Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 15, N° 1-2 | 2ème semestre 2021 - 1er semestre 2022Usages et enjeux de la géolocalis...

Usages et enjeux de la géolocalisation dans le contexte de la surveillance parentale

Uses and issues around parents’ use of spatial tracking devices
Usos y retos de la geolocalización en el contexto de la supervisión parental
Yann BRUNA
p. 127-159

Résumés

L’engouement réel et quantifiable pour des applications de suivi à distance démontre que la surveillance parentale se trouve profondément affectée par l’essor des outils et plateformes numériques. Parmi les nouvelles modalités de surveillance à disposition de l’autorité parentale depuis près d’une décennie, la collecte de la position géographique des enfants est sans doute une des plus débattues. En s’appuyant sur une méthodologie qualitative, cet article vise à apporter une contribution empirique sur les conséquences sociales qui découlent de l’utilisation de la géolocalisation des jeunes au sein du cercle familial. Il montre en particulier que le dispositif sociotechnique joue un rôle dans la mise à l’épreuve de la relation de confiance entre des parents à la recherche de sécurité et des jeunes dont la parole s’efface derrière un traçage spatial considéré comme révélateur de vérité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’utilisation intensive des technologies de la communication par les enfants et adolescents – mais aussi par les parents – est au cœur de nouvelles tensions familiales longuement explorées dans la littérature scientifique. Ces tensions se traduisent le plus souvent par la nécessité de négociations constantes entre parents et enfants relatives à l’équipement, aux temporalités, aux spatialités et aux modalités précises de l’utilisation du téléphone intelligent (Fontar et al., 2018). D’un côté, de nombreux parents s’enthousiasment des opportunités que ce dernier peut apporter aux enfants en termes d’autonomisation dans leurs mobilités urbaines (Rivière, 2017a), de réponse à un impératif sécuritaire, d’aide à la joignabilité permanente des plus jeunes ou encore de réussite scolaire, notamment dans le cas des familles populaires où l’apprentissage précoce des écrans est très souvent interprété de façon positive par les parents (Havard Duclos et Pasquier, 2018 ; Barrère, 2015). Mais, en retour, l’utilisation du téléphone intelligent par les enfants et adolescents est souvent jugée trop intensive, chronophage, opaque, peu légitime et peu propice à l’autorégulation (Balleys et al., 2018). Si les parents concèdent accorder aux jeunes un « devoir de connexion » dans un « souci de normalité » à un outil qui favorise la sociabilité juvénile (Havard Duclos et Pasquier, 2018, p. 20), ils dénoncent cependant des usages résolument individuels qui amènent à la prévalence du « je » adolescent et menace potentiellement le « nous » familial (ibid.). Pour ces raisons, le discours parental insiste parfois sur une idéalisation très romancée du « temps ensemble », qui sous-entend l’existence d’un « avant » et d’un « après » dans l’adoption de ces technologies au sein des familles (Blackwell et al., 2016). Or, si des règles pour encadrer l’utilisation des outils sont souvent mises en place, elles sont vite délaissées de part et d’autre, car trop d’exceptions nécessitent de les contourner (besoins professionnels, appels urgents, etc.), ce qui tend à montrer aux jeunes que leurs parents sont, in fine, eux-mêmes peu enclins à se déconnecter volontairement (ibid.). Dans ce contexte, le téléphone intelligent tend à être considéré par les parents comme un « mal nécessaire » : le même dispositif rassure et inquiète à la fois (Balleys, 2019 ; Lachance, 2019) et amène à devoir trouver un « nouvel équilibre familial autour d’usages socionumériques discutés et acceptés par tous » (Dupin, 2018, p. 18). La littérature montre également que si ces usages se caractérisent souvent par une volonté de régulation de la part des parents, celle-ci se trouve confrontée à diverses stratégies de contournement par les jeunes qui s’octroient, grâce à leur maîtrise des outils, des « marges d’autonomie » vis-à-vis de cet encadrement (Millerand et al., 2018).

2Parmi l’ensemble des stratégies parentales de contrôle des activités des enfants, la géolocalisation est une pratique peu explorée dans les travaux en sciences sociales, mais de plus en plus présente. Le développement de nombreuses applications strictement focalisées sur le suivi géographique des individus, se cumulant à d’autres qui ne servaient initialement qu’à localiser un téléphone intelligent mais qui sont détournées par les parents pour géolocaliser les différents membres de la famille (Bruna, 2016), redistribue inévitablement les cartes en matière de surveillance parentale. Si la demande de transparence relative aux usages socionumériques des jeunes s’arrête le plus souvent aux frontières du cocon familial, la géolocalisation dépasse largement ce cadre et instaure un traçage numérique qui s’étend au-delà du domicile ou même de l’environnement scolaire. Pour autant, nous constatons que peu de travaux se focalisent sur le suivi géographique des individus par leurs proches. Bien sûr, parce qu’elle permet un traçage précis dans le temps et dans l’espace (et d’en conserver un historique), la géolocalisation se trouve depuis quelques années au cœur de nombreux débats relatifs à la collecte des données personnelles (Aïm, 2020 ; Kessous, 2012). Si plusieurs sociologues se sont intéressés à la géolocalisation des individus par les responsables de traitement (Boullier, 2019 ; Mattelart, 2008), peu de recherches tendent cependant à rendre compte des usages et des enjeux des services de géolocalisation dans le contexte familial, à l’exception de Boesen et son équipe qui montrent que la négociation entre parents et enfants dans l’usage de ces services passe essentiellement par la confiance, alors que ces outils eux-mêmes semblent jouer un rôle dans la fragilisation de cette dernière (2010).

3Aujourd’hui, des manteaux pucés chez Gémo à la balise GPS de la société Weenect, en passant par les applications dédiées telles que Find My Kids, Parental Control App ou Google Family Link, les solutions à disposition des adultes pour géolocaliser leurs enfants sont nombreuses et les finalités similaires selon les développeurs : « garantir la sécurité des proches et atténuer les inquiétudes parentales », ou encore « donner aux enfants de bonnes habitudes numériques ». Face à la diffusion et à l’adoption massive de ces applications, pour la plupart téléchargées plus de dix millions de fois par l’intermédiaire du seul Play Store de Google, il devient essentiel de s’interroger sur l’utilisation et le rôle de tels outils : dans le cas où un service de géolocalisation est utilisé, comment le dispositif technique s’inscrit-il dans l’exercice des relations filiales et parentales ? Comment s’opèrent les négociations entre parents et enfants lorsque le suivi de la position géographique de ces derniers est en jeu ? Comment les jeunes vivent-ils le fait d’être localisés et quelles stratégies peuvent-ils éventuellement développer pour contourner ce traçage ? Afin de proposer des éléments de réponse à ces questionnements, nous souhaitons donc apporter, d’une part, une connaissance sur les pratiques de la géolocalisation dans le cercle familial ainsi que sur les possibles contournements et négociations autour de ses usages, et, d’autre part, recueillir l’expérience des jeunes géolocalisés par leurs parents à l’aide de ces dispositifs afin de mieux en comprendre les enjeux, les tensions et potentielles irréversibilités qui pourraient apparaître. Nous observerons plus particulièrement ici en quoi la collecte parentale de la position géographique des enfants diffère des modalités de surveillance plus classiques, et pourquoi celle-ci résulte parfois en une mise à l’épreuve de la relation parent-enfant.

  • 1 Six adolescents interrogés à Pau et aux alentours, 2 à Metz, 1 à Nancy, 1 à Rennes, 3 à Paris, 2 à (...)

4Notre enquête s’appuie dans un premier temps sur un échantillon qualitatif composé de 16 entretiens semi-directifs effectués en face à face auprès d’adolescents âgés de 12 à 18 ans. Parmi ces entretiens, huit ont été réalisés en 2016 dans le cadre d’une thèse de doctorat et huit autres en 2017 avec pour objectif d’approfondir ce travail. Un critère inclusif important et qui a largement compliqué notre enquête était de recueillir les témoignages d’individus mineurs géolocalisés par leurs parents, ce qui nécessitait donc le consentement de ces derniers. Nous nous sommes fréquemment heurté à leur refus. Grâce à des appels à témoignages diffusés par l’intermédiaire des réseaux sociaux et du bouche-à-oreille entre les jeunes, nous avons pu obtenir une certaine diversité géographique dans notre échantillon1 et respecter une relative parité (9 filles, 7 garçons). Notons que deux des adolescents interrogés sont issus d’une même fratrie. Dans un second temps, nous ajoutons à ce terrain huit entretiens de parents qui ont déclaré géolocaliser leurs enfants, interrogés entre 2017 et 2018, pour un total de 24 individus interrogés. Ces parents habitent tous dans le grand Sud-Ouest, en milieu urbain (3 à Pau, 2 à Bordeaux, 3 à Toulouse) et ont entre 32 et 54 ans. Nous pouvons ainsi obtenir un discours relatif aux motivations et aux possibles répercussions de cette surveillance, mais cette fois du point de vue de l’autorité qui en est la source et non de l’individu qui en est l’objet. Enfin, tout en évitant l’écueil d’une approche déterministe, il est essentiel d’accorder une place particulière dans notre analyse aux applications de surveillance elles-mêmes. Les fonctionnalités mises en avant et le parcours utilisateur proposé nous semblent être des éléments à prendre en compte dans l’orientation des appropriations qui en découlent (Latour, 1992 ; Akrich, 1990).

De l’encadrement parental des usages socio-numériques juvéniles à la géolocalisation des déplacements

5La littérature scientifique exposée plus haut ainsi que les premiers résultats de notre terrain soulignent que les stratégies des parents relatives à la consultation et/ou à la vérification des activités des enfants se sont largement adaptées à l’adoption des dispositifs numériques. La consultation de l’historique web, la vérification des messages envoyés ou le visionnage des photographies et vidéos capturées sont autant de pratiques déployées par l’autorité parentale auxquelles les jeunes répondent à leur tour par des stratégies d’obfuscation bien rodées :

En revenant de ma première soirée, quand ma mère est venue me chercher, elle a vu que je sentais l’alcool et la cigarette, donc elle a voulu voir les photos que j’avais prises, comment c’était dans la maison de ma pote, s’il y avait des gens que je connaissais comme je lui avais dit. […] Mais les photos où j’étais vraiment avec mes potes et où on me voyait en train de fumer, je les avais mises en story sur Snap pour pouvoir les récupérer ensuite. Et ça, je savais dans tous les cas qu’elle ne pourrait pas aller vérifier. Elle a juste vu les photos que j’ai prises normalement, en-dehors de Snap. (Julie, 16 ans)

6La stratégie de contournement mise en place par la jeune fille n’est guère surprenante. En effet, l’utilisation croissante des réseaux socionumériques par leurs pairs (Lenhart et al., 2013) et les nombreuses injonctions à la visibilité en ligne auxquelles ils sont soumis à l’adolescence (Aubert et Haroche, 2011 ; Balleys, 2015 ; Pasquier, 2015) amènent les jeunes à s’exposer et à échanger dans des espaces numériques en restant le plus souvent isolés du regard des adultes (Boyd, 2014), mais aussi à devoir comprendre et maîtriser ces espaces (Bruna, 2020). C’est notamment le cas de Snapchat et de TikTok, dont la compréhension du parcours utilisateur échappe généralement aux parents, qui n’y sont de toute façon pas les bienvenus (Davis et Jurgenson, 2014). Cela renvoie à une « obscurité pratique » due autant à l’utilisation strictement personnelle des dispositifs (téléphone intelligent principalement) qu’à l’opacité du fonctionnement de certains réseaux socionumériques (Blackwell et al., 2016). Par manque de transparence de la part des enfants et de compétences de la part des parents (Dupin, 2018), ces derniers ont le sentiment que des éléments essentiels dans la vie de leurs adolescents leur échappent complètement, car ils sont « entraînés vers des territoires numériques qu’ils ne maîtrisent pas » (Boyd, 2014, p. 85), ce qui suscite en eux la volonté de contrôler l’utilisation d’outils qu’ils peinent à appréhender. Cette demande de transparence dans les activités en ligne apparaît par ailleurs comme un ultime rempart au fort pouvoir individualisant d’Internet (Havard Duclos et Pasquier, 2018). Dans ce contexte, les parents en viennent à régulièrement surveiller et à restreindre sans nécessairement comprendre les usages concrets de ces applications par leurs enfants (Jenkins, Ito et Boyd, 2018 ; Malvini et Way, 2016). La restriction passe généralement par la limitation du temps d’usage des écrans, mais s’étend parfois à la possibilité d’installer ou non certaines applications. La surveillance parentale peut aussi concerner la vérification des contenus visionnés, comme le développe une des mères interrogées :

La petite avait déjà montré sa capacité à abuser des écrans, je l’ai trouvée un matin avec la tablette sous l’oreiller, et une autre fois je l’ai trouvée en train de regarder des vidéos sur Youtube. Alors c’était des vidéos de gamins qui faisaient les idiots, mais on a vite fait de passer à d’autres vidéos plus embêtantes. Elle n’était pas grande et elle avait réussi à récupérer le code d’accès du contrôle parental. Je m’étais dit qu’il allait falloir la surveiller sérieusement. Donc on a mis des balises, et je suis encore en train d’ajuster selon les devoirs et évaluations réussis ou pas réussis, à doser le temps d’utilisation en mode punition/récompense parce qu’il y a un peu que comme ça que ça marche. (Amélie, chercheuse en sciences sociales, 41 ans)

7Surveiller l’activité des adolescents en ligne peut enfin représenter pour des parents une réponse nécessaire à la montée du sentiment d’insécurité face aux dangers auxquels leurs enfants peuvent être exposés, que ce soit en ligne ou non (Boyd et Hargittai, 2013 ; Margaret, 2010). Une enquête quantitative menée par le Pew Research Project révèle à ce sujet que plus de 60 % des parents déclarent avoir déjà vérifié les sites web visités par leurs enfants et leurs profils sur les réseaux socionumériques, tandis que 39 % utilisent des outils de contrôle parental, et, ce qui nous intéresse tout particulièrement ici, 16 % utilisent des outils pour suivre la position géographique de leurs enfants (Anderson, 2016). De leur côté, les enfants pensent que les parents développent une approche particulièrement restrictive des outils (Nissenbaum, 2009) : le discours parental autour des technologies serait ainsi majoritairement focalisé sur les dangers des dispositifs et ce qu’il ne faut pas en faire, afin de prodiguer à leurs enfants ce qu’ils pensent être le « bon usage modéré » (Rode, 2009, p. 6). Or, si les contours de ce bon usage se dessinent dans la négociation entre parents et enfants, Clark Scofield analyse dans The Parent App (2012) de multiples schémas de réactions parentales aux médias numériques, pour en conclure que seul un petit nombre débouche sur un dialogue constructif permettant aux jeunes de se tourner vers les adultes en cas de problème.

8Dans ce contexte, la géolocalisation apparaît comme une trace numérique particulière qui s’est progressivement imposée comme une fonctionnalité majeure dans les applications de surveillance parentale les plus téléchargées (Figure 1).

Figure 1 : Exemple d’utilisation de la géolocalisation parentale dans l’application Family Link

Figure 1 : Exemple d’utilisation de la géolocalisation parentale dans l’application Family Link

Source : Capture d’écran du Google Play Store, décembre 2021

9La position géographique ne saurait être dissociée de ses métadonnées. La collecte en temps réel de cette donnée offre en pratique bien plus d’informations que la seule localisation : « pour faire quoi », « avec qui », « à quelle distance du domicile », « pour rentrer dans combien de temps » se cumulent ainsi au traditionnel « t’es où ? ». Ce dernier ne semble d’ailleurs pas tout-à-fait obsolète : ce questionnement peut être formulé afin de vérifier la concordance entre le discours de l’enfant et sa position sur la carte. Le tout s’opère de façon transparente, sans que le jeune en soit notifié. Au-delà de ces dispositifs de surveillance « classiques », la géolocalisation des déplacements des enfants s’apparente davantage à un contrôle – voire à une possible restriction – des espaces ou encore des personnes fréquentées, et non à une limitation du temps d’écran ou à la vérification d’un historique. Selon son utilisation, cette technologie particulière ignore volontiers l’opacité du bâti et s’affranchit des limites du domicile parental pour garantir aux parents une surveillance pouvant s’étendre bien au-delà du « chez-soi ».

Se rassurer en géocalisant les déplacements non accompagnés

10Du point de vue des parents interrogés, le recours à la géolocalisation ne semble pas résulter d’un excès de curiosité ni même d’une volonté d’envahir la vie privée des enfants. Parmi les huit parents de notre échantillon qui ont déclaré géolocaliser leurs enfants, il ressort plutôt une volonté de bienveillance face à un environnement extérieur propice au danger ou, a minima, à l’incertitude. Nous rappelons à cet effet que ces parents se situent exclusivement dans des zones urbaines, donnée qui a son importance ici puisque leurs témoignages mettent en avant des risques qu’ils assimilent comme inhérents à la ville :

  • 2 Quartier de la ville de Pau (Nouvelle-Aquitaine).

C’est-à-dire que nous, nous sommes dans un quartier, ce n’est pas loin du Hédas2, où il y a quand même eu pas mal d’exemples. […] Ce sont des quartiers où tu as pas mal de SDF qui traînent… Donc nous, par rapport à ces quartiers-là, je suis très contente quand ma fille part et qu’elle m’appelle. (Virginie, 38 ans, professeure des écoles)

  • 3 Référence aux événements du 14 juillet 2016 à Nice.

De toute façon aujourd’hui il faut se dire qu’on peut le faire, et quand vous voyez ce qu’il s’est passé à Nice3, je me dis que pour ne pas vouloir savoir où se trouvent ses enfants, il faut être irresponsable. Voilà : pour moi c’est une question de responsabilité. (Stéphane, 46 ans, commercial)

11Alors que Virginie ne localise qu’occasionnellement sa fille et reste le plus souvent dans l’attente de son appel, Stéphane est plus tranché : parce que l’outil est désormais à disposition, ne pas y avoir recours engage la responsabilité parentale. Mais, dans ces deux extraits d’entretien, il ressort surtout que les parents ont besoin d’être rassurés. Or, si l’information géographique ne garantit en rien la sécurité des enfants face à des aléas qui se produisent en temps réel, la vérification de leur emplacement sert à colmater au moins en partie le réservoir de peurs des parents. Le cas des quartiers jugés « sensibles » par certains parents, comme Virginie, n’est pas sans rappeler les travaux de Clément Rivière (2017b) relatifs à l’identification et la gradation d’espaces perçus comme « protégés » en dehors du chez-soi, quand d’autres ne le sont certainement pas. L’usage de la géolocalisation ne permettrait pas seulement de vérifier la position de l’enfant, mais aussi de le situer spatialement – et donc socialement – par rapport à un ensemble de lieux identifiés comme plus ou moins sécurisants en ville.

12La technologie semble ainsi représenter une réponse pertinente aux incertitudes du quotidien que représente l’extérieur du domicile, surtout lorsque les enfants partent seuls. Pour deux autres parents interrogés, le suivi de la position géographique ne s’effectue que si l’enfant ne répond pas à un appel : cette modalité de surveillance n’est pas systématique et s’effectue au contraire en « dernier recours », lorsque les exigences de joignabilité émises par l’autorité parentale ne se trouvent pas comblées. Mohamed, 39 ans, cadre dans une société de télécommunications, explique ainsi que le recours à la géolocalisation de son fils est « malsain », sauf dans une situation bien précise : « S’il n’est pas rentré à l’heure prévue, qu’il ne répond pas au téléphone, voilà… Ce sont des cas où on commence à paniquer. » Alexandre, pâtissier de 54 ans, développe que c’est la conformité de la position géographique de l’enfant avec celle qui était attendue qui s’avère rassurante, car il vit avec « le doute de savoir si la personne va bien » et le besoin de savoir si « en fonction d’où elle [sa fille] est, c’est normal ou pas ». Pour ces raisons, il « ne supporte pas » que son enfant parvienne occasionnellement à contourner les limites qu’il impose par l’intermédiaire de l’application et ressent le besoin d’en discuter avec elle si elle coupe son téléphone au cours de la journée. Il est ici rejoint par Mohamed, qui ajoute :

[Mon fils] peut-être une ou deux fois, il a « glissé », il s’est fait choper mais bon, il doit comprendre que c’est pour sa sécurité. S’il lui arrive quelque chose et que nous on est sûrs que lui était dans le coin A et lui est parti au coin B, s’il lui arrive un truc on va le chercher sur le A et on ne va jamais penser à aller voir sur le B.

13La connaissance de la position géographique infantile apporterait ici un degré supplémentaire de certitude, dans un environnement urbain qui n’en offrirait pas suffisamment aux parents. La réception juvénile de cette quête parentale de réassurance est par ailleurs souvent positive. À la condition que celle-ci soit perçue comme nécessaire, la géolocalisation par les parents est par ailleurs plutôt bien acceptée par les adolescents de notre enquête, surtout si le motif de l’adoption de cette technologie réside dans la vision d’un monde extérieur potentiellement dangereux ou fait suite à un événement particulier vécu par l’une ou l’autre des parties. Le père de Xavier nous apprend ainsi qu’il n’a commencé à géolocaliser son fils que pour ses premiers déplacements en scooter parce que son frère avait eu un accident de deux-roues. Dans ce contexte, vérifier l’arrivée de l’enfant à l’établissement scolaire ou essayer de comprendre les raisons du retard d’un retour au domicile lui apparaissent essentiels. Le discours sécuritaire semble par ailleurs avoir été intériorisé par certains jeunes, quand d’autres se sont rendus compte de sa pertinence à la suite d’une expérience négative lors d’une sortie en ville :

C’est rassurant, mais ça dépend… il y a des fois où je voudrais être tranquille… Maintenant, pour mentir sur où tu es vraiment, c’est compliqué. Mais comme je te disais, parfois c’est rassurant oui parce que… voilà tu regardes les infos, il se passe toujours des trucs aberrants, au moins s’il y a un souci tes parents savent où tu es. (Mélanie, 16 ans)

En fait, je marchais, je crois que c’était en janvier et j’étais toute fière, parce que normalement en sixième, ma mère venait me chercher, et c’était le premier jour où je pouvais aller toute seule. […] Et je sens que quelqu’un me prend l’épaule par derrière, et je vois qu’en fait c’était un faux aveugle, et ma mère, plus tard, m’a expliqué que c’était un pervers. Et c’est pour ça que des fois, depuis, elle me met la localisation, c’est vraiment rassurant pour moi. (Élise, 14 ans)

14Nous retrouvons dans ces témoignages la volonté parentale de protéger les enfants des deux principaux dangers qu’ils identifient en contexte urbain : les accidents de circulation et les inconnus (Rivière, 2017b). Si l’usage de l’outil en réponse à un impératif sécuritaire est souvent considéré comme l’apanage des parents, nous observons que les jeunes peuvent également, sous certaines conditions, se sentir rassurés par l’utilisation du dispositif. Le discours des parents et des enfants se rejoint ainsi sur le fait que la géolocalisation, jusqu’à un certain âge, ne s’assimile pas au suivi géographique de l’individu, mais plutôt à la surveillance des négativités potentielles de la ville. Cela n’est pas sans faire ressortir des stéréotypes de genre dans la perception et l’appropriation juvéniles des espaces urbains (Authier et Lehman-Frisch, 2012). D’une part, et en insistant sur le fait que cela concerne notre échantillon de 16 adolescents et ne saurait donc être généralisé, nous relevons que les six individus ayant évoqué le côté rassurant de la géolocalisation sont toutes des filles. D’autre part, selon deux garçons qui ont respectivement 16 et 17 ans, la géolocalisation s’apparente à une protection de la part des parents dont ils estiment ne plus devoir bénéficier, contrairement à leurs petites sœurs respectives, perçues comme plus fragiles et vulnérables tant en raison de leur âge que de leur sexe. Elles ont « besoin de [cette] protection » (Matthias, 16 ans) et « c’est une bonne chose » qu’elles soient donc suivies ainsi. Par ailleurs, ce côté protecteur des garçons plus âgés dans une fratrie n’est pas sans lien avec l’apprentissage des mobilités juvéniles en milieu urbain, les aînés initiant le plus souvent les plus jeunes aux déplacements en ville lorsque les parents ne sont pas présents (Devaux et Oppenchaim, 2012).

Exercer un contrôle sur les occupations des jeunes en ligne comme en ville

15Notre analyse révèle à plusieurs reprises que la géolocalisation se démarque de la vérification d’échanges ou de contenus en ligne. Le discours des adolescents interrogés met effectivement de l’avant la violence d’un dispositif de traçage qui ne laisse que peu de place à la contextualisation, et encore moins à la dissimulation. Contrairement aux messages ou aux photographies, qui laissent une certaine marge d’interprétation, le discours semble plus difficile à développer pour les jeunes qui doivent justifier leur position géographique lorsque celle-ci n’est pas conforme à ce qui était attendu. Si plusieurs des adolescents interrogés ont déjà vécu cette situation, nous retiendrons le témoignage de Xavier, qui ne savait pas qu’il était géolocalisé par son père quand il a manqué un cours de rattrapage pour aller retrouver un ami et jouer à des jeux vidéo. À son retour au domicile familial, il fait l’expérience d’une technologie qui ne lui laisse guère de place à la discussion :

[Mon père] m’a demandé si j’étais bien allé au soutien alors évidemment j’ai dit oui. Et là, il m’a sorti l’iPad pour me montrer qu’il avait vu où j’étais vraiment et qu’à 17 h, j’étais chez mon pote au lieu d’être au lycée. […] Je pense que si j’avais été honnête, ça ne se serait pas passé comme ça. Là, il voulait me tester, mais bon, là il m’a montré la tablette et tu ne peux rien dire contre ça, tu as tout de marqué, là où tu étais, à quelle heure… (Xavier, 15 ans)

16Deux éléments ressortent de cet extrait d’entretien. D’une part, le motif et la temporalité du traçage interpellent : Xavier est géolocalisé en temps réel par son père à des fins de vérification de conformité à un discours donné. Cet usage des services de géolocalisation n’est pas étranger aux adolescents, qui en sont déjà majoritairement adeptes. Nous relevions par exemple dans une précédente enquête que les jeunes exploitent un ensemble de fonctionnalités propres aux réseaux socionumériques et aux messageries instantanées pour vérifier si leurs pairs sont bien en ligne (Bruna, 2020). Ces vérifications de présence s’étendent bien sûr à la géolocalisation : par exemple, si plusieurs de leurs amis se situent au même emplacement par l’intermédiaire de la SnapMap, les jeunes en déduisent qu’ils ont été laissés pour compte lors de l’organisation d’une soirée. Mais lorsque le père de Xavier constate le décalage entre la localisation de son fils et la conformité attendue, il choisit de s’expliquer avec lui a posteriori au lieu d’intervenir immédiatement, par exemple en l’appelant. Cela se retrouve également dans le discours des jeunes qui se géolocalisent entre eux (ibid.), mais aussi dans celui de certains adolescents de notre échantillon qui témoignent d’une mise au point en face à face uniquement. Ce constat distingue également la communication de la métacommunication (cette dernière permettant aux interlocuteurs de parler des formes et contenus de la première) : dans le témoignage de Xavier, il ressort que la métacommunication se fait elle aussi prioritairement en face à face. En l’absence de danger immédiat, ce choix de ne pas utiliser les outils numériques pour communiquer sur le mensonge et d’attendre la confrontation physique semble traduire la gravité de la situation qu’il n’est, pour les parents, pas souhaitable de régler « en ligne », alors même que les usages des outils numériques ont plutôt tendance à faire monter le niveau à partir duquel les échanges en face à face deviennent véritablement nécessaires (Jauréguiberry, 2014).

17D’autre part, la gravité de la confrontation entre le père et son adolescent réside également dans le fait que la donnée objective laisse bien moins de place à la subjectivité des échanges et des discours. Pour Xavier, l’écran de la tablette – qui affiche l’historique de ses déplacements – fait figure de preuve et s’impose face à toute forme d’argumentation. Cette métaphore judiciaire fait ressortir la confiance accordée à la fiabilité des dispositifs numériques et à la donnée de géolocalisation en particulier : l’outil, lui, ne ment pas, et la donnée affichée prévaut sur la parole de l’adolescent. Si le suivi de la position géographique apparaît plus contraignant pour les jeunes que d’autres procédés propres aux outils de surveillance parentale, c’est aussi parce que son contournement semble plus difficile :

J’ai un peu de mal à tricher parce que, quand je coupe la géolocalisation, ils sont au courant et après… qu’est-ce que je peux faire ? Je ne vois pas l’intérêt de passer mon portable à un pote parce que je sors souvent avec le même groupe de potes donc on est au même endroit. (Matthias, 16 ans)

Je laisse mon portable dans mon casier comme ça il croit [mon père] que je suis encore au lycée et je peux sortir un peu en ville. Le risque, c’est que je ne peux pas répondre s’il m’appelle et que je peux rater des choses, forcément. (Mélanie, 16 ans)

J’ai déjà pris l’excuse de la batterie, quand j’avais envie de bouger ça tombait mal pour mes parents parce que, hop, au bout d’une heure j’avais plus de batterie (rires). Mais il faut savoir varier aussi, donc parfois je leur dis par SMS que je dois tout couper pour justement garder un peu de batterie et pouvoir les appeler en cas d’urgence parce que la 4 G et le GPS tout ça, tout le monde sait que ça diminue très vite la batterie. (Ludivine, 15 ans)

  • 4 Sur les raisons et les formes de déconnexion, voir Jauréguiberry (2014).

18Si Matthias est plutôt fataliste, Mélanie et Ludivine semblent avoir trouvé quelques parades. C’est aussi le cas d’autres adolescents de notre échantillon. Nous observons ainsi que les jeunes, de façon générale, ne restent pas passifs face au suivi de leur position géographique et développent des stratégies de contournement, mais leur efficacité est perfectible et souvent éphémère. Plus précisément, il ressort du discours des individus interrogés que les parades en question ne concernent que rarement une falsification de position, mais plutôt une prise de distance avec le dispositif à l’origine du traçage. Afin de ne plus être géolocalisés quand ils sortent « en ville » et/ou « avec leurs amis », les jeunes interrogés ont recours à une déconnexion volontaire tantôt complète (c.-à-d. laisser le téléphone intelligent au lycée pour les internes), tantôt partielle et contrôlée (c.-à-d. éteindre son téléphone intelligent mais le garder avec soi4). À ce titre, ils n’omettent pas de faire remarquer qu’ils ne peuvent pas répondre à leurs parents en cas d’appel ou de message, ce qui peut potentiellement amplifier les craintes parentales puisqu’en plus de ne pas être visibles dans l’espace, les enfants ne deviennent tout simplement plus joignables. Argument récurrent dans notre échantillon de répondants, l’excuse de la batterie vide est à utiliser avec parcimonie pour Ludivine, qui s’appuie sur le fait que l’autonomie des téléphones intelligents actuels est limitée et que cela peut donc passer, occasionnellement. Mais ici encore, l’outil garde une longueur d’avance. Aujourd’hui, une majorité d’applications de surveillance parentale affiche le pourcentage de batterie restant sur les téléphones intelligents des individus géolocalisés, ce que Thomas a découvert à ses dépens :

Alors oui on a tous fait ça je pense, le coup de la batterie vide, mais quand je suis rentré ma mère a trouvé bizarre que je passe de “70 %” à “téléphone éteint” en moins d’une heure, alors j’ai eu droit à une leçon sur l’importance de pas tricher avec ça [l’application de surveillance], tout ça quoi. (Thomas, 14 ans)

19Parce qu’il semble avoir des connaissances techniques plus approfondies, Florian est le seul adolescent de notre enquête qui connait des solutions et qui en applique une régulièrement : modifier la granularité du traçage…

Il suffit de juste laisser la 4 G […] comme ça on peut toujours savoir où je suis mais dans une zone très large. Et puis il y a FakeGPS aussi, moi j’utilise pas mais tout le monde le prend pour Pokémon Go et mentir sur où on se trouve, ça peut servir à autre chose qu’à attraper des Pokémon, enfin tu vois ce que je veux dire. (Florian, 17 ans)

20En consultant la carte disponible dans l’application, ses parents perdent donc significativement en précision. Ce témoignage met en avant la question des compétences techniques qui ressortent comme décisives dans la préservation et le partage contrôlé de ses données personnelles. Nous retiendrons que lorsqu’ils développent diverses stratégies pour se cacher – ou induire en erreur – des regards indiscrets dans les espaces numériques, plusieurs jeunes de notre enquête essaient d’abord de tromper leurs parents et y parviennent souvent en raison de compétences plus développées. Néanmoins, le fossé générationnel régulièrement souligné dans les discours autour de cette fracture numérique cognitive tend à se colmater : les jeunes de notre échantillon semblent majoritairement conscients qu’il reste certes possible, mais difficile d’induire en erreur des parents qui s’approprient de mieux en mieux ces outils et qui sont parfois bien aidés par des applications restreignant les stratégies adolescentes de contournement. Si nous rejoignons ainsi les conclusions de Nathalie Dupin (2018) relatives aux négociations familiales autour des usages socionumériques juvéniles, qui démontrent que les parents apparaissent de moins en moins dépassés par les technologies, nous ajouterons que cela concerne aussi les dispositifs de géolocalisation, dont la maîtrise n’est plus exclusive aux plus jeunes.

Une mise à l’épreuve de la confiance intrafamiliale

21Dans la lignée des centaines de commentaires négatifs laissés par les jeunes dans les marchés applicatifs mobiles à propos des outils de surveillance parentale, les adolescents de notre échantillon ont majoritairement un point de vue très critique sur l’utilisation de ces applications d’encadrement des usages. Pourtant, à bien des égards, les jeunes ne semblent pas hermétiques à toute forme de surveillance et ne font qu’isoler celles qu’ils pensent être les plus contraignantes. Lorsque nous leur demandons si quelque chose va trop loin dans les possibilités offertes par ces applications, leurs réponses convergent presque unanimement vers la restriction du temps passé sur les réseaux sociaux et la géolocalisation. Cette dernière « fait partie des limites » (Dylan, 16 ans) puisque « chacun doit avoir une vie privée, surtout à un certain âge » (Florian, 17 ans). Les jeunes soulèvent à plusieurs reprises la question de la confiance, largement mise à l’épreuve lors de l’utilisation d’outils de surveillance parentale de façon générale et peut-être plus encore dans le cas de la géolocalisation :

C’est assez nul d’en arriver là parce que ça montre qu’il n’y a pas de confiance. Donc voilà ce n’est pas que ça me dérange parce que c’est comment dire… enfin c’est pas si envahissant que ça quoi… ça va encore… mais moi je le ferai pas pour mes enfants parce que je trouve que quand tu es parent, c’est un échec de surveiller tes enfants comme ça pour voir s’ils te mentent ou pas sur ce qu’ils font et où ils vont. (Julie, 16 ans)

22Le discours de Julie n’est pas sans rappeler celui des deux garçons cités plus haut, car il y est implicitement question des limites à ne pas franchir de la part des parents, au-delà desquelles le recours à la technologie peut être perçu comme un échec éducatif. Cela amène d’ailleurs trois jeunes interrogés à se projeter et à penser un futur rapport aux dispositifs sociotechniques lorsqu’ils se trouveront dans la situation de leurs parents. Depuis qu’il a appris qu’il était géolocalisé par son père, Xavier déclare que cet épisode a profondément bouleversé la confiance réciproque entre son père et lui. La rupture s’est effectuée de part et d’autre, car en apportant la preuve que l’adolescent mentait sur ses déplacements, le dispositif a selon lui mis en avant que « [son] père doutait de [lui], car si tu as pas un doute, tu ne vas pas chercher à installer un truc comme ça » (Xavier, 15 ans). Lorsque nous leur demandons ce que change, de façon générale, l’utilisation de la géolocalisation dans la surveillance parentale, plusieurs adolescents rejoignent Julie et Xavier et évoquent directement le problème de la confiance. Océane, 15 ans, garde une opinion très tranchée : « Pour moi c’est simple, ça veut dire qu’ils n’ont pas confiance en moi. » Quant à elle, Margot, 14 ans, insiste sur l’acceptabilité sociale d’une telle mesure :

Ça fait rire mes amies quand je leur dis que mes parents me pistaient… quand je les invite chez moi parfois elles les regardent bizarrement (rires). (Margot, 14 ans)

23Le fait que quatre adolescents, âgés de 16 et 17 ans, mettent de l’avant leur âge pour déterminer que l’usage d’un tel dispositif est inapproprié semble également faire ressortir qu’ils perçoivent dans cette surveillance parentale une certaine infantilisation. Tout comme l’acquisition du premier téléphone intelligent se réalise souvent dans la négociation avec les parents et se traduit par une augmentation de la joignabilité des enfants pour répondre à leurs sollicitations (Fontar et al., 2018), Jules raconte qu’il a initialement accepté d’être géolocalisé afin de pouvoir se déplacer plus loin. Mais cette augmentation négociée du diamètre des déplacements possibles s’est révélée éphémère alors qu’il s’agissait pour l’adolescent d’hypothéquer une partie de sa liberté pour être, en retour, gratifié par un gain d’autonomie :

C’était le plan au début, c’était “comme on peut savoir où tu es, tu peux y aller”. Mais ça n’a pas duré longtemps et maintenant c’est un peu comme avant, donc je n’ai rien gagné, sauf que maintenant quand je bouge, mon père vérifie souvent où je suis. Et, quand je coupe la fonction, je me prends des reproches et je ne peux plus sortir du tout après. (Jules, 13 ans)

24Nous observons enfin que des parents peuvent avoir recours à la géolocalisation pour vérifier les déplacements et activités des enfants dans une situation de garde alternée. Depuis le divorce de ses parents, Margot, géolocalisée par sa mère chaque fois qu’elle est avec son père, explique :

Quand je suis chez ma mère ça va parce que, de 8 h à 17 h, je suis en cours, le mercredi après-midi j’ai piscine, donc je ne pense pas qu’elle va quand même vouloir me localiser à la piscine, je sais pas… Mais quand je suis chez mon père, elle vérifie… Et quand je reviens, elle me pose tout un tas de questions, et “pourquoi vous étiez là ?” et “qu’est-ce que vous avez fait ici ?”, des choses comme ça. (Margot, 14 ans)

25L’observation des déplacements, puis la recherche de leur contextualisation par l’intermédiaire d’une discussion en face à face a posteriori avec l’enfant pourraient traduire une volonté de la part de la mère de Margot de garder une visibilité supplémentaire sur les pratiques éducatives de l’autre parent. Si l’adolescente est la seule dans ce cas de figure au sein de notre échantillon, ces usages particuliers des outils ne sont pas sans rappeler les travaux de Ghosh et al. (2018) relatifs à la surveillance parentale dans le cas des familles séparées, au sein desquelles des enfants expliquent aussi ne pas pouvoir parler à leur père ou à leur mère biologique en raison d’un filtre appliqué par l’autre parent à l’aide d’une application, alors que ces outils représentent parfois la seule opportunité pour l’enfant de communiquer avec l’autre parent. La surveillance par géolocalisation est même parfois source de tension entre les parents : « J’en ai déjà parlé plusieurs fois avec mon ex-femme, elle a sa façon de faire avec les filles, moi j’ai la mienne, on n’a pas la même vision dans ce domaine. » (Mohamed, 39 ans, cadre) Le père de famille argumente sur la source de ce désaccord : « La confiance, c’est important, si on flique ses enfants, il n’y a pas de confiance. Et s’il n’y a pas de confiance entre un père et son fils, ce n’est vraiment pas bon. » Dans tous les cas, de la vérification à l’interdiction, la frontière semble parfois mince et poreuse selon les applications utilisées et elle renforce la nécessité de la prise en compte des pratiques numériques dans la communication au sein des familles séparées.

26Il ressort de cette partie de notre analyse que la géolocalisation par les parents n’est pas systématiquement mal perçue par les adolescents, qui en comprennent les principaux enjeux en matière de menaces et de sécurité. Cette technologie reste néanmoins très intrusive. Lorsqu’elle est utilisée à l’insu de l’adolescent, il en résulte une mise à l’épreuve de la confiance réciproque entre le surveillé et le surveillant. Que son usage soit négocié ou directement imposé, il peut se traduire par une restriction des libertés individuelles, par la mise à l’écart de certains proches (p. ex. dans le cas des familles recomposées) ou encore par une infantilisation mal vécue par les adolescents qui souhaitent au contraire montrer qu’ils deviennent adultes et peuvent se charger eux-mêmes de cette régulation.

L’emprise du dispositif sociotechnique dans la relation parents-enfants

27L’ensemble de nos observations révèle que les adolescents ne semblent pas tant dérangés par le suivi en lui-même que par ses conséquences sur la relation qu’ils entretiennent avec leurs parents. La mise en tension, parfois violente, de la confiance entre parents et enfants se double ici d’un hiatus entre la recherche d’autonomisation des adolescents (ici à travers un libre déplacement dans l’espace) et des pratiques de régulation qui vont à son encontre. Le fait que le relevé de la position géographique du jeune puisse être effectué le plus souvent de façon consentie, mais sans qu’il en soit averti en temps réel, rejoint l’idée d’une surveillance data-panoptique (Sadin, 2009), dans laquelle les parents semblent se situer dans une tension permanente entre surveiller et contrôler. Si la surveillance s’arrête au recueil informationnel, y compris à des fins de vérification à un discours donné, le contrôle induit une modélisation des consciences (ibid.) et donc une potentielle orientation des futurs déplacements du jeune, car il sait qu’il peut à tout moment être localisé dans l’espace. Cela joue un rôle dans l’autonomisation adolescente, comme pour Xavier, qui admet qu’il « ne mentira plus » puisqu’il est face à un outil pensé comme un révélateur de vérité. L’utilisation de technologies aussi précises et invasives que la géolocalisation dans le cadre de la surveillance parentale remet également en question les contours des « portions d’inaccessibilité » (Goffman, 1973) au moi adolescent et, plus précisément, au caractère de ce que les jeunes aimeraient conserver comme « privé ». Lorsqu’il est utilisé comme preuve d’une non-conformité à une situation attendue, le dispositif sociotechnique possède donc une importance toute particulière dans la communication.

28La violence du dispositif réside également dans le fait qu’il ne semble laisser, dans notre échantillon, que bien peu de place à la négociation alors même que cette dernière est au cœur des relations familiales à l’ère numérique, tant dans l’augmentation progressive des déplacements potentiels que dans la régulation des usages des outils (Fontar et al., 2018). La géolocalisation s’impose à l’adolescent sans lui offrir la possibilité de s’en déconnecter, réduisant de fait les marges d’autonomie juvéniles que nous présentions plus haut et qui leur permettaient jusqu’alors de contourner certains encadrements de leurs pratiques (Millerand et al., 2018).

  • 5 Cela souligne le non-sens de cette expression qui vise à lisser les disparités sociodémographiques (...)
  • 6 La sousveillance, qui consiste ici pour les enfants à géolocaliser leurs parents, semble peu fréque (...)

29Lorsque la négociation n’est pas envisageable, les stratégies de contournement représentent la seule alternative, mais à la condition sine qua non de posséder les compétences techniques nécessaires. La prise en compte de l’existence d’un capital numérique, sociologiquement pensé comme une sous-composante du capital culturel bourdieusien (Granjon, 2022), apparaît déterminante dans les capacités individuelles à gérer le partage des données personnelles et à éviter les sanctions sociales qui peuvent être consécutives à une mauvaise gestion de sa position géographique. Nos observations confirment d’ailleurs que cette fracture numérique cognitive est fortement présente au sein des digital natives5. Si, dans les espaces numériques qu’ils fréquentent habituellement, des jeunes parviennent certes à se cacher des adultes par le biais de messages codés et/ou fortement contextualisés qui ne sont compréhensibles que par leurs pairs (Kwok Choon, 2018 ; Marwick et Boyd, 2014), les adolescents sont majoritairement impuissants face à des outils de surveillance de plus en plus aboutis. Dans ce contexte, notre contribution montre également que le suivi par géolocalisation semble être un amplificateur d’inégalités préexistantes dans la maîtrise des outils, tandis qu’il réduit le fossé générationnel imaginé entre parents et enfants quant aux compétences déployées pour utiliser ces dispositifs. Cela fait écho à des résultats plus anciens, dans lesquels nous avions montré, lors d’une enquête quantitative doublée d’une expérimentation, à quel point il était difficile pour les individus de se déconnecter de la géolocalisation, alors même qu’ils pensaient être capables d’y parvenir (Bruna, 2014). Dans cette surveillance d’une grande verticalité6, ce sont surtout les jeunes qui témoignent des conséquences de l’usage de ces outils sur leur relation avec leurs parents, tout en faisant ressortir un besoin d’autorégulation qui n’est pas compatible avec ces dispositifs trop intrusifs. En ce sens, ils nous semblent plus réflexifs que les parents de notre échantillon, qui sont davantage dans une posture défensive et paraissent devoir justifier le recours à des technologies de suivi dont l’acceptabilité sociale est l’objet de polémiques.

30Dans ce contexte et à l’issue de nos entretiens, nous avons souhaité vérifier dans les marchés applicatifs quelle était la réception juvénile des pratiques de géolocalisation parentales, en prenant pour référence l’application la plus utilisée à cet effet : Google Family Link. Les deux versions (Parent et Children and Teens) sont évaluées de manière très différente. Nous observons que les jeunes y émettent majoritairement des évaluations négatives (Figure 2). Ces derniers développent dans leurs commentaires qu’ils s’y sentent « laissés-pour-compte », en insistant sur la pénibilité d’un traçage quotidien auquel ils ne peuvent se soustraire.

Figure 2 : Comparaison des évaluations laissées sur la version « parents » et sur la version « enfants » de l’application de surveillance Family Link

Figure 2 : Comparaison des évaluations laissées sur la version « parents » et sur la version « enfants » de l’application de surveillance Family Link

Source : Capture d’écran du Google Play Store, décembre 2021

31En dehors de la possibilité d’envoyer un message d’alerte en cas de danger, ils n’ont en effet aucune possibilité d’agir sur les modalités de la surveillance par l’intermédiaire de l’application. Alors que de récents travaux concluaient à l’issue d’une analyse des applications de surveillance que les parents semblaient être les seuls utilisateurs prévus par les développeurs (Ghosh et al., 2018), notre contribution – qui concerne plus précisément la donnée de localisation – corrobore certes ces résultats, mais propose surtout d’aller plus loin : la plupart des stratégies d’obfuscation et de contournement (mensonge sur la position, sur le niveau de batterie, sur la présence des proches autour, etc.) ont déjà été anticipées par les concepteurs qui vantent le côté « infaillible » du traçage, cloisonnant par la même occasion le jeune dans une situation de « surveillé » dont il lui est difficile de s’extirper. Ainsi, de leur conception au parcours utilisateur qu’elles proposent, ces plateformes ne sont aucunement neutres. L’analyse des interfaces et fonctionnalités des applications de suivi parental les plus utilisées fait ressortir un profond déséquilibre entre les possibilités restrictives proposées par les outils et les invitations à laisser les jeunes s’autoréguler et suivre leurs propres usages. Certains jeunes expliquent à cet effet que ces outils peuvent se montrer trop invasifs et détériorer leurs relations avec leurs parents, tout en soulignant le manque de communication de ces derniers dont ces applications seraient en partie responsables.

Conclusion

32Bien intégrée parmi les nombreuses fonctionnalités des applications visant à satisfaire la curiosité parentale et à panser les peurs, la géolocalisation des proches met donc en lumière une pluralité d’asymétries entre les individus selon qu’ils soient à l’origine du traçage ou qu’ils en soient l’objet. La possibilité de surveiller sans être surveillé, la difficulté de se déconnecter sans que le surveillant n’en soit notifié ou encore la prévalence de la donnée sur le discours du surveillé jouent un rôle dans l’exacerbation du déséquilibre préexistant entre des parents de mieux en mieux informés et leurs enfants qui doivent composer avec des vérifications de présence et d’activité de plus en plus nombreuses.

33Dans ce contexte, la géolocalisation peut apparaître comme un seuil supplémentaire à même d’entraver l’autonomie des adolescents. Alors que l’encadrement des activités numériques des jeunes restait spatialement limité au seul domicile (consultation de l’historique web, vérification a posteriori des photos prises, des applications installées, etc.), le suivi géographique questionne directement l’apprentissage des mobilités juvéniles non accompagnées. D’une part, la découverte de l’espace urbain est ici conditionnée par la conformité entre un discours adolescent et une donnée collectée en temps réel. Un décalage entre les deux nécessite une explication en face à face et résulte souvent en la mise en place de restrictions plus importantes. D’autre part, la géolocalisation ignore les limites physiques du domicile familial dans lequel les jeunes sont davantage habitués à être surveillés. La collecte de la position géographique s’apparente en effet à une modalité de traçage à l’extérieur de l’espace régi par les parents. Cela tend à accentuer la porosité des frontières entre l’espace du « je » adolescent en milieu urbain, et celui du « nous » familial auquel les dispositifs sociotechniques garantissent une nouvelle forme de continuité. Par ailleurs, si la plupart des applications de contrôle parental semblent proposer aux jeunes de gérer eux-mêmes leurs « bonnes pratiques numériques » (notamment par le biais de leur propre régulation du temps d’écran), il n’en est rien en pratique. Le dispositif semble introduire une forte asymétrie entre des parents qui disposent de modalités de surveillance des activités en ligne et hors ligne de leurs enfants qui s’étendent au-delà du seul domicile familial, et des enfants qui voient leur autonomisation entravée par diverses régulations de leurs pratiques numériques et de leurs déplacements urbains.

34Dans nos sociétés contemporaines où la norme est d’être à la fois visible et joignable, il est de plus en plus tenu pour acquis que le refus de la surveillance s’explique par le fait d’avoir quelque chose à cacher (Aubert, 2011). Or la possibilité de consentir à la collecte de la donnée de localisation, puis de négocier les modalités de son exploitation sont autant d’éléments qui permettraient aux jeunes de se sensibiliser à la nécessité de garder un certain contrôle sur leurs données personnelles. À l’issue de cette contribution empirique, nous ne pouvons donc qu’approuver les discours autour de la nécessité d’un mentorat intergénérationnel entre parents et enfants pour l’apprentissage du « bon usage » des outils numériques (Jauréguiberry, 2020 ; Jenkins, Ito et Boyd, 2018). L’utilisation invasive des traces de géolocalisation fait en effet ressortir l’intérêt d’une meilleure compréhension réciproque des irréversibilités liées au recours à ce dispositif, puisque la régulation doit également provenir… de l’instance régulatrice des déplacements.

35Parce que l’historique des localisations s’impose pour les parents comme une preuve dans la justification des activités quotidiennes et qu’il restreint le champ d’action des adolescents, notamment en termes de déplacements dans l’espace, son utilisation joue un rôle dans l’autonomisation des adolescents. Plus encore que d’autres modalités de surveillance auxquelles elle est confusément associée, la géolocalisation peut apparaître comme la réponse la plus pertinente à l’angoisse de certains parents, mais le recours à cette technologie ne s’accompagne pas toujours de la prise en compte des conséquences sociales qui en découlent à l’échelle microsociologique.

Haut de page

Bibliographie

Aïm, O. (2020). Les théories de la surveillance. Du panoptique aux surveillance studies. Paris, France : Armand Colin.

Akrich, M. (1990). De la sociologie des techniques à une sociologie des usages : L’impossible intégration du magnétoscope dans les réseaux câblés de première génération. Techniques et culture, 16, 83-110.

Anderson, M. (2016). Parents, Teens and Digital Monitoring, Pew Research Center. Repéré à https://www.pewresearch.org/internet/2016/01/07/parents-teens-and-digital-monitoring (consulté le 01/06/2022).

Aubert, N. et Haroche, C. (2011). Les tyrannies de la visibilité. Être visible pour exister ? Ramonville-Saint-Agne, France : Érès.

Authier, J.-Y. et Lehman-Frisch, S. (2012). Il était une fois… des enfants dans des quartiers gentrifiés à Paris et San Francisco. Actes de la recherche en sciences sociales, 195, 58-73.

Balleys, C. (2019). La place des écrans connectés dans les familles de Suisse romande. Rapport de recherche publié le 22/11/2019. Repéré à https://www.hesge.ch/hets/actualites/2019/publication-du-rapport-recherche-place-des-ecrans-connectes-les-familles-suisse (consulté le 18/11/21)

Balleys, C., Martin, O. et Jochems, S. (2018). Familles contemporaines et pratiques numériques : quels ajustements pour quelles normes ? Enfances Familles Générations, 31. https://doi.org/10.7202/1061774ar

Balleys, C. (2015). Grandir entre adolescents. À l’école et sur Internet. Lausanne, Suisse : Presses polytechniques et universitaires romandes.

Barrère, A. (2015). Face aux loisirs numériques des adolescents : l’école et la famille à l’épreuve. Les sciences de l’éducation – Pour l’ère nouvelle, 48(1), 63-78.

Blackwell, L., Gardiner, E. et Schoenebeck, S. (2016). Managing Expectations: Technology Tensions among Parents and Teens, Acts of CSCW’16, 1302-1312. https://www.academia.edu/15659894/Managing_Expectations_Technology_Tensions_among_Parents_and_Teens

Boesen, J., Rode, J. A. et Maucini, C. (2010). The Domestic Panopticon: Location Tracking in Families. Proc. ACM Conf. Human Factors in Computing Systems CHI 10, 65-74. https://dl.acm.org/doi/10.1145/1864349.1864382

Boullier, D. (2019). Sociologie du numérique (2e éd.). Paris, France : Armand Colin.

Boyd, D. (2014). It’s complicated. New Haven, CT: Yale University Press.

Boyd, D. et Hargittai, E. (2013). Connected and concerned: Variations in parents’ online safety concerns. Policy & Internet, 5(3), 245-269.

Bruna, Y. (2020). Snapchat à l’adolescence : entre adhésion et résistances. Réseaux, 222, 139-164.

Bruna, Y. (2016). Les nouvelles expériences au monde de l’individu géolocalisé (Thèse de doctorat en sociologie). Université de Pau et des Pays de l’Adour, France.

Bruna, Y. (2014). La déconnexion aux technologies de géolocalisation : une épreuve qui n’est pas à la portée de tous. Réseaux, 186, 141-161.

Davis, J. et Jurgenson, N. (2014). Theorizing Context Collapse: Context collusions and collisions. Information, Communication, and Society, 1, 86-99.

Devaux, J. et Oppenchaim, N. (2012). La mobilité des adolescents : une pratique socialisée et socialisante. Métropolitiques. Repéré à https://metropolitiques.eu/La-mobilite-des-adolescents-une.html

Dupin, N. (2018). « Attends, deux secondes, je lui réponds… » : enjeux et négociations au sein des familles autour des usages socionumériques adolescents. Enfances Familles Générations, 31. https://doi.org/10.7202/1061778ar

Fontar, B., Grimault-Leprince, A. et Le Mentec, M. (2018). Dynamiques familiales autour des pratiques d’écrans des adolescents. Enfances Familles Générations, 31. https://doi.org/10.7202/1061777ar

Ghosh, A. K., Guha, S. et Wisniewski, P. J. (2018). Safety vs. Surveillance: What Children Have to Say about Mobile Apps for Parental Control. Proceedings of the 2018 CHI Conference on Human Factors in Computing Systems, 1-14. https://doi.org/10.1145/3173574.3173698

Goffman, E. (1973). La mise en scène de la vie quotidienne. Les relations en public. Paris, France : Minuit.

Granjon, F. (2022). « Inégalités sociales, dispositions et usages du numérique », Education et sociétés, 47, 81-97.

Havard Duclos, B. et Pasquier, D. (2018). Faire famille avec Internet : Une enquête auprès de mères de milieux populaires. Enfances Familles Générations, 31. https://doi.org/10.7202/1061779ar

Jauréguiberry, F. (2020). Adolescence et maîtrise des technologies de la communication. Dans S. Jehel et A. Saemmer (éd.), Éducation critique aux médias et à l’information en contexte numérique (p. 221-231). Paris, France : Presses de l’ENSSIB.

Jauréguiberry, F. (2014). La déconnexion aux technologies de la communication. Réseaux, 186, 17-49.

Jenkins, H., Ito, M. et Boyd, D. (2018). Culture Participative : une conversation sur la jeunesse, l’éducation et l’action dans un monde connecté. Caen, France : C&F Éditions.

Kessous, E. (2012). Sociologie des données personnelles à l’ère numérique. Paris, France : Armand-Colin.

Kwok Choon, M. J. (2018). « Publiquement privé » et le contexte. La vie privée des jeunes sur les médias sociaux. Communication, 35(1). https://doi.org/10.4000/communication.7571

Lachance, J. (2019). La famille connectée : de la surveillance parentale à la déconnexion des enfants. Ramonville-Saint-Agne, France : Érès.

Latour, B. (1992). Aramis ou l’amour des techniques. Paris, France : La Découverte.

Lenhart, A., Madden, M., Cortesi, S. et Gasser, U. (2013). Teens, Social Media and Privacy. Pew Research Center, Harvard University. Repéré à https://www.pewresearch.org/internet/2013/05/21/teens-social-media-and-privacy/ (consulté le 01/06/2022)

Malvini, R. S. et Way, K. A. (2016). “Adults don’t understand” : exploring how teens use dialectical frameworks to navigate webs of tensions in online life. Journal of Applied Communication Research, 45, 21-41.

Margaret, K. N. (2010). Parenting Out of Control: Anxious Parents in Uncertain Times. New York, NY: New York University Press.

Marwick, A. et Boyd, D. (2014). Networked privacy: how teenagers negotiate context in social media. New Media and Society, 16(7), 1051-1067.

Mattelart, A. (2008). La globalisation de la surveillance. Aux origines de l’ordre sécuritaire. Paris, France : La Découverte.

Millerand, F., Thoër, C., Duque, N. et Lévy, J. (2018). Le divertissement connecté au sein du foyer : une enquête auprès des jeunes québécois. Enfances, Familles, Générations, 31. https://doi.org/10.7202/1061776ar

Nissenbaum, H. (2009). Privacy in context. Technology, Policy and the Integrity of Social Life. Stanford, SF : Stanford University Press.

Pasquier, D. (2015). La communication numérique dans les cultures adolescentes. Communiquer. Revue de communication sociale et publique, 13, 79-89.

Rivière, C. (2017a). La fabrique des dispositions urbaines. Propriétés sociales des parents et socialisation urbaine des enfants. Actes de la recherche en sciences sociales, 216-217, 64-79.

Rivière, C. (2017b). Du domicile à la ville : étapes et espaces de l’encadrement parental des pratiques urbaines des enfants. Espaces et sociétés, 168-169, 171-188.

Rode, J. A. (2009). Digital Parenting: Designing Children’s Safety. People and Computers XXIII, 244-251. https://www.scienceopen.com/hosted-document?doi=10.14236/ewic/HCI2009.29

Sadin, E. (2009). Surveillance globale : Enquête sur les nouvelles formes de contrôle. Paris, France : Climats.

Scofield, C. (2012). The Parent App: Understanding Families in the Digital Age. Oxford, Angleterre : Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1 Six adolescents interrogés à Pau et aux alentours, 2 à Metz, 1 à Nancy, 1 à Rennes, 3 à Paris, 2 à Toulouse, et 1 à Bordeaux.

2 Quartier de la ville de Pau (Nouvelle-Aquitaine).

3 Référence aux événements du 14 juillet 2016 à Nice.

4 Sur les raisons et les formes de déconnexion, voir Jauréguiberry (2014).

5 Cela souligne le non-sens de cette expression qui vise à lisser les disparités sociodémographiques et à présenter les jeunes comme un tout uniforme.

6 La sousveillance, qui consiste ici pour les enfants à géolocaliser leurs parents, semble peu fréquente. Seul Florian, 17 ans, y a eu recours afin de vérifier vers quelle heure ils étaient susceptibles de rentrer à la maison.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Exemple d’utilisation de la géolocalisation parentale dans l’application Family Link
Légende Source : Capture d’écran du Google Play Store, décembre 2021
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/6532/img-1.png
Fichier image/png, 179k
Titre Figure 2 : Comparaison des évaluations laissées sur la version « parents » et sur la version « enfants » de l’application de surveillance Family Link
Légende Source : Capture d’écran du Google Play Store, décembre 2021
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/6532/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 5,8k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann BRUNA, « Usages et enjeux de la géolocalisation dans le contexte de la surveillance parentale », tic&société, Vol. 15, N° 1-2 | 2ème semestre 2021 - 1er semestre 2022 | -1, 127-159.

Référence électronique

Yann BRUNA, « Usages et enjeux de la géolocalisation dans le contexte de la surveillance parentale », tic&société [En ligne], Vol. 15, N° 1-2 | 2ème semestre 2021 - 1er semestre 2022 | 2022, mis en ligne le 09 juillet 2022, consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/ticetsociete/6532 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ticetsociete.6532

Haut de page

Auteur

Yann BRUNA

Yann BRUNA est docteur en sociologie et Professeur à l’Université de Paris-Nanterre. Il a été enseignant à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et chercheur au laboratoire TREE (UMR 6031, CNRS). Il a soutenu en juin 2016 une thèse intitulée Les nouvelles expériences au monde de l’individu géolocalisé et s’est plus particulièrement intéressé, au cours d’une recherche postdoctorale à Orange Labs, à la récupération et à l’exploitation des données personnelles par les individus, puis à la surveillance des adolescents par leurs parents et par leurs pairs par l’intermédiaire des outils numériques. yann.bruna@univ-pau.fr

Haut de page
  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Artic
  • Logo Université Paris 13 Nord
  • Logo Université du Québec à Montréal
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search