Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24Études de casApports et difficultés de la reco...

Études de cas

Apports et difficultés de la reconstruction de séries statistiques en histoire du tourisme : le cas de la région de l’Arc lémanique

Contributions and challenges of the reconstruction of statistical series in tourism history: the case of the Lake Geneva region
Cédric Humair et Marc Gigase

Résumés

Cette contribution, à caractère méthodologique, a pour objectif de discuter l’usage de méthodes quantitatives en histoire du tourisme. Dans un premier temps, il s’agira de comprendre pourquoi ce type d’approches n’a que peu été mobilisé par les historiens et historiennes qui se sont saisis de cet objet historique double, à la fois activité sociale de loisir et secteur économique de services. La difficulté à trouver des chiffres pertinents pour quantifier les évolutions, en particulier à une échelle régionale, sera au centre de notre propos. Les séries statistiques sont en effet très largement lacunaires jusqu’au début du xxe siècle au moins. Dans un deuxième temps, cette contribution se focalisera sur la pertinence de telles approches pour l’analyse du tourisme aux échelles locale et régionale. Centré sur le cas de l’Arc lémanique et ses principaux pôles touristiques (Genève, Lausanne, Vevey-Montreux et Évian), l’article soulignera les apports méthodologiques multiples de la reconstruction de séries statistiques à partir de sources historiques, tout en invoquant les difficultés et les limites d’un tel travail. En visualisant certaines évolutions sur des graphiques, les données quantitatives reconstruites ont non seulement permis de confirmer ou infirmer certaines hypothèses de recherche, mais également de faire apparaître de nouveaux questionnements ou encore de remettre en question certains poncifs véhiculés depuis longtemps dans l’historiographie. Les séries statistiques ont aussi permis de développer une approche comparative avec d’autres pôles touristiques suisses, ce qui a révélé certaines spécificités de la région lémanique. Deux domaines de quantification seront successivement présentés, à savoir l’évolution de la conjoncture touristique et celle de l’offre touristique dans le transport et l’hôtellerie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur les méthodes quantitatives en histoire, voir la synthèse de Lemercier et Zalc (2008).

1L’histoire du tourisme est encore aujourd’hui un champ de recherche où les méthodes quantitatives restent peu utilisées1. Le constat a de quoi étonner, car les deux facettes de cet objet historique, à la fois activité sociale de loisir et secteur économique de services, appellent à une analyse chiffrée, permettant de mesurer l’ampleur des évolutions diachroniques. Comment discuter de la démocratisation du voyage d’agrément sans suivre l’évolution des coûts du transport et de l’hébergement dans le temps ? Que dire des effets du tourisme sur la croissance économique sans mesurer le pouvoir d’achat importé par les touristes ?

2Le contraste entre l’importance heuristique des approches chiffrées et leur utilisation plutôt frileuse par les historien·ne·s du tourisme s’explique en large mesure par les difficultés méthodologiques multiples que rencontre leur mise en œuvre. Outre les nombreuses lacunes des statistiques à disposition, tardives et incomplètes, une série de problèmes rend leur reconstruction compliquée et fastidieuse. L’historien·ne du tourisme se trouve donc souvent démuni·e lorsqu’il·elle veut développer des analyses chiffrées, en particulier si la période choisie remonte au-delà de 1900. Le projet intitulé « Système touristique et culture technique dans l’Arc lémanique : acteurs, réseaux sociaux et synergies (1852-1914) » a été confronté frontalement à ces difficultés. Ayant pour ambition de mesurer la success story du tourisme lémanique et ses conséquences sur le développement économique de la région, l’équipe de recherche a été contrainte de reconstruire des séries statistiques pour atteindre ses objectifs. Ce travail de longue haleine, effectué sur la base de sources lacunaires et hétérogènes, a dû surmonter diverses difficultés méthodologiques. Il a généré des séries chiffrées dont la précision n’est pas toujours optimale, mais qui se sont révélées d’une grande valeur heuristique (Humair et al., 2014).

3Notre contribution poursuit deux objectifs principaux, à caractère méthodologique. Le premier est de présenter les principales séries reconstruites dans le cadre du projet en discutant les sources mobilisées et les difficultés rencontrées. Si chaque région a ses spécificités documentaires, l’utilisation de certains documents et le processus méthodologique suivi sont en effet susceptibles d’être reproduits dans d’autres cas de développement touristique régional. Le second objectif, au centre du propos, est de souligner les apports de ces approches chiffrées à l’analyse d’un système touristique. En rendant possible la visualisation de certaines évolutions sur des graphiques, les données quantitatives reconstruites ont non seulement permis de confirmer ou infirmer certaines hypothèses de recherche, mais également de faire apparaître de nouveaux questionnements ou encore de remettre en question certains poncifs véhiculés depuis longtemps dans l’historiographie. Les séries statistiques ont également permis de développer une approche comparative avec d’autres pôles touristiques suisses, ce qui a révélé certaines spécificités de la région lémanique.

4Après quelques considérations générales, deux domaines de quantification seront successivement présentés. Le premier est la conjoncture touristique. Mesurer le succès d’une région passe en effet par la quantification du nombre de personnes qui la fréquentent et l’usage que cette clientèle fait des infrastructures hôtelières, de transport et de divertissement. Le deuxième domaine de quantification est celui de l’offre touristique. De fait, saisir l’ampleur des investissements dans les infrastructures de transport et d’hébergement est indispensable pour comprendre les effets du tourisme sur l’ensemble du développement économique régional.

Les difficultés d’une approche quantitative en histoire du tourisme

5Les historien·ne·s de l’économie et du social n’ont jamais montré beaucoup d’intérêt pour le tourisme. La principale raison pourrait bien être le manque de prestige social, en particulier dans le monde académique, de cette activité de loisir et du secteur économique qui la rend possible (Spode, 2010). Les historien·ne·s faisant exception ont toutefois souligné une autre cause pouvant expliquer ce désintérêt, qui est la difficulté à saisir cet objet historique d’un point de vue quantitatif (Tissot, 2003 ; Walton, 2014 ; Crabeck, 2013).

