Navigation – Plan du site

Appel à contributions TIPA n° 36, 2020

Appel à contributions

TIPA n° 36, 2020

Travaux Interdisciplinaires sur la parole et le langage

https://journals.openedition.org/tipa/

La revue TIPA est une revue accessible en libre accès sur la plateforme de revues en ligne « OpenEdition Journals » et sans frais de soumission ni de publication. La Procédure d'évaluation est une évaluation en double aveugle par un comité scientifique.

COMMENT LE CORPS COCONSTRUIT LES DISCOURS ET LE SENS?

Coordination : Brahim AZAOUI (Université de Montpellier, LIRDEF) & Marion TELLIER (Aix-Marseille Université, LPL)

Présentation

Le corps, pris dans une acception large (regard, gestes manuels, proxémie, etc.), a récemment connu un regain d’intérêt dans divers domaines des sciences humaines. Depuis le tournant praxéologique qu’ont vécu les sciences du langage dans ces années 1950 avec les théories des actes du discours notamment, la linguistique interactionnelle (Mondada, 2004, 2007 ; Kerbrat-Orecchioni, 2004) lui consacre une certaine place dans ses travaux. De même, la didactique lui a-t-elle progressivement reconnu une importance dans le processus d’enseignement et d’apprentissage (Sime, 2001, 2006 ; Tellier, 2014 & 2016) grâce notamment aux nombreux travaux menés en sémiotique sociale (Jewitt, 2008 ; Kress et al., 2001), en sciences de l’éducation (Pujade-Renaud, 1983), en psychologie et en sciences cognitives (Stam, 2013) ou en sciences du langage (Aden, 2017, Colletta, 2004 ; Tellier 2008, 2014 ; Azaoui, 2015, 2019 ; Gullberg, 2010).

Pourtant, si ce champ d’étude gagne en intérêt comme en témoigne le nombre d’articles, d’ouvrages et de thèses qui lui sont dédié, force est de constater que rares sont les revues françaises à lui avoir consacré un numéro.

Ce numéro des TIPA se propose de participer à la compréhension et à la diffusion de cette thématique en rassemblant diverses contributions qui visent à répondre à la question suivante : comment le corps des participants à l’échange coconstruit-il les discours et le sens dans les discours didactiques ? Le « discours didactique» sera entendu ici comme toute situation dans laquelle le discours des interlocuteurs se donne pour objectif premier ou non de faire savoir/apprendre. Cette conception s’inspire des travaux de Moirand sur la notion de didacticité (1993), qui permettent de distinguer les discours dont l’intention première est didactique, comme l’essentiels de ceux produits dans les situations scolaires, et ceux qui ne sont pas didactiques mais qui relèvent d’une intention didactique. Dès lors, ces discours peuvent avoir lieu dans des contextes autres que celui de la classe, que cela soit dans le cadre d’interactions en face à face présentiel ou distanciel (en visioconférence par exemple) ou dans le cadre d’interactions asymétriques dans lesquelles un expert doit adapter son discours pour un non expert pour expliquer ou convaincre (médecin/patient, parent/enfant, professionnel/client, discours politique...).

Les différents articles proposés s’inscriront dans un cadre théorique qui considère la parole et le corps comme étant en constante interaction, l’étude et la compréhension de l’un explicite alors le fonctionnement de l’autre, ou alors comme faisant part d’un même processus cognitif (McNeill, 2005 ; Kendon, 2004). Les auteurs indiqueront dans lequel des trois axes suivants leur contribution se rangera :

1. Epistémologie

Le discours didactique incluant des interactions hors contexte scolaire, dans quelle mesure est-il possible d’envisager un continuum des gestes pédagogiques (Azaoui, 2014, 2015 ; Tellier 2015) et de qualifier de pédagogiques des gestes réalisés hors contexte de classe (Azaoui, 2015) ? Les travaux de McNeill ou Kendon ont permis de mettre en lumière la dimension coverbale de certains gestes réalisés en situation d’interaction, qu’en est-il des autres phénomènes non verbaux ? Dans quelle mesure la proxémie pourrait-elle être qualifiée de coverbale (Azaoui, 2019a) ? Comment les signaux faciaux (mouvements de sourcils, mouvements des yeux ou des lèvres) contribuent-ils à la construction du sens lors d’un échange (en signalant la compréhension ou la non compréhension par exemple) (Allwood & Cerrato, 2003) ?. En quoi les récents travaux sur la capture de mouvement offrent-ils un éclairage nouveau sur le discours et la construction du sens ?

2. Analyse de pratiques

L’essentiel de nos connaissances sur l’usage des gestes et du corps en général est le produit de travaux s’appuyant sur l’analyse de pratiques d’enseignants et autres professionnels (Tellier & Cadet, 2014 ; Azaoui, 2016 ; Mondada, 2013 ; Saubesty et Tellier, 2015) ou d’apprenants (Colletta, 2004 ; Stam, 2013 ; Gullberg, 2010). L’analyse peut être envisagée du point de vue des destinataires du discours multimodal en s’intéressant à leurs commentaires verbaux sur les gestes (ou le corps en général) ou encore à leur activité métagestuelle, ces gestes réalisés pour « parler » des gestes observés (Azaoui, 2019b).

