Navigation – Plan du site

AccueilLa revueLiens

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Liens

A contrario
https://wp.unil.ch/acontrario/
La revue A contrario a pour objectif d’offrir un support à l’élaboration d’un dialogue interdisciplinaire dans les sciences sociales et les sciences humaines. Elle publie via un comité de peer review des contributions de chercheuses et chercheurs qui développent une réflexion sur des champs d’étude tels que la sociologie politique, l’économie écologique, les études internationales ou encore l’analyse de discours, l’histoire, l’anthropologie et la sociologie de l’art et de la littérature. Elle est en diffusion par les éditions Antipodes (Lausanne) et par le portail Cairn. A côté de sa vocation interdisciplinaire, et tout en veillant à éditer régulièrement des articles de chercheurs renommés, la revue offre également un débouché aux travaux des jeunes chercheurs, en leur mettant à disposition un outil de diffusion digne d’une revue de stature internationale et reconnue.

Association des Revues Scientifiques et Culturelles - ARSC
http://www.arsc.be/

Chantiers politiques
http://www.chantiers-politiques.com
Chantiers politiques (créée par les étudiants de l’École Normale de la Rue d’Ulm) est une revue généraliste de réflexion en sciences humaines. Son point de vue vise à encourager une réflexion pluridisciplinaire, une attitude engagée, critique et constructive à l’égard de divers sujets issus de notre actualité politique. Reposant sur des articles et des entretiens, elle donne la parole à la fois à des spécialistes, des universitaires et des étudiants. Chantiers politiques est aussi une revue pédagogique qui vise l’accessibilité à un large public. Au carrefour des sciences humaines, Chantiers politiques s’engage dans une réflexion pluridisciplinaire pour ouvrir le débat.

Droit et Société
https://ds.hypotheses.org/
La revue Droit et Société a été créée en 1985 par un groupe de chercheurs et enseignants qui, venant de la philosophie, de la théorie et de la sociologie du droit et de l’État, pensaient opportun et utile d’offrir un espace régulier d’échanges sur le juridique dans ses différentes dimensions, pour des recherches et des analyses issues d’horizons disciplinaires divers et produites dans un cadre international avec le souci d’établir des ponts entre le travail de connaissance et l’action. Quelque soixante-dix numéros déjà parus, une audience nationale et internationale, témoignent déjà de la valeur et de la pertinence de ce projet riche, dans l’intention qu’il porte et dans sa réalisation, d’un contenu et d’un esprit. Loin des querelles de chapelles, des affrontements ou des ignorances réciproques entre disciplines, il s’agit de rendre compte, de la façon la plus ouverte possible et la plus scientifiquement ordonnée, de la richesse des travaux et des réflexions de sciences sociales sur le droit et la justice tels qu’ils se développent en France et dans le monde. Ce pari tenu depuis bientôt vingt-cinq ans paraît encore plus justifié actuellement. En effet, ce qu’on a pu appeler un phénomène de juridicisation et de judiciarisation replace la question du droit et de la justice au cœur des transformations de la société et du politique ainsi que le concevaient les grandes figures fondatrices des sciences sociales. C’est bien ce qui explique que ce ne soient plus seulement des spécialisations intradisciplinaires, comme par exemple la sociologie du droit, qui soient désormais concernées mais les disciplines de sciences sociales dans leur généralité : l’histoire, la philosophie, la sociologie, l’anthropologie, la science politique… La revue Droit et Société s’inscrit dans cette évolution. Elle contribue à la promouvoir : par le traitement de ses Dossiers, par des présentations de Questions en débat et principalement celles qui concernent la justice, par la tenue d’une rubrique Études consacrée aux articles de recherche sur des sujets divers, par la tenue d’une abondante Chronique bibliographique portant sur un large éventail d’ouvrages.

Ent’revues
http://www.entrevues.org/
Le site qui passe en revue toutes les revues. Il propose à tous les acteurs de la vie des revues (libraire, bibliothécaires, écrivains, éditeurs, chercheurs...) un espace d’information, de rencontre et de réflexion pour la préservation, l’étude et la promotion des revues culturelles et scientifiques.

Fabula
http://www.fabula.org/
Le site de toutes les parutions les plus récentes en littérature et critique littéraire. Leur objectif : diffuser l’information scientifique ; autrement dit calendrier des colloques, annonces des parutions et actualité de l’Internet littéraire (vous y trouverez votre désormais revue préférée) sont renouvelés chaque jour.

Geste
http://www.revue-geste.fr/
Geste de comédien, de peintre ou d’architecte, geste de sportif, de cuisinier, geste de philosophe et de scientifique, gestes des corps et des pensées : une revue est née de l’attention portée à leur richesse et à leurs correspondances. Organisant la rencontre de paroles multiples et contrastées, celle de l’artisan et celle de l’artiste, celle du critique et celle de l’amateur, Geste nous invite au dépaysement de la pensée et à l’écoute buissonnière. Il fallait à cette pluralité d’horizons culturels une pluralité de formes et de formats. D’articles théoriques en précipités d’impressions, d’entretiens en critiques singulières et exigeantes, la pensée s’élabore et se donne en partage dans le croisement des regards.

La vie des idées
http://www.laviedesidees.fr/
laviedesidees.fr est un magazine d’analyse et d’information sur le débat d’idées. Créée à l’initiative d’un groupe d’intellectuels croisant toutes les disciplines, cette publication est non partisane et entièrement gratuite. Sa vocation est de proposer une information de qualité sur la vie intellectuelle et l’actualité éditoriale, tant française qu’internationale, ainsi que des contributions sur les grands enjeux de notre temps, aussi bien sous la forme d’essais approfondis que d’analyses plus courtes et de discussions publiques. A l’âge de l’Internet, laviedesidees.fr veut être à la fois un lieu de circulation entièrement ouvert et un lieu de production collective et rigoureuse. laviedesidees.fr entend de cette manière répondre aux exigences d’un débat public accessible à tous. Elle entend aussi contribuer à la diffusion d’une critique conséquente des œuvres de l’esprit.

Le Tigre
http://www.le-tigre.net/
Le Tigre est un magazine généraliste indépendant, sans publicité, diffusé en kiosques et librairies.

Manuscrit-Université
http://www.manuscrit-universite.com/
Manuscrit-Université propose à chaque université, école doctorale, laboratoire de recherche de créer sa propre collection et de publier à son nom ses travaux de recherche, actes de colloques et revues.

Proteus
http://www.revue-proteus.com/
La revue d’esthétique Proteus vise à établir un examen critique des relations qu’entretient la théorie avec l’art. Ceci implique de renouveler l’approche critique des questions esthétiques, à un moment où le terme vogue, indécis, entre la cosmétique et le jargon de spécialiste, tout en rappelant l’ouverture des théories de l’art à d’autres domaines avec la rigueur inhérente à une démarche scientifique. Par la diffusion nécessairement transdisciplinaire des travaux les plus récents, nous entendons jeter sur l’esthétique un regard neuf à même d’élargir le lectorat des publications de recherche en sciences humaines, de manière à revaloriser cette recherche elle-même.

Les éditions Questions théoriques
http://questions-theoriques.blogspot.com/
Agence informelle d’amis venant de disciplines diverses : philosophie politique, esthétique, sociologie, poétique, critique littéraire. Son objet consiste à travailler autour de questions qui aujourd’hui émergent spontanément, lorsque la vie nous place en situation telle que nous cherchons à penser et agir de manière à transformer nos mécanismes cognitifs habituels (interprétation, compréhension), nos processus de subjectivations critiques, la manière dont nous concevons nos formes d’émancipation. La réflexion porte donc en particulier sur l’allure de ces questions et des notions qu’elles mobilisent, ou précipitent. Sur leurs différentes méthodes de circulation (nouveaux supports, nouvelles pratiques éditoriales, diffusion…), le type de critères sous-jacents qu’elles induisent, leur mode de réception et de fixation dans une communauté : les comportements, les échanges qu’elles introduisent.

Regards croisés sur l’économie
http://www.rce-revue.com/
Afin de rendre accessibles à tous les grandes questions économiques qui structurent le débat public, la revue Regards croisés sur l’économie livre tous les six mois une synthèse rédigée par les meilleurs spécialistes des sciences sociales, claire, didactique et bien documentée. Les membres de la rédaction organisent chaque numéro autour d’un dossier économique contemporain en suivant une logique soigneusement explicitée, et font dialoguer les contributions des chercheurs et des acteurs de la vie économique par un système de renvois novateur.

SES ENS. Le site des Sciences Economiques et Sociales
http://ses.ens-lsh.fr
Ce portail propose un ensemble d’informations, de ressources scientifiques et d’outils pour les professeur.e.s de sciences économiques et sociales. Le site SES-ENS a pour objet de leur fournir un contenu disciplinaire pour actualiser et poursuivre leur formation.

Sciences Humaines
http://www.scienceshumaines.com/
Sciences Humaines est, depuis près de 30 ans, LE magazine de vulgarisation d’un très large spectre de disciplines: économie, sociologie, philosophie, anthropologie, sciences de l’éducation, sciences cognitives, psychologie, histoire... Les divers numéros (mensuel, trimestriel, hors-série) donnent accès aux avancées des sciences humaines à partir de thèmes d’actualité. Le site internet permet d’avoir accès en ligne à une large partie des numéros (anciens ou nouvellement parus).

Le carnet du Sophiapol
http://sophiapol.hypotheses.org/
Ce blog mis en place par le laboratoire Sophiapol de l’Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense rend compte de l’actualité de la recherche en sociologie, philosophie et anthropologie politiques.

Le Blog de Tracés
http://traces.hypotheses.org/
Avec ce carnet de recherches, le comité de rédaction de la revue souhaite apporter des éclairages sur les choix des thématiques abordées dans chaque numéro, et réfléchir également à d’autres formats de diffusion des travaux de recherches en sciences humaines (articles, courts comptes rendus, actualité de la recherche, entretiens, mais aussi playlists, exploration artistique etc…). Il s’agit notamment de ne pas considérer, après la parution des numéros, que ces derniers sont achevés, mais bien de poursuivre une veille scientifique active sur les sujets qui y ont été abordés.

Vacarme
http://www.vacarme.org/
Entre art et politique, savants et militants, journaux et revues. Vacarme est une revue trimestrielle publiée sur papier et archivée en ligne, qui mène depuis 1997 une réflexion à la croisée de l’engagement politique, de l’expérimentation artistique et de la recherche scientifique.

Villa Gillet
https://www.villagillet.net/
Centre d’analyse et de diffusion de la pensée et des arts contemporains. Elle a pour vocation d’ouvrir des perspectives plurielles sur les cultures contemporaines : littérature, philosophie, sciences humaines, arts vivants, musique... Elle propose ainsi des conférences, des colloques, des lectures, des rencontres-débats, des spectacles, des performances...

Volume!
http://volume.revues.org/
Volume ! La revue des musiques populaires est une revue semestrielle à comité de lecture des éditions Seteun, fondée en 2002 par Samuel Étienne, Gérôme Guibert et Marie-Pierre Bonniol. La revue offre un espace autonome aux chercheurs souhaitant développer des recherches spécifiques consacrées à l’étude pluridisciplinaire des musiques populaires, en croisant les apports méthodologiques et théoriques français (musicologie, ethnomusicologie, sociologie de la culture, histoire culturelle etc.) avec ceux des « cultural » et « popular music studies ». La revue a été publiée sous le titre Copyright Volume ! de 2001 à 2008.

Zones sensibles
http://www.zones-sensibles.org/index.php?mod=accueil
C’est l’une des entreprises éditoriales les plus séduisantes du moment, qui vaut autant pour le choix des textes que pour l’élégance des ouvrages. Zones sensibles est une nouvelle maison d’édition belge, basée à Bruxelles et spécialisée dans les sciences de l’homme (et fruit de 15 ans d’expérience dans le domaine éditorial). « Sciences de l’homme » désigne ici un vaste domaine se rapportant à l’humain dans ses divers modes d’existence (sociale, artistique, politique, culturelle vs naturelle, etc.), domaine qui peut concerner tout autant l’anthropologie que le roman graphique, les études culturelles que l’histoire de la médecine, les mondes sonores que les atlas géographiques, les constructions urbaines comme les environnements non humains.
Les ouvrages de sciences humaines ont le plus souvent tendance à ne circuler qu’à l’intérieur d’un lectorat directement concerné par telle ou telle discipline. Beaucoup d’éditeurs se contentent d’ailleurs d’une situation où chacun essaie de monopoliser le temps (de lecture) de cerveau disponible en multipliant les publications destinées à tel ou tel (sous-)public (ainsi les sciences de l’homme ont-elles bien du mal à s’ouvrir aux autres). Dans le pseudo-combat entre les « gros » et les « petits » éditeurs, si les premiers ont négligé, depuis une vingtaine d’années, de nombreux sujets relatifs au monde contemporain et/ou les traductions d’ouvrages essentiels, l’important travail accompli sur ce point par les seconds se perd parfois en chemin. Soit parce que ces « petits » éditeurs se donnent une ligne politique dont le combat (et parfois le manque de recul) favorise l’entre-soi de la pensée ; soit parce que l’image même du « petit », pour les lecteurs comme pour les intercesseurs (journalistes, libraires) se doit d’être celle d’un combattant quotidien, militant des causes oubliées par les « puissants » dont il se différencie intellectuellement à défaut de pouvoir obtenir un capital (économique et symbolique) égal. Libre à chacun de défendre quelque idée que ce soit ; mais il n’y a pas plus de petits que de gros éditeurs (il n’y a que des livres, bons ou mauvais), de même que l’image de l’éditeur publiant peu (mais bien) n’a pas vocation à être celle de l’activiste « passionné » et désargenté luttant contre les monopoles des plus grands (une image qui confine à la commisération). Les zones sensibles sont justement ces lieux autres, des hétérotopies où s’entrecroisent les disciplines et les sujets récalcitrants, les autochtones et les allochtones, des lieux de décloisonnements et de rapprochements, des zones grises car le monde n’est ni noir, ni blanc ; des zones bariolées (à l’image du zinneke) qui contrastent avec l’homogénéité des milieux de ceux qui « pensent » ou qui « gouvernent » (il n’est pire ghettos que ceux-là) ; des zones sensibles qui sont celles de la société - ni de droite, ni de gauche (mais en faveur du livre-échange), minoritaires et indisciplinées. Avec un rythme de parution raisonnable (car élargir le lectorat demande du temps) et soutenu par un comité de parrainage scientifique international, zones sensibles offrira des ouvrages aux sujets éclectiques, venant de plumes différentes (universitaires confirmés comme jeunes auteurs) et le plus souvent traduits – les points de vue de l’autre importent autant, sinon plus, que ceux venant de l’intérieur. Si la ligne éditoriale se veut exigeante sans être élitiste, il en sera de même pour l’objet qu’est le livre. En l’état actuel, le monde numérique ne constitue pas une panacée, compte tenu notamment des guerres industrielles en cours (formats ouverts vs fermés, guerre des plateformes de vente, etc.) et de la jeunesse du pseudo-« livre numérique ». En revanche, donner à lire gratuitement sur Internet ne peut qu’aider à la circulation des savoirs, et grêce à une liseuse les livres (enrichis) pourront être consultables et indexables. La seule valeur ajoutée d’un livre par rapport à son contenu dématérialisable, c’est l’objet qui, lui, est durable, pratique, fonctionne partout et tout le temps, ne gaspille pas d’énergie, etc. Un effort conséquent sera consacré à la fabrication des ouvrages, pour donner au lecteur un objet pratique, facile à ouvrir, incassable, à la longue durée de vie et parfaitement imprimé (le premier tirage de chaque livre, collector, utilise un brochage singulier permettant un confort maximal de lecture, pour un prix identique). Fruit d’un collectif (de l’auteur aux libraires en passant par les typographe, traducteur, imprimeur, etc.), le livre a encore de beaux jours devant lui, pour autant que sa réalisation soit soignée et sa parole nécessaire. Pactum serva.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search