Skip to navigation – Site map

HomeTous les numéros39Articles et entretiensLendemain de vote : l’université ...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles et entretiens

Lendemain de vote : l’université qui vient

The day after the vote: the university to come
Un ancien titulaire de tenure track d’université nord-américaine, devenu maître de conférences en France and Camille Noûs
p. 25-29

Abstracts

To obtain a precarious position in a social science department of a North American university is to discover the competition of everyone against everyone, to learn that the search for funding is more important than the research itself and to observe the dilution of scientific issues in continuous evaluation and bibliometric accounting. In short, it means discovering the horrors of the university to come a little in advance.

Top of page

Full text

  • 1 NDE : Ce texte a initialement été publié par un ancien titulaire de tenure track d’université nord (...)

1Après quelques années dans un département de sciences sociales d’une université nord-américaine de rang moyen, voilà quelques notes sur l’université qui vient en France si le train des réformes de l’enseignement supérieur se poursuit dans la même direction1.

2L’université qui vient, c’est être invité à boire un verre deux jours après ton arrivée sur un poste tenure-track par la directrice de ton département, qui t’explique ce que c’est qu’un bon dossier pour passer les étapes : le renouvellement du contrat après trois ans, donc un dossier à déposer au bout de deux ans, et la titularisation après cinq ou six ans. Il faut faire de bons cours ou plutôt, faire des cours bien évalués (on t’apprendra plus tard les astuces pour ça), il faut participer aux comités administratifs, (nombreux, on y reviendra), et surtout, il faut aller chercher des subventions et en faire des articles. D’ailleurs, ça tombe bien, le premier concours auquel tu peux candidater est dans trois mois, l’université a une personne dédiée pour relire ton dossier et ton labo est super efficace pour revoir les budgets. C’est compris ? En fait, tu le sais déjà, c’est en montrant que tu étais déjà prêt à être candidat que tu t’es fait recruter.

3L’université qui vient, c’est le tribunal des collègues : la présentation de toutes tes activités devant le département au complet qui vote sur le fait de te garder ou pas. Il n’y a pas de désaccord scientifique, quelques questions polies sur les orientations de recherche mais surtout il y a des chiffres : tant d’argent, tant d’articles, tant d’étudiant-e-s dirigé-e-s, tant de colloques. Les vieux se souviennent des moments où il y avait des engueulades politico-scientifiques entre bords opposés du département. Et il en reste un ou deux qui tentent leur chance pour discuter le fonds. Mais les jeunes sourient. C’est fini tout ça : un article dans une bonne revue pour dire qu’il faut faire la révolution et un article dans une bonne revue pour dire que les inégalités sociales c’est de la génétique, c’est le même bon point. Le bonus, c’est que la décision des profs du département est ensuite soumise à tout un parcours dans l’administration de l’université. Donc, le département peut voter pour virer un prof qui va finalement être titularisé quelques mois après. Bonne ambiance garantie pour les deux décennies suivantes.

4L’université qui vient, c’est celle où ça ne finit jamais. Un jour on est titulaire, mais est-ce qu’on va devenir quelqu’un d’autre à quarante ans ? Les incitations ne baissent pas. Les bourses de thèse de trois ans sont rares et ne s’obtiennent qu’à partir de la seconde ou troisième année de thèse. En attendant la bourse et, pour le plus grand nombre, pour toute la thèse, la première ressource, c’est l’argent de la directrice ou du directeur, celui de ses subventions. Et ce n’est pas de l’argent pour faire la thèse, c’est de l’argent pour travailler sur le projet du chef, dans les conditions les plus précaires. Et là de deux choses l’une : soit la thèse c’est en fait un bout de la recherche du ou de la boss, ça permet de ne pas faire deux jobs en même temps, mais c’est impossible de faire un travail personnel ; soit c’est autre chose et c’est toujours trop de travail. Bref, ne pas avoir d’argent, c’est grosso modo ne pas avoir de thésard-e, et c’est presque bien comme ça parce que comment vivraient-ils ou elles ? Et en fait, ne pas avoir d’argent, c’est déjà ne pas être attractif pour les étudiant-e-s en masters, qui ont aussi besoin de soutien, vu les frais d’inscription.

5Pour avoir de l’argent il ne faut jamais arrêter. Un charme des subventions, c’est qu’elles sont de plus en plus grosses. On ne peut pas stagner dans les montants raisonnables, il faut grandir ou laisser tomber. Et il ne faut pas lambiner. Prendre deux ans après un projet pour tirer des publications intéressantes et encore un pour penser à un autre projet, c’est mauvais pour le dossier, ça fait perdre des points dans les grilles d’évaluation. L’autre chose qui fait perdre des points, c’est d’avouer un peu qu’on n’est pas sûr de ce qu’on va trouver. D’où l’adage enseigné : on écrit un projet de recherche avec les résultats du projet d’avant et on espère qu’au fil du projet on trouvera de quoi faire le projet d’après.

