Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24Méthodes informatiques et quantit...

Méthodes informatiques et quantitatives en histoire du tourisme : apports et limites

Introduction
Nicolas Chachereau et Cédric Humair
Traduction(s) :
Computer and quantitative methods in tourism history: contributions and limitations [en]

Texte intégral

1La recherche historique, comme d’autres sciences humaines et sociales, est aujourd’hui profondément transformée par le numérique. Le constat relève de l’évidence, même s’il n’est peut-être pas inutile de le formuler pour mettre à distance l’émerveillement, l’énervement, l’effroi ou encore l’indifférence qui restent courants. Aucun doute : dans la matérialité de leurs pratiques, les historiennes et les historiens de 2023 ne travaillent plus du tout comme en 1990, de la consultation en ligne des publications scientifiques aux formes de la communication, en passant par les activités de recherche et de collaboration (Grandi et Ruiz, 2012 ; Vinck et Natale, 2015 ; Milligan, 2022). Ces transformations ne découlent ainsi pas simplement de l’essor de l’informatique comme automatisation du calcul − automatisation mobilisée dès les années 1940, puis surtout depuis les années 1960 (Lejeune, 2021) −, ni même de la diffusion de l’informatique personnelle, changement fondamental mais antérieur. C’est bien la généralisation de ce qu’on a pu appeler « l’ordinateur-personnel-relié-à-Internet » (Delalande et Vincent, 2012, p. 6) qui compte ici et que la substantivation de l’adjectif numérique (ou digital en anglais) cherche à désigner.

2Dans quelle mesure et selon quelles modalités l’histoire du tourisme a-t-elle été affectée par ces transformations ? La question mérite d’être posée au vu des spécificités que présentent les différents objets et champs de recherche en histoire, qu’il s’agisse des moyens financiers et humains à disposition ou des traditions historiographiques prédominantes. Quelles méthodes quantitatives et informatiques ont été mobilisées par les historiens et historiennes du tourisme, avec quels apports et quelles limites ? Publiée en janvier 2018 dans le Journal of Tourism History, une table ronde intitulée « Digital humanities and tourism history » a amorcé une réflexion à ce sujet, en se focalisant cependant sur l’espace linguistique anglophone et sur quelques méthodes spécifiques aux « humanités numériques » (Anderson et al., 2017). En effet, outre les transformations qui concernent l’ensemble de la recherche historique, le numérique a offert de nouvelles méthodes et approches, ou remis au goût du jour des plus anciennes. Mais dans quelle mesure et pour quels résultats ? Après le linguistic turn et le spatial turn, faut-il parler de digital turn ?

3C’est dans le but d’esquisser des réponses à ces interrogations multiples et variées qu’une journée d’étude internationale a été organisée à l’Université de Lausanne en novembre 2021. Elle a réuni des spécialistes de plusieurs pays européens et américains représentant les historiographies des espaces linguistiques français, allemand, italien, anglais et espagnol. L’objectif était de dresser un bilan de l’utilisation des méthodes quantitatives et informatiques en histoire du tourisme sur la base de deux séries de contributions : la première était composée de bilans du processus de numérisation par espace linguistique, la seconde d’études de cas permettant d’aborder diverses méthodes dans l’optique de comprendre leurs apports, mais aussi leurs limites et leurs difficultés d’application. À l’exception du spécialiste de l’espace francophone, qui estimait ne pas disposer d’un matériel historiographique suffisant pour réaliser un bilan crédible, tous les participants et participantes à la journée d’étude ont accepté de contribuer à ce numéro spécial de Mondes du tourisme. Certes, il faut préciser que les articles, qu’ils aient le caractère d’un bilan ou d’une étude de cas, ne prétendent pas à l’exhaustivité historiographique. Par ailleurs, certaines historiographies intéressantes, comme celle de la Belgique, n’ont pas fait l’objet d’un article spécifique. Néanmoins, les contributions présentées dans ce numéro permettent de brosser un paysage assez précis et complet de l’utilisation des méthodes quantitatives et informatiques en histoire du tourisme. En voici un bilan synthétique, dont la seule ambition est de motiver le lecteur à se plonger dans les différentes contributions.

La centralité nouvelle de l’information numérique

4Il est aisé de constater que les transformations liées au numérique ont une importance fort variable. Des enquêtes menées auprès des historiennes et des historiens, à l’initiative de chercheurs (Ruiz, 2015b) ou d’associations professionnelles comme l’American Historical Association en 2010 et 2015 (Townsend, 2010, 2017), même sans qu’elles puissent prétendre à une grande rigueur scientifique, viennent confirmer les intuitions les plus courantes à cet égard. L’enquête de 2015, par exemple, permet de constater une nette disparité dans l’adoption des pratiques liées au numérique. Alors que certaines d’entre elles restent très marginales, on y reviendra, d’autres touchent une part massive, entre 80 et 90 %, des chercheuses et chercheurs interrogés : la consultation en ligne de la littérature scientifique et de sources numérisées, ainsi que l’utilisation de l’appareil photographique pour le travail en archives. Comme le montrent les contributions de ce numéro, ce constat fondamental est également valable en ce qui concerne l’histoire du tourisme. Le cœur de la révolution numérique se situe bien dans les nouvelles modalités de mobilisation de l’information nécessaire à la recherche.

5Premièrement, plusieurs articles signalent la mise en place – aux différentes échelles institutionnelle, régionale ou nationale – de catalogues et d’outils de recherche numérisés disponibles en ligne, qui facilitent grandement la tâche des chercheurs. Ainsi, en Allemagne, le portail de l’Historisches Alpenarchiv permet d’utiliser une base de données contenant les collections d’archives des trois clubs alpins d’Allemagne, d’Autriche et du Tyrol du Sud (Knoll). En Espagne, la communauté autonome de Catalogne a mis à disposition un moteur de recherche permettant d’identifier des documents dans toutes les archives régionales et de connaître leur accessibilité en format numérique (Larrinaga). En Italie, la consultation des archives analogiques a été grandement facilitée par la plateforme du système d’archives national (SAN) qui permet d’accéder à tous les catalogues des institutions archivistiques. Ainsi, une recherche sur la base du mot clé « turismo » fournit des liens impliquant 454 archives différentes (Battilani).

6Deuxièmement, comme tant d’autres activités scientifiques et sociales, l’histoire du tourisme s’appuie désormais largement sur les informations disponibles sur le web. Outre la littérature secondaire et les revues spécialisées accessibles en ligne, ainsi que les dictionnaires et encyclopédies historiques, mentionnons les plateformes d’organismes culturels, les bases de données historiques en ligne ou encore les pages dédiées aux grands projets de recherche en histoire du tourisme. Très souvent, ces vitrines ne se contentent pas de présenter les projets, mais communiquent tout ou partie de leurs résultats ; dans certains cas, elles mettent à disposition des autres chercheurs du matériel archivistique, d’autres types de sources, des bases de données ou encore des séries statistiques. Ainsi, issue d’un vaste projet de recherche, la base de données biographiques Biolemano, mise en ligne en 2021, offre de nouvelles perspectives d’analyse à d’autres chercheuses et chercheurs intéressés par la région de l’Arc lémanique (Chiarelli et Lapointe Guigoz). De telles pratiques sont assurément appelées à se généraliser sous l’impulsion des organismes de financement de la recherche. Dans leurs efforts de promotion de la science ouverte (open science), ces institutions encouragent en effet fortement, voire exigent, que les jeux de données constitués par les recherches financées par leurs soins soient rendus accessibles au public en ligne. Enfin, l’évolution qui porte le plus à conséquence est la mise à disposition en ligne d’un matériel historique incluant des sources textuelles, des documents iconographiques et des données statistiques. Entrepris au tournant du xxie siècle, cet effort de numérisation de données et de sources d’archives ou imprimées est le fait d’une constellation d’acteurs qu’il n’est pas possible ici d’analyser : mentionnons seulement les archives et bibliothèques publiques et privées, les institutions culturelles ainsi que les associations et organisations concernées par le tourisme.

7Les différentes contributions de ce numéro spécial permettent de constater que les historiennes et historiens du tourisme se sont appropriés plusieurs corpus de sources numérisées dont la nature n’est pas spécifiquement liée à cette activité sociale et économique. L’avancée majeure à relever est la numérisation massive de la presse quotidienne, qui se généralise et continue de se développer (Bunout et al., 2022). La bibliothèque nationale autrichienne et la bibliothèque de l’État de Bavière à Munich offrent des milliers de journaux historiques numérisés en langue allemande (Knoll). En Suisse, la presse est regroupée sur plusieurs plateformes d’échelle très variée – nationale, cantonale ou entrepreneuriale (Tissot). En Italie, la numérisation des grands titres est laissée à l’initiative des groupes de presse qui gèrent la politique d’accès. Quant à la presse régionale, elle est progressivement agglomérée dans le projet national de bibliothèque numérique (Battilani). En Espagne, des bibliothèques virtuelles de la presse ont été constituées par la bibliothèque nationale, le ministère de la Culture et différentes autorités locales et régionales (Larrinaga). Outre la presse, soulignons l’intérêt de la numérisation des registres de commerce en Suisse, qui permettent de reconstituer le parcours professionnel d’acteurs du tourisme, ainsi que la trajectoire d’entreprises touristiques (Chiarelli et Lapointe Guigoz). Quant à la numérisation des procès-verbaux des autorités politiques locales, régionales et nationales, elle permet d’analyser les rapports du secteur du tourisme au politique et en particulier l’évolution des politiques touristiques (Knoll, Battilani). Dans certains cas, la réflexion en histoire du tourisme peut profiter de corpus de sources numérisés dans le cadre d’autres projets historiques plus généraux (James et Hughes). Il en va ainsi d’une étude concernant les grandes entreprises hôtelières italiennes qui s’appuie sur le projet IMITA.DB dédié aux grandes entreprises du pays (Battilani).

8Force est de constater que la numérisation de sources spécifiquement liées au tourisme, quant à elle, reste plutôt modeste. De fait, les institutions culturelles, telles que les archives et les bibliothèques, ne semblent pas vouer leurs priorités de numérisation à ce champ de recherche plutôt marginal. Quelques exceptions sont à signaler en Allemagne, en Autriche et en Suisse avec la numérisation de collections de récits de voyage par de grandes bibliothèques publiques (Knoll) ou en Espagne avec le dynamisme de la politique de numérisation des archives municipales de San Sebastián, ville touristique par excellence (Larrinaga). Par ailleurs, les organismes publics de promotion du tourisme semblent plutôt frileux dans la numérisation de leurs fonds d’archives, comme l’illustrent les cas de l’Instituto de Turismo de España (Turespaña) et, en Italie, de l’Agenzia nazionale del Turismo (ENIT). Les moyens financiers nécessaires à de telles opérations sont probablement en cause. Dans certains pays, des démarches de numérisation performantes ont été menées par des associations privées impliquées dans le tourisme, comme le Touring Club Italiano (Battilani) ou les clubs alpins germanophones qui ont créé l’Historisches Alpenarchiv (Knoll). Mentionnons enfin les bases de données de sources et de documents iconographiques construites dans le cadre de grands projets de recherche historique. De ce point de vue, la recherche anglophone s’illustre par la mise en ligne d’importantes bases de données documentaires liées à des projets comme Lake District Online ou Livingstone Online (James et Hughes). Au final, les sources numérisées spécialisées les plus utilisées semblent être les revues publiées par certains acteurs collectifs impliqués dans le développement du tourisme. En Suisse, la Revue suisse des hôtels a permis de localiser certains hôteliers et de suivre leur parcours professionnel (Chiarelli et Lapointe Guigoz), tandis que les revues du Club alpin suisse ont servi à une analyse lexicale des récits d’alpinistes (Tissot).

9Enfin, les approches quantitatives ont bénéficié d’un accès facilité aux données statistiques. À ce propos, le cas espagnol est très parlant, car il exemplifie plusieurs modalités d’accès à des données chiffrées (Larrinaga). Tout d’abord, la publication en 2005 d’un ouvrage collectif concernant les statistiques historiques de l’Espagne a fourni quelques données sur le tourisme. Les analyses statistiques de pionniers de l’histoire quantitative du tourisme ont ensuite été numérisées et sont ainsi devenues plus accessibles. Enfin, l’Instituto de Turismo de España a numérisé des recueils de séries statistiques touristiques, sans toutefois transcrire ces données dans des fichiers numériques facilement utilisables. En Suisse, cette opération a été réalisée pour l’ensemble des séries publiées en 1996 dans la Statistique historique de la Suisse, dont certaines concernent le tourisme. Le contenu de cet ouvrage, issu d’un énorme projet de recherche visant à la publication des statistiques existantes et à la reconstruction de séries manquantes, est désormais accessible sous forme de fichiers Excel rassemblés sur un site web1. À ces séries, rassemblées ou reconstruites par la recherche, viennent s’ajouter les données mises à disposition sur les sites web des offices de la statistique de plusieurs pays (Knoll, Battilani).

Les apports d’une information numérisée accessible en ligne : regard critique

10Le constat d’un accès facilité à une grande masse d’informations numérisées et mises en ligne s’accompagne d’une réflexion épistémologique critique qui révèle les ambivalences de cette évolution. Sur ce point, les contributions de ce numéro font écho à des considérations publiées ailleurs. Premièrement, il est évident que la facilité d’accès des sources numérisées permet de trouver des informations plus rapidement et à moindre coût. En présence de corpus numérisés, il n’est plus nécessaire d’effectuer de longs déplacements, voire des séjours à l’étranger, afin de dépouiller la documentation. D’une part, cela permet de croiser les informations provenant de davantage de sources, voire, comme évoqué, de mobiliser plus facilement des sources n’ayant apparemment pas directement trait au domaine étudié. D’autre part, le risque existe clairement que les historiennes et historiens orientent leurs recherches vers certains objets et questionnements en fonction de la disponibilité de sources numérisées. Ce risque semble d’autant plus grand au vu de l’importance que peut avoir une plus grande efficacité pour les positionnements et les carrières dans le champ académique. Le risque n’est pas simplement théorique. Dans un article ayant fait date, Ian Milligan a ainsi montré que la disponibilité en ligne de journaux de Toronto a nettement accru le nombre de travaux d’histoire canadienne consacrés à cette ville (Milligan, 2013). En somme, la numérisation a un effet indirect, et peu visible, sur la manière dont l’histoire d’un pays est écrite. Cette même évolution pourrait sans aucun doute être constatée pour d’autres espaces et échelles géographiques, la disponibilité de sources numérisées étant inégale d’un point de vue géographique. De ce point de vue, il n’est donc pas étonnant que les contributions réunies ici insistent fréquemment sur la nécessité d’utiliser les sources numérisées comme un complément et non comme un substitut de la documentation classique.

11Deuxièmement, notons l’importance des technologies de reconnaissance de caractères (optical character recognition, OCR). Par exemple, le potentiel d’analyse de la presse numérisée est décuplé par la possibilité de chercher les occurrences d’expressions ou de noms sur de longues périodes, au lieu de consulter en fonction de dates précises. Dans le cas de sources administratives comme la Feuille officielle suisse du commerce, la reconnaissance de caractères constitue en pratique la condition nécessaire de son utilisation, car la prose rébarbative de ces milliers de pages n’aurait certainement guère conduit les historiennes et historiens à s’y intéresser. Grâce à l’OCR, de telles sources permettent par exemple de reconstituer l’évolution de sociétés touristiques (Chiarelli et Lapointe Guigoz). Moins discutées par les contributions de ce numéro, ces possibilités n’en ont pas moins leurs limites. Certes, chercher des occurrences dans des sources administratives comme des recensements ou des certificats de naissance ou de décès permet de retrouver la trace d’entreprises dont les archives sont perdues, ou mieux encore celle de marginaux, de femmes ou de gens ordinaires difficiles à saisir par des sources plus classiques (Bishop, 2017 ; Alexander et Howkins, 2011). Mais cette chance ne risque-t-elle pas de donner l’illusion d’une connaissance complète, par exemple en faisant oublier que d’autres groupes sociaux n’ont pas laissé de traces susceptibles de numérisation ? (Hunter, 2017) De plus, la possibilité de trouver directement un passage intéressant ne conduit-elle pas trop souvent à ignorer son contexte et plus largement la structure de la source consultée (p. ex. Bingham, 2010) ?

