Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros39Articles et entretiens« Bienvenue en France ! »

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles et entretiens

« Bienvenue en France ! »

“Welcome to France!” An interview with those who are not welcome to the university, the collective “Foreigners and the international division of scientific work”
Les malvenu-es de l’université, collectif « Etrangèr-es et division internationale du travail scientifique » de la coordination des Facs et labos en lutte, Tracés et Camille Noûs
p. 39-65

Résumés

En juillet 2020, la rédaction de Tracés a rencontré sept membres du collectif « Etrangèr-es et division internationale du travail scientifique » de la coordination des Facs et labos en lutte pour un entretien qui a pris la forme d’une discussion à bâtons rompus au cours de laquelle il a, entre autres, été question de revenir sur la genèse du collectif, sur les différentes formes de précarisations des étrangères et des étrangers au sein de l’ESR, sur la difficulté à faire entendre une voix autonome pour les étrangères et les étrangers dans le cadre des mobilisations contre la LPPR et sur les horizons de luttes qui convergeraient enfin. C’est cette discussion libre, qui n’a pas « la tête d’un entretien », que nous reproduisons dans ces pages.

Haut de page

Texte intégral

1Cet entretien a été réalisé à Paris le 2 juillet 2020 avec sept membres du collectif « Etrangèr-es et division internationale du travail scientifique » de la coordination des Facs et labos en lutte (Esr_etr&DIT)1. Le nom des personnes a été modifié pour des raisons liées au contexte politique actuel en France qui rend potentiellement dangereuses les discussions relatives aux sujets évoqués dans cet entretien, d’autant plus que plusieurs des membres de ce collectif sont étrangers et encourent des risques du fait de leur situation juridique dans le pays. Les personnes ayant participé à cet entretien sont des femmes (trois) et des hommes (quatre), occupant différentes positions dans l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) en France (un-e étudiant-e de master, trois doctorant-e-s, deux chercheurs ou chercheuses, un-e maître ou maîtresse de conférence), originaires de différents pays. Cinq ne possèdent pas la nationalité française et deux sont français-e-s. Cet entretien a consisté en une discussion libre entre les membres du collectif. À travers l’expérience vécue par les membres de ce collectif, une réflexion est proposée relativement au mouvement des Facs et labos en lutte, dont le collectif était partie prenante. Cette réflexion invite à réfléchir collectivement à la place occupée-accordée aux « étrangères et étrangers » dans un champ académique français fortement internationalisé mais dans lequel les luttes sociales restent largement structurées par un biais nationaliste, entravant de ce fait l’inclusion de toutes les catégories d’acteurs constitutives de ce même champ. À partir de l’expérience vécue par les membres de ce collectif dans le cadre du mouvement Facs et labos en lutte (FLL), il s’agit aussi d’élaborer des réflexions plus générales sur la place des « étrangers » dans les luttes sociales en France et les dynamiques d’inclusion-exclusion qui se mettent en place.

2La discussion s’engage sur la signature de l’entretien sous le nom Camille Noûs.

3Zahra Noûs : Il y a un certain nombre de chercheurs et de chercheuses qui ont choisi, pour remettre en cause la bibliométrie, de signer au nom d’un collectif et le nom du collectif qu’on leur propose c’est « Camille Noûs ». Ta question reste légitime, c’est en lien avec les préoccupations de ce groupe en termes de place, de représentativité, de visibilité.

4Malek Noûs : Même anonyme…

5Zah. Noûs : Effectivement Camille ça paraît universel, un nom qui ne soit ni féminin ni masculin, mais ceux qui l’ont proposé n’ont pas pensé que Camille ne représente pas un certain nombre de personnes. Et c’est problématique.

6Leyla Noûs : Ça reflète assez bien la raison d’être de ce groupe…

7Zakaria Noûs : Exactement.

8L. Noûs : … Et les problématiques auxquelles on doit faire face dans le mouvement des Facs et labos en lutte. Parce que cette question-là, la question de la situation particulière des étrangers et des personnes issues de l’immigration dans l’ESR et dans les luttes, n’était jamais une question posée en soi.

9Zak. Noûs : Elle n’a jamais été une question centrale.

Genèse de la constitution du collectif et sa place au sein des Facs et labos en lutte

  • 2 Présenté à son lancement, en novembre 2018, comme un plan visant à mieux accueillir les étudiant-e (...)

10L. Noûs : Pour faire un petit historique du groupe : il y a deux ans, il y a eu la lutte pour les frais d’inscription quand le plan « Bienvenue en France »2 a été annoncé en novembre 2018. Et donc là, il y a un premier mouvement qui s’est constitué, composé d’étudiant-e-s étrangères et étrangers et d’étudiant-e-s français-e-s, avec aussi des profs et des chercheurs et des chercheuses. Assez rapidement, la manière de parler de la hausse des frais d’inscription s’est posée en ces termes : pour qu’elle trouve sa légitimité dans le champ politique en France, c’est que ça annonçait une hausse généralisée des frais d’inscription pour l’ensemble des étudiant-e-s. Ce qui est vrai, ce qui est tout à fait la réalité, mais le problème c’est que cela ne devient un sujet en soi que parce qu’il touche l’ensemble des Français-e-s et donc qu’on n’a pas voulu y voir aussi la dimension rapports inégaux entre Nord et Sud, la politique postcoloniale de la France notamment en termes d’enseignement supérieur, de relations internationales, de politique étrangère, alors que le plan « Bienvenue en France » ce n’est pas que la hausse des frais d’inscription. C’est toute une idéologie qui vise à perpétuer cette politique postcoloniale et qui passe aussi, par exemple, par le fait de délocaliser l’offre de formation française à l’étranger, et d’en faire une offre privée. Et donc, à la fois de faire payer les étudiant-e-s étrangères et étrangers dans leurs pays, de leur faire payer cher une offre de formation française qu’ils ne pourraient plus avoir en France, et, d’un autre côté, de limiter les migrations. C’est tout bénéfice finalement. C’est tout à fait dans la logique de ce gouvernement, mais ce n’est pas lui qui a introduit cette orientation, sauf que c’est là qu’on voit qu’en France aujourd’hui il y a une grande imbrication entre les politiques mises en place au niveau du ministère de l’Enseignement supérieur, de la politique internationale, de la politique étrangère, de la politique économique de la France. Puisqu’aujourd’hui les personnes que la France veut attirer, ce sont les gens qui viennent des pays émergents ou industrialisés et le plan « Bienvenue en France » est très clair là-dessus. Mais donc, tout ça pour dire que la lutte s’est très vite focalisée sur cette hausse des frais d’inscription uniquement, sur sa dimension généralisable et sur l’ouverture vers une plus grande libéralisation du système éducatif en France. Assez rapidement elle a plutôt été portée par quelques personnalités qui étaient des Français-e-s et dans laquelle les étudiant-e-s étrangères et étrangers sont devenu-e-s un peu secondaires, notamment parce qu’elles et ils n’avaient pas les moyens de s’engager comme les autres. Et c’est là qu’on oublie que les conditions matérielles des étudiant-e-s étrangères et étrangers sont très compliquées, que souvent elles et ils doivent travailler en même temps que leurs études que donc ils ne peuvent pas s’engager…

11Zak. Noûs : Et juridiquement aussi…

12L. Noûs : Et juridiquement, elles et ils sont dans un processus administratif et juridique de plus en plus précaire. C’était juste pour remettre un peu le contexte. Donc, nous, on était engagé-e-s dans cette lutte qui a duré à peu près un an et ça a conduit à la création du collectif « Université ouverte » dont aujourd’hui le site web héberge également celui des Facs et labos en lutte.

  • 3 Voir [URL : https://universiteouverte.org/], consulté le 11 janvier 2021.

13Zak. Noûs : Après il faut voir aussi l’évolution de ce site3 qui a émergé initialement à partir de cette mobilisation contre la hausse des frais de scolarité pour les étudiant-e-s étrangères et étrangers. Cependant, avec les différentes mobilisations, contre la loi pluriannuelle de programmation de la recherche (LPPR) et contre la réforme des retraites, la question de la hausse de frais de scolarité finalement s’est, au fur et à mesure, éclipsée du site web. Or, Leyla a parlé de l’historique, je veux juste revenir sur un point. En effet, notre groupe est constitué aussi de personnes directement touchées par la mesure « Bienvenue en France » car la grande majorité du groupe, même si certains collègues sont titulaires, est étudiante en licence, en master et en thèse, et est de ce fait concernée par cette hausse des frais de scolarité. Peut-être pas les doctorant-e-s, mais souvent on a fait des études de licence ici et on a continué, donc ça nous touche.

14Zak. Noûs : C’était aux états généraux du 16 janvier 2020 tenus à l’université Paris-Diderot, c’est là où notre groupe a pris forme aussi, sous le nom « Etrangèr-es et division internationale du travail scientifique » de la coordination des Facs et labos en lutte (Esr_etr&DIT).

15L. Noûs : À cette coordination nationale il y avait des groupes de travail, mais il n’y avait pas de groupe de travail là-dessus, et donc on voulait qu’il y ait un groupe de travail spécifiquement sur la question de la place des étrangères et des étrangers dans l’ESR. Et nous avons été plusieurs à intégrer à un moment ou à un autre le comité de mobilisation des Facs et labos en lutte, que ce soit au niveau de l’Île-de-France ou au niveau national. Et après le mouvement commence à prendre forme parce qu’il y a beaucoup de collègues qui sont étrangères et étrangers qui nous ont rejoints. Mais lorsqu’il y a eu les premières réunions des Facs et labos en lutte, on a vu qu’on discutait entre nous, dans les ateliers concernant les étrangères et les étrangers, etc. Lorsqu’on voulait prendre la parole dans les autres ateliers ou instances de la coordination, on était un peu, ce n’est pas mis à l’écart mais, je ne sais pas… En tout cas, j’ai senti que cette question-là était limite secondaire ; on parlait de l’enseignement supérieur, de la recherche, des mobilisations des facs et des labos, mais je pense qu’il n’y avait que nous qui nous soucions de la place des étrangères et étrangers dans l’ESR, et à chaque fois on nous disait : « Ouais, mais il faut pas oublier aussi les étrangers ! », c’était comme une certaine faveur.

