Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 17 | N° 1-2 | 1er semestre - 2ème semestreProposition d’une définition et d...

Proposition d’une définition et d’une typologie de l’interactivité dans un système avec une interface

Proposal for a definition and typology of interactivity within a system with an interface
Propuesta de una definición y tipología de la interactividad en un sistema con una interfaz
Alice T’KINT
p. 29-54

Résumés

L’interactivité est un concept largement discuté dans les sciences de l’information et de la communication sans que sa signification n’ait jamais été stabilisée. Devant le foisonnement des conceptualisations et la dispersion des définitions, nous émettons une nouvelle contribution qui vise à offrir une compréhension générale de l’interactivité. Dans cette publication, nous construisons notre propos autour de trois approches, qu’elles soient définitoires, dichotomiques et typologiques, qui se dégagent de la littérature scientifique, et nous élaborons une réflexion qui débouche sur trois contributions complémentaires : une définition de l’interactivité valable pour les systèmes avec une interface utilisateur; une théorisation de la relation entre l’utilisateur et le concepteur dans un contrat d’interaction; et enfin, une classification des niveaux où s’exécute l’interactivité dans un système informatique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « However, little consensus has been achieved as to what interactivity actually is or can be. » (no (...)

1L’interactivité, mot magique (Thierry, 1989) utilisé comme argument de vente (Mabillot, 2003) à partir des années 1970 lors de l’introduction de l’informatique dans les différentes sphères de la société (Guéneau, 2005; Mabillot, 2003; Weissberg, 2002), suscite dès ses débuts l’intérêt de la recherche dans les sciences de l’information et de la communication (SIC). Depuis, elle a été étudiée tant dans ses diverses applications qu’à la lumière de ses implications polysémiques (Archibald et Gervais, 2006; Giardina, 1992; Giardina et Laurier, 1999; Guéneau, 2005; Jensen, 1998; Sims, 1997; Thierry, 1989). « Pourtant, peu de consensus a été atteint sur ce qu’est ou peut être l’interactivité »1 (Retzinger, 2009, p. 245). En 1979, le congrès de Seillac sur les méthodologies de l’interaction mettait déjà en exergue les désaccords sur la définition des systèmes interactifs (Jensen, 1998; Mitropoulou, 2012; Papilloud, 2010).

  • 2 « As a multidisciplinary concept, it has benefited from a wide variety of literature, methodologies (...)

2Il est certain qu’« en tant que concept multidisciplinaire, elle [l’interactivité] a bénéficié d'une grande variété de littérature, de méthodologies et de cadres théoriques »2 (Barry et Doherty, 2017, p. 699). L’interactivité, comme son épithète interactif, est effectivement associée à une hétérogénéité de contextes et d’objets médiatiques. Pour n’en citer que quelques-uns, l’interactivité de manipulation (Bouchardon, 2007) ou le récit interactif (Hurel, 2013) dans la littérature numérique; l’interactivité d’accomplissement (Amato, 2006) ou ludique (Alvarez, Djaouti et Jessel, 2010) dans les jeux vidéo; l’effet d’interactivité (Evans et Gibbons, 2007) ou la vidéo interactive enrichie (Benkada et Moccozet, 2017) dans l’apprentissage à distance. Cette pluralité peut avoir pour conséquence de complexifier la collaboration entre personnes issues de disciplines différentes (Retzinger, 2009) ou de conduire à des recommandations divergentes dans le domaine de la conception informatique, insistant tantôt sur l’utilisateur, tantôt sur la technologie (Kiousis, 2002).

3Face à la profusion des définitions, nous émettons une nouvelle contribution qui s’efforce de surmonter les ancrages disciplinaires et d’offrir une compréhension de l’interactivité valable pour les systèmes avec une interface utilisateur. Nous construisons notre argumentation sur la base d’un effort d’organisation des différentes conceptualisations de l’interactivité dans le champ des SIC. Dans cet article, nous rapportons, sans prétention d’exhaustivité, les principales acceptions du concept que nous avons relevées dans la littérature. Ayant été élaborée à partir de travaux qui s’inscrivent dans les SIC, notre proposition est directement influencée par les réflexions de cette discipline. Notre ambition étant d’avancer une interprétation générale de l’interactivité, nous pensons que la contribution peut néanmoins dépasser le cadre de ce domaine scientifique.

  • 3 Mentionnons quelques exceptions à cette démarche, telles que la compilation d’interviews d’experts (...)

4Au sein des perspectives adoptées sur l’interactivité dans les SIC, nous avons discerné trois grandes familles3 : les approches définitoires qui caractérisent le concept et ses potentialités; les approches dichotomiques qui, à quelques exceptions près, discriminent deux types d’interactivités, l’une concernant l’usage et l’autre, le contenu; enfin, les approches typologiques qui dénombrent plusieurs degrés d’interactivité présents dans un objet spécifique. Précisons que les différentes approches ne sont pas exclusives puisqu’il arrive qu’une acception générale de l’interactivité soit complétée par des sous-classes binaires ou plurielles. Dans cette publication, nous nous positionnons par rapport à chaque famille dans le but d’aboutir à une nouvelle conceptualisation de l’interactivité tout en considérant l’introduction d’un contrat d’interaction (Scolari, 2001, 2009) qui nous semble mieux théoriser la relation entre l’utilisateur et le concepteur. Enfin, nous complétons notre définition de l’interactivité par une typologie qui recense ses différents niveaux d’exécution.

Les approches définitoires

5Parmi les différents efforts de théorisation de l’interactivité se trouvent les approches définitoires qui regroupent des acceptions générales. Nous remarquons qu’elles se répartissent dans deux ensembles selon l’optique adoptée. D’un côté, nous avons identifié des conceptualisations qui précisent la nature du concept et avons noté une récurrence de qualités dont certaines, exclusives, attribuées à l’interactivité. Dans la section suivante, nous examinons les caractéristiques qui se détachent des définitions consultées et à partir de leur examen, nous proposons notre compréhension de l’interactivité. De l’autre, nous avons repéré des démonstrations qui circonscrivent l’interactivité lorsqu’elle est examinée dans son rapport à l’interaction. Nous rapportons ces démarches dans la seconde section et tentons à notre tour de clarifier leur imbrication.

De la réactivité à l’interactivité

  • 4 La conceptualisation de Jensen (1998) est complétée par d’autres éléments de définition qui sont di (...)
  • 5 « measure of a media’s potential ability to let the user exert an influence on the content and/or f (...)
  • 6 « degree to which a communication technology can create a mediated environment in which participant (...)

6Une première tendance de conceptualisation de l’interactivité au sein des approches définitoires s’applique à caractériser son essence, et ce, selon deux perspectives. La première ramène l’interactivité à une caractéristique de la technologie. Par exemple, Jensen (1998)4 souligne la possibilité d’action offerte par celle-ci à son usager et circonscrit l’interactivité à une « mesure de la capacité potentielle d’un média à permettre à l’utilisateur d’exercer une influence sur le contenu et/ou la forme de la communication médiatisée »5 (p. 201). Charlier (1999) met quant à lui l’accent sur l’adaptativité de la machine lorsqu’il renvoie l’interactivité à une « propriété d’un dispositif machinique ou technique de pouvoir réagir et s’adapter à un utilisateur humain » (p. 77). Enfin, Kiousis (2002) insiste sur l’aptitude de l’usager à percevoir la simulation d’une communication humaine puisqu’il désigne l’interactivité en tant que « degré auquel une technologie de communication peut créer un environnement médiatisé dans lequel les participants peuvent communiquer […], à la fois de manière synchrone et asynchrone, et participer à des échanges de messages réciproques »6 (p. 372).

7La seconde perspective envisage l’interactivité dans la mise en lien qu’elle établit entre un utilisateur et un système, qu’il s’agisse d’un « rapport dialogal avec le lecteur » (Vandendorpe, 1999, p. 103), de productions hypertextuelles ou d’une action mutuelle et simultanée entre deux partenaires, l’un humain et l’autre mécanique, qui s’attachent à un objectif commun (Lévy, 1989, p. 10). Les définitions qui appréhendent l’interactivité dans une logique relationnelle précisent ordinairement la posture réactive de la machine à l'intervention de l’utilisateur. Par exemple, Giardina (1992), qui s’intéresse aux systèmes d’apprentissage multimédia, associe l’interactivité à « une relation bidirectionnelle où la machine est consciente de ce qu’on fait et de ce qu’elle fait » (p. 51) et précise l’impératif d’immédiateté entre l’action et la réaction. Paquelin (2002) envisage l’interactivité en tant qu’« élément de la communication entre deux systèmes » (p. 4), ceux-ci étant un programme et un utilisateur qui réagissent réciproquement à l’action de l’autre. Quant à Béguin et Amougou (2001) qui mènent une étude sur une séquence interactive accessible sur CD-ROM, elles circonscrivent la notion à la relation entre l’intervention de l’utilisateur et la réaction de l’appareil.

8Dans les paragraphes suivants, nous approfondissons les deux principales conceptions de l’interactivité émergeant des approches définitoires. Il s’agit soit d’une propriété de la technologie, soit d’une forme de bidirectionnalité (une relation, une communication, une action…) entre un système réactif à l’action de l’utilisateur.

9Si la réactivité se définit en tant que « capacité à répondre à des stimulations externes » (Guéneau, 2005, p. 122), il faut noter qu’un système informatique ne fonctionne pas strictement de manière réactive à une commande. Il se situe également dans une posture active lorsqu’il sollicite l’usager à un moment qui a été prédéfini à l’étape de la conception (p. ex. la notification de la nécessité d’une mise à jour logicielle). L’échange est par ailleurs tout autant tributaire de l’utilisateur qui se trouve devant des options qui lui sont adressées par le système ou qu’il active à son initiative. Le système informatique et l’usager adoptent chacun une attitude active et réactive à l’action de l’autre.

10Cette réflexion est cohérente avec l’étymologie du terme. Le préfixe inter- fait référence à la réciprocité des actions de l’usager et du système. Quant au radical -activité, qui désigne le « déploiement actuel du pouvoir ou de la volonté d'action efficace » (CNRTL, 2012a, s.p.), il confère une capacité d’agir des deux agents, excluant de fait une posture uniquement réactive. Il semble dès lors inadéquat de rapprocher l’interactivité à une propriété de la machine puisque l’activité réciproque des deux partenaires, l’utilisateur et la machine, est indispensable au processus d’interactivité.

11Par ailleurs, il est commun d’assortir une obligation d’immédiateté à la réaction (Giardina, 1992). Autrement dit, toute action entraîne consécutivement une modification qui se manifeste dans l’interface, c’est-à-dire le « support qui permet à ses usagers d’interagir avec un système […] par l’entrée d’instructions qui permettent à l’usager de manipuler le système et en sortie, par la représentation des effets des actions de l’usager sur le système » (Pignier et Drouillat, 2008, p. 33). Elle se traduit par la notification de sa prise en compte (p. ex. l’activation d’un lien est signalée par un changement de couleur) et/ou par un changement d’état correspondant à l’opération en cours (p. ex. l’activation d’un lien entraîne l’ouverture d’une page Web). Si la rétroaction doit effectivement être instantanée de manière à confirmer que les attentes de l’utilisateur ont été satisfaites (Norman, 1992, 2013), il arrive que l’exécution de la commande survienne tardivement lorsqu’elle est le résultat d’une configuration établie préalablement (p. ex. la prise en compte du paramétrage des notifications d’une application de messagerie ne transparaît qu’à la réception d’un message). Par conséquent, la modification n’est pas nécessairement consécutive à l’action de l’un des deux partenaires.

12À la suite de ces différentes réflexions, nous proposons de définir l’interactivité en tant qu’activité réciproque entre un système informatique et son utilisateur qui entraîne une modification consécutive ou non consécutive à l’un des (ou à plusieurs) niveaux du système. Ces derniers sont précisés dans la typologie des niveaux d’exécution de l’interactivité (nous y reviendrons dans la section sur les approches typologiques).

L’interaction humain-machine

13La seconde tentative de conceptualisation de l’interactivité dans les approches définitoires s’attache à différencier les concepts d’interactivité et d’interaction. Par exemple, Charlier (1999) rappelle la définition de l'interaction, à savoir une relation réciproque entre au moins deux individus et rapporte l’interactivité à une forme d’interaction puisqu’il s’agit d’« un processus de sollicitations réciproques entre un dispositif technique et un agent humain » (p. 77). Si Brien et ses collègues (1999) caractérisent de manière similaire l’interaction, ils considèrent que l’interactivité est « le caractère mesurable et le support de cette interaction (dialogue et action) dans un contexte personne-machine » (p. 23). De même, Julia (2003) circonscrit l’interactivité à la qualité d’« un dispositif […] susceptible d’être le siège d’une interaction avec l’homme » (p. 206). Pour sa part, Lavigne (2012) limite l’interaction aux relations entre êtres humains et ramène l’interactivité aux rapports avec une machine. À l’instar des tentatives précédentes, nous pensons qu’il est nécessaire de discriminer les deux concepts dans le but de mieux saisir leur interrelation. Nous poursuivons dès lors l’effort de clarification sur l’interactivité avec une réflexion sur la portée de l’interaction qui lui est connexe.

  • 7 « the relationship between two or more people who, in a given situation, mutually adapt their behav (...)
  • 8 « to the process that takes place when a human user operates a machine » (notre traduction).

14Schématiquement, les définitions ci-dessus rapportent l’interaction à la relation d’un être humain, soit avec une personne (l’interactivité désignant alors une interaction humain-machine), soit avec une machine (l’interactivité étant une caractéristique de celle-ci). Dans le premier cas, l’interaction est perçue dans son acception sociologique en tant que « relation entre deux ou plusieurs personnes qui, dans une situation donnée, adaptent mutuellement leur comportement et leurs actions »7 (Jensen, 1998, p. 188). Dans le second cas, elle réfère « au processus qui se déroule lorsqu'un utilisateur humain manipule une machine »8 (Jensen, 1998, p. 190). En nous rapportant à l’origine de l’interactivité qui coïncide avec l’avènement de la cybernétique (Guéneau, 2005 ; Kiousis, 2002) et la genèse de l’ordinateur (Breton et Proulx, 2012), il apparaît cohérent d’inscrire l’interactivité dans le cadre d’une interaction avec une machine. Par ailleurs, il est évident qu’une machine pourrait se faire le support d’une communication entre deux (ou plusieurs) personnes lorsqu’elle administre le contenu de la conversation sur son interface. Dans ce cas, l’interaction humaine, dans le sens sociologique du terme, est médiatisée.

15Nous prolongeons la réflexion sur l’interaction par l’examen de la relation qu’elle établit entre le concepteur de la machine et son utilisateur. Nous proposons de préciser les modalités de cet échange à partir de l’approche sémio-cognitive de Scolari (2001, 2009), qui combine adéquatement les considérations liées au fonctionnement du dispositif avec les processus d’interprétation et de négociation de sens des partenaires impliqués dans l’interaction humain-machine.

16Scolari récupère le modèle cognitif de Norman (2013), qui confronte les conceptions que l’utilisateur et le concepteur ont du système et de son utilisation, et y ajoute deux nouveaux interlocuteurs inspirés de l’Auteur Modèle et du Lecteur Modèle d’Eco (1985). Il s’agit du concepteur implicite qui est la manifestation de celui-ci dans le système et de l’utilisateur implicite qui est la représentation de ce dernier dans l’interface à travers l’anticipation de ses attentes et de ses compétences. Selon qu’il se reconnaît ou non dans ce profil, l’usager acceptera ou refusera la proposition d’interaction émise par le concepteur. Dans le premier cas, un contrat liera les deux parties qui partagent alors un champ sémiotique commun. Dans le second cas, l’utilisateur s’éloignera définitivement de la proposition d’interaction et consultera d’autres offres à sa disposition, ou y consentira, mais détournera l’utilisation initialement prévue de l’interface.

17Malgré la complétude du modèle, nous apportons deux nuances à sa dimension contractuelle. Premièrement, bien que Scolari mentionne que le refus de la proposition d’interaction se matérialise dans des usages non envisagés par le système, il ne s’attarde pas davantage sur ce point. À cet égard, nous mobilisons la sociologie des usages (Akrich, 1998) qui identifie différents comportements d’intervention de l’utilisateur dans les usages et/ou le dispositif initialement conçus. Secondement, l’auteur ne prend nullement en considération le contexte d’utilisation qui assigne un statut à l’usager et conditionne l’accès à des ressources, certaines pouvant être indispensables à sa fonction. Nous considérons en effet que l’utilisateur peut être contraint de souscrire à la proposition d’interaction, sans avoir la possibilité d’en consulter d’autres ou d’intervenir dans l’interface, parce qu’il ne peut ni renoncer à son statut (p. ex. un étudiant régulièrement inscrit à l’université), ni négliger les informations conservées sur le dispositif (p. ex. le contenu d’un cours disponible sur une plateforme d’apprentissage en ligne et constitutive de la matière d’examen).

18À partir de cet éclairage sur l’interaction, nous cherchons à déterminer son interrelation avec l’interactivité. Étant donné que l’interaction humain-machine implique la projection des besoins et des attentes d’un usager modèle dans les fonctionnalités d’un système, elle se doit d’englober toutes les possibilités d’action et de réaction envisagées par le concepteur. Dans ce champ des possibles, l’interactivité sera à l’œuvre quand le système et l’utilisateur seront chacun actif et réactif à l'action de l’autre, engendrant une modification concrète de leur environnement partagé. Autrement dit, l’interaction concerne le potentiel d’activités réciproques tandis que l’interactivité est la réalisation effective de celles-ci.

Les approches dichotomiques

  • 9 Mentionnons également la distinction opérée par Barchechath et Pouts-Lajus (1990), récupérée telle (...)

19Une autre tendance présente dans la littérature scientifique sur l’interactivité sont les approches dichotomiques qui consistent à aborder le concept de manière binaire9. La plupart des dichotomies distinguent globalement l’interactivité d’usage et l’interactivité de contenu (Thierry, 1989) dans des termes variés : technique et des contenus (Paquienséguy, 2006), incidente et non incidente (Paquelin, 2002), en surface et en profondeur (Lew, 2015). Quant à Tricot et Rufino (1999), ils différencient dans les hypermédias d’apprentissage, « l’interactivité [qui] se situe, d’une part, au niveau des relations entre l’utilisateur et la machine et, d’autre part, au niveau des relations entre l’apprenant et le contenu d’enseignement » (p. 107). S’il paraît utile de déterminer l’interactivité selon qu’elle se rapporte à la manipulation technique des fonctionnalités d’un système ou à l’adaptation d’un contenu sur base des actions de l’utilisateur, il nous semble qu’une catégorisation bivalente soit incomplète pour saisir l’étendue de son application. Nous amorçons cette réflexion dans les deux parties suivantes.

L’interactivité de contenu

20Il convient avant tout de préciser le type de contenu qui est concerné par l’interactivité de contenu puisque celui-ci est amené à différer selon la nature de l’interaction. Cette spécification est apportée par Guéneau (2006) qui discerne d’un côté, un « contenu ouvert entre deux ou plusieurs personnes qui se servent d’une machine pour communiquer » et de l’autre, un « contenu fermé entre l’homme et la machine » (p. 70). Dans le premier cas, l’interaction humaine médiatisée produit un contenu entièrement ouvert puisque les contributions des uns et des autres influencent le déroulement de l’échange. Dans le second cas, le contenu et les opérations permises à son égard, tant de la part de l’utilisateur que du système, ont été fixés à l’étape de la conception.

21Si nous adhérons à la discrimination entre les deux types de contenu précités, nous constatons que des cas supplémentaires n’ont pas été recensés. Premièrement, nous observons que le contenu fermé dans le modèle de Guéneau ne s’applique qu’aux outils de présentation d’informations et ne concerne pas les dispositifs d’édition ou de création de contenu. Nous proposons de créer une troisième catégorie pour les situations où l’utilisateur est en interaction avec une machine et enrichit, voire compose individuellement des contenus. Nous dénommerons ce type de contenu ouvert unipersonnel et de manière complémentaire, nous ajouterons le qualificatif pluripersonnel à la première catégorie du modèle, soit au contenu ouvert émis par plusieurs individus.

22Secondement, nous notons que le contenu fermé est actuellement envisagé dans le cas où celui-ci est déterminé par le concepteur, localisé dans un système clos de données et restitué à l’identique à l'utilisateur par le système. Autrement dit, l’usager se trouve dans « l’illusion du choix » (Guéneau, 2005; Hoguet, 2016) puisqu’il opère une sélection qui est restreinte par les limites du système et son répertoire d’options possibles. Il faut par conséquent indiquer qu’il existe des situations dans lesquelles un contenu fermé, réduit par le corpus d’une base de données préexistante, est quant à lui compilé et généré par un algorithme (p. ex. d’une intelligence artificielle) à partir d’une requête d’un utilisateur. Afin de discerner les deux types de contenu fermé, nous proposons de qualifier le premier de contenu fermé restitué et le second, de contenu fermé généré (Tableau 1).

Tableau 1. Les quatre types de contenu

Tableau 1. Les quatre types de contenu

23Remarquons que les formes de contenu précitées ne sont pas exclusives. Par exemple, il est possible de retrouver un contenu fermé et ouvert pluripersonnel dans le cas où un contenu conditionné par les choix offerts et sélectionnés par l’usager est agencé à un échange entre plusieurs individus (p. ex. le déplacement d’un avatar dans les mondes de Second Life combiné à une discussion avec d’autres joueurs dans les espaces de messagerie privés ou publics) ou un contenu ouvert unipersonnel/pluripersonnel quand un contenu est créé par un utilisateur en interaction avec la machine et qu’un échange humain est parallèlement en cours (p. ex. la rédaction d’un texte dans un Google Docs partagé à d’autres participants qui, ayant obtenu le statut « commentateur », suggèrent des révisions). Enfin, il existe encore des cas où coexistent au sein du même dispositif différentes formes de contenu fermé (p. ex. la consultation d’informations présentées dans un MOOC (Massive Open Online Course) et les réponses à un questionnaire à choix multiple intégré dans la séquence vidéo) ou ouvert pluripersonnel (p. ex. la production d’un tableau créé dans un Google Sheets par plusieurs usagers ayant le statut « éditeur » conjuguée à un échange parallèle dans l’espace des commentaires).

24Sur base de cette clarification, nous constatons que l’interactivité de contenu fait référence à l’activité de l’utilisateur sur un contenu fermé restitué puisque les auteurs qui utilisent l’approche dichotomique l’appliquent à des dispositifs de présentation tels qu’un programme éducatif (Barchechath et Pouts-Lajus, 1990; Paquelin, 2002; Paquienséguy, 2006; Tricot et Rufino, 1999) ou une œuvre cinématographique (Lew, 2015). Étant donné que nous avons démontré qu’il existe d’autres formes de contenu sur lesquelles l’action de l’utilisateur peut influer, nous pensons qu’il est nécessaire d’élargir le spectre d’application de l’interactivité de contenu. Pour cela, nous avançons une typologie des niveaux d’exécution de l’interactivité (nous y reviendrons dans la section suivante sur les approches typologiques) qui recense les différentes composantes, dont le contenu, du système sur lesquelles l’activité s’applique.

L’interactivité d’usage

25L’interactivité d’usage est complémentaire à l’interactivité de contenu. Paquelin (2002) dissocie les deux ainsi : « La nature des conséquences de l'interactivité sur le système "logiciel" [sic] distingue l'interactivité incidente [ou de contenu] qui modifie le contenu même de l'application, de l'interactivité non incidente [ou d’usage] qui ne provoque aucune modification de celui-ci » (p. 7). Autrement dit, cette dernière se rapporte à toute démarche opérationnelle et procédurale de l’utilisateur qui n’affecte pas le contenu. L’interactivité d’usage recouvre en réalité diverses applications. À nouveau, nous proposons de préciser celles-ci dans une typologie qui identifie les niveaux du système où l’interactivité s’exerce.

Les approches typologiques

26Nous terminons l’état des lieux des conceptualisations de l’interactivité par les approches typologiques qui l’appréhendent selon deux perspectives. D’un côté, il existe des typologies notionnelles qui définissent des catégories génériques d’interactivité présentées sous la forme d’une échelle de gradation. Les exemples suivants ont été sélectionnés dans différents domaines des SIC dans le but d’illustrer la diversité des démarches et des qualificatifs. Il est irréaliste de proposer un recoupement ou une synthèse des typologies tant elles sont plurielles. Elles sont par conséquent rapportées de manière descriptive dans les prochains paragraphes.

  • 10 « Qui indique le déclenchement ou la progression graduelle d'une action » (CNRTL, 2012b, s.p.).

27Parmi celles-ci, se trouve celle de Weissberg (1989, 1999) qui conçoit l’interactivité comme une simulation de l’interaction humaine. Il recense, au sein de l’interactivité conversationnelle, l’échange codé, le mode conversationnel et la communication intelligente. Quant à l’interactivité de commande, il l’associe à différentes situations, allant du guichet automatique à la visite d’un espace. Dans une toute autre démarche, Jensen (1998) distingue quatre classes selon l’origine de la production et de la distribution de l’information : l’interactivité de transmission permet l’accès à un flux de données sans possibilité de requête; l’interactivité de conversation autorise l’introduction d’informations dans le système; l’interactivité de consultation se rapporte à une sélection au sein d’une base de données; l’interactivité d’enregistrement prévoit l’adaptation du média en fonction du profil introduit par l’utilisateur. Quant à Julia et Lambert (2003), ils proposent une lecture linguistique des modalités d’interaction. La figure inchoative10 est associée à l’exploration de l’espace pour identifier les possibilités interactives. La figure prospective s’applique aux échanges initiés par un langage de commande et devient factitive lorsqu’elle intègre d’autres gestes (p. ex. une souris). La figure contributive couvre toutes les situations où l’utilisateur insère des données tandis que la figure créative s’applique aux logiciels de production et d’édition de contenu. Enfin, Retzinger (2009) organise l’interactivité sur un continuum selon le niveau d'implication offert à l’utilisateur en fonction de ses objectifs et des fonctionnalités du dispositif.

28De l’autre côté, il existe des typologies particulières qui s’appliquent à un dispositif et qui caractérisent le concept par une variété de qualificatifs. Nous avons à nouveau sélectionné un échantillon afin d’illustrer l’hétérogénéité des théorisations et des objets de recherche examinés par le prisme de l’interactivité. Il existe tout d’abord des classifications composées de deux paires, notamment celle de Ryan (2001), qui étudie la relation de l’utilisateur au monde d’un jeu vidéo. Elle distingue d’une part, l’interactivité interne lorsqu’il y a incarnation d’un joueur à travers un avatar et l’interactivité externe si l’usager prend le rôle d’un dieu omniscient, et d’autre part, elle identifie l’interactivité exploratoire dans le cas où les choix du joueur n’impactent nullement le déroulement de l’intrigue et l’avenir de l’univers fictionnel, au contraire de l’interactivité ontologique.

29D’autres catégorisations présentent une logique croissante d’intervention de l’utilisateur. Dans ses travaux sur la réception audiovisuelle, Chateau (1990) identifie tout d’abord l’interactivité intransitive lorsque le spectateur déchiffre le message. Remarquons que celle-ci n’implique aucune manipulation physique de la machine. Il repère également l’interactivité faiblement transitive quand le téléspectateur accède au programme de son choix et fortement transitive lorsqu’il intervient par téléphone dans une émission télévisuelle et influence de près ou de loin sa programmation. Gantier (2016) caractérise pour sa part quatre régimes selon les opérations attendues de l’utilisateur d’un webdocumentaire : l’interactivité de navigation lui permet d’accéder aux informations; l’interactivité de manipulation autorise l’usager à transformer la présentation de ce contenu; l’interactivité contributive lui offre la possibilité d’importer du contenu sans modification profonde du document, contrairement à l’interactivité participative qui entraîne une transformation significative tant du fond que de la forme. Durand et ses collègues (1997) mettent quant à eux en perspective la scénation, c’est-à-dire la structure de l’hyperdocument telle que perçue par l’utilisateur, avec des niveaux d’interactivité. Le niveau 0 se rapporte à la diffusion linéaire continue contrairement au niveau 1 qui inclut des boutons de lecture. Le niveau 2 couvre la consultation d’informations à partir d’une recherche. Le niveau 3 équivaut à la navigation au sein d’une structure prédéterminée à l’inverse du niveau 4 qui correspond à l’exploration libre. Enfin, le niveau 5 concerne les environnements virtuels.

30Enfin, nous rapportons deux derniers exemples tirés du champ de l’apprentissage qui abordent l’interactivité en fonction de son potentiel pédagogique. Moreno et Mayer (2007) proposent l’inventaire suivant : l’interactivité de dialogue permet l’introduction d’une question ou d’un commentaire à la suite d’une action de l’utilisateur; l’interactivité de contrôle apparaît lorsque l’apprenant manipule la vitesse et l’ordre de présentation du contenu; l’interactivité de manipulation autorise l’usager à définir les paramètres de la présentation; l’interactivité de recherche survient quand l’utilisateur entre une requête pour trouver des informations; l’interactivité de navigation permet d’opter pour un contenu qui répond à un besoin. Pour finir, Sims (1997) catalogue onze types d’interactivité dans le but de guider la conception d’applications pédagogiques, allant de l’interactivité d’objet, selon laquelle l’activation d’un bouton produit une réponse audiovisuelle, à l’interactivité virtuelle immersive qui propulse l’apprenant dans un monde artificiel.

31Ces différentes typologies, qu’elles soient notionnelles ou particulières, sous une forme binaire, croissante ou énumérative, identifient toutes des classes d’interactivité. Elles recouvrent la palette d’actions de l’utilisateur et/ou leurs différentes formes d’influence sur les composantes du dispositif. L'interactivité est alors diluée dans les qualificatifs propres à chaque cas de figure. Bien qu’il existe des convergences entre certaines catégories, les exemples ci-dessus démontrent la dispersion des définitions et la difficulté à produire une compréhension générale de l’interactivité. Si nous ne contestons pas l’utilité des typologies particulières, nous cherchons pour notre part à avancer une proposition qui monte en abstraction et offre un cadre d’application plus englobant. Dans cette optique, nous avons produit une typologie des niveaux d’exécution de l’interactivité dans un système avec une interface utilisateur que nous développons dans la section suivante.

Proposition d’une typologie des niveaux d’exécution de l’interactivité

32En complément de notre définition, nous proposons une typologie des niveaux où l’interactivité s’exécute, c’est-à-dire qu’elle entraîne une modification à l’un des (ou à plusieurs) niveaux du système lorsque l’usager cherche à accomplir une tâche (Tableau 2). Cette classification ne rapporte ni un type d’action (p. ex. un drag-and-drop, le cochage d’un item, une entrée linguistique) ni l’endroit où elle a été déclenchée par l’usager (p. ex. un raccourci clavier, une saisie tactile, une commande vocale) puisque nous ne discutons pas de la nécessité de la manipulation logicielle et matérielle indissociable de l’interactivité.

Tableau 2. Typologie des niveaux d’exécution de l’interactivité

Tableau 2. Typologie des niveaux d’exécution de l’interactivité

33Nous avons construit cette typologie de manière itérative à partir d’un exercice de réflexion et d’une discussion menés avec deux collègues. Les niveaux d’exécution de l’interactivité ont été établis de manière à couvrir une pluralité d’applications dans des systèmes avec une interface. Nous indiquons néanmoins que les différents niveaux ne sont pas nécessairement disponibles selon le dispositif utilisé. Dans ce tableau, nous identifions les deux composantes d’un système. D’un côté, il y a le contenu, c’est-à-dire les informations qu’il administre et qu’il met à disposition de l’utilisateur. De l’autre, se trouve la structure, autrement dit les fonctions pour lesquelles il a été programmé. Chacune des deux composantes est organisée autour de quatre niveaux, détaillés ci-dessous, sur lesquels l’activité de l’utilisateur et du système s’effectue.

34Lorsque l’activité de l’usager porte sur le contenu du système appréhendé au niveau de la matière, elle implique la manipulation d’un contenu. D’une part, l’utilisateur peut produire un contenu ouvert unipersonnel dans un logiciel d’édition (p. ex. le montage d’un billet sonore sur Audacity). Il peut également émettre un contenu ouvert pluripersonnel dans le cadre d’une communication humaine médiatisée (p. ex. l’échange de messages dans une conversation sur Teams). De l’autre, il peut interagir avec un contenu fermé restitué (p. ex. la sélection d’un item parmi les propositions d’un questionnaire à choix multiple créé avec Google Forms) ou généré (p. ex. la traduction d’un texte de l’anglais au français par ChatGPT) par le système.

35Au niveau de la forme, l’activité de l’utilisateur concerne la présentation d’un contenu (graphique, sonore, audiovisuel…). S’il agit au niveau des modalités de représentation, l’usager modifie le mode d’expression sous lequel se manifeste le contenu, ouvert (p. ex. la définition de la police de caractères dans un Google Docs) ou fermé (p. ex. la sélection de la langue d’expression d’un film disponible sur Netflix). S’il concentre son action au niveau des modalités d’accès, l’utilisateur influe sur l’apparition du contenu, que ce dernier soit déjà en cours de consommation (p. ex. le passage d’un chapitre à l’autre dans une liste de lecture sur YouTube) ou soit récupéré dans un espace de stockage par le système (p. ex. l’ouverture d’un document Microsoft enregistré).

36Quant à la structure, lorsque l’utilisateur agit au niveau de la matière, il ajoute des nouvelles fonctionnalités au système. Il peut enrichir le code source en développant des instructions dans un langage de programmation (p. ex. la création d’un programme avec Python) ou installer des applications additionnelles, sélectionnées parmi des possibilités pré-encodées, voire importées à partir d’une source externe (p. ex. le téléchargement de l’extension Adblock destinée à bloquer les publicités sur les pages Web).

37Au niveau de la forme, l’activité de l’usager s’applique à deux types de fonctionnalités. Il y a d’un côté, les fonctionnalités de représentation qui affectent la façon dont le système manifeste son état ou son action. En d’autres termes, l’utilisateur modifie l’interface, soit lors d’une manipulation ponctuelle réalisée au besoin (p. ex. le masquage de la navigation des blocs-notes sur OneNote), soit à l’occasion d’un paramétrage établi à long terme (p. ex. la définition du fond d’écran des conversations sur WhatsApp). De l’autre, il y a les fonctionnalités de transition qui permettent à l’usager d’effectuer les liaisons entre certaines étapes d’une action (p. ex. l’activation du champ de recherche sur la page d’accueil de Google) ou de faire passer le système d’un état à l’autre (p. ex. le clic sur le bouton « Envoyer » après avoir répondu à un sondage de Doodle). À ce niveau se trouve également toute indication de la prise en compte de la commande, en tant que réaction du système (p. ex. le changement de couleur d’un hyperlien activé).

38Avec cette démonstration, nous défendons une classification des niveaux d’exécution de l’interactivité, complémentaire à notre définition, qui permet d’appréhender le concept indépendamment d’un objet particulier. Nous enrichissons également la dichotomie opposant les interactivités d’usage et de contenu, en distribuant l’activité tant dans le contenu que dans la structure du système en fonction de l’objectif poursuivi par l’usager.

Conclusion

39Étant un concept multidisciplinaire (Barry et Doherty, 2017; Retzinger, 2009; Sims, 1997), l’interactivité est souvent appropriée en fonction d’un champ de recherche, étudiée à partir d’un objet médiatique, voire récupérée sans effort de clarification parce que le terme est « effectivement vague [et] a le mérite d’être universellement connu » (Archibald et Gervais, 2006, p. 28). Devant le foisonnement des conceptualisations et la dispersion des définitions, nous avons formulé une nouvelle contribution, s’appuyant sur les différentes approches repérées dans la littérature de l’interactivité, qui a débouché sur trois principaux apports théoriques. Nous avons tout d’abord avancé une théorisation de l’interactivité qui comporte les fondamentaux suivants : le couplage d’un système et d’un utilisateur; l’attitude active et réactive à l’action de l’autre; le délai de manifestation de la modification. Nous avons prolongé la réflexion en étudiant l’interrelation de l’interactivité avec l’interaction humain-machine et avons conclu que la première était la réalisation effective de la gamme d’activités permises par la seconde. Enfin, nous avons complété notre argumentaire par une typologie des niveaux d'exécution de l’interactivité, c’est-à-dire ceux où l’activité de l’usager et du système se réalise. Cette classification récupère la paire composée des interactivités d’usage et de contenu, tout en élargissant son cadre d’application, et précise les composantes du système affectées par l’interactivité. Nous pensons que cette démonstration, qui s’efforce d’avancer une compréhension générale de l’interactivité, indépendante d’une application particulière et valable pour les systèmes avec une interface utilisateur, peut être le support de discussions et de collaborations entre des chercheurs et des chercheuses issues d’horizons académiques différents.

Haut de page

Bibliographie

Akrich, M. (1998). Les utilisateurs, acteurs de l’innovation. Éducation permanente, 134, 79-90.

Alvarez, J., Djaouti, D. et Jessel, J.-P. (2010). Concevoir l’interactivité ludique : Une vue d’ensemble des méthodologies de « Game Design ». Communication présentée à Ludovia 2010, Ax-les-Thermes.

Amato, E. A. (2006). Interactivité d’accomplissement et de réception dans un jeu tridimensionnel : de l’image actée à l’image interagie. Dans P. Barboza et J.-L. Weissberg (dir.), L’image actée : Scénarisations numériques, (pp. 123-160). Paris, France : L'Harmattan.

Archibald, S. et Gervais, B. (2006). Le récit en jeu : Narrativité et interactivité. Protée, 34(2-3), 27-39. doi : 10.7202/014263ar

Barchechath, E. et Pouts-Lajus, S. (1990). Postface sur l’interactivité. Dans K. Crossley et L. Green (dir.), Le design des didacticiels : Guide pratique pour la conception de scénarios pédagogiques interactifs (s.p.). Paris, France : ACL Éd.

Barry, M. et Doherty, G. (2017). How We Talk About Interactivity: Modes and Meanings in HCI Research. Interacting with Computers, 29(5), 697-714. doi : https://doi.org/10.1093/iwc/iwx004

Béguin, A. et Amougou, B. (2001). Du laboratoire au cédérom : Expérience simulée et construction de connaissance. Recherches en Communication, 16, 111-130.

Benkada, C. et Moccozet, L. (2017). Enriched Interactive Videos for Teaching and Learning. Communication présentée à la 21st International Conference Information Visualisation, Londres. doi : https://doi.org/10.1109/iV.2017.74

Bouchardon, S. (2007). L’écriture interactive : Une rhétorique de la manipulation. Communication présentée à H²PTM07, Hammamet.

Breton, P. et Proulx, S. (2012). L’explosion de la communication. Introduction aux théories et aux pratiques de la communication. Paris, France : La Découverte.

Brien, R., Bourdeau, J. et Rocheleau, J. (1999). L’interactivité dans l’apprentissage : La perspective des sciences cognitives. Revue des sciences de l’éducation, 25(1), 17-34.

Charlier, P. (1999). Interactivité et interaction dans une modélisation de l’apprentissage. Revue des sciences de l’éducation, 25(1), 61. doi : https://doi.org/10.7202/031993ar

Chateau, D. (1990). L’effet zapping. Communication, 51, 45-55.

CNRTL. (2012a). Activité. Repéré à https://cnrtl.fr/definition/activit%C3%A9

CNRTL. (2012b). Inchoatif. Repéré à https://cnrtl.fr/definition/inchoatif

Demaizière, F. et Dubuisson, C. (1992). De l’EAO aux NTF : Utiliser l’ordinateur pour la formation. Paris, France : Ophrys.

Downes, E. J. et McMillan, S. J. (2000). Defining interactivity. New Media et Society, 2(2), 157-179.

Durand, A., Laubin, J.-M. et Leleu-Merviel, S. (1997). Vers une classification des procédés d’interactivité par niveaux corrélés aux données. Revue Internationale Hypertextes Hypermédia, 1(2-3-4), 367-382.

Eco, U. (1985). Lector in fabula : Ou la coopération interprétative dans les textes narratifs. Paris, France : Grasset.

Evans, C. et Gibbons, N. J. (2007). The interactivity effect in multimedia learning. Computers & Education, 49(4), 1147-1160. doi : https://doi.org/10.1016/j.compedu.2006.01.008

Flichy, P. (1987). Interactivité technique, interactivité sociale. Netcom, 1(3), 483-494. doi : https://doi.org/10.3406/netco.1987.913

Gantier, S. (2016). Scénariser le rôle et le pouvoir d’agir de l’utilisateur : Vers une typologie interactionnelle du documentaire interactif. Entrelacs, 12. doi : https://doi.org/10.4000/entrelacs.1840

Giardina, M. (1992). L’interactivité dans un environnement d’apprentissage multimédia. Revue des sciences de l’éducation, 18(1), 43-66. doi : https://doi.org/10.7202/900719ar

Giardina, M. et Laurier, M. (1999). Modélisation de l’apprenant et interactivité. Revue des sciences de l’éducation, 25(1), 35-59. doi : https://doi.org/10.7202/031992ar

Guéneau, C. (2005). L’interactivité : Une définition introuvable. Communication et langages, 145(1), 117-129. doi : https://doi.org/10.3406/colan.2005.3365

Guéneau, C. (2006). Du spectateur à l’interacteur ? Médiamorphoses, 18, 68-73.

Hoguet, B. (2016). Créer et produire pour les nouveaux médias : Le guide de la narration interactive et transmédia. Paris, France : Dixit.

Hurel, P.-Y. (2013). Récit et interactivité : Typologie des interactions narratives. MOSAÏQUE, revue de jeunes chercheurs en SHS, 10, 94-117.

Jacquinot, G. (1993a). De l’interactivité transitive à l’interactivité intransitive : L’apport des théories d’inspiration sémiologique à l’analyse des supports de la communication éducative médiatisée. Dans A.P. Gambardella (dir.), Luoghi dell'apparenza. Mass media e formazione del sapere. Trezzano sul Naviglio, Italie : Unicopoli.

Jacquinot, G. (1993b). La communication éducative médiatisée : De l’âge de pierre à l’âge de bronze. Études de communication, 14, 77-90. doi : https://doi.org/10.4000/edc.2731

Jensen, J. F. (1998). Interactivity: Tracking a new concept in media and communication studies. Nordicom Review, 19, 185-204.

Julia, J.-T. (2003). Interactivité, modes d’emploi : Réflexions préliminaires à la notion de document interactif. Documentaliste-Sciences de l’Information, 40(3), 204-212. doi : https://doi.org/10.3917/docsi.403.0204

Julia, J.-T. et Lambert, E. (2003). Énonciation et interactivité : Du réactif au créatif. Communication et langages, 137(1), 30-44. doi : https://doi.org/10.3406/colan.2003.3219

Kiousis, S. (2002). Interactivity: A concept explication. New Media & Society, 4(3), 355-383. doi : https://doi.org/10.1177/146144480200400303

Lavigne, M. (2012). Interactivité, interactions et développement cognitif. Interfaces numériques, 1(1), 107-122.

Lévy, P. (1989). Remarques sur les interfaces. Réseaux, 7(33), 7-26. doi : https://doi.org/10.3406/reso.1989.1299

Lew, M. (2015). Vers un cinéma interactif : Les mutations du documentaire à l’ère informatique. Cahiers de Narratologie, 28. doi : https://doi.org/10.4000/narratologie.7259

Mabillot, V. (2003). Les proximités de l’interactivité. Communication et langages, 138(1), 105-121.

Mitropoulou, E. (2012). Écrans interactifs, promesses d’interaction. Interfaces numériques, 1(1), 71-89. Repéré à https://www.unilim.fr/interfaces-numeriques/136&file=1/

Moreno, R. et Mayer, R. (2007). Interactive Multimodal Learning Environments: Special Issue on Interactive Learning Environments: Contemporary Issues and Trends. Educational Psychology Review, 19(3), 309-326. doi : https://doi.org/10.1007/s10648-007-9047-2

Norman, D. A. (1992). Design principles for cognitive artifacts. Research in Engineering Design, 4(1), 43-50. doi : https://doi.org/10.1007/BF02032391

Norman, D. A. (2013). The Design of Everyday Things: Revised and Expanded Edition (Revised and expanded editions). Boston, États-Unis : The MIT Press.

Papilloud, C. (2010). L’interactivité. tic&société, 4(1). doi : https://doi.org/10.4000/ticetsociete.769

Paquelin, D. (2002). Analyse d’applications multimédias pour un usage pédagogique. À la recherche de l’intentionnalité partagée. Apprentissage des Langues et Systèmes d’Information et de Communication, 5(1), 3-32.

Paquienséguy, F. (2006). Entre interactivité, dispositif et médiation : Que devient l’usage prescrit dans les cours en ligne ? Communication présentée au Colloque International Enjeux et usages des TIC : reliance sociale et insertion professionnelle, Bruxelles.

Pignier, N. et Drouillat, B. (2008). Le webdesign : Sociale expérience des interfaces Web. Paris, France : Hermès Science Publications.

Retzinger, K. (2009). Confounding definitions: Using a continuum to understand interactivity. Dans B. Mehlenbacher et A. Protopsaltis (dir.), SIGDOC '09: Proceedings of the 27th ACM International Conference on Design of Communication (pp. 245-250). New York, États-Unis (NY) : Association for Computing Machinery. doi : https://doi.org/10.1145/1621995.1622044

Ryan, M.-L. (2001). Beyond Myth and Metaphor—The Case of Narrative in Digital Media. Games Studies, 1(1). Repéré à : http://www.gamestudies.org/0101/ryan/

Scolari, C. (2001). Towards a semio-cognitive theory of human-computer interaction. Communication présentée à CHI2001, Seattle.

Scolari, C. (2009). The sense of the interface: Applying semiotics to HCI research. Semiotica, 2009(177). doi : https://doi.org/10.1515/semi.2009.067

Sims, R. (1997). Interactivity: A Forgotten Art? Computers in Human Behavior, 13(2), 157-180.

Sims, R. (2003). Promises of Interactivity: Aligning Learner Perceptions and Expectations with Strategies for Flexible and Online Learning. Distance Education, 24(1), 87-103. doi : https://doi.org/10.1080/01587910303050

Thierry, D. (1989). Écrire pour l’interactivité. Réseaux, 7(33), 47-71. doi : https://doi.org/10.3406/reso.1989.1301

Tricot, A. et Rufino, A. (1999). Modalités et scénarios d’interaction dans des hypermédias d’apprentissages. Revue des sciences de l’éducation, XXV(1), 105-129.

Vandendorpe, C. (1999). Du papyrus à l’hypertexte : Essai sur les mutations du texte et de la lecture. Paris, France : La Découverte.

Weissberg, J.-L. (1989). La simulation de l’autre : Approche de l’interactivité informatique. Réseaux, 7(33), 73-110. doi : https://doi.org/10.3406/reso.1989.1302

Weissberg, J.-L. (1999). Retour sur interactivité. Revue des sciences de l’éducation, 25(1), 167. doi : https://doi.org/10.7202/031997ar

Weissberg, J.-L. (2002). Qu’est-ce que l’interactivité ? Éléments pour une réponse. Communication présentée au séminaire "L'action sur l'image : pour l'élaboration d'un vocabulaire critique", Paris. Repéré à: http://lucdall.free.fr/workshops/IAV07/documents/interactivite_jl_weissberg.pdf

Haut de page

Notes

1 « However, little consensus has been achieved as to what interactivity actually is or can be. » (notre traduction).

2 « As a multidisciplinary concept, it has benefited from a wide variety of literature, methodologies, and theoretical frameworks. » (notre traduction).

3 Mentionnons quelques exceptions à cette démarche, telles que la compilation d’interviews d’experts sur les effets d’une communication interactive (Downes et McMillan, 2000) ou d’étudiants sur leurs attentes en termes de potentiel éducatif (Sims, 2003), voire l’analyse d’un échantillon d’articles sur les définitions et les propriétés techniques associées à la notion (Barry et Doherty, 2017).

4 La conceptualisation de Jensen (1998) est complétée par d’autres éléments de définition qui sont discutés dans les approches typologiques.

5 « measure of a media’s potential ability to let the user exert an influence on the content and/or form of the mediated communication » (notre traduction).

6 « degree to which a communication technology can create a mediated environment in which participants can communicate […], both synchronously and asynchronously, and participate in reciprocal message exchanges » (notre traduction).

7 « the relationship between two or more people who, in a given situation, mutually adapt their behavior and actions to each other. » (notre traduction).

8 « to the process that takes place when a human user operates a machine » (notre traduction).

9 Mentionnons également la distinction opérée par Barchechath et Pouts-Lajus (1990), récupérée telle quelle par d’autres chercheurs (Demaizière et Dubuisson, 1992; Jacquinot, 1993a, 1993b), entre l’interactivité fonctionnelle, apparentée à l’interactivité d’usage, et l’interactivité intentionnelle qui fait référence aux protocoles de communication entre l’utilisateur et le concepteur, manifeste à travers les fonctionnalités du programme. Nous renvoyons le lecteur à l’approche sémio-cognitive de l’interaction humain-machine par Scolari (abordée précédemment dans la section 1.2. L’interaction humain-machine) qui théorise pertinemment la relation entre le concepteur et l’usager.

10 « Qui indique le déclenchement ou la progression graduelle d'une action » (CNRTL, 2012b, s.p.).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les quatre types de contenu
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/7787/img-1.png
Fichier image/png, 89k
Titre Tableau 2. Typologie des niveaux d’exécution de l’interactivité
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/7787/img-2.png
Fichier image/png, 65k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alice T’KINT, « Proposition d’une définition et d’une typologie de l’interactivité dans un système avec une interface »tic&société, Vol. 17 | N° 1-2 | 1er semestre - 2ème semestre | -1, 29-54.

Référence électronique

Alice T’KINT, « Proposition d’une définition et d’une typologie de l’interactivité dans un système avec une interface »tic&société [En ligne], Vol. 17 | N° 1-2 | 1er semestre - 2ème semestre | 2023, mis en ligne le 31 mai 2024, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ticetsociete/7787

Haut de page

Auteur

Alice T’KINT

Alice T’KINT est assistante d’enseignement et de recherche à l’Université catholique de Louvain (UCLouvain). Elle assure des tâches d’encadrement dans les enseignements du Master en Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication (STIC) et réalise une thèse de doctorat au sein du Groupe de Recherche en Médiation des Savoirs (GReMS). alice.tkint@uclouvain.be

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search