Navigation – Plan du site

Ouest-France : un média plateforme ? Politique de diversification, jeu de placement de l’information et zonage des pratiques en ligne

Sandra MELLOT et Anaïs THEVIOT
p. 133-158

Résumés

La plupart des grands médias locaux et nationaux adoptent des positionnements qui présentent les symptômes d’une « plateformisation » de la production pour faire face à des contraintes économiques de plus en plus fortes. Nous avons choisi d’étudier le cas du premier journal régional français, Ouest-France, afin d’interroger le devenir plateforme des médias. Cette enquête s’appuie sur une analyse empirique fouillée via l’étude du design de ses différents sites et l’analyse d’une trentaine d’entretiens réalisés avec les journalistes de presse quotidienne locale, portant notamment sur les reconfigurations de leurs métiers. Cet article montre que le groupe Ouest-France inscrit sa stratégie dans la logique d’une plateforme en prenant appui sur les différents modèles stratégiques et économiques du numérique pour diffuser sa présence adaptant la pratique du journalisme aux nouvelles temporalités et multimodalités attendues du web. Cet éclatement de la communication contraste cependant avec l’enfermement des pratiques dans des espaces éditoriaux spécifiques non reliés.

Haut de page

Entrées d’index

Indice de palabras claves :

plataforma, medios, periodismo, redes sociales, diseño
Haut de page

Texte intégral

1Dès 2012, une enquête du Pew Research Center soulignait que 34 % des jeunes Américains de 18-24 ans accédaient régulièrement à l’information à partir de leurs réseaux socionumériques, 32 % des 25-29 ans, contre 10 % des 50-64 ans et seulement 2 % des 65 ans et plus. Les pratiques de consommation de l’information ont été reconfigurées, ces dernières années, avec la démocratisation d’Internet et notamment la montée en puissance des réseaux sociaux. Les sources d’information varient toutefois largement en fonction du profil des usagers (Jouët et Rieffel, 2013) : les catégories sociales moins favorisées continueraient à regarder massivement la télévision pour s’informer sur l’actualité, excepté chez les moins de 34 ans, qui préfèrent de plus en plus Internet (Cevipof, 2017). Il y aurait donc une reconfiguration des pratiques informationnelles marquée par un effet de génération.

2S’informer en ligne ne veut pourtant pas forcément dire consulter les grands médias en ligne dans un processus de substitution des supports papier, mais peut être entendu comme de nouvelles pratiques informationnelles, au sens où les dispositifs (blogues personnels, applications, etc.) se démultiplient. S’informer en ligne peut ainsi se résumer à lire les intitulés d’articles sur son fil d’actualité sur Facebook. Cette tendance est favorisée par la plateforme qui propose, depuis 2015, des outils dédiés à la lecture mobile (Discover), sans rediriger vers le site du média.

  • 1 Bell, E. (2016, 7 mars). Facebook is Eating the World. Columbia Journalism Review. Repéré à www.cjr (...)

3Depuis quelques années, Facebook tente en effet de passer d’un simple lieu de sociabilité à un espace d’accès et de partage de l’information afin de concurrencer d’autres réseaux tels que Twitter. Fortement critiqué, Facebook cherche pourtant à s’associer aux médias traditionnels pour aider l’internaute à identifier « l’information de qualité » afin de lutter contre la multiplication des fausses informations. Ces nouvelles manières de s’informer et de faire de l’information en ligne interrogent une « plateformisation des médias » (Poell et al., 2017, p. 2) et les risques d’une toute-puissance des GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) : « Les réseaux sociaux n’ont pas seulement avalé le journalisme, ils ont tout avalé. Les campagnes politiques, les systèmes bancaires, l’industrie du divertissement1. » La démocratisation des réseaux sociaux change-t-elle les manières de concevoir le métier de journaliste et de diffuser l’information ? Peut-on parler d’une « presse de plateforme », au sens où les grands médias papier seraient happés par l’industrie du numérique ? Quel serait alors le positionnement stratégique d’une presse quotidienne régionale comme Ouest-France dans la diffusion de ses contenus en ligne ?

4L’ambition de cet article est d’analyser la tendance à la plateformisation du groupe Ouest-France à travers l’étude empirique fouillée du design de ses différents sites et l’étude d’une trentaine d’entretiens réalisés avec les journalistes de presse quotidienne locale, portant notamment sur les reconfigurations de leurs métiers. Ces entretiens semi-directifs ont été réalisés à l’automne 2017 et ont duré entre 1 h 12 (pour le plus court) et 2 h 35 (pour le plus long). Pour cet article, nous avons choisi de nous focaliser notamment sur les entretiens menés avec les journalistes appartenant au groupe étudié. Concernant l’anonymat, nous avons demandé à tous les enquêtés si leur nom pouvait être cité dans les publications scientifiques à venir : personne n’a souhaité être désigné par un pseudonyme. Même si le consentement constitue dans ce cadre une donnée importante, il n’est pas totalement suffisant, car les enquêtés n’ont souvent pas conscience de la façon dont vont être analysés leurs propos. Comme il n’est pas nécessaire pour la bonne compréhension de l’enquête d’indiquer systématiquement leur identité, nous avons choisi de ne pas mentionner leurs noms, mais d’indiquer uniquement leur fonction.

5L’analyse sémiotique des sites web met en évidence la part visible de la stratégie et les expériences configurées pour les lecteurs de cette presse en ligne. Nous interrogeons la manière dont les contenus et leur organisation au sein des interfaces provoquent des façons d’« être lecteur », des façons de « consommer » l’information en ligne.

6L’enquête auprès des professionnels permet de croiser cette stratégie « visible » du design à la stratégie « invisible » des acteurs de terrain (les journalistes et les directeurs d’agence) en prise avec les changements de la pratique journalistique liés au numérique.

7Le groupe Sipa - Ouest-France (Société d’investissements et de participations) a développé la marque du groupe Ouest-France sur plusieurs plateformes (Figure 1) – qui constituent notre corpus – pour cibler des publics différents, dans une politique de diversification et d’intégration : le site institutionnel du journal2, la revue de presse en ligne Panorapresse3 et les blogues des journalistes étiquetés de la marque Ouest-France4. À cette myriade de sites, s’ajoutent ceux développés par la filiale Ouest-France Multimédia5, qui est organisée en quatre pôles : maville.com, ouestfrance-immo.com, ouestfrance-auto.com et ouestfrance-emploi.com.

