Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24Études de casBiolemano : base de données biogr...

Études de cas

Biolemano : base de données biographiques et analyse prosopographique

Biolemano: biographical database and prosopographical analysis
Jan Chiarelli et Julie Lapointe Guigoz

Résumés

La base de données biographiques Biolemano a été mise en ligne à l’été 2021. Fruit de plus de dix ans de recherches, elle contient des informations biographiques sur près de 1 800 personnes impliquées dans le système touristique de la région franco-suisse de l’Arc lémanique entre 1852 et 1914. S’appuyant sur l’exploitation d’un corpus de sources conséquent, cette base n’est pas qu’un simple outil de consultation. Elle a au contraire pour ambition de fournir des possibilités de recherche novatrices dans le champ de l’histoire du tourisme. Cette contribution se divise en trois parties. La première présente les étapes méthodologiques de la constitution de Biolemano. Une attention particulière est portée à l’ensemble du corpus de sources mobilisées et à ses limites. La seconde partie met en évidence le potentiel de recherche de ce nouvel outil numérique. Les nombreuses possibilités qu’il offre sont illustrées à l’aide d’exemples qui visent à montrer de quelles manières une base de données peut contribuer à l’histoire du tourisme. Une dernière partie développe ce potentiel analytique à travers l’analyse du rôle des femmes actives dans l’hôtellerie. Cette étude de cas permet de saisir l’importance d’une catégorie d’acteurs dans le développement du système touristique lémanique, acteurs jusqu’à présent restés dans l’ombre de ce champ de recherches.

Haut de page

Texte intégral

1À partir du xviiie siècle, la région de l’Arc lémanique est le théâtre d’un développement de l’activité touristique qui s’accélère durant tout le xixe siècle et connaît son âge d’or à la Belle Époque. Située autour du lac Léman (ou lac de Genève), à cheval entre la Suisse et la France, cette région s’articule autour de quatre pôles touristiques principaux que sont Genève, Lausanne, Vevey-Montreux du côté suisse et Évian-les-Bains du côté français. L’historiographie consacrée à cette région s’est principalement concentrée sur les atouts qui lui ont permis d’attirer les touristes et de se positionner dans des segments spécifiques, comme les tourismes sanitaire, éducatif ou encore sportif (Tissot, 2000 ; Breuillaud-Sottas, 2003 ; Revue historique vaudoise, 2006 ; Favre et Vonnard, 2015). Une autre dimension de cette success story, pourtant décisive, a cependant passablement été délaissée : parmi les ingrédients indispensables au succès de l’activité touristique, la qualité de l’offre proposée joue un rôle essentiel. Les composantes principales en sont l’hébergement, la mobilité et le divertissement. Pour parvenir à appréhender la complexité des rapports qui lient ces différents domaines, le concept de « système socio-technique », mis au point par des historiens de la technique et appliqué à l’histoire du tourisme par Laurent Tissot (Tissot, 2004a, 2004b), a été mobilisé. Il repose sur l’idée que l’efficacité d’un système touristique nécessite la combinaison d’une multitude d’acteurs et d’infrastructures visant à répondre aux besoins et aux attentes de la clientèle. Ainsi, l’offre touristique repose sur l’interaction de plusieurs dimensions qui relèvent de la technique, du politique, du juridique ou encore du financement. Possédant des compétences et des réseaux propres, les acteurs de ces domaines interagissent afin d’assurer le bon fonctionnement du système touristique. Comment réussir à appréhender ces acteurs et leurs liens pour en faire une analyse cohérente ? S’il faut relever le peu de réflexions méthodologiques sur le sujet (Tissot, 2003 ; Humair et al., 2017), les historiens disposent en revanche d’un large panel de méthodes quantitatives qui ont été développées comme outils d’analyse ces dernières années (Saly, 1991 ; Lemercier et Zalc, 2008). Dans ces conditions, la prosopographie s’est imposée comme l’outil le plus approprié. Prenant la forme d’une biographie collective, elle consiste à analyser les caractéristiques communes d’un groupe d’acteurs par le recours à une étude collective (Stone, 1971). Afin de saisir dans toutes leurs complexités les spécificités des acteurs de l’offre du système touristique de l’Arc lémanique entre 1852 et 1914, l’outil informatique s’est retrouvé au cœur du processus. Les données récoltées ont été traitées au sein d’une base de données biographiques nommée Biolemano1. Résultat de plus de dix ans de recherches qui ont mobilisé une demi-douzaine de personnes, elle a été mise en ligne à l’été 2021 et est désormais librement accessible2.

Présentation et structure de la base

2La base de données Biolemano est née en 2008 dans le cadre d’un projet de recherche financé par le Fonds national suisse (FNS). Intitulé « Système touristique et culture technique dans l’Arc lémanique : acteurs, réseaux sociaux et synergies (1852-1914) », il a duré jusqu’en 2012. Parmi les publications liées à ce projet, citons une synthèse des résultats, parue en 2014 (Humair et al., 2014). À l’issue du projet du FNS, la base de données Biolemano était un outil de travail extrêmement intéressant, mais incompatible avec une utilisation par le public. À partir de 2014, une seconde phase a débuté grâce à des ressources logistiques et financières fournies par la faculté des lettres de l’Université de Lausanne. Pendant près de six ans, un travail approfondi de recherches a été mené pour compléter le contenu de la base. Une troisième étape a consisté à vérifier systématiquement les informations et à uniformiser l’ensemble des données présentes dans la base. En parallèle, un travail informatique de longue haleine a été nécessaire pour que Biolemano soit compatible avec une utilisation en ligne.

3La principale conséquence du temps long de cette recherche, répartie sur plus de dix ans, est l’émergence de critères qui n’avaient pas été intégrés au départ, mais qui se sont révélés importants pour une approche prosopographique. Le processus d’analyse, comme celui de constitution de la base, a donc évolué au fur et à mesure de la recherche. Ainsi, l’origine et la nationalité des acteurs et actrices se sont imposées comme des données nécessaires à prendre en compte pour l’analyse. Des recherches complémentaires ont été menées sur ces aspects et de nouvelles rubriques ont été créées dans les fiches pour intégrer ces informations. Tel est également le cas de l’intégration des actrices à la base de données, qui se sont avérées être bien plus importantes que les premières recherches ne l’avaient laissé présager. Il a en effet été nécessaire de spécifier les termes contenus dans les rubriques afin de pouvoir distinguer les hommes des femmes et ainsi entreprendre des études spécifiques dans cette direction. Enfin, de nouvelles sources ont été progressivement disponibles. La mise en ligne d’une série de titres de presse numérisés a permis de compléter les recherches antérieures sur divers aspects. Dans ce même ordre d’idée, l’accès à des journaux locaux a fourni de la matière pour améliorer l’identification de certains acteurs.

4Biolemano est une base de données biographiques. Quels ont été les critères de sélection pour intégrer des personnages dans la base ? Il s’agit d’acteurs et d’actrices actifs et actives dans au moins l’une des trois dimensions de l’offre touristique lémanique entre 1852 et 1914, soit l’hébergement, le transport et le divertissement. La première catégorie de personnes exerce son activité professionnelle dans une entreprise de l’un de ces trois secteurs. La deuxième catégorie possède au moins un mandat d’administrateur au sein d’une société de transport ou d’hébergement, ou siège dans les instances dirigeantes d’une société ayant une vocation touristique (société de développement, société de divertissement ou société d’hôteliers). Afin de saisir la composition des instances dirigeantes de ces entreprises et sociétés, un corpus conséquent de sources a été mobilisé. Il s’agit tout d’abord des archives d’entreprises et des rapports des conseils d’administration. Le recours aux actes de sociétés des tribunaux de districts vaudois et du tribunal de commerce genevois a permis de compléter la composition de la direction et du conseil d’administration de nombreuses sociétés avant 1883. Après cette date, la Feuille officielle suisse du commerce, qui résulte de la centralisation du droit commercial suisse, a facilité la reconstitution de l’organisation interne des sociétés3. La presse numérisée a également fourni des informations plus ponctuelles sur l’évolution de l’ensemble des acteurs collectifs4. Dans le domaine hôtelier, la consultation des annuaires locaux et régionaux a permis de reconstituer une partie du tissu hôtelier des quatre principaux pôles de l’Arc lémanique (Humair, 2011). Pour les établissements d’une certaine taille, la Revue suisse des hôtels offre la possibilité de suivre l’évolution de leur gestion (propriétaires, directeurs, gérants) et apporte des informations précieuses5. Pour les pensions et les petits hôtels, des données plus hétérogènes ont été trouvées dans la presse en ligne et dans les annuaires locaux.

5À l’aide de ces différentes ressources, un large échantillon de dirigeants et d’administrateurs a pu être constitué. Un travail poussé d’identification des acteurs individuels a été mené dans un second temps en se basant sur un éventail de sources conséquent. Il a commencé par la consultation systématique d’outils biographiques, tels que le Dictionnaire historique de la Suisse disponible en ligne et le Dictionnaire historique et biographique de la Suisse sur version papier (Attinger et al., 1921-1934)6. Les dictionnaires d’étudiants et de professeurs contiennent également des informations pour reconstituer les étapes de formation et la trajectoire professionnelle des acteurs et actrices sélectionnés (Stelling-Michaud et Stelling-Michaud, 1966-1980 ; Robert et Panese, 2000 ; Kiener et Robert, 2005). Pour certains personnages, les archives des communes ou des cantons disposent parfois de fonds familiaux ou de notices biographiques. Dans la plupart des cas, seul un recours aux notices nécrologiques dans la presse en ligne, à la Revue suisse des hôtels et à la Feuille officielle suisse du commerce a permis de reconstituer le parcours des acteurs individuels du système touristique. Les ouvrages et sites de généalogie ont également fourni des informations utiles7, tandis que la numérisation des registres d’état civil a facilité leur consultation à Genève et dans le canton de Vaud8. Enfin, des revues plus spécifiques, tel le Bulletin technique de la Suisse romande, ont également été interrogées9. Biolemano repose donc sur une masse importante d’informations. Des recherches approfondies ont en effet été menées sur un large spectre d’acteurs collectifs : 75 entreprises hôtelières, 70 compagnies de transport, 15 sociétés de divertissement, 11 sociétés d’hôteliers et 10 sociétés de développement. La base contient désormais des informations à propos de 1 761 personnes impliquées dans le système touristique de l’Arc lémanique entre 1852 et 1914, contre 1 325 en 2015. Pour présenter ce travail de manière cohérente, la fiche de chaque acteur et actrice de la base a été structurée en cinq pages : informations familiales ; parcours de formation ; activités professionnelles et politiques ; activités de sociabilité ; et sources utilisées pour remplir la fiche. Un double système de renvoi a également été intégré à Biolemano : un renvoi interne (entre les fiches contenues dans la base) offre la possibilité de saisir les liens familiaux et professionnels de chaque acteur ; un renvoi externe indique si le personnage possède une fiche dans le Dictionnaire historique de la Suisse.

6Malgré l’importance de ces recherches, Biolemano ne peut prétendre à l’exhaustivité et présente un certain nombre de limites inhérentes à ce type de travail. La principale a trait à l’absence de vision diachronique. Les sources mobilisées étant surtout disponibles à partir des dernières décennies du xixe siècle, c’est en particulier l’offre touristique de la Belle Époque qui est reflétée dans cette base. Il n’est donc pas possible, à partir de cette base, d’analyser les évolutions qui interviennent dans la structure du système touristique sur la période 1852-1914. Une seconde limite porte sur les choix qui ont été faits en raison des ressources à disposition. Ils concernent en premier lieu le rôle de certains acteurs collectifs. Les sociétés se situant en marge du système touristique, comme les entreprises de transport routier, les agences de voyages ou les pensionnats accueillant de jeunes étrangers, n’ont pas fait l’objet de recherches approfondies. De la même manière, les entreprises et les sociétés situées en-dehors des quatre principaux pôles retenus (Genève, Lausanne, Vevey-Montreux et Évian-les-Bains) n’ont pas été investiguées. C’est également le cas des données portant sur les acteurs et actrices présents sur la rive savoyarde du lac Léman, qui ont été plus difficiles à rassembler. Un travail en archives conséquent aurait été nécessaire pour mieux les identifier. Une troisième limite concerne la population représentée dans cette base de données. Les informations sont rarement disponibles pour toute une série de petites entreprises, comme les hôtels et les pensions de moindre envergure, qui ne figurent pas dans les annuaires. Dans cette même perspective, il faut également souligner que les renseignements concernant les salariés et les employés des entreprises actives dans l’une ou l’autre des dimensions de l’offre touristique font le plus souvent défaut. Il ressort donc essentiellement de Biolemano une biographie collective des acteurs qui assument la gouvernance de l’offre touristique. Une quatrième limite porte sur la qualité des sources numérisées, qui constituent une part importante du matériel consulté. En l’état actuel, ces numérisations posent un certain nombre de problèmes. Le principal concerne la reconnaissance des caractères, qui n’est pas toujours optimale. Par exemple, un certain nombre d’occurrences dans la Feuille officielle suisse du commerce n’apparaissent pas lors des recherches en ligne. Vraisemblablement, les informations portant sur certains personnages auraient été bien plus complètes par un recours aux sources papier, ce qui aurait en revanche nécessité un investissement en temps et en énergie bien plus considérable. Enfin, il est important de souligner qu’en dépit des recherches approfondies menées, plusieurs fiches demeurent incomplètes pour certaines sociétés et de nombreuses personnes. En conséquence, les décomptes qui suivent doivent être considérés comme des ordres de grandeur minimums et non comme des pourcentages exacts.

Potentiel de recherche de la base de données biographiques Biolemano

7La base de données Biolemano offre un vaste potentiel de recherche. Trois possibilités s’offrent aux utilisateurs et utilisatrices : la consultation simple ainsi que deux masques de recherche élaborés afin d’optimiser l’accès à l’information. Le mode « Consultation » permet d’accéder à la liste des acteurs et actrices compris dans la base, classés par ordre alphabétique. Avec la « Recherche simple », une recherche nominale par patronyme, entreprise hôtelière, entreprise de transport, société à vocation touristique et hôtel est possible en parcourant les cinq menus déroulants. En sélectionnant une entrée, toutes les fiches contenant ce nom apparaissent. Le mode « Recherche avancée » offre quant à lui un potentiel analytique novateur en permettant d’interroger chacune des rubriques contenues dans les cinq pages de chaque fiche. Une première fonctionnalité consiste à utiliser plusieurs critères sur une seule recherche, critères qui peuvent être multipliés à volonté. L’intérêt de cette manipulation est de fournir un éclairage nouveau sur une problématique bien précise en croisant l’information contenue dans plusieurs rubriques de la base de données. Le parcours des ingénieurs illustre bien ce potentiel. Dans Biolemano, 158 acteurs ont une formation avérée d’ingénieur ; ce chiffre n’est toutefois pas exhaustif et il est possible que des recherches ultérieures viennent compléter le parcours de formation des personnages de la base. En ajoutant comme critère le lieu de formation, on constate que 40 % d’entre eux (62 ingénieurs) sont formés à l’École d’ingénieurs de Lausanne, fondée en 1853 et devenue en 1969, après plusieurs changements de nom, l’École polytechnique fédérale de Lausanne. Cette première recherche permet de mettre en évidence la forte mobilité des acteurs de la sphère de la technique intervenant dans le système touristique de l’Arc lémanique, puisque 60 % d’entre eux sont formés en dehors de cette région (Humair et Chiarelli, 2023). En ajoutant comme critère d’analyse le lieu d’activité professionnelle des ingénieurs formés à Lausanne, il apparaît qu’ils sont 71 % (soit 44 sur 62) à exercer à Lausanne. Ce résultat indique que les acteurs ayant réalisé leurs études à Lausanne ont tendance à rester dans cette ville pour y pratiquer leur activité. À l’image de cette thématique, d’autres recherches seraient l’occasion de poser de nouvelles questions peu présentes dans l’historiographie.

8Une autre fonctionnalité offerte aux utilisateurs et utilisatrices de Biolemano est de restreindre ou de développer une recherche selon un ou plusieurs critères. L’intérêt de cette manipulation est de pouvoir créer des échantillons très précis. Par exemple, il devient ainsi possible de quantifier la mobilité géographique des hôteliers. En s’intéressant au parcours d’un seul acteur, plusieurs études ont déjà montré la propension des acteurs des milieux hôteliers à se déplacer durant leur carrière professionnelle (voir par exemple Cuonz et Hirtler, 2015). Il est désormais possible de préciser les grandes lignes de la mobilité hôtelière au sein de l’Arc lémanique. En se limitant au côté suisse du lac, on s’aperçoit que la mobilité des hôteliers est importante : au moins 24 % des hôteliers d’origine lémanique (45 sur 186) présents dans la base travaillent dans deux des pôles régionaux. De ce point de vue, Vevey-Montreux fait office de pôle d’attraction principal, attirant 13 % de l’ensemble des hôteliers d’origine lémanique, contre 8 % pour Lausanne et 2 % pour Genève. En ajoutant comme critère supplémentaire les autres pôles d’activité figurant en dehors de l’Arc lémanique, l’analyse révèle que cette région semble être une étape professionnelle importante dans le parcours des hôteliers (Humair et Chiarelli, 2023). Sur les 45 hôteliers d’origine lémanique actifs dans deux pôles, au moins 31 d’entre eux (69 %) pratiquent à un moment donné leur activité en dehors de l’Arc lémanique. Parmi eux, notons qu’ils sont 16 à être venus travailler dans un pôle lémanique avant de repartir poursuivre leurs activités en dehors de la région. Grâce à ces différents critères de recherche, Biolemano offre un potentiel de recherche étendu permettant d’envisager d’approfondir des thématiques liées à l’histoire du tourisme et d’en fournir une approche quantitative.

9Grâce à cet outil, des recherches dans plusieurs directions sont envisageables. Une première approche consisterait en une analyse prosopographique des différentes catégories professionnelles. Ces dernières années, plusieurs travaux ont ainsi montré les liens entre les acteurs de la médecine régionale et le développement du tourisme sanitaire (Esposito, 2017), ou le rôle des banquiers privés dans l’épanouissement du tourisme lémanique (Humair et Chiarelli, 2021). Une analyse prosopographique pourrait également porter sur un acteur collectif du système touristique.

10Une deuxième approche pourrait consister en une analyse des réseaux, qu’ils soient familiaux, professionnels ou relevant de la sociabilité touristique ou technique. Dans cette perspective, une étude des personnages clés du système touristique serait à entreprendre.

11Un troisième type d’analyse possible serait d’étudier un secteur économique sur l’ensemble de la période (1852 à 1914). Un travail d’une telle envergure contribuerait à mieux évaluer le poids et le rôle d’un secteur spécifique par rapport à l’économie locale ou régionale (Gigase, 2014). De manière plus ambitieuse encore, ce serait l’occasion d’analyser les relations entre les différents secteurs du tourisme lémanique et les liens qu’ils entretiennent avec des sphères plus larges, comme celles de la technique ou de la politique.

Illustration du potentiel de recherche : les femmes dans l’hôtellerie lémanique

12Le développement de l’hôtellerie suisse au xixsiècle et au début du xxe siècle est étroitement lié à l’histoire de grandes familles actives dans la branche (Narindal, 2018). Visionnaires et entrepreneuriales, elles investissent des lieux emblématiques (Zermatt, Lucerne, Genève, Montreux, etc.) en y créant des établissements de luxe et des infrastructures indispensables à leur succès. Sur plusieurs générations, les noms des Seiler, des Badrutt, des Armleder, des Bucher-Durrer ou des Emery s’inscrivent dans le paysage hôtelier et marquent de leur empreinte l’histoire du tourisme suisse. Si l’historiographie a mis en avant le parcours des « pionniers de l’hôtellerie » et des « bâtisseurs de palaces » (Gaulis et Creux, 1975 ; Hoffer, 2003 ; Chombard Gaudin, 2009), elle a généralement fait l’impasse sur la carrière des femmes qui ont œuvré à leurs côtés. Dans la plupart des cas, leur histoire est restée dans l’ombre de celle de leur mari. Bien qu’elles aient souvent pris part aux affaires familiales, en devenant des maillons importants du succès des établissements, en particulier après le décès de leur époux, les femmes demeurent, dans la plupart des cas, les « géants cachés » (Blondel, 2013).

13Les femmes échappent également à l’analyse historique lorsqu’elles dirigent des établissements plus modestes, tels les pensions et les petits hôtels. L’absence de sources primaires (rapports d’exploitation, documents comptables, livres d’or, correspondance, etc.) complexifie l’étude de leurs rôles et de leurs fonctions. Pourtant, et certaines études le confirment, la dynamique de l’hôtellerie repose aussi, et bien souvent, sur des épaules féminines. À Lausanne, au tournant du xxe siècle, un grand nombre de demoiselles, épouses et veuves ont trouvé dans l’exploitation d’une pension ou d’un hôtel une source de revenu leur assurant une certaine indépendance (Tissot, 1999).

14À une autre échelle, les femmes sont nombreuses à occuper des emplois subalternes dans la grande hôtellerie suisse. Elles prennent du service comme femmes de chambre, gouvernantes d’étage, lessiveuses ou blanchisseuses. En 1899, l’enquête de la Société suisse des hôteliers révèle que 57 % du personnel hôtelier est féminin (Amsler, 1901). Les analyses menées dans d’autres régions touristiques européennes (Rimini, Bruxelles) parviennent aux mêmes conclusions et prouvent que les femmes sont une main-d’œuvre hôtelière à ne pas négliger (Battilani, 2007 ; Jourdain, 2011). Encore une fois, ce travail non valorisant et anonyme ne trouve pas sa place dans l’historiographie.

15Comme dans d’autres champs de l’histoire suisse, la place des femmes dans l’hôtellerie reste donc peu investiguée et mériterait d’être mieux définie. Mais pour faire face aux difficultés inhérentes à cette tâche, les historiens et historiennes doivent entreprendre des recherches complémentaires et transversales à travers des corpus de sources secondaires : publicités, journaux, annuaires et indicateurs régionaux, guides touristiques, généalogies, etc. Les informations recueillies dans la base de données biographiques Biolemano reflètent cette démarche méthodologique. Biolemano n’a certes pas l’ambition de traiter la question dans toute sa complexité, mais se veut toutefois utile pour identifier non seulement un échantillon d’acteurs féminins dans le développement hôtelier de l’Arc lémanique mais également les familles et les réseaux dans lesquels elles sont impliquées. En outre, la base permet de montrer une partie du parcours de vie de ces femmes et renseigne sur leur lieu d’origine et leur nationalité. Notons toutefois que Biolemano ne permet que d’esquisser le portrait que l’on peut dresser de la place des femmes dans l’hôtellerie. Sans des recherches qualitatives plus poussées, leur nombre demeure sous-estimé.

16Les options de recherche proposées par Biolemano permettent d’identifier les personnages féminins parmi l’ensemble des acteurs individuels recensés et d’en former un échantillon à analyser de 43 fiches, représentant environ 10 % de toutes les personnes ayant exercé au moins une activité hôtelière dans l’Arc lémanique (444 fiches). Alors qu’elles sont pratiquement absentes des autres sphères professionnelles du système touristique, les femmes représentent 3 % des directeurs d’hôtel, 10 % des propriétaires et 15 % des gérants (Humair et Chiarelli, 2023). Ces résultats montrent que, dans Biolemano, l’hôtellerie apparaît comme l’un des rares secteurs d’activité où les femmes semblent occuper, à un certain moment, un poste à responsabilités. Dans le cadre de cette contribution, nous avons choisi d’illustrer l’intégration des acteurs féminins dans l’hôtellerie de l’Arc lémanique en privilégiant trois angles d’approche : les alliances entre familles, la dimension transfrontalière et la mobilité sociale.

Les femmes hôtelières et les alliances familiales

17Une première force d’analyse de la base de données Biolemano, déjà mentionnée, est de pouvoir identifier les acteurs clés du système touristique lémanique ainsi que les réseaux sociaux dans lesquels ils s’insèrent. En observant les renseignements contenus dans les fiches biographiques des hôteliers, il est possible de faire ressortir les alliances entre les grandes familles et ainsi de repérer les dynamiques spécifiques aux entreprises hôtelières qu’elles dirigent sur plusieurs générations. Dans cette perspective, Biolemano donne le moyen d’approfondir les recherches sur l’hôtellerie en introduisant les femmes dans la chaîne de transmission d’une activité hôtelière. Ces dernières apparaissent en tant qu’épouses, sœurs, belles-sœurs, mères, belles-mères ou tantes, permettant de comprendre avec plus de justesse la transmission de l’héritage hôtelier. Ainsi, sur les 310 propriétaires d’hôtels que compte la base, 23 passent le témoin à leur épouse. C’est principalement lors du décès de leur époux ou lorsque les héritiers sont encore trop jeunes pour supporter les charges de gestion que les femmes assument la succession. Il s’agit pour elles d’une opportunité d’affirmer leurs qualités de femme d’affaires et leurs compétences de gestion. L’union entre les dynasties familiales à l’œuvre dans l’hôtellerie suisse n’est pas anodine et les mariages peuvent être considérés comme des opportunités pour transmettre le patrimoine immobilier, les ressources financières et les savoir-faire. De récentes analyses sur les familles dynastiques Kraft et Emery, impliquées dans le déploiement d’une industrie hôtelière lémanique et transnationale, font la lumière sur le rôle joué par les femmes au fil des alliances (Narindal, 2018 ; Chombard Gaudin, 2009).

18Biolemano peut également servir à mettre en lumière les parcours de familles moins connues. L’exemple d’Elise Rolli-Masson (1818-1898) est emblématique et illustre bien ce potentiel. Née à Veytaux, une commune du Cercle de Montreux, Elise est la fille de l’hôtelier et vigneron Jean-François Masson. Ce dernier construit l’Hôtel-Pension Masson entre 1829 et 1832 (Sèvegrand-Jaquier et Lüthi-Graf, 2009). En 1855, il confie l’exploitation de l’établissement à ses enfants, Elise et François Eugène. Rapidement, François Eugène ouvre l’Hôtel-Pension Beau-Rivage à Montreux tout en ayant, en parallèle, une activité viticole. Jusqu’en 1873, année où elle se marie avec le sommelier bernois Charles Rolli, Elise semble assurer la continuité des activités de l’Hôtel-Pension Masson. Son mari, Charles Rolli, en devient ensuite propriétaire et s’implique activement dans le développement du tourisme montreusien. Il est également actionnaire de la Société des Hôtels National et Cygne à Montreux, membre du conseil d’administration de la Banque de Montreux et assume un mandat politique au sein des instances communales du Cercle de Montreux. Dans ses activités, il retrouve le neveu d’Elise, Georges Masson, et son beau-frère, François Eugène. Parmi les quatre enfants d’Elise et Charles, Fritz Rolli devient directeur du bureau de renseignements du Syndicat des intérêts de Montreux, l’ancêtre de l’office du tourisme. Cet exemple montre que l’outil Biolemano peut également s’avérer utile pour reconstruire les liens entre deux ou plusieurs familles importantes d’acteurs du tourisme et mettre en évidence une certaine propension des hôteliers à se marier avec des représentants de la profession (Narindal, 2018).

La dimension transfrontalière de l’hôtellerie

19La base de données Biolemano offre un second potentiel : reconstituer, dans la mesure du possible et grâce aux sources retrouvées, le parcours professionnel des acteurs touristiques de l’Arc lémanique. En effet, les informations contenues dans les fiches biographiques permettent souvent d’identifier les différents lieux où un hôtelier a exercé une activité durant sa carrière. Biolemano s’avère donc un bon outil pour cartographier les déplacements géographiques des acteurs et appréhender la dimension transfrontalière des familles. Dans la région de l’Arc lémanique, il apparaît qu’une grande majorité des hôteliers (68 %) sont originaires d’un autre canton suisse ou viennent de l’étranger (Humair et Chiarelli, 2023). Même s’il est basé sur des informations lacunaires, ce constat met en évidence le fait que l’hôtellerie se caractérise par une forte circulation des personnes. Une analyse similaire permet de renforcer ce constat : 58 % des femmes actives dans l’hôtellerie de la région proviennent également d’un lieu situé en dehors des frontières de la région de l’Arc lémanique. En outre, d’après les informations de la base, sur les 132 hôteliers étrangers actifs dans la région de l’Arc lémanique entre 1852 et 1914, 58 % sont d’origine allemande et viennent accomplir une partie de leur carrière en Suisse. Tout porte à croire que les établissements qu’ils possèdent ou qu’ils gèrent deviennent des pôles d’attraction particulièrement appréciés de leurs compatriotes (Narindal, 2018). Par ailleurs, plusieurs familles d’hôteliers actives dans l’Arc lémanique pratiquent également leur activité dans les régions touristiques du Sud de l’Europe durant la saison morte hivernale. L’Italie, la Riviera française et l’Égypte deviennent des terres de prédilection et de grandes familles y développent des activités : les Emery, les Chessex, les Armleder, les Kraft. D’autres de leurs compatriotes vont également y faire des séjours, pour travailler et s’engager comme employés. La base de données Biolemano permet de mettre en exergue certains de ces parcours, à l’image de celui des sœurs Adrienne (1857-1940) et Clara (1864-1930) Maillefer. Originaires de Ballaigues, dans le Jura vaudois, elles tiennent une pension familiale durant l’été et y accueillent des touristes durant de nombreuses années (1887-1923). Pendant l’hiver, elles quittent leur terre d’ancrage pour prendre du service à Nice ou à Monte-Carlo. Elles effectuent également des séjours linguistiques en Allemagne et en Angleterre. En 1897, elles rachètent la Pension Clarenzia à Clarens, près de Montreux, qu’elles exploitent pendant près de quinze ans en alternance avec leur activité hôtelière à la Pension Maillefer, à Ballaigues. En 1913, Clara devient propriétaire de l’Hôtel-Pension Régis, également à Montreux, qu’elle gère avec sa sœur Adrienne.

La mobilité sociale

20Un troisième axe possible d’utilisation de la base de données Biolemano consiste à définir le rôle social des acteurs de l’Arc lémanique. Ces derniers ne sont pas simplement identifiés comme étant des « hôteliers » mais sont caractérisés par des fonctions : propriétaires, directeurs, gérants ou administrateurs d’hôtels. Le degré de précision de ces informations permet de révéler une importante mobilité sociale dans le milieu hôtelier lémanique : près de 50 % des directeurs deviennent un jour ou l’autre propriétaires d’un hôtel, de même qu’un tiers des gérants (Humair et Chiarelli, 2023). Il faut relever également que la plupart de ces directeurs ou gérants d’hôtels commencent leur carrière en occupant un poste d’employé ou d’apprenti. Notons que cette mobilité sociale est probablement sous-estimée car le parcours professionnel de certains acteurs n’a pas toujours pu être établi dans son intégralité. Deux exemples permettent d’illustrer cette mobilité sociale : Anton Riedel (1852-1939), propriétaire du Grand Hôtel du Lac à Vevey entre 1891 et 1939, est tout d’abord employé au Grand Hôtel de la Paix à Genève et à l’Hôtel d’Italie à Menton avant d’accéder à la fonction de directeur de l’Hôtel Richemont, à Genève. Adolphe Raach (1835-1926) fait ses premières armes à l’Hôtel des Trois Couronnes de Vevey, comme secrétaire, avant de reprendre l’Hôtel du Faucon, à Lausanne. Il dirige ensuite l’Hôtel du Grand Pont puis devient enseignant et directeur de l’École hôtelière de Lausanne. Des observations similaires peuvent être faites pour les femmes actives dans l’hôtellerie lémanique. Sur les 43 protagonistes féminins recensés, 30 % (13 fiches) exercent au moins deux activités principales dans l’hôtellerie. Ce pourcentage devrait vraisemblablement être plus élevé car un certain nombre de femmes, catégorisées comme « propriétaires d’hôtel » après le décès de leur mari, exerçaient déjà une fonction de gestion au sein de l’établissement. Considérons, à titre d’exemple, le parcours de Susanne-Isaline Borloz-Bettschen (1843-1926). Originaire de Berne, elle exploite tout d’abord la Pension Collongia située à Montreux (Visinand, 2021). En 1873, elle prend la direction de la Pension Visinand, nouvellement agrandie, dans le village de Sâles, également à Montreux. En 1880, elle épouse l’hôtelier Fritz Bettschen, qui reprend à son nom la patente de cet établissement. En 1890, ils acquièrent le Grand Hôtel Mont-Barry-les-Bains situé au pied du Moléson, en Gruyère, qu’ils gèrent durant l’été en alternance avec la pension de Montreux, ouverte de septembre à juin. En 1892, devenue veuve, elle poursuit sa carrière d’hôtelière. Après avoir remis la patente de la Pension Visinand, elle reprend en 1900 la direction de l’Hôtel de l’Europe à Montreux, qu’elle partagera encore plusieurs années avec son fils Albert.

Conclusion

21La rencontre entre les sciences humaines et les nouvelles technologies de l’information a donné naissance à ce qu’on appelle aujourd’hui les humanités digitales ou numériques. Cette discipline offre des pistes novatrices pour interroger les sources documentaires et propose différentes formes de diffusion des résultats de recherche. L’une des composantes des humanités digitales est la création de bases de données, outil qui, dans le cadre de notre recherche, a été choisi pour développer des analyses prosopographiques.

22Librement accessible sur internet, la base de données biographiques Biolemano donne la possibilité à un large public de mener des recherches croisées sur 1 761 personnes liées au développement du système touristique de l’Arc lémanique entre 1852 et 1914. Malgré certaines limités évoquées dans la première partie de cet article, plusieurs points forts méritent d’être soulignés. Tout d’abord, la construction d’un corpus conséquent de données biographiques offre la possibilité de mettre en évidence la gouvernance de l’offre touristique de l’Arc lémanique (transport, hébergement et divertissement). Grâce aux informations recueillies dans les sources sur un large échantillon d’acteurs individuels et collectifs, la base permet de dévoiler l’importance de certaines catégories d’acteurs jusqu’alors occultées par l’historiographie, dont les femmes. Deuxièmement, la présentation des données sous la forme de rubriques et de menus déroulants rend la prise en main de la base facile et intuitive. En outre, les modes de consultation et de recherche proposent différentes manières d’appréhender l’importante masse d’informations contenues dans Biolemano. Troisièmement, il importe de souligner le potentiel analytique de Biolemano. Le mode de la recherche avancée offre l’opportunité de pouvoir constituer de multiples échantillons d’acteurs en croisant les critères d’analyse. Illustrée dans la seconde partie de cet article, la mobilité sociale des femmes dans le système touristique de l’Arc lémanique en est un exemple. Enfin, la base de données permet d’initier une réflexion sur le caractère endogène ou exogène du système touristique en analysant la provenance et la mobilité transfrontalière des acteurs.

23Au terme de cette contribution, plusieurs pistes restent encore à explorer : l’implication des acteurs politiques dans une gouvernance locale du tourisme, le rôle du monde associatif dans la dynamique touristique, ou encore l’analyse plus fine du déploiement et du rayonnement des activités hôtelières entreprises par les acteurs hors de la région lémanique. Cette base de données pourrait également servir de point de départ pour stimuler la recherche en histoire sur les familles hôtelières et analyser les dynamiques qui leur sont propres.

Haut de page

Bibliographie

Otto Amsler, Le développement de la Société suisse des hôteliers et de son bureau central, à Bâle, depuis sa fondation jusqu’à la fin de 1900, et le mouvement des étrangers et l’Industrie hôtelière de la Suisse en 1899, Bâle, Verlags-Druckerei, 1901.

Victor Attinger, Marcel Godet et Henri Turler (dir.), Dictionnaire historique et biographique de la Suisse, 7 vol., Neuchâtel, Paul Attinger, 1921-1934.

Patrizia Battilani, « Des grands hôtels aux entreprises familiales : la transition vers le tourisme de masse dans les pays de la Méditerranée », Entreprises et histoire, no 47, p. 26-43, 2007.

Christine Blondel [avec la collaboration de Marina Niforos], « The Women of the Family Business », dans Paloma Fernandez Perez et Andrea Colli (dir.), The Endurance of Family Businesses. A Global Overview, Cambridge, Cambridge University Press, 2013, p. 199-223.

Françoise Breuillaud-Sottas, La prodigieuse ascension des eaux d’Évian (1790-1914), Lille, Atelier national de reproduction des thèses, 2003.

Cécile Chombard Gaudin, Les bâtisseurs de palaces. Entrepreneurs et magiciens, Yens sur Morges, Cabédita, 2009.

Romano Cuonz et Christof Hirtler, Hotelkönig – Franz Josef Bucher, Bergbahnpionier – Josef Durrer, Kriens, Brunner Verlag, 2015.

Piergiuseppe Esposito, « Health & pleasure ». Le tourisme médico-sanitaire dans l’Arc lémanique et le Chablais vaudois : de la consommation de soins à l’innovation de produit (1850-1914), thèse de doctorat en histoire, Université de Lausanne, 2017.

Fabien Favre et Philippe Vonnard, « Un tourisme sportif ? Le rôle des hôteliers dans l’apparition des sports dans la région de Montreux (1880-1914) », Revue historique vaudoise, no 123, p. 219-233, 2015.

Louis Gaulis et René Creux, Pionniers suisses de l’hôtellerie, Paudex et Zurich, Éditions de Fontainemore / Office national suisse du tourisme, 1975.

Marc Gigase, Le développement du rail et la construction du système touristique dans l’Arc lémanique (1852-1914), thèse de doctorat en histoire, Université de Lausanne, 2014.

Pascal Hoffer, Grands Hôtels Palaces. Les bâtisseurs de rêves, Yens sur Morges, Cabédita, 2003.

Cédric Humair, « The hotel industry and its importance in the technical and economic development of a region: the Lake Geneva case (1852-1914) », Journal of Tourism History, no 3, p. 237-265, 2011.

Cédric Humair et Jan Chiarelli, « Grasping and understanding the actors of a regional tourism system: the inputs of the Biolemano biographical database (Lake Geneva region, 1852-1914) », Journal of Tourism History, no 15, p. 84-111, 2023.

Cédric Humair et Jan Chiarelli, « Le rôle des banquiers privés dans le développement touristique de la région franco-suisse de l’Arc lémanique (1852-1914). Approches quantitatives et qualitatives à partir de la base de données biographiques Biolemano », dans Giovanni Gregorini et Riccardo Semeraro (dir.), Turismo 4.0. Storia, digitalizzazione, territorio, Milan, Vita et Pensiero, 2021, p. 3-27.

Cédric Humair, Marc Gigase, Julie Lapointe Guigoz et Stefano Sulmoni, Système touristique et culture technique dans l’Arc lémanique : analyse d’une success story et de ses effets sur l’économie régionale (1852-1914), Neuchâtel, Alphil, 2014.

Cédric Humair, Martin Knoll et Laurent Tissot, « How to deal with Regional Tourism? Historical (and Interdisciplinary) Reflections », Zeitschrift für Tourismus-Wissenschaft, no 1, p. 5-31, 2017.

Virginie Jourdain, L’hôtellerie bruxelloise 1880-1940 : acteurs, structures et logiques spatiales d’un secteur multiforme, thèse de doctorat en histoire, Université de Neuchâtel, 2011.

Marc Kiener et Olivier Robert (dir.), Dictionnaire des professeurs de l’Académie de Lausanne (1537-1890), Lausanne, UNIL, 2005.

Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 2008.

Mathieu Narindal, « Les familles hôtelières et le tourisme dans le canton de Vaud », Revue vaudoise de généalogie et d’histoire des familles, 31e année, p. 89-98, 2018.

Revue historique vaudoise, Histoire du tourisme en pays vaudois, no 114, 2006.

Olivier Robert et Francesco Panese, Dictionnaire des professeurs de l’Université de Lausanne dès 1890, Lausanne, UNIL, 2000.

Pierre Saly, Méthodes statistiques descriptives pour les historiens, Paris, Armand Colin, 1991.

Anne Marie Sèvegrand-Jaquier et Evelyne Lüthi-Graf, Hôtel pension Masson, 180 ans : 1829-2009, Veytaux, Hôtel Masson, 2009.

Sven Stelling-Michaud et Suzanne Stelling-Michaud (dir.), Le livre du recteur de l’Académie de Genève (1559-1878), 6 vol., Genève, Droz, 1966-1980.

Lawrence Stone, « Prosopography », Daedalus, no 1, p. 46-79, 1971.

Laurent Tissot, « À travers les Alpes, le Montreux-Oberland Bernois ou la construction d’un système touristique, 1900-1970 », Histoire des Alpes, no 9, p. 227-244, 2004a.

Laurent Tissot, « Le tourisme en Suisse ou l’avènement d’un modèle d’excellence (xixe-xxe siècles) », Le Globe, no 144, p. 103-121, 2004b.

Laurent Tissot, « Storia del turismo e storia economica : considerazioni metologiche ed epistemologiche », dans Andrea Leornardi et Hans Heiss (dir.), Turismo e sviluppo in area alpina. Secoli XVIII-XX, Innsbruck, Studien Verlag, 2003, p. 23-41.

Laurent Tissot, Naissance d’une industrie touristique : les Anglais à la conquête de la Suisse au xixe siècle, Lausanne, Payot, 2000.

Laurent Tissot, « Hôtels, pensions, pensionnats et cliniques : fondements pour une histoire de “l’industrie des étrangers” à Lausanne, 1850-1912 », dans Brigitte Studer et Laurent Tissot (dir.), Le passé du présent. Mélanges offerts à André Lasserre, Lausanne, Payot, 1999, p. 69-84.

Sylvie Visinand, « La Maison Visinand : chronologie d’un vénérable bâtiment », dans Nicole Schaeren (dir.), Empreintes du Temps. Chroniques d’histoires montreusiennes, Montreux, Archives de Montreux, 2021, p. 9-28.

Sites internet

Base de données Adhémar des Archives de l’État de Genève : https://ge.ch/archives/effectuer-recherches/base-de-donnees [consulté en décembre 2023]

Base de données Biolemano : https://www.unil.ch/hist/Biolemano [consulté en décembre 2023]

Dictionnaire historique de la Suisse : https://hls-dhs-dss.ch/fr/ [consulté en décembre 2023]

Feuille officielle suisse du commerce, Revue suisse des hôtels, Bulletin technique de la Suisse romande disponibles sur : https://www.e-periodica.ch [consulté en décembre 2023]

Presse vaudoise : https://scriptorium.bcu-lausanne.ch/page/home [consulté en décembre 2023]

Presse romande : https://www.letempsarchives.ch [consulté en décembre 2023]

Presse suisse : https://www.e-newspaperarchives.ch [consulté en décembre 2023]

Registres d’état civil vaudois sur le site des archives cantonales vaudoises : https://davel-vd.ch [consulté en décembre 2023]

Site de la Société genevoise de généalogie : https://www.gen-gen.ch [consulté en décembre 2023]

Site de la Société neuchâteloise de généalogie : https://www.sngenealogie.ch/wp/ [consulté en décembre 2023]

Haut de page

Notes

1 La version de la base utilisée pour cet article est celle du 18 mars 2022.

2 La base Biolemano peut être consultée à cette adresse : https://www.unil.ch/hist/Biolemano [consulté en décembre 2023].

3 La Feuille officielle suisse du commerce est disponible sur : https://www.e-periodica.ch [consulté en décembre 2023].

4 La presse vaudoise est accessible sur : https://scriptorium.bcu-lausanne.ch/page/home ; deux journaux genevois et lausannois sont à disposition sur : https://www.letempsarchives.ch ; de nombreux titres de presse suisses sont consultables sur : https://www.e-newspaperarchives.ch [consultés en décembre 2023].

5 La Revue suisse des hôtels est accessible sur : https://www.e-periodica.ch [consulté en décembre 2023].

6 Le Dictionnaire historique de la Suisse se trouve sur : https://hls-dhs-dss.ch/fr/ [consulté en décembre 2023].

7 Site internet de la Société genevoise de généalogie : https://www.gen-gen.ch ; site internet de la Société neuchâteloise de généalogie : https://www.sngenealogie.ch/wp/ [consultés en décembre 2023].

8 La base de données Adhémar des Archives de l’État de Genève est accessible sur : https://ge.ch/archives/effectuer-recherches/base-de-donnees ; les registres d’état civil vaudois sont disponibles sur le site des Archives cantonales vaudoises : https://davel-vd.ch [consultés en décembre 2023].

9 Le Bulletin technique de la Suisse romande est disponible sur : https://www.e-periodica.ch [consulté en décembre 2023].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jan Chiarelli et Julie Lapointe Guigoz, « Biolemano : base de données biographiques et analyse prosopographique »Mondes du Tourisme [En ligne], 24 | 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/tourisme/6339 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tourisme.6339

Haut de page

Auteurs

Jan Chiarelli

Maître d’enseignement et de recherche suppléant, section d’histoire, Université de Lausanne
jan.chiarelli[at]unil.ch

Julie Lapointe Guigoz

Archiviste communale à Val de Bagnes (Suisse)
julie.lapointeguigoz[at]unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search