Navigation – Plan du site

Le partage de quels savoirs ? Les articles Wikipédia comme objets-frontières1

Maude GAUTHIER et Kim SAWCHUK
p. 131-165

Résumés

Wikipédia se présente comme un projet d’encyclopédie collective, un espace auquel chacun peut contribuer dans la mesure où ses principes fondateurs et ses règles sont respectés. Dans cet article, nous réfléchissons à notre intégration et à notre contribution aux communautés éditoriales de Wikipédia. Nous avons modifié et créé une série d’articles Wikipédia reliés à la thématique du vieillissement afin qu’ils incluent les études critiques et culturelles du vieillissement. Le partage en ligne de ce type de connaissances nous semble important, voire nécessaire, puisque ces études restent souvent sous-représentées en dehors des milieux universitaires. Remarquant de telles lacunes dans Wikipédia, nous avons saisi l’occasion de contribuer à ce commun des connaissances et d’étudier les questions de gouvernance qui ont émergé au fil de nos contributions. Au-delà d’un exercice de vulgarisation, notre excursion dans le monde de Wikipédia nous a permis de constater que certaines entrées agissent comme des objets-frontières, des lieux de contestation entre différentes communautés de pratiques. Pour élaborer notre propos, nous nous concentrons sur deux cas, celui du Centre for Women, Ageing and Media dans Wikipédia en anglais et celui de Technologies et vieillissement dans Wikipédia en français.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les auteures tiennent à remercier ACT et le CRSH pour leur soutien à la réalisation de ce projet.

1L’encyclopédie en ligne Wikipédia est l’un des exemples emblématiques des communs du numérique. C’est un lieu puissant de représentation de l’information et une plateforme potentielle pour le transfert des connaissances universitaires. Elle a le potentiel d’effectuer le travail de diffusion fait par les voies plus traditionnelles (notamment les publications spécialisées et les conférences) en vulgarisant les travaux universitaires. Les éditeurs commerciaux de publications académiques exercent un contrôle important sur la circulation du savoir universitaire, alors que celui-ci est produit en bonne partie grâce à du financement public (c’est-à-dire des universités, des gouvernements, des organismes subventionnaires). Dans le milieu universitaire, on dénonce de plus en plus ces éditeurs, notamment leur concentration (quelques grandes entreprises possèdent un large éventail de revues scientifiques) et l’augmentation drastique des tarifs d’abonnement (voir, par exemple, Bollier, 2014). Dans ce contexte, la logique de marché limite l’accès au savoir, l’empêche de nourrir une ressource commune par la privatisation, la marchandisation et les limites portées aux libertés universitaires (Le Crosnier, 2015). Or, avec le numérique, les chercheurs ont le potentiel d’actualiser le savoir universitaire en une ressource commune, comme le montrent déjà les revues en libre accès, et de rejoindre un lectorat qui dépasse les frontières universitaires.

2Pour Barbe (2015), les « enjeux scientifiques nés avec l’encyclopédie collaborative marquent une transition médiatico-historique qui bouleverse profondément la relation à la connaissance, et dans une certaine mesure la connaissance elle-même » (parag. 7). Wikipédia présente des similitudes épistémologiques avec les encyclopédies traditionnelles, mais elle adopte un mode particulier de production du savoir, c’est-à-dire décentralisé. Weltevrede et Borra (2016) parlent d’un savoir « instable » : bien que l’objectif de Wikipédia soit d’agir comme une encyclopédie pour ses usagers (exhaustive et fiable), le fait qu’elle soit basée sur les « consensus » pour établir et appliquer ses règles lors de conflits fait en sorte que les savoirs y sont instables. Dans ce contexte, la vulgarisation du contenu académique pose des défis aux universitaires, qui se retrouvent à égalité avec d’autres publics qui peuvent refuser leurs contributions. Comme le souligne Fabri (2015), peu importe les compétences d’un chercheur contributeur, il ne peut invoquer l’argument de son autorité pour gagner un débat.

3Les communs sont généralement définis comme des ressources possédées ou utilisées en commun, de manière égalitaire et libre entre un certain nombre de personnes (Lessig, 2005). En se basant sur les travaux d’Ostrom (1990), prix Nobel en la matière, Coriat (2015) définit les communs comme « des ensembles de ressources collectivement gouvernées, au moyen d’une structure de gouvernance assurant une distribution des droits entre les partenaires participant au commun (commoners) et visant à l’exploitation ordonnée de la ressource, permettant sa reproduction sur le long terme » (p. 38-39). Il résume les trois traits constitutifs des communs : ceux-ci résultent de certains attributs (de la ressource), ils ont des régimes de propriété particuliers (c.-à-.d droits d’accès et de prélèvement, de gestion, de vente) et il y a mise en place de structures de gouvernance, garantes de leur soutenabilité. Tenant compte de toutes ces caractéristiques, Bollier (2014) définit les communs par leur combinaison « d’une communauté déterminée et d’un ensemble de pratiques, valeurs et normes sociales mises en œuvre pour gérer une ressource » (p. 27). L’autogestion vise ici à trouver des solutions pour satisfaire les objectifs communs sans avoir recours au marché ou à l’État.

4Selon Le Crosnier (2015), le caractère additif de la connaissance incite à la considérer comme un bien commun. La circulation des connaissances servirait à la création de nouvelles connaissances et il serait donc dans l’intérêt général de ne pas la limiter. Les communs informationnels ont la spécificité d’être des biens non rivaux, non exclusifs et renouvelables, faisant en sorte qu’il n’y a, en principe, pas de limite à la consommation du bien (Coriat, 2015 ; Hess, 2015). Enfin, la gouvernance de ces communs informationnels ne vise pas à conserver les ressources ; elle vise plutôt leur enrichissement et leur multiplication (Le Crosnier, 2015). Le mode original de gouvernance de Wikipédia fait en sorte que la communauté des participants ne connaît aucune limite en nombre (en principe) (Coriat, 2015). Ses principes fondateurs et une panoplie de règles ont été établis au fil des ans sur la base de consensus. Cependant, Wikipédia a traversé plusieurs controverses, qui ont rendu visibles le mécontentement et le départ de plusieurs employés ainsi que l’abandon de leur travail d’édition de la part de contributeurs (Gardner, 2011 ; White, 2016).

5Selon Auray, Hurault-Plantet, Poudat et Jacquemin (2009), puisque Wikipédia est ouverte à divers types de publics contributeurs (chercheurs, amateurs, militants, autres experts, consommateurs, etc.), elle est particulièrement susceptible aux controverses, qui peuvent aller des débats argumentés, aux querelles interpersonnelles, aux accusations arbitrées. Les controverses se révèlent à travers les modifications apportées aux articles comme les révocations, à travers la quantité de changements, l’usage de certaines bannières indiquant des problèmes et les pages de discussion (Weltevrede et Borra, 2016). Dans son ethnographie de Wikipédia, Jemielniak (2012) souligne que la résolution des conflits peut résulter en l’exclusion et la marginalisation de certains usagers et de leurs points de vue. Ce serait particulièrement le cas pour les sujets de faible importance symbolique par rapport aux points de vue dominants. L’éditeur moyen, décrit comme un jeune homme occidental bien éduqué et aisé, domine les discussions et gagne généralement les débats, reproduisant alors les biais systémiques (Jemielniak, 2012).

6La structure de Wikipédia est éminemment bureaucratique, typiquement procédurale, basée sur l’existence de règles générées démocratiquement, le maintien d’archives des délibérations et des décisions, et la séparation des rôles et des personnes (O’Neil, 2013). O’Neil (2013) souligne le risque qu’une minorité active de participants contrôle les processus décisionnels étant donné qu’obtenir l’assentiment de « tous », c’est-à-dire des milliers de personnes, est impossible. L’article de Cardon et Levrel (2009) sur les processus de régulation de Wikipédia explique l’inertie des « Principes et Recommandations » par la recherche de consensus (impliquant argumentation, propositions, votes, etc.) et l’impression éprouvée par l’avant-garde de la communauté que les règles les plus importantes sont déjà fixées. Ils parlent d’une vigilance participative procédurale, ce qui signifie qu’on s’assure que les contributeurs ont « vérifié » leurs affirmations, par exemple, plutôt que de statuer sur la véracité de ces affirmations.

  • 2 ACTipedia est un projet du réseau Ageing Communication Technologies (actproject.ca), un groupe de r (...)
  • 3 Notion de l’OMS et de l’OCDE qui réfère à la santé, à l’allongement de la retraite et au maintien s (...)

7À travers un projet de recherche intitulé ACTipedia2, nous avons contribué à Wikipédia afin d’en enrichir le contenu, et cela nous a permis d’analyser les pratiques de gouvernance qui entourent l’inclusion de nouvelles informations et de nouveaux contributeurs à la ressource commune. En tant que chercheures en communication, membres d’une équipe de recherche sur le vieillissement à l’ère numérique, nous sommes particulièrement intéressées par la représentation du vieillissement sur Wikipédia. Il existe une littérature robuste et vivante dans les champs des cultural studies, de la communication médiatique et des études sur le vieillissement qui se penche sur les représentations de l’âge et du vieillissement (Kriebernegg, Maierhofer et Ratzenböck 2014 ; Jennings et Gardner, 2012). Les discours dominants au sujet du vieillissement tournent autour de la conception du vieillissement comme « problème » à régler, principalement un problème de santé et un problème économique. Gullette (2004), par exemple, a parlé de « decline narratives » pour signifier la perception générale du vieillissement et Moulaert (2013) a écrit sur les injonctions au bien vieillir et au vieillissement actif3. Ces discours contribuent à générer une peur du vieillissement et occultent ce que vieillir signifie en différents lieux, selon différents moyens économiques, différentes histoires, genres, sexualités, mœurs culturelles, religion, etc. Bref, les conditions sociohistoriques qui façonnent l’expérience du vieillissement restent peu abordées. Des travaux empiriques interrogent également les conceptions dominantes sur le vieillissement et les technologies numériques. Ils remarquent que les stéréotypes influencent les pratiques et soulignent le besoin d’une compréhension plus nuancée de ce que signifie vieillir à l’ère numérique (Fernández-Ardèvol et Ivan, 2013 ; Lagacé, 2008). Cette littérature, qui est générée par des universitaires, est rarement intégrée à Wikipédia et n’apparaît guère dans d’autres médias.

8Notre projet initial était simple : faire l’inventaire, évaluer, puis modifier les entrées Wikipédia sur le vieillissement. Nous voulions ajouter de nouvelles entrées là où nous remarquions des lacunes, afin d’inclure une conceptualisation plus complète de l’âge, de ses dimensions sociales et culturelles. Malgré plusieurs freins à la contribution de chercheurs à l’encyclopédie en ligne (manque de temps ou d’intérêt, le fait que ce ne soit pas reconnu comme publication, difficulté d’apprendre le processus d’édition, manque d’expérience en matière de vulgarisation), la contribution à ce type de savoir vulgarisé semble avoir sa place dans la mission des institutions comme les universités (Fabri, 2015). Ce que nous imaginions comme un simple transfert de connaissance est rapidement devenu une recherche sur les communautés de pratique et les objets-frontières. L’analyse de notre intervention dans un commun comme Wikipédia révèle les limites de l’idéal du partage des connaissances à l’ère numérique. Ainsi, cet article porte l’attention sur les recherches sur le vieillissement et discute des mécanismes de standardisation de Wikipédia et d’une certaine forme d’exclusion de certains savoirs académiques. Il met l’accent sur les faiblesses et la partialité des mécanismes de modération sur Wikipédia.

Les entrées Wikipédia comme objets-frontières

9Le terme objet-frontière désigne un objet autour duquel des communautés aux intérêts différents réussissent à travailler ensemble (Star, 2010). Dans le cas de Wikipédia, nous avons remarqué que les entrées constituent des objets-frontières. Celles-ci font partie du commun Wikipédia, un commun informationnel regroupant plusieurs individus et communautés aux intérêts différents et parfois divergents. Bowker et Star (2000) définissent une communauté de pratique ainsi :

  • 4 Traduction libre de : « a unit of analysis that cuts across formal organizations, institutions like (...)

une unité d’analyse qui dépasse les organisations formelles, les institutions comme la famille et l’Église, et d’autres formes d’organisation comme les mouvements sociaux. Autrement dit, c’est un ensemble de relations entre des personnes qui font des choses ensemble. Les activités avec leurs affaires [with their stuff], leurs routines et leurs exceptions, constituent la structure de la communauté4 (p. 294).

10Sur Wikipédia, ces communautés sont informelles et souvent constituées d’individus qui se regroupent ponctuellement autour d’un enjeu commun. Par exemple, dans le cadre de nos recherches, nous avons pu identifier une communauté féministe (notamment visible à travers des projets comme le Gender Gap Task Force sur Wikipédia en anglais) et une communauté constituée de chercheurs en sciences sociales et humaines (bien que celle-ci soit plus éparse), dont nous faisons partie. Nous pouvons aussi parler d’une communauté de « surveilleurs », composée d’individus (par exemple des administrateurs et des collaborateurs réguliers ou occasionnels) qui interviennent pour s’assurer que les principes et les règles sont respectés. Plus loin, nous les appelons les « experts ». Ceux avec lesquels nous avons discuté dans le cadre de notre recherche étaient des collaborateurs qui avaient édité des articles et participé à d’autres discussions auparavant (tel que le révèlent leurs pages d’usagers), ainsi que des administrateurs qui ont pris la décision (sur la base de la discussion) d’éliminer ou de conserver nos contributions dans le cas de nouveaux articles.

11En 2010, Star est revenue sur le terme objet-frontière, concept qu’elle avait introduit avec son collègue Griesemer en 1989. D’abord, ces objets ne sont pas des objets donnés dans le monde, mais plutôt ce qui résulte d’une série d’actions entre différents agents, qui permettent à différents groupes de travailler ensemble sans consensus. Les formes que cela prend ne sont pas arbitraires. Un langage émerge pour faire des choses ensemble et les pratiques ont des effets structurants. Selon elle, les objets-frontières possèdent trois caractéristiques. La flexibilité interprétative est la première. Cela signifie qu’on doit étudier les différences et les contestations, les conflits de signification et de classification. La deuxième est qu’ils sont générés à l’intérieur de structures existantes d’information et des processus de travail, ce qui invite à en examiner les protocoles, les techniques, etc. La dernière est qu’ils se caractérisent par des allers-retours entre une structure malléable et des aspects bien conçus et plus stables.

12Bowker et Star (2000) définissent les objets-frontières comme ceux faisant partie de plusieurs communautés de pratique et satisfaisant les exigences informationnelles de chacune d’entre elles. Ces objets maintiennent une identité commune entre tous ces lieux, mais ils sont aussi flexibles, personnalisables, c’est-à-dire capables de répondre aux besoins de chaque communauté. Ils constituent une façon de gérer les tensions entre différents points de vue. Star (2010) stipule que bien que les chercheurs aient souvent mis l’accent sur la « flexibilité interprétative » dans le concept d’objet-frontière, les autres caractéristiques sont aussi importantes. Notamment, Star souligne que de tels objets, qui résident dans des mondes sociaux, sont façonnés et contestés par différentes communautés.

13Nous décrivons notre expérience par les termes de « recherche-action discursive ». Il s’agit en effet d’intervenir dans les discours produits sur Wikipédia. Dans le champ de la recherche-action en nouveaux médias, on cherche à élaborer des projets qui ont le potentiel de contribuer à la recherche et d’améliorer les initiatives médiatiques de manière à mieux répondre aux divers besoins et aux objectifs de différents groupes sociaux (Hearn et al., 2009). Dans notre cas, on peut identifier ces groupes comme étant les chercheurs en études culturelles et communication et les femmes vieillissantes. Nos interventions nous permettent de discuter de la relation entre savoir et pouvoir, qui crée des « effets » de vérité (Foucault, 1971) à propos de ce qui est considéré vrai (un « fait »). Pour ce faire, il est utile de se pencher sur les processus de régulation et de cibler les articles controversés. Ces articles « matérialisent » (Star, 2010) les conflits. Du point de vue de la sociologie des sciences et des techniques, les « controverses » laisseraient des traces visibles des groupes et de l’expression de leurs points de vue (Latour, 2004). Cela est particulièrement évident avec les pages de « discussion » de Wikipédia (qui accompagnent chaque article). Mettant en concurrence des discours d’ordres différents, elles impliqueraient une multiplicité d’acteurs hétérogènes (tant par leur nature, leurs intérêts que leurs objectifs) qui émergent et se reconfigurent également à travers celles-ci et dont on pourrait faire l’inventaire. Elles peuvent mener tant à la stabilisation qu’au changement (Bencherki, 2007 ; Callon, Lascoumes et Barthe, 2001).

14Wikipédia est une infrastructure standardisée et standardisante pour les articles-en-devenir. Wikipédia a évolué de manière à ce que tout contributeur potentiel doive maintenant comprendre ses normes, être disposé à discuter et sache éviter les rejets semi-automatiques pour voir la légitimité de ses contributions reconnue (Beaude, 2015). Nos articles Wikipédia visaient à offrir un type de savoir différent sur le vieillissement, alors que pour d’autres wikipédiens, ils devaient être assujettis aux standards de l’encyclopédie en ligne (bien qu’appliqués de manière inégale). Certains articles sur l’âge et le vieillissement sont devenus des objets-frontières contestés lorsque 1) ils abordaient des enjeux féministes, LGBT ou d’ethnicité et 2) tentaient de s’implanter trop près de terrains dominés par une perspective biomédicale. Les discussions que nous avons eues avec d’autres wikipédiens montrent comment des éléments de cette infrastructure sont mis en acte et sont contestés par différentes communautés de pratique : des communautés de chercheurs (en études culturelles comme nous), de féministes, d’« experts » des règles de Wikipédia. Elles révèlent des biais subtils, une structure qui est plus rigide qu’elle ne le paraît et des communautés de pratique divisées qui donnent lieu à des « collisions » interprétatives autour du féminisme et des femmes, des expertises wikipédiennes et universitaires et des sources d’information.

Intégrer un commun informationnel

15Au fil des ans, Wikipédia s’est standardisé et semble être devenue une grande infrastructure informationnelle, un système de classification avec ses propres standards, catégories, technologies, etc. Les entrées Wikipédia ordonnent le savoir accessible à un vaste public sur un nombre infini de sujets. La standardisation des infrastructures crée de l’inertie, les rend difficiles à changer et a tendance à mettre de côté certains aspects du travail de manière à produire un narratif unique sur un sujet donné (Bowker et Star, 2000). Dans ce sens, toute classification est politique.

16Notre inventaire initial des entrées reliées à l’âge a fait ressortir la prépondérance de discours biomédicaux, avec une multitude de liens à la gérontologie, la gériatrie, l’espérance de vie et le vieillissement actif. La littérature critique sur le vieillissement brillait par son absence. Nous avons trouvé plus de vingt entrées en anglais et plus de quinze en français ayant pour objet la santé/biologie ou étant basées sur le vieillissement de la population d’un point de vue démographique ou économique. Sans nier l’importance de ces enjeux, le problème avec Wikipédia est justement la reproduction de ces discours du déclin comme « vérité », qui réduisent le vieillissement à un phénomène démographique « alarmant » (Katz, 1992) à travers non seulement ce qui est dit, mais aussi ce qui ne l’est pas.

  • 5 Traduction libre de : « the strange and contingent nature of its categories seen from the outside »

17En nous joignant à l’encyclopédie Wikipédia dans l’intention d’y produire une intervention discursive, nous avons appris à nous intégrer aux communautés de wikipédiens au fil de nos actions. L’apprentissage se fait à travers la participation. Le plus familier l’on devient avec une communauté, le plus facilement l’on oublie « la nature étrange et contingente de ses catégories d’un point de vue externe5 » (Bowker et Star, 2000, p. 295). En tant que nouvelles venues, nous étions dans une position intéressante puisque le système entier nous était étranger. Cela nous a permis d’éviter les angles morts caractéristiques des membres de longue date qui ont oublié comment le système a été mis en place et qui ont le réflexe de le protéger.

18Dans Wikipédia, les principes fondateurs et un ensemble de règles visent la bonne gouvernance des différents acteurs pour qu’ils puissent travailler ensemble. La gouvernance des communs servirait à assurer une certaine compatibilité des intérêts (Coriat, 2015). La pluralité d’acteurs autour de cette ressource génère des intérêts parfois très différents, mais ils partagent des objectifs, comme contribuer à la diffusion de connaissances ou d’informations, et ils bénéficient en retour des contributions des autres. Un nouvel article doit remplir les critères de notoriété et de vérification des informations, ainsi qu’un ensemble de règles toutes reliées aux « principes fondateurs » : 1) Wikipédia est une encyclopédie ; 2) qui recherche la neutralité de point de vue ; 3) dont le contenu est libre, donc qui peut être créé, modifié par n’importe qui ; 4) dont les relations entre éditeurs suivent les règles de savoir-vivre ; 5) qui n’a pas d’autres règles fixes outre les principes fondateurs (Wikipedia : Principes fondateurs). Ces principes sont cruciaux pour guider et limiter la « flexibilité interprétative » des entrées qui sont des objets-frontières. Le dernier élément est particulièrement important pour notre analyse. Wikipédia précise qu’il n’est pas nécessaire de connaître toutes les règles pour contribuer et encourage les wikipédiens à être audacieux. Les principes et les règles ont été élaborés par « consensus », mais ceux-ci tendent à être érigés en tant que règles difficiles à remettre en question.

19Pour poursuivre la création ou la modification d’une entrée, il faut trouver des références de qualité sur le sujet, en lien avec le principe numéro deux. On parle en général de sources secondaires dans des publications d’envergure, excluant donc tant la recherche originale que les blogues et les petits journaux locaux. Les livres, les articles de revues universitaires, les journaux et les autres publications qui font l’objet d’une révision éditoriale sont considérés comme de bonnes sources (Wikipedia : Vérifiabilité ; Wikipédia : Sources primaires, secondaires et tertiaires). Des patrouilleurs vérifient ensuite les nouvelles entrées, qui peuvent être supprimées si elles ne répondent pas aux critères.

Cas de contestation

20Nous avons créé et modifié plus de quarante-cinq entrées avec succès, principalement en anglais et en français, et quelques-unes en portugais et en allemand. Ces entrées portent notamment sur l’activisme, l’âgisme, les cultures du vieillissement, les technologies, la sexualité, le vieillissement de la population et les inégalités, ainsi que sur des centres de recherche et des organismes communautaires. Nous avons d’abord produit un inventaire des articles existant en français et en anglais, à partir d’une recherche de certains mots-clés (âge, vieillissement) et des liens introduits dans les articles trouvés ainsi. Au total, nous sommes intervenues sur une trentaine de pages en anglais et en français. De ce nombre, nous en avons créé six en français et cinq en anglais. Quant aux autres modifications, elles pouvaient aller de l’ajout de quelques phrases seulement à des modifications plus substantielles (quelques paragraphes), l’ajout d’hyperliens ou encore à des rectifications lorsque nous identifions du vandalisme. De ce point de vue, Wikipédia semble à la hauteur de sa promesse d’une communauté ouverte à laquelle chacun peut contribuer. Parallèlement à ces succès, nous avons aussi vécu plusieurs cas de contestation. Certains objets-frontières potentiels sont considérés comme étant trop marginaux pour être acceptés dans l’encyclopédie. Ils deviennent des objets résiduels, mis de côté par le système.

21Les relations de pouvoir en jeu sont devenues apparentes quand nous avons tenté de créer une entrée pour le Center for Women, Ageing and Media (WAM), un centre de recherche britannique qui a un mandat féministe et dix ans d’engagement intellectuel avec les études sur le vieillissement. Ce cas est intéressant parce que l’entrée a été contestée et expulsée de Wikipédia en anglais. Ce traitement révèle les limites à partir desquelles un savoir est rejeté et comment l’infrastructure informationnelle de Wikipédia est naturalisée (les consensus se transforment en allant de soi). Deux autres entrées en anglais que nous avons créées par après ont aussi été contestées et ont confirmé les logiques que nous avions découvertes. L’une concernait un organisme communautaire, Respecting Elders: Communities against Abuse (RECAA), un groupe de personnes âgées de différentes communautés culturelles. L’autre concernait une entrée intitulée LGBT ageing et portait sur le soutien des personnes âgées gaies, lesbiennes, bisexuelles et transgenres. Nous nous sommes impliquées dans des discussions plus longues et plus profondes dans le cas de WAM et, pour cette raison, nous concentrons la première partie de notre analyse sur ce cas.

22Ces cas de contestation révèlent le type d’entrée qui se retrouve scruté à la loupe dans Wikipédia en anglais. Certains wikipédiens trouvent à redire au sujet de la notoriété et de la vérifiabilité des entrées concernant des groupes et des points de vue minoritaires par rapport au genre, à l’ethnicité ou à la sexualité. Dans la deuxième partie de notre analyse, nous abordons le cas de l’entrée « Technologies et vieillissement », où la force des discours biomédicaux était observable. Wikipédia ne couvrait que très peu le thème de l’âge et des technologies. Avec cette entrée, nous avons visé large et avons inclus une perspective des usages, les questions d’accès, de littéracie et d’âgisme numérique. Cette entrée était d’une importance particulière parce qu’il n’existait encore rien sur les technologies et l’âge de ce point de vue.

23Notre inventaire ayant révélé des portraits assez différents du savoir existant à propos du vieillissement sur Wikipédia selon la langue, les discussions ont concerné des types d’articles différents (une organisation dans un cas, une thématique dans l’autre) et ce sont précisément ces discussions qui nous ont intéressées afin de révéler les confrontations entre communautés et les mécanismes de régulation qui émergent alors. Dans Wikipédia en français, nous n’avons pas été confrontées aux mêmes réactions qu’en anglais autour de la page de WAM (une des seules entrées qui existe de manière équivalente dans les deux langues). Selon nous, la différence tient au contexte : Wikipédia en anglais a un nombre d’entrées très important (plus de cinq millions d’entrées contre moins de deux millions en français) et a été le théâtre de conflits autour du féminisme (avec une résistance « organisée »). En français, la notoriété des associations relève de critères généraux stricts, mais inclut aussi des possibilités d’exception pour certaines catégories, notamment le rayon d’action national ou international des associations universitaires (Wikipédia, WP : Notoriété des associations).

Règles concernant la notoriété et la vérifiabilité

24Nous (Maude Gauthier et Kim Shawchuk) avons créé la page « WAM » à partir d’informations tirées du site Web du centre et de journaux y faisant référence. Elle a tout de suite été supprimée. Nous avons donc demandé à ce qu’elle soit réinstaurée et débattue. À ce stade, un contributeur (Éditeur 1) a demandé à ce qu’elle soit supprimée en expliquant ses raisons sur la page de discussion. Deux autres contributeurs (Éditeurs 2 et 3) l’ont appuyée, en apportant des explications supplémentaires. Un autre contributeur a plutôt pris notre défense (Supporteur 1). Au final, la page a été supprimée par un administrateur après une semaine de discussion.

  • 6 Nous conservons la référence en anglais puisque les définitions sont un peu différentes d’une langu (...)

25Pour qu’un article soit accepté dans Wikipédia, son sujet doit répondre aux critères de notoriété. La notoriété désigne, dans Wikipédia, l’importance d’un sujet « en dehors des intérêts étroits des groupes d’intérêt6 » (Wikipedia, WP: Notability). Pour répondre à cette exigence, les entrées doivent être fondées sur des références indépendantes, vues comme garantie de qualité et de neutralité. Dans le cas de WAM, des extraits de discussion à propos de la demande de suppression fournissent des détails supplémentaires :

  • 7 RS signifie « source fiable » (reliable source).

Aucune couverture par des sources fiables, non affiliées. Toutes les sources sont affiliées sauf pour Zwoll, Karpf, Jones et Whiting. Par contre, les références de Zwoll et Whiting sont des blogues (pas une WP:RS7), alors que Karpf ne mentionne même pas le centre. Cela laisse la référence de Jones, qui provient littéralement d’un tabloïd, et n’établit pas vraiment la notoriété puisque ce n’est pas une RS. Donc, à cause du manque de sources établissant la notoriété, nous devrions supprimer cet article. Grognard [Éditeur 1]

[…]

  • 8 Traduction libre de : « No coverage in reliable, nonaffiliated sources. All sources are affiliated (...)

Ce qui est important est de trouver des sources qui sont indépendantes du Centre ou de ses membres, qui portent substantiellement sur le Centre lui-même (plutôt que de la mentionner au passage), et qui sont fiables parce qu’elles ont fait l’objet de révision éditoriale, c.-à.d. les blogues ou les pages web personnelles ne sont généralement pas considérées comme fiables, mais les infolettres et les revues le sont… [Éditeur 2]8
(Wikipedia : Articles for deletion/Centre for Women, Ageing and Media (2nd nomination))

26Nous avons tenté de répondre à leurs objections en ajoutant des références non affiliées au centre. Ce type de référence est difficile à trouver pour un centre de recherche puisque la majorité des chercheures sur les femmes et le vieillissement deviennent affiliées à un moment ou à un autre lors d’événements universitaires organisés sur le sujet. Ensuite, nous avons souligné en quoi la notoriété peut être évaluée autrement, c’est-à-dire par l’importance du travail effectué, et nous avons donné en exemple la participation à une commission d’enquête sur les femmes et les médias présentée à la House of Lords. Notre intervention est restée sans réponse :

  • 9 Traduction libre de : « What the original post misses, which addresses the issue of notability but (...)

Ce qui manque à l’original, qui aborde la question de la notoriété, mais fournit aussi plus de références en accordance avec les politiques sur les sources, est la contribution de WAM à la vie publique et aux politiques publiques par leur manifeste. Rédigé en 2012, il a engendré l’inclusion de deux représentantes de WAM dans un document publié en 2015 par les membres du comité Select Committee of the House of Lords, présidé par Lord Best. Ce qui est assez notoire. […] Ces références sont indépendantes et prouvent la notoriété de cette organisation et de ses membres dans la vie des aînées. […] [Kim Sawchuk]9
(Wikipedia : Articles for deletion/Centre for Women, Ageing and Media (2nd nomination))

27Dans la version anglaise des « principes fondateurs » (appelés « Five Pillars »), on spécifie que l’esprit des règles est plus important que leur lettre et qu’on doit rester ouvert aux exceptions qui peuvent apporter des améliorations. Notre argumentation allait en ce sens en proposant la flexibilité de la notion de notoriété. Mais cette ouverture n’a pas du tout été appliquée à WAM. Comme l’ont souligné plusieurs chercheurs s’étant penchés sur Wikipédia, ses règles sont perçues comme étant peu flexibles en raison de l’atteinte préalable d’un consensus et de leur cristallisation au fil du temps (Cardon et Levrel, 2009 ; Jemielniak, 2012).

28Pour mieux comprendre le phénomène qui se produisait, nous avons regardé plus d’une vingtaine d’entrées pour des centres de recherche. Malgré leur non-conformité aux critères de notoriété, elles n’avaient pas été ciblées pour suppression. Plusieurs d’entre elles se fient énormément sur leur propre site Web (référence primaire) et n’ont pas de sources secondaires de qualité. Souvent, une bannière placée au haut de la page indique le besoin d’améliorer les références, sans plus. La page de WAM, qui a été identifiée comme souffrant de problèmes semblables, a rapidement été supprimée, alors qu’une approche beaucoup plus souple a été adoptée envers ces autres entrées. Nos tentatives sont restées sans succès, et ce, malgré le fait que notre position ait été appuyée par un autre wikipédien (Supporteur 1).

29Les extraits suivants montrent comment a évolué la discussion à propos des comparaisons entre les entrées, lorsque nous leur avons fait part de cette incohérence dans l’application des règles :

  • 10 Traduction libre de : « One important thing to understand is that Wikipedia’s content and sourcing (...)

Une chose importante à comprendre est que le contenu et les standards de Wikipedia par rapport aux références sont beaucoup plus stricts aujourd’hui qu’il y a cinq ou dix ans – un article créé aujourd’hui doit se conformer à un ensemble de règles beaucoup plus sévères qu’un article créé en 2004 le devait. Donc le fait qu’il soit possible de trouver un mauvais article, mal « sourcé » qui date d’il y a dix ans n’a aucune influence sur le standard qui doit être atteint pour publier un nouvel article aujourd’hui. Et je vous encouragerais aussi à lire WP:OTHERSTUFFEXISTS –, particulièrement la partie sur « Plein d’articles existent alors qu’ils ne le devraient probablement pas. Donc, simplement souligner qu’un article existe sur un sujet similaire ne prouve pas que l’article en question devrait aussi exister; c’est tout à fait possible que l’autre article devrait aussi être supprimé mais personne ne l’a remarqué. » [Éditeur 3]10
(Wikipedia : Articles for deletion/Centre for Women, Ageing and Media (2nd nomination))

30L’argument de nos critiques est que ces entrées sur les autres centres ont été créées avant celle sur WAM, alors que les critères étaient moins stricts. Ces déclarations sont trompeuses et le résultat est paradoxal : Wikipédia conserve des pages qui ne répondent pas à ses critères (et servent d’exemples) et les nouvelles pages doivent répondre à des standards plus élevés. Nous avons décortiqué les multiples règles de Wikipédia et n’avons rien trouvé de spécifique par rapport à ces délais ou pourquoi une plus vieille page ne serait pas supprimée. D’ailleurs, plusieurs entrées récentes (2011-2015) ne possédaient pas davantage de références de qualité.

31Notre suspicion d’un comportement non objectif de la part d’Éditeur 3 a été renforcée par son usage de la bannière « refimprove » (notant le besoin d’améliorer les références). Nous avons donné quatre exemples de centres qui ne répondaient pas aux critères dans notre discussion et il n’a pas demandé leur suppression, à l’exception de l’un d’entre eux (sur les études en sciences sociales). Deux autres ont reçu une bannière pour les références (sur les arts marionnettistes et sur la sécurité alimentaire), alors qu’une dernière affichait déjà cette bannière.

32Dans le Wikipédia en anglais, un consensus entre communautés de pratique n’a pas pu être atteint autour de WAM. Cette entrée a été rejetée dans un espace résiduel.

Travailler ensemble sans consensus

33« Technologies et vieillissement » est l’une des pages que nous avons créées en français qui a suscité le plus de discussion. En effet, nous y brossons un portrait large de la question afin d’inclure les points de vue des sciences sociales et humaines. On y inclut le contexte social entourant la notion de technologie, l’enjeu de l’accès et de la littéracie des technologies de communication ainsi que la question de l’âgisme. En créant cette page, nous avons pu faire des liens avec plusieurs pages existantes en français (comme « âgisme », « fracture numérique générationnelle », etc.). Deux contributeurs (Éditeurs 4 et 5) ont suggéré l’idée d’une fusion de l’entrée « Gérontechnologies » à la nôtre. Voici la discussion à cet effet :

Bonjour, Je pense que l’article Gérontechnologie (technologies ciblant les personnes âges) pourrait aisément correspondre à une section de Technologies et vieillissement. Mis à part la définition, il ne présente qu’un contenu limité. Qu’en pensez-vous ? Cordialement, – [Éditeur 4]

Pour. – [Éditeur 4]

Plutôt pour. Effectivement l’un pourrait utilement venir nourrir l’autre. On est sur des domaines très très proches. – [Éditeur 5]

Plutôt pour. Je suis d’accord pour faire de Gérontechnologie une section de Technologies et vieillissement. Comment doit-on procéder ? [Maude Gauthier]
(Wikipédia, WP : Discussion : Technologies et vieillissement)

34Un autre wikipédien (Éditeur 6) a alors déplacé « Technologies et vieillissement » vers « Gérontechnologies », une entrée très peu développée et avec une portée beaucoup plus limitée – ne serait-ce que par le titre – que « Technologies et vieillissement ». Elle était constituée de deux paragraphes qui parlaient de la classification des gérontechnologies (télésanté, jeux et stimulation cognitive, handicap et habitat, etc.) en lien à un projet de loi français sur l’adaptation au vieillissement.

35Ce geste démontre le réflexe culturel d’associer le vocabulaire biomédical à un sujet d’« importance ». La régularité discursive de certains discours et la « vérité » qu’on y décèle tend à exercer une pression sur les autres discours, « comme un pouvoir de contrainte » (Foucault, 1971, p. 20). L’effet des discours dominants (biomédicaux et démographiques) et de leur répétition à travers plusieurs plateformes (discours publics, politiques, grands médias, programmes municipaux, etc.) est d’entraîner l’attribution automatique d’une grande importance à ce qu’ils décrivent, même dans un cas comme le nôtre, où la portée des deux entrées était très différente. Nous avons donc renversé la modification et fait la fusion en sens inverse. Même si Éditeur 6 nous a signalé qu’il aurait voulu qu’on l’avertisse avant de le faire, Éditeur 4 lui a rappelé que notre édition allait dans le sens du vote de la fusion.

  • 11 Un WikiProjet est une façon de gérer la collaboration de plusieurs wikipédiens à un même thème asse (...)

36Tout de suite après, le même wikipédien a associé l’entrée « Technologies et vieillissement » aux catégories de WikiProjets11 en « Médecine et Informatique », auxquelles nous avons ajouté « Sociologie et Anthropologie », avec l’aide d’Éditeur 4. Celui-ci nous a dirigées vers une liste de projets et a ajouté :

À mon sens, cet article n’est pas directement lié à l’informatique et la médecine. Si tu penses la même chose je te suggère de changer cet article de projet en modifiant le code. À mon avis il est davantage lié à la sociologie ou l’anthropologie mais ce n’est pas mon domaine donc je te laisse choisir. »
(Wikipédia, WP : Discussion : Technologies et vieillissement)

37Dans ce cas, tous les contributeurs ont adopté une approche plus collaborative.

Flexibilité et collisions interprétatives

38La première caractéristique des objets-frontières est la flexibilité interprétative, mais lorsque la tension monte et se transforme en lutte, comme dans le cas de WAM, nous suggérons plutôt de parler de collisions interprétatives. Les deux cas analysés, et particulièrement celui de WAM, nous ont permis de découvrir plusieurs axes au long desquels on « fait des choses ensemble » (Bowker et Star, 2000) et ont fait ressortir des incompatibilités qui rendent difficile la conciliation des intérêts de chacun pour le partage de la ressource.

Féminisme

39Notre expérience sur Wikipédia concorde avec l’expérience de plusieurs autres wikipédiens qui abordent les thèmes des femmes, du genre ou du féminisme. On note plus d’agressivité dans l’édition des pages sur les femmes, tout ce qui touche au genre étant susceptible d’attaques de divers ordres, dont l’accusation de ne pas représenter les « faits » (Pappas, 2014 ; Peake, 2015). Des conflits latents entre communautés sont donc déclenchés lorsque des termes comme femmes et féminisme sont utilisés (et à d’autres occasions LGBT et communautés culturelles).

40Sur son blogue, l’ancienne directrice générale de la fondation Wikimédia qualifie la culture de Wikipédia de sexiste et volontairement intimidante envers les femmes éditrices (Gardner, 2011). Le sexisme s’exprime de manière particulière sur Internet en donnant une voix directe à certains groupes et individus, incluant une masse critique antiféministe (Peake, 2015). Gardner (2011) a compilé une liste de commentaires de contributrices qui confirme que les enjeux de notoriété et de vérifiabilité sont très souvent soulevés lorsqu’il s’agit d’entrées par et sur les femmes. Par exemple :

  • 12 Traduction libre de : « I can add all kinds of things to male YA authors’ pages with minimal cites (...)

Je peux ajouter toutes sortes de choses à la page d’un auteur, avec des citations minimales, et personne ne dit quoi que ce soit. Alors qu’à chaque fois que j’essaie d’ajouter une auteure, ou contribuer à sa page, je suis invariablement confrontée à un contrôleur odieux qui prétend que mes sources de Publisher’s Weekly et School Library Journal ne sont même pas PRÈS d’être suffisantes, et qu’en plus, cette auteure n’est pas assez SIGNIFICATIVE pour avoir une page, on se fiche qu’elle ait publié trois livres. Ils ne sont pas NOTOIRES12 (parag. 18).

41À l’image de la société, les femmes sont peu représentées dans les instances décisionnelles et les enjeux qui les touchent directement le sont tout aussi peu. Antin, Yee, Cheshire et Nov (2011) soulignent que l’inégalité entre hommes et femmes, particulièrement parmi les wikipédiens les plus actifs, là où il y a un très petit nombre de femmes, a un impact sur l’établissement des politiques et des règles :

  • 13 Traduction libre de : « Problematically, the most active Wikipedians are also those who largely set (...)

De manière problématique, les contributeurs les plus actifs sont aussi ceux qui établissent les politiques, arbitrent les conflits et font d’autres tâches de haut niveau dans lesquelles des biais de points de vue et de tempérament peuvent se glisser subtilement. C’est dans ce groupe que les femmes ont besoin d’une meilleure représentation, mais c’est aussi dans celui-ci qu’il pourrait être plus ardu de s’intégrer13 (p. 14).

42Cette inégalité est importante puisqu’elle influence qui contribue à établir les règles de gouvernance dans Wikipédia. En tant que débutantes, nous avons eu à apprendre les règles très rapidement et notre exploration de ces règles tout comme nos discussions montrent qu’il y a peu d’ouverture pour débattre des questions de biais. Notre tentative d’aborder le biais de genre a été mal perçue. En effet, nous avons attiré l’attention sur les problèmes qu’Éditeur 1 avait eu, dans le passé, avec une « usurpation misogyne » de son compte (cela est révélé sur sa page d’usager). Nous avons donc évoqué qu’un biais de genre obscurcissait peut-être son évaluation de WAM. L’évocation de ce biais potentiel s’est butée aux règles de savoir-vivre, avec une demande d’éviter les attaques personnelles et de présumer de sa bonne foi (Wikipedia, WP : Pas d’attaques personnelles ; Wikipedia, WP : Supposer la bonne foi).

43La gouvernance d’un commun devrait encadrer les intérêts des divers contributeurs pour assurer la pérennité de la ressource (Coriat, 2015). Ici, la diffusion des connaissances est limitée par la définition consensuelle qui a été donnée à la notoriété, critère établissant le droit d’entrée. Cette définition produit des exclusions, notamment de genre, lorsque les sujets des entrées ne s’alignent pas bien avec la culture dominante qui guide ce qui est d’intérêt suffisamment général pour apparaître dans des sources secondaires.

Expertises

  • 14 Traduction libre de : « Wikipedia culture can be very rules driven and one can very quickly find th (...)

44Parmi les communautés de pratiques qui contribuent à Wikipédia en anglais, une petite communauté d’experts interprète et présente les règles de manière stricte. Ces experts peuvent être autodésignés (comme dans le cas de ceux qui génèrent les discussions, posent les bannières signalant des problèmes, etc.) ou reconnus (comme les administrateurs). Ces éditeurs sont expérimentés et mobilisent les abréviations et les termes de manière très efficace, laissant les nouveaux venus se débrouiller comme ils le peuvent pour les contredire, en conformité avec les règles : « La culture Wikipédia peut être très axée sur les règles et on peut très rapidement voir ses modifications annulées et se faire engueuler sur sa page utilisation pour avoir enfreint une règle dont on ignorait l’existence14 » (Collier et Bear, 2011, p. 390). En tant que nouvel éditeur de Wikipédia, on peut facilement s’empêtrer dans les multiples pages de politiques et de règles. Les abréviations et les termes abondent et doivent être maîtrisés pour gagner l’acceptation et arriver à discuter sur un pied d’égalité. Langlais (2015) souligne par ailleurs la complexité de ces normes pour les néophytes et le fait que leur rigidité puisse représenter un obstacle. Jemielniak (2012) souligne quant à lui que la compréhension des nombreuses règles a un grand impact sur l’issue des débats.

45Les délais accordés pour différentes actions constituent également une barrière à l’entrée. Les wikipédiens d’expérience peuvent agir très rapidement. Une infrastructure évolue lentement, mais les objets-frontières qui sont formés et contestés par différentes communautés peuvent changer rapidement et être déplacés dans des espaces résiduels (Star, 2010). La discussion sur une nouvelle entrée contestée est ouverte pour sept jours avant qu’un administrateur décide du résultat du consensus (supprimer, conserver la page, etc.) (WP : Articles for deletion). Après une semaine, le consensus était plus ou moins de notre côté au sujet de WAM, mais la dernière journée, les éditeurs ont réitéré leur souhait de la supprimer – il a été déclaré qu’il y avait consensus pour la supprimer sur la base des arguments sur la notoriété. Elle a été supprimée avant qu’on ait le temps de voir – et encore moins de répondre – aux plus récents commentaires.

46Le wikipédien « neutre », sans biais et apte à représenter adéquatement, est imaginé comme quelqu’un qui n’est affilié à aucune forme d’organisation reliée au sujet dont il est question (WP : Conflict of interest). Cela devient problématique lorsqu’on se retrouve dans une situation où le savoir sur le sujet est évacué au profit d’une seule expertise des règles. En tant que chercheures, nous avons naïvement révélé notre expertise en utilisant nos noms réels et en rendant claire notre appartenance au milieu universitaire. Ici, on se rappelle le travail de Foucault (1975) sur la visibilité, où il explique que celle-ci assujettit au contrôle, au jugement, à la normalisation. Dans notre cas, notre transparence/visibilité est devenue un piège. Être expert de Wikipédia a été la clé pour gagner le débat, alors que l’expertise sur le sujet n’a pas été considérée pertinente – elle a même généré une suspicion de conflit d’intérêt. Cardon (2015) rappelle la pertinence d’une telle emphase sur la procédure. Wikipédia ne se compose pas d’une addition de savoirs, mais plutôt de l’attention portée à ce que tous fassent le même effort. Pour lui, la procéduralisation de la discussion sur Wikipédia est indispensable à la création d’une encyclopédie qui ne se fonde pas sur des « savants », mais plutôt sur les vérifications, les sources, l’équilibre des points de vue dans les articles.

47Un autre type de conflit d’expertise entre en jeu quand on a plusieurs champs universitaires qui produisent des connaissances différentes sur un même sujet. Avec « Technologies et Vieillissement », notre manque d’expertise wikipédienne ne nous a pas nui parce que les autres wikipédiens ont adopté une approche plus collaborative en conformité avec le principe de savoir-vivre, en passant par des suggestions et en répondant positivement à nos demandes d’aide. Cependant, en nous rapportant à ce que nous avons dit en début d’article au sujet des discours dominants sur le vieillissement (« déclin », enjeux économiques et de santé), un conflit entre la légitimité de différentes disciplines a failli voir le jour. Le savoir issu d’un champ biomédical circule beaucoup en dehors du milieu universitaire. Ce discours acquiert donc une bonne visibilité, une couverture dans un ensemble de sources primaires, secondaires et tertiaires, ce qui établit facilement sa notoriété pour l’entrée dans l’encyclopédie.

48Malgré l’ouverture du « wiki », Wikipédia a hérité d’une vision du savoir encyclopédique qui remonte aux Lumières (Reagle, 2010). La neutralité est interprétée comme signifiant la distance, qui agit comme une garantie d’objectivité et fait écho au positivisme. Cette distance favorise des connaissances sommaires, loin des débats universitaires (Luyt, 2012). L’idée de la neutralité et de l’objectivité favorise la reproduction de ces discours omniprésents, d’autant plus qu’ils proviennent de disciplines perçues comme produisant du savoir « objectif ».

  • 15 Traduction libre de : « Only a few of the experts from the outside community are actually deployed (...)

49Ces problèmes épistémologiques rendent le transfert de connaissances, et dans le cas de « Technologies et Vieillissement », sa reconnaissance (notoriété), complexe. Selon l’analyse d’entrées et de pages de discussions faite par Luyt (2012), les experts universitaires sont sous-utilisés dans Wikipédia : « Seulement quelques experts de la communauté externe sont réellement déployés et plusieurs voix qui serviraient Wikipedia ne sont pas utilisées. Cela représente un appauvrissement de l’encyclopédie et une limite à son potentiel progressif15 » (p. 1877). Nous ajoutons à cette sous-utilisation une sous-valorisation, ce qui est particulièrement le cas des experts des champs qui s’accordent moins aisément avec les discours dominants, que ce soit le féminisme (dans le cas de WAM) ou les sciences sociales et humaines (dans le cas de « Technologies et Vieillissement »).

Sources universitaires et médiatiques

50L’un des éléments intéressants de notre recherche est la relation entre Wikipédia et la culture dominante, notamment la culture médiatique qui indique un biais dans les critères d’admissibilité. Alors que le Web peut permettre une ouverture à de multiples points de vue, on remarque plutôt, ici, un rapport entre la notoriété et les grands médias qui restreint la diversité des points de vue. L’importance de la visibilité médiatique pour établir la notoriété indique que Wikipédia tend à encourager une culture de célébrité. Les sources médiatiques (journaux, sites, etc.) sont très présentes, même si elles reprennent parfois certaines recherches universitaires, comme nous l’avons remarqué dans notre inventaire des entrées sur l’âge (aussi dans Luyt, 2012). Pour des « objets » qui ne sont pas des phénomènes à étudier, mais plutôt des individus et des organisations, elles deviennent primordiales. De jeunes joueurs de hockey possèdent leur page, alors que d’autres sujets ont du mal à s’y tailler une place (comme en témoigne notre expérience avec WAM). La culture populaire trouve facilement sa place sur Wikipédia, alors que des organisations qui existent depuis un certain temps et effectuent un travail intellectuel ou social luttent pour faire valoir leur légitimité.

51Selon Voirol (2005), les dispositifs médiatiques sont centraux à la reconnaissance sociale et, donc, à l’importance culturelle, des individus, des groupes, de leurs activités et de leurs idées. Dans Wikipédia, l’examen des sources n’est pas fondé sur les normes académiques. La diffusion du savoir passe par des règles basées sur une compréhension de sens commun de ce qu’est la notoriété, qui est reliée à la vérifiabilité dans des sources secondaires et tertiaires. La visibilité médiatique rend un sujet aisément « vérifiable » et suffisamment notoire pour être inclus dans Wikipédia. Ces sources médiatiques répondent à des exigences journalistique et entrepreneuriale, ce qui influence les sujets dont elles traitent. Il est donc plus facile de trouver des références sur certains sujets que sur d’autres. Certains éléments du contexte néolibéral sont alors reproduits sans regard critique. Ici, on note la différence entre les individus (spécialement s’ils sont célèbres), qui sont interviewés et cités largement, et les organisations, qui sont moins populaires, d’autant plus si ce sont des organismes sans but lucratif. Le fait que Wikipédia soit un commun, donc a priori une organisation qui se détache des logiques de marché, n’empêche pas la reproduction de ces biais en son sein.

52Cette visibilité médiatique répond à l’exigence de neutralité de Wikipédia, qui demande qu’on se base sur des sources indépendantes, secondaires et tertiaires et qu’on évite les sources primaires (qui couvrent tant les blogues que la recherche originale) – un type de référence qui est vu comme manquant d’objectivité. Luyt (2012) a montré que les sources privilégiées sur Wikipédia sont des sites Web (journaux en ligne, sites gouvernementaux, sites d’universités), faciles à comprendre et en dessous des standards universitaires ; c’est donc dire que le fait qu’une source soit secondaire ne fait pas en sorte qu’elle soit de qualité.

53Dans le contexte où l’on se fie de plus en plus à des sources numériques, cette vision du savoir réduit l’importance culturelle et sociale d’un phénomène à sa visibilité dans des sources secondaires et tertiaires. Ceci est particulièrement pertinent pour les communautés de pratiques comme les chercheurs en cultural studies, mais aussi ceux des sciences sociales et humaines en général, dont le travail n’attire pas d’emblée l’intérêt du grand public et des médias. La suppression d’une entrée et la prépondérance des discours biomédicaux démontrent bien la difficulté d’intégrer ce type de perspectives dans les médias et d’ainsi partager le savoir produit dans nos champs de recherche.

Conclusion

54Un commun comme Wikipédia semble être un lieu tout indiqué pour faire circuler les savoirs universitaires hors des milieux académiques et ses publications traditionnelles. Notre exercice, qui a commencé par un désir de partage des connaissances des études critiques et culturelles sur Wikipédia, nous a en réalité permis de découvrir certaines limites à cette circulation : la rigidité de l’infrastructure, la présence de certains biais, la relation complexe entre visibilité, notoriété et expertise constituent des freins à la circulation du savoir.

55Selon Le Crosnier (2015), « les communs de la connaissance ne peuvent être définis par des frontières, enfermés dans des cadres rigides. L’objectif est en permanence celui du partage des savoirs afin d’améliorer le bien-être collectif » (p. 135). Notre analyse a révélé des jeux de pouvoir à travers l’acceptation (ou non) et la visibilité donnée à certaines entrées et à certains sujets plus qu’à d’autres. Ainsi, le fonctionnement d’un commun a parfois l’effet de l’enfermer et de nuire à un partage du savoir qui vise le progrès et le bien-être collectif. La littérature sur les communs, bien qu’elle dénonce les enclosures (droits de propriété qui les limitent), en observe peu les limites « internes ». La contribution de notre analyse aux recherches sur les communs est de jeter un éclairage sur certaines limites d’un commun en particulier : Wikipédia.

56En guise de conclusion, nous aimerions explorer quelques idées sur les stratégies à adopter pour contrer l’encroûtement de ces biais dans la gouvernance de Wikipédia. Nous comprenons bien la nécessité de certaines règles, notamment celles qui restreignent l’inclusion des organisations et permettent ainsi d’éviter que l’encyclopédie ne se transforme en une plateforme pour la publicité des entreprises. Dans le contexte où Wikipédia, surtout la version en anglais, est à un stade de standardisation avancé, comment relever le défi de changer les règles ? Ce qui nous semble très important est de partager des connaissances non seulement des « faits », mais surtout ce qui constitue de la bonne recherche, la pensée critique, les manières adéquates de chercher et d’évaluer les références. Cela se fait encore beaucoup par les salles de classe et il semble difficile d’entamer ces discussions à l’intérieur de Wikipédia. Notre expérience montre que les individus et les petits groupes ne peuvent effectuer un tel changement à eux seuls. Il existe des exemples de WikiProjets qui visent à changer les biais systémiques desquels on peut s’inspirer (Wikipedia : WikiProject Countering systemic bias/Gender gap task force). Si nous souhaitons « jouer le jeu » des sources secondaires et tertiaires, une stratégie plus immédiate est de tenter d’augmenter la présence de nos études, de nos champs de recherche et de nos organisations dans les médias.

Haut de page

Bibliographie

Antin, J., Yee, R., Cheshire, C. et Nov, O. (2011, octobre). Gender Differences in Wikipedia Editing. Communication présentée au WikiSym’11, Mountain View, CA.

Auray, N., Hurault-Plantet, M., Poudat, C. et Jacquemin, B. (2009). La négociation des points de vue. Une cartographie sociale des conflits et des querelles dans le Wikipédia francophone. Réseaux, (154), 15-50.

Barbe, L. (2015). Introduction. Dans L. Barbe, L. Merzeau et V. Schafer (dir.), Wikipédia : objet scientifique non identifié (p. 9-12). Nanterre, France : Presses universitaires de Paris Nanterre. Repéré à http://books.openedition.org/pupo/4089

Beaude, B. (2015). De quoi Wikipédia est-elle le lieu ?. Dans L. Barbe, L. Merzeau et V. Schafer (dir.), Wikipédia : objet scientifique non identifié (p. 41-54). Nanterre, France : Presses universitaires de Paris Nanterre. Repéré à http://books.openedition.org/pupo/4094

Bencherki, N. (2007). La stabilisation des faits sur les wikis : le cas de l’encyclopédie en ligne Wikipédia (Mémoire de maîtrise). Université de Montréal, Québec.

Bollier, D. (2014). La renaissance des communs : pour une société de coopération et de partage, Ville, Pays : Éditions Charles Léopold Mayer.

Bowker, G. C. et Star, S. L. (2000). Sorting Things Out: Classification and its Consequences. Cambridge, MA : MIT Press.

Callon, M., Lascoumes, P. et Barthes, Y. (2001). Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique. Paris, France : Seuil.

Cardon, D. (2015). Surveiller sans punir. La gouvernance de Wikipédia. Dans L. Barbe, L. Merzeau et V. Schafer (dir.), Wikipédia : objet scientifique non identifié (p. 15039). Nanterre, France : Presses universitaires de Paris Nanterre. Repéré à http://books.openedition.org/pupo/4089

Cardon, D. et Levrel, J. (2009) La vigilance participative. Une interprétation de la gouvernance de Wikipédia. Réseaux, (154), 51-89. doi : 10.3917/res.154.0051

Collier, B. et Bear, J. (2012, février). Conflict, Confidence, or Criticism: An Empirical Examination of the Gender Gap in Wikipedia. Communication présentée au CSCW’12, Seattle, WA.

Coriat, B. (2015). Communs fonciers, communs intellectuels. Comment définir un commun ?. Dans B. Coriat (dir.), Le retour des communs : la crise de l’idéologie propriétaire (p. 29-50). Paris, France : Éditions les Liens qui libèrent.

Fabri, R. (2015). Chercheur en botanique, contributeur et utilisateur de Wikipédia : un défi à relever. Dans L. Barbe, L. Merzeau et V. Schafer (dir.), Wikipédia : objet scientifique non identifié (s. p.). Nanterre, France : Presses universitaires de Paris Nanterre. Repéré à

http://books.openedition.org/pupo/4089

Fernàndez-Ardèvol, M. et Ivan, L. (2013). Older people and mobile communication, in two European contexts. Romanian Journal of Communication and Public Relations, 15(3), 83-98.

Foucault, M. (1971). L’ordre du discours. Paris, France : Gallimard.

Foucault, M. (1975). Surveiller et Punir. Paris, France : Gallimard.

Gardner, S. (2011, 19 février). Nine reasons women don’t edit Wikipedia (in their own words). Sue Gardner’s Blog. Repéré à http://suegardner.org/2011/02/19/nine-reasons-why-women-dont-edit-wikipedia-in-their-own-words/

Gullette, M. M. (2004). Aged by culture. Chicago, IL : University of Chicago Press.

Hearn. G. N., Tacchi, J. A., Foth, M. et Lennie, J. (2009). Action Research and New Media. Cresskill, NJ : Hampton Press.

Hess, C. (2015). Communs de la connaissance, communs globaux et connaissance des communs. Dans B. Coriat (dir.), Le retour des communs : la crise de l’idéologie propriétaire (p. 259-274). Paris, France : Les liens qui libèrent.

Jemielniak, D. (2012). Common Knowledge. Stanford, CA : Stanford University Press.

Jennings, R. et Gardner, A. (2012). “Rock On”: Women, Ageing and Popular Music. Farnham, Royaume-Uni : Ashgate.

Katz, S. (1992). Alarmist demography: Power, knowledge, and the elderly population. Journal of Aging Studies, 6(3), 203-225.

Kriebernegg, U., Maierhofer, R. et Ratzenböck, B. (dir.) (2014). Alive and Kicking at All Ages: Cultural Constructions of Health and Life Course Identity. Bielefeld, Allemagne : Bielefeld University Press.

Lagacé, M. (2008). Halte aux stéréotypes et préjugés à l’égard du vieillissement pour re-bâtir les solidarités intergénérationnelles. Vie et vieillissement, 6(3), 11-15.

Langlais, P.-C. (2015). {{Référence nécessaire}} L’émergence d’une norme wikipédienne (2003-2009). Dans L. Barbe, L. Merzeau et V. Schafer (dir.), Wikipédia : objet scientifique non identifié (p. 77-90). Nanterre, France : Presses universitaires de Paris Nanterre. Repéré à

http://books.openedition.org/pupo/4089

Latour, B. (2005). Reassembling the social: An introduction to actor-network-theory. Oxford, Angleterre/New York, NY : Oxford University Press.

Le Crosnier, H. (2015). En communs : une introduction aux communs de la connaissance. Caen, France : C&F Éditions.

Lessig, L. (2005). L’avenir des idées : le sort des biens communs à l’heure des réseaux numériques. Lyon, France : Presses universitaires de Lyon.

Luyt, B. (2012). The Inclusivity of Wikipedia and the Drawing of Expert Boundaries: An Examination of Talk Pages and Reference Lists. Journal of the American Society for Information Science and Technology, 63(9), 1868-1878.

Moulaert, T. (2013). Vieillissement actif. Notion singulière, parcours pluriels. L’Observatoire, 75,‎ 5-8.

O’Neil, M. (2013). Domination et critique dans les projets collaboratifs sur internet. Réseaux, (181), 119-145. doi : 10.3917/res.181.0119

Ostrom, E. (1990). Governing the commons: The evolution of institutions for collective action. Cambridge, MA : Cambridge University Press.

Pappas, S. (2014, 3 décembre). Wikipedia’s Gender Problem Gets a Closer Look. Live Science. Repéré à

http://www.livescience.com/48985-wikipedia-editing-gender-gap.html

Peake, B. (2015). WP:THREATENING2MEN: Misogynist Infopolitics and the Hegemony of the Asshole Consensus on English Wikipedia. Ada: A Journal of Gender, New Media, and Technology, (7). Repéré à

http://adanewmedia.org/2015/04/issue7-peake/

Reagle, J. (2010). Good Faith Collaboration. Cambridge, MA : MIT Press.

Star, S. L. (2010) This is Not a Boundary Object: Reflections on the Origin of a Concept. Science, Technology & Human Values, 35(5), 601-617.

Star, S. L., et Griesemer, J. (1989). Institutional Ecology, “Translations” and Boundary Objects: Amateurs and Professionals in Berkeley’s Museum of Vertebrate Zoology, 1907-39. Social Studies of Science, 19(3), 387-420.

Voirol, O. (2005). Les luttes pour la visibilité. Réseaux, 129-130, 89-121.

Weltevrede, E. et Borra, E. (2016). Platform affordances and data practices: The value of dispute on Wikipedia. Big Data & Society, p.1-16. doi : 10.1177/2053951716653418

White, M. (2016). Wikimedia timeline of recent events, 2014-2016. Repéré à http://mollywhite.net/wikimedia-timeline/

Wikipedia (2015, 9 décembre). Wikipedia:Articles for deletion/Centre for Women, Ageing and Media (2nd nomination). Repéré à

http://en.wikipedia.org/wiki/Wikipedia:Articles_for_deletion/Centre_for_Women,_Ageing_and_Media_(2nd_nomination)

Wikipedia. (2016, 4 janvier). WP: Notability. Repéré à

http://en.wikipedia.org/wiki/Wikipedia:Notability

Wikipedia. (2017, 15 août). WP: Notoriété des associations. Repéré à

https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Notori%C3%A9t%C3%A9_des_associations

Wikipedia. (2017, 15 août). WP: Principes fondateurs. Repéré à

https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:Principes_fondateurs

Wikipedia. (2017, 15 août). WP: Vérifiabilité. Repéré à

https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:Vérifiabilité

Wikipedia. (2017, 15 août). WP: Sources primaires, secondaires et tertiaires. Repéré à

https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:Sources_primaires,_secondaires_et_tertiaires

Wikipedia. (2017, 15 août). Discussion : Technologies et vieillissement. Repéré à

https://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Technologies_et_vieillissement

Wikipedia. (2017, 15 août). WP: Pas d’attaques personnelles. Repéré à

https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:Pas_d%27attaque_personnelle

Wikipedia. (2017, 15 août). WP: Supposer de la bonne foi. Repéré à https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:Supposer_la_bonne_foi

Wikipedia. (2016, 4 janvier). Wikipedia:WikiProject Countering systemic bias/Gender gap task force. Repéré à

https://en.wikipedia.org/wiki/Wikipedia:WikiProject_Countering_systemic_bias/Gender_gap_task_force

Wikipedia. (2016, 4 janvier). WP: Conflict of interest. Repéré à https://en.wikipedia.org/wiki/Wikipedia:Conflict_of_interest#External_roles_and_relationships

Wikipedia. (2016, 4 janvier). WP: Articles for deletion. Repéré à

https://en.wikipedia.org/wiki/Wikipedia:Articles_for_deletion#How_an_AfD_discussion_is_closed

Haut de page

Notes

1 Les auteures tiennent à remercier ACT et le CRSH pour leur soutien à la réalisation de ce projet.

2 ACTipedia est un projet du réseau Ageing Communication Technologies (actproject.ca), un groupe de recherche international et interdisciplinaire en sciences sociales et humaines.

3 Notion de l’OMS et de l’OCDE qui réfère à la santé, à l’allongement de la retraite et au maintien sur le marché du travail des personnes aînées et qui responsabilise les individus.

4 Traduction libre de : « a unit of analysis that cuts across formal organizations, institutions like family and church, and other forms of organization such as social movements. It is, simply put, a set of relations among people doing things together. The activities with their stuff, their routines, and exceptions are what constitute the community structure. »

5 Traduction libre de : « the strange and contingent nature of its categories seen from the outside ».

6 Nous conservons la référence en anglais puisque les définitions sont un peu différentes d’une langue à l’autre et que, pour l’entrée dont il est question (WAM), ce sont les règles du Wikipédia en anglais qui ont été appliquées. Traduction libre de : « outside of narrow group interest ».

7 RS signifie « source fiable » (reliable source).

8 Traduction libre de : « No coverage in reliable, nonaffiliated sources. All sources are affiliated except for the Zwoll, Karpf, Jones and Whiting refs. However, the Zwoll and Whiting refs are blogs (not an WP:RS), while the Karpf ref doesnt even mention the centre. This leaves the Jones ref, which is quite literally from a tabloid, and doesnt really establish notability due to not being an RS. Therefore, due to the lacking of notability establishing sources, we should delete this article. Grognard [Éditeur 1] [...] Whats important is to find sources that are independent of the Centre or its members, are substantially about the Centre itself (rather than mentioning it in passing), and are reliable due to some level of editorial oversight i.e. blogs or personal web pages are not generally considered reliable, but newsletters and journals generally are [Éditeur 2] »

9 Traduction libre de : « What the original post misses, which addresses the issue of notability but also provides further public references that are in accordance with wikipolicy on citation and referencing, is WAM’s contribution to public life and public policy through their Manifesto. This Manifesto, written 2012, instigated the inclusion of two WAM representatives to the public policy document published in 2015 by the Members of the Select Committee of the House of Lords, Chaired by Lord Best. That’s pretty notable. […] These are independent nonblogspotty references and evidence of the notability of this organization and its members to the lives of older women. »

10 Traduction libre de : « One important thing to understand is that Wikipedia’s content and sourcing standards are a lot tougher now than they were five or ten years ago — an article being created today has to conform to a much stricter set of rules than an article that was created in 2004 did. So the fact that you can find a bad, poorly referenced article that’s ten years old has no bearing on the standard that you have to meet to get a new article kept today. And I’d also encourage you to read WP:OTHERSTUFFEXISTS — especially the part about “Plenty of articles exist that probably should not. Therefore, just pointing out that an article on a similar subject exists does not prove that the article in question should also exist;; it is quite possible that the other article should also be deleted but nobody has noticed it.” »

11 Un WikiProjet est une façon de gérer la collaboration de plusieurs wikipédiens à un même thème assez large. On peut devenir membre d’un WikiProjet en s’ajoutant sur sa page, qui est une page Wikipédia d’un format un peu différent de celui des articles.

12 Traduction libre de : « I can add all kinds of things to male YA authors’ pages with minimal cites and no one says a word. Whereas, every time I try to add a female YA author, or contribute to their pages, I invariably end up with some obnoxious gatekeeper complaining that my cites from Publisher’s Weekly and School Library Journal aren’t NEARLY enough, and besides, this author isn’t SIGNIFICANT enough to have an entry, who cares if she published three books? They’re not NOTEWORTHY. »

13 Traduction libre de : « Problematically, the most active Wikipedians are also those who largely set policies, arbitrate disputes, and do other high-level tasks into which biases of worldview and temperament can subtly creep. This is the very group among which women may need more representation, but also one which may be more difficult to break into. »

14 Traduction libre de : « Wikipedia culture can be very rules driven and one can very quickly find themselves being reverted and blasted on their user page for stepping over a rule you were unaware of. »

15 Traduction libre de : « Only a few of the experts from the outside community are actually deployed and many voices that would serve Wikipedia well are not utilized. This represents an impoverishment of the encyclopedia and a limitation on its progressive potential. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maude GAUTHIER et Kim SAWCHUK, « Le partage de quels savoirs ? Les articles Wikipédia comme objets-frontières », tic&société, Vol. 12, N° 1 | -1, 131-165.

Référence électronique

Maude GAUTHIER et Kim SAWCHUK, « Le partage de quels savoirs ? Les articles Wikipédia comme objets-frontières », tic&société [En ligne], Vol. 12, N° 1 | 1er semestre 2018, mis en ligne le 31 mai 2018, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ticetsociete/2408 ; DOI : 10.4000/ticetsociete.2408

Haut de page

Auteurs

Maude GAUTHIER

Maude Gauthier collabore avec le groupe Ageing Communication Technologies depuis 2015. Elle contribue à divers projets qui abordent le vieillissement et les technologies de communication. Ses intérêts de recherche se concentrent sur l’intimité, la culture et les médias. Après avoir complété son doctorat en communication à l’Université de Montréal en 2014 et des études postdoctorales en sociologie au Royaume-Uni, elle enseigne à l’Université du Québec en Outaouais des cours sur les théories de la communication et sur les rapports de genre.gauthier.maude@gmail.com

Articles du même auteur

Kim SAWCHUK

Kim Sawchuk est professeure au Département de communication et vice-doyenne de la recherche et des études supérieures à la Faculté des arts et des sciences de l’Université Concordia. Elle dirige le projet international et interdisciplinaire Ageing, Communication, Technologies: Experiencing a Digital World In Later Life (ACT), qui se penche sur les expériences du vieillissement à travers la communication médiatisée des sociétés en réseau. kim.sawchuk@sympatico.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons

Haut de page
  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Artic
  • Logo Université Paris 13 Nord
  • Logo Université du Québec à Montréal
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals