Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 17 | N° 1-2 | 1er semestre - 2ème semestreL’étude des savoirs au-delà du co...

L’étude des savoirs au-delà du contrôle disciplinaire : relire l’histoire de l’intervention publique en santé au prisme des monopoles de savoirs

The study of knowledge beyond disciplinary control: rereading the history of public intervention in health through the prism of knowledge monopolies
El estudio del conocimiento más allá del control disciplinario: releyendo la historia de la intervención pública en salud a través del prisma de los monopolios del conocimiento
Myriam LAVOIE-MOORE
p. 55-81

Résumés

Dans le contexte récent d’accélération de l’intégration d’entreprises du numérique dans les pratiques de traçage de contacts épidémiques, l’article se penche sur le rôle historique des médias dans l’introduction de nouveaux intérêts économiques dans le champ de la production de savoirs sur la santé populationnelle. La mobilisation d’une approche sociomatérielle critique des savoirs inspirée des travaux d’Harold Innis ancre l’étude dans le courant de la matérialité des médias. Les résultats se distinguent ainsi des travaux sur la santé publique inspirés des thèses foucaldiennes du contrôle disciplinaire. La mise en interaction des dimensions symbolique et matérielle des savoirs permet d’envisager l’arrivée de nouveaux acteurs dans la production de savoirs comme un signal de la modification de la conception de la santé populationnelle et, conséquemment, des orientations de l’intervention publique. L’article démontre la pertinence de ce cadre théorique à travers l’analyse historique de l’interaction entre les moyens de production de savoirs sur la santé populationnelle et les formes modernes de l’intervention publique en santé en Grande-Bretagne.

Haut de page

Texte intégral

1Dès les premières semaines de la pandémie de la maladie communément appelée COVID-19, des organisations privées du secteur du numérique ont travaillé activement à faciliter la collecte des données à partir du téléphone des individus. Cette approche du traçage numérique de contact diffère des techniques traditionnelles de la santé publique puisque ces technologies mesurent, grâce à l’utilisation des données émises et collectées par les téléphones numériques, les risques d’infection au niveau individuel plutôt que par type de population (Farrahi et al., 2014). Par le biais de ces technologies, les entreprises du numérique s’introduisent comme de nouveaux acteurs dans les pratiques de santé publique.

  • 1 L’analyse présentée ici est fondée sur une démarche qui demeure exploratoire dans la mesure où elle (...)

2Parce que la production et l’analyse de données quantitatives sont considérées comme un des fondements des approches modernes de santé publique, comment interpréter l’introduction de nouveaux acteurs dans la collecte et l’analyse de données sur la santé populationnelle? Le courant d’étude de la matérialité de la communication ouvre des possibilités d’interprétation de ces modifications qui pallient certaines des impasses auxquelles nous conduisent l’approche foucaldienne. Afin de centrer le regard sur les conditions de production des savoirs sur la santé populationnelle, cet article croise l’histoire de l’intervention publique en santé et l’histoire des technologies de l’information à l’aide d’une approche théorique inspirée des travaux d’Harold Innis. Son approche des médias est particulièrement pertinente pour saisir les transformations contemporaines associées aux types d’acteurs impliqués dans la production de savoirs épidémiologiques parce qu’ils invitent à identifier les intérêts en position de contrôle des savoirs et les points de déstabilisation de leur monopole. Cette approche, définie comme sociomatérielle critique, permet d’identifier les facteurs qui justifient et rendent possible la diffusion d’idées dominantes qui servent les intérêts des groupes sociaux en position de pouvoir. Ici, l’objectif sera d’établir les liens qui existent entre la perception de la valeur économique de la santé et les modes d’intervention en identifiant les intérêts qui gouvernent la production de savoirs sur la santé populationnelle. Pour procéder à cette analyse, l’article croise les littératures des champs de l’histoire de la santé publique de la Grande-Bretagne avec celle de l’histoire des technologies et des statistiques. L’ampleur de l’intervention de l’État dans le secteur de la santé de ce pays de même que l’existence préalable d’une littérature relative à l’usage public de la mécanographie et aux mouvements institutionnels de la production statistique expliquent que l’analyse se concentre sur ce cas1. La contribution de cet article se situe à la croisée de deux champs d’études. Le recours aux travaux d’Innis participe à la fois au renouvellement des théories sur la matérialité des médias et aux travaux historiques sur l’intervention publique en santé, en offrant une explication originale du rôle de l’État axé sur la construction symbolique et matérielle de la valeur de la santé populationnelle.

3Dans un premier temps, l’article reviendra sur les failles interprétatives de l’histoire de la santé publique et de celle des statistiques lorsqu’il s’agit d’analyser l’arrivée des entreprises d’intelligence artificielle dans la production de savoirs épidémiologiques. La multidimensionnalité de l’approche sociomatérielle critique des savoirs utilisée par Harold Innis sera ensuite décortiquée de manière à exposer sa pertinence pour un tel travail. Puis, les deux sections suivantes s’y appuieront pour intervenir dans le découpage historiographique de l’intervention publique en santé. Au fil de celui-ci, des éléments liés aux intentions et aux conditions de la production des savoirs sur la santé populationnelle seront insérés pour enrichir la compréhension des modifications.

Privatisation des savoirs : renouvellement ou retrait de l’État?

4Les savoirs sur la santé populationnelle tiennent une place cruciale dans la compréhension des transformations historiques de l’intervention publique, même s’ils ne sont plus seulement perçus comme des vecteurs de progrès. La périodisation de l’historiographie récente dans les pays européens et en Amérique du Nord prend en compte les types de savoirs ainsi que les approches théoriques préconisées en les liant aux formes de l’intervention publique en santé (Amyot, 1967; Begley et Sheard, 2019; Bunton et Petersen, 2002; Coburn, 2015; Desrosiers et Gaumer, 2004; Goulet et al., 2008a; Grenier et al., 2014; Hamlin et Sidley, 1998; Naylor, 1992; Petersen, 1993; D. Porter, 1994, 2005; Raphael, 2008; Robertson, 1998). La période moderne de la santé publique est établie au début du XIXe siècle avec l’arrivée des méthodes quantitatives et des sciences sociales qui permettent alors de détecter, de comprendre et de répondre aux problèmes socioéconomiques de santé liés à l’urbanisation. L’intervention de l’État est interprétée comme en étant l’une des conséquences. En Grande-Bretagne, un jalon temporel est identifié à partir de 1815 avec les premières interventions de santé publique fondées sur les analyses épidémiologiques. Le début du XXe siècle, avec le développement des assurances publiques de santé, qui s’accompagne parfois d’une distribution publique des soins, marque un autre jalon majeur dans l’historiographie des services sanitaires. Les historien·ne·s utilisent ces balises pour saisir les transformations observées dans les années 1980 et 1990 avec l’émergence d’approches de promotion de la santé qui misent sur la responsabilité individuelle afin de réduire la complexité et les coûts de l’intervention publique face à des phénomènes comme le tabagisme ou les maladies transmises sexuellement. Principalement inspirés par les analyses foucaldiennes des savoirs médicaux et démographiques du XVIIIe siècle, de nombreux travaux perçoivent cette modification des techniques et de la culture disciplinaire comme une rupture du modèle de l’État-Providence ayant dominé la deuxième moitié du XXe siècle (D. Porter, 2005; Raphael, 2008; Robertson, 1998). L’accent mis sur l’identification et la compréhension des comportements à risque va, pour plusieurs auteurices, de pair avec la croissance des acteurs privés dans l’offre des services de santé et de bien-être qui délestent la charge économique et morale de l’État face à la santé des citoyen·ne·s (Desrosiers et Gaumer, 2004; Guérard, 1996; D. Porter, 2005).

  • 2 Dans plusieurs pays européens ainsi qu’au Canada, le degré d’utilité de ces applications quant à la (...)

5Cette interprétation du rôle des savoirs dans l’histoire de la santé publique nous garde d’interpréter l’arrivée des technologies d’intelligence artificielle (IA) comme une simple progression des pratiques. Au regard de la littérature sur l’intervention publique en santé, les récentes initiatives de déploiement de technologies d’IA axées sur la sensibilisation aux risques individuels d’exposition au virus SARS-Cov-2 pourraient soit être comprises comme s’inscrivant dans le continuum d’un retrait de l’État ou soit comme une manifestation de son adhésion à de nouveaux modes disciplinaires. Si ces technologies avaient atteint leurs objectifs d’identifier et d’informer les individus ayant été en contact avec un cas déclaré positif2, elles auraient eu pour principale conséquence de réduire les effectifs nécessaires au travail humain de traçage manuel. Néanmoins, la restriction hypothétique du recours au travail des institutions publiques n’aurait pas agi sur les modalités de contrôle des corps assujettis aux normes sanitaires. En effet, parce qu’il ne fait pratiquement que remplacer une tâche déjà existante, ce type de technologies ne mise pas davantage sur la responsabilité individuelle que les pratiques déjà existantes.

6Cependant, conclure simplement à une poursuite de l’effritement de la place de l’État entre en contradiction avec les analyses de l’usage des savoirs dans un cadre politique néolibérale. Les études produites dans les vingt dernières années ne pointent pas vers un amenuisement de la taille de l’appareil public, mais, en empruntant également les thèses du contrôle disciplinaire, vers la mobilisation de l’État dans la dissémination d’une logique concurrentielle vers l’ensemble des sphères de la vie sociale (Dardot et Laval, 2010). Dans cette même veine, la multiplication de l’usage de statistiques pour évaluer quantitativement la performance des services publics a été conçue comme des moyens d’introduire des boucles de rétroaction continue (Desrosières, 2012) et d’exercer une surveillance accrue des activités des travailleur·euse·s pour contrer les limites d’efficience des systèmes de santé (Bourque, 2017; Grenier et al., 2014).

7À cet égard, il apparait difficile de certifier que l’introduction des technologies d’IA répondrait seulement à un impératif de délestage du travail public. Pour interpréter l’arrivée de nouveaux acteurs dans le champ épidémiologique, il se révèle donc utile de décentrer l’attention des savoirs eux-mêmes pour la rapporter à leurs conditions de production. La perspective analytique d’Harold A. Innis s’avère particulièrement adaptée à la construction d’une approche critique des savoirs distinctive des courants d’interprétation foucaldiens qui fonde les hypothèses qui précèdent. En effet, cet auteur s’est spécifiquement intéressé au contrôle des médias comme déterminant de la production et de la circulation de savoirs.

8Une telle initiative théorique s’inscrit dans la lignée des préoccupations des études des médias, des sciences et des technologies qui, depuis un peu plus d’une dizaine d’années, se focalisent sur les interactions entre la matérialité et les échanges symboliques (Boczkowski et Lievrouw, 2007; Lievrouw, 2014; Packer et Crofts Wiley, 2012). La recrudescence de l’intérêt envers la question de la matérialité de la culture avec, par exemple, l’émergence de champs comme l’archéologie des médias (Huhtamo et Parikka, 2009; Parikka, 2017), les « nouveaux matérialismes » des humanités numériques (Coole et Frost, 2010) ou l’étude des infrastructures communicationnelles (Dittrich et al., 2018; Kaminska et Ruiz, 2021; Letellier et Hocine, 2021), qui vise à remédier à la séparation dichotomique des aspects matériels et symboliques de la communication. Ce courant invite à prendre des précautions pour ne verser dans aucune forme de déterminisme, ni social, par le constructivisme, ni technique. Aux yeux de certain·e·s chercheur·euse·s adoptant une approche critique de l’économie politique des communications, l’intérêt pour la matérialité des technologies fait par contre souvent l’impasse des apports du matérialisme culturel qui avait eu pour force de mettre de l’avant les inégalités des rapports sociaux (Granjon, 2015; Granjon et al., 2019). La perspective communicationnelle des savoirs d’Innis présentée ici crée un pont entre ces approches matérialistes des médias puisque sa conception éminemment sociale de la matérialité concentre le regard sur les intérêts servis par le contrôle de la production symbolique.

L’approche sociomatérielle critique des savoirs d’Harold Innis

  • 3  La substituabilité entre les expressions « monopolies of communication » et « monopolies of knowle (...)

9Harold Innis est un précurseur de l’étude de la matérialité des médias. Après une carrière de chercheur en économie politique, ses derniers travaux l’ont conduit à constater le rapport de l’industrie du papier à l’opinion publique. Il s’est alors interrogé sur le rôle des médias de communication comme outils de concentration et de stabilisation des pouvoirs politiques et économiques (Acland et Buxton, 1999). Les travaux d’Innis sont sous-tendus par une approche critique des savoirs et des médias qui en font non pas les résultats des avancements linéaires de la connaissance humaine, mais la manifestation de la prévalence historique de certains intérêts politiques et économiques. Innis s’est intéressé particulièrement aux empires dont la durée ou l’envergure ne reposaient pas seulement sur le contrôle de richesses et de forces armées, mais surtout sur le contrôle de la production et la circulation de sens. Le partage de sens y est conçu comme une variable essentielle de la construction de la réalité, et plus particulièrement des forces politiques qui la façonnent. Les pouvoirs politique et économique ont une dimension culturelle qui dépend du contrôle des médias, terme qui rassemble chez Innis autant les artéfacts communicationnels que des formes immatérielles telles que les systèmes d’écriture ou l’organisation orale de la pensée. Pour des auteurs comme Robert Babe (2009, 2019) et James Carey (2009), son travail de mise en interaction des dimensions matérielles et sociales de la communication en a fait un pionnier du développement d’une approche critique de l’économie politique et culturelle. En effet, chez Innis, la production sociale de sens est organisée par les intérêts en position de monopole de savoirs3, c’est-à-dire les groupes en mesure de contrôler les médias de communication dominants d’une époque et d’un lieu donnés. Pour paraphraser Carey, un monopole de savoirs assure le contrôle non pas sur des particules d’information, mais sur un système de pensée, un paradigme qui détermine même ce qui peut être accepté comme un savoir (Carey, 2009, p. 149). Pour Innis, le type de savoirs créés dépend des caractéristiques propres d’un médium et des intérêts des groupes en mesure d’en prendre le contrôle. Ces éléments forment les principaux biais des savoirs dominants qui orientent les sociétés.

10À son époque, Innis a par exemple critiqué le tournant quantitatif pris par la recherche en histoire de l’économie avec le déploiement des « machines à calculer » dans les universités. Selon lui, les tabulateurs électriques, « ancêtres » de l’ordinateur qui effectuaient des calculs simples comme des additions, des soustractions ou des multiplications, affectaient le type de savoirs constitués par les chercheur·euse·s en sciences sociales. Ils les poussaient à élaborer des savoirs ayant une utilité claire, mais une portée restreinte dans le temps; des savoirs utiles aux intérêts industriels et gouvernementaux :

  • 4 Traduction libre de : « Enormous compilations of statistics confront the social scientist. He is co (...)

Le chercheur en sciences sociales est confronté à d'énormes compilations statistiques. Il est forcé de les interpréter ou de découvrir des modèles ou des tendances qui lui permettront de prédire l'avenir. Grâce à l'utilisation de machines à calculer élaborées et au raffinement des techniques mathématiques, il peut mettre au point des formules qui seront utilisées par l'industrie et le commerce, ainsi que par les gouvernements pour formuler des politiques. Mais cette planification suppose des prévisions à court terme. Les travaux en sciences sociales s'intéressent de plus en plus aux problèmes d'actualité et les départements de sciences sociales deviennent des écoles de journalisme4.(2008, p. 86)

11L’expression des craintes d’Innis quant à l’avenir des savoirs universitaires profitant aux intérêts industriels ou guerriers traduit sa conception des savoirs comme instruments de pouvoir. Les moyens matériels de constitution de savoirs sont pour lui indissociables des fins pour lesquelles des ressources sont déployées. En introduisant les tabulateurs dans les pratiques en sciences sociales, le type et les fins des recherches conduites s’en trouvaient nécessairement affectés. L’attention accordée au contexte politique, économique et culturel qui encadre le rôle social tenu par les savoirs de même que les acteurs sociaux amenés à en bénéficier sont typiques de la dimension critique de son approche sociomatérielle des savoirs. Parce qu’elle tient compte simultanément des déterminants matériels et sociaux de la constitution des savoirs, cette dernière illumine les intérêts soutenant leur production.

12Toutefois, l’originalité de cette perspective ne réside pas spécifiquement dans la détection des biais sociaux traversant les pratiques de constitution de savoirs, mais surtout dans le rôle de la matérialité sur leur forme ainsi que sur les intérêts qu’ils sont alors amenés à servir. Innis avait une conception de la matérialité de la communication qui englobait tant les caractéristiques techniques que les conditions institutionnelles, organisationnelles et financières de l’usage des médias. C’est en cherchant à comprendre les conditions de possibilité de l’existence et de la pratique d’un médium que l’approche sociomatérielle critique des savoirs d’Innis conduit à poser des questions concernant le type d’acteur social disposant des capacités de leur développement et les intérêts auxquels ils répondent. En effet, chez Innis, la matérialité des savoirs est autant technique que sociale, car elle englobe les conditions sociales de leur développement et de leur usage, c’est-à-dire les conditions financières, organisationnelles et institutionnelles. Les capacités à réunir ces conditions expliquent que certains groupes soient en position de contrôler un médium de communication et d’établir un monopole de savoirs. Un médium contribue substantiellement à façonner la réalité dans laquelle il s’inscrit. Par contre, s’il tient un rôle dans la construction de la réalité sociale, celui-ci n’est pas univoque et ne peut pas être déduit de ses caractéristiques techniques. La multitude des aspects intégrés à l’analyse bannit les réflexes déductifs qui feraient de la dimension matérielle un déterminant de dernière instance. Le style d’écriture des deux principaux ouvrages communicationnels d’Innis, The Bias of Communication et Empire and Communications, est considéré comme inhabituel et difficile d’accès par plusieurs chercheurs contemporains en communication parce qu’il ne répond pas aux codes de segmentation et d’argumentation des travaux en sciences sociales (Watson dans Innis, 2008). En effet, les dimensions matérielles et sociales s’entremêlent dans des analyses où les structures de pouvoir tiennent une place essentielle. La composition symbiotique de l’écriture est particulièrement manifeste dans l’ouverture de chacun des chapitres d’Empire and Communications. L’émergence et l’usage d’un moyen de communication y sont toujours situés dans un contexte cadrant les intentions qui les précèdent. Par exemple, le premier chapitre s’amorce avec la description des crues du Nil qui fournissaient des terres fertiles dont l’exploitation requérait un effort social coordonné et uniforme que soutenaient les calendriers astronomiques et les hiéroglyphes. Alors que le second chapitre esquisse les structures politiques et religieuses des Sumériens justifiant l’intérêt d’un médium favorable au commerce comme l’argile, le dernier chapitre présente le monopole de savoirs préalablement détenu par les guildes de copistes comme un facteur d’émergence de l’imprimerie en Europe. Les savoirs et le médium correspondant s’ancrent dans des contextes politiques, économiques et culturels qui expliquent leur développement et leurs usages sans qu’ils en soient pourtant le simple reflet.

13Et si les médias contribuent substantiellement à façonner la réalité dans laquelle ils s’inscrivent, ce rôle n’est pas, pour Innis, déductible de leurs caractéristiques techniques. La description de leurs modes de fonctionnement sert surtout à mieux cerner les ressources financières, organisationnelles et institutionnelles qui sont nécessaires à leur usage. Par exemple, pour analyser le rôle du papier et de l’imprimerie dans la formation des empires, Innis prend en considération les systèmes symboliques et les langues d’écriture des régions où ces technologies se déployèrent, les contraintes de formation d’une classe savante, les conditions et matériaux de production du papier, les croyances dominantes ainsi que les juridictions et les contraintes financières mises en place pour contrôler le type de savoirs diffusé. Il fait ainsi apparaître le rôle divergent de l’imprimerie dans le contexte de la Chine impériale et dans celui de l’Europe puisque ces médias ne servaient pas les mêmes fins et ne pouvaient pas être appropriés par les mêmes acteurs sociaux. En Chine, les idéogrammes avaient favorisé l’extension territoriale d’un pouvoir centralisé alors que l’alliance de l’alphabet au papier et à l’impression avait appuyé la montée de l’importance du vernaculaire en Europe, la perte du monopole de savoirs par l’Église et le développement du pouvoir parcellaire des États-nations. La force de cette approche se situe donc dans sa capacité à intégrer la matérialité des savoirs comme socle même d’une analyse de la relation entre pouvoir et savoirs.

14Ainsi, l’approche sociomatérielle critique des savoirs invite à réinterpréter la période moderne de la santé publique précédant la Seconde Guerre mondiale en y intégrant les dimensions matérielles qui expliquent autrement le rôle qu’y a tenu l’État. L’analyse qui suit ne modifie pas le découpage historique évoqué précédemment, mais ajoute une couche de complexité en tenant compte du rôle des médias dans les transformations historiques, c’est-à-dire aux moyens matériels par lesquels certaines conceptions de la santé populationnelle ont été rendues possibles. Plus précisément, elle met de l’avant le rôle joué par les technologies de l’information et l’organisation institutionnelle dans la production de savoirs épidémiologiques. Elle souligne principalement le biais économique de ces savoirs en mettant l’accent sur les conceptions de la valeur de la santé populationnelle qui distinguent deux phases de cette période. La rédaction des deux sections suivantes est inspirée de méthode d’écriture d’Innis qui met en valeur la dimension technique en l’intégrant à la multiplicité des facteurs composant la matérialité de l’usage des médias de communication.

Instruments statistiques, naissance de l’épidémiologie et risques économiques de la santé

15La littérature sur la santé publique définit l’usage des statistiques quantitatives comme une pierre d’assise de la forme moderne de l’intervention publique en Occident. La population s’est construite comme un objet de savoirs lors du passage des statistiques descriptives aux statistiques modernes fondées sur le nombre, originellement nommées arithmétique politique (Desrosières, 1993; Kempeneers, 2006). C’est dans le sillon de la démographie que s’est développée l’épidémiologie, au tournant du XIXe siècle (T. M. Porter, 1986). Dans les pays nord-occidentaux, cette époque avait été marquée par l’essor des villes industrielles et la montée tout aussi fulgurante des maladies. L’arrivée de l’épidémiologie amenait avec elle un nouveau paradigme pour l’étude de la santé et de la maladie en détournant le regard des personnes elles-mêmes pour l’orienter vers leur agrégat (Gaille, 2018; Goldstein, 2012). Les sciences statistiques de la santé se distinguaient formellement des savoirs médicaux qui prévalaient alors. Ni leur objet ni leur portée n’étaient les mêmes. L’application de techniques telles que la corrélation établissait les taux de mortalité selon différentes variables et permettait d’identifier les groupes les plus touchés par des maladies comme les infections bactériennes et virologiques. Elles permettaient également d’identifier les causes de leur propagation se situant hors des corps biologiques de même qu’identifier les méthodes les plus efficaces pour les limiter, comme le traitement de l’eau contre le choléra (Metz, 1984; Watkins, 1984). L’épidémiologie faisait aussi apparaître des causes structurelles, sociales et morales à des problèmes qui avaient jusqu’alors été traités biologiquement par la médecine clinique. Contracter des maladies comme le choléra ou la variole n’était plus le signe d’une faiblesse de l’organisme vivant individuel, mais prenait l’allure d’un symptôme d’un problème de traitement de l’eau ou des logements surpeuplés dans lesquels évoluaient les populations urbaines les plus pauvres. Les statistiques démographiques et épidémiologiques ont laissé apparaître des tendances et des régularités qui dépassaient largement le cadre du hasard ou de la volonté individuelle (T. M. Porter, 1986). La société paraissait désormais mue par des lois dont les mécanismes pouvaient être rationnellement expliqués et contrôlés à travers l’étude des populations. Sur le plan épistémologique, il était tout à fait cohérent que les gouvernements interviennent puisque l’objet de la santé populationnelle n’était pas saisissable et modulable à l’échelle individuelle. Les statistiques rendaient évidente l’inefficacité des méthodes découlant de la philosophie libérale. L’État avait, quant à lui, intérêt à intervenir pour des raisons socioéconomiques et politiques puisque l’urbanisation était dès lors associée à une forte instabilité sociale résultant de la dissémination des classes populaires par les maladies.

16Si l’intervention gouvernementale paraissait en phase avec la nature des problèmes, celle-ci a été aussi indispensable parce que des organisations privées ne pouvaient remplir les conditions financières, organisationnelles et institutionnelles nécessaires à la production des savoirs sur la santé populationnelle. À la fin du XIXe, les interventions en santé publique s’appuyaient sur l’initiative nationale, mais reposaient aussi sur la prise en charge par les gouvernements locaux. Les données étaient peu variées et encore dispersées. Les épidémiologistes de l’époque utilisaient principalement celles du General Registrar Office (GRO) créé en 1837 (Higgs, 2002). Le GRO supervisait le système séculier des registres de naissances, de mariages et de morts. Les informations collectées sur les causes des décès définies par les médecins étaient parmi les plus exploitées par les épidémiologistes de l’époque qui s’en servaient pour identifier les lieux et les moments critiques des éclosions. La partialité de ces informations poussait, par contre, les chercheur·euse·s à utiliser d’autres sources gouvernementales, tels que les documents produits par les médecins travaillant sous la Poor Law ou les sondages locaux (Finer, 1952). La production statistique était exigeante, car elle est une science sociale éminemment empirique. L’émergence des statistiques modernes a reposé sur la cueillette et l’analyse de quantités substantielles de données relatives à différents aspects de la vie en société. De surcroît, leur validité et leur solidité dépendent d’analyses longitudinales. La production de ces savoirs est complexe et coûteuse, car elle repose sur la mobilisation d’importantes ressources humaines et techniques. Contrairement à la recherche médicale, l’épidémiologie et la médecine sociale demandent une participation active des autorités gouvernementales. Il faut non seulement une entité avec un pouvoir d’action collectif, mais également avec une capacité juridique et financière suffisante pour imposer la collecte et ensuite classer, stocker et donner accès à des masses d’informations inscrites sur des supports papier. Qui plus est, les temps longs de ces procédés requièrent une structure institutionnelle suffisamment stable.

17Les conditions de production industrielle du XIXe siècle ont généré une volonté de produire des savoirs qui permettraient de contrôler les maux qui décimaient les classes populaires. L’état de santé des populations posait un risque que les statistiques rendaient appréhendable. Celles-ci conféraient alors une valeur négative à la santé parce qu’elles en faisaient un facteur influençant négativement la prospérité à l’échelle nationale. Elles ont donc agi principalement comme une incitation politique à une intervention visant la stabilité. De surcroît, la nature des savoirs épidémiologiques de même que leurs conditions de production faisaient des gouvernements nationaux les seuls acteurs sociaux en mesure d’en prendre le contrôle. Les premières interventions de l’État se sont traduites principalement par un contrôle de l’environnement (ex. traitement des eaux usées) et par des campagnes de redressement moral comme prescrit par la Statistical Society of London (Cullen, 1977; Watkins, 1984). Un fort mouvement de centralisation des capacités de production de savoirs épidémiologiques vers les gouvernements nationaux s’est ensuivi. Cette tendance a été concomitante avec le développement des premières formes d’assurances sociales et de l’invention de la mécanographie et du tabulateur. Avec ce médium, la valeur attribuée à la santé populationnelle s’est modifiée, jetant les bases de l’introduction de nouveaux modes d’intervention basés sur un monopole étatique de savoirs sur la santé populationnelle.

Le tabulateur, la centralisation des savoirs et le problème de la qualité de la population

18Les programmes d’assurance pour les hospitalisations et pour les soins médicaux ont été adoptés au début du siècle dans plusieurs pays européens comme l’Allemagne, la France, la Grande-Bretagne et la Suède. D’abord restreinte à des groupes particuliers, la couverture s’est étendue à l’entièreté des citoyens de ces pays à la suite de la Seconde Guerre mondiale. Cette période d’universalisation de la couverture assurantielle a représenté le faîte de l’engagement de l’État dans la planification de la reproduction populationnelle. Elle a signalé un déplacement de la valeur accordée à la santé au cours de la première moitié du XXe siècle. Au tournant du siècle, les grandes industries ont requis des travailleurs de plus en plus spécialisés et efficaces. Une population en meilleure santé est aussi devenue le symbole d’une main-d’œuvre plus productive. La reproduction minimale de la population ne suffisait plus, sa qualité devait croître. La présence de l’État a été d’autant incontournable qu’il avait acquis au courant du siècle les capacités organisationnelles et les compétences techniques utiles pour procéder à la mesure de cette valeur. Les avancées technologiques du traitement de l’information et les grandes institutions de production statistique ont évolué de pair avec le début d’une seconde phase de l’intervention publique dans le domaine de la santé qui est passée par les systèmes publics d’assurance. D’abord conçue comme une menace économique qu’il fallait contrôler, la santé populationnelle est devenue, au tournant du XXe siècle, une occasion de croissance. Cette transformation des perceptions a été soutenue par la consolidation des appareils statistiques nationaux qui ont soutenu l’adoption des approches macroéconomiques ainsi que l’invention des premières machines de traitement de données et leur adoption par l’industrie de l’assurance-vie.

19D’abord, sur le plan épistémologique, les statistiques ont soutenu le déploiement de l’idée que la vie humaine, à l’échelle populationnelle, est une variable économique positive. Au cours des années 1930, les travaux de l’économiste John Maynard Keynes ont fait passer l’économie d’un calcul des richesses d’un pays à celui d’une constellation de relations évoluant au sein des frontières nationales (Murphy, 2017). La mesure de la vigueur de l’économie a dès lors dépendu d’une multitude de variables sociales et démographiques. L’économie est devenue une affaire d’État. Selon l’historienne Michelle Murphy (2017), on observe au milieu du XXe un changement du rapport à la vie des populations, car celle-ci n’était plus un poids qui grevait les capacités de production, mais s’est constituée comme un objet à moduler pour la croissance économique. En ce sens, la santé populationnelle est devenue une occasion plutôt qu’un fardeau. Murphy montre que la volonté de « calibrer et exploiter la valeur différentielle de la vie humaine au profit de la figure macrologique de ‘l’économie’ » (p. 6) va de pair avec la création des indicateurs économiques nationaux, dont le plus important est le PIB. Ces indicateurs ont eux-mêmes reposé sur l’accroissement des pratiques technoscientifiques de quantification et de l’usage des méthodes des sciences sociales de la première moitié du XXe siècle (Desrosières, 1993). La première décennie a vu apparaître un fort mouvement en faveur de la centralisation des statistiques au sein de l’État, qui fut finalement facilité par l’adoption de la mécanographie durant le recensement de 1921 (Agar, 2003).

20Du XIXe jusqu’au début du XXe, la production de statistiques sanitaires et démographiques s’est institutionnalisée sous la tutelle du gouvernement national. L’organisation de la production des savoirs sur la santé populationnelle s’est adaptée à l’ampleur et aux fins de l’action publique. Un détour par l’histoire de la mécanographie, un ensemble de technologies de collecte et de traitement de l’information basées sur des cartes perforées, montre que la conception positive de la valeur de la santé n’a pas été seulement forgée par les principes de la macroéconomie, mais également, de manière plus triviale, par les principes de valorisation propres à l’industrie de l’assurance-vie. Il permet ainsi de mieux saisir le rapport entre la valeur attribuée à la santé populationnelle, la forme assurantielle de l’intervention publique et l’organisation de la production de savoirs. Ce faisant, il ajoute aussi des éléments de réponses aux travaux qui ont tenté de comprendre les raisons et le rôle des entreprises d’assurance-vie pour les assurances nationales (Heller, 2007; Starr, 1982).

  • 5 Cette compagnie se joindra à deux autres pour former la Computing Tabulating Recording Company, qui (...)

21À la fin du XIXe siècle, l’accroissement de la population et les importants mouvements migratoires font exploser le temps de traitement de l’information qui atteint sept ans pour le recensement de 1880 des États-Unis. Dans l’objectif d’accélérer ses processus, le State Health Departement du New Jersey finance donc le premier essai d’un tabulateur mis au point par Herman Hollerith, le fondateur de la société Tabulating Machine Company5 (Sobel, 1984). Parfaitement adaptée au traitement quantitatif de données d’origine qualitative, cette machine trie l’information inscrite sur des cartes perforées selon différentes catégories préétablies et compte à une vitesse dépassant toutes capacités humaines (Bouchard, 2000; Duncan, 1978). Pour un coût moindre que le traitement manuel, le tabulateur diversifie les analyses réalisées en augmentant le type d’information collectée par les institutions statistiques ainsi qu’en leur permettant d’expérimenter à moindre coût (Duncan, 1978; Szreter, 1991). À la suite du recensement états-unien, la machine à tabuler de Hollerith est utilisée par le Canada (1890), la Norvège (1894), la France et la Russie (1896). Le succès du tabulateur marque le début de « l’ère de la mécanographie » en facilitant l’extension de la production de savoirs sur les objets de régulation étatique.

22Par contre, à ses débuts, le marché public, qui avait été celui originellement convoité par Hollerith, n’offrait pas suffisamment de contrats pour soutenir le développement de la compagnie (Gardey, 2008; Heide, 2009). La pérennisation commerciale de cette invention est plutôt passée par son adoption par les compagnies de chemin de fer et les compagnies d’assurances. L’industrie de l’assurance-vie, particulièrement, la vit comme un moyen d’augmenter ses rendements qui dépendaient de l’évaluation adéquate des risques des client·e·s. Les calculs actuariels appliqués à de grands volumes de données démographiques étaient jusqu’alors effectués manuellement (Heide, 2009). Grâce à la mécanographie, l’industrie s’est lancée dans des expérimentations à grande échelle. Par exemple, entre 1916 et 1918, l’Actuarial Society of the United States a mobilisé les machines de la compagnie Powers pour entreprendre une enquête sur la mortalité américaine et canadienne. Le gain en précision des tables de mortalité soutenait une évaluation plus précise des risques de chaque assuré·e.

23En créant des moyens concrets de valorisation de la vie et de la santé, les compagnies d’assurances ont participé à leur conférer une valeur positive. Les travaux de François Ewald avaient déjà suggéré que la logique de l’assurance avait fait apparaître l’humain comme un capital, car elle offrait le moyen de réaliser la valeur abstraite accordée à l’humain par le biais de la statistique (Ewald, 1986). Cette industrie a conçu les moyens de concrétiser cette valeur en mobilisant les moyens matériels nécessaires à la production statistique. Après l’adoption du National Insurance Act en 1911, le traitement des données a pris une ampleur qui a aussi poussé le gouvernement britannique à tester les tabulateurs disponibles sur le marché pour remédier aux insuffisances du traitement manuel de l’assurance-emploi. Ainsi, lorsque la Grande-Bretagne a adopté des assurances sociales, elle n’a pas seulement emprunté les principes philosophiques de l’industrie assurantielle, mais aussi ses techniques et son expertise de production de savoirs sur la vie humaine.

24Dès le début de l’instauration de l’assurance-maladie, l’expertise gouvernementale était insuffisante pour administrer un programme qui incorporait des données des contributions des travailleur·euse·s, des employeur·euse·s et du gouvernement (Agar, 2003; Heide, 2009). Pour y parvenir, ce dernier a sous-contracté des compagnies d’assurance-vie qui, elles, ont adopté de nouvelles technologies compatibles avec les besoins des assurances publiques (Agar, 2003). L’un de ses principaux sous-traitants, la Prudential Assurance Company, la plus grande société assurantielle de l’époque avec plus d’un million d’ assuré·e·s, avait mis au point des systèmes mécanographiques spécialisés pour les statistiques de l’assurance-vie, c’est-à-dire, la création d’une machine capable d’imprimer et d’une autre machine de tabulation alphabétique (Heide, 2009; Yates, 1993). À terme, le stockage de l’information relative aux opérations produites par l’industrie assurantielle a été entièrement transféré vers les cartes perforées (Yates, 1997). Ce faisant, l’industrie a élargi ses propres capacités d’évaluation de la valeur de la vie humaine. La mécanographie et l’industrie assurantielle ont transformé les savoirs sur la vie et sur la santé populationnelle en moyens de production. À travers l’adoption de ces pratiques et de ces techniques au profit de l’établissement des programmes publics d’assurance-maladie, la conception assurantielle de la santé s’est superposée à celle de la macroéconomie qui en avait fait une variable de la croissance. Dès lors, il est devenu crédible de ne plus seulement évaluer la valeur de la santé à travers le prisme de la maladie et de la mort. Le calcul des retombées économiques de la vie devenait concevable à une échelle nationale. Ainsi, la conception de la santé populationnelle qui justifie l’intervention de l’État a été non seulement forgée par une philosophie assurantielle, mais aussi par les capacités sociomatérielles de production de savoirs permettant d’actualiser la valeur de la vie.

Baliser les pistes ouvertes par l’approche sociomatérielle critique

25Cet article expose la richesse de l’approche sociomatérielle critique inspirée des travaux communicationnels d’Innis pour le courant de l’étude matérielle des médias. Il met à l’épreuve une approche analytique qui interprète la relation entre les conditions de contrôle des médias et les intérêts servis par les monopoles de savoirs. Cette perspective communicationnelle enrichit la littérature sur l’intervention publique en santé en montrant, entre autres, les sources culturelles et matérielles du biais économique de la trajectoire historique de l’intervention de l’État britannique. L’article montre de quelle manière les moyens de production de savoirs ont participé à établir la santé comme une variable économique à l’échelle nationale. Il permet de constater que si l’État a établi un monopole de savoirs vers le milieu du XXe, sa mise en place passe par l’usage de médias porteurs de biais de significations. Accorder une attention au rôle du tabulateur pour la production statistique fait ainsi ressortir le rôle de l’industrie assurantielle dans la perception contemporaine de la valeur accordée à la santé populationnelle.

26Quant à la question contemporaine de l’incursion d’entreprises du numérique dans les stratégies de santé publique, il faut constater que ce n’est pas la première fois dans l’histoire de l’intervention publique en santé que des organisations privées s’insèrent dans les pratiques de production de savoirs sanitaires. Leur incursion doit être anticipée comme le signe d’une modification de la perception de la valeur nationale accordée à la vie. L’histoire nous enseigne qu’elle pourrait entrainer des changements dans l’orientation de l’intervention publique en santé. Néanmoins, l’approche multidimensionnelle développée par Innis nous invite à une prudence qui nous empêche d’émettre des prédictions sur l’avenir de la participation de l’État dans l’organisation de la santé publique.

Haut de page

Bibliographie

Acland, C. R. et Buxton, W. J. (1999). Harold Innis in the New Century: Reflections and Refractions. MQUP : McGill-Queen’s University Press.

Agar, J. (2003). The Government Machine. A Revolutionary History of the Computer. MIT Press.

Amyot, G. F. (1967). Some Historical Highlights of Public Health in Canada. Canadian Journal of Public Health / Revue Canadienne de Santé Publique, 58(8), 337-341.

Babe, R. E. (2009). Cultural Studies and Political Economy : Toward a new integration. Lexington Books.

Babe, R. E. (2019). Harrold Innis—Communication, économie et civilisation. Matérialismes, culture & communication (Vol. 3). Presses des Mines.

Begley, P. et Sheard, S. (2019). McKinsey and the ‘Tripartite monster’: The role of management consultants in the 1974 NHS reorganisation. Medical History, 63(4), 390-410.

Boczkowski, P. J. et Lievrouw, L. A. (2007). Bridging STS and Communication Studies: Scholarship on Media and Information Technologies. Dans E. J. Hacket, O. Amsterdamska, M. Lynch et J. Wajmcan (dir.), The Handbook Of Science And Technology Studies. MIT Press.

Bouchard, J. (2000). La révolution de l’informatique n’a pas eu lieu. Une histoire socio-technique du système électrique de tabulation à cartes perforées. L’Harmattan.

Bourque, M. (2017). Le nouveau management public comme prémisse aux transformations des systèmes de santé nationalisés : Les cas du Québec et du Royaume-Uni. Revue Gouvernance, 4(1).

Bunton, R. et Petersen, A. (2002). Foucault, Health and Medicine. Routledge.

Bureau de l’audit et de l’évaluation. (2022). Aperçu des résultats : Évaluation de l’application canadienne d’avis d’exposition à la COVID-19 (Alerte COVID). Santé Canada.

Carey, J. (2009). Communication as Culture : Essays on Media and Society. Routledge.

Coburn, D. (2015). Income Inequality, Welfare, Class and Health: a Comment on Pickett and Wilkinson, 2015. Social Science and Medicine, 146, 228-232.

Coole, D. et Frost, S. (2010). Introducing the New Materialisms. New materialisms: Ontology, agency, and politics, 1-43.

Cullen, M. J. (1977). The Statistical Movement in Early Victorian Britain. The Foundations of Empirical Social Research (Vol. 21). Harvester Press.

Dardot, P. et Laval, C. (2010). Nouvelle raison du monde. La Découverte.

Desrosières, A. (1993). La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique. La Découverte.

Desrosières, A. (2012). Est-il bon, est-il méchant ? Le rôle du nombre dans le gouvernement de la cité néolibérale. Nouvelles perspectives en sciences sociales: revue internationale de systémique complexe et d’études relationnelles, 7(2), 261-295.

Desrosiers, G. et Gaumer, B. (2004). Réformes et tentatives de réformes du réseau de la santé du Québec contemporain : Une histoire tourmentée. Ruptures, revue transdisciplinaire en santé, 10(1), 8-20.

Dittrich, Y., Seidelin, C. et Grönvall, E. (2018). Data as Infrastructure – Infrastructuring for Data Analytics. Infrastructuring in Partipatory Design.

Duncan, J. W. (1978). Revolution in United States Governement Statistics. U.S Departement of Commerce.

Ewald, F. (1986). L'État providence. Grasset.

Farrahi, K., Emonet, R. et Cebrian, M. (2014). Epidemic Contact Tracing via Communication Traces. PLOS ONE, 9(5), e95133.

Finer, S. E. (1952). The Life and Times of sir Edwin Chadwick. Routledge.

Gaille, M. (2018). Pathologies environnementales-Identifier, comprendre, agir. CNRS.

Gardey, D. (2008). Écrire, calculer, classer. Comment une révolution de papier a transformé les sociétés contemporaines (1800-1940). La Découverte.

Gaumer, B., Desrosiers, G., Keel, O. et Déziel, C. (1994). Le service de santé de Montréal de l’établissement au démantèlement (1865-1975). Les Cahiers du Centre de recherches historiques, 12.

Goldstein, B. D. (2012). John Snow, the Broad Street pump and the precautionary principle. Environmental Development, 1(1), 3-9. Repéré à https://doi.org/10.1016/j.envdev.2011.12.002

Goulet, D., Lemire, G. et Gauvreau, D. (2008a). Des bureaux d’hygiène municipaux aux unités sanitaires. Le Conseil d’hygiène de la province de Québec et la structuration d’un système de santé publique, 1886-1926. Revue d’histoire de l’Amérique française, 49(4), 491-520.

Granjon, F. (2015). Du matérialisme comme principium d’un agenda de la recherche critique en communication. Questions de communication, 28, Art. 28. Repéré à https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.10096

Granjon, F., Cervulle, M., Quemener, N., Vörös, F., Guyot, J. et Magis, C. (2019). Matérialismes, culture & communication (Vol. 3). Presses des Mines.

Grenier, J., Bourque, M. et St-Amour, N. (2014). L’évolution des services sociaux du réseau de la santé et des services sociaux du Québec. La NGP ou le démantèlement progressif des services sociaux. Université du Québec en Outaouais.

Guérard, F. (1996). Histoire de la santé au Québec. Boréal.

Hamlin, C. et Sidley, P. (1998). Revolutions in public health: 1848, and 1998?, BMJ, 317(7158), 587-591.

Heide, L. (2009). Punched-card Systems and the Early Information explosion, 1880-1945. Johns Hopkins University Press.

Heller, M. (2007). The National Insurance Acts 1911-1947, the Approved Societies and the Prudential Assurance Company. Twentieth Century British History, 19(1), 1-28.

Higgs, E. (2002). The Annual Report of the Registrar General, 1839-1920: A Textual History. In The Road to Medical Statistics (p. 55-76). BRILL.

Huhtamo, E. et Parikka, J. (2009). An Archeology of the Media. University of California Press.

Innis, H. A. (1950). Empire and Communications. Dundurn Press.

Kaminska, A., & et Ruiz, R. (2021). Mediating the Tree: Infrastructures of Pulp and Paper Modernity in The Bowater Papers. Canadian Journal of Communication, 46(2), Art. 2.

Kempeneers, M. (2006). Entre Marx et Foucault : La question de la reproduction. Sociologie et sociétés, 38(2), 73-86.

Letellier, A.-S. et Hocine, J. (2021). Les infrastructures numériques : Quels enjeux en contexte canadien ? Revue Possibles, 45(1), Art. 1.

Lievrouw, L. A. (2014). Materiality and Media in Communication and Technology Studies: An Unfinished PRoject. Dans T. Gillespie, P. J. Boczkowski et K. A. Foot (dir.), Media technologies : Essays on Communication, Materiality, and Society. MIT Press.

Metz, K. H. (1984). Social thought and social statistics in the early nineteenth century: The case of sanitary statistics in England. International Review of Social History, 29(2), 254-273.

Murphy, M. (2017). The economization of life. Duke University Press.

Naylor, D. C. (1992). Canadian Health Care and the State A Century of Evolution. McGill-Queen’s University Press.

Packer et Crofts Wiley, S. (2012). Communication matters:Materialist Approaches to Media, Mobility and Networks. Taylor & Francis Group.

Parikka, J. (2017). Qu’est-ce que l’archéologie des média? UGA éditions.

Petersen, A. (1993). Re.Defining the Subject? : The Influence of Foucault on the Sociology of Health and Illness. Annual Review of Health Social Science, 3(1), 119-131.

Porter, D. (1994). The History of Public Health and the Modern State. Rodopi.

Porter, D. (2005). Health, civilization and the state : A history of public health from ancient to modern times. Routledge.

Porter, T. M. (1986). The rise of statistical thinking, 1820-1900. Princeton University Press.

Raphael, D. (2008). Grasping at straws : A recent history of health promotion in Canada. Critical Public Health, 18(4), 483-495.

Robertson, A. (1998). Shifting Discourses on Health in Canada: From Health Promotion to Population Health. Health Promotion International, 13(2), 155-166.

Sobel, R. (1984). Histoire d’un empire : IBM. Éditions de l’Homme.

Starr, P. (1982). Transformation in Defeat : The Changing Objectives of National Health Insurance, 1915-1980. Public Health Then and Now, 72(1).

Szreter, S. (1991). The GRO And The Public Health Movement In Britain, 1837-1914. Social History of Medicine, 4(3), 435-463. https://doi.org/10.1093/shm/4.3.435

Watkins, D. E. (1984). The English Revolution In Social Medicine, 1889-1911. University of London.

Watson, A. J. (2008). Introduction to the Second Edition. Dans H. Innis (dir.), The Bias of Communication. University of Toronto Press.

Yates, J. (1993). Co-Evolution of Information-Processing Technology and Use: Interaction between the Life Insurance and Tabulating Industries. The Business History Review, 67(1), 1-51.

Yates, J. (1997). Early interactions between the life insurance and computer industries: The Prudential’s Edmund C. Berkeley. IEEE Annals of the History of Computing, 19(3), 60-73.

Haut de page

Notes

1 L’analyse présentée ici est fondée sur une démarche qui demeure exploratoire dans la mesure où elle exploite des sources secondaires concentrées sur le cas de la Grande-Bretagne. Le manque de littérature sur l’histoire des technologies de l’information limite la production de comparaisons internationales. Par exemple, les historien·ne·s du Québec (Gaumer et al., 1994; Goulet et al., 2008b) soulignent la synchronicité entre l’unification des statistiques vitales à l’échelle du territoire et la naissance du Conseil d’hygiène de la province de Québec. Pourtant, ce lien n’est jamais approfondi, ce qui rend les parallèles avec la Grande-Bretagne impossibles pour l’instant. La mobilisation de sources primaires, par exemple, des fonds d’archives des bureaux statistiques ou de ceux des compagnies offrant des assurances-vie, préciserait ces pistes analytiques.

2 Dans plusieurs pays européens ainsi qu’au Canada, le degré d’utilité de ces applications quant à la limitation de la propagation virale a été sérieusement remis en doute à la suite de leur implantation (Bureau de l’audit et de l’évaluation, 2022).

3  La substituabilité entre les expressions « monopolies of communication » et « monopolies of knowledge » qui apparaît une fois dans Empire and Communications (Innis, 1950) laisse sous-entendre la définition large qu’Innis attribuait aux savoirs qui sont compris comme une forme de représentation partagée du monde et non pas comme une conception des savoirs telle une représentation objective de celui-ci : « La domination des journaux aux États-Unis a mené au développement de monopoles de communications en termes d’espace et a impliqué une négligence du problème du temps. […]. L’emphase de l’espace lié au biais du papier et son monopole de savoir a été contrecarré par le développement d’un nouveau medium, la radio. [Traduction libre] » (Innis, 1950, p. 16).

4 Traduction libre de : « Enormous compilations of statistics confront the social scientist. He is compelled to interpret them or to discover patterns or trends which will enable him to predict the future. With the use of elaborate calculating machines and of refinements in mathematical technique he can develop formulae to be used by industry and business and by governments in the formulation of policy. But elaboration assumes prediction for short periods of time. Work in the social science has become increasingly concerned with topical problems and social science departments become schools of journalism. » (2008, p. 86)

5 Cette compagnie se joindra à deux autres pour former la Computing Tabulating Recording Company, qui prendra plus tard le nom de International Business Machines Corporation, mieux connue sous son sigle IBM.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Myriam LAVOIE-MOORE, « L’étude des savoirs au-delà du contrôle disciplinaire : relire l’histoire de l’intervention publique en santé au prisme des monopoles de savoirs »tic&société, Vol. 17 | N° 1-2 | 1er semestre - 2ème semestre | -1, 55-81.

Référence électronique

Myriam LAVOIE-MOORE, « L’étude des savoirs au-delà du contrôle disciplinaire : relire l’histoire de l’intervention publique en santé au prisme des monopoles de savoirs »tic&société [En ligne], Vol. 17 | N° 1-2 | 1er semestre - 2ème semestre | 2023, mis en ligne le 31 mai 2024, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ticetsociete/7855

Haut de page

Auteur

Myriam LAVOIE-MOORE

Myriam LAVOIE-MOORE est professeure adjointe à l’École de communications sociales à l’Université Saint-Paul, chercheuse à l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS) et membre du Centre de recherche interuniversitaire sur la communication, l’information et la société (CRICIS).  Elle a étudié le rôle des technologies de l'information sur la valeur économique accordée à la santé populationnelle. Elle a produit plusieurs recherches sur l’industrie des données massives et de l'intelligence artificielle ainsi que sur les politiques publiques de santé du Québec. myriam.lavoie-moore@ustpaul.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search