12Une contradiction apparaît ainsi entre, d’une part, l’attention portée au contexte, à la matérialité des sources ou au détail de l’argumentation et, d’autre part, l’aspiration à analyser l’intégralité des sources d’une période historique (Lilti, 2015, p. 968). Cette dernière ambition étant chimérique, la question de savoir quelles sources sont numérisées, autrement dit de connaître les limites du corpus dans lequel on cherche, est fondamentale, mais rarement posée (Lemercier, 2015). Ainsi, le corpus de Google Books est-il fréquemment mobilisé, via son outil Ngram Viewer, pour tracer l’évolution du vocabulaire dans le temps. Même en laissant de côté les grandes déclarations sur « l’analyse quantitative de la culture », baptisée « culturomics » (Michel et al., 2011), faites sans grandes considérations pour les connaissances historiennes, force est de constater l’utilité de l’outil, sa popularité, mais aussi ses limites. Parmi les problèmes relevés, citons notamment la qualité de l’OCR, fort variable au vu de la diversité de qualité d’impression et de l’évolution des graphies et des polices de caractères, mais aussi les erreurs dans les dates assignées à certains documents, qui conduisent à trouver des occurrences de termes comme « internet » ou « google » au xixe siècle (Hodel, 2013). Au-delà de ces défauts de réalisation, il faut surtout rappeler ici que les documents numérisés par Google, aussi nombreux soient-ils, ne reflètent pas « la langue » anglaise ou française, par exemple, encore moins « la culture », mais sont forcément affectés par la constitution du corpus et par les événements historiques. Alexander Koplenig, qui s’est penché sur Google Ngrams, donne l’exemple des périodes des deux guerres mondiales, pendant lesquelles des termes comme « bernois », « canadiens » ou « Lausanne » deviennent nettement plus fréquents dans le corpus francophone. La raison n’est pas à chercher dans une évolution de la langue ou des discours, mais dans la baisse drastique du nombre de publications et de la longueur des ouvrages dans les pays belligérants, au contraire de la Suisse ou du Canada (Koplenig, 2017). En outre, Google ayant beaucoup collaboré avec des bibliothèques universitaires, les ouvrages académiques sont surreprésentés. L’ensemble de ces problèmes reste invisible, l’interface ne permettant pas de consulter les documents correspondants au nombre d’occurrences d’un terme pendant une année et ainsi d’en vérifier la réalité (contrairement à un outil comme Gallicagram : de Courson et al., 2023).

13Si ces défis sont moins évoqués dans les contributions de ce numéro, celles-ci évoquent un dernier apport de cette disponibilité massive de documents en ligne, sans se départir d’une réflexion critique. L’accès facilité à des sources issues d’espaces distants a fortement stimulé les approches historiques comparatives et transnationales. Il devient en effet possible de mobiliser la presse, les comptes-rendus de débats politiques ou encore les actes législatifs de plusieurs régions ou États pour les comparer. Récemment, par exemple, Elisa Tizzoni a adopté une approche d’histoire mondiale pour analyser la contribution du tourisme à la construction de l’Europe (Tizzoni, 2021). Ce constat était déjà celui d’un article, devenu à juste titre un classique, de l’historienne Lara Putnam, qui montrait que la coïncidence entre l’essor des perspectives transnationales et celui du numérique n’avait rien de fortuit : la mise en ligne de masses de sources numérisées (ouvrages et presse) permet de constater plus facilement la présence d’une figure historique dans un autre contexte national ou de découvrir des liens entre deux lieux. Dans ce texte riche et réflexif, Putnam fait aussi ressortir les dangers et défis de cette nouvelle situation. Comme le rappelle la contribution de Martin Knoll, Putnam souligne notamment que le recours à ces sources dans le tournant transnational risque de provoquer une surestimation de ce qui relie et une sous-estimation des ancrages et des dynamiques sociales locales (Putnam, 2016, p. 377-378).

Méthodes informatiques et recherche historique : des problèmes d’échelle

14L’accès facilité à des informations d’origines et de types variés n’est pas le seul effet de la révolution numérique. L’usage quotidien, par l’écrasante majorité des chercheuses et chercheurs des espaces géographiques considérés ici, d’ordinateurs aux capacités de calcul considérables, et la diffusion et le développement de nouveaux logiciels posent la question de la mobilisation de ces outils pour poser de nouvelles questions de recherche ou répondre différemment à des questions anciennes. C’est en particulier sous l’étiquette des digital humanities ou « humanités numériques » qu’un certain nombre de propositions ont émergé ces dernières décennies. En dépit des discours grandiloquents qui ont parfois accompagné les humanités numériques, et de la médiatisation dont ont pu bénéficier certains projets, les méthodes et outils tels que les systèmes d’information géographique, les logiciels dédiés à la statistique ou les logiciels d’analyse computationnelle de texte (text mining) restent des pratiques marginales, par exemple dans le sondage mené par l’American Historical Association en 2015 (Townsend, 2017). Dans quelle mesure l’histoire du tourisme a-t-elle tiré parti du potentiel offert par ces divers outils, et dans quel but ? Y a-t-il eu un véritable renouvellement des questionnements et des méthodes utilisées ?

15Soulignons tout d’abord que les humanités numériques n’offrent pas une vision cohérente et unifiée de l’avenir des sciences humaines. Sans vouloir rouvrir ici le dossier de la définition des digital humanities, il faut noter les usages différents qui ont pu être faits de l’expression. Alors que des grands projets interdisciplinaires ayant un recours poussé à l’informatique portaient cette étiquette, le syntagme servait à l’inverse, pour beaucoup de chercheuses et chercheurs au cours des années 2010, non à désigner un ensemble spécifique de méthodes, encore moins une discipline, mais à permettre des rencontres et des dialogues méthodologiques et techniques entre les représentants de disciplines très diverses, pour des échanges concernant aussi des pratiques plus modestes ou individuelles. De fait, se sont alors ouverts des espaces d’expérimentation pour ces pratiques de recherche (méthodes et logiciels), de discussion (formes de rencontre scientifique alternatives au colloque traditionnel) et de communication (blogs, carnets de recherche en ligne, expositions numériques, réseaux sociaux).

16Ces différentes échelles d’utilisation du potentiel numérique se reflètent dans les contributions de ce numéro spécial. La première, qui tend à impressionner, est justement la mise sur pied de grands projets interdisciplinaires d’humanités numériques mobilisant d’emblée d’importants moyens financiers et des collaborations entre spécialistes des humanités et ingénieurs informatiques. Ils reposent le plus souvent sur la numérisation massive de documents textuels et iconographiques et ont pour objectif de combiner la dimension de recherche à des visées d’histoire publique qui s’incarnent dans une plateforme accessible au public sur Internet. La deuxième échelle, financièrement plus modeste, est le projet de recherche disciplinaire qui peut être ancré en histoire, mais aussi dans d’autres domaines comme la littérature, la géographie ou l’anthropologie. N’excluant pas des collaborations interdisciplinaires, ces recherches recourent toutefois plus rarement à des méthodes informatiques de haute complexité nécessitant l’intervention d’informaticiens. La troisième échelle est celle de la recherche individuelle, qui est parfois reliée à la réalisation d’une thèse de doctorat.

17Ces questions d’échelle soulèvent toute une série de problèmes concrets, souvent discutés par les spécialistes d’histoire numérique ou d’humanités numériques, et dont les contributions réunies ici se font l’écho. L’interdisciplinarité est au cœur des réflexions. Ainsi Laurent Tissot estime-t-il que l’association avec d’autres branches de connaissance, qui peuvent être l’informatique, la cartographie, l’anthropologie visuelle, la linguistique, la statistique ou encore l’économie territoriale, est indispensable à la réalisation de grands projets d’humanités numériques ; de plus, selon lui, la collaboration doit être envisagée non pas comme une prestation de services, mais comme un dialogue stimulant qui enrichit l’analyse historique. Il concède toutefois que la relation avec les spécialistes de l’informatique n’est pas toujours aisée et qu’elle comporte certains risques. En particulier, le processus de recherche et les questionnements peuvent être conditionnés et subordonnés aux contraintes et options techniques imposées par les ingénieurs, et ainsi échapper au chercheur en humanités. Face aux boîtes noires constituées par les grands projets, par exemple dans le cas du Google Ngram Viewer évoqué plus haut, d’autres ont pu plaider pour un numérique plus « petit », dont il est davantage possible de saisir les implications, et qui peut être déployé sans grandes équipes interdisciplinaires (Hodel, 2013).

18Ces échelles disciplinaire ou individuelle, où l’apport de compétences extérieures est rarement envisageable, n’en posent pas moins leurs propres défis. La mobilisation des méthodes quantitatives nécessite un certain degré de formation des historiennes et historiens aux outils et aux méthodes informatiques, avec le risque, à terme, de devoir sacrifier l’apprentissage des approches et méthodes qualitatives plus classiques (Battilani). Kevin James et Gavin Hughes se préoccupent quant à eux des enjeux financiers qui sous-tendent le développement de gros projets d’humanités numériques. Ils constatent que l’ampleur des fonds nécessaires dépasse largement les standards financiers de la recherche en histoire et ils y voient un risque d’exclusion des historiens de ce champ prometteur et très valorisé socialement.

Un recours différencié aux méthodes informatiques selon les écoles historiographiques

19Outre les dimensions variables des projets, notons la diversité des méthodes informatiques selon les questionnements et les approches historiographiques. Historiennes et historiens participent certes aux discussions des « humanités numériques » évoquées plus haut, mais se réfèrent aussi à des exemples propres à la discipline et parlent de plus en plus d’une « histoire numérique » ou « digital history » (Salmi, 2021 ; Lässig, 2021).

  • 2 Emmanuel Le Roy Ladurie, « La fin des érudits. L’historien de demain sera programmeur ou ne sera pa (...)

20De fait, on l’a dit, l’usage d’ordinateurs dans la recherche historique afin de quantifier et de calculer est moins nouveau qu’il n’y paraît. En France par exemple, les années 1960 et 1970 voient un essor de recherches quantitatives, notamment sous la forme de thèses dirigées par Ernest Labrousse (Lemercier et Zalc, 2008 ; Lejeune, 2021). On aime à citer à ce propos le sous-titre d’un article d’Emmanuel Le Roy Ladurie de 1968, selon lequel « l’historien de demain sera programmeur ou ne sera pas2 », ou encore François Furet en 1971, constatant que « l’histoire quantitative est aujourd’hui à la mode » (Furet, 1971, p. 63). En outre, les frontières peuvent être poreuses entre l’histoire et d’autres sciences sociales, et les années 1960-1970 voient également la naissance aux États-Unis d’une histoire économique quantitativiste, ou plus exactement d’une économétrie appliquée à l’histoire, bientôt qualifiée de « cliométrie » (Hudson, 2000).

21Tout comme il est convenu de rappeler ces références, il est classique de rappeler que l’historiographie s’en est détournée dans les années 1980. Une partie de ce désamour trouve alors son fondement dans un refus du degré important d’abstraction et de détachement par rapport à la richesse des sources, refus d’autant plus fondé que ces historiographies quantitativistes n’ont pas toujours relevé de manière satisfaisante les principaux défis liés à ces méthodes : reprise peu réflexive des catégories présentes dans les sources, ou à l’inverse catégories exagérément anachroniques ; définition peu claire de la population au sens statistique ; anachronisme des séries longues (Lemercier et Zalc, 2008). Le rejet de ces méthodes a certainement alors été renforcé par une irritation face aux discours enthousiastes sur une histoire qui deviendrait enfin scientifique ou objective − une irritation et des discours qui ne sont pas sans échos aujourd’hui (Spinney, 2019).

22Sans verser dans le déterminisme technologique, tant il est clair que le renouveau du quantitatif est longtemps resté circonscrit, l’arrivée de l’ordinateur personnel et le développement concomitant de logiciels de tableurs, dont Microsoft Excel est le représentant le plus connu, ont contribué à changer les choses. Désormais, certaines opérations quantitatives, même sur un relativement grand nombre d’entrées, ne demandent plus, comme c’était le cas pour les travaux de l’histoire quantitative des années 1960-1970, de salarier des personnes pour perforer des cartes et de réserver du temps de calcul sur des machines gérées par les instituts ou laboratoires. Vient en outre s’y ajouter la mise à disposition sous forme numérique de séries statistiques déjà existantes. En 2008, dans un ouvrage publié dans la collection « Repères », Claire Lemercier et Claire Zalc proposent ainsi de renouer avec l’intérêt que peuvent présenter les Méthodes quantitatives pour l’historien, pour autant qu’elles soient maniées avec prudence et réflexivité (Lemercier et Zalc, 2008). De fait, les capacités de traitement des chiffres désormais à disposition de toute historienne et de tout historien, et surtout leur visualisation rapide et facile dans des graphiques de diverses formes, ont fortement augmenté la valeur ajoutée heuristique de telles approches. Les images synthétiques ainsi construites, qu’elles figurent une évolution dans le temps ou une situation à un moment donné, permettent en effet de poursuivre de multiples objectifs : confirmer ou infirmer les hypothèses de recherche ; révéler de nouveaux questionnements ; permettre une approche comparative ; établir et tester des corrélations entre diverses évolutions ; remettre en cause les mythes historiographiques (Humair et Gigase).

23Les « humanités numériques » se sont construites en partie contre ces traditions et ces renouveaux. Au contraire de ceux-ci, elles dialoguent peu avec la sociologie ou l’économie. De fait, l’expression digital humanities elle-même reflète la distinction anglophone entre humanities ou arts, d’une part, et sciences (sciences naturelles, sciences sociales), d’autre part − à l’encontre de l’idée des « sciences humaines et sociales » pensées comme un tout en Europe continentale, en tout cas dans les pays francophones et germanophones. L’ancrage des « humanités numériques » au sein d’« humanités » distinctes des sciences sociales se reflète ainsi dans les méthodes les plus discutées dans ce domaine. Celles-ci tendent à rester à distance des traitements ou de la constitution de séries statistiques. De manière exemplaire, le syntagme « lecture distante » (distant reading) trouve son origine dans le contraste avec le close reading, une méthode centrale de la critique littéraire. La proposition de Franco Moretti, qui invente l’expression de lecture distante, a une dimension provocatrice évidente. Le « petit pacte avec le diable » qu’il suggère dans un passage souvent cité, celui de ne pas lire les textes (et de quantifier l’usage de certains mots ou d’autres caractéristiques), prend tout son sens parce qu’il s’oppose à l’« exercice théologique » de lire très attentivement un petit nombre de textes considérés comme « canoniques » (Moretti, 2000, p. 57). Or une telle proposition, toute suggestive qu’elle soit, perd une part de son originalité lorsqu’elle est transposée en histoire, où l’idée de mettre des sources en série et de quantifier plutôt que de (seulement) lire attentivement quelques textes primordiaux est au moins aussi vieille que l’École des Annales.

24Ces distinctions ou ces rapprochements se reflètent dans les contributions de ce numéro. Alors que l’économiste Patrizia Battilani discute le développement de la « cliométrie » dans son bilan, Martin Knoll considère au contraire qu’en Autriche et en Allemagne, la faiblesse des relations entre histoire du tourisme et histoire économique et sociale peut constituer un facteur explicatif du peu de publications d’histoire numérique du tourisme. La discussion des projets existants dans l’espace linguistique anglophone met l’accent sur des projets éloignés d’une histoire sociale et économique et proches par exemple des études littéraires (James et Hughes), tandis que les travaux évoqués par Laurent Tissot ressortissent pour certains d’une histoire culturelle et pour d’autres d’une histoire économique et sociale.

Les apports des méthodes informatiques et quantitatives en histoire du tourisme

25Venons-en donc aux utilisations concrètes de méthodes informatiques en histoire du tourisme. Si les approches quantitatives de type statistique n’ont pas attendu la numérisation pour exister, elles sont longtemps restées peu développées, notamment en raison des difficultés méthodologiques liées à la quantification de ce secteur (Tissot, 2003 ; Walton, 2014). Mais les mêmes évolutions ayant touché l’ensemble de la discipline historique ont débouché, en premier lieu, sur une utilisation plus systématique des statistiques touristiques existantes dans les analyses du tourisme. En Suisse, plusieurs publications ont notamment permis de souligner l’importance macroéconomique du secteur touristique sur la longue durée (Püntener, 1994 ; Humair, 2011 ; Tissot et Moser, 2021). Il en va de même en Italie (Battilani et al., 2014 ; Incerpi, 2019). En Espagne, les publications du Tourism History Research Group ont développé des approches statistiques permettant de mieux saisir les évolutions économiques de cette branche d’activité (Vallejo et Larrinaga, 2018). L’historienne et l’historien du tourisme sont toutefois très vite confrontés aux limites des statistiques existantes. L’absence de données chiffrées devient même aiguë lorsque les analyses portent sur les xviiie et xixe siècles. Il s’agit alors de reconstruire ces données chiffrées au moyen de sources diverses. Comme l’illustre bien le Swiss Guestbook Project, les différents types de registres touristiques permettent de reconstruire des ordres de grandeur concernant la quantité et la qualité des voyageurs qui fréquentent un site touristique (Magnin et Vincent). Les auteurs soulignent les difficultés méthodologiques de tels comptages ainsi que la grosse imprécision des résultats, qui doivent être utilisés avec précaution. Une telle prudence est à saluer, que ces remarques découlent de l’ancrage des auteurs dans des disciplines (littérature anglaise et histoire) attentives aux détails et aux cas particuliers, ou d’une prise en compte des discussions en méthodes quantitatives sur la critique de la construction des statistiques (Ruiz, 2015a). Il n’en demeure pas moins que les chiffres reconstruits concernant la nationalité des voyageurs à Zermatt et Chamonix dans les années 1860 sont d’une très grande utilité. Ils mettent notamment en lumière une présence précoce et importante de touristes en provenance du continent américain. Dans la même perspective, signalons les travaux de Michael Heafford qui utilise notamment les registres de passeport de Genève pour évaluer le nombre de touristes anglais venant sur le continent dans les années 1830 (Heafford, 2006, 2021).

26La presse numérisée qui peut être utilisée avec des systèmes de reconnaissance de caractères a également permis des approches quantitatives intéressantes. En Espagne, le Tourism History Research Group a construit un indice d’intensité médiatique du mot « tourisme » basé sur le nombre d’occurrences dans la presse numérisée de la période (1900-1936) (Vallejo et al., 2016 ; Vallejo, 2021). Il permet d’identifier le début de l’intérêt des médias pour le tourisme et l’industrie touristique. Sur la base de revues médicales numérisées, Roberta Limongi a extrait les annonces de conférences scientifiques tenues entre 1840 et 1860 en Italie et en Grande-Bretagne, ce qui lui a permis de construire une base de données concernant 130 congrès. Elle souligne ainsi l’importance du tourisme de congrès au milieu du xixe siècle déjà (Battilani). Une autre démarche quantitative très éclairante est l’étude concernant la gestion du territoire dans la station touristique suisse de Champéry (Lorenzetti et Delmenico, 2017). Celle-ci repose sur l’enregistrement de 1 023 transactions immobilières entre 1874 et 1969 qui ont été repérées dans les archives notariales. Elle permet notamment de dégager une périodisation des ventes en montrant l’accélération des échanges dans les années 1950, en lien avec le développement des infrastructures de sports d’hiver. Elle permet aussi d’identifier un noyau social de quelques familles qui possède le sol et marque de son empreinte la gestion du territoire. Enfin, la contribution portant sur le tourisme de l’Arc lémanique entre 1852 et 1914 donne de nombreuses pistes de reconstruction de séries statistiques (Humair et Gigase). Mentionnons le comptage du parc hôtelier sur la base d’annuaires locaux et régionaux, la construction d’un indice conjoncturel sur la base du nombre de passagers des compagnies de transport à vocation touristique ou encore l’estimation de la rentabilité des capitaux sur la base de revues financières qui publient le cours des actions en bourse et les dividendes distribués par les entreprises touristiques.

27Outre le renouvellement des approches quantitatives de type statistique, la numérisation a permis de gros progrès dans l’analyse de la dimension spatiale du tourisme. Les systèmes d’information géographique historique (en anglais GIS et HGIS) permettent notamment de construire des images spatiales à partir de systèmes de géoréférencement. Différents types de spatialité ont été étudiés au moyen de ces nouvelles technologies. Dans le domaine de l’histoire de l’hôtellerie, deux doctorantes belge et italienne ont réalisé des thèses de doctorat portant sur le développement spatial des établissements hôteliers dans les villes de Milan et Bruxelles (Geronimo, 2008 ; Jourdain, 2011). Ce type d’approches permet également d’analyser les trajectoires des touristes. En s’appuyant principalement sur les livres d’hôtes, un historien a analysé les flux transnationaux de touristes au xixe siècle dans la région de la mer Baltique (Antons, 2021). Il conclut en relativisant l’importance des infrastructures de transport dans l’orientation des flux de touristes, au profit de facteurs culturels et climatiques.

28Les technologies de la cartographie ont également été utilisées dans plusieurs grands projets d’humanités numériques, comme Mapping the Lakes et Deep Map, dont l’objectif est de relier des sources textuelles numérisées, en l’occurrence des récits de voyage, à une carte et des illustrations permettant de se représenter les paysages parcourus (James et Hughes). Des approches relativement semblables ont été adoptées dans deux grands projets d’humanités numériques en Suisse (Tissot). Élaborées à l’Université de Lausanne, les plateformes Viaticalpes et Viatimages permettent des voyages numérisés dans le temps et l’espace alpin. La carte est aussi utilisée dans le projet de numérisation de sources et de photographies retraçant les voyages du médecin et alpiniste suisse Jules Jacot-Guillarmod. Enfin, réalisée sur la base de guides de voyages numérisés, la contribution consacrée à la mondialisation du tourisme offre une analyse de longue durée consacrée à la mise en tourisme des espaces touristiques à l’échelle planétaire (Antonescu).

29Un autre apport très important du processus de numérisation à l’histoire du tourisme concerne l’analyse des acteurs. Outre la multiplication des dictionnaires biographiques et des sites de généalogie en ligne, la numérisation des sources et le perfectionnement de logiciels de bases de données constituent des outils très précieux pour la réalisation d’analyses prosopographiques. Ainsi, la presse numérisée a été l’outil essentiel permettant la prosopographie des pionniers de l’agence de voyages en Espagne (Larrinaga). Quant à la base de données biographiques Biolemano, elle permet l’analyse de près de 1 700 acteurs du système touristique de la région franco-suisse de l’Arc lémanique entre 1852 et 1914 (Chiarelli et Lapointe Guigoz). Ses capacités de recherche rendent possible la composition d’échantillons d’acteurs et leur analyse selon divers questionnements de recherche. Elle a déjà servi à une étude des acteurs financiers du tourisme régional qui éclaire les relations étroites entretenues par les entreprises touristiques avec le monde bancaire (Humair et Chiarelli, 2021). Plus significatif encore, cet outil a permis une analyse globale du système touristique régional, soulignant l’importance d’acteurs jusque-là restés dans l’ombre, comme les ingénieurs, les médecins ou les femmes hôtelières (Humair et Chiarelli, 2023). Le Grand Tour Project est un autre exemple emblématique de ce que les nouvelles technologies informatiques permettent en matière d’analyse des acteurs touristiques (James et Hughes). D’une part, il propose une prosopographie d’architectes qui ont effectué ce grand voyage de formation en identifiant et en cartographiant leurs lieux de destination (Ceserani et al., 2017). D’autre part, la recherche utilise un logiciel d’analyse de réseaux pour identifier les relations entre les différents voyageurs. Une pratique qui ne semble pas s’être beaucoup répandue parmi les spécialistes d’histoire du tourisme, alors même qu’il s’agit sans doute d’une des méthodes numériques les plus en vues3.

30Il en va de même d’une série d’autres méthodes d’analyse quantitative qui ont pourtant fleuri dans d’autres domaines des sciences humaines et sociales, ou sur d’autres objets de la recherche historique. À commencer par l’analyse de texte basée sur la lecture à distance de corpus de sources. Si l’on en croit les contributions de ce numéro, une seule recherche localisée en Suisse a utilisé cette méthode (Tissot). Il s’agit d’une étude portant sur l’univers lexical des revues du Club alpin suisse (Gutknecht et Mathieu, 2020). Les chercheurs analysent sur la longue durée (1864-2014) la terminologie utilisée pour décrire la montagne et s’interrogent sur un éventuel changement de représentation de cet espace. Ils réfléchissent notamment à la disparition progressive de la notion de « sublime ». Soulignons enfin l’absence totale de méthodes quantitatives plus complexes comme l’analyse factorielle ou la régression, outils de prédilection de la sociologie et de l’économétrie, également mais plus rarement mobilisés en histoire (Mercklé et Zalc, 2018).

Internet et histoire publique : une révolution des relations entre recherche et société

31Les potentialités des outils informatiques et la diffusion sociale et géographique d’Internet ont complètement bouleversé les rapports entre les spécialistes de l’histoire et le public. La communication des résultats de la recherche a en effet bénéficié de différentes évolutions qu’il n’est pas possible de détailler ici. D’une part, Internet a démultiplié les consommateurs potentiels d’un contenu d’histoire vulgarisée. D’autre part, l’outil informatique a contribué à rendre les contenus beaucoup plus attractifs en permettant non seulement l’association systématique de sources textuelles et de sources visuelles, mais également l’interactivité entre le public et le matériel historique. En ce qui concerne l’histoire du tourisme, cette attractivité est encore renforcée par les caractéristiques de l’objet d’étude. La pratiquer permet en effet de voyager à la fois dans le temps et dans l’espace, d’admirer des paysages ou encore d’apprécier l’architecture et le décor de palaces qui font rêver. Lire un récit de voyage et franchir les Alpes dans une diligence, c’est un peu partir à l’aventure et découvrir le monde...

32Ce nouveau contexte technique et communicationnel a provoqué un très grand engouement pour la vulgarisation de l’histoire du tourisme et en particulier du voyage. Premièrement, les chercheurs s’efforcent de plus en plus de communiquer les résultats de leurs projets sur des pages internet dédiées, dans une forme plus ou moins adaptée à un large public. Deuxièmement, on assiste à une multiplication des projets de recherche dont la visée d’histoire publique est d’emblée prise en compte. Cette tendance semble particulièrement marquée dans l’espace anglophone (James et Hughes). Troisièmement, les acteurs du tourisme culturel – musées, bibliothèques, associations touristiques – s’intéressent de plus en plus à l’histoire du tourisme vulgarisée comme divertissement et certains en produisent eux-mêmes sur leurs sites (Knoll).

33Ce foisonnement a pour principal avantage de procurer une vitrine aux recherches en histoire du tourisme. Il provoque également la mise en ligne d’un important matériel qui peut être en partie exploité par les chercheuses et les chercheurs. Il faut toutefois évoquer la possibilité d’effets pervers qui pourraient avoir des conséquences plus négatives sur la recherche historique. Le plus important est la tension qui peut résulter entre les objectifs d’une recherche fondamentale et ceux d’une histoire publique. Les questionnements de recherche doivent-ils être formulés en fonction de leur intérêt présumé pour le public ? Comment trouver un équilibre entre la complexité historique mise à jour par une recherche et sa transmission simplifiée et ludique sur un site internet ? Dans quelle mesure faut-il déformer la réalité historique transmise pour la rendre plus compréhensible et attractive pour un large public ? L’allocation des ressources financières est aussi une question qui nécessiterait d’être réfléchie. Les gros projets destinés à l’histoire publique ne vont-ils pas pomper la manne publique au détriment de recherches plus pointues mais moins attractives ? Comment financer la pérennité des sites dédiés à des projets de recherche qui sont limités dans le temps ?

Un bilan du bilan : des perspectives réjouissantes mais aussi de fortes entraves

34Le tour d’horizon effectué sur la base des contributions de ce numéro spécial permet de constater que le processus de numérisation de la recherche historique a eu des effets importants dans le champ spécifique de l’histoire du tourisme. De fait, toutes les étapes de la recherche – mobilisation de l’information, méthodes d’analyse, communication des résultats – ont été impactées dans une certaine mesure. Par ailleurs, les nouvelles méthodes quantitatives et informatiques n’ont pas seulement concerné les gros projets interdisciplinaires en humanités numériques, mais se sont également diffusées dans des projets de recherche disciplinaires collectifs ou individuels.

35La mise en œuvre des nouvelles approches a provoqué des avancées significatives dans certaines problématiques et elle a permis d’éclairer plusieurs aspects du tourisme restés jusqu’alors dans l’ombre. L’un des résultats les plus importants est une meilleure quantification de l’offre touristique en tant que secteur économique, et ce aux différentes échelles, nationale, régionale et locale. Un autre apport important concerne l’analyse des différentes spatialités en action dans la pratique du tourisme : flux de touristes, provenance de la clientèle, répartition géographique du parc hôtelier, géographie de la mise en tourisme. La connaissance des acteurs impliqués dans le développement touristique a également notablement progressé. L’histoire du tourisme s’est par ailleurs profilée comme l’un des champs privilégiés de l’histoire publique avec la mise en ligne de plusieurs plateformes consacrées aux voyages.

36Cela dit, plusieurs contributions soulignent que l’intensité de la mise en œuvre de nouvelles méthodes quantitatives et informatiques est toute relative, le terme de « quantité négligeable » étant même utilisé dans le bilan consacré à l’espace germanique (Knoll). C’est ce constat qui a entraîné le renoncement à un bilan dédié à l’espace francophone, motivé par l’insuffisance du matériel historiographique à traiter. On peut dès lors se poser plusieurs questions, auxquelles il n’est pas aisé d’apporter des réponses. La première concerne d’éventuelles disparités spatio-linguistiques. Au vu des bilans proposés, il semblerait que la composante numérique soit nettement plus développée dans le monde anglophone, où plusieurs projets d’envergure ont été menés. La publication d’un premier bilan dans le Journal of Tourism History tendrait à confirmer ce constat. Le possible retard pris sur le Continent est-il un simple phénomène de décalage chronologique appelé à se résorber, ou est-il à expliquer par des causes plus structurelles liées à l’organisation des disciplines scientifiques, à l’administration des hautes écoles ou encore à des mécanismes de financement ? Un autre élément à prendre en compte pourrait être la provenance disciplinaire ou l’orientation thématique des spécialistes de l’histoire du tourisme : le degré de représentation de l’histoire économique et sociale, promotrice traditionnelle des méthodes quantitatives, pourrait notamment jouer un rôle. Une deuxième question est celle d’une périodisation de la diffusion des nouvelles méthodes. Sur la base des contributions, il est très difficile de définir une césure temporelle qui marquerait une intensification de leur usage. La question générationnelle n’est pas non plus abordée dans les bilans : les jeunes historiens sont-ils plus versés dans les méthodes quantitatives et informatiques ?

37Il est en revanche possible d’apporter une réponse, certes partielle, à une troisième question, celle des causes de l’utilisation parcimonieuse de ces nouvelles méthodes en histoire du tourisme. En effet, les contributions relèvent et discutent toute une série de limitations et de difficultés méthodologiques dans leur mise en œuvre. La première, qui revient dans plusieurs contributions, est la résistance que les sources historiques opposent à un encodage de l’information permettant ensuite la lecture à distance ou la géolocalisation. Dans certains cas, il est tout simplement impossible d’appliquer les nouvelles technologies en raison de la mauvaise qualité de la source ou d’une écriture manuscrite (Magnin et Vincent). Dans d’autres cas, l’encodage et/ou la mauvaise qualité du système de reconnaissance pose de gros problèmes de fiabilité du matériel et donc des résultats de la recherche. Le changement de la dénomination des lieux et de leur orthographe au cours du temps pose d’énormes problèmes aux logiciels de géolocalisation (Antonescu). De ces difficultés découle la nécessité de procéder à une saisie de données manuelle ou à la vérification systématique des données saisies informatiquement. Il en résulte une débauche d’énergie et une dépense de temps et d’argent qui posent la question de la pertinence de l’opération. Dans le cadre d’un projet de recherche, ces démarches peuvent en effet nuire à l’approche qualitative des sources qui est souvent indispensable à l’analyse. Il en résulte certaines difficultés à mener de front et en complémentarité les deux approches qualitative et quantitative. Enfin, il est indéniable qu’à un certain niveau de complexité, l’application des méthodes quantitatives et informatiques requiert, en dépit de l’existence de logiciels spécialisés, des compétences techniques et mathématiques relativement pointues, qu’il n’est pas toujours évident d’acquérir. Lorsque l’interdisciplinarité se pose en passage obligé, deux contraintes peuvent être fortement dissuasives : la nécessité de mobiliser des moyens financiers qui sortent souvent des cadres normaux des projets de recherches en sciences humaines ; la collaboration avec les ingénieurs informaticiens ou autres statisticiens qui est susceptible de contraindre les questionnements de la recherche ou tout au moins de compliquer la gestion du projet de recherche.

38À l’image de toute nouvelle technologie dans ses rapports avec le tissu social, il faut donc être conscient que la révolution du numérique comporte des avantages et des inconvénients qu’il s’agit de gérer au mieux collectivement et individuellement. Les hautes écoles et les institutions doivent ainsi adapter leur gestion de la recherche aux nouvelles réalités numériques et permettre aux chercheuses et chercheurs de s’approprier ces nouveaux outils avec comme finalité d’améliorer la qualité de leurs travaux. En outre, les historiennes et historiens doivent avoir conscience des dangers épistémologiques que comportent une dérive quantitative (seulement des chiffres) ou une utilisation non maîtrisée de ces méthodes. Il est par ailleurs indispensable que les spécialistes de la branche s’opposent à la domination des disciplines spécialistes du numérique, en refusant de subordonner la recherche historique et ses questionnements aux impératifs techniques et financiers, ou à la recherche d’un succès public.

39Au-delà de ces préoccupations, notons enfin une thématique absente de ce numéro et qui mériterait pourtant réflexion. Les contributions ne questionnent pas l’empreinte environnementale des pratiques d’histoire numérique. De manière générale, les émissions de gaz à effet de serre liées au numérique ne cessent de croître, et cet enjeu concerne bien évidemment aussi la recherche historique dans son ensemble, y compris dans le recours accru à des sources et ressources en ligne. Si certains praticiens des humanités numériques ont publiquement appelé à se saisir de la question (Baillot et al., 2021), elle reste peu explorée. Le problème est particulièrement aigu pour les grands projets ayant recours à une grande puissance de calcul et à des méthodes informatiques poussées (p. ex. machine learning), opérations très gourmandes en électricité. Il serait ainsi important de s’interroger sur l’apport des efforts de recherche en relation avec leurs conséquences environnementales.

Haut de page

Bibliographie

Sally Alexander et Alun Howkins, « Digital Sources, Access and “History of a Nation”? », History Workshop Journal, vol. 71, p. 1‑4, 2011 [https://doi.org/10.1093/hwj/dbr014].

Carrie Anderson, Giovanna Ceserani, Christopher Donaldson, Ian N. Gregory, Melanie Hall, Adam T. Rosenbaum et Joanna E. Taylor, « Digital humanities and tourism history », Journal of Tourism History, vol. 9, p. 246‑269, 2017 [https://doi.org/10.1080/1755182X.2017.1419455].

Jan-Hinnerk Antons, « Historisch-Geografische Informationssysteme (HGIS) in der Tourismusgeschichte: Transnationale Besucherströme des Ostseetourismus im 19. Jahrhundert », Zeitschrift für Ostmitteleuropa-Forschung, vol. 70, p. 357‑388, 2021 [https://doi.org/10.25627/202170311016].

Anne Baillot et al., « Digital Humanities and the Climate Crisis: a manifesto », 2021 [https://dhc-barnard.github.io/dhclimate/].

Patrizia Battilani, Emanuele Felice et Vera Zamagni, « Il valore aggiunto dei servizi 1861-1951: la nuova serie a prezzi correnti e prime interpretazioni », Quaderni di storia economica, no 33, 2014 [https://www.bancaditalia.it/pubblicazioni/quaderni-storia/2014-0033/QSE-33.pdf].

Adrian Bingham, « The Digitization of Newspaper Archives: Opportunities and Challenges for Historians », Twentieth Century British History, vol. 21, p. 225‑231, 2010 [https://doi.org/10.1093/tcbh/hwq007].

Catherine Bishop, « The Serendipity of Connectivity: piecing together women’s lives in the digital archive », Women’s History Review, vol. 26, p. 766‑780, 2017 [https://doi.org/10.1080/09612025.2016.1166883].

Estelle Bunout, Maud Ehrmann et Frédéric Clavert (dir.), Digitised Newspapers – A New Eldorado for Historians? Reflections on Tools, Methods and Epistemology, Boston, De Gruyter, 2022 [https://doi.org/10.1515/9783110729214].

Giovanna Ceserani, Giorgio Caviglia, Nicole Coleman, Thea De Armond, Sarah Murray et Molly Taylor-Poleskey, « British Travelers in Eighteenth-Century Italy: The Grand Tour and the Profession of Architecture », The American Historical Review, vol. 122, no 2, 2017, p. 425-450 [https://doi.org/10.1093/ahr/122.2.425].

Benoît de Courson, Benjamin Azoulay, Clara de Courson, Laurent Vanni et Étienne Brunet, « Gallicagram : les archives de presse sous les rotatives de la statistique textuelle », Corpus, no 24, 2023 [https://doi.org/10.4000/corpus.7944].

Nicolas Delalande et Julien Vincent, « Portrait de l’historien-ne en cyborg », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 58, no 4bis, p. 5‑29, 2012 [https://doi.org/10.3917/rhmc.585.0005].

François Furet, « Histoire quantitative et construction du fait historique », Annales, vol. 26, n1, p. 63‑75, 1971 [https://doi.org/10.3406/ahess.1971.422459].

Giuliana Geronimo, Milano Ospitale 1827-1914: storia e storie di un secolo degli alberghi milanesi con cartografia storica e nuove tecnologie Web-GIS, thèse de doctorat (Storia e informatica), Università di Bologna, 2008 [http://amsdottorato.unibo.it/1146/1/Tesi_Geronimo_Giuliana.pdf].

Elisa Grandi et Émilien Ruiz, « Ce que le numérique fait à l’historien.ne », Diacronie. Studi di Storia Contemporanea, no 10, 2012 [https://doi.org/10.4000/diacronie.2780].

Pascal Gutknecht et Jon Mathieu, « “Erhabene Berge”. Eine korpuslinguistische Studie zu den Periodika des Schweizer Alpen-Clubs von 1864 bis 2014 », Histoire des Alpes, vol. 25, p. 215‑234, 2020 [https://doi.org/10.5169/seals-905989].

Michael Heafford, « British travellers in early nineteenth-century registers and guest books », Studies in Travel Writing, vol. 25, no 3, p. 374‑388, 2021 [https://doi.org/10.1080/13645145.2022.2084009].

Michael Heafford, « Between Grand Tour and Tourism. Britisch travellers to Switzerland in a period of transition 1814-1860 », The Journal of Transport History, vol. 27, no 1, p. 25‑41, 2006 [https://doi.org/10.7227/TJTH.27.1.4].

Tobias Hodel, « Das kleine Digitale. Ein Plädoyer für Kleinkorpora und gegen Großprojekte wie Googles Ngram-Viewer », Nach Feierabend. Zürcher Jahrbuch für Wissensgeschichte, vol. 9, p. 103‑119, 2013.

Pat Hudson, History by numbers: An introduction to quantitative approaches, Londres, Arnold, 2000.

Cédric Humair, « Introduction. Le tourisme comme moteur du développement socio-économique et vecteur du rayonnement international de la Suisse (xixe-xxe siècles) », dans Cédric Humair et Laurent Tissot (dir.), Le tourisme suisse et son rayonnement international (xixe-xxe siècles). « Switzerland, the playground of the World », Lausanne, Antipodes, 2011, p. 9‑54.

Cédric Humair et Jan Chiarelli, « Grasping and understanding the actors of a regional tourism system: the inputs of the Biolemano biographical database (Lake Geneva region, 1852-1914) », Journal of Tourism History, vol. 15, p. 84‑111, 2023, [https://doi.org/10.1080/1755182X.2023.2197440].

Cédric Humair et Jan Chiarelli, « Le rôle des banquiers privés dans le développement touristique de la région franco-suisse de l’Arc lémanique (1852-1914). Approches quantitatives et qualitatives à partir de la base de données biographiques Biolemano », dans Gregorini Giovanni et Semeraro Riccardo (dir.), Turismo 4.0. Storia, digitalizzazione, territorio, Milano, Vita et Pensiero, 2021, p. 3‑27 [https://serval.unil.ch/resource/serval:BIB_D90CDFFE2D53.P001/REF].

Kathryn M. Hunter, « Silence in Noisy Archives: Reflections on Judith Allen’s “Evidence and Silence – Feminism and the Limits of History” (1986) in the Era of Mass Digitisation », Australian Feminist Studies, vol. 32, p. 202‑212, 2017 [https://doi.org/10.1080/08164649.2017.1357009].

Andrea Incerpi, « Balancing the Current Account: Remittances and Tourism in Italy, 1861-1914 », Rivista di storia economica, no 3, p. 269-294, 2019 [https://doi.org/10.1410/98220].

Virginie Jourdain, L’hôtellerie bruxelloise 1880-1940. Acteurs, structures et logiques spatiales d’un secteur multiforme, thèse de doctorat (histoire, art et archéologie), Université libre de Bruxelles / Université de Neuchâtel, 2011 [https://libra.unine.ch/entities/publication/a0d86729-a763-4676-bde5-481efafe5b06/details].

Alexander Koplenig, « The impact of lacking metadata for the measurement of cultural and linguistic change using the Google Ngram data sets—Reconstructing the composition of the German corpus in times of WWII », Digital Scholarship in the Humanities, vol. 32, no 1, p. 169‑188, 2017 [https://doi.org/10.1093/llc/fqv037].

Simone Lässig, « Digital History », Geschichte und Gesellschaft, vol. 47, p. 5‑34, 2021 [https://doi.org/10.13109/gege.2021.47.1.5].

Edgar Lejeune, Médiévistes et ordinateurs. Organisations collectives, pratiques des sources et conséquences historiographiques (1966-1990), thèse de doctorat (histoire contemporaine), Université de Paris / Université Paris Diderot (Paris 7), 2021 [https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-03598652].

Emmanuel Le Roy Ladurie, « L’historien et l’ordinateur », dans Emmanuel Le Roy Ladurie (dir.), Le territoire de l’historien, vol. 1, Paris, Gallimard, 1973, p. 11‑14.

Claire Lemercier, « Une histoire sans sciences sociales ? », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 70e année, p. 345‑357, 2015 [https://doi.org/10.1353/ahs.2015.0008].

Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 2008.

Antoine Lilti, « Le pouvoir du crédit au xviiie siècle », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 70e année, p. 957‑978, 2015 [https://doi.org/10.1353/ahs.2015.0174].

Luigi Lorenzetti et Daniela Delmenico, « La transition touristique d’une “station-village”. Multipositionnalité et gestion foncière à Champéry (Valais), 1870-1970 », Journal of Alpine Research / Revue de géographie alpine, vol. 105, no 4, 2017 [https://doi.org/10.4000/rga.3643].

Pierre Mercklé et Claire Zalc, « Peut-on modéliser la persécution ? Apports et limites des approches quantifiées sur le terrain de la Shoah », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 73e année, p. 923‑957, 2018 [https://doi.org/10.1017/ahss.2019.95].

Jean-Baptiste Michel et al., « Quantitative Analysis of Culture Using Millions of Digitized Books », Science, no 6014, p. 176‑182, 2011 [https://doi.org/10.1126/science.1199644].

Ian Milligan, The Transformation of Historical Research in the Digital Age, Cambridge, Cambridge University Press, 2022 [https://doi.org/10.1017/9781009026055].

Ian Milligan, « Illusionary Order: Online Databases, Optical Character Recognition, and Canadian History, 1997–2010 », The Canadian Historical Review, vol. 94, p. 540‑569, 2013 [https://doi.org/10.3138/chr.694].

Franco Moretti, « Conjectures on World Literature », New Left Review, no 1, p. 54‑68, 2000.

Peter Püntener, « Der Beitrag des Fremdenverkehrs zur Entwicklung der Schweizer Wirtschaft (1850-1913) », dans Andreas Ernst et al. (dir.), Kontinuität und Krise: sozialer Wandel als Lernprozess. Beiträge zur Wirtschafts- und Sozialgeschichte der Schweiz: Festschrift für Hansjörg Siegenthaler, Zürich, Chronos, 1994, p. 51‑60.

Lara Putnam, « The Transnational and the Text-Searchable: Digitized Sources and the Shadows They Cast », The American Historical Review, vol. 121, p. 377‑402, 2016 [https://doi.org/10.1093/ahr/121.2.377].

Émilien Ruiz, « Quantifier une abstraction ? L’histoire du “nombre fonctionnaires” en France », Genèses, no 99, p. 131‑148, 2015a [https://doi.org/10.3917/gen.099.0131].

Émilien Ruiz, « Les historien-nes et le numérique : usages et besoins de formation », La boîte à outils des historien·ne·s (blog), 2015b [https://boiteaoutils.info/2015/03/historiens-numerique/].

Hannu Salmi, What is digital history?, Medford, Polity Press, 2021.

Laura Spinney, « History as a giant data set: how analysing the past could help save the future », The Guardian, 12 novembre 2019 [https://www.theguardian.com/technology/2019/nov/12/history-as-a-giant-data-set-how-analysing-the-past-could-help-save-the-future].

Laurent Tissot, « Storia del turismo e storia economica : considerazioni metodologiche ed epistemologiche », dans Andrea Leonardi et Hans Heiss (dir.), Turismo e sviluppo in area alpina. Secoli XVIII-XX, Innsbruck, Studien Verlag, 2003, p. 23‑41.

Laurent Tissot et Peter Moser, « Économie intérieure, tourisme et agriculture », dans Patrick Halbeisen, Margrit Müller et Beatrice Veyrassat (dir.), Histoire économique de la Suisse au xxe siècle, Neuchâtel, Éditions Livreo-Alphil, 2021, p. 551‑654.

Elisa Tizzoni, Il turismo e la costruzione dell’Europa : le politiche turistiche dei paesi europei tra sviluppo economico e soft power, Milan, Franco Angeli, 2021.

Robert B. Townsend, « Historians and the Technologies of Research », Perspectives on History. The newsmagazine of the American Historical Association, 1er octobre 2017 [https://www.historians.org/publications-and-directories/perspectives-on-history/october-2017/historians-and-the-technologies-of-research].

Robert B. Townsend, « How Is New Media Reshaping the Work of Historians? », American Historical Association, 1er novembre 2010 [https://www.historians.org/publications-and-directories/perspectives-on-history/november-2010/how-is-new-media-reshaping-the-work-of-historians].

Rafael Vallejo, « Spain in international tourism. A backward and emerging country (1900-1939) », dans Giovanni Gregorini et Riccardo Semeraro (dir.), Turismo 4.0. Storia, digitalizzazione, territorio, Milano, Vita et Pensiero, 2021, p. 65‑94.

Rafael Vallejo et Carlos Larrinaga (dir.), Los orígenes del Turismo en España. El nacimiento de un país turístico, 1900-1939, Madrid, Silex, 2018.

Rafael Vallejo, Elvira Lindoso et Margarita Vilar, « Los antecedentes del turismo de masas en España, 1900-1936 », Revista de la historia de la economía y de la empresa, no 10, p. 137‑188, 2016.

Dominique Vinck et Enrico Natale, « La transformation des sciences historiques : la part du numérique », dans Adriana Gorga et Jean-Philippe Leresche (dir.), Disciplines académiques en transformation : entre innovation et résistances, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2015, p. 89‑104.

John K. Walton, « Tourism and Industrialization, c. 1730-1914 », dans Marc Gigase, Cédric Humair et Laurent Tissot (dir.), Le tourisme comme facteur de transformations économiques, techniques et sociales (xixe-xxe siècles) / Tourism as a factor of economic, technical and social transformations (19th-20th centuries), Neuchâtel, Alphil, 2014, p. 41‑57.

Haut de page

Notes

1 https://hsso.ch [consulté en décembre 2023].

2 Emmanuel Le Roy Ladurie, « La fin des érudits. L’historien de demain sera programmeur ou ne sera pas », Le Nouvel Observateur, 8 mai 1968. Le texte est réimprimé sous un titre différent dans Le Roy Ladurie, 1973.

3 Voir : https://historicalnetworkresearch.org/ [consulté en décembre 2023].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Chachereau et Cédric Humair, « Méthodes informatiques et quantitatives en histoire du tourisme : apports et limites »Mondes du Tourisme [En ligne], 24 | 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/tourisme/6201 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tourisme.6201

Haut de page

Auteurs

Nicolas Chachereau

Assistant-postdoc, département d’histoire, Université de Bâle
Collaborateur scientifique, École polytechnique fédérale de Lausanne
nicolas[at]unibas.ch

Cédric Humair

Maître d’enseignement et de recherche, section d’histoire, Université de Lausanne
Cedric.Humair[at]unil.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search