8Nous procédons à l’analyse de ces sites sous trois angles :

  • à l’échelle du web : quelles modalités de la présence de Ouest-France pour quelle figuration de l’information ?

  • à l’échelle des interfaces : comment l’orchestration multimodale des interfaces reflète-t-elle une manière de penser la pratique des usagers ?

  • à l’échelle des modèles éditoriaux et économiques de la presse en ligne : comment ce positionnement stratégique accorde-t-il certaines fonctions à l’information et certaines places aux usagers ?

9Selon la formule de Vadim Lavrusik (2011), un journaliste qui a rejoint l’équipe de Facebook, « le contenu est roi, la diffusion est reine » (s. p.). En somme, il s’agit d’abord de produire du contenu de qualité, mais aussi de proposer une stratégie efficace pour le diffuser au mieux en cherchant à accroître son lectorat et donc à toucher une diversité de public. Nous verrons que cette formule s’applique très bien au premier quotidien français en matière de diffusion papier (en moyenne 693 794 exemplaires diffusés chaque jour en 2016), Ouest-France :

  • 6 Chef de la rédaction de Ouest-France à Nantes, entretien du 17 décembre 2017.

« On devient peu à peu, ce qu’on appelle dans notre jargon “web first”, c’est-à-dire qu’avant, initialement, un journaliste il pense au journal qu’il va écrire le soir pour le lendemain. Là, maintenant, c’est complètement transformé : on pense aux infos qu’on va mettre dans l’heure, puis l’heure suivante, puis l’heure suivante, puis l’heure suivante… sur le site..., sur le site, sur Facebook, sur les réseaux, etc.6 »

10Ce « vieux » journal, créé en 1944, a compris la tendance des « médias distribués » (dans le sens où toutes les ressources, toutes les informations produites ne se trouvent pas au même endroit) et cherche à accroître son rayonnement par une stratégie de foisonnement et d’éclatement de la présence de sa marque en ligne. Il faut dire que les journaux papier sont de moins en moins lus et que la concurrence en ligne de « jeunes » médias tels que Buzzfeed, qui diffuse sur plus de 30 plateformes extérieures à la sienne, est forte. La dernière enquête du Pew Research Center (2016) souligne que l’abonnement aux journaux papier a chuté, toutes générations confondues, bien que les différences d’âge demeurent marquées : seulement 5 % des 18 à 29 ans reçoivent souvent des nouvelles d’un journal imprimé, alors qu’environ la moitié (48 %) des 65 ans et plus le font. Comparativement à l’imprimé, près de deux fois plus d’adultes (38 %) reçoivent souvent des nouvelles en ligne, soit à partir de sites d’information ou d’applications (28 %) ou de médias sociaux (18 %). Ainsi, 81 % des adultes s’informent sur ces plateformes en ligne. On comprend bien, alors, pourquoi les « vieux » médias investissent aussi dans cette transition numérique.

11Nous verrons que la stratégie de plateformisation est poussée à l’extrême en démultipliant les plateformes en fonction des cibles (1) et en opérant un formatage technique, induisant alors un enfermement de l’usager dans des zones de pratiques (2).

Figure 1. Organigramme de la société Civile Sipa - Ouest-France

Figure 1. Organigramme de la société Civile Sipa - Ouest-France

Un éclatement de la présence pour occuper la Toile et décliner la marque

12La plateformisation de l’information apparaît comme une solution pour devenir visible là où

la multiplicité des contenus en ligne complique la captation de l’attention des internautes. Disposer d’une marque forte permet dans ce cas de bénéficier d’une signalisation de son offre (Bomsel, 2007) qui va favoriser une hausse de la consommation de l’information proposée, tout en conférant un avantage face aux concurrents. (Joux, 2017, p. 129)

13En déclinant sa présence dans des espaces éditoriaux différenciés (1.1), Ouest-France se donne différentes images. Cette déclinaison de son identité de journal, de groupe, d’acteur local est censée répondre à la diversité du public (1.2).

Une déclinaison en ligne de la marque Ouest-France

14Les journalistes du groupe Ouest-France ont bien conscience des reconfigurations actuelles de leur métier qui est désormais, dans la pratique, tourné vers le support en ligne. Le terme webfirst est récurrent dans les discours des journalistes de la presse quotidienne, qui soulignent les modifications de la temporalité de leur profession induite par le numérique :

  • 7 Directeur départemental de Loire-Atlantique chez Ouest-France, entretien du 16 novembre 2017.

« Maintenant, en termes de pratiques elles-mêmes journalistiques, j’ai envie de dire qu’on s’est adapté un petit peu à la société qui veut ça aujourd’hui. Le webfirst, pour nous, c’est vraiment très présent aujourd’hui : c’est-à-dire que toute info chaude mérite le web dans les meilleurs délais ; alors qu’avant on avait un fonctionnement très print, y’a encore 4-5 ans, on écrivait pour le papier et puis après quand on avait le temps, on faisait une brève sur Internet, on appelait ça une DMA, une dernière minute d’actualité. Aujourd’hui, on rentre à la rédaction, on écrit tout de suite une brève pour le Net et après on envisage un développement éventuellement pour le Web, et le papier ce sera vraiment dans un troisième temps quasiment, un temps trois de l’information. Donc oui, les pratiques ont évolué7. »

15Cette logique de l’immédiateté en ligne, décrite par le directeur départemental de l’Ouest-France Loire Atlantique, est associée à une logique de présence stratégique sur le web. Il s’agit d’affirmer une présence singulière du média identifiable par le lecteur, de mettre en situation ce lecteur dans des espaces éditoriaux liés à des ancrages culturels spécifiques.

16Boutaud (2011) envisage pour une part le « système de communication conçu d’abord dans sa dimension énonciative qui mobilise certes des acteurs réels, mais plus encore des figures énonciatives construites, idéalement, par le discours au sein de ces univers sociaux et culturels » (p. 31). Entendons par idéalement les projections de l’instance énonciative, Ouest-France, pour que la situation d’interaction se déroule dans le sens de la visée stratégique : susciter l’action de s’abonner et maintenir le lecteur sur le site.

