasin des enfants, IVe dialogue, IIe journée, dans : Leprince 2008, p. 1009-1014.

5 Seule Lady Mary, en vertu de son jeune âge, conserve dans les éditions ultérieures son langage infantile. [Biancardi 2008, p. 944].

6 La conception de la nature est marquée au XVIIIe siècle par le passage de la curiosité comme concupiscentia oculorum à une vertu ou un « impératif moral ». Il faut désormais connaître (Fontenelle) ou contempler (Pluche) la nature. [Gipper 2006, p. 34-36]

7 Dans les Contes moraux, la fille de Mme d’Erlac ouvre un paquet qui ne lui est pas destiné : « fatale curiosité » qui aura des suites fâcheuses. [Leprince 1774, I, p. 231]

8 « Il faut avouer, que notre mère Ève était bien gourmande, d’avoir mangé de la pomme. Si elle avait obéi à Dieu, nous n’aurions pas la peine de travailler tous les jours ». [Leprince 2008, p. 1012]

9 On songe à la notion grecque de mètis, applicable à la pédagogie [Fabre 2008] ou aux intrigues bibliques [Wénin 2012].

10 « Les objets merveilleux, les talismans ne sont plus que les masques aisément décelables de métaphores lexicalisées de la vie morale » [Plagnol-Diéval 2003, p. 620].

11 À l’inverse, le conte de fées dilue la morale dans une fiction outrée. « Le peu de morale qu’on y a fait entrer, est noyé sous un merveilleux ridicule parce qu’il n’est pas joint nécessairement à la fin qu’on doit offrir aux enfants, l’acquisition des vertus, la correction des vices ». Magasin des enfants, Avertissement, p. 969.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Brucker, « De la paraphrase à l’herméneutique. L’histoire d’Adam dans le Magasin des enfants de Marie Leprince de Beaumont », ThéoRèmes [En ligne], 14 | 2019, mis en ligne le 19 août 2019, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/theoremes/2772

Haut de page

Auteur

Nicolas Brucker

Université de Lorraine, Écritures, EA 3943

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
ThéoRèmes – Enjeux des approches empiriques des religions est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page