Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 17 | N° 1-2 | 1er semestre - 2ème semestreLe recours au numérique dans les ...

Le recours au numérique dans les universités africaines : représentations et réalités

The use of digital technology in African universities: representations and realities
El uso de la tecnología digital en las universidades africanas: representaciones y realidades
Ibrahim MAÏDAKOUALE
p. 317-353

Résumés

Cette recherche repose sur l’accès et la diffusion des connaissances et savoirs dans l’enseignement supérieur africain par le biais du numérique et des technologies numériques. Nous postulons d’emblée que l’« usage », l’« appropriation » et l’apprentissage numériques sont liés à plusieurs facteurs sociotechniques et économiques dont l’accessibilité des dispositifs techniques. Il est donc vain de présenter ces outils comme une solution « miracle » à tous les maux dont souffrent les universités africaines. La posture est alors, ici, critique avec un accent particulier sur ce qu’on pourrait appeler une « exclusion numérique » qui explique, en partie, le retard des universités africaines francophones sur leurs homologues occidentales. Notre hypothèse principale reste donc celle consistant à considérer que l’avènement d’une « société numérique » au service de l’enseignement, de l’apprentissage, de l’innovation et de la recherche n’est crédible que si les avancées technologiques rencontrent, en amont, un projet et une volonté politique forte et ambitieuse impliquant des changements radicaux de paradigmes. L’étude s’appuie sur une démarche empirique à travers des enquêtes de terrain qualitatives et quantitatives, et sur l’analyse de diverses expériences menées dans plusieurs pays africains (Bénin, Côte d’Ivoire et Niger) dans le cadre de l’usage des technologies numériques dans l’enseignement supérieur.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie Abdelfettah Benchenna, Ramatoulaye Amadou Harouna, Dorgelès Houessou, Nanourougo Coulibaly, Leyla Sambo et Donald Djilé, dont les relectures et contributions successives m’ont permis d’améliorer sensiblement les versions primitives de cet article.

Introduction

1Depuis les deux dernières décennies, la recherche académique s’intéressant à l’usage du numérique ou à la formation à distance dans l’enseignement supérieur foisonne (par exemple, Armel Attenoukon et al., 2015 ; Benchenna, 2008 ; Collin et al., 2022 ; Depover et al., 2007 ; Loiret, 2008 ; Mœglin et Tremblay, 2008 ; Paivandi et Espinosa, 2013 ; Perriault, 2002 ; Porto et Schofield, 2021 ; Rémond, 2019 ; Sall et al., 2020 ; Fleck et Massou, 2021 ; Bonjawo, 2011 ; Benchenna et Brulois, 2011 ; Coulibaly, 2014). Néanmoins, si ces travaux restent d’actualité, il n’en demeure pas moins qu’ils s’attachent assez rarement, notamment en contexte africain francophone, aux contraintes et aux enjeux sociaux, économiques et culturels des mutations en cours dans ces pays. À cet égard, la présente étude part d’un constat : la nécessité de combler, dans cette vaste littérature, cette carence inhérente à l’intégration des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans l’enseignement supérieur.

2La tâche que nous nous assignons ici est donc de procéder à une « actualisation » de ces travaux à partir d’un terrain empirique pour pouvoir « rendre compte », le plus finement possible, de la « réalité » concrète de l’intégration effective des outils numériques dans le système éducatif africain. Autrement dit, montrer ce qu’il en est aujourd’hui. Succinctement, il s’agit de mettre en évidence les autres dimensions et facteurs sociotechniques et économiques, habituellement oubliés par la posture techno-déterministe, qui contrarient dans une large mesure la réalisation des promesses d’intégration pédagogique des techniques numériques dans l’enseignement universitaire.

3Ainsi, la prise de conscience de l’importance politique et idéologique de la formation à distance dans les universités africaines, à l’aune de cette « révolution numérique », est intervenue un peu tardivement dans les pays de l’Afrique subsaharienne francophone. Nous tenterons d’effectuer un état des lieux des politiques institutionnelles d’accès et d’usage des TIC en milieu éducatif.

4La révolution numérique est aujourd’hui présentée par les organisations internationales (Banque mondiale, Unesco, UIT) comme une réponse, presque une panacée, à la crise récurrente de l’enseignement supérieur africain. Si le constat fait par ces institutions est sans appel et dénué de toute idéologie, la solution qu’elles proposent reste intimement liée au déterminisme technologique. En effet, le constat formulé et nourrit par cette étude est que de nombreuses études académiques ou institutionnelles traitant de la question de l’insertion sociale des dispositifs numériques en contexte africain empruntent une démarche analytique facile qui recourt à des objets d’analyse relevant des problématiques générales, qui oublient (sciemment ou involontairement) les spécificités, les diversités et les cultures de chaque société (africaine), chaque pays, chaque région, chaque groupe socioéthnique. Dans leurs analyses transparaît cette croyance technocentrée, voire idolâtrique, comme si l’Afrique était un seul pays où les individus partageaient les mêmes réalités socioculturelles et économiques.

5Le présent texte a donc pour but de rappeler les conditions sous lesquelles les technologies numériques, en prenant en compte les facteurs sociotechniques et économiques, pourraient véritablement s’ancrer et s’intégrer dans les usages et pratiques des étudiantes et étudiants africains et ainsi contribuer au développement et à l’émergence d’une possible « Société numérique » en Afrique. Il vise aussi à mettre en évidence les limites de ces outils numériques lorsqu’ils ne sont pas conçus et appliqués dans une perspective intégrée qui ne prend pas en compte le caractère multidimensionnel et particulier du continent africain. Encore faut-il souligner combien il est important d’arrêter de « copier » et de prendre comme exemple les technologies numériques occidentales, conçues par et pour les usagers des pays développés, comme un modèle « universel » que l’on peut adapter à l’Afrique.

Problématique et hypothèse de recherche

6Le numérique bouscule aujourd’hui l’enseignement « traditionnel » avec l’introduction de supports numériques et de dispositifs collaboratifs, mais aussi en offrant de nouvelles opportunités d’apprentissage, de rendre plus didactique un contenu pédagogique, de transmettre (le savoir), d’interagir, de « vaincre » la distance, d’accéder au savoir encyclopédique, etc.

7Néanmoins, il faut souligner qu’en Afrique subsaharienne, quatre enfants sur dix n’ont pas la chance de fréquenter l’école. Pour ceux qui en ont la possibilité et/ou la chance, la « qualité » de l’enseignement est remise en question par les différents rapports des institutions internationales en charge de l’éducation (EPT, Unesco, PNUD, etc.) (Bonjawo, 2011). Ceci est d’autant plus criant que les universités africaines francophones sont marquées, entre autres, par un nombre pléthorique d’étudiants (500 à 600 étudiants par discipline et dans un seul amphithéâtre au Bénin ou au Niger, par exemple), créant une surcharge du système pédagogique, et le manque d’enseignantes et enseignants qualifiés. Il faut aussi préciser que ces universités se heurtent à toute une panoplie de contraintes sociotechniques qui limitent, de facto, leur développement. Parmi ces contraintes, on peut noter le manque d’infrastructures techniques les plus élémentaires (vidéoprojecteur, Internet, couverture réseau, logiciel, matériel informatique) et l’insuffisance des ressources humaines et financières.

8Parallèlement, dans un document de travail du ministère des Enseignements secondaire et supérieur, de la Recherche et de la Technologie du Niger (MFP/TCE, 2006) que nous avons consulté, il est précisé que la majorité des établissements (publics et privés) ne possède pas de dispositif numérique minimum de « qualité » pour un apprentissage numérique et ce, à tous les niveaux d’études, du primaire à l’université : pas de manuels scolaires pour les apprenants (en moyenne, un ouvrage didactique pour cinq élèves), pas d’ouvrages de référence pour les enseignants (en moyenne, un guide pour quatre enseignants) et pour les étudiants (en moyenne, un livre pour 70 étudiants). Les bibliothèques et les laboratoires sont rares, inadaptés et mal équipés pour les étudiants, de plus en plus en surnombre dans les universités.

  • 1 Ici, le numérique, dans son emploi quotidien, est fortement assimilé à Internet ou plus précisément (...)

9À l’origine de cette étude se trouve une attente forte : celle de rechercher des situations et des conditions favorables à l’intégration du numérique1 et des technologies numériques dans les universités africaines francophones en général, et dans celles des trois pays étudiés en particulier.

10Quatre hypothèses spécifiques sont émises pour cette recherche : 1) l’usage des dispositifs numériques personnels des étudiants, puisqu’aucune université nigérienne n’en propose, n’est pas un phénomène naturel, mais un fait socialement construit ; 2) l’absence de mise en place d’espaces numériques de travail par les institutions universitaires pour accompagner les étudiants dans leurs formations impacterait leurs apprentissages (manque d’argent pour acheter des forfaits Internet, forfaits Internet trop chers, etc.) ; 3) le non-usage de l’ordinateur chez la majorité des étudiantes et étudiants africains est essentiellement lié aux contraintes économiques, voire techniques (manque de moyens pour acheter cet outil, outil extrêmement cher, manque de formation et de compétences techniques pour l’utiliser, etc.) ; 4) la mise en place d’une connexion Internet dans les universités africaines, comme alternative à l’absence des ENT (espaces numériques de travail), faciliterait l’accès aux ressources numériques et aiderait les étudiants à améliorer leurs formations et leurs connaissances académiques.

Ancrage théorique

11La littérature portant sur les usages du numérique ou des TIC dans l’enseignement supérieur est extrêmement fournie. Le numérique a fait l’objet de plusieurs recherches et théories sociologiques. Assurément, peu de mots connaissent une telle diversité d’acception que celui du numérique ou des technologies numériques. Pourtant, quelle qu’en soit la forme (singulière ou plurielle), le concept (numérique éducatif, apprentissage numérique, enseignement à distance, université virtuelle, formation à distance), ou la discipline qui s’en saisit (sciences de l’éducation, sciences de l’information et de la communication), le numérique procède d’une médiation. Il s’agit, indéniablement, d’un objet de recherche fondamental qui n’a plus besoin d’être apologisé.

12L’apport principal de cet objet de recherche provient du fait que les travaux s’inspirent du courant théorique qu’il est convenu de nommer, par facilité, la sociologie des usages des TIC (Jouët, 2000 ; Perriault, 2008 ; Akrich, 1998 ; Granjon et Denouël, 2011), la sociologie de l’appropriation (Proulx, 2015 ; Proulx et Breton, 2012) ou la socioéconomie des industries culturelles (Miège, 2004), courant développé notamment en sciences de l’information et de la communication, qui étudie et analyse d’une manière différente et très intéressante les modalités d’appropriation sociale et de mise en œuvre des dispositifs numériques. Sans oublier la théorie dite des représentations sociales, qui, quant à elle, permet de comprendre les croyances, opinions et attitudes tant individuelles que collectives, et certains modes d’organisation sociale qui définissent des groupes ou des classes sociales (Bonardi et Roussiau, 2014 ; Abric, 2016 ; Jodelet, 2005).

13Les représentations sociales jouent un rôle majeur non seulement dans l’acceptation et le refus, mais aussi et surtout dans les usages des dispositifs sociotechniques. D’après Pierre Chambat (1994), ce sont surtout les « représentations et valeurs » investies dans l’usage d’un dispositif qui détermineraient son adoption et son appropriation. Abondant dans le même sens, Gérard Gaglio (2003) souligne que le « succès » d’un objet ou d’un dispositif technique n’est le résultat ni d’un déterminisme technique, ni uniquement d’un déterminisme commercial (baisse des prix, publicité…). Il dépend aussi en grande partie de son appropriation par les individus et de sa dimension symbolique.

14Les représentations construites par les étudiants autour des dispositifs et plateformes numériques se focalisent principalement sur Internet, WhatsApp, Facebook et le numérique en général. Chez les étudiants interrogés, les outils numériques sont avant tout des outils d’information et de communication qui permettent d’accéder « rapidement » et à « tout moment » à des informations diverses. Ici, les étudiants parlent du « numérique », c’est-à-dire, selon eux, l’immédiateté de l’information et la possibilité de télécharger des documents électroniques sans « photocopier » les cours et sans « aller » à la bibliothèque. De plus, le numérique est vu chez les étudiants comme un moyen « indispensable », capable d’« améliorer » et d’« approfondir » leur apprentissage et, par-delà, d’aider à la « réussite » de leurs cursus universitaires. En effet, le numérique jouit d’une représentation prégnante chez les apprenants en ce sens où il leur permet d’être au même niveau que les autres apprenants des pays développés grâce à l’accès aux ressources numériques qui sont à la « portée de tous ».

15En définitive, dans le contexte des pays de l’Afrique francophone, nos observations montrent un manque, une absence de dispositifs numériques dans l’environnement éducatif que les apprenants cherchent à combler par tous les moyens en se servant de l’objet. Il s’agit des carences liées à l’environnement sociopolitique et économique qui poussent les étudiants à la recherche quotidienne et permanente d’une solution alternative. L’intégration des dispositifs numériques dans le système éducatif africain reste à l’heure actuelle à un stade embryonnaire.

Méthodologie de recherche

16Cet article vise d’une part à apporter des éléments de réponse à la problématique d’accès, d’usage et d’apprentissage éducatif par le biais du numérique et des plateformes numériques, et d’autre part à repérer les facteurs sociotechniques et économiques qui expliquent les exclusions numériques dans les universités africaines. En étudiant de façon détaillée le cas des plateformes socionumériques en tant qu’outil « moderne » d’apprentissage, nous avons observé dans un premier temps l’intérêt grandissant que les étudiants portent, le sens et la représentation qu’ils donnent aux technologies numériques. Dans un second temps, nous nous intéresserons aux conditions locales délicates dans lesquelles les apprenants africains travaillent, dépourvues de politiques institutionnelles claires et cohérentes. Pour ce faire, la présente étude s’appuie essentiellement sur un travail empirique mené auprès des étudiants de trois pays de l’Afrique francophone pour rendre compte de leurs usages et pratiques des dispositifs numériques dans leurs environnements éducatifs.

17Ainsi, afin de rendre compte des pratiques observées sur le terrain, la méthodologie mixte a été choisie. Elle concourt à l’exploitation des données quantitatives pour mieux comprendre la relation qu’entretiennent les étudiants avec les dispositifs techniques et le numérique ainsi que leurs niveaux d’utilisation. Elle permet, à travers les données qualitatives, de mieux décrire les contextes d’usage et de non-usage, et les processus complexes d’adoption ou de rejet des technologies numériques par les étudiants. Toutefois, elle permet aussi, en dépassant les « déclarations de pratiques », d’observer les pratiques effectives et réelles des étudiants. À cet égard, cette méthodologie s’appuie sur un questionnaire et sur un guide d’entretien compréhensif et est menée auprès d’une quarantaine d’étudiants. Le questionnaire, diffusé en ligne, renferme des questions fermées et des questions ouvertes. Il porte notamment sur l’apprentissage numérique, les dispositifs techniques d’accès et d’usage à cet apprentissage, ses opportunités mais également ses exclusions. L’entretien semi-directif s’est déroulé en présentiel pour les uns et en distanciel pour les autres.

18Pour la sélection des étudiants en vue de participer aux entretiens, nous avons opté pour un échantillonnage par « choix raisonné » (Lamoureux, 2006). Cette méthode non probabiliste a été préférée parce que nous souhaitions explorer un phénomène et non une population. Pour Andrée Lamoureux, le choix de l’échantillonnage par choix raisonné consiste à choisir de manière « délibérée » des sujets de la population afin de former un échantillon de ces éléments. Ce choix est motivé et répond à la nature de la recherche selon cette auteure. Il se justifie, par exemple, « quand le but de la recherche n’est pas d’étudier une population, mais d’explorer un phénomène » (Lamoureux, 2006, p. 178).

Participants

19L’enquête s’est déroulée du 25 juin au 25 août 2021. Elle a concerné les étudiants de plusieurs établissements africains, plus précisément de cinq universités et deux écoles d’enseignement supérieur dans trois pays de l’Afrique francophone, soit le Bénin, la Côte d’Ivoire et le Niger. Il s’agit de l’Université Abdou Moumouni et de l’Université Dan Dicko Dankoulodo du Niger, de l’Université Abomey-Calavi du Bénin et de l’Université Félix Houphouët Boigny, de l’Université Alassane Ouattara, de l’école normale supérieure (ENS) et de l’Institut national supérieur des arts et de l’action culturelle (INSAAC) de la Côte d’Ivoire. Ainsi, 272 étudiants inscrits à la licence, au master ou au doctorat ont répondu au questionnaire diffusé en ligne. Les répondants sont répartis ainsi :

  • 100 étudiants des deux universités du Niger ;

  • 100 étudiants de l’université Abomey-Calavi au Bénin ;

  • 71 étudiants des cinq établissements réunis de Côte d’Ivoire.

20Les participants ont répondu aux questions en ligne en recevant le lien pour accéder au questionnaire. Nous nous sommes référé dans un premier temps aux enseignants de ces universités. Ces derniers ont sensibilisé leurs étudiants à travers les groupes de classe WhatsApp et Facebook dont ils se servent au cours de l’année académique pour diffuser des informations ou des cours à l’ensemble des étudiants. Pour recueillir les données qualitatives, nous nous sommes inspiré de l’entretien compréhensif abordé par Kaufmann (2016) et à la « confiance réciproque » de Lamboux-Durand (2014), susceptible de faciliter le recueil, pour interviewer 40 étudiants de ces trois pays parmi les 272 répondants.

21Parallèlement, d’autres critères ont concouru à la sélection des participants, soit :

  • La possession d’un téléphone portable multifonctions ou smartphone ;

  • L’utilisation, au moins une fois par semaine, des plateformes numériques et des réseaux sociaux ;

  • Un accès à Internet.

22Les interviews ont donc été réalisées pour la plupart en présentiel, et en distanciel, par WhatsApp et Zoom, pour les autres. Les personnes interrogées sont réparties de la manière suivante : 20 étudiants de l’Université Abdou Moumouni du Niger, interrogés en présentiel ; 10 étudiants de l’Université Abomey-Calavi du Bénin, interrogés en distanciel par WhatsApp ; et, enfin, 10 autres de l’Université Félix Houphouët Boigny de Côte d’Ivoire interrogés par Zoom. Sans prétendre à une quelconque représentation à travers cette méthodologie mixte, nous avons cherché dans notre corpus une pluralité et une diversité aussi forte que possible d’usages et d’apprentissages par le biais des outils numériques, en matière de localisation géographique, de sexe, de niveau d’étude et de tranche d’âge.

Présentation et interprétation des résultats

23Ici, nous présenterons les principaux résultats ayant directement rapport avec les hypothèses de recherche formulées plus haut.

L’accès aux dispositifs techniques

  • 2 Dans les trois pays étudiés, un téléphone portable multifonctions Android moyen coûte à peu près 55 (...)

24Dans cette rubrique, les étudiants évoquent pour la grande majorité l’accès au téléphone mobile. Ils sont en effet plus de 79 % à utiliser essentiellement le téléphone mobile intelligent2 dans le cadre de leurs apprentissages académiques. L’un des étudiants mentionne : « Le seul outil dont je dispose et que j’utilise dans le cadre de ma formation est le téléphone portable. C’est avec lui que je fais mes recherches universitaires, que je rédige mes exposés, mes évaluations de maison, y compris mon mémoire de licence. » (Etud-2).

25Un autre abonde dans le même sens : « Le téléphone portable est pour moi comme un ordinateur portable, car c’est avec lui que je fais toutes mes activités académiques. » (Etud-3).

Figure 1. Les appareils de communication qu’utilisent les étudiants (Maïdakouale, 2021)

Figure 1. Les appareils de communication qu’utilisent les étudiants (Maïdakouale, 2021)

26L’ordinateur demeure donc, comme on le verra plus loin, un objet de « luxe » pour les étudiants qui n’y ont pas accès, et ce malgré leur désir d’en acquérir un. Ils sont au total plus de 75 % à déclarer n’avoir pas accès à ce dispositif technique, car, selon eux, « il coûte très cher ». Un étudiant raconte :

« Avant que je commence à utiliser les portables, j’avais des sérieux problèmes à la fac pour faire mes recherches et mes exposés. Comme vous le savez, ici au Niger, les bibliothèques ne sont pas bien équipées en documents et ni en ordinateurs aussi. Donc le manque de cet outil réduit notre niveau. Mais aujourd’hui, même si je n’ai malheureusement pas les moyens d’acheter un ordinateur, j’ai au moins mon portable avec lequel je dois faire mes recherches et mes téléchargements des documents en ligne. Ce qui est très compliqué, je l’avoue. Lire et réviser les cours, faire des recherches sur un portable est vraiment fatigant, sans compter qu’on doit nous-même acheter les forfaits téléphoniques, car on n’a pas de connexion à l’Université. Mais est-ce qu’on a le choix ? » (Etud-12).

27Abondant dans le même sens, un autre, médusé, décrit sa situation ainsi :

« Je n’ai pas d’ordinateur, encore moins une tablette. Je fais toutes mes activités sur mon portable. Mais je profite de cette occasion pour lancer un appel urgent aux autorités, s’il vous plaît, vous qui êtes des chercheurs, dites-leur qu’on a un besoin urgent des ordinateurs ici. Imaginez, par exemple, un étudiant non boursier : avec quoi il va acheter un ordinateur qui coûte au moins 150 000 FCFA (soit 229 €) ? Il faut que le gouvernement nous aide, ne serait-ce que mettre à notre disposition des ordinateurs à prix réduit. Je suis en master 2 et je dois rédiger mon mémoire sur mon portable, vous imaginez la souffrance, s’il vous plaît ? Si l’Etat ne peut pas faire ça pour nous, alors il n’a qu’à mettre en place des salles équipées d’ordinateurs et de connexion pour qu’on puisse aller rédiger nos mémoires et faire nos recherches dans ces salles. » (Etud-14).

  • 3 En Afrique, et plus précisément dans les trois pays étudiés, il faut compter minimum 150 650 FCFA ( (...)

28Dans ce contexte, on pourrait s’interroger sur la réalité des discours sur la promotion du numérique en contexte africain et sur les politiques qui les sous-tendent. Les étudiants de ces universités restent, en tout cas, démunis en matière d’accès à cet objet technique pourtant « indispensable » à leurs apprentissages. Un étudiant indique : « La rédaction de mon mémoire de licence avec le téléphone mobile […], ça prend énormément du temps. Mais je n’ai pas le choix étant donné que je n’ai pas d’ordinateur. » (Etud-24). Ainsi, parmi les 272 étudiants ayant répondu au questionnaire et les 40 personnes interrogées, seulement 15 % disposent d’un ordinateur portable3. Ici, le facteur économique trouve tout son sens, car 85 % des étudiants affirment ne pas avoir les moyens financiers pour s’offrir un ordinateur portable. On pourrait alors souligner que notre première hypothèse est confirmée ici.

29Dans le même temps, on constate un usage prépondérant de l’Internet mobile chez l’ensemble des étudiants. Ils sont ainsi plus de 96 % à indiquer utiliser cette technologie dans le cadre de leur formation universitaire. Celle-ci facilite, selon eux, leurs apprentissages et l’amélioration de leurs connaissances en leur permettant d’avoir accès à une « quantité d’information en ligne » (Etud-5), mais en leur offrant également la possibilité de télécharger des documents, des ouvrages numériques. Cependant, l’usage de l’Internet mobile est aux frais des étudiants, car ceux-ci affirment ne pas avoir de connexion Internet au sein de leurs universités. Ils sont plus de 90 % dans les sept universités étudiées à déclarer que leurs établissements n’en disposent pas. Pour ceux ayant accès à une connexion Internet sans fil dans leur établissement, soit près de 10 % des répondants, ils précisent que celle-ci est « rarement » opérationnelle, sinon « quasiment » inopérationnelle. Un étudiant déplore avec insistance la mauvaise qualité de la connexion Internet :

« Le grand problème que je rencontre est que l’Université n’a pas mis à la disposition des étudiants de connexion Internet à haut débit. Pour avoir accès à un peu de connexion ici sur le campus, il faut rester collé au mur d’un des bâtiments et surtout sous le soleil chauffant. La connexion Wi-Fi de l’UAC n’est pas du tout bonne, on n’est pas du tout satisfaits. Elle ne marche des fois même pas. Pour les cours en ligne, vraiment, on ne pourra rien dire tellement l’accès à ces cours est médiocre. Souvent, tu as accès à Internet, mais pour télécharger un petit PDF, tu peux attendre deux à trois heures, et si tu n’es pas patient, tu abandonnes, en fait. » (Etud-13)

  • 4 En Afrique, la formule d’abonnement (le forfait téléphonique plus les données Internet) telle qu’el (...)

30Ainsi, ils sont plus de 93 % à se connecter uniquement sur Internet mobile depuis leur téléphone mobile. À noter que 5,2 % des étudiants utilisent Internet depuis leur ordinateur portable. Toutefois, l’usage de cette technologie n’est pas sans conséquence. En effet, les étudiants déplorent le manque de connexion Internet dans les universités dans la mesure où ils sont souvent obligés de s’« endetter » pour acheter les forfaits Internet4.

L’usage des dispositifs techniques à des fins d’apprentissage

31Pour étudier et analyser concrètement ce que font les étudiants avec les dispositifs techniques, il est indispensable de s’intéresser d’abord à l’outil utilisé pour accomplir les actions. On l’a vu dans la section consacrée à l’accès aux dispositifs, les étudiants utilisent généralement les téléphones mobiles pour l’ensemble de leurs activités. Ils sont près de 94 % à utiliser uniquement le téléphone mobile intelligent dans leurs activités aussi bien personnelles qu’universitaires. Sur le plan universitaire, le téléphone mobile, en l’absence de l’ordinateur, relativement très cher, est devenu un moyen d’apprentissage pour les étudiants. En effet, ce dispositif est substitué à l’ordinateur pour répondre à un besoin spécifique des étudiants lié à leur formation.

32Ainsi, la première activité évoquée par les étudiants est la « recherche d’informations et de contenus » pour approfondir leurs connaissances et leurs apprentissages. Ils sont plus de 50 % à indiquer qu’ils effectuent essentiellement des téléchargements et des consultations des cours et des documents en ligne, et 26,2 % à effectuer des recherches d’informations diverses depuis leur téléphone intelligent. Ces recherches englobent un certain nombre d’usage : téléchargement des cours et des documents en ligne, consultation de tutoriels sur Internet, visionnage des vidéos sur YouTube, envoi et réception des documents de cours dans les groupes WhatsApp. La motivation à effectuer régulièrement des recherches sur les téléphones intelligents s’explique, selon les étudiants, d’une part par le manque d’outils techniques basiques (vidéoprojecteur, micro, enceinte) pour la transmission des cours dans les amphithéâtres, et d’autre part par le nombre « pléthorique » d’étudiants dans les promotions (plus de 500 étudiants par promotion), ce qui ne permet pas la bonne réception et la qualité du son émis par l’enseignant. Face à ces contraintes, les étudiants se trouvent dans l’obligation d’utiliser les ressources numériques à leur disposition en l’absence totale de politique universitaire pour les accompagner.

33Mises à part les recherches d’informations et de contenu, les étudiants évoquent l’apport du téléphone portable et des plateformes numériques dans les échanges qu’ils ont avec leurs camarades. En effet, la totalité d’entre eux précise qu’ils sont chacun membre d’un groupe WhatsApp ou Facebook de leur promotion dans lesquels diverses informations en lien avec leurs formations sont partagées. Ces informations partagées dans les groupes WhatsApp sont, par exemple, les documents de cours, les annonces de dates d’évaluation, les modifications de dernière minute à la suite d’un changement de salle, l’affichage des notes… Mais les plateformes numériques permettent aussi aux étudiants de travailler en groupe, notamment WhatsApp. De plus, un phénomène intéressant évoqué par les étudiants consiste en la « rédaction » des exposés, des mémoires de licence et de master sur le téléphone mobile. Ils sont près de 63 % à déclarer effectuer ces tâches avec leur téléphone mobile.

Figure 2. Les tâches effectuées par les étudiants avec l’outil numérique (Maïdakouale, 2021)

Figure 2. Les tâches effectuées par les étudiants avec l’outil numérique (Maïdakouale, 2021)

L’apprentissage numérique mobile ou mobile learning : une révolution numérique ou une alternative à l’absence des ordinateurs dans les universités africaines ?

34L’émergence et le développement des technologies mobiles (téléphone mobile et Internet mobile : 3G, 4G et Wi-Fi) ont transformé considérablement les postures de travail, l’environnement pédagogique et le processus d’apprentissage des apprenants en abolissant ou réduisant les frontières spatiotemporelles. Aujourd’hui, grâce à ces dispositifs mobiles, nous pouvons non seulement numériser et traiter des informations, faciliter l’échange, mais aussi « diffuser » et « valoriser » nos activités socioprofessionnelles.

35L’essor récent de ces technologies fait songer à plusieurs applications pédagogiques. Le domaine correspondant a vite été nommé « M-Learning », ou apprentissage mobile (Droui et al., 2013).

Figure 3. Les principaux dispositifs de communication des étudiants (Maïdakouale, 2021)

Figure 3. Les principaux dispositifs de communication des étudiants (Maïdakouale, 2021)

36Très vite adopté par une large partie de la population africaine, le téléphone, outil moins cher et accessible aux étudiants, abandonne son statut de téléphone sans fil pour en revêtir un autre : « ordinateur de poche », ordinateur du futur, devant la multiplicité des services qu’il offre et la diversité des pratiques et des utilisations variées qu’il permet grâce à la « convergence numérique5 ». À titre illustratif, le rapport annuel de la GSM Association indique qu’en 2022, 46 % de la population de l’Afrique subsaharienne, soit 515 millions de personnes, disposent d’un abonnement mobile6.

37Sur le continent africain et dans le domaine de l’apprentissage, le téléphone portable est devenu un outil incontournable aux yeux des apprenants. La principale raison qui explique son adoption massive chez les étudiants réside dans le fait que ce dispositif coûte moins cher, tandis que l’ordinateur, inaccessible à l’écrasante majorité des étudiants africains, coûte, lui, très cher au regard de leurs revenus. Les principaux facteurs favorisant l’usage du téléphone portable sont, entre autres, l’accès à l’information et l’acquisition de compétences informatiques (Fotsing et al., 2017) ainsi que la traduction et la phonétique dans le cadre de l’apprentissage d’une langue (Djeumeni-Tchamabé, 2014). Dans le même registre, l’usage du téléphone portable à des fins d’apprentissage est devenu presque quotidien chez les étudiants. Ces derniers évoquent, quant à l’utilisation de ce dispositif, plusieurs objectifs visés : le maintien des liens sociaux (par WhatsApp et Facebook), l’accès et la recherche des ressources numériques, le stockage, l’échange des fichiers entre camarades (par Facebook et WhatsApp).

« Vraiment, aujourd’hui, moi je dirais, c’est surtout pour faire des recherches et souvent pour aller sur les réseaux sociaux comme WhatsApp que j’utilise mon portable. WhatsApp est une application indispensable pour nous, on ne peut pas se passer d’elle. C'est même obligé de l’utiliser, car c’est à travers WhatsApp que toutes les informations de l’université transitent : date d’examen, annulation d’examen, affichage des notes, programmation des évaluations, etc. J'échange aussi avec la famille et les amis sur WhatsApp et Facebook. » (Etud-19).

« Maintenant, avec Internet, on peut faire des appels et envoyer des messages avec WhatsApp, qui durent souvent 30 à 40 minutes, ce qui est impossible sans Internet, car les appels normaux (sans Internet) coûtent trop cher. Donc l’élément clé du smartphone, c’est la connexion Internet, c’est indispensable pour nous. Donc ce sont les recherches d’information, téléchargement des documents et les réseaux sociaux WhatsApp et Facebook que je fais généralement avec mon smartphone. » (Etud-24)

  • 7 En Afrique francophone, les données Internet sont appelées des « mégas » par les utilisateurs des f (...)

38On le constate ici, les réseaux sociaux numériques tels que WhatsApp et Facebook sont des plateformes indispensables pour l’apprentissage universitaire en contexte africain. Mais WhatsApp demeure, de très loin, la plateforme la plus utilisée chez presque tous les étudiants des établissements étudiés (voir Figure 4). De surcroît, fait surprenant, la plateforme est présentée par les participants comme celle qui ne « bouffe » pas les « mégas7 », contrairement à Facebook. Ceci explique donc sa prépondérance dans les pratiques numériques des apprenants. Cette tendance est aussi confirmée par les données mondiales. En effet, avec plus de deux milliards d’utilisateurs « actifs » dans le monde, la messagerie WhatsApp est la plus « représentée » en Amérique Latine et en Afrique (We are social/Hootsuite, 2021). Une étudiante explique :

« Moi, euh… je ne peux pas passer une journée sans me connecter à Internet parce que comme je l’ai dit, je suis déléguée de la promotion et il y a toujours des informations à faire passer aux étudiants. Et comme je ne peux pas aller les voir un à un, ou les appeler un à un, ça me coûterait cher, je transmets ces informations dans les groupes WhatsApp de la promotion. Et même si un professeur m’envoie un document PDF par exemple, je dois le partager dans le groupe WhatsApp. » (Etud-14).

39Mais on constate aussi un usage du téléphone portable orienté vers l’organisation à distance des travaux de groupe ou de maison, l’enregistrement des cours et comme moyen d’informer les retardataires du lieu du cours ; il s’agit ici des situations où le lieu et la salle du cours initialement prévus ont subi une modification de dernière minute. Dans les universités africaines principalement anglophones, comme au Ghana, en Afrique du Sud ou au Nigeria, le téléphone portable sert aussi, une fois connecté à Internet, d’agenda électronique et de moyen d’accès à des informations diverses et variées : inscriptions universitaires, affichage des notes et résultats des étudiants, travaux collaboratifs, accès aux cours en ligne, etc. Dans une récente recherche menée dans deux universités africaines, soit l’Université Abomey-Calavi au Bénin et l’Université Abdou Moumouni de Niamey au Niger, sur l’usage des applications mobiles éducatives, nous avons souligné un fait indiscutable en contexte africain : « Les étudiants, qu’ils soient des utilisateurs réguliers – ou non – ont construit autour des technologies numériques mobiles, notamment Internet et les applications mobiles éducatives, des représentations sociales investies des valeurs et des capacités susceptibles de “faciliter”, d’“assister” et d’“aider” leur apprentissage et leur formation. » (Maïdakouale et Fagade, 2021, p. 12)

Les opportunités du numérique et des réseaux sociaux numériques dans l’apprentissage universitaire

40Dans cette section, on remarque que les étudiants s’inscrivent pleinement dans cette numérisation en cours des sociétés. La technologie numérique qu’est le téléphone portable est devenue indispensable pour leurs formations universitaires. Tout comme dans les pays développés où Internet joue un rôle important dans presque toutes les activités du quotidien (économie, éducation, commerce, etc.), en Afrique, les étudiants se trouvent dans la même dynamique. Ils sont plus de 50 % à télécharger des documents PDF et des cours en ligne, à regarder des tutoriels… Ils sont plus de 26 % à chercher des informations diverses en rapport à leur formation, et 96,6 % à utiliser les réseaux sociaux numériques pour travailler en groupe et partager des informations (affichage des résultats, annonces de dates d’examen, décalage d’un cours) dans les groupes WhatsApp et Facebook des différentes promotions.

41En effet, les apprenants expriment un fort besoin de disposer d’un espace numérique de travail (ENT) ou, éventuellement, d’une plateforme à travers laquelle ils peuvent accéder aux ressources et documents électroniques et interagir avec les professeurs et leurs camarades. On l’a vu lors de la première vague de la récente crise sanitaire, les systèmes universitaires africains ont été mis à rude épreuve. L’essentiel des universités africaines était fermé pour manque d’outils numériques pour dispenser les cours aux étudiants. C’est ce qui a motivé, en grande partie, la présente étude pour fournir quelques pistes de réflexion aux institutions locales et organismes internationaux en charge de promouvoir l’« Éducation pour tous » (EPT) afin de ne pas laisser les apprenants africains en marge de cette révolution numérique.

« Je le disais tantôt, aujourd’hui, nous sommes dans la ‘‘mondialisation technologique’’ ou la ‘‘révolution numérique’’, tout le monde utilise ces technologies-là pour travailler et pour communiquer avec sa famille et les proches, etc. Donc elles sont vraiment indispensables pour communiquer, mais aussi pour nous, étudiants, pour bien étudier et faire nos recherches et améliorer nos connaissances. Mais aussi, moi, je n’ai pas les moyens d’acheter un ordinateur portable, donc je suis obligé d’utiliser mon smartphone à la place de l’ordinateur pour faire tout ce qu’un ordinateur peut faire améliorer. » (Etud-13).

42Un étudiant de l’Université de Maradi déplore cette absence d’outils numériques dans le cadre de leurs apprentissages, surtout en période de crise sanitaire comme celle de la COVID-19. Tout en critiquant avec virulence cet état de fait, il se demande :

« Puisque nous sommes à l’Université, pourquoi l’institution universitaire ne peut pas mettre à notre disposition un ‘‘espace de travail personnel’’ pour qu’on puisse avoir accès aux cours et interagir avec les collègues et les professeurs via des outils numériques collaboratifs ? J’échange avec des étudiants qui sont en Tunisie et en Algérie et qui me disent qu’eux, ils ont ça, ce n’est pas parce que nous sommes un pays sous-développé qu’on ne peut pas faire le minimum pour les étudiants universitaires. Mais on vous dit tout le temps que c’est toujours par faute de moyens financiers. » (Etud-9).

43Dans cette perspective, quelques universités africaines – dont celles concernées par cette étude – ont justement entrepris des démarches pour accompagner leurs étudiants. Au Bénin, par exemple, le gouvernement avait mis en place, pendant la première vague pandémique de 2019, une plateforme numérique « E-Learning » pour « l’apprentissage numérique » des étudiants, mais celle-ci a reçu un accueil mitigé, voire « décevant », selon les étudiants.

44En Côte d’Ivoire, cependant, il y a eu une tentative à l’échelle nationale de déployer des plateformes numériques dans toutes les universités, mais elle s’est soldée par un échec. D’après les échanges que nous avons eus avec les responsables de ces universités, la raison de cet échec réside dans le fait que le ministère de l’Enseignement supérieur « n’a pas les moyens » de déployer dans toutes les universités ivoiriennes des plateformes numériques pour assurer la continuité des enseignements. Selon eux, cela justifie, en gros, le « ciblage » de quelques universités. Par la suite, chaque institution universitaire ou scolaire a développé son propre système d’enseignement et d’apprentissage numériques. Ces universités qui ont eu recours aux plateformes sont en fait très peu nombreuses. Il s’agit de l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody (plateforme utilisée : Teams), de l’Université Alassane Ouattara de Bouaké (plateformes utilisées : Moodle et Teams), de l’Institut national supérieur des arts et de l’action culturelle (INSAAC) (plateforme utilisée : Moodle) et de l’École nationale supérieure (ENS) (plateforme utilisée : Teams). Ces outils numériques ont permis, aussi bien aux étudiants qu’aux enseignants, un accès gratuit à une quantité de ressources numériques pour assurer la continuité des activités académiques pendant la pandémie de COVID-19. Les autres universités ivoiriennes n’ayant pas pu développer ces interfaces numériques ont encouragé leurs professeurs à dispenser les cours par la fonction « Facebook Live ».

45Parallèlement, face à l’absence des plateformes numériques dans certaines universités (comme celles du Niger) – où, si elles existent, elles sont généralement « défaillantes » – pour accompagner les étudiants dans leurs formations universitaires, ces derniers se sont tournés vers les réseaux sociaux numériques (RSN). Les RSN jouent un rôle déterminant dans les universités africaines. Dans les sept établissements étudiés, chaque promotion possède son propre groupe WhatsApp ou Facebook, géré par deux ou trois étudiants qui en sont les « Administrateurs ». Ces derniers se chargent de relayer toutes sortes d’information en liant avec leurs formations : les dates d’évaluation, d’examen et de sessions universitaires y sont annoncées. Cela justifie l’usage des plateformes numériques par les étudiants, non pas pour des besoins personnels, mais essentiellement pour des besoins concernant leur environnement d’apprentissage.

46Ainsi, contrairement aux pays développés où les réseaux sociaux numériques sont surtout un outil de communication interpersonnelle et de divertissement, en contexte africain universitaire, les plateformes numériques jouissent d’une représentation prégnante et sont considérées comme des véritables dispositifs d’apprentissage (Maïdakouale et Fagade, 2021, p. 11). Plus de 96 % des étudiants utilisent les RSN dans le cadre de leurs activités universitaires. Parmi les réseaux sociaux numériques les plus utilisés, on observe la prépondérance des plateformes WhatsApp, qui est utilisée par plus de 80 % des étudiants, et Facebook, utilisée seulement par 8,4 % d’étudiants (voir Figure 4).

Figure 4. Les principaux réseaux sociaux utilisés par les étudiants dans leurs apprentissages (Maïdakouale, 2021)

Figure 4. Les principaux réseaux sociaux utilisés par les étudiants dans leurs apprentissages (Maïdakouale, 2021)

Les contraintes techniques et économiques des dispositifs techniques et du numérique

47Dans les contraintes les plus citées et constatées dans les universités étudiées, la première évoquée par les étudiants est celle du non-accès à l’ordinateur. Ils sont plus de 74 % à avoir « envie » d’acquérir un ordinateur. Parmi les motifs et les raisons qui expliquent cette inaccessibilité à l’ordinateur, les étudiants, dans leur grande majorité, insistent beaucoup sur le coût exorbitant du matériel qui limite de fait sa possession. « La difficulté majeure est le non-accès à un ordinateur qui permet de mieux naviguer et de traiter les données ! » (Etud-25) Un autre étudiant résigné souligne : « J’aimerais vraiment avoir un ordinateur pour pouvoir rédiger mon mémoire de licence, car c’est plus facile de rédiger avec l’ordinateur qu’avec le téléphone portable, mais malheureusement je n’ai pas les moyens d’acheter un ordinateur portable vraiment. Je suis obligé de tout faire avec mon portable. » (Etu-38) Un troisième déclare : « Moi, je n’ai ni ordinateur et ni smartphone. En fait, j’ai un portable, mais il n’est pas smartphone, car je n’ai pas assez d’argent pour acheter ces outils-là. Même le questionnaire, j’ai dû le remplir sur le portable d’un ami. » (Etud-29) Un autre étudiant ajoute :

« Les difficultés rencontrées s’observent dans la mauvaise qualité de l’Internet (varie d’un réseau à un autre). Cela s’ajoute à une difficulté à consulter certains documents riches et préférables. Comme la majorité d’entre nous ne dispose pas d’un ordinateur, il est donc normal que l’accès à certains documents soit compliqué sur le portable. Je me pose une question : pourquoi l’Etat ne peut pas équiper les universités des cybercafés pour qu’on puisse au moins avoir accès aux ordinateurs et également apprendre à les utiliser. Aussi, les mauvaises conditions sur le plan financier et les problèmes de réseaux. Donc, la mauvaise qualité du réseau ne nous permet pas d’être efficace dans nos recherches. Le système universitaire ici n’est pas encore adapté pour un meilleur usage de l’Internet, il faudrait revoir cela pour que nous puissions étudier dans des bonnes conditions. » (Étud-40).

Figure 5. Raisons pour lesquelles les étudiants n’ont pas accès à un ordinateur (Maïdakouale, 2021)

Figure 5. Raisons pour lesquelles les étudiants n’ont pas accès à un ordinateur (Maïdakouale, 2021)

48En deuxième position, les étudiants évoquent l’accès à Internet dans les universités comme l’une des plus grandes contraintes ressenties. En effet, si l’accès à l’ordinateur a été substitué par le téléphone mobile, Internet demeure une problématique majeure pour les apprenants. Ils sont plus d’une centaine à souligner le manque d’« argent » pour acheter régulièrement les forfaits Internet. Un étudiant précise par exemple : « Tout le monde n’a pas la possibilité d’acheter un forfait Internet avec le temps de la crise, là, ce qui fait que souvent, quand le prof dit “Voilà, prenez les phones et tapez telle chose sur Internet”, beaucoup n’arrivent pas à le faire à cause du manque de forfait Internet. » (Etud-20) Un autre étudiant abonde dans le même sens : « Souvent, j’ai envie de faire des recherches sur Internet, mais malheureusement, le manque d’argent fait que je suis démuni dans ma formation. » (Etud-30) Ou encore : « Les difficultés que moi je rencontre, c’est surtout le manque de moyens financiers pour payer les données Internet. Il faut noter aussi que la connexion Internet coûte cher, en tout cas 1 000 FCFA (1,52 €) par semaine pour un étudiant – qui d’ailleurs n’est pas boursier – n’est pas possible. » (Etud-15) La problématique des moyens financiers ou, trivialement, d’« argent » est très importante dans le contexte des pays de l’Afrique francophone du Sud. Elle a fait l’objet de plusieurs études, dès les années 2000 (Benchenna, 2008). Analysant le risque qui « accentue la discrimination par l’argent » et les inégalités/exclusions dans les universités à l’ère numérique, Abdelfettah Benchenna souligne « les difficultés financières et organisationnelles qui affectent les universités publiques des pays francophones du Sud […] et l’impératif de trouver des ressources financières pour leur propre fonctionnement » (Benchenna, 2008, p. 104). Regrettant cette absence permanente de moyens pour se connecter aux outils numériques, cette étudiante note :

« L’absence ‘‘d’argent’’ pour activer un forfait m’handicape. Par exemple, lors de la diffusion des informations urgentes dans la promo, les non-connectés ne sont pas informés jusqu’à ce que, des fois, on assiste à des évaluations non faites par ces étudiants pour cause : je n’étais pas connecté, oh, je ne savais pas qu’il y avait évaluation. » (Etud-16).

« Quand mon forfait Internet finit, des fois, je n’ai pas d’argent pour le renouveler à temps. Il m’arrive parfois, et plusieurs fois même, que mon forfait finisse en pleine recherche et par manque d’argent, je dois donc interrompre ces recherches jusqu’à ce que j’aie de l’argent pour recharger et les poursuivre. Franchement, on doit nous mettre une connexion Internet. Ce n’est pas normal qu’au Niger, dans la plus grande et principale université du pays, il n’y ait pas de connexion Internet. » (Etud-9).

49« Pour vous dire la vérité, des fois, nous manquons même 5 FCFA [soit 0,0076 €] pour se connecter à Internet ; or, si nous n’avons pas de connexion, nous n’aurons pas d’informations importantes. » (Etud-17) À la lumière de ces témoignages, on s’aperçoit que l’absence d’Internet demeure un facteur handicapant l’apprentissage des étudiants.

L’absence des ENT dans les universités impacte l’apprentissage des étudiants

50Dans cette section, les avis sont partagés. Si les étudiants sont plus de 55 % à avoir accès à une plateforme numérique de travail mise en place par leur université, ils sont aussi plus de 42 % à n’avoir accès à aucune plateforme numérique. Ainsi, pour départir cette thématique importante pour l’une de nos hypothèses, nous nous sommes appuyé sur les entretiens semi-directifs pour déterminer précisément les universités ayant mis en place un ENT pour les étudiants. Il en ressort que deux universités de Côte d’Ivoire (UFHB et UAO), deux écoles ivoiriennes (ENS et INSAAC) et une université du Bénin (UAC) ont développé une plateforme numérique. Certes, les plateformes existent dans ces universités, mais les étudiants se plaignent de la « mauvaise qualité » de celles-ci liée à la « mauvaise qualité » de la connexion Internet.

« Des fois, la connexion est très lente, voire très médiocre. Et dans certaines zones de la fac, vous n’avez même pas de couverture réseau pour se connecter. Donc tout mon problème, moi, c’est la connexion Internet, car elle nous facilite les choses. Vous imaginez aujourd’hui une étudiante sans connexion c’est problématique, surtout que nos bibliothèques n’ont pas de documents. Donc nous, nous sommes condamnés à utiliser Internet quelles que soient les circonstances. Cela veut dire qu’on doit acheter avec nos maigres moyens les forfaits Internet pour effectuer nos activités académiques. » (Etud-39).

« Le Wi-Fi de notre université, il marche un peu. Mais lorsque plusieurs personnes sont connectées à la fois, nous avons de véritables difficultés, l’accès est quasiment impossible, ou bien il y a des interruptions toutes les minutes. Ceci entraîne donc la défaillance du réseau. Comme c'est ainsi, je me connecte avec la connexion Internet de mon portable. » (Etud-34).

51En revanche, dans les huit universités nigériennes, aucune institution n’a mis en place une telle plateforme. Cela impacte fortement l’apprentissage des étudiants nigériens qui s’en plaignent régulièrement. Assurément, pendant la première vague de la crise sanitaire de COVID-19, plusieurs universités africaines, dont celles concernées par la présente étude, ont fermé leurs portes afin de limiter la propagation du virus. Lors de ces fermetures, les étudiantes et les étudiants nigériens étaient restés à la maison pendant plus de deux mois sans aucune autre alternative pour poursuivre les cours. Leurs collègues ivoiriens et béninois ont, eux, pu suivre les cours depuis les plateformes numériques développées par les universités de ces deux pays.

52De surcroît, même la plateforme numérique « E-learning » mise en place par le gouvernement béninois n’a pas permis de pallier le besoin des étudiants. Cette plateforme a en effet rarement été utilisée par les étudiants en raison de contraintes techniques et économiques, la plateforme étant payante, certains étudiants n’ont pas d’ordinateur ni de téléphone multifonctions pour s’y connecter. Les entretiens menés avec les étudiants béninois ont permis d’identifier des difficultés liées à l’usage de la plateforme. Par exemple, la difficulté inhérente à la connexion Internet, au téléchargement, à l’enregistrement et au stockage des cours dispensés sur la plateforme, mais aussi des contraintes économiques : ces étudiants n’ont pas d’argent pour acheter des forfaits Internet. Devant cette dernière contrainte en particulier, certains étudiants n’ont eu d’autres choix que d’abandonner « définitivement » l’université pour se consacrer désormais au commerce.

53Ainsi, en nous appuyant sur les 42 % des étudiants qui expriment ne pas avoir de plateforme numérique dans leur université, on pourrait confirmer notre hypothèse qui postule que « l’absence des ENT pour les étudiants impacterait l’apprentissage des étudiants ».

Le blocus dans l’apprentissage des étudiants

54À la question concernant ce qui les bloque en matière d’outils numériques de communication dans le cadre de leur formation universitaire, ils sont plus de 64 % à indiquer que leu université n’a pas mis à leur disposition des dispositifs techniques de communication comme l’ordinateur et des outils numériques tels que Internet, plateformes numériques et ENT pour faciliter leurs apprentissages académiques. Ainsi, les étudiants expliquent :

« Ce qui me bloque ici à l’université, c’est surtout le manque d’ordinateur, de connexion Internet ou Wi-Fi et de smartphones sophistiqués. Je sais que notre université ne peut pas mettre à notre disposition des ordinateurs, mais au moins qu’on nous mette une connexion Internet pour faire nos recherches. Bon, si on arrive à avoir aussi une plateforme comme dans les pays développés pour que les professeurs puissent déposer leurs cours, ça nous arrangerait beaucoup. » (Etud-13)

« Ce qui me bloque dans mon apprentissage en termes d’usage d’Internet est la question de crédit, manque de Wi-Fi, et surtout la coupure intempestive de l’électricité. Quand on est à la fac, parfois on n’a même pas accès à l’électricité pour brancher nos appareils, vous imaginez ? » (Etud-27)

« Ce qui nous bloque dans la recherche sur l’Internet réside de la mauvaise qualité de l’Internet (très lente) et un manque de formation. On ne sait pas bien utiliser les outils numériques. Il serait bien qu’on ait des formateurs pour nous apprendre l’usage de ces technologies, car moi par exemple, je ne sais même pas comment rédiger un mail sur mon portable, et même sur un ordinateur, je ne sais pas le faire. Vous voyez le problème, non ? Et dans ces conditions, comment on peut étudier, s’il vous plaît ? On est démunis ici, nous. » (Etud-17).

55Ici, notre hypothèse qui postule que l’intégration d’une possible « Société numérique » au service de l’apprentissage passe nécessairement par la mise en place des dispositifs techniques et des outils numériques pour « accompagner » les étudiants est confirmée. Il en va de soi pour la qualité de l’éducation et de l’enseignement universitaire des pays africains. Aujourd’hui, les technologies numériques de l’information et de la communication sont indispensables pour améliorer l’éducation, l’enseignement, mais également la recherche scientifique en Afrique, d’après l’Unesco (2013).

Les besoins et attentes des étudiants vis-à-vis de leurs universités à l’ère du numérique

56Ici encore, la question de l’accès à l’ordinateur revient en première position. Il y a lieu d’indiquer le besoin important d’avoir un ordinateur portable pour compléter la formation universitaire. Ils sont en effet 259 étudiants à exprimer ce besoin. En deuxième position, on retrouve la connexion Internet qui serait, selon les étudiants, « indispensable » pour leurs apprentissages académiques. À côté de la problématique d’accès à l’ordinateur et à l’Internet, il convient également de noter que, même si elle n’a pas été développée par les étudiants, la question de formation a été évoquée dans les entretiens. Une grande partie des étudiants interrogés souligne en effet le manque de formation adéquate pour l’appropriation des dispositifs techniques, ce qui est logique : comme nous l’avons rappelé précédemment, pour pouvoir utiliser et maîtriser l’usage d’une technologie, l’utilisateur doit nécessairement avoir accès à celle-ci. La question de la formation est donc fondamentale en contexte universitaire africain. Qu’il s’agisse de la formation à l’école ou à l’université, l’accent doit être mis sur cet aspect indispensable conditionnant l’appropriation des matériels technologiques.

Conclusion

57Le progrès des technologies de l’information et de la communication (TIC) et du numérique en Afrique francophone a débouché sur ce que Chéneau-Loquay a appelé, de manière anecdotique, une « modernisation paradoxale » d’un village branché à Internet, avec une parabole et où les femmes continuent toujours à « piler le riz à la main et à porter des sceaux sur la tête sur de trop longues distances ». Cette « mixture » entre outils « modernes » et « traditionnels » fait partie du quotidien en Afrique (Chéneau-Loquay, 2010, p. 110).

  • 8 Ici, l’usage d’Internet renvoie au rapport des étudiants à l’information (sites de recherche en lig (...)

58Cette étude montre que le numérique et les dispositifs sociotechniques sont autant de ressources et d’outils indispensables porteurs d’enjeux, de modalités d’organisation et de travail, de modèles culturels et de savoirs… pour les universités africaines. Ces outils contribuent à redéfinir les enjeux de l’éducation en offrant de nouvelles possibilités de partage, de construction du savoir et en fournissant aux apprenants les moyens de participer à la recherche scientifique internationale pour les chercheurs africains moins visibles dans les travaux internationaux, et permettent aux acteurs de l’éducation de « sauter » de plain-pied dans la mondialisation » (Chéneau-Loquay, 2010, p. 110). Par exemple, en mettant Internet8 et des salles informatiques équipées d’ordinateurs connectés à Internet à la disposition des étudiants, on pourrait envisager de ne plus enseigner un « fait », mais de développer chez ces derniers des compétences académiques pour susciter leur esprit critique quant à l’exactitude des informations transmises par l’enseignant ou sur Internet.

59Toutefois, l’étude présente des limites évidentes. Succinctement, à travers l’analyse des usages et des pratiques des étudiants des trois pays étudiés, nous avons montré que l’ancrage social et/ou l’insertion sociale des dispositifs techniques et des plateformes numériques, transposés en contexte africain, se révèle extrêmement complexe. L’étude a ainsi ciblé d’emblée sept établissements d’enseignement supérieur. À ce titre, il serait donc imprudent de notre part de dire que les résultats présentés ici représenteraient les trois pays étudiés. D’autres facteurs, comme les fonds alloués par ces États à leurs établissements, mériteraient d’être approfondis pour analyser le plus finement possible les politiques institutionnelles/universitaires en matière d’accès aux dispositifs numériques et des usages qui en sont faits. De plus, il serait inadéquat de dire que les facteurs sociotechniques, économiques des institutions et cognitifs (propres à l’usager) seraient la seule explication à l’inaccessibilité aux technologies de l’information, de la communication et du numérique. D’autres phénomènes – déjà étudiés par des sociologues des usages et des appropriations, des sociologues de la consommation, des psychologues et des ergonomes – pourraient l’expliquer aussi.

Haut de page

Bibliographie

Abric, J.-C. (dir.) (2016). Pratiques sociales et représentations. Paris, France : Presses Universitaires de France.

Akrich, M. (1998). Les utilisateurs, acteurs de l’innovation. Éducation Permanente, 134, 79-90.

Armel Attenoukon, S., Karsenti, T. et Lepage, M. (2015). L’apprentissage avec des supports mobiles dans l’enseignement supérieur au Bénin : analyse des usages des apprenantes., Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire, 62-74(3), 47-74.

Benchenna, A. et Brulois, V. (2011). Une réflexion partielle et partiale sur l’usage des TIC en milieu universitaire. Dans Vieira, L., Lishou C. et Akam, N., (dir.), Le numérique au cœur des partenariats (pp. 59-75). Dakar, Sénégal : Presses Universitaires de Dakar.

Benchenna, A. (2008). Universités à l’ère numérique : Vers de nouveaux rapports entre pays du nord et pays du Sud ? Distances et savoirs, 61(1), 99-116.

Bonardi, C., et Roussiau, N. (2014). Représentations sociales. Paris, France : Dunod.

Bonjawo, J. (2011). Révolution numérique dans les pays en développement. L’exemple africain. Paris, France : Dunod.

Breton, P. et Proulx, S. (2012). L’explosion de la communication. Introduction aux théories et aux pratiques de la communication. Paris, France : La Découverte.

Chambat, P. (1994). Usages des technologies de l’information et de la communication (TIC) : évolution des problématiques. Technologies de l’information et société, 6(3), 249-270.

Chéneau-Loquay, A. (2010). L’Afrique au seuil de la révolution des télécommunications. Les grandes tendances de la diffusion des TIC. Afrique contemporaine, 2(234), 93-112.

Collin, S., Denouël, J., Guichon, N. et Scheneider, E. (dir.) (2022). Le numérique en éducation et formation. Paris, France : Presses des Mines.

Coulibaly, M. (2014). Les TICE en Afrique : entre démocratisation de l’éducation et accentuation des inégalités, Adjectif.net, 1-10.

Counterpoint. (s.d.). TECNO bat Samsung pour revendiquer la première place des smartphones africains en 2020. Counterpoint Research Market Monitor. Repéré à l’adresse https://www.counterpointresearch.com/tecno-beats-samsung-africa-top-2020/ (Consulté le 3 septembre 2021).

Denouël, J., et Granjon, F. (2011). Communiquer à l’ère numérique : regards croisés sur la sociologie des usages. Paris, France : Transvalor-Presses des Mines.

Depover, C., Karsenti, T. et Komis, V. (2007). Enseigner avec les technologies : favoriser les apprentissages, développer des compétences. Québec, Canada : Presses de l’Université du Québec.

Djeumeni-Tchamabé, M. (2014). Téléphone portable et apprentissage mobile du français en Afrique subsaharienne (TEPAMF) : une expérience menée au Cameroun, Adjectif.net, 1-8.

Droui, M., El Hajjami, A. et Ahaji, K. (2013). Apprentissage mobile ou M-Learning : opportunités et défis. Epi Net. Repéré à https://www.epi.asso.fr/revue/articles/a1305d.htm

Fleck S. et Massou, L., (2021). Le numérique pour l’apprentissage collaboratif : nouvelles interfaces, nouvelles interactions. Médiations et médiatisations, (5), 3-10.

Fotsing, J. Fonkoua, P., Tchamabe, M., Tankam, N., Tagne, E. et Tonye, E. (2017). Usages des technologies mobiles en milieu universitaire africain : Cas des universités camerounaises. Journal of Research in Open, Distance and eLearning, 1(1), 57-71.

Gaglio, G. (2003). De la pertinence des usages remontants dans le marché de la téléphonie mobile. Working paper. École d’été, Les Rencontres de Cargèse, IESC.

Jouët, J. (2000). Retour critique sur la sociologie des usages, Réseaux, 18(100), 487-521.

Lamoureux, A. (2006). Recherche et méthodologie en sciences humaines. Québec, Canada : Beauchemin

Loiret, P.-J. (2008). L’université virtuelle africaine, l’enseignement à distance en trompe-l’œil ? Distances et savoirs, 6(2), 187-209.

Maïdakouale Goube, I. (2021). Usages et potentialités des dispositifs socio-techniques de l’information et de la communication (DISTIC) mobiles en Afrique subsaharienne francophone. Cas de deux régions du Niger : Niamey et Maradi [Thèse de doctorat]. Université Bourgogne Franche-Comté.

Maïdakouale, I. et Fagade, C. (2021). Les applications mobiles éducatives en apprentissage des langues : les représentations et les usages en contexte africain francophone, Interface numériques, 10(2), 1-19.

Miège, B. (2004). L’économie politique de la communication. Hermès, 1(38), 46-54.

Mœglin, P., et Tremblay, G. (2008). Éducation à distance et mondialisation. Éléments pour une analyse critique des textes programmatiques et problématiques. Distances et savoirs, 6(1), 43-68.

MFP/TCE., Enseignement post-primaire – Programme décennal de développement de l’éducation (PDDE 2006-2015) – Document 1 : Diagnostic, orientations, objectifs et stratégies. Niamey. Ministère des Enseignements secondaire et supérieur, de la recherche et de la technologie [MESSR/T] et ministère de la Formation professionnelle et technique, chargé de l’Emploi des jeunes [MFP/TCEJ], rapport de recherche, juin 2006.

Paivandi, S. et Espinosa, G. (2013). Les TIC et la relation entre enseignants et étudiants à l’université. Distances et médiations des savoirs, 1(4), 1-16.

Perriault, J. (2002). Éducation et nouvelles technologies. Théories et pratiques. Paris, France : Nathan Université.

Perriault, J. (2008). La logique de l’usage. Essai sur les machines à communiquer. Paris, France : L’Harmattan.

Porto, M. F. et Schofield, L. (2021). Le numérique comme facilitateur de nouvelles interactions étudiantes entre apprenants experts : un cours en ligne pour enseigner l’anglais de spécialité. Médiations et médiatisations, 5, 68-89.

Proulx, S. (2015). La sociologie des usages, et après ? Revue française des sciences de l’information et de la communication, 6, 12.

Rémond, E. (2019). L’ouverture en question : quand des universités ouvertes se redéfinissent à l’ère de la globalisation numérique. Adjectif.net : analyses et recherches sur les TIC, 1-13.

Sall, O., Diallo, M., Badji, I., Cissé, M., Sy, A. et Ndiaye, M. (2020). Intégration des TIC dans l’enseignement supérieur au Sénégal. Dans J. Atchoua, J.-J. Bogui et S. Diallo (dir.), Technologies numériques et sociétés africaines. Enjeux de développement (vol. 1-1, p. 183-196). Londres : ISTE éditions.

UNESCO [Vosloo, S.]. (2013). L’apprentissage mobile et les politiques : questions clés. Paris : Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture. Repéré à https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000217638_fre

We are social/Hootsuite. (2021). Digital Report 2021 : les dernières données de l’état des lieux du digital dans le monde. WeAre Social. Repéré à https://wearesocial.com/fr/blog/2021/01/digital-report-2021-les-dernieres-donnees-de-notre-etat-des-lieux-du-digital-dans-le-monde

Haut de page

Notes

1 Ici, le numérique, dans son emploi quotidien, est fortement assimilé à Internet ou plus précisément à la mise en ligne des informations, connaissances, savoirs et œuvres (livres, cours, documents, vidéos, tutoriels, films, musique, etc.) par les plateformes numériques ou autres moyens.

2 Dans les trois pays étudiés, un téléphone portable multifonctions Android moyen coûte à peu près 55 €, surtout avec l’arrivée des téléphones de marques chinoises telles que Techno, qui est la marque la plus utilisée en Afrique (Counterpoint, s. d.). Ceci explique l’« explosion » de la téléphonie mobile dans les milieux universitaires africains.

3 En Afrique, et plus précisément dans les trois pays étudiés, il faut compter minimum 150 650 FCFA (soit 230 €) pour avoir un ordinateur moyen (pas d’une grande importance). Ce coût exorbitant limite de facto l’accès des étudiants à ce dispositif indispensable pour leurs apprentissages.

4 En Afrique, la formule d’abonnement (le forfait téléphonique plus les données Internet) telle qu’elle est pratiquée par les opérateurs des télécommunications en Europe n’existe pas dans plusieurs pays africains. Il s’agit des cartes prépayées ou du transfert direct de crédits, d’un numéro à l’autre, sans engagement.

5 Notion apparue dans les années 1990, elle renvoie à l’association de réseaux et d’infrastructures d’accès à l’information et de services auparavant distincts les uns des autres. Elle rassemble les trois secteurs de l’informatique, des télécommunications et de l’audiovisuel, et implique une certaine compatibilité et interopérabilité d’usage et de support technique.

6 https://www.gsma.com/mobileeconomy/sub-saharan-africa/

7 En Afrique francophone, les données Internet sont appelées des « mégas » par les utilisateurs des forfaits, en référence aux mégaoctets que les opérateurs des télécommunications leur offrent.

8 Ici, l’usage d’Internet renvoie au rapport des étudiants à l’information (sites de recherche en ligne), aux connaissances (encyclopédies, dictionnaires, articles de vulgarisation scientifique immédiatement accessibles en ligne, etc.). Dans ce contexte, l’enseignant n’a plus le monopole de la connaissance ou du savoir, mais il offre aux étudiants le moyen approprié d’y accéder.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les appareils de communication qu’utilisent les étudiants (Maïdakouale, 2021)
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8418/img-1.png
Fichier image/png, 135k
Titre Figure 2. Les tâches effectuées par les étudiants avec l’outil numérique (Maïdakouale, 2021)
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8418/img-2.png
Fichier image/png, 144k
Titre Figure 3. Les principaux dispositifs de communication des étudiants (Maïdakouale, 2021)
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8418/img-3.png
Fichier image/png, 91k
Titre Figure 4. Les principaux réseaux sociaux utilisés par les étudiants dans leurs apprentissages (Maïdakouale, 2021)
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8418/img-4.png
Fichier image/png, 106k
Titre Figure 5. Raisons pour lesquelles les étudiants n’ont pas accès à un ordinateur (Maïdakouale, 2021)
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8418/img-5.png
Fichier image/png, 63k
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8418/img-6.png
Fichier image/png, 97k
URL http://journals.openedition.org/ticetsociete/docannexe/image/8418/img-7.png
Fichier image/png, 126k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ibrahim MAÏDAKOUALE, « Le recours au numérique dans les universités africaines : représentations et réalités »tic&société, Vol. 17 | N° 1-2 | 1er semestre - 2ème semestre | -1, 317-353.

Référence électronique

Ibrahim MAÏDAKOUALE, « Le recours au numérique dans les universités africaines : représentations et réalités »tic&société [En ligne], Vol. 17 | N° 1-2 | 1er semestre - 2ème semestre | 2023, mis en ligne le 31 mai 2024, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ticetsociete/8418

Haut de page

Auteur

Ibrahim MAÏDAKOUALE

Ibrahim MAÏDAKOUALE est chercheur à l’Université de Franche-Comté. Membre du laboratoire ELLIADD, ses travaux de recherche portent sur les usages et appropriations des technologies de l’information et de la communication (TIC) en Afrique subsaharienne francophone, dans une approche critico-empirique. Il s’intéresse également à la fracture numérique de personnes en situation d’analphabétisme et à l’intégration de dispositifs numériques dans le système éducatif de ces pays. ibrahim.maidakouale_goube@univ-fcomte.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search