17L’analyse des sites de Ouest-France montre un jeu de diversification de ces figurations attribuant différentes images au média et différentes fonctions à l’information. La fonction « communication » est très présente sur le site institutionnel (https://www.ouest-france.fr/​), constitué d’accroches visuelles et textuelles en mouvement au rythme des remontées d’actualités. C’est le flux de l’information qui est figuré sur ce site par le déplacement des sujets, l’inscription de l’heure du sujet sur le visuel, le déroulé d’une timeline de l’actualité et l’utilisation d’un vocabulaire : « En ce moment », « En continu » (Figure 2).

Figure 2. Capture d’écran de https://www.ouest-france.fr/​(13 janvier 2019)

Figure 2. Capture d’écran de https://www.ouest-france.fr/​(13 janvier 2019)

18Pour les plateformes comme Panorapresse, la sobriété du design tranche avec le site institutionnel pour assumer une fonction opérationnelle de « solution de veille » et la désignation non plus du journal, mais du groupe Ouest-France. Une démarche d’accompagnement dans l’utilisation de la solution (solution permettant l’élaboration de revues de presse, la recherche et le travail partagés sur les archives) est proposée par des webinaires, des simulations vidéo et des exemples détaillés par le texte (Figure 3).

Figure 3. Capture d’écran de https://www.panorapresse.fr/​blog/​(13 janvier 2019)

Figure 3. Capture d’écran de https://www.panorapresse.fr/​blog/​(13 janvier 2019)

19La fonction d’expertise est mise en scène dans les blogues thématiques de la rédaction. L’information est alors directement associée à un journaliste : portrait photo du journaliste, présentation de ses missions, possibilité de le contacter par formulaire ou de suivre son compte Twitter. Des spécialistes de la rédaction comme Laurent Marchand livre un « regard sur l’actualité8 ».

20L’image véhiculée par Maville9 est celle d’une presse de proximité ouverte aux témoignages des lecteurs : « exprimez-vous ». Ce n’est plus directement Ouest-France qui est figuré, mais l’habitant (« ma » ville) qui commente l’actualité, participe aux débats, propose sa critique des événements. La fonction participative (ici l’ajout de commentaires par les usagers) associée à l’information en ligne est contenue dans cet espace éditorial, alors que la fonction interactive (l’animation de l’interface en réponse aux actions de l’usager) est réservée à la dimension ludique10. Les réseaux sociaux et les différents dispositifs appartenant au groupe complètent cette présence en ligne très diversifiée de Ouest-France. Sur les plateformes extérieures (non gérées par le groupe), comme allociné et sound cloud, Ouest-France se positionne comme un acteur local qui partage ses goûts, ses critiques.

21Différents modèles de la presse en ligne coexistent en fonction des stratégies éditoriales et économiques, supposant ainsi une diversification des positionnements dans ce nouvel environnement. Ghislaine Chartron (2016) recense six modèles que nous adaptons à notre cas d’étude. Cinq de ces modèles correspondent à un espace éditorial de Ouest France dans sa dimension stratégique :

  • le modèle éditorial repose sur une mise en visibilité de l’offre éditée, ce qui correspond à la stratégie du site https://www.ouest-france.fr/​ ;

  • le modèle méta-éditorial est un regroupement d’une offre éditoriale sélectionnée, soit les stratégies des sites du groupe Ouest-France comme https://www.panorapresse.fr/​blog/​ ;

  • la publication autoritative consiste en l’édition de contenus originaux attribués à un auteur, comme les blogues de la rédaction, qui opèrent sur ce couple contenu/auteur (http://international.blogs.ouest-france.fr) ;

  • le modèle socioéditorial est fondé sur la valeur donnée par la communauté au contenu, comme la stratégie de Maville (https://nantes.maville.com/​) ;

  • enfin, le modèle data-éditorial est défini par les formes de prescription fondées sur les données, soit les zones de recommandation du site Ouest-France.

22Selon les espaces éditoriaux, Ouest-France apparaît comme étant le journal, la marque, l’acteur local, les journalistes experts, les habitants, ces différents rôles attribuant une fonction à l’information en ligne : fonction de communication, de participation, d’expertise, fonction opérationnelle, ludique. Ouest-France adopte ici la nouvelle stratégie de diversification des plateformes telle que la définie Jean-Samuel Beuscart et Patrice Flichy (2018) : « Avec le numérique, les plateformes ne se contentent plus de rendre la production plus efficace au sein d’une firme (plateformes fermées) ou d’un groupe de firmes (plateformes ouvertes), elles permettent d’articuler des activités connexes, voire concurrentes. » (p. 12.)

23Cette cartographie ne dessine pas un étoilement stratégique gravitant autour de l’image du « journal », mais un éclatement informationnel. Arnaud Mercier (2016) avait déjà mis en évidence le morcellement des lieux de l’information en ligne :

Là où dans l’ancien univers, la production médiatique d’information s’offrait comme un tout (dont on pouvait, bien sûr, ne pas tout lire ou écouter), l’accès à l’information se fait de plus en plus par morceaux, et de façon aléatoire, au fil des recommandations, des alertes reçues et de notre butinage d’infos sur nos comptes de réseaux socionumériques. (s. p.)

Un cloisonnement des espaces éditoriaux pour cibler des publics différenciés

24Dans chacun de ces sites web est opéré un changement de points de vue comme de modalités d’écriture, créant ainsi différents ancrages culturels de l’information. Le rédacteur général de Ouest-France pointe l’enjeu économique de cette stratégie multisupport (pour nous, multimodales, car sur le même support numérique des espaces différenciés sont construits), associant un public à un support (ou, plus précisément, à une modalité de transmission de l’information répondant à un ancrage culturel spécifique pour une cible) :

  • 11 Rédacteur général de Ouest-France à Rennes, entretien du 2 novembre 2017.

