Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros#19ArticlesApories de la mise en banque : re...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Apories de la mise en banque : retour d’expérience sur la réutilisation d’enquêtes qualitatives

The aporias of databanking: a note on the reuse of qualitative surveys
Sophie Duchesne et Camille Noûs
p. 89-100

Résumés

La mise à disposition et l’archivage des données qualitatives font aujourd’hui l’objet d’incitations fortes, quand elles ne sont pas rendues obligatoires par les agences de financement et les éditeurs de revues scientifiques. Mais les conditions de cette mise à disposition exercent une influence importante sur la possibilité de réutiliser ces enquêtes. La mise en banque des données dans des archives centralisées, avec tout ce que cela suppose comme normalisation des matériaux, les dénature et rend impossible l’engagement profond avec le travail de production original de l’enquête qui fait tout l’intérêt de la réanalyse. Il faut réfléchir collectivement à d’autres formes d’archivage, plus respectueuses du travail de recherche.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce texte a grandement bénéficié de la lecture attentive de l’éditrice et des éditeurs de ce numéro (...)
  • 2 Le programme Horizon 2020 de financement de la recherche au niveau européen inclut depuis 2014 un (...)
  • 3 L’Economic and Social Research Council (ESRC) britannique a été pionnière en la matière en conditi (...)

1L’archivage et la mise à disposition des données produites par les enquêtes qualitatives – le plus souvent basées sur des entretiens et des observations – font aujourd’hui l’objet d’incitations fortes, sinon d’injonctions, de la part des responsables de la recherche, européenne notamment1. Les candidat-e-s à un financement H2020 doivent désormais s’efforcer de rendre les données qu’ils et elles ont l’intention de produire FAIR, acronyme de findable, accessible, interoperable and reusable. Autrement dit, ils et elles doivent envisager en amont de la demande de financement la façon de mettre ces futures données à disposition2. Ces nouvelles règles se diffusent rapidement dans les agences de financement nationales3. Au nombre des procédures à prévoir dans le data management plan (DMP, plan de gestion des données) désormais requis par la plupart de ces agences, il faut désigner l’infrastructure à laquelle les données seront confiées.

2À première vue, la mise à disposition des données peut sembler relever du même registre de justification que l’open access des publications : assurer la diffusion la plus large des résultats des recherches financées sur fonds publics et faciliter ainsi le développement du savoir. De fait, il y a peu d’arguments à opposer à l’idée que ces résultats doivent être mis librement à la disposition de la collectivité dès lors que la libre circulation des publications scientifiques n’a guère comme inconvénient que les limites qu’elle pose à la rétribution de leurs auteur-e-s. Or la plupart de ces auteur-e-s sont de fait déjà payé-e-s pour faire leur travail, le plus souvent donc sur argent public ; et la rémunération de leurs écrits se fait de toute façon au profit des éditeurs scientifiques.

3La mise à disposition des données de la recherche est une autre affaire car elle engage non pas la rémunération des résultats scientifiques, mais le travail scientifique lui-même. La façon dont on la met en œuvre a des conséquences directes sur la façon dont on fait (ou dont on peut faire) de la recherche. La création de grandes banques d’enquêtes qualitatives, sur le modèle des banques de données quantitatives, assortie de l’obligation de dépôt, est la façon la plus fréquemment employée pour y procéder. Or elle peut notamment se révéler préjudiciable aux approches interprétatives et déductives, largement employées en sciences sociales.

  • 4 Le projet Réanalyse, financé par le contrat ANR-2010, Blanc 1813 01 et que j’ai coordonné, a réuni (...)

4Cet article va tenter de le montrer en s’appuyant sur deux types de sources. Tout d’abord, les débats en cours depuis le milieu des années 1990, de part et d’autre de l’Atlantique, sur la mise à disposition des données qualitatives, qui accompagnent une montée en puissance des dispositifs imaginés par les gouvernants de la recherche pour l’imposer. Commencé au Royaume-Uni il y a trois décennies environ par l’équipe réunie autour du projet Qualidata, le débat européen porte sur l’archivage et la réutilisation des données d’enquêtes financées sur fonds publics. Aux États-Unis, c’est la question de la transparence de la démarche scientifique et de la possibilité de vérifier et répliquer les analyses publiées par les chercheuses et les chercheurs qui occupe le devant de la scène. Dans les deux cas, le débat scientifique a rapidement cédé la place à des politiques contraignantes, sans même passer par une phase d’expérimentation : obligation de déposer les données recueillies au cours d’un projet financé par une agence côté européen ; outre-Atlantique, obligation, au moment de publier les résultats d’une enquête, de mettre à disposition les données sur lesquelles repose la démonstration. L’interprétation des débats (sections 1 et 2) qui ont ouvert la voie de ces nouvelles politiques sera nourrie des enseignements que j’ai tirés du projet Réanalyse (section 3), lequel a réuni une dizaine de collègues au début de la décennie 2010 avec l’objectif d’expérimenter l’analyse secondaire d’enquêtes qualitatives4. En conclusion, je suggérerai quelques pistes pour répondre aux exigences des politiques de recherche sans pour autant renoncer à la diversité de nos pratiques d’enquête.

Qualidata, l’héritage d’une banque pionnière

  • 5 Créée en 1994, Qualidata a elle-même a été absorbée en 2012 par le UK Data Archive Service, l’inst (...)

5L’équipe en charge du développement de la banque pionnière d’enquêtes qualitatives mise en place au Royaume-Uni, Qualidata5, a suscité et entretenu un débat nourri sur les enjeux et les bénéfices attendus de la mise à disposition de ce type d’enquêtes (Corti et al., 1995 ; Corti, 2000 ; Corti et al., 2005 ; Corti et Bishop, 2005 ; Bishop, 2006 ; Scot, 2006 ; Bishop, 2007 ; Corti, 2012 ; Bishop, 2014 ; Van den Eynden et Corti, 2017 ; Bishop et Kuula-Luumi, 2017 ; Duchesne, 2017 ; Guaspare, 2017). Ce débat, qui court donc depuis près d’un quart de siècle, vise à convaincre les productrices et producteurs d’enquêtes qualitatives de l’intérêt non seulement d’archiver leurs enquêtes, mais aussi d’utiliser les données mises à disposition par leurs collègues. Convaincu-e-s que ce projet est piloté par les tenant-e-s des méthodes quantitatives qui méconnaissent les principes et les pratiques des qualitativistes, des chercheurs et surtout des chercheuses ont tenté, et tentent toujours, de le réfuter. Ces opposant-e-s à l’analyse secondaire mettent tout particulièrement en avant la nécessité, pour analyser les données de façon pertinente, d’avoir contribué à les produire (Mauthner et al., 1998 ; Mauthner et Parry, 2009, 2013 ; Parry et Mauthner, 2004). Plus largement, c’est la possibilité même de dissocier données et contexte et d’autonomiser les premières qui est vraiment en cause.

6En retour, les arguments n’ont pas manqué pour questionner la singularité des difficultés engendrées par l’analyse secondaire. Parmi celles qui sont le plus souvent pointées, on trouve la nécessité de devoir se satisfaire d’informations incomplètes dès lors qu’il n’est plus possible de compléter un terrain passé ; et surtout, donc, de devoir interpréter des observations ou des entretiens sans avoir vécu la relation établie avec les personnes enquêtées. Or, d’une part, la plupart des enquêtes menées de nos jours connaissent des contraintes en matière de délais ou d’accès au terrain, de sorte que la fin de la phase de collecte de données correspond rarement au principe de saturation de l’information décrit dans les manuels dédiés à l’approche inductive. D’autre part, nombre d’enquêtes sont menées collectivement sans que cela empêche les chercheurs et les chercheuses d’exploiter les observations et les entretiens recueillis par les autres membres de l’équipe (Hammersley, 1997, 2010). Documenter correctement les enquêtes archivées n’est-il pas très similaire à ce qu’on fait quand on rend compte à ses collègues de la part de terrain qu’on a réalisée ? Soulignons enfin que nombre d’ouvrages réputés reposent de facto sur des entretiens que leurs auteur-e-s ont fait réaliser par d’autres enquêtrices et enquêteurs professionnel-le-s, voire des étudiant-e-s.

7Niamh Moore met ainsi en cause l’obsession du contexte qui caractériserait selon elle Natasha Mauthner et Odette Parry, coauteures de l’article « The data are out there, or are they? » qui fait référence pour les opposant-e-s à l’analyse secondaire (Mauthner et al., 1998). Certaines disciplines, à commencer par l’histoire, et tout particulièrement l’histoire orale, mais aussi l’anthropologie, travaillent régulièrement sur des sources archivées et revisitent les journaux de terrains de celles et ceux qui nous ont précédé-e-s. Moore et deux collègues, dont Mike Savage, qui a réanalysé quelques-unes des enquêtes du fonds originel de Qualidata et dont le travail a beaucoup été mis en avant par l’équipe (Savage, 2005a, 2005b, 2011), suggèrent d’interroger la fabrication de l’archive plutôt que de rejeter par principe toutes les formes d’archivage et de réutilisation d’enquêtes passées (Geiger et al., 2010 ; Moore et al., 2017).

8La question de savoir s’il faut ou non archiver (toutes) les enquêtes qualitatives et faire de l’analyse secondaire une pratique courante dans les sciences sociales reste sujette à débat. Pourtant les institutions en charge du financement de la recherche, d’abord au Royaume-Uni puis dans les autres pays européens et finalement au niveau de l’Union européenne, ont mis en place une politique contraignante, exigeant des candidat-e-s à un financement, volens nolens, qu’ils et elles s’engagent à archiver les données collectées par leur projet de recherche et prévoient en amont les moyens pour le faire, sauf à pouvoir justifier de bonnes raisons de ne pas pouvoir le faire.

Qualitative Transparency Deliberations, un débat qui fait long feu

  • 6 L’idée que les chercheuses et chercheurs qui résistent à mettre les données de leurs enquêtes à di (...)

9La contrainte vient également de la politique utilisée de l’autre côté de l’Atlantique, cette fois pour imposer la « transparence »6. Ce terme est utilisé en particulier par les promoteurs de la réplication, autrement dit, de la procédure consistant à refaire les manipulations ou les traitements de données annoncés dans une publication pour vérifier qu’on obtient bien les mêmes résultats. Dans le cas des enquêtes quantitatives, cela suppose non seulement l’accès aux enquêtes, généralement déjà archivées au moment de la publication, mais aussi les codes ou lignes de programme qui ont servi à les traiter. Appliquée aux enquêtes qualitatives, cela suppose de mettre à disposition l’ensemble des transcriptions, enregistrements et notes de terrain, ainsi que les éventuelles grilles de codages, afin que les collègues puissent discuter dans le détail les résultats annoncés.

10Un réseau s’est constitué, le Data Access & Research Transparency Network (DA-RT Network), ancré dans la puissante APSA, l’Association américaine de science politique. Ce réseau a d’abord travaillé à introduire dans la charte d’éthique de l’APSA le principe de transparence, ce qu’il a obtenu en 2012 (Lupia et Elman, 2014)7. Puis il a œuvré pour l’adoption en 2014 du Journal Editors’ Transparency Statement8, par lequel un consortium de grandes revues internationales de science politique s’est engagé à exiger des auteur-e-s des articles qu’elles acceptent pour publication, quels qu’ils soient, de mettre leurs données à disposition. Cette déclaration a entraîné un large mouvement de protestation de la part des qualitativistes. Elles et ils y voient tout d’abord une injustice certaine puisque la préparation nécessaire pour ouvrir l’accès aux données n’a pas le même coût suivant le type d’enquête ; et sur le plan éthique, parce qu’elle ne fait pas courir les mêmes risques aux enquêté-e-s et aux chercheurs et chercheuses. Le débat s’est engagé sous les auspices de la section multiméthode de l’APSA (APSA QMMR [Qualitative and Multi-Method Research Section], alors présidée par Peter Hall) et à travers l’organisation de Qualitative Transparency Deliberations en 2016 et 2017. Objets d’une mobilisation conséquente, les conclusions des différentes sections sont disponibles en ligne9. Mais ici non plus le consensus n’a pas été atteint, comme le montre le dédoublement de la section introductive. La conviction qu’il existe une différence fondamentale entre certaines conceptions du qualitatif et des sciences sociales et une approche scientifique positiviste reste le point d’ancrage de la résistance à l’open access en matière de données de la recherche.

11Les chercheurs et chercheuses qui lui sont favorables mais veulent éviter le pur rapport de force tentent de contourner la controverse et de déplacer le débat sur les modalités d’une plus grande transparence (Kapiszewski et Karcher, 2019). Mais les autres maintiennent la pression. Le DA-RT Network a collaboré à un mouvement de plus grande envergure : l’adoption des directives pour la promotion de la transparence et de l’ouverture (Transparency and Openness Promotion Guidelines) publiées dans la revue Science en 201510. Elles suggèrent que pour chacun des critères suivants – références aux données et programmes utilisés ; transparence dans la production des données et le matériel de recherche ; transparence dans les modes (et codes) et procédure d’analyse ; préenregistrement de l’étude et du plan d’analyse ; réplication – chaque revue scientifique choisisse le niveau d’exigence attendu des auteur-e-s qu’elle accepte de publier. Au moment d’écrire ces lignes (fin août 2019), le Centre for Open Science (COS) indique que plus de mille revues scientifiques auraient validé ces directives et le réseau s’emploie activement à l’augmenter. Les revues de sciences sociales ou d’humanités ne sont pas le cœur de cible de ce mouvement et l’APSA est devenu partenaire déclaré de COS.

Réanalyse : du débat à la pratique

  • 11 Intitulé « Développement de l’analyse secondaire et des méthodes d’analyse qualitative : une chanc (...)
  • 12 Bequali fait partie de « l’équipement d’excellence » DIME-SHS et est basé à Sciences Po. On trouve (...)

12Ce débat sur la nature des enquêtes qualitatives et les avantages et inconvénients de leur archivage peut sembler lointain et abstrait. Pour ma part, j’ai pris connaissance de bonne heure, à l’occasion d’un long séjour au Royaume-Uni, des efforts déployés par l’équipe de Qualidata pour promouvoir l’archivage et la réanalyse des enquêtes qualitatives. Formée à la recherche dans un laboratoire pionnier du développement des enquêtes scientifiques par sondage, le Cevipof, j’ai facilement été séduite par les promesses du partage des données qualitatives. Cependant, la lecture des arguments portés par ses opposant-e-s m’a également sensibilisée aux effets possibles de normalisation de ces pratiques11. Aussi, lorsque j’ai initié en 2010 la création d’une banque d’enquêtes qualitatives, Bequali, j’ai cherché les moyens d’en limiter les risques12. J’ai notamment monté un programme de recherche pour accompagner la construction de la banque. Intitulé « Réanalyse », il avait pour objectif de mener à bien plusieurs expérimentations d’analyse secondaire dans l’espoir d’adapter le dispositif d’archivage au plus près des besoins exprimés dans l’équipe.

13En fait, les travaux de l’équipe Réanalyse ont poussé dans une tout autre direction. Ils ont rapidement montré que réanalyser des enquêtes conduites avec des méthodes qualitatives suppose un engagement avec le travail du ou des chercheur-s et chercheuse-s premières qui est au cœur de la nouvelle recherche. Ainsi, l’effort de Bequali pour élaborer une « Enquête sur l’enquête »13 qui recontextualiserait les données et livrerait clés en main aux usagers de la banque ce qu’il y a à savoir sur les données mises à disposition nous est apparu de plus en plus vain : pour donner du sens à des entretiens, puisque c’est de ça qu’il s’agissait dans Réanalyse, un chercheur ou une chercheuse ne peut éviter de confronter ses intérêts et ses pratiques à ceux du ou de la collègue dont il ou elle prend la suite. Autrement dit, les questions posées à l’enquête revisitée diffèrent d’une réanalyse à une autre. Elles ne dépendent pas tant de l’enquête archivée que de l’enquête nouvelle que constitue le projet de réanalyse.

  • 14 Elle même construit des archives sur un modèle très éloigné des directives de Qualidata ou des ban (...)

14Mieux, ce travail de recontextualisation, tout à fait passionnant au demeurant, en dit certainement autant sur le contexte de la réanalyse que sur celle de l’enquête première. Comme le souligne Niamh Moore, recontextualiser les données revient en fait à porter l’attention sur le contexte du projet en cours, qui fabrique des données nouvelles avec les anciennes (Moore, 2006, p. 26). En conséquence, l’archive ne peut pas recontextualiser les données une fois pour toutes : elle peut juste conserver autant d’éléments que possible afin que celles et ceux qui voudront s’y replonger aient de la matière pour s’approprier les choses et prendre la mesure du décalage entre leurs questions et celles qui ont (sans doute) présidé à la fabrication de l’enquête revisitée. Cela suppose que le projet et les matériaux que l’on cherche à s’approprier soient le plus bruts possible. Il faut éviter de les normaliser, les formater – autrement dit, éviter de prendre le risque de les stériliser. Or la mise en banque, et l’objectif d’interopérabilité des données qui la motive, rend ce travail de normalisation inévitable. Il est mis en œuvre à travers les métadonnées, le plan de classement, l’exigence de documents attestant le consentement des personnes interrogées et enfin l’anonymisation (pour une analyse de ce processus de normalisation dans le cas de Bequali, voir Duchesne et Brugidou, 2016). Ainsi Moore, qui défend donc l’archivage, le défend dans des termes très différents des procédures suivies par le UK Data Service, en mettant en doute les fondements éthiques de l’anonymisation, au nom des interviewé-e-s eux- et elles-mêmes, de leur volonté de témoigner, de leur participation active à l’enquête en tant que sujet et non objet (Moore, 2012)14. Ce faisant, elle rejoint Natasha Mauthner qui met en cause aujourd’hui moins la possibilité de réutiliser des enquêtes, que l’obligation et les règles qui encadrent et normalisent à la fois l’archivage et l’analyse secondaire (Mauthner, 2016).

15Le travail d’appropriation et de recontextualisation sur lequel repose la réanalyse, la revisite, la construction collaborative d’une archive ou toute forme féconde de réutilisation des enquêtes est tout sauf économe en temps. La conclusion est paradoxale. Alors que tout le système d’organisation de la recherche pousse à accélérer le temps, à publier toujours plus et plus vite, l’archivage et le partage des données, eux, pour être valides, demandent qu’on le ralentisse : qu’on prenne le temps de rassembler tous les matériaux pour mettre ses enquêtes à disposition ; qu’on prenne le temps de mieux appréhender, par la confrontation entre les formes d’interrogations du passé et celles qu’on emploie aujourd’hui, combien nos manières de faire de la recherche sont situées, combien elles participent de la transformation des choses que nous cherchons à comprendre.

16Comment ne pas s’étonner alors que les archives peinent à se remplir malgré les investissements faits pour elles et malgré le succès d’estime que la notion de partage des données peut rencontrer au sein des communautés scientifiques ? Elles se révèlent vides d’enquêtes, en sciences sociales comme ailleurs (Nelson, 2009), du fait du lourd investissement en temps que nécessite le fait de rendre nos enquêtes non seulement disponibles mais surtout, interopérables et directement utilisables. Ainsi Bequali, après huit années de travail d’une équipe d’une demi-douzaine de collaborateurs et collaboratrices, n’avait au moment de relire cet article (avril 2020) que quinze enquêtes archivées. Son catalogue reste bien en deçà de ce qui pourrait justifier les ressources qu’il mobilise, à l’instar de la plupart des banques d’enquêtes qualitatives européennes, Qualidata mise à part (Guaspare, 2017).

17Les archives institutionnelles sont largement délaissées, sauf à recourir, donc, à l’obligation de dépôt. De plus, celles qui le font depuis assez longtemps pour avoir un catalogue fourni, comme Qualidata, ont du mal à trouver des candidat-e-s pour s’en servir, en dehors de l’enseignement (Bishop et Kuula-Luumi, 2017 ; Parry et Mauthner, 2005). D’où la double politique, d’obligation et d’incitation, dans laquelle l’équipe du UK Data Service est engagée. Il s’agit donc d’obliger celles et ceux qui demandent à faire financer leurs recherches à déposer leurs données, en laissant peser sur elles et eux le poids de leur « FAIRness », de la mise aux normes de ces données (notamment l’anonymisation) pour qu’elles répondent aux exigences affichées d’accessibilité et d’interopérabilité. En même temps, on incite à la réutilisation des données en finançant en priorité les projets qui proposent de recourir aux données déjà mises en banque. Les limites de cette politique contraignante sont (heureusement) celles des moyens qui leur sont attribués, lesquels sont finalement très en dessous de ce que représenterait une mise en œuvre systématique, dans tous les pays, des exigences affichées par les agences de financement.

Répondre aux exigences en matière de gestion des données sans céder à la politique du FAIR

18Réanalyser une enquête et construire un nouveau projet à l’aide de matériaux pensés et construits antérieurement par quelqu’un-e d’autre est passionnant. La réanalyse ne fait pas gagner du temps, mais elle ouvre de nombreuses possibilités, notamment pour saisir vraiment notre propre position en tant qu’observateur ou observatrice, pour mesurer pleinement le contexte social et temporel de nos investigations. Par ailleurs, que nous le voulions ou non, nous allons devoir nous conformer aux exigences des agences de financement et produire des plans de gestion des données qui obéissent aux attentes en matière d’archivage et de mise à disposition de nos enquêtes. Or archiver une enquête ne veut pas dire nécessairement la mettre en banque, la formater pour la confier à des archives centralisées.

  • 15 C’est notamment le cas de la bibliothèque de Sciences Po Bordeaux. Je remercie Delphine Coudrin, s (...)

19Il y a de la marge pour envisager autrement les attentes qui pèsent sur nous et retourner l’obligation qui nous est faite en opportunité. Il faut que nous nous donnions les moyens, collectivement mais surtout localement, au plus près des laboratoires où nous produisons les données qu’on nous demande d’archiver, de créer des lieux où les enquêtes pourront être déposées sans être aseptisées. Nous laisserons alors à celles ou ceux qui pourraient un jour être intéressé-e-s à les réutiliser le soin de les recontextualiser en fonction de leurs propres questions, en assumant pleinement la charge éthique de la confiance des enquêté-e-s. Les bibliothèques universitaires, qui sont elles-mêmes, du fait de la numérisation des publications scientifiques, en pleine transformation, et cherchent les moyens de se réinventer comme bibliothèque de recherche, constituent à mon sens les premiers partenaires vers qui se tourner15.

  • 16 Sur le RGPD, voir le guide élaboré par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS [URL: (...)

20Ce travail de mise en place de lieux de dépôts pour nos enquêtes intervient au moment où nous devons aussi, collectivement, réfléchir aux moyens de gérer les nouvelles contraintes que représente, pour les sciences sociales, le règlement général de protection des données (le RGPD)16. Stratégiquement, il me semble que dans les deux cas, nous devons absolument éviter la tendance à l’anticipation protectrice qui consiste généralement à interpréter strictement les termes du règlement. Au contraire, il faut que nous agissions ensemble afin de faire un usage extensif des autorisations prévues pour la recherche dans un cas, et le qualitatif dans l’autre. Il faut définir nous-mêmes les procédures et construire les structures qui permettront d’accueillir nos enquêtes, de sorte non seulement à ne pas nous voir interdire les financements d’aujourd’hui mais aussi, peut-être, de contribuer à enrichir doublement les sciences sociales de demain.

Haut de page

Bibliographie

Bishop Libby, 2006, « A proposal for archiving context for secondary analysis », Methodological Innovation Online, vol. 1, no 2, p. 10-20.

Bishop Libby, 2007, « A reflexive account of reusing qualitative data : beyond primary/secondary dualism », Sociological Research Online, vol. 12, no 3, p. 43-56.

Bishop Libby, 014, « Re-using qualitative data : a little evidence, on-going issues and modest reflections », Studia Socjologiczne, vol. 3, no 214, p. 167-176.

Bishop Libby et Kuula-Luumi Arja, 2017, « Revisiting qualitative data reuse : a decade on », SAGE Open, no 7, p. 1-15.

Corti Louise, 2000, « Progress and problems of preserving and providing access to qualitative data for social research – The international picture of an emerging culture », Forum Qualitative Sozialforschung/Forum : Qualitative Social Research, vol. 1, no 3.

Corti Louise, 2000, 2012, « Recent developments in archiving social research », International Journal of Social Research Methodology, vol. 15, no 4, p. 281-290.

Corti Louise et Bishop Libby, 2005, « Strategies in teaching secondary analysis of qualitative data », Forum Qualitative Sozialforschung/Forum : Qualitative Social Research, vol. 6, no 1.

Corti Louise, Foster Janet et Thompson Paul, 1995, « Archiving qualitative research data », Social Research Update, no 10.

Corti Louise, Witzel Andreas et Bishop Libby, 2005, « On the potentials and problems of secondary analysis. An introduction to the FQS special issue on secondary analysis of qualitative data », Forum Qualitative Sozialforschung/Forum : Qualitative Social Research, vol. 6, no 1.

Duchesne Sophie, 2017, « De l’analyse secondaire à la réanalyse. Une innovation méthodologique en débats », Recherches qualitatives, no 21, p. 7-28.

Duchesne Sophie et Brugidou Mathieu, 2016, « Bequali, une archive en question. Retour sur une expérience de création de banque d’enquêtes qualitatives », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 11, no 4, p. 531-556.

Fielding Nigel, 2004, « Getting the most from archived qualitative data : epistemological, practical and professional obstacles », International Journal of Social Research Methodology, vol. 7, no 1, p. 97-104.

Geiger Till, Moore Niamh et Savage Mike, 2010, « The archive in question », CRESC Working Paper Series, no 81.

Guaspare Catherine, 2017, « Des banques d’enquêtes qualitatives en sciences sociales : panorama Europe États-Unis », Recherches qualitatives, no 21, p. 143-163.

Hammersley Martyn, 1997, « Qualitative data archiving : some reflections on its prospects and problems », Sociology, vol. 31, no 1, p. 131-142.

Hammersley Martyn, 2010, « Can we re-use qualitative data via secondary analysis ? Notes on some terminological and substantive issues », Sociological Research Online, vol. 15, no 1, p. 47-53.

Kapiszewski Diana et Karcher Sebastian, 2019, « Openness in practice in qualitative research », APSA Preprints, consulté le 15 octobre 2019.

Lupia Arthur et Elman Colin, 2014, « Openness in political science : data access and research transparency », PS : Political Science & Politics, vol. 47, no 1, p. 19-42.

Mauthner Natasha, 2016, « Should data sharing be regulated ? », The Ethics Rupture : Alternatives to Formal Ethics Review in the Social Sciences, W. C. Van den Hoonaard et A. Hamilton éd., Toronto, University of Toronto Press, p. 206-229.

Mauthner Natasha S. et Parry Odette, 2009, « Qualitative data preservation and sharing in the social sciences : on whose philosophical terms? », Australian Journal of Social Issue, vol. 44, no 3, p. 289-305.

Mauthner Natasha S. et Parry Odette, 2013, « Open access digital data sharing : principles, policies and practices », Social Epistemology, vol. 27, no 1, p. 47-67.

Mauthner Natasha S., Parry Odette et Backett-Milburn Kathryn, 1998, « The data are out there, or are they ? Implications for archiving and revisiting qualitative data », Sociology, vol. 32, no 4, p. 733-745.

Moore Niamh, 2006, « The contexts of context : broadening perspectives in the (re)use of qualitative data », Methodological Innovation Online, vol. 1, no 2, p. 21-32.

Moore Niamh, 2012, « The politics and ethics of naming : questioning anonymisation in (archival) research », International Journal of Social Research Methodology, vol. 15, no 4, p. 331-340.

Moore Niamh, Salter Andrea, Stanley Liz et Tamboukou Maria, 2017, The Archive Project : Archival Research in the Social Sciences, London-New York, Routledge.

Nelson Bryn, 2009, « Data sharing : empty archives », Nature, vol. 461, no 7261, p. 160-163.

Parry Odette et Mauthner Natasha, 2004, « Whose data are they anyway ? Practical, legal and ethical issues in archiving qualitative research data », Sociology, vol. 38, no 1, p. 139-152.

Parry Odette et Mauthner Natasha, 2005, « Back to basics : who re-uses qualitative data and why? », Sociology, vol. 39, no 2, p. 337-342.

Savage Mike, 2005a, « Revisiting classic qualitative studies », Forum Qualitative Sozialforschung/Forum : Qualitative Social Research, vol. 6, no 1.

Savage Mike, 2005b, « Working-class identities in the 1960s : revisiting the affluent worker study », Sociology, vol. 39, no 5, p. 929-946.

Savage Mike, 2011, Identities and Social Change : The Politics of Method, Oxford, Oxford University Press.

Scot Marie, 2006, « Les archives britanniques des sciences sociales. Deux études de cas : UK Data Archive (UKDA) et Qualidata », Genèses, no 63, p. 46-65.

Van den Eynden Veerle et Corti Louise, 2017, « Advancing research data publishing practices for the social sciences : from archive activity to empowering researchers », International Journal on Digital Libraries, vol. 18, no 2, p. 113-121.

Haut de page

Notes

1 Ce texte a grandement bénéficié de la lecture attentive de l’éditrice et des éditeurs de ce numéro, Juliette Galonnier, Stefan Le Courant et Anthony Pecqueux ; ainsi que des commentaires de mes complices de Réanalyse, Stéphanie Abrial, Mathieu Brugidou, Claire Dupuy, Thibaut Rioufreyt et Virginie Van Ingelgom en particulier : qu’elles et ils en soient remercié-e-s.

2 Le programme Horizon 2020 de financement de la recherche au niveau européen inclut depuis 2014 un programme pilote pour rendre publiques les données de la recherche (Open Research Data Pilot). Ce programme a été confirmé et renforcé en 2017. Voir les indications données aux candidat-e-s à [URL: http://ec.europa.eu/research/participants/docs/h2020-funding-guide/cross-cutting-issues/open-access-data-management/data-management_en.htm], consulté le 15 octobre 2019. Soulignons au passage que l’acronyme FAIR est particulièrement bien trouvé puisque l’adjectif correspondant, en anglais, est connoté de façon très positive. Il signifie à la fois juste, équitable et honnête, mais aussi beau, propre et clair.

3 L’Economic and Social Research Council (ESRC) britannique a été pionnière en la matière en conditionnant dès 1996 l’octroi de financement à l’archivage des données produites dans l’enquête concernée. L’Agence nationale de la recherche (ANR) vient à son tour de s’engager dans cette voie. Voir le Plan d’action 2019, daté du 28 juillet 2018, p. 9 : [URL: http://www.agence-nationale-recherche.fr/fileadmin/documents/2018/Plan-d-action-ANR-2019.pdf], consulté le 15 octobre 2019.

4 Le projet Réanalyse, financé par le contrat ANR-2010, Blanc 1813 01 et que j’ai coordonné, a réuni notamment Stéphanie Abrial, Céline Belot, Mathieu Brugidou, Claire Dupuy, Catherine Guaspare, Camille Hamidi, Annie-Claude Salomon, Thibaut Rioufreyt et Virginie Van Ingelgom. Nous avons publié nos résultats, en libre accès dans la revue Recherches qualitatives [URL : http://www.recherche-qualitative.qc.ca/documents/files/revue/hors_serie/HS-21/rq-hs-21-numc-ro-complet.pdf], consulté le 17 avril 2020.

5 Créée en 1994, Qualidata a elle-même a été absorbée en 2012 par le UK Data Archive Service, l’institution nationale en charge de l’archivage des données de la statistique publique et des enquêtes par sondage, nationales et internationales. L’intégration s’est faite en deux temps : rapprochement en 2003 via la création de la section qualitative de l’Economic and Social Data Service nouvellement créée ; puis intégration complète en 2012 dans le UK Data Service. La directrice de Qualidata, Louise Corti, est alors devenue directrice adjointe du UK Data Service.

6 L’idée que les chercheuses et chercheurs qui résistent à mettre les données de leurs enquêtes à disposition ont quelque chose à cacher a aussi été utilisée dans le débat initié au Royaume-Uni (voir par exemple Fielding, 2004).

7 Le Guide de l’éthique professionnelle en science politique [URL: www.apsanet.org › Publications › APSAEthicsGuide2012], consulté le 15 octobre 2019, indique donc dans son article 6 (p. 9-10) que « les chercheurs ont l’obligation éthique de faciliter l’évaluation des affirmations qui sont les leurs en matière de connaissance basée sur des faits, par l’accès aux données, la transparence des modes de production et d’analyse, de telle sorte que leur travail puisse être testé et répliqué » (traduction par l’auteure). Les neuf alinéas du même article précisent les termes employés, et notamment ce qu’on doit entendre par « accès aux données » et « transparence productive et analytique », ainsi que les conditions auxquelles un chercheur peut y déroger – essentiellement éthiques et légales – et précise pour finir que l’éthique s’applique également aux chercheurs et chercheuses qui testent et répliquent.

8 Le site du Data Access & Research Transparency Network, sur lequel était postée cette déclaration, a été désactivé entre le moment d’écrire ce texte (automne 2019) et sa mise sous presse (printemps 2020). On peut néanmoins trouver le texte de cette déclaration sur les sites des revues qui l’ont adopté, comme Comparative Political Studies ([URL : https://doi-org.inshs.bib.cnrs.fr/10.1177/0010414015594717], juillet 2015).

9 Voir [URL : https://www.qualtd.net/], consulté le 14 avril 2020.

10 Voir [URL : https://cos.io/top/], consulté le 15 octobre 2019.

11 Intitulé « Développement de l’analyse secondaire et des méthodes d’analyse qualitative : une chance à saisir ? » [URL : http://reanalyse.hypotheses.org/files/2014/09/D%C3%A9veloppement-de-lanalyse-secondaire-et-des-m%C3%A9thodes-danalyse-qualitative.pdf], consulté le 15 octobre 2019, le premier texte que j’ai écrit sur le sujet manifestait clairement cette ambivalence.

12 Bequali fait partie de « l’équipement d’excellence » DIME-SHS et est basé à Sciences Po. On trouve sur son site [URL: https://bequali.fr/fr/], consulté le 15 octobre 2019, toutes les informations sur l’état actuel de son développement. Pour un retour sur l’histoire de ce projet, qui montre la façon dont la normalisation a de fait rapidement pris le pas sur le caractère expérimental du projet, voir la réflexion menée avec Mathieu Brugidou (Duchesne et Brugidou, 2016).

13 Voir [URL: http://bequali.fr/media/ckeditor/uploads/2016/11/10/fiche_bequali_ese_20161109.pdf], consulté le 15 octobre 2019.

14 Elle même construit des archives sur un modèle très éloigné des directives de Qualidata ou des banques qui lui sont proches (voir [URL: https://clayoquotlives.sps.ed.ac.uk/] et [URL: http://reanimatingdata.co.uk/about/], consultés le 15 octobre 2019), selon des principes collaboratifs et écoféministes (qui font le lien entre oppression des femmes et destruction de la planète).

15 C’est notamment le cas de la bibliothèque de Sciences Po Bordeaux. Je remercie Delphine Coudrin, sa directrice, avec qui nous expérimentons en ce sens.

16 Sur le RGPD, voir le guide élaboré par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS [URL: https://www.inshs.cnrs.fr/sites/institut_inshs/files/pdf/guide-rgpd_2.pdf], consulté le 15 octobre 2019. Notons au passage que les contradictions entre les unes et les autres ne manquent pas : cet article n’a, faute de place, pas abordé la dimension de ces débats relatifs à l’éthique à l’égard des enquêté-e-s mais elle n’est pas sans créer d’autres tensions avec l’archivage et le partage des données, via la question du consentement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Duchesne et Camille Noûs, « Apories de la mise en banque : retour d’expérience sur la réutilisation d’enquêtes qualitatives », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #19 | 2019, mis en ligne le 22 juillet 2020, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/traces/10738 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traces.10738

Haut de page

Auteurs

Sophie Duchesne

CNRS-Sciences Po Bordeaux, Centre Émile Durkheim

Camille Noûs

laboratoire Cogitamus

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search