Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 17 | N° 1-2 | 1er semestre - 2ème semestreLe vlogue engagé comme pratique s...

Le vlogue engagé comme pratique sociale : essai de conceptualisation

The engaged vlog as social practice: an attempt at conceptualisation
El vlog comprometido como práctica social: un intento de conceptualización
Caroline CARON et Normand LANDRY

Résumés

Le vlogue engagé est un genre médiatique audiovisuel numérique où un usager de la plateforme YouTube s’adresse à la caméra pour s’exprimer, informer ou sensibiliser le public à propos de causes sociales. Malgré sa popularité, il demeure à la marge de l’étude empirique des formes émergentes de « parler en public » médiatisées par la technologie. Pour faciliter la réalisation de travaux sur cet objet de recherche complexe, l’article présente une conceptualisation opératoire du vlogue engagé qui prend pour cadrage général le courant théorique de la pratique (practice theory). Conceptualisé comme une pratique discursive civique, le vlogue engagé fait appel à l’assemblage de trois éléments constitutifs : des matériaux, des compétences et du sens. Ceux-ci s’imbriquent dans une performance technodiscursive qui coordonne quatre actes de communication : une communication publique personnelle, une expression verbale augmentée, une production médiatique multimodale et une présentation de soi.

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs remercient le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH) pour le soutien financier apporté à cette recherche. Ils remercient aussi Sophie Théwissen-LeBlanc pour sa contribution au volet empirique de leur démarche ainsi qu’à l’édition de la version finale du texte.

Introduction

  • 1 « YouTube became a key site for practices of civic engagement, grassroots activism, and vernacular (...)

1Puisque les interactions discursives entre citoyens sont l’un des piliers de la vie collective en démocratie (Coleman, 2014 ; Dahlgren, 2002 ; Papacharissi, 2010), le vlogue, dérivé de la contraction des mots vidéo et blogue, présente un intérêt indéniable pour l’étude des usages sociopolitiques des médias sociaux. Cette activité récréative de production et de diffusion de blogues en mode vidéo a gagné en popularité sur la plateforme YouTube depuis son lancement en 2005, qui l’a imposée comme « un site clé pour les pratiques d’engagement civique, de militantisme et de créativité sémiotique vernaculaire » (Androutsopoulos et Terick, 2020, p. 355, notre traduction)1.

2Pourtant, les recherches sur les formes contemporaines du « parler en public » dans le Web social persistent à fixer leur attention majoritairement sur l’étude des publications textuelles des internautes, comme les blogues personnels, les billets publiés sur Twitter, les publications sur Facebook et les forums de discussion. Complexes à analyser en raison de leur composition multimodale (Caron et al., 2019 ; Frobenius, 2014) et de leur insertion dans un environnement sociotechnique polysémiotique (Paveau, 2015), les vlogues engagés s’exploitent difficilement à l’aide de logiciels de traitement automatisé de données. Les méthodes qualitatives qu’ils appellent requièrent une inventivité méthodologique.

3Cet article théorique va montrer la pertinence scientifique du vlogue engagé et proposer une conceptualisation opératoire ancrée dans le courant de la pratique (practice theory) afin de faciliter la conception de devis de recherche qualitatifs axés sur cet objet de recherche. Le vlogue engagé y est défini comme une « pratique discursive civique » composée de trois constituants (les matériaux, la compétence, le sens) qui sont agencés de manière créative et complexe dans une performance corporelle, langagière et technique exigeant la coordination de quatre classes d’actes de communication :

  1. la gestion d’une chaîne sur YouTube (un acte de communication publique personnelle) ;

  2. une prise de parole en public (un acte d’expression verbale augmentée) ;

  3. la création de contenus vidéo dans une visée de changement social (un acte de production médiatique multimodale) ;

  4. la performance d’une identité civique (un acte de présentation de soi).

4La conceptualisation offerte procure une armature conceptuelle pouvant être exploitée soit comme un modèle de référence global (pour l’étude empirique de la pratique dans toutes ses facettes), soit comme un outil de référence pour guider la conception et la réalisation d’enquêtes ciblées (pour l’étude empirique approfondie d’une dimension en particulier).

  • 2 Cet article est théorique, mais les évaluateurs ont souligné l’intérêt d’exemples concrets illustra (...)

5L’intérêt de la théorie de la pratique est qu’elle place au centre de l’analyse l’agentivité humaine et la complexité des phénomènes sociaux. De plus, elle se prête à des combinatoires théoriques qui permettent la conduite d’analyses critiques. Par exemple, la conceptualisation proposée permet d’interroger les rapports de pouvoir qui se (re)produisent dans les espaces de délibération en ligne (en mode vlogue ou autre). Il est également possible d’examiner de manière empirique l’effet du capitalisme de plateforme sur les conditions de prise de parole et de visibilité dans le Web social. En outre, l’étude des vlogues engagés sous l’angle de la pratique sociale ouvre de possibles analyses du « travail » gratuit des créateurs de contenus numériques exploité par les plateformes socionumériques à des fins mercantiles2.

Penser les médias comme pratique sociale

6Depuis les années 1970, le développement de la théorie de la pratique sociale (practice theory) incarne les efforts concertés d’une branche de la sociologie et des études culturelles pour surmonter l’antagonisme entre holisme et individualisme méthodologique. Le postulat d’un rapport dialogique entre l’agentivité humaine et les mécanismes de reproduction sociale a engagé cette élaboration intellectuelle sur une voie interdisciplinaire qui a bénéficié du croisement de perspectives théoriques françaises, anglaises et américaines (Ortner, 2006 ; Reckwitz, 2002).

  • 3 « A practice is a way of doing things, an action, application or performance that occurs as a conse (...)

7Selon Shove, Pantzar et Watson (2012), la théorie de la pratique sociale a pour objet l’examen systématique des aspects dynamiques des processus sociaux, une combinatoire bigarrée où s’emmêlent des traits de stabilité et de changement. Le concept de pratique sociale — singulier ou pluriel —, qui opérationnalise cette conception de l’organisation sociale, désigne « une manière de faire les choses, une action, une application ou une performance qui est la conséquence d’une intention, d’une habitude ou d’une routine (…) » (Barker, 2004, p. 163, notre traduction3). Grâce à ce trait essentiel qu’est la récurrence, les pratiques sociales émergent, se perpétuent et se transforment dans le temps et l’espace ; sinon, elles s’évanouissent.

8D’un point de vue analytique, une pratique sociale possède deux faces : l’entité et la performance (Shove, Pantzar et Watson, 2012). Sur sa face abstraite, une pratique sociale est une entité relativement stable et cohérente composée d’un agencement plus ou moins complexe de composantes plus ou moins nombreuses. Sur sa face concrète, cette entité s’actualise dans une action humaine orientée par ce patron : la pratique acquiert ainsi une forme tangible.

9De cette récursivité des faces abstraite et concrète découlent la malléabilité des pratiques sociales et leur propension à évoluer dans le temps en fonction des contextes. Adaptées par les individus selon leurs besoins, leurs buts et les ressources disponibles, les pratiques sociales agissent sur le patron de référence à travers leur concrétisation (Ortner, 2006). Pour autant, les pratiques sociales sont irréductibles à la somme des actions individuelles, car un schéma mental commun régit la manière dont ce modèle de référence est réitéré par l’ensemble des pratiquants (Ortner, 2006 ; Shove, Pantzar et Watson, 2012).

10Ce caractère représentationnel a mené plusieurs auteurs à considérer le rôle du langage dans les pratiques sociales. S’appuyant sur la philosophie de Ludwig Wittgenstein et les écrits du théoricien de la littérature Mikhaïl Bakhtine, Theodor R. Schatzki (2016, p. 129-130) conçoit les pratiques sociales comme la coordination structurée d’actes et de paroles.

11Nick Couldry (2012) compte parmi les auteurs ayant intégré de façon novatrice la théorie de la pratique dans le développement d’une sociologie des médias. L’auteur définit les médias comme des ensembles de pratiques sociales organisées autour des médias et façonnées par eux. Cette posture déplace le questionnement sociologique historiquement axé sur les contenus et les effets des médias vers une considération des usages et de la pratique sociale. Qu’elles soient le fait d’individus, de collectifs ou d’institutions, les pratiques médiatiques engagent des processus psychologiques, sociaux, économiques, politiques et symboliques dont la complexité ne peut être saisie que par une interprétation contextualisée de l’action humaine (Couldry, 2012, p. 44).

12Couldry (2012) ajoute à cette visée compréhensive des considérations normatives quant à l’appréciation éthique de l’action sociale. Il s’agit de considérer les potentialités démocratiques offertes par les médias et de formuler une appréciation critique de leur effectivité. Cela invite à tenir compte de facteurs comme la propriété commerciale des sites de réseaux sociaux, la logique algorithmique régissant l’économie de l’attention, les potentialités et les contraintes des affordances techniques et la critique des cadres réglementaires des télécommunications, dont le laxisme bénéficie aux multinationales formées par les GAFAM (Srnicek, 2018).

Distinguer le vlogue générique du vlogue engagé

  • 4 YouTube. (s. d.). YouTube for Press. YouTube Official Blog. Repéré le 18 novembre 2021 à https://bl (...)

13Avec ses 500 heures de vidéo téléversées chaque minute et ses 2 milliards de visiteurs par jour à travers le monde, YouTube a des allures de bazar4. Toutes les vidéos publiées sur YouTube ne sont pas des vlogues et tous les vlogues n’expriment pas des usages sociopolitiques du Web social. Une délimitation de l’objet de recherche est le passage obligé de toute recherche dans cet environnement sociotechnique où se côtoient une multiplicité de pratiques numériques animées d’une multitude de motivations.

Le vlogue, un genre conversationnel

14Dérivé de la contraction des mots vidéo et blogue, le vlogue5 est un contenu médiatique audiovisuel dans lequel un individu réalise ce que Manuel Castells (2009) qualifie de communication individuelle de masse. Sous la forme d’un billet ou d’une chronique, une personne s’enregistre durant quelques minutes alors qu’elle parle devant la caméra d’un sujet de son choix. Elle télécharge ensuite le fichier sur un site d’hébergement et de diffusion pour que des internautes puissent le regarder, l’évaluer, le commenter, le relayer ou y répondre : « Le produit final est un monologue asynchrone et médiatisé par la technologie destiné à un auditoire absent. » (Frobenius, 2014, p. 59, notre traduction6)

15Les vlogues traitent d’une variété infinie de sujets et adoptent une pluralité de formats, de styles et de longueurs. Molyneaux et al. (2008) en répertorient cinq catégories : personnels, publics, de divertissement, portant sur YouTube, traitant de technologie. Werner (2012) distingue le vlogue-aveu, le vlogue-réaction, le vlogue-témoin et le vlogue-frustration. Sanchez-Cortes et al. (2015) conçoivent quatre catégories de vlogues : les témoignages, les conseils, les tutoriels et les évaluations de produits. Zavodna et Pospisil (2017) distinguent six catégories de vlogues dérivées des sujets les plus fréquemment abordés dans leur corpus : la beauté, les jeux vidéo, le magasinage, les vlogueurs, l’humour et la création artisanale.

16YouTube étant une entreprise commerciale exploitée à des fins capitalistes, elle offre un environnement sociotechnique dominé par une culture de divertissement, de promotion et de publicité (van Dijck, 2013). Cela ne manque pas d’influencer le contenu publié par les vlogueurs, surtout chez l’exceptionnelle minorité dont la célébrité permet d’obtenir des revenus substantiels (Garcia-Rapp, 2017 ; Zavodna et Pospisil, 2017). Néanmoins, tous les vlogueurs ne cherchent pas à instrumentaliser la relation avec leur public à des fins mercantiles (Almanssori et Stanley, 2021 ; Balleys, 2019 ; Caron, 2016 ; Karampampas, 2020 ; Garcia et Vemuri, 2017 ; Raby et al., 2018 ; Snelson, 2015).

Le vlogue à portée sociopolitique

17En dépit du caractère mercantile des réseaux sociaux, YouTube ainsi que les autres sites et applications socionumériques présentent un potentiel démocratique (Papacharissi, 2010 ; van Dijck, 2013). Dans une enquête pionnière, Van Zoonen, Vis et Mihelj (2010) ont analysé la distribution massive de vidéos réalisées par des citoyens indignés de propos islamophobes tenus par un député néerlandais. À partir d’un échantillon de plus de 750 vidéos, les chercheuses ont identifié six répertoires contestataires mobilisés par les citoyens. En livrant des témoignages personnels, en exprimant leur indignation et en parodiant la rhétorique politique xénophobe du député, ces citoyens ont réussi à contester cette vision restrictive de la citoyenneté et à affirmer une vision alternative centrée sur l’inclusion et la diversité. Dans cette lignée, d’autres travaux ont documenté la constitution de contre-sphères publiques autour d’enjeux tels la diversité sexuelle et de genre, les normes corporelles de beauté féminine, le sexisme, le racisme et la transphobie, les stéréotypes dans la culture populaire ainsi que les violences sexuelles (Garcia et Vemuri, 2017 ; Miller, 2019).

18Sous le thème de l’engagement civique, plusieurs travaux ont étudié les mobilisations individuelles et collectives des jeunes en faveur de la promotion de changements dans la société. Au Québec, Caron (2016) a analysé les vlogues diffusés par des adolescents pour dénoncer l’intimidation et réclamer l’intervention des directions d’école et de l’État. Au Canada anglais, des enquêtes ont révélé la production de vlogues à portée sociopolitique par des adolescents et de jeunes adultes (Raby et al., 2018).

19Des enquêtes sur des corpus de vlogues conçus dans une perspective féministe ont enrichi les connaissances sur le potentiel sociopolitique du vlogue dans le Web social. Glatt et Banet-Wiser (2021) distinguent les vlogues à visée transactionnelle de ceux à visée transformative. Les premiers s’inscrivent dans une stratégie de professionnalisation de la pratique du vlogue et adoptent une posture féministe non revendicatrice. Les seconds adoptent une approche contestataire qui n’hésite pas à transgresser les codes et les normes de la féminité traditionnelle. Les dénonciations des violences sexuelles envers les femmes en mode vlogue durant la vague #MeToo s’inscrivent dans cette pratique transformative (Garcia et Vemuri, 2017), qui agit dans l’espace public comme une instance d’éducation populaire (Almanssori et Stanley, 2021).

20En France, où la recherche tarde à s’affirmer, Combe (2019) a réalisé une analyse de cas qui décortique la construction du technodiscours numérique d’une chaîne YouTube à vocation politique. Lartigue (2020) a analysé les stratégies discursives employées pour défendre la cause environnementale par une cinquantaine de vlogueurs.

Une définition conceptuelle du vlogue engagé comme forme singulière de pratique discursive civique

21La diversité des perspectives théoriques et des angles d’analyse adoptés dans les travaux précités, combinée à la diversité des vocabulaires conceptuels employés, explique la dispersion et une certaine difficulté à faire dialoguer des recherches qui étudient le phénomène que constitue la prise de parole individuelle à teneur sociopolitique captée et diffusée en ligne en mode vidéo. Cet article propose de donner à cette sous-catégorie la dénomination de « vlogues engagés » et de la conceptualiser comme une forme singulière de « pratique discursive civique ».

22Une pratique discursive civique est un acte récurrent de prise de parole publique que pose une personne ou un acteur collectif pour s’exprimer sur une question d’intérêt commun afin d’encourager la discussion, pour informer, sensibiliser, convaincre, inciter à agir, prendre position sur un enjeu sociopolitique, marquer une brèche dans un discours majoritaire ou remettre en question des comportements, des attitudes, des normes ou des discours sociaux jugées problématiques ou injustes.

23Une pratique discursive civique peut s’affirmer ou non comme un discours contre-hégémonique ou contestataire, c’est-à-dire qu’elle peut prendre la forme d’une expression de soi, de réflexions personnelles ou d’opinions. Les publics formés autour de la visibilité de ces actes peuvent être spontanés, éphémères ou circonscrits à des communautés d’affinités préexistantes ; leur composition peut être virtuelle ou posséder une continuité dans le monde physique.

24En cohérence avec le courant de la théorie de la pratique, le terme pratique renvoie à des formes récurrentes, normées et relativement stabilisées d’activités particulières. Ces actions s’inscrivent dans les répertoires dont dispose une personne (ou un acteur collectif) pour agir dans un contexte donné. Les types de répertoires mobilisés et les stratégies, tout comme les méthodes et les actions entreprises, varient selon les contextes et les publics visés.

25Le qualificatif discursif renvoie à la caractéristique première des pratiques considérées : elles concernent l’énonciation, la circulation et la réception d’idées, d’arguments, de points de vue et de savoirs au sein de publics ou de communautés discursives.  

  • 7 « Civic engagement refers to the ways in which citizens participate in the life of a community in o (...)

26Le terme civique renvoie à deux éléments complémentaires. Les pratiques discursives étudiées ont pour objet des thèmes liés à l’organisation des rapports sociaux et de pouvoir au sein de la société. Elles constituent de plus une forme de participation à la vie politique, car comme le soulignent Adler et Goggin (2005), l’épithète civique connote des « manières par lesquelles les citoyens cherchent à améliorer les conditions de vie de leurs concitoyens » (p. 236, notre traduction7). Ce qualificatif est aussi important afin d’exclure de l’enquête des pratiques dépourvues d’intentionnalité civique (par exemple, des vlogues beauté dont serait absente une critique des prescriptions sociales) et des pratiques discursives anticiviques (par exemple, de la propagande complotiste ou haineuse).

27Cette définition conceptuelle de base qui vient d’être présentée peut être adaptée selon les contextes d’enquête empirique, mais elle constitue une étape préliminaire déterminante dans la planification du déroulement d’une collecte de données. Un autre volet important d’une recherche empirique sur les pratiques discursives civiques en ligne consiste à identifier et à décortiquer les éléments constitutifs de cette pratique sociale.

Les constituants du vlogue engagé

28Selon Shove, Pantzar et Watson (2012, p. 14), toute pratique sociale possède trois éléments constitutifs : des matériaux, des compétences et du sens. Les matériaux renvoient au caractère concret des pratiques sociales et aux biens matériels que celles-ci requièrent, comme les objets, les lieux physiques, la technologie et le corps, qui est toujours engagé dans l’incarnation concrète d’une pratique sociale. Les compétences comprennent les connaissances, les habiletés et les savoir-faire techniques. Le sens désigne les significations symboliques, les idées et les aspirations investies dans la pratique.

  • 8 « A practice is a temporally evolving, open-ended set of doings and sayings linked by practical und (...)
  • 9 « Social pratices consist of elements that are integrated when practices are enacted (…) [They] eme (...)

29Cette conceptualisation tripartite synthétise des aspects et des dimensions évoqués par d’autres auteurs sous différents vocables. Schatzki (2002, p. 87), par exemple, définit la pratique sociale comme « une entité où se trouvent agencés selon une structure particulière des actes et des paroles dont l’intelligibilité repose sur un savoir-faire, des règles, une structure téléoaffective et une compréhension générale de la pratique générique » (notre traduction8). Ainsi, toute pratique sociale se concrétise grâce aux liens qui unissent ses éléments constitutifs : « Les pratiques sociales sont constituées d’éléments qui s’intègrent lorsque les pratiques sont mises en œuvre (…). [Elles] émergent, persistent et disparaissent au fur et à mesure que les liens entre leurs éléments constitutifs se composent ou se rompent. » (Shove, Pantzar et Watson, 2012, p. 21, notre traduction9) Le Tableau 1 présente les constituants du vlogue engagé.

Tableau 1 : Les trois constituants du vlogue engagé

Tableau 1 : Les trois constituants du vlogue engagé

Matériaux

30Plusieurs types d’objets entrent dans la composition de la pratique du vlogue. Pour vloguer, il faut posséder certains objets, manipuler des choses et avoir accès à certaines ressources et services.

31La pratique requiert l’accès à une infrastructure technologique et à des appareils électroniques : un réseau Internet et une connexion, l’accès à un site Internet d’hébergement et de distribution de contenus vidéo, un ordinateur, une caméra, du matériel d’éclairage et de captation du son, un logiciel de traitement de l’image et du son, l’accès à des fichiers numériques sonores (par exemple pour inclure une trame sonore) et des ressources informationnelles électroniques (par exemple pour faire des recherches sur un sujet).

Capture d’écran 1

Capture d’écran 1

Capture d’écran 1 : Dans cette capture d’écran, on aperçoit un vlogueur s’adressant à la caméra, assis à un bureau où se trouve de l’équipement électronique. Le décor et la tenue vestimentaire sont des objets faisant partie des choix éditoriaux des vlogueurs.

32Vloguer exige aussi de disposer d’un lieu physique où enregistrer la performance orale et pouvant servir de décor pour la mise en scène de cette parole. Le vlogueur mobilise aussi son corps dans sa pratique : d’abord, dans la manipulation des objets requis par la pratique, ensuite, par l’enregistrement de sa performance physique. Enfin, la pratique du vlogue exige une ressource essentielle : du temps. La création du vlogue engage une phase de préproduction (idéation, recherche, conception du propos à livrer), de production (enregistrement et montage) et de postproduction (mise en ligne, promotion, gestion des interactions suscitées par la publication, postédition).

Compétences

33Le recours aux matériaux s’effectue dans une réalisation de la pratique qui mobilise une pluralité de compétences en conformité avec la représentation que se font les pratiquants d’une exécution réussie (que confirme l’existence de tutoriels destinés aux non-initiés).

34Le vlogue recourt à des compétences techniques : filmer et monter une vidéo (enregistrer, mettre en scène, monter), gérer une chaîne YouTube. Puisqu’il implique une performance verbale, le vlogue engagé fait aussi appel à des compétences langagières. S’y ajoutent des compétences créatives, artistiques et informationnelles : le vlogue est un contenu audiovisuel faisant appel à une recherche, à une idéation et à un montage, comme on peut le constater dans l’exemple suivant.

Capture d’écran 2

Capture d’écran 2

Capture d’écran 2: Montage en surimpression qui intègre des images et du texte provenant de médias d’information alors que le vlogueur traite d’enjeux sociétaux liés au racisme et à la pandémie de COVID-19.

  • 10 Il est d’ailleurs à noter que les vlogueurs emploient un vocabulaire différent des chercheurs et qu (...)

35De même, puisque toute prise de parole est tournée vers autrui et cherche à agir sur celui-ci (Amossy, 2010), le vlogue engage des compétences discursives, c’est-à-dire la capacité de formuler et de livrer un discours intelligible et convaincant, faisant ainsi appel à des capacités rhétoriques et à une certaine habileté à divertir, dans la mesure où une féroce compétition pour l’attention sévit dans le Web social (Burgess et Green, 2018). Dans cette optique, les compétences transmédiatiques sont d’un apport indéniable : étiqueter son vlogue avec des mots-clés et le promouvoir sur diverses plateformes est courant chez les vlogueurs qui possèdent généralement d’autres comptes de médias sociaux tels Instagram, Facebook et TikTok10.

36Enfin, des compétences socioculturelles sont également déployées dans les vlogues. Cela se perçoit, par exemple, dans l’usage d’une langue commune, parfois vernaculaire, qui correspond à des groupes sociaux distincts (la langue des jeunes, par exemple). Ces compétences concrétisent une habileté importante dans la diffusion de contenus en ligne : adapter le registre de langue au public visé et à l’image de soi, le vocabulaire et le ton, etc. Les choix éditoriaux mobilisent une connaissance de la culture des youtubeurs et de leurs publics : normes, valeurs, manières de faire communes faisant l’objet d’un accord tacite au sein de communautés d’affinités.

37Non seulement l’observation empirique des compétences mobilisées dans la pratique du vlogue engagé permet de constater le degré de littératie numérique des vlogueurs, mais elle offre, de plus, une manière d’accéder aux règles que suivent, souvent tacitement, les pratiquants. Le vocabulaire conceptuel offert par le champ de l’éducation aux médias et à l’information présente un coffre à outils précieux pour la conception des grilles d’observation et de codification (Landry, 2017).

Sens

38Le sens constitue un élément essentiel de la pratique du vlogue et reprend un thème classique de la sociologie, à savoir que les actions des individus sont motivées par des intérêts, des buts, des valeurs et des normes qui trouvent leur sens dans un contexte social et une conjoncture sociohistorique (Weber, 2016). Chez Schatzki (2002, 2008), cette composante de la pratique sociale est désignée sous le vocable de « structures téléoaffectives », qui comprend les motivations personnelles, les émotions, l’état d’esprit de la personne, ses croyances, ses projets. Pour Shove, Pantzar et Watson (2012), ces ensembles de significations investies dans une pratique sociale ne se situent pas seulement dans la tête des pratiquants : elles sont constitutives de la pratique et laissent des traces manifestes.

39C’est l’intentionnalité civique qui donne à voir la portée du qualificatif « engagé » en affirmant explicitement une volonté d’inscrire une parole individuelle au sein et au profit d’une collectivité (Adler et Goggin, 2005, p. 236). D’après Mihailidis (2018), une intentionnalité civique se manifeste par l’expression d’une agentivité, d’un souci envers le bien-être des autres, par la manifestation d’un esprit critique, d’une volonté d’émancipation personnelle et collective, et par le caractère répété de la prise de parole (une personne engagée se commet à répétition).

40De plus, les significations s’appuient sur des normes et des valeurs que la pratique elle-même manifeste et réitère. Par exemple, des conventions régissent la manière de produire un vlogue engagé et de s’adresser à un public. Des formats et des styles sont mobilisés pour signifier des intentions et produire certains effets. La capture d’écran suivante montre, par exemple, une youtubeuse qui utilise stratégiquement le style « réaction à une vidéo » (reaction video), populaire sur YouTube, afin de dénoncer les stéréotypes sexistes et hétéronormatifs dans des publicités et d’autres contenus médiatiques.

Capture d’écran 3

Capture d’écran 3

Capture d’écran 3 : Cette youtubeuse regarde en direct des publicités et réagit avec indignation aux images et aux propos discriminatoires envers les personnes LGBTQ+.

41À travers leurs pratiques, les vlogueurs se présentent comme des citoyens avertis, au fait de l’actualité et des sensibilités qui animent les groupes sociaux minorisés ; ils s’engagent dans des conversations avec leur public qui entretiennent des relations de sociabilité. Des traces de ces interactions sont observables dans le contenu des vlogues et dans la section des commentaires des chaînes YouTube, faisant de cette zone un espace d’interaction pertinent à considérer lors de la collecte de données.

La configuration de la pratique du vlogue engagé

42Les constituants de la pratique civique discursive sont agencés de manière dynamique lors de l’actualisation de la pratique. Comme le rappelle Schatzki (2008, p. 89), le sens premier du vocable pratique désigne le fait de s’exercer à développer ou à parfaire une habileté, qu’il s’agisse d’un art, d’un sport, d’un divertissement, d’un métier ou d’une activité utilitaire. Ce caractère concret de la pratique sociale suppose une séquence prédéterminée d’actions. Au-delà de la diversité de styles, de formats et de leur durée, les différents constituants du vlogue engagé s’intègrent dans une configuration particulière de la performance de la pratique, que le Tableau 2 rapporte sous la forme de quatre actes de communication coordonnés.

Tableau 2 : La configuration de la pratique du vlogue engagé : quatre actions coordonnées

Tableau 2 : La configuration de la pratique du vlogue engagé : quatre actions coordonnées

Gérer une chaîne sur YouTube

43 La diffusion de vlogues engagés nécessite la gestion d’une chaîne sur YouTube (ou d’une autre plateforme de partage de contenus vidéo), ce qui passe par l’exécution d’un certain nombre de tâches.

44La gestion d’une chaîne YouTube comprend l’adoption d’une stratégie de diffusion et de promotion. Cela implique la définition de l’identité de la chaîne et du vlogueur par un travail de présentation visuelle à partir des fonctionnalités de YouTube. Pour rendre la chaîne attrayante et fidéliser l’auditoire, un concept de publication est souvent adopté : une fréquence de publication est déterminée, les vidéos adoptent un style propre et s’inscrivent parfois dans un concept sériel. Cette stratégie de diffusion et de promotion confère à la chaîne et au vlogueur une image singulière qui vise à gagner des abonnés et à assurer le visionnement des vidéos.

Capture d’écran 4

Capture d’écran 4

Capture d’écran 4 : Dans un style ludique et humoristique, ce vlogueur produit des vidéos pourtant sérieuses et bien documentées à une fréquence régulière dans un décor décontracté et amical. Sa chaîne connaît d’ailleurs une très bonne popularité.

45Gérer une chaîne implique aussi la gestion du contenu de celle-ci : ajouter des vidéos, en retirer, les éditer, organiser et réorganiser leur présentation. Cela se traduit parfois par le retrait complet ou partiel de vidéos, dans une volonté de redéfinir l’identité de la chaîne et du vlogueur. Cet aspect de la pratique est à prendre en compte dans la planification d’une collecte de données.

46La gestion d’une chaîne YouTube suppose aussi de s’occuper des relations avec l’auditoire. Cela comprend la gestion de la section « commentaires » (réponse et modération, p. ex.) et de la correspondance reçue en privé. Une partie de ce travail reste invisible aux observateurs (p. ex. les données statistiques d’achalandage sont invisibles). De même, la modération des commentaires ne laisse pas de trace visible et nécessite un accès aux pratiquants pour être explicitée. Il est intéressant de noter que les vlogueurs évoquent souvent ce public dans leurs vlogues et l’interpellent pour des suggestions, des commentaires et la promotion de leur chaîne.

47Enfin, il n’y a pas de vlogueur qui ne soit pas également consommateur de vlogues. Vloguer implique de se tenir au courant de ce qui se publie sur d’autres chaînes, des sujets en vogue et des personnalités incontournables du Web. Gérer une chaîne de diffusion de contenus vidéos constitue une forme de produsage (Bruns, 2008).

48Bref, gérer une chaîne YouTube est un acte complexe et exigeant de communication publique personnelle, d’ailleurs suffisamment chronophage pour que certains en confient une partie à une agence de relations publiques.

Parler en public

49Le contenu du vlogue engagé repose essentiellement sur l’enregistrement vidéo d’un acte de langage faisant appel à la voix et à la gestuelle pour produire des énoncés et du discours. Comme dans tous les environnements sociotechniques du Web social, cette prise de parole en public présente des traits différents des contextes naturels d’interaction sociale puisque « [l]es énoncés produits (…) ont une nature composite : ils ne sont plus seulement langagiers, mais métissés de technologie » (Paveau, 2015, p. 3). Ainsi, il est suggéré d’aborder le vlogue comme un technogenre prescrit, c’est-à-dire contraint par la technologie, ce qui est bien illustré par le fait que le vlogue n’a pas d’existence en dehors du Web social (Combe, 2019). Dans l’exemple qui suit, on voit qu’un vlogue permet à une personne de communiquer simultanément un message verbal et écrit.

Capture d’écran 5

Capture d’écran 5

Capture d’écran 5 : Cette vlogueuse procure sous forme textuelle la définition de l’acronyme BIPOC, qu’elle vient d’énoncer et qui n’est pas nécessairement connu par les personnes non initiées au vocabulaire des mouvements antiracistes.

50Non seulement l’acte langagier ne peut pas être dissocié de l’environnement technique dans lequel il est produit, diffusé, commenté et relayé, mais il se présente de plus comme une prise de parole en public qui est une expression verbale augmentée. En effet, le discours oral prononcé par le vlogueur fait appel à des stratégies discursives (Combe, 2019), mais il est également affecté par différents procédés et retouches : des coupures faites au montage, l’ajout d’une trame sonore pour créer un style et une ambiance, des effets spéciaux pour dynamiser le propos et retenir l’attention du public (mouvements de caméra subits, expressions faciales caricaturales, surimpressions de texte, citations audiovisuelles, etc.). Dans l’exemple qui suit, le vlogueur exprime sa consternation devant le fait qu’une politicienne soutienne la théorie voulant que la Terre soit plate en composant une superposition d’images de son visage. Une telle technique humoristique n’est possible que dans un document audiovisuel.

Capture d’écran 6

Capture d’écran 6

Capture d’écran 6 : Ce vlogueur n’arrive pas à croire qu’une personne élue au scrutin municipal puisse croire à la théorie voulant que la Terre soit plate. Ce fait divers l’amène à discuter de l’enjeu de la compétence chez les personnes candidates à un poste électif en démocratie.

51De plus, le vlogueur interagit avec son public au moyen des affordances techniques de la plateforme, comme les réponses en mode texte dans la section des commentaires textuels, le recours à des émoticônes, le partage de liens hypertextes et le relayage de vidéos. Bref, autant de modalités d’interaction discursives qui sont emmêlées de technologie : ce sont des stratégies technodiscursives (Paveau, 2015) qui permettent de parler, de manière asynchrone, avec le public.

52Sur ce point, Androutsopoulos et Tereick (2020) observent que la plateforme YouTube se prête aux dialogues et aux polylogues. Dans un vlogue, la personne qui parle devant la caméra ne s’adresse pas à elle-même, mais à un public dont la présence est inscrite dans le propos (Frobenius, 2014). De plus, un vlogueur peut recourir à diverses stratégies (techno)discursives pour introduire des dialogues factuels ou fictifs, comme une interaction verbale en personne avec un invité ou une interaction imaginaire simulée à l’aide d’effets spéciaux ajoutés au montage. À ces dialogues factuels ou simulés s’ajoutent les dialogues qui prennent place dans la section des commentaires : les internautes s’y expriment, se répondent entre eux, et le vlogueur y participe également. Ainsi, la structure participative des chaînes YouTube présente plusieurs niveaux de structuration des interactions entre usagers où la parole abonde de manière multipartite et multidirectionnelle.

53Androutsopoulos et Tereick (2020) notent que YouTube est un environnement sociotechnique beaucoup plus complexe que la télévision, à laquelle il est pourtant souvent comparé. La vidéo, les réponses du public dans la section des commentaires et la page hôte représentent trois instances polysémiotiques distinctes qui se chevauchent de manière dynamique. Cette dimension de la pratique du vlogue engagé — qui est en fait un acte d’expression verbale augmentée — n’a pas encore été pleinement étudiée et mériterait des études empiriques approfondies.

Produire du contenu vidéo dans une visée de changement social

54L’intentionnalité civique des vlogueurs s’exprime par une diversité de contenus et de styles qui va de pair avec un répertoire diversifié de motivations, un point qui a déjà été développé plus haut (section 2.3). Il importe surtout d’insister sur la nécessité de repérer dans le contenu des vlogues des traces manifestes d’un engagement civique, car une étude empirique fiable et valide exige une collecte sensible à la distinction entre le vlogue générique et le vlogue engagé.

55Au sujet des vlogues engagés des jeunes, qui ont fait l’objet du plus grand nombre de travaux, il a déjà été répertorié que l’intentionnalité civique des vlogueurs peut se manifester par des buts diversifiés : informer et inciter à agir (p. ex. sur la cause environnementale), sensibiliser à des enjeux d’égalité, d’inclusion et de justice (p. ex. aux droits des personnes LGBTQ+), contester des discours hégémoniques afin d’en révéler le caractère opprimant (p. ex. le sexisme, le racisme, la transphobie), exprimer une indignation par rapport à l’actualité, à la politique, à des situations choquantes, ou encore, livrer un témoignage afin de procurer du réconfort aux personnes confrontées à des épreuves telles la dépression, l’anxiété, la crainte d’un rejet parental à la suite du dévoilement d’une identité de genre minoritaire, par exemple.

56L’exemple qui suit illustre une vidéo produite dans le but d’informer et de sensibiliser le public à la notion de consentement sexuel dans une visée de prévention des agressions sexuelles.

Capture d’écran 7

Capture d’écran 7

Capture d’écran 7 : Cette youtubeuse explique ce qu’est une agression sexuelle, comment la loi encadre ce type de délit et l’importance du consentement sexuel.

57La définition conceptuelle du vlogue engagé proposée dans cet article, le cadrage théorique adopté ainsi que les travaux existants constituent trois piliers à partir desquels il est possible d’amorcer un travail de définition opératoire identifiant des critères d’inclusion et d’exclusion des vlogues dans un corpus d’étude. Ce travail préliminaire sera d’autant plus précis, rigoureux et opportun qu’il sera réalisé dans le contexte singulier de l’enquête à mener et de manière itérative, c’est-à-dire en conduisant une phase d’observation préliminaire permettant un ajustement de la définition et des règles de procédure pour la constitution du corpus.

58Aussi, ce type d’enquête doit considérer la pertinence, voire la nécessité de prévoir la réalisation d’entretiens avec des pratiquants. En effet, le sens investi dans la pratique du vlogue engagé et les motivations qui justifient un grand investissement de ressources personnelles ne peuvent pas être saisis par la seule analyse des traces observables de la pratique inscrites sur les chaînes YouTube. Certains aspects de la pratique du vlogue engagé sont opaques, si bien qu’il est pertinent d’envisager approfondir l’analyse à l’aide d’informations recueillies auprès des vlogueurs. Toutefois, il ne faut pas négliger l’intérêt et l’apport potentiel aux connaissances de travaux menés sans de tels entretiens. Les buts de la recherche et les conditions de faisabilité doivent être soigneusement considérés dans la confection du devis de recherche.

Performer une identité civique

59Diffuser des vlogues engagés, c’est livrer une performance identitaire qui est le produit d’un travail comportant plusieurs dimensions et faisant appel au corps, au langage et à une scène physique, c’est-à-dire un décor conçu pour la mise en scène de la parole publique.

60La pratique du vlogue implique une mise en scène de soi ainsi qu’une gestion d’image publique. Cela s’exerce par un certain nombre de choix : un lieu d’enregistrement, un décor à aménager, un choix d’éclairage, une tenue vestimentaire, une présentation esthétique (coiffure, maquillage, etc.). Peu importe que ces choix procurent un effet plus ou moins léché : chose certaine, aucun décor n’est aléatoire.

Capture d’écran

Capture d’écran

Capture d’écran 8 : Cette vlogueuse environnementaliste, qui promeut la récupération et l’approche « zéro déchet », se présente avec un maquillage discret dans un décor sobre et comme une citoyenne bien avisée (qui s’informe et qui lit le journal) dans ce vlogue, où elle analyse les programmes environnementaux de six partis politiques.

61La pratique du vlogue suppose un degré minimal de réflexivité quant à ce que parler dans un vlogue veut dire dans une société (perspective bourdieusienne), mais également pour soi (perspective goffmanienne). Il s’agit là d’un aspect partiellement étudiable dans le contenu même des vlogues et des chaînes YouTube, car nombre de vlogueurs émettent des métacommentaires sur leur pratique. Un réel besoin de connaissances justifierait la réalisation d’entretiens dans le but de documenter cette dimension de la pratique du vlogue engagé et de ses effets possiblement émancipateurs sur les individus eux-mêmes. Les perspectives freiriennes en éducation et le courant des médias alternatifs en communication pourraient en ce cas procurer un appui théorique précieux.

62La mise en scène de soi et la gestion d’une image publique sont généralement orientées de manière à produire un éthos authentique : les vlogueurs cherchent généralement à se présenter comme des orateurs animés de bonnes intentions, intègres, informés, avisés, engagés, fiables, qui osent parler franchement et qui assument leurs propos. Sous cet angle, vloguer est aussi un acte de présentation de soi où diverses stratégies sont mobilisées afin de maîtriser autant que possible l’impression faite sur autrui, dans un souci de maintien de la face (selon l’approche goffmanienne).

Capture d’écran 9

Capture d’écran 9

Capture d’écran 9 : Ayant choisi d’aborder des controverses politiques étatsuniennes autour de la question de l’avortement, ce youtubeur exprime, appuyé par un montage photographique d’hommes politiques, son rejet de l’ingérence des hommes dans les questions intimes qui mettent en jeu les droits des femmes. Ce faisant, il se définit comme un homme allié féministe.

63Dans cette volonté, la production d’une identité civique authentique comprend des stratégies qui amènent le vlogueur à se présenter comme une personne détenant l’autorité d’un orateur crédible et légitime par rapport aux sujets et aux enjeux abordés. Enfin, cette présentation de soi comprend la démonstration d’affects civiques, c’est-à-dire des émotions qui communiquent l’adhésion à des valeurs positivement connotées. L’indignation soulignée à grands traits par des expressions faciales (dégoût), un ton (fâché) et une sonorité (élevée) pour parler de discrimination raciale, par exemple, exprime l’adhésion du vlogueur aux valeurs d’égalité et de justice, ainsi que sa solidarité envers des groupes opprimés. Qu’il s’agisse de colère, de peine, de déception, de joie, d’explosion d’enthousiasme, d’humour sarcastique ou d’empathie, les émotions sont omniprésentes dans les vlogues et jouent une fonction au regard de la présentation de soi qui se situe sur le plan moral et politique. Les vlogueurs engagés se présentent comme des personnes engagées, informées, sensibles aux injustices et prêtes à défendre des causes. Cette seule dimension paraît suffisamment riche et complexe pour mériter des travaux ciblés.

Conclusion

64Cet article a présenté une conceptualisation de la pratique du vlogue engagé impliquant trois constituants (les matériaux, les compétences, les sens) qui se concrétisent dans la coordination de quatre actes de communication distincts. Adoptant l’approche théorique de la pratique sociale comme cadre général, cette contribution procure une armature conceptuelle qui permet d’appréhender avec acuité la richesse et la complexité du phénomène social qu’incarne le vlogue engagé comme forme singulière d’interaction civique et de prise de parole en public en ligne.

65Le vlogue engagé n’est pas une pratique majoritaire. Principalement diffusé sur des plateformes à visée commerciale et promotionnelle, il incarne une pratique numérique individuelle de masse qui présente un caractère d’exceptionnalité. En complément d’une observation ethnographique en ligne et d’une analyse des contenus de corpus de vidéos, il s’avèrerait pertinent de réaliser des entretiens avec ses pratiquants afin de mieux comprendre certains aspects de cette activité invisibles à l’observateur. En effet, à l’ère du capitalisme de plateforme (Srnicek, 2018), il importe d’examiner des pratiques numériques qui s’affirment dans ces espaces comme des actes de citoyenneté (Coleman, 2014 ; Glatt et Banet-Weiser, 2021 ; Van Zoonen, Vis et Mihelj, 2010). Qu’ont à nous apprendre ces pratiques minoritaires sur les compétences numériques dont ont besoin les citoyens d’aujourd’hui pour s’approprier le Web social en tant que citoyens plutôt que consommateurs ? Quelles dynamiques sociales s’y reproduisent ? Quels rapports sociaux et quels discours hégémoniques y sont contestés ?

66La conceptualisation du vlogue engagé proposée dans cet article offre un cadre pour faciliter le développement de devis de recherche. Celui-ci pourrait être utilisé pour étudier cette pratique sociale bien au-delà de son appropriation par les adolescents et les jeunes adultes. Il permet d’adopter une approche globale de la pratique ou de livrer à un examen ciblé des dimensions communicationnelles constitutives de la pratique. Dans ce dernier cas, il serait particulièrement pertinent d’y combiner des concepts ou des cadres théoriques plus pointus. Par exemple, inclure une perspective théorique sur l’analyse critique de discours dans une enquête examinant les stratégies discursives des vlogueurs, ou une perspective d’économie politique pour approfondir avec un appui empirique une analyse de l’exploitation capitaliste du « travail » des créateurs de contenu par les plateformes du Web social.

67Par sa focalisation sur le vlogue engagé, la conceptualisation proposée pourrait être transférée à l’étude d’autres pratiques de « parler en public » en ligne, car elle procure également, en creux, des points de repère utiles à l’enquête de pratiques discursives en ligne qui sont dépourvues d’intentionnalité civique, comme les pratiques antidémocratiques tels les discours discriminatoires, haineux et propagandistes. Étudiés sous l’angle de la pratique sociale, ces vlogues pourraient apporter un éclairage pertinent sur les conflictualités sociales qui s’affirment dans la diversité des formats et des formes de prise de parole en public médiatisées par la technologie.

Haut de page

Bibliographie

Adler, R. P. et Goggin, J. (2005). What Do We Mean By “Civic Engagement”? Journal of Transformative Education, 3(3), 236-253. DOI : 10.1177/1541344605276792

Almanssori, S. et Stanley, M. (2021). Public pedagogy on sexual violence: a feminist discourse analysis of YouTube vlogs after #MeToo. Journal of curriculum and pedagogy. Prépublication. DOI : 10.1080/15505170.2021.1895382

Amossy, R. (2010). La présentation de soi. Ethos et identité verbale. Paris, France : PUF.

Androutsopoulos, J. et Terick, J. (2020). YouTube: Language and discourse practices in participatory culture. Dans A. Georgakopoulou et T. Spilioti (dir.), The Routledge Handbook of Language and Digital Communication (pp. 43-370). New York (NY) : Routledge.

Balleys, C. (2019). L’intimité militante sur YouTube : la visibilité médiatique au service de la libération sexuelle. Questions de communication, 35(1), 125-136. DOI : 10.4000/questionsdecommunication.19109

Barker, C. (2004). The SAGE dictionary of cultural studies. Londres, Royaume-Uni : Sage Publications.

Bennett, L. (dir.) (2008). Civic Life Online: Learning How Digital Media Can Engage Youth. Cambridge (MA) : MIT Press.

Bruns, A. (2008). Blogs, Wikipedia, Second life, and Beyond: From Production to Produsage. New York (NY) : Peter Lange.

Burgess, J. et Green, J. (2018). YouTube. Online Video and Participatory Culture (2e éd.). Cambridge, Royaume-Uni : Polity Press.

Caron, C. (2016). L’engagement civique des adolescents au prisme de leurs vlogues sur l’intimidation. Communication [En ligne], 34(1). DOI : 10.4000/communication.6733

Caron, C., Raby, R., Mitchell, C., Théwissen-LeBlanc, S. et Prioletta, J. (2019). How are civic cultures achieved through youth social-change-oriented vlogging? A multimodal case study. Convergence, 25(4), 694-713. DOI : 10.1177/1354856518795094

Castells, M. (2009). Communication Power. New York (NY) : Oxford University Press.

Coleman, S. (2014). Citizenship and the speaking subject. Citizenship Studies, 18(3-4), 408-422. DOI : 10.1080/13621025.2013.820392

Combe, C. (2019). Quand le technogenre de discours « vlogue » éduque à la politique : le cas français d’« Osons causer ». Dans É. George (dir.), Numérisation généralisée de la société et enjeux sociopolitiques 2. Numérique, information, recherche (pp. 79-96). Londres, Royaume-Uni : Iste Editions.

Couldry, N. (2012). Media, society, world. Social theory and digital media practice. Cambridge, Royaume-Uni : Polity Press.

Dahlgren, P. (2002). In Search of the Talkative Public: Media, Deliberative Democracy and Civic Culture. Javnost - The Public: Journal of the European Institute for Communication and Culture, 9(3), 5-25. DOI : 10.1080/13183222.2002.11008804

Frobenius, M. (2014). Audience design in monologues: How vloggers involve their viewers. Journal of Pragmatics, 72, 59-72. DOI : 10.1016/j.pragma.2014.02.008

Garcia, C. K. et Vemuri, A. (2017). Girls and young women resisting rape culture through YouTube videos. Girlhood Studies, 10(2), 26-44. DOI : 10.3167/ghs.2017.100204

Garcia-Rapp, F. (2017). Popularity markers on YouTube’s attention economy: the case of Bubzbeauty. Celebrity Studies, 8(2), 228-245. DOI : 10.1080/19392397.2016.1242430

Glatt, Z. et Banet-Weiser, S. (2021). Productive Ambivalence, Economies of Visibility, and the Political Potential of Feminist YouTubers. Dans S. Cunningham et D. Craig (dir.), Creator Culture: An Introduction to Global Social Media Entertainment (pp. 39-56). New York (NY) : NYU Press.

Karampampas, P. (2020). Goth YouTubers and the informal mentoring of young goths: peer support and solidarity in the Greek goth scene. Journal of Youth Studies, 23(8), 989-1003. DOI : 10.1080/13676261.2019.1646892

Landry, N. (2017). Articuler les dimensions constitutives de l’éducation aux médias. tic&société, 11(1). DOI : 10.4000/ticetsociete.2236

Lartigue, C. (2020). Crédible et objectif ou intime et émouvant : une analyse des stratégies discursives des vidéos de YouTube autour de l’environnement. Questions de communication, 38, 409-440. DOI : 10.4000/questionsdecommunication.24330

Mihailidis, P. (2018). Civic media literacies: re-imagining engagement for civic intentionality. Learning, Media and Technology, 43(2), 152-164. DOI : 10.1080/17439884.2018.1428623

Miller, J. F. (2019). YouTube as a site of counternarratives to transnormativity. Journal of Homosexuality, 66(6), 815-837. DOI : 10.1080/00918369.2018.1484629

Molyneaux, H., O’Donnell, S., Gibson, K. et Singer, J. (2008). Exploring the Gender Divide on YouTube: An Analysis of the Creation and Reception of Vlogs. American Communication Journal, 10(2).

Ortner, S. (2006). Anthropology and social theory: culture, power and the acting subject. Durham (NC) : Duke University Press. DOI : 10.1215/9780822388456

Papacharissi, Z. (2010). A private sphere. Democracy in a digital age. Cambridge, Royaume-Uni : Polity Press.

Paveau, M.-A. (2015). L’intégrité des corpus natifs en ligne. Une écologie postdualiste pour la théorie du discours. Cahiers de praxématique, 59, 65-90. DOI : 10.4000/praxematique.3359

Raby, R., Caron, C., Théwissen-LeBlanc, S., Prioletta, J. et Mitchell C. (2018). Vlogging on YouTube: the online, political engagement of young Canadians advocating for social change. Journal of Youth Studies, 21(4), 495-512. DOI : 10.1080/
13676261.2017.1394995

Reckwitz, A. (2002). Toward a Theory of Social Practices: A Development in Culturalist Theorizing. European Journal of Social Theory, 5(2), 243-263. DOI : 10.1177/13684310222225432

Sanchez-Cortes, D., Kumano, S., Otsuka, K., et Gatica-Perez, D. (2015). In the Mood for Vlog: Multimodal Inference in Conversational Social Video. ACM Transactions on Interactive Intelligent Systems, 5(2), 1-24. DOI : 10.1145/2641577

Schatzki, T. (2002). The site of the social: a philosophical account of the constitution of social life and change. University Park (PA) : Pennsylvania State University Press.

Schatzki, T. (2008). Social Practices. A Wittgensteinian Approach to Human Activity and the Social. Cambridge, Royaume-Uni : Cambridge University Press.

Schatzki, T. (2016). Sayings, texts and discursive formations. Dans A. Hui, T. Schatzki et E. Shove (dir.), The nexus of practices. Connections, constellations, practitioners (pp. 126-140). New York (NY) : Routledge.

Shove, E., Pantzar, M. et Watson, M. (2012). The dynamics of social practice. Everyday life and how it changes. Londres, Royaume-Uni : Sage Publications.

Snelson, C. (2015). Vlogging about school on YouTube: An exploratory study. New Media & Society, 17(3), 321-339. DOI : 10.1177/1461444813504271

Srnicek, N. (2018). Capitalisme de plateforme. L’hégémonie de l’économie numérique. Montréal, Canada : Lux Éditeur.

van Dijck, J. (2013). The culture of connectivity. A critical history of social media. Oxford, Royaume-Uni : Oxford University Press.

Van Zoonen, L., Vis, F. et Mihelj, S. (2010). Performing citizenship on YouTube: activism, satire and online debate around the anti-Islam video Fitna. Critical Discourse Studies, 7(4), 249-262. DOI : 10.1080/17405904.2010.511831

Weber, M. (2016). Concepts fondamentaux de sociologie (traduit par J.-P. Grossein). Paris, France : Gallimard.

Werner, E. A. (2012). Rants, Reactions, and other Rhetorics: Genres of the YouTube Vlog (thèse de doctorat). University of North Carolina at Chapel Hill, Chapel Hill (NC). DOI : 10.17615/nna9-qz22

Zavodna, L. S., et Zavodny Pospisil, J. (2017). Youtube as a New Means of Marketing Communication. Communications – Scientific Letters of the University of Zilina, 19(2), 159‑165. DOI : 10.26552/com.C.2017.2.159-165

Haut de page

Notes

1 « YouTube became a key site for practices of civic engagement, grassroots activism, and vernacular semiotic creativity. »

2 Cet article est théorique, mais les évaluateurs ont souligné l’intérêt d’exemples concrets illustrant les dimensions de la conceptualisation proposée. Nous avons donc ajouté à la version originale quelques captures d’écran issues de nos travaux empiriques à titre d’illustration. Afin de minimiser les risques d’interférence de cette publication avec le terrain enquêté, nous avons toutefois omis de procurer les données nominatives et autres informations qui conduiraient à l’identification des vlogueurs et de leurs chaînes. Notre propos ne consiste pas à présenter des résultats empiriques, mais bien à proposer une conceptualisation inscrite dans un travail de recherche plus large en cours depuis plusieurs mois.

3 « A practice is a way of doing things, an action, application or performance that occurs as a consequence of intention, habit or routine. »

4 YouTube. (s. d.). YouTube for Press. YouTube Official Blog. Repéré le 18 novembre 2021 à https://blog.youtube/press/

5 Office québécois de la langue française : http://gdt.oqlf.gouv.qc.ca/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=8355142

6 « The product is thus an asynchronous, mediated monologue tailored to a non-present audience. »

7 « Civic engagement refers to the ways in which citizens participate in the life of a community in order to improve conditions for others or to help shape the community’s future. » À noter que le qualificatif civique fait l’objet d’usages variés et que ses connotations changent selon les régions géolinguistiques. Néanmoins, la participation individuelle à un effort collectif de construction d’une communauté forte et la volonté de changement social dans un souci de justice sont courantes au sein de cette multitude (Adler et Goggin, 2005). Il est généralement admis que des changements générationnels survenus dans les sociétés occidentales contemporaines récusent aujourd’hui toute définition de l’engagement et de la participation qui serait restreinte seulement au service communautaire ou à un ensemble formalisé de connaissances, de devoirs et d’obligations relatifs à l’État et à la politique institutionnalisée (voir Bennett, 2008).

8 « A practice is a temporally evolving, open-ended set of doings and sayings linked by practical understanding, rules, teleoaffective structure, and general understanding. »

9 « Social pratices consist of elements that are integrated when practices are enacted (…) [They] emerge, persist and disappear as links between their defining elements are made and broken. »

10 Il est d’ailleurs à noter que les vlogueurs emploient un vocabulaire différent des chercheurs et que l’émergence de nouvelles plateformes de partage de contenus vidéo entraîne possiblement des changements dans la pratique. Plusieurs pratiquants du vlogue se qualifient présentement de youtubeurs, ce qui n’a pas toujours été le cas.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Les trois constituants du vlogue engagé
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8045/img-1.png
Fichier image/png, 99k
Titre Capture d’écran 1
Légende Capture d’écran 1 : Dans cette capture d’écran, on aperçoit un vlogueur s’adressant à la caméra, assis à un bureau où se trouve de l’équipement électronique. Le décor et la tenue vestimentaire sont des objets faisant partie des choix éditoriaux des vlogueurs.
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8045/img-2.png
Fichier image/png, 322k
Titre Capture d’écran 2
Légende Capture d’écran 2: Montage en surimpression qui intègre des images et du texte provenant de médias d’information alors que le vlogueur traite d’enjeux sociétaux liés au racisme et à la pandémie de COVID-19.
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8045/img-3.png
Fichier image/png, 246k
Titre Capture d’écran 3
Légende Capture d’écran 3 : Cette youtubeuse regarde en direct des publicités et réagit avec indignation aux images et aux propos discriminatoires envers les personnes LGBTQ+.
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8045/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Tableau 2 : La configuration de la pratique du vlogue engagé : quatre actions coordonnées
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8045/img-5.png
Fichier image/png, 247k
Titre Capture d’écran 4
Légende Capture d’écran 4 : Dans un style ludique et humoristique, ce vlogueur produit des vidéos pourtant sérieuses et bien documentées à une fréquence régulière dans un décor décontracté et amical. Sa chaîne connaît d’ailleurs une très bonne popularité.
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8045/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Capture d’écran 5
Légende Capture d’écran 5 : Cette vlogueuse procure sous forme textuelle la définition de l’acronyme BIPOC, qu’elle vient d’énoncer et qui n’est pas nécessairement connu par les personnes non initiées au vocabulaire des mouvements antiracistes.
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8045/img-7.png
Fichier image/png, 215k
Titre Capture d’écran 6
Légende Capture d’écran 6 : Ce vlogueur n’arrive pas à croire qu’une personne élue au scrutin municipal puisse croire à la théorie voulant que la Terre soit plate. Ce fait divers l’amène à discuter de l’enjeu de la compétence chez les personnes candidates à un poste électif en démocratie.
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8045/img-8.png
Fichier image/png, 209k
Titre Capture d’écran 7
Légende Capture d’écran 7 : Cette youtubeuse explique ce qu’est une agression sexuelle, comment la loi encadre ce type de délit et l’importance du consentement sexuel.
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8045/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Capture d’écran
Légende Capture d’écran 8 : Cette vlogueuse environnementaliste, qui promeut la récupération et l’approche « zéro déchet », se présente avec un maquillage discret dans un décor sobre et comme une citoyenne bien avisée (qui s’informe et qui lit le journal) dans ce vlogue, où elle analyse les programmes environnementaux de six partis politiques.
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8045/img-10.png
Fichier image/png, 285k
Titre Capture d’écran 9
Légende Capture d’écran 9 : Ayant choisi d’aborder des controverses politiques étatsuniennes autour de la question de l’avortement, ce youtubeur exprime, appuyé par un montage photographique d’hommes politiques, son rejet de l’ingérence des hommes dans les questions intimes qui mettent en jeu les droits des femmes. Ce faisant, il se définit comme un homme allié féministe.
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8045/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline CARON et Normand LANDRY, « Le vlogue engagé comme pratique sociale : essai de conceptualisation »tic&société [En ligne], Vol. 17 | N° 1-2 | 1er semestre - 2ème semestre | 2023, mis en ligne le 09 juin 2024, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ticetsociete/8045

Haut de page

Auteurs

Caroline CARON

Caroline CARON est professeure titulaire au Département des sciences sociales de l’Université du Québec en Outaouais. Détentrice d’un doctorat en communication de l’Université Concordia (2009), son champ d’expertise couvre les études féministes et de genre en communication ainsi que les études critiques sur la jeunesse. Le Prix du Canada en sciences sociales a été décerné à son ouvrage Vues, mais non entendues. Les adolescentes québécoises et l’hypersexualisation (Presses de l’Université Laval, 2014). Elle est membre du comité de rédaction de la revue Recherches féministes et du Réseau québécois en études féministes (RéQEF). Elle mène des travaux sur les usages civiques de YouTube par les jeunes depuis une dizaine d’années. caroline.caron@uqo.ca

Normand LANDRY

Normand LANDRY est professeur à la TÉLUQ (Université du Québec), titulaire de la Chaire de recherche du Canada en éducation aux médias et droits humains, et chercheur au Centre de recherche interuniversitaire sur la communication, l’information et la société (CRICIS). Ses travaux se concentrent sur l’éducation aux médias, les droits de la communication, l’intimidation judiciaire, ainsi que sur la communication et les mouvements sociaux. Les recherches qu’il a menées l’ont enjoint à participer à des sommets internationaux organisés sous l’égide des Nations Unies, à intervenir auprès de groupes parlementaires et à s’investir auprès de groupes de la société civile. Normand Landry est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont Droits et enjeux de la communication (PUQ, 2013) et Threatening Democracy : SLAPPs and the Judicial Repression of Political Discourse (Fernwood, 2014). Il est également directeur de publication (avec Anne-Sophie Letellier) du livre L’éducation aux médias à l’ère numérique : entre fondations et renouvellement (PUM, 2016). normand.landry@teluq.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search