Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 17 | N° 1-2 | 1er semestre - 2ème semestreDes modes critiques et affinitair...

Des modes critiques et affinitaires de participation

Une typologie des commentaires et de leurs auteurs·trices sur Twitch durant la campagne présidentielle française de 2022
Critical and affinity-based modes of participation. Proposal for a typology of comments and their authors on Twitch during the 2022 French presidential campaign
Modos de participación críticos y por afinidad. Propuesta de tipología de los comentarios y de sus autores en Twitch durante la campaña presidencial francesa de 2022
Alexandre BORRELL, Stéphanie WOJCIK, Gaël STEPHAN et Élodie BERTHET
p. 231-265

Résumés

Lors de la campagne présidentielle de 2022, la plateforme de streaming Twitch est investie par France Télévisions, qui propose une séquence – « 20 h 22, la suite sur Twitch » – durant laquelle le journaliste Samuel Étienne pose aux candidat·es invité·es les questions soumises dans le clavardage (chat) par le public. Cet article établit une typologie propre à l’usage du clavardage – fondée sur la question, la conversation et la réaction – et propose une catégorisation des clavardeur·euses en fonction de leurs formes préférentielles d’intervention. L’étude montre que le stream suscite différentes critiques du public, concernant les candidat·es, les journalistes ou le dispositif lui-même. Celles-ci restent civiles et peuvent même faire l’objet d’argumentation par l’exemple ou le témoignage. Sont identifiés des « super-participants », par contraste à un échantillon aléatoire, qui se distinguent par une forte activité de clavardage et l’occupation pour chacun d’un rôle précis de militant, fan ou facilitateur.

Haut de page

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Nous retenons l’anglicisme fan, entré dans le langage courant en France – d’usage très différent de (...)
  • 2 Cette enquête a bénéficié du financement du Bonus Qualité Recherche 2e vague 2022 de l’Université P (...)

1La plateforme Twitch permet depuis plus d’une dizaine d’années de diffuser en direct des sessions de jeux multijoueurs et d’en commenter le déroulement auprès de communautés plus ou moins assidues de fans1 qui peuvent également s’exprimer sur le chat associé. Les centres d’intérêt de ses utilisateurs se sont progressivement diversifiés, et la plateforme héberge désormais des milliers de chaînes de vidéastes (les streamers) consacrant leurs sessions en direct à une grande variété de sujets (jeux vidéo, eSport, beauté, bricolage, musique, sciences humaines, etc). Dans la catégorie « Just chatting », certains streamers traitent plus particulièrement de questions de société, d’actualité ou de politique, sans pour autant en être des professionnels. Des discussions politiques s’immiscent aussi dans les espaces de clavardage de streams dédiés aux conventions de eSport (Ruiz-Bravo, Selander et Roshan, 2022). Enfin, des acteurs politiques traditionnels investissent la plateforme pour y défendre leur action, leur programme ou leur personne et élargir ou renouveler leurs audiences habituelles. Durant la campagne présidentielle française de 2022, plusieurs candidat·es ont créé leur propre chaîne (Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot) et certain·es ont été invité·es sur les chaînes de médias traditionnels (télévisions, radios, presse écrite) ou celles de streamers qui ont conçu des émissions dédiées au commentaire de l’actualité politique, à l’instar de Jean Massiet (émission Backseat) et David Dufresne (chaîne « Au Poste ! »). Ainsi Twitch est-elle diversement investie en 2022 par une pluralité d’acteurs – profanes, streamers spécialisés dans le commentaire de l’actualité et personnalités politiques – qui permettent pour la première fois à leurs publics de se saisir de l’élection présidentielle sur cette plateforme. Nous nous intéressons plus particulièrement ici à une pratique a priori routinière dans une campagne électorale nationale : l’interview d’un·e candidat·e. Celle-ci a été adaptée aux spécificités de Twitch à travers le stream 20 h 22, la suite sur Twitch2, émission diffusée sur la chaîne Twitch de France Télévisions dans la continuité de son journal télévisé (JT) de 20 h. Comme par le passé, les candidat·es à l’élection présidentielle sont invité·es à la fin du JT de France 2 ; l’interview est menée par la présentatrice Anne-Sophie Lapix, rejointe par deux autres journalistes. Quelques minutes plus tard, les invité·es sont interrogé·es, toujours en direct, sur la chaîne Twitch du groupe public, par deux membres de la rédaction de France Info : Samuel Étienne – présentateur de la matinale de France Info et d’un jeu télévisé (Questions pour un champion) et streamer (chaîne « samueletienne », où il propose une revue de presse quotidienne) – et Alix Bouilhaguet. Cette séquence entend mêler les attendus de l’interview politique en campagne – un·e candidat·e face à un·e ou plusieurs journalistes expérimenté·es – et les spécificités de la plateforme, en particulier la possibilité pour le public d’intervenir en direct dans l’interface destinée au clavardage. Samuel Étienne propose de poser à l’invité·e seulement les questions soumises par le public pendant le stream. Ce faisant, il cède son rôle d’intervieweur à des anonymes et se contente a priori de sélectionner les questions, selon des critères non explicités.

2Les pratiques de streaming et les espaces de discussion qui les accompagnent ont essentiellement été étudiés dans le cas des jeux vidéo. La littérature informe ainsi, le plus souvent, sur les caractéristiques du clavardage en tant qu’espace de communication simultanée à ce qui est en train d’être diffusé, qui peut également être intégré à la performance en direct du streamer (Brouard, 2020). Le clavardage apparaît ainsi comme un espace de discussion entre le streamer et son public, mais aussi entre spectateurs et spectatrices.

3Dans le cas étudié ici, l’interface de clavardage est prioritairement pensée comme un espace destiné à promouvoir un accès direct aux candidat·es, les journalistes adoptant une posture présentée comme neutre et agissant comme de simples courroies de transmission des questions qui y sont rédigées, ce qui constitue la singularité de l’objet que nous étudions. De ce point de vue, un tel stream emprunte aux espaces et dispositifs d’interpellation des acteurs politiques par des citoyen·nes « profanes », non professionnel·les de la politique, convié·es à investir les espaces médiatiques, notamment télévisuels (Lefébure, 2017), selon des modalités diverses.

4Dans le même temps, l’interface de clavardage constitue aussi un espace numérique d’expression pouvant être appréhendé à l’aide des diverses problématiques qui structurent la foisonnante littérature sur les discussions politiques en ligne. Dans leurs premières manifestations, par exemple sur les forums, comme dans leurs développements récents sur les réseaux socionumériques, celles-ci ont fréquemment été analysées à l’aune d’un modèle délibératif, centré sur l’étude des interactions entre participants, inspiré de l’approche de la sphère publique proposée par Jürgen Habermas (Hartz-Karp et Sullivan, 2020). La diversification discursive et sémiotique ainsi que la profusion des formes d’expression liées au développement des technologies numériques ont conduit à amender le caractère idéal du modèle initial et à approfondir les réflexions théoriques sur le rôle des plateformes pour la vitalité de la démocratie, de la sphère publique et de l’engagement civique (Bernholz, Landemore et Reich, 2021). Relativisant les critères plus ou moins stricts de la délibération habermassienne, la littérature semble désormais se focaliser sur ce que Eveland, Money et Hutchens (2011) considéraient déjà il y a dix ans comme des chantiers prometteurs. Depuis, beaucoup d’intérêt a été porté aux dérives, aux discours de haine et de désinformation qui abîment les discussions publiques et conduisent à une « sphère publique disruptée » (Bennett et Pfetsch, 2018) au détriment d’une considération pour les formes ordinaires les plus répandues de l’expression numérique, notamment sur les réseaux socionumériques, à travers divers gestes sémiotiques matérialisant l’approbation, l’intérêt ou le désaccord en réaction à un contenu qui y est publié (par exemple, le like, le retweet,…). Ces formes visent moins l’interaction que l’expression d’un point de vue, requérant peu d’effort et s’inscrivant davantage dans une logique plébiscitaire que délibérative (Gerbaudo, 2021).

5Aussi, le premier objectif de ce texte est de déterminer si la participation dans cet espace relève prioritairement d’une telle logique réactionnelle au contenu du stream ou du clavardage, les internautes exprimant un point de vue ou apportant une information sans qu’il s’agisse de questionner ou de dialoguer avec l’un·e ou l’autre des participant·es, ou si d’autres types d’expression peuvent être identifiés.

6Une deuxième interrogation porte sur la forme et la teneur de cette participation : que disent les clavardeur·euses ? Selon quelles modalités ? De nombreuses études documentent les phénomènes de polarisation affective et idéologique des opinions auxquels donnent lieu les réseaux socionumériques, particulièrement Twitter (Kubin et von Sikorski, 2021). L’expression politique en ligne est en outre souvent considérée comme incivile par design (Rossini, 2020) : l’anonymat proposé par les médias numériques, par exemple, peut aussi bien contribuer à démocratiser le débat (en simulant une relative égalité entre participant·es) que favoriser les attaques personnelles et l’impolitesse. Plus spécifiquement, en période électorale, il a pu être montré que l’intégration des réseaux socionumériques dans les stratégies de campagne conduisait à des manifestations d’hostilité de la part des sympathisants, indexées sur la plus ou moins grande négativité (attaque explicite ou implicite d’un·e ENrrent·e, insultes, fausses informations) des prises de parole des candidat·es (Chavalarias, Gaumont et Panahi, 2019 ; Rossini, Stromer-Galley et Zhang, 2021). D’un autre côté, dans un contexte de défiance généralisée (Rouban, 2022), les plateformes hébergent des espaces d’expression diversement régulés où les acteurs politiques sont exposés aux « jugements profanes en ligne » (Pasquier, 2014) des citoyen·nes ordinaires.

7Considérant, d’une part, que l’interface de clavardage de l’émission 20 h 22, la suite sur Twitch peut attirer une diversité de publics, au degré de politisation variable, et, d’autre part, que ce public est invité à s’adresser directement aux personnalités politiques présentes en direct, nous faisons l’hypothèse que les commentaires revêtent une forte dimension critique à l’égard des invité·es ou de la classe politique en général.

Échantillon

8Quatre candidat·es ont été les invité·es du 20 h 22, la suite sur Twitch entre le 25 janvier et 15 février 2022 : Anne Hidalgo (Parti socialiste), Éric Zemmour (Reconquête), Marine Le Pen (Rassemblement national) et Valérie Pécresse (Les Républicains). Les interviews sont d’une durée variable, selon les souhaits de l’interviewé·e, et suscitent un volume de commentaires non proportionnel à cette durée (détails dans le Tableau 6 en annexe). Nous avons collecté, à l’aide de Twitch Downloader, la totalité des messages rédigés dans l’interface de clavardage (et non supprimés pendant la durée des streams) et les métadonnées relatives aux commentaires ou à leurs auteurs·trices.

  • 3 Respectivement les comptes « samueletienne », « francetv » et « nightbot ».

9Nos investigations portent sur les clavardeur·euses « ordinaires », ce qui nous conduit à exclure de l’enquête le contenu audio et vidéo des streams – sa captation est mobilisée seulement comme élément contextuel – ainsi que les commentaires des animateur·trices, du compte de la chaîne et des modérateur·trices3. Le corpus ainsi constitué est composé de 32 180 commentaires.

10Nous nous sommes focalisé·es sur les clavardeur·euses les plus actif·ives, en l’occurrence ceux et celles ayant publié au moins 40 messages dans un à quatre chats, pour deux raisons. D’abord, il est plus aisé d’étudier un nombre restreint de participant·es, dont on peut appréhender l’ensemble des commentaires, et de tenter de qualifier globalement leurs pratiques. Ensuite, la pratique du trolling (Fuller et al. 2013), forme archétypale des pratiques critiques ou inciviles au sujet de laquelle nous posons l’hypothèse qu’on la trouve aussi sur Twitch, est par construction le fait d’utilisateur·trices qui écrivent beaucoup de commentaires. Étudier de manière exhaustive les clavardeur·euses les plus prolixes offre de saisir pleinement cette pratique ; de plus, elle permet de retrouver plus aisément la diversité des formes de commentaires rencontrées au cours de nos premières explorations du corpus. Ces 77 individus produisent à eux seuls 14,9 % des commentaires (N=4783) (sélection entourée en rouge dans le Tableau 1), ce qui nous conduit à les qualifier de « super-participant·es », conformément à l’expression consacrée dans la littérature pour désigner la minorité de participant·es qui produit une grande proportion des contenus sur les forums ou dans les groupes de discussion (Graham et Wright, 2014). Dans une perspective comparative, nous avons constitué un groupe de contrôle, également composé de 77 participant·es, tiré·es au sort parmi les 6 134 qui ont publié moins de 40 commentaires (sélection entourée en bleu dans le Tableau 1). Ce groupe, désormais désigné comme l’échantillon aléatoire, publie 375 commentaires. Avec 4,9 messages par individu en moyenne (médiane = 2), cet échantillon aléatoire est quantitativement représentatif de l’ensemble des clavardeur·euses, qui publient en moyenne 5,1 messages (médiane = 2), en net contraste avec les 77 super-participant·es (moyenne de 62 messages, médiane = 53).

Tableau 1. Répartition des clavardeur·euses (6 211) étant intervenu·es dans au moins un chat, en fonction du nombre de commentaires (1 à 175) et du nombre de streams commentés (1 à 4)

Tableau 1. Répartition des clavardeur·euses (6 211) étant intervenu·es dans au moins un chat, en fonction du nombre de commentaires (1 à 175) et du nombre de streams commentés (1 à 4)

Méthode

  • 4 Une première version, présentée au congrès de l’IAMCR en juillet 2023, signalait cette difficulté d (...)

11Nous avons cherché à générer une classification ascendante hiérarchique avec le logiciel Iramuteq, qui réunit automatiquement les messages en catégories, en fonction de leur proximité lexicale, et distingue au maximum les catégories les plus dissemblables. Il s’agissait d’identifier différents profils de clavardeur·euses à partir de leurs commentaires. Cette analyse lexicale s’est révélée infructueuse. Nous avons alors opté pour une analyse de contenu semi-automatisée et qualitative, portant sur le texte, mais aussi sur la ponctuation et sur les émojis. Une première lecture du corpus a conduit à établir une liste de mots, expressions et émotes (émojis créés spécifiquement pour Twitch, présentés en détails infra) permettant de qualifier les commentaires et leurs auteur·trices au regard de nos questions de recherche. Nous avons ensuite cherché ces indices systématiquement dans les deux échantillons. Puis un recodage manuel a permis de corriger le codage automatisé. Nous avons alors conduit une analyse qualitative de ces messages, seule à même de saisir pleinement le sens de certains contenus textuels ou sémiotiques4. Enfin, nous avons rapporté ces analyses à l’échelle des clavardeur·euses et de leurs pratiques sur Twitch pour produire une typologie des 77 supers-participant·es.

12Après une présentation de notre typologie des usages du chat, nous nous focaliserons sur les différentes formes de critiques qui y sont exprimées, ce qui nous permettra de qualifier la tonalité générale du chat et ses particularités par rapport à d’autres espaces de commentaires en ligne. Enfin, nous proposerons une double typologie des super-participant·es, au regard de leurs formes préférentielles d’intervention dans l’espace de clavardage.

Réagir, questionner, converser : les fonctions du chat

13Trois modalités de participation des clavardeur·euses sont observables inductivement en parcourant les commentaires. Aussi, nous avons classé les commentaires en fonction de la présence d’arobases – destinées à identifier les conversations –, de points d’interrogation – permettant de singulariser les questions – ou de l’absence de ces deux signes. Sont ainsi classés tous les commentaires qui ne s’adressent pas spécifiquement soit à un·e autre participant·e (identifié·e grâce à une arobase), soit à l’invité·e (pour lui poser une question) ; ils relèvent selon nous de la réaction au contenu du stream ou, dans une moindre mesure, du chat. La classification semi-automatisée des commentaires de l’ensemble du corpus permet un premier dénombrement (Tableau 2).

  • 5 Total supérieur à 100 %, certains commentaires contenant « @ » et « ? ».

Tableau 2. Distribution de l’utilisation de « @ » et de « ? » dans le corpus complet et les deux sous-corpus5

Tableau 2. Distribution de l’utilisation de « @ » et de « ? » dans le corpus complet et les deux sous-corpus5

14Au vu des erreurs constatées, pour améliorer cette première approximation, nous avons opéré un second codage manuel exhaustif qui affine notre catégorisation des commentaires (Tableau 3).

Tableau 3. Distribution corrigée des commentaires des deux sous-corpus entre questions à l’invité·e, conversations et réactions

Tableau 3. Distribution corrigée des commentaires des deux sous-corpus entre questions à l’invité·e, conversations et réactions

15Ainsi, un commentaire sur quatre contenant « @ » s’avère être une question ; elles sont comptées comme telles dans le Tableau 3 lorsqu’elles s’adressent, directement ou non, au candidat ou à la candidate invité·e. Le reste – 10,4 % des messages des super-participant·es et 4,5 % de ceux de l’échantillon aléatoire – relève de ce que nous appelons « conversation », au sens où le message désigne un·e clavardeur·euse en particulier, qu’il s’agisse de l’interpeller, de lui répondre ou de commenter ses propos ou son comportement dans l’espace de clavardage. Dans de rares cas, un·e super-participant·e utilise « @ » pour s’adresser à la chaîne (25 messages) ou à l’animateur·trice (11 messages), mais jamais à plusieurs personnes en même temps. La conversation se déroule donc bien centralement entre clavardeur·euses ; en l’espèce, l’espace de clavardage constitue un monde clos.

16De la même manière, nous avons seulement retenu, parmi les commentaires contenant « ? », les messages constituant des questions à l’invité·e, qu’elles s’adressent à lui ou elle, à l’animateur·trice ou à la chaîne, et considéré comme des réactions celles adressées à un·e autre clavardeur·euse, à soi-même (questions rhétoriques) ou à Samuel Étienne à propos du contenu du clavardage. Enfin, la recherche du mot « question » a permis d’identifier dix questions posées par les super-participant·es sans utiliser de point d’interrogation.

17Les « questions » représentent environ un tiers des commentaires des super-participant·es et un quart de ceux de l’échantillon aléatoire. Ce type d’intervention est conforme aux usages prescrits par France Télévisions : au cours de chaque stream, les présentateur·trices incitent plusieurs fois le public à poser des questions destinées au ou à la candidat·e présent·e. Dans une perspective empreinte de déterminisme technologique – la plateforme induirait par son ergonomie et ses fonctionnalités des pratiques vertueuses –, les présentateur·trices estiment que cette accessibilité des candidat·es, par leur intermédiaire et les questions qu’ils reprennent de l’espace de clavardage, contribue à combler l’écart croissant entre citoyen·nes et personnel politique. Ce faisant, Samuel Étienne explique, lorsqu’il présente le dispositif en début de stream, que cet « échange citoyen direct », « c’est la révolution [qu’apporte] Twitch » (cf. Borrell, Wojcik et Berthet, à paraître).

18L’observation qualitative des corpus montre que les clavardeur·euses tendent à poser à plusieurs reprises la même question à l’endroit de l’invité·e, dans l’espoir de la voir relayée par Samuel Étienne. Cette tendance à la répétition est extrêmement importante chez les super-participant·es. Certain·es dupliquent jusqu’à 64 fois la même interrogation, à destination d’un·e ou plusieurs candidat·es. D’autres la modifient ou la reformulent, principalement en utilisant des lettres capitales, en insérant des arobases pour identifier le·la destinataire ou en ajoutant des interjections rendant claire l’adresse aux journalistes.

19Nous avons, enfin, regroupé comme des « réactions » tous les commentaires qui ne comprennent ni arobase ni question destinée à l’invité·e. Cette catégorie par défaut n’en est pas pour autant incohérente : elle réunit les commentaires qui ne s’adressent pas explicitement à quelqu’un en particulier et ne cherchent pas à initier un échange appelant une réponse, que celle-ci soit formulée par les invité·es ou par les autres clavardeur·euses. Ce type de messages constitue l’essentiel de l’activité visible : 57,6 % des messages des super-participant·es et plus des deux tiers de ceux de l’échantillon aléatoire y sont consacrés.

Objets, formes et ressorts de la critique

20Les espaces numériques de discussion – forums, Twitter, Facebook, commentaires sur YouTube, etc. – sont souvent décrits comme le siège de toutes sortes de débordements verbaux, généralement peu constructifs, favorisés par l’anonymat ou le pseudonymat, qui permettraient d’activer un sentiment d’impunité chez les internautes. Cette idée, présente dès les premiers travaux sur les discussions en ligne (Marcoccia, 2003), trouve un nouvel écho dans des publications récentes qui soulignent la facilité, en particulier sur les réseaux socionumériques, à propager des contenus diffamatoires ou relevant du harcèlement (Ghorbanzadeh, 2021) que les pratiques conversationnelles ordinaires ne permettent pas d’endiguer.

  • 6 Nous adoptons ici l’approche développée par Papacharissi (2004) qui distingue l’incivilité, renvoya (...)

21Peu de travaux ont pour l’instant été consacrés aux espaces de discussion propres au streaming de jeu vidéo. Du point de vue de la civilité6 des commentaires, celui-ci pourrait se trouver à la confluence de deux logiques. D’une part, pour des raisons partiellement économiques, les streamers travaillent à la constitution d’un « capital communautaire » « co-construit avec l’audience sur la plateforme et co-exploité avec la plateforme » (Cocq, 2018, § 5). Dans cette perspective, il est impératif de réguler l’espace de clavardage de manière à ne pas décourager la constitution d’un tel capital : un espace saturé d’invectives et de propos désobligeants ne permettrait guère de nourrir un sentiment de communauté pérenne. D’autre part, la liberté de ton, la spontanéité et la sincérité des échanges, renforcées par le pseudonymat des internautes, caractérisent les interactions observables avec différents streamers dont le succès se mesure précisément à leur capacité à instaurer un régime de proximité avec leur public (Coavoux et Roques, 2020).

22Animé par Samuel Étienne, un streamer qui dispose d’une communauté de plus de 400 000 suiveurs (followers) – c’est-à-dire d’utilisateurs de Twitch qui ont ajouté sa chaîne à leurs favoris –, le 20 h 22 draine vraisemblablement une partie de ceux-ci, selon des modalités d’expression a priori significatives d’une affinité avec lui. D’un autre côté, l’objectif affiché de l’émission – poser directement des questions à des candidat·es à l’élection présidentielle – est de nature à susciter des interpellations dont la tonalité peut être plus ou moins vive selon, cette fois, les affinités idéologiques qu’entretiennent les clavardeur·euses avec l’invité·e.

23L’observation des prises de parole des super-participant·es montre que leurs interpellations des différent·es candidat·es s’expriment de manière courtoise, encadrées par des formules de politesse traditionnelles (salutations, remerciements). Les questions sont ainsi formulées très poliment, comme dans les émissions politiques télévisuelles où des téléspectateur·trices interpellent l’invité·e :

  • 7 Les commentaires sont reproduits tels qu’ils ont été publiés, sans correction.
  • 8 Nous anonymisons le nom de tou·tes les clavardeur·euses cité·es ; les pseudonymes des super-partici (...)

« Bonsoir Mme LE PEN, quelle est votre position sur le pass vaccinal et sur la politique actuelle du gouvernement d’E. MACRON à ce sujet7 ? » (Stream Le Pen)8

24De manière plus générale, la plupart des échanges, sans être excessivement policés, emprunte des formes relativement courtoises, éloignées des registres de l’incivilité et de l’impolitesse. Le travail de modération mené par France Télévisions permet sans aucun doute d’écarter les formes verbales les plus violentes, telles que l’injure ou l’insulte. Dans le même temps, l’espace de clavardage accueille de nombreuses critiques à l’égard des invité·es, de leurs propositions, mais aussi du dispositif médiatique lui-même et de ceux qui l’animent.

Une évaluation exigeante des performances de l’invité·e

25Quoique innervés par des logiques différentes de celles observables dans les espaces médiatiques plus anciens tels que la télévision, les réseaux socionumériques constituent également pour les hommes et les femmes politiques des lieux de mise en récit stratégique dans un contexte de campagne permanente (Raynauld et Lalancette, 2021). Symétriquement, ils permettent l’expression des attentes et des représentations des publics quant aux qualités requises pour prétendre à la plus haute fonction élective en France. Ainsi, les clavardeur·euses sur Twitch soulignent l’importance d’un ethos présidentiable, dont certain·es candidat·es seraient dépourvu·es :

« Elle n’a pas la stature d’une présidente de la république. Elle divise les français. » (Stream Pécresse)

26Bien davantage que leurs convictions ou leur positionnement partisan, les clavardeur·euses sollicitent leur propre capacité d’expertise et n’hésitent pas à mettre en défaut les candidat·es sur leur compétence ou leur habilité (et non habileté) à résoudre des problèmes publics :

« L’aménagement du territoire est géré par les Régions ... il faudrait connaître vos dossiers mme LE PEN » (Stream Le Pen)

27La teneur des réponses apparaît particulièrement insatisfaisante pour les clavardeur·euses qui réagissent aux propos de Valérie Pécresse :

« On dirait qu’elle tourne à vide sans même comprendre ce qu’elle raconte, c’est soporifique » (Stream Pécresse)

28Pour d’autres, c’est clairement la personnalité même de l’invité·e qui fait l’objet de vives critiques. Ainsi, Éric Zemmour est tour à tour qualifié de « menteur », de « vieux lâche », de « pas courageux », ou encore de « pantin des financiers à la macron ».

29Parallèlement, la capacité des invité·es à s’approprier un dispositif qui hybride le format classique de l’interview et les codes d’une plateforme de streaming fait régulièrement l’objet de commentaires acerbes. Anne Hidalgo, première invitée de ce programme, est particulièrement mise en demeure d’adapter son discours aux spécificités de Twitch :

« Trop de blabla, soyez plus direct » ; « Elle parle comme à la télé, faut être plus directe. C’est twitch » (Stream Hidalgo)

30Néanmoins, peut-être en raison de la culture du jeu vidéo en ligne, qui reconnaît la valeur, les compétences et les habiletés de l’adversaire (Paul, 2018), de nombreux internautes soulignent le mérite des différent·es invité·es, à la manière de journalistes habitué·es à évaluer les candidat·es à l’aune de leur capacité à conformer leur communication politique aux exigences éditoriales des médias :

« Je n'aime pas du tout Le Pen, mais c'était très intéressant » (Stream Le Pen)

« C’est dommage, parce que même si les arguments développés ne sont pas de mon goût, je trouvais qu’il se pliait bien à l’exercice et que c’était fluide... » (Stream Zemmour)

31Dans le cas de Valérie Pécresse, les internautes relèvent sa plus grande facilité à intervenir durant un stream que lors de ses meetings ou ses prestations télévisuelles, événements de campagne traditionnels :

« super Pécresse (et non je voterai pas pour elle car pas d’accord sur le fond) MAIS très, très à l’aise, dans ses bottes, dans ses convictions... l’antithèse du meeting de dimanche. Il faut qu’elle soit elle-même et ça roule tout seul. » (Stream Pécresse)

Témoignages et expériences personnelles comme ressorts de la critique

32Les programmes politiques télévisés et radiodiffusés qui donnent la parole à des citoyen·nes ordinaires se sont largement développés dans les pays occidentaux. Même si ces prises de parole paraissent souvent filtrées, instrumentalisées, voire insignifiantes (Ségur, 2021), elles n’en témoignent pas moins de l’imposition d’un modèle participatif dans les relations qui régissent les téléspectateur·trices et les producteur·trices de médias. Ces interventions de « profanes », lorsqu’elles visent à interpeller des personnalités politiques, mobilisent très fréquemment le registre du témoignage et de l’expérience personnelle (Lefébure, 2017), contribuant parfois à mettre en visibilité la supposée déconnexion des élites concernant les préoccupations concrètes de la population.

33Sur Twitch, plusieurs clavardeur·euses procèdent de manière similaire ; ils et elles divulguent alors quelques éléments biographiques, parfois détaillés, afin de mieux contextualiser leur interrogation.

« J’ai 31 ans et j’alterne les périodes de travail et de chômage, comme beaucoup d’amis à moi. Une situation subie. Quelle retraite pour nous ? Quelles aides possible ? Merci » (Stream Le Pen)

34Parmi les nombreux sujets mentionnés par les internautes, la question du travail est régulièrement abordée, qu’il s’agisse de déplorer le faible salaire accordé à certains métiers (notamment dans la fonction publique) ou les difficultés à trouver un emploi. C’est notamment le cas pendant le stream avec la candidate socialiste :

« ingénieur chez meteo france et j’ai 2100€ » (Stream Hidalgo)

« J’ai mis 6 mois à trouver une alternance, justement sur Bordeaux... Et j’avais plus de compétence qu’un jeune (reconversion). Et dans la tech, avec soit disant de l’embauche ! » (Stream Hidalgo)

35Le recours à l’expérience et à la subjectivité ne se limite pas aux seules questions adressées aux candidat·es ; il se manifeste aussi dans les réactions des clavardeur·euses. Se fondant sur leur connaissance personnelle d’une situation ou sur leur propre identité, ces dernier·ères s’autorisent à réfuter certaines assertions – en premier lieu celles des candidat·es – ou à évaluer leurs programmes.

« Je suis une personne LGBTQIA+ et je me sens menacé par ses “moratoires de 3 ans” menaçant mes droits de citoyen » (Stream Le Pen)

36Aussi les commentaires des internautes comportent-ils d’importantes traces de subjectivité. Loin de toute prétention à l’objectivité, ils s’appuient en effet sur les registres du témoignage, de l’expérience et du ressenti, et diffèrent en cela des discours journalistiques – en théorie fondés sur des données objectivables et un faisceau de sources –, mais aussi des pratiques sur d’autres réseaux socionumériques, Twitter notamment, qui fonctionne essentiellement à partir de la reprise de discours tiers (Gautier, 2020). De fait, ici, les références à des sources extérieures sont rares (une référence à Wikipédia, une autre au Parisien), peut-être parce que le partage de liens hypertextes est interdit par la modération du stream.

Moquerie, humour et ironie

37Dans la lignée des observations portant sur l’importance de l’humour et de la dérision dans les nouvelles cultures d’écran (Dagnaud, 2011 ; Marignier, 2017), des formes rhétoriques ou visuelles exprimant la moquerie, l’ironie et le rire fleurissent dans l’espace de clavardage, à l’image de l’émote « LUL », détournement de l’expression LOL (« laughing out loud ») Document 1). Cet émote est présent dans 3,6 % des contributions des super-participant·es et dans 2,1 % de celles de l’échantillon aléatoire. Il n’est pas possible ici d’être exhaustif, les référents techno-sémiotiques étant très divers. Mentionnons tout de même l’émote Kappa, nettement moins utilisé (environ 0,8 % des commentaires dans les deux échantillons), mais spécifique à la plateforme Twitch, qui a pour fonction d’exprimer l’ironie ou le sarcasme dans les commentaires.

Document 1 : émote LUL

Document 1 : émote LUL

38Les propositions ou l’attitude des candidat·es peuvent ainsi être tournées en dérision par les internautes. Cette dérision se déploie aussi entre clavardeur·euses, parfois alors avec une crudité ou une agressivité plus marquées, qu’il s’agisse de moquer l’attachement manifesté par certain·es clavardeur·euses à l’égard d’un·e candidat·e, de reprocher une absence de culture politique, ou, au contraire, un engagement politique trop prononcé.

@[un autre clavardeur·euse] Une revolution ? Mdr, la gauchiste qui veulent pas sortir le soir. Mais qui font rien pour leurs beau pays qu’est la france. (Stream Pécresse)

39Finalement, les interventions dans le chat établissent en creux les caractéristiques d’une discussion politique débarrassée de ses travers médiatiques habituels, qui font la part belle aux antagonismes et à la compétition entre candidat·es, et qui développent une lecture sondagière de la compétition électorale envisagée comme une course de chevaux, tout en soulignant la capacité apparente des clavardeur·euses à appréhender – parfois avec humour et dérision – les enjeux politiques ainsi que le positionnement idéologique et stratégique des invité·es dans le jeu politique.

Des super-participant·es entre proximité affinitaire et partisane

40Les quelques informations dont nous disposons sur les clavardeur·euses (date d’inscription sur Twitch, appétence pour la culture du jeu vidéo en ligne matérialisée par l’utilisation d’un badge, etc.), leurs pratiques d’expression préférentielles et la teneur de leurs commentaires permettent de dresser différents profils parmi les super-participant·es, là où l’exercice apparaît incertain pour les membres de l’échantillon aléatoire, souvent peu diserts.

Réagir, questionner ou converser : des pratiques préférentielles

41En premier lieu, l’examen des usages des trois modalités de clavardage de chacun·e des 77 super-participant·es permet de distinguer nettement des pratiques préférentielles : quasiment personne ne poste autant de questions, de réactions et de conversations (centre de la zone blanche sur le Graphique 1), un tiers de ces 77 utilisateur·trices n’interpelle personne avec un arobase (n=15), d’autres ne posent aucune question à l’invité·e (n=6).

42Surtout, presque la totalité privilégie une pratique.

43D’abord, la réaction caractérise la majorité des commentaires de 52 super-participant·es (désignés par R+ et répartis sur la zone en vert pâle du Graphique 1) et même les trois quarts des messages de 23 d’entre eux (R++, vert foncé), ce qui confirme la centralité de cette modalité (cf. Tableau 3).

44Les questions aux candidat·es constituent au moins la moitié des messages de 20 super-participant·es (Q+, rouge pâle) et plus des trois quarts pour sept d’entre eux·elles (Q++, rouge). Cette modalité est très inégalement répartie, avec un peloton de questionneur·euses (Q++) qui répètent massivement les mêmes interrogations, au détriment de presque toute autre activité de clavardage. En moyenne, ces individus postent moins de commentaires et commentent moins de streams (cf. Tableau 4). Ces internautes semblent se focaliser sur cette activité et sa répétition au cours du stream, au détriment des interactions avec les autres clavardeur·euses. De manière similaire aux plus réactif·ives (R++), ils et elles appartiennent aux super-commentateur·trices les plus anciennement inscrit·es sur Twitch (Tableau 4), ce qui ne les distingue pas de l’ensemble des 6 211 clavardeur·euses, inscrit·es en moyenne en 2017, ou de l’échantillon aléatoire (moyenne = 2018), potentiellement aussi familier·ères des usages ordinaires de la plateforme, mais qui réagissent plus et questionnent moins (Tableau 2).

45Enfin, la conversation est privilégiée par deux participant·es (C+, bleu pâle : majorité de messages relevant de cette modalité) et représente au moins un message sur cinq pour onze autres. Converser dans le chat semble plus compatible avec les pratiques réactives – dont les messages utilisant « @ » ne constituent peut-être, in fine, qu’une variante plus individualisée – qu’avec les questions. On peut imaginer que la familiarité avec d’autres clavardeur·euses ou, plus largement, avec une pratique d’interpellation courante en ligne, au-delà de Twitch, conduit à privilégier cette pratique.

Graphique 1. Proportion de réactions, de questions à l’invité·e et de conversations dans les commentaires des super-participant·es (de 0 à 1/1 pour chacune de ces trois pratiques)

Graphique 1. Proportion de réactions, de questions à l’invité·e et de conversations dans les commentaires des super-participant·es (de 0 à 1/1 pour chacune de ces trois pratiques)

Tableau 4. Caractéristiques des profils de supers-participant·es aux pratiques les plus distinctives

Tableau 4. Caractéristiques des profils de supers-participant·es aux pratiques les plus distinctives

Militant·es, fans ou facilitateur·trices : des rôles distincts

46L’analyse d’indices discursifs (mots, expressions) et sémiotiques (émojis et émotes) employés dans les commentaires permet, dans une dernière étape, d’élaborer une seconde classification de leurs auteur·trices, notamment en fonction de leur proximité partisane avec les invité·es ou affective avec les animateur·trices du stream. Une telle observation permet aussi de mettre en lumière certains comportements affinitaires entre participant·es.

Des clavardeur·euses politisé·es, voire militant·es

47Dans une campagne électorale, les équipes qui entourent un·e candidat·e cherchent à susciter les réactions des publics militants à chacune de ses apparitions sur un réseau socionumérique (Bene et al., 2022). Elles envoient également des consignes aux militant·es et sympathisant·es pour qu’ils et elles publicisent ses interventions dans les médias au sein de leurs propres réseaux socionumériques, afin d’en maximiser l’audience ou de contrer les réactions négatives (Theviot, 2014). Cet engagement des publics – mesuré à partir des métriques telles que le « like », le partage ou le commentaire – diffère selon les plateformes utilisées et les caractéristiques des messages postés (Boulianne et Larsson, 2023).

48Aussi, lorsque les candidat·es viennent s’exprimer sur la chaîne Twitch de France Télévisions, il est vraisemblable que des soutiens et des militant·es s’inscrivent sur Twitch, seule condition pour commenter le stream, sans nécessairement s’abonner à la chaîne. De fait, les personnes les plus récemment inscrites sont motivées par l’opportunité de pouvoir apporter leur soutien à leur candidat·e, voire d’en critiquer un·e autre dans une logique de campagne négative (Auter et Fine, 2016  ; Nai, 2020). Nous trouvons cette pratique dans l’échantillon aléatoire, mais pas parmi les super-participant·es.

49L’identification militante se manifeste chez ces dernier·ères de différentes façons. L’équipe chargée de la campagne numérique d’Éric Zemmour a régulièrement utilisé les formes « le Z » et « ZOZZ » (forme stylisée de 2022) comme marques de ralliement9. Récurrente parmi les participant·es, elle n’est mobilisée que par un seul super-participant. Globalement, ces super-participant·es regrettent fréquemment la présence de ces formes lexicales et slogans en faveur du candidat d’extrême droite, qu’ils et elles assimilent à du trolling et dénoncent comme tel.

50Certain·es prennent parti explicitement et tentent alors de fonder leur préférence sur un argument.

« Marine connait les sujets et à sa vision je ne partage pas tout mais je suis convaincu » (stream Le Pen)

51On l’a vu supra, ces super-participant·es ne manquent pas, dans certains cas, de reconnaître des qualités à un adversaire, ce qui contribue à la civilité des échanges.

Des fans (des présentateur·trices)

52D’autres clavardeur·euses font part d’une affection spécifique pour les deux présentateur·trices, à travers l’utilisation de leurs prénoms (Tableau 5) ou, plus rarement, du diminutif « Sam ».

Tableau 5. Nombre de commentaires contenant le prénom d’un·e animateur·trice, un émote samuel ou « <3 »

Tableau 5. Nombre de commentaires contenant le prénom d’un·e animateur·trice, un émote samuel ou « <3 »

53Néanmoins, l’usage du prénom ou du diminutif n’est pas un gage d’approbation :

« C’est quoi cette question passe-plat Alix ? » (Stream Le Pen)

54La prééminence de « Samuel » dans le chat marque à la fois son statut de locuteur principal du stream et de seul lecteur du chat en plateau. Pour autant, les super-participant·es mentionnent « Alix » sans citer « Samuel » dans 43 % des commentaires où il·elles parlent d’elle, ce qui atteste d’une individualisation, pour relever son aisance ou l’intérêt de sa présence.

« bonsoir Alix, vous étiez épatante le semaine dernière, quelle vitesse d’adaptation à Tiwtch, c’est super ! XD » (Stream Le Pen)

  • 10 Liste des émotes, sous leur forme transcrite en lettres, par ordre alphabétique : samueleApplaudiss (...)

55Des émotes à l’effigie ou inspirées de Samuel Étienne10 (cf. Document 2) sont mises à la disposition des abonné·es payant·es de sa chaîne. Leur utilisation dénote plus évidemment le lien affectif noué entre certain·es clavardeur·euses et le journaliste, ainsi qu’une forme de complicité revendiquée. Cette forme sémiotique de connivence souligne l’appartenance au cercle restreint des abonné·es, ce qui peut être particulièrement valorisant dans le stream de France Télévisions, destiné à un public plus large. C’est une pratique distinctive des super-participant·es (une seule utilisation dans l’échantillon aléatoire), cependant peu courante et sporadique (sept en utilisent moins de six, trois de 14 à 18). De la même façon, les 21 « <3 » (cœur) utilisés par 16 super-participant·es sont principalement destinés aux animateur·trices, à l’inverse des trois relevés dans l’échantillon aléatoire.

56En somme, la proportion de fans est significative d’une minorité de super-participant·es, visiblement familier·ères des streams de Samuel Étienne, sans être attestée dans les mêmes proportions parmi les autres participant·es.

Document 2. « samueleRaidSam », « samueleLove » et « samueleMug », émotes conçus pour les abonné·es (payant·es) au stream de Samuel Étienne

Document 2. « samueleRaidSam », « samueleLove » et « samueleMug », émotes conçus pour les abonné·es (payant·es) au stream de Samuel Étienne

57Enfin, de nombreuses interventions témoignent de l’importation de la culture vernaculaire développée dans le cadre des streams propres à Samuel Étienne. Comme l’observent Coavoux et Roques (2020), nous trouvons ici un vocabulaire propre et des blagues d’initié·es qui permettent aux spectateur·trices fidélisé·es de se reconnaître entre eux·elles.

« hey coucou @[une autre clavardeuse], je ne t'avais pas vue samueleLove » (Le Pen)

58D’autres plaisantent ensemble ou donnent leur avis sur le stream animé par Samuel Étienne seul, à l’instar de clavardeur·euse A et clavardeur·euse B, qui échangent sur leur stream favori :

« bah oui, merci Samuel. Tiens j’en profite pour te dire que c’est une bonne idée de réduire un peu la durée des revues de presse. Ca se "sentait" confusément que tu tirais trop sur la ficelle. » (Clavardeur·euse A, stream Le Pen)

« @[ clavardeur·euse A] nan j'aime bien quand il prend le temps » (Clavardeur·euse B)

« @[clavardeur·euse B], là n’est pas la question. Il était épuisé et effectivement parfois de "mauvais poil" sous le vernis bienveillant » (Clavardeur·euse A)

« @[ clavardeur·euse A] je l’ai jamais vu de mauvais poil à cause de la longeur de ses revues, mais si tu le dis, j’espère que tu parles pas à sa place haha 😊 » (Clavardeur·euse B)

59Assez logiquement, l’affection pour le présentateur est alimentée par la familiarité des utilisateur·trices avec son stream.

Des facilitateur·trices

60À partir de leur observation de forums de discussion, Graham et Wright (2014) distinguent trois catégories de « super-participant·es » : les super-posters, qui publient très régulièrement des messages ; les agenda-setters, qui initient fréquemment des fils de discussion ; et les modérateur·trices et facilitateur·trices, qui fixent la tonalité d’un forum et sont normalement capables de modérer, de gérer ou de conseiller les autres participant·es.

61De manière similaire, le chat Twitch héberge clairement des super-participant·es qui, focalisé·es sur les questions à poser à l’invité·e [cf. supra], peuvent être qualifié·es d’agenda-setters.

62D’autres super-participant·es cumulent ce rôle avec celui de « facilitateur·trice » : ils et elles mettent en œuvre des tactiques collaboratives destinées à inscrire une question à l’agenda de Samuel Étienne, en la relayant, parfois de manière répétitive et faiblement modifiée, pour, par exemple, promouvoir la question du handicap :

« @FranceTV L’ONU épingle encore une fois la France qui "bafoue les droits des personnes handicapées", que compte t elle faire à ce sujet pour remédier à cela, pour que les droits de ces personnes soit enfin respecter? PonceCARA » (Clavardeur·euse C, stream Hidalgo)

« HANDICAP = L’ONU épingle encore une fois la France qui "bafoue les droits des personnes handicapées", que comptez vous faire à ce sujet pour remédier à cela, pour que les droits de ces personnes soit enfin respecter? » (Clavardeur·euse D, stream Hidalgo)

63D’autres pratiques relèvent seulement de ce qu’on attend des facilitateur·trices et, singulièrement, du travail d’aide et de conseil aux autres participant·es, le travail de modération à proprement parler étant formellement pris en charge par des professionnel·les. Tout au plus appelle-t-on ces dernier·ères à la vigilance sur tel ou tel comportement :

« Les modos faudrait ban les insultes et les propos discriminatoire quand meme la ya bcp de haine envers samuel et alix et les non pro Z » (Stream Zemmour)

64L’aide apportée par ces super-participant·es peut prendre plusieurs formes. Ainsi, une clavardeuse résume rapidement les propos tenus par une invitée  pour un participant au chat atteint de surdité :

« @[un·e autre clavardeur·euse] elle a surtout parler de son opposition aux propos de Zemmour sur l’inclusion des personnes en situation de handicap à l’école. elle a souligné combien le système français de permettre à ces personnes d’être incluses dans le système lorsque cela est possible est une réussite et un principe magnifique ». (Stream Le Pen)

65On peut supposer que cette pratique implique une relative habitude de ce type de stream, puisque cette clavardeuse est capable de repérer la question et d’y répondre en produisant un résumé cohérent et dense du propos de l’invitée.

66Dans d’autres cas, ces habitué·es font profiter tous les participant·es de leur connaissance du fonctionnement du stream, qu’il s’agisse de son encadrement légal, de la façon dont il est organisé, des précédents streams ou du déroulé prévisible de celui en cours, en répondant à de petit·es utilisateur·trices qui ne semblent pas familier·ères de ce programme :

« C’était qui les 2 premiers candidats passés dans 20h22? G PA VU » (Clavardeur·euse E, stream Le Pen)

« @[clavardeur·euse E], anne hidalgo et zemmour »

67Il leur arrive aussi d’apporter une précision relevant de la culture générale ou de la culture politique, pour répondre factuellement à une question, sans condescendance ou mépris :

« Que signifie ARS, svp ? » (Clavardeur·euse F, stream Zemmour)

« @[clavardeur·euseF] agence régionale de santé »

« @[clavardeur·euse F] Agence régionale de santé, ils servent en autres à contrôler les hôpitaux. Donc là il propose de supprimer un organisme de contrôle car il y a des problèmes dans des EHPAD. Logique le mec »

68Les trois rôles que nous avons identifiés – militant·es, fans, facilitateur·trices – s’appliquent presque systématiquement à des super-participant·es différent·es. De fait, leurs pratiques relèvent le plus souvent d’un seul registre, comme s’ils et elles endossaient l’un de ces rôles, consciemment ou non, et s’y conformaient ensuite tout au long des chats. L‘usage différencié des émotes semble distinguer les facilitateur·trices, habitué·es du stream, de ceux·celles qui affichent leur préférence politique, qui viennent plus particulièrement pour écouter ou soutenir un·e candidat·e. En revanche, ces trois attitudes ne sont pas corrélées au nombre de commentaires, à l’année d’inscription sur Twitch ou au nombre de streams suivis : les militant·es ne sont pas plus récent·es – ce qui invalide l’hypothèse de raids de militant·es numériques, au moins dans ce sous-espace de Twitch –, et les facilitateur·trices et les fans ne sont pas les plus ancien·nes utilisateur·trices de Twitch.

69Plus généralement, ces attitudes ne coïncident que partiellement avec les trois pratiques étudiées ci-avant. Aucun·e des clavardeur·euses focalisé·es sur les questions à l’invité·e (Q+) ne semble exposer sa préférence partisane. Est-ce mû par le souhait de voir sa question retenue, ou cela relève-t-il de l’incorporation d’une forme de neutralité, toute relative, au vu des sujets et de la formulation des questions ? À une exception près, ceux et·celles qui utilisent des émotes recourent majoritairement à la réaction dans l’espace de clavardage. Cela vaut aussi pour la majorité des auteur·trices de « <3 » à destination des présentateur·trices, ce qui corrobore l’idée que les réactions et les comportements propres aux fans relèvent tendanciellement plus de l’expression des émotions. Enfin, les facilitateur·trices semblent réparti·es entre les différentes catégories de pratiques et sont donc surreprésenté·es parmi les adeptes de la conversation ; quelques-un·es signalent leur opposition à un·e candidat·e, mais aucun·e n’exprime sa préférence pour un·e autre – prendre en charge cette fonction, ce rôle, semble conduire, dans ce cas aussi, à incorporer un souci de neutralité.

CONCLUSION

70Pour France Télévisions, l’espace de clavardage de Twitch est conçu comme un lieu où les internautes peuvent poser directement des questions aux candidat·es par la médiation d’un journaliste. Les internautes qui clavardent se plient à cette injonction ; ils et elles développent alors des tactiques destinées à attirer son attention, en particulier en répétant la même question pour accroître sa visibilité. Cependant, la pratique majoritaire de clavardage est la réaction, qu’elle porte sur le·la candidat·e ou qu’elle constitue un monologue, par des formes sémiotiques variées (textes brefs, signes de ponctuation, émojis traditionnels ou propres à Twitch). À l’inverse, la conversation entre internautes demeure une pratique minoritaire.

71Sur Twitch, deux facteurs au moins concourent à faire de l’espace de clavardage un lieu relativement préservé de formes trop agressives d’expression. D’une part, les pratiques de modération destinées à exclure tous les propos non conformes à la ligne éditoriale sont probablement particulièrement exigeantes dans le cas d’un média de service public. D’autre part, une partie des participant·es est sans doute attachée soit à la culture du jeu vidéo en ligne prévalente sur Twitch, qui valorise l’esprit sportif, la reconnaissance et le respect de l’adversaire, soit à celle qui prévaut dans les streams de Samuel Étienne et au sein de sa communauté de clavardeur·euses. L’expression de ces internautes est souvent critique, particulièrement à l’égard des propos, de la personne ou de la prestation des invité·es politiques. Mais quoiqu’elle endosse des formes singulières, s’inscrivant dans un nuancier discursif où figurent moqueries, ironie et dérision, elle revêt le plus souvent des formes courtoises.

72Davantage que dans d’autres dispositifs médiatiques d’interpellation d’acteur·trices politiques, et peut-être en raison de sa relative nouveauté, le chat donne lieu à la critique récurrente de l’adaptation même du discours politique à sa diffusion en streaming et à la facilité avec laquelle l’invité·e parvient ou non à déployer une argumentation à la fois convaincante et spontanée. Mais comme on l’observe dans les émissions politiques télévisuelles qui font interagir citoyen·nes « profanes » et responsables politiques, les clavardeur·euses s’appuient avant tout sur leur situation personnelle et leur connaissance pratique de sujets qui les concernent directement.

73Les super-participant·es se distinguent des autres clavardeur·euses, notamment parce qu’il·elles posent une plus grande proportion de questions et se conforment plus aux règles spécifiques à ces quatre streams. Qu’il·elles soient fans des présentateur·trices ou facilitateur·trices, les super-participant·es semblent très familier·ères des streams de Samuel Étienne et paraissent apprécier le ton modéré de son stream et des commentaires qu’il suscite. Ils et elles y contribuent en mobilisant davantage la conversation que les autres utilisateur·trices. Il est en outre cohérent que la familiarité avec un streamer se manifeste par des signes d’affection à son égard.

74Ces super-participant·es diffèrent de bien des commentateur·trices massif·ives sur d’autres plateformes et réseaux socionumériques, singulièrement en plein cœur d’une campagne électorale. Ainsi, leur pratique ne relève pas du trolling mais du flooding, qui consiste ici à répéter inlassablement une question, dans l’espoir qu’elle soit posée à l’invité·e. Par ailleurs, l’explicitation des préférences partisanes est une pratique nettement minoritaire parmi eux·elles.

75Pour l’heure, notre approche du clavardage sur la plateforme Twitch s’est concentrée sur les traces et les discours laissés en ligne par les internautes. Il conviendrait de restituer les pratiques d’expression numériques plus générales, par la collecte de données sociodémographiques permettant de caractériser ces clavardeur·euses, l’étude de leurs différentes pratiques en ligne, et ainsi de donner une densité sociologique à nos constats.

Haut de page

Bibliographie

Auter, Z. J et Fine, J. A. (2016). Negative Campaigning in the Social Media Age: Attack Advertising on Facebook. Political Behavior, 38(4), 999-1020. doi : https://doi.org/10.1007/s11109-016-9346-8

Bene, M., Ceron, A., Fenoll, V., Haßler, J., Kruschinski, S., Larsson, A. O., Magin, M., Schlosser, K. et Wurst, A.-K. (2022). Keep Them Engaged! Investigating the Effects of Self-centered Social Media Communication Style on User Engagement in 12 European Countries. Political Communication, 39(4), 429-453. doi : https://doi.org/10.1080/10584609.2022.2042435

Bennett, W. L. et Pfetsch, B. (2018). Rethinking Political Communication in a Time of Disrupted Public Spheres. Journal of Communication, 68, 243-253.

Bernholz, L., Landemore, H.M. et Reich, R. (2021). Digital Democracy and Democratic Theory. Chicago: University of Chicago Press.

Borrell, A., Wojcik, S. et Berthet, E. (à paraître). Une interview participative ? (Re)définir le rôle et les pratiques journalistiques dans « 20h22, la suite sur Twitch ». Les Enjeux de l’information et de la communication.

Boulianne, S. et Larsson A. O. (2023). Engagement with candidate posts on Twitter, Instagram, and Facebook during the 2019 election. New Media & Society, 25(1), 119-140. doi : https://doi.org/10.1177/14614448211009504

Bourdaa M. (2021). Les fans. Publics actifs et engagés, Caen : C&F Editions,

Brouard, P. (2020). Les pratiques intermédiales du streaming de jeu vidéo : D’une culture du spectateur à une autre ?. Télévision, 11(1), 141158. doi : https://doi.org/10.3917/telev.011.0141

Chavalarias, D., Gaumont, N. et Panahi, M. (2019). Hostilité et prosélytisme des communautés politiques. Le militantisme politique à l’ère des réseaux sociaux. Réseaux, 214215(23), 67107. doi : https://doi.org/10.3917/res.214.0067

Coavoux, S. et Roques, N. (2020). Une profession de l’authenticité. Le régime de proximité des intermédiaires du jeu vidéo sur Twitch et YouTube. Réseaux, 224(6), 169196. doi : https://doi.org/10.3917/res.224.0169

Cocq, M. (2018). Constitution et exploitation du capital communautaire, La nouvelle revue du travail, 1. doi : https://doi.org/10.4000/nrt.3911

Dagnaud, M. (2011). Génération Y. Les jeunes et les réseaux sociaux, de la dérision à la subversion. Paris : Presses de Sciences Po.

Eveland, W. P., Money, A. C. et Hutchens, M. J. (2011). Beyond deliberation: New directions for the study of informal political conversation from a communication perspective. Journal of Communication, 61,1082-1103.

Fuller, G., McCrea, C. et Wilson, J. (2013). Troll Theory?. The Fibreculture Journal, 22, 1-14.

Gautier, A. (2020). Le discours rapporté sur Twitter : citation, partage, récriture. Dans Germoni, K., et Stolz, C., Aux marges du discours rapporté. Formes et atypiques en synchronie et en diachronie. Paris : L’Harmattan, 353-368.

Gerbaudo, P. (2021). Digital parties and their organisational challenges. ephemera, 21(2). Repéré à https://ephemerajournal.org/sites/default/files/2022-01/21-2%2520Gerbaudo.pdf

Ghorbanzadeh, K. (2021). Bêtes et méchants ? Pour une analyse positionnelle du discours de la Ligue du LOL. Mots. Les langages du politique, 125, 53-71. doi : https://doi.org/10.4000/mots.27988

Graham, T. et Wright, S. (2014). Analysing ‘Super-Participation’ in Online Third Spaces. Dans Cantijoch, M., Gibson, R. et Ward, S. (eds), Analyzing Social Media Data and Web Networks. Palgrave Macmillan, London. doi : https://doi.org/10.1057/9781137276773_8

Hartz-Karp, J. et Sullivan, B. (2020). The Unfulfilled Promise of Online Deliberation. Journal of Deliberative Democracy, 10(1), 1-5. doi : https://delibdemjournal.org/article/id/462/

Kubin, E. et von Sikorski, C. (2021). The role of (social) media in political polarization: a systematic review. Annals of the International Communication Association, 45(3), 188-206. doi : 10.1080/23808985.2021.1976070

Lefébure, P. (2017). Que sont les « agoras » cathodiques devenues ? Évolution et utilité des dispositifs télévisés d’interpellation des candidats par les citoyens. Télévision, 8, 97-114. doi : https://doi.org/10.3917/telev.008.0097

Marcoccia, M. (2003). Parler politique dans un forum de discussion. Langage et société, 104, 9-55. doi : https://doi.org/10.3917/ls.104.0009

Marignier, N. (2017) Les « énonciations de privilèges » dans le militantisme féministe en ligne : description et critique. Argumentation et Analyse du Discours, 18. doi : https://doi.org/10.4000/aad.2309

Nai, A. (2020). Going negative, worldwide: Towards a general understanding of determinants and targets of negative campaigning. Government and Opposition, 55(3), 430-455.

Papacharissi, Z. (2004). Democracy online: Civility, politeness, and the democratic potential of online political discussion groups. New Media & Society, 6(2), 259-283.

Pasquier, D. (2014). Les jugements profanes en ligne sous le regard des sciences sociales. Réseaux, 183, 9-25. doi : https://doi.org/10.3917/res.183.0009

Paul, C. A. (2018). The Toxic Meritocracy of Video Games: Why Gaming Culture is the Worst. Minneapolis: University of Minnesota Press. doi : https://doi.org/10.5749/j.ctt2204rbz

Raynauld, V. et Lalancette, M. (2021). Pictures, Filters, and Politics: Instagram’s Role in Political Image-Making and Storytelling in Canada. Visual Communication Quarterly, 28(4), 212-226. doi : https://doi.org/10.1080/15551393.2021.1986827

Rossini, P., Stromer-Galley, J. et Zhang, F. (2021). Exploring the Relationship Between Campaign Discourse on Facebook and the Public’s Comments : A Case Study of Incivility During the 2016 US Presidential Election. Political Studies, 69(1). doi : https://doi.org/10.1177/0032321719890818

Rossini, P. (2020). Beyond toxicity in the online public sphere: Understanding incivility in online political talk. Dans Dutton, W. H. (ed.), A Research Agenda for Digital Politics, Edward Elgar, (pp.160170).

Rouban, L. (2022). Les raisons de la défiance. Paris : Presses de Sciences Po.

Ruiz-Bravo, N., Selander, L. et Roshan, M. (2022). The Political Turn of Twitch – Understanding Live Chat as an Emergent Political Space. Proceedings of the 55th Hawaii International Conference on System Sciences.

Ségur, C. (2021). Le participatif à la télévision en France. L’expression ambivalente d’un projet démocratique. Recherches en communication, La participation dans un monde de communication, 52. Repéré à : https://ojs.uclouvain.be/index.php/rec/article/view/55103

Theviot, A. (2014). « Twitter en regardant la télé » : une campagne transmédias interactive ? Analyse comparée des stratégies numériques du Parti socialiste et de l’Union pour un mouvement populaire lors des ripostes-party. Télévision, 5, 95-111.

Haut de page

Annexe

Tableau 6. Informations générales sur les quatre streams et les clavardeur·euses

Tableau 6. Informations générales sur les quatre streams et les clavardeur·euses
Haut de page

Notes

1 Nous retenons l’anglicisme fan, entré dans le langage courant en France – d’usage très différent de « fanatique » –, et qui renvoie à un domaine de recherche identifié comme tel (sur les fan studies, cf. Bourdaa, 2021). Par ailleurs, nous avons traduit « chat », « chater » et « viewer », d’usage courant chez les utilisateurs, par « clavardage », « clavarder » et « clavardeur·euse », mais conservé « stream », « streamer » et « streaming », qui n’ont pas d’équivalent exact en français et permettront en outre à ces publics d’identifier la présente publication, en conformité avec les principes de la « science pour la société ».

2 Cette enquête a bénéficié du financement du Bonus Qualité Recherche 2e vague 2022 de l’Université Paris-Est Créteil, coporté par le Céditec et le Lipha.

3 Respectivement les comptes « samueletienne », « francetv » et « nightbot ».

4 Une première version, présentée au congrès de l’IAMCR en juillet 2023, signalait cette difficulté dès son titre, en retenant un commentaire aussi amusant que complexe à expliciter : « on vit dans une saucisse ».

5 Total supérieur à 100 %, certains commentaires contenant « @ » et « ? ».

6 Nous adoptons ici l’approche développée par Papacharissi (2004) qui distingue l’incivilité, renvoyant à des propos significatifs d’une menace à l’encontre de la démocratie (par exemple en verbalisant la nécessité de renverser le gouvernement par la force ou par des moyens non démocratiques) ou des droits des personnes ou par l’utilisation de stéréotypes en vue de dénigrer une personne ou un groupe de personnes, et l’impolitesse, qui fait référence aux injures, insultes ou à d’autres formes de violences verbales comme l’apostrophe ou le sarcasme.

7 Les commentaires sont reproduits tels qu’ils ont été publiés, sans correction.

8 Nous anonymisons le nom de tou·tes les clavardeur·euses cité·es ; les pseudonymes des super-participant·es sont conservés seulement sur le Graphique 1.

9 Cf. ce tweet de Samuel Lafont, responsable de la campagne numérique du candidat : https://twitter.com/Samuel_Lafont/status/1477665585815343113?t=eC8P_UG1hs2jl3n0aZjoQw&s=09.

10 Liste des émotes, sous leur forme transcrite en lettres, par ordre alphabétique : samueleApplaudissements, samueleDragon, samueleHappy, samueleLoL, samueleLove, samueleMug, samuelePapySam, samuelePasContent, samueleRaidSam, samueleSondage, samueleShy, samueleTasse, samueleTatouage, samueleThermos.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Répartition des clavardeur·euses (6 211) étant intervenu·es dans au moins un chat, en fonction du nombre de commentaires (1 à 175) et du nombre de streams commentés (1 à 4)
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8197/img-1.png
Fichier image/png, 130k
Titre Tableau 2. Distribution de l’utilisation de « @ » et de « ? » dans le corpus complet et les deux sous-corpus5
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8197/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 3. Distribution corrigée des commentaires des deux sous-corpus entre questions à l’invité·e, conversations et réactions
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8197/img-3.png
Fichier image/png, 108k
Titre Document 1 : émote LUL
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8197/img-4.png
Fichier image/png, 19k
Titre Graphique 1. Proportion de réactions, de questions à l’invité·e et de conversations dans les commentaires des super-participant·es (de 0 à 1/1 pour chacune de ces trois pratiques)
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8197/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 4. Caractéristiques des profils de supers-participant·es aux pratiques les plus distinctives
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8197/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Tableau 5. Nombre de commentaires contenant le prénom d’un·e animateur·trice, un émote samuel ou « <3 »
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8197/img-7.png
Fichier image/png, 90k
Titre Document 2. « samueleRaidSam », « samueleLove » et « samueleMug », émotes conçus pour les abonné·es (payant·es) au stream de Samuel Étienne
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8197/img-8.png
Fichier image/png, 351k
Titre Tableau 6. Informations générales sur les quatre streams et les clavardeur·euses
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8197/img-9.png
Fichier image/png, 142k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre BORRELL, Stéphanie WOJCIK, Gaël STEPHAN et Élodie BERTHET, « Des modes critiques et affinitaires de participation »tic&société, Vol. 17 | N° 1-2 | 1er semestre - 2ème semestre | -1, 231-265.

Référence électronique

Alexandre BORRELL, Stéphanie WOJCIK, Gaël STEPHAN et Élodie BERTHET, « Des modes critiques et affinitaires de participation »tic&société [En ligne], Vol. 17 | N° 1-2 | 1er semestre - 2ème semestre | 2023, mis en ligne le 31 mai 2024, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ticetsociete/8197

Haut de page

Auteurs

Alexandre BORRELL

Alexandre Borrell est maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris Est Créteil et chercheur au CEDITEC (F-94010, Créteil, France). alexandre.borrell@u-pec.fr

Stéphanie WOJCIK

Stéphanie Wojcik est maîtresse de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris Est Créteil, chercheuse au CEDITEC (F-94010, Créteil, France) et chercheuse associée au Centre Internet et Société, CIS UPR 2000 CNRS. stephanie.wojcik@u-pec.fr

Gaël STEPHAN

Gaël Stephan est maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lorraine et chercheur au CREM. gael.stephan@univ-lorraine.fr

Élodie BERTHET

Élodie Berthet est doctorante en sciences de l’information et de la communication au Carism (Université Panthéon-Assas) et chercheuse associée au CEDITEC (F-94010, Créteil, France). elodie.berthet@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search