« Le journaliste doit être capable, évidemment, de transmettre son information sur tous les supports. Donc en fait, c’est le journalisme en général qui est en train de devenir multimédia, multisupport, et ça c’est une évolution évidemment qui est intéressante parce qu’à chaque fois qu’il y a un nouveau support, il y a un nouveau public. En fait, c’est le, comment dirai-je, le nombre de lecteurs qui augmente à chaque fois11. »

25Ce fonctionnement cloisonné ne cherche pas à élargir le champ de connaissance du lecteur en passant d’un espace éditorial à l’autre, mais à cibler les différentes pratiques des abonnés potentiels dans l’un ou l’autre de ces registres. Cet enfermement du lecteur s’inscrit dans une prescription utilitaire de l’information répondant à un enjeu de ciblage : quelle fonction correspond le mieux aux pratiques de chaque internaute ? Les choix qui président à la mise en scène de la situation de communication sur les différents sites mettent en avant « le besoin » informationnel plus que l’information elle-même. Les contenus sont proposés comme des « solutions » aux attentes informationnelles et font du média un « partenaire » du lecteur partageant les mêmes préoccupations. Ce journalisme de solutions est en effet identifié comme un positionnement de proximité de la presse locale à l’œuvre ces cinq dernières années (Amiel, 2017) en s’appuyant sur les potentialités du numérique.

26Cette approche stratégique liée aux évolutions technologiques, implique une adaptation des journalistes, formés pour réagir dans l’instantané, et une évolution des outils techniques. Le groupe Ouest-France investit en effet dans des dispositifs permettant aux journalistes de réagir en temps réel et d’adapter leurs écritures aux formats et au style du web :

  • 12 Journaliste chez Ouest-France, entretien du 12 octobre 2017.

« Là aujourd’hui, l’information, c’est essentiel sur le web. Donc c’est savoir aussi monter des vidéos, de connaître les différents logiciels qui permettent d’apporter l’information différemment par exemple avec des petits logiciels comme Thinglink, c’est sur une même image, on peut mettre des liens. Euh… ça permet au… à l’internaute de passer sa souris pour voir les informations sur une image à différents points, c’est des petits logiciels qui sont… c’est important d’être toujours en veille, mais au final on l’est tous un peu. C’est un peu notre euh… ADN d’être toujours en veille pour un journaliste, de connaître les nouveautés autour de soi12. »

  • 13 Directeur départemental de Loire-Atlantique chez Ouest-France, entretien du 16 novembre 2017.

« On est en train de changer d’outil éditorial, là justement précisément en Loire-Atlantique cette semaine, et ça va durer jusqu’à Noël, on adopte un nouvel outil qui s’appelle EidosMedia, et qui permet notamment de transmettre ses articles en mobilité. Donc c’est-à-dire qu’avec l’iPhone, on a une application qui s’appelle Memo [montre sur son téléphone], on va sur le terrain, on fait créer un nouvel article web et là c’est très simple, on met le nom du fichier, on a le champ titre, le champ de l’accroche, le texte, on transmet notre photo et “Envoyer”. Et là, les journalistes, ils peuvent, quel que soit l’endroit où ils se trouvent – une manif, une conférence de presse – et bien, quasiment avec leur iPhone hop, taper leur truc en moins de 200 mots, l’envoyer à la rédaction, et puis c’est publié en temps réel13. »

27Le formatage des outils techniques et des designs proposés en ligne ajoute à l’enfermement de l’usager dont la lecture est contrainte par une manière de rendre compte de l’information en ligne, censée être adaptée au format numérique et à la cible identifiée de la plateforme.

Un zonage des pratiques pour atteindre de nouveaux internautes et les retenir

28Si l’agencement de la présence sur le web révèle un éclatement de l’information, à l’échelle des interfaces, la densité visuelle du site principal (https://www.ouest-france.fr) insiste sur une dimension totalisante : l’internaute est invité à tout voir dans ce même lieu.

29L’agencement en « one page » invite le lecteur à dérouler non pas l’information, mais des zones d’information. Il traverse successivement : la zone d’actualité principale, composée de visuels grands formats ; la zone d’actualité régionale (vignettes légendées à droite) ; la zone de recommandation (les actualités ailleurs sur le Web et les incitations commerciales des partenaires par des vignettes légendées dessous) ; puis une zone incitative (abonnement). Le cycle recommence avec une zone « actualité » construite sur des visuels grands formats, des vignettes et des vidéos. Les vidéos sont associées à des rubriques hors actualité (jeux, animaux, voyages). Sont déroulées ensuite : une zone de recommandation (les articles les plus vus dans un registre uniquement textuel) et une zone incitative (abonnements et annonces). Un dernier cycle reprend avec : une zone informative hors actualité stratégique (culture, voyage, loisir), avec des visuels légendés à droite ; une zone « recommandation » (commanditée) et des codes promotionnels avec des visuels légendés en dessous ; une zone « anecdote » (quizz) ; une zone « autopromotion » ; une zone « dernière actualité » (en texte) ; et une zone incitative (abonnement). De manière schématique, le site est organisé en trois zones : « actualité », « recommandation » et « incitation », déroulées trois fois, occasionnant une sensation forte de répétition et de sollicitation visuelle.

30La place accordée aux contenus de recommandation et d’incitation pour répondre aux enjeux économiques (2.1) de la presse en ligne occasionne un jeu de placement de l’information (2.2) dans un espace éditorial saturé. La posture d’autorité d’une information journalistique par rapport à un contenu promotionnel est alors affaiblie. Cette inversion du processus de légitimation de l’information est également perceptible dans l’utilisation des réseaux sociaux (2.3) comme justification de l’intérêt d’un article.

Des enjeux économiques au cœur des stratégies de plateformisation

31Cette forme de « thématisation du monde » analysée par Patrick Charaudeau (2006, p. 28) concernant la presse traditionnelle consiste à focaliser l’attention sur un thème et à le répéter. Pour l’auteur,

ce procédé est d’autant plus pernicieux et malhonnête au regard de l’éthique de l’information qu’il suit la pente dite « naturelle » du processus d’interprétation étudié par la psychosociologie, à savoir : s’appuyer sur une mémoire globale, non-discriminante [sic], qui met tout dans le même panier d’une émotion interprétative, et évite de se livrer à un effort d’analyse (p. 35).

