Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros#21ÉditorialSociabilités, identités, visibili...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Éditorial

Sociabilités, identités, visibilités : les métiers de la recherche face aux réseaux socionumériques

Annabelle Allouch, Diégo Antolinos-Basso, Florian Besson, Natalia La Valle et Jean-Baptiste Vuillerod
p. 7-26

Texte intégral

  • 1 Observation février 2019.

1« Pour moi, Twitter, c’est vraiment avant tout une récréation »1. C’est un jeune sociologue qui prend la parole et la partage avec ses 3 000 « followers » sur le réseau. Titulaire depuis moins de dix ans, il commente ainsi sa participation active à ce « réseau socionumérique » (Stenger et Courant, 2010a), où il partage plusieurs fois par jour ses interrogations scientifiques et politiques sur son objet de recherche, ainsi que sur les politiques scientifiques menées en France depuis 2017. Après lui, les commentaires fusent : plusieurs chercheurs et chercheuses confirmé-e-s acquiescent sur le fait qu’il ne s’agit que d’une récréation, quand d’autres – souvent plus jeunes – soulignent au contraire le plaisir de pouvoir échanger instantanément avec d’autres sur leurs recherches et les avantages qu’ils et elles ont pu en tirer, par exemple sous la forme d’invitations à participer à des séminaires ou à des réseaux de recherche. On peut imaginer que d’autres encore, en voyant ce tweet, ont pensé que les chercheurs et chercheuses n’ont rien à faire sur les réseaux socionumériques (RSN), leurs activités de diffusion de la recherche ne pouvant qu’être entravées par les polémiques et les discussions agonistiques stériles qui empêchent aujourd’hui toute intervention sérieuse et tout dialogue fécond sur le web. Peut-être certaines personnes ont-elles eu aussi à l’esprit que, derrière l’apparente « récréation », se jouait en réalité tout un processus de promotion et d’autopromotion de chercheurs et chercheuses en quête de notoriété et de visibilité.

2La signification de leur présence sur les RSN est tout sauf univoque. Quels sont les effets de cette activité sur leur production scientifique et sur leur identité professionnelle ? Que disent les RSN de l’évolution des métiers scientifiques/académiques ? Quelles opportunités, mais aussi quels obstacles rencontrent les chercheurs et chercheuses qui se lancent aujourd’hui sur les réseaux socionumériques afin de faire vivre leur recherche autrement ? Au travers d’une série d’articles relevant d’enquêtes ou de l’expérience personnelle de spécialistes en sciences humaines et sociales, à l’aide aussi du retour d’expérience de chargé-e-s ou responsables de la communication numérique, ce numéro hors-série de Tracés souhaite éclairer les conditions sociales et institutionnelles de la fabrique de la science à l’heure des RSN.

Les individus chercheurs et les réseaux socionumériques

3En 2007, danah boyd et Nicole Ellison, deux chercheuses américaines en media studies, ont défini les RSN comme « des services du web qui permettent aux individus 1) de construire un profil public ou semi-public dans un système encadré, 2) d’articuler ce profil à ceux d’autres utilisateurs et utilisatrices avec lesquel-le-s ils et elles partagent une connexion, et 3) de voir et de parcourir leur liste de connexions et celles faites par d’autres à l’intérieur du système » (boyd et Ellison, 2007, p. 211). Au-delà de cette définition, il faut rappeler également qu’« il ne suffit pas qu’il y ait communication électronique pour qu’il y ait média ou réseau social. […] Un média est social quand sa forme et son contenu sont construits par les relations que les utilisateurs y entretiennent » (Paveau, 2013). Les RSN apparaissent donc comme des systèmes sociotechniques dans lesquels les dimensions sociale et technique sont inextricablement liées.

