Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros38Articles« I suppose we will hear more abo...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

« I suppose we will hear more about you, Mr Lee ». Angoisse, politique et trouble colonial dans les dernières années de la Singapour britannique

“I suppose we will hear more about you, Mr Lee.” Anxiety, politics and colonial trouble in the last years of British Singapore
Thomas Brisson et Camille Noûs
p. 45-61

Résumés

Existe-t-il une forme d’angoisse propre aux dominants ? Si oui, comment peut-on l’appréhender et à quelles configurations politiques peut-on la rattacher ? En partant de ces questions, l’article propose une relecture des mémoires de Lee Kwan Yew, le père fondateur de Singapour, en s’intéressant à la place prépondérante qu’y occupe l’angoisse. Il montre que cette angoisse est propre à la situation (post-)coloniale de la cité-État et à la position désaxée des élites locales qui, comme Lee, sont socialement et économiquement de purs produits de l’occupation britannique, tout en étant politiquement engagées dans le combat pour l’indépendance. Pour ce faire, l’article propose une méthode originale qui consiste à appréhender l’angoisse à partir d’un paradigme indiciaire, proche de celui développé par la microhistoire et la psychanalyse, capable de faire sens d’évènements en apparence banals, de lapsus ou d’actes inconscients.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Indépendante une première fois en 1963, Singapour rejoint la Malaisie mais en est expulsée deux an (...)
  • 2 Lee Kwan Yew, 1998, The Singapore Story : The Memoirs of Lee Kwan Yew, Singapour, Press Holdings, (...)
  • 3 « Modern Singapore’s Creator is Alert to Perils », New York Times, 23 mars 2015.

1L’angoisse, dans ses dimensions politiques, n’est-elle que le fait des gouvernés ? N’est-elle pas éprouvée, également, par les dominants, bien que sous des formes spécifiques ? Notre article entend explorer cette idée en se penchant sur la décolonisation de Singapour et la « culture de l’angoisse » (Yao, 2007, p. 26) qui y a structuré l’État depuis le départ des Britanniques. Lors du discours qui accompagna une indépendance obtenue dans des conditions traumatiques1, son père fondateur, Lee Kwan Yew, pourtant peu porté à laisser paraître ses émotions, fut, selon ses propres termes, « anéanti et fou d’inquiétude », et connut « un moment d’angoisse »2 tel qu’il fondit en larmes. Depuis, une rhétorique de la menace et de l’angoisse a structuré la politique singapourienne, et il est rarement un discours ou une interview où Lee n’y recourt. Ce qui, à l’indépendance, prit la forme d’une angoisse quant à la survie de la cité-État se transforma, une fois la richesse acquise, en une crainte du déclin ; et l’une des dernières confidences de Lee fut pour lui l’occasion de confier son inquiétude devant les périls induits par le changement climatique à Singapour3.

2En nous appuyant sur une relecture des mémoires de Lee, nous nous proposons de suivre les différentes manifestations de cette angoisse politique dans le contexte de rupture coloniale de la Singapour des années 1950 et 1960. Ce travail de repérage permet de formuler une série d’hypothèses quant aux formes particulières d’anxiété que produit l’exercice de la domination. En effet, quand bien même nos représentations du pouvoir nous ont appris à considérer combien celui-ci était désiré par les élites, nous pouvons nous demander si tout pouvoir n’est pas tout autant l’objet d’une crainte et d’une impossible possession – bref, si les dirigeants n’ont pas eux aussi peur du pouvoir qu’ils prétendent exercer. Cette angoisse propre aux dominants tiendrait ainsi à l’impossibilité de faire pleinement leur le pouvoir qui les définit pourtant : position limite où la puissance est minée par l’impuissance, elle touche radicalement à la représentation que ces mêmes dominants ont d’eux-mêmes et, faute de pouvoir accéder à leur conscience, reste flottante. À ce niveau, nous pensons que les sciences sociales ont tout intérêt à s’inspirer d’un concept d’angoisse amplement travaillé par la psychanalyse (sur leurs possibles relations, voir Elias, 2010). Nous retenons deux idées. Tout d’abord, que l’angoisse, contrairement à la peur, ne se définit pas par sa relation à un objet fixe : flottante, indistincte, elle est de l’ordre d’une présence toujours évanescente bien que structurante pour le sujet (et, de ce fait, gagne à être rapprochée d’un pouvoir indissociablement constituant et inappropriable pour les dominants). Ensuite, que l’angoisse est liée par une relation complexe au langage. Elle est ce qui échappe au symbolisable, tout en pouvant faire retour dans le langage. Si l’on voit tout l’intérêt qu’il y aurait à engager une discussion théorique avec les analyses lacaniennes, en particulier le séminaire X consacré à l’angoisse (moment tournant d’une relecture de Freud et d’une réélaboration d’un inconscient à propos duquel le psychanalyste parisien dira, quatre ans plus tard : « l’inconscient, c’est la politique »), c’est néanmoins vers des considérations de méthodes, aux implications empiriques plus prononcées, que nous entendons tirer ce rapprochement avec la psychanalyse.

  • 4 Voir les analyses de Carlo Ginzburg (1989) sur Freud et la relecture de l’Homme aux loups.

3Une telle conception de l’angoisse politique, où ce qui est en jeu échappe à la conscience et au langage des individus, implique en effet de mettre en œuvre un principe de lecture particulier. À ce niveau, l’article avance donc une autre thèse, méthodologique cette fois, quant au statut qu’il convient de donner aux couches refoulées du langage dans lesquelles affleure cette angoisse. Il montre, en particulier, tout l’intérêt de s’inspirer des travaux de la microhistoire et des histoires par le bas, bien que dans une optique renouvelée. Ces derniers ont représenté, on le sait, une tentative pour écrire l’histoire de ceux rejetés hors de l’Histoire : sorcières et hérétiques chez Ginzburg (1980), paysans subalterns de l’historiographie indienne chez Guha (1983), prisonniers et individus infâmes chez Foucault (1973). Souvent privée d’un accès écrit à son objet, cette histoire a développé une approche oblique, par débordement : se revendiquant d’un paradigme indiciaire, elle utilise traces et fragments pour accéder à des strates enfouies de la conscience collective. Avec elle, une classe d’objets nouveaux entre dans le champ de l’analyse : légères variations dans les minutes d’un procès, lapsus, contradictions, évènements relevant de « l’exceptionnel normal » (Grendi, 1977). Jamais l’historien ne s’était autant fait psychanalyste4, ouvrant les sciences sociales à des objets qui, comme ici l’angoisse, ne sauraient être pris dans une relation directe au langage.

4On notera cependant que c’est toujours comme une ouverture sur l’histoire des dominés, exclus de l’écriture, qu’a été conçu ce dispositif. Or on montrera ici que ses questions gagnent à être transposées à l’analyse des dominants, quand bien même leurs faits et gestes ont fait l’objet de chroniques détaillées. C’est particulièrement le cas avec ce genre de prédilection des élites que sont les mémoires, qui peuvent ouvrir à une histoire souterraine du pouvoir via les contradictions et lapsus qui, ici aussi, parcourent un texte tourné vers la mise en scène officielle des « grands personnages ».

  • 5 Lee détient le record de l’un des plus longs exercices du pouvoir au monde : Premier ministre de t (...)
  • 6 TSS, p. 132.

5On cherchera à approfondir ces idées à travers l’analyse d’un événement d’apparence banal, survenu en 1950 lors du retour sur ses terres natales d’un jeune Singapourien parti étudier le droit à Cambridge – un événement relaté dans ses mémoires trente-huit ans après, lorsque ce dernier se pencha sur une carrière politique d’une exceptionnelle longévité5. À sa descente de bateau, le jeune Harry Lee Kuan Yew fait l’objet d’un interrogatoire par un officier britannique qui se clôt par un mystérieux : « Je suppose que nous aurons de vos nouvelles, monsieur Lee »6 (I suppose we will hear more about you, Mr Lee), une phrase qui, comme le note l’intéressé, « était destinée à m’effrayer ». L’histoire repose pourtant sur une méprise : Lee, idéologiquement opposé aux communistes, est pris pour l’un de leurs sympathisants que Londres, dans un contexte de guerre froide, entend surveiller. À première vue, l’anecdote est banale et relève du désagrément mineur subi par un passager pris pour un autre. De fait, jamais ce dernier ne fut inquiété après cet incident.

6Or on peut montrer que cette histoire normale est en réalité de l’ordre d’un « exceptionnel normal » et que le réseau dense de significations politiques qu’elle met à jour permet de lire, sous une lumière nouvelle, l’angoisse particulière aux élites coloniales asiatiques sur le point de ravir le pouvoir aux Européens. Une angoisse intimement liée à la situation politique coloniale se dit ici : celle d’être pris pour un autre. Plus précisément, en le renvoyant à la figure de son ennemi intime, la méprise dont Lee est victime le confronte à une série de désajustements qui menacent ses aspirations. Lee n’est pas communiste, dans un contexte où les communistes ont été la seule force de résistance aux occupations japonaise et britannique. Ceux-ci présentent le programme de réformes le plus radical face aux inégalités qui minent la région, là où Lee apparaît comme un pur produit d’une bourgeoisie compradore. Enfin les communistes sont quasiment tous sinophones, à la différence de Lee qui, anglophone, est moins à même d’incarner la rupture de la décolonisation. Le trouble qui saisit Lee à sa descente du bateau est en réalité celui d’être pris pour un autre qu’il aurait dû être, voire qu’il aurait inconsciemment voulu être, au moment où la fin de l’empire rouvrait le jeu politique.

7En nous appuyant sur la microhistoire, nous postulons donc que cet épisode permet de réinterroger l’incertitude de la situation singapourienne (post-)coloniale. Il donne un accès oblique aux contradictions qui structurent l’être social et politique des élites occidentalisées au moment où vacille la tutelle de l’Occident. Par là, il fait affleurer cette angoisse irréductible qu’inspire aux dominants leur propre domination et en révèle la place dans le contexte de l’accession tourmentée de Singapour à l’indépendance.

8On a dit combien l’anecdote que rapporte Lee était d’apparence anodine. Elle occupe deux pages des six cent quatre-vingts que comptent ses mémoires. Elle doit, pour être comprise, être remise en perspective. Lee a fait sa scolarité dans les écoles de l’élite anglophone locale. Reçu premier à Cambridge en 1940 sur l’ensemble des étudiants de la région, il bénéficie d’une bourse pour aller étudier en Angleterre mais doit différer son départ jusqu’en 1946 en raison de la guerre. Il passe quatre années en Angleterre, dont il revient avocat et secrètement marié à Kwa Geok Choo, elle aussi issue de la grande bourgeoisie coloniale. Le couple voyage alors en première classe et profite des délices d’une traversée luxueuse.

9C’est dans ce contexte que prend place la méprise que l’on a dite. Le contraste est saisissant entre la suspicion d’activité procommuniste et la vie fastueuse de Lee. Il occupe en effet les plus hautes positions réservées aux natives des sociétés coloniales. Descendant d’immigrés Hakka par son père et Hokkien par sa mère, il appartient à des familles d’entrepreneurs dont le patrimoine s’est construit dans le sillage du capitalisme britannique. La famille paternelle est installée dans la région des Détroits depuis quatre générations et, grâce à une fortune bâtie dans l’industrie sucrière, joue un rôle de premier plan dans la société des Chinois singapouriens.

  • 7 TSS, p. 138.

10Présentes de longue date bien que décalées dans une société majoritairement musulmane, ces communautés chinoises ont été cooptées par les pouvoirs coloniaux. Ce fut le cas des Lee : le grand-père, naturalisé britannique, tenait « tout ce qui était anglais pour le summum de la perfection »7 et insista, lorsqu’un astrologue fut consulté afin de trouver un nom auspicieux à son petit-fils, pour que soit ajouté, aux deux caractères Kwan et Yew (lumière et brillant), le prénom Harry – une pratique rarissime à l’époque et qui posera des problèmes à l’intéressé lors de son entrée en politique. Jusqu’aux années 1950, cependant, la proximité avec le colonisateur est à la base d’une aisance économique, qui se traduira par l’adoption d’un mode de vie bourgeois et occidentalisé.

  • 8 Selon la formule citée dans Benedict Anderson (2006).
  • 9 On rappellera que Singapour, colonie britannique située à la pointe de la péninsule malaise, obtin (...)

11On voit donc le caractère incongru de la méprise de l’agent des douanes. Lee est profondément anticommuniste, par habitus familial et par un positionnement politique qui le vit se rapprocher d’une gauche opposée à Pékin et Moscou. Son entrée en politique s’est faite sous les auspices du Labour. Elle est marquée par deux processus concomitants : la défense des syndicats et la lutte contre le colonialisme. S’il se spécialise un peu par hasard dans le combat syndical, il s’y forge une réputation de solide praticien, qu’il conforte par son engagement antibritannique. Ce dernier, qu’il date de la prise de Singapour par les armées japonaises en 1942, puis de ses années d’études en Angleterre (où l’exil agit comme « pépinière du nationalisme »8), l’amène à se rapprocher des secteurs de la société qui s’opposent à Londres. Il sera l’un des fondateurs du PAP (People Action Party), qui vise l’unification des territoires malais dans un État indépendant9.

  • 10 Selon la formule de Lee lui-même : TST, p. 43.
  • 11 Le danger est un thème récurrent des mémoires, à travers une série d’actions violentes (émeutes, a (...)

12Le milieu sociopolitique dans lequel évolue Lee peut ainsi être caractérisé précisément. Il est constitué d’élites anglicisées mais opposées à la tutelle britannique. On retrouve ici un paradoxe souvent souligné, selon lequel l’opposition à la domination européenne s’est développée en grande partie dans les milieux occidentalisés (Dezalay, 2004 ; Goebel, 2015 ; Scot, 2011). De fait, Lee a connu la plupart de ses hommes de confiance en Angleterre. Lors des négociations sur l’indépendance, les contacts avec Londres furent facilités par une langue et une culture politique communes (Nylander et Ye, 2015). Ce « réseau informel d’Old Boys, au sommet des élites anglophones, couvé au sein du système éducatif colonial »10, entend se libérer des Anglais tout en préservant les structures économiques qu’ils ont installées. Favorables à une redistribution des richesses comme ferment d’une conscience nationale, ils sont profondément opposés aux communistes qui s’engagent dans le combat colonial au nom d’une transformation révolutionnaire de la société. La lutte indépendantiste se greffe ainsi à une logique de guerre froide : elle oppose un nationalisme libéral soutenu par le camp occidental à un nationalisme appuyé par Moscou puis Pékin. En conséquence, ces années seront vécues comme une lutte à mort11 (dans un sens figuratif et littéral) entre les communistes et le PAP – ce dernier finissant par recourir à des lois d’exception pour se débarrasser de ses ennemis.

13La mésaventure de Lee à sa descente du bateau est donc doublement ironique : non seulement celui-ci est pris pour sa némésis mais il n’est pas reconnu par l’occupant pour ce qu’il est, un grand bourgeois singapourien anglicisé. Cette méprise a cependant peu de conséquences : elle retarde le débarquement et se prolonge par un interrogatoire de police lors duquel l’officier, jouant sur le registre de la peur, lance l’énigmatique « Je suppose que nous aurons de vos nouvelles, monsieur Lee ». Reste que ces menaces ne seront suivies d’aucun effet, puisque jamais Lee ne fut inquiété. Face à ces intimidations, il répondit stoïquement : « cette phrase était destinée à m’effrayer. Je n’allais pas me laisser intimider ». La parenthèse ouverte par l’événement semble se refermer aussitôt.

  • 12 TST, p. 307.
  • 13 TST, p. 329.

14Plusieurs éléments, pourtant, amènent à penser que la peur que ressentit Lee fut plus forte qu’il ne le dit et que, tue et refoulée, elle se transforma en angoisse plus diffuse. Tout d’abord le fait que l’anecdote soit présente dans ses mémoires : pourquoi rapporter un événement sans intérêt ? Et pourquoi décrire une méprise, si ce n’est, justement, qu’elle est plus qu’une méprise ? Par ailleurs, Lee prend immédiatement la peine de se justifier : il explique que l’erreur de l’agent des douanes provient d’une confusion avec son frère qui, invité à un festival de soutien aux régimes socialistes à Budapest, fut inscrit sur les registres des services spéciaux britanniques comme sympathisant communiste (ce qu’il n’était pas, ainsi que Lee précise immédiatement). On notera également que, comme il le signale dans ce même passage, Lee ne put avoir accès à ces informations confidentielles qu’une fois au pouvoir, signe que le mystère qui entourait l’événement n’a cessé de l’inquiéter. Enfin, les Mémoires portent la trace des interventions multiples de Lee pour corriger le regard du colonisateur. Il rappelle ses contacts avec Lady Hilda Selwyn-Clarke, une politicienne engagée dans la lutte anticoloniale, « qui avait fait savoir à Richard Corridon, le représentant des services spéciaux britanniques à Singapour, que j’étais un bon socialiste et non un communiste »12. Plus loin, il pourra s’interroger avec anxiété sur le temps qu’il fallut aux services spéciaux « avant de conclure que je savais ce que je faisais et que j’étais profondément sérieux [deadly serious] quand je disais qu’il nous fallait contrer les communistes »13. Contrairement à ce que suggère Lee, on peut donc penser que la méprise a plus profondément travaillé son inconscient politique qu’il n’est prêt à le reconnaître.

15Reste néanmoins à comprendre ce qui en fait un événement signifiant et quelle angoisse est ici en jeu. Une première réponse vient à l’esprit : dans le contexte de la guerre froide, un engagement communiste aurait pu être risqué. Il est fort possible que Lee ait eu cette pensée sur le moment. Néanmoins, et sans céder aux facilités de la reconstruction a posteriori, les évènements confirmèrent qu’il n’en fut rien. Lee est embauché dans un grand cabinet d’avocats et s’engage auprès du Labour. Quant aux différents territoires malais, la répression contre l’insurrection communiste qui débute en 1948 en durcira indubitablement le climat politique. Elle ne mettra pourtant pas complètement fin à une forme de pluralisme et d’expérimentation démocratique menée par les Anglais dans la perspective de l’indépendance (Harper, 2009). Tout cela amène donc à penser que ce n’est sûrement pas ce type d’angoisse que ressentit Lee, surtout lorsqu’il revint diplômé de Cambridge, après un voyage en première classe.

16On est donc conduit à faire l’hypothèse qu’autre chose se joue ici : dans le contexte de fin d’empire, la figure du partisan communiste renvoie Lee à une forme d’angoisse quant à son identité politique et au fondement même de sa prétention à gouverner – une angoisse, dont on peut penser qu’elle parcourt plus largement le champ du pouvoir, qui fait que les dominants ne sont jamais complètement sûrs de la légitimité de leur domination.

  • 14 TST, p. 78.
  • 15 Lee déclara en 1967, au Premier ministre Sato, qu’il attendait du Japon qu’il « guide le reste de (...)

17À un premier niveau, la peur de Lee face aux communistes tient à leur influence du fait de leur opposition aux occupations japonaise et britannique. Seule force organisée de résistance aux armées nippones entre 1942 et 1945, leur sacrifice leur vaut de jouir d’une légitimité politique incontestée. Lee le sait et ses sentiments s’en trouvent complexifiés. Tout en les combattant « à mort », il leur témoigne une forme d’admiration car ils furent « les seuls qui eurent le courage et la détermination de s’opposer aux envahisseurs »14. Lee, qui a un temps travaillé dans une entreprise japonaise, ne peut se prévaloir d’un tel crédit. Sans avoir collaboré avec l’armée impériale, il confesse avoir été impressionné par sa capacité à faire régner l’ordre. Il commença à apprendre le japonais, au motif que « son anglais ne [lui] servait plus à rien ». Contrairement aux communistes, il eut une attitude ambivalente à l’égard des Japonais, probablement à l’origine des relations économiques étroites qu’il développera avec l’archipel (Shimizu et Hirakawa, 1999) et qu’il confessera ici encore dans un curieux lapsus15.

  • 16 TST, p. 168.
  • 17 TST, p. 43.
  • 18 TST, p. 168.
  • 19 TST, p. 86.
  • 20 TST, p. 138.

18De même, les communistes peuvent se prévaloir d’avoir été des opposants de longue date aux Britanniques. Ici encore, Lee se dit « profondément impressionné par leur dévouement apparemment sans borne pour la cause révolutionnaire et leur détermination entière à renverser le gouvernement colonial pour établir un monde nouveau d’égalité et de justice »16. Lee, à l’inverse, fut éduqué « dans l’idée que le colonialisme était l’ordre naturel des choses »17. Lorsque l’indépendance se profile, il se trouve peu qualifié pour incarner la rupture coloniale. Au sein des communautés chinoises installées dans la péninsule malaise (des Chinois dits Peranakan ou Baba), il appartient en effet à une fraction différente, celles des élites anglicisées et anglophones, dénommées (selon le genre du souverain britannique) King’s ou Queen’s Chinese (Guan et Lim, 2019), en référence à leurs relations organiques avec le colonisateur. Au début des années 1950, Lee est donc lié à une communauté qui forme l’élite économique et politique native de la ville mais qui est démographiquement dominée (Trocki, 2006). Car la grande majorité des Chinois singapouriens provient d’une immigration récente, non anglophone, plus pauvre et souvent communiste. Pendant longtemps, ces deux mondes s’ignorent. Ce n’est que lorsqu’il se lancera en politique que Lee découvrira, stupéfait, « ce monde totalement différent »18 dont « l’allégeance va à la Chine et non à l’Angleterre »19. D’où le problème qui se posa : l’arithmétique électorale est favorable aux sinophones, c’est-à-dire aux communistes, d’autant plus que nombre de Chinois anglophones forment une communauté déclinante « incapable de se mobiliser pour ses intérêts », comme le note Lee avec dédain20.

  • 21 TST, p. 354.
  • 22 FTWF, p. 143.
  • 23 TST, p. 54. On aura noté, à nouveau, l’occurrence des termes associés à la mort.

19Ce rapport de pouvoir interne à la société singapourienne se double d’un problème plus angoissant encore pour Lee, car touchant à son identité intime. Par son éducation, il est un pur produit de la colonisation, ce qui le rend peu légitime pour incarner la fin de l’époque impériale. Une question, en particulier, revient avec obsession dans les Mémoires : Lee ne parle pas chinois. Jusqu’à la fin de sa vie il déploiera une énergie « surhumaine »21 pour y remédier. Éduqué en malais et dans un dialecte hakka, puis en anglais durant ses études, il se trouve « acculturé », « aliéné de la masse des chinois qui parlaient le mandarin et les dialectes »22. Avec une franchise rare, il rappelle son premier discours, en hokkien, sous le rire des enfants : « Que de fautes : que ce soit les sons, les tons, la syntaxe, presque tout était faux. Mais je ne pouvais me permettre ni honte, ni pudeur. C’était une question de vie ou de mort. […] je me préparais pour l’inévitable confrontation avec Lim Chin Siong et les communistes. Je perdrais par défaut si je ne pouvais parler le dialecte. »23 L’événement est à rapprocher d’une autre confession inattendue à propos du même Lim Chin Siong, alors le représentant le plus en vue du mouvement syndical singapourien. À l’issue d’un meeting où Lim venait de prendre la parole, Lee déclara à ses interlocuteurs anglais : « Voici le futur Premier ministre de Singapour. Je suis sérieux : c’est le meilleur orateur sinophone de Singapour et il sera notre prochain Premier ministre » (Meng, 1996, p. 79). L’anecdote prend tout son sens si l’on rappelle que Lim Chin Siong fut emprisonné pendant six ans sans procès par Lee (qui devint, de ce fait, le « prochain Premier ministre » de Singapour).

  • 24 FTWF, p. 143.
  • 25 TST, p. 142.

20La question de la langue permet de mettre en lumière un fil souterrain qui parcourt les Mémoires : celui du trouble vécu par le colonisé quant à la définition de son être social intime, lorsque ce même colonisé est passé par les institutions d’élite du colonisateur, tout particulièrement dans la péninsule malaise où les structures de pouvoir furent longtemps faibles et adossées à la relation consubstantielle entre des communautés transnationales (telles les diasporas chinoises) et un capitalisme global européen (Kohli, 2004 ; Beeson, 2003). Être à la « conscience double » (Dubois, 1996), « perdu entre deux cultures »24, rien n’exprime mieux cette position « entre deux mondes » (Said, 1998), dans le cas de Lee, que sa tentative (réussie) pour faire effacer le prénom Harry de son état civil, ce qui l’amènera à déclarer avec fierté : « Lee Kwan Yew devint mon identité publique, ce que je représentais et ce que je me considérais être – un nationaliste de gauche. »25. Comme l’a montré Georges Steinmetz (2007), le cadre colonial n’a pas seulement tendu à dichotomiser les identités (ainsi que l’avait déjà noté Said, 1978), il les a aussi brouillées (en favorisant autant d’identifications et d’hybridations). Dans ce contexte, les identités culturelles et sociales apparaissent menacées d’une instabilité fondamentale, tout particulièrement en ce qui concerne un groupe tel que les Queen’s Chinese, que l’on pourrait qualifier avec Bourdieu (1971) de « groupe structurellement ambigu ». Issu d’une communauté à cheval entre différents espaces sociopolitiques, Lee est individuellement traversé par ces mêmes contradictions : derrière l’image de politicien sûr de lui et dominateur qu’il sut projeter, se niche une angoisse qui est tout à la fois celle de son être le plus intime (dans sa langue ou son nom) et de son milieu social.

  • 26 TSS, p. 320.
  • 27 Dans le cas qui nous intéresse, on notera la rapidité de la conversion à la solution indépendantis (...)

21Cette dualité des Chinois anglicisés est loin d’être en soi problématique. Elle fut, le plus souvent, un atout considérable pour une communauté qui sut capter à son profit le pouvoir mis en place par les Anglais (Ang, 2001). Dans les années 1950, cependant, ce n’était plus nécessairement le cas, la décolonisation posant un problème clair aux Queen’s Chinese : comment conserver le pouvoir une fois les Européens partis ? Lee le dit avec le réalisme qui le caractérise : « si les sinophones prenaient le pouvoir, les anglophones deviendraient les nouveaux dépossédés sous un gouvernement conduit en chinois. »26. Le problème n’est pas seulement politique et économique : il touche à la disparition du groupe social dont Lee est issu. On peut de ce fait penser que l’engagement politique qu’une partie importante des anglophones opéra, derrière Lee, en faveur de l’indépendance, qui procéda d’une forme d’alignement collectif remarquable (Ermakoff, 2008), s’explique justement par la protection des intérêts d’une élite menacée de mort politique par le départ de la puissance coloniale27. Conserver un pouvoir acquis sous les Anglais allait passer, paradoxalement, par la nécessité de se débarrasser de ces mêmes Anglais.

  • 28 TSS, p. 138.

22Ce paradoxe est au principe de violentes contradictions chez les individus qui, comme Lee, prétendent à une position publique. Il l’oblige à un profond travail sur soi pour l’adapter au nouveau jeu politique, ce qui l’amène à s’opposer à ce qui fait l’assise de son être intime – source à notre sens des angoisses précitées. En témoignerait le regard qu’il pose sur sa famille, et en particulier son grand-père paternel, figure tutélaire désormais convoquée de manière négative : des Chinois anglophones, Lee dit en effet désormais qu’« ils étaient comme mon grand-père – tout ce qui était anglais était pour eux le summum de la perfection. Ils n’avaient aucune confiance en eux-mêmes et encore moins dans les leurs »28.

  • 29 La majeure partie du matériau rassemblé ici provient de deux séjours de recherche à Singapour, en  (...)
  • 30 The Straits Times (désormais ST), 3 mai 1948.
  • 31 « Les Baba doivent prendre une décision : allons-nous nous lancer en politique ? », ST, 27 mai 195 (...)
  • 32 Le Straits Times du 9 juillet 1960 lance un « appel aux Baba à s’intéresser à la politique ».
  • 33 ST, 1er mars 1961.
  • 34 ST, 19 février 1956 et ST, 6 août 1954.
  • 35 Sur la mise à l’écart de l’anglais, voir ST, 24 août 1962.
  • 36 ST, 26 février 1948.
  • 37 Voir la déclaration du secrétaire colonial aux Détroits selon laquelle « le futur des Chinois du D (...)

23Ici aussi, on ne peut comprendre la signification de cette confiance en soi sans la référer précisément au contexte politique. Dans les années qui précèdent l’indépendance la question devint centrale pour Lee et les communautés chinoises anglophones. Ces dernières, confrontées à un jeu politique qui leur est moins favorable (Ai, 2001), se trouvent dans une position précaire (Rudolph, 1998). Accusées de passivité face aux Japonais, incapables de parler chinois et monopolisant une richesse qui fait défaut à la majorité, elles courent un risque de marginalisation. En résulte une forme d’abattement angoissé propre aux groupes sociaux en déclassement, que confirme la consultation des articles du Straits Times29, journal de référence des dirigeants et des élites anglicisées. Les interrogations sur leur sort se multiplient : un éditorial de 1948 les invitait déjà à « se débarrasser de leur apathie politique »30, une exhortation qui revient en 195531 ou en 196032. Elles prennent un tour plus dramatique en 1961, un article intitulé « Un conseil aux Baba : unissez-vous » formulant l’alternative suivante : « prendre une part plus active aux affaires du pays ou bien devenir une race oubliée. »33 Ces appels à « revenir à la réalité » sous peine d’« extinction »34 interviennent dans un contexte saturé par les rumeurs35, les rappels « de la perte soudaine des droits et des privilèges »36 et les déclarations de réassurance qui, par une forme typique de dénégation, laissent entendre le contraire de ce qu’elles disent37. La confiance en soi à laquelle Lee fait allusion renvoie, en creux, à son absence chez les Chinois anglophones ; quant à son avenir politique, il dépend de groupes sociaux tétanisés par la peur du déclin.

  • 38 Les langues et religions de ces quatre communautés sont officiellement reconnues et un système de (...)

24Cette dialectique de la confiance et de l’angoisse permet de comprendre les ressorts de la politique paradoxale qu’il mettra en place au moment de l’indépendance, par laquelle il détruira les groupes sociaux auxquels il est organiquement lié afin de leur permettre de reprendre le pouvoir. Lee et le PAP démantèleront scrupuleusement les structures qui avaient assuré aux bourgeoisies chinoises leur prééminence sous les Anglais. À la place, ils bâtiront un État théoriquement neutre vis-à-vis des quatre grandes communautés (chinoise, indienne, malaise et eurasienne) qui composent la société. Mais cette « révolution passive » (Bayart et Bertrand, 2006, p. 147 sq.) qui vise, selon la formule du Guépard, à ce que tout change pour que rien ne change, est en réalité un moyen pour les Chinois anglophones de prospérer discrètement en reconstituant un pouvoir qui n’est désormais plus associé au colonisateur38. Cette dialectique implique que ce soit des agents provenant des groupes sociaux menacés qui mènent le travail de destruction (Bourdieu, 2012, p. 128-129), et c’est précisément ce type d’acteur ambivalent que fut Lee : tout au long des années 1950 et 1960 il accéléra le délitement des communautés qui furent protégées par les Britanniques. Mais cette stratégie anticoloniale fut en réalité guidée par l’espoir d’en préserver l’influence dans la nouvelle Singapour. Ses angoisses, le trouble que lui inspire une appartenance identitaire et linguistique contrariée, sont les affects politiques typiques d’un homme originaire d’un groupe social qu’il sait devoir détruire.

25Ici encore, la question de la langue fournit l’indice le plus révélateur de ces transformations. On sait depuis les travaux d’Ernest Gellner (1989) combien l’opération qui consiste à constituer une langue de la haute culture est fondamentale dans le processus de création nationale. Ce processus peut se dérouler aisément lorsqu’une langue écrite est répandue. Mais dans un ancien comptoir colonial où coexistent diverses vagues de migrants, rien n’est moins évident. Le choix le plus pratique aurait été l’anglais mais une telle décision était difficilement justifiable en pleine décolonisation. Le chinois ne fut pas vraiment envisageable pour les raisons décrites ici. Quant au malais ou au tamoul, le faible nombre de leurs locuteurs écarta cette option. D’où le choix d’une nation officiellement quadrilingue mais dont la construction impliquera que ses élites se retournent contre leur groupe d’origine : si les rois et les Présidents de France imposèrent à leur peuple de parler la langue de l’élite, le français, les dirigeants de Singapour durent imposer à leurs élites, et donc à eux-mêmes, de parler des langues quasi étrangères comme le malais ou le mandarin – condition essentielle pour faire triompher leur langue, l’anglais, et l’imposer comme seule langue vraiment dominante.

26On comprend ainsi comment ces questions redoublèrent celle du trouble colonial ressenti par Lee. D’autant que, comme le notait encore Gellner (1998), la composante libérale des projets nationalistes fut souvent contrariée par leurs dérives communautaires. Au moment où il empêchait les sinophones de s’emparer du pouvoir, Lee sembla redécouvrir les vertus de l’appartenance communautaire. Il scolarisa ses enfants dans une école chinoise, cette décision pouvant être interprétée comme un acte politique public (la manifestation d’une rupture avec l’ordre anglophone) autant que privé (le père cherchant à réaliser à travers ses enfants l’idéal d’un locuteur sinophone qu’il s’efforça d’être). Reste que la redécouverte de ses origines chinoises par Lee (dont on voit la dimension inconsciente tout autant que stratégique) trouva ses limites dans la structuration du jeu politique et dans la prise en compte du pouvoir que les Chinois anglophones entendaient conserver. Au moment de la rupture coloniale, où le Premier ministre et ses enfants mettaient en scène leur retour vers une Gemeinschaft chinoise, tout sera fait pour étouffer l’influence chinoise. La Singapore Chinese Chamber of Commerce, principal acteur économique de la communauté et de ses écoles, est régulièrement attaquée. Les associations chinoises (clubs, cimetières, journaux) sont l’objet de vexations. Enfin, le gouvernement fit baisser la part de l’enseignement chinois de 45,9 % en 1959 à 11,2 % en 1978. Tout en scolarisant ses enfants dans des établissements chinois, Lee s’ingénia à en saper la légitimité. En 1978, les 11 % de Singapouriens qui scolarisent encore leurs enfants en chinois appartiennent à une minorité en perte de vitesse – comparable aux Chinois anglicisés vingt ans plus tôt.

27Cela ne veut pourtant pas dire qu’il ne resta rien du chinois à Singapour. On a dit que Lee travailla consciencieusement la langue jusqu’à la fin de ses jours, et les nombreuses communautés chinoises (75 % des habitants) restèrent attachées aux dialectes. D’une manière générale, cependant, la tolérance gouvernementale pour le chinois ne fut conçue que sur un mode ambivalent : après en avoir drastiquement réduit la place politique et éducative, le PAP décida d’intervenir pour en restaurer la place symbolique. Mais il le fit dans un contexte où l’anglais était devenu hégémonique et avec des arrière-pensées, dont témoignent les diverses campagnes qui, à partir de 1979, incitèrent la population chinoise à se soucier de ses racines linguistiques. La forme même de ces campagnes est emblématique d’un rapport de pouvoir sur les langues mineures (Certeau et al.,1975) : l’acte de préservation va de pair avec celui de la destruction. Ces campagnes comporteront ainsi une forte composante interventionniste, puisqu’il s’agira de protéger mais aussi de transformer la langue. Dès 1979, revenir au chinois c’est en réalité passer au mandarin – « speak mandarin campaign » (Newman, 1988). Le même leitmotiv parcourt les vingt et une campagnes qui suivront (« Utilisez le mandarin d’abord, pas les dialectes », 1986 ; « Dites-le en mandarin ! », 1992). Le pragmatisme économique n’y est sûrement pas étranger mais ce serait une erreur de négliger la dimension politique du problème culturel posé aux élites postcoloniales de l’île : celui de la coexistence entre des langues autochtones et une langue coloniale, et l’angoisse (identitaire et politique) qui résulte de la difficulté, pour les nouveaux gouvernants, à échapper à l’ombre du maître colonial, ou en tout cas à ce qui se joue dans sa langue. Il est remarquable, de ce point de vue, combien les injonctions formulées à l’égard de la population singapourienne font écho à celles que s’imposa Lee (« Apprends le mandarin, parle le mandarin ! », 1981 ; « Commence en mandarin, parle le plus souvent », 1987), voire à ses propres démons (« La langue chinoise : qui a peur de qui ? », 2009), cette dernière campagne étant d’autant plus intéressante que sa formulation anglaise recourt à un slogan anodin (« Be heard in Chinese ! ») et que seule la version chinoise (« Hua wen ? Shei pai shei ? ») insiste sur la connexion entre la langue et l’angoisse.

*

28En relisant la place particulière de l’angoisse dans la structuration de la politique singapourienne (post-)coloniale, cet article avance un certain nombre de thèses sur lesquelles on souhaiterait brièvement revenir en conclusion. La première est méthodologique et porte sur l’intérêt d’une approche oblique ou indiciaire pour nos questions. On en a donné un certain nombre d’exemples, qui nous semblent plaider pour l’originalité des matériaux nouveaux ainsi recueillis. On précisera néanmoins qu’une telle manière de procéder n’est heuristique qu’à condition d’être croisée avec des objets plus classiques : de fait, la consultation du Straits Times ou les statistiques sur le poids des écoles communautaires, par exemple, sont indispensables pour faire sens des manifestations plus inconscientes de cette angoisse à laquelle donnent accès les Mémoires de Lee.

29Le deuxième ensemble de thèses touche à la signification de cette angoisse politique. À ce niveau, ce sont en réalité plusieurs hypothèses emboîtées que nous avons avancées sur l’existence d’une angoisse propre aux dominants. Celle-ci est en partie la résultante d’une situation coloniale, durant laquelle la cooptation d’élites indigènes par les Européens a amené à la création de groupes marqués par leur dualité et leur indétermination. Ces espaces sociaux liminaires furent source d’anxiété pour les colons (Saada, 2007) ; mais ils le furent également pour celles et ceux qui en étaient issus et qui prendront le pouvoir une fois l’indépendance acquise. La transition coloniale les confronte en effet à des dilemmes quasi existentiels, puisque leur identité, la plus sociale comme la plus intime (chez Lee : son nom, sa langue, sa lignée familiale), se trouvait désajustée par rapport au nouveau cours politique des choses. D’où l’angoisse multiforme qui saisit des dominants confrontés à la possibilité de la perte de ce qui assurait leur domination ou à la nécessité de détruire leurs communautés d’origine.

30On peut cependant penser que l’exemple singapourien permet d’aller plus loin dans la qualification de cette angoisse qui peut saisir les élites devant la fragilité du pouvoir, et que la situation coloniale permet d’interroger plus généralement le pouvoir moderne (en particulier le fond d’indétermination fondamentale qui le structure : voir Assad, 2006). À suivre cette piste, on se demandera si, à côté de la peur que ressentent les dominés (elle est, depuis Hobbes, le vecteur principal de leur obéissance : voir Robin, 2004), n’existe pas une angoisse propre aux dominants qui, tout autant qu’ils prennent le pouvoir, sont pris par ce même pouvoir qui ne cesse de les inquiéter. Les dominants, autrement dit, ne « dominent » jamais complètement la domination qu’ils prétendent exercer. L’exercice du pouvoir est ainsi toujours partiel et incomplet, cette incomplétude étant au principe d’une angoisse qui, du fait de son caractère diffus (à la différence de la simple peur), hante les dominants. Au-delà du seul cas de Lee, refuser au pouvoir une coïncidence complète avec lui-même représente certainement une entrée féconde pour comprendre nombre de « choix » politiques qui s’opèrent dans des périodes où les cartes sont rebattues (révolutions, coups d’État, mouvements sociaux, voire ces séquences de violence euphémisée que peuvent être les élections) et permet de complexifier notre compréhension des élites, en donnant toute leur importance à ces épisodes où l’histoire du pouvoir trébuche, hésite ou se répète (selon le terme que Marx reprend à Hegel et dont on sait la fortune psychanalytique future) : autant d’instants où, plutôt que de voir des accidents, on peut lire le signe de l’impossibilité à être complètement dominant et les affects angoissés qui s’attachent à une telle situation.

Haut de page

Bibliographie

Ai Lin Chua, 2001, Negociating National Identity : The English-Speaking Domiciled Communities in Singapore, 1930-1941, Singapour, NUS Press.

Anderson Benedict, 2006, L’imaginaire national, réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte.

Ang Ien, 2001, On not Speaking Chinese : Living between Asia and the West, Londres-New York, Routledge.

Assad Talal, 2006, « Trying to understand French secularism », Political Theologies : Public Religions in a Post-Secular World, H. De Vries et L. Sullivan éd., New York, Fordham University Press, p. 494-526.

Bayart Jean-François et Bertrand Romain, 2006, « De quel “legs colonial” parle-t-on ? », Esprit, no 12, p. 134-160.

Beeson Mark, 2003, « Sovereignty under siege : globalisation and the state in Southeast Asia », Third World Quaterly, no 24, p. 357-374.

Bourdieu Pierre, 1971, « Genèse et structure du champ religieux », Revue française de sociologie, no 12, p. 295-334.

Bourdieu Pierre, 2012, Sur l’État. Cours au Collège de France, 1989-1992, Paris, Le Seuil.

Certau Michel (de), Julia Dominique et Revel Jacques, 1975, Une politique de la langue. La Révolution française et les patois : l’enquête de Grégoire, Paris, Gallimard.

Dezalay Yves, 2004, « Les courtiers de l’international : héritiers cosmopolites, mercenaires de l’impérialisme et missionnaires de l’universel », Actes de la recherche en science sociale, no 151-152, p. 4-35.

Dubois William E., 1996, The Soul of the Black Folk, Londres, Penguin.

Elias Norbert, 2010, Au-delà de Freud. Sociologie, psychologie et psychanalyse, Paris, La Découverte.

Ermakoff Ivan, 2008, Ruling Oneself Out : A Theory of Collective Abdication, Durham, Duke University Press.

Foucault Michel, 1973, Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma sœur, ma mère et mon frère, Paris, Gallimard.

Gellner Ernest, 1989, Nations et nationalismes, Paris, Payot.

Gellner Ernest, 1998, Language and Solitude : Wittgenstein, Malinowski and the Habsburg Dilemma, Cambridge, Cambrige University Press.

Ginzburg Carlo, 1980, Le fromage et les vers, l’univers d’un meunier du xvie siècle, Paris, Flammarion.

Ginzburg Carlo, 1989, Mythes, emblèmes et traces. Morphologie et histoire, Paris, Flammarion.

Goebel Michael, 2015, Anti-Imperial Metropolis, Interwar Paris and the Seeds of Third World Nationalism, Cambridge, Cambridge University Press.

Grendi Edoardo, 1977, « Microanalisi e storia sociale », Quaderni Storici, no 35, p. 506-520.

Guan Kwa Chong et Lim Kua Bak, 2019, A General History of the Chinese in Singapore, Singapour, World Scientific.

Guha Ranajit, 1983, « The prose of counter-insurgency », Subaltern Studies II. Writings on South-Asian History and Society, R. Guha Ranajit éd., Oxford, Oxford University Press, p. 1-42.

Harper Timothy N., 2009, The End of Empire and the Making of British Malaya, Cambridge, Cambridge University Press.

Kohli Atul, 2004, State-Directed Development : Political Power and Industrialization in the Global Periphery, Cambridge, Cambridge University Press.

Meng Chew, 1996, Leaders of Singapore, Singapour, Ressources Press.

Newman John, 1988, « Singapore’s Speak Mandarin Campaign », Journal of Multilingual and Multicultural Development, no 9, p. 437-448.

Nylander Erik et Ye Rebecca, 2015, « The transnational track : state sponsorship and Singapore’s Oxbridge elite », British Journal of Sociology of Education, no 36, p. 11-33.

Robin Corey, 2004, Fear : The History of a Political Idea, Oxford, Oxford University Press.

Rudolph Jürgen, 1998, Reconstructing Identities : A Social History of the Babas in Singapore, Londres, Ashagate.

Saada Emmanuelle, 2007, Les enfants de la colonie. Les métis de l’Empire français entre sujétion et citoyenneté, Paris, La Découverte

Saïd Edward, 1978, Orientalism, New York, Vintage.

Saïd Edward, 1998, « Between Worlds », London Review of Books, no 20, p. 3-7

Scot Marie, 2011, « Faire école : les alumni universitaires indiens de la London School of Economics », Histoire@politique, no 15, p. 4-24

Shimizu Hiroshi et Hirakawa Hitoshi, 1999, Japan and Singapore in the World Economy, Londres-New York, Routledge.

Steinmetz Georges, 2007, The Devil’s Handwriting, Chicago, Chicago University Press.

Trocki Carl, 2006, Singapore : Wealth, Power and the Culture of Control, Londres-New York, Routledge.

Yao Souchou, 2007, Singapore : The State and the Culture of Excess, Londres-New York, Routledge.

Haut de page

Notes

1 Indépendante une première fois en 1963, Singapour rejoint la Malaisie mais en est expulsée deux ans plus tard : l’île minuscule, privée de toute ressource naturelle, se retrouve alors isolée entre des puissances régionales hostiles, la Malaisie et l’Indonésie, et en proie à de violentes émeutes sociales et interethniques qui en minent la cohésion interne.

2 Lee Kwan Yew, 1998, The Singapore Story : The Memoirs of Lee Kwan Yew, Singapour, Press Holdings, p. 649 et p. 651. Les nombreux recours aux deux livres des mémoires de Lee nous ont amené à en abréger les titres dans les notes. The Singapore Story devient TSS et Lee Kwan Yew, 2000, From Third World to the First : The Singapore Story, 1965-2000, New York, HarperCollins, FTWF. Par ailleurs, nous avons établi notre propre traduction, en dépit de l’existence de versions françaises, car seul le texte original permet d’avoir accès aux jeux de langage inconscients produits par l’angoisse que nous cherchons à mettre en lumière.

3 « Modern Singapore’s Creator is Alert to Perils », New York Times, 23 mars 2015.

4 Voir les analyses de Carlo Ginzburg (1989) sur Freud et la relecture de l’Homme aux loups.

5 Lee détient le record de l’un des plus longs exercices du pouvoir au monde : Premier ministre de transition avant l’indépendance (1959-1965), il exerce cette fonction, après l’indépendance, de 1965 à 1990. Son retrait de la vie politique est en trompe l’œil : Senior Minister (1990-2004) puis mentor du ministre (2004-2011), il reste étroitement associé aux décisions prises par le nouveau Premier ministre (qui se trouve être, après l’intermède Goh Chok Tong, son propre fils).

6 TSS, p. 132.

7 TSS, p. 138.

8 Selon la formule citée dans Benedict Anderson (2006).

9 On rappellera que Singapour, colonie britannique située à la pointe de la péninsule malaise, obtint en 1959 un statut de self-government (Lee, qui remporte les élections, devenant Premier ministre de transition), prélude à son indépendance complète en 1963, date à laquelle elle se joint à la Malaisie.

10 Selon la formule de Lee lui-même : TST, p. 43.

11 Le danger est un thème récurrent des mémoires, à travers une série d’actions violentes (émeutes, assassinats, emprisonnements). La « lutte à mort » est également une constante du discours politique, qui transparaît à travers les appels à « détruire » les ennemis (TST, p. 505), les « purger » (TST, chapitre 19), ou encore à travers un usage constant des termes death, deadly, dead (voir ci-dessous).

12 TST, p. 307.

13 TST, p. 329.

14 TST, p. 78.

15 Lee déclara en 1967, au Premier ministre Sato, qu’il attendait du Japon qu’il « guide le reste de l’Asie vers une Greater Industrialization » (FTWT, p. 507-508) : tout autant que le verbe guider, l’expression Greater Indutrialization, inconnue en anglais, me semble renvoyer inconsciemment à Greater Asian Cooperation Sphere, voire à Greater Japan, autant de termes utilisés pour décrire la composante panasiatique du projet impérial nippon.

16 TST, p. 168.

17 TST, p. 43.

18 TST, p. 168.

19 TST, p. 86.

20 TST, p. 138.

21 TST, p. 354.

22 FTWF, p. 143.

23 TST, p. 54. On aura noté, à nouveau, l’occurrence des termes associés à la mort.

24 FTWF, p. 143.

25 TST, p. 142.

26 TSS, p. 320.

27 Dans le cas qui nous intéresse, on notera la rapidité de la conversion à la solution indépendantiste d’individus qui, quelques semaines auparavant, s’accrochaient encore au pouvoir britannique – selon une temporalité resserrée mise en lumière par Ermakoff.

28 TSS, p. 138.

29 La majeure partie du matériau rassemblé ici provient de deux séjours de recherche à Singapour, en 2009 et 2010. Les archives du Straits Times ont par ailleurs été reconsultées à la Bibliothèque nationale à Paris au moment de la rédaction de l’article.

30 The Straits Times (désormais ST), 3 mai 1948.

31 « Les Baba doivent prendre une décision : allons-nous nous lancer en politique ? », ST, 27 mai 1955.

32 Le Straits Times du 9 juillet 1960 lance un « appel aux Baba à s’intéresser à la politique ».

33 ST, 1er mars 1961.

34 ST, 19 février 1956 et ST, 6 août 1954.

35 Sur la mise à l’écart de l’anglais, voir ST, 24 août 1962.

36 ST, 26 février 1948.

37 Voir la déclaration du secrétaire colonial aux Détroits selon laquelle « le futur des Chinois du Détroit est assuré » (ST, 10 décembre 1951, p. 1) et celle de son successeur qui exprime « son espoir que les Chinois du Détroit continueront à assurer le succès de Singapour une fois celle-ci autonome » (ST, 9 novembre 1957, p. 9).

38 Les langues et religions de ces quatre communautés sont officiellement reconnues et un système de quotas assure l’égale répartition des charges officielles et la cohabitation des populations (dans les écoles, les logements, etc.). Ce système, dont les mérites et les réussites sont évidents, a cependant fait l’objet de critiques, en raison de l’extrême concentration du pouvoir dans les mains des élites anglophones, généralement chinoises, et du développement d’inégalités en bas de la société (chez les Malais et les nouveaux immigrants).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Brisson et Camille Noûs, « « I suppose we will hear more about you, Mr Lee ». Angoisse, politique et trouble colonial dans les dernières années de la Singapour britannique », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 38 | 2020, mis en ligne le 12 janvier 2021, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/traces/11222 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traces.11222

Haut de page

Auteurs

Thomas Brisson

politiste, département de Science politique (université Paris 8), Cresppa-LabTop (CNRS- Paris) et Maison franco-japonaise (CNRS-Tokyo)

Camille Noûs

laboratoire Cogitamus

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search