32Ce qui fait débat depuis plus de dix ans dans la presse papier est affiché en ligne sans détour : une mise en scène répétitive amalgamant les contenus informationnels et promotionnels. L’organisation en vignettes légendées pour l’ensemble des contenus entretient cette ambiguïté. Seule distinction : la légende placée en dessous du visuel lorsque le contenu n’est pas édité par Ouest-France et à droite lorsqu’il s’agit d’une information de la rédaction.

33L’ambiguïté de la stratégie éditoriale relève d’enjeux économiques, comme le soulignait déjà Cégolène Frisque en 2010 :

Devenus monopoles tentaculaires, les titres régionaux ne sont plus considérés comme des titres parmi d’autres pouvant avoir des stratégies éditoriales particulières, ils doivent d’une part assurer une rentabilité toujours plus grande, nécessaire au fonctionnement de l’ensemble du groupe, et ils se donnent d’autre part de plus en plus pour rôle de rendre compte des activités et réalisations des pouvoirs locaux – politiques, économiques, culturels –, voire de les promouvoir (p. 961).

34L’intégration des contenus publicitaires dans la charte graphique du site internet crée de la confusion dans la sélection de l’information par l’internaute. Dans la situation d’un non-abonné, nous relevons un zonage des pratiques informationnelles dans ce cycle répété « information/recommandation/sollicitation », entraînant une vision confuse entre modèle informationnel et modèle promotionnel.

35La masse visuelle et la confusion promotion/information renvoient à l’idée d’une information « placée » plutôt qu’éditorialisée. Ce jeu de placement de l’information (renvoyant directement à l’idée de placement de produits) est perceptible dans la structure même des articles répondant aux règles du référencement naturel. Pour répondre aux exigences algorithmiques de Google, les articles sont formatés par la répétition et les titres accrocheurs permettant la remontée de l’information Ouest-France dans les premières suggestions du moteur de recherche. Plusieurs recherches effectuées sur Google montrent la stratégie mise en place par Ouest-France, à titre d’exemple : sur des sujets d’actualité « populaires » comme « la coupe du monde » ou « ParcoursSup », Ouest-France apparaît en première page, troisième suggestion ; sur des sujets d’actualité internationale, comme « Aquarius », le référencement est loin derrière les médias nationaux, en troisième page ; sur des informations spécifiques localisées comme « match de cricket afghan en Mayenne », Ouest-France est la première référence citée.

36Ces exemples confirment le positionnement éditorial de Ouest-France : grand public (les sujets populaires comme « coupe du monde » sont bien référencés), peu critique (les sujets sensibles comme « Aquarius » sont positionnés très loin derrière les grands médias nationaux et internationaux), proche des territoires (des sujets spécifiques à un lieu comme la Mayenne sont immédiatement associés à un traitement de l’information par Ouest-France). Le design du site de Ouest-France reprend cet équilibre local/national dans le placement et la taille des visuels, accordés à l’actualité en France (et à l’étranger) ou dans les régions. La recherche dans le sommaire du site privilégie cette entrée par localité.

Un jeu de placements de produits ?

37Au placement d’information répond le placement de produits Ouest-France (les abonnements). La sollicitation est là aussi clairement affichée : visuellement déterminée par des entrées en jaune sur le site correspondant aux « call to action » « s’abonner » ; structurellement correspondant à une zone « abonnement » répétée trois fois dans la structure du site et de manière intrusive, avec l’apparition de sollicitations en cours d’interaction sur le site. Apparaissent de nouveaux outils pour capter de nouveaux publics et les inviter à s’abonner ou à payer ponctuellement pour avoir le droit d’accéder à un article correspondant à une nouvelle économie des médias en ligne :

  • 14 Chef de la rédaction de Ouest-France à Nantes, entretien du 17 décembre 2017.

« On a aussi créé une nouvelle offre, ici à Nantes, où les gens peuvent s’abonner uniquement sur des articles en cliquant, alors vous verrez, quand vous irez sur le site, il y a des articles, vous cliquez dessus, vous avez le début de l’article qui est visible et après ça devient flou. Pour pouvoir lire ces articles qui sont postés au fur et à mesure de la journée, qui sont des articles à forte, à grosse valeur ajoutée, avec beaucoup d’infos, donc avec beaucoup de travail, et ces articles-là, pour y avoir accès, on peut s’y abonner pour 1 € par mois au début, 5 € à la fin du trimestre, un truc comme ça. Et pour nous, c’est essayer de toucher d’autres générations qui connaissent par forcément le journal papier dont c’est plus du tout la culture et qui en revanche qui atterrissent sur des infos de Ouest-France via les réseaux, Facebook notamment. Voilà ça change complètement nos pratiques, ça les met en péril aussi puisqu’évidemment, l’ensemble des journaux papiers dans le monde entier voit leur diffusion baisser. Leur diffusion publicitaire a aussi baissé et puis sur Internet, c’est pas la même économie, c’est une économie beaucoup plus au prix, beaucoup plus serrée, etc., plus juste, donc il faut essayer de regagner sur Internet ce qu’on perd sur papier14. »

38Lorsque l’internaute dispose d’un abonnement numérique et paie donc pour avoir accès à l’ensemble des contenus informationnels, les enjeux économiques ne sont plus les mêmes. L’usage de la publicité en ligne n’est ainsi plus nécessaire dans cet autre modèle économique, ce qui permet à l’internaute de bénéficier d’un confort de lecture, notamment dans la version dédiée au numérique.

39En effet, deux espaces distincts sont proposés aux abonnés : une édition numérisée et une édition dite « dédiée au numérique ». Dans la première version, les journaux quotidiens sont accessibles en ligne dans leur format numérisé. La reproduction de l’espace papier dans l’espace numérique engage ici une lecture très difficile, car le format est non calibré pour la lecture à l’écran. Le lecteur peut voir les pages dans leur intégralité, mais non lisibles, car l’écriture est trop petite ou peut se déplacer avec un système de zoom dans la page, occasionnant une lecture hachée. Dans l’édition dédiée au numérique, la rééditorialisation de l’information est engagée. Il ne s’agit plus seulement d’une numérisation, mais d’une mise en scène de l’information reconfigurée pour un nouvel espace en ligne. Ce nouvel espace éditorial obéit à deux types de formatage : un formatage stratégique (consistant à offrir un « plus » à l’abonné numérique) et un formatage technique.