6On est toujours plus pris que ce qu’on croit ou espère dans les formes d’évaluation. Si on a été subventionné, on nous fait comprendre qu’il faut faire partie des jurys de sélection. On se dit qu’on pourra valoriser les projets intéressants, mais quand le formulaire demande de mettre des notes sur 5 sur le nombre de publications, l’impact social ou les qualités de réseautage (y compris pour des bourses de thèse !) et que c’est l’organisme évaluateur qui fait la synthèse des notes, la valorisation du projet ça pèse pas très lourd. Et côté candidat, qui laisse vides les cases sur l’impact social du projet après s’être fait suer à remplir tout le reste ?

7L’université qui vient, c’est aussi que ça ne commence jamais, c’est toujours déjà là. Les étudiant-e-s de master sont incités à publier pour postuler au doctorat, les doctorant-e-s doivent publier le plus vite possible pour accéder aux bourses à la fois multiples et modestes, qui leur reversent comme ça une partie de leurs frais d’inscription : un peu de sous pour faire un petit terrain, un peu de sous pour aller à un colloque, etc. La mise en scène de soi sous la forme de lignes dans un CV colonise toutes les études supérieures.

8Les documents de candidature aux multiples bourses et prix ne mentent pas : qui voudrait n’avoir rien à écrire dans plein de rubriques ? Il y a les champions du remplissage : ils travaillent d’arrache-pied pour le ou la boss. Du coup, ils cosignent des articles et des revues de la littérature à la pelle ensuite déclinés dans pleins de colloques. En trois ans de thèse, ils ont plus d’articles que toi après dix ans de travail, juste ils n’ont fait aucune recherche et n’ont pas commencé leur thèse. Si tout se passe bien, ils la torcheront vite fait après avoir été recrutés en post-doc.

9Un résultat pathétique de cette pression : se retrouver le matin dans un grand hôtel américain immonde pour une des innombrables sessions parallèles d’un congrès international et entendre un jeune homme dire : je vais vous présenter le projet de master que je viens de finir, c’est juste un projet, je n’ai pas commencé la recherche. Et tout le monde baisse la tête et passe un quart d’heure à faire ses mails en espérant sans trop y croire que la suite sera meilleure. Heureusement qu’il y a une fête le soir parce que ce serait dommage d’avoir fait cinq heures d’avion juste pour écouter ça. Mais bon, dans l’université qui vient, les profs qui ont de l’argent voyagent autant que des dirigeants de multinationales.

10Au croisement entre la pression sur les profs et sur les étudiants, l’université qui vient c’est le vol généralisé des résultats des précaires. Les directeurs cosignent en masse les papiers de leurs étudiant-e-s. C’est limite déontologiquement ? Pas du tout, c’est recommandé. Mettre son nom sur le travail des plus jeunes, c’est montrer qu’on associe trop bien son enseignement et sa recherche, qu’on transmet bien la manière dont ça fonctionne. L’université qui vient c’est un collègue sollicité pour un conseil méthodologique pour un étudiant, vu qu’il touche en stats, qui le donne la première fois et qui, la seconde fois, dit qu’il veut bien discuter s’il devient coauteur.

11De toute façon, il faut bien signer les papiers des précaires, vu qu’on n’a pas le temps de faire de la recherche. L’université qui vient, c’est celle où des collègues te regardent vraiment étrangement quand tu dis que tu vas aux archives ou faire un entretien, comme si tu leur avais dit que tu nettoyais l’amphi après ton cours ou que tu beurrais les sandwichs à la cantine. C’est déroger à la division optimisée du travail.

12Et le travail ne manque pas : les grands chefs demandent des évaluations des formations et des retours et des plans d’amélioration et des plans de développement et d’internationalisation et tout et tout. Et il faut sans cesse évaluer ou soutenir toutes les démarches des étudiant-e-s pour trouver un peu d’argent. Il faut faire cours mais il ne faut pas que ça prenne trop de temps, juste assez pour que les évaluations soient bonnes. Pour ça il faut donner des bonnes notes et éliminer toute apparence de subjectivité dans la notation. Le modèle ultime est évidemment le QCM dont les notes sortent automatiquement avec les stats de réussite de chaque question. De toute façon, il faut aussi donner de bonnes notes parce que sinon on saborde les étudiant-e-s dans la course aux bourses qui met les départements en compétition les uns avec les autres. Il n’y a plus que des A dans les meilleures facs. D’ailleurs, les formulaires se méfient de l’inflation des notes et ne demandent pas si les candidats ont eu A mais s’ils sont dans les 5 ou 10 % les meilleurs du groupe. Et tout le monde se retrouve dans le top 5 %. Tu mets un-e étudiant-e dans le top 20 % si tu veux tuer la candidature.

13Idéalement, il faut faire le moins de cours possible, avoir une grosse subvention sur laquelle on rachète ses cours à l’université, ou avoir une chaire qui va avec une décharge. C’est un bon producteur de ressentiment : entre les collègues hors-jeu et les stars qui emploient leur propre gestionnaire financier et leur propre chargé de com’, il y a ceux qui travaillent très dur, publient tout ce qu’ils peuvent, finissent de nettoyer les tableaux Excel le dimanche pendant que les enfants sont au sport, mais à qui il manque un sujet de recherche à la mode ou un peu de chance pour passer du côté des stars. Ils visent les meilleures revues mais ça ne passe pas, des fois avec des mauvaises évaluations, des fois avec des plutôt bonnes, mais l’éditeur tranche en faveur d’un résultat plus sexy ou d’un auteur plus connu. Et eux, ils ont grave les boules que les hors-jeu n’enseignent pas plus qu’eux et rechignent à peupler les comités administratifs.

14Il y a des petits moments cruels dans l’université qui vient. La bibliothèque de la fac veut renégocier ses contrats avec les gros éditeurs, et veut arrêter de payer des énormes packages de revues. Pour faire ça, elle objective la consultation des revues par les collègues et se rend compte que, en quatre ou cinq ans, personne n’a cliqué sur un article des deux tiers ou des trois quarts des revues auxquelles on est abonné. Et on ne parle même pas des actes de colloques refourgués en livres collectifs bâclés. La junk recherche n’a pas de lectorat. Qui peut s’en étonner vu l’ampleur et l’intérêt de la production ? Les gens qui font des stats peuvent faire des régressions sur n’importe quelle base de données. Les gens qui ne savent pas faire de stats peuvent envoyer leurs étudiants faire 20 entretiens et les retranscrire, puis les passer dans des logiciels, et faire une super typologie.

15Mais, me direz-vous, généraliser avec quelques anecdotes, ça, c’est de la mauvaise science, et dans tout ça, il y a aussi les différences de fonctionnement des collectifs.

16Dans le même cadre institutionnel, un département va complètement intégrer les normes quand un autre va résister un peu, soutenir les collègues et permettre une vie d’enseignement et de recherche potable, l’encadrement de thèses intéressantes, des relations de travail correctes. C’est vrai aussi à l’échelle des universités qui, si elles sont à peu près financées, ne vont pas chercher à virer la moitié des profs au moment de la titularisation. Et c’est sans doute vrai aussi en France : les structures ont déjà bien changé, mais ce n’est pas partout qu’on va médire d’un collègue à la cantine parce qu’il n’a pas de subvention. Une raison, c’est qu’il y a des gens qui se souviennent de ce que devrait être le travail scientifique.

17Le drame c’est quand ça disparaît parce que tout le monde a été socialisé dans l’université du futur, que l’université qui vient c’est l’université telle qu’elle a toujours été : un master sans lire un livre ni se poser de question, à traiter un petit bout de la gigabase de données d’un prof bien financé, la thèse pareil en un peu plus grand, le tout avec force publis et colloques, et si tout va bien, un post-doc et un poste tenure-track et ça continue. Au bout d’un moment, ce n’est même pas le temps qui manque pour travailler autrement, c’est l’idée de ce que ça pourrait être qui fait défaut. L’université qui vient c’est un collègue titulaire qui a gagné un livre comme prix pour je ne sais plus quoi et qui cherche un collègue à qui le donner, tellement ça le fait rire l’idée qu’il pourrait lire un livre, épais et ancien en plus ! Comme disait Deleuze, ce qui est terrible, ce n’est pas de traverser un désert, c’est de naître dans un désert. L’université qui vient, c’est le désert qui gagne du terrain.

Top of page

Notes

1 NDE : Ce texte a initialement été publié par un ancien titulaire de tenure track d’université nord-américaine, devenu maître de conférences en France, le 24 septembre 2020, sur le site Academia : voir [URL : https://academia.hypotheses.org/25977], consulté le 19 janvier 2021. Nous remercions l’auteur qui nous a autorisés à republier ce texte, ainsi qu’Academia.

Top of page

References

Electronic reference

Un ancien titulaire de tenure track d’université nord-américaine, devenu maître de conférences en France and Camille Noûs, « Lendemain de vote : l’université qui vient », Tracés. Revue de Sciences humaines [Online], 39 | 2020, Online since , connection on 15 June 2021. URL : http://journals.openedition.org/traces/11659 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traces.11659

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search