6Un premier problème tient à la définition du tourisme. Une personne qui profite d’un déplacement professionnel pour effectuer une excursion est-elle un touriste ? Une clinique accueillant des étrangers pour un séjour sanitaire est-elle un acteur du secteur touristique ? Souvent divergentes, les réponses à de telles questions peuvent créer de fortes distorsions entre les différentes séries statistiques élaborées. Un deuxième problème provient du caractère transversal du secteur touristique, qui englobe différents services appartenant à plusieurs branches économiques (transport, hébergement, restauration, divertissement). Or, il est difficile d’isoler la part des emplois ou de la valeur ajoutée à attribuer au tourisme dans chacune de ces activités et donc de mesurer le poids économique réel du secteur. Un troisième problème est lié à la difficulté à saisir une large partie de l’activité professionnelle qui s’effectue selon des modalités échappant à la quantification administrative. Jusqu’à la fin du xixe siècle au moins, la pluriactivité est très fréquente et le service de transport ou d’hébergement est une occupation complémentaire à l’agriculture, à l’élevage ou au travail artisanal à domicile. L’activité touristique étant saisonnière, elle se caractérise aussi par une occupation temporaire et une forte mobilité de la main-d’œuvre, qui rendent la prise en compte statistique aléatoire et favorisent le travail non déclaré.

7La difficulté à saisir le tourisme d’un point de vue quantitatif explique en partie les lacunes statistiques que présente cette activité sociale et économique. Les informations chiffrées sont en effet apparues tardivement et sont restées longtemps embryonnaires. Cet état de fait a pour autre cause l’intervention tardive de l’État central dans les destinées d’un secteur économique peu valorisé. Comme l’a bien montré l’histoire de la statistique, l’élaboration de données quantitatives répond en effet à des enjeux politiques concrets, tels que l’introduction de la fiscalité ou la promotion du commerce extérieur (Desrosières, 1993 ; Jost, 2016). L’administration ne cherche à saisir et comprendre une activité que si le champ politique a la volonté d’interagir avec elle. Or, si la politique agricole exige précocement de compter les têtes de bétail, il faut attendre l’entre-deux-guerres pour voir émerger des politiques touristiques nationales conséquentes nécessitant de l’information. Dans le cas de la Suisse, les statistiques nationales n’apparaissent qu’en 1934. Cette longue occultation administrative a eu pour conséquence une sous-estimation systématique des effets sociaux et économiques du tourisme, qui sont maintenant bien documentés (Püntener, 1994 ; Humair, 2011a). À l’échelon régional, il est rare que les statistiques officielles fournissent des informations sur le tourisme avant le xxe siècle. Les quelques séries disponibles, parfois produites par les acteurs touristiques, manquent souvent de fiabilité et de continuité.

8Le cas de l’Arc lémanique ne fait pas exception, bien au contraire. L’activité touristique s’y diffuse dès la fin du xviiie siècle, autour de quatre principaux pôles : alors que Genève, Lausanne et Vevey-Montreux se situent en Suisse, Évian appartient à la Haute-Savoie, région sous domination politique de la Sardaigne jusqu’en 1860, puis de la France. L’approche quantitative du développement touristique est donc rendue particulièrement complexe en raison de la précocité du phénomène et de son caractère transfrontalier. Par ailleurs, la région touristique prise en compte ne se superpose pas aux frontières administratives des cantons suisses (Genève, Vaud, Valais), ni à celles du département de Haute-Savoie, rendant l’utilisation de statistiques à cette échelle impossible. Enfin, l’utilisation de statistiques locales se heurte à la forte hétérogénéité des séries élaborées dans les quatre principaux pôles de la région.

L’évolution de la conjoncture touristique

  • 2 La durée moyenne de séjour ne peut être calculée que lorsque les sources permettent de connaître le (...)
  • 3 Les données concernant l’indice des nuitées en Suisse sont tirées du travail de reconstruction stat (...)

9Le premier domaine statistique travaillé dans le cadre du tourisme lémanique est celui de la conjoncture touristique. Mesurer le succès de la région dans une perspective diachronique nécessite en effet de quantifier le nombre de touristes y ayant séjourné ou, mieux encore, le nombre de nuitées passées dans les lieux d’hébergement. En l’absence de statistiques officielles homogènes, il a été nécessaire de grappiller des informations dans un corpus de sources très hétérogène : mentionnons les rapports de gestion des sociétés de développement locales, la presse touristique ou encore certains rapports administratifs des autorités locales. Lorsque le nombre de nuitées manquait, les arrivées de touristes ont été multipliées par une durée moyenne de séjour2. Sur cette base, un indice des nuitées passées entre 1899 et 1913 a été reconstruit pour les quatre principaux pôles de la région lémanique. Dans le graphique 1, l’évolution de ces indices peut être comparée à celle de l’indice des nuitées passées dans les quatre pôles (Arc lémanique), également élaboré par nos soins, et à celle des nuitées passées en Suisse3. Cela permet de constater des dynamiques conjoncturelles très différentes, surtout entre 1906 et 1909. Alors que l’indice suisse baisse de 18 %, durant cette période, celui de l’Arc lémanique ne diminue que de 4 %. Au niveau des pôles lémaniques, Genève perd 36 % de ses nuitées en trois ans, tandis que Lausanne, située à moins de 70 kilomètres, enregistre une progression de 26 %. Les chiffres reconstruits ont donc permis de faire émerger un nouveau questionnement de recherche : quelles sont les raisons permettant d’expliquer de telles divergences ?

Graphique 1. Évolution de la demande touristique en Suisse et dans l’Arc lémanique : indice des nuitées (1913=100)

Graphique 1. Évolution de la demande touristique en Suisse et dans l’Arc lémanique : indice des nuitées (1913=100)

Source : Humair et al., 2014, p. 22 (graphique mis à jour par Cédric Humair et Marc Gigase en 2023).

10La réponse est à chercher dans le domaine du transport. Les distorsions conjoncturelles sont en effet largement dues à l’ouverture du tunnel ferroviaire du Simplon, en 1906, qui place l’Arc lémanique sur la route la plus rapide entre Londres et Milan (Gigase, 2014). La nouvelle transversale ferroviaire permet en effet d’aspirer une partie du transit touristique entre le Nord et le Sud de l’Europe, au détriment d’autres passages alpins. Au sein même de la région lémanique, les équilibres entre les pôles sont fortement modifiés par le tracé de la nouvelle ligne internationale, qui passe par Lausanne, la rive nord du lac, Vevey et Montreux. Genève et Évian, qui se sont battues en vain pour obtenir un passage par le col de la Faucille et la rive sud du lac, en font les frais.

  • 4 Le choix des quatre compagnies à vocation touristique a été opéré sur la base de Henri-Georges Senn (...)

11Les sources à disposition n’ont pas permis de faire remonter l’indice des nuitées avant 1899. Dès lors, comment saisir la conjoncture touristique avant cette date ? Un second indicateur, nommé « indice de la mobilité touristique » (voir graphique 2), a été élaboré pour la période 1873-1914 ; il est fondé sur le nombre de passagers de quatre compagnies de transport dont le trafic voyageurs est fortement dépendant de la clientèle touristique : la Compagnie générale de navigation sur le lac Léman (CGN), dès 1873 ; le funiculaire entre Lausanne et Ouchy, dès 1877 ; le funiculaire entre Territet et Glion près de Montreux, dès 1884 ; le chemin de fer à crémaillère du Salève près de Genève, dès 18954. La précision de l’indice augmente donc au cours de la période : basé sur une seule entreprise jusqu’en 1877, il en incorpore quatre dès 1895. Sa relative fiabilité est attestée par le graphique 2, dans lequel sa superposition avec deux autres indices conjoncturels – les nuitées dans l’Arc lémanique et en Suisse – permet de constater une bonne corrélation entre l’évolution des courbes. Cette deuxième série statistique confirme tout d’abord l’effet Simplon déjà mentionné entre 1906 et 1909. Ensuite, elle fait apparaître une crise touristique entre 1876 et 1883, dans l’Arc lémanique comme dans le reste de la Suisse, un phénomène largement occulté dans l’historiographie. Enfin, elle souligne que l’Arc lémanique sort plus difficilement de cette crise que le reste de la Suisse : entre 1883 et 1890, les nuitées augmentent de 50 % en Suisse, tandis que la mobilité touristique lémanique ne progresse que de 26 %. Comment l’expliquer ?

Graphique 2. Évolution des indices de la demande touristique en Suisse (CH) et dans l’Arc lémanique (AL) (1913=100)

Graphique 2. Évolution des indices de la demande touristique en Suisse (CH) et dans l’Arc lémanique (AL) (1913=100)

Source : Humair et al., 2014, p. 20 (graphique mis à jour par Cédric Humair et Marc Gigase en 2023).

12Il faut à nouveau relier l’évolution conjoncturelle à la question du transport. Il s’agit cette fois-ci de l’effet Gothard, première transversale ferroviaire alpine ouverte en Suisse en 1882. Le col routier du Simplon perd alors en attractivité avec des effets immédiats dans l’hôtellerie lémanique, comme en témoigne le conseil d’administration de l’Hôtel Beau-Rivage à Ouchy :

  • 5 Archives Beau-Rivage, procès-verbaux du conseil d’administration 1877-1887, rapport du conseil d’ad (...)

L’ouverture du tunnel du Gothard au commencement de l’année nous a été préjudiciable au‐delà de toute attente : ainsi tandis qu’au 1er mai 1881 quarante‐quatre familles venant d’Italie avaient été reçues à Beau‐Rivage, en 1882, au même jour, une seule famille y était descendue. Au mois de juin, la ligne entière du Gothard fut livrée à l’exploitation et détourna des rives du Léman la plupart des étrangers5.

13La reconstruction d’indicateurs quantitatifs de la conjoncture touristique permet ainsi d’étayer une littérature déjà bien fournie sur les relations intimes qu’entretiennent transport et tourisme (Tissot, 2006 ; Bertho Lavenir, 2008 ; Gay et Mondou, 2018). Le rôle des chemins de fer dans l’intensité des flux de touristes est désormais aussi attesté sur un plan quantitatif à l’échelle européenne, les transversales ferroviaires alpines jouant un rôle évident dans la répartition géographique de la demande touristique.

  • 6 Le choix des compagnies à vocation touristique a été opéré sur la base de Henri-Georges Senn (1918, (...)

14Un autre apport de l’indice de la mobilité touristique est de permettre une comparaison entre l’évolution conjoncturelle de l’Arc lémanique et celle d’autres régions en concurrence. Dans le cadre du projet, cette analyse comparative a été menée à l’échelle nationale. Un indice incluant trois à quatre compagnies ferroviaires à vocation touristique a été élaboré pour les six régions les plus touristiques de Suisse6. Le graphique 3 permet de constater qu’entre 1898 et 1913 la progression de l’Arc lémanique (41 %) est comparable à celle des régions touristiques les plus anciennes de l’Oberland bernois et de la Suisse intérieure. Par contre, le dynamisme est plus faible que dans les régions émergentes comme le Valais, le Tessin et surtout les Grisons, dont la progression s’élève à 74 %. Une fois de plus, le facteur transport joue un rôle majeur dans les trajectoires conjoncturelles, puisque le réseau ferroviaire de cette région est mis en service au tournant du xxe siècle. Un mot encore à propos de l’année 1896. De manière étonnante, l’Arc lémanique enregistre une hausse de fréquentation cette année-là, tandis que toutes les autres régions sont à la baisse. Cette exception s’explique par l’organisation de la deuxième édition de l’Exposition nationale suisse à Genève, événement qui draine de nombreux visiteurs dans la région.