40La nouvelle édition est organisée autour d’une stratégie consistant à offrir une proximité avec les têtes d’affiche de l’actualité. Les articles prennent la forme de portraits et de témoignages dans des formats courts et très visuels. Là encore, les modalités sont associées à des types de contenus : la photographie pour le portrait, la vidéo pour le « sensationnel », l’interactivité pour les jeux. Ouest-France intègre un article plus complet dans chaque édition du soir, provenant par exemple de licences Creative Commons (« The conversation »). Les liens hypertextes de la version originale ne sont pas réactivés dans l’édition de Ouest-France, ce qui peut relever soit d’une visée stratégique de maintenir le lecteur sur le site, soit d’une déficience technique répétée sur l’ensemble des éditions consultées (sur 6 mois).

41La contrainte structurelle du site induit un formatage technique et génère parfois des problèmes de calibrage du texte ou d’équilibre textes/images. Cette approximation technique dans la mise en scène de l’information révèle une pratique en ligne de l’édition qui semble moins « professionnelle » que la pratique affirmée de cette presse locale en version papier. Les potentialités d’un espace éditorial en ligne sont à cet égard peu exploitées et réservées exclusivement aux contenus ludiques et aux applications pour les enfants. Nous n’avons pas ou peu observé d’intégration de cartes interactives ou de visualisation de données, par exemple. Le format d’édition en ligne reste très classique et très proche des formats hors ligne. Bien que certains journalistes considèrent qu’il s’agit d’un choix volontaire, il semble qu’un manque de formation explique aussi la faible présence des infographies, par exemple :

  • 15 Directeur départemental de Loire-Atlantique chez Ouest-France, entretien du 16 novembre 2017.

« Ouest-France, c’est douze départements, donc c’est vraiment une grosse organisation. On ne peut pas se permettre, aujourd’hui, d’avoir des data-journalistes dans chaque département. C’est pour l’instant en tout cas un choix que l’on ne fait pas, parce qu’il y a énormément de choix. Ça va être amené à se développer, mais j’espère que le journalisme ne reposera pas que là-dessus quoi. J’espère qu’on aura encore la possibilité quand même de sortir un peu de nos écrans, d’aller voir des gens, d’interviewer, de continuer d’avoir nos carnets d’adresses, parce que c’est de plus en plus difficile d’appeler, par exemple, un élu en direct sur son téléphone, il faut passer par des communicants aujourd’hui, etc. Donc, je pense que la priorité aujourd’hui, c’est de se dire : “qu’est-ce qui intéresse les internautes ou les lecteurs, qu’est-ce qui fait une bonne histoire ou un bon sujet ?”, et puis derrière de se donner les moyens de le réaliser15. »

Les réseaux sociaux : une valeur d’autorité de l’information ?

42« Devenus incontournables, les réseaux sociaux régentent la distribution des contenus journalistiques et leur recommandation. Nouveaux baromètres du suivi de l’audience, ils regorgent de témoignages amateurs et sont des sources d’alertes inépuisables. » (Antheaume, 2016, p. 147.) Les réseaux sociaux apparaissent en effet comme l’un des prolongements obligatoires des sites des grands médias, qui cherchent à diffuser plus largement leurs articles et, ainsi, à augmenter leur audience. Cela est désormais rendu possible par la démocratisation de ces outils : en France, 31 millions de personnes possèdent un compte Facebook et près de 7 millions sont sur Twitter, presque autant sur Instagram et Snapchat. Le format de certains articles est même prévu en pensant d’abord aux possibilités de partage sur des réseaux tels que Facebook et Twitter. En effet, ces dispositifs sont devenus des portes d’entrée vers les plateformes médiatiques et les journalistes vont chercher leurs lecteurs en publiant eux-mêmes leurs articles sur les comptes Facebook et Twitter du journal, voire sur leurs comptes personnels.

43Les réseaux sociaux apparaissent aussi comme des outils pour aller chercher des sources d’information et participent à l’enquête du journaliste. Ainsi, les comptes Twitter des personnalités qui font l’objet d’un article sont abondamment cités, prenant une valeur d’autorité de l’information, délivrée comme c’est le cas lors de live tweeting : « l’attention se focalise pendant cette période donnée sur les activités, les comportements, les discours de quelques acteurs, ayant le plus souvent un statut de célébrité et bénéficiant de formes d’autorité » (Domenget et Segault, 2017, p. 87). Le journaliste n’hésite alors pas à mettre en scène un tweet en proposant une mise en page différente pour le faire ressortir du corps du texte de l’article. Utiliser Twitter comme une source d’information permet au journaliste d’aller plus vite et ainsi de s’adapter à la nouvelle temporalité de l’information : au lieu de réaliser un entretien avec un expert (et attendre que celui-ci soit disponible pour donner cet interview, la retranscrire, etc.), il suffit de citer l’un de ses propos, disponible immédiatement sur son compte Twitter (Figure 4).

  • 16 Directeur départemental de Loire-Atlantique chez Ouest-France, entretien du 16 novembre 2017.

44Toutefois, le développement numérique de Ouest-France n’apparaît pas totalement abouti concernant les réseaux sociaux : « qu’est-ce qu’on fait par exemple sur Snapchat et Instagram aujourd’hui, alors qu’il y a énormément de collégiens qui s’y trouvent ? Bon bah on ne fait rien, c’est un choix qu’on pourrait aussi développer, mais on ne le fait pas pour l’instant parce qu’en pratique numérique, on voit bien qu’il faudrait presque être partout16… »

45Une des potentialités fortes des réseaux sociaux est pourtant le ciblage, notamment pour capter l’attention de lecteurs plus jeunes :

  • 17 Journaliste chez Ouest-France. Entretien du 12 octobre 2017.

« Si on est présent sur les réseaux sociaux, c’est aussi une façon de capter un lectorat, notamment chez les jeunes qu’on n’a pas par voie classique. Le kiosque, les affichettes dans la rue ce n’est pas des choses qui vont les faire entrer dans la maison de la presse pour acheter le journal, donc en revanche les attirer via Twitter, via Facebook. Voilà, et c’est aussi faire le buzz, participer à l’audience, au clic et c’est aussi une façon d’avoir de nouveaux budgets publicitaires sur le web17. »

46La présence de Ouest-France sur Facebook est aussi appréhendée par les journalistes du quotidien comme une nécessité pour lutter contre la multiplication des fausses informations. Autrement dit, il faut que les médias traditionnels – « les journaux sérieux » – occupent l’espace du réseau pour en laisser moins aux sources non professionnelles qui peuvent être à l’origine de la circulation d’information non vérifiée et sourcée :

  • 18 Rédacteur général de Ouest-France à Rennes. Entretien du 2 novembre 2017.

« Un journal comme Ouest-France, c’est un média qui est connu et donc il faut que les lecteurs se disent quand Ouest-France dit quelque chose sur les réseaux sociaux, parce que c’est Ouest-France, je lui fais confiance parce que je sais que c’est un journal sérieux. […] Il y a un nombre absolument incroyable de fausses infos qui circulent et qui restent commentées18. »

47Au final, que ce soit dans l’espace abonné ou non, la structuration des informations comme le choix des modalités correspondent à un zonage des pratiques : en ligne/hors ligne ; interactives/linéaires ; sérieuses/sensationnelles ; promotionnelles/informationnelles. Une telle conception de l’information relève d’un ciblage des publics affectant à chaque cible une zone d’activité privilégiée, loin des enjeux d’accessibilité et d’ouverture attribués classiquement au modèle informationnel.

Figure 4. Capture d’écran du site du journal Ouest-France, article du 13 juin 2018, « Aides sociales. Pour Macron, elles coûtent un “pognon de dingue” sans résoudre la pauvreté »

Figure 4. Capture d’écran du site du journal Ouest-France, article du 13 juin 2018, « Aides sociales. Pour Macron, elles coûtent un “pognon de dingue” sans résoudre la pauvreté »

Conclusion

48La plupart des grands médias locaux et nationaux adoptent des positionnements qui présentent les symptômes d’une « plateformisation » de la production pour faire face à des contraintes économiques de plus en plus fortes. Nous avons choisi d’étudier le cas du premier journal régional français, Ouest-France, afin d’interroger le devenir « plateforme » des médias.

49Cet article montre que le groupe Ouest-France inscrit sa stratégie dans la logique d’une plateforme en prenant appui sur les différents modèles stratégiques et économiques du numérique pour diffuser sa présence, adaptant la pratique du journalisme aux nouvelles temporalités et multimodalités attendues du Web. Cet éclatement de la communication contraste cependant avec l’enfermement des pratiques dans des espaces éditoriaux spécifiques non reliés. Une logique marketing sous-tend cette approche visant à cibler et à retenir le public, plutôt qu’à ouvrir les parcours d’information et d’interaction. Le formatage technique et stratégique masque les spécificités de ces médias, qui réduisent leur contenu informationnel aux logiques d’une écriture web soumise aux principes de référencement. Ce double mouvement opéré par Ouest-France – ouverture des stratégies, enfermement des pratiques – s’inscrit dans des logiques promotionnelles plus qu’informationnelles.

50L’enfermement des pratiques induit un risque : l’enfermement de l’information elle-même et donc une « balkanisation de l’espace public » (Lev-On et Manin, 2006 ; Sustein, 2009) déjà constatée sur Facebook. Or, lorsqu’on sait que le trafic de la plupart des médias provient des actualités partagées sur Facebook, on ne peut que s’inquiéter de cette polarisation de l’information, contenue dans les désormais fameuses « bulles informationnelles » (Pariser, 2011 ; Sire, 2016) induites par les algorithmes. Le processus de « plateformisation » des médias en ligne a pour effet de concentrer les internautes sur un nombre extrêmement réduit d’informations ciblées et fréquemment redondantes, ne permettant pas, ainsi, le développement d’un esprit critique. Ces logiques de plateforme amènent finalement à une information plate, sans saveur, régie par des logiques économiques et pensée pour être facilement partageable sur Facebook. Alors qu’Internet apparaissait comme une ressource pour multiplier les sources d’informations, il semble que, même sur les sites des grands médias en ligne, l’internaute soit enfermé dans une plateforme, dédiée à son profil et à ses préférences.

Haut de page

Bibliographie

Amiel, P. (2017). Le journalisme de solutions. Une solution à la crise de la presse locale ?. Communication. Information médias théories pratiques, 34(2). doi: 10.4000/ questionsdecommunication.11559

Antheaume, A., (2016). Fenêtre sur réseaux sociaux. Dans A. Antheaume (dir.), Le journalisme numérique (p. 147-174). Paris, France : Presses de Sciences Po.

Beuscart, J.-S. et Flichy, P. (2018). Plateformes numériques. Réseaux, (212), 9-22.

Bomsel, O. (2007). Gratuit ! Du déploiement de l’économie numérique. Paris, France : Gallimard.

Boutaud, J.-J. (2011). L’outil et l’ethos. Quand sémiotique, communication et organisation progressent dans l’application. Communication et organisation, (39), 17-36.

Charaudeau, P. (2006). Discours journalistique et positionnements énonciatifs. Frontières et dérives. Semen, (22). Repéré à http://journals.openedition.org/semen/2793

Cevipof. (2017). Élections présidentielles : médias et attitudes politiques. Repéré à http://ses.ens-lyon.fr/actualites/rapports-etudes-et-4-pages/elections-presidentielles-medias-et-attitudes-politiques-cevipof-mai-2017

Chartron, G. (2016). Édition et publication des contenus : regard transversal sur la transformation des modèles. Dans S. Cartier et al. (dir.), Publier, éditer, éditorialiser, nouveaux enjeux de la production numérique (p. 9-36). De Boeck Supérieur.

Domenget, J.-C. et Segault, A. (2017). Une pratique collective de fabrication de l’autorité‪. Quaderni, (93), 85-97.‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

Frisque, C. (2010). Une reconfiguration des espaces politiques et médiatiques locaux ?. Revue française de Science politique, (60), 960-973.

