Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24BilansMéthodes informatiques et quantit...

Bilans

Méthodes informatiques et quantitatives en histoire du tourisme. Le cas suisse

Computer and quantitative methods in tourism history. The Swiss Case
Laurent Tissot

Résumés

Même si elle reste encore en retrait dans les aspects traités par l’historiographie générale, l’histoire du tourisme en Suisse a fait l’objet de plusieurs études utilisant des approches informatiques et quantitatives. Elles soulignent la pertinence d’entrer dans le jeu, même s’il n’est pas forcément d’un abord aisé pour celles et ceux qui n’ont pas les connaissances suffisantes sur le plan informatique ou statistique. Trois approches seront ici plus précisément développées : une approche textuelle et linguistique ; une approche purement quantitative ; et une approche visuelle et textuelle. Il ne faut voir aucune prétention à l’exhaustivité dans ces choix, mais plutôt la volonté d’apporter un éclairage sur quelques recherches menées individuellement ou collectivement dans différents lieux académiques.

Haut de page

Texte intégral

1Au même titre que l’histoire économique générale, l’histoire du tourisme en Suisse n’est pas en reste dans le développement de recherches alliant méthodologies informatiques et données quantitatives. Certes, il ne suffit pas d’utiliser un ordinateur pour prétendre se ranger dans cette catégorie d’études. Par méthodes informatiques et quantitatives, il faut entendre ce qui permet d’envisager autrement la collection des données d’une part, leur traitement d’autre part, ce dans l’objectif de renouveler les conclusions sur différentes thématiques. Dans le domaine des méthodes quantitatives, signalons l’exercice de reconstruction de données statistiques par Peter Püntener dans le cadre du projet de la Statistique historique de la Suisse et son article pionnier (Püntener, 1994). Le chapitre consacré au tourisme dans la récente Histoire économique de la Suisse au xxe siècle est aussi basé, en grande partie, sur le recours à des données quantitatives (Tissot et Moser, 2021). À l’échelle régionale, la reconstruction de séries statistiques concernant l’Arc lémanique par l’équipe de recherche de Cédric Humair est également une démarche pionnière qui fait l’objet d’un article spécifique dans ce volume1. Dans le domaine de la numérisation des sources, un bel effort a été déployé pour mettre à disposition des corpus extrêmement intéressants pour l’histoire du tourisme : mentionnons seulement la revue de la Société suisse des hôteliers et la Feuille officielle suisse du commerce sur la plateforme e-periodica2 ainsi que les sites de numérisation de la presse3. L’utilisation systématique de ces sources permettrait d’enrichir considérablement nos connaissances. Enfin, en ce qui concerne l’utilisation des données quantitatives et numérisées, le projet Viaticalpes et la banque de données Viatimages à l’Université de Lausanne associent, sous la direction de Claude Reichler, une riche iconographie et d’abondantes sources textuelles4. Il en est de même du projet initié par Patrick Vincent à l’Université de Neuchâtel qui, à partir de la digitalisation de registres d’hôtels, précise les profils et la durée des séjours des voyageurs et voyageuses séjournant en Suisse (Magnin, 2021 ; James et Vincent, 2016).

2Ce premier constat ne doit toutefois pas amener à surestimer le travail accompli. Car ce constat en amène un autre : l’histoire du tourisme n’a pas suscité un intérêt frisant la démesure dans les instances scientifiques et universitaires. Au contraire, comme il l’a été démontré ailleurs, le bilan reste décevant compte tenu de son importance dans l’histoire politique, économique et sociale de la Suisse (Humair, 2007). Dans cette perspective, le tourisme est certainement victime de sa position longtemps restée marginale dans l’ordre explicatif des modernisations des sociétés au xixe siècle et dans la première moitié du xxe siècle (Tissot, 2023). On peut y voir une forme d’incompréhension, que plusieurs auteurs n’ont pas manqué de dénoncer (voir par exemple Walton, 2014, p. 41-57). Il n’en reste pas moins que l’utilisation de ces méthodologies fait partie intégrante de l’outillage heuristique des chercheurs et chercheuses occupées à la problématique touristique. La faiblesse quantitative de la recherche en histoire du tourisme ne minore en rien globalement l’apport qualitatif des recherches s’y référant.

3Au lieu d’envisager un inventaire complet de ce qui a été fait et d’en déduire, un peu prétentieusement, ce qui reste à faite, nous avons choisi de présenter trois approches qui ont fait ou font encore appel à ce qui peut être considéré comme des méthodes informatiques et quantitatives. Nous ne prétendons à aucune exhaustivité à travers ces choix, ni à aucune homogénéité dans leur traitement, ces recherches s’inscrivant dans des contextes scientifiques spécifiques – l’une d’entre elles n’est pas encore achevée ; il s’agit plutôt d’apporter un éclairage sur quelques études menées individuellement ou collectivement dans différents lieux académiques.

Une approche textuelle et linguistique : une analyse sur les Alpes

4Le travail sur la structure du langage, écrit ou oral, a trouvé, depuis plusieurs décennies déjà, un impressionnant renouveau en linguistique avec les approches informatiques et quantitatives (Loudagrin et Poudat, 2017). Grâce à un impressionnant recours à de complexes programmes informatiques, l’analyse de l’usage des mots ainsi que la prise en compte du contexte lexical dans lequel ils sont insérés ouvrent la voie à de multiples possibilités de compréhension sur la structure des énoncés et, par leur répétition dans le texte, leur incidence en termes de persuasion ou de conviction sur le lectorat (Elmiger et Kamber, 2011). En s’inspirant de ces méthodologies très éprouvées en sciences sociales, notamment dans les sciences de la communication, les historiens et historiennes ont aussi utilisé ces approches, particulièrement pour l’analyse de discours dans le domaine politique (Roesti, 2017).