16Wilaime Noûs : Moi, je voulais souligner deux choses, c’est que c’est récurrent, même dans le milieu syndical quand il y a des non-étrangères et des non-étrangers qui se mobilisent pour les étrangères et les étrangers, ils ont tendance à ne pas leur laisser l’opportunité ni à leur faire confiance pour qu’ils puissent s’exprimer d’eux-mêmes. C’est un vrai problème, même dans l’université. Je pense qu’il y a aussi le fait qu’au sein même de la communauté universitaire, nous sommes minoritaires et aussi dans les groupes de travail, de lutte, on sent aussi le fait qu’on est minoritaire. Ça nous désavantage et ça nous dévalorise.

Dynamiques d’inclusion-exclusion

  • 4 NDE : Institut national de la recherche agronomique.
  • 5 NDE : Muséum national d’histoire naturelle.

17Zah. Noûs : Quand je suis allée aux états généraux du 16 janvier, pour moi c’était rejoindre un mouvement de revendication contre une réforme de la recherche qui me concernait en tant que membre de l’ESR. Pour nous, il est évident que la science est internationale. C’est une dimension qui doit aussi être au centre des revendications. Et donc il y a comme une espèce de malentendu à chaque fois. Comme on a porté l’importance de créer un groupe Esr_etr&DIT, chaque membre de notre groupe a été assigné à la figure de la ou du représentant-e des étrangères et des étrangers. Et donc, tout ce qu’on pouvait faire par ailleurs en tant que groupe et qui concerne les revendications plus générales a été invisibilisé. Par exemple, c’est notre groupe qui a proposé la création d’un atelier sur le budget pour la première coordination nationale de début février, parce qu’on ne peut pas parler de financiarisation, de logique néomanagériale, néolibérale, sans se poser la question du budget. Or, dans un mouvement porté essentiellement par les sciences humaines et sociales, et devant la difficulté à se procurer des données quantitatives, la question des chiffres en lien avec le financement et le budget n’était pas posée. De fait, cet atelier a été un véritable succès, il a amené énormément de gens, mais les gens qui étaient dans le comité et qui devaient animer cet atelier n’étaient pas du tout compétents à ce sujet et comme nous ne pouvions pas coordonner plusieurs ateliers, nous avons juste pu y assister comme participant-e-s. Ce qui était normal, nous n’avions pas à être partout. Heureusement qu’on a pu compter sur la participation d’autres membres de l’ESR, qui étaient jusque-là peu visibles dans le mouvement, comme les collègues de l’INRA4, du MNHN5, et d’autres disciplines comme des mathématicien-ne-s, des astrophysicien-ne-s, qui pour beaucoup d’entre eux sont venus spécifiquement pour cet atelier avec des données chiffrées complémentaires et pour parler de la financiarisation en s’appuyant sur des données factuelles. Et c’est comme ça qu’on a pu intégrer dans le mouvement la question du budget et des nouvelles modalités de financement prévues dans le projet de la LPPR. Grâce au travail mené au sein de ce groupe, on a pu publier sur le site Université ouverte un article sur la question de l’impact de la LPPR sur le financement de l’ESR en réponse aux propositions des nouvelles modalités de financement proposées dans le projet de la LPPR. Voilà, ça, c’est pour dire que notre groupe a soulevé une question, a suscité la création d’un groupe de travail sur cette question et a permis de mener collectivement une réflexion et une publication collective répondant par des chiffres au gouvernement. Cependant comme cette question n’était pas, selon les critères du comité national de mobilisation des FLL, une question concernant spécifiquement les étrangères et les étrangers dans l’ESR, eh bien nous avons été évincé-e-s comme collectif, ce qui a été le cas de toutes les questions intéressant l’intérêt général, en dehors du fait que ça intéresse particulièrement les étrangères et les étrangers.

Centralité de la dimension internationale des luttes

18Zah. Noûs : Ensuite il y a la question des étrangères et des étrangers où les gens qui sont assignés à être appelés ainsi se retrouvent classés pêle-mêle par différents mécanismes (au-delà des mécanismes juridiques eux-mêmes). Je rappelle que le groupe Esr_etr&DIT compte aussi des membres français-e-s, mais un certain nombre de ces nationaux, du fait de leur nom ou de leur phénotype de couleur, et du fait qu’ils étaient dans ce groupe, ont été d’abord catégorisés comme « étrangères ou étrangers ». Et par exemple, on nous disait, il y a quelque chose là qui concerne les étrangères et les étrangers, le racisme : « Faites une tribune ». Et ça, c’est un malentendu qui est tout le temps là et c’est très subtil, comme toutes ces questions. Cela repose la question du racisme, de la discrimination et de cette incapacité des universitaires majoritaires ou qui dominent dans l’ESR ou dans les mouvements de lutte à se poser les questions des discriminations raciales à l’intérieur de l’ESR comme celle-ci par exemple : comment est-ce qu’il y a des pratiques, inconscientes aussi, dans la manière dont certains membres de l’ESR sont identifié-e-s par les universitaires majoritaires et qui, du fait de cette identification, sont incorporé-e-s de façon subalterne dans des mouvements de lutte qui concernent tous les membres de l’ESR. Effectivement, les étudiant-e-s étrangères et étrangers sont plus vulnérables dans les mouvements de lutte, et pas seulement parce qu’elles et ils doivent aller travailler, parce qu’elles et ils ne sont pas financé-e-s et qu’elles et ils n’ont pas le temps. En réalité, aujourd’hui la question de pouvoir se consacrer pleinement à ses études quand on est à l’université est un vrai problème aussi pour les étudiant-e-s français-e-s qui viennent des classes populaires et dont la proportion s’accroît dans l’ESR. Pour les étudiant-e-s non nationaux, cette vulnérabilité est également liée à leur statut juridique… Quand on n’est pas de nationalité française, manifester dans la rue, prendre des positions politiques peut conduire à se faire renvoyer manu militari dans son pays d’origine ou se retrouver sous le coup de représailles de la part de son pays d’origine. C’est pourquoi le fait que l’horizon des luttes reste celui du territoire national est problématique. Pour dépasser ce biais nationaliste, la dimension internationale des luttes doit être au centre. Donc effectivement si on veut tenir compte de ces trois oppressions au moins : racisme, nationalité et nationalisme, c’est compliqué, et c’est la position et le rôle qu’on peut avoir dans des mouvements sociaux quand on est étrangère ou étranger.

19Nous avons tenté de défendre cette position pendant tout le mouvement parce qu’il permet de positionner l’ESR dans ses connexions structurelles hors de l’espace hexagonal, notamment les rapports asymétriques Nord-Sud dans la recherche et l’enseignement supérieur. Par exemple, pour la première motion qui a été rédigée, donc le 1er et 2 février 2020, on a pu avoir deux personnes du groupe qui ont pu aller jusqu’à la finalisation de la motion. Du coup, sont apparus les termes extractivisme scientifique, décolonisation de la recherche, la question du racisme, la question de l’international. J’ai plusieurs ami-e-s, étrangères et étrangers ou pas, qui ont trouvé cette motion exhaustive et hyperinclusive. La motion du 3 mars 2020, on n’a pas eu de personnes de notre groupe qui ont pu aller jusqu’au bout parce qu’ils étaient pris dans d’autres ateliers, et quand la motion est venue en lecture à la fin pour validation en plénière, le terme international n’y était pas. On a demandé que le terme international apparaisse : université ouverte, émancipatrice et internationale. Le terme international a disparu et, pour nous, ça, c’est significatif du fait que les moteurs du mouvement de lutte en France ne souhaitent pas insérer complètement la dimension internationale. Donc ce n’est pas un mouvement inclusif. Quand nous avons créé notre groupe, l’idée c’est vraiment de faire le lien entre la question des étudiant-e-s étrangères et étrangers, le plan « Bienvenue en France », la manière dont les collaborations scientifiques internationales et la coopération dans l’enseignement supérieur sont menées avec les pays du Sud. Il s’agissait pour nous d’intégrer la question de la mobilité des jeunes de ces pays-là, notamment ceux provenant des pays du continent africain, pour construire les revendications absentes dans le projet de la LPPR. Nous avons été très attentifs et attentives pour que cette complexité soit prise en compte. Ce qui fait que notre groupe devait lutter avec et à l’intérieur du mouvement, car ce n’est pas qu’une question d’inconscient collectif, les personnes sont aussi prises dans des traditions de lutte qui correspondent à des projets politiques de transformation où l’étrangère et l’étranger n’ont jamais été inclus-es pleinement en tant que sujets et c’est ça qu’on souhaitait changer en créant notre groupe.

  • 6 NDE : Convention industrielle de formation par la recherche.
  • 7 NDE : Attaché temporaire d’enseignement et de recherche.

20En montrant que l’ESR est connecté à l’international et en parlant aussi des rapports Nord-Sud, on fait une convergence des luttes au niveau international. Je rappelle que dans les laboratoires – il faut insister là-dessus –, ceux qui font aujourd’hui fonctionner les laboratoires de recherche académique, ce sont des doctorant-e-s étrangères et étrangers. Pourquoi ? Parce que beaucoup des étudiant-e-s doctorant-e-s français ont la possibilité d’avoir des bourses Cifre6 qui sont beaucoup plus intéressantes et donnent des perspectives d’emploi dans les laboratoires de recherche et de développements industriels, ce que ne donne pas aujourd’hui une thèse menée dans un laboratoire universitaire financé sur fonds propres. Dans les jeunes générations françaises d’aujourd’hui, il n’y a presque personne qui fait de la physique théorique, ou des mathématiques fondamentales, parce qu’il n’y a ni bourses doctorales, ni débouchés, ou si peu. Donc, ce sont les étudiant-e-s et les jeunes chercheurs et chercheuses étrangères et étrangers qui vont faire fonctionner ces laboratoires en n’étant pas souvent financé-e-s pour leur thèse, en faisant des ATER7 ou des postdoc comme vacataires. Et c’est une forme d’externalisation de la recherche par cette main-d’œuvre bon marché.

21Zak. Noûs : Le Sud est toujours pris comme un laboratoire où on va aller faire du terrain et des enquêtes ethnographiques, mais on ne pense jamais l’inverse. Notamment les collègues qui viennent du Sud et qui travaillent sur les sociétés du Nord. Quand tu es français-e et que tu fais une thèse sur le Maroc, tu as toujours des possibilités de bourses…

22Ab Noûs : Ça me fait penser à un truc, j’essaie de retrouver la référence mais il y a un article qui est sorti, là, sur le fait que Cuba a envoyé des médecins en Occident pour aider à répondre au Covid. Ce qui m’a frappé dans cet article, c’est la manière dont il posait le problème. La manière dont il décrivait, comme une première fois, que le Sud venait en aide au Nord.

23Zak. Noûs : Il faudrait faire un tour dans les hôpitaux aujourd’hui pour voir le nombre de médecins étrangers qui y exercent…

24A. Noûs : C’est assez hégémonique en fait. Aujourd’hui c’est assez rare de voir des chercheurs et des chercheuses du Sud venir faire de la recherche sur le Nord. Moi par exemple, je suis dans un laboratoire où presque tout le monde travaille sur le Sud. Et moi, je suis l’un des rares doctorant-e-s – on ne doit pas être plus de trois ou cinq – à travailler sur la France, en Île-de-France. Je travaille sur les personnes issues de l’immigration. Au-delà de la population d’étude, la question qui me revient beaucoup c’est : « Tu vas quand sur ton terrain ? C’est quel pays ton terrain en fait ? » C’est vraiment banal mais ça veut dire beaucoup de choses. Moi quand j’étais en licence de sciences sociales, j’ai travaillé sur des Blanches et Blancs et sur l’alimentation en plus. Pas sur des questions migratoires, mais sur l’alimentation chez les étudiant-e-s français-e-s, majoritairement blanches et blancs. C’est pour ça que je ne suis pas très à l’aise avec les termes comme racisé ; moi quand je vois un homme ou une femme je vois un être humain, je ne vois pas de couleur de peau en fait. C’est pour ça que je trouve ça très réducteur quand on parle d’étranger ou d’étrangère dans l’ESR. On te classe comme étranger ou étrangère. Pour moi c’est un ensemble qui est uniforme.

De la condition « d’étranger ou d’étrangère » dans l’ESR : précarité juridique, mécanismes d’exclusion et modalités de participation aux luttes sociales

  • 8 NDE : Assemblée générale.

25M. Noûs : Moi, j’avais remarqué, dans les toutes premières AG8 qu’il y a eu à la fac, suite à l’annonce de « Bienvenue en France », qu’il y avait deux types de discours. D’une part mettre ça dans un contexte beaucoup plus général qui est la privatisation du service public, et donc c’était une mise de côté de la problématique des étrangères et des étrangers : « Attention, on commence par eux, nous sommes concerné-e-s ». Et ça c’était assez étonnant, c’est un argument qui tient et qui est important mais c’est étonnant de le mettre tout d’un coup en avant, et de complètement invisibiliser la discrimination des étudiant-e-s étrangères et étrangers derrière ces décisions. Et puis de l’autre côté, il y avait ce discours : « Où sont les étudiants étrangers ? Pourquoi ils ne sont pas aux manifs ? Il faudrait qu’ils soient en avant des cortèges ? » Une manière de les mettre encore plus en danger, en sachant qu’elles et ils ont la préfecture sur le dos, qu’elles et ils sont aussi assez précaires et fragiles du point de vue de leur situation administrative. Et donc moi, en tout cas j’ai vu qu’on n’était pas du tout sur la même longueur d’onde et qu’il y avait une méconnaissance des conditions de lutte et des conditions dans lesquelles vivent les étudiant-e-s étrangères et étrangers et même les titulaires, parce que tout en étant titulaire, ces questions peuvent se poser aussi.

26Là, on te donne peut-être l’impression qu’on est contre la mobilisation du groupe des Facs et labos en lutte. C’est juste qu’on est vigilant-e-s à ne pas reproduire des formes de domination au sein même de ce comité dont nous sommes partie prenante. Nous voulons militer aussi à l’intérieur de cela, mais nous ne voulons pas nous sentir la petite touche, les petites épices en plus, mais qu’on a notre place à part entière.

27Zak. Noûs : Celles et ceux qui sont contre la domination, souvent elles et ils la pratiquent aussi. Lorsqu’on a commencé à prendre la parole sur la situation des étudiant-e-s et des chercheurs et chercheuses étrangères et étrangers, beaucoup de camarades n’étaient pas au courant de toutes les tracasseries qu’on subit : les questions de papiers, de justificatifs de ressources pour pouvoir venir faire ses études supérieures ici en France. Et tout le monde tombait des nues : « Ah bon, vous devez faire toutes ces démarches-là ! » Il y a une méconnaissance totale de cette situation des plus précaires des précaires, si j’ose dire.

  • 9 NDE : Office français de l’immigration et de l’intégration.

28Dra Noûs : Dans le même sens de ce que disaient Zakaria et Malek, les universités françaises aujourd’hui sont constituées de beaucoup d’étrangères et d’étrangers. Imaginons qu’on augmente le montant des inscriptions, donc, je ne dirais pas qu’elles seront vides, mais en tout cas il n’y aura pas assez d’étudiants. C’est ça qui explique aussi une mobilisation très forte du corps professoral et des titulaires. C’est une lutte qui doit se mener en commun. Pour ajouter quelques mots à ce que disaient Zahra et Leyla, elles ont expliqué en gros le contexte général de notre lutte. Je vais donner mon exemple et ça va contribuer davantage à expliciter la lutte. Moi, je dirais que mon adhésion à ce groupe était une évidence. Une évidence dans la mesure où, quand je suis venu ici, la première chose à laquelle j’ai été confronté c’était de régulariser ma situation. À l’époque il fallait aller à l’OFII9. On nous faisait pas mal de tests médicaux pour régulariser notre situation. On perdait beaucoup de temps, deux semaines, trois semaines, sans pouvoir assister au cours parce que quand on vient de l’étranger il faut aussi assister à deux ou trois semaines de mise à niveau et c’est très important. Donc, souvent on le rate, on est mal parti-e-s pour l’année. En plus, on est obligé-e-s de travailler à côté. Souvent on s’absente et quand on s’absente à l’université il y a des répercussions sur le renouvellement du titre de séjour. Parce qu’on nous demande une attestation d’assiduité en plus des relevés de notes. J’ai vécu ça deux ans. Après, quand j’ai fini mon master 2, j’ai passé le concours pour le doctorat, auquel j’ai été reçu. Donc automatiquement j’ai voulu prendre de l’avance pour les démarches d’inscription, sauf que j’ai fait cinq mois avant de pouvoir m’inscrire. Cinq mois dans une thèse c’est beaucoup. Pendant ces cinq mois c’était un ballet constant entre la préfecture et la scolarité. Il faut ajouter que, puisque j’avais signé un contrat doctoral, je n’avais plus la possibilité de travailler mais je n’avais pas eu automatiquement ma paie et donc à un moment donné on m’a menacé d’expulsion. Donc il a fallu que la directrice de mon école doctorale se porte garante. Tout cela est dû à ma situation d’étranger. Pour que mes frères et mes sœurs qui viennent ne subissent pas le même sort, j’ai décidé de m’engager. Pour essayer de mettre fin à cela. Même si on ne peut pas y mettre fin d’un seul coup, au moins ça…, faire ce qu’on peut quoi. C’est-à-dire informer d’abord celles et ceux qui viennent, nos frères et nos sœurs qui sont là-bas et qui veulent venir, à quoi elles et ils doivent s’attendre ici mais aussi comment y faire face.

29Zah. Noûs : Dra, je ne sais pas si tu le souhaites mais comme on donne des exemples sur la manière dont le comité national de mobilisation de FLL souhaitait nous associer et dans la manière dont on a tenté de ne pas nous laisser imposer une manière de voir l’étranger ou l’étrangère depuis l’extérieur, si ça t’embête pas et on peut le faire ensemble, je pense que c’est assez éclairant de revenir sur comment tu as été amené à parler à une tribune au cours d’une manifestation.

