Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 15, N° 1-2 | 2ème semestre 2021 - 1er semestre 2022Le design des dispositifs d’autom...

Le design des dispositifs d’automesure du sommeil

Une redistribution sociotechnique des responsabilités individuelles et collectives
The design of quantified sleep devices. A sociotechnical redistribution of individual and collective responsibilities
El diseño de los dispositivos de auto-medita del sueño. Una redistribución sociotécnica de las responsabilidades individuales y colectivas
Cédric Calvignac
p. 37-67

Résumés

Cet article porte sur l’analyse de brevets d’invention américains dédiés à la mesure et à la gestion du sommeil. Il s’intéresse plus précisément aux inventions permettant l’automesure du temps et de la qualité du sommeil par l’usage d’objets connectés (ou quantified sleep). L’objectif poursuivi consiste à rendre compte des transformations suggérées par ces inventions dans la prise en charge individuelle et collective d’un problème de santé publique majeur : celui du manque de sommeil. Une attention particulière sera ici portée à la façon dont ces technologies de quantification de soi (quantified self) appellent à une redistribution des responsabilités individuelles et collectives en matière de bien-être et de santé. Les solutions proposées participent-elles du mouvement général de « médicalisation du quotidien » ? De quelle manière ? Prévoient-elles de responsabiliser davantage l’individu, de lui permettre de devenir un acteur autonome de sa santé ? Comment intègrent-elles la consultation ou non d’un tiers expert ou médical ? Comment ces brevets d’invention du quantified sleep prennent-ils en considération les collectifs auxquels appartiennent les usagers (famille et entreprise notamment) ? Autant de questions auxquelles cet article propose des éléments de réponse à l’appui d’un travail documentaire de grande ampleur portant sur 614 demandes de brevets déposées auprès de l’United States Patent and Trademark Office.

Haut de page

Texte intégral

Présentation

1Le mouvement du Quantified Self, dont l’objectif est d’atteindre, par la médiation des technologies numériques, une meilleure connaissance de soi par les nombres (Wolf, 2009), a récemment suscité l’intérêt de nombreux chercheurs en sciences humaines et sociales (Dagiral et al., 2019b). Si certains ont souligné les promesses de l’automesure de soi en matière de suivi médical et de maintien d’une bonne hygiène de vie (Swan, 2009), beaucoup ont, au contraire, adopté une lecture résolument critique à l’égard de ce mouvement. Les critiques formulées portent, pour nombre d’entre elles, sur la question des déplacements de responsabilité qu’induiraient l’adoption et l’usage de ces dispositifs. Un premier ensemble de travaux alerte notamment sur la promotion – par l’intermédiaire des « scripts » d’usage encapsulés dans ces technologies (Akrich, 1987) – d’une vision très individualiste de la prise en charge de son corps, de son bien-être et de sa santé (Lupton, 2013). Ces travaux amènent à considérer que les dispositifs d’automesure de soi favoriseraient, par leur design même, l’avènement d’une progressive « médicalisation » du quotidien (Crawford, 1980 ; Coveney et al., 2011, Schüll, 2016) qui conduirait à rendre les individus davantage comptables de leur état de santé. En ligne avec « l’éthos néolibéral d’autogestion de soi et de sa santé », l’adoption des technologies du quantified self (QS) encouragerait donc un changement notable : les individus passeraient progressivement d’une logique de remise de soi au système de santé publique à une logique de prise en charge individuelle et autonome des soins portés à sa personne (“Turning health care into self-care”, Ajana, 2017).

2Une deuxième contribution critique soutient que ces dispositifs d’automesure de soi favoriseraient l’intensification d’un « gouvernement des corps » assisté par la technique (Fassin et Memmi, 2004). Il s’agit là de dénoncer un système de « dataveillance » liberticide au sein duquel les données seraient instrumentalisées en vue d’établir un contrôle accru des populations (Van Dijk, 2014 ; Lupton, 2016). Différents auteurs évoquent à ce sujet la mise en œuvre d’une forme de « data-panoptisme » (Nafus et Sherman, 2014 ; Gilmore, 2016 ; Lyon, 2018), l’instauration d’une « biopolitique » qui enjoindrait les individus à s’astreindre à une « discipline » jugée conforme aux attentes collectives (Foucault, 1976, 1982). Cette thèse d’inspiration foucaldienne souligne le caractère potentiellement aliénant de ces dispositifs QS et la mainmise des acteurs du numérique sur la collecte, l’analyse et l’exploitation de ces données de santé nouvellement acquises.

3Ces deux premiers axes de réflexion nous invitent à interroger l’ambivalence d’une situation qui, d’une part, déposséderait l’individu d’une lecture personnelle et librement constituée des recommandations sanitaires (discipline, aliénation, déresponsabilisation) et qui, d’autre part, lui attribuerait la charge et la pleine responsabilité de « bien se conduire » pour préserver son capital santé (autonomie, médicalisation du quotidien). À cela s’ajoute le fait que ces dispositifs QS encourageraient leurs usagers à s’inscrire dans une démarche d’optimisation de leurs performances (Dalgalarrondo et Fournier, 2019). Ils feraient de l’usager un « gestionnaire de soi », « agissant en mode projet » en vue de conserver, voire d’augmenter son capital santé (Thévenot, 2006 ; Granjon et al., 2011 ; Pharabod et al., 2013). Or cette forme d’appel lancinant au dépassement de soi serait susceptible de provoquer une forme d’hypervigilance anxieuse chez les plus zélés et préoccupés des usagers, soucieux qu’ils seraient d’appliquer scrupuleusement les principes et routines valorisés par le dispositif.

4La tonalité des critiques ici rapportées interpelle tant ces dernières semblent convoquer le pire pour ne pas qu’il advienne. Ces critiques semblent également négliger l’importance de deux phases majeures du processus innovant : une première phase de dilution des principes d’optimisation, d’autonomie, de self-care, qui intervient au cours du développement technique des projets, puis de leur mise sur le marché ; une deuxième phase correspondant aux premiers temps de la diffusion de ces solutions au cours de laquelle les primo-adoptants « déplacent », « adaptent », « étendent », « détournent » ces dispositifs en fonction de leurs propres objectifs et attentes (Akrich, 1998 ; Calvignac, 2012 ; Pantzar et Ruckenstein, 2017). En somme, lorsque la critique vient à porter sur les agencements sociotechniques finalement retenus, sur les usages effectivement observés – et non plus seulement sur les discours prophétiques et incantatoires des promoteurs du mouvement QS –, elle perd en intensité ce qu’elle gagne en pertinence (Dagiral et al., 2019a). C’est d’ailleurs le constat que font Minna Ruckenstein et Natasha Schüll (2017, p. 265) lorsqu’elles affirment :

« Scholars who attend to the power dynamics of datafication have been faulted for their heavy focus on the oppressive, normalizing, and exploitative forces of datafication and their lack of attention to cases of noncompliance, appropriation, or existential possibility. It is important to understand data and datafication not only in terms of power and domination, but also in terms of agency […] What is needed to grasp datafied power in all its richness is, in part, a loosening of theoretical commitments — a willingness to suspend ready-made analytic frames to explore the wide range of agencies and aims that are in play and at stake. »

5Nous nous inscrivons pleinement dans le programme de recherche esquissé par les autrices citées, et pour l’appliquer, nous suivrons les pas des sociologues de la traduction afin de prendre la pleine mesure de l’« agentivité » des dispositifs QS, c’est-à-dire de leur capacité à cadrer et à guider les comportements individuels et collectifs (Akrich et al., 2006). Il s’agira pour nous d’entrer dans la boîte noire de ces dispositifs et d’ainsi mettre au jour les façons dont leurs concepteurs traduisent et convertissent en actes les principes d’autonomie, de self-care et d’optimisation (Calvignac, 2021). Pour ce faire, nous nous appuierons sur une enquête portant sur le design des dispositifs d’automesure du sommeil (ou quantified sleep) qui a consisté à recueillir et à analyser un large corpus de brevets américains dédiés à la mesure et à la gestion du sommeil.

6Étudier – comme nous le faisons – des brevets d’invention revient à appréhender des projets innovants qui se situent à un stade de développement relativement avancé. Au moment du dépôt de brevet, les porteurs de projet ont d’ores et déjà constitué autour d’eux un collectif stabilisé (enrôlement des principaux partenaires) et sont généralement parvenus à établir une première version opérationnelle de la solution défendue. Pour autant, le dépôt de brevet précède, en toute logique, la mise sur le marché de la solution promue. À ce stade, les déposants n’ont donc pas encore pu bénéficier des retours d’usage des premiers adoptants. L’étude des brevets révèle par conséquent les visées non contrariées des concepteurs, les représentations qu’ils se font des usagers et la façon dont ils devraient, dans un avenir proche, se saisir du produit ou du service innovant. Nous décrivons donc là une forme pure d’élaboration du projet faisant la part belle aux présupposés des concepteurs, à leur propre définition du bien-être, du « bien dormir » et des routines à mettre en place pour améliorer son sommeil.

7Notre objectif est de parcourir ce corpus d’inventions de façon à rendre compte des transformations qu’elles suggèrent en matière de redistribution des responsabilités individuelles et collectives entre concepteurs, usagers et professionnels de santé. Les solutions du quantified sleep participent-elles du mouvement général de médicalisation du quotidien ? De quelle manière ? Prévoient-elles de responsabiliser davantage l’individu, de lui permettre de devenir un acteur autonome de sa santé ? Comment ces brevets d’invention du quantified sleep prennent-ils en considération les collectifs auxquels appartiennent les usagers ? Quelle place prennent les membres de la famille dans les scripts d’usage présentés ? Quelle place ces inventions font-elles au travail, aux collègues, aux superviseurs ? Comment intègrent-elles la consultation ou non d’un tiers expert ou médical ? En somme, comment les responsabilités individuelles et collectives des différents acteurs concernés sont-elles redistribuées dans le texte très codifié du brevet d’invention ?

8Notre propos s’articulera en trois principaux temps. Tout d’abord, nous présenterons les spécificités de notre objet : l’automesure du sommeil. Nous insisterons notamment sur les raisons qui font que le sommeil ne se plie que difficilement aux logiques de réduction quantitative et aux velléités de maîtrise par la mesure des concepteurs comme des usagers. Nous montrerons également combien la gestion du sommeil est une affaire qui, bien qu’éminemment individuelle et privée, reste malgré tout soumise à de nombreux impératifs et aléas collectifs. Dans un deuxième temps, nous prendrons la mesure du processus de médicalisation du quotidien qui, dans le domaine du sommeil, est observable par la comparaison diachronique du nombre de brevets déposés en vue d’un accompagnement thérapeutique (c’est-à-dire de la continuation des soins au domicile supervisée par un médecin) et du nombre de brevets orientés vers une autonomisation de la mesure et de la gestion du sommeil (c’est-à-dire des brevets associés à des dispositifs d’automesure découplés de toute supervision médicale). Nous verrons que la deuxième catégorie de brevets prend l’ascendant sur la première au tournant des années 2010, ce qui est le signe d’un progressif découplage entre mesure du sommeil et supervision médicale, et donc d’une rupture partielle avec les méthodes cliniquement évaluées et validées. Enfin, dans la troisième et dernière partie, nous donnerons à voir la façon dont les auteurs des brevets QS redistribuent les rôles et attributions de chacun et soutiennent, par le design même de leurs dispositifs, une répartition différente des responsabilités individuelles et collectives dans la gestion du sommeil.

Méthodologie

9Notre travail de recherche repose sur la collecte et l’analyse de brevets d’invention. Commençons par décrire ce type de matériau. Les brevets sont des ressources documentaires caractérisées par l’enchevêtrement de deux registres d’écriture : un registre technique centré sur les éléments matériels et organisationnels du projet, et un registre légal-stratégique orienté vers l’élaboration de mesures de protection propriétaire. Les brevets sont rédigés de façon à couvrir un périmètre de protection le plus étendu possible. Ils comprennent généralement en leur sein plusieurs options de développement, ce qui permet à leurs détenteurs de moduler leur offre en fonction des configurations du marché (positionnement vis-à-vis de la concurrence) et de l’identification d’un ou de plusieurs public(s) cible(s). Ainsi, le champ d’application du brevet est sensiblement plus large que ne le sera celui de la solution technique finalement mise sur le marché. Certains des développements envisagés au départ pourront effectivement être laissés de côté au moment de la diffusion de la première version commercialisée du produit ou du service innovant.

10Précisons également que tous les brevets ne donnent pas systématiquement lieu à une production et à une commercialisation. Ils peuvent être demandés, obtenus, conservés en vue de sanctuariser un futur axe de développement (Cochoy, 2021 ; Cochoy et Soutjis, 2020). Parmi les brevets de notre corpus, rares sont ceux qui relèvent de cette logique d’empêchement, de privatisation d’un espace de développement prometteur. La plupart des brevets étudiés ont en effet été déposés en vue d’une exploitation commerciale imminente. Autre élément à considérer : nous ne rendons ici compte que d’une part seulement des projets du quantified sleep, car nombre d’innovateurs ne s’inscrivent pas dans une démarche propriétaire et préfèrent opter pour le secret ou la libre révélation. Là encore, et eu égard à notre questionnement, cela importe peu, dans la mesure où notre objectif est d’étudier le contenu des solutions QS mises à disposition du plus large public, ce qui est essentiellement le cas des offres propriétaires. Au vu de ces différents éléments, nous pouvons présenter notre matériau comme arborant les traits suivants : il reflète les seules initiatives conduites dans le domaine propriétaire ; il donne à voir des développements socio­techniques profus (plusieurs variantes d’un même projet sont présentées et défendues) volontairement conservés en l’état de façon à étendre la protection juridique désirée.

11En dépit des limites ci-avant évoquées, il n’en demeure pas moins que les brevets d’invention constituent un matériau de premier choix pour le sociologue : ils sont explicites (les spécifications techniques et les objectifs visés sont clairement énoncés), ils sont illustrés (les croquis sont extrêmement parlants et permettent de mieux se figurer l’adoption des solu­tions proposées), ils se déclinent en revendications (ou claims), c’est-à-dire en un ensemble de propriétés à défendre, de modes de fonctionnement et d’usage à protéger. Ils forment des « dépôts archéologiques » susceptibles de révéler la variété des différentes options techno­logiques prises dans le temps, et enfin, ils donnent à voir les « objectifs et valeurs qui guident et encadrent la technologie », et ce, à différentes périodes de son développement (Cochoy, 2021).

Une recherche documentaire en cascade

12Au début de notre enquête, nous avons recueilli un large corpus de brevets d’invention déposés aux États-Unis depuis la plateforme Google Patents, qui réunit les brevets de nombreuses agences nationales et internationales. Notre recherche s’est exclusivement centrée sur les brevets déposés auprès de l’USPTO (United States Patent and Trademark Office), considérant que le mouvement du Quantified Self était natif de cette région du monde ainsi que la plupart des nouvelles générations d’objets connectés dédiés au suivi et à la mesure du sommeil (Fitbit, Hello, Apple, Nike, etc.). Figurent dans notre base de données non pas uniquement les brevets des déposants nord-américains, mais bien plutôt les brevets des déposants souhaitant faire reconnaître leur droit sur le sol américain. Ainsi, des entreprises européennes et asiatiques (Philips, Samsung, Sony) figurent dans notre panel même si elles restent minoritaires. Nombreux sont les déposants originaires des États-Unis et plus précisément de la Californie.

13Sur le moteur de recherche du site Google Patents, nous avons défini la requête suivante : [“sleep duration” + measure and/or quantify] – brevets US. Ainsi, nous avons sélectionné les brevets et demandes de brevets comprenant dans le corps du dossier l’expression exacte sleep duration – qui représente la mesure basale du sommeil – associée aux termes measure et/ou quantify et à leurs synonymes. Les inventions retenues présentaient donc la particularité d’évoquer ou de se centrer sur la mesure, la quantification, l’évaluation de la durée de sommeil (et au-delà de sa qualité). Notre corpus n’est donc pas seulement constitué des brevets relatifs aux technologies QS, mais comprend tous les types de brevets portant sur l’amélioration de la mesure et de la gestion du temps de sommeil. Ainsi, on retrouve au sein de notre corpus des brevets pharmaceutiques (molécules, médicaments, modes d’administration), parapharmaceutiques (tisanes, homéopathie), thérapeutiques (matériel médical, dispositifs de suivi à distance), techniques (literie, mobiliers et accessoires) et numériques (terminaux mobiles, objets connectés et capteurs). C’est grâce à cette ouverture que nous sommes en mesure d’avoir une vision plus étendue des inventions de tous ordres consacrées à la mesure et à la gestion du sommeil et que nous pouvons entreprendre de mesurer l’évolution de ces différentes composantes dans le temps.

  • 1 Notre relevé date du 4 novembre 2019.

14Cette entrée dans le moteur de recherche a donné lieu à la présélection de 841 demandes de brevets et brevets américains répondant aux critères indiqués1. Un logiciel de scraping (conçu par Franck Cochoy et développé par des étudiants en informatique) nous a permis d’aspirer les données et de les exporter sous la forme de fichiers CSV et Excel renseignés de nombreuses informations, telles que la date de dépôt du brevet, sa date d’obtention, l’identité de l’inventeur, le nom de l’entreprise déposante, le résumé du brevet, le nombre de claims, le nombre de citations, etc. Partant de ces 841 résultats, une opération de nettoyage à la main a été réalisée et nous a permis d’écarter 227 faux positifs (des brevets hors sujet, comme tous ceux évoquant le temps de sommeil non pas d’un humain, mais d’une machine – « mode veille » se dit sleep mode en anglais). Le corpus retenu se compose finalement de 614 demandes de brevets (filed), dont 202 brevets officiellement obtenus (granted). Nous avons ensuite classé les 614 demandes de brevets, les identifiant – à partir du nom de l’entreprise déposante, des codes de classification internationale (WIPO) et des résumés des inventions – comme relevant des classes pharmaceutiques, parapharmaceutiques, thérapeutiques, techniques ou numériques (voir Tableau 1).

15Parmi les 202 brevets officiellement obtenus, 77 relevaient de la catégorie « brevets numériques ». Sélectionnant uniquement ces brevets numériques, nous avons ensuite procédé à une analyse qualitative de l’intégralité de leur contenu. Il s’est agi de lire les 3 626 pages (47 pages par brevet en moyenne) et de consulter les 1 464 figures qui composent ce sous-corpus, puis de procéder à une analyse thématique de ce dernier. Cette analyse qualitative a principalement porté sur cinq grands thèmes : la participation de l’usager à la mesure de son temps de sommeil (invitation ou non à entrer par soi-même des données subjectives) ; sa participation à la (re)définition des modes de calcul, des indicateurs et des scores retenus (co-conception) ; la sélection des différents facteurs à intégrer au calcul (variables écologiques, socioéconomiques) ; l’enrôlement ou non de tiers de confiance dans l’interprétation des données (recours ou non aux professionnels de santé) ; le degré de publicisation des informations recueillies, la protection et la destination de ces données de santé.

16La consultation attentive de ces 77 brevets a révélé une différence de pratiques en matière de dépôt. Alors que certains inventeurs réu­nissent sous une seule et même demande l’intégralité des composantes et dimen­sions de leur projet (demande unifiée), d’autres déposent, au contraire, une série de demandes portant sur les déclinaisons matérielle, conceptuelle, électrique ou informatique d’un unique projet (demande éclatée). Afin de réaliser des décomptes et relevés de fréquence qui ne soient pas faussés par la variabilité du nombre de sous-développements déposés, nous avons regroupé et réuni sous une même entité tous les brevets associés à un même projet, à une même offre commerciale. Cette réduction nous a conduit à considérer et à comparer entre elles 47 solutions distinctes. C’est à partir de ces 47 propositions (exclusives les unes des autres) que nous avons développé nos réflexions sur la redistribution sociotechnique des responsabilités individuelles et collectives médiée par les technologies d’automesure de soi.

Le sommeil comme objet de mesure : une métrique personnelle pour un rendement collectif

17Les premiers développements techniques dédiés à l’automesure de soi – ainsi que les premiers travaux universitaires qui en ont rendu compte – ont tout d’abord porté leur attention sur l’amélioration de pratiques diurnes réalisées dans un état de conscience (exercice physique et alimentation, principalement). Ces pratiques font généralement l’objet d’un relevé de données en temps réel – synthétisé et stylisé sous forme de courbes, de graphiques, de scores et d’alertes – consultable à tout moment sur un smartphone, une montre connectée ou tout autre terminal mobile. Les usagers de ces équipements d’automesure peuvent donc intervenir, en cours d’action, sur leurs propres performances. Ce sont des activités dont l’exercice est synonyme d’une prise effective sur le cours des événements. A contrario, le sommeil est plus difficilement maîtrisable : il est beaucoup moins aisé d’intervenir sur lui. Certes, les facteurs environnementaux (température, luminosité, niveau sonore de la pièce), physiologiques (respect du cycle circadien, identification du chronotype de l’individu) et psychologiques (exercices de respiration, de relaxation, de méditation) constituent des leviers d’amélioration décisifs pour la durée et la qualité du sommeil… mais ce dernier échappe tout de même davantage à la logique d’une maîtrise par les nombres. Le sommeil, parce que l’endormissement le commande, est le temps d’un nécessaire lâcher-prise, d’un laisser-aller, d’une plongée dans l’inconscient… sans cela, il se fait attendre.

18L’étude du cas-limite que constitue l’automesure du sommeil donne à voir la façon dont la logique d’une maîtrise par la mesure peut parfois s’abîmer au contact d’une situation qui échappe à la volonté, d’une situation souvent vécue avec une certaine forme d’appréhension (parfois même d’anxiété) tant elle peut jouer des tours aux candidats à l’endormissement malheureux. Une situation éminemment solitaire : à moins d’en faire « profiter » ses proches, on est bel et bien seul face à ses insomnies. Ce moment de solitude est néanmoins peuplé d’impératifs sociaux et de projections de situations collectives passées et à venir. Souvent, prendre la mesure de son propre sommeil revient à considérer ses accomplissements passés (réussites et échecs, plaisirs et contrariétés mêlés), mais aussi les défis qui nous attendent au petit matin. Autrement dit, un temps supposément improductif (repos, recouvrement de ses forces) se trouve être intimement lié à un souci de productivité, à la volonté d’atteindre un certain rendement dans l’exécution des tâches à accomplir, à l’obligation de suivre le rythme et de satisfaire à ses différents engagements personnels et professionnels (obligations domestiques et performance au travail).

  • 2 « L’adulte américain moyen dort aujourd’hui environ six heures et demie par nuit, soit une érosion (...)
  • 3 En France, en 2017, 9 % des salariés travaillaient en horaires de nuit et 44 % des Français exerçai (...)

19Le temps de sommeil, parce qu’il s’est considérablement réduit au cours des trente dernières années2, est devenu non seulement un véritable sujet de préoccupation, mais également un levier d’action et de performance. En effet, et comme Minna Ruckenstein l’indique, « quand le sommeil est sujet à l’automesure, il devient une activité voire même une compétence » (Ruckenstein, 2014, p. 77). Ainsi, dans le cadre de l’exercice de sa profession, le travailleur porte une attention particulière à son niveau de fatigue qu’il rapporte à ses capacités cognitives et/ou physiques à accomplir les tâches qui lui sont assignées. Pour certaines professions à risque (dans les domaines du transport, de la sécurité, du travail de précision), la gestion du sommeil devient même une compétence professionnelle de premier ordre, notamment lorsqu’on travaille en horaires décalés ou de nuit (ce qui est le cas d’une part non négligeable et croissante de la population3).

20En somme, les particularités de l’objet sommeil tiennent à l’imparfaite maîtrise de ce temps de nécessaire lâcher-prise (pour s’endormir, il ne suffit pas de le vouloir), à l’incapacité d’établir des corrections en temps réel de ses propres pratiques (les contre-mesures s’opèrent à contretemps), mais également à l’association systématiquement faite entre temps productif et temps improductif (une dette de sommeil importante pouvant empêcher de maintenir son activité au niveau espéré).

21Les troubles du sommeil observés au sein de la population générale sont le plus souvent mineurs. Lorsqu’ils le sont, les individus ont fréquemment le réflexe d’agir par eux-mêmes, recourant à l’automédication et/ou à divers traitements vendus en parapharmacie (compléments alimentaires, homéopathie, etc.). Agir par soi-même sur les troubles mineurs du sommeil est une manifestation de la médicalisation progressive de notre quotidien, de la prise en charge d’un problème de santé sans l’intervention préalable d’un médecin. Cette tendance est également marquée dans le développement des technologies QS appliquées au sommeil. Nous entrons dans une même logique d’individualisation de la prise en charge qui est le plus souvent exclusive de tout lien avec un professionnel de santé.

Processus de médicalisation du quotidien : vers une individualisation des soins ?

22Notre enquête permet d’observer, dans le domaine de la mesure et de la gestion du sommeil, le mouvement largement documenté de médicalisation du quotidien. Cette forme d’empowerment (ou de capacitation) d’ordre sanitaire naît du constat que nombre de maladies sont dépendantes de l’environnement des individus et de leur mode de vie et que des mesures prophylactiques peuvent donc être prises au quotidien pour retarder leur progression, voire enrayer leur déclenchement. Un renversement de perspective est ici à l’œuvre puisqu’on passe d’une médecine curative (intervention sur la maladie déclarée) à une médecine préventive et/ou systémique (maintien d’une bonne santé). Ce renversement (ou glissement) enjoint à prendre soin de soi, à devancer l’intervention des professionnels de santé pour se situer au quotidien dans une perspective de préservation, voire de renforcement de son capital santé. Cette évolution est parfaitement lisible dans les frises temporelles qui décrivent, d’une part, le développement des brevets thérapeutiques et pharmaceutiques (associant un ou des professionnels de santé) et, d’autre part, les brevets numériques, parapharmaceutiques et techniques (qui favorisent l’autonomie des individus).

  • 4 Voir le format PDF de l’article pour une meilleure résolution.

Tableau 1. Typologie des brevets étudiés4

Tableau 1. Typologie des brevets étudiés4

23Parmi l’ensemble des demandes de brevets déposées, on observe une répartition équilibrée entre les solutions faisant intervenir un ou des professionnels de santé (brevets pharmaceutiques et thérapeutiques : 53,4 % du total des demandes) et les solutions découplées du système de santé pariant sur une prise en main individuelle des soins (brevets parapharmaceutiques, numériques et techniques : 46,6 %). Si l’on considère ces mêmes répartitions en restituant leur progression dans le temps, on s’aperçoit qu’une domination des brevets numériques est nettement visible au cours de la dernière décennie, ce qui donne à voir un investissement massif de la part des acteurs de l’économie numérique dans ce domaine d’intervention paramédical.

Graphique 1. Historique des dépôts de brevets par catégorie (filed)

Graphique 1. Historique des dépôts de brevets par catégorie (filed)

24Le Graphique 1 illustre bien l’investissement progressif du champ de la mesure et de la gestion du sommeil par les entreprises du secteur numérique. Cet investissement s’est d’abord traduit par une collaboration étroite avec les structures de soins et le personnel soignant, comme en atteste la période 2006-2012, où une part importante des demandes de brevets a porté sur des solutions thérapeutiques. Les nouvelles possibilités permises par les technologies mobiles ont d’abord été intégrées aux protocoles de soins des établissements de santé. Ce n’est qu’après 2012 que les solutions d’automesure par la médiation des smartphones et autres objets connectés se sont imposées plus largement et ont directement été adressées aux particuliers.

25L’un des arguments avancés par les concepteurs de solutions QS pour justifier un déplacement de la mesure depuis l’hôpital, la clinique ou le centre de soins vers le domicile repose sur le fait que les biais associés à une mesure hors sol et ponctuelle (généralement pratiquée dans un centre du sommeil) sont évités grâce à une mesure in situ et longitudinale (réalisée au domicile de l’individu).

A person’s sleep can be assessed with a polysomnogram (PSG), which is a multi-channel procedure carried out in a sleep laboratory. Typically, the procedure requires labour-intensive technician support, resulting in an expensive process. The studies are typically performed for a single night in a sleep laboratory and sometimes during the day to study daytime sleepiness […]. As a result, a PSG can be a rather invasive procedure and is typically administered for only a single session or two. […] The techniques described in the present application can extend the benefits of sleep analysis with clinically validated mechanisms to achieve similar results as those obtained in a sleep lab in the comfort of the home environment over multiple nights. The home environment is the normal sleep environment of the subject, providing a more realistic assessment of the subject’s sleep behaviour. Recording over several nights permits a more accurate analysis that can be used to extract long-term sleep patterns (Awarables, 2016; US10321871B2).

26Cette démarche d’externalisation de la mesure participe du processus de médicalisation du quotidien évoqué plus haut. Elle fait du patient le principal exécutant et le premier interprète d’une procédure d’autodiagnostic qui donne toute sa place à la considération des facteurs environnementaux qui influencent réellement l’individu. Une telle délégation de la mesure à l’usager (ou au patient) peut être partielle dans le cas où les données sont également transmises à un praticien, ou complète dans le cas où le self-tracker prend lui-même en charge les données recueillies et les actions à conduire pour gagner en repos. Ainsi, l’individualisation des mesures peut soit induire une forme d’horizontalisation des relations avec le médecin traitant (asymétrie partiellement comblée par l’apport informationnel autogénéré), soit aboutir à une intervention autonome de la part de l’usager qui pense pouvoir faire avancer son cas par lui-même. En cela, les dispositifs QS ne font rien d’autre que ce que les solutions parapharmaceutiques proposent : permettre à l’usager d’agir sur sa santé en dehors du cadre strict de la consultation des spécialistes.

27Mais, à la différence des solutions parapharmaceutiques, les dispositifs QS mettent au jour des données (présentées comme) objectives. Ils révèlent à l’usager différents déterminants à la fois physiologiques et environnementaux de la durée et de la qualité de son sommeil. Cette prétention à l’objectivité des liens (supposément de causalité) ainsi révélés peut donner lieu à une publicisation des résultats auprès d’acteurs référents, de tiers de confiance qui sont en mesure d’aider l’individu à faire face à ses troubles du sommeil. Autrement dit, les données collectées par et pour soi-même peuvent éventuellement être transmises à un tiers expert pour validation et interprétation.

28Dans les brevets étudiés, l’utilité présumée des solutions QS est souvent rattachée à l’instauration d’un dialogue entre l’usager et un tiers référent, que ce dernier appartienne au corps médical ou paramédical (dans ce cas, les données produites servent de complément diagnostique et sont versées au dossier du patient) ou qu’il appartienne au monde du travail (dans ce cas, les objets connectés permettent de rapporter le niveau de performance du travailleur au temps et à la qualité de son sommeil). Regardons ici la proportion de brevets numériques qui prévoient la communication des données de sommeil à un tiers.

Tableau 2. Communiquer ses données de santé à un tiers

Tableau 2. Communiquer ses données de santé à un tiers

29Pour près de la moitié des brevets numériques étudiés (21/47), l’interprétation des données n’est pas une affaire strictement individuelle puisqu’elle fait intervenir un tiers référent. Parmi les tiers identifiés, on peut distinguer les tiers superviseurs qui sont liés à l’usager par un rapport économique (16/47) et les tiers médicaux qui agissent pour le seul compte de l’usager, de façon indépendante, et qui peuvent éventuellement établir un suivi à distance de leur patient (14/47).

30Les superviseurs – qu’ils soient entraîneurs d’athlètes, coordinateurs de sociétés de transports, chefs d’équipe ou même financeurs et assureurs – vont vraisemblablement avoir une appréhension des données sensiblement différente de celle des professionnels de santé. Par exemple, le crédit accordé aux données et à la synthèse que proposent les fournisseurs de solutions QS n’est pas le même selon que l’on adopte la position du soignant, capable d’évaluer la justesse toute relative (voire l’imprécision) d’une automesure grâce à la comparaison avec des relevés plus fiables effectués à l’aide d’équipements de pointe et de protocoles éprouvés, ou la position de l’assureur, qui ne dispose ni des mêmes ressources, ni des mêmes points de comparaison, ni de la même connaissance des signes physiologiques associés aux différents cycles du sommeil. Les assureurs se contenteraient donc le plus souvent d’intégrer à un calcul de risques ces données telles quelles, sans véritablement pouvoir en interroger la validité (Arruabarrena, 2016). La data valence des relevés (ou le sens et le crédit attribués aux données) fluctue en fonction des usagers, mais aussi en fonction des tiers à qui l’accès aux données personnelles est accordé (Fiore-Gartland et Neff, 2015).

31Retenons ici que tout compter par soi-même ne revient pas à ne compter que sur soi. Les données sur le sommeil recueillies par les dispositifs QS sont parfois amenées à voyager du côté des superviseurs et des soignants. Si ces dispositions au partage se rencontrent dans un peu moins de la moitié des brevets numériques, elles ne sont en rien systématiques. De nombreuses solutions (26/47) laissent en effet les usagers dialoguer seulement avec le système (système toutefois renseigné par des savoirs scientifiques et des recommandations d’autorités sanitaires). La médicalisation du quotidien est par conséquent observable dans le design des dispositifs du quantified sleep, mais elle s’accompagne d’une part d’une distribution élargie des responsabilités (de nouveaux acteurs sont enrôlés, d’autres sont placés dans des configurations nouvelles), et d’autre part d’un rebouclage fréquent sur un parcours (re)médicalisé faisant intervenir en bout de piste les professionnels de santé. En effet, en dernière instance, et lorsque les données relevées sont préoccupantes, l’usager en mauvaise condition physique est toujours invité à s’en remettre aux professionnels de santé. Les propositions innovantes définissent un niveau d’activités, un seuil de mesure au-delà duquel l’individu est invité à sortir de la démarche autonome d’amélioration de ses routines pour bénéficier d’une prise en charge médicale digne de ce nom.

If significant sleep issues are detected, the system can recommend, and facilitate connection to professional online or offline resources (e.g., expert advice articles, access to relevant forums, or contact with sleep professional or a sleep center) to assist the user. […] Risk assessment reports will be available in a PDF format that can be printed off which can be the basis of a discussion with a physician (ResMed, 2014; US10376670B2).

32Dans nombre de brevets numériques, on retrouve cette forme de renvoi impérieux à l’expertise médicale lorsque les données recueillies sont alarmantes ou tout simplement atypiques.

The method further includes comparing […] the physiological information associated with the user to one or more alarm levels to determine whether an alarm condition exists; and contacting […] the user, a family member of the user and/or a caregiver of the user if […] the alarm condition exists (Eco-Fusion, 2015; US10252058B1).

33Les concepteurs de solutions QS sont conscients des risques associés à une forme de dérive de l’autonomisation de la prise en charge de sa propre santé. Ils placent différents garde-fous au cœur même des scripts de leurs dispositifs de façon à bien signifier l’appartenance de leur solution au strict domaine du bien-être. En effet, beaucoup de concepteurs refusent, résolument, de prétendre à la qualification de « dispositif médical de santé » pour ne pas avoir à se soumettre à l’épreuve d’une validation clinique qu’ils savent coûteuse sur les plans temporel et économique. Les dispositifs QS sont donc conçus comme des auxiliaires utiles à l’installation et la stabilisation de routines vertueuses, mais également, et dans le même temps, comme des systèmes d’alerte en situation de décrochage ou de danger. Une gestion parfaitement autonome du sommeil n’est donc jamais totalement atteinte et elle ne figure pas dans les objectifs visés par les concepteurs de nombre d’inventions QS. La place accordée aux institutions médicales reste importante : leur convocation intervient sur commande des dispositifs d’autosuivi et d’alerte.

Redistribution des responsabilités individuelles et collectives

34Les inventions étudiées configurent, nous l’avons vu, une redistribution des rôles au sein de différents collectifs (cellule familiale, entreprise, espace public) et contribuent également à une redéfinition des liens interpersonnels au sein de ces institutions.

La cellule domestique

35Commençons par indiquer que l’individualisation des solutions QS a partie liée avec l’évolution même des technologies de l’information et de la communication (TIC). En effet, on observe aujourd’hui, dans le domaine des TIC, une domination sans partage des dispositifs portables et personnels. Les ordinateurs familiaux ont progressivement laissé place aux ordinateurs personnels et aux smartphones. Les montres et bracelets connectés, les smartphones sont des dispositifs qui suscitent une expression et un pouvoir d’action majorés de l’« habitèle » (Boullier, 2004), cette unité d’équipements ajustés par, pour et sur soi. On assiste donc à une forme d’individualisation des solutions qui pourrait laisser croire à la mise en œuvre de solutions plus individualistes. Mais qu’en est-il vraiment ?

36Commençons par évoquer le fait que, sur nos 47 brevets numériques, rares sont ceux qui font explicitement référence aux autres membres du foyer, à leurs occupations, à leurs modes de vie et à leurs emplois du temps respectifs. Rares sont également ceux qui intègrent aux données utilisateur les temps rituels de la vie familiale (courses alimentaires, déjeuner et dîner pris ensemble, heure de coucher des enfants, etc.). Ces données pourraient figurer au cœur des dispositifs et être intégrées à leurs modes de calcul de façon à tenir compte des modulations internes propres à la vie de la cellule domestique, et pourtant, elles ne le sont pas. De la même façon, les visites et les appels téléphoniques des proches, l’heure à laquelle ces derniers interviennent et leur durée, ne sont ni relevés ni notifiés. Pourtant, ces moments d’échange (impromptus ou planifiés) peuvent également entrer en contradiction avec l’établissement des routines sur lesquelles se fondent les solutions QS. Ainsi, les rituels familiaux (quelle que soit leur nature) sont généralement absents des relevés de données effectués par les dispositifs d’automesure de soi. Les solutions QS s’adressent à un individu sans considérer, dans la plupart des cas étudiés, l’influence que ses proches peuvent avoir sur son mode de vie, ses décisions, ses capacités à suivre les recommandations. L’individu est appréhendé comme une entité dont les propriétés physiologiques doivent être analysées en vue d’une amélioration de sa routine personnelle, de son bien-être et de sa santé. Il n’est pas considéré comme un être social assumant un rôle donné dans un espace domestique contraint. En d’autres termes, les dispositifs sont autocentrés et ne tiennent généralement pas compte de la réalité du partage d’un même espace domestique où cohabitent des profils de dormeurs pourtant hétérogènes.

Chronotype is commonly reduced to sleeping habits only, referring to people as “larks” and “owls”, which refer, respectively, to morning people (those who wake up early and are most alert in the first part of the day) and evening people (those who are most alert in the late evening hours and prefer to go to bed late) (Essilor, 2015; US10168560B2).

37Dans la plupart des brevets, la vie animée de la cellule familiale est considérée comme une interférence qui empêche de personnaliser ses propres conditions d’endormissement et de réveil. Ainsi en est-il du moment du réveil qui ne peut, dans le cas d’un lit partagé, passer par des signaux sonores et lumineux reproduisant le lever du jour, ou encore de l’ajustement automatique du thermostat qui ne peut se mettre en mode nuit (abaissement de la température favorable à l’endormissement) que lorsque le dernier membre du foyer se couche.

38L’autre – qu’il appartienne au cercle familial intime ou à la vie professionnelle de l’individu – est également perçu, par nombre de porteurs de projet QS, comme un objet de préoccupation qu’il s’agit d’identifier et d’apprendre à mieux gérer à l’aide d’une nécessaire mise à distance des difficultés relationnelles momentanément éprouvées. Ainsi, certains brevets proposent d’inclure dans leurs modalités de calcul des éléments caractérisant la qualité présente de la relation de l’usager à deux ou trois de ses proches (déclaration par questionnaire).

The specific information to be surveyed may include: the user’s perception of the temperamental characteristics of two key persons in their life, for example, their spouse, a friend, a co-worker, or their boss, and whether there are clashes present in their relationships that might interfere with a healthy lifestyle or contribute to stress (Hello, 2013 ; US9204798B2).

39Une autre illustration de cette invitation à se délester du poids des relations sociales au moment de l’endormissement est observable dans le brevet déposé par l’entreprise ResMed, qui prévoit dans l’application mobile qu’elle distribue une option « Mind Clear » qui permet de coucher sur écran ce qui préoccupe et de remettre au lendemain le traitement du problème identifié : « A ‘Mind Clear’ feature helps the user to clear their mind of thoughts that might otherwise keep the user awake » (ResMed, 2014 ; US10376670B2).

40Soumettre à la raison les fluctuations émotionnelles inhérentes aux relations sociales n’est pas chose aisée, mais c’est un horizon qui reste très présent dans les perspectives défendues par les auteurs des brevets étudiés. Rationnaliser les échanges au sein de la cellule familiale (et au-delà), c’est aussi allouer un laps de temps minimal à l’entretien d’un lien interpersonnel de qualité. C’est ce qui est défendu par Eric Teller et John Stivoric (créateurs et dirigeants de l’entreprise BodyMedia), qui recommandent l’allocation d’un minimum de temps aux autres pour se sentir bien dans sa peau et pour conserver des relations enrichissantes et apaisées avec ses proches.

With respect to personal time, the routine requires the users to spend at least one hour of quality time each day with family and/or friends, restrict work time to a maximum of nine hours a day, spend some time on leisure or play activity each day, and engage in a mind stimulating activity (BodyMedia, 2000; US6605038B1).

41Telle serait la musique « normalisante » d’une routine domestique équilibrée qui garantirait le maintien d’un lien fort avec ses proches. Ce dernier extrait de brevet montre que le temps de l’épanouissement familial et amical est considéré comme une ressource nécessaire sans laquelle il devient difficile à l’individu de remplir ses différentes obligations. Ce temps d’épanouissement privé, ramené au seuil minimal d’une heure par jour, interroge tant il semble ici retenu en sa qualité de contre-mesure et faire fonction de réserve personnelle agissant comme un filtre protecteur garant de la bonne continuation des activités professionnelles et domestiques.

42À la lecture des brevets, on observe bien qu’il en va de la responsabilité de l’individu de façonner un environnement de sommeil à sa mesure, de constituer une bulle protectrice de laquelle sont évacués (certes provisoirement) les aléas interpersonnels, les incertitudes et les tensions sociales. Ces dispositions ont sans doute bien du mal à être appliquées au quotidien ; elles demeurent néanmoins un objectif visé, une incitation à faire du temps et de l’espace de sommeil une bulle de protection personnelle.

Le groupe professionnel

43Les solutions QS laissent généralement penser que les contraintes collectives, notamment professionnelles, sont toutes maîtrisables par l’individu ; qu’avec une bonne organisation personnelle, les objectifs professionnels peuvent être atteints à coût temporel constant. Elles ne prennent pas assez en considération les situations d’urgence, de surcharge de travail (temporaire ou non) auxquelles peuvent être confrontés les individus. La planification est première et l’ascèse d’une routine minutée doit permettre d’être dans une configuration propre à aménager durablement un temps de travail stabilisé et immanquablement productif.

44La clef d’une bonne pratique professionnelle est notamment à trouver du côté d’un ajustement optimal du temps de sommeil : un temps ni trop long (ce qui grèverait la possibilité d’être pleinement actif dans la limite de ses moyens) ni trop court (ce qui diminuerait le rendement au travail et la satisfaction éprouvée lors de l’activité professionnelle). Plusieurs brevets introduisent à ce sujet la notion de « sur-sommeil » sur laquelle il est intéressant de s’arrêter.

Some embodiments may prevent users from over sleeping, or sleeping beyond what is needed for optimal recovery. Individuals who otherwise sleep beyond their recovery need, such as those relying on predetermined or scheduled alarm, may waste valuable time sleeping, while the extra sleep provides no health benefit, and in some examples may actually be detrimental to one’s health or ability to sleep in the future. Certain example embodiments may therefore generate additional productive hours in the user’s life (Nokia, 2016; US10245408B2).

45Les dispositifs QS seraient ainsi en mesure de déterminer, en fonction des données personnelles fournies par la personne et de celles automatiquement générées par la machine, le temps optimal de sommeil, le moment idoine d’endormissement et de réveil. Les solutions QS réveillent l’usager « au bon moment », au cours d’une phase de sommeil léger caractéristique de la fin d’un cycle. Elles l’empêchent, durant la sieste, de plonger dans un sommeil profond (qui intervient généralement entre 15 et 20 minutes après l’endormissement), lui évitant ainsi de se sentir vaseux au réveil et momentanément incapable de se remettre efficacement au travail. Bref, la fatigue est maîtrisable et il en va de la responsabilité du travailleur d’être toujours (ou le plus souvent) dans une situation de pleine maîtrise de ses capacités cognitives et physiques.

For any task or occupation, sleep deprivation can result in the decline of alertness levels, thereby resulting in the degradation of work performance. To this end, sleeping may be considered an effective countermeasure to prevent decline in alertness levels. A possible drawback of a sleep period may be sleep inertia, which is the feeling of grogginess or post awakening performance degradation. […] Depending upon the user allotted time for sleep, including sleep start time and sleep duration, an estimation of the optimum wake time may allow a user to resume his/her work at an optimal performance level with minimal post awakening performance degradation (Toyota, 2011 ; US8948861B2).

46Si l’individu est considéré comme responsable de son niveau d’attention et de vigilance au travail, il peut en conséquence être assujetti à des contrôles de la part de ses supérieurs, employeurs ou clients. Cette possibilité n’est cependant envisagée, dans les brevets étudiés, que dans trois situations professionnelles bien particulières : 1) la mise en œuvre de « programmes de bien-être au travail » (corporate wellness programs) ; 2) la régulation d’activités professionnelles pratiquées en horaires de nuit ou en horaires décalés susceptibles d’occasionner des risques collectifs (sécurité routière notamment) ; 3) la supervision d’athlètes professionnels dont le sommeil est pensé comme l’un des principaux ingrédients de la performance et qui mérite en cela toute l’attention de leurs entraîneurs.

47Intéressons-nous ici à la plus courante de ces situations : celle de l’établissement de « programmes de bien-être au travail ». Ces programmes incluent généralement un temps de repos au sein des journées de travail (sieste, relaxation) et équipent les employés de dispositifs QS de façon à ce qu’ils prennent conscience des améliorations à mettre en œuvre pour parvenir à une meilleure gestion de leur sommeil. Les brevets déposés en ce sens présentent deux principales options. La première consiste à évaluer l’impact de différents facteurs sur l’endormissement, la durée et la qualité du sommeil. Les caractéristiques des tâches prises en charge, le niveau de stress associé à certains projets et objectifs professionnels sont inclus (entre autres choses) dans le traitement algorithmique des déterminants du sommeil. La deuxième option consiste à créer l’émulation au sein de collectifs de façon à atteindre collectivement une meilleure qualité de vie. Cette option peut également prendre la forme d’une compétition entre employés soucieux de mieux réguler leur temps improductif (sommeil, loisirs, sports) afin d’être plus performants au travail (Till, 2014 ; Hull et Pasquale, 2018). Le brevet déposé par l’entreprise Oracle couvre ces deux options.

Such embodiments […] provide a dashboard measuring a “stress score” over some period of time with stress scores possibly shown as they relate to activity level and sleep patterns; provide anonymized comparisons against people of the same age, gender, region, BMI, job title, organization, project type(s), and salary range […] provide a correlation model for sleep vs stress level, activity level, caffeine consumption, etc. […] Through the user interface, an employee can see how active they are relative to other employees, the average person matching their age, gender and profession, and so on (Oracle, 2014 ; US9842313B2).

  • 5 La première vignette donne à voir une page de synthèse du site ou de l’application de l’entreprise (...)

Figure 1. Corporate Wellness Program par Oracle5

Figure 1. Corporate Wellness Program par Oracle5

Figure 2. Corporate Wellness Program par Oracle

Figure 2. Corporate Wellness Program par Oracle

48Le programme défendu par Oracle fait davantage reposer la responsabilité de la productivité de l’entreprise sur les individus, un à un, et lancés dans une compétition pour obtenir les scores les plus élevés possibles (voir Figure 1). Il ne permet pas d’introduire d’éléments de circonstance favorables ou défavorables, comme le fait d’être ou non parent, d’avoir son domicile à proximité du lieu de travail ou non, d’avoir connu ou non d’éventuels problèmes de santé, d’avoir des besoins de sommeil inégaux (chronotype, court ou long dormeur). Ainsi, il ouvre sur un jeu de concurrence faussé et condamnable non seulement sur le plan moral, mais également sur le plan du mérite. Le travail des responsables d’équipes et des responsables des ressources humaines devrait consister, en partant des formules simplifiées des solutions QS (qui donnent souvent lieu à l’établissement d’un score synthétique), à remettre les performances individuelles en contexte, ce que ne proposent pas les technologies dédiées. La responsabilité des dirigeants et des cadres de l’entreprise est de redonner à ces données une certaine consistance et épaisseur sociales, en réintroduisant une dimension de responsabilité collective dans ces dispositifs par trop individualisants.

La société : la production de référents communs

49Lorsqu’ils font référence à la société (dans sa globalité), les auteurs de brevets la décrivent comme particulièrement et toujours plus exigeante. Ils indiquent explicitement que les dynamiques collectives (notamment économiques, professionnelles, culturelles) sont responsables d’un rythme de vie plus intensif et décousu. Cet argument vient renforcer leurs propositions qui invitent, par la mesure et le calcul, à trouver des équilibres satisfaisants entre les différentes occupations et obligations de l’usager.

More and more, our society requires people to lead fast-paced, achievement-oriented lifestyles that often result in poor eating habits, high stress levels, lack of exercise, poor sleep habits and the inability to find the time to center the mind and relax. Recognizing this fact, people are becoming increasingly interested in establishing a healthier lifestyle. Traditional medicine […] does not have the time, the training, or the reimbursement mechanism to address the needs of those individuals interested in a healthier lifestyle. There have been several attempts to meet the needs of these individuals, including a perfusion of fitness programs and exercise equipment, dietary plans, self-help books, alternative therapies, and most recently, a plethora of health information web sites on the Internet. Each of these attempts are targeted to empower the individual to take charge and get healthy. Each of these attempts, however, addresses only part of the needs of individuals seeking a healthier lifestyle and ignores many of the real barriers that most individuals face when trying to adopt a healthier lifestyle. These barriers include the fact that the individual is often left to himself or herself to find motivation, to implement a plan for achieving a healthier lifestyle, to monitor progress, and to brainstorm solutions when problems arise (AliphCom, 2007; US8961414B2).

50Le constat dressé ici fait état d’une incomplétude des solutions passées (médecine traditionnelle, conseils diététiques, coaching sportif) essentiellement due au caractère ponctuel des rendez-vous pris et à la partition d’interventions distinctes toutes orientées vers un même but, mais employant des méthodes variées. La question centrale est donc celle de la coordination de différents spécialistes (ou spécialités) et celle de la permanence de l’écoute, du retour sur l’expérience assisté par un tiers. Les solutions QS portent la promesse de reconstituer un collectif toujours disponible qui œuvre autour d’un même axe de travail. On ne parle bien sûr pas d’un collectif de spécialistes en chair et en os, mais bel et bien d’un assistant personnel fourni par une équipe pluridisciplinaire et capable d’engager un dialogue automatisé avec son usager de façon à le guider de manière univoque à tout moment de la journée et de la semaine. On produit ainsi un référent commun pour un usage personnalisable.

51La deuxième dimension qu’il faut ici relever concerne l’utilisation des mégadonnées, le bénéfice personnel qu’il est possible de tirer de l’utilisation d’une base de données étendue à l’ensemble des usagers (présents et passés) et susceptible d’alimenter une grande variété de calculs, de croisements, de corrélations. Nous avons ici affaire à une démarche de production d’enseignements personnalisés tirés d’un ensemble de mégadonnées permettant de se comparer à des sous-populations assimilées à son propre profil. On se situe dans le cadre d’une statistique de niche qui donne à voir (lorsque la base de données est alimentée par suffisamment de profils) ce que des participants similaires parviennent à réaliser. Ces comparaisons de sous-populations spécifiques peuvent porter sur des critères déjà bien identifiés (âge, sexe, poids), mais également sur d’autres critères beaucoup moins orthodoxes (équipement en literie, spécificités de l’habitat, douleurs liées à des maladies chroniques).

In an embodiment, historical information related to correlation of environmental factors with sleep quality for many users may be either stored in the database or accessed from a local or network crowd-sourced data server. The crowd-sourced data server may share and query some common sleep correlation data from other users. For example, a determined correlation may be that a memory form bed helps during recovery from back surgery. […] The user may query the crowd-sourced data server to see if any such correlations have been made by another user’s correlation engine and sent to the server, for similar criteria (Intel, 2017; US10357199B2).

52Recourir à cette base de données, c’est, à titre personnel, être mis en situation de constituer, le temps d’une mesure, de nouveaux appariements d’opportunité centrés sur un questionnement précis. On peut ainsi passer des « communs » (données de santé travaillées par la science) à la mise en commun opportune de traits spécifiques en partage (données librement associées en fonction des circonstances pratiques rencontrées dans son quotidien). Sur le plan des responsabilités, l’individu est invité à définir les critères à partir desquels il va créer sa sous-population de référence pour arrêter ses propres standards (seuils de performance de la sous-population retenue).

53Une troisième et dernière dimension doit enfin être évoquée pour dresser un panorama fidèle de la façon dont les dispositifs QS convoquent la société (dans son ensemble). Il s’agit de la question de la sécurité des personnes, de la protection collective dérivée de la surveillance informatisée du sommeil des travailleurs de nuit ou en horaires décalés, dont l’endormissement peut conduire à de graves accidents (notamment routiers).

The unchecked degradation of an individual’s alertness is a growing concern and the consequences in some areas are approaching epidemic proportions. As an example, it is estimated that 250,000 drivers per day fall asleep at the wheel. Serious and fatal truck, bus, train and automobile accidents are occuring at an alarming rate. Many injuries and accidents in manufacturing plants are fatigued related. The purpose of monitoring alertness is to prevent these and other emergency situations from happening rather than dealing with them after the fact (CurAegis, 2017; US10238335B2).

54Ici, les responsabilités individuelles se trouvent considérablement allégées par les dispositifs QS qui mettent en sécurité à la fois le conducteur (parfois à son insu et/ou contre sa volonté) et les autres usagers de la route. Les dispositifs QS sont dès lors en capacité d’imposer collectivement (lorsque la solution est intégrée au fonctionnement d’une équipe, d’une entreprise, d’un pays) une sécurité plus grande. Par exemple, les superviseurs des routiers (dispatchers), alertés par les dispositifs d’automesure, peuvent reprogrammer les sorties de leurs employés. On remarque ici qu’un rebouclage se fait en situation de danger impérieux vers une collectivisation de la prise en charge des événements liés au sommeil.

Conclusion

55Après avoir effectué ce tour d’horizon des solutions QS appliquées au sommeil, on peut conclure que les scripts retenus par les concepteurs font généralement la part entre les situations d’urgence qui exigent d’alerter des tiers experts (médecins mais aussi superviseurs) et les situations de simple amélioration des routines qui relèvent de la mise en application vertueuse de résolutions personnelles et qui sont pensées comme ne nécessitant aucune espèce de recours à un tiers. Quand les premières font l’objet d’une redistribution sociotechnique des responsabilités en direction du collectif (appel à la responsabilité d’un tiers), les secondes relèvent d’une forme plus prononcée de responsabilité personnelle. Les deux mouvements identifiés concourent finalement à une même évolution (à ce stade encore programmatique), à savoir à une responsabilisation accrue de l’individu pour la mise en œuvre d’une médecine préventive et participative (activité soliste d’intervention sur ses propres routines) accompagnée de la mise en place d’alertes automatiques (déclenchées lorsqu’un seuil critique est franchi) qui réactivent une forme d’intervention collective de la prise en charge du sommeil (soit lorsque des troubles majeurs sont détectés, soit lorsque l’état de l’usager ne lui permet plus d’exercer son activité professionnelle en toute sécurité). On décèle ici un écueil majeur de ces programmes d’action QS : on renvoie au seul individu la charge et la responsabilité de mener une médecine préventive alors que le médecin pourrait y occuper un rôle plus important et, inversement, on renvoie aux seuls experts la charge et la responsabilité d’intervenir dans les situations les plus problématiques (dimension curative) alors même que la participation des usagers devrait être requise en vue d’une horizontalisation des relations avec les experts et d’une meilleure compréhension des soins prodigués et des risques encourus.

56Au-delà du processus de médicalisation du quotidien en cours qui redistribue les responsabilités individuelles et collectives entre soignés et soignants, il est important d’indiquer que les auteurs de solutions QS décrivent (et façonnent par cette même description) des situations d’usage qui affectent notre relation aux autres. Nous avons observé que l’intégration des membres de la cellule familiale aux logiques de calcul et aux modalités de recommandation des dispositifs QS n’avait rien d’évidente, que l’individualisation des technologies et objets connectés avait tendance à produire des solutions autocentrées finalement assez peu en phase avec les contraintes et aléas de la vie domestique d’un très grand nombre d’individus. De plus, les dispositifs QS dédiés au sommeil partent du principe que l’individu peut s’adapter aux obligations ou exigences collectives qui lui sont assignées (domestiques et professionnelles) par une simple optimisation de son temps. Ils postulent donc que les demandes formulées par les collectifs (notamment de travail) sont toutes légitimes et peuvent toutes être assumées dans les délais impartis. C’est dès lors à l’individu de s’adapter, d’aller – par la rationalisation de ses temps de sommeil, d’éveil, de productivité, de repos – puiser dans ses propres ressources, de faire preuve d’intelligence et d’adaptabilité afin de trouver un équilibre que l’on présuppose possible en tous lieux, en tous temps et en toutes circonstances. Ce qui est proposé, c’est de « faire mieux » en « faisant avec », ce qui annihile toute aspiration à renégocier les termes de son activité (notamment professionnelle) et de son engagement vis-à-vis du collectif, ce qui empêche également de mettre en cause la responsabilité des autorités (dirigeants, employeurs ou institutions médicales) en matière d’application des politiques de santé.

Haut de page

Bibliographie

Ajana, B. (2017). Digital Health and the Biopolitics of the Quantified Self. Digital Health, 3, 1-18.

Akrich, M. (1987). Comment décrire les objets techniques ? Techniques et culture, 9, 49-64.

Akrich, M. (1998). Les utilisateurs, acteurs de l’innovation. Éducation permanente, 134, 79-89.

Akrich, M., Callon, M. et Latour, B. (2006). Sociologie de la traduction. Textes fondateurs. Paris, France : Presses des Mines.

Arruabarrena, B. (2016). Le Soi augmenté : les pratiques numériques de quantification de soi comme dispositif de médiation pour l’action (Thèse de doctorat). CNAM, Paris.

Boullier, D. (2004). Objets portables en tous genres et prises sur le monde : l’habitèle comme extension du domaine de la personne. Consommation & Société, 4.

Calvignac, C. (2012). L’agent économique dormant. Enquête sur la capitalisation professionnelle de signalements communautaires. Sociologie du travail, 54(2), 217-232.

Calvignac, C. (2021). Traductions sociotechniques des principes axiologiques du Quantified Self. Analyse d’un corpus de brevets US dédiés à la mesure et à la gestion du sommeil. Réseaux, 228, 131-169.

Cochoy, F. (2021). Patents as Vehicles of Social and Moral Concerns: The Case of Johnson & Johnson Disposable Feminine Hygiene Products (1925-2012). Science, Technology & Human Values, 46(6), 1340-1364.

Cochoy, F. et Soutjis, B. (2020). Back to the Future of Digital Price Display: Analyzing Patents and other Archives to Understand Contemporary Market Innovations. Social Studies of Science, 50(1), 3-29.

Coveney, C., Gabe, J. et Williams, S. (2011). The Sociology of Cognitive Enhancement: Medicalisation and Beyond. Health Sociology Review, 20(4), 381‑393.

Crary, J. (2016). 24/7. Le capitalisme à l’assaut du sommeil. Paris, France : La Découverte.

Crawford, R. (1980). Healthism and the Medicalization of Everyday Life. International Journal of Health Services, 10(3), 365-388.

Dagiral, E., Licoppe, C. et Pharabod, A.-S. (2019a). Présentation du numéro Quantified Self. Réseaux, 216, 9-16.

Dagiral, É., Licoppe, C., Martin, O. et Pharabod, A.-S. (2019b). Le quantified self en question(s). Un état des lieux des travaux en sciences sociales consacrés à l’automesure des individus. Réseaux, 216, 17-54.

Dalgalarrondo, S. et Fournier, T. (2019). Les morales de l’optimisation ou les routes de soi. Ethnologie française, 176, 639-651.

Fassin, D. et Memmi, D. (2004). Le gouvernement des corps. Paris, France : Éditions de l’EHESS.

Fiore-Gartland, B. et Neff, G. (2015). Communication, Mediation, and the Expectations of Data: Data Valences Across Health and Wellness Communities. International Journal of Communication, 9, 1466-1484.

Foucault, M. (1976). Bio-histoire et biopolitique. Dits et écrits, T. III. Paris, France : Gallimard.

Foucault, M. (1982). Les techniques de soi. Dits et écrits, T. IV. Paris, France : Gallimard.

Gilmore, J. N. (2016). Everywear: The Quantified Self and Wearable Fitness Technologies. New Media & Society, 18(11), 2524-2539.

Granjon, F., Nikolski, V. et Pharabod, A.-S. (2011). Métriques de soi et self-tracking. Une nouvelle culture de soi à l’ère du numérique et de la modernité réflexive ? Recherches en communication, 36, 13-26.

Hull, G. et Pasquale, F. (2018). Toward a Critical Theory of Corporate Wellness. BioSocieties, 13, 190-212.

Létroublon, C. et Daniel, C. (2018). Le travail en horaires atypiques : quels salariés pour quelle organisation du temps de travail ? Dares Analyses, 30, 1-12.

Lupton, D. (2013). The Digitally Engaged Patient: Self-Monitoring and Self-Care in the Digital Health Era. Social Theory and Health, 11(3), 256–270.

Lupton, D. (2016). The Diverse Domains of Quantified Selves. Self-Tracking Modes and Dataveillance. Economy and Society, 45(1), 101-122.

Lyon, D. (2018). The Culture of Surveillance: Watching as a Way of Life. Cambridge, Royaume-Uni : Polity Press.

Nafus, D. et Sherman, J. (2014). This One Does Not Go Up to 11: The Quantified Self Movement as an Alternative Big Data Practice. International Journal of Communication, 8, 1784-1794.

Pantzar, M. et Ruckenstein, M. (2017). Living the Metrics. Self-Tracking and Situated Objectivity. Digital Health, 3, 1-10.

Pharabod, A.-S., Nikolski, V. et Granjon, F. (2013). La mise en chiffres de soi. Une approche compréhensive des mesures personnelles. Réseaux, 177(1), 97-129.

Ruckenstein, M. (2014). Visualized and Interacted Life: Personal Analytics and Engagements with Data Doubles. Societies, 4, 68-84.

Ruckenstein, M. et Pantzar, M. (2017). Beyond the Quantified Self: Thematic Exploration of a Dataistic Paradigm. New Media & Society, 19(3), 401-418.

Ruckenstein, M. et Schüll, N. D. (2017). The Datafication of Health. Annual Review of Anthropology, 46, 261-278.

Schüll, N. D. (2016). Data for Life: Wearable Technology and the Design of Selfcare. BioSocieties, 11(3), 317-333.

Swan, M. (2009). Emerging Patient-Driven Health Care Models: An Examination of Health Social Networks, Consumer Personalized Medicine and Quantified Self-Tracking. International Journal of Environmental Research and Public Health, 6(2), 492-525.

Thévenot, L. (2006). L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement. Paris, France : La Découverte.

Till, C. (2014). Exercise as Labour: Quantified Self and the Transformation of Exercise into Labour. Societies, 4(4), 446-462.

Van Dijk, J. (2014). Datafication, Dataism and Dataveillance: Big Data Between Scientific Paradigm and Ideology. Surveillance & Society, 12(2), 197-208.

Wolf, G. (2009, 22 juin). Know Thyself: Tracking Every Facet of Life, from Sleep to Mood to Pain, 24/7/365. Wired.

Haut de page

Notes

1 Notre relevé date du 4 novembre 2019.

2 « L’adulte américain moyen dort aujourd’hui environ six heures et demie par nuit, soit une érosion importante par rapport à la génération précédente, qui dormait en moyenne huit heures […]. Au milieu du XXème siècle, le vieil adage selon lequel “nous passons le tiers de notre vie à dormir” semblait doté d’une certitude axiomatique – certitude qui ne cesse d’être remise en question. » (Crary, 2016, p. 21)

3 En France, en 2017, 9 % des salariés travaillaient en horaires de nuit et 44 % des Français exerçaient leur travail à des horaires dits « atypiques » (comprenant le samedi, le dimanche, les soirs et les nuits) (Létroublon et Daniel, 2018).

4 Voir le format PDF de l’article pour une meilleure résolution.

5 La première vignette donne à voir une page de synthèse du site ou de l’application de l’entreprise Oracle, qui met en lumière le poids de quatre facteurs (activité physique, stress éprouvé, types et quantité d’aliments ingérés, prise de caféine) sur la durée et la qualité du sommeil des personnes suivies (ici les salariés d’une entreprise). La deuxième vignette représente un tableau de bord classant les salariés en fonction de leurs performances telles qu’enregistrées par le dispositif d’automesure au regard de leur score de sommeil et de leur volume d’activité physique (la pyramide d’individus est une illustration on ne peut plus suggestive).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Typologie des brevets étudiés4
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/6214/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Graphique 1. Historique des dépôts de brevets par catégorie (filed)
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/6214/img-2.png
Fichier image/png, 153k
Titre Tableau 2. Communiquer ses données de santé à un tiers
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/6214/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Figure 1. Corporate Wellness Program par Oracle5
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/6214/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Figure 2. Corporate Wellness Program par Oracle
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/6214/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Calvignac, « Le design des dispositifs d’automesure du sommeil », tic&société, Vol. 15, N° 1-2 | 2ème semestre 2021 - 1er semestre 2022 | -1, 37-67.

Référence électronique

Cédric Calvignac, « Le design des dispositifs d’automesure du sommeil », tic&société [En ligne], Vol. 15, N° 1-2 | 2ème semestre 2021 - 1er semestre 2022 | 2022, mis en ligne le , consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/ticetsociete/6214 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ticetsociete.6214

Haut de page

Auteur

Cédric Calvignac

Cédric Calvignac est sociologue, maître de conférences à l’Institut National Universitaire Champollion d’Albi et membre du Centre d’Étude et de Recherche Travail, Organisation, Pouvoir (CERTOP, UMR 5044). Ses recherches s’inscrivent à la croisée de la sociologie des techniques, de la sociologie de l’innovation et de la sociologie économique. Elles portent sur la façon dont différentes techniques viennent équiper nos pratiques, infléchir le cours de nos actions et en modifier le sens. Cette ambition de recherche se décline selon quatre principaux axes de travail : le premier porte sur le pouvoir émancipateur de la maîtrise technicienne (innovation faite par et pour les usagers, do it yourself) ; le deuxième interroge l’influence des dispositifs d’automesure de soi sur les pratiques et représentations des individus (quantified self) ; le troisième s’intéresse à la convocation en mobilité de dispositifs techniques d’aide à l’orientation (panneaux d’information, cartes, applications mobiles) et au degré d’attention qu’on leur porte ; le quatrième et dernier axe rend compte de la capacité des équipements les plus ordinaires – souvent pensés comme accessoires – à peser sur la définition et le déroulement de l’action. cedric.calvignac@univ-tlse2.fr ou cedric.calvignac@univ-jfc.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Artic
  • Logo Université Paris 13 Nord
  • Logo Université du Québec à Montréal
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search