Navigation – Plan du site

AccueilVariaHistoireLa bague du Dauphin Guigues VIII ...

La bague du Dauphin Guigues VIII (1309-1333)

Un mystérieux joyau entre héraldique et mythologie
Jean-Loup Kastler

Résumé

Cet article a pour objectif principal de réinterroger les débats issus d’une exposition organisée en 2018 autour de la bague du Dauphin Guigues VIII (1309-1333) au musée de l’ancien évêché de Grenoble. A cette occasion, la mise en question de l’authenticité du joyau a malheureusement empêché toute réflexion sereine sur les origines du symbole delphinal comme blason dans le sud-est de la France. Qu’il soit authentique ou non, le caractère antique du camée en forme de dauphin qui orne ce bijou invitait pourtant à reprendre l’étude des relations entre Moyen Âge et Antiquité en Dauphiné. Le dauphin qui sert de blason aux princes de ce territoire n’est-il qu’un banal poisson chrétien ou tire-t-il son origine symbolique d’une culture mythologique héritée de l’Antiquité ? Peut-on considérer que le Dauphiné est la seule province de France à avoir fait du « merveilleux médiéval » son identité particulière ?

Haut de page

Dédicace

A Charles Joisten,

Texte intégral

« Or, ce lion qui blasonne le nom de famille en lui assignant un territoire à la fois naturel et lointain va blasonner à jamais la recherche de Champollion... », Le dernier des Egyptiens, Gérard Macé (1989).

1Du 21 juin au 28 octobre 2018 a eu lieu, au Musée de l’ancien évêché de Grenoble, une exposition intitulée « La mystérieuse bague du Dauphin Guigues VIII. Un joyau médiéval. » L’exposition organisée sous la direction de la conservatrice en chef du Musée, Isabelle Lazier, a attiré de nombreux Grenoblois venus pour admirer ce joyau. Le titre intrigant de l’exposition et la mise en scène muséographique ont joué un rôle essentiel dans ce succès. Au rez-de-chaussée du musée, la salle sombre dédiée aux événements temporaires était plongée dans une pénombre bleue, au milieu de laquelle se trouvait la vitrine éclairée qui servait d’écrin au fameux anneau : une verge d’or aux épaules ornées de croix pattées, réhaussée d’un chaton dont le sertissage demi-clos laissait apparaître un dauphin gravé en camée sur gemme d’agate. Les murs étaient quant à eux recouverts de considérations précises permettant de mieux comprendre les circonstances dans lesquelles aurait pu être façonné ce joyau unique : la vie du Dauphin Guigues VIII (1309-1333). Pour l’amateur d’histoire médiévale, l’occasion était trop belle. Pour celui qui s’intéresse à l’histoire dauphinoise en professionnel aussi. Cette exposition a, de fait, attiré l’attention de nombreux curieux pour de multiples raisons et a abouti à des débats intéressants. Dans cet article, il s’agira de rechercher un point de vue critique au-delà de la fascination que génèrent depuis qu’ils existent les objets d’orfèvrerie comme en témoignaient déjà les considérations de Pline l’ancien dans son Histoire naturelle :

  • 1 Quelques pages plus haut, l’auteur condamne cette tradition des anneaux de parure pour des raisons (...)

Nous avons dit jusqu’à un certain point, en parlant de l’or et des anneaux (XXXIII, 4), quelle a été l’origine des pierreries, et comment a commencé cette fièvre excessive d’admiration. Les fables en font dériver le premier usage de la roche du Caucase, d’après l’interprétation que les destins donnèrent aux liens de Prométhée ; et elles rapportent qu’un fragment de cette roche ayant été renfermé dans du fer et porté au doigt, ce fut le premier anneau et le premier joyau1. [Pline 1855, p. 537]

  • 2 Ces débats ne sont pas sans rappeler ceux qu’a occasionnés l’achat par le parc d’attractions du Puy (...)

2La première partie de cette étude aura pour objectif d’exposer les débats sur l’authenticité de la bague2 qui ont accompagné l’organisation de l’exposition, sans prendre parti mais en présentant l’ensemble des arguments dont nous avons connaissance à ce sujet. Il s’agira de décrire le rôle des historiens et des experts dans l’organisation d’un tel événement mais aussi de montrer qu’il est aujourd’hui encore très difficile d’établir de façon certaine l’authenticité d’un objet de bijouterie malgré l’évolution technique des méthodes d’investigation. En d’autres termes, les organisateurs d’une exposition autour d’un objet de bijouterie ou d’orfèvrerie sont fréquemment amenés à réaliser des hypothèses sur l’histoire d’un objet dont l’authenticité ne peut être garantie faute de connaître son origine exacte.

  • 3 Nous abordons la question des survivances du paganisme au Moyen Âge sans naïveté. Nous sommes consc (...)

3Dans un deuxième temps, nous expliquerons en quoi cette bague relance le débat sur les origines du symbole delphinal entre christianisme médiéval et paganisme antique3. De fait, le symbole du dauphin est présent en Dauphiné dès l’Antiquité en relation avec le culte de Neptune comme le montrent les magnifiques Dauphin de bronze doré de la ville de Vienne. Existe-t-il dès lors un lien entre le dauphin païen hérité de l’Empire romain et le symbole delphinal médiéval ? Pour répondre à cette question, le principal obstacle à la démarche historique ne sera pas l’authenticité des sources dont nous disposons mais l’accumulation de fausses certitudes à leur sujet. En effet, toute une tradition historiographique a fait du symbole delphinal un signe chrétien sans équivoque. Elle a ainsi évacué d’autres hypothèses sur ce que fut l’univers mental de la chevalerie féodale en Dauphiné.

4Nous conclurons enfin sur le rôle heuristique essentiel de l’incertitude et de l’hypothèse dans la démarche historique en plaidant pour une approche incrédule et imaginative de l’histoire des formes symboliques.

Le débat sur l’authenticité de la bague de Guigues VIII

Combats d’experts ou prudence d’historiens ?

  • 4 Nous faisons ici référence à la série de BBC One intitulée Fake or Fortune ? animée par Philip Moul (...)
  • 5 On se souvient à ce sujet des conséquences judiciaires de l’affaire des six faux sièges acquis par (...)

5L’organisation d’une exposition autour d’un joyau médiéval comme celui qui a été présenté au Musée de l’ancien évêché de Grenoble suscite de l’admiration mais aussi de l’envie à l’encontre de ceux qui y participent. Cela s’explique par le fait que les débats historiographiques s’accompagnent assez rarement d’enjeux économiques dans le domaine des sciences humaines alors qu’ils sont très fréquents pour les experts des mondes de l’art. Une expertise favorable à un objet peut rapporter plusieurs dizaines de milliers d’euros à celui qui le possède, tandis qu’une expertise défavorable peut le tuer et ruiner son crédit sur le marché de l’art. Les combats d’experts et de collectionneurs prennent pour cette raison souvent la forme de matchs de catch qui sont devenus un objet de divertissement pour la télévision britannique4 et une véritable angoisse pour tout organisateur d’expositions5.

6Dans le cas présent, la question s’est posée avec d’autant plus d’acuité que le propriétaire britannique de la bague n’était pas capable de retracer l’histoire de l’objet dans sa totalité. Cette situation peut paraître étonnante pour le profane mais elle est en réalité très fréquente pour ne pas dire normale. Le propriétaire de l’objet l’a donc présenté comme une énigme à de nombreux spécialistes qui ont tenté de le faire parler en partant d’une première étude de sa composition métallique qui ne laissait supposer aucune grossière contrefaçon. Il est nécessaire de souligner ici que ce rôle joué de façon bénévole par les conseillers scientifiques de l’exposition n’est pas sans risque. Une mauvaise expertise peut en effet avoir des conséquences en matière de réputation si l’objet authentifié se révèle par la suite un vulgaire faux. C’est donc avec la plus grande précaution que se sont impliqués les spécialistes sollicités pour l’occasion.

  • 6 S’agissait-il par l’utilisation de ce type d’objets de concurrencer les évêques qui disposaient d’a (...)

7Soulignons tout d’abord que l’existence d’une telle bague n’a rien d’étonnant pour un spécialiste de la période et de l’histoire de la région. L’anneau ornemental était en effet d’usage fréquent pour les seigneurs laïques du Dauphiné et faisait partie des objets rituels de la cérémonie d’hommage dans certains cas6. C’est du moins ce que prétend le célèbre érudit et président de la chambre des comptes du Dauphiné Denis Salvaing de Boissieu (1600-1683) dans son Traité de l’usage des fiefs en dressant la liste des différents types d’hommages possibles :

S’il est noble, il fait le serment debout et baise le seigneur à la bouche ; c’est pourquoi tous les anciens hommages portent ces mots : Stando pedes more nobilium atque oris osculo interveniente. S’il est roturier, il met deux genoux en terre et baise le seigneur au pouce, ce qui me semble particulier au Dauphiné. Il y avait du temps de nos pères une troisième condition de ceux qu’on appelait hommes francs, qui était metoyenne entre celles des nobles et des roturiers ; ceux-là baisaient l’anneau que portait le seigneur, ou le dessus de sa main comme le justifie l’article de 35 de la transaction passée l’an 1343, entre Humbert, dernier dauphin et les communautés du Briançonnais (…) Mais la chambre des comptes ne pratique plus cette sorte d’hommage qu’à l’égard des Briançonnais. [Salvaing de Boissieu 1664, p. 52]

  • 7 Notons cependant dès maintenant qu’un anneau au Moyen Âge est suspect d’entretenir des relations pa (...)

8Il n’y a donc rien d’étonnant à ce qu’un seigneur dauphinois comme Guigues VIII ait pu posséder un anneau7. Il faut par ailleurs noter qu’un tel objet faisait partie des regalia mentionnées par les sources de l’historien Valbonnais au sujet du Transport de la province au royaume de France en 1349 :

Et en signe desdites saisine et dessaisine, bailla audit Charles l’espée ancienne du Dalphiné, et la Bannière de Saint Georges, qui sont anciennes enseignes des Dauphins de Viennois, et un sceptre, et un anel, et veult que doresnavant ledit Charles soit tenuz en nom et en effet vrai dauphin de Viennois. [Valbonnais 1722, t. 2 p. 602]

9A dire le vrai, il n’existe aucun argument qui interdise de faire l’hypothèse que l’anneau transmis parmi les regalia ne soit pas celui qui fut exposé au Musée de l’ancien évêché durant l’année 2018 si l’on admet son authenticité. L’anneau en question n’a en effet pas nécessairement été fondu après avoir été transmis à l’abbaye de Saint-Denis. Cela impliquerait qu’il ait été conservé en ces lieux alors que rien ne l’affirme dans les textes dont nous disposons.

  • 8 L’inscription étant gravée dans le sens de la lecture, la bague de Guigues VIII ne peut en aucun ca (...)
  • 9 Le prénom Guigues, même s’il devient le nom par excellence des seigneurs du Dauphiné depuis le prem (...)
  • 10 Voir aussi à ce sujet sa thèse sous la direction de Pierrette Paravy sur la Principauté du Dauphiné (...)

10L’existence d’un anneau n’a donc rien d’étonnant pour le spécialiste d’une telle période mais sa datation se révèle autrement plus complexe. L’inscription située sur la base du chaton constituant le pourtour du cadre où se trouve le camée donne à ce sujet de précieuses informations. Il est en effet possible d’y lire distinctement un titre propre aux seigneurs laïques du Dauphiné : « Guigo Dalphinus Viennensis et Albonis comes »8. Cette inscription n’a rien d’original et signifie en latin de l’époque : « Guigues dauphin de Viennois et comte d’Albon ». Un tel titre peut en effet avoir été porté par Guigues VIII mais rien n’empêche qu’il ait été porté par un de ses prédécesseurs tant le nom de Guigues9 et le surnom de Dauphin étaient fréquents en Dauphiné depuis Guigues IV (1133-1142) qui fut le premier à le porter. Cependant, le nominatif « dalphinus » qui correspond au titre de Dauphin n’apparaît qu’avec Guigues André (1228-1237) et la graphie « ph » ne s’impose qu’à la fin du XIIIe siècle comme nous l’a indiqué l’historienne Anne Lemonde10. La bague daterait donc au plus tôt de la fin du XIIIe siècle.

11La présence d’un dauphin sur le camée peut sembler dans un premier temps une indication complémentaire déterminante. On ne trouve en effet aucun sceau portant l’emblème du dauphin pour le Dauphiné avant le règne de Guigues VII. L'un des premiers date du 2 décembre 1237 et se trouve aux archives d’Embrun. Mais l’historien Auguste Prudhomme, dans un célèbre article de 1893, démontre par extrapolation en s’appuyant sur l’étude des Dauphins du Forez et de Clermont que cela n’implique en aucun cas qu’un tel emblème n’ait pas existé avant cette date :

Et ainsi je me crois en droit de conclure que l’emblème du dauphin a paru presque simultanément vers la fin du XIIe siècle et le commencement du XIIIe en Auvergne, en Forez et en Dauphiné, et qu’il est très probable que c’est en Auvergne qu’il fit sa première apparition. [Prudhomme 1893, p. 455]

Un objet trop beau pour être vrai ?

  • 11 Nous pouvons dans un premier temps nous étonner que l’historienne de l’art Laurence Rivière Ciavial (...)
  • 12 Soulignons qu’Antoine Cayre a toujours pu compter dans ses projets sur de puissants soutiens : l’in (...)

12Avec l’inscription, ce sont en réalité la qualité de l’objet ainsi que le style épigraphique qui ont conduit l’équipe des conseillers historiques de l’exposition à proposer de situer la fabrication de l’objet au début du XIVe siècle. L’histoire de la joaillerie rend en effet peu plausible la fabrication intégrale d’un tel objet en Dauphiné avant le XVIIIe siècle qui constitue le véritable apogée de cet art dans la province et plus particulièrement dans la ville de Briançon11. Ce n’est qu’en 1778 qu’ouvrit en ce lieu une manufacture royale de cristal de roche sous l’impulsion du bijoutier Antoine de Cayre-Morand12. Ce dernier avait pour objectif d’utiliser les cristaux de sa province à la production de bijoux ou d’objets précieux afin d’éviter qu’ils ne soient exportés pour être transformés en Italie. Ces considérations nous ont dans un premier temps amené à penser que la bague ne pouvait être qu’un faux datant au mieux du XVIIIe siècle.

  • 13 Sur ce sujet, on consultera à profit l’étude qu’a consacré André Villard aux monnaies viennoises et (...)

13Cependant, l’équipe organisatrice de l’exposition a pu démontrer qu’il existait un prince du Dauphiné dont les relations étroites avec la cour du royaume de France et la ville de Paris pouvaient expliquer la fabrication et la possession d’un tel objet dès le Moyen Âge. Guigues VIII apparaît bien de ce point de vue comme l’hypothèse la plus probable. En effet, son mariage avec Isabelle de France, fille du roi Philippe V le Long, pourrait expliquer que la bague lui ait été offerte en cadeau pour ses bons services militaires. Pour l’historienne de l’art Laurence Ciavaldini Rivière, la récente confiscation du trésor des Templiers aurait été l’occasion de rassembler de nombreux bijoux dont l’anneau orné de deux croix pattées aurait servi de base à la fabrication de la bague au dauphin. Nous sommes ici dans le domaine de l’hypothèse mais il faut comprendre que les organisateurs de l’exposition n’avaient pas vraiment d’appui solide permettant d’établir des vérités incontestables et que la connaissance historique est en partie constituée d’hypothèses. Par ailleurs, une analyse épigraphique réalisée par une experte du domaine membre de l’Université française a permis de confirmer que la graphie utilisée datait vraisemblablement du début du XIVe siècle et donc du règne de Guigues VIII. Malheureusement, nous n’avons pas pu avoir accès à la totalité de cette étude et nous ne pouvons donner le nom de cette épigraphiste qui a souhaité rester anonyme de peur d’être exposée à la critique publique13. Nous touchons ici à un problème fréquent en ce qui concerne le rôle de conseiller historique. Les historiens académiques acceptent volontiers de s’impliquer dans l’organisation de divertissements à caractère historique mais préfèrent parfois rester anonymes faute d’avoir la possibilité de contrôler l’ensemble du projet ou par peur de s’exposer à des réactions violentes. Dans le cas présent, il faut reconnaître à l’équipe organisatrice d’avoir agi dans la plus grande transparence possible malgré leurs doutes et leurs interrogations.

  • 14 Cabinet de Haute expertise Honoré d’Urfé [En Ligne], Espace sceaux et bagues historiques [consulté (...)

14Les événements qui ont accompagné cette exposition viennent entièrement justifier cette prudence qu’ont partagée tous les universitaires qui s’y sont impliqués. De fait, une polémique aussi agressive que burlesque a éclaté autour du style épigraphique employé pour réaliser l’inscription sur le chaton de la bague. Dans une interview parue le 26 juin 2018 sur le site internet du Cabinet de Haute Expertise Honoré d’Urfé14, l’expert autoproclamé Roch de Coligny dénonce ce qui lui paraît être une contrefaçon :

C’est un faux fait pour tromper un acheteur riche mais ignare, dans le but de lui escroquer une bonne somme d’argent.

15La charge est violente et le propos volontairement condescendant à l’égard de Jeffrey Cadby, le propriétaire de l’anneau. Il s’agit en réalité de remettre en cause son statut d’expert. Comme nous l’avons expliqué plus haut, le combat entre experts est souvent une lutte à mort entre concurrents sur un même marché. C’est la raison pour laquelle l’expert en question s’en prend non seulement au propriétaire de la bague mais aussi au musée qui a organisé l’exposition :

C’est en effet une chose gravissime de fabriquer et de vendre un faux, et les conséquences en sont lourdes à la fois pour l’acheteur escroqué et pour les musées qui admettent de tels faux.

16Il y a dans ces allégations des éléments qui auraient presque pu justifier une action judiciaire de la part du musée en question. La suite de l’histoire est si grotesque qu’elle l’a rendue inutile. En effet, l’expert incrimine la graphie de l’objet qui lui semble manifestement fausse. À la suite de cet entretien, le Cabinet Honoré d’Urfé dont Roch de Coligny est alors le directeur décide même de lancer sur son propre site un « Grand concours » dont nous retranscrivons ici le texte de présentation :

On observe, sur cette bague, deux formes de la lettre U : GUIGO DALPHINVS... Au XIVe siècle, ceci est impossible. La coexistence de ces deux formes suffit pour prouver la fausseté de cette bague.

Afin d’étayer sa conviction, le Cabinet Honoré d’Urfé prend le risque d’offrir CINQ MILLE euros à la première personne qui trouverait un exemple de bague médiévale authentique, ou de sceau authentique, datant d’avant le XVe siècle et portant conjointement, à l’intérieur du mot, la lettre capitale U et la lettre capitale V, comme on le voit dans la pseudo-bague du dauphin Guigues.

Le concours est ouvert aujourd’hui 2 juillet, à 19 heures !

Concours fermé, faute de réponse convaincante, au bout de deux semaines (19 juillet).

17Le résultat de ce concours ne fut certainement pas celui qu’attendaient ses organisateurs :

Après la date de clôture du concours, deux personnes nous ont parlé du sceau de l’Université de Paris (XIIIe ou XIVe s.), conservé à la Bibliothèque nationale. Ce sceau porte en effet, dans le mot UNIVERSITATIS, une forme de V « rond à volute », alors que dans les deux autres occurences de cette lettre, on voit un V capital « pointu ».  Ce sceau pourrait donc être une exception au principe que nous énoncions. Toutefois, il faut remarquer que ce U « rond à volute » est une lettre décorative, et non pas une lettre courante, telle qu’on peut en trouver dans quelques manuscrits.

Une troisième personne, dès le 20 juillet, nous a montré un surmoulage XIXe s., d’une matrice probablement médiévale, portant un U. Mais nous n’avons pu retrouver la matrice originale, ni nous rendre certains, à supposer qu’elle existe, qu’elle daterait bien d’avant le XVe siècle.

18Le cabinet d’experts n’est donc pas parvenu à obtenir gain de cause sur le sujet mais il ne s’agit pas pour autant de le tourner ici en dérision. Certaines remarques contenues dans l’interview sont intéressantes et pertinentes. C’est plus particulièrement le cas de l’observation concernant la forme habituelle du H dans les sceaux delphinaux qui serait davantage onciale que capitale. Cela ne constitue cependant pas une preuve incontestable de l’inauthenticité de la bague.

Les nouvelles technologies : nouvelles solutions ou nouveaux problèmes ?

  • 15 Pour mieux comprendre une partie des méthodes utilisées par le laboratoire, nous renvoyons aux arti (...)

19Interpellé par cette situation, nous avons décidé de contacter le propriétaire de l’anneau pour lui signaler la présence d’une bague parmi les regalia du Dauphiné mais aussi pour l’inviter à réaliser un test d’analyse de surface avec le Centre d’innovation et de recherche pour l’analyse et le marquage (CIRAM) situé à Bordeaux. Il s’agit d’un laboratoire d’analyse dédié aux objets d’art. Grâce à un ensemble de critères complexes dont les traces d’outils modernes, les résidus d’enfouissement et l’altération du métal, ce laboratoire peut émettre une hypothèse sur l’âge éventuel d’un objet15. Le propriétaire Jeffrey Cadby a décidé de soumettre de lui-même sa bague à ce test. Le résultat n’a pas permis de démontrer son authenticité de façon incontestable. La présence de traces unidirectionnelles régulières et fines à la surface de l’objet semble renvoyer à des opérations de brunissage et de polissage qui peuvent avoir été effectuées entre autres à l’aide d’outils modernes apparus au XIXe siècle. Le propriétaire qui nous a rapporté ces éléments n’est pas convaincu par les résultats de cette étude et souhaiterait soumettre sa bague à d’autres experts avant de publier une étude plus globale sur le sujet. Quant à nous, les traces de polissage ou de brunissage moderne ne nous semblent pas constituer une preuve incontestable du caractère inauthentique d’un objet. Nous savons en effet qu’il n’est pas rare que des propriétaires peu scrupuleux du caractère authentique ou non d’un objet qu’ils possèdent le fassent rénover à l’aide d’outils modernes pour lui redonner de l’éclat. A cela vient s’ajouter le fait que nous n’avons pas pu accéder à l’étude dans sa globalité et que nous ne prétendons pas disposer de toutes les compétences qui permettraient de la comprendre. Cela pose par ailleurs la question de la formation des historiens et des conservateurs de musée à l’utilisation de ces nouvelles méthodes ou du moins à la lecture de leurs résultats. Nous considérons cependant qu’il ne serait pas opportun d’en faire un préalable systématique à l’organisation de toute exposition car les questions que pose un objet d’orfèvrerie ne sauraient se réduire aux seules considérations relatives à sa composition métallique.

  • 16 Pour le Dauphiné, les traces du Moyen Âge ne peuvent être réduites à une mode importée de Grande-Br (...)
  • 17 Sur ce sujet on consultera avec profit l’article d’Anne Lemonde [Santamaria-Lemonde 2008]. Souligno (...)
  • 18 De fait, l’identité régionale de la province de Dauphiné est sur ce point l’opposée de l’image fant (...)

20Pour finir, il est important de souligner que la question du faux en histoire de l’art est trop souvent posée avec l’objectif de dévaloriser l’objet étudié dans le cadre d’une lutte entre experts. Ainsi, Roch de Coligny précise qu’il considère que la bague est un faux ayant au mieux dix ou quinze ans. Cette affirmation est bien trop péremptoire tant l’histoire de la contrefaçon accompagne celle de l’orfèvrerie depuis son origine. À supposer que la bague en question soit un faux, elle doit néanmoins être considérée comme le témoignage d’une forme d’intérêt pour le Moyen Âge. Or, cet intérêt n’est pas propre à notre époque en Dauphiné. Dans le prolongement des siècles antérieurs, il se manifeste au XVIIIe siècle16 à Grenoble par une référence fréquente aux libertés delphinales17 caractéristique du « provincialisme réformateur » des élites dauphinoises [Coulomb 2006, p. 460]. Il prospère au XIXe siècle et s’accompagne de débats souvent âpres sur la question des rapports entre pouvoir religieux et pouvoir politique au Moyen Âge. L’apogée de cet intérêt pour le Moyen Âge dauphinois est atteint en 1847 lorsque l'artiste Alexandre Debelle peint une magnifique représentation du Transport du Dauphiné et de l’Abdication d’Humbert II. Cinq ans plus tard, ce même peintre réalise deux tableaux renvoyant au passé révolutionnaire de la cité grenobloise : L’Assemblée des trois ordres du Dauphiné au Château de Vizille le 21 juillet 1788 (1853) et La Journée des Tuiles en 1788 à Grenoble (1890). De fait, l’identité révolutionnaire du département de l’Isère se substitue progressivement à l’identité médiévale de la province du Dauphiné avec l’enracinement de la République dans un territoire qui a lié son histoire à celle des Lumières18. Le médiévalisme est donc faiblement présent en Isère de nos jours alors que les symboles du rôle de la province dans la Révolution sont nombreux sur les places publiques du Dauphiné. Il est donc difficile de comprendre ce qui aurait pu motiver une contrefaçon de l’anneau de Guigues VIII de nos jours. Dans le contexte actuel, cela pourrait éventuellement correspondre à un médiévalisme de circonstance cherchant à renvoyer la société française à de mythiques racines chrétiennes. Si tel était le cas, il semble évident que le symbole du dauphin n’est pas le plus opportun pour incarner une telle nostalgie.

Le Dauphin : signe chrétien ou symbole païen ?

Du « meuble parlant » au « titre » en passant par le « surnom symbolique »

  • 19 Sur ce sujet, nous renvoyons le lecteur à l’article d’André Siganos paru en 1975 dans la Revue d’hé (...)
  • 20 Sur cette tendance lourde de l’histoire de l’art, il est possible de lire l’excellent livre qu’a co (...)

21La question peut sembler étrange tant il est habituel d’admettre que le dauphin se réduit à un meuble parlant sur la plupart des blasons19. Il nous paraît cependant intéressant de discuter sa dimension symbolique sans la réduire a priori à un signe chrétien20. C’est ce que nous entreprendrons tout en essayant d’en tirer des arguments au sujet de l’authenticité de la bague de Guigues VIII. Notre démarche s’oppose donc diamétralement à celle qu’a proposé le Révérend Père Hostachy qui décréta dans les années 1950 que le symbole delphinal est avant tout un signe chrétien lié aux croisades [Hostachy 1957].

22Notons dès à présent que tous les historiens s’accordent pour affirmer que le surnom « Dauphin » est né à la fin du XIe siècle. Or, c’est bien à cette époque que se produit une véritable « renaissance des formes antiques » pour reprendre une expression utilisée par l’historien Michel Balard au sujet des travaux de l’archéologue Victor Lasalle [Balard 2001, p. 214]. Il est donc légitime de se demander si cette renaissance n’a pas joué un rôle dans l’apparition d'un tel surnom au sein d’un lignage issu de la vallée du Rhône et si le dauphin héraldique ne correspond pas à la résurgence de certains héritages païens au Moyen Âge.

23L’étude scientifique la plus ancienne à propos des origines du symbole delphinal a été écrite par l’archiviste et paléographe Auguste Prudhomme pour le tome 54 de la Bibliothèque de l’Ecole des Chartes de 1893. Elle s’intitule « De l’origine et du sens des mots Dauphin et Dauphiné et de leur rapport avec l’emblème du dauphin en Dauphiné, en Auvergne et en Forez. » D’après l’auteur, le surnom « Dauphin » serait apparu XIe siècle avec Guigues IV (1095-1142) et serait devenu au cours du XIIe le nom par excellence des héritiers mâles de la maison d'Albon sous diverses formes Delphinus / Dalphinus / Delphini. Ce serait au XIIIe siècle sous le règne d’Humbert Ier que le mot « delphinus » deviendrait définitivement un titre alors que le mot « delphinatus » s’impose comme un synonyme de comté : « comitatus ». Cette description de l’enchaînement des événements s’appuie sur un enchevêtrement d’hypothèses et de constats objectifs qu’il est possible de discuter et de préciser comme l’a fait en son temps l’historien Georges de Manteyer [Manteyer 1925].

24Tout d’abord, la question de l’origine du nom de Dauphin n’est élucidée de manière définitive qu’en apparence par Auguste Prudhomme. Voici l’explication qu’il en donne :

Donc Delphinus est un surnom. Mais quel est le sens de ce surnom ? C’est ce que Duchesne, Salvaing de Boissieu et Valbonnais avaient à peu près deviné. Ce surnom est un prénom, peu répandu à la vérité, mais qui avait été glorieusement porté par un évêque de Bordeaux de la fin du IVème siècle, saint Delphinus (380-404), et par un évêque de Lyon du VIIème siècle, saint Anemond, surnommé Dalfinus (650-659). [Prudhomme 1893, p. 435]

  • 21 Voir aussi son article paru en 1981 dans le Bulletin de l’académie delphinale.

25Delphin un surnom bien chrétien donc qui n’appelle pas d’autres explications. Il est à noter que l’historien médiéviste Bernard Bligny a contesté dans un article aussi bref qu’efficace, daté de 1984, la dissociation originelle du nom de la prétention à en faire un titre que supposait Auguste Prudhomme : « En résumé, « dauphin » exprime une marque dynastique qui s’est appliquée à tous les comtes d’Albon depuis Guigues IV (1133-11142) – et sous l’apparence d’un prénom symbolique venu d’Italie est appelé, dès son apparition, à remplacer le titre comtal, comme dalphinatus, qui en dérive, à effacer comitatus21. » [Bligny 1984, p. 156]

  • 22 Bernard Bligny s’oppose ainsi à la thèse de l’historien Georges Manteyer qui en fait la fille du ro (...)

26Prénom symbolique venu d’Italie ? L’idée est argumentée quelques lignes plus haut. Bernard Bligny attribue en effet le choix du nom de Dauphin à la mère de Guigues IV et non à son père : la reine Mathilde, d’après lui veuve du roi d’Italie Conrad et femme en secondes noces de Guigues III22. Affirmant cela, Bernard Bligny ne pouvait ignorer qu’il risquait de ressusciter une hypothèse invalidée au XVIIe siècle par l’historien Nicolas Chorier selon laquelle le nom Delphini aurait été choisi en référence à un ancien nom de famille présent dans les registres de la ville de Turin autour de l’an 700. L’hypothèse n’est pas entièrement grotesque si nous la rapportons au fait qu’à la même époque les comtes d’Albon et de Savoie sont justement en concurrence pour le contrôle de la région du Piémont. Bernard Bligny parle d’ailleurs à ce sujet de « rivalité ardente » [Bligny 1984, p. 156]. Mais il mentionne que les ambitions de la maison d’Albon s’orientent aussi à cette époque en direction de Vienne où la concurrence avec le pouvoir temporel du comte de Savoie se double d’une concurrence avec celui des archevêques, entre autres, sur le plan monétaire.

  • 23 [Girard 1991]
  • 24 On remarquera qu’il s’agit de motifs assez similaires à ceux qui se trouvent sur la bague. En admet (...)
  • 25 Georges de Manteyer lui-même admettait que les surnoms étaient souvent choisis du côté maternel.
  • 26 Soulignons de nouveau que c’est son fils Guigues André qui fut le premier à porter le titre de Daup (...)

27Les fouilles du site de Brandes-en-Oisans depuis 1977 ont apporté de nouvelles indications au sujet du développement de l’emblème delphinal que le numismate Raymond Girard a résumé en s’appuyant sur les travaux des archéologues Marie Christine Bailly-Maître [Bailly 1989] et de Joëlle Bruno-Dupraz. Dans un article intitulé « Notes sur les plus anciennes monnaies anonymes des dauphins de Viennois »23, il explique que les monnaies trouvées à Brandes-en-Oisans permettent de poser d’intéressantes questions sur les débuts du monnayage delphinal anonyme et plus particulièrement sur les monnaies uniquement delphinales. Ces dernières qui ne sont pas produites en pariage avec l’évêque de Vienne ne renvoient ni au droit ni au revers à son pouvoir de battre monnaie. Elles sont décorées au droit d’un dauphin souvent barbé et crêté et au revers d’une croix pattée cantonnée de trèfles24. S’il est difficile de dater les premières monnaies frappées en pariage avec l’archevêque de Vienne, Raymond Girard admet avec l’historien Georges de Manteyer que les premières monnaies uniquement delphinales apparaissent vraisemblablement au milieu du XIIe siècle vers 1155. Il pousse même plus loin l’hypothèse en considérant qu’elles furent probablement frappées dans l’atelier de Césane à l’occasion du mariage de Hugues III de Bourgogne et de Béatrix d’Albon. En effet, le motif de la croix cantonnée de trèfles se retrouve sur les monnaies des ducs de Bourgogne. Arrivé à cette étape de notre réflexion, il est possible de considérer que le modèle progressif proposé par Auguste Prudhomme, qui veut que le Dauphin ait évolué du nom au titre en passant par l’emblème, est pour partie remis en cause au profit d’un modèle plus nuancé conformément auquel le nom aurait dès le départ associé le symbole du dauphin à des prétentions politiques comtales en évoluant selon une chronologie qu’a bien précisée l’historienne Anne Lemonde. Il est par ailleurs possible de faire l’hypothèse que deux femmes ont joué un rôle clef dans cette histoire : la reine Mathilde en inventant le nom-symbole25 et la comtesse Béatrix en émancipant ce symbole de la tutelle religieuse dans le domaine politique comme sur le plan monétaire affirmant ainsi le pouvoir des seigneurs laïques du Dauphiné comme un pouvoir autonome26.

Les racines païennes du symbole delphinal entre sous-entendus et indicibilité ?

  • 27 [Bligny 1984, p. 156].
  • 28 Sur ce sujet dont nous ne sommes absolument pas spécialistes, nous renvoyons aux travaux d’Elsa Gom (...)

28Mais quelle pouvait être la résonance d’un tel symbole avec la culture païenne héritée de l’Antiquité ? Bernard Bligny semble à ce sujet très dubitatif et s’exprime de la manière suivante : « Quant à l’emblème, il n’apparut lui-même qu’à la fin du XIIe siècle ou au début du XIIIe siècle, résurgence bien tardive de son devancier d’époque gallo-romaine27. » Mais pourquoi convoquer ici l’époque gallo-romaine sinon justement à cause de son incontestable présence dans le territoire des Dauphins et plus particulièrement à Vienne. Chaque touriste qui se rend aujourd’hui dans le périmètre de la cité romaine de Vienne pour voir le temple d’Auguste et de Livie ne peut manquer de constater l’omniprésence des dauphins parmi les vestiges hérités de l’Antiquité. Citons, par exemple, les trois magnifiques dauphins de bronze doré qui n’ont pas fini de livrer leurs secrets28. De sorte que la question ne peut être évitée : les dauphins médiévaux de la maison d’Albon sont-ils d’une manière ou d’une autre les héritiers de leurs lointains prédécesseurs romains ?

  • 29 Dans un article paru en 1964 pour la revue Gallia, Stéphanie Boucher, archéologue spécialiste des b (...)
  • 30 Le faux de la donation de Constantin renvoyait lui aussi à l’Empire romain pour justifier en Occide (...)
  • 31 Le motif du dauphin semble être déjà populaire à la même époque dans la région de Grenoble. C’est c (...)
  • 32 Les travaux de Martin Aurell ont montré que la « renaissance du XIIe siècle » avait eu des conséque (...)

29La photo de famille ne joue pas en faveur de cette séduisante hypothèse. Les dauphins barbus et crêtés du Moyen Âge ne ressemblent que de très loin à leurs prédécesseurs méditerranéens en bronze plus réalistes et élégants29. Cependant, la question demeure tant il aurait pu être intéressant pour un pouvoir laïque de se rattacher au pouvoir impérial romain dont le Dauphin était un des symboles depuis Auguste et la bataille de Nauloque et d’Actium30. Dès le VIe siècle, l’évêque Avit lui-même avait eu l’idée peu commune de se faire fabriquer un anneau orné de deux dauphins pour symboliser son pouvoir31. C’est du moins ce dont témoigne une lettre écrite à son propre frère Apollinaire, évêque de Valence. Certains érudits comme le Révérend Père Hostachy ont voulu y voir une pratique commune sans lien avec le paganisme. Ils ont souligné que l’évêque d’Angoulème Adhémar avait lui aussi porté au XIe siècle un anneau épiscopal orné d’un dauphin. Cependant, les travaux les plus approfondis sur cette bague trouvée dans un tombeau insistent sur le fait qu’elle est probablement le remploi d’une intaille antique, sans lien direct avec le christianisme. C’est du moins ce que montre la présence d’un trident autour duquel est enlacé le dauphin. Loin d’invalider notre hypothèse, la bague d’Angoulême confirme donc l’idée selon laquelle l’image du dauphin a pu correspondre dès le XIe à la réapparition de formes antiques anticipant ainsi sur la renaissance du XIIe siècle32.

  • 33 Soulignons que Caligula est le petit-fils de l’amiral Marcus Agrippa, vainqueur de Nauloque et d’Ac (...)
  • 34 Parmi les vins présents dans la région de Vienne depuis l’Antiquité, Barthélémi Faujas de Saint-Fon (...)
  • 35 Il y a tant de fêtes païennes que l’Église a préféré christianiser plutôt que de les faire disparaî (...)
  • 36 Sur la question des relations entre l’image du cheval et les survivances du culte de Neptune, on co (...)
  • 37 Faut-il voir dans cette légende popularisée par Pomponius Mela le lointain écho de la rencontre ent (...)

30Vienne est née avec l’Empire romain auquel elle doit sa prestigieuse histoire et sa situation prospère aux bords du Rhône à proximité des vignes. C’est probablement sous Caligula que la cité antique obtient le statut de colonie honoraire et que la vie à la romaine accède à son plein régime. Peut-on dès lors s’étonner de l’omniprésence à Vienne des représentations de dauphins propres au culte de Neptune auquel l’empereur aimait tant se comparer33 ? Les hommes du Moyen Âge n’avaient vraisemblablement pas conscience de cette histoire dans sa totalité mais la présence de représentations delphinales parmi les ruines ne pouvait manquer de les interroger. Peut-être même que d’importantes fêtes étaient organisées autour du 23 juillet alors que la sécheresse menaçait les vignes34 en écho aux Neptunalia païennes35. Tout cela incitait nécessairement les pouvoirs laïques ou religieux à récupérer la symbolique neptunienne si profondément ancrée dans la « mémoire iconographique » de la ville de Vienne et dans le lit de son fleuve qui la relie au monde méditerranéen. Nous ne savons pas grand-chose de cette période sur ce point si ce n’est que Neptune, dieu équestre par excellence, était entièrement soluble dans la culture chevaleresque de l’époque36. Notons par ailleurs que le titre même de comte d’Albon que les seigneurs de la « première race » issus de la vallée du Rhône ont toujours préféré à celui de comte de Grésivaudan n’est pas sans poser de questions. Il s’orthographie « Albion » dans certains documents. Or ce nom est aussi celui d’un des fils de Neptune ayant défié Hercule dans la légende au moment de son passage du Rhône37. La légende de Neptune était-elle connue par les comtes d’Albon avant même qu’ils ne choisissent le titre de Dauphin ?

31L’historien dauphinois du XVIIe siècle Nicolas Chorier apporte d’importantes indications au sujet du culte de Neptune à Vienne qui pourraient justifier un tel point de vue au-delà de toute comparaison onomastique hasardeuse. Il fait notamment référence aux vestiges d’un temple de Neptune encore visibles à son époque et situés aujourd’hui sous la place des Allobroges :

Les Viennois, attachez comme ils l’estoient, à vn commerce continuel sur le Rhosne et sur la mer, n’aouoient pas en cét aueuglement du Paganisme, negligé Neptune, iusque à ne lui point eriger de Temple. Il est à croire qu’ils luy en consacrèrent auprés du Rhosne, et en ce mesme endroit. Des masures remarquables par leur grandeur et par leur noble Maçonnerie, des plaques de marbre qui ont jadis reuestu des murailles, et les pauez de la marqueterie enseuuelis sous la terre, et découuerts en diuers temps, dans cette vigne, restituée par la Reyne Ermengarde en sont d’assez fortes preuues. Ce sont les restes d’vn ancien temple consacré à Neptune. L’Arme de ce Dieu qui estoit vn Trident comme celle Iupiter estoit la Foudre, et d’Hercule la Massuë, estoit appendue à son entrée. C’est ainsi qu’elle l’estoit à la porte d’un Temple qui lui fut érigée dans la ville de Trente. [Chorier 1661, p. 25-26]

  • 38 Comme le signale le 55e supplément de la revue Gallia consacré à la maison des Dieux Océan à Saint- (...)
  • 39 Sur ce sujet, on consultera à profit l’article de Jean-Pierre Cavaillé sur les frontières de l’inac (...)

32Il est étonnant dans ce contexte que Nicolas Chorier n’ait pas pensé à mettre en relation l’emblème delphinal de sa province et le culte de Neptune38. L’hypothèse du dauphin, symbole païen d’un pouvoir laïque, était peut-être trop difficile à admettre ou à formuler à son époque39.

  • 40 L'assimilation du dauphin à un poisson pose un important problème de biologie. Certains archéologue (...)
  • 41 Cependant, la thèse loufoque du Révérend Père Viktor Hostachy selon laquelle le dauphin proviendrai (...)

33Pourtant, il est certain que le dauphin n’est absolument pas incompatible avec l’univers symbolique du christianisme. Le poisson sous la forme de la carpe ou du dauphin40, avant même peut-être la croix, fait partie des symboles identifiés à Jésus par les premiers chrétiens dans le cadre de ce que certains ont décrit comme une discipline du secret propre aux périodes de persécution41. Ainsi, avec une sorte d’emportement exalté, le pasteur épiscopalien américain et néanmoins historien John P. Lundy affirme dans un ouvrage sur le symbolisme chrétien primitif publié en 1876 :

Mais j’aimerais encore ajouter un élément au sujet qui nous occupe ici, à savoir, le dauphin comme une figure du Christ dans sa capacité de sauveur et libérateur de la mort et de la tombe et comme source de vie éternelle. Il est indubitable que l’objectif spécifique et le motif de l’adoption du dauphin sur les monuments chrétiens était de cacher au maximum la doctrine chrétienne aux païens et dans le même temps de l’exprimer aux initiés de la communauté chrétienne par des formes empruntées à l’art mythologique païen. Le dauphin joueur, aux couleurs si belles, si rapide dans ses mouvements, si sportif aux abords des navires et tant aimé par les marins fut érigé par les nations païennes orientales au rang de pouvoir bienveillant, qui ne protège pas seulement les hommes des dangers de la mer et les amène en sécurité au port désiré mais qui est aussi cette puissance favorable et secourable conduisant sans encombre l’humanité à travers l’océan de la vie et l’emmenant jusqu’aux îles insouciantes des bienheureux immortels. [Lundy 1876, p. 135-136]

  • 42 C’est sans doute parce qu’ils ont été perçus comme les symboles d’un christianisme primitif que de (...)
  • 43 Sur ce sujet voir le livre de Lucien Febvre paru en 1942 intitulé Le problème de l’incroyance au XV (...)
  • 44 L’évêque Hugues de Grenoble prétendait fonder ses revendications sur la conquête du territoire par (...)
  • 45 Cela n’est pas étonnant et relève de ce que l’historien Jacques Le Goff appelle le « merveilleux » (...)

34Comment dire avec plus de clarté que le dauphin est non seulement compatible avec le christianisme mais aussi profondément païen dans sa forme en ce sens qu’il correspond à l’incorporation par le christianisme d’une partie du paganisme42, et plus particulièrement d’une croyance qui d’après l’historien Lucien Febvre ne faisait pas partie des dogmes chrétiens originels : l’immortalité de l’âme43. En tant que symbole, le dauphin est donc l’expression de la survivance même du paganisme au sein du christianisme. Il est en cela particulièrement intéressant pour un pouvoir laïque qui peut en l’utilisant affirmer son autonomie symbolique sans risquer de procès en hérésie. En y ayant recours, les comtes d’Albon renvoient leur légitimité à un pouvoir antérieur et donc supérieur à l’Église sur le plan temporel44 mais aussi à une grammaire des signes traversée de part en part par la culture chrétienne et conforme à l’histoire locale de la province du Dauphiné et de ses héritages païens45. Ils se comportent ainsi en chevaliers modèles de la « renaissance du XIIe » chère à l’historien Charles Haskins : une chevalerie qui pour être guerrière et ambitieuse n’en était pas moins lettrée.

  • 46 Sur l’importance du merveilleux dans la culture et l’histoire du Dauphiné, on pourra consulter de f (...)

35Au chapitre 63 du livre III de ses célèbres Otia imperialia, le clerc Gervais de Tilbury rapporte une étrange légende qui vient apporter du crédit à cette hypothèse et qui n'a jamais été remarquée jusqu'ici. Elle lui aurait été racontée par des marins de la mer méditerranée alors qu’il exerçait la fonction de Maréchal de l’empereur Othon IV au royaume d’Arles dont faisait partie le Dauphiné en ce début de XIIIe siècle. D’après cette légende, les dauphins seraient tous des chevaliers fraternels ayant pour objectif de prévenir les bateaux de l’approche d’un orage et il faudrait pour cette raison éviter de les tuer. Il s’agit d’une transposition évidente à l’univers de la chevalerie du mythe de Dionysos et des pirates transmis par les Métamorphoses d’Ovide et les Dialogues marins de Lucien. Chez ce dernier, Neptune s’adressant aux Dauphins qui forment sa suite apprend qu’ils sont en réalité des pirates changés en dauphins par Dionysos. Ces pirates deviennent chez Gervais des chevaliers et la condamnation de leur assassinat peut être interprétée comme un écho au mouvement de la « Paix de Dieu » servant la christianisation et la moralisation de la légende. Par ce récit, nous entrons dans le monde du « merveilleux » dont Gervais de Tillbury se fit l’observateur attentif pour le royaume d’Arles. La présence du dauphin sur le blason d’une des provinces de ce royaume a-t-elle transformé le « merveilleux neptunien » en identité régionale46 ? Il est notable que la légende des hommes-dauphins soit immédiatement suivie dans les Otia imperialia de celle des sirènes qui causent le naufrage des marins après les avoir charmés. Dans la composition de l’ouvrage de Maître Gervais, cette dernière entre en résonance avec celle de la femme serpent du Livre II qui s’évanouit dans son bain en emportant avec elle la prospérité de son lignage. Un siècle plus tard, le clerc Pierre Bersuire associe ces légendes entre elles dans le prologue du livre XIV du Reductiorum morale. De fait, il semble exister pour les clercs du Moyen Âge une relation étroite et systémique entre ces trois légendes : celle des chevaliers-dauphins, celles des sirènes et celle que Jean d’Arras nomme à la fin du XIVe siècle la légende de Mélusine. Comment l’expliquer ?

Le Dauphin : un descendant de sirènes hérétiques ?

  • 47 En effet, son mari Guigues III était confronté à cette époque à d’importants conflits avec l’évêque (...)
  • 48 La question de la sacralisation du pouvoir des princes ne concerne pas la seule province du Dauphin (...)

36Dès le début du XIIe siècle, l’affirmation du nom-symbole de Dauphin est l’expression des ambitions du lignage issu des comtes d’Albon face à leurs concurrents. La reine Mathilde, dont l’origine est inconnue, l’attribua sous forme de surnom à son fils dans le cadre de son baptême entre 1100 et 1102 de façon à ennoblir un lignage qui comptait bien peu de titres et qu’un conflit durable avec l’archevêque de Vienne affaiblissait47. La comtesse Beatrix (1161-1228) poursuivit cette œuvre en dissociant le symbole du dauphin de celui de l’archevêque au revers des pièces de monnaie pour l’associer à celui du pouvoir temporel des Ducs de Bourgogne. C’est sous son règne que les seigneurs du Dauphiné s’emparèrent du pouvoir temporel et comtal dans le Viennois aux dépens des archevêques. C’est elle encore qui transmit le titre de Dauphin à son enfant dont le surnom de baptême était André. Elle agit ainsi comme si l’onction initiale offerte par l’Église à ce surnom original l’avait été pour l’ensemble de la lignée par le ventre de la mère48. L’apparition du symbole delphinal et sa transmission doivent donc beaucoup aux comtesses du Dauphiné. Symbole merveilleux, le dauphin est aussi en un sens un symbole maternel et féminin.

37Cela n’est pas surprenant car les femmes des puissants lignages aristocratiques de cette province ont joué un rôle central en tant que litteratae dans la production et la conservation à travers les siècles des légendes qui ornaient l’histoire de leur famille. Ainsi, Philippe Alamande de Sassenage possède dès le XVe siècle un important Recueil de Fabliaux, de Contes, de Fables, de Proverbes, de Romans au sein duquel figure le roman de Parthenope de Blois qu’il est possible de considérer comme une légende apparentée au mythe de Mélusine cher à ce lignage.

38L'historien Jules Michelet cherchant de la matière pour nourrir son éloge du rôle historique des Dauphinoises renvoie d'ailleurs spontanément son lecteur à l'univers du mythe et à cette légende :

Il y a sur la frontière des villes héroïques, où c’est de père en fils un invariable usage de se faire tuer pour le pays. Et les femmes s’en mêlent souvent comme les hommes. Elles ont dans toute cette zone, du Dauphiné aux Ardennes, un courage, une grâce d’Amazones, que vous chercheriez en vain partout ailleurs. Froides, sérieuses et soignées dans leur mise, respectables aux étrangers et à leurs familles, elles vivent au milieu des soldats, et leur imposent. Elles-mêmes, veuves, filles de soldats, elles savent ce que c’est que la guerre, ce que c’est que souffrir et mourir ; mais elles n’y envoient pas moins les leurs, fortes et résignées ; au besoin elles iraient elles-mêmes. Ce n’est pas seulement la Lorraine qui sauva la France par une femme : en Dauphiné, Margot de Lay défendit Montélimar et Philis de La Charce ferma la frontière au duc de Savoie (1692). Le génie viril des Dauphinoises a souvent exercé sur les hommes une irrésistible puissance : témoin la fameuse madame de Tencin, mère de d’Alembert ; et cette blanchisseuse de Grenoble qui, de mari en mari, finit par épouser le roi de Pologne ; on la chante encore dans le pays avec Mélusine et la fée de Sassenage. [Michelet 1835, p. 72-73]

  • 49 Il se pourrait par ailleurs que cette scène soit une allégorie du rattachement de la cité de Vienne (...)
  • 50 Poeticon Astronomicon, II, 17.

39Mais comment expliquer l’intérêt des puissantes comtesses du Dauphiné pour le monde subaquatique de Neptune et des dauphins ? Doit-on y voir un indice de ce que le médiéviste Daniel Poirion a appelé le « paganisme féminin » [Poirion 1983] ? Notons pour commencer que l’univers légendaire neptunien n’est pas exclusivement réservé aux hommes. L’équipe de recherche qui s’occupe actuellement d’étudier les antiques dauphins viennois de bronze doré a émis l’hypothèse que cet attelage aurait très bien pu être celui qui ramena Amphitrite à Neptune après sa fuite devant les avances de son futur époux49. Par cette chevauchée delphinale qui unit le dieu des eaux à la plus belle des Néréides, la mythologie héritée de l’Antiquité propose un miroir à l'amour courtois du Moyen Âge. Dans son Astronomie, le poète Hygin raconte en effet à ses lecteurs que cette dernière a commencé par fuir devant les avances de Neptune avant de revenir librement vers lui grâce à un dauphin50. Soulignons que ce récit présente d’importants points communs avec les légendes mélusiniennes. Amphitrite comme Mélusine dans la légende médiévale est la femme venue des eaux. Comme la fée médiévale, elle est une nymphe qui choisit la fuite lorsque son mari ne respecte pas sa volonté. Or, il se trouve que les légendes mélusiniennes sont très présentes au Moyen Âge en Dauphiné.

40Dans une étude intitulée « Le chevalier, la fée et l’hérétique » [Chanaud 1985], l’historien Robert Chanaud a décrit la présence de légendes mélusiniennes dès le Moyen Âge dans cette province en s’appuyant sur les récits rapportés par Gervais de Tilbury dans ses Otia imperialia. Le premier concerne les seigneurs des châteaux d’Epervier et de Charpey dans la Drôme et le second fait référence au château de Rousset en Dauphiné. Dans le premier récit, une femme prend la fuite afin de rejeter non seulement l’autorité que cherchent à exercer sur elle son mari mais surtout celle de l’Église qui veut l’obliger à assister à la messe. Cette attitude est ouvertement condamnée par l’auteur. Robert Chanaud rapproche ce récit de la répression organisée par l’Église du XIIe siècle contre l’hérésie pétrobrusienne en Valentinois et en Dauphiné. Il est aussi possible d’y voir l’expression d’un discours moral hostile au comportement trop libre de certaines femmes sur lesquelles l’Église souhaiterait alors étendre son contrôle matrimonial. Dans le second récit, la dimension religieuse est moins présente. Le schéma narratif est différent. La femme disparaît sous l’eau après s’être transformée en serpent parce que son mari n’a pas respecté les engagements qu’il avait pris auprès d’elle. Le seul point commun de ces deux récits qui permet de les classer dans un même ensemble est le refus par le personnage féminin d’une contrainte : celle qu’exerce l’Église ou le mari. Or, il n’est pas anodin que le deuxième récit associe cette revendication de liberté à l’eau.

  • 51 Il est à noter que le statut delphinal interdit dans un de ses articles les plus originaux la contr (...)
  • 52 Le nom de Mélusine est étroitement lié à la récupération de la légende par le lignage des Lusignan (...)

41Le monde des eaux dominé par Neptune est riche en divinités féminines (néréides, nymphes...) qui revendiquent une certaine liberté d’action par rapport aux hommes et ont même le pouvoir de les ensorceler. C’est du moins l’image qu’il est possible d’en avoir au Moyen Âge en s’appuyant sur la lecture des œuvres d’Hygin ou d’Ovide. Nous pouvons pour cette raison faire l’hypothèse que c’est l’importance du rôle des femmes dans la mythologie neptunienne qui permet de comprendre l’intérêt qu’ont pu trouver les dames du Dauphiné dans le développement du symbole du dauphin et de la mythologie neptunienne en général. Femmes d’un lignage en quête de noblesse, elles pouvaient avoir à cœur de lui trouver une dignité tout en défendant leur liberté. Les avatars du mythe d’Amphitrite répondaient à toutes ces attentes. Fille du dieu de la mer Nérée, Amphitrite était l’archétype de la femme issue d'un noble lignage et capable de fuir devant ce qui risquait d’entraver sa liberté. Elle est aussi la femme de Neptune dont le culte à Vienne fut antérieur au christianisme. Les dauphins, qu’elle partage avec ce dernier, permettaient d’ancrer le lignage des comtes d’Albon dans un passé plus ancien que celui de l’Église tout en étant compatible avec la symbolique chrétienne. Notons enfin que la liberté amoureuse des femmes pouvait être un moyen pour les comtes d'Albon d’affermir leur pouvoir en l’utilisant comme prétexte pour intervenir dans les affaires matrimoniales de leurs vassaux51. Il n'est donc pas étonnant que la légende d'Amphitrite ait trouvé refuge en Dauphiné sous les traits de la légende à laquelle les écrivains du Moyen Âge ont donné par la suite le nom de Mélusine52.

  • 53 En réalité, la légende de Mélusine peut être perçue comme l’hybridation « moralisée » de plusieurs (...)
  • 54 Il existe des occurrences de la légende mélusinienne jusqu’en Normandie.
  • 55 Si tel était le cas, il faudrait reconnaître une grande intuition au romancier Paul Berret pour son (...)
  • 56 Ce surnom aurait donc été partagé par toutes les filles de Guigues IV car ce fut aussi celui de sa (...)
  • 57 Pour les débats à ce sujet, il est possible de consulter le travail de Jules Chevalier [Chevalier 1 (...)

42Certes, la légende de Mélusine ne peut en aucun cas être réduite à la transposition d’un seul récit hérité de l’Antiquité53en une région précise54. Mais a-t-elle pu entrer en résonance en Dauphiné avec la vie transposée dans l’univers du conte des puissantes comtesses du Dauphiné55 ? L’érudit dauphinois Guy Allard considérait que l’une des filles de Guigues IV surnommée « Marquise »56avait pris pour époux Aymar Ier de Poitiers alors que ce dernier ne disposait pas encore du titre de comte de Valentinois57. Il était cependant déjà le seigneur de Charpey dans la Drôme où se trouvait le château d’Epervier dont parle Gervais de Tilbury dans l'un des récits que nous venons de mentionner. Son fils Guillaume II fut le premier à porter le titre de comte. Tout se passe donc comme si la dignité comtale s’était transmise par le ventre de la mère : le mariage avec la fille du dauphin aurait tout simplement ennobli le lignage par un transfert de sacralité delphinale. Soulignons que le cimier du lignage des Poitiers-Valentinois tel qu’il fut peint dans le Palais de l’archevêché d’Embrun avant 1370 représentait une sirène ayant à la main un anneau d’argent qu’un observateur maladroit aurait pu aisément confondre avec un miroir. Cette bague pouvait être vue comme le symbole d’un mariage vecteur de dignité. Il est évident en tout cas que le lignage des Valentinois n’a pas produit la même représentation de l'histoire des femmes-poissons que celle que propose Gervais de Tilbury. Les légendes mélusiniennes que rapporte ce dernier servent à replacer la sirène neptunienne et courtoise dans une sorte de démonologie qui voue au malheur les femmes « trop libres ». Ce procédé de moralisation d'une légende héritée de l'Antiquité est en tout point comparable à celui qui donne naissance au récit des « chevaliers-dauphins » au sein du même ouvrage.

  • 58 Il est vrai comme l’a souligné à de nombreuses reprises Jacqueline Leclercq-Marx que la sirène ne s (...)

43Notons pour finir que la sirène, cousine d’eau salée de Mélusine58, est aussi très présente en Dauphiné quoiqu'elle n'en soit pas la propriété exclusive. Jacqueline Leclercq-Marx a bien montré l’importante diffusion géographique et chronologique de l’image de la femme-poisson à travers l’Europe occidentale [Leclercq-Marx 1997]. La sirène fut un moyen relativement universel de tenir un discours sur les femmes au Moyen Âge selon une logique propre à la période qui associe étroitement l’eau à la féminité.

  • 59 Sur la hantise des femmes dans l’ordre de Cluny, on pourra consulter l’ouvrage d’Elisabeth Dufourcq (...)

44L'imaginaire neptunien semble cependant s’articuler en Daupiné à un statut particulier des femmes, tant politique que social, et sans doute aussi avec une renaissance de certaines formes antiques liées à l’imaginaire neptunien. Les représentations iconographiques de la sirène en Dauphiné témoignent d’ailleurs souvent d’une absence totale de diabolisation. La sirène est présentée comme la fille d’un des fleuves du paradis sur la mosaïque de la chapelle épiscopale de Saint-Nicolas à Die. Elle s’arme d’une lance pour combattre le dragon sur les fresques de la chapelle Saint-Theudère à Saint-Chef. Elle n’est donc pas systématiquement la sirène à double queue si fréquente au Moyen Âge en tant que symbole d’une luxure coupable dont témoignent les églises clunisiennes59.

  • 60 Pour une mise en perspective de cette question, on pourra consulter la thèse d’État de Pierrette Pa (...)
  • 61 « Héritiers à la fois des traditions du christianisme et des vieilles idées païennes, les peuples d (...)
  • 62 Sur les vertus du Dauphin au Moyen Âge, on consultera Bestiaires du Moyen Âge de Michel Pastoureau. (...)
  • 63 Dauphin pourrait alors être considéré comme un surnom-talisman censé protéger l’enfant. Le Dauphin (...)

45L’Église n’était vraisemblablement pas dupe du danger que représentait cette renaissance de formes antiques associée à un imaginaire delphinal et neptunien paradoxalement issu de ses fonts baptismaux. Il est fort possible qu'elle ait eu conscience du lien qui existait entre le souvenir de Neptune en Dauphiné et l’hérésie de Pierre de Bruys qui s’attaquait au même moment et dans la même région au symbole de la croix tout en reniant la dimension religieuse du mariage60. Ce contexte particulier faisait obstacle à la création d'une relation de subordination pure et parfaite de la femme au prêtre. Il était favorable à l’affirmation symbolique des pouvoirs laïques : celui du Dauphin ou celui des comtes de Valentinois qui entretinrent par la suite des rapports troubles avec le camp de l’hérésie cathare. Le titre héréditaire et merveilleux de Dauphin était quant à lui bien construit pour bénéficier de tous les avantages des syncrétismes propres à cette période61sans franchir la ligne rouge qui aurait déclenché un conflit ouvert avec l’Église. Dans le bestiaire médiéval, le dauphin était présenté comme le roi des eaux et donner un nom d’animal à un enfant en tant que surnom de baptême avait pour objectif de lui communiquer ses vertus62. Il avait par ailleurs une indéniable dimension neptunienne qui en faisait le protecteur des jeunes enfants conformément à la légende de Mélicerte63. Mais le dauphin par son assimilation au poisson chrétien était difficile à condamner pour l’Église dont les relations avec les cultes liés à l’eau furent plus qu’ambiguës dans la vallée du Rhône au Moyen Âge.

  • 64 Nous savons bien que Césaire d’Arles a condamné les cultes païens liés à l’eau dans certains de ses (...)
  • 65 Pour ceux que ces éléments ne satisfont pas nous renvoyons à la légende de son avatar à Thiers tell (...)
  • 66 Une photographie de l’objet nous a été transmise par le musée de l’Arles antique. La partie que cer (...)

46En effet, le royaume d’Arles ne semble pas avoir connu d’anathèmes violents à ce sujet. La christianisation de la figure de Neptune paraît au contraire avoir mené dans cette région à une symbiose que l’on pourrait qualifier de « christianisme neptunien » jusqu’au XIIe siècle64. Au-delà des nombreux passages de l’œuvre de Gervais de Tilbury qui en témoignent, c’est ce que démontre d’après nous la popularité du culte de Saint-Genès-de-la-colonne à Arles, en vallée du Rhône et au-delà. La légende de ce saint, qui existait déjà du temps de Césaire, possédait alors un rayonnement que nous avons du mal à imaginer de nos jours tant il fut escamoté par la suite. Le saint s’étant jeté dans le Rhône à l’occasion de son martyre, son culte était associé à de nombreux miracles liés à l’eau et son ancrage calendaire le 25 août n’est pas sans rappeler la fête neptunienne des Consualia du 21 août [Jost 2012]. L’historien John Scheid, qui a souligné à de multiples reprises que Neptune était avant tout un dieu des vertus de l’eau, a précisé la fonction de cette fête au sein du cycle agraire [Scheid 2019] et sa relation avec celle des Opiconsivia du 25 [Scheid 1979] : le contexte des récoltes et des vendanges. De fait, Genesius qui est le nom latin du martyr arlésien est aussi une épiclèse de Neptune qui l’associe à la fertilité65. Or, ce Dieu fut l’objet d’un culte important à Arles pendant l’Antiquité. Les motifs liés à son culte ont d’ailleurs profondément marqué l’iconographie chrétienne dans cette ville. C’est ce que montre le couvercle du sarcophage de Tolosanus qui se trouvait dans la chapelle dédiée à Saint-Genès de l’église Saint-Honorat-des-Aliscamps. Il était possible d’y voir trois dauphins s’enroulant autour d’une croix ou peut-être d’un trident66. Pourtant, la figure de ce saint étrange s’efface progressivement à partir de la réforme grégorienne qui initie la purge progressive par l’Église des survivances païennes issues de l’Antiquité. Gervais de Tilbury lui-même prend pour une légende à caractère merveilleux l’histoire d’un homme qui se serait jeté comme Saint Genis dans le Rhône en entendant des propos tirés des Évangiles au chapitre 85 de ses Otia imperialia. Ainsi, le martyr d'hier subit le même processus de déformation légendaire que celui infligé à la sirène et au chevalier-dauphin. Le souvenir de Neptune s'efface à mesure que la société se christianise et que l'Eglise renforce son pouvoir en Dauphiné comme en royaume d'Arles.

  • 67 Faut-il rapporter au même processus de diabolisation des survivances de cultes associés à Neptune l (...)

47Les figures féminines issues de la mythologie gréco-latine devaient payer le prix fort de cette mutation idéologique du christianisme qui fut aussi une gigantesque opération de refoulement de la sexualité. Amphitrite en devenant Mélusine passe du statut de femme-dauphin ou sirène à celui de femme serpent voire dragon. Elle est donc l’objet d’un véritable processus de diabolisation67 par son rattachement à un bestiaire infernal mais ne disparaît pas et s’intègre progressivement à la culture chrétienne. Seul le dauphin parvient à se maintenir dans son authenticité ambiguë. Malgré sa forme antique, rien ne semble s’opposer à ce qu’il soit flanqué de deux croix sur la bague du Dauphin Guigues VIII.

Une enquête qui se termine en queue de poisson ?

  • 68 Nous avouons être étonnés que l’historienne de l’art Laurence Ciavaldini Rivière méconnaisse ces él (...)
  • 69 Pourrait-il s’agir de petits Palémons encadrant le vieux Pater Portunus des Romains ? Rappelons qu’ (...)
  • 70 On remarquera que la carpe possède la barbe et la crête qui manque au dauphin pour devenir le blaso (...)

48L’analyse du symbole delphinal et de ses origines a d’importantes conséquences pour l’étude de la bague de Guigues VIII. En effet, la représentation du dauphin telle qu’elle figure sur cet anneau renvoie clairement à des formes antiques. Dès lors, la seule hypothèse compatible avec l’authenticité du bijou serait que le camée inscrit dans le cadre ait été trouvé parmi les ruines antiques de la ville de Vienne. Elle supposerait que les habitants de la province du Dauphiné au Moyen Âge aient été en contact avec des représentations iconographiques issues de l’Antiquité. Cela est loin d’être impossible et c’est d’ailleurs une des hypothèses proposées par le petit livret de l’exposition sur la mystérieuse bague de Guigues VIII sans pour autant renvoyer à l’héritage viennois en la matière68. Inversement, si l’on estime que les Dauphins du Moyen Âge n’eurent aucune idée des représentations delphinales issues de l’Antiquité, il serait logique de considérer que cette bague est un faux grossier car le dauphin du camée devrait alors porter une barbe et une crête comme la plupart des dauphins figurant sur les pièces et les sceaux de la province à cette époque. En d’autres termes, si l’on met de côté l’analyse de la composition métallique et celle du style épigraphique des inscriptions de la bague, l’idée qu’il est possible de se faire de l’authenticité de cette dernière dépend de la conception que l’on a des rapports qui existaient entre les souverains médiévaux du Dauphiné et le passé antique de leur province. Ajoutons à cela que l’idée même que nous pouvons nous faire du symbole du dauphin antique a énormément évolué depuis la découverte, déjà mentionnée, des dauphins de bronze doré dans le lit du Rhône au XIXe siècle et l’article de référence publié sur ce sujet par l’archéologue Stéphanie Boucher en 1964. La découverte de la Mosaïque des Dieux Océan en 1967 et le rachat de celle du Titan Océan à l’été 2017 changent sur ce point la donne de façon déterminante. On y observe, dans le premier cas, des dauphins sortant de la barbe du Titan et dans le second des dauphins chevauchés par de petits Cupidons69. Il est notable que ces animaux sont non seulement barbés mais aussi déjà quelque peu crêtés comme s’ils s’étaient métissés au contact des poissons d’eau douce dans le cadre d’un culte rendu à un dieu à la fois maritime et fluvial70. Même si le camée de la bague de Guigues VIII avait représenté un dauphin hybride, cela n’aurait donc pas été une preuve incontestable de son origine médiévale.

Conclusion

  • 71 La notion est issue de l’Alltagsgeschichte allemande et renvoie aux usages populaires de l’histoire (...)

49L’intérêt de l’exposition organisée autour de la bague de Guigues VIII réside avant tout pour l’historien dans les débats qu’elle aura suscités. C’est d’ailleurs le cas de toute activité de divertissement historique qu’il s’agisse d’histoire de l’art, de films historiques, d’événements festifs comme les journées révolutionnaires de Vizille ou même d’escape games qui sont de plus en plus nombreux à Grenoble, comme ailleurs, à l’occasion des journées du patrimoine. Quel rôle dans ce nouveau contexte culturel qualifié parfois d’histotainment71 pour les experts de l’histoire en tout genre ? Réside-t-il dans le fait d’assener des vérités incontestables ou de pointer du doigt, au contraire, les incertitudes et les lieux où le doute possible peut servir de marchepied à l’imagination, capable de poser en retour de nouvelles questions à la science historique ?

50Nous pensons, en ce qui nous concerne, qu’une exposition ou un article scientifique ne peuvent être considérés comme le point de clôture d’un débat mais doivent au contraire être le point de départ d’une interrogation. Imagination et raison peuvent marcher de conserve dans les sciences historiques et il aurait été intéressant qu’elles le fassent dans ce cas pour explorer davantage le rôle possible des femmes dans le développement de la symbolique delphinale. Mais cela n’est qu’une faible critique tant cette exposition a incité un public nombreux à s’interroger de manière constructive sur l’histoire de la province du Dauphiné.

  • 72 Parmi les riches débats suscités par l’acquisition d’un faux par un musée, il est possible de citer (...)

51Par le biais de cet article, elle aura permis de mettre en évidence le caractère « merveilleux » du symbole delphinal qui n’est pas sans rappeler la description du royaume d’Arles que propose Gervais de Tilbury dans ses Divertissements pour un empereur (1215). Elle aura aussi relancé le débat sur les relations entre pouvoir laïque et pouvoir religieux en Dauphiné au Moyen Âge. Nous considérons donc qu’elle fut un succès et qu’il est nécessaire de mettre en question la pertinence de tests scientifiques systématiques tels que les propose le CIRAM en amont des expositions. Cela risquerait d'empêcher l’organisation d'événements qui auraient pu aboutir à d’intéressants débats72 en les réduisant à une étude sur la composition matérielle des objets ? L’imagination doit stimuler la science dans sa globalité et les sciences doivent, pour cette raison, éviter de museler l’imagination en amont. Nous laisserons sur ce sujet le dernier mot à Madame de Staël dont la préface au roman féministe Delphine nous semble pouvoir servir d’art poétique à tout historien s’intéressant à ce genre de sujets : « On a voulu établir depuis quelques temps une sorte d’opposition entre la raison et l’imagination, et beaucoup de gens, qui ne peuvent pas avoir de l’imagination, commencent d’abord par manquer de raison, dans l’espoir que cette preuve de zèle leur sera toujours comptée. (…) Il y a dans nous une force morale qui tend toujours vers la vérité ; en opposant l’une à l’autre, le sentiment, l’imagination, la raison, toutes les facultés de l’homme, on établirait en lui-même une division presque semblable à celle qui, en affaiblissant les empires, rend leur asservissement plus facile. Les facultés de l’homme doivent toutes avoir la même direction, et le succès de l’une ne peut jamais être aux dépens de l’autre ; l’écrivain qui, dans l’ivresse de l’imagination, croit avoir subjugué la raison, la verra toujours reparaître comme son juge, non seulement dans l’examen réfléchi, mais dans l’impression du moment qui décide de l’enthousiasme. » [Staël 1872, p. 7] Dans ce roman dont le titre résonne comme un lointain écho du nom des puissantes comtesses du Dauphiné, Germaine de Staël exprime avec clarté la conviction selon laquelle le roman et l’histoire sont et doivent être inséparables. C’est cette même conviction qui traverse l’œuvre toute historique de Champollion comme l’a démontré le poète Gérard Macé dans le roman qu’il lui a consacré. Quant au débat sur l’authenticité de la bague qui est à l’origine de la rédaction de cet article, nous aimerions conclure en utilisant la fameuse devise du lignage dauphinois de Sassenage : « Si c’est une fable, elle est noble. »

Haut de page

Bibliographie

Études scientifiques

a) Ouvrages

Martin Aurell, Le Chevalier lettré, Paris, Fayard, 2011.

Michel Balard, Bibliographie de l’histoire médiévale en France (1965-1990), Publications de la Sorbonne, 2001.

Jean-Louis Biget, Albi et l’albigeois, thèse sous la direction de Philippe Wolff, Toulouse, 1993.

Marc Bloch, Les rois thaumaturges, NRF, 1983.

Marc Bloch, La société féodale, Albin Michel, 1940.

Philippe Borgeaud, La Mère des Dieux. De Cybèle à la Vierge Marie, Le Seuil, 1996.

Jules Chevalier, Mémoire historique sur les hérésies en Dauphiné avant le XVIe siècle : accompagné de documents inédits sur les sorciers et les Vaudois, Céas, 1890.

Jules Chevalier (chanoine), Mémoires pour servir à l’histoire des comtés de Valentinois et de Diois, vol. 1 : Les anciens comtes de Die et de Valence, les comtes de Valentinois de la maison de Poitiers, Paris, Picard, 1897, 477 p.

Chantal Connochi-Bourgne, Mondes marins du Moyen Âge, Presses universitaires de Provence, 2006.

Clarisse Coulomb, Les Pères de la patrie. La société parlementaire en Dauphiné au temps des Lumières Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2006, p. 460.

Etienne Delaruelle, La piété populaire au Moyen Âge, Bottega d’Erasmo, Turin, 1975.

Georges Duby, Dames du XIIe siècle, Paris, Gallimard, 1995-1996, 3 volumes.

Elisabeth Dufourcq intitulé Histoire des chrétiennes. Des origines évangéliques au siècle des sorcières, Tallandier, 2015.

Emile Espérandiau, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, volume 12, Imprimerie nationale, 1947.

René Favier (dir.), Nouvelle Histoire du Dauphiné, Glénat, 2007.

Christine Ferlampin-Acher, Fées, bestes et luitons : croyances et merveilles, PUPS, 2002.

Lucien Febvre, Le problème de l’incroyance au XVIe siècle, Albin-Michel, 1942.

Philippe Grosos, Signe et Forme, Philosophie de l’art et art paléolithique, Les éditions du Cerf, 2017.

Danièle James-Raoul et Claude Thomasset, Dans l’eau sous l’eau. Le monde aquatique au Moyen Âge, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2002.

Charles H. Haskins, The Renaissance of the Twelfth Century, Cambridge, 1927.

Charles Joisten, Être fantastiques, patrimoine narratif de l’Isère, Musée dauphinois, 2006.

Jacquelin Leclerq-Marx, La sirène dans la pensée et dans l’art de l’Antiquité et du Moyen Âge. Du mythe païen au symbole chrétien, Acad. royale de Belgique, 1997.

Révérend Père Viktor Hostachy, Etude des origines du "Dauphin" : le poisson héraldique et symbolique delphinal au temps des Croisades; Le symbolisme païen et chrétien du dauphin‎, Allier, 1957.

Claude Lecouteux, Démons et Génies du terroir au Moyen Âge, Imago, 1995.

Claude Lecouteux, Mélusine et le chevalier au cygne, Editions Imago, 1997, Paris.

Jacques Le Goff, L’imaginaire médiéval, Gallimard, 1985

Georges de Manteyer, Les origines du Dauphiné de Viennois : d’où provient le surnom de baptême Dauphin, reçu par Guigues IX, comte d’Albon (1100-1105), Peyrot, 1925.

Jules Michelet, Histoire de France, t. 2, Classique Hachette, 1835.

Pierrette Paravy, De la chrétienté romaine à la Réforme en Dauphiné. Évêques, fidèles et déviants (vers 1340-vers 1350), École Française de Rome, 1993. 1584 p.

Michel Pastoureau, Bestiaires du Moyen Âge, Paris, Seuil, 2011.

Michel Pastoureau, Traité d’Héraldique, A. et J. Picard, 2008.

Joanna Pavlevski, Melusigne, Merlusine, Melusina, Meluzíně, Mélusine… Invention d’une figure mythique politique en Europe du Moyen-Age au XXIe siècle, sous la direction de Christine Ferlampin-Acher, Professeur à l’Université Rennes 2 et d’Edoardo Costadura, Professeur à l’Université de Jena, 2017.

Pline l’Ancien, Histoire naturelle de Pline avec la traduction en français par Émile Littré, t. 2, Firmin Didot, 1855.

Daniel Poirion, Le merveilleux dans la littérature française du Moyen Âge, QSJ n° 1938, 1983.

Pierre Saintyves, Les Saints successeurs des Dieux : essais de mythologie chrétienne, Paris, 1907.

Anne Santamaria-Lemonde, De la principauté delphinale à la principauté royale : structures et pouvoir en Dauphiné au XIVe siècle, UPMF, direction Paravy, 2000.

John Scheid, La religion romaine, Armand Collin, 2019.

Ludwig Traube, Vorlesungen und Abhandlungen, 3. vol, 1909-1920.

Arnold Van Gennep, Le folklore du Dauphiné, Maisonneuve, 1933.

André Villard, Les monnaies viennoises, Gap, 1942.

Philippe Walter, Saint-Antoine entre mythe et légende, ELLUG, 1996.

Heinrich Joseph Wetzer, Dictionnaire encyclopédique de théologie catholique, Gaume frères, 1858.

b) Articles

Marie-Christine Bailly-Maître, « Un coron du Moyen Âge, le site de Brandes-en-Oisans (Huez, Isère) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 96, no 2, 1989.

Jacques Berlioz, « Une relecture des Otia imperialia (II, 10) de Gervais de Tilbury », Le Monde alpin et rhodanien. Revue régionale d’ethnologie, n° 3-4/2004.

Bernard Bligny, « La reine Mathilde et le Dauphin », In Bulletin mensuel de l’Académie Delphinale, Ser. 9, vol. 2, 1981, p. 58-72.

Bernard Bligny, « Note sur l’origine et la signification du terme ‘dauphin’ (de Viennois) », Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, 15ᵉ congrès, Toulouse, 1984.

Olivier Bobin et Hervé Guegan, « A new approach to the authentication of goldwork. Using combined Scanning Electron Microscopy and External-beam PIXE », ArchéoSciences, revue d’archéométrie, 33, 2009, p. 341-347.

Stéphanie Boucher, « Les grands dauphins de bronze doré du musée municipal de Vienne », Gallia, 1964.

Arlette Bouloumier et Henri Béhar (dir.), Mélusine moderne et contemporaine, L’Âge d’homme, 2001.

Jean-Pierre Cavaillé, « Les frontières de l’inacceptable. Pour un réexamen de l’histoire de l’incrédulité. », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Jean-Pierre Cavaillé, Les limites de l’acceptable, mis en ligne le 09 novembre 2011, URL : http://dossiersgrihl.revues.org/4746; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.4746

Robert Chanaud, « Le chevalier, la fée et l’hérétique. Une ancêtre valentinoise de Mélusine, la dame du château de l’Épervier », In Le Monde alpin et rhodanien, Revue régionale d’ethnologie, n°2-3/1985, p. 31-54.

François Flahaut, « La sirène aux frontières de l’infini », in Les métamorphoses du conte, Peter Lang, 2004.

Paul Fournier, « Le royaume de Provence sous les Carolingiens. À propos d’un livre récent », in Annales du Midi, 1902.

Raymond Girard, « Notes sur les plus anciennes monnaies anonymes des dauphins de Viennois », Revue numismatique, 6e série, t. 33, année 1991, p. 269-277.

Laurence Harf-Lancner, « L’eau magique et la femme-fée : le mythe fondateur du Tristan en prose », in L’eau au Moyen Âge, Sénéfiance, 1985.

Madeleine Jost, « De Pallantion d’Arcadie à Pallantium du Latium : fêtes « arcadiennes » et fêtes romaines », Revue internationale et pluridisciplinaire de religion grecque antique, 2012.

Jean Irigoin, « Quelques réflexions sur le concept d’archétype », Revue d’histoire des Textes, 1978.

Jean-Loup Kastler, « Du « problème de l’incroyance » à « l’étrange liberté ». Un changement de paradigme de l’histoire des expériences religieuses ? », L’incroyance religieuse, Théorème, 2013.

Jean-Loup Kastler, « Recension de Signes et Formes de Philippe Grosos », Actu-philosophia [consulté le 31/12/2018], http://www.actu-philosophia.com/Philippe-Grosos-Signe-et-Forme-796#nb1.

Ivelin Kuleff, Totko Stoyanov et Milena Tonkova, « Gold Thracian appliques: authentic or fake? », ArchéoSciences, revue d’archéométrie, 33, 2009, p. 365-373.

Jacqueline Leclercq-Marx, « L’idée d’un monde marin parallèle au monde terrestre : émergence et développements », Mondes marins du Moyen Âge, Sénéfiance, 2014.

Jacqueline Leclercq-Marx, « Une page d’histoire naturelle peu connue : les contreparties marines d’animaux terrestres dans la littérature didactique et encyclopédique », Wasser in der mittelalterlichen Kultur, 2017.

Claude Lecouteux, « La structure des légendes mélusiniennes », Annales. Economies, sociétés, civilisations. 33ᵉ année, N. 2, 1978, p. 294-306.

Jacques Le Goff, Emmanuel Leroy-Ladurie, « Mélusine maternelle et défricheuse », Annales. Economies, sociétés, civilisations, 26ᵉ année, N. 3-4, 1971, p. 587-622.

Anne Santamaria-Lemonde, « Non est enim potestas, nisi a Deo... Les fondements contractuels du pouvoir en Dauphiné à la lumière du statut de 1349 », Avant le contrat social : Le contrat politique dans l’Occident médiéval XIIIe-XVe siècles ; Colloque international de Madrid (2008), Foronda, François [Publ.], Paris (2011), p. 291-326.

Jack Ogden, « The Technology of Medieval Jewelry », Ancient & Historic Metals: Conservation and Scientific Research, Edited by David A. Scott, Jerry Podany, and Brian B. Considine, 1995.

Michel Pastoureau, « L’apparition des armoiries en Occident. État du problème », in Bibliothèque de l’École des Chartes, 1976.

Charles Picard, « Le dauphin au trident sur le sarcophage sidonien « au navire » », Syria. Revue d’art oriental et d’archéologie, 1933.

Auguste Prudhomme, « De l’origine et du sens des mots Dauphin et Dauphiné et de leur rapport avec l’emblème du dauphin en Dauphiné, en Auvergne et en Forez », Bibliothèque de l’école des chartes, 1893, t. 54, p. 455.

Laurent Ripart, « Du royaume aux principautés : Savoie-Dauphiné, Xe-XIe siècles », dans Christian Guilleré, Jean-Marie Poisson, Laurent Ripart, Cyrille Ducourthial (dir.), Le royaume de Bourgogne autour de l’an mil, Chambéry, 2008, p. 247-276.

John Scheid, « Conférence », Annuaire de l’EPHE, 1979.

André Siganos, « Quelques précisions sur le dauphin héraldique », Revue française d’héraldique et de sigillographie, 1975, p. 13 à 18.

Daniel Vella, James Licari, Nicholas Vella, Sharon Sultana et Vanessa Ciantar, « Analysis of a Phoenician gold ring from the National Museum of Archaeology, Valletta, Malta », ArchéoSciences, revue d’archéométrie, 33, 2009, p. 349-355.

Autres sources imprimées

a) Sources anciennes

Hygin, Poeticon Astronomicon, Erhard Ratdolt, 1482.

Lucien de Samosate, « Neptune et les Dauphins », Dialogues marins, Oeuvres complètes, tome premier, Hachette, 1874.

Ovide, Les métamorphoses, Traduction de Marie Cosnay, Editions de l’Ogre, 2017.

Pline, Histoire naturelle avec la traduction en français par Emile Littré, Firmin Didot, 1855.

Pomponius Mela, Géographie traduite par Louis Baudet, Firmin Didot, 1843.

b) Sources médiévales

Pierre Bersuire, Reductiorum morale surper totam bibliam, l’héritier de Jérôme Scott, 1583.

Gervais de Tibury, Le livre des merveilles, Divertissements pour un empereur (Livre troisième), Belles lettres, traduction Annie Duchesne, 2018.

Gervais de Tilbury, Otia imperialia: recreation for an Emperor, Oxford, 2002.

c) Sources modernes

Barthélémi Faujas de Saint-Fonds, Histoire naturelle de la province du Dauphiné, tome premier, Veuve Giroud, 1781.

Pierre Belon, L’Histoire naturelle des estranges poissons marins, Paris, 1551.

Ulysse Chevalier, Regeste dauphinois, ou Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés et manuscrits relatifs à l’histoire du Dauphiné, des origines chrétiennes à l’année 1349, Valence, Impr. valentinoise, 1913-1926

Nicolas Chorier, Histoire générale du Dauphiné, Philippes Charvys, 1661.

Denys de Salvaing de Boissieu, De l’usage des fiefs et autres droits seigneuriaux, André Faure, 1731.

Jean-Pierre Moret de Bourchenu Valbonnais, Histoire de Dauphiné et des princes qui ont porté le nom de Dauphins, Fabri et Barrillot, 1722.

d) Souces contemporaines

Maurice Barrès, Les Déracinés, Charpentier, 1897.

Renaut de Beaujeu, Le Bel inconnu, ou Guinglain fils de messire Gauvain et de la Fée Blanchemal, Honoré Champion 2003.Pierre Bec, Chants d’amour des femmes troubadours, Les Belles Lettres, Paris, 2000

Harry Bellet, Faussaires illustres, Actes Sud, 2018.

Paul Berret, Au Pays des brûleurs de loups, légendes et contes du Dauphiné, C. Delagrave, 1906.

Armand Desbat, Odile Leblanc, Jean-Luc Prisset, Hugues Savay-Guerraz, Dominique Tavernier et allii, La maison des Dieux Océan, 55e supplément de la revue Gallia, CNRS Edition, 1994.

John P. Lundy, Monumental Christianity or the Art and Symbolism of the primitive church as witnesses andteachers of the catholic faith, Bouton, 1876.

Gérard Macé, Le dernier des Egyptiens, Folio, 1988.

Jules Michelet, Histoire de France, t. 2, Classique Hachette, 1835.

Jean-Joseph-Antoine Pilot de Thorey, Usages, fêtes & coutumes existant ou ayant existé en Dauphiné, Bibliothèque historique du Dauphiné, 1885.

Germaine de Staël, Delphine, Firmin Didot Frères, 1872.

Stendhal, Vie de Henry Brulard, Morand, 1890.

« Objets d’art du Moyen Âge, de la Renaissance et des Temps Modernes », Catalogue des objets d’art, antiques, du Moyen Âge et de la Renaissance dépendant de la succession Alessandro Castellani et dont la Vente aura lieu à Rome du lundi 17 mars au jeudi 10 avril 1884, 1884.

La mystérieuse bague de Guigues VIII. Un joyau médiéval, catalogue de l’exposition, Patrimoine en Isère/Musée de l’Ancien Evêché, 2018.

« La prétendue « bague du Dauphin Guigues », un faux flagrant », Cabinet de Haute expertise Honoré d’Urfé [En Ligne], Espace sceaux et bagues historiques [consulté le 31/12/2018], https://www.expert-sceaux.com/bague-du-dauphin-guigues-faux.

Haut de page

Notes

1 Quelques pages plus haut, l’auteur condamne cette tradition des anneaux de parure pour des raisons morales et explique qu’il n’en connaît pas l’origine réelle.

2 Ces débats ne sont pas sans rappeler ceux qu’a occasionnés l’achat par le parc d’attractions du Puy du Fou de la prétendue bague de Jeanne d’Arc.

3 Nous abordons la question des survivances du paganisme au Moyen Âge sans naïveté. Nous sommes conscients des critiques qu’a pu faire à ce sujet le grand historien André Vauchez qui nous semblent identiques à celles que Lucien Febvre avait émises au sujet de l’athéisme au XVIe siècle (voir à ce sujet l’introduction du recueil d’articles d’Etienne Delaruelle [Delaruelle 1975]).

4 Nous faisons ici référence à la série de BBC One intitulée Fake or Fortune ? animée par Philip Mould et Fiona Bruce depuis 2011 qui est très suivie de nos jours en Grande-Bretagne. De fait, la figure du faussaire fascine l’opinion publique contemporaine comme l’a bien compris le journaliste Harry Bellet, auteur du livre Faussaires illustres paru en 2018 chez Actes Sud.

5 On se souvient à ce sujet des conséquences judiciaires de l’affaire des six faux sièges acquis par le château de Versailles pour 1,7 millions d’euros entre 2008 et 2012.

6 S’agissait-il par l’utilisation de ce type d’objets de concurrencer les évêques qui disposaient d’anneaux d’investiture ? On retrouve de fait parmi les anneaux d’investiture compris dans la catégorie « Objets d’art du Moyen Âge, de la Renaissance et des Temps Modernes » du Catalogue des objets d’art, antiques, du Moyen Âge et de la Renaissance dépendant de la succession Alessandro Castellani et dont la Vente aura lieu à Rome du lundi 17 mars au jeudi 10 avril 1884 un objet qui ressemble fortement à la bague de Guigues VIII : « 719 - Anneau en bronze doré en partie décoré de deux mascarons, têtes de femmes en relief et d’ornements gravés. Le chaton est formé d’une intaille antique sur agate saphirine portant un dauphin et quelques lettres grecques groupées deux à deux. » S’agit-il d’un dauphin ou d’un simple poisson accompagné du célèbre acrostiche ?

7 Notons cependant dès maintenant qu’un anneau au Moyen Âge est suspect d’entretenir des relations particulières avec l’univers du sacré, du magique et du merveilleux. C’est ce que remarquait d’ailleurs Marc Bloch dans Les rois thaumaturges : « Les anneaux ont compté de toute éternité parmi les instruments de la magie et plus particulièrement de la magie médicale... » [Bloch 1983, p. 165]

8 L’inscription étant gravée dans le sens de la lecture, la bague de Guigues VIII ne peut en aucun cas être confondue avec un signet.

9 Le prénom Guigues, même s’il devient le nom par excellence des seigneurs du Dauphiné depuis le premier comte d’Albon qui soit attesté pour l’histoire de cette province, n’est pas si rare au Moyen Âge. Il renvoie à la racine germanique wig qui signifie combat. Il a donc la même racine que le prénom Guinglain qui est celui du fils de Gauvain et de la fée Blanchemal dans le cycle arthurien. Soulignons au passage que la vie de ce jeune chevalier qui est obligé de se construire par le combat faute d’avoir connu ses origines et dont la réussite est assurée par un mariage avec une femme-serpent peut être rapproché des légendes mélusiniennes sans pour autant en avoir la structure au sens strict [Lecouteux, 1997]. Notons par ailleurs que cette légende fut couchée par écrit aux alentours de 1200 par Renaut de Beaujeu dans un roman en vers intitulé Le Bel inconnu. Retenons pour l’instant que le prénom Guigues est un « prénom programme » pour une dynastie qui contrairement à celle des Savoie ne possède pas de nobles origines la rattachant à la parentèle de la dernière reine de Bourgogne Ermengarde.

10 Voir aussi à ce sujet sa thèse sous la direction de Pierrette Paravy sur la Principauté du Dauphiné [Santamaria-Lemonde, 2000].

11 Nous pouvons dans un premier temps nous étonner que l’historienne de l’art Laurence Rivière Ciavialdini ne note pas la contradiction qui existe entre la possibilité pour cette bague d’être sortie d’un atelier dauphinois d’orfèvrerie au Moyen Âge et le fait que le règne de Guigues VIII commence en 1319. En effet, une telle hypothèse implique un poinçon qui ne figure pas sur la bague alors qu’il est obligatoire à partir de 1318 comme elle le rappelle elle-même. Une explication simple pourrait être que l’interdiction de 1318 ne fut pas appliquée immédiatement.

12 Soulignons qu’Antoine Cayre a toujours pu compter dans ses projets sur de puissants soutiens : l’intendant de la province Pajot de Marcheval mais aussi Voltaire et Etienne de Choiseul.

13 Sur ce sujet, on consultera à profit l’étude qu’a consacré André Villard aux monnaies viennoises et à leurs inscriptions [Villard 1942].

14 Cabinet de Haute expertise Honoré d’Urfé [En Ligne], Espace sceaux et bagues historiques [consulté le 31/12/2018].

15 Pour mieux comprendre une partie des méthodes utilisées par le laboratoire, nous renvoyons aux articles tirés de la revue Archéosciences cités en bibliographie. Nous avons ajouté à cela des références intéressantes glanées auprès des experts contactés. Il est à noter qu’à notre connaissance la datation (U-Th)/He du métal n’a pas été entreprise à ce jour et qu’elle pourrait donc valider ou invalider les résultats de l’analyse de surface réalisée par le laboratoire du CIRAM.

16 Pour le Dauphiné, les traces du Moyen Âge ne peuvent être réduites à une mode importée de Grande-Bretagne en France au XIXe siècle. Il est nécessaire de nuancer sur ce point les propos de Laurence Ciavaldini Rivière dans le livret de l’exposition consacrée à la bague au Dauphin [Musée de l’Ancien Evêché 2018, p. 36]. Il est à noter que ces considérations s’opposent aussi à la thèse fréquemment soutenue par Jacques Le Goff selon laquelle le XVIIIème aurait été un siècle d’oubli des légendes médiévales.

17 Sur ce sujet on consultera avec profit l’article d’Anne Lemonde [Santamaria-Lemonde 2008]. Soulignons par ailleurs que l’historien Marc Bloch fait figurer le statut delphinal dans son ouvrage consacré à la société féodale [Bloch 1939]. Il y voit une illustration de l’idée moderne de contrat mais surtout du droit à la désobéissance. Cela doit-il être considéré comme une nuance à apporter aux analyses proposées dans sa thèse au sujet des chartes d’affranchissement ?

18 De fait, l’identité régionale de la province de Dauphiné est sur ce point l’opposée de l’image fantasmée de la Lorraine que propose Maurice Barrès dans Les Déracinés en 1897. Elle est étroitement liée à la Révolution française comme en témoigne l’œuvre de Stendhal et plus particulièrement Vie de Henry Brulard.

19 Sur ce sujet, nous renvoyons le lecteur à l’article d’André Siganos paru en 1975 dans la Revue d’héraldique et au Traité d’héraldique de Michel Pastoureau.

20 Sur cette tendance lourde de l’histoire de l’art, il est possible de lire l’excellent livre qu’a consacré le philosophe Philippe Grosos à l’art préhistorique intitulé [Grosos 2017].

21 Voir aussi son article paru en 1981 dans le Bulletin de l’académie delphinale.

22 Bernard Bligny s’oppose ainsi à la thèse de l’historien Georges Manteyer qui en fait la fille du roi d’Angleterre jamais couronné Edgar Etheling. Mais au fond si un obscur chevalier de la maison d’Albon avait pu se nommer comte pourquoi une dame aux origines incertaines n’aurait pas pu se déclarer reine ? Nous pensons à ce sujet que certaines pistes pourraient être explorées du côté des descendants de Guillaume le Conquérant.

23 [Girard 1991]

24 On remarquera qu’il s’agit de motifs assez similaires à ceux qui se trouvent sur la bague. En admettant qu’il s’agit d’un objet authentique, il serait donc possible de proposer une attribution alternative à celles des organisateurs de l’exposition en évoquant Guigues VI, premier Dauphin de la seconde race.

25 Georges de Manteyer lui-même admettait que les surnoms étaient souvent choisis du côté maternel.

26 Soulignons de nouveau que c’est son fils Guigues André qui fut le premier à porter le titre de Dauphin à proprement parler d’après l’historienne Anne Lemonde [Lemonde 2000].

27 [Bligny 1984, p. 156].

28 Sur ce sujet dont nous ne sommes absolument pas spécialistes, nous renvoyons aux travaux d’Elsa Gomez, Virginie Durand, de Véronique Langlet-Marzloff et de l’archéométallurgiste Benoît Mille. Ce travail est exceptionnel tant par sa qualité scientifique que par le souci de vulgarisation auprès du public dont témoignent les vidéos mises en ligne à ce sujet par le site du Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France.

29 Dans un article paru en 1964 pour la revue Gallia, Stéphanie Boucher, archéologue spécialiste des bronzes antiques, propose un portrait-robot du dauphin viennois antique : « Ce type de dauphin, le Delphinus Delphis, ne correspond d’ailleurs pas à la réalité scientifique : la tête n’est pas aussi grosse et proéminente, le corps est longiforme, la queue n’est pas sinueuse, la nageoire caudale est bilobée; un détail exact est celui du plan perpendiculaire de cette nageoire par rapport au plan du corps, détail possible ici du fait de la ronde-bosse, et souvent négligé sur les reliefs et les peintures au profit d’une figuration exhaustive et par confusion avec les figurations habituelles de poissons. Ce type de dauphin, habituel à l’époque gréco-romaine n’est pas non plus le type primitif, plus exact, des monnaies de Syracuse, Messine, Tarente. La particularité essentielle des dauphins de Vienne serait l’œil, si humain, surmonté d’une ligne en relief figurant le sourcil, et entouré de ce curieux rebord polygonal qui ne correspond à aucune réalité, détail qui se retrouve d’ailleurs sur d’autres monuments, avec quelques variantes. » [Boucher 1964, p. 34-35]

30 Le faux de la donation de Constantin renvoyait lui aussi à l’Empire romain pour justifier en Occident les prétentions de l’Église.

31 Le motif du dauphin semble être déjà populaire à la même époque dans la région de Grenoble. C’est ce que montre un élément de tabletterie en os conservé dans la salle souterraine de l’ancien baptistère de cette ville : une chimère en forme de dauphin-loup difficilement datable. Il est possible d’y voir une interprétation artistique du bar appelé aussi lupus marinus. On pourrait aussi penser que le dauphin a pu être perçu très tôt dans la région de Grenoble comme une contrepartie marine du loup au sens que donne Jacqueline Leclercq-Marx à ce terme. Cet élément de tabletterie a très bien pu orner un coffret dans lequel se trouvait un manuscrit ou même être un élément du plat de reliure du manuscrit en question. Il pourrait alors être perçu comme le témoignage d’une réception précoce de l’œuvre d’Ovide en Dauphiné. En effet, l’œuvre de ce dernier est étroitement associée aux métamorphoses marines comme le montre le livre XI des Métamorphoses.

32 Les travaux de Martin Aurell ont montré que la « renaissance du XIIe siècle » avait eu des conséquences indéniables sur la chevalerie qui ne fut pas exclue de ce vaste mouvement de renouveau culturel qui anime alors l’Occident [Aurell 2011]. Il est possible de considérer que notre interprétation des origines de la symbolique delphinale s’inscrit dans la réévaluation de la culture chevaleresque inspirée par cet auteur.

33 Soulignons que Caligula est le petit-fils de l’amiral Marcus Agrippa, vainqueur de Nauloque et d’Actium, et constructeur de la basilique de Neptune sur le champ de Mars et gouverneur de la Gaule transalpine sous Auguste. Dans son Histoire des estranges poissons marins, Pierre Belon va jusqu’à prétendre que c’est Marc Agrippe qui a introduit l’emblème delphinal en Dauphiné [Belon 1551, f°15v].

34 Parmi les vins présents dans la région de Vienne depuis l’Antiquité, Barthélémi Faujas de Saint-Fonds mentionne dans son Histoire naturelle de la province de Dauphiné le vin de Côte-Rôtie et cite à son sujet les propos enthousiastes de Plutarque.

35 Il y a tant de fêtes païennes que l’Église a préféré christianiser plutôt que de les faire disparaître à cause de leur imbrication dans le cycle naturel des saisons. Il est possible de ce point de vue de se demander si les Neptunalia n’ont pas été remplacées par la fête de Sainte-Anne du 26 juillet à l’occasion de laquelle des pains bénis en forme de dauphins ont été offerts en Dauphiné jusqu’au début du XIXe siècle [Thorey 1885]. Arnold Van Gennep confirme l’existence de cette fête mais dans une forme laïcisée dans les années 1930 : « De nos jours, dans les villages, la fête est purement laïque, par exemple à St Martin d’Uriage, où elle ne comporte qu’un banquet le dimanche qui suit la Sainte-Anne. » [Van Gennep 1933, p. 351] Ajoutons par anticipation que certains spécialistes de la légende mélusinienne voient dans Saint-Anne une mélusine chrétienne [Bouloumier et Béhar 2001].

36 Sur la question des relations entre l’image du cheval et les survivances du culte de Neptune, on consultera avec profit les travaux de Christine Ferlampin-Acher [Ferlampin-Acher 2002] mais aussi l’article de Jacqueline Leclercq-Marx sur les mondes marins parallèles qui insiste sur la figure des chevaliers marins [Leclercq-Marx 2014]. Il n’y a en tous les cas aucune raison de considérer que la mythologie gréco-romaine, que le ménestrel Jean Bodel appelle aussi la « matière de Rome », ait joué un rôle moins important dans la construction de l’imaginaire chevaleresque que la « matière de Bretagne ». Rappelons d’ailleurs que le paléographe Ludwig Traube qualifia l’époque qui nous intéresse d’« aetas ovidiana », c’est-à-dire d’âge d’Ovide même si cela s’accompagnait d’une certaine moralisation des légendes antiques comme l’illustre parfaitement L’Ovide moralisé.

37 Faut-il voir dans cette légende popularisée par Pomponius Mela le lointain écho de la rencontre entre Hannibal et les Allobroges ?

38 Comme le signale le 55e supplément de la revue Gallia consacré à la maison des Dieux Océan à Saint-Romain-en-Gal, l’historien Nicolas Chorier semble avoir pu admirer des mosaïques romaines à Vienne dès le XVIIe siècle même si les premières découvertes massives à ce sujet furent réalisées par Pierre Schneyder au XVIIIe siècle.

39 Sur ce sujet, on consultera à profit l’article de Jean-Pierre Cavaillé sur les frontières de l’inacceptable paru en 2011 dans les Dossiers du GRIHL.

40 L'assimilation du dauphin à un poisson pose un important problème de biologie. Certains archéologues ont cependant tendance à exagérer le lien entre la présence d’un dauphin sur un tombeau et la pratique du christianisme. C’est ce que montre le cas du « sarcophage au navire » du Musée des moulages de la Sorbonne.

41 Cependant, la thèse loufoque du Révérend Père Viktor Hostachy selon laquelle le dauphin proviendrait du fanion de croisade des comtes du Viennois nous semble relever du même vice de construction que celle de l’Abbé Breuil lorsqu’il identifia la grotte de Lascaux à la « chapelle sixtine » par projection. Le rapport du Dauphiné avec les croisades est en effet beaucoup plus ténu que celui de la Savoie. L’histoire a surtout retenu à ce sujet l’obstruction de Roger de Clérieu à l’occasion de la septième croisade menée par Saint-Louis et la croisade ratée d’Humbert II qui contribua à sa ruine. Par ailleurs, comme l’a très bien expliqué l’historien Michel Pastoureau dans un article fondateur daté de 1973, l’apparition des premières armoiries n’est en rien due aux croisades. On pourrait nous opposer la participation d’Hugues III de Bourgogne à la troisième croisade mais il ne porta pas de façon régulière le titre de Dauphin.

42 C’est sans doute parce qu’ils ont été perçus comme les symboles d’un christianisme primitif que de nombreuses représentations de dauphins issues de l’Antiquité ont pu survivre à Vienne.

43 Sur ce sujet voir le livre de Lucien Febvre paru en 1942 intitulé Le problème de l’incroyance au XVIe siècle et notre article pour la revue Théorème sur le sujet [Kastler 2013]. Ce n’est qu’au Ve concile du Latran (1512-1517) que l’immortalité de l’âme est reconnue comme un dogme indiscutable de la religion chrétienne.

44 L’évêque Hugues de Grenoble prétendait fonder ses revendications sur la conquête du territoire par son prédécesseur Isarn face aux Sarrazins au Xe siècle.

45 Cela n’est pas étonnant et relève de ce que l’historien Jacques Le Goff appelle le « merveilleux » dans son livre intitulé L’imaginaire médiéval et qu’il définit comme une « résistance à l’idéologie officielle du christianisme » [Le Goff 1984, p. 24]. L’historien qui avouait avoir découvert sa passion pour le Moyen Âge en lisant des romans de Walter Scott utilise pour illustrer son propos une légende tirée de l’histoire du Dauphiné : celle de la tour sans venin telle qu’elle est relatée par Gervais de Tilbury au XIIIème siècle. Pour Jacques Berlioz, cette légende pourrait être mise en relation avec un ancien culte d’Isis présent sur dans la province durant l’Antiquité. Notre hypothèse concernant la survivance du paganisme en Dauphiné n’est donc pas isolée.

46 Sur l’importance du merveilleux dans la culture et l’histoire du Dauphiné, on pourra consulter de façon profitable les travaux du folkloriste Charles Joisten et plus particulièrement le très beau livre intitulé Êtres fantastiques [Joisten, 2006].

47 En effet, son mari Guigues III était confronté à cette époque à d’importants conflits avec l’évêque de Grenoble Hugues dans le cadre de ce que les historiens ont coutume d’appeler la réforme grégorienne. Dans un excellent article comparatiste, l’historien Laurent Ripart concède que les comtes de Savoie eurent moins à souffrir de cette réforme que leurs équivalents dauphinois grâce au soutien inconditionnel des Papes [Ripart 2008]. Signe de cette cohabitation moins problématique, Amédée III, qui est le premier à porter le titre de Comte de Savoie, est aussi le premier à utiliser la croix comme emblème dans un sceau de 1143 avant de partir en croisade. Il s’agit d’après l’historien Michel Pastoureau d’une référence à Saint-Maurice et à sa bannière.

48 La question de la sacralisation du pouvoir des princes ne concerne pas la seule province du Dauphiné au Moyen Âge. Dans Les rois thaumaturges, Marc Bloch explique comment les rois de France sont parvenus à sortir de la dépendance à l'égard de l’onction du sacre grâce au culte de Saint Marcoul.

49 Il se pourrait par ailleurs que cette scène soit une allégorie du rattachement de la cité de Vienne à Rome.

50 Poeticon Astronomicon, II, 17.

51 Il est à noter que le statut delphinal interdit dans un de ses articles les plus originaux la contrainte matrimoniale. Faut-il y voir une survivance du pouvoir des Dauphins en la matière ?

52 Le nom de Mélusine est étroitement lié à la récupération de la légende par le lignage des Lusignan au XIVème siècle. Voir sur ce sujet la récente thèse de Joanna Pavlevski.

53 En réalité, la légende de Mélusine peut être perçue comme l’hybridation « moralisée » de plusieurs mythes provenant de différents âges et de différentes cultures et dont certains sont directement issus de la réception des œuvres d’Ovide au Moyen Âge. L’empreinte du mythe d’Orphée est par exemple évidente.

54 Il existe des occurrences de la légende mélusinienne jusqu’en Normandie.

55 Si tel était le cas, il faudrait reconnaître une grande intuition au romancier Paul Berret pour son conte intitulé « La Première Dauphine » [Berret 1906]

56 Ce surnom aurait donc été partagé par toutes les filles de Guigues IV car ce fut aussi celui de sa sœur mariée à Guillaume VII, comte d’Auvergne

57 Pour les débats à ce sujet, il est possible de consulter le travail de Jules Chevalier [Chevalier 1890].

58 Il est vrai comme l’a souligné à de nombreuses reprises Jacqueline Leclercq-Marx que la sirène ne se confond pas entièrement avec Mélusine qui ne se rattache pas directement à la matière de Rome. Nous faisons cependant l’hypothèse qu’en vallée du Rhône l’image positive de la sirène a pu permettre la fusion ou du moins l’influence réciproque de ces deux univers légendaires autour de la figure d’Amphitrite.

59 Sur la hantise des femmes dans l’ordre de Cluny, on pourra consulter l’ouvrage d’Elisabeth Dufourcq [Dufourcq 2015]

60 Pour une mise en perspective de cette question, on pourra consulter la thèse d’État de Pierrette Paravy. A la fin du XIXe siècle, Jules Chevalier expliquait l’omniprésence des hérésies en Dauphiné durant la période féodale par le refuge naturel que constituaient les montagnes pour les dissidents et les difficultés rencontrées par la christianisation à cause de la présence musulmane tardive dans la région. Cependant, l’historien Jean-Louis Biget a montré dans sa thèse [Biget 1993] que l’hérésie pouvait aussi avoir des causes sociales : résistances des alleutiers et des grands seigneurs face à la logique de concentration du pouvoir féodal. Or, ces facteurs sont bien présents en Dauphiné comme dans la région d’Albi.

61 « Héritiers à la fois des traditions du christianisme et des vieilles idées païennes, les peuples du moyen âge unissaient dans une même vénération les rites religieux de l’avènement et les prérogatives de la race. » [Bloch 1983, p. 224]

62 Sur les vertus du Dauphin au Moyen Âge, on consultera Bestiaires du Moyen Âge de Michel Pastoureau. Sur le rôle des noms d’animaux à l’occasion, on pourra utiliser le Dictionnaire encyclopédique de Théologie catholique à l’article « baptême ».

63 Dauphin pourrait alors être considéré comme un surnom-talisman censé protéger l’enfant. Le Dauphin est chez Ovide l’animal qui sauve le jeune Mélicerte avant qu’il ne soit divinisé sous le nom de Palémon, protecteur des marins face aux tempêtes.

64 Nous savons bien que Césaire d’Arles a condamné les cultes païens liés à l’eau dans certains de ses sermons. Mais cela ne semble pas s’être accompagné d’une répression systématique. Bien au contraire...

65 Pour ceux que ces éléments ne satisfont pas nous renvoyons à la légende de son avatar à Thiers telle que l’exposent les Acta sanctorum en s’appuyant sur des actes rédigés en 1652 par le prieur Jacques Branche. En effet, Saint Genez y est présenté comme originaire d’Argolide où se trouvait justement un temple dédié à Neptune Genesius. D’autre part, l’église Saint-Genez-de-Thiers comporte une mosaïque découverte en 1863 qu’Aymon Mallay a pu décrire comme « Neptune sur un dauphin ».

66 Une photographie de l’objet nous a été transmise par le musée de l’Arles antique. La partie que certains ont pu identifier comme un trident [Espérandiau 1947, p. 26] a été martelée de sorte qu’il est difficile d’infirmer ou de confirmer cette hypothèse. Si c’est bien le cas, nous pensons que l’hypothèse d’un symbolisme prophylactique ne peut être considérée comme la seule interprétation possible d’une telle situation [Picard 1933]. Par ailleurs, quel rapport existe-t-il entre ce couvercle découvert dans la chapelle de Saint-Genest de l’église Saint Honorat des Alyscamps et le sarcophage dit de la mer rouge qui se trouve aujourd’hui dans la chapelle Saint-Genest ?

67 Faut-il rapporter au même processus de diabolisation des survivances de cultes associés à Neptune l’attribution de noms monstrueux aux rivières qui traversent Grenoble ? En effet, l’Isère et le Drac renvoient aux figures du serpent et du dragon tant pour des raisons proverbiales qu’étymologiques.

68 Nous avouons être étonnés que l’historienne de l’art Laurence Ciavaldini Rivière méconnaisse ces éléments dans l’article qu’elle a rédigé pour le livret de l’exposition cité en bibliographie. Ils sont pourtant déterminants et indispensables au débat.

69 Pourrait-il s’agir de petits Palémons encadrant le vieux Pater Portunus des Romains ? Rappelons qu’Ovide identifie ces deux divinités dans ses Fastes et qu’Apulée fait de Palémon un petit aurige. Ceci n’est pas sans rappeler certaines représentations de sarcophages antiques que l’on qualifie habituellement de « course des Amours ».

70 On remarquera que la carpe possède la barbe et la crête qui manque au dauphin pour devenir le blason dauphinois.

71 La notion est issue de l’Alltagsgeschichte allemande et renvoie aux usages populaires de l’histoire dans une société dominée par les médias de masse. Le mot-valise formée d’History et d’Entertainment est souvent utilisé de façon critique.

72 Parmi les riches débats suscités par l’acquisition d’un faux par un musée, il est possible de citer ceux qu’a suscités l’acquisition par le musée du Louvre de la tiare de Saïtapharnès le 1er avril 1896.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Loup Kastler, « La bague du Dauphin Guigues VIII (1309-1333) », ThéoRèmes [En ligne], Histoire, mis en ligne le 29 novembre 2020, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/theoremes/3538

Haut de page

Auteur

Jean-Loup Kastler

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
ThéoRèmes – Enjeux des approches empiriques des religions est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search