30Si tu veux, je peux commencer et après tu parles de ton expérience, puisque c’est toi qui étais à la tribune. Faisant partie du comité national, j’avais proposé, dans le cadre d’un ensemble de prises de parole qui devaient avoir lieu lors d’une manifestation, que le groupe Esr_etr&DIT soit aussi représenté. Pour nous, il s’agissait qu’un-e membre étudiant-e de notre groupe arrive à la tribune et prenne la parole pour parler de l’implication qu’aurait la LPPR sur les étrangères et les étrangers à partir de son expérience personnelle et de son expérience de lutte au sein du mouvement Facs et labos en lutte. Et là, je comprends qu’on n’était pas du tout sur la même longueur d’onde, parce qu’après avoir bataillé pour que cette proposition soit acceptée, j’ai commencé à subir des pressions à travers des SMS, des coups de téléphone : « T’as trouvé l’étudiant étranger ou l’étudiante étrangère ? » ; « Il faut que tu nous donnes le nom. » Or pour nous, c’était quelqu’un qui allait parler au nom du groupe, peu importe qui elle ou il sera, nous nous étions juste mis d’accord sur le fait que ce serait un-e étudiant-e. Je comprends, au cours des échanges avec les personnes chargées d’organiser la prise de parole, qu’il était important que la personne qui allait intervenir soit clairement identifiée à l’avance et mise en contact avec les organisateurs… Nous n’étions bien sûr pas d’accord avec cette procédure, parce que nous étions tou-te-s très pris-e-s la matinée par diverses activités : on devait manifester devant notre université, distribuer des tracts pour appeler à venir à la manifestation… Il y avait les collègues qui étaient allé-e-s soutenir les travailleurs et les travailleuses grévistes de la RATP convoqué-e-s en conseil de discipline et donc nous allions décider quelques heures avant la prise de parole qui parlerait au nom du groupe en fonction des disponibilités et dispositions des un-e-s et des autres. Or, quand j’arrive devant l’esplanade, sans l’étudiant-e en question, on me dit – comment on m’a dit ça ? –, il y a un terme précis, comme si l’on était en train de jouer une pièce de théâtre, répéter : « il faut répéter, il y a un texte commun à dire », etc. Et là je comprends que les gens qui allaient intervenir devaient inclure dans leur intervention des phrases précises comme des espèces de slogans.

31D. Noûs : À peine arrivé, elles et ils m’ont donné le texte. Deux paragraphes que je devais en gros mémoriser et répéter, suivre à la lettre. Je leur ai dit que moi, j’avais préparé quelques lignes par rapport à ma situation et par rapport à notre lutte. Elles et ils me disent : « Tu peux le lire mais néanmoins il faut incorporer quelques phrases du texte que nous t’avons donné ». J’ai dit ce que j’avais à dire et à la fin, j’ai prononcé ces fameuses phrases.

32Zah. Noûs : Et c’est gênant, ce n’est pas tellement le fait d’avoir à prononcer des phrases, ce qui peut se comprendre quand il y a une cohérence du groupe – effectivement on veut construire une cohésion –, mais le problème c’est que les phrases ont été écrites en dehors, sans inclure tou-te-s celles et ceux qui allaient intervenir. Si on me l’avait dit en amont, nous aurions pu en discuter dans notre groupe et proposer des phrases aussi pour que le texte émerge réellement du collectif FLL. Dra n’a pas participé à la rédaction de ces phrases ni aucun-e d’entre nous. Et ça, c’est vraiment très problématique.

33Tracés : Pour bien comprendre, qui sont ces personnes qui ont donné le texte à lire ?

34Collectif : Ce sont des membres du comité national de mobilisation des Facs et labos en lutte, qui le chapeautent.

35D. Noûs : Les phrases ça parlait de l’augmentation des frais d’inscription, elles et ils disaient qu’elles et ils n’étaient pas d’accord, que ce n’était pas normal. Que les étudiant-e-s étrangères et étrangers devaient être traité-e-s de la même façon que les étudiant-e-s français-e-s. Aujourd’hui on parle des étudiant-e-s étrangères et étrangers et demain quand ce seront les étudiant-e-s français-e-s ?

36Collectif : Elles et ils disent comment il faut le dire, c’est un peu du paternalisme…

37Zak. Noûs : Et à Nanterre ? Tu te souviens à Nanterre au moment de la tribune… Je te laisse comme ça, tu parles aussi.

38L. Noûs : Après il faut qu’on parle de comment le groupe a été constitué parce qu’on ne l’a pas dit. Et ça, je pense, c’est la plus grande illustration de la marginalisation…

39W. Noûs : Après, je voulais aussi prendre l’exemple de ce qui s’est passé à l’université de Nanterre durant les journées de la deuxième coordination début mars 2020. On avait notre groupe de travail Esr_etr&DIT, on voulait restituer ce qu’on avait fait et, arrivé-e-s à la tribune, on nous dit : « Vous n’avez que deux ou trois minutes », alors que nous, on voulait lire tout ce qu’on avait écrit. Et même lorsqu’on était en train de lire elles et ils nous pressaient alors que si c’était un autre groupe, peut-être…

40Zak. Noûs : Non, juste avant, pardon je te coupe, juste avant il y a eu les interventions sur les expériences brésiliennes et en Angleterre qui ont duré chacune plus de vingt minutes… Un intervenant nous a plus parlé de lui qu’autre chose d’ailleurs, de son expérience de lutte [rires]. Mais franchement, on a respecté le format demandé, on arrive avec un texte précis et en plus on était plusieurs, parce que dans notre groupe tout le monde a le droit de prendre la parole, on était deux garçons et deux filles, et on voulait tous et toutes prendre la parole parce que tout le monde a contribué à ce travail. Et donc on arrive et là, le comité nous demande de faire vite. J’ai réagi d’une manière rude pour dire : « Arrêtez de nous harceler comme ça. » Et à ce moment-là elles et ils se sont rendu compte… Une figure « emblématique » de ce mouvement ne nous regardait même pas, elle ou il était sur son téléphone, limite elle ou il nous snobait, moi j’étais heurté et mes camarades aussi je crois.

41M. Noûs : Le terme snober est je crois très important, on sent réellement une forme de snobisme à notre égard.

42Zak. Noûs : Peut-être parce qu’on s’exprime bien, parce qu’on arrive à porter notre cause aussi, en tout cas moi, ce sentiment, je l’ai vécu plusieurs fois.

43A. Noûs : Je voulais rebondir sur ce qu’il vient de dire. Il y a un gros problème général, c’est le : « Qui parle ? » Que ce soit dans des mobilisations, que ce soit dans tous les espaces où on peut se retrouver, c’est l’identité de la personne qui parle qui est le plus en jeu. Et la première identité par laquelle on nous définit c’est cette identité d’étranger ou d’étrangère. La question de l’ESR passe en second, même en dernier. Et cette identité d’étranger ou d’étrangère fait que soit on est snobé-e-s, soit ce qu’on dit n’a pas de valeur. Ce qui est flagrant, c’est que juste après vous, il y a quelqu’un qui va dire la même chose et là, on va dire : « Ah bon ? » Et c’est vexant. On se rend compte qu’on n’a pas, nous-même qui vivons la situation, le droit de dire ce qu’on vit. On n’est pas suffisamment légitimes à dire : voilà ce qui est mauvais et voilà ce qui n’est pas mauvais.

44En dehors de ça, moi, l’une des choses qui m’a amené à me mobiliser, il faut le dire honnêtement – moi à la base je ne suis pas du tout syndiqué, Leyla en sait des choses, elle a beaucoup contribué –, c’est vraiment la hausse des frais de scolarité pour les étudiant-e-s étrangères et étrangers et ce qui a suivi après ça, et que je qualifie de grande hypocrisie, c’est le fait de se dire que si l’on augmente pour tout le monde ça nous [les doctorant-e-s] désavantage, donc on augmente pour les étudiant-e-s de licence et de master et on épargne les doctorant-e-s. C’est un discours qui n’est pas du tout neutre. Je suis doctorant et donc je me réjouis qu’il n’y ait pas cette augmentation, mais je ne peux pas être hypocrite à ce point. On est tou-te-s dans une situation où on sait que le système de recherche en France est largement dominé par les doctorant-e-s étrangers qui font vivre les laboratoires. Et la rétribution après, c’est quoi ? Quand on regarde les recrutements, combien d’étrangères et d’étrangers sont finalement recrutés ? C’est vraiment, je n’ose même pas dire que c’est une infime partie. Ça veut dire que c’est une main-d’œuvre à bas prix, en fait, pour nourrir la recherche et on ne peut pas se permettre de la perdre. Du coup, on évite d’avoir une augmentation pour cette population parce que justement il y a des doctorant-e-s qui travaillent à côté, il y a des doctorant-e-s qui ont des financements, qui vont payer des impôts, cotiser, même si demain elles et ils ne sont pas recruté-e-s. C’est tout un mécanisme qui existe et qui nourrit le système et on ne peut pas se permettre de perdre ça. Par contre, pour celles et ceux qui viennent derrière, il y a cet argument économique qui dit : « Elles et ils vont se former, on n’a pas suffisamment de revenus pour eux et peut-être qu’elles et ils vont retourner chez elles et chez eux ». Qu’est-ce qu’on fait ? On prend le maximum d’elles et eux et si demain elles et ils vont chez elles et eux, on n’a rien à perdre. Ce qui est hypocrite, en plus de ce que je viens de dire c’est que pendant toutes les années d’étude, les étudiant-e-s étrangères et étrangers, peu importe l’origine, elles et ils travaillent à côté et, économiquement, c’est rentable pour tout le monde. Un-e étudiant-e étranger ou étrangère ne va pas dormir dans la rue, elle ou il va se louer un appartement. Il y a tout un système qui est hypocrite, je le dis en fait, je suis désolé d’employer ce terme, mais c’est méchant d’étiqueter un individu par son statut d’étranger ou d’étrangère au vu de tout ce à quoi elle ou il contribue, qui fait qu’elle ou il n’est pas étranger ou étrangère en soi. Les impôts par exemple ils vous tombent dessus, ils ne vont pas vous dire que vous êtes étranger ou étrangère. Il faudrait apprendre à calibrer les choses, c’est-à-dire que je suis étranger et fier de l’être, mais je pense que ce n’est pas ce qui définit ce que je fais dans la société française. Et c’est ça le vrai problème, c’est ça que je trouve dramatique en France. La réponse qu’on donne derrière c’est ce que Leyla a dit, c’est : on va délocaliser l’offre de formation. Cela suppose déjà que tout le monde veut l’offre française, bien… En même temps on va donner des bourses pour venir. En fait, avec ces bourses-là, pourquoi ne pas subventionner cette augmentation qu’il y a ici ? C’est un discours qui se contredit lui-même, déjà c’est un mauvais point. L’autre point qui est à voir c’est que les étrangères et les étrangers en général et les étudiant-e-s étrangères et étrangers sont gérés en France, je dirais, un peu comme de la merde. Par exemple, quand on va faire sa demande de titre de séjour, je ne vous dis pas le calvaire. Pour être reçu-e à la préfecture tu dois y être à cinq heures du matin, toute ta journée est déjà bousillée. Simplement pour une démarche administrative. Le gros paradoxe, c’est qu’en France on se plaint que tout est dématérialisé, tout est ceci, tout est cela, mais on ne peut pas faire de demande de titre de séjour en ligne. Il faut aller sur place, il faut payer des timbres fiscaux… En fait, c’est tout un système de dévalorisation. Et le pire dans tout ça, et je reprends cette parole de Leyla, c’est qu’il ne suffit pas d’avoir un salaire pour avoir un titre de séjour. Je me souviens quand j’ai eu mon contrat, c’était complètement difficile. J’ai eu une expérience qui m’a beaucoup marquée : la première conférence à laquelle j’ai eu à participer, c’était une grande conférence. Je vais en Angleterre pour cette conférence et pendant la conférence je reçois un mail. J’étais employé par un institut public de la recherche française à ce moment-là, et le mail dit : « Votre titre de séjour arrive à expiration et si vous ne nous fournissez pas le nouveau titre de séjour, votre contrat sera suspendu. » Je me dis, là, je suis en Angleterre et quand on regarde mon travail, l’étiquette qui est là, on dit : « C’est un employé de cette institution française » ; là, je suis ambassadeur de cette institution, je prends l’image de celui qui m’emploie. Et celui qui m’emploie m’envoie un mail pour me dire si vous ne renouvelez pas votre titre de séjour, votre contrat sera arrêté. Peut-être que c’est moi qui ne comprends pas les choses ? C’est-à-dire que je suis là et je me dis : ok, bienvenue en fait…

