Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros#19ArticlesFabriquer un corpus de données en...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Fabriquer un corpus de données en analyse de conversation. Fondements théoriques, enjeux réflexifs et pratiques collectives

Making a corpus in conversation analysis. Theoretical foundations, reflective issues and collective practices
Alexandra Ortiz Caria et Camille Noûs
p. 67-88

Résumés

L’analyse de conversation d’inspiration ethnométhodologique (AC/EM) étudie l’ordre social, local et endogène, tel qu’il s’accomplit dans l’interaction. Pour cela, le ou la conversationnaliste décrit du point de vue des acteurs la coordination de leurs interactions et analyse la manière dont ils se rendent mutuellement intelligible le sens de leurs actions. Dévoilant le type de rapports sociaux qu’ils entretiennent, ces (inter)actions, enregistrées en contexte naturel puis transcrites, s’intègrent alors dans un processus réflexif, récursif et collectif de « fabrication » qui incite les chercheurs à interroger leurs choix techniques, pratiques, méthodologiques, théoriques jusqu’à la publication de leurs résultats. Une fois présentée l’AC/EM, on problématisera des étapes de la méthode conversationnelle révélant une forte imbrication entre fabrication d’un corpus de données et objectivation scientifique. Cela conduira en conclusion à envisager les limites de ces deux processus face à la politique actuelle de la recherche.

Haut de page

Texte intégral

1Praxéologie des faits sociaux, l’AC/EM (analyse de conversation d’inspiration ethnométhodologique) a pour projet sociologique d’étudier selon une démarche empirico-inductive l’ordre social accompli de manière locale et endogène dans l’interaction (Sacks et al., 1974). Dans cette perspective, voir et entendre comment les acteurs se rendent mutuellement intelligible le sens de leurs actions permet aux conversationnalistes d’analyser par des procédures de sélection et d’interprétation les pratiques et conduites ordinaires à partir d’un corpus de données constitué de situations enregistrées (en audio ou vidéo) en contexte naturel puis transcrites. Ainsi, ils peuvent rendre compte avec précision de la coordination des (inter)actions dans le détail de leur effectuation et décrire, du point de vue des acteurs, les types de rapports sociaux établis, maintenus et transformés à toutes fins pratiques. Comme pour nombre de recherches en sciences humaines et sociales, la constitution d’un corpus en AC/EM ne consiste pas en une simple succession d’opérations techniques et méthodiques de recueil et de traitement de données en préalable à l’analyse : bien plutôt, le corpus résultant de ces occasions sociales transcrites selon des conventions précises est le fruit d’un processus récursif de « fabrication » (Mondada, 2000). Le traitement des données primaires (qui prennent la forme d’enregistrements audio ou vidéo) et secondaires (transcriptions) s’affine ainsi au fil du raisonnement scientifique jusqu’à permettre aux conversationnalistes d’identifier un objet endogène. Si les exigences de réflexivité ne sont pas l’apanage de l’AC/EM, celle-ci favorise de fait une fabrication originale des données qui, sans cesse réécoutées, rejouées, retranscrites, notamment à l’occasion ou à l’issue de moments de réflexion collective, interrogent les choix techniques, pratiques, méthodologiques et finalement théoriques des chercheurs.

2Après une brève présentation de l’AC/EM, on exposera certaines étapes de fabrication d’un corpus de données conversationnelles. Raconter ces moments de problématisation, du point de vue des chercheurs, montrera l’imbrication entre la fabrication d’un corpus de données construit multisémiotiquement (combinaison de documents audiovisuels et scripturaux) et l’objectivation scientifique, de l’instant où les conditions de réalisation du terrain d’enquête filmé ont été définies jusqu’à la publication des résultats et des modes de présentation des preuves. En conclusion, on énoncera certaines limites à la posture réflexive et à la nature collective de ces processus imbriqués, en lien avec la politique actuelle de la recherche.

L’analyse de conversation d’inspiration ethnométhodologique et son objet

3Dans son ouvrage classique Studies in Ethnomethodology, Harold Garfinkel (1967) regrette que les sociologues considèrent les scènes de la vie quotidienne comme allant de soi, présupposées ou déterminées par des représentations théoriques, sans se préoccuper de « saisir les détails non notés d’une situation, les “propriétés d’arrière-plan des scènes quotidiennes” en tant qu’elles sont attendues, standardisées et standardisantes, “vues sans qu’on y prête attention” » (p. 99). Participant de l’établissement, du maintien et de la transformation des faits sociaux, le langage, les conduites, les identités sociales ou les institutions constituent pour l’AC/EM des accomplissements situés dont les contingences n’obéissent pas a priori à des normes ou des règles préexistantes mais sont établies par les acteurs agissant dans et par le monde social dans la poursuite d’intérêts avant tout pratiques.

  • 1 Les premières conversations analysées par les fondateurs de l’AC/EM dans les années 1970 étaient c (...)
  • 2 Théorisées et modélisées par Sacks (1992) dans sa « membership categorization analysis » (MCA), le (...)

4Souvent imperceptibles pour les individus orientés vers le déroulement ordinaire de leurs activités, ces propriétés d’arrière-plan sont pourtant convoquées dans l’action. Les événements familiers (salutations, sollicitations, excuses, etc.) vécus par les acteurs selon un schéma leur permettant (ou pas) de reconnaître et d’interpréter réciproquement leurs conduites et positionnements respectifs dans l’(inter)action sont des phénomènes intelligibles, sensés et méthodiques (accountable) que le chercheur peut observer, décrire et analyser. À partir d’événements enregistrés en audio ou vidéo1 puis transcrits selon une granularité déterminée en fonction du niveau de détail recherché (degré de finesse des transcriptions) et du phénomène retenu (Schegloff, 2000), les conversationnalistes donnent accès à la séquentialité des actions qui s’enchaînent et aux catégorisations2 produites par et pour l’(inter)action.

  • 3 Démarche consistant à tenter de réduire les effets des dispositifs et des opérations de la recherc (...)

5Suivant une démarche naturaliste3, à partir de l’observation des conduites sociales saisies de manière locale et située, les conversationnalistes partagent ainsi avec les ethnographes, les interactionnistes et les ethnométhodologues, le projet d’identifier les éléments du contexte pertinents pour les acteurs dans le déroulement de leurs activités individuelles, collectives, professionnelles, etc. Le matériau empirique sur lequel ils portent un « regard non motivé », sans a priori analytique, occupe donc une place centrale ; les enregistrements leur offrent la possibilité de découvrir des aspects insoupçonnés de l’interaction. Selon le « principe de disponibilité », le corpus est alors « conçu de manière à rendre disponibles les détails pertinents pour l’organisation de l’action décrite, que ce soit par des prises de vue et de son adéquates ou par des transcriptions détaillées correspondantes » (Mondada, 2008a, p. 82). Dégager le caractère ordonné de l’interaction dans sa temporalité propre et sa contextualité, en tenant compte des circonstances dans leur détail permet ensuite d’isoler des séquences que les conversationnalistes présentent comme des cas singuliers ou qu’ils réunissent en collection (Fornel et Verdier, 2018). En décrivant la coordination des actions conversationnelles, les problèmes pratiques que les acteurs rencontrent et les procédés par lesquels ils tentent de les résoudre, les chercheurs en AC/EM mettent au jour des principes caractérisant l’ordre interactionnel d’une situation susceptibles de restituer un ordre social qui s’incarne par et pour l’organisation de ces échanges.

6Étudier les pratiques conversationnelles comme concourant à l’établissement d’un certain ordre social plaide en faveur d’une dissolution de l’opposition micro/macro, propre à la « mentalité analytique » de l’AC/EM. Il s’agit en effet, non de réifier les structures sociales comme des faits sociaux, mais de comprendre comment les individus s’adaptent (ou pas) à ce qu’ils interprètent comme le contexte pertinent (ou pas) de l’action en cours, contexte qui donne réciproquement du sens (ou pas) à leurs actions et participant des structures sociales objectives.

La fabrication d’un corpus de données conversationnelles

7Si le cheminement intellectuel et théorique permet de circonscrire un objet de recherche, la fabrication d’un corpus de données conversationnelles contribue également au processus d’objectivation en AC/EM. Offrant des perspectives d’analyse sans cesse renouvelables, la fabrication d’un corpus de données dans cette perspective constitue jusqu’à la publication un processus récursif qui consiste à interroger, partager avec des pairs et travailler individuellement et collectivement les données primaires (enregistrements audio ou vidéo), qui seront transformées en données secondaires (transcription).

L’aménagement du dispositif de captation : fabrication de données primaires

8Le travail de terrain que j’ai effectué au cours de ma thèse de doctorat sur les pratiques cliniques de diagnostication et d’évaluation de la maladie d’Alzheimer en contexte hospitalier (Ortiz Caria, 2019) a montré que la procédure méthodologique imposant d’aménager un dispositif de captation en salle de consultation gériatrique posait certaines questions techniques, pratiques et éthiques impliquant des enjeux analytiques et théoriques. En effet, en choisissant de filmer les interactions, on est amené à s’intéresser à la vidéo en tant qu’objet en soi afin de limiter ou du moins de problématiser les effets configurants de l’installation audiovisuelle sur le déroulement de la scène dans une perspective naturaliste autant que réflexive. Que regarde-t-on et comment ? Que donne-t-on à voir aux acteurs que l’on filme en disposant l’appareillage technique d’une certaine façon ? Quelles sont les interprétations que l’installation des caméras peut susciter de leur part ? En portant un regard intéressé au sens garfinkélien, de nombreux auteurs proposent d’opter pour une « praxéologie du voir avec la caméra » (Mondada, 2006, ma traduction), c’est-à-dire une posture réflexive qui interroge la pratique de la science et conduit à considérer la caméra non comme un simple médium mais comme un acteur de la situation qui exprime et donne à voir ce que le chercheur interprète comme notable (ou pas) dans l’action.

9Si décider de ne pas assister à la scène filmée permet aux chercheurs d’éviter de s’interroger sur leur propre place dans l’espace, sur leurs actions et sur leurs effets sur le déroulement de la rencontre, cela ne les affranchit pas de conserver une réflexivité qui tient compte de ces questions au moment d’installer le dispositif audiovisuel. La caméra, par son focus et au regard des circonstances dans lesquelles elle s’intègre, délimite l’action enregistrée et donc analysée, définissant par contraste son arrière-plan et autorisant ou excluant l’approfondissement d’objets de recherche éventuels. Outil essentiel pour appréhender la structure émergente des énoncés, des silences, des tours séquentiels et des transitions, l’enregistrement audiovisuel ouvre en outre la voie aux recherches sur la multimodalité pour les chercheurs qui portent « une attention analytique soutenue sur les relations multiples entre la dimension sonore et les éléments visuels, liés au mouvement des corps, au maniement des objets et à l’usage d’artefacts par les participants à une interaction » (Bonu, 2008, p. 11). Les enregistrements sont ainsi à réaliser avec une attention particulière pour leur qualité (bruits, luminosité, etc.) de façon à préserver la temporalité de l’événement et en tenant compte des formats de participation ; l’égale importance de l’audio et de la vidéo invitant à réunir des conditions de captation qui ne modifient ni la spatialité, ni l’agencement des objets pertinents pour les acteurs et l’action.

10Pour ma part, repérer par exemple la configuration de la salle de consultation et la distribution spatiale habituelle des usagers du service de gériatrie était une condition nécessaire mais non suffisante pour préserver les traits pertinents de la rencontre qui ont fait l’objet d’ajustements locaux et endogènes que j’ai pu observer au cours du travail de terrain ou qui ont été mentionnés par les acteurs eux-mêmes. La caméra n’offrant qu’un seul point de vue, j’ai décidé d’en installer une seconde. Ce choix technique dépendant des possibilités pratiques du terrain reposait aussi sur une contingence endogène : un médecin m’avait informée qu’il invitait ses patients à s’asseoir en face de lui, à sa gauche, afin de pouvoir se rapprocher d’eux.

Figure 1. Dispositif audio-visuel en salle de consultation. Alexandra Ortiz Caria et Phabien Goffinet.

Figure 1. Dispositif audio-visuel en salle de consultation. Alexandra Ortiz Caria et Phabien Goffinet.

11Dans ce contexte particulier, le corpus de données naturelles audiovisuelles ou « données primaires » a donc été fabriqué avec un dispositif technique simple : deux caméras sur trépied enregistrant la scène sur fichiers numériques transférés et conservés sur disques durs externes. L’orientation des caméras permet de croiser les foci et de saisir les changements de champ des acteurs. Ayant constaté que la table d’examen, le bureau ou l’écran de l’ordinateur étaient des espaces peu exploités, je n’ai pas filmé ce qui semblait constituer les arrière-plans de la scène pour focaliser la captation sur les acteurs en installant les caméras contre un mur afin qu’elles ne gênent pas d’éventuels déplacements.

La transcription : transformation des données primaires en données secondaires

  • 4 Compter parfois 15 minutes de transcription pour 1 minute de film selon le degré de granularité pr (...)

12La fabrication du corpus de données conversationnelles se poursuit par la transcription ou plutôt les transcriptions de ce que permettent de documenter les données primaires saisies à partir de logiciels de traitement audiovisuel (Audacity, Elan, etc.). Renouvelé jusqu’à rendre compte d’un objet émergent au cours de l’analyse, ce processus chronophage4 qui affine les données secondaires au fil du raisonnement scientifique pose de nouvelles questions réflexives participant aussi de l’analyse : que transcrire et comment ? Quel degré de détail choisir ? Quels éléments observables la transcription rend-elle disponibles et donne-t-elle à voir ?

13Sur le papier, la transcription peut se présenter selon trois modes de spatialisation (en ligne, partition ou colonne) qui révèlent les interprétations des chercheurs et dont ils doivent tenir compte pour traiter la question des catégories descriptives endogènes (Ochs, 1979).

Figure 2. Transcription en format liste. Alexandra Ortiz Caria.

Figure 2. Transcription en format liste. Alexandra Ortiz Caria.

Figure 3. Transcription en format partition. Alexandra Ortiz Caria.

Figure 3. Transcription en format partition. Alexandra Ortiz Caria.

Figure 4. Transcription en format colonne. Alexandra Ortiz Caria.

Figure 4. Transcription en format colonne. Alexandra Ortiz Caria.
  • 5 Ce terme est traduit de l’anglais (authorship) par Lorenza Mondada qui articule ainsi les notions (...)

14En faisant démarrer par exemple la ligne de transcription par un prénom ou un rôle (« patient-e »/« médecin »), on risque de projeter des attentes catégorielles à l’égard des locuteurs et locutrices et d’induire, avec elles, chez les lecteurs et lectrices, une trame de pertinences pour interpréter leurs énoncés. Ce type d’identification peut créer un effet d’« auteurité »5, c’est-à-dire une mise en relief de la parole d’un locuteur ou d’une locutrice par rapport à son ou ses interlocuteur(s) ou à son ou ses interlocutrice(s), autonomisant sa parole, la spécifiant alors que celle-ci se fond dans la conversation (Mondada, 2002).

15Par ailleurs, fruits d’interprétations différentes d’une même situation, toutes les transcriptions ne présentent pas le même niveau de détail, c’est-à-dire le même degré de granularité, en fonction de l’objet que l’on veut traiter. Ainsi dans son article sur le rire, Gail Jefferson (1985) propose deux solutions pour transcrire une blague et montre dans ce cas l’intérêt d’une notation détaillée du phénomène plutôt qu’une description subjective entre doubles parenthèses :

Figure 5. Transcription subjective du rire. Extrait de l’article de Gail Jefferson (1985).

Figure 5. Transcription subjective du rire. Extrait de l’article de Gail Jefferson (1985).

Figure 6. Transcription détaillée du rire. Extrait de l’article de Gail Jefferson (1985).

Figure 6. Transcription détaillée du rire. Extrait de l’article de Gail Jefferson (1985).

16On isole ainsi des séquences d’interaction rendues pertinentes par les actions conversationnelles des participants eux-mêmes mais aussi par le choix du format de la transcription produite selon un système de notation conventionnelle.

  • 6 Les conventions ICOR (Interactions CORpus) ont été élaborées par un groupe de chercheurs rattachés (...)

17Pour ma part, j’ai retenu les conventions de transcription du laboratoire ICAR (Groupe ICOR, 2013)6. En format ligne et dans le souci de décrire la posture des acteurs, mes transcriptions verbales donnaient à voir selon un degré de granularité plus ou moins fin les phénomènes séquentiels (chevauchements, enchaînements rapides), les silences (pauses, micropauses inférieures à 0,2 s), les phénomènes segmentaux (allongements syllabiques, troncations, liaisons) et la prosodie (montées/descentes intonatives, emphase, hauteur de la voix). Rapidement au cours de ma carrière de doctorante, la désignation des acteurs dans mes transcriptions a reflété les catégories d’appartenance endogènes mobilisées par les acteurs dans l’interaction (le médecin appelé par son titre, Docteur X. par exemple) ou vers lesquelles ils s’orientaient à toutes fins pratiques (aborder un thème de santé ou porter une blouse blanche en consultation).

18Dans une perspective de présentation ou de publicisation, comme pour l’enregistrement et le traitement des données primaires, le travail de transcription consiste à nouveau à « isoler, à découper, à identifier, à rendre reconnaissable de façon écrite et tranchée les formes enregistrées » (Mondada, 2000, p. 140) propres à l’administration de la preuve.

La présentation et la publicisation des données

19L’enregistrement permettant de « jouer » un ou plusieurs extraits, les chercheurs peuvent proposer au cours de séances d’analyse collective ou data sessions, et parfois même lors d’un colloque, des séquences filmées accompagnées de leur transcription (communément appelée handout) et rendant visibles par leur degré de granularité certains éléments saillants sur les plans verbal ou multimodal. Autre mode de publicisation et de présentation des travaux, la photographie par capture d’écran des moments enregistrés et retranscrits peut être figée sur diaporama ou papier.

20Impliquant un processus collectif d’objectivation, la mise en partage de ces preuves peut inciter les propriétaires des données, surtout au cours ou à l’issue d’une data session, à renouveler le regard qu’ils ou elles portent sur leur corpus, à en confirmer ou à en réorganiser le découpage séquentiel ou encore à affiner leurs transcriptions en fonction des objets qui auront émergé durant la rencontre.

La data session, un espace collectif de fabrication du corpus

  • 7 Par expérience, on constate que les étapes figurant ci-après font souvent l’objet de réordonnancem (...)

21Ressource pratique et intellectuelle caractéristique de l’AC/EM, la data session est un lieu d’exploration qui réunit généralement des chercheurs pour écouter et visionner des séquences de données. Méthode accomplie intersubjectivement, elle se déroule habituellement ainsi7 :

  • 1) Projection des données : le ou la responsable de la data session projette à l’attention du groupe un cas singulier ou une collection d’extraits audiovisuels dont la transcription est distribuée au préalable. Le visionnage est répété à la demande.
  • 2) Réflexion personnelle : chaque participant-e, hormis le ou la responsable des données, prend quelques minutes pour rassembler ses idées, annoter la transcription, etc.
  • 3) Expression des points de vue : à tour de rôle, chacun-e formule des observations, manifeste son intérêt pour un phénomène, aborde une question méthodologique ou discute un point théorique.
  • 4) Construction d’une compréhension partagée : chacun-e peut réagir, offrir des interprétations alternatives.

22Pratique qui peut paraître singulière pour des chercheurs d’autres disciplines (celui ou celle qui montre ses données ne dirige pas les échanges et ne défend pas une interprétation), la data session privilégie un examen non motivé des données où tout jugement moral ou personnel doit être évité (Antaki et al., 2008). Elle nécessite de mobiliser en un temps rapide des connaissances fondées sur la littérature existante (Jordan et Henderson, 1995).

Figure 7. Extrait d’une data session (Caria, 2010).

Figure 7. Extrait d’une data session (Caria, 2010).
  • 8 Ce néologisme que les conversationnalistes utilisent fréquemment n’a pas été développé en tant que (...)

23Reposant sur le principe de « partageabilité »8 et de publicisation, ce travail collectif auquel je me suis souvent prêtée se caractérise ainsi par la projection répétée de données primaires associées à des données secondaires.

24À ma connaissance, cette pratique originale ne trouve pas d’équivalent dans d’autres disciplines. Cela signifie que les ethnométhodologues et les conversationnalistes diffèrent des autres sociologues et linguistes non seulement quant à l’objet et la méthode de leur enquête, mais aussi quant aux modalités de discussion collective de leurs travaux, ce qui rend souvent difficiles les interactions dans des lieux comme les colloques où les temps de présentation et discussion sont très limités.

25La présentation ou la publication d’un corpus de données conversationnelles n’est par ailleurs pas sans poser quelques difficultés, notamment éthiques, techniques et pratiques, ce qui entraîne là encore des conséquences analytiques et théoriques.

Le travail de l’image, un défi analytique

26La recherche en AC/EM nécessite de prendre en compte les phénomènes multimodaux, excluant le floutage des visages. Dès lors l’anonymisation comporte des limites indissolubles lorsqu’on administre la preuve à partir d’une analyse des regards et des expressions mimético-faciales. Seuls le « bipage » de données personnelles sur les bandes audiovisuelles et la pseudonymisation dans les transcriptions sont possibles.

Figure 8. Capture d’écran publiée dans une revue scientifique (Ortiz Caria, 2016).

Figure 8. Capture d’écran publiée dans une revue scientifique (Ortiz Caria, 2016).

27Publiées au sein d’un article relatif à un phénomène séquentiel souvent analysé en AC/EM (le désalignement), ces images visaient à montrer l’accomplissement d’une forme d’adresse directe et explicite où la sélection de l’accompagnant est observable sur le plan aussi bien multimodal que verbal.

28Dans le cadre de mon enquête, j’avais, au moment de recueillir leur consentement, informé les acteurs des contraintes analytiques propres à l’AC/EM, lesquels m’ont donné leur accord pour la publication de leur image dans le cadre exclusif de ma recherche et de mes enseignements. Je me suis engagée à n’utiliser que des captures d’écran filtrées (noir et blanc, contraste, pixellisation, etc.) ayant fait l’objet de plusieurs traitements informatiques, cette exigence éthique entraînant opérations techniques, questions pratiques et conséquences analytiques.

29Le traitement informatique d’anonymisation demeure insatisfaisant dans la mesure où donner à voir les regards et expressions faciales pour rendre compte de la granularité de l’action de manière précise est difficilement compatible avec le maintien de l’anonymat total des acteurs.

30Reproduire un mouvement de manière statique en vue d’une publication est l’objet d’un autre questionnement lié aux contraintes éditoriales. En effet, diffuser et valoriser une recherche en AC/EM nécessite de documenter, de rendre saisissable et reproductible la « volatilité » de ce moment disparu à jamais en accomplissant l’action paradoxale de le fixer dynamiquement (Mondada, 2008a).

Figure 9. Captures d’écran d’un mouvement (Ortiz Caria, 2019).

Figure 9. Captures d’écran d’un mouvement (Ortiz Caria, 2019).

31Ces six vignettes sont extraites d’une quarantaine d’images que j’ai utilisées dans ma thèse pour démontrer l’articulation entre action verbale et description gestuelle de la maladie d’Alzheimer (représentée dans les propos du médecin par un escalier cassé empêchant l’accès à l’étage d’une maison). Associée à une transcription correspondant à l’action filmée, la présentation successive des images visait à reproduire l’enchaînement des mouvements du médecin et la fluidité dont il faisait preuve pour métaphoriser gestuellement sa proposition d’aider le patient à « bricoler un escalier de fortune ».

32Les contraintes éditoriales qui exigent des articles qu’ils ne dépassent pas un certain nombre de caractères et d’images conduisent les auteurs à saisir et restituer un mouvement en quelques vignettes ne permettant pas de proposer des analyses aussi fines que dans une thèse ou un ouvrage.

Les choix de la transcription, un outil de sélection de l’objet

33De même que les données primaires sont sans cesse retravaillées en fonction des contingences et des différentes exigences des transcriptions en termes de granularité, les données secondaires font l’objet de multiples versions selon leur(s) destinataire(s) ou ce que révèlent les données primaires redécoupées et rejouées.

Figure 10. Transcription verbale proposée en data session. Alexandra Ortiz Caria.

Figure 10. Transcription verbale proposée en data session. Alexandra Ortiz Caria.
  • 9 À cette époque, souhaitant conserver une posture neutralisant radicalement les catégories, je dési (...)

34Ci-dessus, la transcription verbale9 d’un extrait d’une consultation projetée lors d’une data session qui imposait la diffusion audiovisuelle de la séquence correspondante pour que mes collègues analysent avec moi la synchronisation parfaite que j’avais repérée entre la temporalité du déplacement du médecin qui se rapprochait du patient puis revenait à sa place et celle de l’impression de l’ordonnance médicale ; phénomène désigné par la suite par l’expression de « disponibilité incarnée » (Caria et Kreplak, 2010).

35Cette data session est à l’origine d’une collaboration avec Yaël Kreplak qui avait aussi relevé un phénomène de disponibilité incarnée au cours d’une performance artistique qu’elle avait filmée dans un centre d’art contemporain. Analyser à deux la question de l’accomplissement de ce phénomène m’a incitée à définir un entourage séquentiel plus serré de l’action que celui qui avait été présenté en data session. Cela afin que le redécoupage de la séquence vidéo et la nouvelle transcription dans un degré plus fin de granularité (durée des silences, prosodie, etc.) mettent en évidence la comparabilité de nos deux corpus et la similarité du phénomène.

Figure 11. Transcription verbale retravaillée avec Yaël Kreplak. Alexandra Ortiz Caria.

Figure 11. Transcription verbale retravaillée avec Yaël Kreplak. Alexandra Ortiz Caria.

36Montrer la fluidité de cette disponibilité incarnée a impliqué en outre de décrire cette fois des phénomènes multimodaux pour situer très précisément le déplacement du médecin imbriqué séquentiellement aux échanges et configurant l’organisation séquentielle.

Figure 12. Transcription multimodale retravaillée avec Yaël Kreplak. Alexandra Ortiz Caria.

Figure 12. Transcription multimodale retravaillée avec Yaël Kreplak. Alexandra Ortiz Caria.

37La transcription multimodale révèle la participation d’une personne (ici, l’accompagnant, « mau » pour Maurice) qui s’exprime silencieusement (mimiques, hochements de tête, etc.) et n’apparaît pas sur la transcription verbale tout comme la manière non verbale dont Maurice peut être sollicité par l’un des locuteurs (ici, « seb », le médecin).

38Au-delà des contraintes techniques et des exigences de lisibilité, la transcription doit éviter, d’une part, le risque de surinterprétation conférant une intention à l’acteur (par exemple : « le patient interroge du regard son épouse ») et, d’autre part, le problème de neutralisation qui gomme l’imbrication séquentielle des actions en contexte (par exemple : « le patient dirige son regard vers la gauche »). S’extraire de cette tension appelle ainsi à catégoriser les actions au plus près des orientations des participant-e-s afin que les choix de transcription et d’analyse respectent au mieux les activités et les objectifs des acteurs.

39Ces exemples illustrent la multiplicité des transcriptions que les conversationnalistes produisent avant de parvenir à un résultat probant et la multitude des possibilités analytiques, notamment multimodales, qu’autorisent les séquences enregistrées : cette multiplicité offre une plus grande densité aux objets dont on se saisit en même temps qu’elle met au jour toute leur complexité.

Les choix politiques du chercheur en AC/EM

40Fabrication d’un corpus de données conversationnelles et objectivation scientifique se révèlent étroitement imbriquées en AC/EM dans la mesure où les choix techniques, contingents au terrain et à ses possibilités pratiques, sont aussi dictés par l’injonction de réflexivité propre à la méthode d’enquête empirico-inductive. À l’issue de la rédaction de cet article, au-delà de la problématisation des décisions techniques, pratiques, méthodologiques et finalement théoriques, on peut s’interroger sur les limites auxquelles se heurte l’option ethnométhodologique dans le contexte actuel de la politique de la recherche, et qui, toujours dans une posture réflexive, conduisent les chercheurs à devoir faire des choix politiques pour réaliser une analyse en AC/EM.

41Si nombre de conversationnalistes peuvent bénéficier du point de vue de leurs collègues en data session, ils ne trouvent pas toujours les mêmes possibilités d’approfondissement collectif de leur travail lors de colloques a fortiori lorsque les participants sont peu familiers de la démarche ethnométhodologique. L’entre-soi est également souvent inévitable compte tenu des contraintes actuelles en termes de nombre de signes et d’images limitant à certaines revues spécialisées les supports de publication possibles. Par ailleurs, en fabriquant un corpus de données, notamment de données dites sensibles (biométriques, politiques, judiciaires, etc.), le ou la conversationnaliste propriétaire du corpus, est souvent seul-e autorisé-e à le traiter, généralement au titre exclusif de la recherche et de l’enseignement. Par ce contrat avant tout moral envers les acteurs de l’enquête, désormais encadré par le fameux règlement général sur la protection des données (RGPD), ce chercheur est incité à ne pas déposer son corpus dans une base de données en open access, à ne pas le constituer en open data et à renoncer à publier dans des revues qui valident la scientificité des travaux de recherche exclusivement selon les principes du FAIR (Ortiz Caria, 2020a, 2020b). Dans ce contexte, la grande spécificité de la démarche ethnométhodologique en fait, en France, une discipline académique très peu représentée dont la visibilité risque de se réduire encore avec les changements récents concernant les données de l’enquête mais aussi avec la raréfaction des postes de titulaires en sciences sociales.

42Finalement, la politique actuelle de la recherche autorise les conversationnalistes à porter un regard réflexif et à mener un travail collectif souvent endogame sur les données sensibles. Ces chercheurs ont donc à choisir entre analyse de conversation d’inspiration ethnométhodologique, valorisation de leurs travaux et visibilité académique.

Haut de page

Bibliographie

Antaki Charles, Biazzi Michela, Nissen Anette et Wagner Johannes, 2008, « Accounting for moral judgments in academic talk : the case of a conversation analysis data session », Text and talk, no 28, vol. 1, p. 1-30.

Bonu Bruno, 2008, « Présentation », Cahiers de praxématique, no 50, p. 5-12.

Caria Alexandra, 2010, « L’information ethnographique en analyse de conversation : le cas de la data session », Cahiers de praxématique, no 54-55, p. 189-206.

Caria Alexandra et Kreplak Yaël, 2010, « Managing transitions : embodied availability as a multimodal resource », International Conference on Conversation Analysis, Mannheim, 5 juillet.

Fornel Michel (de) et Verdier Maud, 2018, « Corpus, classes d’exemples et collections en analyse de conversation », Corpus, no 18, [URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01944372/document], consulté le 13 février 2019.

Garfinkel Harold, 1967, Studies in Ethnomethodology, Englewood Cliffs, Prentice-Hall (Recherches en ethnométhodologie, Paris, Presses universitaires de France, 2007).

Groupe ICOR, 2013, Conventions de transcription ICOR [en ligne], [URL : http://icar.cnrs.fr/projets/corinte/documents/2013_Conv_ICOR_250313.pdf], consulté le 14 novembre 2019.

Jefferson Gail, 1985, « An exercise in the transcription and analysis of laughter », Handbook of Discourse Analysis, vol. 3, T. A. van Dijk éd., New York, Academic Press, p. 25-34.

Jordan Brigitte et Henderson Austin, 1995, « Interaction analysis : foundations and practice », Journal of Learning Sciences, vol. 4, no 1, p. 39-103.

Mondada Lorenza, 2000, « Les effets théoriques des pratiques de transcription », Linx, no 42, p. 131-150.

Mondada Lorenza, 2002, « Pratiques de transcriptions et effets de catégorisation », Cahiers de praxématique, no 39, p. 45-75.

Mondada Lorenza, 2006, « Video recording as the reflexive preservation and configuration of phenomenal features for analysis », Video Analysis, H. Knoblauch, J. Raab, H-G. Soeffner et B. Schnettler éd., Bern, Lang, p. 51-68.

Mondada Lorenza, 2008a, « La transcription dans la perspective de la linguistique interactionnelle », Données orales, les enjeux de la transcription, M. Bilger éd., Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, p. 78-109.

Mondada Lorenza, 2008b, Conventions de transcription des gestes [en ligne], [URL : http://icar.cnrs.fr/projets/corinte/documents/convention_transcription_multimodale.pdf], consulté le 14 novembre 2019.

Ochs Elinor, 1979, « Transcription as theory », Developmental Pragmatics, E. Ochs et B. Schieffelin éd., New York, Academic Press, p. 43-72.

Ortiz Caria Alexandra, 2016, « Le désalignement à l’ouverture d’une séquence de désaccord en consultation Alzheimer » [en ligne], Cahiers de praxématique, no 67 [URL : https://journals.openedition.org/praxematique/4449], consulté le 14 novembre 2019.

Ortiz Caria Alexandra,— 2019, Négociation et prise de décision partagée en consultation gériatrique. Analyse sociolinguistique des pratiques cliniques de diagnostication et d’évaluation de la maladie d’Alzheimer, thèse de doctorat de sciences du langage, EHESS.

Ortiz Caria Alexandra, 2020a, « Le RGPD (1) et le projet de création d’une plateforme collaborative » [en ligne], Carnet de recherche OpenEdition « Plateforme collaborative pour les enjeux sociétaux », [URL : https://places.hypotheses.org/2702], consulté le 8 avril 2020.

Ortiz Caria Alexandra, 2020b, « Le RGPD (2) et la recherche qualitative collective, sont-ils compatibles ? » [en ligne], Carnet de recherche OpenEdition « Plateforme collaborative pour les enjeux sociétaux », [URL : https://places.hypotheses.org/2841], consulté le 7 avril 2020.

Sacks Harvey, 1992, Lectures on Conversation, t. 1, Oxford, Blackwell.

Sacks Harvey, Schegloff Emanuel A. et Jefferson Gail, 1974, « A simplest systematics for the organization of turn taking in conversation », Language, no 50, p. 696-735.

Schegloff Emanuel, 2000, « On granularity », Annual Review of Sociology, no 26, p. 715-720.

Haut de page

Annexe

Figure 13. Conventions simplifiées de transcription verbale. Tableau synthétisé à partir des Conventions de transcription ICOR (Groupe ICOR, 2013).

Figure 13. Conventions simplifiées de transcription verbale. Tableau synthétisé à partir des Conventions de transcription ICOR (Groupe ICOR, 2013).

Figure 14. Conventions simplifiées de transcription multimodale. Tableau synthétisé à partir des Conventions de transcription des gestes (Mondada, 2008b).

Figure 14. Conventions simplifiées de transcription multimodale. Tableau synthétisé à partir des Conventions de transcription des gestes (Mondada, 2008b).
Haut de page

Notes

1 Les premières conversations analysées par les fondateurs de l’AC/EM dans les années 1970 étaient consignées au moyen d’un magnétophone. L’enregistrement vidéo s’est depuis démocratisé, compilant désormais le plus souvent les situations naturelles sur fichiers numériques audiovisuels.

2 Théorisées et modélisées par Sacks (1992) dans sa « membership categorization analysis » (MCA), les catégorisations désignent des pratiques de description de soi et d'autrui produisant certaines inférences, attentes et interrelations et donc un certain ordre social et moral.

3 Démarche consistant à tenter de réduire les effets des dispositifs et des opérations de la recherche sur le déroulement ordinaire des activités qui constituent son objet. L’AC/EM doit ainsi considérer les problèmes posés par les effets du dispositif d’enquête comme faisant partie des données à fabriquer et des éléments à analyser.

4 Compter parfois 15 minutes de transcription pour 1 minute de film selon le degré de granularité privilégié.

5 Ce terme est traduit de l’anglais (authorship) par Lorenza Mondada qui articule ainsi les notions d’auteur et d’autorité (L. Mondada et A. Ortiz Caria, communication personnelle, 1er novembre 2019).

6 Les conventions ICOR (Interactions CORpus) ont été élaborées par un groupe de chercheurs rattachés au laboratoire ICAR (Interactions, Corpus, Apprentissages, Représentations). Ce groupe était alors composé de Michel Bert, Sylvie Bruxelles, Carole Etienne, Emilie Jouin, Lorenza Mondada, Christian Plantin, Sandra Teston-Bonnard, Véronique Traverso, Daniel Valero.

7 Par expérience, on constate que les étapes figurant ci-après font souvent l’objet de réordonnancements et de réinterprétations, selon la perspective wittgensteinienne de la règle (Caria, 2010).

8 Ce néologisme que les conversationnalistes utilisent fréquemment n’a pas été développé en tant que notion. Je le définis de la manière suivante : en tant que ressource pratique mobilisée à toutes fins descriptives et analytiques, la partageabilité consiste en la mise en partage collaborative et méthodique des données descriptibles par les conversationnalistes. Elle représente une procédure intersubjective favorisant un examen non motivé des données propre à garantir la posture endogène et réflexive au fondement de la « mentalité analytique » de l’AC/EM.

9 À cette époque, souhaitant conserver une posture neutralisant radicalement les catégories, je désignais les locuteurs et locutrices par des prénoms inventés (ici Charles est le patient, Sébastien, le médecin) ; posture abandonnée depuis parce que non pertinente du point de vue des acteurs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Dispositif audio-visuel en salle de consultation. Alexandra Ortiz Caria et Phabien Goffinet.
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/10688/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Figure 2. Transcription en format liste. Alexandra Ortiz Caria.
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/10688/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Figure 3. Transcription en format partition. Alexandra Ortiz Caria.
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/10688/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Figure 4. Transcription en format colonne. Alexandra Ortiz Caria.
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/10688/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 5. Transcription subjective du rire. Extrait de l’article de Gail Jefferson (1985).
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/10688/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 6. Transcription détaillée du rire. Extrait de l’article de Gail Jefferson (1985).
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/10688/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 7. Extrait d’une data session (Caria, 2010).
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/10688/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Titre Figure 8. Capture d’écran publiée dans une revue scientifique (Ortiz Caria, 2016).
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/10688/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Titre Figure 9. Captures d’écran d’un mouvement (Ortiz Caria, 2019).
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/10688/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Figure 10. Transcription verbale proposée en data session. Alexandra Ortiz Caria.
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/10688/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Figure 11. Transcription verbale retravaillée avec Yaël Kreplak. Alexandra Ortiz Caria.
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/10688/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 12. Transcription multimodale retravaillée avec Yaël Kreplak. Alexandra Ortiz Caria.
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/10688/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Titre Figure 13. Conventions simplifiées de transcription verbale. Tableau synthétisé à partir des Conventions de transcription ICOR (Groupe ICOR, 2013).
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/10688/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Figure 14. Conventions simplifiées de transcription multimodale. Tableau synthétisé à partir des Conventions de transcription des gestes (Mondada, 2008b).
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/10688/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Ortiz Caria et Camille Noûs, « Fabriquer un corpus de données en analyse de conversation. Fondements théoriques, enjeux réflexifs et pratiques collectives », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #19 | 2019, mis en ligne le 22 juillet 2020, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/traces/10688 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traces.10688

Haut de page

Auteurs

Alexandra Ortiz Caria

chercheuse en sociologie et linguistique, École des hautes études en sciences sociales, Laboratoire interdisciplinaire d’études sur les réflexivités

Camille Noûs

laboratoire Cogitamus

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search