Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros39Documenter l’université qui lutte

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Documenter l’université qui lutte

Documenting the struggling university
Tracés et Camille Noûs
p. 7-22

Texte intégral

À l’arrêt

1Au début de l’année 2020, le carnet en ligne de Tracés publiait un billet intitulé « Tracés se joint à la grève contre la réforme des retraites et la LPPR ! »1. Le voici :

  • 2 Ces acronymes caractérisent des fonctions supports dans l’enseignement supérieur et la recherche, (...)
  • 3 Billet « En grève », publié le 6 janvier 2020 sur le carnet hypotheses.org de Genèses [URL : https (...)
  • 4 Cycle « Les sciences humaines et sociales au travail » : [URL : https://journals.openedition.org/t (...)

Le 8 janvier 2020, des travailleurs et travailleuses de nombreux secteurs entament leur 35e jour de grève [contre le projet de réforme des retraites]. Contrairement à ce que veut faire croire le gouvernement, ce mouvement ne concerne pas la seule préservation des régimes spéciaux ou de privilèges corporatifs spécifiques. Il s’agit de défendre un système de protection sociale mais aussi des valeurs telles que la solidarité, l’idée de service public, de justice sociale.
Notre comité de rédaction est particulièrement sensible, par sa composition et ses intérêts scientifiques, aux situations de précarité dans le monde universitaire, tant du côté de l’enseignement, que de la recherche et des fonctions support (Biatss, IT2), ainsi que chez les étudiant-e-s.
En suivant l’initiative prise par Genèses. Histoire et sciences sociales3, nous nous mettons en grève et interrompons l’ensemble de nos activités éditoriales. Nous entendons par là participer à la lutte contre la réforme des retraites qui, comme celle du chômage, va toucher de plein fouet le monde universitaire, en particulier les plus précaires. Nous entendons aussi dénoncer la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), dont les conditions d’élaboration restent opaques, et dont les documents préparatoires prouvent qu’elle va encore fragiliser les conditions de production des savoirs et de transmission des connaissances, en dépit de constats clairs sur les besoins (emplois pérennes, accroissement des financements fondamentaux, faiblesse des salaires, etc.).
Notre comité de rédaction, attentif aux conditions de travail dans les sciences humaines et sociales4, juge insupportables les situations de sous-emploi ou d’emploi précaire dans lesquelles se trouvent de nombreux et nombreuses et talentueux et talentueuses jeunes collègues, en raison de la réduction drastique des emplois pérennes à l’université et dans les établissements de recherche.
Plus encore, nous sommes très inquiètes et inquiets devant la précarisation des emplois de Biatss – dédiés à des fonctions d’édition par exemple – emplois très qualifiés et indispensables à la diffusion de nos disciplines. Or, l’actuelle structuration de l’emploi – carrières hachées, internationales, sous-payées – va empêcher le personnel de l’enseignement supérieur et de la recherche d’atteindre un niveau acceptable de retraite.
En soutien et en participation aux luttes en cours, le comité de rédaction de Tracés. Revue de sciences humaines a décidé de se mettre en grève, tout en étant conscient de la singularité d’une telle résolution pour des travailleurs du champ intellectuel et des producteurs de biens symboliques. Le comité appelle à participer aux journées de mobilisation des 9, 10 et 11 janvier 2020 et invite à réfléchir à toute forme d’action pour soutenir la lutte contre la réforme des retraites et une autre politique de l’enseignement supérieur et de la recherche.

2Parallèlement à notre mouvement de grève, et tout au long de l’année confinée de 2020, les revues en lutte5 sont devenues un collectif de plus de 150 revues, la plupart francophones et de sciences humaines et sociales. Deux assemblées générales ont eu lieu avant le confinement ; une banderole est créée, joyeusement présente dans les défilés parisiens ; ces revues en lutte créent même leurs propres cérémonies (de remise de carnets blancs, vides, délivrés aux services du Ministère, préfigurant le contenu des revues post-LPPR) et leur propre revue – de cabaret – pour une flashmob inventive6). En dehors de la rue, d’autres actions collectives sont menées : un éditorial est écrit en commun puis publié tour à tour par chacune des revues qui éditent un numéro. Camille Noûs7 fait son apparition à l’initiative du collectif « Rogue ESR » et devient un-e coauteur-e régulier et regulière d’articles, voire un cocoordinateur ou une cocoordinatrice de numéros, qui visibilise la lutte en détournant les logiques bibliométriques, mais aussi les logiques genrées par le choix d’un prénom épicène. Le fameux « pot commun » se met en place, au sein duquel les revues déposent des articles que les autres revues pourront republier librement dans leur propre numéro « en lutte » ou « mobilisé », sans signature d’auteur-e si ce n’est précisément Camille Noûs (ou des collectifs en lutte). Enfin, parmi ces principales actions, signalons la tenue cet automne d’un premier parlement des revues en lutte, malgré la distance, et la promesse de futures sessions de ce parlement.

  • 8 En accès libre [URL : https://journals.openedition.org/traces/8803], consulté le 6 janvier 2021.
  • 9 « Le cauchemar de Darwin », billet Academia, Antoine Chambert-Loir, 19 décembre 2019 [URL : https: (...)
  • 10 « Faire tâche d’huile et œuvre utile chez les chercheurs : dix revues en grève illimitée », actual (...)