Jouët, J. et Rieffel, R. (dir.) (2013). S’informer à l’ère numérique, Paris : Presses universitaires de Rennes.

Joux, A. (2017). Stratégies de marques et stratégies éditoriales du Groupe Figaro. Réseaux, (205), 117-143.

Lavrusik, V. (2011). Curation and Amplification Will Become Much More Sophisticated in 2012. Nieman Lab. Repéré à www.niemanlab.org/2011/12/vadim-lavrusik-curation-and-amplification-will-become-much-more-sophisticated-in-2012/

Lev-On, A. et Manin, B. (2006). Internet : la main invisible de la délibération. Esprit, (5), 195-212.

Mercier, A. (2016). Révolution numérique : les journalistes face au nouveau tempo de l’info, InaGlobal. Repéré à https://www.inaglobal.fr/histoire/article/revolution-numerique-les-journalistes-face-au-nouveau-tempo-de-l-info-9265

Pariser, E. (2011). The Filter Bubble: What the Internet Is Hiding from You. New York, NY : Penguin Press.

Pew Research Center (2016). The modern news consumer. 1. Pathways to news. Repéré à http://www.journalism.org/2016/07/07/pathways-to-news

Poell, T. et Nieborg, D., Brooke, E. D., Prey, R. et Cunningham, S., (2017). The Platformization of Cultural Production, Selected Papers of #AoIR2017. The 18th Annual Conference of Internet Researchers.

Sire, G. (2016). Un traitement de l’information controversé. Dans G. Sire (dir.), Les moteurs de recherche (p. 85-96). Paris, France : La Découverte.

Sustein, C. R. (2009). Republic.com 2.0. Princeton, NJ/Oxford, Royaume-Uni : Princeton University Press.

Haut de page

Notes

1 Bell, E. (2016, 7 mars). Facebook is Eating the World. Columbia Journalism Review. Repéré à www.cjr.org/analysis/facebook_and_media.php

2 Voir : https://www.ouest-france.fr/.

3 Voir : https://www.panorapresse.fr/blog/.

4 Par exemple, le blogue du journaliste Philippe Chapleau (http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr), celui du journaliste Laurent Marchand (http://international.blogs.ouest-france.fr), ou encore celui du journaliste François Vercelletto (http://religions.blogs.ouest-france.fr).

5 Comptant quatre salariés à son origine, Ouest-France Multimédia regroupe, en 2015, 95 personnes et réalise 18 millions d’euros de chiffre d’affaires (https://www.societe.com/bilan/ouest-france-multimedia-335061552201512311.html).

6 Chef de la rédaction de Ouest-France à Nantes, entretien du 17 décembre 2017.

7 Directeur départemental de Loire-Atlantique chez Ouest-France, entretien du 16 novembre 2017.

8 Voir : http://international.blogs.ouest-france.fr.

9 Voir : https://nantes.maville.com/.

10 Voir : https://jeux.ouest-france.fr/.

11 Rédacteur général de Ouest-France à Rennes, entretien du 2 novembre 2017.

12 Journaliste chez Ouest-France, entretien du 12 octobre 2017.

13 Directeur départemental de Loire-Atlantique chez Ouest-France, entretien du 16 novembre 2017.

14 Chef de la rédaction de Ouest-France à Nantes, entretien du 17 décembre 2017.

15 Directeur départemental de Loire-Atlantique chez Ouest-France, entretien du 16 novembre 2017.

16 Directeur départemental de Loire-Atlantique chez Ouest-France, entretien du 16 novembre 2017.

17 Journaliste chez Ouest-France. Entretien du 12 octobre 2017.

18 Rédacteur général de Ouest-France à Rennes. Entretien du 2 novembre 2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Organigramme de la société Civile Sipa - Ouest-France
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/3193/img-1.png
Fichier image/png, 35k
Titre Figure 2. Capture d’écran de https://www.ouest-france.fr/​(13 janvier 2019)
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/3193/img-2.png
Fichier image/png, 537k
Titre Figure 3. Capture d’écran de https://www.panorapresse.fr/​blog/​(13 janvier 2019)
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/3193/img-3.png
Fichier image/png, 105k
Titre Figure 4. Capture d’écran du site du journal Ouest-France, article du 13 juin 2018, « Aides sociales. Pour Macron, elles coûtent un “pognon de dingue” sans résoudre la pauvreté »
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/3193/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandra MELLOT et Anaïs THEVIOT, « Ouest-France : un média plateforme ? Politique de diversification, jeu de placement de l’information et zonage des pratiques en ligne », tic&société, Vol. 13, N° 1-2 | -1, 133-158.

Référence électronique

Sandra MELLOT et Anaïs THEVIOT, « Ouest-France : un média plateforme ? Politique de diversification, jeu de placement de l’information et zonage des pratiques en ligne », tic&société [En ligne], Vol. 13, N° 1-2 | 1er semestre 2019 - 2ème semestre 2019, mis en ligne le 20 avril 2019, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/ticetsociete/3193 ; DOI : 10.4000/ticetsociete.3193

Haut de page

Auteurs

Sandra MELLOT

Sandra Mellot est maîtresse de conférences à l’Université Catholique de l’Ouest, laboratoire LAMPA (EA 1427), Arts&Métiers. Sa recherche porte sur les dispositifs numériques de médiation (en contexte culturel, territorial, solidaire, éducatif) et l’impact de ces outils sur les formes d’engagement et de résistance des usagers. smellot@uco.fr

Anaïs THEVIOT

Anaïs Theviot est maîtresse de conférences à ARENES (UMR 6051) et à l’Université Catholique de l’Ouest. Elle s’intéresse au militantisme partisan en ligne. Elle est l’auteure de « Faire campagne sur Internet », paru aux Presses de Septentrion en 2018 et de « Big data électoral. Dis-moi qui tu es, je te dirai pour qui voter ? », paru aux Éditions le Bord de l’Eau en 2019. atheviot@uco.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons

Haut de page
  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Artic
  • Logo Université Paris 13 Nord
  • Logo Université du Québec à Montréal
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals