Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 15, N° 1-2 | 2ème semestre 2021 - 1er semestre 2022Les représentations des tatouages...

Les représentations des tatouages connectés: enjeux de l’acceptabilité et relation à l’imaginaire

Representations of connected tattoos: social acceptability and imaginaries
Las representaciones de los tatuajes conectados : retos de su aceptabilidad y de su relación con el imaginario
Annabelle BOUTET-DIÉYE et Aurélie SEZNEC
p. 101-125

Résumés

Cet article présente les résultats d’une enquête exploratoire à propos des tatouages connectés mené en partenariat avec Mathilde Sarré-Charrier du laboratoire SENSE du groupe Orange. Il met de l’avant deux univers, a priori très éloignés, celui du tatouage et celui des innovations numériques. Mais, après des recherches sur les innovations récentes en matière d’objets connectés, nous avons émis l’hypothèse de convergences possibles entre les deux univers. En effet, alors que la pratique du tatouage se répand dans toutes les sphères de la société, elle séduit également les laboratoires de recherche et de développement, de même que les entreprises du numérique. Dans cet article, en nous appuyant sur des entretiens semi-directifs et un état de l’art sur le numérique vestimentaire et cosmétique (wearable), nous proposons d’interroger ce que représentent les tatouages connectés dans la [re]définition du rôle social du corps. Les discours des personnes interviewées mettent en lumière l’importance de prendre en compte l’imaginaire social pour mieux saisir ce qui est en jeu dans l’acceptabilité du phénomène et pour cerner les ambivalences relevées en ce qui a trait aux innovations relatives aux tatouages connectés.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

« Imaginez votre corps orné de tatouages aux lumières clignotantes et d’un réseau de circuits au dessin sophistiqué. Science-fiction cyberpunk, direz-vous. Et pourtant, ces nouveaux tatouages arrivent : ils nous donneront des conseils de santé personnalisés en temps réel. Ils brancheront notre biologie sur le web, et mettront l’internet des objets aux bouts de nos doigts. Ils amélioreront nos cinq sens, et peut-être même nous en donneront de nouveaux. » (Guzman, 2018)

1En préambule, nous proposons une définition du tatouage permanent et du tatouage éphémère. Le premier est la reproduction d’un motif, composé d’images, de textes et/ou de chiffres, sur la peau au niveau du derme, à l’aide de piqûres permettant l’injection de pigments. Le second est la reproduction d’un motif, composé d’images, de textes et/ou de chiffres, sur la peau, à l’aide de colorants, naturels ou chimiques, ou de supports collants, mais ayant une durée de vie de quelques jours, de quelques semaines au plus.

2Depuis le début des années 2000, nous assistons à deux mouvements parallèles. D’une part, une démocratisation des pratiques du tatouage, permanent ou éphémère, au point qu’en Italie, son coût est depuis peu intégré au calcul du panier des ménages (Ridet, 2016). D’autre part, un investissement des laboratoires de recherche et de développement dans des dispositifs de plus e plus acceptables par le corps humain permet peu à peu l’incorporation, au sens littéral du terme, des technologies numériques. À ce titre, les tatouages donnant accès à la réalité augmentée sous formes de codes QR, de flash code ou d’implants (Inkage, 2015), les tatouages éphémères devenant des Interfaces Humains-Machines (IHM), ou transformant la peau en écran, font régulièrement les beaux jours des salons « geek » comme le Customer Electronic Show (CES) de Los Angeles. Certaines de ces tentatives sont encore à l’état de concepts de laboratoire et en phase d’expérimentation, d’autres cependant ont déjà trouvé des applications concrètes et rejoignent le marché.

3Au croisement de deux thématiques, les tatouages et les objets connectés, nous nous sommes intéressées aux tatouages connectés. Actuellement, les travaux de recherche se développent pour proposer des tatouages, permanents ou éphémères, composés de produits biomédicaux tels que des capteurs permettant de mesurer des caractéristiques physiologiques transmises par la peau. Des tatouages utilisent la réalité augmentée ou la reconnaissance d’image pour créer des extensions numériques sonores ou visuelles sur le téléphone portable à des fins ludiques.

Les tatouages d’hier à aujourd’hui

  • 1 Colloque organisé à Limoges en juin 2019 intitulé « Le tatouage et les modifications corporelles sa (...)

4Condamnée par l’Église chrétienne, la pratique du tatouage a été considérée pendant des siècles en Europe comme la marque de la marginalité, de la stigmatisation et de l’infamie. Mais, aujourd’hui, le tatouage fait l’objet d’un engouement croissant confirmé notamment par la multiplication des conventions professionnelles ouvertes au public et par l’ouverture de boutiques de tatouages ayant pignon sur rue. Le tatouage s’affiche et se célèbre dans la rue, dans les publicités ou encore sur les réseaux socionumériques. Il devient même objet d’exposition lorsque le Musée du Quai Branly présente « tatoueurs tatoués » en 2014. Il est également un objet juridique quand il est saisi par les juristes1.

  • 2 Notons que sur le portail Calenda, 51 événements recensés depuis 2002 comportent le terme « tatouag (...)

5Ce marquage corporel a une pluralité de fonctions (médicales, thérapeutiques, esthétiques, mystiques, religieuses ou sociales). En d’autres termes, les pratiques et les fonctions du marquage corporel, dont le tatouage est à présent une version répandue, donnent matière à une importante littérature scientifique, dans les disciplines comme la sociologie, l’anthropologie, l’histoire, l’art ou encore la communication2.

6En réponse à ce phénomène social et culturel, nous observons une évolution et une diversification des demandes des clients qui semblent de moins en moins réfractaires à la pratique du tatouage, et donc à l’offre. En examinant deux sondages de l’Institut français d’opinion publique (IFOP), nous constatons une évolution croissante de la pratique tégumentaire en France. En 2010, une personne sur 10 déclarait être tatouée, avec une quasi-parité hommes-femmes (11 % pour les premiers, 9 % pour les secondes) et une surreprésentation des jeunes (près de 20 % de tatoués chez les 25-45) (IFOP, 2016). Dans l’enquête menée en 2018, 18 % des personnes interrogées en France déclaraient être tatouées, soit 20 % des femmes et 16 % des hommes. L’étude montre que l’âge joue un rôle important puisque 29 % des moins de 35 ans témoignent être tatoués contre 14 % des plus de 35 ans. Les ouvriers représentent également une population où le tatouage occupe une place de choix : ils sont 38 % à avoir déclaré être tatoués contre 20 % dans les catégories socio-professionnelles dites supérieures (IFOP, 2018).

La méthodologie adoptée pour saisir les représentations des tatouages connectés

7Dans cet article, nous nous intéressons à la convergence de deux familles d’objets : le tatouage et les objets connectés. Pour cela, nous décryptons les enjeux soulevés, à l’heure du numérique, par la pratique du tatouage et ses innovations : « Mettre en perspective le tatouage revient à parler en termes de frontière, de séparation, de franchissement, d’exclusion, d’interface, d’imperméabilité. » (Mesnier, 2015)

8Loin d’être anecdotique ou ludique, la convergence de ces deux phénomènes pose plusieurs questions. Quelles sont les perspectives de cette rencontre entre technologies numériques et tatouages ? L’appétence pour la pratique du tatouage ou pour les objets connectés peut-elle favoriser l’acceptation des tatouages connectés ?

9Avant d’aborder les innovations en matière de tatouage, nous revenons sur la place des objets connectés ainsi que sur l’évolution et la démocratisation de la pratique du tatouage. En mettant en lumière les propos des personnes interviewées et, plus spécifiquement, leurs réactions face aux innovations présentées, nous soulignons les possibles transferts d’appétence entre les deux univers. Enfin, nous revenons sur la place de l’imaginaire et, plus spécifiquement, celle de la science-fiction dans le cas des tatouages connectés. La sociologie de l’imaginaire peut nous aider à décrypter les représentations que s’en font les sujets de l’enquête. À ce titre, Thomas Michaud (2012) souligne que la sociologie de l’imaginaire permet de mieux comprendre comment se structure et se diffuse l’imaginaire dans la société. « L’imaginaire se construit progressivement, accumulant des représentations individuelles, puis collectives, qui fonctionnent comme des archétypes. » (Michaud, 2012, p. 220) Il pointe notamment que la sociologie de l’imaginaire a permis d’établir de quelle manière la science et la fiction communiquaient et participaient à l’innovation technologique.

10Afin d’explorer les motivations, mais aussi les freins à l’acceptabilité des innovations en matière de tatouages, nous avons interrogé, au moyen d’entretiens semi-directifs, des personnes tatouées, non tatouées, ainsi que des tatoueurs et des tatoueuses. Les quinze personnes rencontrées ont été interrogées sur la base d’un guide d’entretien portant sur la place du corps et de l’apparence, celle du tatouage, celle des objets connectés et enfin sur la vision de la convergence possible entre les pratiques du tatouage et les usages des objets connectés avec une projection dans le futur.

11Bien qu’aucune représentativité n’en eût résulté, nous avons voulu des profils de participants variés (genre, âge et lieu de vie différents). Nous nous appuierons tout au long de cet article sur les propos de ces personnes brièvement présentées dans les tableaux 1 et 2 en annexe.

  • 3 Dans la suite de l’article, les verbatims des tatoueurs et des tatoueuses seront introduits par un (...)

12Le corpus que nous avons analysé est donc composé de deux ensembles. Le premier est constitué de dix entretiens semi-directifs réalisés entre juillet 2018 et septembre 2019 auprès de personnes tatouées et non tatouées. Le second en comporte cinq accordés par des tatoueurs et tatoueuses lors de la convention Tattoo Show de Quimper en septembre 20193.

La place des technologies dans le quotidien : du pratique à l’intrusif

13Grâce aux entretiens, nous avons interrogé l’ensemble des personnes à propos de la place des objets connectés dans notre société, mais aussi dans leurs vies personnelle et professionnelle. Par cette démarche, nous posions l’hypothèse que l’attrait pour le numérique, de manière globale, pouvait influencer la position des personnes interviewées par rapport aux innovations dans le domaine du tatouage.

14À la question sur leur possession d’objets connectés, la plupart des personnes citent leur téléphone portable. L’importance de celui-ci a été soulignée dans le dernier rapport du Crédoc (2019) ; à ce titre, le Baromètre du numérique souligne que le smartphone est devenu l’équipement de référence (77 %), dépassant ainsi l’ordinateur (76 %), pour se connecter à Internet, et que les modes de connexion évoluent toujours vers plus de mobilité. Les sujets de l’enquête citent également les tablettes, parfois les montres connectées, et beaucoup plus rarement des objets de la vie courante comme les robots ménagers ou les électroménagers. Smartphones, tablettes et réseaux socionumériques sont utilisés dans la vie personnelle et dans la vie professionnelle (Boboc, 2017). La plupart des individus déclarent utiliser quasi quotidiennement des objets connectés, particulièrement leur smartphone. Ces objets connectés se retrouvent dans tous les domaines d’activités, qu’il s’agisse de l’éducation, du transport ou de la santé. Ce concept consistant à coupler un objet à un réseau numérique a progressivement pris une place déterminante dans le quotidien. D’ailleurs, les objets connectés offrent de nombreux avantages, comme la praticité et le gain de temps, avantages qui sont clairement mis en évidence dans les entretiens. Cela facilite la vie quotidienne, comme le souligne Grégoire dans sa définition des objets connectés :

Quelque chose qui va m’aider à faire une action rapidement et facilement, gagner du temps dans ma vie quotidienne. J’en utilise de façon quotidienne, dans mon travail pas forcément encore, dans mon domaine les notices sont aujourd’hui dématérialisées, à l’avenir je travaillerai sûrement davantage avec les outils informatiques. (Grégoire)

15En outre, la plupart des personnes interviewées s’accordent sur le fait que les objets numériques et leurs usages seront de plus en plus présents dans les activités courantes, ce qui risque de détériorer les liens sociaux, les libertés, mais aussi de compromettre la vie privée et les droits fondamentaux. Cela crée aussi des formes d’usages sous contraintes, sous contrôle. Même chez les plus investies dans la culture numérique, comme Reine ou Henrica, qui sont médiatrices numériques, le trop de technologie fait quasiment l’unanimité, et comme l’énonce Claire : « Je me trouve trop connectée sur mon téléphone, inconsciemment on est devenus dépendants, mais ça m’énerve, ça me bouffe, on passe trop de temps sur ces objets. »

16Selon Marina,

on est complètement bouffés par la technologie, les gens ont de plus en plus de mal à se déconnecter, peut-être va-t-il y avoir une prise de conscience globale par rapport à la planète. Mon responsable (au travail), il fait tout de son téléphone, il peut lancer à distance son aspirateur, ça va très loin, ça peut être bien, mais ça va loin. (Marina)

17Elle poursuit en prenant l’exemple d’une publicité pour une lampe connectée : « Ça me fait penser à la pub avec un père qui allume la lumière de la chambre de sa fille à l’autre bout de la planète avec une lampe avec une appli : c’est hyper-intrusif. » Cet excès se retrouvera également dans les propos et les réactions émis face aux innovations autour du tatouage (voir infra). Les réponses recueillies montrent toute l’ambiguïté des sentiments que soulève la diffusion des outils numériques.

18Seul Grégoire se définit comme un technophile et affiche une vision optimiste indéfectible pour l’avenir : « Je suis technophile, j’y vois que du bien, c’est l’évolution normale, on est qu’au balbutiement, j’utilise tous les jours des objets connectés, ordi, smartphone, GPS dans la voiture, aujourd’hui tout passe par l’un de ces appareils, dans le milieu professionnel et personnel. »

19Dans l’enquête de l’IFOP de 2015 intitulée « Objets connectés et usages des données, la perception des Français », nous pouvons noter qu’en très grande majorité, les Français se déclarent très familiers avec le principe des objets connectés (seuls 3 % n’en ont jamais entendu parler). Ils partagent également et largement les inquiétudes à propos de la production, de l’utilisation et du stockage de données : pour les deux tiers des Français, les données seraient mal protégées. À cela s’ajoute la volonté de préserver sa vie privée (IFOP, 2015). Si l’on s’accorde globalement à reconnaître que le numérique peut avoir des retombées positives, il a aussi des limites : nous y reviendrons par la suite.

Innovations autour du tatouage : des ambivalences dans leur perception

20La photo-élicitation et la sociologie visuelle sont des méthodes qui font appel à l’utilisation d’images comme instruments d’enquête (La Rocca, 2007), permettant notamment de faciliter le discours des personnes interviewées. Lors des entretiens semi-directifs, nous avons sélectionné et montré des photographies d’innovations numériques relatives au tatouage, permanent ou éphémère, en demandant aux personnes de nous dire spontanément ce qu’elles pensaient de ces photographies. Par la suite, en analysant les commentaires spontanés, il s’agissait de confronter les points de vue.

21Avant de décrire ces différentes innovations, soulignons que les tatoueurs en sont, semble-t-il, totalement absents. Des premiers contacts que nous avons eus lors des salons ou conventions de tatouage, il en est ressorti une défense forte d’une forme d’art pour certain.e.s et d’artisanat du tatouage pour d’autres, contre l’industrialisation ou l’automatisation. Quant aux laboratoires de recherche et aux entreprises qui travaillent sur ces innovations, ils sont issus du milieu industriel traditionnel ou du numérique.

Présentation des innovations relatives au tatouage

22Dans notre état de l’art, deux projets reposant sur des techniques de reconnaissance d’images ont retenu notre attention. Il s’agit du projet Soundwave Tattoo et de My UV Patch. L’intérêt de ces projets est lié à la fois à leurs fonctionnalités et à leurs fonctions prévues par les concepteurs. En effet, ces prototypes proposent des fonctionnalités permettant de lire, d’analyser et de transmettre des données, personnelles ou biomédicales par exemple.

23En avril 2017, le premier Soundwave Tattoo a été créé par le tatoueur Nate Siggard. La société Skin Motion propose une application, en réalité augmentée, qui permet d’écouter un son enregistré dans un tatouage. L’utilisateur envoie le message souhaité à l’entreprise qui le transforme en onde sonore ; le tatouage exécuté est permanent. Ensuite, l’image est lue par le smartphone, grâce à l’application Skin Motion, et le son choisi est émis par un lecteur audio, du type Media Player de Windows. Jusqu’à présent, le seul usage que nous avons observé est d’ordre mémoriel : se souvenir d’un être cher ou d’un extrait sonore auquel on tient. Il a retenu notre attention, car il associe une des fonctions du tatouage, la fonction mémorielle, à la fonctionnalité d’un dispositif numérique. À l’instar des sociétés qui pratiquent les rites tégumentaires, « le corps devient archive de soi. » (Le Breton, 2002, p.113)

24My UV Patch est un dispositif de capteur permettant de surveiller le temps d’exposition aux rayons ultraviolets de son porteur. Il se présente sous la forme d’un cœur bleu, en tatouage éphémère adhésif de 50 μm d’épaisseur, extensible et résistant à l’eau, à poser à même la peau. Proposé en 2016, par L’Oréal, à travers sa filiale de La Roche Posay, ce produit a été positionné sur le marché de la beauté et du soin de corps et de la peau en tant que sensibilisateur à l’exposition au soleil. En 2016-2017, il a été mis gratuitement à la disposition des personnes qui en faisaient la demande sur le site de la marque ou en pharmacie. À la suite de cette expérimentation, sa production n’a pas été maintenue, mais a ouvert la voie à un nouveau projet associé cette fois aux pratiques de l’onglerie.

  • 4 En français : communication en champ proche (CCP). Nous choisissons de conserver dans le texte les (...)

25Nous nous sommes également intéressées à trois projets de tatouages porteurs de composants et de fonctionnalités numériques ou biotechnologiques, c’est-à-dire des dispositifs qui utilisent de nouvelles technologies et avec lesquels les concepteurs affirment vouloir rechercher un esthétisme comparable à l’art des tatouages, qu’ils soient permanents ou éphémères. DuoSkin est un prototype élaboré dans les laboratoires de l’Institut de Technologie du Massachusetts (MIT) en collaboration avec le département de recherche de Microsoft (Hsin-Liu et al., 2016, p. 16). Ce procédé permet de créer des dispositifs fonctionnels directement appliqués sur la peau. Il est fabriqué à base de feuilles d’or peu onéreuses, sensibles au toucher et à la chaleur de l’utilisateur. Elles fonctionnent comme un circuit électronique avec une mini-puce et une batterie au lithium. L’usage de l’or est également justifié par la volonté de s’inspirer de l’esthétique des tatouages temporaires en forme de bijoux métalliques. Fonctionnant comme une Interface Humains-Machines, DuoSkin permettrait aux utilisateurs de contrôler leurs appareils mobiles, d’afficher, de stocker et de transmettre par la technique dite de Near Field Communication (NFC)4 des informations sur leur peau, tout en permettant de lui donner un style personnel. Il pourrait également servir de capteur d’activités en relevant des données physiologiques telles que la température du corps ou le rythme cardiaque. Ce projet est l’exemple type de la convergence des fonctions et des fonctionnalités entre tatouage et objet connecté que nous souhaitons interroger. En effet, il associe l’esthétisme du tatouage-bijou aux technologies numériques les plus récentes. En outre, par les fonctionnalités suggérées lors du prototypage, il ouvre aussi la porte à tout un imaginaire de l’homme augmenté, voire de l’acculturation du corps et de la machine.

26Depuis le début des années 2010, des universités américaines ont publié les résultats de travaux sur des dispositifs associant des caractéristiques de tatouages éphémères à des composants électroniques. Sans que la liste soit exhaustive, nous avons retenu l’Epidermal Electronic System (EES) de l’Université de l’Illinois ou les travaux de Lu Nanshu du groupe de recherche — Lu Research Group — proche de l’Université d’Austin au Texas (Kireev et al., 2021). Ces projets proposent des dispositifs électroniques ultra-fins et transparents ou sous la forme d’un papillon dessiné qui se fixent sur la peau comme un tatouage temporaire et qui s’appuient sur les recherches en biotechnologie ou en nanotechnologie. Porteurs de circuits électroniques, de capteurs, de détecteurs, de transmetteurs, ces dispositifs pourraient mesurer des paramètres vitaux (pouls, température, mesures d’électrocardiogrammes, d’électromyogrammes, d’électroencéphalogrammes, de la température de la peau ou encore le taux d’hydratation), mais aussi, à terme, des émotions, en captant les émissions du cerveau ou les vibrations de la voix, et les transmettre sans fil à un récepteur. Ils pourraient également diffuser des agents actifs. Une autre fonctionnalité envisagée est celle d’Interface Humains-Machines pour contrôler des objets à distance.

27Enfin, le dernier dispositif qui a retenu notre attention est Dermal Abyss, présenté en septembre 2017 par des chercheurs de l’Institut de Technologie du Massachusetts (MIT) (Vega et al., 2017, p. 138). Grâce à des biosenseurs introduits dans l’encre, le tatouage est capable de changer de couleur en fonction de données biomédicales telles que le niveau de pH, de sodium ou de glucose dans le corps. Les biosenseurs sont des indicateurs biologiques qui permettent d’évaluer la qualité des substances présentes dans le sang. Ainsi, en observant les couleurs, les scientifiques peuvent mesurer les paramètres. Par exemple, le capteur de pH varie du violet au rose et le capteur de glucose du bleu au brun. Le taux de sodium est déterminé grâce à une lampe à UV et selon l’intensité de la couleur. Il pourrait être utilisé par les personnes souffrant de maladies chroniques, comme les diabétiques. Ce tatouage pourrait remplacer des protocoles douloureux et récurrents, tout en préservant la dimension esthétique et l’art du tatouage. Ainsi, le Dermal Abyss ouvre des perspectives dans la manière d’allier l’utilisation de nanotechnologies à l’esthétique du tatouage.

Les tatouages connectés : des réactions qui oscillent entre rejet et acceptation

28Face aux photographies de ces innovations, il ressort de ces réactions spontanées la surprise ou la consternation. Marina trouve cela « inattendu et révolutionnaire », tout comme Audrey. Grégoire le technophile se dit curieux de ces innovations, mais reste sur la même ligne que les autres. Il faut, avant tout, que ce soit utile, le côté gadget vient après.

Grégoire : « Oui, à des fins médicales pour les diabétiques, mais je me vois mal toucher mon bras pour augmenter la température de ma maison, le fait que ça soit gadget, il faut que le principe de base ait une utilité, après on peut ajouter les possibilités et que ça ne soit plus des gadgets. »

Claire, en faisant référence au DuoSkin, appuie : « Au quotidien, lancer mon diapo avec mon tatouage sur le bras, je trouve que c’est vraiment inutile et que c’est une perte de temps, il y a des choses bien plus importantes. »

29Les différences sont marquées lorsque nous analysons leurs réactions et les mots prononcés par rapport aux innovations relatives au tatouage. De manière générale, les commentaires confirment une tension entre l’utilité lorsque les innovations répondent à des besoins de type médical, et la frivolité, voire un rejet inconditionnel, dès que les objets ont vocation à n’être que des gadgets.

Thibault : « Il n’y en a qu’une qui m’intéresse, c’est la médicale », déclare-t-il en pointant le Dermal Abyss.

Marina : « Avec une fonction médicale, pourquoi pas, c’est un peu comme la chirurgie esthétique, il faut que ça reste dans l’usage médical, au niveau du diabète, pourquoi pas. »

Claire : « Des puces électroniques qui permettent d’améliorer le quotidien d’un malade, là évidemment la recherche électronique, je trouve ça fabuleux, génial. »

30Pour My UV Patch, les réactions oscillent entre les risques de déresponsabilisation et l’inutilité d’un objet qui ne fait que rappeler des choses qui sont déjà connues.

Thibault : « On déresponsabilise les gens avec le patch UV. »

Marina : « On le sait tous que quand on va à la plage, il faut se protéger, faut mettre de la crème. »

Audrey : « Je ne vois pas l’intérêt du côté crème solaire, on sait qu’il faut se crémer, faire attention aux UV. »

31Soundwave Tattoo suscite des qualificatifs faisant état de la futilité et de la superficialité du dispositif.

Marina : « Je trouve ça un peu superficiel, pour le coup. C’est très innovant après, pourquoi pas, je ne me rendais pas compte de toutes ces innovations, c’est assez inattendu, mais superficiel, c’est révolutionnaire, mais on peut peut-être s’en passer. »

Thibault : « Le reste, c’est du gadget comme le Soundwave. »

32Enfin, le recours à des symboles numériques, comme le code QR ou le code barre, et en particulier la question du nomadisme des données que suggèrent des projets de tatouages connectés, font émerger des craintes face aux risques d’un individu hyper-connecté, d’un développement de la surveillance des personnes et de la vulnérabilité des données.

Marina : « Le Soundwave, tu deviens bionique quoi, non, c’est trop, on devient homme-objet […] ».

Audrey : « Le Soundwave, on est dans l’ultra-connexion là, on arrive sur le côté ultra-connecté, ça c’est impressionnant. »

33En outre, le tatouage de code QR ou de code-barres rappelle à Thibault et à Philibert le tatouage des Juifs dans les camps d’extermination nazis.

Thibault : « Pour le QR code, je vais utiliser une image, ça me choque, on dirait des camps de concentration, on devient des numéros dans une société. »

Marina : « Le QR code, on est vraiment dans Minority Report et c’est moins esthétique […] ».

34À la question portant sur l’articulation entre le tatouage et les nouvelles technologies, les réactions et les réponses sont donc plurielles : certains n’y voient pas d’intérêt, comme Audrey, pour qui « le tatouage avec une application, ça ne me parle pas », ou Claire, qui précise que « ce n’est pas l’objectif premier du tatouage ». À ce titre, elle revient par la suite plus longuement sur les dérives que cela pourrait entraîner et pointe les risques de ces évolutions. Pour cela, Grégoire est plus optimiste. Ou fataliste ? « Par rapport à l’inquiétude de certains des risques, de se faire pirater, ça fait partie du jeu, c’est l’évolution […]. »

35Claire : « Je ne trouve pas ça terrible. Aujourd’hui, on peut aller régulièrement chez le médecin pour faire des prises de sang, vérifier ça de manière régulière, mais avec un tatouage, ça doit être anxiogène, je ne supporterais pas. Il n’y a plus cette liberté de se faire plaisir avec un fondant au chocolat sans que nos tatouages ne changent de couleur, c’est horrible. » Elle poursuit l’échange avec l’exemple du tatouage à destination des personnes souffrant de diabète : « Le tatouage pour le diabétique, oui, je pourrais comprendre, mais si ta compagnie d’assurance ensuite dit “vous avez vu votre tatouage bah vous augmentez votre mutuelle, etc.”, là non. Et derrière, il y a toujours une question d’argent, des dérives possibles. »

36Les réponses apportées par les personnes dont la profession est tatoueur et tatoueuse mêlent curiosité et jugement de frivolité, tout en identifiant les risques et dangers de ces innovations. Comme les autres individus interrogés, elles sont plutôt positives à l’égard des projets à vocation médicale. Et de la même manière, elles se positionnent des plus sceptiques à la plus ouverte, comme Paola.

Jean-T : « À des fins médicales, c’est autre chose, si ça peut aider les gens, pourquoi pas ? »

Gertrude-T : « J’ai des doutes que ça fonctionne, je suis dans l’humain, le côté humain, c’est important, les gadgets, ça m’inspire beaucoup moins. » Elle précise toutefois : « À des fins médicales, ça rejoint l’humain, donc ça a du sens. »

Paola-T se dit « très ouverte, si des gens aiment, pourquoi pas, le Soundwave par exemple, ça peut être cool, ça fait 20 ans que j’exerce, j’ai vu beaucoup d’évolution, mais j’ai encore envie d’en voir. Toute innovation peut être bien. » En revanche, elle précise que « certains tatoueurs ne veulent pas, sont contre ça, ils peuvent être très fermés ».

37Henry et Jean font remarquer que les projets présentés sont des innovations et qu’en tant que telles, ils pourraient intéresser un certain public. Toutefois, ils soulignent la distinction nécessaire avec la pratique traditionnelle du tatouage, et suggèrent que cela pourrait mener à une nouvelle marchandisation du monde du tatouage.

Henry-T : « Je dis pourquoi pas, si ça plaît à la personne pourquoi pas, après l’implantation de puces ou de choses comme ça, passeport biométrique, je suis curieux. Pourquoi pas ? J’avoue ne pas trop savoir pour le moment, des puces à des fins médicales, ça peut être intéressant. »

38Jean-T revient sur la polémique autour de l’encre phosphorescente :

« Il y a pas mal de critiques là-dessus, moi je ne me ferai jamais tatouer avec une encre comme ça. Ce sont des gadgets. Une encre qui se voit à la lumière noire, c’est le commerce, ce n’est pas du tatouage, c’est autre chose, techniquement. OK, c’est du tatouage, mais ça devrait s’appeler autrement, par exemple, moi je ne me foutrais jamais ça sous la peau [une puce], c’est débile. »

39Dans les réactions des individus rencontrés face aux innovations relatives aux tatouages, nous observons une certaine ambivalence. Pour mieux cerner la notion d’ambivalence, nous pouvons ici nous référer à cette définition : « L’ambivalence du consommateur renvoie à l’existence simultanée d’émotions et d’attitudes contradictoires, telles que le plaisir et le déplaisir, ou la sympathie et l’hostilité envers la même personne, le même objet, le même événement ou la même situation. » (Ardelet et al., 2017, p. 4)

40Pour les personnes rencontrées, l’inutilité reste un facteur important. En effet, plusieurs soulignent que certaines innovations présentent un caractère futile, en utilisant à ce propos le terme « gadget ». Ce facteur a également été mis en évidence dans une étude sur les objets connectés : les auteurs relèvent que « [parmi] les facteurs propres aux objets connectés, l’inutilité perçue est celui le plus cité par les consommateurs. L’objectif pour les entreprises est donc de trouver des solutions pour parer à l’image “objet gadget” souvent associée aux objets connectés. » (Chouk et Mani, 2016, p. 24) Outre cette frivolité, leurs réactions témoignent de leurs inquiétudes vis-à-vis des innovations, notamment que les personnes rencontrées jugent défavorable le caractère trop intrusif que pourraient prendre ces tatouages connectés.

41Le tatouage n’est plus objet de stigmatisation des comportements marginaux, image aujourd’hui renversée dans les sociétés occidentales. La perception sociale des tatouages a bien évolué, les objets connectés sont bien connus actuellement, mais les innovations en ce qui a trait aux tatouages connectés posent les mêmes craintes et méfiances attribuées aux objets connectés qui, en raison de leur côté intrusif, mettraient en péril le respect de la vie privée et la protection des données. Une thématique abordée lors des entretiens semble éclairer les points de vue et les représentations des personnes interviewées, à savoir la vision qu’elles se font du futur.

La dimension intrusive : l’empreinte de l’imaginaire et de la dystopie

  • 5 Minority Report est un film de science-fiction américain réalisé par Steven Spielberg et sorti en 2 (...)

42Les entretiens démontrent que la sensibilité à la science-fiction est un point d’entrée pertinent pour penser les évolutions et innovations du tatouage connecté. Les romans et les films de science-fiction alimentent cet imaginaire d’un monde transformé par les nouvelles technologies. Parfois, il est idéalisé, comme avec Grégoire, ou au contraire certains dénotent les limites et les dérives de l’introduction de ces nouvelles technologies en mettant de l’avant une défiance, voire une peur, envers les techniques et plus largement les sciences. Par exemple, nombreux font référence à la littérature d’Orwell, ou encore à des films comme Minority Report ou Bienvenue à Gattaca5 cités par Marina.

  • 6 DMP : dossier médical partagé (carnet de santé numérique qui réunit toutes les informations médical (...)

Thibaut : « Je ne suis pas très optimiste, l’humain va devenir un outil au service de la société. On est bien dans 1984 d’Orwell. Je n’aime pas ça, nos données ne nous appartiendront plus, on le voit avec le DMP6. On se bat tous les jours pour protéger les données. »

Marina : « Si on arrive à survivre à ce qu’on fait à la planète, je ne sais pas, le film Bienvenue à Gattaca, avec le choix de naissance, des yeux bleus, l’embryon du futur, j’ai peur qu’on arrive à ce genre de chose. »

43Ainsi, des récits et des films de science-fiction ont appuyé leurs propos, des exemples qui indiquent les possibles risques présentés par certaines innovations, risques de surveillance, d’impacts sur la vie privée, ou de dispositifs trop intrusifs.

Thibaut : « La technologie n’est qu’un outil, on ne sait plus si ce sont les objets connectés qui prennent le pas sur l’humain ou si c’est l’humain qui garde la main sur les objets connectés. »

44La technologie a pénétré le vivant à l’instar de la bio-ingénierie et l’usage des objets connectés dans le domaine médical ne semble pas avoir de limites. Par contre, les représentations que les personnes interviewées se font de leurs pratiques des technologies et des objets connectés ne sont pas toujours en adéquation avec leurs pratiques réelles. « La nécessité d’objectiver les innovations, les “gains” des nouveaux dispositifs numériques, nous renvoie à une nécessaire différenciation entre pratique et usage. » (Plantard, 2014, p.3)

45Le recours à la notion de fiction ou d’imaginaire peut nous aider à comprendre et à caractériser ce à quoi les individus pensent lorsqu’ils doivent décrypter leurs usages ou formuler leurs points de vue vis-à-vis des tatouages connectés. L’imaginaire est bien une composante centrale du développement des techniques, il s’agit en fait de « décrypter l’entremêlement des imaginaires et des temporalités techniciens » (Musso, 2009, p. 7).

46Chaque individu amène un discours, son histoire, ses désirs, ses craintes vis-à-vis de ces innovations. Les références mobilisées par les sujets de l’enquête renvoient à la catégorie des « littérateurs » décrite par Patrice Flichy (2003). Tous les discours participent à l’élaboration d’un imaginaire social, d’où l’importance des films de science-fiction ou des romans d’anticipation : « Cet ensemble de discours et d’images participe à la construction progressive de l’imaginaire social d’un objet technique. » (Musso, 2009, p. 5)

Conclusion

47Nos observations nous autorisent à conclure que la démocratisation des tatouages et des objets connectés ne conduit pas à une plus grande acceptabilité des tatouages connectés ni auprès des personnes tatouées ou non tatouées ni auprès des gens de la profession. Nous notons des adhésions et des résistances similaires dans les deux sphères : à savoir un engouement plus important pour les applications relatives à la santé et au bien-être du côté des objets connectés, et le manque d’esthétisme souligné du côté des innovations, qui est une des fonctions principales des tatouages.

48Les avis positifs au regard de l’innovation des tatouages dans le domaine de la santé semblent liés davantage à la proximité avec une culture numérique connectée qu’à une attirance pour la pratique du tatouage. Le monde du tatouage et celui des tatouages connectés semblent hermétiques, alors que pourtant les fonctions du numérique et du tatouage s’entremêlent. Ainsi, les fonctions esthétiques, thérapeutiques et de sociabilité attribuées aux tatouages peuvent expliquer les réactions mitigées face aux innovations présentées (Muller, 2013). En effet, le tatouage, comme ornement esthétique et artistique, ne correspond pas aux tatouages connectés ; Marina souligne d’ailleurs que « ce n’est pas très joli tout ça ». La fonction de se rassembler, de s’intégrer davantage au collectif en marquant le corps de ses signes distinctifs est par exemple soulignée dans les propos de Gertrude-T. Celle-ci revient sur l’exemple d’un homme de 35 ans qu’elle a tatoué et qui lui a confié que « ça l’a aidé à socialiser, il rencontre beaucoup de gens grâce à ses tatouages, ça amène de la discussion, il regrette de ne pas l’avoir fait avant ». Elle souligne que, pour beaucoup de gens timides, cela leur permet d’échanger, « les tatoués se [parlant] entre eux ». Cette fonction se retrouve également du côté du numérique. En effet, un rapport produit par le CREDOC (2019) souligne que la majorité́ de la population juge positivement l’impact du numérique, aussi bien dans la vie personnelle que professionnelle. Une part croissante de la population tisse des liens grâce au numérique : la moitié des personnes sondées utilise Internet pour retrouver des connaissances, pour également nouer des liens avec de nouvelles personnes. L’accès au numérique et plus précisément à Internet est perçu comme un facteur essentiel d’intégration dans la société par 68 % de la population.

49La réalité technologique semble rejoindre la réalité traditionnelle dans la fonction thérapeutique. Les tatouages deviennent des systèmes curatifs ou préventifs, comme l’ont été nombre de leurs prédécesseurs. Cicatrice en soi, le tatouage peut être employé pour masquer une autre cicatrice, un événement douloureux, lié à la maladie ou à un deuil. Nous faisons référence notamment au tatouage commémoratif, une autre manière de porter le deuil (Le Mazou Hafner, 2019)ou encore aux personnes qui n’hésitent plus à se parer de tatouages véritablement décoratifs en lieu et place d’un simple tatouage de la PAM (plaque aréolo-mammelonnaire) dans le cas de mastectomie (Kluger, 2016).

50Des technologies innovantes peuvent améliorer la prise en charge médicale, le suivi des patients, mais des interrogations persistent en ce qui concerne la sécurité des données (Douville, 2018). Celle-ci peut soulever des questions d’ordre éthique à propos du contrôle des données recueillies, comme l’a souligné Thibaut, médecin, en faisant référence au dossier médical partagé (DMP). Ce point fait écho aux résultats de l’enquête de l’IFOP de 2015 qui démontrent que les Français partagent largement les inquiétudes à propos de la production, de l’utilisation et du stockage de données : pour les deux tiers des Français, les données sont mal protégées. À cela s’ajoute la problématique du respect de la vie privée. Si l’on s’accorde globalement à reconnaître que le numérique peut avoir des retombées positives, il a aussi des limites.

51La rencontre du corps et des technologies numériques n’est pas seulement du domaine tégumentaire. En effet, dans les laboratoires académiques et industriels, les chercheurs et les ingénieurs explorent les nanotechnologies biomédicales, les implants, le bio-hacking. Ces projets sont très bien implantés dans les domaines de la médecine et de la santé, ce qui montre bien l’extrême médicalisation du corps humain. D’ailleurs, les innovations relatives au bien-être et à la santé semblent mieux acceptées par les sujets de l’enquête. Les réticences entendues fixent également les limites que ne devrait pas dépasser la technologie. Même si le développement du tatouage indique que les individus ont [re]pris possession de leur corps après des siècles de contraintes sociales et religieuses, cela ne veut pas dire pour autant que tout est permis à n’importe quel prix.

Haut de page

Bibliographie

Ardelet, C., Veg-Sala, N., Haikel-Elsabeh, M. et Goudey, A. (2017). Entre crainte et désir pour les objets connectés : Comprendre l’ambivalence des consommateurs. Décisions Marketing (86), 31-46.

Boboc, A. (2017). Numérique et travail : quelles influences ? Sociologies pratiques, 34(1), 3-12.

Chouk, I. et Mani, Z. (2016). Les objets connectés peuvent-ils susciter une résistance de la part des consommateurs ? Une étude netnographique. Décisions Marketing, (84), 19-41.

CREDOC (2019). Baromètre du numérique. Enquête sur la diffusion des technologies de l’information et de la communication dans la société française en 2019. ARCEP. https://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/rapport-barometre-num-2019.pdf.

Douville, T. (2018). Les dangers de la collecte des données de santé par les tiers intéressés (gafam, assureurs…). Journal du Droit de la Santé et de l’Assurance - Maladie (JDSAM), 20(3), 12-16.

Flichy, P. (2003). L’innovation technique : récents développements en sciences sociales. Vers une nouvelle théorie de l’innovation. Paris : La Découverte.

Guzman, C.-É. (2018). Aux frontières du numérique et de la biologie, demain nous tatouerons des circuits sur notre corps. UP’magazine, https://up-magazine.info/technologies-a-la-pointe/lab/8019-aux-frontieres-du-numerique-et-de-la-biologie-demain-nous-tatouerons-des-circuits-sur-notre-corps (consulté le 17/12/2020)

Hsin-Liu, K., Holz, C., Roseway, A. et Calvo, A. (2016). DuoSkin: Rapidly Prototyping On-Skin User Interfaces Using Skin-Friendly Materials. Proceedings of the 2016 ACM, International Symposium on Wearable Computers, ISWC ‘16, Heidelberg, Germany, September 12-16, 16-23.

Inkage (2015), « Les tatouages à réalité augmentée : QR codes et implants », http://www.inkage.fr/blog/les-tatouages-a-realite-augmentee-qr-codes-et-implants/ (consulté le 17/12/2020)

Institut français d’opinion publique (2015), Objets connectés et usage des données, la perception des Français, Paris : IFOP, n° 37742 (rapport synthèse Hiscox).

Institut français d’opinion publique (2016), Les Français et le tatouage, Paris : IFOP, n° 114310 (pour le Syndicat National des Artistes Tatoueurs).

Institut français d’opinion publique (2018), La pratique du tatouage en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis, Paris : IFOP, n° 115767 (pour La Croix).

Kireev, D. et al. (2021). Fabrication, Characterization and Applications of Graphene Electronic Tattoos. Nature Protocols, 16, 2395-2417.

Kluger, N. (2016). Les tatouages décoratifs après mastectomie pour cancer du sein : une stratégie d’adaptation en progression. Annales de chirurgie plastique esthétique, 61(6), 868-871.

La Rocca, F. (2007). Introduction à la sociologie visuelle. Sociétés, 1(95), 33-40.

Le Breton, D. (2002). Signes d’identité. Tatouages, piercings et autres marques corporelles. Paris, France : Éditions Métailié.

Le Mazou Hafner, S.-A. (2019). Tant que mon corps n’aura pas disparu… Pour un art du tatouage comme aide au travail de deuil. Études sur la mort, 151(1), 109-129.

Mesnier, C. (2015). Culture pop, culture tatouée. Revue Chameaux (Revue d’études littéraires de l’Université de Laval), (8), automne. https://revuechameaux.org/
numeros/culture-pop/culture-pop-culture-tatouee/
(consulté le 17/12/2020)

Michaud, T. (2012). L’utilité de la sociologie pour comprendre le passage de l’imaginaire à l’innovation dans les organisations. Cahiers de recherche sociologique, (53), 215-234.

Müller, E. (2013). Une anthropologie du tatouage contemporain, parcours de porteurs d’encres. Paris, France : Édition L’Harmattan.

Musso, P. (2009). Usages et imaginaires des TIC. L’évolution des cultures numériques. Paris, France : FYP éditions, 201-210. https://hal-imt.archives-ouvertes.fr/hal-00479606 (consulté le 17/12/2020)

Plantard, P. (2014). Usages des technologies numériques : innovations et imaginaires. Dans Musso, P. (dir.), Industrie, imaginaire et innovation. Paris, France : Manucius, 57-68. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01739497 (consulté le 17/12/2020)

Ridet, P. (2016, 16 février). Le tatouage intègre le “panier de la ménagère” italienne. Le Monde. http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2016/02/16/le-tatouage-integre-le-panier-de-la-menagere-italienne_4866103_4497186.html (consulté le 11/07/2017)

Vega, K. et al. (2017). The Dermal Abyss: Interfacing with the Skin by Tattooing Biosensors. Proceedings of the 2017 ACM, International Symposium on Wearable Computers, ISWC ‘17, Maui, Hawaii, September 11-15, 138-145.

Haut de page

Annexe

Annexes

Tableau 1. Liste des personnes interviewées (Afin de conserver l’anonymat, les prénoms ont été changés.)

Tableau 1. Liste des personnes interviewées (Afin de conserver l’anonymat, les prénoms ont été changés.)

Tableau 2. Liste des tatoueuses et des tatoueurs interviewé.e.s

Tableau 2. Liste des tatoueuses et des tatoueurs interviewé.e.s
Haut de page

Notes

1 Colloque organisé à Limoges en juin 2019 intitulé « Le tatouage et les modifications corporelles saisis par le Droit ». https://univ-droit.fr/actualites-de-la-recherche/manifestations/31238-le-tatouage-et-les-modifications-corporelles-saisis-par-le-droit (date de consultation : 17/12/2020).

2 Notons que sur le portail Calenda, 51 événements recensés depuis 2002 comportent le terme « tatouage », dont 23 événements (appel à contribution, colloque…) de 2019 à aujourd’hui (date de consultation : 06/07/2021).

3 Dans la suite de l’article, les verbatims des tatoueurs et des tatoueuses seront introduits par un prénom suivi de la lettre T.

4 En français : communication en champ proche (CCP). Nous choisissons de conserver dans le texte les termes techniques tels qu’ils sont utilisés dans le langage courant.

5 Minority Report est un film de science-fiction américain réalisé par Steven Spielberg et sorti en 2002. Il est une adaptation cinématographique de la nouvelle éponyme de 1956 de Philip K. Dick. Le film place le spectateur dans un futur proche cyberpunk, une dystopie dont le cadre se situe en 2054. Bienvenue à Gattaca est un film américain d’anticipation et de science-fiction dystopique réalisé par Andrew Niccol, sorti en 1997.

6 DMP : dossier médical partagé (carnet de santé numérique qui réunit toutes les informations médicales)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Liste des personnes interviewées (Afin de conserver l’anonymat, les prénoms ont été changés.)
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/6427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 2. Liste des tatoueuses et des tatoueurs interviewé.e.s
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/6427/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annabelle BOUTET-DIÉYE et Aurélie SEZNEC, « Les représentations des tatouages connectés: enjeux de l’acceptabilité et relation à l’imaginaire », tic&société, Vol. 15, N° 1-2 | 2ème semestre 2021 - 1er semestre 2022 | -1, 101-125.

Référence électronique

Annabelle BOUTET-DIÉYE et Aurélie SEZNEC, « Les représentations des tatouages connectés: enjeux de l’acceptabilité et relation à l’imaginaire », tic&société [En ligne], Vol. 15, N° 1-2 | 2ème semestre 2021 - 1er semestre 2022 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/ticetsociete/6427 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ticetsociete.6427

Haut de page

Auteurs

Annabelle BOUTET-DIÉYE

Annabelle Boutet-Diéye est maître de conférences en Sciences sociales (Sciences Politiques et Sociologie) au département Logiques des usages, sciences sociales et sciences de l’information (LUSSI) à l’Institut Mines-Télécom Atlantique (IMT-Atlantique). Membre du Conseil scientifique du GIS Marsouin, elle contribue régulièrement aux travaux et activités de valorisation du GIS. Ses recherches portent sur les dispositifs d’innovation mis en place par les personnes pour s’approprier les technologies numériques. Elle s’intéresse, notamment, aux opportunités que les objets numériques proposent en matière d’insertion sociale, ce qui l’a amenée à interroger les concepts d’usages et de non-usages. Ses recherches l’ont menée vers le Sénégal, où elle a effectué plusieurs missions de projet; et plus largement vers le continent africain, où elle porte un intérêt particulier aux phénomènes de l’innovation autour de la frugalité et du concept de « Juggad ». Annabelle.boutet@imt-atlantique.fr

Aurélie SEZNEC

Aurélie Seznec est docteure en sociologie, membre associée au LABERS (Laboratoire d’études et de recherche en sociologie /EA 3149) à l’Université de Bretagne Occidentale. Ce laboratoire est membre du GIS Marsouin (Môle Armoricain de Recherche sur la SOciété de l’Information et les Usages d’INternet), un réseau pluridisciplinaire regroupant les chercheurs en Sciences Humaines et Sociales. Elle est sociologue indépendante au sein d’une coopérative d’activités et d’emplois (cabinet d’études sociologiques SocioCO). aurelie.seznec@univ-brest.fr

Haut de page
  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Artic
  • Logo Université Paris 13 Nord
  • Logo Université du Québec à Montréal
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search