Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros#19ArticlesDonnées de la recherche hier et a...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Données de la recherche hier et aujourd’hui : pour une histoire politique du travail en sciences humaines et sociales

Research archives, past and present: towards a political history of work in humanities and social sciences
Christelle Rabier et Camille Noûs
p. 51-66

Résumés

Préparer un plan de gestion de données (DMP) est une requête émanant de plusieurs organismes de financement de la recherche européens : cette injonction invite à reconsidérer l’histoire des relations entre chercheurs, chercheuses et leurs « données », définies comme des archives du travail ordinaire de recherche. L’article analyse les modalités de la conservation des matériaux de la recherche dans le temps. Il s’interroge sur le cadre administratif de conservation et à son évolution avec l’irruption du support numérique. En s’interrogeant sur leur élaboration – pratiques d’autoarchivage, versement ou legs d’archives – l’article soutient que les données représentent tout à la fois la trace, la source et le cadre du travail des sciences humaines et sociales. Leur transmission volontaire pose la question de la communauté d’expérience et de savoir qu’elles tissent. Le modèle du DMP, sans trancher radicalement avec l’histoire des données, y introduit des inflexions nouvelles, professionnelles, économiques et in fine politiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je remercie infiniment Juliette Galonnier, Stefan Le Courant et Anthony Pecqueux pour leur lecture (...)

1Juin 2019. Dans le sous-sol de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), se tient une formation aux nouveaux outils documentaires pour des hommes et des femmes réunies pour apprendre à rédiger un plan de gestion de données (data management plan, désormais DMP), à un moment où l’institution a mis en œuvre Didomena, une plateforme d’archivage, de conservation et de valorisation des « données de la recherche »1. En initiant ce projet, l’EHESS a pris acte du tournant numérique et des transformations des besoins de ses personnels en termes de conservation du travail de la recherche et de ses produits. L’établissement a ouvert une série d’ateliers pour mieux calibrer l’outil qu’elle a créé, en fonction des besoins réels, mais aussi – c’est le cas de l’atelier en question – pour répondre aux injonctions nouvelles des agences de financement, comme le European Research Council (ERC) et l’Agence nationale de la recherche (ANR), qui requièrent désormais l’archivage des « données » résultant des projets qu’ils soutiennent.

2Cette formation EHESS s’inscrit dans un moment « données » qui se caractérise par un nombre incalculable de journées d’études ; celles-ci ont, pour la plupart d’entre elles, une finalité pratique. Autour de la table, se trouvent une directrice d’études coordonnant le travail d’une équipe multisituée sur un terrain politiquement sensible ; une historienne des sciences – moi-même – qui indique vouloir reprendre un travail empirique sur des archives coloniales ; une archiviste qui prépare le versement aux archives de l’institution de travaux conduits il y a longtemps au sein de son équipe de recherche. Les autres personnes sont associées à des projets de recherche qu’ils ou elles ne dirigent pas : un ingénieur géomaticien en fin de contrat ; une chargée de recherche recrutée dans le cadre d’un projet sur l’histoire de la persécution d’une minorité ; une coordinatrice de projet qui rassemble les éléments de recherche collectés par d’autres. Avec l’appui de formatrices mises à disposition par l’EHESS, tout-e-s sont réuni-e-s par le souci de répondre à la fois à une demande institutionnelle – préparer un DMP, « élément-clef de la bonne gestion des données [… décrivant] le cycle de vie de la gestion de données dans leur collecte, leur traitement ou leur création », livrable dans les six premiers mois du financement (European Commission, 2016, p. 4) – et à une réalité concrète de leur travail – s’approprier les nouveaux outils d’archivage du travail de recherche.

3Archiver, conserver et valoriser le travail de recherche : tel est l’objectif partagé des participant-e-s. Cet objectif est toutefois décliné de façon assez hétérogène : mémoire pratique de l’activité de recherche, faite d’inscriptions, d’enregistrements, d’analyses, pour un individu ou un collectif ; consignation d’informations textuelles, visuelles, numériques à des fins probatoires – en vue de la rédaction d’une publication scientifique – ; valorisation du travail d’enquête, par la publication de listes de noms de victimes de persécution, ou de corpus de tableaux. Les données du DMP qu’imaginent les participant-e-s autour de la table se voient attribuer des fonctions distinctes. L’archivage des produits ordinaires du travail scientifique se trouve ici en question, mais cette question est ancienne comme le fait d’ailleurs remarquer l’archiviste présente. L’élaboration d’un DMP ne pose-t-elle pas de manière presque naïve des problèmes classiques de l’histoire archivistique ? Au sein de ces données, qui peuvent être définies comme des archives numériques de la recherche, que faut-il conserver en effet ? À quelle fin ? La notion même de donnée, qu’il nous fallait conceptualiser en pratique dans le plan de gestion de données, se dissolvait à mesure que nous réfléchissions à l’articulation entre ce concept et les différentes tâches et étapes du travail de recherche dans les sciences humaines et sociales présentes, à savoir l’histoire, la sociologie, la géographie, l’épigraphie (science des inscriptions) et l’histoire de l’art.

4L’archivage du travail ordinaire des sciences humaines n’est pourtant pas récent. La recherche est en partie une activité de publicité, dont on connaît bien deux modalités : les collections muséales et les publications – en particulier sous forme imprimée périodique (Damerdji et al., 2018). Ces dernières font de longue date l’objet d’une réflexion théorique et pratique sur leur conservation, leur indexation et leur accessibilité. Collections et publications résultent d’un long et patient travail en coulisses en vue de leur mise en scène, laquelle n’explicite pas nécessairement le processus de production des données (Denis et Goëta, 2017). Anthropologie et sociologie des sciences ont récemment mis au jour ces coulisses, à la suite des travaux d’ethnographie de laboratoire, qui ont établi la complexité et la richesse des opérations de fabrication des « faits » scientifiques entre les différents acteurs et actrices de laboratoire (Latour et al., 1988 ; Lynch, 1993 ; Knorr-Ketina, 1999). Plutôt que des données brutes, à partir desquelles le savoir serait élaboré, ces disciplines ont mis en évidence des « processus continus d’élaboration de données jusqu’à leur stabilisation, au travers de négociations de routine et de bricolage – techniques de recherche de données, algorithmes et sélections visuelles qualitatives – qui contribuent pleinement à la construction de leur sens » (Aronova et al., 2017, p. 5, notre traduction). Ainsi, l’activité de recherche suppose la multiplication d’inscriptions à partir desquelles la science se fait, qui sont accumulées, réélaborées mais aussi abandonnées. Ces propositions issues des science studies ont trouvé écho en épistémologie des sciences humaines et sociales, notamment chez celles et ceux qui cherchent à questionner la signification du geste archivistique ou à comprendre les biais conceptuels d’une enquête passée (Burawoy, 2003).

5Au fondement de l’activité scientifique, on trouve ainsi certains gestes et matériaux propres à l’administration contemporaine, tournant autour de trois actions : écrire, calculer, classer (Gardey, 2008), auquel on ajoutera conserver. Du reste, la conservation de documentations scientifiques s’inscrit dans un effort politique plus large, à l’œuvre depuis le xve siècle, d’extension et de justification de l’activité administrative et politique des cités et États européens (Rabier, 2007 ; De Vivo, 2013). Comme experts, secrétaires, conseillers, académiciens, les savants ont participé tant à l’effort de conquête et de contrôle des territoires coloniaux (Aronova et al., 2017, p. 6 ; Lemov, 2017 ; Boumediene, 2017 ; Head, 2019 ; Stoler, 2019) qu’à celui des populations et des espaces métropolitains (par exemple Desrosières, 2008 ; Oertzen, 2017). À des fins de documentation comme de preuve, les archives ont donc toujours fait partie de l’activité quotidienne de la recherche, non sans de grandes similarités avec l’archivage administratif. Ces questionnaires, ouvrages, rapports, photographies, entretiens, fiches, dessins, etc. font toutefois l’objet d’une attention nouvelle dans la période récente : la numérisation des supports d’information a en effet engagé une réflexion inédite sur l’histoire des archives savantes.

6Analyser à nouveaux frais les données de la recherche, telles qu’elles se sont construites historiquement, invite à reconsidérer leur histoire politique, leur matérialité, leur accessibilité et les règles éthiques encadrant leur élaboration (Hicks et Beaudry, 2010 ; Corens et al., 2018 ; Ginouvès et Gras, 2018). Dans le cadre de cet article, je souhaite plus précisément interroger l’éventuelle rupture que représente un plan de gestion de données (DMP) dans les processus d’archivage auxquels les travailleurs et travailleuses scientifiques ont eu recours par le passé. De la sorte, il sera possible d’esquisser la place qu’occupe le moment « données-DMP » actuel au sein de cet ensemble.

Matériaux et administration des données

7Depuis six siècles, le papier représente le principal support documentaire de l’information savante (Febvre et Martin, 1958 ; Eisenstein, 1979 ; Menant, 2006 ; Fyfe, 2009 ; Blair, 2010). En dépit de la variété des pratiques d’inscription (imprimées ou manuscrites), entre la fin du xixe siècle et la seconde moitié du xxe siècle, Jean-François Bert (2017) a repéré une modalité hégémonique de la notation savante : les « fiches érudites ». Il montre comment les savants de l’Europe occidentale en viennent à consigner – et matérialiser – leur travail sur des fiches bristol. Ils y accumulent des références bibliographiques, des citations, des traces prosopographiques. L’instrument se généralise dans les institutions savantes européennes au long du xixe siècle. Son importance est telle, à la fin de celui-ci, qu’un format international standardisé de la fiche catalographique (125 x 75 mm) est adopté en 1895. Conservée dans des meubles spécialement conçus, la fiche érudite concentre, par son nombre, l’essentiel et la mesure de l’activité savante ; qui plus est, elle alimente un dispositif de classement à la main du savant.

  • 2 Le choix des cartes à jouer – qui sont de mauvaise qualité – s’expliquerait par leur mise en vente (...)
  • 3 Voir Philippe Jacqué, « La crise sans fin des papetiers en France », Le Monde, 11 septembre 2019, (...)

8En pratique, l’archive papier peut prendre des formes intrigantes. Prenons l’exemple de deux savants, à la fin du xviiie siècle, récemment documentés : le naturaliste et géographe allemand Alexander von Humboldt (Bourguet, 2017) et le quasi inconnu physicien genevois George-Louis Le Sage (Bert, 2018). En plus d’un usage régulier de la correspondance, les deux savants fabriquent, à partir de papier, le support de leur activité savante, conçu comme un outil de notation de leurs observations et leur pensée. Humboldt façonne, à partir de seize pages pliées en in-octavo, un calepin cartonné, pour son voyage d’études en Italie avec Louis-George Gay-Lussac en 1805. Contemporain de Humboldt, résidant à Genève qu’il ne quitte guère, Le Sage, quant à lui, choisit un autre format pour son travail : il utilise le verso de cartes à jouer pour noter ses pensées quotidiennes, et les observations qu’il fait au moment de discussions et de promenades autour de son domicile2. Le Sage y trouve deux avantages : faciliter l’indexation et avoir la possibilité de réorganiser l’ordonnancement de ses notes au fil des jours. L’usage du papier ne s’est guère démenti pour les carnets de laboratoire ou de terrain pendant les siècles qui suivent. Dans le cas de l’anthropologue Marcel Griaule (Jolly, 2010, p. 319), c’est un collaborateur caché derrière une tente qui couche sur le papier l’entretien sur le commerce illégal d’esclaves en Éthiopie que Griaule conduit à la fin de la mission Dakar-Djibouti ; dans celui de l’historien Allan Nevins, fondateur du Oral History Research Office à Columbia University en 1948, on utilise les services d’un étudiant comme « enregistreur » (recorder) pour la transcription simultanée des entretiens (Ritchie, 2003, p. 3) ; les archives orales ont avant tout conservé des transcriptions sur feuillets, avant de conserver bandes et fichiers numériques tardivement dans le xxe siècle. Ce primat du papier s’est considérablement affaibli devant le numérique, même si le matériau reste en usage sur certains terrains d’enquête : l’effacement de la production papetière française et le déclin du papier graphique en Europe attestent de la modification profonde des pratiques scripturaires, à laquelle n’échappe pas la recherche3.

  • 4 Pour les manuscrits, voir Jungen (2012). Pour les bandes magnétiques, Louis Starr, directeur du Co (...)

9Alors que ces fichiers sont progressivement numérisés ou abandonnés, on peut se demander si l’injonction actuelle à la gestion de données ne correspond donc pas à la mise en ordre d’un monde documentaire nouveau, suscité par l’usage assez récent du système numérique d’information savante : la réflexion actuelle autour des données numériques résulterait ainsi de l’abandon partiel de ce paradigme du papier et de la transformation de ses cadres d’archivage. L’activité scientifique pourtant n’a jamais eu de support unique, bien au contraire. À l’hégémonie papetière, on peut opposer, comme le font Tiziana Beltrame et Christine Jungen (2013, p. 750), une réalité plus diverse : celle d’une multiplicité de formats et supports matériels qui cohabitent et sont manipulés concurremment les uns avec les autres. La constitution de dispositifs de gestion des données donne ainsi lieu à un « travail incessant de coordination entre différents supports, de va-et-vient, à des opérations de traduction, de translation d’un support à l’autre ». Dans les humanités, les savants n’ont cessé d’explorer, de développer et d’abandonner différents médias : papier argentique pour la photographie, pellicules cinématographiques, bandes magnétiques, disques en cire, cartes perforées, calques, etc. La reproduction des textes participe également de leur conservation et de leur circulation. L’activité de transcription d’entretiens, en un sens, relève bien de gestes similaires de manipulation et d’appropriation savante, souvent dans un cadre économique contraint4. Ces archives n’épuisent pas davantage la mémoire de la recherche inscrite également dans les rayonnages de bibliothèques universitaires ou encore les collections muséales, et ce qu’on appelle désormais le patrimoine scientifique qui postule une continuité de ces différents avatars d’une pratique de recherche.

  • 5 Voir la veille assurée par l’Association des archivistes français sur le débat autour des archives (...)
  • 6 Les archives scientifiques n’échappent pas aux réflexions théoriques et pratiques touchant à la co (...)

10L’archive repose sur quelques règles de gouvernement, élaborées puis théorisées en Europe entre le xiiie et le xixe siècle : elles définissent des modalités pratiques d’inscription, d’indexation et de conservation (Corens et al., 2018 ; Donato et Saada, 2019). Les services d’archives – qui ont élaboré une science de l’administration des archives, ou archivistique – ont conceptualisé l’idée d’un cycle de vie de l’archive : archive courante, archive intermédiaire, archive définitive, cette dernière devant être la seule à être conservée sur le long terme. La théorie des « trois âges des archives », élaborée par Yves Perrotin en 1961 visait à mieux planifier l’élimination des documents – non sans poser rapidement des problèmes pratiques (Caya, 2004). Les logiques contradictoires peuvent aussi se faire jour au-delà du monde de la conservation, les chercheurs tout particulièrement ne partageant pas les mêmes conceptions que l’administration au sujet de ce que doit être une archive « essentielle »5. À mesure de l’apparition de nouveaux matériaux, l’archivistique a étendu sa juridiction, non sans débats ; le support numérique pose notamment de multiples problèmes, à la fois de collecte et de conservation6.

11Proposer des règles pour l’archivage de données n’est donc pas une nouveauté dans l’histoire de la recherche : c’est même une condition pour nombre d’enquêtes collectives (Amiotte-Suchet et al., 2016). Lors de la mission Dakar-Djibouti en 1931, Michel Leiris, secrétaire-archiviste de la mission, enjoint les « collecteurs » à user de la feuille carbone pour garantir la reproduction immédiate des notations. À chaque objet, indépendamment des documents divers ou notes que les collecteurs pourront communiquer, devra être annexée une fiche descriptive, établie en deux exemplaires (musée d’Ethnographie, 1931, p. 23). Derrière la mise en œuvre d’un format unique – des feuillets quadrillés de 192 x 134 mm, tirés d’un carnet manifold où seul le recto est utilisé – on trouve chez les responsables de l’enquête l’ambition scientifique et politique d’un « fichier commun et entièrement partageable » (Bert, 2017, p. 109). En un sens, les recommandations de Leiris s’apparentent à un DMP : il donne des consignes de travail précises et a priori sur les points qui doivent être recensés – lieu d’origine, dénomination et nom, description, notes complémentaires, renseignements ethniques, par qui et quand l’objet a été recueilli, conditions d’envoi au musée, références iconographiques, bibliographie. À l’épreuve du terrain, le résultat varie selon les scribes, ce qui est rapidement déploré en métropole (Bondaz, 2019). Le DMP imaginé par Leiris repose sur de nombreux agents de collecte, qui mettent en danger, autant qu’ils nourrissent, l’ambition de garder une trace effective de la collecte de terrain, entièrement mobilisable.

  • 7 Le journal, promu par Edgar Morin par exemple, s’oppose à la mise en fiche anthropophysique des ho (...)

12L’enquête collective, en l’espèce, s’appuie sur un format : la fiche manuscrite cartonnée, dotée de marques indexicales, de notations descriptives et figurées. C’est le cas chez André Leroi-Gourhan, Robert Creswell, Claude Lévi-Strauss (Bert, 2017, chapitre 5). La valeur épistémologique tient ainsi à l’accumulation des informations et à leur ordonnancement. À cette logique, s’oppose celle du journal, insistant sur la subjectivité de l’enquêteur, qu’illustre bien l’étude sur Plozevet entre 1961 et 19657. Pour autant, la simplicité du système de fiches, son faible coût, la cumulativité qu’il permet en fait un outil privilégié des grandes enquêtes collectives. De façon étonnante, les Instructions de Leiris, diffusées par différents canaux, se trouvent mises en pratique bien au-delà de la mission Dakar-Djibouti : elles conduisent à l’établissement de multiples fichiers relativement homogènes de notation graphique, par des ethnologues professionnels ou amateurs (Jolly, 2015 ; Jolly et Lemaire, 2015 ; Tamarozzi, 2017), la photographie se substituant aisément au dessin après la Seconde Guerre mondiale (Buob et Dubois, 2019). L’ambition d’un savoir collectif, cumulatif, centralisé en métropole, sous la responsabilité de quelques savants, semble partagée jusqu’après la Seconde Guerre mondiale.

13Le choix d’un dispositif technique peut aussi répondre à un idéal de science ouverte, même dans un ordre mondial fragmenté. La mise en commun des connaissances, pendant la guerre froide, est ainsi au cœur des choix techniques du projet International Geophysics Year à la fin des années 1950 (Aronova, 2017). Les chercheurs soutenus par leur gouvernement organisent des bases de données mondiales (world data centers, WDC) où sont stockés et échangés des matériaux microphotographiques (microcartes ou microfilms). À cette date, d’autres dispositifs techniques existent ou sont en cours de développement, comme les ordinateurs ou les cartes perforées ; pourtant, le support microfilm est jugé moins coûteux et plus efficace. L’exemple des WDC est à mettre en regard des fameux principes FAIR (findable, accessible, interoperable, reusable) d’indexation des DMP largement diffusés aujourd’hui. L’étude historique d’Aronova (2017) établit cependant que gouvernements et chercheurs n’ont pas la même conception de l’ouverture et de la réutilisation, dans un contexte de guerre froide qui favorise la concurrence en dépit d’annonces de collaboration : il est possible que les DMP actuels cristallisent également des différences de conception entre chercheurs et institutions de gouvernance.

  • 8 Pour une réflexion d’économie politique sur les data centers, voir Marquet (2018) ; ainsi que le t (...)

14Les implications de ces « bonnes pratiques » ne sont pas anodines, et se sont retrouvées au fondement d’un certain nombre de questionnements des participant-e-s à l’atelier EHESS de juin 2019, conscient-e-s des enjeux de pouvoir et d’autorité. Aux yeux de plusieurs participant-e-s, l’accès ouvert aux données – qui peut être une finalité du DMP à travers la mise à disposition du matériau d’enquête – posait un véritable problème, mettant en danger non seulement les sources, mais l’enquête elle-même. Faute de personnels dédiés ou de services de contrôle, les équipes de recherche se retrouvent souvent seules face à ces décisions délicates. La localisation des données et le coût de l’hébergement et de la maintenance soulèvent encore d’autres soucis dans le cadre de projets internationaux mobilisant plusieurs partenaires8, ce qui était le cas de la plupart des projets représentés dans la salle.

  • 9 Loi no 2008-696 du 15 juillet 2008 relative aux archives, article 214-3. Conservées dans le cadre (...)
  • 10 Sur ce point, voir Bert (2014, p. 20).

15Par ailleurs, le cadre administratif et réglementaire permet de comprendre que la conservation des données de la recherche ou son pendant – l’élimination – apparaissent bien souvent aléatoires. Rappelons que si l’archivage représente une dimension ordinaire du travail intellectuel, sa mise au rebut à l’occasion de déménagements, de travaux, de départs à la retraite, de tri, etc. est tout aussi ordinaire. Bien que la destruction d’archives publiques – c’est-à-dire tout document produit par un agent public dans le cadre de son activité – sans contrôle d’un-e archiviste soit puni par la loi, en pratique la recherche a souvent échappé à cette obligation légale, ce qui a conduit à un ordre de conservation assez distinct des autres institutions publiques9. Parallèlement, on assiste à un mouvement de patrimonialisation d’archives individuelles : à côté d’archives léguées ou échouées dans les institutions patrimoniales (Charmasson, 2008 ; Wolikow, 2009), la conservation de quelques archives personnelles de chercheurs (ou moins fréquemment encore de chercheuses) connaît un nouvel essor, avec des valeurs marchandes qui peuvent désormais atteindre des sommets : à la suite des archives de Guy Debord en 2009, les « papiers ordinaires » de Michel Foucault – photocopies, notes éparses, etc. – ont été déclarés « trésor national » pour éviter leur vente à l’étranger10.

16La préservation des données de la recherche repose aussi – et peut-être surtout – sur les chercheurs et les chercheuses elles-mêmes soucieuses de léguer leurs matériaux de travail. Il peut être intéressant de saisir la vie des archives par leurs yeux.

Archives ordinaires de la recherche : classements et répertoires de gestes archivistiques

17Étudier la fabrication du savoir, dans ce qu’elle a d’ordinaire, invite à saisir les étapes multiples de son élaboration : chacune de ces étapes donne lieu à une production dont les modalités de conservation appellent analyse. À son retour d’Italie, Alexander von Humboldt continue d’annoter ses carnets d’observation avant, au soir de sa vie, de les inclure par la reliure et la numérotation dans ses Amerikanischer Reisetagebücher, en vue de leur conservation posthume dans une institution dédiée (Bourguet, 2017). Georges-Louis Le Sage perçoit l’intérêt supérieur de ses cartes à jouer pour l’indexation et l’organisation de son travail au fil des jours. « Ces cartes, insérées par ordre dans de petits sacs en papier sous des titres convenables, furent distribuées dans des boîtes ou portefeuilles soigneusement étiquetés », avant d’être léguées à la bibliothèque de Genève (Bert, 2018, p. 16-17). Dans les deux cas, les savants, qu’ils mobilisent en priorité la spéculation ou l’observation, ont non seulement recours à une notation dans une fiche ou un carnet, qui représente la première étape du travail d’archivage de la pensée savante, mais aussi une sorte d’index sous la forme de numérotations, de catégories – ou dans le cas de Le Sage, d’une localisation dans une pile, puis un sac. Au quotidien, le travail ne cesse d’être répété, poli, approfondi, soit sur le matériau primaire même, soit sur des documents connexes. Si Le Sage n’a jamais rien publié, repoussant toujours la création de son grand œuvre, il conçoit comme Humboldt que l’aboutissement du travail tient dans la complétion d’un ouvrage imprimé que ses cartes doivent nourrir. Entre le carnet, la fiche, le manuscrit et le livre, il y a une série de gestes, de notations, de découpes, de réorganisations : c’est bien le travail de la pensée qui se matérialise – dont l’archive conservée ne présente qu’un des stades, par rapport à la multiplicité des possibles, régulièrement réagencés. Inachevé dans le cas de Le Sage, abouti pour Humboldt, le dépôt en archive clôt un processus intellectuel de recherche.

18Le legs de chercheurs permet de saisir la formalisation d’une archive, à partir des pratiques documentaires du travail intellectuel. Le travail que je mène actuellement, à l’occasion et dans le prolongement du programme « Questionner le monde »11, me permet à la fois d’observer la préparation du versement des archives résiduelles produites par plusieurs laboratoires12, d’accompagner celui des archives de Jean-Claude Passeron ; mais aussi d’échanger avec des archivistes et des chercheurs sur la matérialité et la conservation, voire la valorisation de leur travail. En déambulant entre les chercheurs et leurs archives, on peut ainsi comprendre comment ils ou elles pratiquent l’archive.

  • 13 Entretien avec Jean-Claude Passeron, à son domicile, le 26 septembre 2019, en présence de Goulven (...)

19À l’occasion de la préparation du versement de ses archives à l’EHESS13, le sociologue Jean-Claude Passeron nous a fait visiter son espace de travail et de stockage, soit cinq pièces où il conserve la multiple documentation utilisée pour nourrir la recherche dont il a gardé méticuleusement les publications et les nombreuses traductions. Outre son œuvre imprimée, minutieusement collectionnée, le sociologue a choisi de conserver toutes les étapes d’élaboration d’un texte, l’ensemble de ses versions, ses annotations de lecture et les échanges par correspondance. Le cadre de classement qu’il élabore à partir de ces modalités de travail – 1) correspondance, 2) enseignements, 3) preprints, 4) autres, subdivisés par période – et soumet à l’assentiment de l’archiviste de l’EHESS Goulven Le Brech fait saisir combien l’archive est fonctionnelle chez lui et la pensée du processus d’écriture prégnante.

20Les pratiques documentaires et d’autoarchivage du sociologue éclairent les continuités et discontinuités entre documentation de travail et mise en archive de la recherche. La visite de la maison, en effet, permet d’identifier d’autres documents jugés importants à nos yeux d’archiviste et d’historienne – fiches pour l’indexation des Héritiers (Bourdieu et Passeron, 1964), diapositives, notes de lecture, matériaux d’enquête inaboutis – qu’il n’avait pas initialement pensé verser, sans que nous sachions, à sa réaction, si c’était par pudeur ou par désintérêt pour ces produits mineurs du travail scientifique. Jean-Claude Passeron distingue clairement les projets financés, dont il a laissé le matériau d’archive aux commanditaires, et l’archive qu’il souhaite léguer. À l’écart de la recherche financée, il apparaît qu’il souhaite faire conserver sa propre pratique d’écriture, qui se décline en une correspondance très importante, des textes en multiples versions et la glose des versions antérieures et postérieures à la publication : archiver, en somme, les débats et les relations professionnelles et amicales qui ont nourri une vie de recherche.

21On trouve une pratique assez différente de l’archive lorsque l’on consulte le legs documentaire de l’anthropologue Françoise Aubin qui laisse « plus de 9 000 ouvrages, fascicules et documents de travail en une dizaine de langues » (Hille et Ruhlman, 2019, p. 126) et qu’elle a organisé selon le thème plutôt que selon le temps. Par exemple, les boîtes portant la mention « Lait I-II-III », vraisemblablement créées peu avant la publication d’un article de 1975 sur ce sujet (Accolas et al., 1975), continuent d’être alimentées jusque dans les années 2010 par une documentation multiple, qui réorganise à certains moments la tripartition. Ainsi, la boîte d’archive « Lait II » contient des articles photocopiés, des coupures de presse, une photocopie de l’article de 1975, un fax de 2003 du Centre d’études mongoles, un tiré à part d’un autre article sur le lait coécrit en 1978, des fascicules de périodiques annotés et contenant une fiche de lecture manuscrite (dont on voit qu’elle a constitué un document de travail de référence), une bibliographie provisoire, des fiches de lecture manuscrites, un dossier de fiches manuscrites et des bandeaux de notes tapuscrites de différentes tailles, des impressions de microfiches sur papier photo, un dossier « bibliographie ». L’anthropologue Françoise Aubin, à la différence du sociologue Jean-Claude Passeron, propose dans l’organisation de ses boîtes un ordre des matières plutôt que des fonctions, des choses plutôt que des relations humaines.

22Dans l’un et l’autre cas, il faut noter l’attention extrême de ces chercheurs au classement et à son contrôle. Analysant les archives des ethnologues, Baptiste Buob et Frédéric Dubois notent que :

Le dépôt dans les centres de ressources spécialisés témoigne de l’attachement des ethnologues et de leurs familles aux institutions de la recherche, mais aussi de leur assurance que les fonds seront bien « traités ». […] À la réception d’un fonds, le mode de classement adopté par le chercheur est ainsi maintenu – conservation des boîtes, des chemises, de l’ordre de classement, etc. – afin de préserver l’intégrité d’une organisation qui témoigne de sa méthode de travail. (Buob et Dubois, 2019, p. 70)

23C’est ainsi qu’on observe la mise en place de collaborations discrètes entre chercheurs et archivistes pour préparer le versement, voire la valorisation des fonds. C’est le cas de Jean-Claude Passeron avec Goulven Le Brech ; c’est également le cas d’Hélène Claudot-Hawad et de Véronique Ginouvès (2017) pour l’archivage et la valorisation de l’enquête sur les luthiers de Mirecourt. Dans ces deux exemples, la fin de vie savante reste un moment privilégié pour le legs du matériau de travail et repose sur une relation de confiance avec l’institution de conservation ou son personnel.

24Cette promenade dans différentes modalités d’autoarchivage conduit à mettre en évidence autant de pratiques de la recherche que de répertoires documentaires. À propos de Françoise Aubin, « devenue une savante de bibliothèque », Marie-Paule Hille et Sandrine Ruhlmann se demandent si « ce manque d’expérience directe du terrain n’a pas été le moteur de cette production cumulative et insatiable de connaissances » (2019, p. 139). En ce cas, et dans bien d’autres études des usages documentaires des savants, le concept de collectionnisme comme trait professionnel décrit assez bien l’appétence pour l’accumulation de matériaux, subjectivement ordonnés, par les chercheurs. Joëlle Le Marec et François Mairesse (2017) en montrent la grande variation selon le volume et la fonction des espaces de travail, l’ancienneté, les trajectoires, le statut permanent ou précaire, etc. On peut ainsi mettre en lumière le double mouvement d’acquisition de données sous forme de collection documentaire standardisée – bibliothèques, dossiers thématiques, matériaux empiriques, correspondance – et l’éclatement des usages de ces données. À la relative stabilité de la collection s’oppose ainsi une pléiade de gestes qui vont de la mise en place d’un environnement de travail (Monjaret, 1996) à la compulsion curieuse, de la mise en exergue de relations d’amitié à l’invisibilisation de dossiers d’enquête considérés comme achevés, ou au contraire le rangement de matériaux « pour servir plus tard ».

Éléments de conclusion : gouverner les données

25Dans l’exploration des traces du travail ordinaire de la pensée scientifique se dessinent de multiples modes opératoires de l’inscription du travail de la recherche (documents, carnets, agendas etc.) ainsi que différents espaces de leur consignation (espace domestique, laboratoire, archives institutionnelles, etc.). La modernité numérique invite désormais à questionner le feuilletage temporel et matériel des archives de la recherche. Dans ce cadre, le DMP qui entend imposer par la contrainte financière une méticuleuse planification en amont de la collecte de données suscite une réflexion pratique renouvelée sur ce qu’archiver veut dire. En ce sens, il s’agit d’une nouvelle étape dans l’effort de rationaliser et d’indexer l’archive ordinaire de la recherche, dont la nouveauté réside moins dans le matériau numérique que dans la reconfiguration des relations professionnelles, éthiques et techniques entre acteurs et actrices de la recherche et de la conservation.

26Le matériau collecté représente, aux yeux des chercheurs interrogés, à la fois la trace, la source et le cadre de leur activité savante ; l’accumulation subjectivement organisée participe effectivement de la recherche. Sa conservation pour le travail est inhérente à la pratique savante ; son legs – organisé du vivant du chercheur comme chez Jean-Claude Passeron ou Alexander von Humboldt, ou après sa mort, dans les cas de Françoise Aubin et de Georges-Louis Le Sage – prolonge la vie de la documentation de travail, conçue comme un capital à transmettre, au sein d’une communauté de savoir. La mise en archive implique des gestes d’indexation et de gestion souvent idiosyncratiques, même si on a pu repérer un moment de relative standardisation formelle de l’information avec la fiche érudite. En ce sens, la mise en œuvre des DMP ne dépare pas l’histoire des données de la recherche, mais elle y introduit des inflexions nouvelles, professionnelles, économiques et in fine politiques. Reste à savoir comment chercheurs et chercheuses s’approprieront l’injonction au DMP et imagineront les héritiers et héritières de leur travail.

Haut de page

Bibliographie

Accolas Jean-Pierre, Aubin Françoise et Deffontaines Jean-Pierre, 1975 « Les activités rurales en République populaire de Mongolie. I. Agriculture et élevage. II. Produits laitiers », Études mongoles, vol. 6, p. 7-98.

Amiotte-Suchet Laurent, Renahy Nicolas, Laurière Christine et Laferté Gilles, 2016, « Enquêtes collectives : histoires et pratiques contemporaines » [en ligne], ethnographiques.org, no 32, [URL : https://www.ethnographiques.org/2016/Amiotte-Suchet-Laferte-Lauriere-Renahy], consulté le 29 novembre 2019.

Aronova Elena, 2017, « Geophysical datascapes of the Cold War : politics and practices of the World Data Centers in the 1950s and 1960s », Osiris, vol. 32, no 1, p. 307‑327.

Aronova Elena, Oertzen Christine (von) et Sepkoski David, 2017, « Introduction : historicizing big data », Osiris, vol. 32, no 1, p. 1‑17.

Becker Howard S. et Faulkner Robert R., 2013, Thinking Together : An E-mail Exchange and All That Jazz, Aubervilliers, Les laboratoires d’Aubervilliers.

Beltrame Tiziana Nicoletta et Jungen Christine, 2013, « Cataloguer, indexer, encoder. Ou comment les données prennent vie », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 7, no 4, p. 747-758.

Bert Jean-François, 2014, Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ?, Marseille, OpenEdition Press.

— 2017, Une histoire de la fiche érudite, Villeurbanne, Presses de l’Enssib.

— 2018, Comment pense un savant ? Un physicien des Lumières et ses cartes à jouer, Paris, Anamosa.

Blair Ann, 2010, Too Much to Know : Managing Scholarly Information Before the Modern Age, New Haven-Londres, Yale University Press.

Bondaz Julien, 2019, « Les pièges de la collecte », Techniques & Culture, vol. 71, no 1, p. 46-49.

Boumediene Samir, 2017, La colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau monde » (1492-1750), Paris, Des mondes à faire.

Bourdieu Pierre et Passeron Jean-Claude, 1994, Les héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Minuit.

Bourguet Marie-Noëlle, 2017, Le monde dans un carnet. Alexander von Humboldt en Italie (1805), Paris, Le Félin.

Buob Baptiste et Dubois Frédéric, 2019, « Manières de “noter”. Des techniques de documentation », Techniques & Culture, vol. 71, no 1, p. 50-73.

Burawoy Michael, 2003, « Revisits : an outline of a theory of reflexive ethnography », American Sociological Review, vol. 68, no 5, p. 645-679.

Caya Michel, 2004, La théorie des trois âges en archivistique. En avons-nous toujours besoin ? [en ligne], Élec, 2 décembre, [URL : http://elec.enc.sorbonne.fr/conferences/caya], consulté le 31 octobre 2019.

Charmasson Thérèse, 2008, Les archives des scientifiques, xvie-xxe siècle. Guide des fonds conservés en France, Paris, Éditions du CTHS.

Claudot-Hawad Hélène et Ginouvès Véronique, 2017, « L’anthropologue et l’archiviste : une expérience de valorisation d’enquêtes sur le métier de luthier », Les sources de l’histoire de la lutherie, Mirecourt, Les Amis du Vieux Mirecourt-Musée de la lutherie et de l’archèterie françaises, p. 127-142.

Corens Liesbeth, Peters Kate, Walsham Alexandra et British Academy éd., 2018, Archives & Information in the Early Modern World, Oxford, Oxford University Press.

Damerdji Amina, Hayat Samuel, La Valle Natalia, Pecqueux Anthony et Rabier Christelle, 2018, « Éditorial. Le savoir-faire des revues », Tracés. Revue de Sciences humaines, hors-série, p. 11-24.

Denis Jérôme et Goëta Samuel, 2017, « La fabrique des données brutes » [en ligne], Ouvrir, partager, réutiliser, C. Mabi, J.-C. Plantin et L. Monnoyer-Smith éd., Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, [URL : http://books.openedition.org/editionsmsh/9050], consulté le 22 juillet 2019.

Desrosières Alain, 2008, L’argument statistique, Paris, Presses de l’École des mines.

De Vivo Filippo, 2013, « Cœur de l’État, lieu de tension. Le tournant archivistique vu de Venise (xve-xviie siècle) », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 68, no 3, p. 699‑672.

Donato Maria Pia et Saada Anne éd., 2019, Pratiques d’archives à l’époque moderne. Europe, mondes coloniaux, Paris, Classiques Garnier.

Eisenstein Elizabeth L., 1979, The Printing Press as an Agent of Change : Communication and Cultural Transformation in Early Modern Europe, Cambridge-New York, Cambridge University Press.

European Commission, 2016, H2020 Programme. Guidelines on FAIR Data Management in Horizon 2020 [en ligne], [URL : https://ec.europa.eu/research/participants/data/ref/h2020/grants_manual/hi/oa_pilot/h2020-hi-oa-data-mgt_en.pdf], consulté le 30 octobre 2019.

Febvre Lucien et Martin Henri-Jean, 1958, L’apparition du livre, Paris, Albin Michel.

Fyfe Aileen, 2009, « The information revolution », The Cambridge History of the Book in Britain, D. McKitterick éd., Cambridge, Cambridge University Press, p. 567-594.

Gardey Delphine, 2008, Écrire, calculer, classer. Comment une révolution de papier a transformé les sociétés contemporaines (1800-1940), Paris, La Découverte.

Ginouvès Véronique et Gras Isabelle, 2018, La diffusion numérique des données en SHS. Guide des bonnes pratiques éthiques et juridiques, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence.

Ginouvès Véronique et Melka Fabrice, 2018, « Le consortium “Archives des ethnologues” » [en ligne], La lettre de l’InSHS, no 56, p. 11-14, [URL : inshs.cnrs.fr/fr/lettres-de-linshs-0], consulté le 29 octobre 2019.

Head Randolph, 2019, « Empire at home : European chancellery practices and the challenges of record keeping for early modern colonial enterprises », Pratiques d’archives à l’époque moderne. Europe, mondes coloniaux, M.P. Donato et A. Saada éd., Paris, Classiques Garnier, p. 249‑269.

Hicks Dan et Beaudry Mary Carolyn éd., 2010, The Oxford Handbook of Material Culture Studies, Oxford-New York, Oxford University Press.

Hille Marie-Paule et Ruhlmann Sandrine, 2019, « Enquête dans les “papiers” de Françoise Aubin (1932-2017) », Techniques & Culture, vol. 71, no 1, p. 126-139.

Jolly Éric, 2010, « Les notes de terrain de Marcel Griaule : enregistrer et ordonner une société », Lieux de savoir, t. 2, Les mains de l’intellect, C. Jacob éd., Paris, Albin Michel, p. 312‑331.

Jolly Éric, 2015, « La collecte d’objets ethnographiques » [en ligne], À la naissance de l’ethnologie française. Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939), [URL : http://naissanceethnologie.fr/files/pdf/49.pdf], consulté le 22 juillet 2019.

Jolly Éric et Lemaire Marianne éd., 2015, Cahier Dakar-Djibouti, Meurcourt, Éditions Les Cahiers.

Jungen Christine, 2012, « Quand le texte se fait matière. Une exploration des versions du manuscrit arabe », Terrain, no 59, p. 104‑119.

Knorr-Cetina Karin, 1999, Epistemic Cultures : How the Sciences Make Knowledge, Cambridge, Harvard University Press.

Latour Bruno, Woolgar Steve et Biezunski Michel, 1988, La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, La Découverte.

Le Marec Joëlle et Mairesse François, 2017, Enquête sur les pratiques savantes ordinaires : collectionnisme numérique et environnements matériels, Lormont, Le Bord de l’eau.

Lemov Rebecca, 2017, « Anthropology’s most documented man, ca. 1947 : a prefiguration of big data from the big social science era », Osiris, vol. 32, no 1, p. 21‑42.

Lynch Michael, 1993, Scientific Practice and Ordinary Action : Ethnomethodology and Social Studies of Science, Cambridge-New York, Cambridge University Press.

Marquet Clément, 2018, « Ce nuage que je ne saurais voir. Promouvoir, contester et réguler les data centers à Plaine Commune », Tracés. Revue de Sciences humaines, no 35, p. 75-98.

Menant François, 2006, « Les transformations de l’écrit documentaire entre xiie et xiiie siècles », Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, N. Coquery, F. Menant et F. Weber éd., Paris, Éditions rue d’Ulm, p. 33-50.

Monjaret Anne, 1996, « “Être bien dans son bureau”. Jalons pour une réflexion sur les différentes formes d’appropriation dans l’espace du travail », Ethnologie française, vol. 26, no 1, p. 129-139.

Musée d’ethnographie, 1931, Instructions sommaires pour les collecteurs d’objets ethnographiques, Mission scientifique Dakar-Djibouti, Paris, Palais du Trocadéro.

Oertzen Christine (von), 2017, « Machineries of data power : manual versus mechanical census compilation in nineteenth-century Europe », Osiris, vol. 32, no 1, p. 129‑150.

Rabier Christelle éd., 2007, Fields of Expertise : A Comparative History of Expert Procedures in Paris and London, 1600 to present, Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing.

Ritchie Donald A., 2003, Doing Oral History : A Practical Guide, New York, Oxford University Press.

Stoler Ann Laura, 2019, Au cœur de l’archive coloniale. Questions de méthode, Paris, Éditions de l’EHESS.

Tamarozzi Federica, 2017, « Les inventaires du quotidien, pratiques et logiques de collecte », Tracés. Revue de Sciences humaines, hors-série, p. 71-94.

Wolikow Serge, 2009, « L’enquête sur les archives de la recherche en sciences humaines et sociales (ARSHS). Premier bilan » [en ligne], Histoire @ Politique. Politique, culture, société, no 9, [URL : https://histoire-politique.fr/index.php?numero=09&rub=sources&item=11], consulté le 23 octobre 2019.

Haut de page

Notes

1 Je remercie infiniment Juliette Galonnier, Stefan Le Courant et Anthony Pecqueux pour leur lecture aiguisée, critique et précise, qui a donné vie à cet article, ainsi que les organisatrices et les participant-e-s à la journée de formation à l’EHESS (juin 2019) pour les débats engagés.

2 Le choix des cartes à jouer – qui sont de mauvaise qualité – s’expliquerait par leur mise en vente à bas coût après leur interdiction à Genève ; Le Sage souligne, quant à lui, leur solidité et leur maniabilité : il les transporte avec lui lorsqu’il se déplace.

3 Voir Philippe Jacqué, « La crise sans fin des papetiers en France », Le Monde, 11 septembre 2019, [URL : https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/09/11/la-crise-sans-fin-des-papetiers-en-france_5509073_3234.html], consulté le 6 novembre 2019.

4 Pour les manuscrits, voir Jungen (2012). Pour les bandes magnétiques, Louis Starr, directeur du Columbia Oral History Research Office, rappelait ainsi qu’ils « avaient effacé la plupart de [leurs] bandes pour les réutiliser » (Richtie, 2003, p. 165). Pour une édition papier d’une correspondance numérique, voir Becker et Faulkner (2013).

5 Voir la veille assurée par l’Association des archivistes français sur le débat autour des archives essentielles [URL : https://www.archivistes.org/Suivre-les-actualites-du-debat-sur-les-archives-essentielles], consulté le 20 novembre 2019.

6 Les archives scientifiques n’échappent pas aux réflexions théoriques et pratiques touchant à la conservation du support numérique. Celles-ci requièrent ainsi de nouvelles formes d’organisation professionnelle, comme le consortium « Archives des ethnologues » (Ginouvès et Melka, 2018), qui viennent compléter les dispositifs préexistants au sein de quelques institutions disposant de personnels dédiés – on pense par exemple à l’EHESS, l’INED, la London School of Economics ou encore la Maison des sciences de l’homme Mondes pour l’anthropologie ou, pour l’archive sonore, la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme. Ces lieux se trouvent désormais au cœur de la fabrique de la politique d’archive et façonnent de nouveaux savoirs de conservation.

7 Le journal, promu par Edgar Morin par exemple, s’oppose à la mise en fiche anthropophysique des hommes et des femmes de Plozevet, conduite par le médecin Robert Gessain, ce qui pose la question de la mise en cohérence, voire du « mysticisme de l’interdisciplinarité » (voir [URL : https://plozevet.hypotheses.org/], consulté le 20 novembre 2019).

8 Pour une réflexion d’économie politique sur les data centers, voir Marquet (2018) ; ainsi que le texte de Delphine Cavallo dans ce numéro.

9 Loi no 2008-696 du 15 juillet 2008 relative aux archives, article 214-3. Conservées dans le cadre des institutions de l’enseignement supérieur et de la recherche, les archives font l’objet d’un traitement très différentiel selon celles-ci, allant de la mise au rebut sauvage à leur versement très encadré. Il ne serait pas inutile de comparer le cas français avec les pratiques d’autres pays européens, alors que les injonctions aux DMP de la part de l’Union européenne concernent l’ensemble des États membres.

10 Sur ce point, voir Bert (2014, p. 20).

11 Programme cofinancé par l’EHESS (2015-2017), [URL : http://centre-norbert-elias.ehess.fr/index.php?2437]. Dans ce cadre, des entretiens ont été conduits avec deux chercheurs retraités (Jean-Claude Passeron, Hélène Claudot-Hawad) et des archivistes en activité (Marine Coquet, Cécile Fabris, Véronique Ginouvès, Goulven Le Brech, Brigitte Mazon, Joël Poivre, Isabelle Weiland).

12 Il s’agit des laboratoires de recherche Cercom (1884-19992) et Sociologie, histoire, anthropologie des dynamiques culturelles (1992-2010) ainsi que l’Institut méditerranéen de recherche et de création (1985-1995) dont a hérité le Centre Norbert-Elias.

13 Entretien avec Jean-Claude Passeron, à son domicile, le 26 septembre 2019, en présence de Goulven Le Brech, directeur du service des archives de l’EHESS.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christelle Rabier et Camille Noûs, « Données de la recherche hier et aujourd’hui : pour une histoire politique du travail en sciences humaines et sociales », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #19 | 2019, mis en ligne le 22 juillet 2020, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/traces/10643 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traces.10643

Haut de page

Auteurs

Christelle Rabier

maîtresse de conférences en sciences sociales, EHESS, Cermes3

Articles du même auteur

Camille Noûs

laboratoire Cogitamus

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search