5Les recherches de Pascal Gutknecht et Jon Mathieu (2020) sur l’univers lexical des revues du Club alpin suisse s’inscrivent dans ce courant de recherches. Elles portent sur l’emploi des termes décrivant la montagne et particulièrement les termes « erhaben » (allemand) et « sublime » (français). Comment sont-ils utilisés dans ces périodiques s’adressant en priorité, mais pas seulement, aux alpinistes ? Y a-t-il des changements dans leur usage au cours des cent cinquante années considérées (1864-2014) et selon les contextes dans lesquels ils s’inscrivent ? Peut-on en déduire des modifications de sens, révélatrices de regards différents portés sur la montagne ? Si leur emploi dans la littérature est en effet incontesté et attesté (Reichler, 2002), ces termes révèlent autant une façon de voir et de décrire qu’une manière de s’émouvoir devant la nature alpestre, ce qui accentuerait ou atténuerait son attrait.

6L’intérêt de l’article est de comprendre les variations d’emploi, plus précisément les raisons pour lesquelles ces termes connaissent, dans la durée, une progressive phase de déclin pour totalement disparaître, dans les années 1990, du vocabulaire des alpinistes. La capacité d’un mot à être prédominant à un moment donné dans le discours tenu sur la montagne et son évanouissement au fil du temps témoignent des changements de perception qui, des Lumières et du romantisme jusqu’à la post-modernité, ont agi sur les sociétés « aimantes » des Alpes. Alors que le regard porté sur la montagne est identique – nous l’aimons –, les termes changent. La question est donc sérieuse : quels termes nous permettent le mieux d’exprimer, à un moment donné, nos sentiments et pourquoi évoluent-ils sans que le fond ne change ? Le recours à des méthodes d’analyse textuelle pour y répondre souligne la pertinence de l’étude. Nous en donnerons ici quelques éléments, non seulement pour illustrer la portée de la démarche mais aussi afin de cerner les problèmes qui entourent ce type de recherches, sans pour autant nous attarder sur leur description. Reprenons simplement ce que les auteurs en disent :

Pour avoir une idée générale de la signification des mots (lexèmes) erhaben/sublime, on peut examiner dans quel contexte ils sont utilisés, dans quel contexte ils apparaissent et quelles associations de mots (collocations) en résultent. Pour ce faire, on détermine une probabilité d’apparition à partir de la répartition des lexèmes dans l’ensemble du corpus par rapport à la collocation observée avec les termes de recherche. Les valeurs statistiques obtenues servent à classer les lexèmes. (Gutknecht et Mathieu, 2020, p. 222)

7Il ne s’agit donc pas d’un simple comptage – ce que l’application Ngram Viewer de Google Books permet rapidement de faire sur la base de milliers d’ouvrages – mais d’une mise en relation avec d’autres termes qu’il est nécessaire de localiser en fonction de leur relation et de leur proximité ainsi que de leur degré d’apparition avec les mots déterminés, erhaben/sublime. Si l’on s’en tient à l’analyse du terme « sublime », on aboutit, pour l’ensemble du corpus français et de la période, à la mise en évidence des colocations suivantes, classées selon leur ordre d’importance : 1. spectacle, 2. éperon, 3. beauté, 4. tableau, 5. paysage, 6 . …, 7. !, 8. alpe, 9. dont, 10. montagne, 11. glacier… Le terme sublime est accolé à chacun de ces termes – qui incluent aussi des points de suspension ou d’exclamation, pour préciser l’intensité de la combinaison.

8Ce premier état global est suivi d’une dimension diachronique qui montre mieux la variation des termes selon les périodes. Non seulement le contexte alpin change – ce que l’on appelle la « modernité » a souvent été regardé, quand on l’associe à la montagne, à des formes de transgression. La « pureté » physique – une nature immaculée – et sociale – des communautés inaltérables – fait l’objet d’une remise en cause considérable dès la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mais c’est aussi le contexte tout entier qui se reconstruit sous différentes impulsions : les guerres, les crises économiques et les changements climatiques. Que ce soit sous le coup des « agressions » contre l’environnement qui se multiplient, avec la transformation physique du paysage, la densification touristique et les incidences climatiques, ou des nouveaux cadres de référence qui transforment les populations alpines – souvent pas mécontentes de se délester de ce lourd fardeau représenté par la tradition et l’authentique –, les qualificatifs se renouvellent dans leur intention de montrer que, malgré tous ces changements, rien ne change (Crettaz, 1993).

9Mais ce qui a changé, c’est ce qui est demandé à la montagne. La recherche de Gutknecht et Mathieu montre bien ce renversement : la disparition lente mais progressive du « sublime » correspond à l’émergence de ce que d’autres chercheurs ont appelé la phase « utilitariste » des Alpes, qui deviennent uniquement un objet de plaisirs et de loisirs dès les années 1990 (Bubenhofer et Scharloth, 2011). Pour mieux expérimenter ces usages de la montagne, conseils et propositions pratiques expulsent donc les expressions émotionnelles traditionnelles qui avaient exclusivement fait de cet espace un objet d’émerveillement.

10Travailler sur le Club alpin et ses publications est central dans une approche sur les Alpes. Ses membres constituent une clientèle nombreuse, fidèle, influente mais aussi critique de cet espace. De plus, leurs orientations politiques et idéologiques marquent durablement les regards qui lui sont portés et la place que la société lui donne (Tissot, 2020). C’est dire que leur autorité dépasse le cercle des membres et touche de larges pans de la population. On pourrait pourtant alléguer que le choix des publications du Club alpin peut représenter un biais dans les objectifs recherchés dès lors que, loin d’assimiler l’ensemble du public qui porte la montagne dans son cœur, son lectorat est surtout constitué d’amateur·rice·s conscient·e·s des vertus que l’on y trouve et vénère. On pourrait même avancer que, par une généralisation abusive, il donne une image tronquée car ces publications surdéterminent ce qui mérite d’être vu, admiré ou utilisé. En l’occurrence, le passage de l’émotion devant la montagne à sa plate utilisation s’impose à un public particulier qui ne se retrouve pas ailleurs. Des journaux politiques, des quotidiens, des revues (hebdomadaires grand public), des catalogues d’agences de vacances, etc. permettraient un élargissement des focales mieux à même de prendre en compte des publics socialement et politiquement divers : classes supérieures, classes éduquées, classes populaires, autochtones (hommes et femmes), touristes étrangers et étrangères ; conservateurs, libéraux, socialistes, communistes, écologistes, etc., bref un panel débordant le cadre délimité de celles et ceux – les alpinistes – qui savent ce qu’est la montagne, qui savent en parler et la maîtriser. Dire que d’autres corpus auraient peut-être pu être envisagés ne diminue en rien l’intérêt de porter son attention sur le Club alpin.

11L’apparition/disparition de termes s’inscrit aussi dans des usages de la langue qui dépassent la périphérie des lecteur·rice·s, spécialistes ou non, des thématiques traitées : les stratégies éditoriales à soubassement commercial s’imposent parfois avec force aux habitudes de lecture (Clavien, 2017). Plaire pour ne pas trépasser ou changer pour rester moderne relève d’une attitude ou d’une prise de conscience qui amène des transformations fondamentales dans la façon de s’adresser à l’autre et de le convaincre selon de nouvelles tendances ou modes. Le Club alpin suisse a été exposé à la concurrence féroce d’autres « amis » de la montagne, comme l’Unione Ticinese Operai Escursionisti dans le canton du Tessin ou les Naturfreunde et les Wandervogel en Suisse alémanique, qui lui étaient idéologiquement opposés et qui étaient porteurs de revendications qui ont imposé des changements de stratégies pour ne pas disparaître et ont fait exploser la force émotive de la montagne, désormais appréciée uniquement dans sa fonction utilitariste (Hoibian, 2020). Ce sont autant de pistes de recherches.

12Répétons-le. Il ne s’agit pas de minimiser l’impact de l’étude de Gutknecht et Mathieu qui ouvre de vraies perspectives dans l’histoire lexicale et dans les représentations. Leur choix ne se discute pas tant les alpinistes restent des acteur·rice·s privilégié·e·s de l’espace alpin et, en cela, ils s’imposent dans un espace qu’ils considèrent, à tort ou à raison, comme le leur ou, tout au moins, comme un espace qu’ils comprennent mieux que d’autres. L’argument d’autorité ne suffit cependant pas à clore le débat.

Une approche purement quantitative : la gestion foncière

  • 5 FNS, Subside de recherche no 140325 - 2012-2016 : La montagne négociée. Tourisme et régulations ter (...)

13En s’appuyant sur les recherches de Luigi Lorenzetti et Daniela Delmenico (2017) réalisées dans le cadre d’un projet de recherche financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS 2012-2016)5, nous sommes en mesure de mieux situer dans le champ historiographique l’impact d’une utilisation raisonnée de méthodes quantitatives. La gestion des territoires dans les régions de montagne est une thématique encore peu travaillée (Lorenzetti et al., 2019). Elle nécessite un corpus de sources détaillées sur toutes les transactions immobilières, notamment sur les ventes et achats de terrain. Avec la station-village de Champéry dans le canton du Valais, la possibilité est offerte de comprendre les mécanismes qui amènent un village initialement orienté vers la paysannerie de montagne à devenir une station touristique reconnue avec l’aménagement d’hôtels puis celui de maisons individualisées qui activent le phénomène des résidences secondaires. Car la question touristique ne se développe pas uniquement sous l’angle de la politique de l’offre en infrastructures, constructions hôtelières, immobilières, routières et ferroviaires, des aménagements en termes de distraction (téléphériques, remontées mécaniques, piscines, etc.), des efforts en termes publicitaires (office de développement et du tourisme), du nombre d’hôtes qu’une station accueille ou du nombre de personnels qu’elle emploie.

14La création d’une destination résulte aussi de la gestion du sol, soit sa capacité à mobiliser des ressources mobilières pour les consacrer à des fins touristiques. En d’autres termes, il s’agit de mieux comprendre comment les liens entre le système politique et social local et le fonctionnement du marché foncier et immobilier se régulent. La disponibilité de terrains en suffisance implique des négociations, plus ou moins ardues, entre les propriétaires, généralement issus des familles indigènes, et les acheteurs potentiels, qui sont soit, eux aussi, natifs du lieu, soit extérieurs à ce dernier. C’est cette problématique, centrale pour saisir l’émergence du système touristique, que Lorenzetti et Delmenico ont voulu développer, centrale parce qu’elle nous fait remonter à l’origine même du déclenchement du processus touristique et de son implantation, réussie ou non, dans un espace précis. L’étude s’inscrit dans les débats qui ont notamment agité la communauté des géographes sur la pertinence du concept de « mise en tourisme » pour comprendre le processus qui amène un espace à se transformer et à se destiner à des activités touristiques (Kadri, 2019). Construire un système touristique implique historiquement de détecter quand et comment on passe d’une gestion agro-pastorale à une gestion touristico-immobilière et plus précisément liée, à terme, à la construction de résidences secondaires. Car si Champéry est connue, dès le milieu du xixe siècle, comme une station touristique classique, avec son lot d’hôtels qui n’entraînent pas pour autant la station dans une spirale « inflationniste » sans limite, un redéploiement est visible, cent ans plus tard, surtout en lien avec ce nouveau type d’hébergement. Une transition s’opère en effet au milieu du xxe siècle. Elle est précisément l’objet de l’étude de Lorenzetti et Delmenico car elle marque une véritable « reconstruction » du secteur du tourisme à Champéry.

15Amorce d’une nouvelle conquête de la montagne, cette séquence historique n’est pas propre à cette station valaisanne et a présidé à la destinée de maints autres lieux (Sauthier, 2016 ; Guex, 2016). Sous l’influence notamment des sports d’hiver, le phénomène des résidences secondaires s’impose comme l’un des éléments clés du développement touristique alpin (Clivaz et Nahrath, 2010). Le profil social des vendeurs-acquéreurs prend une dimension toute particulière dès lors qu’il s’agit de savoir si le « pouvoir local » reste entier dans l’aménagement des constructions et de leur contrôle ou s’il se désagrège en fonction de la progressive propriétarisation étrangère du sol. Champéry réussit à maintenir un équilibre, d’une part, entre un aménagement associant hôtellerie et résidences secondaires et, d’autre part, entre propriétaires allogènes et exogènes. L’adoption d’un plan d’aménagement local en 1969 reflète la crainte d’un emballement inconsidéré des réalisations. En maintenant un développement contrôlé des constructions individuelles, la station adhère à un modèle intégré, associant le développement à un souci de conservation paysagère. L’étude se focalise sur les transactions immobilières effectuées au sein de la commune en les répertoriant précisément. Le recours aux archives notariales, toujours fastidieux mais essentiel, ainsi qu’à des statistiques fédérales et cantonales conditionne la pertinence de l’étude. En prenant le parti de mener de telles recherches sur près d’un siècle (1874-1969) et en les intégrant dans des analyses quantitatives, Lorenzetti et Delmenico parviennent à des résultats tout à fait substantiels : l’enregistrement de 1 023 transactions, dont 216 (21,1 %) souscrites entre 1874 et 1914, 218 (21,3 %) entre 1915 et 1944 et 589 (57,6 %) entre 1945 et 1969, montre tout d’abord l’accélération des échanges dès les années 1950, accélération toutefois déjà amorcée dans les années 1930 en lien avec le premier essor du tourisme hivernal et les premiers projets de développement des infrastructures pour les sports d’hiver. On observe également une forte concentration des échanges dans les mains d’un groupe d’une dizaine de patronymes originaires du village, des acteurs très engagés dans la vie politique locale, ce qui pousse les auteurs de l’article à parler de « multipositionnalité » assurant un contrôle étroit du développement local. Autre élément mis en évidence : la structure des échanges évolue dans le sens d’une forte augmentation de ceux concernant des immeubles ruraux (chalets, greniers, écuries...) au détriment de ceux touchant des immeubles d’habitation (maisons et appartements avec ou sans propriété foncière), la construction des résidences secondaires occupant dans une large mesure les terrains agricoles. Le phénomène est clairement visible à travers une analyse cartographique.

16Sur le long terme, les incidences sur le profil social des propriétaires sont réelles. Ce que l’on pouvait considérer comme la caractéristique du démarrage touristique – l’osmose entre sphères économique et politique de la localité – tend à disparaître dans les années 1950. Le modèle touristique local laisse place à une phase marchande, la gestion foncière et immobilière « acquérant une valeur d’échange supérieure à sa valeur d’usage » (Lorenzetti et Delmenico, 2017, p. 9). Ce qui ne veut pas dire que la voie est totalement dégagée au seul « laisser-faire laisser-aller ». La dynamique des transactions révèle au contraire un attachement à certaines valeurs patrimoniales en ce qui concerne le paysage. Comme l’indiquent les deux auteurs :

les choix de vente du groupe des dix patronymes les plus actifs sur le marché foncier tendent à limiter le transfert de la propriété foncière (ainsi qu’immobilière) dans les mains des acheteurs non domiciliés sans toutefois que ceci puisse empêcher la transition du village vers le tourisme résidentiel. L’impression d’une gestion foncière qui essaye de freiner les effets les plus négatifs de la spéculation est d’ailleurs corroborée par la valeur des transactions. (Lorenzetti et Delmenico, 2017, p. 10).

17On n’observe donc ni fatalisme ni conservatisme dans les modes de régulation expérimentés à Champéry.

18Cette conclusion permet de nuancer les caricatures énoncées dans certains discours, tant politiques qu’économiques, prédisant le tout à l’encan ou, son opposé, l’addiction à une forme de conservatisme. Elle amène surtout à mieux contextualiser des notions théoriques forgées dans les années 1980 par des géographes, notamment Richard Butler qui développe le concept de cycle de vie d’une station touristique sur le long terme (Butler, 2006). Objet d’un grand nombre de critiques à cause de son déterminisme latent, cette théorie soutient que toute destination touristique passe par « une phase d’exploration et de découverte, d’implication et d’entraînement local, de développement, de consolidation, de stagnation, et se termine par une phase de déclin ou bien bénéficie d’une phase de régénération dite aussi de renouvellement » (Suchet, 2015, p. 8). Si les capacités de charge, qu’elles soient biophysiques, psychosociales ou bien relatives aux équipements, conditionnent l’évolution du cycle, la phase de régénération peut notamment être marquée par l’arrivée d’investisseurs extérieurs à la station, qui représentent un nouveau profil économique. Le cas de Champéry révèle la résilience des acteurs locaux aptes à s’immiscer dans la reconfiguration de la station comme station dominée par les résidences secondaires. Cependant, le choix d’appliquer comme seul critère de sélection des acteurs impliqués celui des patronymes peut être interrogé. S’en tenir à cet unique aspect sous-estime les changements qui affectent la population dite locale en termes de professionnalisation, de connaissances et d’accumulation de capital social et matériel. Il reste que, du fait du volume des transactions impliquées, une analyse de la gestion foncière réclame le recours à des données quantitatives et un traitement statistique sur le long terme.

Une approche visuelle et textuelle

19L’application de méthodes informatiques à l’histoire du tourisme trouve dans le projet consacré à un explorateur-alpiniste-photographe une très belle illustration, mettant à profit la combinaison entre approche visuelle et approche textuelle. Soulignons que cette étude est toujours en cours et que les résultats restent encore à consolider, ce qui rend difficile d’en tirer une conclusion définitive.

20Né le 24 décembre 1868 à La Chaux-de-Fonds et mort le 5 juin 1925 dans le golfe d’Aden, médecin de formation, Jules Jacot-Guillarmod est surtout connu, comme alpiniste, pour ses ascensions dans les Alpes suisses et surtout pour sa participation à deux expéditions dans l’Himalaya (Buffet, 2012). Il a donné de nombreuses conférences sur ses expéditions et régulièrement publié des articles dans des journaux et magazines suisses ainsi qu’un ouvrage relatant ses expériences (Jacot-Guillarmod, 1904 et 2019). Il était également très actif dans diverses associations : il est nommé président de la section des Diablerets du Club alpin suisse de 1915 à 1917, puis président de l’Association suisse des sociétés de géographie de 1917 à 1920. Il est récompensé par diverses distinctions : en 1920, Albert Ier de Monaco lui décerne le grade d’Officier de l’ordre de Saint-Charles lors du congrès d’alpinisme de Monaco et, en 1925, le roi Fouad Ier d’Égypte le nomme Grand officier de l’ordre du Nil lors du congrès international de géographie du Caire.

21Passionné de photographies, Jules Jacot-Guillarmod n’a cessé d’immortaliser ses voyages et expéditions. Le fonds photographique est composé de quelque 12 000 photographies sur plaques de verre, dont 4 489 ont été numérisées. Parmi celles-ci figure une série qu’il a intitulée « Europe », comprenant quelque 2 700 clichés variés, dont des excursions en montagne en France et en Suisse, des scènes militaires, des voyages en Suisse, des vues du canton de Neuchâtel et des scènes familiales. Ce qui nous intéresse pour cet article est un lot d’environ 100 plaques qui concerne le voyage de noces des Jacot-Guillarmod à Athènes et à Istanbul en 1907, ainsi que 120 autres plaques qui sont des autochromes illustrant des sujets suisses. Nous entrons ici pleinement dans la thématique du tourisme, Jules et son épouse Madeleine s’adonnant aux plaisirs de la visite et de la promenade. En plus de ces sources photographiques, le chercheur peut compter sur l’existence d’un journal personnel comptant plus de 6 000 pages réparties dans 74 carnets que Jules a tenu scrupuleusement de 1885 à sa mort en 1925. Le journal a aussi fait l’objet d’une numérisation qui, ajoutée à une retranscription, en facilite la lecture.

22L’intérêt d’une approche combinant analyse textuelle, au sens de l’étude de Gutknecht et Mathieu, et analyse visuelle des photographies est rapidement apparu aux chercheurs. Se focalisant sur l’expédition entreprise en 1902 dans l’Himalaya, dans laquelle l’alpiniste neuchâtelois joue un rôle important, Joël Jornod a été le premier à montrer la pertinence d’associer dans une même approche l’analyse de ces différents supports (Jornod, 2020). Depuis, un nouvel apport a encore contribué à étendre l’exploration méthodologique des sources de Jules Jacot-Guillarmod. En collaboration avec la Bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds, dépositaire des fonds, l’Association famille Jacot-Guillarmod s’est en effet associée à une start-up issue du projet mené à l’École polytechnique fédérale de Lausanne, « Time-Machine », pour entreprendre une numérisation systématique des sources, avec l’objectif d’établir des méthodes d’analyse et d’interactivité permettant d’allier photographies et journal. La start-up en question, Volumen, utilise des techniques de robotique et d’apprentissage automatique à l’aide d’algorithmes et d’un système d’exploitation pour entreprendre une numérisation systématique des sources afin d’établir des méthodes d’analyse et d’interactivité permettant d’allier plus profondément photographies et journal6.

23Les recherches menées à ce jour permettent déjà de se faire une idée des potentialités offertes par cette approche. Un premier résultat est l’établissement d’une carte mondiale permettant de situer les nombres d’occurrences par lieu trouvées à la fois dans les photographies et le journal. Ainsi, pour le voyage de noces, qui a lieu au cours de la deuxième quinzaine de mai 1907 et comprend la visite d’Athènes, d’Istanbul et de leurs environs, 17 occurrences concernent la capitale grecque et 128 la métropole turque7. En zoomant sur la carte, on repère également plusieurs occurrences qui concernent les côtes grecques, ainsi que le passage du Bosphore et le voyage sur la mer de Marmara. En cliquant sur les occurrences, le système nous indique immédiatement les photographies du lieu prises par Jules Jacot-Guillarmod, ainsi que les mentions apparaissant dans le journal à la date indiquée. Une relation immédiate peut ainsi être faite entre les lieux, les photographies et le journal, qui nourrit le voyage grâce aux commentaires, brefs mais précis, sur les destinations visitées, les personnes rencontrées ainsi que les vues et monuments admirés.

  • 8 Jules Jacot-Guillarmod dénomme aussi la ville de son ancien nom, Constantinople. Rappelons que l’ap (...)

24Prenons pour exemple la visite de « Stamboul8 » (Istanbul) réalisée le 16 mai 1907 (les mentions des visites sont reprises dans l’illustration 1 ci-dessous) :

Très beau. Vent du Nord. Travaux domestiques. Levé à 8h. Déjeuner. Notre guide vient nous prendre, et nous filons avec lui en voiture faire le tour classique des premiers jours à Stamboul. Musée impérial ; deux beaux tombeaux d’avant 3 J.-C. celui dit d’Alexandre, et celui des Pleureuses, quelques restes assyriens, une momie et son sarcophage, quelques mosaïques, beaucoup d’objets trouvés dans les tombeaux de Didon et c’est tout ; fait le tour du Vieux Sérail, évité de voir le trésor qui coûte 300 frs (?) d’entrée et des protections : il y a heureusement mieux que cela au Louvre et à la London Tower. Voir la fontaine d’Achmed [triballes?] avant d’entrer à Ste-Sophie ; où on reste 1h de temps à la parcourir en bas d’abord, puis en haut : nombreux signes du passage des musulmans après les chrétiens et traces de vandalisme. (Bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds (BVL). Fonds JJG. Journal personnel, 16 mai 1907)

25Le journal se poursuit ainsi pour le 16 mai :

On passe ensuite près de la fontaine de l’Empereur Guillaume par l’hippodrome, au bout duquel sont les obélisques, dont un vrai d’Egypte et une bête par Constantin, colonne Serpentine et musée des Janissaires ; beaux vieux costumes sur le ministre et leur suite, bourreaux etc. Fait le tour par la place des 1 001 colonnes, puis le tombeau du Sultan Mahomoud, la colonne brûlée à la mosquée du sultan Bayazid (pigeons). Auparavant, on avait encore visité la mosquée d’Achmed aux Six minarets, avec de belles fayences de Chine et une partie peinte, le reste de la commande n’étant pas arrivée ! Descendus par le Séraskéral (Ministère de la Guerre) au nouveau pont et remontés par la banque ottomane à la pension Meyran, à Péra. Congédiés notre guide qui viendra nous reprendre après-midi […] Rechangés ; soupés et causés avec quelques pensionnaires, très intéressants. Lu – au lit à 10 1/2. (BVL. Fonds JJG. Journal personnel, 16 mai 1907)

Illustration 1. Journal personnel de Jules Jacot-Guillarmod, jeudi 16 mai 1907

Illustration 1. Journal personnel de Jules Jacot-Guillarmod, jeudi 16 mai 1907

Source : https://ajg.volumen.ch/​documents/​27/​pages/​40#scroll-to-year

26Dans l’extrait cité, Jules ne se contente pas simplement d’écrire ce que lui et son épouse Madeleine voient ; le trait est plus affûté, avec des comparaisons avec d’autres lieux permettant de « juger », tel un guide de voyage, de la qualité touristique, notamment des « contenus » des musées d’Istanbul. Si cet extrait révèle la sévérité des jugements, il montre aussi ce qui est « fait » par deux touristes à Istanbul et ce qui est à voir. La description suit un ordre logique. Mais l’extrait soulève aussi l’importance des interactions entre touristes, le soir, une fois de retour à l’hôtel. En cliquant sur les occurrences photographiques, nous pouvons immédiatement les visualiser. Une soixantaine de clichés ont été réalisés par Jules. Nous avons repris ci-dessous deux clichés (cf. illustrations 2 et 3), le premier montrant une vue de Sainte-Sophie et le second immortalisant Madeleine devant le détroit du Bosphore.

27Les autres clichés montrent des monuments, des vues sur les alentours, des scènes de rue (défilés de soldats et de fanfares, passants, boutiques, etc.) ; plusieurs photographies mettent en scène Madeleine (notamment nourrissant des pigeons ou posant en compagnie du guide à la campagne) mais aussi d’autres touristes. La qualité des images permet, outre l’intérêt historique des clichés, d’analyser le fait « d’être » touristes en ce début du xxe siècle (en ce qui concerne l’habillement, l’environnement, l’état des lieux et des monuments, le choix des perspectives, etc.). Jules prend toujours soin de nous représenter le quotidien – et des visiteur·euse·s et des visité·e·s – sans passer sous silence les impressions que ce voyage lui inspire.

28Comment des touristes s’approprient-ils l’espace qu’ils visitent ? Cette question est centrale dans l’historiographie du tourisme. En offrant une combinaison numérique et informatique, les méthodologies développées par Volumen sont appelées, sans aucun doute, à se développer plus avant et à s’affiner. Si la combinaison entre archives visuelles et textuelles, comme nous pouvons déjà l’expérimenter à travers le fonds Jules Jacot-Guillarmod, apporte des informations sur les faits et gestes de touristes, elle rend aussi possible de mieux cerner l’univers touristique pris dans son épaisseur en resituant les lieux, les visites, les monuments, les rencontres dans un contexte plus approprié que la simple relation des « choses » à voir.

29Si le vœu de l’Association famille Jacot-Guillarmod d’offrir, par souci de patrimonialisation, les archives de l’aïeul en libre accès est tout à fait louable, la collaboration avec la start-up chargée d’aménager la plateforme n’est cependant pas sans poser de problèmes. La dimension informatique telle qu’elle est proposée par ces spécialistes notamment dans la conception des algorithmes rend le dialogue compliqué avec les chercheurs peu versés techniquement dans ces approches. Ceux-ci reprennent en main des données préparées à l’avance sur des bases qui leur échappent mais qui les conditionnent. La formulation des questionnements est fortement déterminée par les opérations réalisées en amont de l’analyse proprement dite. En conséquence, force est de constater que le chercheur n’a pas une totale maîtrise de son étude même s’il est consulté au cours du travail. L’outil numérique doit-il être au service de la recherche ou la recherche peut-elle se faire en toute liberté avec cet outil conçu par des informaticiens ? La question se pose. Soulignons encore une fois que nous traitons ici d’un travail en cours et qu’il faudra attendre sa réalisation complète avant de pouvoir apporter une quelconque réponse à ces questions.

Conclusion

30Même si elle reste encore en retrait dans les aspects traités par l’historiographie générale, l’histoire du tourisme en Suisse a fait l’objet de plusieurs études utilisant des approches informatiques et quantitatives. Celles-là soulignent la pertinence d’entrer dans le jeu, même s’il n’est pas forcément d’un abord aisé pour celles et ceux qui n’ont pas les connaissances suffisantes sur le plan informatique ou statistique. Vues sous cet angle, de telles recherches impliquent la nécessité de s’associer à d’autres disciplines et à d’autres compétences : l’informatique bien sûr mais aussi la cartographie, l’anthropologie visuelle, la linguistique, la statistique ou l’économie territoriale. En l’occurrence, les historien·ne·s ne peuvent pas travailler seul·e·s. L’interdisciplinarité – qu’on le veuille ou non – devient un passage inévitable. Ce qui ne veut pas dire que la discipline historique n’est pas capable de mener ses proches recherches avec ses propres outils et méthodes. Mais les trois études présentées ici le prouvent clairement : elles s’appuient sur des disciplines partenaires, qui ne sont pas simplement des domestiques à qui l’on peut commander des services. L’interdisciplinarité est avant tout un dialogue constant qui entraîne une capacité d’écoute et un effort de part et d’autre pour qu’elle devienne réellement efficace et rentable.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie de l’histoire suisse (BHS) : https://www.nb.admin.ch/snl/fr/home/recherche/bibliographies/bhs.html#-1834170716.

Noah Bubenhofer et Joachim. Scharloth, « Korpuspragmatische Analysen alpinistischer Literatur », dans Daniel Elmiger et Alain Kamber (dir.), La linguistique de corpus – de l’analyse quantitative à l’interprétation qualitative. Neuchâtel, 2011, p. 241-259.

Charlie Buffet, Jules Jacot Guillarmod, pionnier du K2. Un explorateur photographe à la découverte de l’Himalaya (1902-1905), Genève, Slatkine, 2012.

Richard W. Butler, « The origins of the tourism area life circle », dans R.W. Butler (dir.), The tourism area life circle, Clevedon, Channel View Publications, 2006.

Alain Clavien, La presse romande, Lausanne, Antipodes, 2017.

Christophe Clivaz et Stéphane Nahrath, « Le retour de la question foncière dans l’aménagement des stations touristiques alpines en Suisse », Revue de géographie alpine / Journal of Alpine Research, vol. 98, no 2, 2010 [https://doi.org/10.4000/rga.1220].

Bernard Crettaz, La beauté du reste : confession d’un conservateur de musée sur la perfection et l’enfermement de la Suisse et des Alpes, Genève, Zoé, 1993.

Daniel Elmiger et Alain Kamber (dir.), La linguistique de corpus : de l’analyse quantitative à l’interprétation qualitative / Korpuslinguistik: von der quantitativen Analyse zur qualitativen Interpretation, Neuchâtel, Institut des sciences du langage et de la communication, 2011.

Delphine Guex, Tourisme, mobilités et développement régional dans les Alpes Suisses : mise en scène et valeur territoriale. Montreux, Finhaut et Zermatt du xixe siècle à nos jours, Neuchâtel, Alphil, 2016.

Pascal Gutknecht et Jon Mathieu, « “Erhabene Berge”. Eine korpuslinguistische Studie zu den Periodika des Schweizer Alpen-Clubs von 1864 bis 2014 », Histoire des Alpes, 2020, p. 215-234.

Olivier Hoibian (dir.), La montagne pour tous. La genèse d’une ambition dans l’Europe du xxe siècle, Toulouse, Le Pas d’Oiseau, 2020.

Cédric Humair, « Introduction. Le tourisme comme moteur du développement socioéconomique et vecteur du rayonnement international de la Suisse (xixe et xxe siècles », dans Cédric Humair et Laurent Tissot (dir.), Le tourisme suisse et son rayonnement international, Lausanne, Antipodes, 2007, p. 9-54.

Jules Jacot-Guillarmod, Six mois dans l’Himalaya. Le Karakorum et l’Hindu-Kush : voyages et explorations aux plus hautes montagnes du monde, Neuchâtel, Sandoz, 1904 [réédité en 2019 par les Éditions Chaman avec l’adjonction de nombreuses photographies].

Boualem Kadri, Maria Bondarenko et Jean-Phariste Pharicien, « La mise en tourisme : un concept entre déconstruction et reconstruction. Une perspective sémantique », Téoros, vol. 38, no 1 2019 [http://journals.openedition.org/teoros/3413].

Kevin J. James et Patrick Vincent, « The Guestbook as Historical Source », Journal of Tourism History, vol. 8, no 2, p. 147-166, 2016 [https://doi.org/10.1080/1755182X.2016.1199602].

Joël Jornod, « Revivre et faire vivre l’Himalaya. L’expédition de Jules Jacot-Guillarmod au K2 en textes et en images (1902) », Laurent Tissot et al. (dir). Dévoiler l’ailleurs. Correspondances, carnets et journaux intimes de voyages, Neuchâtel, Alphil, 2020, p. 141-160.

Luigi Lorenzetti et Daniela Delmenico, « La transition touristique d’une “station-village”. Multipositionnalité et gestion foncière à Champéry (Valais), 1870-1970 », Journal of Alpine Research / Revue de géographie alpine, vol. 105, no 4, 2017 [https://doi.org/10.4000/rga.3643].