45Collectif : en France !

46A. Noûs : Il y a un truc qui va pas, c’est que cette démarche-là, ce n’est pas à moi de la faire. Si j’offre mes services et si elles et ils ont accepté de payer mes services, il y a tout un ensemble de choses avec. Je ne suis pas venu avec une carte d’identité française dire que je veux un emploi. Elles et ils savaient que j’étais étranger et elles et ils m’ont pris. Du coup, il faut assumer quelque part. Même si vous allez me faire un rappel, au moins que ce soit un rappel du genre : « En fait, il faudrait que vous nous donniez les documents qu’il faut pour pouvoir demander un prolongement de votre titre de séjour. » C’était vraiment choquant de voir ça. De fil en aiguille, ça a été : « Si vous n’avez pas votre titre de séjour, on ne peut pas vous faire signer votre contrat, si vous n’avez pas renouvelé votre titre de séjour, vous ne pouvez pas vous réinscrire à l’université. » Puis l’université qui m’envoie un mail qui dit : « Je ne peux pas autoriser votre inscription parce que vous n’avez pas ce titre de séjour. » Ce qui est paradoxal c’est qu’à ce moment, j’avais le récépissé de demande de renouvellement. Il y a un ensemble de choses qui s’imbriquent, qui sont invisibles aux yeux de toutes les associations, à toutes les personnes qui se mobilisent, que seuls nous, étrangères et étrangers, pouvons dire. Et ce qui est dommage, c’est que, quand on le dit, on n’est pas suffisamment légitime pour les dire parce qu’on est étranger ou étrangère. Il y a un effet qui est compliqué à démêler, c’est vraiment frustrant en fait. Je ne suis pas syndiqué à la base mais si j’en arrive à ce niveau-là c’est qu’il y a vraiment quelque chose !

47Zah. Noûs : Le problème dans le mouvement de Facs et labos en lutte, c’est que les étrangères et les étrangers, et notamment les étudiant-e-s étrangères et étrangers, sont écouté-e-s comme témoins et pas comme expert-e-s de leur situation. Dans les faits, les sociologues elles-mêmes et eux-mêmes ou les politistes, parce que souvent ce sont des gens des sciences sociales qui sont moteurs de ce genre de mouvements, se basent sur leur expérience vécue en tant que membres de l’ESR et en tant qu’expert-e-s des phénomènes sociaux pour monter des revendications sociales à l’intérieur de l’université, elles et ils en font la traduction pour rendre leur réflexion et tester l’opérationnalité de leurs travaux académiques sur le terrain des luttes sociales. Quand il y a un-e étranger ou étrangère qui vient, pour ces chercheurs et ces chercheuses qui dominent le champ des sciences sociales et dont beaucoup viennent de l’élite académique (Sciences Po, Normale Sup, etc.), l’étranger ou l’étrangère, c’est un objet d’étude, elle ou il ne peut pas être expert-e de sa situation, au mieux on peut lui laisser de temps en temps de la place comme témoin. Et donc c’est à ça qu’on a été confronté-e-s dans la lutte. Une lutte double. Et c’est ça qu’on refuse dans ce groupe. C’est pour ça qu’il y a des problèmes, je répète ce qu’a dit Malek Noûs : nous, ce qu’on souhaite c’est que les personnes étrangères qui font partie de l’ESR soient aussi considérées comme des expertes de l’ESR. C’est dans cet état d’esprit que nous avons aussi montré l’importance d’associer tout personnel de l’ESR, dont le savoir expérientiel acquis au quotidien doit être mobilisé dans les mouvements de lutte sociale, qui reste trop souvent entre les mains de l’élite académique. Notre groupe a aussi été très actif dans l’articulation de nos revendications à celles des travailleurs et des travailleuses mobilisé-e-s contre la réforme des retraites à l’extérieur de l’université. Peut-être que ce qui a été dénoncé par le groupe ESR_etr&DIT dans le mouvement Facs et labo en lutte, c’est-à-dire l’invisibilisation, ou au mieux la marginalisation de certaines fractions concernées, peut servir à interroger pourquoi les mouvements sociaux aujourd’hui en France n’arrivent plus à obtenir gain de cause, on le voit bien, que ce soit dans l’éducation, dans le domaine des retraites… Les mouvements sociaux sont à la limite de ce qu’ils ont pu faire ces trente, quarante dernières années. Les étrangères et étrangers peuvent y apporter par leur point de vue situé quelque chose d’un peu nouveau, comme d’autres l’ont fait et le font à travers la question féministe, comme par exemple le fait d’intégrer dans les mouvements sociaux la question de toutes les activités qui ont été externalisées à l’université : restauration, nettoyage, etc. Ça ne pose pas problème aux gens d’entrer dans l’université et de voir qui est vigile, qui est dans le nettoyage, qui est dans la restauration, tant l’espace d’occupation ou de travail est fractionné : ce sont les personnes étrangères, ou assimilées à tout ce qui peut évoquer l’étranger – parce que ces personnels incluent aussi beaucoup de Français-e-s issu-e-s de l’outre-mer –, et que cette fragmentation de l’espace occupé suit la fragmentation discriminatoire des tâches assignées à des personnes en situations de précarité parce que c’est dans ces espaces et pour ces tâches que le travail est le plus externalisé.

Les conditions d’accueil, d’étude et de travail des étudiant-e-s et jeunes chercheurs et chercheuses étrangères et étrangers

48Tracés : Pour toutes les démarches à la préfecture, il n’y a personne du côté des universités ou des laboratoires qui joue le rôle d’intermédiaire avec la préfecture, qui vous aident dans vos démarches…

49A. Noûs : À l’université de Paris, il y a un service qui s’appelle service de la vie étudiante qui gère uniquement pour les étudiant-e-s qui résident à Paris, alors que les étudiant-e-s étrangères et étrangers sont majoritairement dans les banlieues. Et je pense que c’est en train de changer, et je pense que c’est aussi une avancée qu’on a réussie avec ce groupe, on est en train de mettre en place un livret d’accueil pour les étudiant-e-s étrangères et étrangers.

50Zak. Noûs : Dans mon établissement, on a un bureau qui s’occupe de faire l’intermédiaire, quand on y est chercheur ou chercheuse salarié-e. Donc c’est l’établissement qui effectue la démarche au niveau de la préfecture, pourvu qu’on ait une attestation d’hébergement qui dépende de Paris. Je me suis débrouillé pour avoir une attestation, comme ça j’évite de faire la queue à la préfecture. Mais c’est ce même bureau qui m’a mis en situation d’irrégularité pendant au moins trois mois, durant lesquels je me suis retrouvé sans-papiers en France. Et là, ça revient au problème que pointaient mes collègues, lorsqu’en fait, dans ce mouvement de mobilisation, lors de nos interactions avec nos collègues mobilisé-e-s, on nous regarde comme étrangères ou étrangers et on ne nous regarde jamais comme partie prenante du système d’enseignement supérieur, des chercheurs et des chercheuses, comme si on était aussi étrangers ou étrangères à l’ESR. Par exemple, moi j’étais ATER, et il y avait une décision de renouvellement de mon ATER au mois d’avril donc je n’ai pas postulé ailleurs. C’était un renouvellement confirmé, donc je ne vais pas me casser la tête et perdre des semaines de préparation de dossier pour postuler ailleurs. Et fin du mois de juin, l’établissement me dit : « Non, Monsieur, finalement votre poste n’a pas été renouvelé et a été supprimé. » En septembre j’avais mon titre de séjour qui expirait. Donc là, mes collègues et la direction du labo m’ont soutenu fortement et l’établissement m’a trouvé un petit contrat entre septembre et décembre le temps de me permettre de renouveler mon titre de séjour. Donc entre septembre et décembre j’ai eu un récépissé puis j’ai payé un titre de séjour de quatre mois qui m’a coûté deux cent cinquante-six euros. Je signe mon contrat ensuite, car une collègue a soutenu sa thèse et a abandonné son poste d’ATER parce qu’elle a obtenu un postdoc. Et entre-temps j’avais eu un contrat de vacation, et quand on dit vacation à l’université ça veut dire que vous êtes payé un mois après – dans mon établissement je peux vous dire que j’ai donné des cours entre septembre 2019 et mai 2020, j’ai pas encore touché un centime sur mes vacations. Pour moi, le mot précarité est insuffisant à notre égard, c’est de la surprécarité parce qu’on fait partie prenante de ce système d’enseignement du supérieur comme chercheurs et chercheuses, enseignant-e-s, vacataires mais aussi en tant qu’étrangers ou étrangères parce que personne ne peut se mettre à notre place et sentir ce sentiment de précarité juridique, d’être en situation irrégulière, la boule au ventre. Je ne suis pas parti en vacances, moi, par exemple, aux vacances de Noël, parce que j’avais peur de sortir. Un simple contrôle de papiers et ils peuvent me renvoyer chez moi. Vous imaginez quand même que ça fait cinq ans que je suis en France et c’est mon établissement, mon premier recruteur qui me met dans cette situation d’irrégularité ? Je n’ai jamais pensé que ça arriverait un jour. Ce sont des violences symboliques qui se reproduisent à chaque fois.

51Tracés : Le renouvellement du titre de séjour passe forcément par le fait d’avoir un contrat ?

52Zak. Noûs : Oui, parce que j’ai un statut qui s’appelle passeport talent. C’est aussi des stratégies migratoires, parce que, quand on a un titre de séjour étudiant, on a un nombre limité d’heures de travail, et même si on travaille on n’a pas le droit de s’inscrire à Pôle emploi et toucher nos allocations de chômage. C’est pour ça que quand j’ai eu mon poste d’ATER, mon premier réflexe a été de changer mon titre de séjour étudiant. Comme ça, je me dis que s’il n’y a pas de renouvellement, je peux au moins toucher les allocations. Et là, en plus, le fait d’être en situation irrégulière – parce qu’au final c’est mon établissement qui dépose mon dossier… Je suis allé à la préfecture plusieurs fois et ils m’ont dit : « Monsieur, ce n’est pas à vous de faire ça, on a une convention avec votre établissement, c’est votre établissement qui doit envoyer votre dossier. » Mon dossier est arrivé en retard et j’ai dû payer une amende de cent quatre-vingts euros parce que mon dossier est arrivé en retard. Et quand je contacte mon établissement : « Pourquoi mon dossier est arrivé en retard ? – Mais vous savez monsieur », etc.

53M. Noûs : En fait là, ce qu’on expose ce sont aussi différents paradigmes de la domination et peut-être que l’on peut donner l’impression que la question de l’étranger ou de l’étrangère, ou les questions de race sont premières par rapport à celles du féminisme ou de la précarité, mais je crois aussi qu’on devrait vraiment lier toutes ces formes de dominations. Que ce soit des titulaires par rapport aux non-titulaires, des Français-e-s par rapport aux étrangères et étrangers, des hommes par rapport aux femmes. Il faudrait qu’on arrive à les penser ensemble, c’est ça notre idée. Les penser ensemble et pas les hiérarchiser à nouveau. Je pensais à une petite anecdote pendant la coordination des universités à Saint-Denis au mois de janvier : j’assiste à un atelier qui parlait des discriminations au sein de l’ESR et j’avais pas compris, quand j’assistais à l’atelier, qu’il concernait les discriminations vis-à-vis des étudiant-e-s, je croyais que c’était les discriminations de façon générale ; et à un moment je prends la parole, je dis : « Voilà, je voudrais parler du racisme et de l’islamophobie au sein de l’université », et l’étudiante qui modérait, qui était doctorante, m’a dit : « Non, tu es titulaire, tu ne peux pas parler ou bien tu parles simplement de ces questions par rapport aux non-titulaires. » On peut s’interroger sur ce geste qui consiste à dire à une femme racisée qui pouvait souffrir de racisme et d’islamophobie, de lui dire : « Tais-toi parce que tu es titulaire. » Donc là on se trouve dans une forme de complexité de qu’est ce qui est premier ? Pour éviter cela, il faudrait qu’on arrive vraiment à lier ensemble toutes ces formes de domination.

  • 10 ED : École doctorale.

54A. Noûs : Par rapport à toute cette situation c’est un peu notre promo au sein de notre ED10 qui a relancé cette dynamique-là, parce qu’on a été un ensemble d’étudiant-e-s étrangères et étrangers à entrer en thèse en même temps et on a eu des soucis pour établir les contrats de thèse, enfin une majorité, et du coup, ayant vécu tout ça, on a décidé de lancer une enquête pour recueillir ces expériences, dont la phase exploratoire est en cours. L’objectif de cette enquête est de proposer des solutions, sur comment les gens s’en sortent malgré les difficultés. Parce qu’on a les compétences pour le faire, mais aussi parce qu’on a des titulaires qui vont nous taper dessus si ce n’est pas bien. On a tout ce qu’il faut pour le faire et pas uniquement parce qu’on est étrangères et étrangers mais parce qu’on fait aussi partie de l’enseignement supérieur. Parce que moi, ce que je dis toujours, c’est qu’il ne faudrait pas hiérarchiser les choses que nous-même on n’a pas hiérarchisées. On est un ensemble qui n’est pas uniforme. On ne peut pas nous dire : « Vous êtes seulement étrangers ou étrangères, vous êtes seulement de l’ESR ». On est un ensemble de tout ça. On est étrangers ou étrangères, et on est aussi spécialistes, compétent-e-s autant que les chercheurs et chercheuses qui peuvent prendre cette question d’étrangers ou d’étrangères comme objet d’étude.

55L. Noûs : Pour clore un peu cette partie, je pense que ce que ça évoque, c’est le problème de la participation des étrangers et des étrangères aux mouvements de lutte en général. Et on a vécu ça de l’intérieur. Moi, c’est la première fois que je participe à un mouvement, m’affichant en tant qu’étrangère. Franchement je n’ai jamais fait ça de ma vie.

56Zak. Noûs : Tu n’as même pas de problème de papiers.

57A. Noûs : Si, c’est elle qui a subi le problème de : « Il ne suffit pas d’avoir un salaire pour avoir un titre de séjour ! »

58L. Noûs : Je ne pensais pas parler de ça mais très brièvement : j’ai été recrutée en 2011 dans un institut de recherche public français et à ce moment-là je suis arrivée avec un titre « compétences et talents » qui ne dure que trois ans. Après j’ai dû changer pour « salariée ». C’était déjà une galère de changer de statut. Après ça dans cet institut, souvent on part en expatriation. Au moment où je devais partir, mon titre de séjour expirait et il fallait que j’aille tous les trois mois à la préfecture parce qu’elle ne donnait que des récépissés de trois mois. J’arrive à la préfecture avec mon décret de titularisation, qui est un décret ministériel, et là, je demande un titre de séjour de dix ans parce que je ne veux pas revenir en France tous les trois mois. Et ils me disent : « Non, ce n’est pas possible, on ne peut pas être fonctionnaire et étranger. » Qu’est-ce que je peux dire ? Après il a fallu que je supplie mon institut, qui est un institut qui travaille principalement à l’étranger, avec beaucoup d’étrangères et étrangers qui viennent en mobilité en France, et lui, il ne comprenait pas que c’était à lui de discuter avec la préfecture, parce que moi, à la préfecture, je n’étais rien. Et donc, c’est finalement deux jours avant mon départ que j’ai eu mon titre de dix ans. Et maintenant, je vais demander ma nationalité pour ne pas avoir à le refaire encore une fois.

59Zak. Noûs : Moi, en plus j’ai appris La marseillaise depuis longtemps [rires] !

60A. Noûs : Le système en lui-même oblige à demander la nationalité. Pas parce que les gens veulent forcément rester là, mais à cause de tous ces tracas, ils le font pour être tranquille pendant leur séjour.

61L. Noûs : Ce n’est pas de ça dont je voulais parler [rires]. Ce que ça évoque, ce qu’on a dit, c’est que les étrangères et les étrangers, non seulement de par leurs conditions matérielles, administratives et juridiques ont des difficultés à participer aux mouvements sociaux, mais en plus il y a plein de mécanismes mis en place pour les exclure ou parler à leur place. L’idée, ce n’est pas de casser du sucre sur le dos du comité de mobilisation des Facs et labos en lutte, je voulais rappeler que le problème n’a pas été uniquement vis-à-vis des luttes des étrangères et des étrangers dans l’ESR, ça a été beaucoup plus général et ça reflète la composition de ce comité constitué majoritairement de personnes qui sont titulaires et qui ont également été formées dans les grandes écoles, donc pas du tout le lumpenprolétariat de l’ESR… Et donc elles voient l’ESR et les luttes par leur regard à eux. Donc ce n’est pas que ce groupe-là qui a eu des problèmes dans cette mobilisation, ce sont aussi les précaires, les étudiant-e-s dont les revendications n’ont pas du tout été prises en compte…

62Zak. Noûs : Et les non parisien-ne-s.

63L. Noûs : … Qui ont été marginalisé-e-s parce qu’elles et ils n’ont pas pu prendre leur place, c’est-à-dire qu’on voulait toujours parler à leur place. Donc ce n’est pas qu’une question des étrangères et des étrangers, nous, on en parle parce que c’est notre expérience, mais moi j’ai eu la sensation que j’avais été assignée à cette lutte-là alors qu’il y en avait plein d’autres qui m’intéressaient. Que je suis aussi chercheuse et qu’il y a plein d’autres questions qui m’intéressent. Je me suis retrouvée à être porte-parole parce qu’il n’y avait personne d’autre pour le faire à part nous. Donc nous, on s’est retrouvé-e-s à devoir lutter contre le Ministère et ses politiques, contre nos camarades qui ne comprenaient pas et auprès de qui il a vraiment fallu prendre notre place, et aussi contre nos collègues. On a des expériences quotidiennes de racisme ordinaire dans nos labos.

64Tracés : Être étranger ou étrangère et racisé-e ce sont deux formes de domination, comment faites-vous le lien entre ces deux formes de discrimination dans vos réflexions ?

65L. Noûs : C’est quelque chose sur lequel on a envie de travailler, on n’a pas forcément les mêmes positions. Par exemple, moi je n’utilise pas le terme racisé-e, ce n’est pas quelque chose qui me convient.

66W. Noûs : Moi non plus, pour moi c’est mettre dans une position de… le racisme existe, mais se dire racisé-e c’est se définir en tant que ça. Alors qu’on est tout sauf ça en fait.

67L. Noûs : À la base le groupe n’est pas uniquement composé d’étrangères et étrangers, c’est un groupe – il y a des gens qui entrent et des gens qui sortent –assez ouvert avec un noyau dur, il n’y a pas besoin d’être étranger ou étrangère, il y a des Français-es, bien français-es depuis je ne sais pas combien de générations, non issus de l’immigration depuis très très longtemps.

68Zah. Noûs : On n’est pas là pour critiquer le mouvement, là on pointe les faiblesses. C’est important en tant que personnel de l’ESR de se battre sur son lieu de travail, son lieu de vie. Et nous, on souhaite le faire aussi. Le faire d’une certaine manière. Moi, comme Leyla, je ne me suis jamais mobilisée en tant qu’étrangère, j’ai toujours été dans des groupes classiquement de gauche quand j’ai milité en tant qu’étudiante, et effectivement comme la question des étrangères et des étrangers et de celles et ceux qui peuvent être assimilé-e-s à des étrangères et à des étrangers n’y était pas, je suis toujours restée à distance parce que les revendications qui m’étaient propres en tant qu’étudiante étrangère puis en tant que Française issue de l’immigration quand j’ai acquis la nationalité française, n’étaient pas prises en compte. Notre groupe représente pour moi la possibilité de faire converger ces revendications autour de la catégorie de « l’étranger dans l’ESR », qui se veut une catégorie inclusive au-delà de celles et de ceux qui tombent sous la catégorie juridique de l’étranger ou de l’étrangère telle qu’elle est définie aujourd’hui en France sur le plan légal. Donc nous y incluons celles et ceux qui se sentent solidaires des injustices et oppressions en lien avec celles et ceux qui sont assigné-e-s à ce que cette catégorie suppose. C’est un groupe un peu réseau et c’est dans ce sens-là que l’on veut continuer à travailler. Et on veut aussi que ce soit un groupe ouvert dialoguant avec la question des discriminations et des oppressions. Par exemple la question de la race et de la racialisation, c’est une question apportée plutôt par Malek. Moi je suis plutôt dans une dimension internationaliste, or la question que pose l’usage de la catégorie de « race » me fait voir des choses depuis les discriminations vues à partir de la France et leurs conséquences sur la vie des personnes qui subissent cette oppression. Pour ma part la question de la race n’a pas été au centre de mon expérience de vie. Mon vécu des discriminations raciales a été celui d’une oppression parmi d’autres, enchevêtrée au fait d’appartenir à un milieu avec des ressources économiques faibles, ce qui me rendait solidaire de celles et ceux qui venaient de la classe populaire française, au fait d’avoir été une fille puis une femme, d’être seule dans un milieu académique composé de la population majoritaire et dirigé à une écrasante majorité par des Français bourgeois masculins. Donc nos différentes expériences de vie alimentent nos réflexions de groupe. Alimentées par des personnes qui viennent d’ailleurs, par empathie, solidarité, entre guillemets. Ce n’est pas parce qu’on n’a pas vécu de façon directe le racisme qu’on n’y est pas sensible et on peut apporter un point de vue extérieur en regardant les inégalités, les discriminations, qui peut nous amener à réfléchir sur nos pratiques vécues de l’intérieur. Et inversement, on peut vivre des oppressions qui, parce qu’elles ont été mises sous silence, nécessitent des outils et de la confiance pour les rendre visibles. Sauf quand elles viennent de l’extrême droite, ou d’une certaine droite dite décomplexée, les discriminations racistes ne sont pas toujours faciles à identifier et à caractériser. On les vit, on les sent, on a de la colère mais si on n’a pas l’outillage, on est inaudible. Cet outillage nécessite un apprentissage. De plus même si on peut quelquefois se protéger du racisme individuellement en allant chercher les ressources en soi pour lutter contre les processus de racialisation, cela ne peut se faire qu’à l’échelle d’un véritable effort collectif.

69Tracés : Votre groupe est né de la lutte contre la LPPR et les réformes des retraites mais est-ce que l’idée c’est de prendre une certaine indépendance ?

70L. Noûs : Oui c’est un peu ça, suite à notre discussion on voulait se réunir pour discuter un peu de ce que l’on allait faire par la suite.

  • 11 Voir [URL : http://www.regards.fr/idees-culture/article/tribune-pour-une-universite-ouverte-emanci (...)

71Zah. Noûs : Il y a tout ce qui a été fait pendant le programme « Bienvenue en France » jusqu’en janvier 2019, ensuite tout ce qui a été fait dans le mouvement contre le projet de retraite et la LPPR, et notamment le fait de lier la question des étudiant-e-s étrangères et étrangers avec celle des chercheurs et chercheuses étrangères et étrangers et plus globalement celle des personnels étrangers dans l’ESR. La tribune publiée en février11, elle représente la manière de lier toutes les revendications : qu’est-ce que c’est un projet de loi sur les retraites, qu’est-ce que c’est qu’un projet de réforme de l’enseignement, en quoi ils menacent l’ensemble des personnels qui sont à l’intérieur de l’université. Tous les personnels. C’est ça qu’on a voulu faire tenir dans cette tribune.

  • 12 NDE : Union nationale des étudiants de France.

72W. Noûs : Moi, j’ai eu d’autres expériences de groupes, notamment à la fac. Au début de la mobilisation, il y avait beaucoup d’étudiant-e-s d’origine africaine dans notre université et chaque association était reliée à un pays. Les Malien-ne-s avaient leur association, les Sénégalais-es, les Burkinabés. Et au début, pendant les assemblées générales, personne ne se connaissait. Et chacun-e venait prendre la parole mais on n’était pas organisé-e-s. On a essayé de relier les associations et de créer un collectif. On a remarqué que l’UNEF12 était très engagé, bloquait la fac, était sur la première ligne, mais ce syndicat, il parlait à notre place et ça ne nous convenait pas. Et puis il y avait nos propres expériences que nous-même on comprenait et on avait besoin de se retrouver entre nous pour gagner en confiance et pour s’imposer. Mais après, j’ai remarqué que la situation des étudiant-e-s étrangères et étrangers fait qu’elles et ils ne peuvent pas rester longtemps dans la mobilisation soit parce qu’elles et ils doivent travailler, soit qu’il y a des contraintes administratives, soit tout simplement qu’elles et ils doivent se concentrer pour sauver leur année, aussi pour avoir un renouvellement de leur titre de séjour. Ça fait que notre mobilisation, notre groupe, ça s’est rétréci ; des fois tu organises une réunion, il n’y a que deux ou trois personnes qui viennent. Non pas parce que les gens, ils ne veulent pas, mais parce que souvent c’est très compliqué.

73Donc moi, quand j’ai adhéré à ce groupe-là, moi, j’étais déjà dans le bain de la mobilisation et de l’engagement mais quand je suis venu dans ce groupe, il y avait une grande différence tout simplement parce que c’était composé de plusieurs types de personnes qui ont des profils différents alors qu’avant c’était que des étudiant-e-s, que des Africain-e-s. Alors que dans le groupe que nous avons ici, il y a des enseignant-e-s, il y a des chercheurs et des chercheuses, il y a beaucoup de profils et il y a aussi une constante, c’est que les gens travaillent sur cette situation depuis des années. Nous, on avait nos expériences, mais on n’avait pas la profondeur pour analyser tout le processus. De comprendre et de comparer avec d’autres étapes. Avec ce groupe-là il y avait tous les éléments, l’aspect militant : « On est étranger, on comprend bien la situation », mais il y a aussi l’aspect : « On est des chercheurs et on est capable de produire de la connaissance sur ce sujet-là. » Ça fait que personnellement, depuis que j’ai intégré ce collectif, je me suis senti à l’aise. Parce que je ne voulais pas basculer uniquement dans le militantisme, parce que j’ai vu des ami-e-s à la fac, elles et ils ne font que ça et je me demande est-ce qu’elles et ils vont aller en cours ? Est-ce que ça ne les saoule pas de voir un prof tellement elles et ils sont à fond ? J’ai eu peur de tomber dans ça et je ne voulais pas être juste le gars qui va parler, qui va râler. Je voulais aussi être celui qui cherche à comprendre, à creuser. Et c’est les deux volets qu’on a dans ce groupe. Et c’est un plaisir parce que je ne me suis pas senti sous-estimé parce que je suis en master alors qu’il y a des doctorant-e-s, il y a des chercheurs et des chercheuses.

74Collectif : Mais tu dois quand même dire la vérité, tu es exploité ! Tu dois faire à manger. [Rire collectif]

75L. Noûs : Moi je voudrais juste rajouter quelque chose. Les prochaines thématiques auxquelles on pourrait réfléchir, on pourrait réfléchir aux manières de faire converger notre lutte avec celles d’autres catégories d’étrangères et d’étrangers en France. Les collectifs de sans-papiers, les « gilets noirs », il y a plein de collectifs qui se sont créés aussi parmi les livreurs et les livreuses. Il y a pas mal de collectifs qui se sont montés, et une des choses que l’on devrait réussir à casser c’est le fait de dire que les étudiant-e-s sont des privilégié-e-s par rapport aux autres types d’étrangères et d’étrangers. Bien sûr, la classe sociale compte pour expliquer le parcours migratoire et l’intégration par la suite, mais il y a des choses communes qui restent et c’est important qu’on arrive à dialoguer avec les autres collectifs et montrer que, dans l’ESR aussi, les étrangères et les étrangers font partie de la catégorie de personnel qui est la plus exploitée parce qu’elles et ils exercent les métiers qui sont externalisés dans les cantines, le nettoyage ou la sécurité. C’est parce qu’on peut mal les payer, qu’on peut les faire travailler sans droit à la retraite à la fin alors qu’ils cotisent. Et puis l’autre question à laquelle on devrait réfléchir et aussi poser ça dans le débat public en France, c’est de lier les questions migratoires aux questions d’intégration, aux questions de racisme et aux questions internationales, géopolitiques. L’impérialisme existe toujours, il y a toujours de l’exploitation et on n’exploite pas n’importe qui.

76M. Noûs : Je suis d’accord avec ce que tu disais tout à l’heure Ab Noûs qu’on était très présent-e-s en tant qu’étudiant-e-s, que jeunes chercheurs et chercheuses mais très peu en tant que titulaires, mais il ne faut pas oublier que, notamment pour la population maghrébine, dans l’ESR ce sont surtout des gens qui, comme moi, sont venus assez tard. C’est-à-dire que ce ne sont pas des enfants d’immigré-e-s, ce sont plus des enfants issus d’une classe moyenne ou de la bourgeoisie voire de la grande bourgeoisie dans leur pays. Les autres ne sont pratiquement pas présent-e-s, en tout cas dans les sciences humaines et sociales, dans l’ESR, et je crois qu’on ne peut pas continuer sans le prendre en compte. Donc c’est très compliqué, c’est pour ça que le terme racisé-e, il est important, parce que moi par exemple, en tant qu’Arabe, en tant que Maghrébine je ne suis pas blanche je ne suis pas noire, je suis racisée. C’est un terme qui me convient parce que c’est un terme qui est né dans le milieu militant. Ça dépend aussi de qui nomme qui. Du moment que moi, je choisis de me dire racisée, c’est une forme d’émancipation et de prise de pouvoir sur comment les autres me nomment. Donc c’est important de reprendre cette catégorie tout en la critiquant, mais ça dit quelque chose sur des formes de rapport de pouvoir et des conditions de vie qui sont aujourd’hui plus qu’urgentes à prendre en compte dans le cadre de notre lutte.

77A. Noûs : Je suis assez d’accord avec ce que tu as dit notamment sur les enfants d’immigré-e-s, je préfère les appeler comme ça. Sur la question du terme racisé-e, on n’a pas le même point de vue mais c’est pas un problème. Sur la question des enfants d’immigré-e-s, c’est une question assez importante que nous, dans ce petit groupe, on ne pourra pas traiter. C’est quelque chose que l’on pourra susciter mais qu’on ne pourra pas traiter parce que dans notre groupe, en tout cas à ma connaissance, il n’y en a pas. Il faudrait faire émerger quelque chose au niveau des étudiant-e-s. Moi, avec mon œil de démographe, je ne suis pas d’accord que l’on dise immigré-e de deuxième génération.

78Zak. Noûs : Ça n’a aucun sens cette expression.

79M. Noûs : Ce sont des descendant-e-s de familles d’immigré-e-s…

80A. Noûs : Elles et ils ont des revendications que nous, on n’est pas légitimes à porter. On a des questions qui s’imbriquent, il y a des choses que l’on peut rendre visible communément mais il y a aussi des problématiques que des personnes de cette population-là sont plus légitimes à porter que nous. Je ne voudrais pas que l’on tombe dans ce qu’on critique. Que nous-même on porte la voix de quelque chose qu’on vit, qu’on connaît et qu’on ne prenne pas la parole à la place d’autres personnes qui sont plus légitimes que nous.

81M. Noûs : C’est pas ça l’idée, si on parle de racisme, on ne peut pas ne pas les intégrer avec nous. Donc si on veut orienter le groupe sur des questions de racisme et discrimination, c’est important de l’ouvrir aussi vers eux.

82Zah. Noûs : Il y a aussi des personnels de l’ESR issus de l’immigration, j’ai cité mon cas en début d’entretien. Là aussi il y a un vrai travail à faire sur les préjugés des uns sur les autres, les différences entre un-e membre de l’ESR issu-e de l’immigration familiale et un-e membre de l’ESR venu-e pour étudier ; les catégories ne sont pas étanches, parfois c’est le racisme vécu dans l’Hexagone, et le regard de la population majoritaire qui a créé les solidarités effectivement entre ces deux catégories… Cela prouve donc que nous n’avons pas affaire à une population homogène quand on parle de l’étranger ou de l’étrangère et que le terme racisé-e n’est peut-être pas le plus approprié quand on parle, dans le contexte de la France et des rapports Nord-Sud, de l’étranger ou de l’étrangère, l’immigré-e, de la ou du racisé-e, de la ou du descendant-e d’immigré-e, des descendant-e-s de celles et ceux qui ont quelque chose à voir avec un passé colonial parce que leurs parents ou leurs grands-parents viennent de ce qui a constitué, à un moment de l’histoire, l’empire colonial, durant une période plus ou moins longue, parce qu’elles et ils ont un nom, un phénotype, une religion considérés comme minoritaires… Il nous faut encore trouver un ou des termes plus en lien aussi avec un contexte international globalisé. Les termes qui existent ne me satisfont pas.

83Zak. Noûs : Je ne sais pas si tu avais d’autres questions ?

84Tracés : J’avais une grille d’entretien mais… On ne va pas recommencer. Comme ça n’a pas eu la tête d’un entretien, je ne sais pas comment on va le retranscrire. On prend l’entretien comme une matière première et on le transforme en texte ? On garde la forme de dialogue en gardant les prises de paroles qui se répondent, sans forcément garder vos noms, peut-être sous des pseudos ?

  • 13 Deux références permettant d’éclairer certains sujets évoqués dans l’entretien : Camille Noûs, 201 (...)

85M. Noûs : Ab Noûs, Dra Noûs, Leyla Noûs, Malek Noûs, Wilaime Noûs, Zahra Noûs, Zakaria Noûs ! [Rires et fin de la discussion13]

Haut de page

Notes

1 Voir [URL : https://universiteouverte.org/2020/02/06/collectif-division-internationale-du-travail-et-place-des-etrangers-dans-lesr-en-france/], consulté le 11 janvier 2021.

2 Présenté à son lancement, en novembre 2018, comme un plan visant à mieux accueillir les étudiant-e-s étrangers et étrangères et renforcer ainsi l’attractivité des universités françaises, « Bienvenue en France » s’est avant tout traduit par une hausse des frais d’inscription pour les étudiant-e-s ressortissant-e-s des pays hors Union européenne (l’inscription en licence passant de cent soixante-dix euros par an à deux mille sept cent soixante-dix euros, de deux cent quarante-trois euros à trois mille sept cent soixante-dix euros pour le master) instaurant ainsi une sélection à l’entrée à l’université sur des critères financiers (suite aux mobilisations suscitées par ces annonces, la hausse des frais d’inscription en doctorat a été abandonnée).

3 Voir [URL : https://universiteouverte.org/], consulté le 11 janvier 2021.

4 NDE : Institut national de la recherche agronomique.

5 NDE : Muséum national d’histoire naturelle.

6 NDE : Convention industrielle de formation par la recherche.

7 NDE : Attaché temporaire d’enseignement et de recherche.

8 NDE : Assemblée générale.

9 NDE : Office français de l’immigration et de l’intégration.

10 ED : École doctorale.

11 Voir [URL : http://www.regards.fr/idees-culture/article/tribune-pour-une-universite-ouverte-emancipatrice-et-internationale], consulté le 11 janvier 2021.

12 NDE : Union nationale des étudiants de France.

13 Deux références permettant d’éclairer certains sujets évoqués dans l’entretien : Camille Noûs, 2019, « Pour une université ouverte, émancipatrice et internationale », Sociétés contemporaines, vol. 116, no 4, p. 151-157 et Hicham Jamid, Lama Kabbanji, Antonina Levatino et Kevin Mary éd., 2020, numéro thématique « Étudiants étrangers : des migrants comme les autres ? », Migrations et société, vol. 2, no 138.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Les malvenu-es de l’université, collectif « Etrangèr-es et division internationale du travail scientifique » de la coordination des Facs et labos en lutte, Tracés et Camille Noûs, « « Bienvenue en France ! » », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 39 | 2020, mis en ligne le , consulté le 17 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/traces/11759 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traces.11759

Haut de page

Auteurs

Les malvenu-es de l’université

collectif « Etrangèr-es et division internationale du travail scientifique » de la coordination des Facs et labos en lutte

Tracés

Articles du même auteur

Camille Noûs

laboratoire Cogitamus

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search