Graphique 3. Indice de la mobilité touristique dans différentes régions suisses (1913=100)

Graphique 3. Indice de la mobilité touristique dans différentes régions suisses (1913=100)

Source : Humair et al., 2014, p. 23 (graphique mis à jour par Cédric Humair et Marc Gigase en 2023).

L’évolution de l’offre touristique : transports et hôtels

15Le deuxième domaine statistique travaillé dans le cadre de la recherche sur l’Arc lémanique est celui de l’offre touristique dans les secteurs du transport et de l’hôtellerie. L’historiographie consacrée au xixe siècle a déjà souligné les liens étroits entre la mécanisation du transport et une première démocratisation du voyage d’agrément, impulsion majeure au développement touristique. Expliciter ces relations quantitativement reste toutefois compliqué. La recherche s’est contentée d’aborder la question sous l’angle de la densification de l’offre de transport dans la région. En utilisant la Feuille officielle suisse du commerce et les archives d’entreprises disponibles, l’ensemble des compagnies ferroviaires et de navigation se livrant au transport de passagers a été répertorié. Plus difficiles à saisir, les entreprises du transport routier, fondé alors principalement sur la traction hippomobile, n’ont pas été prises en compte.

  • 7 L’offre de transport entre 1852 et 1914 est marquée par des phases d’épanouissement mais aussi de d (...)

16Bien que le nombre de compagnies de transport constitue un indicateur bien médiocre pour mesurer la densification de l’offre de mobilité, le graphique 4 met en lumière deux évolutions significatives. La première est la forte augmentation quantitative de l’offre de transport consécutive à l’introduction du chemin de fer dans la région en 1852. Jusqu’en 1914, le nombre d’entreprises se livrant au transport de passagers passe en effet de 4 à 32, dont 30 compagnies ferroviaires7. Celles-ci exploitent alors 480 kilomètres de lignes (Gigase, 2014, p. 125), formant un réseau d’une forte densité en comparaison avec d’autres régions en Suisse (Fritzsche et al., 2001, p. 60-69). En 1913, l’Arc lémanique comprend 15 kilomètres de chemins de fer à crémaillère, soit 14 % du réseau suisse, et 5 kilomètres de lignes funiculaires, soit 11 % du réseau suisse (Humair, 2011b, p. 247). La seconde évolution est la très forte accélération de cette densification entre 1885 et 1910. Le nombre de compagnies passe en effet de 8 à 33 en l’espace de vingt-cinq ans. Comment expliquer cet épanouissement ? La fièvre ferroviaire de ces décennies doit beaucoup au climat d’investissement créé par le boom touristique des années 1890 en Suisse, et en particulier dans l’Arc lémanique, qui favorise la prise de risque des promoteurs et des investisseurs. Le principal moteur est toutefois le perfectionnement des techniques ferroviaires qui offre de nouveaux horizons aux chemins de fer. D’une part, les funiculaires et la crémaillère permettent de gravir de fortes pentes, ouvrant ainsi l’espace montagneux à la colonisation touristique. D’autre part, la traction électrique ouvre l’espace urbain aux chemins de fer à voie étroite et au tramway. L’exploitation touristique enregistre ainsi une expansion géographique, tandis que la qualité de la mobilité offerte aux touristes est fortement améliorée.

Graphique 4. Nombre de sociétés de transport (chemin de fer et navigation) dans l’Arc lémanique (1852-1914)

Graphique 4. Nombre de sociétés de transport (chemin de fer et navigation) dans l’Arc lémanique (1852-1914)

Source : Humair et al., 2014, p. 31 (graphique mis à jour par Cédric Humair et Marc Gigase en 2023).

  • 8 Les séries statistiques sur l’offre hôtelière ont été reconstruites à partir des principales source (...)

17Au cœur du système touristique, l’offre hôtelière et son évolution sont également compliquées à saisir en raison de statistiques officielles lacunaires. Le nombre d’hôtels et leur capacité n’ont pu être reconstruits qu’au prix d’un travail fastidieux. Le comptage des hôtels a été mené sur la base de différents annuaires et indicateurs, en rencontrant plusieurs difficultés méthodologiques liées au manque d’homogénéité des sources8. D’une part, les différents annuaires utilisés ne classent pas les établissements d’hébergement selon les mêmes catégories. D’autre part, ces catégories évoluent au cours de la période analysée. Enfin, certains établissements changent de catégorie selon les annuaires et selon les périodes. En outre, que faire des catégories d’hébergement inférieures qui ne sont pas ou peu fréquentées par les touristes ? Afin d’éviter une surestimation de l’offre, les pensions et les auberges n’ont pas été prises en compte. De fait, l’ensemble des difficultés rencontrées implique une certaine marge d’erreur, qu’il ne faut pas perdre de vue au moment de l’analyse de la série obtenue.

18Le graphique 5 représente le nombre d’hôtels répertoriés dans les quatre pôles de Genève, Lausanne, Vevey-Montreux et Évian entre 1859 et 1914 : celui-ci explose littéralement en un demi-siècle, passant de 73 à 294, soit une multiplication par quatre. Trois phases distinctes apparaissent clairement. Entre 1859 et 1870, le boom provoqué par l’arrivée du chemin de fer dans la région et les connexions aux réseaux national et international se traduit par un quasi doublement du nombre d’hôtels en une décennie. Entre 1870 et 1891, l’offre hôtelière entre presque en stagnation, ce qui s’explique par la conjoncture économique morose et les effets de l’ouverture de la transversale alpine du Gothard. Enfin, entre 1891 et 1914, une véritable frénésie gagne le secteur de la construction hôtelière – similaire à celle observable pour les infrastructures de transport –, le parc hôtelier doublant en deux décennies.

Graphique 5. Nombre d’hôtels dans les quatre principaux pôles touristiques de l’Arc lémanique (Genève, Lausanne, Vevey-Montreux et Évian)

Graphique 5. Nombre d’hôtels dans les quatre principaux pôles touristiques de l’Arc lémanique (Genève, Lausanne, Vevey-Montreux et Évian)

Source : Humair et al., 2014, p. 26.

