Navigation – Plan du site
ACTUALITÉ DE LA RECHERCHE
Comptes rendus de thèse

Andreea Antonescu, La dynamique du champ mondial des lieux touristiques. Constitution et analyse d’une base de données historique à partir d’un corpus de guides de voyages

Thèse de doctorat en études du tourisme de l’Université de Lausanne, dirigée par Mathis Stock (soutenue le 10 novembre 2016)
Dynamics of the global field of tourist places. Constitution and analysis of a historical database from a corpus of travel guides
Andreea Antonescu

Texte intégral

1Cette thèse a cherché à comprendre le lien entre Mondialisation et tourisme par l’intermédiaire d’une approche géo-historique centrée sur les lieux touristiques. L’objectif était d’envisager le passage d’un ensemble de lieux touristiques peu dense et concentré en quelques endroits du Monde à un champ touristique dense et diversifié étendu à l’échelle mondiale. Cette croissance du champ touristique mondial n’a jamais été mesurée au niveau des lieux touristiques. En revanche, des mesures concernant le nombre de touristes montrent une extension remarquable : nous sommes passés de 25 millions de touristes internationaux en 1950 à 1,2 milliard aujourd’hui. On pourrait appeler cela l’avènement du phénomène d’un « tourisme de masse mondialisé ». Mais comment, depuis son émergence au début du XIXe siècle en tant que pratique élitiste, le tourisme s’est-il diffusé dans le monde entier ? C’est autour de cette question que nous avons construit notre problématique, qui se décline en deux questions majeures.

2Tout d’abord, nous nous sommes intéressés à la question de la diffusion spatio-temporelle du tourisme ainsi qu’à la configuration spatiale des lieux touristiques. Ensuite, nous nous sommes demandé s’il y avait des articulations entre le processus de Mondialisation et le tourisme, qui pourraient nous aider à comprendre le lien entre ces deux phénomènes. Afin de préciser ce lien, nous avons fait la proposition conceptuelle suivante : la Mondialisation (avec majuscule) comme processus singulier, comme création d’un espace commun, « l’espace-Monde », comme réalité complexe composée d’une multitude d’éléments ou de mondialisations, comme un Monde pluriel. Parmi ces éléments, il y a la mondialisation du tourisme qui – par la diffusion des pratiques, des touristes, des lieux touristiques à l’échelle du monde – contribue à ce que nous appelons la Mondialisation. Si la première question de recherche a représenté le cœur de cette étude par les multiples questions méthodologiques, les analyses statistiques et les représentations cartographiques, la deuxième représente une question plus englobante, posée afin de contextualiser le processus de mondialisation du tourisme par une analyse historique.

3La mise en œuvre de la recherche a nécessité la mise au point d’une méthodologie originale, étant donné que la production d’une base de données robuste a dû être constituée de toutes pièces, à l’aide de la numérisation de plus d’un millier de guides touristiques, dont environ 200 ont été exploités. Cette base de données représente un premier résultat de ce travail et s’inscrit dans la continuation des travaux réalisés par l’Équipe MIT (2005, 2008). Ainsi, notre échantillon de données contient environ 72 000 toponymes qui représentent des lieux touristiques disséminés à l’échelle du Monde et qui proviennent de guides de voyage publiés entre 1800 et 2000. Le cadre de nos analyses statistiques et spatiales a été construit en fonction d’un découpage temporel calculé en fonction de l’augmentation et de la diminution du nombre des lieux touristiques de façon groupée. Au final, nous avons identifié sept périodes touristiques, à savoir : 1793-1830, 1831-1850, 1851-1881, 1882-1895, 1896-1928, 1929-1973 et 1974-2000. L’exploitation de la base de données a permis d’obtenir de nombreux résultats, que l’on peut synthétiser à travers les assertions suivantes :

41. Les parcours des lieux touristiques ne sont pas identiques. La mondialisation du tourisme s’est réalisée par des systèmes touristiques périodiques dynamiques qui ont résulté, aujourd’hui, à la création d’un réseau mondial de lieux touristiques. Cette dynamique s’exprime par l’évolution spatio-temporelle de la fonction touristique des lieux. Ainsi, pour chaque période définie, nous avons pu déterminer le nombre de lieux qui ont acquis la fonction touristique pour la première fois (émergences touristiques), des lieux qui ont eu la capacité de rester touristiques depuis leur émergence jusqu’à présent (permanences touristiques), des lieux à parcours discontinu présentant une évolution touristique lacunaire périodique (intermittences touristiques) et des lieux jadis touristiques mais qui ne sont plus mentionnés par les guides de voyage à présent (arrêts touristiques). Ces éléments représentent à la fois la colonne vertébrale de notre travail et les apports au domaine des tourism studies.

52. La production de lieux touristiques a été un phénomène de croissance. Depuis 200 ans, le nombre d’émergences touristiques a augmenté de façon exponentielle. Malgré le nombre, déjà impressionnant, des lieux touristiques, de nouveaux lieux vont accéder, à l’avenir, à cette fonction. Environ 40 000 émergences touristiques ont été identifiées.

La production de lieux touristiques entre 1800 et 2000

La production de lieux touristiques entre 1800 et 2000

6Il s’agit donc d’une première quantification de la mise en tourisme des lieux à partir des guides touristiques. Par exemple, parmi les premiers lieux touristiques à avoir émergé pendant la période 1793-1830, on compte : les grandes villes et capitales européennes comme Amsterdam, Athènes, Belgrade, Berlin, Berne, Bonn, Bruxelles, Bucarest, Genève, Lausanne, Lisbonne, Madrid, Paris, Vevey, mais aussi quelques grandes villes nord-américaines comme Boston, Montréal, New York, Philadelphie, etc. L’analyse quantitative périodique a montré une augmentation de la production touristique d’environ 700 % et une expansion graduelle du champ touristique mondial. Ainsi, de 2 410 émergences touristiques en 1830, on est passé à plus de 13 500 en 2000. L’analyse quantitative annuelle a relevé des pics d’émergence en 1851, 1892, 1929 et 1973. Ces périodes de croissance importante ont été suivies d’une diminution du nombre des lieux émergents. C’est pourquoi, ces dates ont été identifiées comme des moments-clés qui enregistrent des changements notables dans l’extension du champ touristique. Dans le même temps, elles représentent le début d’une période touristique définie dans le cadre de cette étude.

73. Certains lieux ont réussi à maintenir leur fonction touristique depuis leur émergence jusqu’à la période contemporaine. Ces « permanences touristiques » sont représentées par 2 332 lieux. À titre d’exemple, parmi les 140 lieux permanents qui ont touristiquement émergé avant 1830, nous avons identifié : Brescia, Domodossola, Florence, Naples, Padoue, Pistoia, Turin en Italie ; Grenade, Madrid, Malaga, Séville, Trujillo, Valence en Espagne ; Elvas au Portugal ; les bains de Lavey en Suisse ; Innsbruck en Autriche. Ces lieux ont gardé leur fonction touristique pendant environ deux siècles, ce qui les place parmi les plus anciens lieux touristiques du monde.

84. La mondialisation du tourisme n’est pas un processus linéaire. Des lieux sont injectés dans les systèmes touristiques et d’autres sont éjectés. Nous avons donc déterminé le moment de l’émergence et de l’arrêt touristique pour chaque lieu. Grâce à ces deux indicateurs, nous avons pu estimer le nombre de lieux touristiques existants à une période donnée. Pour cela, nous avons employé une interpolation des données calculée par la méthode d’inférence. C’est pourquoi, ces lieux ont été nommés « lieux touristiques inférés » et sont, au total, environ 60 000. Entre le moment de l’émergence et celui de l’arrêt touristique, nous avons supposé que le fonctionnement touristique de ces lieux a été ininterrompu. De 2 410 lieux en 1793-1830, nous sommes passés à plus de 18 200 en 1974-2000. À l’échelle de notre échantillon de données, on remarque une évolution extraordinaire du champ touristique, qui a pratiquement multiplié par dix sa moyenne annuelle de lieux inférés. Les données quantitatives par périodes historiques ont indiqué une croissance progressive, avec un épisode de stagnation pendant la période 1929-1973 et, plus précisément, entre 1945 et 1958. Avant et après cette période, des croissances notables ont été identifiées. Le champ touristique mondial présente donc des dynamiques de contraction et de dilatation.

95. L’expansion du champ touristique s’est réalisée par trois moyens : 1) par l’émergence de nouveaux lieux touristiques à proximité des clusters déjà en place, 2) par l’investissement touristique de nouveaux espaces lointains et 3) par la pérennisation de la fonction touristique de certains lieux. Cette distribution spatiale touristique se présente aujourd’hui sous la forme d’un réseau touristique mondial multi-nodal. Ces clusters touristiques représentent des concentrations de lieux touristiques à une échelle supra-locale. Ce processus s’est développé par une dynamique non linéaire et irrégulière. C’est-à-dire que l’augmentation du champ touristique mondial s’est réalisée par l’émergence de nouveaux lieux touristiques dans de nouvelles régions pas encore touristifiées ou bien dans les régions déjà touristifiées, mais également par la capacité de certains lieux à garder leur fonction touristique durant toute leur existence touristique. Des moments d’arrêt touristique définitifs et temporaires ont déterminé les fluctuations de ce champ mondial, mais n’ont pas empêché son augmentation en nombre et son étalement spatial. L’analyse de densité a prouvé l’existence de clusters sur plusieurs continents, et pas seulement dans les pays développés. Par exemple, le premier cluster, identifié pendant la période 1831-1850 en dehors de l’Europe et de l’Amérique du Nord, a été la vallée du Nil. La formation de clusters touristiques ne tient pas compte de la colonisation ni du degré de développement du pays ou de la région, mais plutôt des préférences des touristes et de l’accessibilité des lieux. C’est pourquoi, on a pu observer une tendance à touristifier d’abord les zones côtières et ensuite l’intérieur d’un continent. C’est le cas de l’Afrique mais également de l’Amérique du Sud. À partir de 1974, à l’exception de quelques régions, tous les continents sont investis par le tourisme. La diffusion du tourisme s’opère par un phénomène de croissance à double niveau : tout d’abord, par le gain de nouveaux espaces jamais touristiques auparavant et sans proximité touristique ; ensuite, par la formation de clusters touristiques très denses via l’agglomération due à la naissance de nouveaux lieux touristiques dans des espaces déjà touristifiés.

106. La Mondialisation est un phénomène multiscalaire. Sa diversité et sa non-linéarité sont données par des liens qui se tissent entre les lieux ou les régions et par une diffusion graduelle et multidirectionnelle des biens ou de toute autre réalité. Grâce au développement des transports, des technologies de l’information et de la communication et des liens économiques, politiques, culturels etc. entre différents lieux de la planète, à partir des années 1970-1980, d’autres cultures, non occidentales, ont pu bénéficier des mêmes accès que l’Occident. Par exemple, pour le tourisme, on assiste récemment à ce que l’on appelle une « deuxième mondialisation » caractérisée par les flux touristiques générés par des pays comme la Chine vers les pays européens ou nord-américains. Des touristes, des biens et des idées circulent dorénavant de l’Asie vers l’Europe, mais aussi vers les autres parties du Monde. Ceci est valable également pour d’autres sociétés comme les pays de l’Europe de l’Est, qui se trouvent dans une phase de développement fulgurant après leur sortie du régime communiste. Ces régions, à la fois émettrices et réceptrices de biens, de touristes, etc., sont devenues des pôles mondialisateurs. Ces nouvelles directions de diffusion de la Mondialisation constituent un bouleversement radical de l’ordre établi auparavant et désignent, en même temps, l’émergence d’un « Monde multipolaire » et la phase contemporaine du processus. Ainsi, à travers le tourisme, on voit à l’œuvre la complexité des processus de mondialisation.

11En conclusion, le champ touristique mondial s’est construit en phases successives et graduelles. Sa croissance, s’agissant du nombre de lieux touristiques, s’est réalisée par de nouvelles productions et permanences touristiques. L’irrégularité et la fluctuation de cette évolution numérique sont liées aux arrêts touristiques. Cette dynamique a permis l’identification des périodes d’accélération et de ralentissement touristiques. Les périodes de ralentissement sont liées à des événements historiques importants comme par exemple les deux guerres mondiales. Alors que les périodes d’expansion touristique se traduisent par une réduction progressive des contrastes forts entre régions touristiques. La démonstration de la diffusion et de l’étalement touristique, permet de dire que le champ touristique construit coïncide aujourd’hui avec le Monde. L’identification de clusters touristiques a aidé dans la construction des configurations spatiales supra-locales et a permis la constitution d’une première hiérarchie mondiale des espaces touristiques. De même, la périodisation issue de notre échantillon de données correspond à des moments-clés de l’histoire de la Mondialisation. Ceci permet d’affirmer l’existence de la mondialisation du tourisme comme processus historique et élément de Mondialisation. Enfin, à partir de ces analyses, nous avons pu réaliser un premier atlas de la mondialisation du tourisme.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La production de lieux touristiques entre 1800 et 2000
URL http://journals.openedition.org/tourisme/docannexe/image/1827/img-1.png
Fichier image/, 230k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andreea Antonescu, « Andreea Antonescu, La dynamique du champ mondial des lieux touristiques. Constitution et analyse d’une base de données historique à partir d’un corpus de guides de voyages », Mondes du Tourisme [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/tourisme/1827

Haut de page

Auteur

Andreea Antonescu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mondes du tourisme est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Portail Espaces
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals