Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros#19ArticlesLe son donné. Une fabrique archiv...

Articles

Le son donné. Une fabrique archivistique

Data sounds, the making of an archive
Séverine Janssen et Camille Noûs
p. 145-159

Résumés

Cet article aborde les spécificités et usages de données sonores produites dans le cadre particulier d’une expérimentation menée à Bruxelles depuis une vingtaine d’années par l’organisation BNA-BBOT. Sur la base d’une pratique transversale mêlant méthodologies et champs d’application divers (art, sciences humaines, éducation), l’auteure expose les modalités et processus singuliers de fabrication, de conservation et d’exploitation de ces données sonores. Ces processus sont ici mis en dialogue avec les enjeux de narrativité, d’historisation et d’appropriation qui leur sont intrinsèquement liés. Entre microrécits et narrations collectives, collection vocale et paysages sonores, une base de données restitue l’épaisseur de ce qui est donné par le son.

Haut de page

Entrées d’index

Mots clés :

fragment, son, sérialité, archive, futur
Haut de page

Texte intégral

1Elles pèsent 212,58 kg, mesurent 16,8 m et durent 1,643 heures ; elles sont produites par des amateurs et des amatrices ou des professionnel-le-s, des enfants ou des adultes ; elles sont enregistrées dans des lieux privés ou publics, dans des studios, dans des salons, des chambres, des cuisines, dans des cafés, des écoles, des fêtes, des entreprises, des marchés ; au cours de déambulations, dans des parcs, des champs, des friches, des potagers, sur des parkings, dans des voitures, des métros, des bus, des trams, des bateaux, dans la rue, dans des caves, des égouts, des bunkers ; elles sont suscitées à l’occasion d’événements ou lors de rencontres fortuites, dans le cadre de conversations ou d’interviews ; elles sont construites à partir de compétences et desseins divers, elles répondent à un objectif particulier ou sont immergées dans un paysage plus large ; elles sont disponibles sur support matériel, elles sont disponibles sur support immatériel : elles constituent la base de données sonore de BNA-BBOT1.

2C’est en 1999 que le projet « Bruxelles nous appartient-Brussel behoort ons toe » (BNA-BBOT) est né de la volonté de fabriquer une histoire et une mémoire sonores de la ville de Bruxelles au travers d’histoires et de mémoires de ses habitant-e-s, de ses travailleuses et travailleurs, de ses passant-e-s. D’abord destiné à être temporaire, le projet a expérimenté durant une année la distribution de kits d’enregistrements sonores dans la ville et l’exploitation des fichiers collectés. Peu à peu, le projet s’est pérennisé et structuré autour d’une multiplicité de méthodes, de territoires et de plateformes numériques, sans rien perdre de son impulsion première : enregistrer et archiver les présents, les restituer ensuite à la ville sous diverses formes. L’organisation est aujourd’hui composée de Séverine Janssen (direction), Flavien Gillié (ingénieur du son) et Omar Hobo (radiomaker). Elle emploie régulièrement des collaborateurs temporaires dans le cadre de projets spécifiques et compte une dizaine de bénévoles et stagiaires qui prennent part, de temps à autre, aux processus de travail.

*

3Comme pratique narrative, l’histoire n’est pas totalement donnée mais plutôt à prendre, c’est là l’une des convictions du travail que nous menons à Bruxelles depuis une petite vingtaine d’années : produire, historiser, archiver et exploiter un ensemble local d’expériences dites. Le ressort de cette microhistoire est le son, son écriture la voix. La voix comme trace irréductible à toute frappe textuelle, à toute présence visuelle. Collection indéfinie de voix et de sons surgis d’un temps vécu, notre sonothèque compte aujourd’hui plus de 20 000 fragments sonores. Mis en relation les uns avec les autres, ces fragments sonores disent la ville telle qu’elle est parfois, telle qu’elle a peut-être été et telle qu’elle pourrait être.

4En vue d’enrichir la réflexion sur la fabrication des données proposée par le présent numéro, nous entendons ici partager les modalités de cette entreprise au long cours, qui est tout autant organique qu’organisée, expérimentale qu’expérimentée. Nous passerons en revue les démarches : premièrement, de production des données (la collecte, ses enjeux, ses outils), deuxièmement, de conservation des données (le travail d’archivage), troisièmement, d’exploitation des données (leurs devenirs). Ensemble, ces démarches forment une marche, une marche pouvant être accomplie de multiples manières, singulières, à des rythmes variables, sur des terrains hétérogènes, avec des moyens inégaux et des ambitions diverses, mais une marche tendue vers un horizon : la fabrique, au présent, d’un corpus historique à l’œuvre.

Fabriquer la donnée sonore : pratiques et spécificités

5La donnée telle qu’on l’entend ici a un double statut : elle constitue, d’une part, le résultat de processus (bien souvent collectifs) de fabrication – processus d’éducation, de création, d’expérimentation ou de documentation particulièrement importants, parfois même plus importants que les données sur lesquelles ils débouchent –, d’autre part, elle constitue le matériau primaire, le point de départ d’une utilisation transformatrice, que ce soit par l’écoute ou par le traitement qui lui sera réservé en vue d’une production (édition, publication, réalisation d’un documentaire radiophonique, d’un audioguide, d’une installation, etc. voir infra) ou d’une future recherche. Ce double statut tient à l’ambition du projet : d’abord, former de manière participative et par le biais du seul médium sonore une histoire de la ville, et ce à travers les interactions de ses habitant-e-s et de leurs récits, questionnements ou réflexions, pour ensuite réinjecter, sous des formes élaborées, ces données dans la ville. La singularité de la démarche ne consiste pas tant à historiser et archiver un corpus « ordinaire », relatif au quotidien des quidams, mais plutôt à défendre le son comme vecteur d’histoire et l’histoire comme énonciation, comme récit plutôt que comme fait. Ici, le son ne commente pas une histoire mais il est cette histoire. La voix ne dit pas l’événement mais elle est événement. En collectant des sons et des voix, en enregistrant des récits, des chants et des conversations sans préjuger de leur intérêt pour l’Histoire, nous fabriquons sciemment, dès à présent, des archives. Cette production de données se fait ainsi en deçà du partage entre le valable et le trivial, entre le vrai et le faux ; elle a lieu avant la lutte pour la qualification, c’est-à-dire contre la disqualification, pour la mémoire et contre l’oubli.

Collecter, dire, enregistrer

6Pour réaliser nos objectifs, nous mettons en place une diversité de méthodes. Cette multiplicité nous permet de coller au plus près de la pluralité des paroles telles qu’elles s’exercent et s’énoncent dans un contexte quotidien, et d’accéder à un grand nombre d’individus et de groupes sociaux. Le magnétophone s’accommode aisément des incohérences, oublis ou incompréhensions qui peuvent surgir au fil des narrations, et la discrétion du dispositif d’enregistrement sonore, peu invasif et « invisibilisant », constitue ici un atout méthodologique. Dans la pratique nous mobilisons quatre méthodes que nous souhaitons inclusives. Ces méthodes, ou processus, se complètent et permettent de travailler avec des moyens logistiques, techniques et financiers relativement flexibles, sur différentes thématiques et avec des publics aux compétences éparses et au degré de participation variable.

7A) L’individualisation : Le premier processus repose sur la bonne volonté et la motivation des participant-e-s. Ces dernier-e-s, amateurs et amatrices ou professionnel-le-s, collectent en toute autonomie des fragments sonores de manière aléatoire ou thématique, sur la base de leurs desiderata propres. Ils nous confieront ensuite les fragments pour encodage dans la base de données. Pour permettre ce type de collecte, nous mettons à disposition un stock de magnétophones librement accessibles dans notre espace de travail. Lorsqu’un-e participant-e amateur-e s’empare de ce dispositif, il ou elle reçoit, avant de partir en quête de sons et de nous ramener matériel et données collectées, une formation tant technique que méthodologique. Dans ce premier cas de figure, les enregistrements s’assimilent souvent à des conversations entre le ou la participant-e et une personne de son entourage (familial ou social), au sujet de leurs parcours, de leurs lieux de vie, d’un événement biographique ou social spécifique, ou encore de leurs opinions sur des sujets de société.

8B) La collaboration : Il arrive que nous décidions, en tant qu’organisation, de travailler sur un thème ou un territoire spécifiques. Un travail de documentation et de réseautage précède alors la collecte, laquelle s’organise autour de rencontres, workshops, partenariats locaux, permanences, publics cibles, appels à témoins, interviews dirigées à domicile ou en studio. Ce processus, davantage centralisé, est soutenu par une connaissance du sujet et du terrain et repose sur une large communauté d’acteurs et d’actrices, professionnel-le-s ou amateur-e-s. Les partenaires locaux occupent ici une place importante : leur grande connaissance du terrain et leur capacité à atteindre des publics fragilisés, discrets ou en bordure de la légalité, sont précieuses, comme ce fut par exemple le cas lors du travail avec des usagers et usagères en santé mentale, avec des demandeurs et demandeuses d’asile ou avec des prostitué-e-s. Ce dispositif peut également s’inscrire dans le cadre d’une production spécifique. Les données brutes résultent alors d’une production formelle dont elles constituent les rushs.

9C) L’expérimentation : De facture plus sauvage, le troisième mode opératoire consiste à distribuer des magnétophones avec leurs modes d’emploi et fiches techniques dans la ville, dans des quartiers, au sein de lieux emblématiques ou de communautés spécifiques. Pour cela nous passons par des plateformes sociales (centres culturels, maisons de jeunes, centres de formation, de soins ou d’accueil, comités de quartier, etc.) ou les donnons directement de main en main à des personnes intéressées par la démarche. Les enregistreurs sont prêtés sans contrepartie et il arrive bien sûr qu’ils ne nous reviennent jamais ; cela fait partie du jeu. Il arrive surtout qu’ils nous reviennent avec une matière riche portant sur des sujets très divers. Bien que la qualité technique des données collectées par ce biais laisse parfois à désirer, nous maintenons ce dispositif comme un axe expérimental, un pari utopique.

  • 2 Grande cité moderniste de logements sociaux située dans la commune de Laeken.

10Par ce biais, en décembre 2014, une conversation déambulatoire entre plusieurs jeunes de la Cité Modèle2 nous est revenue. Karim, qui tient le magnétophone, interpelle son copain Loïc :

  • 3 Por signifie argent, ce mot vient de l’arabe.
  • 4 Entretien no 1 661, track 1 (0’18’’-0’49’’) puis track 3 dans son entièreté.

— Hé ! Loïc c’est quoi pour toi un bloc ?
— Comment ça ?
— Un bloc c’est quoi pour toi ?
— Un bâtiment quoi.
— Donc pour toi un bloc c’est un bâtiment ?
— Ça dépend, chais pas, ça… on peut parler de plusieurs blocs…
— Mais quand tu entends bloc ça t’exprime quoi ?
— Bâtiment.
— Ah, toi aussi ?
— Mouais…
— Parce que, par exemple, tu vois, ça, enfin, le Foyer Laekenois [organisme gestionnaire de la Cité], ils appellent pas ça un bloc, ils appellent ça un immeuble.
— Ouais c’est ça qu’j’allais dire mais c’est la même chose non ?
— Mais pour toi ça vient d’où bloc ?
— Ça fait street.
[…]
— Donc là on est où là, c’est D ?
— À l’allée du Rubis.
— Et pourquoi à ton avis ça s’appelle l’allée du Rubis ?
—  [Silence] Bhen chais pas, un rubis t’sais c’est quoi un rubis ? [Silence] C’est un joyau !
— Ouais.
— Et pourquoi on aurait mis ce nom ?
— Ils se sont trompés j’crois.
— Parce que, en fait, ils ont aussi appelé, chais pas si tu sais, euh, la, la rue, tu vois qui descend du bloc 5 ? La rue de l’am- de l’améthyste. Et l’améthyste c’est…
— C’est pas la Rampe Romaine ?
— Non non, la rue là qui descend c’est, ça s’appelle la pl…, tu vois celle heu derrière le bloc, heu…
— Non tu te trompes.
— Derrière le bloc 6.
— La vérité eh ben ! celle-là, ouais celle-là, celle qui descend c’est la Rampe Romaine !
— La rue de l’am… [haussement de voix] On parie un snack ?
— Vas-y.
— Maintenant !
— Viens on va [inaudible].
— Ensemble, monte monte t’as du por3 ou quoi ?
— Non j’ai pas sur moi [rires].
— Ah voilà, ah c’est enregistré hein, tu me paies un snack hein !
— À l’aise4.

11Ce fragment conversationnel, immergé dans les sons des pas de Karim et Loïc, du gravier, du vent hivernal et des voitures au loin, livre de riches informations, des informations internes à la Cité qu’aucune autre de nos méthodes n’aurait pu capter, si directement, de manière si située.

12D) La délégation : Enfin, il est évident que l’on ne peut ni susciter ni accéder à certaines paroles sans une solide crédibilité. Lorsque l’on décide de travailler avec certaines communautés culturelles ou certains groupes sociaux, il est parfois indispensable de mettre en place un réseau de reporters locaux, de collecteurs au sein de la communauté ou du groupe visés. Certaines personnes préfèrent s’entretenir avec des personnes qu’elles et ils connaissent et avec qui elles et ils partagent le même univers, le même lexique, la même histoire. Passer par un réseau de proches peut conduire à une collecte plus authentique, plus directe, plus entière. Ici encore, les reporters volontaires bénéficient préalablement d’une formation tant technique que méthodologique. Nous avons, pour exemple, déployé ce dispositif lors de la collecte Cinquante voix (2014) initiée dans le cadre du cinquantième anniversaire de la convention belgo-marocaine du 17 février 1964 relative à l’occupation de travailleurs marocains en Belgique. Suite à ces accords, de nombreux Marocains sont arrivés en Belgique, et particulièrement à Bruxelles, notamment pour y construire le métro. De petite ampleur (50 témoignages), la collecte visait à documenter et à rendre audible la posthistoire de cet accord bilatéral, par le recueil de témoignages de travailleurs arrivés à Bruxelles entre 1964 et 2010. Pour initier cette collecte, nous n’avons pas cherché les travailleurs eux-mêmes mais plutôt des personnes issues de cette première génération d’immigrés qui avaient envie de documenter l’histoire de leurs parents ou grands-parents, d’en savoir plus sur leur histoire familiale, de la transmettre et de faire part de leur propre vécu également. Nous avons ainsi constitué un groupe d’une vingtaine de reporters issus de la première, deuxième, troisième et quatrième génération, qui sont allés à la rencontre de leurs proches. Ce travail a permis de rassembler des témoignages très sensibles et a débouché sur une exposition et sur la production de 50 cassettes audio compilant 50 témoignages5. Ce support a été choisi pour son lien direct avec l’histoire du Maroc : longtemps, les cassettes audio ont été utilisées comme moyen de communication par les familles marocaines (elles faisaient office de cartes postales), mais aussi comme médium musical pirate et populaire.

La productologie, ressource méthodologique

13Transversalement à ces quatre dispositifs formels, nous mettons en place des « cabinets » de documentation sonore, sortes de miradors, des points d’observation destinés à recueillir des informations, des commentaires, des réflexions, des évaluations sur les collectes en cours. Par ce dispositif, il s’agit de ne pas oublier les idées abandonnées en chemin, les routes alternatives que nous aurions pu emprunter : il s’agit de faire l’histoire de l’histoire. Le cabinet est un espace de discussion pourvu d’un ou de plusieurs micros et d’un enregistreur, dans lequel les participant-e-s à une collecte, les gestionnaires ou partenaires d’un projet peuvent énoncer leurs remarques, leurs doutes, décrire les modalités opératoires de la collecte, commenter les interactions à l’œuvre, dire leur carnet de bord. Le cabinet est une cellule d’enquête sur l’enquête, permettant de formuler, produire, obtenir en temps réel des métadonnées précieuses pour l’affinage des méthodologies. Ces métadonnées parlées seront ensuite consignées au même titre que les données sur lesquelles elles portent, et les carnets de bord des projets archivés dans notre bibliothèque.

La spécificité des données : entrelacs et narration potentielle

14Les données collectées par ces biais relèvent simultanément de 5 répertoires ou usages (Descamps, 2019) : le répertoire « conservatoire », c’est-à-dire celui de l’accumulation, de « l’archéologie préventive », du « sauvetage » de contenus, sans projet d’exploitation spécifique ; le répertoire « archivistique », qui concerne la documentation et la conservation ; le répertoire « mémoriel », avec un focus sur les récits dits depuis le lieu de la mémoire ; le répertoire « militant », centré sur la volonté de donner la parole à celles et ceux qui sont souvent davantage commentés qu’écoutés et par la volonté de fabriquer une autre histoire, granuleuse, dans laquelle chacun-e parle pour elle-même ou pour lui-même, étant sa ou son seul-e représentant-e ; et enfin le répertoire « patrimonial », dans une attention portée à la transmission, la restitution et l’appropriation. Notre pratique chevauche tous ces répertoires de manière oblique, mouvante. C’est l’écoute de l’auditeur qui va élire un répertoire plutôt qu’un autre, c’est l’usage qui en est fait qui conférera au fragment sonore telle ou telle qualité, ou en accentuera les traits saillants.

15Nous voyons deux spécificités à ces données sonores : elles sont construites mais brutes (A), et elles tissent la toile d’une histoire que l’on pourrait qualifier de potentielle (B).

16A) Les quelque 20 000 fragments sonores dont nous disposons ne constituent des données que parce que quelqu’un-e a choisi de les enregistrer et de les donner, et a ainsi déployé un ou plusieurs dispositifs de collecte qui ne peuvent être dissociés de la matière qu’ils ont permis de collecter, de susciter, voire d’induire. Enregistrées dans des lieux et des conditions hétéroclites, avec des intentions et des compétences diverses, les données produites sont tant formellement (techniquement) que sémantiquement protéiformes et c’est telles quelles qu’elles sont archivées et rendues audibles. Aucun montage, aucun nettoyage – sauf s’il émane d’une demande d’un locuteur ou d’une locutrice, lesquel-le-s conservent un droit d’écoute sur ce qu’ils et elles ont dit – ne sont effectués préalablement à leur encodage dans notre base de données. Dans ces contextes, il n’est pas rare qu’une donnée vocale soit entremêlée de sons parasites (mais non moins porteurs de sens), de bruits accidentels, hétérodoxes : des bruits de contacts avec la table ou le micro, de souffleries d’arrière-plan, d’animaux domestiques, de sonneries de téléphone (et parfois des conversations qui s’ensuivent), d’éternuements, de sirènes, de moteurs, d’annonces publicitaires, de musiques, etc. « Le microphone est un idiot » (Frize, 2016), il est incapable de discerner les sources, non seulement sur leur contenu et leur importance, ce qui tombe sous le sens, mais également sur leur spatialité relative et leur provenance. Notre corpus est vrombissant, il baigne dans un flot de langages spontanés, il est parfois sale, parfois amphigourique, parfois éclatant. A priori, on le dirait insaisissable, mais n’est-ce pas l’histoire, ici entendue comme jeu du présent qui, a priori, est insaisissable ?

17B) L’histoire (d’un territoire, d’une époque, d’une communauté ou d’un ensemble épars d’individus) formée par cette accumulation d’histoires, par cette topographie vocale et ces « sonographies », constitue alors une histoire potentielle. Cette potentialité revêt trois sens, nous semble-t-il. Premièrement, par ce qu’elle porte comme récit collectif, s’il y en a bien un, qui est, comme tel, insaisissable : son articulation est la propriété des locutrices et des locuteurs, des auditrices et des auditeurs, et son intelligibilité n’est possible que sous forme morcelée, diffractée. Deuxièmement, à l’image de la mémoire, cette hypothétique histoire liquéfie les catégories temporelles du passé, du présent et du futur. Troisièmement, elle suspend son rapport au fait et à la vérité, ce qui ne veut pas dire qu’elle l’annihile.

18Explicitons ces questions. Tout d’abord, l’histoire ici supposée est une histoire potentielle parce que nous ne savons pas, au fond et précisément, si elle forme une histoire, et si cette histoire fera date dans l’Histoire de la ville et des individus qui l’habitent. Nous ne savons pas si son propos, qui par la série nous échappe, pourra un jour être lu ou non, être ramassé au sens où l’on ramasse des miettes pour former un monticule. Comment savoir si la totalité polyphonique formée par l’ensemble des fragments sera un jour saisie autrement que sous la forme d’un brouhaha, d’une mélodie, d’un slogan, d’un souvenir d’un projet expérimental, militant, socio-artistique, d’un amas de bits ? Les données sonores sont fabriquées avant d’être données aux auditrices et aux auditeurs. Une fois données, elles ont la possibilité d’être transformées. La potentialité est ici intrinsèquement liée au caractère expérimental et ouvert de la démarche. Nous ignorons. Et c’est depuis cette condition d’ignorance sue que nous agissons.

19Archiver le présent c’est écrire l’histoire de demain, augmenter les possibilités d’historisation du futur. L’archive devient un outil : la multiplication des narrations multiplie les archives, lesquelles multiplient les possibilités de dissémination des narrations dans le temps. Dans notre travail, nous posons régulièrement le futur non pas comme catégorie temporelle mais comme hypothèse de travail : nous documentons un territoire au travers de ses objets et lieux absents, non encore advenus ou fictifs ; nous portons une attention à ce qui est en devenir, aux changements à l’œuvre, qui aboutiront, ou non. Ici, la méthode de collecte repose sur l’imagination et sur la fiction comme leviers de perspectives collectives. De cette façon, nous cherchons à lire, à habiter et à transformer nos territoires locaux et notre histoire. Le caractère sonore, vocal, de cette histoire ajoute encore à cette perméabilité des catégories temporelles : la voix est une pratique. Comme toute pratique, elle impacte l’environnement dans lequel elle agit, elle l’anime. Enregistrer la voix, l’archiver, c’est conserver la possibilité de réactiver ses impacts, de remodeler les frontières d’un territoire que le temps peut avoir scellées : à la réécoute d’une voix ou d’un son, l’absent-e peut à nouveau être présent-e, le mort vivant, et le lointain proche. Le son est un espace spectral capable de relier des temps disjoints. C’est par leur archivage systématique que ces voix et ces sons présents pourront potentiellement résonner, contaminer le temps à venir et réactiver le temps passé.

20Enfin, le lien que nos fragments sonores entretiennent ou pourraient entretenir au fait comme vérité et à la vérité comme fait est ici suspendu. Dans nos projets basés sur l’utilisation de la fiction temporelle, les imaginaires collectés deviennent des archives qui documentent l’état d’esprit d’un territoire i à un instant t, dans une équivoque du fictif et du réel. Ce que produit l’histoire formée par la multitude des histoires collectées ce sont des manières de dire des manières de vivre des bouts d’histoires à Bruxelles. Les données vocales ne prétendent à aucune exhaustivité en dehors de l’exhaustivité à laquelle prétend le locuteur ou la locutrice. La valeur d’une parole enregistrée, la validité d’un récit dit macèrent dans la polyvalence de l’espace vocal lui-même. Prenez un fragment isolé, un individu aléatoire de la collection sonore, vous aurez toujours au moins une valence susceptible de participer à une appréhension d’un morceau du monde.

21Léona, 80 ans en 2011, se souvient du Bruxelles d’après-guerre, et particulièrement de l’an 1950 :

  • 6 Entretien no 1 420, track 11 (9’36’’-14’50’’).

Eh bien moi j’ai un souvenir. On faisait des excavations à la gare du Midi, pour la jonction [ferroviaire] Nord-Midi ; et j’avais un voisin dont le frère, la veille de Noël, s’est suicidé en allant à la gare du Midi se jeter dans un coffrage qui faisait les colonnes, les supports de la gare. À la gare du Midi, dans les grands poteaux que vous voyez, là il y a un homme. Vous comprenez ? Juste avant de rentrer à la gare du Midi, il y a sur la place des grands poteaux en béton. On était occupés à construire une annexe à la gare du Midi, et les coffrages étaient tout autour. Et le jour avant de la Noël, les travaux étaient arrêtés, on avait coulé du ciment, du béton, et il y en a un qui est allé se jeter là-dedans. Dans ce ciment ! Puisque c’était la Noël, il n’y a plus eu d’ouvriers qui travaillaient, ce béton a durci en deux temps, trois mouvements, et il est là-dedans… C’est une vérité vraie ! Et quand je passe avec le tram le long du pont Van Praet, j’ai toujours une pensée pour lui. Et je regarde à gauche, et je regarde à droite, et je dis : « Oui, il est là-dedans ! »6

22En quel sens la « vérité vraie » ici proclamée par Léona est-elle vraie ? Cette histoire est-elle dite pour ouvrir un champ à la mémoire de cet homme ? Pour documenter l’histoire d’un site ? Pour activer des fouilles ? Pour produire une légende urbaine ? Pour combler un silence ?

L’archivage dynamique comme structure narrative

23L’archivage de données pose la question idéologique de ce qui fait l’histoire, de qui dit l’histoire. Nous proposons de déplacer le regard vers ce qui n’est pas toujours considéré comme « historique », vers des microrécits, et portons une attention rigoureuse à leurs conditions d’archivage. Offrir des conditions de pérennité technique irréprochables à ces données mineures, c’est non seulement assurer leur audibilité dans la durée mais aussi leur ouvrir la possibilité de rivaliser, un jour, avec les archives « majeures », plus institutionnelles.

  • 7 Et ce depuis 2000, soit bien avant l’entrée en vigueur en mai 2018 du RGPD de l’Union européenne.

24La première étape de l’archivage est la nomination et la contractualisation. Chaque locuteur ou locutrice, chaque enregistrement, font l’objet de fiches de diverses natures : technique, documentaire et légale7. Les fiches répertorient la date et le lieu de l’enregistrement, son contexte (spontané, thématique, individuel, collectif, etc.), les langues de l’enregistrement, et certaines données personnelles de celles et ceux qui participent à l’enregistrement (la personne qui enregistre est également documentée). Ces fiches comprennent une clause de cession d’exploitation des données à BNA-BBOT. L’anonymat en ligne est assuré, les noms et prénoms ne sont pas accessibles lorsque l’on écoute les témoignages. Au terme de l’enregistrement, chaque participant-e reçoit une copie physique ou numérique de son enregistrement lui permettant de le valider avant encodage dans notre base de données. Cette copie permet aussi d’alimenter les fonds d’archives personnels et familiaux des participant-e-s. Les fiches permettent l’encodage systématique et précis des données, les versions papier dûment signées sont chronologiquement archivées.

25Deux systèmes d’archivage sont ensuite établis : l’archivage « froid », sorte de congélateur pour la conservation à long terme des données ; et l’archivage « chaud », consistant en la production de supports matériels ou immatériels circulant de main en main, de lieu en lieu, de plateforme en plateforme afin que la ville soit habitée par l’archive, et celle-ci transformée par la ville.

L’archivage froid : indexer la donnée

26L’archivage froid trouve son lieu dans deux bases de données : la base de données des témoignages et récits, la base de données cartographique.

27La première comprend toutes les archives vocales brutes, séquencées, indexées et ordonnancées selon plusieurs métadonnées. Chaque séquence présente certaines données répertoriées lors de la contractualisation (date de l’enregistrement, langues utilisées, contexte) ainsi que l’âge, le genre et la profession des personnes présentes dans la séquence (locuteurs et locutrices, collecteurs et collectrices). Pour chaque séquence, nous produisons un résumé en reprenant fidèlement le vocabulaire du témoin, tandis que les mots-clés synthétisent sémantiquement ou catégoriellement les fragments de paroles. Sur le site Internet, un onglet permet une recherche avancée par date, lieu, langue, âge, genre, contexte, etc. Les utilisatrices et utilisateurs ont librement accès à ces compartiments et peuvent effectuer une requête via un moteur de recherche intégré. Moyennant un login8, tout le monde peut donc avoir accès à tous les enregistrements, que l’on peut écouter en intégralité en ligne.

Figure 1 : Base de données de BNA-BBOT, [URL : www.bna-bbot.net].

Figure 1 : Base de données de BNA-BBOT, [URL : www.bna-bbot.net].

28S’il y a une histoire, c’est sans doute par la collection, par la série qu’elle se forme. Notre base de données est composée d’îlots sonores qui, mis en résonance les uns avec les autres, acquièrent un sens nouveau. Bien que chaque son de la collection, chaque fragment, puisse avoir son intérêt propre, la sérialité vient multiplier les possibilités de récits par la mise en relation dynamique de paroles individuelles, par leur viralité réciproque. Ces relations complexifient, multiplient les points de vue et les récits sur et dans la ville. La collection sonore étant en croissance quantitative permanente, le nombre de possibilités de mises en relation ne cesse lui aussi d’augmenter : la répétition crée de la différence. Cette sérialité dynamique rend le récit commun organique, doté d’une certaine autonomie, un récit sans origine ni fin puisqu’il surgit du seul mouvement de la série. L’histoire comme énoncé, ou plutôt comme multitude d’énoncés, comme murmure de l’intelligence collective, voilà ce que la structure archivistique permet potentiellement de faire entendre.

29Complémentaire à la base de données, la carte sonore de Bruxelles fait émerger l’identité sonore de la ville. Elle se distingue de la base de données en ce sens que les sons qu’elle géolocalise ne sont pas enregistrés dans le cadre d’une rencontre, d’une interview ou d’une conversation, mais relèvent d’une saisie sur le vif, d’une « phonographie » en plans-séquences : ce sont des paysages sonores enregistrés in situ. Ceux-ci comprennent la même imbrication « brut-construit » que les données vocales de la base de données puisqu’ils sont, pourrait-on dire, naturellement construits par les codes culturels régissant l’espace public.

30La carte sonore est elle aussi participative. Il est demandé à chaque contributeur de spécifier le matériel utilisé et de décrire succinctement le son enregistré. Une image de l’objet ou du lieu enregistré peut également être jointe. La consultation propose une vue plan ou satellite, des trajectoires ou promenades créées à partir des sons écoutés, et des filtres thématiques permettant de sélectionner une catégorie de sons à écouter.

Figure 2 : Carte sonore de Bruxelles, [URL : http://www.bna-bbot.be/​brusselssoundmap/​].

Figure 2 : Carte sonore de Bruxelles, [URL : http://www.bna-bbot.be/​brusselssoundmap/​].
  • 9 L’expression web sémantique, inventée par Tim Berners-Lee, vise à établir des standards d’échange (...)

31Ces deux plateformes d’archivage froid sont aujourd’hui confrontées à des enjeux d’accessibilité de plus en plus prégnants et sont en cours de refonte globale. En effet, l’indexation de contenus sonores et de données sémantiques, qualitatives, connaît de nouvelles perspectives. L’émergence du web sémantique (Berners-Lee et al., 2001)9 et de nouveaux systèmes d’analyse, largement participatifs (et parfois très discutables) peut mener à des niveaux de classifications multiples et précis. La prochaine évolution des bases de données de BNA-BBOT sera liée au développement de ces nouveaux systèmes, et rendra le principe de sérialité sémantique tout autant lisible et audible.

L’archivage chaud : augmenter la donnée, la faire devenir

  • 10 Voir par exemple le Parlement Anneessens (quartier populaire du centre de Bruxelles) réalisé en 20 (...)

32Si la production processuelle des données constitue le cœur du projet, l’appropriation des données en est un enjeu fondamental. L’archivage chaud permet d’y répondre en proposant des moyens et des canaux de communication et de diffusion pensés à destination de publics divers. À cette fin, nous multiplions les supports archivistiques, les rendons formellement accessibles au plus grand nombre. Leur diffusion dans la sphère publique via les ondes FM ou les webradios, via des séances d’écoutes collectives in situ ou via des relais de partenaires locaux, nationaux ou internationaux (librairies, centres d’art, centres culturels, médiathèques, centres de formations, etc.) permet aux archives de vivre en dehors de leur chambre froide tout en leur offrant un contenant leur garantissant une certaine pérennité. Ces productions originales revêtent des formes extrêmement diverses. Il peut s’agir de documentaires radiophoniques, de pièces musicales, d’audioguides, de balades sonores, d’installations dans l’espace public, de shows radiophoniques, de podcasts, de publications audiovisuelles, de CD, de vinyles, de cassettes, d’expositions, de pièces de théâtre ou de parlements urbains10.

33Nous ouvrons également toutes nos données sonores à des tiers, qui peuvent librement les exploiter. Nous fournissons les fichiers en haute qualité à quiconque souhaite en faire un usage respectueux, non commercial. À cette fin, une charte d’exploitation doit être signée. Les locutrices et locuteurs concerné-e-s sont également informé-e-s de l’usage de leurs paroles données. Il arrive ainsi fréquemment que des artistes, des enseignant-e-s, des chercheurs et des chercheuses, des journalistes s’emparent ou s’inspirent de nos données à des fins pédagogiques, de recherche, de productions artistiques, de documentation ou de diffusion.

34La fabrication de données sonores par et avec un public large, sur et dans un territoire donné, permet de donner la parole, une parole dont la légitimité, l’utilité et la pertinence sont subordonnées à l’acte d’énonciation et de production sonore même. Le son sonde, il fonde, il creuse ; il est un topographe de l’infravisible, livrant une connaissance, selon l’impératif nietzschéen, qui est connaissance différentielle des énergies et des défaillances, des hauteurs et des effondrements, des poisons et des contrepoisons de l’Histoire (Foucault, 1971, p. 166). Les énonciations glanées permettent alors d(e)’ (faire) entendre par qui, et comment, l’Histoire est habitée, d’en restituer les tonalités.

Haut de page

Bibliographie

Berners-Lee Tim, 2001, Hendler James et Lassila Ora, 2001, « The Semantic Web », Scientific American Magazine,‎ mai.

Descamps Florence, 2019, « De l’histoire orale au patrimoine culturel immatériel : quelques figures du passé dans le présent à travers la parole enregistrée », De la mémoire à l’histoire orale, Liège, 27 février.

Foucault Michel, 1971, « Nietzsche, la généalogie, l’histoire », Hommage à Jean Hyppolite, Paris, Presses universitaires de France.

Frize Nicolas, 2016, Patiemment, Paris, Éditions de l’œil.

Haut de page

Notes

1 Voir [URL : http://www.bna-bbot.be] et [URL : http://www.bna-bbot.be/brusselssoundmap], consultés le 15 octobre 2019.

2 Grande cité moderniste de logements sociaux située dans la commune de Laeken.

3 Por signifie argent, ce mot vient de l’arabe.

4 Entretien no 1 661, track 1 (0’18’’-0’49’’) puis track 3 dans son entièreté.

5 Voir [URL : http://www.bna-bbot.net/fre/expositions/cinquante-voix/], consulté le 15 octobre 2019.

6 Entretien no 1 420, track 11 (9’36’’-14’50’’).

7 Et ce depuis 2000, soit bien avant l’entrée en vigueur en mai 2018 du RGPD de l’Union européenne.

8 Voir [URL : www.bna-bbot.net] ; login : visitor@bna-bbot.be ; password : visitor.

9 L’expression web sémantique, inventée par Tim Berners-Lee, vise à établir des standards d’échange de données sur le web. Il constitue un cadre de travail impliquant des formalisations logiques de contenus ou de systèmes d’indexation de ces contenus afin que des agents logiciels puissent répondre aux requêtes croissantes des utilisateurs.

10 Voir par exemple le Parlement Anneessens (quartier populaire du centre de Bruxelles) réalisé en 2015, [URL : http://www.bna-bbot.net/fre/archives/2015/biblioth%C3%A8que-et-parlement-anneessens-/], consulté le 15 octobre 2019.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Base de données de BNA-BBOT, [URL : www.bna-bbot.net].
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/10863/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 419k
Titre Figure 2 : Carte sonore de Bruxelles, [URL : http://www.bna-bbot.be/​brusselssoundmap/​].
URL http://journals.openedition.org/traces/docannexe/image/10863/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séverine Janssen et Camille Noûs, « Le son donné. Une fabrique archivistique »Tracés. Revue de Sciences humaines, #19 | 2019, 145-159.

Référence électronique

Séverine Janssen et Camille Noûs, « Le son donné. Une fabrique archivistique »Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #19 | 2019, mis en ligne le 22 juillet 2020, consulté le 25 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/traces/10863 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traces.10863

Haut de page

Auteurs

Séverine Janssen

histoire publique

Camille Noûs

laboratoire Cogitamus

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search