Luigi Lorenzetti, Yann Decorzant et Anne-Lise Head-König (dir.), Relire l’altitude : la terre et ses usages. Suisse et espaces avoisinants, xiie-xxie siècles, Neuchâtel, Alphil, 2019.

Frédéric Loudagrin et Céline Poudat, Explorer un corpus textuel : méthodes, pratiques, outils, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, 2017.

Jérémie Magnin, « The Rigi-Kulm visitors’ book: questions of authenticity and intertextuality », Studies in Travel Writing, vol. 25, no 3, p. 389-402, 2021.

Peter Püntener, « Der Beitrag des Fremdenverkehrs zur Entwicklung der Schweizer Wirtschaft (1850-1913) », dans Andreas Ernst et al. (dir.), Kontinuität und Krise: sozialer Wandel als Lernprozess. Beiträge zur Wirtschafts- und Sozialgeschichte der Schweiz: Festschrift für Hansjörg Siegenthaler, Zürich, Chronos, 1994, p. 51-60.

Claude Reichler, La découverte des Alpes et la question du paysage, Genève, Georg, 2002.

Jonas Roesti, Les mots de l’engagement : analyse du discours syndical de Pierre Aragno au temps des deux guerres mondiales, mémoire non publié, Université de Neuchâtel, 2017.

Géraldine Sauthier, Pouvoir local et tourisme. Jeux politiques à Finhaut, Montreux et Zermatt de 1850 à nos jours, Neuchâtel, Alphil, 2016.

André Suchet, « Pour en finir avec le concept de Butler (1980) et son modèle d’évolution des destinations touristiques. Le cycle de vie comme un concept inadapté à l’étude d’une aire géographique », Loisir et société / Leisure and Society, vol. 38, no 1, p. 7-19, 2015.

Laurent Tissot, « Des brise-glaces en papier ? Trente ans de recherches sur le tourisme en Suisse (1990-2020) », Téoros. Revue de recherche en tourisme, vol. 43, no 1, 2023.

Laurent Tissot, « Le Club alpin suisse comme champ d’investigation des loisirs de montagne de 1863 à nos jours. Une démocratisation inachevée ? », dans Olivier Hoibian (dir.), La Montagne pour tous. La genèse d’une ambition dans l’Europe du xxe siècle, Toulouse, Le Pas d’oiseau, 2020, p. 47-74.

Laurent Tissot et Peter Moser, « Économie intérieure, tourisme et agriculture », dans Patrick Halbeisen et al. (dir.), Histoire économique de la Suisse au xxe siècle, Neuchâtel, Éditions Livreo-Alphil, 2021, p. 551-654.

Daniela Vaj, Claude Reichler, Christian Kaiser et Nicolas Bugnon, VIATIMAGES. Banque d’’images et textes numérisés issus des anciens récits de voyage dans les Alpes (xvie-xixe siècles), Lausanne, Université de Lausanne, 2009 [https://serval.unil.ch/resource/serval:BIB_10DA16932782.S001/REF].

John K. Walton, « Tourism and Industrialization, c. 1730-1914 », dans Marc Gigase et al. (dir.), Le tourisme comme facteur de transformations économiques, techniques et sociales (xixe-xxe siècles), Neuchâtel, Alphil, 2014, p. 41-57.

Haut de page

Notes

1 Voir, dans ce volume, Cédric Humair et Marc Gigase, « Apports et difficultés de la reconstruction de séries statistiques en histoire du tourisme : le cas de la région de l’Arc lémanique ».

2 https://www.e-periodica.ch/digbib/volumes?UID=htr-001 [consulté en décembre 2023].

3 https://www.e-newspaperarchives.ch; https://www.letempsarchives.ch; https://scriptorium.bcu-lausanne.ch [consultés en décembre 2023].

4 https://www.unil.ch/viaticalpes/fr/home.html [consulté en décembre 2023].

5 FNS, Subside de recherche no 140325 - 2012-2016 : La montagne négociée. Tourisme et régulations territoriales dans les Alpes, 1870-1970. Requérant principal : Luigi Lorenzetti (Università della Svizzera italiana).

6 Voir : https://ajg.volumen.ch/ [consulté en décembre 2023].

7 Voir : https://ajg.volumen.ch/expo [consulté en décembre 2023].

8 Jules Jacot-Guillarmod dénomme aussi la ville de son ancien nom, Constantinople. Rappelons que l’appellation officielle Istanbul date de 1930.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Journal personnel de Jules Jacot-Guillarmod, jeudi 16 mai 1907
Crédits Source : https://ajg.volumen.ch/​documents/​27/​pages/​40#scroll-to-year
URL http://journals.openedition.org/tourisme/docannexe/image/6549/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Illustration 2. Vue de l’église Sainte-Sophie
Crédits Source : https://ajg.volumen.ch/​search?keyword=Stamboul&wikidataId=&type=image&page=1
URL http://journals.openedition.org/tourisme/docannexe/image/6549/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Illustration 3. Madeleine devant le détroit du Bosphore
Crédits Source : https://ajg.volumen.ch/​search?keyword=Stamboul&wikidataId=&type=image&page=1
URL http://journals.openedition.org/tourisme/docannexe/image/6549/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Tissot, « Méthodes informatiques et quantitatives en histoire du tourisme. Le cas suisse »Mondes du Tourisme [En ligne], 24 | 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/tourisme/6549 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tourisme.6549

Haut de page

Auteur

Laurent Tissot

Professeur honoraire en histoire contemporaine, Université de Neuchâtel
laurent.tissot[at]unine.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search