Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 17 | N° 1-2 | 1er semestre - 2ème semestreMedia, technologies de l’intellec...

Media, technologies de l’intellect, code numérique. De quelques implications du medium sur le social chez Innis, Goody et Herrenschmidt

Media, intellectual technologies, digital code.
Some
implications of the medium for the social
in Innis, Goody and Herrenschmidt
Medios de comunicación, tecnologías intelectuales, código digital. Algunas implicaciones del medio para lo social en Innis, Goody y Herrenschmidt
Oumar KANE
p. 1-27

Résumés

Cet article établit un dialogue entre l’œuvre de Jack Goody et celles de Harold Innis et Clarisse Herrenschmidt. Les concepts de modes de communication et de technologies de l’intellect élaborés par Goody sont d’abord confrontés aux développements consacrés aux media par Innis. Les catégories de savoir et de pouvoir sont analysées chez les deux auteurs à travers l’accent mis sur la culture lettrée par Goody et sur les monopoles du savoir par Innis. Les conséquences qui en sont tirées relativement à la production du social et aux processus cognitifs montrent tant des convergences que des différences, qui sont passées en revue. L’apport de Goody est ensuite passé au crible des travaux plus récents de Herrenschmidt qui, en pluralisant l’écriture (il est question des écritures) et en l’historicisant, fait émerger la question du code qui est au cœur de l’écriture informatique. Ce dialogue à trois par le biais de la figure médiatrice de Goody permet d’éclairer de manière originale les rapports entre media et société.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le premier chapitre de La raison graphique de Jack Goody (1979) s’ouvre en exergue sur une citation du poète sénégalais Léopold Sédar Senghor : « L’émotion est nègre, la raison hellène. » Propos auxquels fait immédiatement écho la réfutation du romancier nigérian Wole Soyinka, qui conteste la validité de la théorie esthétique de la négritude et l’accuse d’essentialiser certains traits culturels et de reprendre le « syllogisme raciste » caractéristique du débat idéologique européen. C’est en partie entre les extrêmes de ce débat que Goody cherche à effectuer une médiation à travers son intérêt pour les modes de communication dominants des sociétés humaines et son analyse des relations entre moyens de communication et modes de pensée. Son premier terrain anthropologique sera, à cet effet, la société LoDagaa au Ghana.

  • 1 Nous utilisons le terme « medium » (sans accent) et son pluriel « media » (sans « s ») pour éviter (...)
  • 2 Nous produisons cette séquence pour les besoins de l’article et au vu de la pertinence des liens (...)

2Cette contribution est issue de l’analyse d’un corpus restreint de textes scientifiques présentant un intérêt pour la théorie médiatique et proposant une explication des influences croisées entre les formes médiatiques et le changement social. En raison de leur influence sur la production scientifique pertinente et de l’intérêt de leurs travaux, nous avons mobilisé les écrits de Harold Innis (1968, 1971, 1972), de Jack Goody (1968, 1979, 1986, 1987, 2007) et de Clarisse Herrenschmidt (1999, 2007). Directement pertinents pour la recherche médiatique, leurs travaux traduisent un intérêt pour la matérialité concrète des médiations (symboliques et matérielles), une prise en compte de la temporalité historique et une préoccupation pour l’articulation media1 et société. Les travaux de Goody ont servi de pivot pour faire dialoguer Innis (prédécesseur) et Herrenschmidt (continuatrice)2. À ce corpus a été appliquée une analyse de contenu thématique portant sur la relation des media avec les dynamiques sociales, certaines formes d’inégalité et les enjeux épistémiques.

  • 3 Il fera son mea culpa et reniera certaines de ses thèses racistes dans un ouvrage posthume (Lévy-Br (...)

3Les médiations opérées par les systèmes et les modes de communication sont déterminantes aux yeux de Goody, la notion de médiation lui permettant de s’inscrire à rebours tant des thèses matérialistes que spiritualistes. Mais il ne sous-estime pas pour autant les implications de l’écriture qui bouleversent jusqu’aux procédures cognitives humaines. C’est l’objectif de la notion de technologies de l’intellect qu’il a forgée que de rendre compte de ce procès. Un peu à l’instar d’Harold Innis, mais à partir d’une perspective différente, Goody tente de rendre compte de l’organisation sociale non pas en supposant une « mentalité prélogique primitive » ou un « miracle grec », mais plutôt en établissant une corrélation avec les modes de communication que sont l’oralité et l’écriture. Ce faisant, il égratigne au passage Lévi-Strauss qui, avec sa distinction entre sociétés chaudes et froides et sa notion de « pensée sauvage » s’inscrirait dans la lignée de Lévy-Bruhl (1922). Ce dernier a mobilisé les notions de « mentalité prélogique3 » et de « mentalité logique » sans tenir compte de l’influence déterminante des modes de communication sur la production du social et sur les processus cognitifs. Pour Goody, l’écriture influence l’organisation sociale et les rapports sociaux. En cela, il rejoint Innis. Mais il va plus loin, car pour lui, l’influence de l’écriture sur les processus cognitifs et sur le développement de la science est déterminante : « Sans listes et sans tableaux, pas de bio-logie (c’est un logos scientifique) ; sans savoir écrit, pas de mathématiques et sans tracés sur la feuille, pas de géométrie ; sans cartes ni schémas, pas de géographie (c’est inscrit dans l’étymologie même du mot!) » (Goody, 2007, p. 238)

4Sans qu’un dialogue explicite se soit établi entre les deux savants, il est manifeste qu’ils se sont intéressés aux mêmes objets avec la même ambition théorique et une égale sensibilité historique avec des résultats tantôt convergents, tantôt irréconciliables. Nous allons tenter d’identifier quelques-uns des fils de cet écheveau théorique qui a des implications importantes pour la théorie médiatique.

5Dans cet article, nous ferons dans un premier temps dialoguer les travaux de Goody et d’Innis. Nous tenterons d’éclairer réciproquement leurs travaux, qui sont convergents à certains égards si on veut bien leur porter une attention nuancée malgré leurs ancrages disciplinaires et leurs perspectives heuristiques distincts. Dans un deuxième temps, Herrenschmidt, qui s’intéresse à la sémiologie historique, sera mise à contribution pour interroger l’actualité des travaux de Goody en vue de penser les nouvelles formes d’inscription, notamment celles corrélatives de l’essor de l’informatique et du code. Goody sera ainsi le pivot qui permettra d’interroger son prédécesseur (Innis) avant d’être lui-même questionné à partir de travaux plus récents qui s’intéressent aux mêmes objets que lui (Herrenschmidt). À partir de ce double dialogue, nous montrerons l’importance de la contribution de Goody et l’originalité de sa proposition d’analyser le social à partir des formes médiatiques les plus fondamentales que sont l’oralité et l’écriture.

Jack Goody à l’épreuve d’Harold Innis

6Dans son introduction à The Bias of Communication, l’un des ouvrages majeurs d’Innis (1968), Marshall McLuhan affirme que le livre est le résultat d’une enquête sur les causes du changement dans les sociétés humaines et que l’auteur est un formidable identificateur de patterns dans des conjonctures historiques données. C’est à l’étude de ces patterns ou formes culturelles récurrentes que se sont attelés, à partir d’ancrages disciplinaires différents, Innis et Goody. L’étude des déterminants relativement stables dans l’étude des media a été l’objet de leur attention, ce qui n’a pas manqué de les exposer à d’importantes salves de critiques.

L’écriture entre medium, mode de communication et technologie de l’intellect

  • 4 Le terme désigne « les opérations concrètes et formelles, pratiques et cognitives, linguistiques et (...)

7Quels moyens emprunte la littératie pour construire son emprise sur la société ? Goody recourt à la notion de modes de communication suivant deux modalités assez distinctes. Dans La raison graphique, le mode de communication est explicitement rabattu sur le mode de production marxien : « on ne peut pas vraiment séparer, pour reprendre dans un autre contexte la terminologie de Marx, les moyens de communication des rapports de communication, qui, pris ensemble, forment le mode de communication » (Goody, 1979, p. 100). L’évocation de la relation entre les modes de communication et les modes de production et de reproduction de la pensée sont très clairs, puisque c’est grâce aux premiers que les hommes sont en interaction mutuelle et « se transmettent de génération en génération leur culture et leurs modèles de comportement » (Goody, 1979, p. 86). Plus récemment, Goody (2007) semble avoir pris ses distances de l’héritage marxien et utilise plutôt le syntagme « modes de communication » comme synonyme de « moyens de communication » ou de « technologie de l’intellect4 ». En effet, il affirme que la littératie ne se substitue pas à l’oralité comme le capitalisme a remplacé le féodalisme (ou le féodalisme l’esclavage), mais qu’émerge un processus d’articulation entre écriture et oralité au sein même des sociétés. La notion d’interface permet de rendre compte de cette articulation.

8Le problème de l’interface, c’est-à-dire celui de la coexistence de plusieurs technologies de l’intellect (ou media dans la terminologie d’Innis) est analysé de manière très différente par les deux auteurs. Goody parle d’une « interface dissymétrique » entre l’écrit et l’oral du fait de la supériorité de l’écriture sur l’oralité, d’où le terme écriculture qu’il a forgé. Aussi ceux qui ne maîtrisent pas l’écriture dans une culture écrite sont-ils parfois qualifiés de dyslexiques. On est loin ici de la notion d’équilibre qui sous-tend la théorie innissienne et qui lui fait regretter l’âge d’or de l’oralité à un moment où le biais spatial corrélatif de la culture écrite est à son point culminant. Nous reviendrons plus loin sur cette divergence théorique entre les deux auteurs.

9Le terme medium n’est quasiment pas utilisé par Goody, contrairement à Innis (1971) qui l’utilisait dans son acception large puisque pour lui, une ligne de chemin de fer, à l’instar d’un cours d’eau, est un médium de communication. La différence entre Goody et Innis tient ici en partie au fait qu’Innis s’intéresse à la communication dans une approche d’économie politique (pouvoir) tandis que Goody met l’accent sur l’écriture en tant que technologie qui a des implications directes sur la cognition (le savoir) et indirectes sur le pouvoir.

  • 5 Il utilise également le terme « civilisation », mais dans son acception évolutionniste, comme forme (...)

10Pour Innis (1971), les technologies sont des moyens (des media) qui permettent le contact entre des civilisations et définissent les contours de leur organisation interne, tandis que pour Goody5, il s’agit de comprendre le fonctionnement des cultures non à partir d’une analyse culturaliste (qu’il critique en la qualifiant de culturalisme diffus ou de relativisme diffus), mais en tenant compte des technologies dont elles disposent et qui en retour les structurent de manière importante.

  • 6 Le biais spatial des media identifié par Innis entraîne selon lui une spatialisation et une fragmen (...)

11Un point de convergence entre les deux auteurs est relatif à leur attention commune aux inégalités puisque les media (chez Innis) ou les modes de communication (chez Goody) induisent une dissymétrie parmi les acteurs sociaux et dans les rapports de force en fonction des biais6 qui leur sont inhérents (Innis, 1968, 1972) ou des exclusions qu’elles induisent (Goody, 1979, 1986). Les analyses des deux auteurs en termes de dépendance trouvent des échos explicites dans l’évocation de la situation coloniale qui caractérisait encore fortement, au moment où ils écrivaient, tant les sociétés africaines analysées par l’anthropologue africaniste que la situation coloniale (ou quasi coloniale dans le cas du Canada) que voulait dépeindre Innis en s’intéressant aux ressorts de la dépendance entre les périphéries coloniales et les centres impériaux dans différentes conjonctures historiques.

  • 7 « My bias is with the oral tradition, particularly as reflected in Greek civilization, and with the (...)
  • 8 Ce à quoi Goody aurait sans doute répondu qu’Innis nourrit ainsi une « nostalgie des oralités perdu (...)

12En ce sens, on trouve chez les deux auteurs une perspective critique, même si les choix normatifs sous-jacents sont opposés, en faveur de l’écriture chez Goody et en faveur du temps (et donc de l’oralité) chez Innis (1968, p. 190) : « Mon parti pris est favorable à la tradition orale, en particulier telle qu’elle se reflète dans la civilisation grecque, et à la nécessité de retrouver un peu de son esprit7 » (notre traduction)8. Cette opposition entre temps et écriture est somme toute superficielle et ne demeure valable que si on la circonscrit dans le cadre de la théorie innissienne des biais médiatiques. En poussant l’analyse plus loin, on voit que les deux auteurs convergent en dépit de leur désaccord, puisque dans leurs systèmes respectifs, chacun donne la préférence au temps : préférence du temps sur l’espace (Innis) et préférence du temps sur la non-cumulativité (Goody). In fine, en raison de leurs modes de conceptualisation différents et de leurs perspectives normatives (plus explicite chez Innis que chez Goody), les deux auteurs privilégient le temps, ce qui aboutit à un privilège attribué à l’oralité chez Innis et à l’écriture chez Goody. En d’autres termes, la divergence médiatique cache un accord ontologique sur la catégorie temporelle. Ce désaccord est simplement lié aux implications différentes que chacun des deux auteurs attribue à l’oralité.

13Là où éclate au grand jour une différence importante entre les deux auteurs, c’est à propos de la caractérisation par Innis de l’oralité comme temporellement structurante (time-binding) et comme favorisant le conservatisme et la continuité. Dans l’ensemble de son œuvre, Goody s’est évertué à réfuter cette interprétation qui fait des cultures orales des sociétés mues par la reproduction de l'identique et l’anhistoricité. Il soutient que les cultures orales sont intrinsèquement innovantes et caractérisées par le changement. Pour lui donc, l’écriture est beaucoup plus time-binding que la parole. En cela, il s’oppose de manière radicale à Innis et à sa hiérarchisation des supports médiatiques (Graphique 1).

Graphique 1 : Hiérarchie innissienne des biais par type de medium (repris de Babe, 2000, p. 75).

Graphique 1 : Hiérarchie innissienne des biais par type de medium (repris de Babe, 2000, p. 75).
  • 9 Ne serait-ce que pour une raison quantitative puisqu’une série qui suit une loi géométrique croit b (...)

14Sur la question des inscriptions également, on voit les deux auteurs non pas s’opposer, mais s’intéresser à des aspects différents du même problème. Tous deux mettent l’accent sur la matérialité des supports, mais tandis qu’Innis (1972) met l’emphase sur la diffusion et la maniabilité du papyrus ou du parchemin, Goody (2007) s’intéresse pour sa part à leur conservation et à l’effet de leur dégradation sur la mémoire et la cumulativité du savoir. C’est en raison de cet intérêt pour les processus cognitifs que Goody (2007, p. 215) en arrive à distinguer les phénomènes qui suivent une loi accumulative (arithmétique) et ceux qui obéissent à une loi cumulative (géométrique). Il va sans dire que les changements induits par ces derniers sur l’organisation sociale sont autrement plus importants9, comme le cas de l’écriture en atteste largement à travers le temps et l’espace (Goody, 2007).

L’écriture et ses implications : le problème de la causalité

  • 10 Et non une conséquence, terme qui induirait quasi mécaniquement des effets obligés. Il est intéress (...)
  • 11 L’existence de la loi (versus le droit coutumier) serait corrélée à l’apparition de l’écriture, qui (...)
  • 12 « La littératie fabrique aussi de l’orthodoxie, notamment les religions écrites qui fixent une bonn (...)

15Pour Goody, l’oralité n’est pas un simple moyen de communication, mais un instrument de production du social et du cognitif. Il en est de même de l’écriture en tant que technologie de l’intellect. Ses rapports avec le pouvoir sont manifestes à plusieurs égards. Dans un chapitre intitulé « Écriture et révolte à Bahia », Goody (2007) évoque le rôle joué par l’écriture dans la série de révoltes entre 1807 et 1835 à Salvador, dans la province brésilienne productrice de sucre de Bahia. Les meneurs de cette révolte étaient des esclaves et des hommes libres musulmans qui maîtrisaient l’écriture arabe. En se basant notamment sur une vaste littérature dont fait partie l’ouvrage de Nina Rodrigues, Os Africanos no Brazil, (1932) dans lequel cette dernière analyse le rôle de l’islam à Bahia au XIXe siècle, Goody soutient que les figures de proue de ces événements étaient des membres de cultures guerrières, mais que c’est leur maîtrise de l’écriture et de la lecture de l’arabe qui a été le caractère le plus déterminant de leur leadership dans les révoltes mentionnées. Il en veut pour preuve le fait qu’après 1835, de nombreux Noirs affranchis qui savaient lire et écrire ont été renvoyés en Afrique pour éviter les troubles sociaux (Goody, 2007, p. 140). Les effets de l’islam sur les révoltes dans les Amériques ne seraient pas dus à l’islam lui-même, mais au fait qu’il s’agit d’une « religion du Livre » qui pouvait ainsi transmettre avec fidélité un message de respect de la norme religieuse à laquelle les alphabétisés pouvaient se référer en se tenant à distance des formes syncrétiques largement répandues au Brésil et favorisées par les autorités (Goody, 2007, p. 152). Les liens entre écriture et prosélytisme religieux ont été étudiés de manière extensive par Goody (1986, 2007). Dans Pouvoirs et savoirs de l’écrit, il considère que le prosélytisme religieux est une implication10 (Goody, 2007, p. 212 et 244) de l’écriture et de l’existence d’un livre sacré fixant un ensemble inamovible de croyances. Il en vient à développer de manière convaincante la thèse des effets de l’écriture sur l’organisation sociale globalement et dans ses sous-systèmes (droit11, religion12, économie, etc.) sur la longue durée.

16À propos des implications de l’écriture, l’analyse converge chez Innis et Goody : le degré élevé d’abstraction de l’écriture, la possibilité de standards éthiques et celle de la loi ou la probabilité d’apparition des prophètes sont explicitement évoqués par les deux auteurs. En d’autres termes, l’apparition de l’universel comme catégorie de l’entendement devient possible en raison de la décontextualisation radicale que l’écrit permet par rapport à une parole qui est pour sa part toujours située hic et nunc (Goody, 1986 ; Innis, 1968).

17Mais les difficultés méthodologiques liées à cette entreprise sont immenses si l’on considère les écueils auxquels elles exposent les auteurs qui s’y engagent. Les critiques de déterminisme unifactoriel (technique notamment), de monocausalité ou de fonctionnalisme sont régulièrement opposées à la recherche anthropologique. Goody est donc très prudent dans sa démarche dans la mesure où il recourt à la notion de tendance plutôt qu’à celle de cause. Il considère que si l’écriture a des implications manifestes sur l’organisation sociale, il s’agit davantage d’une radicalisation de facteurs présents dans la société orale que d’une véritable révolution. À cet égard, la thèse qu’il défend dans La raison graphique (1979), selon laquelle les sociétés de l’écriture sont plus conservatrices et celles de l’oralité plus innovantes, est maintenue dans La logique de l’écriture (1986).

18Goody répond à la critique de déterminisme technique en arguant qu’il ne soutient pas que l’écriture est le seul facteur explicatif, mais que c’est un facteur significatif dont il a essayé de distinguer les implications à long terme sur l’organisation sociale et cognitive. Cela revient à soutenir que l’organisation sociale et les technologies de l’intellect sont des « systèmes dialectiques en interaction » (Goody, 1986, p. 9).

19Innis a, de manière identique, été accusé de déterminisme technique (Rogers, 1997) au motif que, dans son analyse, les media surdéterminent l’organisation sociale. Or la notion de biais est justement choisie par Innis pour montrer qu’il n’y a pas d’inférence automatique au sens que Goody donne au terme « conséquences », mais qu’il y a des facteurs facilitateurs liés aux différents media. Chez Goody autant que chez Innis, les modes de communication exercent certes une influence sur l’organisation sociale, mais, à leurs yeux, toute monocausalité est à rejeter. On voit ici un point de convergence très net entre les deux auteurs quant à l’interrelation entre les processus de diffusion de la connaissance et les modes de communication :

  • 13 « The impact of science on cultural development has been evident in its contribution to technologic (...)

L’impact de la science sur le développement culturel est manifeste dans sa contribution au progrès technologique, notamment en matière de communication et de diffusion des connaissances. Par ailleurs, cela se manifeste dans les types de connaissances diffusées ; c’est-à-dire que la science est autonome non seulement dans le mécanisme de distribution des connaissances, mais aussi dans le type de connaissances qui sont distribuées13 (Innis, cité par Babe, 2000, p. 61, notre traduction).

20Pour sa part, Goody était très conscient des critiques auxquelles il s’exposait en développant la notion de technologies de l’intellect. Cette notion suscite de fortes oppositions parce qu’elle supposerait une « détermination par des forces extérieures non humaines » (Goody, 2007, p. 197). Il oppose à cette critique récurrente, à laquelle McLuhan et Innis ont également fait face, des contre-arguments dont les deux plus importants sont les suivants : 1) la technologie n’est en aucune façon non humaine puisqu’elle est le produit de l’activité humaine ; 2) la détermination est une forme de causalité monofactorielle qu’il récuse, car de nombreux autres facteurs culturels spécifiques interviennent. Pour Goody, il faut soigneusement identifier, dans la chaîne des implications, les facteurs pertinents afin d’éviter de faire appel à un culturalisme diffus qui n’explique rien et doit lui-même être expliqué.

21Dans La raison graphique déjà, il prévenait contre les explications unilinéaires et monocausales pour rendre compte de la complexité des « affaires humaines ». Il privilégie plutôt une voie médiane entre :

[…] choisir une cause unique et rejeter toute explication causale, entre noyer tout dans la causalité structurale ou la cohérence fonctionnelle et isoler un unique facteur matériel comme cause dominante ou même déterminante ; rester ouvert à tout le champ des faisceaux de causes convergentes, des mécanismes d’action en retour, des moyens d’évaluer le poids relatif d’une pluralité de causes. (Goody, 1979, p. 49)

Convergences et dissensions entre Innis et Goody

  • 14 C’est sans doute pourquoi il préfère le syntagme « formes orales standardisées » à la notion contro (...)

22Un important point d’accord entre les deux auteurs a trait au degré d’ouverture ou de fermeture des sociétés orales. Innis (1968) y réfère en parlant d’élasticité tandis que Goody parle d’innovation (2007) ou de pure variation14 (1979). Mais les conclusions qu’ils en tirent sont opposées, puisque pour Innis, la coutume est censée exercer une force contraignante quant au respect de la norme. Goody utilise la même notion de coutume (la loi est selon lui un privilège des cultures de l’écrit), mais pour montrer que coutume, innovation et changement des normes vont de pair dans les cultures orales.

23Par ailleurs, la notion de monopole chère à Innis est l’homologue de celle de « diffusion restreinte » définie par Goody comme un facteur favorisant l’exclusion du plus grand nombre. En guise d’exemple, il évoque le cas de l’épopée de Gilgamesh, qui aurait connu une « diffusion scolaire » caractérisée par le contrôle de l’écriture par un groupe spécialisé. C’est en ce sens qu’une sensibilité pour les inégalités au sein de la société est présente dans l’œuvre des deux auteurs. Ce processus de restriction ou de monopolisation a abouti à l’émergence et à l’autonomisation d’une organisation distincte de l’État, dotée de ressources propres ainsi que d’une légitimité spécifique : l’Église (Goody, 1986).

24Bien que de manière moins explicite que chez Innis, on voit ainsi poindre chez Goody un horizon politique à travers l’analyse de la détention par une fraction sociale restreinte de la technique de l’écriture. Par ailleurs, la notion de technologie de l’intellect est destinée à réconcilier les termes du partage binaire constitué par le matériel (dont les technologies participent) et le spirituel (dont la vie intellectuelle dépend). C’est une manière pour Goody de montrer que les mutations technologiques ont des implications cognitives importantes aux niveaux individuel (ontogénétique) et collectif (phylogénétique). De manière symétrique, pour Innis le support médiatique induit des biais sur l’organisation sociale et l’exercice du pouvoir. C’est le sens de sa célèbre analyse dans le passage suivant, qui est souvent cité :

  • 15 « According to its characteristics it [a medium of communication] may be better suited to the disse (...)

Selon ses caractéristiques, il [un moyen de communication] peut être mieux adapté à la diffusion des connaissances dans le temps que dans l’espace, en particulier si le support est lourd et durable et se prête mal au transport ; ou à la diffusion des connaissances dans l’espace plutôt que dans le temps, en particulier si le support est léger et facilement transportable. L’importance de la dimension temporelle ou spatiale [du moyen de communication] impliquera un biais correspondant dans la culture dans laquelle il est inséré15. (Innis, 1968, p. 33, notre traduction)

25Ces propos posent avec clarté le cadre de la perspective innissienne et la raison de son intérêt pour les supports médiatiques. Ils entrent en résonance avec l’analyse de Goody qui porte sur les changements liés aux différences entre les modes de communication :

Ce que nous disions alors, et maintenons toujours, est qu’il est plus raisonnable d’associer certains aspects des différences ou changements perceptibles (c’est-à-dire les différences vues dans un cadre dynamique ou évolutif) aux différences ou aux changements dans les moyens et modes de communication qu’aux arts d’une culture ou au génie d’un peuple. (Goody, 2007, p. 46)

26Ainsi peut-on voir par là que pour Goody (2007), l’intérêt pour la matérialité de l’écriture demeure central, mais c’est l’écriture elle-même en tant que technologie qui retient son attention. La question, déterminante à ses yeux, de la mémoire qui est en quelque sorte objectivée et déterritorialisée sous forme de traces écrites, est la condition de possibilité d’un savoir cumulatif et d’une critique renforcée. C’est en ce sens que pour lui, les changements dans les modes de communication entraînent des changements substantiels dans les modes de stockage et les formes d’accessibilité à un savoir accumulé. C’est une des fonctions de l’écriture que de favoriser un changement en ce domaine, changement dans le sens d’une plus grande fidélité des traces écrites par rapport à l’oralité.

27Cette interrogation croisée des travaux des deux chercheurs gagnerait à être complétée par un rapprochement entre Goody et McLuhan. En d’autres termes, il nous semble que l’œuvre de Goody soit une médiation utile, sinon nécessaire pour toute comparaison entre McLuhan et Innis. Ce détour par l’anthropologue britannique permet de faire le lien entre les chercheurs de l’école de Toronto dans laquelle on a l’habitude de ranger Innis et McLuhan (Tremblay, 2007 ; Kane, 2016).

Clarrisse Herrenschmidt à la lueur de Jack Goody

28Dans cette partie, nous évoquerons la multiplication des écritures et des inscriptions caractéristiques des innovations technologiques récentes. Une attention particulière sera portée à la monnaie et à l’informatique qui sont caractérisées respectivement par une écriture arithmétique et numérique.

À propos de l’écriture arithmétique

  • 16 La littératie désigne pour Goody plus que la compétence technique de lecture et d’écriture : elle r (...)

29Dans des travaux consacrés aux implications de l’écriture, Goody et Watt (1968) mettent l’accent sur le caractère singulier de l’écriture alphabétique par rapport aux autres formes d’écriture. Plus récemment, Goody (2007) a reconnu que ce privilège octroyé à l’époque à l’écriture alphabétique était dû à l’influence exagérée que les travaux d’Havelock (1981) avaient à l’époque exercée sur eux. Cela l’a amené à revoir sa position initiale et à élargir le périmètre de son intérêt à d’autres formes d’écriture. Il n’en demeure pas moins que pour l’essentiel, c’est l’écriture de la langue et la culture lettrée qui en découle16 qui ont de manière constante retenu son attention. L’écriture de la langue en tant qu’innovation graphique l’intéresse malgré (ou en raison de) la diversité des contextes sociohistoriques qu’il analyse. Pour d’autres auteurs, cependant, l’écriture de la langue n’est qu’une forme d’écriture parmi d’autres, et tandis que Goody s’intéresse à l’écriture (au singulier), Herrenschmidt utilise le terme au pluriel dans son ouvrage Les trois écritures (2007).

  • 17 Une distinction opératoire entre le nombre et le chiffre serait que le premier est une entité arith (...)

30Herrenschmidt (2007) établit une distinction entre l’écriture de la langue (qui, suivant les graphies, peut mobiliser des unités différentes) et celle des nombres (sous forme de chiffres17). L’écriture linguistique et l’écriture arithmétique sont par conséquent deux modes d’inscription qui correspondent à des formes distinctes d’organisation sociale. En s’intéressant au Moyen-Orient ancien, Goody considère que l’écriture y est liée à la circulation des marchandises et à l’emploi de la monnaie dans le cadre d’une économie de marché. Mais il ne s’intéresse que de manière adjacente aux inscriptions et à ce qui pourrait être considéré comme une écriture arithmétique. Ce faisant, il ne tient compte que de la finalité de la monnaie, non de sa matérialité ni de sa spécificité graphique. Quand il parle des incidences de l’alphabétisation et de la monétarisation sur l’organisation sociale, il évoque Parsons, qui semble finalement plus proche que lui d’une prise en compte de la monnaie comme médium institutionnalisé possédant les « propriétés d’un moyen et d’un langage de communication » (Parsons, cité par Goody, 1986, p. 177).

31Chez Herrenschmidt, la perspective est différente. Elle rappelle en effet que la pièce de monnaie frappée a constitué un support d’écriture des nombres, c’est-à-dire une écriture monétaire arithmétique, les nombres étant en l’occurrence considérés comme des unités arithmétiques et non linguistiques. En matière de circulation et de réception, cela a des implications beaucoup plus larges que ce que la perspective goodienne permet de saisir lorsqu’elle se focalise sur la seule écriture linguistique. Selon Herrenschmidt, l’écriture monétaire arithmétique a favorisé une économie d’échange arrimée à une tradition vernaculaire dont le processus était à rebours de la circulation des écrits savants (linguistique et mathématique) caractérisée par son caractère restreint (au sens de Goody).

32Désarrimée de l’or, devenue arbitraire, sans référentiel et sans attaches, la monnaie serait devenue au XXe siècle « libre comme l’information » (Herrenschmidt, 2007). Ce phénomène a entraîné des conséquences importantes sur les processus cognitifs humains. Herrenschmidt rejoint ici la thèse centrale de Goody sur les liens entre l’écriture et la pensée humaine, comme le montre son chapitre intitulé « Les nombres et leur figuration conquièrent la pensée humaine ». Cette thèse permet de repousser les limites des travaux de Goody et ainsi de penser une théorie médiatique attentive autant à l’écriture qu’à la calculabilité ancienne et au code plus récent qui en tire parti.

33Un processus d’abstraction progressive caractérise l’écriture des chiffres. Les unités de mesure (lieues, coudées, doigt, etc.), naguère indissociables du lieu où la transaction était effectuée, ont longtemps opposé une farouche résistance à l’hégémonie d’un système métrique abstrait imposant les mêmes équivalences partout, en tout temps et pour tout le monde. Auparavant, les unités de mesure non seulement ne valaient pas la même chose en des lieux différents, mais la même unité changeait de valeur selon le caractère rare ou précieux de la denrée mesurée : « En effet, une même mesure comme le minot valait 3 boisseaux si elle mesurait le blé, 4 s’il s’agissait de sel et 5 si l’on mesurait de l’avoine. » (Herrenschmidt, 2007, p. 342)

34La très grande variabilité des instruments de mesure s’est donc trouvée réduite avec l’institutionnalisation dans l’espace des échanges économiques d’unités de mesure abstraites et vides, et par là même universalisables :

Les premières pièces donnèrent à voir la matérialisation d’un nombre par des poinçons, puis les pièces de l’espace grec des Ve et IVe siècles avant notre ère firent connaître une écriture de nombres et de leurs rapports sous forme géométrique, écriture spécifique qui, venue des recherches mathématiques, gagna le vecteur graphique des monnaies, se répandit dans le social, rencontra des difficultés théoriques et retourna au milieu mathématicien. (Herrenschmidt, 2007, p. 226)

35Plus tard, avec l’essor de l’imprimerie, le nombre de supports explosa et le papier permit d’adjoindre lettres de change, chèques et billets au panorama des supports médiatiques monétaires. Ce processus a finalement abouti à la consolidation des économies-mondes analysées par Braudel (1985). Malgré ses spécificités par rapport à l’écriture de la langue, la graphie monétaire arithmétique demeure néanmoins une forme d’écriture au sens de Goody et conserve par conséquent ses implications sur les processus cognitifs :

Artefact économique et politique, la monnaie frappée de métal précieux, pesée et écrite rendit équivalentes des choses et des personnes qui ne le sont pas, dans les mécanismes de l’échange marchand et de l’amende légale. Elle généralisa l’usage des nombres et des chiffres qui les notent pour estimer les choses, les êtres, les situations et calculer leurs relations… la monnaie servit d’outil cognitif. (Herrenschmidt, 2007, p. v)

36On voit ainsi que Herrenschmidt s’intéresse beaucoup plus aux supports matériels des media que Goody (elle est plus proche en cela d’Innis), mais son intérêt demeure essentiellement articulé autour des processus cognitifs et des implications des systèmes graphiques sur la pensée. Quand elle affirme que les Romains « […] mirent en place les minuscules à la place des majuscules, remplacèrent le rouleau de papyrus ou de parchemin, le volumen, par le livre cousu et paginé, le codex, qui assura la diffusion du Nouveau Testament et du christianisme » (Herrenschmidt, 2007, p. 224), elle s’intéresse certes à la généalogie des supports médiatiques, mais finalement assez peu aux inégalités nées de la répartition sociale des habiletés de lecture dans le monde ancien, comme le firent respectivement Harold Innis et Jack Goody.

Le code : historicité et performativité

37Qualifiée par Herrenschmidt (2007) de troisième révolution graphique (après l’écriture des langues et l’écriture monétaire arithmétique), l’écriture informatique (le code), initialement circonscrite aux mathématiques, a ensuite totalisé son champ d’action à l’ensemble des inscriptions (y compris le vivant). Elle y est parvenue en appliquant à ses objets l’hégémonie d’un code binaire défini comme « le langage chiffré de traduction dont se sert la machine pour écrire à sa façon tout ce que l’utilisateur y fait pénétrer et ce qu’elle est préparée à recevoir » (Herrenschmidt, 2007, p. ii).

38Kittler, retraçant la généalogie du « code », remonte au codex analysé par Goody et Innis et au codicille, cette « petite tablette de bois revêtue de cire en vue d’y inscrire des lettres » (cité dans Marino, 2006, notre traduction). En d’autres termes, le code, qui désigne maintenant une forme d’écriture propre à l’informatique, désignait à l’origine le support matériel de l’écriture. Le codex en est arrivé à désigner ultérieurement un recueil de textes juridiques, manifestant ainsi sa parenté avec le code en tant qu’instrument de contrôle à distance (Marino, 2006). Mais il était et demeure soumis à une diffusion restreinte tout en prétendant à l’universalité. À la différence des autres écritures, le code informatique est destiné à être « lu » par un acteur non humain : l’ordinateur. Même si d’autres programmeurs peuvent le lire, et d’ailleurs le lisent souvent notamment pour l’améliorer, il n’en demeure pas moins que pour la première fois dans l’histoire des écritures, le code est destiné à une interaction humain-ordinateur au premier chef.

  • 18 « Suite finie de règles à appliquer, dans un ordre déterminé, à un nombre quelconque de données, po (...)
  • 19 Plus récemment, les analyses se sont multipliées avec certaines inflexions notables à l’instar de O (...)

39Les implications de l’écriture arithmétique semblent être beaucoup plus importantes que celles de l’écriture de la langue puisqu’elles touchent à l’émergence de « l’homme graphique » et promeuvent une conception de l’humain comme « moyenne » des calculs effectués sur ses pratiques sociales ou sa physionomie. La puissance de l’écriture informatique proviendrait de sa vacuité. En effet, elle permet de manipuler des symboles vides de sens par le biais de règles elles-mêmes vides de sens (Crozat et al., 2011, p. 13). Cette absence d’arrimage au réel est paradoxalement productrice d’une maîtrise du réel à travers le code informatique et les algorithmes18. En raison de cette maîtrise, le code a souvent été analysé sous l’angle des contraintes, notamment d’usage, qu’il impose aux usagers (Kane, 2013). Ainsi Lessig considère-t-il dans son ouvrage Code and other laws of cyberspace (1999) que le code permet de structurer en amont l’espace et les usages possibles des dispositifs et des réseaux informatiques19.

40Malgré son importance fondamentale, la révolution de l’imprimé avait ses limites internes. L’une d’entre elles était que « l’imprimerie ne savait point compter », calcul (computation) dont l’ordinateur (computer) se fera quatre ou cinq siècles plus tard le champion :

[…] le calcul avait mené la danse des inventions de la mécanisation graphique et arithmétique – revanche sur l’imprimerie, qui, déployée sur le terreau de l’écriture alphabétique, multipliait les textes, reproduisait des langues, fabriquait auteurs et lecteurs. Mais l’imprimerie, qui avait bâti un empire, ne savait point compter. Quand les machines à calculer surent écrire des textes en langues naturelles, cet empire se trouva menacé. (Herrenschmidt, 2007, p. 430)

41Sans qu’on puisse porter de jugement définitif sur la menace que ferait peser l’informatique (et le numérique) sur l’imprimé, force est de reconnaître la place centrale du calcul et de l’impératif de calculabilité dans le monde contemporain. Selon Bachimont (2000), l’écriture informatique caractériserait une raison computationnelle de la même manière que l’écriture de la langue a caractérisé une raison graphique : « Le passage à l’écriture numérique n’est pas seulement un changement de support, c’est une reconfiguration du système technique de production et de manipulation qui agit sur la nature même de la connaissance. » (Crozat et al., 2011, p. 10) Comme quoi l’écriture numérique et le code reconduisent dans des termes similaires les analyses naguère initiées par Goody à propos de l’écriture de la langue.

  • 20 C’est le titre d’un numéro spécial de la revue électronique TeamEthno-online paru en 2006.

42Le code informatique est le produit d’une activité d’écriture (Doueihi, 2008) qui a certaines spécificités, notamment celle liée à son caractère d’écriture collective (Couture, 2012). Récemment, un domaine de recherche, l’ethnographie du code20, qui étudie les modes d’écriture des programmeurs informatiques et les formes de socialité qui caractérisent ces communautés a vu le jour. Dans le même esprit, les Critical Code Studies (CCS) tentent d’appliquer les instruments de l’herméneutique critique à l’interprétation du code informatique (Marino, 2006). Dès lors, le code considéré comme un système de signes devient, à l’instar de toute écriture, l’objet possible d’une analyse sémiotique ou même plastique si l’on suit ceux qui sont intéressés à l’analyser comme une forme poétique. C’est dire que le code en tant qu’objet d’étude est approprié de manière très différente par ses multiples analystes. Cela ouvre la voie à la circulation et aux influences du code à travers les systèmes informatiques qui le véhiculent dans la société. Cette perspective, effleurée mais non retenue par Herrenschmidt (2007), permet une saisie du code comme écriture sous le double registre de sa matérialité et des effets de sa circulation « restreinte » sur les phénomènes cognitifs et sur certaines formes d’inégalité.

Conclusion

43À travers cet aller-retour entre trois auteurs qui se sont intéressés de manière centrale à l’influence des media sur les processus cognitifs et sur l’organisation sociale, nous avons visité trois provinces du savoir : l’économie politique, l’anthropologie sociale et la sémiologie historique (y compris celle, contemporaine, du code). Nous y avons trouvé des avenues intéressantes pour penser une théorie médiatique des supports et des inscriptions attentive aux mutations et aux multiples médiations matérielles et symboliques des media, anciens et plus récents.

44L’œuvre de Goody permet d’un côté de jeter une lueur sur celle d’Innis en raison de leur convergence épistémologique et de leurs divergences théoriques. D’un autre côté, les défis que pose à la pensée goodienne les développements récents de la théorie médiatique à partir de traditions disciplinaires variées sont du plus grand intérêt. Le renouvellement que l’écriture arithmétique (la monnaie) et l’écriture numérique (le code) sont susceptibles d’apporter aux recherches portant sur la notion d’information est fort prometteur à cet égard.

45Le « gigantesque chambardement sémiologique » dans lequel nous a introduits l’hégémonie du code (Herrenschmidt, 2007, p. 351-351) a dorénavant des incidences importantes sur le vivant et sur sa réplication. Le code génétique et l’univers réticulé qui est le nôtre semblent désormais avoir pour loi la mimésis, celle du désir entraînant dans la même sarabande toutes les autres (Girard, 1961). Mais on entre avec ces considérations dans le cadre d’une théorie totalisante qui tranche avec la précaution systématique dont autant Innis et Herrenschmidt que Goody ont fait preuve dans l’ensemble de leur œuvre.

Haut de page

Bibliographie

Babe, R. E. (2000). Canadian communication Thought. Toronto : University of Toronto Press.

Bachimont, B. (2000). L’intelligence artificielle comme écriture dynamique : de la raison graphique à la raison computationnelle. Dans J. Petitot et P. Fabbri (dir.), Au nom du sens (pp. 290-310). Paris : Grasset.

Braudel, F. (1985). La dynamique du capitalisme. Paris : Flammarion.

Couture, S. (2012). L’écriture collective du code source informatique. Revue d’anthropologie des connaissances, 6(1), 21-42.

Crozat, S., Bachimont, B., Cailleau, I., Bouchardon, S. et Gaillard, L. (2011). Éléments pour une théorie opérationnelle de l’écriture numérique. Document numérique, 3(14), 9-33.

Doueihi, M. (2008). La grande conversion numérique. Paris : Seuil.

Girard, R. (1961). Mensonge romantique et vérité romanesque. Paris : Grasset.

Goody, J. (1979). La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage. Paris : Minuit.

Goody, J. (1986). La logique de l’écriture. Aux origines des sociétés humaines. Paris : Armand Colin.

Goody, J. (1987). The Interface between the Written and the Oral. Cambridge : Cambridge University Press.

Goody, J. (2007). Pouvoirs et savoirs de l’écrit. Paris : La Dispute.

Goody, J. et Watt, I. (dir.) (1968). Literacy in Traditional Societies. Cambridge : Cambridge University Press.

Havelock, E. (1981). Aux origines de la civilisation écrite en Occident. Paris : François Maspéro.

Herrenschmidt, C. (1999). Écriture, monnaie, réseaux. Inventions des Anciens, inventions des Modernes. Le Débat, 106, 17-36.

Herrenschmidt, C. (2007). Les trois écritures. Langue, nombre, code. Paris : Gallimard.

Innis, H. A. (1968). The Bias of Communication. Toronto : University of Toronto Press.

Innis, H. A. (1971). A History of the Canadian Pacific Railway. Toronto : University of Toronto Press.

Innis, H. A. (1972). Empire and Communications. Toronto : University of Toronto Press.

Kane, O. (2013). Les usages des TIC entre analyse sociotechnique et théories de l’appropriation : état de la littérature. Dans Georice Berthin Madebe (dir.), Les enjeux de la communication (pp. 23-42). Libreville : Presses universitaires du Gabon.

Kane, O. (2016). Marshall McLuhan et la théorie médiatique. Genèse, pertinence et limites d’une contribution contestée. tic&société, 10(1). Repéré à http://ticetsociete.revues.org/2043

Lessig, L. (1999). Code and other laws of cyberspace. New York : Basic Books.

Lévy-Bruhl, L. (1922). La mentalité primitive. Paris : Félix Alcan.

Lévy-Bruhl, L. (1922). Carnets. Paris : PUF.

Marino, M. C. (2006). Critical Code Studies. Electronic Book Review. Repéré à https://electronicbookreview.com/essay/critical-code-studies/

O’Neil, C. (2018). Algorithmes : La bombe à retardement. Paris : Les Arènes.

Rogers, E. E. (1997). A History of Communication Study. New York : The Free Press.

Tremblay, G. (2007). De Marshall McLuhan à Harold Innis ou du village global à l’empire mondial. tic&société. Repéré à http://journals.openedition.org/ticetsociete/222

Vial, S. (2017). L’être et l’écran : Comment le numérique change la perception : essai de phénoménologie historique des techniques. Paris : PUF.

Haut de page

Notes

1 Nous utilisons le terme « medium » (sans accent) et son pluriel « media » (sans « s ») pour éviter de restreindre le sens de ces notions à leur usage courant qui les circonscrit aux seuls « médias de masse ». En effet, les trois œuvres analysées ici proposent une pensée du « medium » qui est plus proche du sens élargi latin du terme.

2 Nous produisons cette séquence pour les besoins de l’article et au vu de la pertinence des liens médiatiques que nous établissons entre leurs œuvres.

3 Il fera son mea culpa et reniera certaines de ses thèses racistes dans un ouvrage posthume (Lévy-Bruhl, 1949).

4 Le terme désigne « les opérations concrètes et formelles, pratiques et cognitives, linguistiques et culturelles que l’écrit autorise sur un mode spécifique et intensif. » (Jean-Marie Privat dans son entretien avec Goody, dans Goody, 2007, p. 242).

5 Il utilise également le terme « civilisation », mais dans son acception évolutionniste, comme forme de société caractérisée par un certain degré d’avancement (Goody, 2007, p. 195).

6 Le biais spatial des media identifié par Innis entraîne selon lui une spatialisation et une fragmentation de l’espace en unités mesurables, ce qui présente une affinité avec la culture de l’écrit et le développement d’unités de mesure très précises évoquées par Goody (2007).

7 « My bias is with the oral tradition, particularly as reflected in Greek civilization, and with the necessity of recapturing something of its spirit. »

8 Ce à quoi Goody aurait sans doute répondu qu’Innis nourrit ainsi une « nostalgie des oralités perdues » (Goody, 2007, p. 15).

9 Ne serait-ce que pour une raison quantitative puisqu’une série qui suit une loi géométrique croit beaucoup plus rapidement qu’une série soumise à une loi arithmétique.

10 Et non une conséquence, terme qui induirait quasi mécaniquement des effets obligés. Il est intéressant de noter qu’Innis fait également très attention à ne pas utiliser une terminologie causaliste et recourt à maintes reprises au même terme implications : « J'ai tenté de suggérer que la civilisation occidentale a été profondément influencée par la communication et que les changements communicationnels majeurs ont eu des implications importantes » (Innis, 1968, p. 3), ou encore : « Nous ne pouvons qu'insister sur la nécessité d'être continuellement attentifs aux implications de ces biais et peut-être espérer que l'examen des implications d'autres médias pour diverses civilisations nous permettra de voir plus clairement notre propre le parti pris. » (ibid., p. 34, nous soulignons).

11 L’existence de la loi (versus le droit coutumier) serait corrélée à l’apparition de l’écriture, qui permet de documenter les précédents juridiques.

12 « La littératie fabrique aussi de l’orthodoxie, notamment les religions écrites qui fixent une bonne fois pour toutes une version des textes sacrés et s’efforcent d’imposer une seule lecture, une seule interprétation. » (Goody, 2007, p. 237)

13 « The impact of science on cultural development has been evident in its contribution to technological advance, notably in communication and in the dissemination of knowledge. In turn it has been evident in the types of knowledge disseminated; that is to say, science lives its own life not only in the mechanism which is provided to distribute knowledge but also in the sort of knowledge which will be distributed. »

14 C’est sans doute pourquoi il préfère le syntagme « formes orales standardisées » à la notion controversée de « littérature orale » pour rendre compte de la stabilité de certaines productions symboliques dans les cultures orales.

15 « According to its characteristics it [a medium of communication] may be better suited to the dissemination of knowledge over time than over space, particularly if the medium is heavy and durable and not suited to transportation, or to the dissemination of knowledge over space than over time, particularly if the medium is light and easily transported. The relative emphasis on time or space will imply a bias of significance to the culture in which it is embedded. »

16 La littératie désigne pour Goody plus que la compétence technique de lecture et d’écriture : elle réfère à la possibilité de mettre à contribution cette compétence en vue d’atteindre ses fins.

17 Une distinction opératoire entre le nombre et le chiffre serait que le premier est une entité arithmétique et le deuxième une entité graphique.

18 « Suite finie de règles à appliquer, dans un ordre déterminé, à un nombre quelconque de données, pour arriver, en un nombre fini d’étapes, à un résultat, et cela quelles que soient les données traitées. » (Herrenschmidt, 2007, p. 434)

19 Plus récemment, les analyses se sont multipliées avec certaines inflexions notables à l’instar de O’Neil (2018) ou de Vial (2017), ce dernier s’attachant à produire une phénoménologie de l’écran où le medium impose au sujet un mode d’être particulier, tandis que O’Neil documente de manière convaincante la thèse d’un renforcement des inégalités opéré par les algorithmes (donc le code) dans de nombreux domaines de la vie publique.

20 C’est le titre d’un numéro spécial de la revue électronique TeamEthno-online paru en 2006.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Hiérarchie innissienne des biais par type de medium (repris de Babe, 2000, p. 75).
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/7708/img-1.png
Fichier image/png, 285k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Oumar KANE, « Media, technologies de l’intellect, code numérique. De quelques implications du medium sur le social chez Innis, Goody et Herrenschmidt »tic&société, Vol. 17 | N° 1-2 | 1er semestre - 2ème semestre | -1, 1-27.

Référence électronique

Oumar KANE, « Media, technologies de l’intellect, code numérique. De quelques implications du medium sur le social chez Innis, Goody et Herrenschmidt »tic&société [En ligne], Vol. 17 | N° 1-2 | 1er semestre - 2ème semestre | 2023, mis en ligne le 31 mai 2024, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ticetsociete/7708

Haut de page

Auteur

Oumar KANE

OUMAR KANE est professeur titulaire au Département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal. Il est chercheur au Centre de recherche interdisciplinaire sur la communication, l’information et la société (CRICIS). Ses intérêts de recherche touchent notamment à l’épistémologie des sciences sociales, à la communication environnementale, aux théories de la communication et aux études postcoloniales. kane.oumar@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search