  • 9 Publié pour la première fois en 1896, en trois langues (français, anglais, allemand), le petit livr (...)

19Le nombre d’hôtels est toutefois un indicateur très grossier pour quantifier l’offre hôtelière. Afin de l’affiner, un indice des lits d’hôtels a été reconstruit pour chaque pôle, permettant une comparaison avec l’indice des lits à l’échelle suisse (Ritzmann-Blickenstorfer, 1996, p. 740, Tab. M.1). Le guide intitulé Les Hôtels de la Suisse, publié par la Société suisse des hôteliers, a permis de calculer la moyenne de lits par hôtel dans chaque pôle de l’Arc lémanique9. Cette moyenne a ensuite été multipliée par le nombre d’hôtels pour donner l’indice de la capacité hôtelière en lits. Le graphique 6 qui en ressort permet de confirmer les évolutions très contrastées des différents pôles touristiques de la région. Cœur du tourisme lémanique avant 1880, Genève voit sa capacité d’hébergement stagner entre 1882 et 1914, confirmant ainsi le déclin relatif de la cité de Calvin. L’ouverture du tunnel du Gothard en 1882 et l’arrivée, la même année, du chemin de fer à Évian – ligne du Paris-Lyon-Méditerranée – lui enlèvent son statut de ville de transit, à la fois vers cette station thermale et vers le sud de l’Europe par le Simplon. La crise qui sévit dans les années 1880 est certes moins violente dans les autres pôles de l’Arc lémanique, mais elle se traduit tout de même par une stagnation de l’offre de lits, qui contraste avec l’évolution plus dynamique à l’échelle de la Suisse. Par contre, la perspective du percement du tunnel du Simplon, qui débute en 1898, redonne une formidable impulsion à l’offre hôtelière dans les pôles situés sur la ligne de la transversale alpine. Ainsi, forte de son statut de nœud ferroviaire de la Suisse occidentale, Lausanne affiche des taux de croissance au-dessus de la moyenne suisse : entre 1882 et 1914, sa capacité hôtelière est multipliée par 2,5.

Graphique 6. Indice de l’offre hôtelière : nombre de lits en Suisse et dans l’Arc lémanique (1913=100)

Graphique 6. Indice de l’offre hôtelière : nombre de lits en Suisse et dans l’Arc lémanique (1913=100)

Source : Humair et al., 2014, p. 27 (graphique mis à jour par Cédric Humair et Marc Gigase en 2023).

  • 10 La Société suisse des hôteliers procède à des enquêtes statistiques auprès de ses membres à l’occas (...)
  • 11 7,6 millions de francs suisses représentent 0,2 % du PIB de 1913 ; la même proportion du PIB de 202 (...)
  • 12 La dette consolidée se monte à 225 millions de francs suisses et la dette flottante à 58 millions d (...)

20Afin de mesurer les effets du développement des infrastructures touristiques sur l’économie régionale, les investissements effectués dans le secteur ont été quantifiés. La méthode utilisée pour calculer le volume des investissements hôteliers s’appuie sur plusieurs enquêtes de la Société suisse des hôteliers, qui déterminent l’investissement moyen par lit d’hôtel en Suisse10. En multipliant ce chiffre par le nombre de lits dans les quatre pôles lémaniques, le stock de capitaux investis dans l’hôtellerie peut être estimé. Comme le montre le graphique 7, celui-ci progresse de 75 à 175 millions de francs suisses entre 1896 et 1914, soit un investissement annuel moyen de 5,6 millions de francs suisses. Si l’on ajoute les capitaux engagés dans la région en dehors des quatre principaux pôles, la moyenne annuelle de l’investissement hôtelier dans l’Arc lémanique s’élève à 7,6 millions de francs suisses entre 1900 et 1914, soit l’équivalent de 1,4 milliard d’euros actuels11. L’ampleur des capitaux engagés peut être mesurée par comparaison à la dette de l’État. Ainsi, en 1914, les 175 millions de francs suisses investis dans l’hôtellerie des quatre pôles lémaniques représentent 62 % de la dette de la Confédération suisse12. En y ajoutant les capitaux qui ont financé les hôtels du reste de la région, les chemins de fer touristiques et les infrastructures servant au divertissement, c’est probablement l’équivalent de la dette de l’État suisse qui est alors investi dans le tourisme lémanique.

Graphique 7. Stock des capitaux investis dans l’hôtellerie des quatre principaux pôles de l’Arc lémanique (Genève, Lausanne, Vevey-Montreux et Évian) (en millions de francs suisses)

Graphique 7. Stock des capitaux investis dans l’hôtellerie des quatre principaux pôles de l’Arc lémanique (Genève, Lausanne, Vevey-Montreux et Évian) (en millions de francs suisses)

Source : Humair et al., 2014, p. 356.

  • 13 Dans l’hôtellerie suisse, la part des capitaux propres est en effet estimée à 30 % en 1912, le rest (...)
  • 14 En multipliant le nombre de nuitées passées dans les trois pôles suisses par une dépense journalièr (...)

21Un tel volume d’investissements a des effets d’entraînement dans plusieurs branches de l’économie régionale. Les industries du bâtiment, des matériaux de construction, des machines et de l’électrotechnique, ainsi que le génie civil et l’ingénierie, bénéficient de commandes considérables. Déjà bien développé, le secteur bancaire régional est également stimulé. En effet, si les promoteurs des infrastructures hôtelières et de transport apportent une part conséquente du capital13, il est aussi massivement fait appel aux acteurs financiers (Humair et Chiarelli, 2021). D’autres effets d’entraînement sont à imputer au pouvoir d’achat importé par les touristes étrangers dans la région. En 1913, celui-ci avoisine les 40 millions de francs dans les trois pôles suisses uniquement14, soit l’équivalent du salaire de 18 000 ouvriers qualifiés (Humair et al., 2014, p. 342-354 : 342). Outre les acteurs touristiques, d’autres entreprises actives dans l’agriculture, la viticulture, le commerce de détail ou encore la santé en profitent. La consommation des riches étrangers impulse également le développement d’une industrie des produits de luxe, tels le chocolat et les cigares. Les reconstructions statistiques permettent ainsi de montrer que le tourisme fonctionne comme un véritable leading sector de la région lémanique durant la seconde moitié du xixe siècle (ibid., p. 377-379).

Reconstruction des statistiques régionales : apports et limites

22Au terme de cet essai méthodologique, quel bilan peut-on tirer de l’utilisation d’approches quantitatives dans le cadre de l’étude consacrée à l’Arc lémanique ? Il est tout d’abord nécessaire de souligner que la reconstruction de séries statistiques sur la base de sources disparates a demandé beaucoup de temps. Cette débauche d’énergie a été consentie au détriment d’autres dimensions plus qualitatives de la recherche. D’où la nécessité de procéder à des choix et privilégier les séries les plus en adéquation avec les questions de recherche du projet. D’où également l’impossibilité à pousser plus loin certaines analyses.

23Le jeu en valait-il la chandelle ? Si l’on considère la précision et la fiabilité très relatives de certains chiffres élaborés, qui fournissent le plus souvent des ordres de grandeur et des évolutions tendancielles plutôt que des données d’analyse précises, on pourrait considérer que les résultats obtenus ne sont pas à la hauteur de la masse de travail fournie et des moyens engagés. De fait, les difficultés méthodologiques rencontrées ont limité, dans une mesure parfois difficile à évaluer, la précision des données reconstruites, excluant leur utilisation à des fins d’analyses quantitatives fines. Rappelons par exemple le problème de la reconstruction de catégories hôtelières homogènes sur la durée, ou celui de la base restreinte de l’échantillon servant à la construction de l’indice de la mobilité touristique au début de la période. En dépit de ces difficultés et de ces limites, le bilan heuristique de l’opération n’en demeure pas moins très largement favorable. Un rappel des apports analytiques constatés au cours de cette contribution permet de le souligner.

24En permettant de visualiser certaines évolutions sur la durée, les séries statistiques reconstruites ont permis de vérifier certaines hypothèses de recherche. La principale est le rôle fondamental joué par les réseaux techniques, en particulier ferroviaires, dans le développement touristique lémanique. La deuxième contribution majeure des séries reconstruites a été de faire apparaître de nouveaux questionnements au fil de la recherche. Les dynamiques conjoncturelles très divergentes des différents pôles ont ainsi révélé un déplacement du centre de gravité touristique de Genève vers Lausanne et Vevey-Montreux. Rappelons aussi le dévoilement d’une crise touristique durant les années 1880, jusque-là occultée par l’historiographie. Un troisième apport est la mise en question de certains poncifs véhiculés depuis longtemps dans l’historiographie. L’image d’une région lémanique attardée économiquement, car peu industrialisée, ne résiste pas à l’approche quantitative des investissements touristiques ; leur ampleur révèle une croissance économique basée sur l’épanouissement du secteur tertiaire, le tourisme entrant en synergie avec le commerce et la banque.

25Un dernier apport heuristique important des séries reconstruites est leur potentiel d’analyse comparative, et ce à plusieurs échelles. D’une part, elles ont permis de dégager certaines spécificités des différents pôles touristiques régionaux. D’autre part, la région lémanique a pu être comparée à d’autres régions touristiques suisses. De ce point de vue, il serait intéressant de pousser plus avant les investigations. Il serait notamment possible de reconstruire les séries qui concernent l’offre touristique et de comparer l’ampleur et la chronologie du développement des différentes régions. Enfin, plus ambitieuse encore, une comparaison de certaines régions touristiques à l’échelle internationale pourrait être envisagée. Le prérequis serait une homogénéité minimale des sources disponibles.

Haut de page

Bibliographie

Biolemano, Base de données biographiques de la recherche « Système touristique et culture technique dans l’Arc lémanique : acteurs, réseaux sociaux et synergies (1852-1914) », Université de Lausanne, Fonds national suisse de la recherche (FNS) [https://unil.ch/hist/Biolemano].

Catherine Bertho Lavenir, « Développement des transports et transformations du tourisme. Du bateau à vapeur à l’automobile : évolution d’un “système socio-technique” (xixe-xxe siècles) », traverse. Revue d’histoire, no 1, p. 79-93, 2008.

Bureau de statistique du Département fédéral de l’Intérieur, Annuaire statistique de la Suisse, Berne, Francke, 1907-1914.

Stephanie Crabeck, « Measuring the supply of tourist accommodation: figures that make no sense? Reflections on campsite statistics for Wallonie (Belgium) », Journal of Tourism History, vol. 5, no 2, p. 201-215, 2013.

Département fédéral des postes et des chemins de fer, Statistique des chemins de fer suisses, Berne, Département fédéral des postes et des chemins de fer, 1874-1915.

Alain Desrosières, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 1993 [https://doi.org/10.3917/dec.desro.2010.01].

Victor Egger, Strukturwandlungen in der Schweizer-Hotellerie, Bern, Grunau, 1935.

Bruno Fritzsche, Thomas Frey, Urs Rey et Sandra Romer (dir.), Historischer Strukturatlas der Schweiz, Baden, Hier+Jetzt, 2001.

Jean-Christophe Gay et Véronique Mondou, Tourisme et transport. Deux siècles d’interactions, Paris, Bréal, 2018.

Marc Gigase, Le développement du rail et la construction du système touristique dans l’Arc lémanique (1852-1914), thèse de doctorat (Faculté des Lettres), Université de Lausanne, 2014 [https://serval.unil.ch/resource/serval:BIB_D6BC13E72EB6.P001/REF].

Sébastien Guex, La politique monétaire et financière de la Confédération suisse 1900-1920, Lausanne, Payot, 1993.

Cédric Humair, « Introduction : Le tourisme comme moteur du développement socio-économique et vecteur du rayonnement international de la Suisse (xixe-xxe siècles) », dans Cédric Humair et Laurent Tissot (dir.), Le tourisme suisse et son rayonnement international (xixe-xxe siècles). « Switzerland, the playground of the World », Lausanne, Antipodes, 2011a, p. 9-54.

Cédric Humair, « The hotel industry and its importance in the technical and economic development of a region: the Lake Geneva case (1852-1914) », Journal of Tourism History, no 3, p. 237-265, 2011b.

Cédric Humair, Marc Gigase, Julie Lapointe Guigoz et Stefano Sulmoni, Système touristique et culture technique dans l’Arc lémanique : analyse d’une success story et de ses effets sur l’économie régionale (1852-1914), Neuchâtel, Alphil, 2014.

Cédric Humair et Jan Chiarelli, « Le rôle des banquiers privés dans le développement touristique de la région franco-suisse de l’Arc lémanique (1852-1914). Approches quantitatives et qualitatives à partir de la base de données biographiques Biolemano », dans Gregorini Giovanni et Semeraro Riccardo (dir.), Turismo 4.0. Storia, digitalizzazione, territorio, Milano, Vita et Pensiero, 2021, p. 3-27.

Hans Ulrich Jost, Von Zahlen, Politik und Macht. Geschichte der schweizerischen Statistik, Zürich, Chronos, 2016.

Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 2008.

Polygraphisches Institut Zürich, « Schweizerische Dampfschiffahrt », Die Industrielle und Kommerzielle Schweiz, Zürich, Polygraphisches Institut, no 11-12, 1907.

Peter Püntener, « Der Beitrag des Fremdenverkehrs zur Entwicklung der Schweizer Wirtschaft (1850-1913) », dans Andreas Ernst et al. (dir.), Kontinuität und Krise: sozialer Wandel als Lernprozess. Beiträge zur Wirtschafts- und Sozialgeschichte der Schweiz: Festschrift für Hansjörg Siegenthaler, Zürich, Chronos, 1994, p. 51-60.

Heiner Ritzmann-Blickenstorfer (dir.), Statistique historique de la Suisse, Zurich, Chronos, 1996.

Henri-Georges Senn, La Suisse et le tourisme, Lausanne, Payot, 1918.

Hasso Spode, « La recherche historique sur le tourisme. Vers une nouvelle approche », Mondes du tourisme, no 2, p. 4-18, 2010 [https://doi.org/10.4000/tourisme.267].

Laurent Tissot, « Développement des transports et tourisme : quelles relations ? », Revue suisse d’histoire, vol. 56, no 1, p. 31-37, 2006.

Laurent Tissot, « Storia del turismo e storia economica : considerazioni metodologiche ed epistemologiche », dans Andrea Leonardi et Hans Heiss (dir.), Turismo e sviluppo in area alpina. Secoli XVIII-XX, Innsbruck, Studien Verlag, 2003, p. 23-41.

John K. Walton, « Tourism and Industrialization, c. 1730-1914 », dans Marc Gigase, Cédric Humair et Laurent Tissot (dir.), Le tourisme comme facteur de transformations économiques, techniques et sociales (xixe-xxe siècles) / Tourism as a factor of economic, technical and social transformations (19th-20th centuries), Neuchâtel, Alphil, 2014, p. 41-57.

Zentralbureau des Schweizer Hotelier-Verein, Zur Erinnerung an die schweizerische Landesausstellung, Basel, 1915.

Haut de page

Notes

1 Sur les méthodes quantitatives en histoire, voir la synthèse de Lemercier et Zalc (2008).

2 La durée moyenne de séjour ne peut être calculée que lorsque les sources permettent de connaître les arrivées de touristes et les nuitées pour une même année dans un même pôle, ce qui constitue une configuration documentaire assez rare ; elle diffère fortement selon le type de tourisme pratiqué dans les pôles ; elle s’élève à 3,8 jours à Lausanne en 1901, 3,9 jours à Genève en 1909 et 12,8 jours à Montreux en 1911. Ces trois chiffres ont été utilisés pour l’ensemble de la période dans les trois pôles, même si la durée moyenne de séjour varie probablement au cours du temps.

3 Les données concernant l’indice des nuitées en Suisse sont tirées du travail de reconstruction statistique effectué par Peter Püntener ; elles ont été publiées dans Heiner Ritzmann-Blickenstorfer (1996, p. 740, Tab. M.1).

4 Le choix des quatre compagnies à vocation touristique a été opéré sur la base de Henri-Georges Senn (1918, p. 158-174). Le nombre annuel de passagers des compagnies ferroviaires est tiré de : Département fédéral des postes et des chemins de fer (1874-1915) ; pour la CGN (années 1873-1905) : Polygraphisches Institut Zürich (1907, p. 762) ; (années 1906-1913) : Bureau de statistique du Département fédéral de l’Intérieur (1907-1914) ; pour la crémaillère du Salève : Archives départementales de Haute-Savoie, Fonds 4 S 201, Rapport du Conseil d’administration de la Société anonyme des chemins de fer du Salève à l’assemblée générale des actionnaires, 1893-1913.

5 Archives Beau-Rivage, procès-verbaux du conseil d’administration 1877-1887, rapport du conseil d’administration à l’assemblée générale du 26 mars 1883.

6 Le choix des compagnies à vocation touristique a été opéré sur la base de Henri-Georges Senn (1918, p. 158-174) ; cet auteur a élaboré une méthode permettant de déterminer la part des recettes des compagnies de transport qui sont liées au tourisme. Les compagnies sélectionnées sont les suivantes :
– Suisse intérieure : Righi (crémaillère) ; Bürgenstock (funiculaire) ; Pilatus (c) ; Stanserhorn (f) ;
– Oberland bernois : Schynige Platte (c) ; Brienz-Rothorn (c) ; Jungfrau (c) ; Wengernalp (c) ;
– Grisons : Rhätische Bahn (voie-étroite) ; Davos-Schatzplatz (f) ; Bernina (v-e) ;
– Tessin : Monte Generoso (c); Monte San Salvatore (f) ; Locarno-Madonna del Sasso (f) ;
– Chablais-Valais : Bex-Gryon-Villars (v-e/c) ; Viège-Zermatt (v-e/ c) ; Martigny-Châtelard (v-e).

7 L’offre de transport entre 1852 et 1914 est marquée par des phases d’épanouissement mais aussi de difficultés, qui se traduisent par une concentration du secteur. Ainsi 72 sociétés sont créées durant la période étudiée, dont 43 disparaissent. Pour le détail de l’offre de transport, voir le document « Acteurs collectifs » de la base Biolemano : https://unil.ch/hist/Biolemano [consulté en décembre 2023].

8 Les séries statistiques sur l’offre hôtelière ont été reconstruites à partir des principales sources suivantes : Annuaire du commerce suisse Chapalay & Mottier-Bottin Suisse ; Bottin genevois ; Indicateur général des adresses du Canton de Genève et des localités limitrophes françaises ; Indicateur vaudois ; Indicateur de la ville de Lausanne.

9 Publié pour la première fois en 1896, en trois langues (français, anglais, allemand), le petit livre-réclame Les hôtels de la Suisse rencontre un succès impressionnant auprès des touristes, atteignant un tirage de 100 000 exemplaires en 1913. Pour les hôteliers, ne pas y figurer devient donc un handicap concurrentiel sérieux. Même si le parc hôtelier suisse n’y est pas répertorié de manière exhaustive, cette source permet de définir grossièrement le nombre moyen de lits par hôtel dans chaque pôle lémanique.

10 La Société suisse des hôteliers procède à des enquêtes statistiques auprès de ses membres à l’occasion des expositions nationales de 1883, 1896 et 1914 ; en 1915, son bureau publie un récapitulatif de ces données et notamment de l’investissement moyen par lit qui passe de 5 487 francs suisses en 1880 à 5 986 francs suisses en 1894 et à 6 736 francs suisses en 1912 (Zentralbureau des Schweizer Hotelier-Verein, 1915, Tabelle 20).

11 7,6 millions de francs suisses représentent 0,2 % du PIB de 1913 ; la même proportion du PIB de 2021 correspond à 1,4 milliard d’euros.

12 La dette consolidée se monte à 225 millions de francs suisses et la dette flottante à 58 millions de francs suisses (Guex, 1993, p. 447).

13 Dans l’hôtellerie suisse, la part des capitaux propres est en effet estimée à 30 % en 1912, le reste étant demandé aux banques ou à la bourse (Egger, 1935, p. 126-127).

14 En multipliant le nombre de nuitées passées dans les trois pôles suisses par une dépense journalière moyenne de 20 francs suisses, qui correspond à l’estimation des professionnels de l’époque, on arrive à la somme de 40 millions de francs suisses en 1913 ; les chiffres des nuitées passées à Évian étant plus incertains, nous avons préféré ne pas tenir compte du pôle français ; le salaire du typographe lausannois est de 87 centimes/heure en 1913 (Ritzmann-Blickenstorfer, 1996, p. 447, Tab. G.3).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Évolution de la demande touristique en Suisse et dans l’Arc lémanique : indice des nuitées (1913=100)
Crédits Source : Humair et al., 2014, p. 22 (graphique mis à jour par Cédric Humair et Marc Gigase en 2023).
URL http://journals.openedition.org/tourisme/docannexe/image/6503/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Graphique 2. Évolution des indices de la demande touristique en Suisse (CH) et dans l’Arc lémanique (AL) (1913=100)
Crédits Source : Humair et al., 2014, p. 20 (graphique mis à jour par Cédric Humair et Marc Gigase en 2023).
URL http://journals.openedition.org/tourisme/docannexe/image/6503/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Graphique 3. Indice de la mobilité touristique dans différentes régions suisses (1913=100)
Crédits Source : Humair et al., 2014, p. 23 (graphique mis à jour par Cédric Humair et Marc Gigase en 2023).
URL http://journals.openedition.org/tourisme/docannexe/image/6503/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Graphique 4. Nombre de sociétés de transport (chemin de fer et navigation) dans l’Arc lémanique (1852-1914)
Crédits Source : Humair et al., 2014, p. 31 (graphique mis à jour par Cédric Humair et Marc Gigase en 2023).
URL http://journals.openedition.org/tourisme/docannexe/image/6503/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Graphique 5. Nombre d’hôtels dans les quatre principaux pôles touristiques de l’Arc lémanique (Genève, Lausanne, Vevey-Montreux et Évian)
Crédits Source : Humair et al., 2014, p. 26.
URL http://journals.openedition.org/tourisme/docannexe/image/6503/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique 6. Indice de l’offre hôtelière : nombre de lits en Suisse et dans l’Arc lémanique (1913=100)
Crédits Source : Humair et al., 2014, p. 27 (graphique mis à jour par Cédric Humair et Marc Gigase en 2023).
URL http://journals.openedition.org/tourisme/docannexe/image/6503/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique 7. Stock des capitaux investis dans l’hôtellerie des quatre principaux pôles de l’Arc lémanique (Genève, Lausanne, Vevey-Montreux et Évian) (en millions de francs suisses)
Crédits Source : Humair et al., 2014, p. 356.
URL http://journals.openedition.org/tourisme/docannexe/image/6503/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Humair et Marc Gigase, « Apports et difficultés de la reconstruction de séries statistiques en histoire du tourisme : le cas de la région de l’Arc lémanique »Mondes du Tourisme [En ligne], 24 | 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/tourisme/6503 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tourisme.6503

Haut de page

Auteurs

Cédric Humair

Maître d’enseignement et de recherche, Section d’histoire, Université de Lausanne
Cedric.Humair[at]unil.ch

Articles du même auteur

Marc Gigase

Docteur ès lettres, Université de Lausanne
Enseignant au Gymnase de Beaulieu
marc.gigase[at]eduvaud.ch

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search