3Avant la décision de rejoindre la grève, nous avons été traversé-e-s, comme toute revue en lutte, par un ensemble de questionnements et de doutes, non étrangers au travail collectif qui venait d’aboutir avec la parution de notre hors-série 2018 « Faire revue »8, consacré à l’économie des revues, aux conditions matérielles et professionnelles de leur production ainsi qu’à leur réception. Comment faire en sorte que la mobilisation annoncée bruyamment ne soit pas qu’un slogan creux, voire qu’elle ne s’avère pas contreproductive ? Qui, dans une revue, peut effectivement faire grève, si ce n’est les personnes salariées ou rémunérées à la tâche, l’éditrice ou l’éditeur de métier, ou le ou la secrétaire de rédaction attitré-e, à condition déjà d’en avoir un ou une ? Quel sens cela peut-il avoir pour les personnes qui ne travaillent pas formellement ou à titre principal « pour » la revue, notamment les personnes non titulaires du comité de rédaction qui s’y investissent bénévolement et celles qui remplissent un ensemble de tâches aux différents échelons de la chaîne éditoriale (traduction, mise en page et graphisme, relecture, correction, mise en forme, impression, communication, etc.), mais qui le font pour une pluralité de revues et de publications ? Par ailleurs, quelle forme doit prendre la lutte pour être véritablement efficace ? Face à la transformation ultraconcurrentielle, voire darwinienne9, du marché des carrières dans l’enseignement supérieur et la recherche, faut-il allier à la déclaration de principes de la mise en grève une politique de soutien à la jeune recherche, dont les conditions d’intégration dans l’université se précarisent de plus en plus ? En ce sens, ne faudrait-il publier que des jeunes auteur-e-s, ou que des non-titulaires ? Faudrait-il leur donner les clés de la rédaction, comme cela a pu être demandé sur une importante liste de diffusion ?10

4À ces enjeux s’ajoutent des considérations plus pratiques : au sein d’un paysage éditorial marqué par une pluralité d’activités et de métiers, de modèles économiques et de savoir-faire, il faut notamment compter avec une temporalité spécifique qui place les rédactions face à de véritables dilemmes. Ce qu’elles bloquent au moment de la grève est le produit d’un long travail qui a eu lieu pour partie il y a longtemps : recevoir des textes (directement ou par le biais d’un appel argumenté), les faire évaluer par des spécialistes du domaine, communiquer ces évaluations aux auteur-e-s et entrer avec elles et eux dans un processus de réécriture (d’une deuxième voire d’une troisième version), finaliser les dossiers dans le respect d’un calendrier éditorial qui tolère peu d’aléas, les relire, les corriger, les mettre en forme, les maquetter puis les mettre en ligne ou les imprimer, etc. Au sein de la revue Tracés, cela requiert en général deux ans. Cela signifie notamment que si les revues en lutte voulaient documenter ou analyser le mouvement actuel à leur manière (c’est-à-dire sans renoncer à ce qui fait leur spécificité, leurs pratiques et leurs procédures), les analyses ne pourraient être publiées qu’avec un grand retard sur la conjoncture, au risque d’être déconnectées de la mobilisation et du contexte politique dans lequel elles ont pris leur source. C’est dans ce cadre que nous avons décidé de privilégier la forme du document plutôt que celle de l’article. La solution retenue pour ce numéro spécial « En lutte » consiste en effet à documenter le mouvement de grève, plutôt que de recourir à des analyses, qu’il s’agisse de tribunes publiées par des chercheurs et chercheuses mobilisé-e-s ou d’articles plus académiques. Pour cela, nous avons sélectionné un certain nombre de textes rédigés et déposés dans l’effervescence des luttes par plusieurs de nos collègues dans un pot commun au bénéfice du collectif, administré par le comité de mobilisation des revues en lutte (voir ci-dessous)11. Nous avons privilégié une forme documentaire brute, notion très relative que nous comprenons ici comme une intervention éditoriale minimale sur les objets publiés. L’idée était aussi de valoriser les productions des enseignants-chercheurs et enseignantes-chercheuses dans la mobilisation, elles et eux-mêmes devenus sujets de phénomènes qui pourront être analysés a posteriori.

  • 12 Dans les listes de discussion comme lors des AG ou du parlement des revues en lutte. Précision sur (...)

5Mais là encore, la fabrication d’une telle publication révèle les contraintes et limites posées par la forme revue à la communication en temps de crise, à l’espace-temps de la mobilisation universitaire par rapport à celui de l’édition scientifique et de ses normes. En effet, publier ou republier ces documents produits dans l’urgence rencontre la nécessité d’une standardisation qui relève du format comme du droit. Par exemple, il a fallu reconstituer le chemin de la propriété intellectuelle pour reproduire des textes ayant déjà été publiés ailleurs, des images créditées au droit d’auteur, autant de documents pourtant versés au pot commun pour être réutilisés librement, du moins en théorie. Autant de contraintes auxquelles le collectif, celui de Tracés ou plus largement des revues en lutte en contexte de mobilisation, n’aura que peu eu le temps de réfléchir, même s’il savait que le mouvement prenait le risque de générer, à rebours de ses arguments de lutte, du surtravail pour les personnels de l’édition qui exercent déjà dans des conditions difficiles – comme l’ont bien relevé les éditeurs et éditrices mobilisé-e-s au sein des revues en lutte12. Au-delà, les injonctions contradictoires sur l’économie des revues peuvent aboutir à des situations paradoxales : ainsi, un texte versé librement au pot commun et mis a priori à disposition de tou-te-s peut, s’il est republié par une revue en lutte, se retrouver derrière une barrière payante, si la revue en question est diffusée sur une plateforme en accès restreint.

6Autre questionnement (d’une liste qui pourrait être allongée à l’envi) : si nos modalités d’évaluation des textes donnent tous les gages d’un processus vertueux ou, dans tous les cas, consensuel dans les pratiques scientifiques contemporaines internationales (en assurant notamment l’anonymat réciproque des personnes soumettant des articles et de celles qui les évaluent, etc.), elles se trouvent aussi enchevêtrées dans les critères de « l’excellence » que nous reprochons à la LPPR et plus globalement à la pente actuelle de l’enseignement supérieur et de la recherche en France comme ailleurs. En effet, le système d’évaluation par les pairs (peer review) a pu devenir, dans les politiques contemporaines de managérialisation de la recherche, un des paramètres techno-bureaucratiques dont les critères quantitatifs conduisent à standardiser non plus seulement la forme, mais le contenu des textes scientifiques, ou à sauver certaines revues pour mieux en condamner d’autres. Dans cette optique, force est de reconnaître que Tracés, comme toute revue scientifique, produit aussi de la sélection par « l’excellence ». Si nous assumons notre modèle d’évaluation par les pairs, idéalement présenté dans nos consignes aux auteur-e-s13, en ce qu’il permet des discussions fécondes et productives sur les textes, nous tenons aussi à lutter contre la restriction, darwinienne et autoritaire, de l’espace des savoirs déployé par les revues de sciences humaines et sociales et de la diversité de leurs pratiques de publication. C’est aussi une des raisons pour lesquelles ce numéro « En lutte » se départit du processus d’évaluation habituel – ce qui est d’ailleurs aussi le cas de tous nos hors-séries annuels, afin de créer un espace pour d’autres écrits et d’autres regards.

7Et précisément, arrêter les revues ou se déclarer « revue en lutte » contre la LPPR conduit à ne plus éluder cette dimension : quelle est la part d’accréditation que les revues, volontairement ou non, véhiculent, au-delà de la simple confection d’un savoir intéressant, utile, cumulable ? Quelle est la part de violence symbolique que les revues ne manquent pas d’occasionner, en convoquant les chercheurs et chercheuses à alimenter leurs numéros à venir, sous la forme d’un appel à contributions, puis en se donnant la possibilité de les refuser ? Si les raisons d’un refus sont souvent entrelacées et forcément relatives malgré un cadre normé (par exemple, le privilège donné à l’équilibre thématique et épistémologique d’un numéro peut conduire à écarter des textes ayant reçu des évaluations positives), il peut être vécu par les auteur-e-s qui nous ont confié leurs textes comme une forme d’échec professionnel, sans compter le crédit qu’apporte (ou non) une publication dans la course à l’emploi universitaire. Quelle est alors la part d’ombre – de violence, de mortification, d’humiliation – qu’un système normalisé de publication peut générer, dans un contexte ultraconcurrentiel de fonctionnement du marché de l’enseignement supérieur et de la recherche, comme celui que la LPPR vise à renforcer ?

Reprise

8Ces questionnements ne sont pas une manière de se réfugier dans les atermoiements, mais au contraire de rendre vivant notre arrêt des activités, avec notamment la volonté que la formule « Tracés se joint à la grève » ne soit pas que des mots vains, qui n’auraient que l’apparence du sens et de l’engagement. Mais ces questionnements, il faut le dire, ont été aussi brusquement interrompus par le confinement en France en raison de la pandémie de Covid-19, qui nous ramène à nos propres vulnérabilités, précarités, fragilités. Dès lors, l’arrêt des activités, décision politique de la revue, se mue subrepticement en empêchement des activités, contrainte qui s’exerce sur nous comme sur la plupart des travailleurs et travailleuses de la planète.

9Quand s’est imposée la décision de reprendre les activités de la revue courant avril, c’est une reprise bien paradoxale, tout aussi empêchée ou empêtrée, qui s’est dessinée : comment (re)faire ou (re)prendre les numéros en cours ou à venir, alors que fabriquer des dossiers n’est pas la priorité ni pour le comité de rédaction, ni pour les auteur-e-s – et pour personne en réalité ? Il faut s’occuper des enfants, chercher du travail, accompagner les étudiant-e-s… : il faut déjà prendre soin de soi et des autres. Sans compter la fatigue, voire l’épuisement général qui a aussi composé cette expérience collective, ainsi que le repli sur la cellule familiale ou individuelle occasionné par le confinement. Bref, organiser une vie ordinaire dans un moment extraordinaire a été la priorité de la rédaction, comme de tant d’autres personnes.

Documenter

  • 14 Appel à articles « Faim » de la revue Tracés, publié sur son carnet le 1er janvier 2019, [URL : ht (...)

10Cette reprise paradoxale s’inscrit donc dans un mouvement d’engagement, engagement interne à Tracés et engagement collectif pour les revues en lutte, de mobilisation face à la situation politique et de fragilisation de nos activités du fait de la crise sanitaire. C’est dans ces conditions, cahin-caha, qu’est adoptée l’idée de chambouler notre calendrier : le premier numéro à paraître après la grève a bien été celui prévu, presque finalisé avant les événements : notre numéro 38 « Angoisse », dont le thème résonne particulièrement avec l’actualité récente. Toutefois, le numéro 39 n’est pas celui qui était initialement projeté, sur les batailles et les politiques de la faim (qui a été repoussé pour devenir notre futur numéro 40)14, mais le volume que vous avez entre les mains. Et comme 2020 ne sera décidément pas une année comme les autres et qu’il ne faut pas mettre la poussière sous le tapis en faisant comme si de rien n’était : pour la première fois depuis 2008, la revue ne publiera pas de hors-série cette année et se contentera des deux numéros courants. Tout simplement en raison de cette précarité : nous n’y arriverons pas, il est impossible d’étirer le temps, d’augmenter nos forces, de bouleverser à ce point l’ordre de nos priorités…

11La décision de changer de thématique est liée au désir de faire un numéro mobilisé qui rende compte de ce qui s’est joué au cours de cette année inhabituelle. Et puisqu’il n’est pas possible dans cette temporalité de fabriquer des articles comme nous le faisons habituellement, l’enjeu devient précisément de penser et de faire un pas de côté par rapport à nos manières de faire, et par rapport aux contenus mêmes qui sont les nôtres. Cela vient compléter la démarche au ralenti que nous avons adoptée cette année et d’autant plus avec ce numéro. Documenter, c’est faire ce pas de côté aussi comme manière de refuser une course à l’excellence qui nous demande de produire plus et plus vite, et dans un système d’évaluation toujours plus global et complexe. Plus qu’une autocritique, ce numéro suggère de se repositionner au sein d’un processus temporel scientifique dans une nécessaire et salutaire lenteur, et donc de prêter plus d’attention à la matière des sciences humaines et sociales, ainsi qu’à la fabrique de ses écritures. C’est ainsi que se déploie l’idée de documenter ce dans quoi nous nous sommes engagé-e-s et ce par quoi nous avons été pris-es au cours de cette année 2020.

12Ce geste de « documenter » peut être éclairé par le travail récent de Joëlle Le Marec sur l’intrication entre savoirs et précarité, peu visibles dans les « modèles pauvres de la recherche collective contemporaine, réduits le plus souvent à des discours et non à ce qui s’y vit » (2020, p. 36). Il renvoie plus largement à un certain matérialisme situé (López Alós, 2019) qui s’attache à penser les conditions concrètes de réalisation du travail scientifique comme partie prenante de ce dernier et non comme un simple décor matériel, ce qui signifie « ne surtout pas prétendre nier ou régler ces écarts mais à chercher comment se réapproprier d’autres manières d’exercer nos responsabilités dans un monde que nous voulons plus habitable, moins violent pour tant d’entre nous, plus égalitaire, plus juste, plus ouvert » (Le Marec, 2020, p. 56). Avec le confinement, ces conditions ont été mises à rude épreuve. À l’instar de la réflexion de Virginia Woolf sur le fait de disposer ou non d’un « lieu à soi », d’un espace physique pour travailler intellectuellement – espace dont les femmes sont souvent privées –, ce numéro s’interroge sur ce qui permet matériellement de produire un savoir, et éclaire ainsi les inégalités invisibles qui traversent nos espaces intellectuels, rendues manifestes voire exacerbées par le confinement. Au-delà des canaux académiques de production et de publication du savoir, c’est aussi la diffusion pédagogique de ce savoir qui a posé cette question : l’enseignement universitaire en « distanciel » qui a été pratiqué quasiment tout au long de l’année 2020 – et qui se poursuit encore pour on ne sait combien de temps – l’a illustré. Les inégalités sociales et la précarité de la condition étudiante ont rendu criante la différence entre une minorité capable de suivre un enseignement numérique et dématérialisé, et une majorité en situation de décrochage.

13Avec ce numéro, il s’agit aussi de montrer, par un retournement de balancier, que nos activités de recherche, et la principale d’entre elles, la documentation empirique, sont bien plus partagées dans le monde social que nous le croyons. Il s’agit alors en quelque sorte de redoubler l’interrogation de Virginia Woolf sur la place des femmes à l’université, ainsi que sa reprise malicieuse par Vinciane Despret et Isabelle Stengers (Woolf, 2012 ; Despret et Stengers, 2011), et de remettre sur le métier les questions portées par ces femmes qui « ont refusé de séparer les savoirs de la question de qui produit ces savoirs et de comment ils sont produits » (Despret et Stengers, 2011, p. 28). Redoubler ces questions consisterait à montrer que mener l’enquête n’est pas une activité réservée aux personnes, aux statuts et aux moments de l’académie, mais qu’elle traverse plus largement le monde social. Notamment, les documents rassemblés ici voudraient rendre manifeste la continuité entre analyse et mobilisation, entre les différentes positions des personnes engagées dans ces documents ; ou du moins insister sur la nécessité de ne pas durcir leurs différences, d’essayer de saisir (en les donnant à voir) leurs enchevêtrements. C’est la prouesse que cherche à réaliser l’article « Réinventons l’enseignement supérieur après la pandémie : un manifeste slow science » en n’oubliant personne dans le manifeste, y compris les plus invisibilisé-e-s des invisibilisé-e-s (non seulement les étudiant-e-s, doctorant-e-s et petites mains des laboratoires et de l’université, mais aussi les agents d’entretien, de sécurité…). Mais penser les enchevêtrements requiert aussi une interrogation frontale de l’imbrication des rapports des pouvoirs qui parcourent le débat public aussi bien que les universités : à travers la distance créée entre titulaires et non-titulaires, entre chercheurs et chercheuses racisé-e-s et non racisé-e-s (par exemple, si Camille Noûs est inclusive du point de vue du genre, elle ne l’est pas sous cet angle – voir l’entretien « Bienvenue en France ! »). Nous n’oserons certes pas parler d’intersectionnalité pour ne pas effrayer le ministre de l’Éducation nationale15, mais l’idée y est.

14« Think we must » concluait Virginia Woolf dans Trois guinées ; Maria Puig de la Bellacasa (et Despret et Stengers à sa suite) proposait de traduire l’expression en gardant l’inversion : « Penser nous devons » (Despret et Stengers, 2011, p. 28). Il s’agirait désormais d’un : « Lutter ensemble nous devons ». À condition de penser ensemble les conditions d’une lutte commune, de réinventer nos luttes et de nous montrer assez hospitaliers et hospitalières pour que ensemble y ait encore et vraiment un sens. Un autre élément issu de cette année et de la perspective que nous proposons sur les savoirs de(puis) la précarité consisterait à poser le problème sur le plan plus collectif des revues, et au-delà, à formuler un constat général sur l’absence d’innocence des sciences et des pratiques qui les fondent. Que les revues tiennent (et tiennent en partie le système d’évaluation du monde de la recherche) ne doit pas occulter le fait que cela n’est que provisoire, fragile, temporaire : elles tiennent, en quelque sorte, mais seulement jusqu’à maintenant. Cela doit aussi inviter à repenser les modes de diffusion des savoirs, jusqu’au langage par lequel nous les construisons et transmettons – savoirs tout aussi précaires et transitoires que ces revues. Tel est le chemin que tentent de tracer les textes-documents réunis dans ce numéro.

« Lendemain de vote : l’université qui vient »

15Le numéro s’ouvre sur une description désillusionnée du fonctionnement de l’université nord-américaine à partir d’une expérience personnelle de doctorat. L’auteur y raconte le règne imbécile du chiffre, que celui-ci réponde à la logique du combien (combien d’articles ? combien de communications ? combien de financements ?) ou de l’évaluation (évaluation permanente par les membres du département, par les étudiant-e-s qui assistent aux cours, par les instances administratives de l’université, etc.). Cette loi de la quantification et de la classification a pour premier effet de donner lieu à des parcours universitaires longs mais par à-coups : les demandes de subvention toujours à renouveler favorisent une recherche à la fois court-termiste et incessante, faisant ainsi parcourir aux impétrant-e-s la distance d’un marathon, mais en sprintant. Pris-es dans de telles logiques, les chercheurs et chercheuses ne peuvent manquer de développer des techniques pour parvenir à jouer le jeu sans y laisser trop de plumes. Rentabiliser la moindre production scientifique en la déclinant sous toutes ses formes possibles (articles, communications, cours, actes, etc.), dans le seul but de pouvoir remplir toutes les cases du CV standardisé qui fait partie des dossiers de financement, est l’une de ces techniques. La cosignature d’un titulaire et d’un non-titulaire en est une autre, sorte de win-win qui permet au premier de s’approprier à peu de frais le travail du second, et au second d’augmenter son capital symbolique grâce à la renommée du premier. C’est ainsi que quantification et classification ont pour seconde conséquence de construire une université sans recherche autre qu’une recherche perpétuelle de financement, une junk recherche sans lectorat, puisqu’au final plus personne n’a de temps pour lire ce qu’écrivent les collègues. C’est donc sur un ton dépité que ce texte décrit le modèle sous-jacent à la LPPR, en pointant les risques et les dérives si prévisibles de « l’université qui vient ».

« En dix chiffres, la destruction néolibérale de l’université publique »

16Dans un court texte combatif, Hugo Harari-Kermadec s’applique à chiffrer rigoureusement les conséquences de la libéralisation de l’enseignement supérieur et de la recherche depuis les dix dernières années. Toujours plus d’étudiant-e-s et toujours moins de profs recruté-e-s, toujours plus de travail non payé et toujours moins de moyens pour chercher et enseigner correctement… Sauf dans les universités d’élite bien sûr ! Ils montrent ainsi ce que représentent, en valeurs absolues et relatives, la dégradation des conditions d’étude, l’augmentation des contrats précaires dans tous les secteurs de l’ESR ou encore l’énorme perte de temps et d’argent que génère la recherche de financements par projets. Finalement, si ce texte offre des données quantitatives claires sur l’évolution récente des politiques publiques en matière de recherche et d’enseignement, il fournit aussi (et surtout) des arguments précieux contre l’avènement d’un capitalisme cognitif et donc pour défendre l’université ouverte, juste et gratuite que l’on veut sauver.

« Bienvenue en France ! » Entretien avec Les malvenu-es de l’université, collectif « Etrangèr-es et division internationale du travail scientifique » de la coordination des Facs et labos en lutte

17Le 16 janvier 2020, lors des états généraux des Facs et labos en lutte tenus à l’université Paris-Diderot, le collectif « Etrangèr-es et division internationale du travail scientifique » a vu le jour. Formalisant des mobilisations préalables, notamment contre le plan « Bienvenue en France » prévoyant la hausse des frais d’inscription pour les étudiant-e-s étrangers et étrangères et une délocalisation de l’offre de formation française à l’étranger, ce collectif tend à faire entendre les revendications des étrangers et étrangères – étudiant-e-s, statutaires, personnels administratifs, etc. – présent-e-s au sein de l’enseignement supérieur et la recherche. Pointer la dimension intrinsèquement internationale de l’ESR invite non seulement à s’émanciper du cadre de références françaises pour penser le monde actuel mais également à transcender ces mêmes frontières quand il s’agit de construire les modalités des luttes communes.

18En juillet 2020, la rédaction de Tracés a rencontré sept membres du collectif pour un entretien qui a pris la forme d’une discussion à bâtons rompus au cours de laquelle il a, entre autres, été question de revenir sur la genèse du collectif, sur les différentes formes de précarisation des étrangers et étrangères au sein de l’ESR, sur la difficulté à faire entendre une voix autonome pour les étrangers et étrangères dans le cadre des mobilisations contre la LPPR et sur les horizons de luttes qui convergeraient enfin. C’est cette discussion libre, qui n’a pas « la tête d’un entretien », que nous reproduisons dans ces pages.

« Conversations sur la formation et la précarité professionnelles au Conservatoire populaire »

19De ses formateurs et formatrices à ses auditeurs et auditrices, la figure du professionnel du travail et « au travail » traverse l’histoire du Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) depuis sa fondation en 1794 où il se donne pour mission « d’enseigner à tous et partout ». Si le rapport au travail est bien au cœur du processus de réformes dont l’enseignement supérieur et la recherche ne connaissent que certaines vagues et certains reflux, alors le documenter par le biais d’une institution dédiée aux savoirs et pratiques liés au travail apporte une réflexivité fertile. En effet, les professionnel-le-s du travail, qu’ils soient en position de passeurs et passeuses, de critiques, ou d’apprenant-e-s sont nécessairement concerné-e-s par les réformes en cours. À cet égard, début mars 2020, on assiste à une réappropriation critique de la mission du Cnam avec la tenue des journées du Conservatoire populaire, organisée par des participant-e-s à la mobilisation antiréforme LPPR, dans la lignée de celle contre la réforme des retraites en 2019.

20Dans une série d’enregistrements et d’entretiens menés in situ pendant ces trois jours (et dont une sélection est transcrite dans ce numéro), les intervenant-e-s et l’audience discutent de deux problématiques majeures portées par la mobilisation des acteurs et actrices dans le contexte spécifique du Cnam, pour ce qu’elles prennent un sens particulier dans l’histoire du grand établissement et dans le quotidien de ses personnels et de ses publics : la formation et le statut des travailleurs et travailleuses. La formation des professionnel-le-s tout au long de leur vie est en effet une spécialisation au long cours pour le Cnam, qui constitue le premier organisme public dédié à cette tâche. Le modus operandi de l’enseignement au Cnam – des formateurs et formatrices souvent entre les milieux professionnels et académiques, ou encore entre la recherche et l’expertise – fait que les personnels de l’établissement peuvent déployer des approches fortement réflexives sur la manière dont l’établissement gère lui-même ses personnels au travail, une gestion loin de l’exemplarité revendiquée par ses experts. Depuis les personnels précaires de l’université jusqu’aux enseignant-e-s et étudiant-e-s en travail social soucieux des fausses promesses des politiques de formation, ce Conservatoire populaire laisse à voir les doléances de travailleurs et travailleuses secoué-e-s entre Charybde et Scylla.

« Facs et labos en lutte : une mobilisation féministe ? Retour d’expérience par celles qui l’ont vécue »

21Pendant le confinement, est paru au sein du journal de confinement du collectif « Université ouverte », la « Confinée libérée », un texte écrit par les femmes investies au sein du comité de mobilisation des Facs et labos en lutte (souvent appelé comob). Ce texte revient sur le rôle et les manières de faire expérimentées par ces militantes avec pour principal objectif « de consigner [leurs] expériences d’organisation et de mobilisation, afin d’en laisser une trace qui pourrait être utile aux luttes à venir ». Les auteures proposent tout d’abord des explications structurelles de leur engagement dans cette lutte en objectivant ce que leur position au sein de l’ESR doit à l’organisation patriarcale (comme la surreprésentation des femmes dans les fonctions les moins valorisées de l’institution), ou encore leur socialisation militante dans le cadre des mouvements sociaux des années 2000 qui crée un effet de génération. Puis, elles reviennent en détail sur les pratiques militantes collectivement mises en œuvre pendant la mobilisation contre la LPPR afin de corriger les effets des inégalités de genre. Elles racontent ainsi la tenue d’ateliers de réflexion critique, l’organisation d’AG en mixité choisie, la mise en place d’une cellule anti-harcèlement pendant la deuxième coordination nationale des Facs et labos en lutte, l’émergence de groupes informels de femmes tout au long du mouvement ou encore le départ groupé depuis Nanterre, où se tenait la coordination, pour la marche féministe parisienne du 7 mars 2020. Ce texte, descriptif et analytique, offre ainsi un témoignage précieux quant à certains effets de la quatrième vague du mouvement féministe sur les pratiques militantes du mouvement social en général.

« Les draps roses, la misère du monde et nous… Cinq femmes à la Une »

22Le texte « Les draps roses, la misère du monde et nous… Cinq femmes à la Une » avait été initialement publié dans les colonnes de la revue Sociétés contemporaines. Avec son autorisation, Tracés a voulu le faire figurer dans ce numéro car il livre un accès privilégié à une position par définition inaudible dans les mobilisations : celle de celles et ceux qui, tout en ayant d’excellentes raisons pour se mobiliser, se tiennent à l’écart. C’est le compte rendu d’une discussion informelle avec cinq participantes au groupe de gym de l’enquêtrice, au moment des grèves contre la réforme des retraites. Elles ne sont ni pour, ni contre la réforme. Cependant, elles ne s’en désintéressent pas totalement ; plutôt, elles n’en comprennent pas les enjeux et ont le sentiment que tout est joué d’avance. Comme de nombreux autres citoyen-ne-s, elles ont l’impression de subir les conséquences des grèves, plutôt que d’être interpellées par leurs justes raisons. Au fil de la discussion, on comprend les causes de cette distance : le sentiment que « tout va mal » quoiqu’on fasse ; l’arrêt de la croyance dans la possibilité de changer l’ordre des choses ; le regard fataliste et pessimiste sur l’avenir. Ce sentiment d’angoisse, que Bourdieu (1993) appelait la « misère de position », est le corrélat psychique d’une fragilisation sociale, qui touche en particulier les fractions inférieures des classes moyennes, dont les enquêtées sont issues. L’angoisse se canalise alors sur les « riches », dont la position est jugée scandaleuse en termes d’inégalités, et sur les migrants, dont la misère est regardée avec méfiance, car « la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde ». L’un des principaux défis des sciences sociales dans les conjonctures d’action collective est de s’emparer de ces représentations paralysantes, de les décrypter et d’esquisser des voies pour les transformer en sens émancipateur. Cela suppose d’atteindre des publics souvent loin de notre lectorat, de traduire des savoirs scientifiques en capacités d’agir, de créer les conditions d’un possible renversement de la misère de position. Les luttes dont ce numéro se fait l’écho sont l’occasion de réfléchir à de tels dispositifs.

« Maternités en lutte. Quelles maternités pour les travailleuses de l’ESR ? »

23À partir d’un appel à témoignages lancé en 2020, ce bref dossier cherche à aborder la manière dont l’enseignement supérieur et la recherche, en tant qu’univers de travail, conditionne en partie le rapport à la maternité selon des expériences diverses et ce dans le climat contraint et agonistique qui est le nôtre. Dans le contexte des luttes de ces derniers mois, dont l’un des objectifs a été, précisément, la publicisation et la problématisation de nos conditions de travail, il s’agit de nourrir les réflexions sur les parcours et les métiers des femmes dans l’enseignement supérieur et la recherche. Doctorantes, postdoctorantes mais aussi titulaires, les collègues qui ont répondu à l’appel soulignent le caractère multidimensionnel des rapports de domination qui se jouent autour du désir d’avoir des enfants, de la maternité et des responsabilités parentales. Ces rapports opèrent à tous les niveaux, mais à des degrés et sous des formes différentes selon les statuts, les établissements, les disciplines et les trajectoires (sociales et scolaires). Malgré tout, une convergence se dessine : la production par les institutions de temporalités modelées sur les pratiques et les représentations masculines des métiers académiques, qui affectent la subjectivité des travailleuses et contraignent leur projet de fonder une famille. Cette situation est évidemment aggravée par la précarisation structurelle des métiers de production et de transmission de connaissances, par l’atomisation des collectifs de travail et la compétitivité érigée en valeur-maître. Par ailleurs, les difficultés que nous avons rencontrées dans la constitution du dossier permettent de pointer le fait que la question de la maternité soulève celle de la prise de parole des femmes sur un sujet à la fois politique et intime, rendant compte, en creux, de violences sociales et de genre, d’empêchements mais aussi de stratégies de défense qu’il est plus que jamais urgent de discuter.

« Réinventons l’enseignement supérieur après la pandémie : un manifeste slow science »

  • 16 Voir Aurélia Desplain, 2015, « Slow science et désexcellence. Résister aux dérives néolibérales de (...)

24À la suite des réflexions pour une autre science défendues à travers des slogans comme « Slow science » ou les appels à la « désexcellence »16, un collectif belge a publié un manifeste par temps de Covid-19. Le collectif « Slow science » prend en effet acte du fait que la pandémie actuelle et les mesures prises pour l’arrêter affectent profondément les vies. La vie académique est elle aussi touchée de plein fouet par la crise sanitaire. Même si l’enseignement supérieur semble continuer ses activités, les campus en ressentent l’impact et cette crise va les affecter durablement. Il s’agit dès lors d’interroger non seulement ce que le Covid-19 a rendu nécessaire (à savoir principalement déserter les campus), mais aussi ce que la crise a rendu criant – qu’on voyait déjà avant, mais qu’on gardait en quelque sorte sous le tapis. L’extrême détresse des mondes étudiants, mais aussi le fait qu’une université ne tient que grâce à une multitude d’actrices et d’acteurs invisibilisé-e-s : personnels de soutien à la recherche dans les laboratoires, personnels administratifs, d’entretien et de sécurité sur les campus, etc. Il s’agit alors d’en prendre véritablement conscience, et de saisir que si la précarisation concerne tous les statuts, elle touche encore plus directement et massivement ces invisibles ou moins visibles. Une université post-Covid devrait être non seulement lente et bienveillante mais plus globalement inclusive, soucieuse de la santé (notamment mentale) de l’ensemble de celles et ceux qui y prennent part, soucieuse encore des expériences spécifiques que peuvent être celles des femmes ou encore des personnes issues de l’immigration ou racisées, etc.

« Images en lutte »

  • 17 Voir : [URL :

25L’année 2020 s’est singularisée par la multiplicité des fronts de luttes : contre la réforme de l’assurance-chômage, contre la réforme des retraites, contre la LPPR, contre le démantèlement de l’hôpital public, contre les errances de la politique sanitaire et sociale face au Covid-19, contre les violences policières, pour les libertés, etc. Une telle diversité de contestations s’est naturellement traduite, au cours des différentes manifestations et mobilisations de rue, par une grande profusion de slogans et d’affiches. Ces images, plus inventives les unes que les autres, contribuent à documenter les luttes de l’année 2020. Nous avons ainsi sélectionné une série d’« images en lutte » parmi celles que le collectif d’artistes « Formes des luttes »17 nous a gracieusement mises à disposition. (Qu’ils et elles en soient ici remercié-e-s !) Ces images n’ont pas simplement une valeur documentaire. Ce ne sont pas uniquement des témoignages, bientôt livrés au regard de l’histoire, de ce qui s’est passé en 2020. Ce sont des images en lutte. Ce ne sont ni des images des luttes, ni les luttes mises en image. Ce sont des images de la colère contre l’époque, où l’inscription dans une continuité historique – celle de l’Atelier populaire des Beaux-Arts de Mai 68 – ne se sépare pas de l’effort pour faire affleurer les possibilités non encore advenues – pour rendre possible un autre avenir, démocratique, radical, pluriel. À la manière des images dialectiques de Walter Benjamin, elles sont à la fois la cristallisation d’une force sociale explosive patiemment emmagasinée au fil des luttes et l’étincelle qui prétend la faire exploser. Elles sont le baril de poudre et la mèche allumée.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu Pierre éd., 1993, La misère du monde, Paris, Le Seuil.

Despret Vinciane et Stengers Isabelle, 2011, Les faiseuses d’histoires. Que font les femmes à la pensée ?, Paris, La Découverte.

López Alós Javier, 2019, Crítica de la razón precaria. La vida intelectual ante la obligación de lo extraordinario, Madrid, La Catarata.

Le Marec Joëlle, 2020, « Force des savoirs, précarité des conditions. Chercher ensemble », Savoirs de la précarité. Knowledge from precarity, J. Le Marec et H. du Plessis éd., Paris, Éditions des archives contemporaines.

Woolf Virginia, 2012, Trois guinées, trad. L. Gauthier, Paris, Black Jack éditions.

Haut de page

Notes

1 Billet publié sur le carnet de Tracés le 09 janvier 2020 [URL : https://traces.hypotheses.org/3386], consulté le 6 janvier 2021.

2 Ces acronymes caractérisent des fonctions supports dans l’enseignement supérieur et la recherche, par exemple dans les bibliothèques, du côté des ingénieurs, des personnels administratifs, techniques, sociaux et de santé.

3 Billet « En grève », publié le 6 janvier 2020 sur le carnet hypotheses.org de Genèses [URL : https://geneses.hypotheses.org/1464], consulté le 6 janvier 2021.

4 Cycle « Les sciences humaines et sociales au travail » : [URL : https://journals.openedition.org/traces/8803], et [URL : https://journals.openedition.org/traces/10518], consultés le 6 janvier 2021.

5 Sur cette appellation, voir le site Université ouverte, support du mouvement des Facs et labos en lutte [URL : https://universiteouverte.org/category/collectifs-mobilises/revues-en-lutte], consulté le 6 janvier 2021.

6 Enregistrement vidéo sur Youtube [URL : https://www.youtube.com/watch?v=x3dIuCiWajc], consultée le 6 janvier 2021.

7 Site du laboratoire de C. Noûs [URL : https://www.cogitamus.fr/camille.html], consulté le 6 janvier 2021.

8 En accès libre [URL : https://journals.openedition.org/traces/8803], consulté le 6 janvier 2021.

9 « Le cauchemar de Darwin », billet Academia, Antoine Chambert-Loir, 19 décembre 2019 [URL : https://academia.hypotheses.org/6219], consulté le 6 janvier 2021.

10 « Faire tâche d’huile et œuvre utile chez les chercheurs : dix revues en grève illimitée », actualité France Culture, Chloé Leprince, 10 janvier 2020 [URL : https://www.franceculture.fr/societe/faire-tache-dhuile-et-oeuvre-utile-chez-les-chercheurs-dix-revues-en-greve-illimitee], consulté le 11 janvier 2021.

11 Voir le compte rendu de l’AG du 17 janvier 2020 des revues en lutte [URL : https://universiteouverte.org/2020/01/19/revues-en-lutte], consulté le 6 janvier 2021.

12 Dans les listes de discussion comme lors des AG ou du parlement des revues en lutte. Précision sur le surtravail : s’il ne s’agit pas forcément systématiquement de surtravail, cela a forcément occasionné des temporalités chamboulées, faisant alternant périodes (trop) calmes et périodes (trop) chargées. C’est aussi avec cette problématique en tête que nous avons décidé de ne pas publier de hors-série cette année (voir infra).

13 « Notes aux auteurs » : [URL : https://journals.openedition.org/traces/103], consulté le 6 janvier 2021.

14 Appel à articles « Faim » de la revue Tracés, publié sur son carnet le 1er janvier 2019, [URL : https://traces.hypotheses.org/2971], consulté le 6 janvier 2021.

15 Tribune des revues en lutte parue le 2 novembre 2020 sur lemonde.fr : [URL : https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/11/02/les-sciences-sociales-contre-la-republique_6058195_1650684.html], consultée le 6 janvier 2021.

16 Voir Aurélia Desplain, 2015, « Slow science et désexcellence. Résister aux dérives néolibérales de la recherche », [URL : https://act.hypotheses.org/4667], consulté le 15 décembre 2020.

17 Voir : [URL :

https://formedesluttes.org

], consulté le 6 janvier 2021.Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tracés et Camille Noûs, « Documenter l’université qui lutte », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 39 | 2020, mis en ligne le , consulté le 17 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/traces/11649 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traces.11649

Haut de page

Auteurs

Tracés

Articles du même auteur

Camille Noûs

Laboratoire Cogitamus

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search