Des contributions pourront s’inscrire dans cette perspective d’analyse afin d’accroitre notre compréhension du lien entre activité corporelle et discours. Ces propositions pourront notamment se focaliser sur la façon dont le corps participe à l’organisation des échanges, à la prise de parole ou sur des moments de construction du sens dans des séquences explicatives ou la résolution de séquences d’incompréhension, par exemple, en montrant comme les mouvements du corps s’articulent avec la parole (ou non) pour expliquer ou pour donner du feedback à un interlocuteur sur son discours.

3. Formation à/par la gestuelle ?

Le rapport du corps au discours peut être enfin envisagé sous l’angle de la formation. Depuis une trentaine d’année, l’appel à une formation à la gestuelle a été lancé (Calbris & Porcher, 1989) repris par un certain nombre de chercheurs par la suite (Cadet & Tellier, 2007 et Tellier & Cadet, 2014 ; Azaoui, 2014 ; Tellier et Yerian 2018). Si les mains des apprentis sont intelligentes (Filliettaz, St Georges & Duc, 2008), il semble que tous les secteurs professionnels font appel peu ou prou à l’usage du corps. Dès lors, une formation à et par la gestuelle s’avère nécessaire ne serait-ce que dans un souci de conscientisation. Peut-on d’ailleurs former à la gestuelle ? Si oui, sous quelle forme ?

Quelques travaux prennent appui sur des entretiens d’autoconfrontation laissant place à une verbalisation des enseignants sur les pratiques gestuelles, ou kinesthésiques plus globalement (Gadoni & Tellier, 2014 et 2015 ; Azaoui, 2014, 2015). Des articles pourront s’inscrire dans cette démarche de conscientisation par la vidéo. En outre, des articles analysant la mise en place et/ou l’effet de dispositifs de formation à l’utilisation du corps pédagogique ont toute leur place dans ce numéro. Ces propositions peuvent concerner tout domaine professionnel dans lequel l’interaction est asymétrique comme par exemple : les relations médecins-patients, la communication avec de jeunes enfants, la communication avec des personnes ayant des difficultés de compréhension (pathologiques ou non), les relations professionnels et clients, etc.

Échéancier

1er avril 2019 : premier appel à contribution

3 juin 2019 : second appel à contribution

31 août 30 septembre 2019 : soumission de l’article (version 1)

15 novembre 2019 : retour du comité scientifique ; acceptation, proposition de modifications (de la version 1) ou refus

15 janvier 2020 : soumission de la version modifiée (version 2)

15 mars 20120 : retour du comité (concernant la version finale)

Printemps 2020 : parution

Instructions pour les auteur(e)s

Merci d’envoyer 3 fichiers sous forme électronique à : lpl-tipa@univ-amu.fr, marion.tellier@univ-amu.fr, brahim.azaoui@umontpellier.fr :

- un fichier en .doc contenant, en plus du corps de l’article, le titre, le nom et l’affiliation de l’auteur (des auteurs)

- deux fichiers anonymes, l’un en format .doc et le deuxième en .pdf.

Pour davantage de détails, veuillez consulter la page des « consignes aux auteur(e)s » sur le site https://journals.openedition.org/tipa/222

Bibliographie indicative

Azaoui, B. (2015). Fonctions pédagogiques et implications énonciatives de ressources professorales multimodales. Le cas de la bimanualité et de l’ubiquité coénonciative, Cahiers de l’Acedle, 12(3), 225-254.

Azaoui, B. (2019b). Ce que les élèves voient et disent du corps de leur enseignant: analyse multimodale de leur discours. Dans V. Rivière & N. Blanc (dirs.), Observer l’activité multimodale en situations éducatives : circulations entre recherche et formation. Lyon : ENS Editions.

Calbris, G. & Porcher, L. (1989). Geste et communication. Paris : Didier.

Colletta, J.-M. (2004). Le développement de la parole chez l’enfant âge de 6 à 11 ans. Liège : Mardaga.

Filliettaz, L. ; St Georges, I. & Duc, B. (dirs., 2008). Cahiers de la section des sciences de l’éducation, no 117, « Vos mains sont intelligentes ! Interactions en formation professionnelle initiale ». Université de Genève : Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation.

Jewitt, T. (2008). Multimodality and literacy in school classrooms. Review of research in education, 32, 241–267.

Kendon, A. (2004). Gesture. Visible action as utterance. Cambridge: Cambridge University Press

McNeill, D. (2005). Gesture and thought. Chicago, USA: University of Chicago Press.

Mondada, L. (2013). Embodied and Spatial Resources for Turn-Taking in Institutional Multi-Party Interactions: Participatory Democracy Debates. Journal of Pragmatics, 46, 39-68.

Stam, G. (2013). Second language acquisition and gesture. In C. A. Chapelle (Ed.), The encyclopedia of applied linguistics. Oxford, England: Blackwell.

Tellier, M. & Cadet, L. (2014). Le corps et la voix de l’enseignant : théorie et pratique. Paris : Maison des langues.

Tellier, M. & Yerian, K. (2018). Mettre du corps à l’ouvrage : Travailler sur la mise en scène du corps du jeune enseignant en formation universitaire. Les Cahiers de l’APLIUT, n°37(2).

  • Logo Laboratoire Parole et Langage
  • Logo CNRS
  • Logo Aix Marseille Université
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals