Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 15, N° 1-2 | 2ème semestre 2021 - 1er semestre 2022Objets connectés : enjeux technol...

Texte intégral

1Introduction

  • 1 Comme le souligne le rapport de France Stratégie, il existe une absence d’harmonisation internation (...)

2Depuis quelques années, les cabinets d’études et acteurs concernés ne cessent d’annoncer un fort essor des objets connectés. Selon un certain nombre d’études, les prévisions en nombre d’objets connectés pourraient augmenter de 50 à 200 milliards d’ici 20251. Alors que la vision technologique dominante demeure marquée par l’Internet des Objets (Internet of Things) et le passage à la 5G pour la téléphonie mobile. Ces nouveaux objets qui permettent de capter, d’analyser et de visualiser des données, le plus souvent en temps réel, s’insèrent rapidement dans tous les domaines de la vie quotidienne (Saleh, 2017) sous la forme d’écosystèmes dynamiques et interactifs. On retrouve leurs applications dans de nombreux domaines : d’abord pour l’utilisation personnelle dans la santé, le bien-être, le sport et l’habitat (smart home) (Boudellal, 2014) ; mais également dans les infrastructures collectives, les bâtiments (smart building), les réseaux d’énergie (smart grids) (Bastien, 2012) avec les compteurs dits intelligents (eau, gaz, électricité), les transports et plus largement les villes dites connectées (smart cities) (Peyroux et Ninot, 2019). Pourtant, si les recherches et discours d’accompagnement soulignent que ces nouveaux objets connectés, en permettant la supervision (monitoring) des activités humaines, représentent de véritables perspectives d’avenir, par exemple pour la régulation et la surveillance en santé (Swan, 2012, 2013) dans le cadre du suivi des maladies chroniques (diabète, insuffisance cardiaque, etc.) (Simon, 2017), ou encore pour la gestion de la consommation d’énergie avec le déploiement de compteurs électriques « intelligents » (Elghoul et Jelassi, 2019), leurs usages restent controversés et les enjeux sociaux, éthiques, politiques et économiques soulevés par ces nouveaux objets restent encore trop peu abordés (Lupton, 2016 ; Simon, 2017).

3Les enjeux autour des objets connectés sont nombreux. Ils donnent lieu tout d’abord à des questions d’acceptabilité notamment, car ils peuvent être ressentis comme intrusifs au quotidien et se traduire par des abandons dont les raisons restent par ailleurs très peu étudiées. Si certaines recherches dans le domaine de la santé auprès des usagers ont bien montré que les objets connectés peuvent être considérés comme bénéfiques dans des contextes particuliers, pour les maladies chroniques par exemple (del Río Carral et al., 2019), ceux-ci soulèvent de nombreuses questions en termes d’automatisation, de géolocalisation ou encore de traçage. De la même manière, leur design, qui suit aujourd’hui deux grandes tendances, technocentrée ou comportementale (Arruabarrena, 2016, 2022), implique de prendre en compte plus en avant leur caractère interventionnel (Cambon, 2016) et la participation des utilisateurs dans la définition de leurs besoins. Sur le plan sociotechnique, les enjeux concernent les protocoles, les standards pour l’interopérabilité, les normes métrologiques et la transparence des algorithmes, en particulier pour les objets connectés destinés au grand public, qui renvoient également aux questions de sécurité liées à la protection des données et de la vie privée (Weber, 2010), toutes deux importantes en ce qui concerne la confiance et l’appropriation de ces nouveaux outils numériques (Chouk et Mani, 2016). Plus largement, sur le plan anthropologique, ce sont les enjeux du couplage humain-machine permanent entre corps physique et dispositifs numériques (Boullier, 2016) qui intensifient les rapports aux objets entre individus, y compris les rapports réflexifs à soi-même (Pharabod et al., 2013 ; Arruabarrena, 2016, 2022), qui sont à questionner. Cette problématique est d’autant plus importante que l’évolution actuelle de l’Internet des objets, qui converge vers un « Internet des comportements » (Internet of Behavior) dont l’intelligence artificielle dote les objets connectés de logiques calculatoires, induit un couplage sans précédent de la société à ces nouvelles infrastructures.

4L’objectif de ce dossier est précisément d’envisager les enjeux que recouvrent les objets connectés pour la société. Les articles sélectionnés apportent des éléments de réponse tant sur les enjeux technologiques que sociétaux en permettant de clarifier les fonctions de ces nouveaux objets dans leurs usages, leur conception et leur évaluation pour la construction de la « société numérique » de demain.

5Béa Arruabarrena, coordinatrice du dossier, propose d’amorcer ce numéro avec une synthèse des principaux enjeux soulevés par les objets connectés, notamment au regard de leur convergence avec l’intelligence artificielle et les mégadonnées vers un « Internet des comportements » (Internet of Behavior). À partir d’un état de l’art sur le sujet, elle pointe la primauté des enjeux sociotechniques issus des sciences informatiques, médicales et marketing qui présentent ces nouveaux objets numériques comme des promesses d’innovations dans un nombre croissant de domaines, dont la santé, le bien-être, les transports, l’habitat (smart building), la ville (smart cities), l’énergie (smart grids), l’écologie ou encore le sport. Elle montre également comment un certain nombre de contributions issues des sciences humaines et sociales soulève des enjeux sociopolitiques, sociologiques et anthropologiques qui interrogent les technologies connectées quant à la dataification du monde qu’ils impliquent et aux impacts qu’ils ont sur les relations sociales. Elle souligne aussi les enjeux juridiques, qui sont encore largement sous-estimés par manque d’harmonisation des politiques publiques, afin d’arriver à un cadre juridique commun entre institutions publiques, juridiques et économiques. Elle examine ainsi comment, malgré l’ensemble des enjeux soulevés par la littérature scientifique et académique, il existe un angle mort, celui des médiations infocommunicationnelles sous-évaluées autant dans les usages que dans la conception et qui résultent des mutations anthropologiques introduites par ces nouveaux objets dans les couplages au corps par l’immersion en continu fondée sur les données et l’automatisation, ce qui vient modifier en profondeur des actes de la vie courante.

6Cédric Calvignac propose, en s’appuyant sur un travail documentaire portant sur 614 demandes de brevets dédiées à la mesure et à la gestion du sommeil (ou quantified sleep) déposées auprès de l’United States Patent and Trademark Office, une analyse des transformations que ces inventions induisent en termes de redistribution des responsabilités individuelles et collectives entre concepteurs, usagers et professionnels de santé. Il examine ainsi comment cette « médicalisation du quotidien » déplace les responsabilités vers l’individu et les seuls experts à qui l’on délègue la charge et la responsabilité d’intervenir dans les situations les plus problématiques (dimension curative) au détriment, à la fois d’une médecine préventive intégrant une horizontalisation des relations aux experts pour une meilleure compréhension des soins prodigués et des risques encourus, et d’une médecine participative prenant en compte, dans les logiques de calcul et les modalités de recommandation des dispositifs QS, les membres de la cellule familiale. Le risque d’un tel design, comme le relève l’auteur, est qu’il empêche de mettre en cause la responsabilité des autorités (dirigeants, employeurs ou institutions médicales) en matière d’application des politiques de santé.

7L’article de Bastien Soulé s’intéresse aux modèles d’affaires sous-jacents aux dispositifs pionniers de sport et d’activité physique Fitbit et Strava, dont la promesse donne l’impression que l’utilisateur est le principal bénéficiaire, alors qu’ils répondent directement aux intérêts stratégiques des éditeurs de ces applications pour optimiser la vente de wearables, le téléchargement des applications et la collecte de données d’activité. Les procédés de storytelling analysés conduisent ainsi à survaloriser les promesses de ces dispositifs, tout en occultant la compréhension de modèles d’affaires qui dépendent pour une partie de l’exploitation secondaire des données. L’auteur montre que ces modèles d’affaires inspirés des GAFAM, qualifiés de délétères, décrivent une cocréation de valeur subie où les utilisateurs, sous couvert d’une quasi-gratuité des applications et de réalisation d’une activité ludique et divertissante, « travaillent » en créant gratuitement de la valeur, ce qui les engage dans une nouvelle forme d’asservissement : le playbor, concept formé de la contraction des termes play (jeu) et labor (travail) est décrit par Lanier (2018) dans son ouvrage Ten Arguments for Deleting your Social Media Accounts Right Now.

8Annabelle Boutet-Diéye et Aurélie Seznec proposent dans leur article de mettre en lumière l’importance du rôle de l’imaginaire social dans l’acceptabilité des tatouages connectés. Les auteures soulignent qu’il existe des adhésions et des résistances similaires tant auprès des individus que des professionnels. S’il existe bien un engouement pour les applications relatives à la santé et au bien-être, comme du côté des objets connectés, il ressort qu’un manque d’esthétisme de ces innovations, qui est une des fonctions principales des tatouages, ne favorise pas leur acceptabilité davantage liée à une proximité avec une culture numérique. En effet, leur étude montre que si le monde du tatouage et celui des tatouages connectés sont hermétiques, les fonctions du numérique et du tatouage classique s’entremêlent sur tous les plans, esthétique, thérapeutique et de sociabilité, ce qui doit être pris en compte pour une véritable adhésion à ce type d’innovation.

9L’article de Yann Bruna apporte une réflexion sur les usages et les enjeux de la géolocalisation dans le contexte de la surveillance parentale qui se trouve profondément affectée, notamment par la collecte de la position géographique des enfants. En s’appuyant sur une méthodologie qualitative, il montre les conséquences sociales de l’utilisation de la géolocalisation des jeunes au sein du cercle familial, en particulier dans la mise à l’épreuve de la relation de confiance entre des parents à la recherche de sécurité et des jeunes dont le traçage spatial devient révélateur de vérité. Il souligne ainsi la nécessité d’un mentorat intergénérationnel entre parents et enfants pour l’apprentissage du « bon usage » des outils numériques (Jauréguiberry, 2020 ; Jenkins et al., 2018). Ce type de régulation permettrait d’éviter que l’historique des localisations s’impose pour les parents comme une preuve dans la justification des activités quotidiennes, ce qui risque de restreindre considérablement l’autonomisation des adolescents.

10Marie-Julie Catoir-Brisson, Elisa Wrembel et Pierre-Michel Riccio posent quant à eux la question des approches de codesign dans la conception des dispositifs connectés dans le champ de la santé, qui ne sont pas adaptés aux utilisateurs, notamment les objets connectés grand public tels que Fitbit ou Apple Watch. Le programme de recherche Som’Health, centré sur les troubles chroniques du sommeil, leur permet de proposer une approche nouvelle de coconception de dispositifs en santé mobile pour le suivi des maladies chroniques en s’appuyant sur deux modèles théoriques : la théorie de l’utilisation et l’éthique de la conception, des modèles théoriques visant à représenter une alternative aux approches de conception technocentrées et déterministes. L’approche ainsi développée propose de prendre en compte les parties prenantes à long terme avec la volonté de laisser la possibilité aux utilisateurs de s’approprier les fonctions proposées de manière à faire sens en ayant conscience des connaissances dont ils disposent, et ce, afin d’améliorer leur compréhension des outils.

11Hélène Germain et Natalia Del Campo, dans leur article, abordent une recherche en codesign qui tente de rendre compte des écarts entre les ambitions initiales et la mise en œuvre concrète en France d’un projet de recherche international de développement d’objets connectés (iCARE-PD) pour l’accompagnement de personnes atteinte de la maladie de Parkinson. L’article met de l’avant que, si un tournant participatif (Pestre, 2011) tend à s’institutionnaliser au travers des democratic innovations (O’Miel et al., 2017) et que les dispositifs participatifs et les discours associés permettent d’éclairer les intérêts, motivations, tensions et contraintes à l’œuvre dans une recherche en codesign, des interrogations et incertitudes persistent. Celles-ci concernent la prise en compte des savoirs expérientiels encore soumis à des rapports de force au sein du consortium du projet iCARE-PD entre chercheurs et juristes, selon une architecture complexe de contraintes temporelles, budgétaires, juridico-administratives, de crédibilité et de légitimité (statuts des patients et chercheurs, provenances disciplinaires, domaines d’expertise, etc.).

12Gwenaëlle Donadieu apporte un éclairage juridique sur la protection de la vie privée face à l’essor des objets connectés et sur les modalités de mise en œuvre des dispositions du règlement général sur la protection des données (RGPD). L’auteure montre que si le législateur européen a mis en place des mécanismes destinés à garantir la sécurité des données, ceux-ci sont parfois insuffisants et peuvent être détournés de leur finalité initiale en raison notamment des stratégies déployées par les GAFAM, qui utilisent les biais cognitifs mis de l’avant par les chercheurs de l’économie comportementale pour inciter les consommateurs à consentir à une collecte des données personnelles. Le biais de l’illusion de contrôle, par exemple, permet de donner au consommateur l’impression qu’il a le pouvoir sur ses données alors que, parfois, les modalités de contrôle sont si complexes qu’il ne parviendra pas à changer les paramètres. Le biais de statu quo (Samuelson et Zeckhauser, 1988) conduit également le consommateur à ne pas modifier les paramètres de collecte de données de sorte qu’il n’exercera que rarement les droits dont il dispose en raison de la complexité de la procédure.

Haut de page

Bibliographie

Arruabarrena, B. (2022). Technologie numérique de quantification des corps à l’épreuve du comportementalisme : vers un design de la médiation homme-données. Dans A. Khatchatourov, O. Avenati, P. A. Chardel et I. Quéval. (dir.). Corps connectés, figures, fragments, discours (p.118-135). Paris, France : Presse des mines.

Arruabarrena, B. (2016). Le Soi augmenté : les pratiques numériques de quantification de soi comme dispositif de médiation pour l’action (Thèse de doctorat). Conservatoire national des arts et métiers, Paris.

Bastien, J. M. C. (2012). Réchauffement climatique : les contributions possibles de la psychologie ergonomique et de l’interaction humain-machine à la réduction de la consommation d’énergie. Le travail humain, 75(3), 329-348.

Boudellal, M. (2014). Smart home : habitat connecté, installations domotiques et multimédia. Paris, France : Dunod.

Boullier, D. (2016). Sociologie du numérique. Paris, France : Armand Colin.

Cambon, L. (2016). Le nudge en prévention… troisième voie ou sortie de route ? Santé Publique, 28, 43-48.

Chouk, I. et Mani, Z. (2016). Les objets connectés peuvent-ils susciter une résistance de la part des consommateurs ? Une étude netnographique. Décisions Marketing, 84, 19-41.

Del Río Carral, M., Schweizer, A., Papon, A. et Santiago-Delefosse, M. (2019). Les objets connectés et applications de santé : étude exploratoire des perceptions, usages (ou non) et contextes d’usage. Pratiques psychologiques, 25(1), 1-16.

Elghoul, R. et Jelassi, K. (2019). Le compteur intelligent : Vecteur de transformation pour la maitrise d’énergie. ISTE Ltd. Londres, Royaume-Uni. Repéré à https://www.openscience.fr/IMG/pdf/iste_ido19v3n1_4.pdf

Jauréguiberry, F. (2020). Adolescence et maîtrise des technologies de la communication. Dans S. Jehel et A. Saemmer. (dir.). Éducation critique aux médias et à l’information en contexte numérique (p. 221-231). Paris, France : Presses de l’ENSSIB.

Jenkins, H., Ito, M. et Boyd, D. (2018). Culture Participative : une conversation sur la jeunesse, l’éducation et l’action dans un monde connecté. Caen, France : C&F Éditions, coll. Les Enfants du Numérique.

Lanier, J. (2018). Ten Arguments for Deleting your Social Media Accounts Right Now. New York, NY: Henry Holt & Co.

Lupton, D. (2016). The Quantified Self. Cambridge, Royaume-Uni : Polity Press.

O’Miel, J., Gourgues, G., Mazeaud, A., Nonjon, M. et Parizet, R. (2017). Une sociologie critique de la démocratie participative est-elle utile ? Participations, 19(3), 221-242.

Pestre, D. (2011). Des sciences, des techniques et de l’ordre démocratique et participatif. Participations, 1(1), 210-238.

Peyroux, E. et Ninot, O. (2019). De la « smart city » au numérique généralisé : la géographie urbaine au défi du tournant numérique. L’information géographique, 83(2), 40-57.

Pharabod, A. S., Nikolski, V. et Granjon, F. (2013). La mise en chiffres de soi. Réseaux, 1, 97-129.

Saleh, I. (2017). Les enjeux et les défis de l’Internet des Objets (IdO). Internet des objets, 1(1), 5.

Samuelson, W. et Zeckhauser, R. J. (1988). Status quo bias in decision making. Journal of Risk and Uncertainty, 1, 7-59.

Simon, P. (2017). Les leçons apprises des principales études sur les objets connectés en télémédecine et santé mobile. European Research in Telemedicine/La Recherche européenne en télémédecine, 6(2), 67-77.

Swan, M. (2013). The quantified self: Fundamental disruption in big data science and biological discovery. Big data, 1(2), 85-99.

Swan, M. (2012). Sensor mania! the internet of things, wearable computing, objective metrics, and the quantified self 2.0. Journal of Sensor and Actuator Networks, 1(3), 217-253.

Weber, R. H. (2010). Internet of Things: new security and privacy challenges. Computer Law & Security Review, 26(1), 23-30.

Haut de page

Notes

1 Comme le souligne le rapport de France Stratégie, il existe une absence d’harmonisation internationale de définition de l’IoT, ce qui a pour effet de fournir une mesure de IoT qui varie d’un institut statistique à un autre (Stastita, IoT Analytics, Gartner, IDC, etc.). Néanmoins, si les périmètres retenus par ces institutions se traduisent par des écarts importants dans les estimations, les évolutions constatées soulignent le très fort développement des objets connectés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béa ARRUABARRENA, « Objets connectés : enjeux technologiques, enjeux de société », tic&société, Vol. 15, N° 1-2 | 2ème semestre 2021 - 1er semestre 2022 | -1, 1-7.

Référence électronique

Béa ARRUABARRENA, « Objets connectés : enjeux technologiques, enjeux de société », tic&société [En ligne], Vol. 15, N° 1-2 | 2ème semestre 2021 - 1er semestre 2022 | 2022, mis en ligne le , consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/ticetsociete/6207 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ticetsociete.6207

Haut de page
  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Artic
  • Logo Université Paris 13 Nord
  • Logo Université du Québec à Montréal
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search