Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros38ArticlesFace à l’angoisse écologique : st...

Articles

Face à l’angoisse écologique : stratégies émotionnelles et engagements épistémiques en sciences de l’environnement

Living with ecological anxiety: emotional strategies and epistemic commitments in environmental sciences
Lucas Brunet
p. 103-122

Résumés

Alors que les connaissances sur la crise écologique s’accumulent, les écologues s’angoissent, attristés par les destructions d’espaces naturels, impuissants face à un futur qui échappe à leur contrôle et qui fait redouter des malheurs graves. À la croisée de la sociologie des affects et des émotions, de la sociologie des sciences et de la sociologie des mobilisations, l’article étudie les chercheurs ayant travaillé sur les notions de services écosystémiques et de compensation écologique. Il montre que ces écologues, ainsi que leurs collègues qui étudient la protection de la nature, font l’expérience de l’angoisse écologique de différentes manières et qu’ils développent des stratégies variées pour gérer cette angoisse. Pour ce faire, une définition opérationnelle de l’angoisse écologique ainsi qu’une méthode d’analyse de son expression et de sa gestion sont proposées. En mobilisant la notion d’engagement épistémique, l’article propose de concevoir le travail de production de certaines connaissances comme un engagement éthique et politique à part entière et documente comment le travail des chercheurs permet (ou non) de répondre à l’expérience désagréable de l’angoisse. Selon leurs engagements épistémiques, les chercheurs impliqués dans les situations étudiées peuvent : i) relativiser leur angoisse écologique en soulignant le dynamisme des écosystèmes ; ii) reconvertir leur angoisse écologique en espoir de réconcilier l’économie et l’écologie ; iii) partager et extérioriser leur angoisse par l’intermédiaire de dispositifs de sensibilisation. L’adoption de ces stratégies reflète l’affinité des chercheurs pour certaines politiques de conservation de la nature.

Haut de page

Texte intégral

La situation du monde vivant ne s’est pas améliorée, et la perte de biodiversité est même devenue, avec le changement climatique, la cause de ce que l’on peut appeler l’angoisse du xxie siècle. Une approche économique de la biodiversité et des services rendus par les écosystèmes se développe, sans convaincre de sa capacité à lever cette angoisse. La biodiversité ne serait-elle donc qu’un leurre utilisé par les scientifiques pour obtenir des moyens en entretenant l’angoisse ?
Patrick Blandin, Au leurre de la biodiversité ?

  • 1 L’auteur souhaite remercier les relecteurs anonymes ainsi que les coordinateurs de ce numéro sur l (...)
  • 2 Loin d’être une discipline unifiée, l’écologie se déploie en suivant différents courants de pensée (...)

1À l’heure de l’anthropocène, nouvelle époque géologique où l’humanité aurait transformé en profondeur la composition de la planète, le futur est représenté sous la forme de crises écologiques multiples1. En première ligne face à ces changements, les chercheurs qui étudient l’écologie et la conservation de la nature s’angoissent en raison de leur difficulté à empêcher ce qui serait, selon eux, une crise d’extinction globale des espèces. L’écologue2 Franck Courchamp, directeur de recherche au CNRS, s’interroge après l’émoi suscité par l’incendie de l’église de Notre-Dame de Paris (Courchamp, 2019) : Pourquoi aucune action conséquente n’est-elle entreprise pour sauver la « cathédrale du vivant », alors que des espèces disparaissent « à jamais » et que nous en dépendons pour notre survie et notre bien-être grâce aux services qu’elles nous rendent (alimentation, pollinisation, régulation du climat, etc.) ? Patrick Blandin (2014), ancien directeur de la galerie d’évolution du Muséum national d’histoire naturelle, propose de qualifier cette perte de la biodiversité, aux côtés du changement climatique, comme « l’angoisse du xxie siècle ». Selon les sociologues Wilkinson (2002) ou Albertson et Gadarian (2015), nous vivons dans un « âge de l’angoisse » à cause d’un futur incertain et incontrôlable qui menace des objets de grande valeur et des êtres aimés.

  • 3 Sur les mouvements catastrophistes et les théories de l’effondrement, on pourra également lire l’o (...)
  • 4 Ecological anxiety chez Robbins et Moore (2013) ou eco-anxiety chez Albrecht (2011). Le terme ango (...)
  • 5 Certains auteurs, comme le philosophe Glenn Albrecht, ont développé un lexique pour caractériser l (...)

2L’angoisse peut être comprise comme l’« inquiétude intense, liée à une situation d’attente, de doute, de solitude et qui fait pressentir des malheurs ou des souffrances graves devant lesquels on se sent impuissant » (Trésor de la langue française). Si des analyses de sociologie politique relatives à l’angoisse montrent son rôle dans la recherche d’information chez les citoyens en général (Marcus, 2008 [2002]), d’autres analyses soulignent des effets contrastés au regard des différentes classes socioprofessionnelles et des affinités politiques. Par exemple, s’appuyant sur les travaux en sociologie du risque, Wilkinson (2002) analyse la manière dont certains groupes sociaux s’angoissent à mesure que les savoirs sur le risque technologique s’accumulent. Dans la même perspective, Semal (2012) décrit comment les membres des « mouvements catastrophistes » s’angoissent après leur découverte du pic pétrolier et redoutent l’arrivée d’une catastrophe globale3. Enfin, Robbins et Moore (2013) montrent que les gestionnaires de la nature peuvent exprimer une angoisse face à la présence d’espèces invasives et la formation de « nouvelles écologies ». Pour désigner l’inquiétude éprouvée au regard des dégradations environnementales, présentes et à venir, l’impuissance face à la complexité des réponses à y apporter, ainsi que la cristallisation de sentiments de tragédie, d’urgence et de panique générés par l’entrée dans l’anthropocène, certains auteurs proposent de mobiliser la notion d’angoisse écologique4 (Robbins et Moore, 2013 ; Albrecht, 2011). Différente de la peur, l’angoisse écologique5 s’en distinguerait par sa gravité puisqu’elle exprime une menace existentielle pour l’être humain dont la survie dépend d’un certain environnement (Pihkala, 2018). Dans cette littérature, on peut identifier trois caractéristiques principales de l’angoisse écologique : i) une inquiétude associée à un pressentiment de malheurs ou de souffrances graves ; ii) un sentiment d’impuissance et d’incertitude ; iii) un sentiment de tragédie et de tristesse causé par une perte.

  • 6 Organe créé en 1988 par l’Organisation météorologique mondiale et le Programme des Nations Unies p (...)
  • 7 Groupe international d’experts officiellement créé en 2012 sous l’égide des Nations Unies.

3On imagine aisément à quel point la multiplication de récits scientifiques rapportant l’ampleur des dommages infligés à l’environnement par les sociétés occidentales, et la menace que ces dégradations font peser sur la survie de l’humanité, suscitent l’angoisse écologique. Ces récits remontent aux premiers écrits d’écologues, depuis le Printemps silencieux de Rachel Carson (2009 [1962]), qui dépeint l’image d’un futur ravagé par l’utilisation des pesticides, à La bombe P de Paul Ehrlich (1970 [1968]), traitant du sujet de la surpopulation. À partir des années 1990, ces récits sont produits par des institutions scientifiques internationales comme le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)6, qui rédige des rapports sur la modification anthropique du système climatique. En 2005, 1 300 scientifiques publient, sous l’égide des Nations Unies, un rapport sur l’évaluation millénaire des écosystèmes (Millennium Ecosystem Assessment, 2005). Ce rapport annonce que 60 % des services fournis par les écosystèmes aux sociétés humaines ont été dégradés ces trente dernières années et que la survie de l’humanité est mise en danger. En 2019, la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (Ipbes)7 estime que jusqu’à un million d’espèces pourrait être menacé d’extinction dans un futur proche (Ipbes, 2019).

4Comment les écologues pourraient-ils rester indifférents face à la multitude de données et de récits qu’ils produisent sur la crise écologique ? Tous redoutent l’impact des dégradations environnementales, puisqu’ils sont profondément affectés par la destruction des espèces et des lieux qu’ils aiment (Milton, 2002), ou en raison du déclin du fonctionnement des écosystèmes menaçant le bien-être des sociétés humaines (Millennium Ecosystem Assessment, 2005). Tous expriment une forme d’angoisse quant à leur impuissance à déclencher les changements nécessaires pour répondre à l’ampleur des problèmes (voir tableau 2). À l’instar de la structure de sentiment décrite par Williams (1977), l’angoisse écologique semble constituer une condition affective collective partagée parmi les écologues, condition qui serait conditionnée par leur profession.

  • 8 Dans la littérature de langue anglaise, les auteurs distinguent parfois les concepts d’emotional l (...)

5Comme l’a montré Hochschild (2017 [1983]), les acteurs sociaux régulent l’expérience de leurs émotions en les réprimant ou en essayant d’en modifier le ressenti pour s’accorder avec certaines règles (feeling rules), en particulier dans le cadre professionnel8. Au regard de ce qui nous occupe, les acteurs tentent de répondre à l’expérience désagréable de l’angoisse et de s’en débarrasser (Wilkinson, 2002 ; Albertson et Gadarian, 2015). De leur côté, Head et Harada (2017) présentent différentes stratégies de gestion émotionnelle déployées par les climatologues pour faire face à leur angoisse, stratégies qui relèvent davantage de la vie privée que de la vie professionnelle. Il s’agit, par exemple, de s’engager dans des activités banales (lire des romans, faire du jardinage) pour éviter de penser au changement climatique, ou encore de ne pas être attentif à ses émotions (en prônant une posture stoïque, ou en se désensibilisant). Dans le cas des mouvements catastrophistes, Semal (2012) montre que la régulation de l’angoisse peut également être facilitée par un apprentissage à gérer ses émotions ou être utilisée stratégiquement pour étendre ces mouvements par l’intermédiaire de dispositifs de sensibilisation.

6Dans cet article, je cherche à comprendre comment les écologues et leurs collègues qui étudient la protection de la nature, font l’expérience de l’angoisse écologique, l’expriment et développent différentes stratégies pour gérer cette émotion. Après une présentation du cadre analytique, du cas d’étude et de la méthode d’enquête, je décris trois stratégies de gestion de l’angoisse écologique qui, comme on le verra, ne dépendent pas tant des caractéristiques psychologiques des écologues que de déterminants sociaux, tels que la sous-discipline dans laquelle ils travaillent, leurs carrières ou leurs partenariats. L’article se termine par une discussion des conséquences politiques de ces trois stratégies.

Problématique, cas d’étude et méthode d’analyse

7À la croisée de la sociologie des affects et des émotions, de la sociologie des sciences et de la sociologie des mobilisations, l’article analyse comment les écologues, ainsi que leurs collègues qui étudient la protection de la nature, répondent à leur expérience de l’angoisse écologique. En m’inspirant des travaux sur la gestion des émotions présentés en introduction, je m’intéresse en particulier à la manière dont les écologues gèrent cette angoisse dans leurs pratiques de recherche. J’utilise également la notion d’engagement épistémique proposée par Granjou et Arpin (2015) qui suggère de décrire non pas l’influence des communautés épistémiques sur l’engagement politique des chercheurs (Bonneuil, 2006), mais le travail de production de certaines connaissances comme un engagement éthique et politique à part entière. L’engagement épistémique correspond ainsi à « une vision de la pertinence des connaissances articulée à des pratiques et des réseaux de travail » (Granjou et Arpin, 2015). La notion est particulièrement importante pour analyser la crise écologique et la compétition entre différents cadrages, notamment au sujet de sa résolution (Granjou et Arpin, 2015 ; Rodriguez et al., 2018). Si le travail des écologues est régi par une norme de détachement émotionnel qui doit prévaloir dans la pratique scientifique au nom de l’objectivité (Brunet, 2018) et que les écologues essaient probablement de gérer l’angoisse écologique dans leur vie privée (e.g., Head et Harada, 2017), je cherche ainsi plutôt à comprendre comment l’engagement dans la production de certaines connaissances permet de répondre à l’expérience de l’angoisse écologique.

8Afin d’analyser les modes d’expérience de l’angoisse des écologues et de leurs collègues, j’étudie le cas d’écologues qui, dans différents projets et laboratoires, ont travaillé sur les notions de services écosystémiques (SE) et de compensation écologique, soit pour les soutenir et les développer, soit pour les critiquer. Ces dernières années, de nombreux écologues ont présenté ces notions comme les réponses conceptuelles et institutionnelles les plus prometteuses pour parer à leur angoisse écologique et empêcher la destruction des espaces naturels (Brunet et al., 2018). Cependant, ces notions ont accru les différences entre les courants de l’écologie (voir tableaux 1 et 3) et ont forcé les chercheurs à se positionner par rapport à la manière dont ils envisageaient de répondre à la crise écologique. Si, comme dans le cas d’autres promesses technoscientifiques, on peut aujourd’hui affirmer que certains écologues ont été désenchantés par ces notions, les réactions vis-à-vis de ces notions ont été complexes et diverses. Cet article propose d’utiliser ces notions comme un prisme pour étudier la diversité des expériences et des réponses à l’angoisse écologique.

  • 9 Voir [URL : extinctionrebellion.fr/], consulté le 16 décembre 2019.

9Popularisée par l’évaluation millénaire des écosystèmes des Nations Unies (Millennium Ecosystem Assessment, 2005), la notion de SE promet d’évaluer les bénéfices (monétaires ou non) que les sociétés humaines tirent de la protection des espaces naturels. Quant à la compensation écologique, elle propose d’équilibrer la destruction des espaces naturels par des gains supposés équivalents (voir Brunet, à paraître). Ces notions cadrent le problème de la dégradation de la nature comme provenant d’un manque d’intérêt de la part des acteurs économiques et politiques et d’outils opérationnels indisponibles pour qu’ils puissent y répondre. Elles continuent d’être au cœur des débats portant sur les réponses à apporter à la crise écologique. En 2018, le ministère de la Transitition écologique et solidaire a achevé une évaluation nationale des écosystèmes et des services écosystémiques (Efese). La nouvelle loi pour la reconquête de la biodiversité adoptée au cours de la même année organise de son côté le cadre législatif de la compensation écologique. En parallèle, ces notions sont catégoriquement rejetées par certains mouvements sociaux et sont toujours débattues à des échelles nationales et internationales, comme le montre le mouvement mondial de désobéissance civile Extinction Rebellion. Lancé au Royaume-Uni en 2018 contre l’effondrement écologique, Extinction Rebellion affirme ainsi qu’elles n’« enrayent aucunement l’extermination massive en cours »9.

10Entre 2014 et 2019, j’ai conduit soixante entretiens semi-directifs avec différents chercheurs (voir tableau 1) dans le cadre de recherches doctorales et postdoctorales. J’ai également observé le travail d’une partie de ces chercheurs pendant plus de soixante jours en les accompagnant au cours de diverses activités : travaux au laboratoire et sur le terrain, réunions de travail, ateliers avec des gestionnaires, groupes de lecture, participation à des conférences, soutenances de thèse et école d’été. Ces activités étaient menées au sein de différentes institutions de recherche françaises (une équipe du Laboratoire d’écologie alpine, un comité scientifique et technique de l’Efese, une équipe de l’Institut méditerranéen de la biodiversité et d’écologie marine et continentale), ainsi que d’un réseau de recherche européen sur les écosystèmes (A Long-Term Biodiversity, Ecosystem and Awareness Research Network, Alter-Net). Le choix de ces sites relève du fait qu’ils font partie des principales structures de recherche françaises et européennes sur les SE et la compensation écologique.

11Tous les chercheurs rencontrés sont affectés par l’angoisse écologique et mentionnent la difficulté émotionnelle à travailler au contact d’objets d’étude menacés par la crise écologique, dans un contexte où la réponse institutionnelle apparaît comme insuffisante (tableau 2). Cependant, ils développent différentes stratégies pour gérer cette angoisse et ne plus être affectés par celle-ci.

Tableau 1. Présentation des chercheurs interviewés

Écologie fonctionnellea Biologie de la conservationb Écologie de la restaurationc Taxonomied - éthologie Économie Autres sciences sociales Autres (agronomie, modélisation) Total
Étudiant, junior et retraité 8 4 1 2 4 0 1 20
Senior 13 6 4 0 10 4 3 40
TOTAL 60
a. L’écologie fonctionnelle est la branche de l’écologie qui étudie les fonctions des écosystèmes.
b. La biologie de la conservation est un domaine d’étude interdisciplinaire traitant de la protection des espèces et des écosystèmes.
c. L’écologie de la restauration étudie la restauration des écosystèmes.
d. La taxonomie est une branche de la biologie qui décrit et classe les organismes vivants.

Le classement se fonde sur une catégorisation proposée par les chercheurs eux-mêmes et reprend certaines distinctions déjà documentées dans la littérature (Granjou et Arpin, 2015).

  • 10 En suivant cette méthode d’analyse de l’expression de l’angoisse, je ne m’intéresse pas à ses symp (...)

12Le matériel récolté a été analysé en suivant une démarche inspirée par la grounded theory (Corbin et Strauss, 1990) et par les méthodes sociologiques d’analyse des émotions exprimées dans les discours et lors des observations (voir Flam et Kleres, 2015). Cette première étape m’a permis de distinguer les différentes manières dont ces chercheurs font l’expérience et expriment leur angoisse. J’ai codé l’angoisse écologique lorsqu’elle était explicitement nommée : « ça m’angoisse ». Cependant, l’angoisse n’est pas nécessairement rapportable à un « signifiant dûment lexicalisé » et peut être exprimée par « la globalité du discours qui “sue” l’angoisse » (Darrault-Harris, 2009). J’ai ainsi codé les passages où elle s’incarnait dans les corps de mes interlocuteurs (élocution du discours vive et saccadée, répétitions, rupture du discours, gestes brusques, etc.) et lorsqu’elle se manifestait à travers des discours qui reprennent les trois aspects de la définition de l’angoisse écologique (voir tableau 2)10.

Tableau 2. Expression de l’angoisse dans les discours des chercheurs et lors de séances d’observations

Aspect de l’angoisse Thèmes rapportés Exemple
Inquiétude associée à un pressentiment de malheurs ou de souffrances graves Sixième crise d’extinction et effondrement des populations d’espèces ; pollutions ; menaces pour la survie de l’homme à cause de sa dépendance vitale au fonctionnement des écosystèmes. « S’il y a trop d’extinctions d’espèces, on va dépasser des seuils qui ne permettront plus notre survie. Il y a déjà eu des grandes phases d’extinction et la vie est repartie avec d’autres organismes plus adaptés. Là, c’est nous qui sommes menacés. Si on ne fait rien, on va droit dans le mur ! » (Mariea)
Sentiment d’impuissance et d’incertitude Impuissance à convaincre le reste de la société ; incapacité à trouver et à appliquer les bonnes solutions ; impossibilité de produire des connaissances utiles ; incertitude au sujet des conséquences. « Je ne sais pas si on arrivera à sauver le monde… Il y a sept milliards d’habitants et leur impact augmente avec la démographie et l’évolution du niveau de vie des pays en voie de développement. Combien d’espèces seront écrasées, je ne sais pas. Je ne suis pas très optimiste du tout ». (Bérénice)
Sentiment de tragédie et de tristesse causé par une perte Disparation irréversible d’espèces ou d’espaces naturels souvent aimés ; connaissances scientifiques qui permettent de comprendre l’ampleur et l’importance de la perte. Lorsque nous traversons des zones industrielles dans la plaine de Crau, Hermine, écologue et son partenaire, Alain, naturaliste professionnel, expriment leur tristesse de voir cet écosystème unique au monde détruit. Abattus par l’idée que leurs enfants ne pourront jamais voir ce qui a été détruit, ils m’expliquent qu’ils ont décidé de ne pas en avoir. (Observation, mai 2019)
a. Les prénoms ont été changés pour respecter l’anonymat des personnes rencontrées.

13Tous les écologues rencontrés partagent l’expérience de l’angoisse écologique bien qu’ils puissent l’exprimer plus ou moins explicitement, ou en souligner plus particulièrement certains aspects. J’ai ensuite reconstitué les trajectoires émotionnelles de l’angoisse écologique des chercheurs : j’ai analysé comment cette émotion peut évoluer selon ce que les chercheurs éprouvent, ce qu’ils décident de faire pour y répondre, ainsi que les normes qui président à la gestion et à l’expression de cette émotion (Hochschild, 2017 [1983]). J’ai notamment cherché à comprendre l’influence de l’angoisse écologique sur les engagements épistémiques des scientifiques selon leur (sous-)discipline, leur carrière, leur implication dans des partenariats, et leur engagement dans des activités militantes (Traïni, 2012 ; Semal, 2012). Si l’angoisse peut ainsi être exprimée sous une forme discursive lors de l’enquête, l’analyse présente des stratégies de gestion qui ne sont pas uniquement discursives mais qui dépendent d’un engagement dans différents modes de production de connaissance.

Trois stratégies de gestion de l’angoisse écologique

  • 11 Si l’angoisse est l’objet de cet article, ce n’est pas la seule émotion impliquée dans la réponse (...)

14Trois stratégies de gestion de l’angoisse se distinguent parmi les chercheurs rencontrés : i) relativiser l’angoisse en soulignant le dynamisme des écosystèmes, ii) reconvertir l’angoisse écologique en espoir de réconcilier l’écologie et l’économie, iii) partager et extérioriser son angoisse avec le grand public par l’intermédiaire de dispositifs de sensibilisation. Ces stratégies dépendent des parcours, des disciplines et des partenariats (entreprises, autres disciplines scientifiques) qui offrent différentes ressources pour gérer l’angoisse écologique. Si cette analyse recoupe des distinctions déjà documentées sur l’adhésion et le rejet du cadrage du développement durable, ou sur les controverses qui divisent l’écologie (Granjou et Arpin, 2015), elle permet de montrer le fondement affectif de ces divisions ainsi que le travail de gestion émotionnelle à l’œuvre chez les écologues. L’angoisse n’est pas non plus la seule émotion que les écologues éprouvent11 et certains entretiennent des positions plus ambiguës à l’égard des stratégies de gestion de l’angoisse. En ce sens, l’article ne prétend pas à une exhaustivité des stratégies de gestion de l’angoisse, mais cherche plutôt à montrer comment cette émotion peut être gérée et ce qu’elle peut engendrer au sein d’une communauté scientifique donnée.

Relativiser l’angoisse écologique en soulignant le dynamisme des écosystèmes

15La première stratégie de gestion de l’angoisse est principalement appliquée par les écologues spécialisés en ingénierie écologique et en restauration des écosystèmes (dix entretiens et deux semaines d’observation sur le terrain). Ces écologues conduisent des expérimentations écologiques et travaillent avec des élus et des entreprises qui financent leurs travaux. Grâce aux connaissances qu’ils produisent sur le dynamisme des écosystèmes, ils peuvent relativiser leur angoisse écologique. Ils acceptent la disparition des espèces et la destruction des espaces naturels, et prônent le laisser-faire comme mode de conservation. Or, une partie de leur angoisse persiste à cause de leurs collègues conservationnistes qui veulent contrôler les espaces naturels pour les protéger.

16Deux écologues en offrent l’illustration : Marie est l’une des principales professeures d’écologie en France et a travaillé sur différents projets d’ingénierie écologique ; de son côté Henri, éminent scientifique français de la restauration écologique, a mené différents projets de restauration écologique dans la plaine de Crau (Bouches-du-Rhône). Lors de notre entretien, Marie manifeste ce qu’elle nomme elle-même son « angoisse » face à l’extinction des espèces et aux menaces pour la survie de l’homme (voir tableau 1). Par un ton de la voix haletant, des gestes brusques et des répétitions, elle exprime un sentiment d’impuissance causé par la difficulté de la société à prendre conscience des conséquences de la crise écologique :

Je pense que c’est… que les enjeux, ils sont trop énormes ; les enjeux, ils sont trop complexes. On est sur des, des… un gros problème [tape sur la table], un gros problème [continue de taper tout au long], c’est que les gens ils ont du mal à se projeter et à se représenter ce qu’il se passerait s’il n’y avait plus ci ou ça. (Marie)

17En étouffant ses larmes au cours de l’entretien, elle fait également le récit de situations stressantes, comme dans le cas d’un partenariat avec un élu municipal qui refusait d’intégrer de la nature en ville pour des raisons électorales et qui finit par l’accepter en comprenant que c’était « nécessaire pour la survie de ses enfants ». Selon elle, les acteurs économiques et politiques ne parviennent pas à apporter des réponses à la hauteur des enjeux, à cause d’un manque de prise de conscience ou d’un découragement face à la difficulté de trouver des solutions. Elle semble également affectée par un sentiment d’incertitude qu’elle exprime sous la forme d’un discours haché :

Quand il n’y aura plus de poissons dans la mer, quelles vont être les conséquences sur un fonctionnement général ? On sait que les poissons sont en bout de chaîne… Est-ce qu’on va aller vers une eutrophisation énorme, j’en sais rien ! Donc ça, c’est, c’est, quand même… On ne sait pas prédire ! (Marie)

18Pourtant, Marie souligne, tout comme Henri, le besoin de contrôler cette expérience émotionnelle. « La vision dramatique, non, ça ne passe pas » estime-t-elle. Ces écologues insistent sur le besoin de ne pas se décourager en restant optimistes et en gardant confiance « dans l’être humain ». Ils relativisent leur angoisse non seulement en mobilisant des ressources discursives ancrées, mais, également, en revendiquant un engagement épistémique en rapport avec la complexité des écosystèmes et l’impossibilité de contrôler leurs dynamiques.

  • 12 Henri fait référence au concept de résilience écologique qui signifie la capacité d’un système éco (...)

19Ainsi, Marie commence par rappeler que plusieurs grandes phases d’extinction ont déjà eu lieu et que la disparition des espèces constitue un processus inévitable qui alimente le fonctionnement des systèmes écologiques. Contrairement à ses collègues de la biologie de la conservation, elle reconnaît être affectée par la disparition de certaines espèces mais affirme pouvoir s’en détacher en considérant que les extinctions ont une importance cruciale pour le renouvellement des écosystèmes. De la même manière, Henri avoue aimer tous les types de milieux naturels, y compris les « nouveaux écosystèmes » façonnés par l’action de l’homme. Dans la plaine de Crau, il propose d’accepter que certaines parties de la steppe aient été détruites de manière irréversible et suggère de les laisser évoluer vers d’autres milieux plutôt que de chercher à les restaurer. « La vie finit toujours par revenir, même dans les milieux les plus pollués et radioactifs. Il serait inimaginable que l’homme l’éradique » explique-t-il en se disant confiant dans la « résilience de la vie »12 mais en exprimant également un certain fatalisme. Sur le terrain, j’ai d’ailleurs pu entendre certains de leurs collègues avouer qu’ils ne se sentaient pas directement concernés par la disparition de l’homme et relativiser les conséquences d’un tel événement.

20Plutôt que de chercher à mettre en œuvre des mesures complexes, dont les résultats leur semblent « incertains », « chaotiques » et « hasardeux », comme dans le cas de la restauration écologique, Marie et Henri recommandent d’accepter leur impuissance à agir et à prévoir le futur. Ils proposent de travailler sur les dynamiques des écosystèmes et de s’adapter à leur fonctionnement, seule solution « qui nous permettra de nous maintenir sur terre » (Marie). Étudiant certains écosystèmes laissés à l’abandon, Henri recommande de se débarrasser de ce qu’il nomme « l’angoisse de la gestion active » et de :

[...] laisser faire la nature. Finalement, elle peut nous proposer quelque chose de nouveau, qui, à terme, sera en équilibre avec les nouvelles conditions environnementales issues des changements globaux. Ce sont des systèmes jeunes mais viables, qui vont s’autoorganiser, et qui seront peut-être, dans quelques dizaines, quelques centaines d’années, les joyaux qu’on essaie de conserver maintenant. S’il y avait eu une restauration écologique au néolithique, on n’aurait pas la plupart des milieux qu’on aime maintenant. (Henri)

21La mise à distance avec des espèces irremplaçables et menacées, au profit d’écosystèmes dynamiques qui peuvent posséder différents degrés de perturbation, la remise en cause de l’importance de la disparition de l’homme ainsi que l’impossibilité d’agir sur les écosystèmes en garantissant un résultat aident Marie et Henri à relativiser leur angoisse. Cependant, il persiste chez eux une angoisse suscitée par la volonté de leurs collègues conservationnistes de contrôler les écosystèmes pour les protéger. Chez les écologues de ce groupe, la gestion de l’angoisse invite à revendiquer la production d’un certain type de connaissances sur des écosystèmes complexes et dynamiques dont la conséquence est la promotion de nouvelles politiques de conservation qui s’étendent au-delà des espaces protégés traditionnels pour protéger une nature incertaine et en devenir.

Reconvertir l’angoisse écologique en espoir de réconcilier l’écologie et l’économie

22La deuxième stratégie de gestion de l’angoisse est plutôt mobilisée par des chercheurs de la biologie de la conservation, de l’économie écologique (qui sont très souvent d’anciens étudiants d’écologie qui se sont tournés vers l’économie) et de l’écologie fonctionnelle. Ces chercheurs ont généralement une pratique plus abstraite et théorique que les précédents (utilisation des modèles et des concepts) et peuvent être impliqués dans d’importants réseaux et projets de recherche internationaux. Les connaissances qu’ils produisent sur l’interdépendance entre les humains et les écosystèmes, ainsi que sur l’alliance entre l’écologie et l’économie, leur permettent de reconvertir leur angoisse en espoir de répondre à la crise écologique. Ils proposent d’accepter le système économique actuel et de soutenir un programme d’économisation de la nature, mais leur angoisse persiste face à certains collègues qui refusent de faire des compromis.

23Bérénice, par exemple, est une écologue proche de la biologie de la conservation, impliquée dans des activités de médiation scientifique. Flore est une écologue française de renommée internationale, spécialisée dans l’écologie fonctionnelle. Toutes deux partagent la même angoisse écologique présentée dans les parties précédentes et éprouvent de la tristesse à cause de la destruction des espaces naturels. Comme leurs collègues, elles se sentent impuissantes face à la crise écologique en cours et au peu d’importance qu’y accorde le reste de la société, alors que « toutes les données scientifiques sont pourtant disponibles », insiste Flore (voir aussi la citation de Bérénice dans le tableau 1). En 2005, Bérénice a rédigé trois articles sur la sixième crise d’extinction des espèces, dans lesquels elle répond par l’affirmative à la question : « Devrions-nous avoir peur d’une extinction de masse de plus de 50 % des espèces animales et végétales ? » Rappelant ces résultats « alarmants », elle exprime lors de notre entretien son angoisse au travers de récits au sujet de « la survie de l’homme » et d’une « catastrophe » imminente.

24Pour sortir de leur angoisse, Bérénice et Flore proposent de faire des compromis avec le système économique actuel et d’agir rapidement avec les moyens institutionnels et conceptuels disponibles, même si cela revient à aller à l’encontre des approches de la conservation plus traditionnelles. Elles dominent leur angoisse en se donnant le sentiment d’être utiles et constructives, et en agissant au lieu de rester « bloquées dans des oppositions de principe », comme le dit Flore. Suivant les principes de l’écologie de la réconciliation, Bérénice propose de collaborer avec les acteurs économiques pour « réconcilier » la conservation avec le développement économique. Bien qu’elle reconnaisse la responsabilité de ces acteurs dans la dégradation des espaces naturels, elle se justifie par le besoin d’agir :

Le capitalisme peut fonctionner comme un rouleau compresseur. Mais on est dans une économie de marché, et donc si on la rejette dans sa totalité, par quoi la remplacer ? Il n’y a rien qui est proposé ! Et puis, ça ne se rejette pas comme ça, du jour au lendemain. On ne peut pas attendre que la société soit transformée pour pouvoir faire quelque chose ! (Bérénice)

25Bérénice et Flore ont ainsi été les premières écologues à introduire la notion de SE en France pour communiquer la nécessité de conserver la nature aux acteurs économiques et politiques, en soulignant l’intérêt économique de cette protection. Par contraste avec l’angoisse qu’elle éprouve pour la crise d’extinction, Bérénice place un grand espoir dans la notion de SE qu’elle présente comme un des seuls outils disponibles pour « sauver le monde ». Par exemple, elle peut expliquer que la disparition des insectes pollinisateurs entraînera l’écroulement d’une partie de la production alimentaire. D’autres écologues de ce groupe caressent le même espoir de rendre compatibles le développement et la protection de la nature en empêchant toute perte nette d’espèces ou d’espaces naturels lors de la construction d’infrastructures dans des espaces naturels, grâce à la compensation de ces pertes par des gains équivalents. Au début, Bérénice et Flore ont fait face à l’hostilité de leurs collègues, qui refusaient une approche explicitement utilitariste et économiste. Flore, qui a développé d’importants programmes de recherche sur la notion de SE, reconnaît qu’elle n’avait pas souhaité l’apparition de la notion, mais qu’elle a préféré s’impliquer afin d’en améliorer l’utilisation. Même si elle est d’accord avec une partie des critiques adressées à la notion, elle soutient qu’il fallait agir pour faire face à la crise écologique :

J’ai beaucoup de mal philosophiquement et pragmatiquement avec les gens qui déconstruisent sans rien reconstruire derrière. Déconstruire, ça ne me dérange absolument pas, si ça doit conduire à quelque chose. (Flore)

  • 13 Voir Aubertin et al. (2016) pour une présentation des débats au sujet des relations entre la monét (...)

26Bérénice et Flore, ainsi que les autres chercheurs de ce groupe, travaillent donc à rendre la nature visible par les acteurs économiques et politiques. Leur angoisse écologique se transforme en espoir de sensibiliser ces acteurs à la protection de la nature et de résoudre la crise écologique. Cette reconversion de l’angoisse a pour conséquence l’adoption d’un programme de mise en économie de la nature (appelé aussi économisation ; voir Çalişkan et Callon, 2009), lequel est parfois assimilé à un programme néolibéral13.

Partager et extérioriser son angoisse par l’intermédiaire de dispositifs de sensibilisation

27La troisième stratégie de gestion de l’angoisse concerne des chercheurs qui semblent plus marginalisés au sein de la communauté des écologues et touche un nombre plus important d’étudiants et de retraités, ainsi que de personnes formées en sciences naturelles ou en sciences humaines et sociales. Ces chercheurs sont souvent passionnés par certaines espèces, s’impliquent dans des associations de protection de la nature et entretiennent une méfiance à l’égard des acteurs privés. Pour les mêmes raisons que celles déjà présentées, ils sont profondément angoissés par la crise écologique. Cependant, à la différence des parties précédentes, ces chercheurs s’angoissent car ils ont l’impression que les solutions mises en œuvre pour répondre à la crise vont à l’encontre de cet objectif. Ils produisent alors des connaissances sur les intérêts politiques et économiques soutenus par ces solutions et essaient de partager leur angoisse par l’intermédiaire de dispositifs de sensibilisation. Trois acteurs illustrent la mise en œuvre de cette stratégie : Raoul, un ancien postdoctorant en écologie, Olivier, un professeur d’écologie en retraite passionné par les papillons et Bill, un professeur d’écologie politique.

28À l’occasion d’un stage dans un laboratoire d’écologie dirigé par Flore, Raoul découvre la notion de SE comme un outil pour empêcher la destruction des espaces naturels. Il poursuit ensuite par une thèse dans le même laboratoire et par un postdoctorat dans un laboratoire partenaire. Lors de l’entretien, Raoul indique qu’il voulait « faire de la recherche qui ait des répercussions sur le monde » et qui « soit directement source d’arguments pour le monde réel ». Cependant, il est rapidement choqué par les propos de certains de ses collègues de laboratoire qui affirment : « Moi, je suis écologue et non écologiste. Je fais de la science écologique et pas du discours politique écologiste ». Cette situation l’angoisse car il ne peut pas lutter contre son sentiment d’impuissance alors que, selon lui, les écologues ont conscience de la crise écologique et devraient agir :

La science écologique nous permet de comprendre que la nature est merveilleuse et que la destruction du monde est causée par nos pratiques. Je ne vois pas vraiment comment on peut faire fi de ça… et ne pas essayer d’influencer nos sociétés pour arrêter la destruction. (Raoul)

29Le sentiment d’impuissance de Raoul s’intensifie car les résultats de sa thèse ne lui donnent pas l’impression de « créer de discours qui puissent tenter d’influencer le monde ». En parallèle de ce travail, il effectue des recherches sur l’origine de la notion de SE et comprend qu’elle est soutenue par les défenseurs d’une « économie mainstream ». Jugeant que la notion participe à un système lui-même responsable de la crise écologique, il essaie de communiquer sa découverte à ses collègues lors de présentations, mais ses efforts restent vains. Dans l’impossibilité de partager son angoisse et de pouvoir lutter contre celle-ci, Raoul décide finalement d’abandonner la recherche pour se tourner vers l’enseignement, s’engager dans des activités militantes (associations de conservation de la nature) et essayer d’être plus utile en « changeant les règles de l’institution scolaire ».

  • 14 On peut aussi mentionner l’existence de bandes dessinées ou de documentaires.

30D’autres chercheurs montrent que la notion de SE soutient des intérêts qui sont contraires à la conservation de la nature. Pour Bill, le professeur d’écologie politique, la notion « sert les intérêts du capital et des développeurs, et de ceux qui veulent faire des deals avec la nature sauvage ». Pour Olivier, le professeur en retraite, le programme d’économisation de la nature rend la destruction de la nature invisible au lieu de l’empêcher. Ces deux chercheurs assistent, impuissants, à l’adhésion de leurs collègues à ce qu’ils jugent être responsable de la crise écologique. Incapables de convaincre leurs collègues que ces solutions sont les mauvaises, ils rédigent des livres et des poèmes14 pour exprimer leur angoisse et essayer de convaincre un public plus large d’étudiants et de scientifiques. Ces supports agissent comme des dispositifs de sensibilisation dont le but est de « susciter des réactions affectives (ici l’angoisse) qui prédisposent ceux qui les éprouvent à s’engager ou à soutenir la cause défendue » (Traïni, 2012). Comme dans les réseaux catastrophistes étudiés par Semal (2012), Bill et Olivier activent et renouvellent les ressources symboliques d’un mouvement d’opposition à la monétarisation de la nature. Dans ce cas, ils utilisent l’angoisse pour créer un sens de l’urgence nécessaire à la mobilisation et revendiquer des alternatives aux politiques néolibérales de conservation de la nature.

  • 15 En France, les étudiants doivent étudier la biologie pendant plusieurs années avant d’accéder aux (...)

31Cherchant à partager ce qu’il nomme son « angoisse » face à la monétarisation de la nature, Olivier s’engage dans des discussions avec ses collègues qui notent, lors des entretiens, l’intensité de ces échanges. Lorsqu’il constate son incapacité à les convaincre, il présente ses recherches dans plusieurs textes et ouvrages où il exprime son « angoisse » en insistant sur les dérives éthiques et morales de la monétarisation de la nature. Il revendique également la mise en place d’alternatives à l’évaluation économique pour attribuer une valeur à la nature (voir aussi Maris, 2014). Cette stratégie de diffusion de l’angoisse semble fonctionner auprès de différents scientifiques et étudiants15 qui, lors des entretiens, citent les ouvrages écrits par Olivier et associent la monétarisation de la nature (et sa « mise en vente ») au dépassement d’une frontière éthique qui présagerait de grands malheurs.

32De son côté, Bill effectue des recherches sur l’extension des marchés à la protection de la nature et parle de son angoisse de voir ses collègues participer à un « modèle néolibéral de la conservation, tout en en refusant l’étiquette ». Lors d’une soirée de l’école d’été du réseau de recherche européen Alter-Net sur la biodiversité et les écosystèmes, où sont présents de nombreux scientifiques travaillant sur les SE, Bill déclame un poème critiquant l’évaluation monétaire des SE. Il commence son poème en décrivant son amour de la nature et termine en exprimant l’angoisse ressentie face à l’incapacité de ses collègues à apprécier la nature à sa juste valeur :

  • 16 « Dis-moi, dis-moi, qu’est-ce que la nature vaut réellement ? / Chaque oiseau et chaque fleur, cha (...)

Tell me, tell me, what is nature really worth?
Every bird and every flower, every piece of living earth,
Each life that is lived, every death and every birth
And I won’t commodify no more!16 (Bill)

33Au fur et à mesure qu’il approchait du dénouement où il annonce son refus catégorique de monétariser la nature, Bill raidit son corps, scandant les vers avec une nervosité accrue. Après sa performance, Bill sembla soulagé et plus détendu, faisant des blagues et riant avec les étudiants. Cependant, les effets du poème sur les étudiants semblèrent plus limités car, si certains d’entre eux s’engagèrent dans un long débat au sujet de la monétarisation de la nature, ils ne remirent pas en question leurs recherches sur les SE. Dans ce cas, le poème semble davantage agir comme une méthode de catharsis permettant à Bill de soulager provisoirement son angoisse en lui donnant l’impression d’être utile que comme un dispositif de sensibilisation de ces étudiants.

34Le tableau 3 résume les principales différences entre les stratégies de gestion de l’angoisse écologique et entre les engagements épistémiques des scientifiques.

Tableau 3. Récapitulatif des stratégies de gestion de l’angoisse et des engagements épistémiques associés

Relativiser l’angoisse Reconvertir l’angoisse Partager l’angoisse
Communauté scientifique Écologie de la restauration, ingénierie écologique. Biologie de la conservation, écologie fonctionnelle, économie écologique. Taxonomie, sciences sociales, étudiants et retraités.
Production de savoir Complexité et dynamisme des écosystèmes. Interdépendance humains-écosystèmes. Implications politiques et économiques des politiques de conservation.
Expérience singulière de l’angoisse Volonté des conservationnistes de contrôler les écosystèmes pour les protéger. Absence de posture constructive de certains collègues. Mauvaises solutions à la crise écologique.
Gestion des émotions Minimiser son angoisse en relativisant le problème. Faire des compromis et avoir l’espoir de résoudre la crise écologique. Exprimer son angoisse dans des livres, poèmes etc.
Conséquences éthiques et politiques Sortir de la gestion active et s’adapter au fonctionnement des écosystèmes. Promouvoir l’économisation de la nature. Rejeter la monétarisation de la nature et les politiques de conservation néolibérales.

35Profondément attristés par la destruction des espaces naturels, redoutant des malheurs et des souffrances graves, mais demeurant impuissants et plongés dans l’incertitude, les écologues et leurs collègues s’angoissent. L’article a présenté différentes facettes de leur expérience de l’angoisse et a documenté ce qu’elle leur faisait accomplir dans leurs pratiques de recherche. Pour ce faire, une définition opérationnelle de l’angoisse écologique ainsi que des analyses de son expression et de sa gestion ont été proposées. En mobilisant la notion d’engagement épistémique, j’ai montré que l’engagement des chercheurs dans la production de certaines connaissances, ainsi que leurs carrières et leurs partenariats, leur permettaient de déployer des stratégies variées pour gérer leur angoisse. Certains écologues de la restauration relativisent leur angoisse en documentant le dynamisme des écosystèmes et recommandent d’accepter la disparition des espèces et des espaces naturels. D’autres chercheurs qui produisent des connaissances sur l’interdépendance entre les humains et les écosystèmes, ainsi que sur l’alliance entre l’écologie et l’économie, peuvent reconvertir leur angoisse en espoir de répondre à la crise écologique. Enfin, des chercheurs formés en sciences naturelles et sociales qui analysent les intérêts soutenus par les solutions proposées à la crise écologique partagent leur angoisse en utilisant des dispositifs de sensibilisation. Notons, cependant, que l’analyse ne prétend pas à l’exhaustivité en termes de stratégies de gestion de l’angoisse, certains chercheurs s’écartant des cas typiques ici présentés.

36Les stratégies de gestion de l’angoisse identifiées ont des implications politiques qui ne sont pas nécessairement reconnues, ni stratégiquement utilisées, par les écologues. Dans les deux premiers groupes (3.1 et 3.2), les écologues ont l’impression de dépolitiser la conservation de la nature en la déplaçant vers des questions techniques et économiques, mais semblent, en réalité, l’adapter au fonctionnement du système économique actuel. Ils soutiennent ainsi une flexibilisation des politiques de conservation pour protéger de nouveaux espaces et encouragent un programme d’économisation de la nature. Au contraire, dans le troisième groupe (3.3), les écologues revendiquent une politisation de la conservation de la nature en examinant les intérêts soutenus par certaines notions et en s’engageant dans des activités militantes. L’angoisse écologique est, par conséquent, inséparable des politiques de conservation et permet de comprendre comment les chercheurs soutiennent ou critiquent certaines politiques. Mon analyse de l’angoisse écologique complexifie des résultats précédents sur son rôle en montrant que ses effets sont contradictoires, ambivalents et qu’ils dépendent des modalités de l’expérience des acteurs. En décrivant le fonctionnement de l’angoisse dans le travail des écologues, l’article invite à reconnaître la place des émotions dans la pratique scientifique et à analyser, en particulier, le rôle qu’elles jouent dans les réponses apportées à la crise d’extinction des espèces et de destruction des espaces naturels.

Haut de page

Bibliographie

Albertson Bethany et Gadarian K. Shana, 2015, Anxious Politics : Democratic Citizenship in a Threatening World, New York, Cambridge University Press.

Albrecht Glenn, 2011, « Chronic environmental change : emerging “psychoterratic” syndromes », Climate Change and Human Well-Being, I. Weissbecker éd., New York, Springer.

Aubertin Catherine, Couvet Denis et Flipo Fabrice, 2016, « Une “marchandisation de la nature” ? De l’intégration de la nature en économie », [en ligne], Revue du MAUSS permanente, no 9, [URL : http://www.journaldumauss.net], consulté le 16 décembre 2019.

Blandin Patrick, 2014, « Au leurre de la biodiversité ? », Vraiment durable, no 1, p. 19-41.

Bonneuil Christophe, 2006, « Cultures épistémiques et engagement public des chercheurs dans la controverse OGM », Natures sciences sociétés, vol. 14, no 3, p. 257-268.

Brunet Lucas, 2018, La vie affective des services écosystémiques. Recherche, communication scientifique et protection de la nature, thèse de doctorat en sociologie, université Grenoble-Alpes.

Brunet Lucas, à paraître, « Un transfert de sol incertain. Les surprises de la restauration et de la compensation écologique », Revue d’anthropologie des connaissances.

Brunet Lucas, Arpin Isabelle et Peltola Taru, 2019, « Governing research through affects : the case of ecosystem services science », Science and Public Policy, vol. 46, no 6, p. 866-875.

Brunet Lucas, Tuomisaari Johanna, Lavorel Sandra, Crouzat Emilie, Bierry Adeline, Peltola Taru et Arpin Isabelle, 2018, « Actionable knowledge for land use planning : making ecosystem services operational », Land Use Policy, no 72, p. 27-34.

Çalişkan Koray et Callon Michel, 2009, « Economization, part 1 : shifting attention from the economy towards processes of economization », Economy and Society, vol. 38, no 3, p. 369-398.

Carson Rachel, 2009 [1962], Printemps silencieux, Marseille, Wildproject.

Corbin Juliet M. et Strauss Anselm, 1990, « Grounded theory research : procedures, canons, and evaluative criteria », Qualitative sociology, vol. 13, no 1, p. 3-21.

Courchamp Franck, 2019, « La “cathédrale du vivant” brûle aussi, pourquoi ne faisons-nous rien ? », [en ligne], The Conversation, 18 avril, [URL : https://theconversation.com/la-cathedrale-du-vivant-brule-aussi-pourquoi-ne-faisons-nous-rien-115723], consulté le 16 décembre 2019.

Darrault-harris Ivan, 2009, « L’angoisse, sa mise en discours », Enfances psy, no 1, p. 40-50.

Ehrlich Paul, 1970 [1968], La bombe P, Paris, Fayard.

Flam Helena et Kleres Jochen éd., 2015, Methods of Exploring Emotions, New York, Routledge.

Granjou Céline et Arpin Isabelle, 2015, « Epistemic commitments : making relevant science in biodiversity studies », Science, Technology, & Human Values, vol. 40, no 6, p. 1022-1046.

Head Lesley et Harada Theresa, 2017, « Keeping the heart a long way from the brain : the emotional labour of climate scientists », Emotion, Space and Society, no 24, p. 34-41.

Hochschild Arlie R., 2017 [1983], Le prix des sentiments. Au cœur du travail émotionnel, Paris, La Découverte.

Ipbes, 2019, Summary for Policymakers of the Global Assessment Report on Biodiversity and Ecosystem Services of the Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services [en ligne], [URL : https://doi.org/10.5281/zenodo.3553579], consulté le 16 décembre 2019.

Kapsambelis Vassilis, 2017, L’angoisse, Paris, Presses universitaires de France.

Marcus George E., 2008 [2002], Le citoyen sentimental. Émotions et politique en démocratie, Paris, Presses de Sciences Po.

Maris Virginie, 2014, Nature à vendre. Les limites des services écosystémiques, Versailles, Éditions Quæ.

Millennium Ecosystem Assessment, 2005, Ecosystems and Human Well-being : Synthesis, Washington, Island Press.

Milton Kay, 2002, Loving Nature : Towards an Ecology of Emotion, Londres-New York, Routledge.

Pihkala Panu, 2018, « Eco-anxiety, tragedy, and hope : psychological and spiritual dimensions of climate change », Zygon, vol. 53, no 2, p. 545-569.

Robbins Paul et Moore Sarah A., 2013, « Ecological anxiety disorder : diagnosing the politics of the Anthropocene », Cultural geographies, vol. 20, no 1, p. 3-19.

Rodriguez Laura, Devictor Vincent et Maris Virginie, 2018, « L’articulation entre savoirs et actions dans trois dispositifs environnementaux : conservation, évaluation d’impact et restauration » [en ligne], VertigO : la revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 18, no 2, [URL : https://journals.openedition.org/vertigo/20879], consulté le 16 décembre 2019.

Semal Luc, 2012, Militer à l’ombre des catastrophes : contribution à une théorie politique environnementale au prisme des mobilisations de la décroissance et de la transition, thèse de doctorat, université Lille 2.

Semal Luc, 2019, Face à l’effondrement. Militer à l’ombre des catastrophes, Paris, Presses universitaires de France.

Traïni Christophe, 2012, « Entre dégoût et indignation morale. Sociogenèse d’une pratique militante », Revue française de science politique, vol. 62, no 4, p. 559-581.

Wilkinson Iain, 2002, Anxiety in a Risk Society : Health, Risk and Society, Londres, Routledge.

Williams Raymond, 1977, Marxism and Literature, Oxford, Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1 L’auteur souhaite remercier les relecteurs anonymes ainsi que les coordinateurs de ce numéro sur l’angoisse pour leurs commentaires précieux. L’écriture de l’article a été financée par la fondation KONE et l’université de Tampere en Finlande. Il reprend également des recherches doctorales financées par la région Rhône-Alpes et l’Irstea. Ce travail n’aurait pas pu voir le jour sans la patience des écologues rencontrés et leurs témoignages passionnants.

2 Loin d’être une discipline unifiée, l’écologie se déploie en suivant différents courants de pensée (Granjou et Arpin, 2015). Elle est également complétée par d’autres disciplines qui documentent l’impact des sociétés humaines sur les espaces naturels, telles que la biologie de la conservation ou l’écologie politique.

3 Sur les mouvements catastrophistes et les théories de l’effondrement, on pourra également lire l’ouvrage récent de Semal (2019).

4 Ecological anxiety chez Robbins et Moore (2013) ou eco-anxiety chez Albrecht (2011). Le terme angoisse est souvent traduit par le terme anxiety en anglais (voir Kapsambelis, 2017).

5 Certains auteurs, comme le philosophe Glenn Albrecht, ont développé un lexique pour caractériser les variantes de l’angoisse écologique, ou « syndromes psychoterratiques » (Albrecht, 2011). Ils proposent par exemple la notion d’écoparalysie pour désigner l’apathie et le désengagement des problématiques environnementales. Lorsque les individus quittent le foyer familial et regrettent de ne plus pouvoir faire l’expérience de certaines espèces ou certains lieux, les auteurs parlent de « nostalgie écologique ». Poursuivant cette réflexion, Albrecht (2011) propose la notion de « solastalgie » pour décrire la nostalgie d’espèces et environnements disparus ressentie par des individus qui n’ont pas quitté leur foyer.

6 Organe créé en 1988 par l’Organisation météorologique mondiale et le Programme des Nations Unies pour l’environnement.

7 Groupe international d’experts officiellement créé en 2012 sous l’égide des Nations Unies.

8 Dans la littérature de langue anglaise, les auteurs distinguent parfois les concepts d’emotional labour et d’emotional work, en particulier pour distinguer les contextes professionnel et privé. Suivant Head et Harada (2017), je préfère utiliser le terme plus général de « stratégies de gestion émotionnelle » dans la mesure où les écologues ne travaillent pas directement au contact du grand public, mais font néanmoins l’expérience d’émotions dans leur travail.

9 Voir [URL : extinctionrebellion.fr/], consulté le 16 décembre 2019.

10 En suivant cette méthode d’analyse de l’expression de l’angoisse, je ne m’intéresse pas à ses symptômes physiologiques majeurs (insomnies, crises, dépression), comme le proposerait une démarche strictement psychologique, mais à son expression « sous forme de signifiants discursifs [… montrant l’]inquiétude […,] un scénario réitéré sur lequel le sujet n’a pas prise » (l’impuissance) et la tristesse (Darrault-Harris, 2009). Il est fréquent que ces différents aspects se superposent dans le discours de mes interlocuteurs. Pour une application de cette méthode à des analyses sociologiques en langue anglaise, on pourra se reporter à l’ouvrage de Flam et Kleres (2015).

11 Si l’angoisse est l’objet de cet article, ce n’est pas la seule émotion impliquée dans la réponse des écologues à la crise écologique. Voir Brunet et al. (2019) pour une présentation du rôle de l’excitation et de l’enthousiasme ; voir Brunet (à paraître) sur la surprise ; voir également Brunet (2018) pour d’autres émotions.

12 Henri fait référence au concept de résilience écologique qui signifie la capacité d’un système écologique à revenir à son état de référence après une perturbation.

13 Voir Aubertin et al. (2016) pour une présentation des débats au sujet des relations entre la monétarisation des services écosystémiques, la compensation écologique et un programme néolibéral.

14 On peut aussi mentionner l’existence de bandes dessinées ou de documentaires.

15 En France, les étudiants doivent étudier la biologie pendant plusieurs années avant d’accéder aux parcours d’écologie et peuvent hésiter entre différentes disciplines. Raoul, comme d’autres anciens étudiants en biologie, a choisi l’écologie en raison des fondements éthiques de la discipline et se dit préoccupé par la monétarisation de la nature.

16 « Dis-moi, dis-moi, qu’est-ce que la nature vaut réellement ? / Chaque oiseau et chaque fleur, chaque morceau de terre vivante, / Chaque vie vécue, chaque mort et chaque naissance / Et je ne monétariserai plus ! »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucas Brunet, « Face à l’angoisse écologique : stratégies émotionnelles et engagements épistémiques en sciences de l’environnement »Tracés. Revue de Sciences humaines, 38 | 2020, 103-122.

Référence électronique

Lucas Brunet, « Face à l’angoisse écologique : stratégies émotionnelles et engagements épistémiques en sciences de l’environnement »Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 38 | 2020, mis en ligne le 12 janvier 2021, consulté le 23 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/traces/11342 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traces.11342

Haut de page

Auteur

Lucas Brunet

chercheur associé, université de Tampere, Finlande, et université technique de Munich, Allemagne

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search