Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Actualités de la rechercheLectures critiquesLaurent Sébastien Fournier et Fio...

Actualités de la recherche
Lectures critiques

Laurent Sébastien Fournier et Fiorella Giacalone (dir.), L’Europe pèlerine. Religion et tourisme

L’Harmattan, 2017, 275 p.
Christophe Guibert
Référence(s) :

Laurent Sébastien Fournier et Fiorella Giacalone (dir.), L’Europe pèlerine. Religion et tourisme, L’Harmattan, 2017, 275 p.

Texte intégral

1Paru en juin 2017, l’ouvrage d’anthropologie L’Europe pèlerine. Religion et tourisme a été publié chez L’Harmattan (collection « Ethnologie d’Europe ») sous la direction de Laurent Sébastien Fournier (univ. Aix-Marseille) et de Fiorella Giacalone (univ. Perugia, Italie). Plusieurs ouvrages sur le thème des fêtes et du tourisme ont été dirigés dans la même collection par L.S. Fournier. Celui-ci, L’Europe pèlerine, est le fruit de communications francophones présentées lors du 28e colloque international du réseau de coopération scientifique en ethnologie et historiographie européennes, Eurethno (créé en 1988), qui s’est tenu en septembre 2014 en Italie. Selon les coordinateurs de ce recueil, composé de treize textes, les mobilités relevant du pèlerinage en Europe s’inscrivent dans des dynamiques anciennes tout en témoignant d’une certaine contemporanéité. Comme l’indique l’introduction, l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) estime d’ailleurs à 330 millions le nombre de voyageurs « intéressés par les lieux de la foi » (p. 11). Au-delà de sa composante spirituelle et religieuse, ancrée dans les traditions européennes, l’époque contemporaine se caractérise aussi par une « métaphorisation du pèlerinage et de sa transformation en activité profane » (p. 12) selon L.S. Fournier. La variété des profils sociologiques des « pèlerins », les sens attribués à ces mobilités singulières et les dynamiques de valorisation des territoires témoignent de l’élasticité nominale du phénomène.

2Organisé en deux parties, l’ouvrage traite des « diversités pèlerines » dans un premier temps (six articles), puis des « pèlerinages transformés » (sept articles) dans un second temps. Les terrains européens convoqués par les chercheuses et les chercheurs sont multiples et variés, tant sur le plan géographique (France, Italie, Norvège, Serbie, Pologne, etc.) que sur le plan historique (les xixe, xxe et xxie siècles sont appréhendés). Les chapitres de la première partie analysent les spécificités des pèlerinages en Europe à l’aune de traditions localisées et dont les ressorts religieux sont variés. Le culte de Sainte Rita à Cracovie, le culte de Saint Olaf dans les Îles Féroé, des traditions pèlerines dans le sud de l’Italie sont autant de cas qui associent le pèlerinage à des dimensions externes (« tourisme thérapeutique », guérison infantile, littérature). Les chapitres de la seconde partie traitent quant à eux des nouvelles modalités pèlerines et des transformations contemporaines qui caractérisent ce type de mobilités en Europe. Participant au développement territorial et patrimonial, le tourisme et l’interculturalité sont ici au cœur des analyses. Les Saintes-Maries-de-la-Mer dans le sud de la France, le pèlerinage « sportivo-religieux » de Notre-Dame-du-Rugby dans le département des Landes, la médiatisation exacerbée du culte de Sainte Rita de Cascia en Italie, entre autres, constituent des cas illustrant la plasticité des pèlerinages contemporains. Entre spiritualité et tourisme profane, dévotion et médiatisation, local et global, etc., les pèlerinages – et les transformations continuelles qui les caractérisent – ne peuvent renvoyer à une unique modalité de pratique et de sens.

3L’analyse ethnologique et anthropologique est en conséquence utile à l’interprétation de ce phénomène à la fois spirituel, social, patrimonial, économique ou encore territorial. Chaque article témoigne bien, à sa manière, de ce constat. Plusieurs remarques peuvent toutefois être formulées à l’égard de cet ouvrage de bonne tenue. Premièrement, les deux directeurs auraient pu proposer une conclusion générale permettant de revenir sur les éléments proposés en introduction et d’y répondre de manière conclusive. Si le lecteur perçoit bien, à la lecture de l’introduction générale et des treize articles, que les modalités de pèlerinage analysées et questionnées sont éminemment variées, une critique plus globale des termes et de la polysémie des mots aurait été la bienvenue. Des éléments de réponse sont proposés p. 269 et 273 de l’ouvrage, au sein desquelles L.S. Fournier indique quelques « enjeux du débat » et de définition. En l’état, au sein de chaque cas analysé, les protagonistes sont-ils – se considèrent-ils réellement comme – des pèlerins ? Partant du principe épistémologique bachelardien selon lequel l’obstacle verbal se produit lorsqu’on croit expliquer un phénomène en le nommant, peut-on uniformiser l’ensemble de ces pratiques sous un même vocable (pèlerin) ? Notons que la difficulté se pose également en des termes similaires au sujet d’autres notions (le tourisme « d’affaire » ou le tourisme « de santé » ne renvoient pas aux mêmes pratiques et représentations que le tourisme « d’agrément »). Enfin, des données ethnographiques issues de phases d’observation auraient positivement renforcé les arguments développés par les auteurs. En particulier, le recours à la photographie, lorsque cela était possible, aurait assurément permis au lecteur de mieux appréhender les phénomènes sociaux contemporains exposés.

4Il n’en demeure pas moins que la thématique proposée par les auteurs est originale et que l’ensemble des articles est agréable à lire. Prendre comme objet le pèlerinage contemporain à l’échelle européenne constitue en soi une gageure tant la variabilité des usages et des régimes de valeurs est étendue, difficulté qu’ont néanmoins su relever les auteurs et les directeurs de l’ouvrage. Le champ d’investigation semble encore vaste et prometteur en termes de recueil de données empiriques et d’interprétations savantes, en particulier au-delà des frontières européennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Guibert, « Laurent Sébastien Fournier et Fiorella Giacalone (dir.), L’Europe pèlerine. Religion et tourisme »Mondes du Tourisme [En ligne], 16 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/tourisme/2489 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tourisme.2489

Haut de page

Auteur

Christophe Guibert

Maître de conférences HDR en sociologie
Laboratoire Espaces et sociétés (UMR CNRS 6590), Université d’Angers, UFR Esthua Tourisme et culture

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mondes du tourisme est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Portail Espaces
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search