Navigation – Plan du site

Les avatars de la Chute dans trois romans de Loys Masson (1915-1969)

Izabella Zatorska

Résumés

L’article entreprend l’examen du traitement littéraire de la matière biblique dans trois romans de Loys Masson, écrivain mauricien ayant passé les deux tiers de sa vie en France : Les Tortues (1956), Le Notaire des noirs (1961), Les Noces de la vanille (1962). Une définition du mythe littéraire, distingué du mythe biblique, est d’abord établie, puis appliquée aux narrations symboliques de ce poète et romancier communiste (de 1942 à 1948) et catholique, que son ami Claude Roy présentait comme un « Adam cherchant à rejeter sur Dieu la responsabilité de sa faute ».

Haut de page

Texte intégral

« Adam, je l’ai bien connu, il s’appelait Loys. » Claude Roy, Esquisse d’un portrait de Loys Masson

  • 1 Son île natale s’appelait au XVIIIe siècle Île de France, et depuis lors, devenue en 1810 colonie a (...)

1L’avatar, défini comme métamorphose ou transformation, est un état propre au récit biblique, dès lors que, devenu mythe littéraire, il connaît une palingenèse dans des transcriptions toujours renouvelées. Tantôt plus rationnelle, tantôt plus esthétique, l’intention qui l’anime trouve sa source dans une motivation soit herméneutique, soit ludique, soit combinant les deux [Wunenberger 1994, p. 50]. Examiner les métamorphoses du plus célèbre récit génésiaque dans l’œuvre de Loys Masson présente un intérêt majeur. Car Masson, arrivé d’une contrée mythique pour les Européens, l’Île Maurice1, a traqué dans les trois romans de sa maturité les principales apories de l’humanité et de son histoire : la blessure de la relation de l’homme à l’homme et de l’homme à Dieu, la consécutive inversion de l’ordre du monde et/ou de sa perception, la connaissance performative du bien et du mal, qui concourt à faire prospérer ce dernier dans le monde, dans l’individu et dans sa parole. Le bilan universaliste se nourrit de l’expérience particulière, le vécu motive la sélection et dirige l’interprétation des éléments de la séquence originelle.

Un homme blessé

  • 2 Pour la commodité des renvois, les références sont indiquées dans le corps du texte par les lettres (...)
  • 3 Hervé Masson (1919-1990), depuis 1949 établi en France, fut aussi journaliste et peintre, franc-maç (...)

2Arrivé en France à la veille de la Seconde Guerre mondiale, Loys Masson y passa le reste de sa vie. Jeune poète (à vingt-deux ans, en 1937, il publia son premier recueil), il avait débuté comme champion de boxe. Renvoyé de l’école pour un coup de trop visant un professeur, ce qui lui valut de poursuivre comme peseur de cannes à sucre, puis employé de banque, il débarqua en France avec la « drôle de guerre ». Trois de ses neuf romans écrits depuis la guerre seront examinés : Les Tortues (1956), Le Notaire des Noirs (1961), Les Noces de la Vanille (1962)2. Romans de la maturité, tous les trois offrent des analogies de construction et cet atout incontestable d’avoir été réédités donc rendus plus accessibles que ses autres productions. Car son œuvre, comme celle de ses deux frères écrivains, André et Hervé3, est tombée dans l’oubli, si bien qu’à part Jean-Michel Racault, personne n’a parlé ou écrit sur lui, du moins dans les éditions ou médias d’envergure nationale ou mondiale.

  • 4 France Slaweski, probablement l’époux de Marguerite et père de sept filles dont Paula serait l’aîné (...)
  • 5 Le premier, L’Étoile et la clé (1945), fait allusion à l’emblème de Maurice, accompagné de la devis (...)

3Et pourtant, dans ses romans Loys Masson accueille un imaginaire souffrant et maladif, sinon malsain, dans lequel la seconde moitié du XXe siècle pourrait bien se mirer. L’écrivain faisant partie d’une minorité franco-mauricienne (2% de la population insulaire aujourd’hui), nostalgique de ses anciennes gloires, il aurait été marqué par un double handicap : celui dont son père avait pâti, car la maladresse dans les affaires, présentée comme une malchance, l’aurait poussé vers la boisson, et celui dont il souffrit lui-même. Sous l’occupation, il avait publié des poésies dans les revues Esprit et Temps nouveau. Ressortissant britannique en tant que Mauricien, donc en situation irrégulière dans la France occupée, il dut alors se cacher. Avec sa femme, Paula Slaweska (Sławska ?4), correspondante de sa sœur à lui et connue à Tours pendant l’exode de 1940, il se réfugia pour un an dans un château abandonné en Touraine – châtelet de Thilouze – séjour qui devait inspirer son troisième roman, La Douve (1957)5. Après la Libération, il devint secrétaire général du Comité national des écrivains. Dans l’Esquisse d’un portrait de Loys Masson, jointe à la réédition des Tortues (TT, p. III-XIX), son ami Claude Roy le présente comme chassé de l’Éden de l’enfance par les incursions d’un huissier venu confisquer la maison familiale, ensuite séparé du jardin de l’île tropicale pour vivre la guerre en France, et réduit à la clandestinité sous l’occupation. Après la guerre, dramaturge souvent produit à la radio, grâce au soutien des amis, il aurait fini dans la précarité. Ce romancier et poète catholique et communiste (membre du PCF clandestin dès 1942), marginalisé par l’Église et proscrit par les « camarades » qu’il avait désavoués après les premières révélations des crimes staliniens en 1948, ferait penser, selon Claude Roy, à un Adam cherchant à rejeter sur Dieu la responsabilité de sa faute.

4Il pose en face de lui son Dieu pour le blasphémer avec rage : « Père mon Père qui es aux cieux oh grande pieuvre sans visage […] tu me hais de tout l’éclat de ton amour, tu me hais…………/ Oh, Père par toi-même damné dans la damnation de tes enfants, Père pourrissant. »

5Au bout du chemin des croix et des supplices, il semble parfois que Loys ne « concevait » plus un Dieu pour avoir quelqu’un à supplier, sinon remercier (de quoi ?), ni pour connaître quelqu’un à implorer de lui accorder sa grâce. Mais tout se passait comme si son dernier recours, c’était d’avoir quelqu’un à accuser. Job sur son fumier a tout perdu. Tout ? Sauf peut-être la ressource de transférer sa culpabilité sur l’ultime coupable. Sauf la ressource dernière de la dernière innocence : si Dieu existait, la faute alors serait sienne, et le péché originel assumé par l’ordinateur [sic] de tout. […] Les damnés n’ont qu’une seule joie : savoir qu’un Juge les a damnés, et condamnés. [TT, p. XVII-XVIII]

6Manifestement, chez lui, le sentiment de culpabilité s’efface devant la souffrance d’un amour blessé, car trompé dans sa confiance d’être préservé de toute faute grave. Lui, qui se croyait innocent, car il soupirait après l’innocence dans les autres, non seulement voit les autres coupables, mais encore – comme tel de ses protagonistes ⎼ il doit reconnaître que ses propres dérogations pourront se montrer plus maléfiques que celles du géniteur ou de quelque autre personnage qui le remplace, tel Bazire, l’ami du narrateur, figure paternelle et figure divine.

  • 6 L’explication par le « roman familial », dans le style de Marthe Robert, montre vite ses limites : (...)

7La conscience du péché originel, qui écrase la beauté de la Création, rappelle la théologie augustinienne sous l’emprise de laquelle les héros de Masson demeurent, et qui les tient enfermés comme dans une prison métaphysique. Le père déveinard et songe-creux, traqué par l’huissier, suffit-il pour expliquer pourquoi Loys Masson semble vouloir rejeter sa disgrâce sur son Créateur ? En tout cas, les pères ou leurs doubles, comme le capitaine Eckardt des Tortues, veules et peureux, semblent avoir hérité de la faiblesse du père de Loys6.

Du récit biblique au mythe littéraire intime

  • 7 « L’eiségèse (terme issu de εισαγωγή, insertion, en grec) consiste en une lecture subjective du tex (...)
  • 8 Je préfère le terme ‘matière’ au terme ‘mythe’. Je m’en explique plus loin.
  • 9 Le mythe littéraire, introduit dans la mytho-critique par Pierre Albouy [1969, p. 7], se caractéris (...)
  • 10 Voire le contraire lorsque, par le flirt de son père avec Mlle Solange, institutrice à Tamatave, le (...)
  • 11 La confiance sécurisante, avec l’idée d’un paradis perdu, est évoquée dans Les Tortues comme dans L (...)

8Le péché originel ⎼ ou faute du premier homme ⎼ jamais évoqué dans le récit original de la Chute, ne reçoit-il pas ainsi une nouvelle interprétation ? L’exégèse personnelle ⎼ ou eiségèse7 ⎼ fait de la matière biblique8 un mythe intime, élevé au rang de mythe littéraire9. Tout commence par l’inaction et le mutisme quand il faut contredire et agir : le silence d’Adam devant Ève qui s’entretient avec le serpent et mord dans le fruit qu’elle lui tend ensuite [Gn 3, 1-6 ; Lemanski 2005, p. 249, 255] ; la coupable passivité de l’homme rejoint par la femme, à la fin de l’histoire racontée dans Les Noces de la vanille ; la négligence des Payet, les parents de Marie-Thérèse, qui coûtera la vie à leur fille, tout comme, au début, celle des parents du narrateur marquera celui-ci du sceau du malheur10. Dans le roman de 1956, éliminé par la mort, le père du narrateur n’avait péché que par l’absence de sensibilité au problème symbolique présent chez son rejeton (la haine vs la peur des tortues)11. Le péché – dénotation augustinienne – consiste ailleurs à ne pas savoir s’abstenir de parler : « L’idée va et vient dans ma tête : je suis en train d’attenter à la pureté première, je refais le péché originel », constate le clerc de notaire, sur le point d’anéantir les illusions du petit André sur une « Dent de Baleine » mirifique [NN 841].

  • 12 Dans Aspects du mythe, Gallimard, « Idées/NRF », n° 32, p. 15.
  • 13 D’autres chercheurs s’y joignent [Kuźma 1986, p. 56-58 ; Sellier 1984, p. 115-116], même si Northro (...)
  • 14 Ne pas confondre ce dernier sens d’anti-mythe (récit démythifiant) avec le contre-mythe défini aprè (...)

9Pour parler du mythe, je retiendrai la définition de Pierre Brunel, reprenant celle de Mircea Eliade12 : « Le mythe raconte une histoire sacrée ; il relate un événement qui a eu lieu dans le temps primordial, le temps fabuleux des ‘commencements’ » [Brunel 1992, p. 59]. Pierre Cazier la complète ainsi : « le mythe est le récit de ce qui s’est passé au commencement et qui a fondé le monde actuel, dont il donne l’explication religieuse. C’est donc le discours vrai par excellence, parce qu’il décrit la vérité la plus profonde qui transcende le réel sans l’abolir » [Cazier 1994, p. 57]. Mais la matière biblique, particulièrement dans ses récits, est-elle assimilable au mythe ? Sur l’application du terme « mythe » à la matière biblique, je pencherais pour les arguments cités par le Père Kudasiewicz [1965, p. 267-269 ; 1986, p. 215-223] et réaffirmés par André Dabezies [2004, p. 9-13], entre autres13. Selon le premier, l’Ancien Testament représente, plutôt qu’un recueil de mythes, un long processus de démythification. Reste le mythe en tant que genre littéraire, mais retravaillé dans le sens ci-dessus : il est alors lui-même mis au service de la démythification. Ainsi, dans l’Ancien Testament notamment, il s’agirait plutôt d’une attitude anti-mythologique [Kudasiewicz 1965, p. 269]14.

10Mythe paradoxal donc que celui qu’un écrivain tire de la Bible, soit qu’il abolisse – par la force ou l’autorité des Écritures – les autres récits d’origine, soit qu’il offre, au gré d’une inspiration moderne, les moyens de sa propre démythification. Celle-ci, dans les trois romans en question, semble préparée par le renversement que subit la figure de tentateur, doublée de celle du justicier, rôle traditionnellement réservé à Dieu.

  • 15 Je reprends à Nicolas Brucker [Brucker 2017, p. 190-192] cette allusion à la parabole de l’Évangile (...)
  • 16 Au physique, Esparon, grand et au visage allongé, évoque le cheval, sa voix surtout est traitée de (...)

11Qui sont les tentateurs dans les trois cas ? L’ami ou ennemi Bazire, amoureux des tortues que le narrateur abhorre et détruit ? Aline Bruckner, sirène échouée, dont l’amour adultérin envenime la relation entre le futur « notaire des Noirs » et le « capitaine » son époux, au point que le fragile André paye pour les trois ? Édouard Esparon, « l’intendant infidèle »15, est tantôt désigné comme diable, par le gamin délirant (NV 42), voire comme Satan, lorsqu’il cherche à apitoyer les enfants sur son sort (NV 85-86), tantôt reconnu pour un Satan métamorphosé en archange par les soins de Dieu, qui prive ainsi le héros de tout espoir de salut (NV 166)16.

  • 17 Ni l’arbre ni les fruits n’ont été interdits par le Créateur. Les hommes n’ont pas davantage été te (...)

12Analysant le récit de la Chute, « l’un des plus célèbres et des plus féconds de la Bible », Cécile Hussher fait observer l’inversion de la situation initiale du premier couple, « blessé dans sa nature », même si une rupture absolue n’a pas eu lieu : « chassés d’Éden, Adam et Ève vivent encore dans une certaine proximité avec Dieu, proximité refusée à Caïn après le fratricide » [Hussher 2016, p. 556 et 558]. La honte et la peur qu’aussitôt après leur faute ils éprouvent à l’approche du Créateur, sentiments opposés à la confiance qu’ils manifestaient l’un envers l’autre (nudité acceptée) et envers le Père (transparence), confirment que la blessure résultant de la Chute affecte non seulement la relation de l’homme avec son semblable (devenu l’autre), mais aussi celle qui les lie à Dieu. L’expulsion du jardin, loin d’être une punition, pourrait être regardée comme exprimant le souci de protéger, moins le Créateur que les hommes, appâtés peut-être par l’arbre de vie [ibid.]17. La voir comme agression du Tout-puissant envers sa créature témoigne d’une perception brouillée par le remords tourné en ressentiment, tout comme transférer sur Dieu la responsabilité de son échec par l’écrivain-Adam, dans le témoignage de Claude Roy sur son ami. Masson aurait-il gratifié ses protagonistes du malaise que lui-même éprouvait ?

Une chronologie à rebours

  • 18 Tout comme dans l’épisode du plaisir solitaire, l’initiation sexuelle dans les bras de Marie-Thérès (...)
  • 19 Explicitement, dans l’interrogation autour de l’interdit touchant l’arbre de la connaissance, et im (...)
  • 20 Cette prière est dédicacée « à Guy Mamet, prêtre du vrai Christ » ; par quoi Masson entend un prêtr (...)

13Ce qui rapproche les différentes reprises du récit de la Chute dans les romans de Masson, c’est, plus que l’inversion évoquée plus haut ⎼ innocence donc confiance vs honte donc peur18 ⎼ la forte structuration autour d’un avant et d’un après qui est typique du mythe édénique [Wajeman 2016, p. 35]. Mais la chronologie sur cet axe est régulièrement inversée elle aussi : chaque roman se construit sur une rétrospection que le narrateur ⎼ auto-diégétique car il est le héros principal de son propre récit ⎼ entreprend comme pour se libérer, plus ou moins sciemment, d’un remords qui le ronge jusqu’à le rendre sinon malade (TT), voire dangereux (NV), du moins pitoyable (NN). L’inversion due à l’état post lapsum se double alors d’amplification, les deux figures préférées de Satan passé maître en rhétorique [Lemanski 2005, p. 244-246]19, dans la scène de la tentation notamment [Gn 3, 1-6]. Les circonstances du soliloque narratif – l’imminence de la mort, d’une mort violente même (sauf dans NN) – risquent de faire tourner court ce qui pourrait être une confession du pécheur suivie de son repentir. Cette confession manquée a priori semble emblématique de l’état d’esprit du héros-narrateur, de l’homme ayant traversé la Seconde Guerre mondiale : son paradis perdu est séparé du présent par une zone infernale dont il doute de pouvoir jamais sortir. Paradoxalement, dans ses poésies créées sous l’occupation, Masson proférait un reste d’espérance. Parmi les Poèmes d’ici (1943), il y en a un intitulé « Prière sur la France »20. Même si le moi se plaint de voir le pays abandonné par le Christ lui-même, il le fait avec des accents de lamentation connus du Psaume 80 :

Qu’est devenue ma patrie ? L’as-tu bannie ? / L’as-tu livrée aux paillards pour des siècles de té-/nèbres au bas de murs couvant l’esclavage / Et ne sera-ce plus ce blé tendre sur l’été des nations / quand elles baignaient dans ton regard humide [d’]amitié ? / Te détournes-tu, Christ ? [PI 21]

14Dans la suite, le moi suggère que le Christ peut se reconnaître dans la terre de France et ses habitants : « Christ vois la face ta face de France souffletée par les manants : couverte de crachats du faux-amour » [PI 22]. L’apaisement final montre qu’il est encore possible de recouvrer l’alliance par analogie – de nature et de destin – entre le Fils de Dieu et les fils des hommes. Au milieu des horreurs de la guerre affleure à l’horizon l’espérance en une liberté à protéger et à reconstruire en dépit des « mains coupées » [PI 24] ; mais serait-elle à portée d’une Europe émergée dans la paix ? La situation du narrateur des Noces de la vanille – le seul des trois romans dont le temps de la narration recoupe le temps de la publication (le début des années soixante) – nous en fait douter. Sur son chemin de retour au paradis d’enfance et d’amour innocent se présente l’obstacle de l’ombre de l’intendant Esparon, revenu en maquisard Manolo. Si bien que le narrateur-héros se persuade : « Je savais, je sais depuis toujours qu’Esparon sera d’une façon ou d’une autre présent lors de mon dernier soupir. C’est écrit. Le visage d’Esparon au moins […] un peu d’humain perdu dans la grimace » [NV 7], laquelle rappelle celle du Malin. Le cordon du Mal se referme même si Satan prend l’apparence de l’archange [NV 166].

Le huis-clos du péché

15Emboîtée dans un récit construit sur l’anaphore, la séquence biblique (tentation-chute-punition) fonctionne donc à rebours ; la blessure, suite de l’écart, se montre d’emblée définie moyennant quelques ellipses ou une métaphore :

Nous avons été, je crois bien, à bord de la Rose de Mahé, les derniers vrais aventuriers de ce coin du monde. Maintenant j’en ai fini avec la mer. Le lui ai tourné le dos, à jamais. […] J’habite dans les collines, au milieu des vanilliers. […] Les planteurs m’apprécient […] ils savent que j’en serai le bon gardien en mes bons jours. J’en ai de mauvais où je bois, où j’ai même de terribles crises ; mais on me pardonne à cause de mes malheurs… [TT 9]

16Le mot clé tombe à la fin : encore que le pluriel serve d’euphémisme. Dans Le Notaire des Noirs, la chute du premier paragraphe nous informe que le narrateur dédie son orgueil d’un héros manqué à la mémoire d’un enfant, tel « [son] bouquet tombal » [NN 825]. L’inversion temporelle (anaphore) tourne en son contraire : l’annonce de la mort qui devait emporter André. Au souvenir du gosse le narrateur dédie le reste de sa vie et son récit, confession voilée. Le narrateur des Noces de la vanille – maquisard en Nouvelle-Calédonie – réunit les deux procédés en son début : une ellipse et une anaphore qui devient prolepse.

La petite fille transparente et qui ne sourit que par exception sort de ma tête – de ma tête d’aujourd’hui. C’est bien davantage qu’une repossession des jours enfuis par la mémoire. Elle se forme, on dirait, du bruit de mon sang, du poids de fatigue ou d’élan de mes muscles. Elle émerge de l’invisible et j’ai l’impression de la toucher. Le temps d’un battement de paupières à peine, elle devient réelle. Un moment immobile ; […] puis elle remue par brefs frissons, de cette manière qu’a une abeille engluée pour se sécher et recouvrer ses ailes, et alors le paysage reprend sa physionomie d’autrefois, je quitte mon corps pour mon corps d’enfant demeuré présent, je vais avec l’enfant que j’aimais, parmi les caféiers sauvages ou dans le vétiver que nous cueillons pour embaumer nos maisons. [NV 7]

  • 21 Tel le « mal solitaire » auquel le jeune héros-narrateur des Noces s’est livré et qui lui a valu l’ (...)

17La chute du récit (de la Chute), placée en introduction de l’histoire, en appelle à la cause du drame, et y prépare tout en l’annonçant. Cause finale21, celle-ci pèse d’un poids de fatalité sur le présent du narrateur, déterminé par son passé, coupable, même si dans la motivation du souvenir domine le plaisir mélancolique de l’innocence perdue – par la souillure sexuelle due à un tiers importun, l’intendant Esparon, témoin parjure des amours juvéniles entre le narrateur et Marie-Thérèse, finalement morte en couches (NV), ou par l’indiscrétion vindicative du narrateur lui-même lorsque, l’esprit troublé par un amour adultère, il ne sait pas protéger contre la vérité atroce un gamin confiant et fragile (NN). Seul le narrateur du premier roman évoqué voit son bonheur dans les années d’aventure, car son enfance s’avère perturbée par l’aversion obsédante et sadique qu’il nourrit envers l’animal éponyme, la tortue [TT 12-14].

J’étais beau garçon et j’aimais mon visage. À cinquante-neuf ans bientôt je m’en souviens comme d’un rêve d’éden. Les filles des ports m’étaient acquises sans marchandage. L’amitié, la confiance, allaient aisément vers moi. Aujourd’hui, j’ai cette passoire en guise de front et je serais objet de totale horreur si je ne me rachetais par ma bonté. Mais elle est comme cassée – peureuse et tatillonne. / Temps passé, et la punition qui ne sera pas levée ! Je vois une tortue et chaque trou de la variole dans ma figure se remplit. Tout éclate à nouveau, tout brûle et hurle… [TT 12]

18L’inversion temporelle par sa logique invertie amène le héros-narrateur des Noces à décider de tuer Esparon avec un revolver volé à son père : Adam précoce, il se prépare à devenir un Caïn manqué. C’est dans une prise de conscience dont la nature (souillée ? démoniaque ?) participe, dans un délire révélateur de l’enchevêtrement des faits depuis son premier plaisir solitaire, que l’amant de Marie-Thérèse saisit l’énormité de l’appétit pédophile d’Esparon, nourri de son drame personnel ancien.

⎼ Tu moissonnes ce que tu as semé. / ⎼ Il a sexuellement besoin de vous. Ne vous méprenez pas : il attend de vous les pires choses ; il exigera les pires choses… / ⎼ Il aime Marie-Thérèse, tu ne l’as donc pas compris ? Il s’excite d’elle. Il faut que tu le tues, sinon c’est lui qui te réglera ton compte. / Chacune de ces têtes de mystère et de secret : ⎼ Il faut, il faut que tu le tues… [NV 103]

19Témoin et agent du mal par la connaissance du méfait qu’il pourrait faire jouer contre le héros narrateur, Esparon se montre autre que tentateur : un régisseur malgré lui de la malédiction, à qui, veuf pitoyable qui finit ses jours à l’Hospice, le père de la jeune femme peut pardonner. Le mystère plane sur l’origine du mal : la nature (« on ne protège les petites tiges du vent du cyclone », se résigne le père [NV 166]), « une circonstance particulière », ce qui suppose une disposition intérieure dans la nature humaine [NV 165].

Vers une proto-genèse du mal : le serpent, avatar de la tortue ?

20Dans les trois romans, certaines conditions de la réalité fictionnelle, répétitives, peuvent faire penser à l’histoire biblique post factum. D’abord, il s’agirait de trois dispositions émotives, traces d’un état de félicité disparu mais qui commande la recherche de l’innocence première, réelle ou mythifiée, et qui fait s’installer une nostalgie du passé chez le narrateur, dès l’ouverture de son récit ; mais cette nostalgie même ne peut rien contre un désarroi ou une angoisse portés par le présent ; état aggravé par une double aliénation, de soi-même et de ses proches : eux comme lui-même représentent une énigme aux yeux du narrateur.

21D’autres points communs entre les trois romans concernent la situation du narrateur-héros par rapport à l’histoire racontée, la nature de l’espace huis-clos où il évolue, enfin le conflit au plus intime de lui-même et des rapports avec ses proches ou amis [Dussert 2000, en ligne] : chaque relation dévoile une différence perçue comme douloureuse, preuve de la connaissance du mal déjà acquise, telle la nudité du premier couple, révélatrice non seulement de la spécificité sexuelle jugée honteuse par lui, mais surtout de la nature vulnérable et dépendante de l’homme [Lemanski 2005, p. 248].

22Le narrateur des Tortues, inspiré par les contes de « [sa] vieille bonne, Argentine, une négresse du Natal » sur l’origine de l’arc-en-ciel (« le diadème d’Adam venant pleurer dans chaque ondée son paradis perdu » [TT 15-16]), fait, pendant la saison des pluies, un rêve qui tourne au cauchemar : « Je marchais vers l’arc-en-ciel, vers Adam douloureux – vers les eucalyptus qui le cachaient ; et tout à coup je m’enfonçais […] comme dans un sable mouvant, sans la possibilité d’un geste ou d’un cri. » [TT 16] Il finit par se voir exposé à une agression générale des tortues dont tout ce qui l’environne, à commencer par un papang ou épervier du Sud, reçoit l’apparence. L’angoisse confinée au monde onirique disparaît avec la fin d’adolescence.

23Mais qu’est-ce alors que la tortue, sinon un mal dissimulé au fond de la nature, dont le serpent ne sera qu’une émanation rangée, codifiée, qui en appelle à l’intervention du Rédempteur [TT 14-15]. Rien de tel pour les hommes, comme le narrateur, livrés à la promiscuité des tortues. Animal symbolique, de quoi Masson l’a-t-il rendu l’emblème ?

24L’angoisse du narrateur embrasse les reptiles éponymes et son vieil ami Bazire, qui les aime et leur ressemble, tout en désespérant le héros par ses visites de tous les ans. Le mal que les animaux incarnent à ses yeux précède la chute ; il niche au fond de la création. Avatar du serpent en tant qu’emblème de Satan, la tortue est déclarée « du monde obscur, qui n’a pas senti grandir [en lui] la confiance envers son auteur » :

Il y a pour moi, chez moi, c’est indubitable, un lien de cause à effet entre la tortue et le malheur. […] Il y a du Satan en elle, et du pire : l’humilié, le fermé comme poing et pierre. [TT 14]

  • 22 Le chiffre sept, depuis l’Égypte ancienne jusqu’à la culture sémitique, figure la puissance créatri (...)

25Dans le prolongement, le narrateur décrit l’accouplement de l’espèce : on dirait une catastrophe cosmique [TT 15]. Le délire du narrateur, malade de la variole au point culminant de son histoire, et sur le point de mourir, vers la fin du récit-cadre, d’un cancer à l’estomac semble-t-il, justifierait son catastrophisme. Les moindres détails prennent alors une forte valeur symbolique. Ainsi, durant l’ultime traversée d’il y a trente ans, les tortues, Bazire et un chandelier à sept branches – ce dernier surgissant en pleine mer dans les visions du jeune angoissé – se voient assignés de sens respectifs : agents et régisseurs du mal pour les deux premiers, signe avertisseur pour le dernier22. L’ambivalence de Bazire se reflète dans celle du narrateur, sauvé du navire incendié. « Généreux envers les gens, les bêtes », « serviable » aux yeux des autres, « charitable envers chacun » [TT 10-11], le narrateur oppose à cette norme diurne sa face nocturne, passionnelle, déformée par la grimace de la haine :

Où je trouve une tortue, je la détruis. […] Je la cale avec des pierres, longuement, de telle façon qu’elle ne puisse se retourner […]. Millimètre après millimètre j’introduis mon canif dans la membrane assez molle qui lui recouvre le ventre. Je transpire lourd. Je suis heureux. J’enfonce la lame juste assez pour que ce soit une blessure mortelle mais lente. Dans cette plaie le soleil se glissera […], il saccagera le corps, montant à mesure vers le cœur, vers les déserts de la soif de l’estomac […]. Je sais cela. C’est presque comme si je le vivais. [TT 12-13]

26La chasse au Malin, reconnu sous la carapace minérale, entraîne l’homme à faire le mal. Si une seule tortue en réchappe, il tombe malade, et, semble-t-il, de la même maladie (la variole) qui avait autrefois sévi à bord du Rose de Mahé, bateau de contrebandiers transformé en radeau de La Méduse, châtié par la peste et l’incendie, souvenir qui nourrit un nouveau cauchemar du narrateur. Il confirme l’activation du principe d’analogie pour ceux qui côtoient le mal. Le narrateur, actualisant la condition tragique du pécheur, cherche d’abord à la rationaliser, créant une association entre les tortues « monstrueuses » par leur taille, transportées autrefois par le Rose de Mahé, et son propre visage défiguré, ridé et couvert d’aspérités, en conséquence de la variole dont il fut l’unique malade rétabli, comme Bazire fut l’unique matelot préservé de la contagion : identification qui suggère une expiation de ses fautes vécue sinon acceptée. Mais de quelles fautes peut-il bien s’agir ?

27Dans ce temps reculé – le début de la croisière tragique du Rose de Mahé date de novembre 1904 [TT 19] – le narrateur cherche en vain à prévenir un mal qui l’assaille depuis son enfance, comme il l’explique à l’orée du récit : l’association de la tortue à Satan y trouve une motivation d’ordre métaphysique. Car l’origine de la répulsion, que les tortues entrevues dans des cauchemars nocturnes avaient inspirée au narrateur enfant, tout en restant obscure, n’en semble pas moins engager la responsabilité d’un « Dieu encore douloureusement présent dans sa création et à qui le besoin de défaire pouvait à tout instant venir, comme on va d’un côté sur l’autre dans le sommeil ou à des gestes irraisonnés dans la passion » [TT 14].

28Présentée par le narrateur comme dans un anti-poème de la création, la tortue avec sa carapace paraît pire que le serpent : « Serpent qui se cache d’être serpent. Diable sous masque de mendicité. Faux Job. Sisyphe pire, qui transporte » [TT 14-15]. On dirait qu’une proto-genèse s’ébauche, en dessous de celle connue de la Bible, qui rappellerait à l’homme sa vocation primitive à un mal irrémissible, et dont la tortue serait un souvenir : « des yeux qui semblent avoir regardé déjà, avoir déjà vu avant le Temps » [TT 15]. Ainsi son voyage initiatique révèle au narrateur la fatalité d’un mal dont rien, sinon la mort, ne saurait le libérer. La tortue serait-elle un symbole (signe visible) de cette pente au péché que l’augustinisme de Loys Masson ne cesse de souligner ? Mais d’où cet augustinisme lui serait-il venu ? Quelle fonction le romancier lui aurait-il prescrite ? Celle de servir d’alibi à l’absence de courage ? Car le narrateur n’a ni la force de se repentir ni celle de se révolter. Contre son angoisse, il n’a que l’alcool. Comme Loys, qui, à l’époque des Tortues, semble encore l’heureux père d’un fils reçu comme cadeau tardif de la Providence ? La sadique chasse aux tortues, qui à la fin deviendra un délire de destruction (« un démon de destruction que je connaissais trop bien autrefois » [TT 281]), ne parvient pas à le libérer. Il est déjà prêt à tourner le fer contre lui-même, avant le retour de Bazire à qui il livre aussi une espèce de chasse, comme si c’était sa dernière chance :

J’ai peur, je me demande si Bazire ne me voue pas seulement une fidélité que je comprends mal. Qui fera en moi la clarté ? Mais, aussi, qui m’expliquera le passé […] ? Bazire est-il fou ? […] – Non, il convoite mon âme, voilà la vérité. Il la convoite et c’est le dernier jour de notre lutte. Lui, ou moi : il n’y a pas de dilemme. [TT 285]

29Une compréhension erronée, une connaissance brouillée, voilà le lot d’une conscience en peine du bien et du mal. La performance de connaître, au sens hébraïque, entraînant la pratique de l’objet de la connaissance, celle du bien comme du mal, confond l’homme au cœur d’une obscure ambivalence dont ses relations pâtissent tout comme le langage employé pour les nouer ou les dénouer.

La Dent de Baleine, avatar de l’arbre de la connaissance

30Le neveu d’Émile Galantie, jeune clerc de notaire, devenu le « notaire des Noirs » éponyme, semblerait un narrateur plus sympathique que celui des Tortues, sans un mesquin fond d’égoïsme, qui l’empêche de faire du bien quand il cherche à éviter le mal, et vice versa, qui le pousse au pire quand il souhaiterait aider le très jeune être que ses oncle et tante lui ont confié. Les Galantie, devenus tuteurs malgré eux, remuent le couteau dans la plaie lorsqu’ils parlent à André Joliet, à sept ans quasi orphelin, de la situation de son père, un alcoolique poursuivi pour dettes, que le gamin entoure d’un nimbe d’héroïsme : pour lui, c’est un « révolutionnaire » épousant la cause des travailleurs engagés et pour cela persécuté, obligé de s’exiler à Madagascar. Enfant abandonné par sa mère, une « gourgandine », le petit tient à cette légende paternelle au point de l’imposer à qui voudrait se dire son ami : le jeune narrateur d’abord, le capitaine Bruckner, heureux rival dans cette amitié, ensuite. Piteusement, c’est la jalousie devant le succès du capitaine auprès du garçon qui poussera le jeune amant de Mme Bruckner à détruire, sous prétexte d’avoir peur d’une démystification trop cruelle pour le petit, les premières illusions grâce auxquelles André pouvait survivre dans un milieu hostile à tout ce qui lui avait été cher.

Qui donc lui avait parlé de dent de baleine ? « La Dent de Baleine du capitaine Bruckner ». […] On avait laissé dire. N’était-ce pas Moby Dick à domicile ? Régi par la fabuleuse « Dent de Baleine », le monde devenait prometteur de miracles. Pourquoi Fernand Joliet ne rentrerait-il pas bientôt d’exil, riche et heureux ? Le royal esprit des mers pouvait tout, qui avait permis au capitaine, notre ami, de capturer et de tuer Léviathan, et de garder une de ses dents en témoignage de la prouesse. Bruckner était son ange bien-aimé, l’infaillible intercesseur, le bon magicien. [NN 837]

31Le narrateur, en serpent débonnaire, est plus d’une fois tenté de détruire cette illusion, mais il a pitié d’André : « Cette main dans ma main, chaude et qui tremble par instants. Je pense à un oiseau captif. André doit avoir un peu de fièvre. C’est mon inquiétude quotidienne : il est toujours si pâle ! » [NN 838] Pourtant, dans un accès de rage, contre lui-même d’abord, déferlant sur Aline Bruckner et son mari, il finira par enlever à la dent son prestige. Finalement c’est à qui des deux amis du garçon prendra le devant pour mettre fin à l’illusion, sans pourtant détruire l’enfant lui-même : impossible ?

Et dans le regard d’André une lumière a levé l’ancre, cette lumière d’enfance qu’on vient d’évoquer. Je la vois qui s’éloigne, une voile, une vapeur de candeur, un triste plaisir de Dieu. Reviens, reviens ! Elle s’engage dans le passe, le vent souffle du nord, elle aura bientôt disparu. Je devrais faire taire le capitaine Bruckner, mais il n’en est plus temps. [NN 844]

32Complices ou à peu près, le narrateur, Aline et le capitaine le seront d’avoir attenté à la pureté des rêves d’enfant qui l’avaient protégé contre la mort, rien que pour régler les comptes entre leurs amours-propres mâles : « À toute volée la vie lance la graine de mort. La terre des candeurs saccagées est si fertile ! Si atrocement, abominablement fertile ! » [NN 846] Les amours du jeune clerc avec Aline Bruckner, relation frelatée, avaient été « une offense à [la] clarté d’enfant » ; « notre présence à ses côtés, c’étaient des immondices jetées dans l’eau d’une source », reconnaît le narrateur [NN 847]. Au temps du récit, son ex-maîtresse vit « depuis douze ans en Angleterre », probablement douze ans aussi se sont écoulés depuis la mort du capitaine ; beaucoup plus depuis la mort d’André. C’est le fantôme du capitaine, ressuscité des souvenirs-remords, qui accuse le narrateur d’avoir contribué le premier à livrer le gamin à la brutalité de la désillusion qu’un peu de poésie, distillée par les contes du « vieux Bruckner », l’aurait aidé à surmonter [NN 849-850]. Finalement, le récit de l’échec relatif de sa vie – « Je n’ai aimé qu’Aline Bruckner et je n’ai eu d’enfant que mon enfant mort : l’homme des deux absences » [NN 940] – devient, selon la parole initiale du narrateur, « [son] bouquet tombal » qu’il « dédie à l’enfant » [NN 825]. Un rachat plus efficace, croit-il, qu’un crédit procuré au père d’André, désormais « rangé » ; mais son nouveau fils « se révéla incapable de tenir ses engagements comme je l’avais prévu, je pris sa dette à ma charge. Je ne le faisais pas par charité. Peut-être avais-je l’impression de lui acheter mon petit mort, maintenant qu’il l’avait remplacé ? » [NN 941] Remplacé auprès de son père, pas dans le cœur du narrateur : « Lors de l’enterrement d’André je me suis juré d’être ce révolutionnaire qu’il avait si désespérément attendu » [ibid.].

33Une grâce aurait donc pu suivre le repentir et le rachat ? Mais le mal fait est-il possible à racheter, le petit mort à ressusciter ? La générosité même du notaire des Noirs ne fait objet que de la dérision pitoyable dans son propre milieu.

Chute d’avant la Chute : la grâce impossible

34Un souvenir aussi douloureux, car associé à une perte, est conservé dans la mémoire (ambulante) du narrateur des Noces de la vanille. Embarqué à l’aventure, le héros revient à « La Morelle » après neuf années d’absence, en 1939 donc, l’année même du départ de Masson pour l’Europe. Asthmatique – comme le fut André Joliet – et atteint du paludisme après le déménagement, le malheureux « fiancé de la vanille » souffre d’abord de la culpabilité de l’enfant qui avait fauté au fond d’une ravine infernale au mépris des leçons reçues de l’abbé Meurin, à Madagascar : « Des boutons me sont venus, au bras [sic] du cou et sur le front et sur les joues. On dit chez nous que c’est le sceau du démon sur les jeunes garçons qui commencent à avoir des tentations. Chaque jour je m’inquiète davantage, me demandant quel projet nourrit mon ennemi » [NV 41]. « Ennemi », tel est bien le nom réservé à Esparon, intendant spécialisé en fécondation des fleurs de la vanille : ce trait le rattache au narrateur des Tortues, initié au même secret de la procréation d’un règne inférieur à l’homo sapiens. Pacifique durant la période de la floraison ou « les noces de la vanille », Esparon devient saoulard, encore comme le narrateur des Tortues, méritant par-là l’association démoniaque qui finira par lui faire incarner une fatalité tragique tant soit peu grotesque. L’avertissement retenu de l’abbé Meurin en rajoute : « Celui qui s’est livré au démon finit par le voir au moment où il s’y attend le moins. Je l’ai vu lorsque j’étais gamin. C’était un monsieur comme un autre, seulement un peu bizarre […] » [NV 31]. La Chute précède la tentation et même l’avertissement. On y est comme prédestiné. Le mal sous-entendu affleure et pervertit le présent.

35Marie-Thérèse mourra en couches des œuvres d’Esparon. Consentante ? Probablement, puisque cette créole n’a jamais répondu aux lettres de son fiancé devant qui Esparon avait juré, sur la mémoire de sa fiancée à lui, mariée avec un riche, de protéger la jeune Payet et de la garder intacte jusqu’au retour du narrateur ; il est vrai qu’il a prêté serment de manière à soulever de nombreux doutes [NV 150-151]. Énigme en tout cas que cette fille, de même que Manolo, car comment expliquer sa ressemblance avec Esparon ? Elle en devient presque métaphysique, comme la haine des tortues dans l’autre récit : elle pousse le narrateur à un attentat (manqué) contre Esparon autrefois, à présent contre Manolo. Par conséquent, il sera désigné par le tribunal militaire des maquis pour une mission impossible. Juste avant, dans les derniers alinéas du récit, il fait sa prière du désespéré :

Mon Dieu, mon Dieu, suis-je certain de ne pas trahir ? De ne pas trahir, pour effacer enfin ce visage de la terre ? / Chacun naît en puissance d’un paradis terrestre. Chacun le perd. Mais Satan qui me l’a fait perdre jadis est aujourd’hui devenu archange par vos soins. Que vous ai-je donc fait, mon Dieu ? Qu’avais-je fait à ce visage-là ? [NV 166]

À l’écart de la Rédemption

36Le narrateur se voit refusé ce qui devrait aller de soi si l’on évoque la Chute et l’exil de l’Éden. L’amendement concerne le tentateur, mais pas le pécheur. Comme si la miséricorde était allée vers l’agent du mal et non vers sa victime. Les repères sont brouillés : Manolo semble au narrateur « diable devenu Christ », métamorphosé en « Esparon du ciel » [NV 159 et 160 ; Racault 2007, p. 227]. Quel cataclysme serait à l’origine de ce bouleversement ? Question rhétorique si l’on pense à la dernière guerre mondiale.

37Cette connaissance du mal au sens performatif, connue dans le milieu judaïque, informe les péripéties des héros de Masson : c’est une menace qui ne manque pas de se réaliser dans la transgression accomplie. Science morale, elle n’avance pas sans action. Ce qui veut dire, en l’occurrence, sans rejoindre la chaîne des agents du mal. Les outils même de la connaissance morale ont ainsi été abimés : ce qu’exprime bien le désarroi final des narrateurs. L’absence de la perspective de la Rédemption renforce l’association avec la morale janséniste. Mais le monde de Masson s’impose encore plus de rigueur : toutes les issues de la grâce sont bouchées, aucune chance de salut ne pointe à l’horizon. En finale, l’accusation de Dieu se placerait bien dans la logique d’une Rédemption impossible, comme si la Chute avait été souhaitée par le Créateur, sa vraie et unique Cause, qui se joue des perplexités humaines.

Haut de page

Bibliographie

Loys Masson, Poèmes d’ici, dans Les poètes des Cahiers du Rhône, IV, Neuchâtel, La Baconnière, 1943.

Loys Masson, Les Tortues (1956), Paris, Robert Laffont, 1985. [4 éditions au total]

Loys Masson, Le Notaire des Noirs (1961), Océan Indien. Madagascar – La Réunion – Maurice, Omnibus, 1998, p. 823-942. [6 éditions]

Loys Masson, Les Noces de la Vanille (1962), Maurice, Éd. de l’Océan Indien, 1981. [2 éditions]

***

Pierre Albouy, Mythes et mythologies dans la littérature française, Paris, Armand Colin, 1969.

Pierre-Marie Beaude (éd.), La Bible en littérature. Actes du colloque international de Metz (septembre 1994), Paris, Le Cerf, 1997.

Nicolas Brucker, « Rédemption, régénération, révolution dans le cycle Paysan-Paysanne pervertis de Rétif de la Bretonne », dans Daniel Attala et Violaine Rosiau (éd.), Chute et rédemption dans la littérature, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, p. 179-195.

Pierre Brunel, Mythocritique. Théorie et parcours, Paris, Presses universitaires de France, 1992.

Pierre Cazier, « Introduction », dans Mythe et création, textes réunis par p. Cazier, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires de Lille, 1994.

Danièle Chauvin, « Bible et mythocritique », dans D. Chauvin, A. Siganos, Ph. Walter (éd.) Questions de mythocritique : dictionnaire, Paris, Imago, 2005a, p. 41-50.

Danièle Chauvin, « Hypertextualité et mythocritique », dans Questions de mythocritique, op. cit., 2005b, p. 175-181.

Daniel Attala et Violaine Rosiau, « Introduction », dans Daniel Attala et Violaine Rosiau (éd.), Chute et rédemption dans la littérature, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, p. 9-19.

Robert Couffignal, Le Drame de l’Éden, le récit de la Genèse et sa fortune littéraire, Publications de l’Université Toulouse-le-Mirail, 1980.

André Dabezies, « Mythes anciens, figures bibliques, mythes littéraires », dans Revue de littérature comparée, 2004/1, n° 309, p. 3-22 ; en ligne : http://www.cairn.info/revue-de-litterature-comparee-2004-1-page-3.htm

Dictionnaire des mythes littéraires sous la direction de Pierre Brunel, Monaco, Éditions du Rocher, 1988.

Éric Dussert, compte rendu de la réédition de : Loys Masson, Les Tortues, André Dimanche, 2000, dans La Matricule des Anges, n° 030, mars-mai 2000 ; revue en ligne, accès du 24 novembre 2017, http://www.lmda.net/din/tit_lmda.php?Id=6491

Sylvie Parizet, Jean-Yves Masson (éd.), Les Écrivains face à la Bible. Herméneutique et création, Paris, Le Cerf, 2011.

Cécile Hussherr et Emmanuel Reibel (éd.), Figures bibliques, Figures mythiques, Ambiguïtés et réécriture, préface d’Yves Chevrel, Paris, Éd. Rue d’Ulm, 2002.

Northrop Frye, Le Grand Code. La Bible et la littérature I (1981, 1982), préface de T. Todorov, trad. C. Mamamoud, Paris, Le Seuil, « Poétique », 1984.

Northrop Frye, La Parole souveraine. La Bible et la littérature II (1990), trad. C. Malamoud, Paris, Le Seuil, « Poétique », 1994.

« Les frères Masson, monstres sacrés de la mauricianité ambivalente et de l’insularité universelle », Histoire(s) mauricienne(s) ; en ligne : http://histoiresmauriciennes.com/les-freres-masson-monstres-sacres-de-la-mauricianite-ambivalente-et-de-linsularite-universelle/ (consulté le 25.03.2018)

Cécile Hussher, « Chute (La) » et « Éden », dans Sylvie Parizet (éd.), La Bible dans les littératures du monde, t. 1 : A-I, Paris, Le Cerf, 2016, p. 556-567 et p. 716-727.

Marcin Klik, Teorie mitu. Współczesne literaturoznawstwo francuskie (1969-2010) [Théories du mythe. La critique littéraire en France (1969-2010)], Warszawa, Wydawnictwa Uniwersytetu Warszawskiego, 2016.

Ks. Józef Kudasiewicz, „Czy w Starym Testamencie są mity?” [« Dans l’Ancien Testament, y a-t-il des mythes ? »], Ruch biblijny i liturgiczny, n° 5/année XVIII, 1965, p. 267-269.

Ks. Józef Kudasiewicz, Biblia historia nauka. Rozważania i dyskusje biblijne [La Bible l’histoire la science. Considérations et débats sur la Bible], Kraków, Wydawnictwo Znak, 1986.

Erazm Kuźma, « Kategoria mitu w badaniach literackich », dans Pamiętnik Literacki, LXXVII, Wydawnictwo IBL PAN, 1986, cahier 4, p. 55-73.

Ks. Janusz Lemański, [Komentarz] Księga Rodzaju (1-11) [Commentaire du Livre de la Genèse (Gn 1-11)], dans Nowy Komentarz Biblijny. Stary Testament, Święty Paweł, 2005.

Sylvie Parizet, Le Défi de Babel. Un mythe littéraire pour le XXIe siècle, Paris, Desjonquères, 2001.

Sylvie Parizet, « Introduction », dans Poétiques comparatistes : Mythe et littérature 2008, no 3, Mondial Livre, p. 7-20.

Sylvie Parizet, Babel : ordre ou chaos ? Nouveaux enjeux du mythe dans les œuvres de la Modernité littéraire, Grenoble, ELLUG Université Stendhal, 2010.

Jean-Michel Racault, Mémoires du Grand Océan. Des relations de voyages aux littératures francophones de l’Océan Indien, Paris, PUPS, « Lettres francophones », 2007.

Mathias Rambaud, Les représentations chrétiennes dans le roman français contemporain de 1991 à nos jours, thèse soutenue le 4 novembre 2016 à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3.

Catherine Réault-Crosnier, « Loys Masson, poète chrétien de la Résistance et de la solidarité », conférence du 27 août 2004 ; en ligne : www.crcrosnier.fr (consulté le 25 mars 2018).

Paul Ricœur, La Symbolique du mal, Paris, Aubier, 1960 ; Symbolika zła, trad. S. Cichowicz, M. Ochab, Warszawa, Instytut Wydawniczy PAX, 1986.

Philippe Sellier, « Qu’est-ce qu’un mythe littéraire ? », dans Littérature, 1984, n° 55, p. 112-126.

Lise Wajeman, « Adam », dans Sylvie Parizet (éd.), La Bible dans les littératures du monde, t. 1 : A-I, Paris, Le Cerf, 2016, p. 34-42.

Jean-Jacques Wunenburger, « Mytho-phories : formes et transformations du mythe », Religiologiques, 1994, n° 10, p. 49-70.

Haut de page

Notes

1 Son île natale s’appelait au XVIIIe siècle Île de France, et depuis lors, devenue en 1810 colonie anglaise, elle retrouva son premier toponyme dérivé du nom du prince Maurice de Nassau, stathouder à l’époque hollandaise. En 1968, Maurice devint une république démocratique indépendante.

2 Pour la commodité des renvois, les références sont indiquées dans le corps du texte par les lettres TT (Les Tortues), NN (Le Notaire des Noirs) et NV (Les Noces de la Vanille), suivies de l’indication de la page.

3 Hervé Masson (1919-1990), depuis 1949 établi en France, fut aussi journaliste et peintre, franc-maçon et martiniste. André Masson (1921-1988) fut journaliste et écrivain. Lucien, le cadet, fut sculpteur.

4 France Slaweski, probablement l’époux de Marguerite et père de sept filles dont Paula serait l’aînée. « 1734 » [sic], l’une des poésies de guerre (Poèmes d’ici, 1943, p. 41-43), est dédicacée à France Slaweski : le texte chante le martyre de la Pologne sous l’occupation allemande. Il y est question, entre autres, des « pendus de Lublin qui / font peser sur le vent une odeur terrible de vengeance » (p. 43). Les Slaweski seraient-ils en France des immigrés polonais de l’entre-deux-guerres ? S’agirait-il d’une famille Sławski, originaire de Lublin ?

5 Le premier, L’Étoile et la clé (1945), fait allusion à l’emblème de Maurice, accompagné de la devise Stella Clavisque Maris Indici, se référant à l’ancien rôle stratégique de la plus grande des îles des Mascareignes.

6 L’explication par le « roman familial », dans le style de Marthe Robert, montre vite ses limites : Loys Masson aurait admiré sa mère, à qui il aurait dû son catholicisme, alors que les mères de ses romans sont soit effacées soit totalement absentes. En tête du recueil Poèmes d’ici, Masson s’adresse à sa mère en ces termes : « Je ne t’ai pas oubliée ni aucun de mes gestes d’enfant ». Les vers sont datés du 20 septembre 1942, lorsque le poète vivait séparé d’elle depuis plus de trois ans.

7 « L’eiségèse (terme issu de εισαγωγή, insertion, en grec) consiste en une lecture subjective du texte biblique, sur lequel sont plaquées (insérées) des préoccupations, des interprétations extérieures » [Rambaud 2016, p. 155, note 397].

8 Je préfère le terme ‘matière’ au terme ‘mythe’. Je m’en explique plus loin.

9 Le mythe littéraire, introduit dans la mytho-critique par Pierre Albouy [1969, p. 7], se caractérise, selon Philippe Sellier, par la « saturation symbolique » d’un héros et d’une situation complexe, de type dramatique, où le héros se trouve pris, et par l’éclairage métaphysique dans lequel baigne tout le scénario. Il ne faut pas le confondre avec le mythe ethno-religieux [Sellier 1984, p. 115-116]. Pierre Brunel y ajoute sa triade d’ « émergence, flexibilité, irradiation » [Brunel 1992, p. 72 et suiv.]. De quoi alimenter la mise en valeur de la plus humble réinterprétation du récit génésiaque.

10 Voire le contraire lorsque, par le flirt de son père avec Mlle Solange, institutrice à Tamatave, le gamin se voit « spolié » et « chassé sans recours d’un paradis », celui de la sensualité naissante satisfaite [NV 28].

11 La confiance sécurisante, avec l’idée d’un paradis perdu, est évoquée dans Les Tortues comme dans Les Noces par des nourrices noires.

12 Dans Aspects du mythe, Gallimard, « Idées/NRF », n° 32, p. 15.

13 D’autres chercheurs s’y joignent [Kuźma 1986, p. 56-58 ; Sellier 1984, p. 115-116], même si Northrop Frye [1984, p. 74-79] ou Sylvie Parizet [2010, p. 7] appliquent sans broncher ce terme à la matière biblique : car ils l’emploient au sens de récit, un récit certes spécifique, alors qu’Yves Chevrel parle de « configuration narrative symbolique » [Chevrel 2002, p. VIII]. Danièle Chauvin recommande de la prudence, tout en proposant « une mythocritique, peut-être même une mythanalyse de la Bible. Ce qui n’amène pas nécessairement à conclure au statut mythique de la Bible en tant que texte sacré, mais ce qui impose de le traiter, en théorie et en méthode, comme un texte fondateur de notre imaginaire […] » [Chauvin 2005a, p. 45]. Je préfère m’incliner devant la spécificité et parler de récit biblique, si narration il y a, ou de matière biblique, pour traiter de sa topique (thèmes, personnages, lieux). Sylvie Parizet traite Babel d’abord de mythe littéraire [Parizet 2001, le sous-titre, p. 11], pour finir par l’appeler mythe tout court, comme plus haut, mais sous-entendant toujours le premier sens (comme dans son Introduction à Mythe et littérature [Parizet 2008, p. 13 et suiv.]. Daniel Attala et Violaine Rosiau s’expliquent : « En qualifiant de mythe le récit biblique en question ici [celui de la Chute – IZ] nous ne faisons que nous accommoder à un usage fréquent dans les études littéraires comparées, notamment celles qui travaillent sur l’intertextualité et la réécriture, comme on peut le voir dans le Dictionnaire des mythes littéraires sous la direction de Pierre Brunel (Monaco, Éditions du Rocher, 1988). » [Attala et Rosiau 2017, p. 9-10, note 3]. Le second de leur double objectif : « étudier en détail nombreuses réécritures du mythe biblique de la Chute et/ou de la Rédemption, depuis Augustin et Jérôme jusqu’à des auteurs qui écrivent encore de nos jours » [ibid., p. 10], s’accompagne du projet d’en suivre les déplacements et revalorisations séquentiels.

14 Ne pas confondre ce dernier sens d’anti-mythe (récit démythifiant) avec le contre-mythe défini après A. Jolles par p. Brunel comme « mythe destructeur qui va de pair avec le mythe constructeur », l’Apocalypse suivant de loin la Genèse, tout en misant sur la reconstruction d’après un nouvel ordre [Brunel 1992, p. 25].

15 Je reprends à Nicolas Brucker [Brucker 2017, p. 190-192] cette allusion à la parabole de l’Évangile de Luc, même si le cas présent s’écarte du prototype, car l’intendant Esparon est présent dans l’histoire à travers le souvenir du gamin traumatisé par cette figure devenue aussi menaçante que grotesque et pitoyable.

16 Au physique, Esparon, grand et au visage allongé, évoque le cheval, sa voix surtout est traitée de hénissement à plusieurs reprises [NV 37-38], mais c’est « un cheval de tapisserie qui porte dans son dos la mort à la faulx ». Cheval d’Apocalypse ? La comparaison est explicitement faite en ouverture devant Manolo, chef de guérilla calédonien et sosie d’Esparon, sauf au moral, d’où le désarroi du narrateur [NV 9, au figuré 102].

17 Ni l’arbre ni les fruits n’ont été interdits par le Créateur. Les hommes n’ont pas davantage été tentés d’y goûter.

18 Tout comme dans l’épisode du plaisir solitaire, l’initiation sexuelle dans les bras de Marie-Thérèse devenue pubère ne suscite nulle honte tant que des tiers n’y sont pas impliqués [NV 30-31, 74-75].

19 Explicitement, dans l’interrogation autour de l’interdit touchant l’arbre de la connaissance, et implicitement, lorsque le serpent insinue que ce n’est pas aux hommes d’avoir peur de Dieu, car c’est apparemment Lui qui se méfie des hommes en tant que ses rivaux en puissance : ainsi Satan « révèle »-t-il à Ève une « faiblesse » de Dieu [Lemanski 2005, p. 244].

20 Cette prière est dédicacée « à Guy Mamet, prêtre du vrai Christ » ; par quoi Masson entend un prêtre qui « saura rejeter l’or des chasubles et s’agenouiller dans son sang d’homme, dans son sang de français / devant [la face du Seigneur] » [PI 19]). Les citations de ce recueil seront signalées dans le texte par le sigle PI.

21 Tel le « mal solitaire » auquel le jeune héros-narrateur des Noces s’est livré et qui lui a valu l’angoisse d’avoir été découvert par un adulte (Esparon) qui pouvait le divulguer, rend le « fiancé » de Marie-Thérese vulnérable, sinon impuissant devant les insolentes extravagances d’Esparon.

22 Le chiffre sept, depuis l’Égypte ancienne jusqu’à la culture sémitique, figure la puissance créatrice et régénératrice, la force et la perfection ; il est métonymique de Dieu, mais d’un Dieu justicier qui se montre pour avertir de sa colère les malfrats qui poursuivent leur course condamnée. Le porteur d’une symbolique sacrée dans Les Tortues, c’est aussi le mystérieux détenteur du secret du trésor des pirates : Vahély, dont le nom est l’anagramme de Yahvé. Le porteur de cet homonyme sacrilège a introduit le bacille de l’épidémie à bord du bateau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Izabella Zatorska, « Les avatars de la Chute dans trois romans de Loys Masson (1915-1969) », ThéoRèmes [En ligne], 14 | 2019, mis en ligne le 19 août 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/theoremes/2809 ; DOI : 10.4000/theoremes.2809

Haut de page

Auteur

Izabella Zatorska

Université de Varsovie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
ThéoRèmes – Enjeux des approches empiriques des religions est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page