4Plusieurs formes de RSN coexistent. Elles s’inscrivent dans un continuum entre d’une part des réseaux qui reposent sur la fabrique et le partage de « contenus générés par les utilisateurs » (CGU) pouvant donner lieu à des conversations numériques, incarnées par des plateformes comme Blogger, LinkedIn, YouTube, créées respectivement en 1999, 2002 et 2005 ; et d’autre part des sites de réseautage social comme Facebook et Twitter créés en 2004 et 2006, qui se fondent avant tout sur une conversation et des commentaires pris comme contenu en soi (Cardon et Prieur, 2021). Dès lors, un RSN posséderait « la particularité de donner naissance à des activités de sociabilité amicale que l’on pourrait qualifier d’ordinaires » (Stenger et Coutant, 2010b). Il donnerait lieu à une « sociabilité conversationnelle » qui inclurait la possibilité soit de se mettre en scène en public, soit de se cacher, et la plupart du temps de moduler les publics de ses interventions (Cardon et Prieur, 2021).

5Cependant, cette restriction à « des activités de sociabilité amicale » (Stenger et Coutant, 2010b) pose problème pour appréhender le rapport des chercheurs et chercheuses aux RSN. D’une part, leur sociabilité ne permet guère de discerner ce qui relève du personnel et du professionnel, et donne par conséquent lieu à une sociabilité élargie (entre collègues, ou bien entre universitaires et non-spécialistes lorsqu’il s’agit de communiquer les résultats de la recherche au grand public). D’autre part, cette sociabilité n’est pas forcément centrée sur des échanges amicaux ordinaires, mais sur l’échange et le partage de contenus (le travail de recherche en tant que tel, éventuellement sa vulgarisation ou sa communication sous des formes moins académiques), ce qui signifie que les échanges directs avec des « amis » ou des « contacts » peuvent parfois être moins centraux que la seule volonté de diffuser, par le numérique, les résultats de son travail. C’est pourquoi, dans le cadre de ce numéro, nous adopterons une lecture des RSN qui prend en compte une vision plus englobante des rapports que les scientifiques entretiennent avec la communication numérique de leurs recherches. Dans ce cadre, une plateforme d’archivage d’articles académiques comme HAL, un site dédié à la communication académique comme Academia, ou les carnets de recherche d’Hypothèses.org, feront partie des RSN au même titre que Twitter. Il s’agit ici de proposer une approche large des RSN, susceptible de rendre raison de la pratique concrète qu’en font les chercheurs et chercheuses.

  • 2 De nombreux sociologues ont contribué à l’analyse des réseaux (par exemple : Burt, 1980 ; Granovet (...)
  • 3 Au-delà de la question des RSN, le terme de « réseau » a même donné lieu à un véritable paradigme (...)

6Les réseaux sociaux ne sont pas une invention de la seconde moitié du xxe siècle2, et la question de savoir comment les chercheurs et chercheuses s’y rapportent n’est pas non plus une question propre au contemporain. Si l’usage popularisé du terme de « réseau » est relativement récent3, les interactions qu’il cherche à saisir et à désigner sont anciennes (Sapiro, 2006). La correspondance épistolaire et les cercles littéraires jouaient autrefois un rôle analogue à celui que nous attribuons aujourd’hui aux fonctions multiples endossées par les réseaux socionumériques. Qu’on pense par exemple à l’importance des lettres au moment de la révolution scientifique du xviie siècle, à la figure de Marin Mersenne qui servait d’« animateur » (Sergescu, 1948) dans l’émulation intellectuelle de son époque en mettant en contact les plus grands noms de ce temps (Descartes, Gassendi, Hobbes…). Avant lui, au xvie siècle, des savants comme Érasme s’inséraient dans cet espace immatériel qu’était la « république des lettres », construite au fil de voyages, de conférences, d’échanges de livres et de missives, dans la continuité des pratiques des scientifiques médiévaux et antiques (Bots et Waquet, 1997). L’effet réseau est structurant de la construction d’une communauté savante et de l’idée moderne de la science et des disciplines scientifiques (Lamy, 2017). Le réseau structure ainsi les échanges à distance, constitutifs des avancées scientifiques et d’une communauté d’approches et d’appartenances.

  • 4 Sur l’histoire de Netville, voir King, Grinter et Pickering (1997).

7Néanmoins, le passage au numérique a considérablement transformé la relation de la recherche scientifique avec ces réseaux dans sa production comme dans la fabrique de son marché de la réputation et de la reconnaissance. Les courriers électroniques (e-mails) ont d’ailleurs été des médiums précoces de la communication informatisée et ont constitué les premiers réseaux socionumériques (Paloque-Bergès, 2018). Les premières communautés virtuelles des années 1970 se sont formées sur le modèle d’un échange de lettres – de mails – et de la publication d’une lettre d’information régulière (une newsletter) adressée à une liste restreinte. Leur usage était réservé à une élite scientifique technophile qui s’en servait dans un cadre professionnel et savant. Netville, une de ces communautés virtuelles, constituée des participants au projet Arpanet dans les années 1970, à l’origine d’Internet, pouvait ainsi être perçue comme une « république des informaticiens » comparable, dans une certaine mesure, à l’ancienne république des lettres, et en particulier dans ses processus de différenciation et distinction sociales (être ou ne pas être dans la Netville)4.

8La relative popularisation du web à la fin des années 1990 a nourri et étendu les réseaux socionumériques, démocratisant, du moins en théorie, la possibilité d’une prise de parole publique, malgré un accès inégal au web selon les pays et les groupes sociaux. Sans qu’il soit nécessaire de faire l’éloge naïf d’une « cyberdémocratie » en oubliant le grand nombre de laissé-e-s-pour-compte dans l’usage du numérique, l’accès à une sociabilité conversationnelle avec une population de plus en plus large semble avoir été facilité par ce que le marketing nomme le web 2.0 (Coutant, 2012). De la même manière, plusieurs auteurs et autrices considèrent que les RSN ont produit « l’avènement d’une nouvelle sociabilité » (Mercklé, 2016, p. 76), quel que soit le sens – positif ou négatif, élogieux ou critique – qu’on lui donne.

9L’arène numérique est composée d’une grande diversité d’acteurs et actrices, dont les objectifs diffèrent autant que les modèles économiques. Les réseaux peuvent être possédés et gérés par de puissantes entreprises privées (comme c’est le cas d’Academia), ou bien plus ou moins contrôlés par les gouvernements (de la régulation européenne à la surveillance chinoise). Certains sites reposent également sur des initiatives participatives tout en étant liés à des puissances publiques, comme HAL (Hyper Articles en ligne) ou Hypothèses.org en France. Cependant, les récentes et nombreuses affaires impliquant, en particulier autour de Facebook, des lanceurs et lanceuses d’alerte qui dénoncent le fonctionnement du réseau social, ou l’échec de sa politique de modération, rappellent avec force que ces réseaux ne sont pas des créations éthérées flottant avec bienveillance dans le monde du web, mais qu’ils sont sous-tendus par des rapports de force, des calculs économiques, des enjeux politiques, géopolitiques et écologiques.

10C’est donc à cette arène numérique à géométrie variable que sont confronté-e-s les chercheurs et chercheuses qui s’emparent actuellement de Twitter ou de Twitch, qui investissent TikTok ou qui créent leur chaîne vidéo YouTube en promouvant ainsi une véritable démocratisation des contenus de la science et en rebattant les cartes de la frontière déjà mouvante entre le profane et le savant (à travers le travail de vulgarisation, ou bien à travers la possibilité pour les spécialistes de se voir critiqué-e-s par des non-expert-e-s). Et ceci tout en investissant des médias qui, parce qu’ils structurent leurs modes d’expression et de communication, sont parfois susceptibles d’affecter leurs manières de faire de la science. Qu’est-ce que cela change dans la pratique quotidienne de la science et dans ses modes de communication ? Comment la subjectivité même des scientifiques se trouve-t-elle transformée par ces usages des réseaux sociaux ? S’agit-il, comme beaucoup l’ont pensé à leur apparition, de la fabrique progressive d’un âge démocratique de la recherche ? Ou bien, au contraire, les fake news et les manifestations intempestives qui se déchaînent parfois sur ces réseaux font-elles encourir de nouveaux risques à la science et aux savant-e-s, mais aussi aux individus qui les suivent ?

  • 5 Voir les hors-séries Tracés nos 18 et 19 de 2018 et de 2019.

11En adoptant le point de vue des chercheurs ou chercheuses et des personnes qui les aident à diffuser leur recherche (en particulier les chargé-e-s ou responsables de communication), ce numéro hors-série de la revue Tracés s’inscrit dans le cycle « Les sciences humaines et sociales au travail »5 qui vise à appréhender la fabrique des sciences sociales et des manières de produire de la science. Il s’agira ici de poser cette question à travers le prisme particulier des réseaux socionumériques, qui occupent depuis plusieurs années une place importante, bien que souvent difficilement quantifiable, dans le travail scientifique des chercheurs et chercheuses qui ont choisi d’investir particulièrement ce type de médiations avec le public et avec leurs collègues, ainsi que des professionnel-le-s qui les aident à mener à bien cette tâche.

Politiques publiques et pratiques des chercheurs ou chercheuses sur les RSN

12L’une des perspectives pour aborder le rapport des scientifiques aux RSN consiste à situer leurs usages dans la perspective néolibérale de la constitution de chaque universitaire en « entrepreneur ou entrepreneuse de soi-même ». Les chercheurs et chercheuses qui font leur promotion sur les réseaux socionumériques, en se rendant visibles sur le web et en intervenant dans l’espace médiatique numérique, s’inscriraient ainsi dans l’horizon d’une extension de la « forme entreprise » à tous les domaines de l’existence (Foucault, 2004, p. 247). Que la raison qui les pousse à investir les RSN relève du narcissisme individuel, d’un contexte de concurrence accrue entre scientifiques, ou bien de sollicitations issues d’institutions, leur présence sur les réseaux peut être appréhendée depuis ce contexte néolibéral, au sens où les réseaux s’imposeraient désormais comme un espace privilégié pour se « faire une place » dans le monde ultra-concurrentiel de la recherche et au sein d’un espace médiatique qui dépasse largement le cadre du monde académique. Il s’agirait d’une nouvelle incitation à penser sa carrière sur un mode managérial (Münch, 2014). Par rapport à la recherche académique, les RSN devraient dès lors être situés dans un contexte où la concurrence, la précarité croissante et le besoin de reconnaissance apparaissent d’autant plus accrus que les institutions y pourvoient de moins en moins (Lemoine-Schonne et Leprince, 2019). Cet aspect est d’autant plus problématique lorsqu’il s’agit d’individus jeunes ou précaires qui, pour chercher à faire exister et à rendre visible leur recherche sur le web, consacrent du temps et de l’énergie aux RSN sans que leur statut et leur rémunération puissent justifier un tel travail. Dans cette perspective, la création d’un compte Academia pour un-e jeune universitaire, ainsi que sa mise à jour régulière, peut être considérée comme un travail gratuit qui, bien qu’il ne soit pas rémunéré, fait partie des exigences, souvent informelles, du milieu académique.

13Toutefois, les usages des RSN dans les politiques des sciences ne sont pas uniquement stratégiques et propres à la figure du « chercheur-entrepreneur ». Les politiques relatives au développement de l’open science et la publication de données des recherches par projets, comme celles, en France, consécutives à la loi de 2016 pour une « République numérique », ont ainsi constitué un tournant pour les professionnel-le-s mais aussi pour des supports comme les revues académiques (Ertzscheid, 2014). En ce sens, la valorisation des supports numériques et des réseaux socionumériques peut relever d’une véritable politique publique de la recherche. L’entretien avec des chargées de communication qui clôt ce hors-série, ainsi que l’article de Marion Sabourdy et de Loïc Bommersbach sur les chargé-e-s et responsables de communication, montrent comment les laboratoires ou les grandes institutions de la recherche (le CNRS, le CERN) ont développé ces dernières années des politiques pour apporter un soutien logistique et une formation aux chercheurs et chercheuses qui voudraient communiquer sur les RSN. C’est dans ce cadre que s’inscrit par exemple la « feuille de route du CNRS pour la science ouverte »6, qui met particulièrement en évidence des archives ouvertes en libre accès (comme HAL) ainsi que des services de numérisation et de valorisation numérique de la recherche (en l’occurrence Persée), et invite les scientifiques à utiliser ces outils.

14Les chargées de communication auxquelles nous avons souhaité donner la parole dans ce numéro expliquent également comment les laboratoires et les institutions publiques de la recherche les incitent – avec plus ou moins de succès – à s’emparer d’outils de vulgarisation de la recherche, comme Twitter ou une chaîne YouTube. Il s’agit d’inciter les membres de la communauté scientifique à partager leurs recherches sur les différents réseaux socionumériques, à publiciser leurs conférences ou les références de leurs articles, à animer des blogs ainsi que des sites liés à leur laboratoire ou à leur école doctorale. La multiplication des critères liés au travail de valorisation sous toutes ses formes (blogs Hypothèses.org, RSN, etc.) dans l’attribution de financements de la recherche sous la forme de projets (par exemple auprès de l’Agence nationale de la recherche française) amplifie également ce phénomène.

15Au sein des institutions de la recherche, cette dimension numérique de l’activité scientifique est parfois dévolue à un personnel spécialisé, sensibilisé aux questions de communication. Ce personnel auxiliaire accompagne les politiques institutionnelles tout en bénéficiant d’une grande autonomie à l’égard de ses tutelles, lesquelles n’ont pas toujours une idée précise des objectifs en termes de développement des RSN, ni même du fonctionnement de ceux-ci. Cette institutionnalisation par la marge, via les chargé-e-s de communication qui la mettent en œuvre, est paradoxale eu égard aux enjeux pourtant essentiels que ces derniers dessinent : attractivité du laboratoire pour les chercheurs et chercheuses, valorisation des sciences humaines et sociales dans l’espace public, mais aussi relations avec les tutelles et avec les laboratoires dont les thématiques sont proches. L’entretien que nous avons mené avec des chargées de communication souligne notamment que l’écart est parfois grand entre l’intérêt affiché par les institutions pour l’investissement de l’espace numérique et les moyens réels alloués à cette fin.

16L’engouement pour les RSN ne relève cependant pas uniquement d’une incitation institutionnelle. Les chercheurs et chercheuses peuvent également se saisir directement de ces outils selon leur souhait ou selon les pratiques de leur environnement de travail. Le recours aux RSN s’inscrit alors dans le cadre de la construction d’une persona du savant (désormais enseignant-chercheur ou enseignante-chercheuse), alors que celle-ci se fonde traditionnellement sur la construction de sa notoriété et de son crédit social (Lilti, 2014). De ce point de vue, l’investissement dans les RSN souligne les différents modes d’incarnation du métier scientifique et la manière dont il peut plus ou moins entrer en contradiction avec les représentations des institutions qu’il est censé incarner. Toutefois, cette persona de l’âge numérique semble se caractériser par la pluralité de la nature des messages transmis, comme le souligne Mehdi Arfaoui dans son article sur l’usage de Twitter par les sociologues. Pour les sociologues comme pour les historien-ne-s décrit-e-s par Caroline Muller et Frédéric Clavert, peuvent ainsi cohabiter sur un même fil Twitter publicisation de résultats de recherche, photographies et informations personnelles, mais aussi des éléments d’une disputatio scientifique, y compris lorsqu’elle trouve des soubassements interpersonnels ancrés dans des affinités ou des inimitiés avec d’autres individus chercheurs. Mais loin de brouiller leur image, cette pluralité de l’image de soi caractériserait justement la persona du scientifique contemporain. Plus largement encore, le réseau socionumérique se trouverait au cœur des pratiques sociales de fabrique de la science en incarnant, selon Caroline Muller et Frédéric Clavert, un espace de conversation académique mais aussi de sociabilité et de socialisation professionnelle remplaçant la « machine à café ».

17Du point de vue de l’investissement des RSN par les chercheurs et chercheuses, leurs usages ne s’émancipent pas des caractéristiques du travail académique et intellectuel qui fait déborder les pratiques professionnelles sur la vie privée, et réciproquement. Ainsi, l’usage des réseaux se déploie facilement dans tous les interstices de leur vie, au-delà de leurs heures et de leurs jours de travail habituels. Ce phénomène est sans doute accentué par la spécificité du travail dans de nombreuses sciences humaines et sociales, qui peut ne demander qu’un ordinateur et une connexion Internet. Cette forte portabilité technique induit que l’on emporte facilement son travail chez soi et que l’on puisse le faire dans le métro, dans son canapé ou dans son lit, aussi bien le soir que le week-end (notamment lorsque l’on est soumis-e à des contraintes familiales). Sans que l’on bénéficie de données précises sur l’organisation du temps des scientifiques, il serait néanmoins intéressant de comprendre le caractère genré et biaisé de cette frontière floue entre vie privée et vie professionnelle. Cette frontière nous est apparue d’autant plus floue dans les périodes de confinement liées à la pandémie de Covid-19, où nous avons vu naître l’image d’un savant désormais assigné à domicile et qui, loin des lieux traditionnels de son savoir (le laboratoire, la bibliothèque universitaire), apparaît sur les RSN académiques avec une bibliothèque à l’arrière-fond, mais aussi avec son chat ou avec ses enfants.

18Cet empiètement du travail sur la vie privée, accru par l’usage des RSN, n’empêche pas que le caractère non rémunéré de ces usages par les individus chercheurs contraste fortement avec les formes de rétribution potentielles que peut apporter la communication sur les réseaux sociaux en termes scientifiques et symboliques, comme le soulignent plusieurs des articles réunis dans ce numéro. Le retour d’expérience de Laélia Véron sur son usage des RSN, dont elle fait l’apprentissage « à l’instinct » et sur un mode ludique (« Twitter est un jeu », nous dit-elle), montre que l’investissement des RSN peut se révéler être une activité particulièrement positive, porteuse d’opportunités en termes de production de la recherche (projets de publication, d’opportunités de projets collectifs, etc.). Caroline Muller et Fréderic Clavert soulignent à cet égard le rôle central de Twitter dans la naissance de leur projet sur « le goût de l’archive à l’ère numérique », notamment en termes de dialogue avec des spécialistes d’autres disciplines, faisant ainsi aboutir de manière inattendue une recherche interdisciplinaire. Ici, la diffusion numérique de la recherche est appropriée par les chercheurs et chercheuses qui trouvent un nouveau moyen de présenter, de discuter et de promouvoir leurs travaux de manière « innovante ». Laélia Véron souligne ainsi les avantages d’un réseau qui donne lieu à une « production langagière hybride » fondée sur des contraintes particulières : les tweets devant se limiter à 280 caractères font ainsi naître une véritable « grammaire » de la diffusion de la recherche sur Internet, marquée par les traits d’esprit qui servent de discours d’accompagnement vers des liens ou des fils où se déplient des contenus de recherche plus substantiels.

19Il convient en outre d’insister sur la manière fortement différenciée dont les RSN affectent les pratiques des chercheurs et chercheuses selon les âges et les positions professionnelles. Grâce à eux, les plus jeunes peuvent gagner en visibilité, et une page ou un compte HAL ou Academia servent le plus souvent de CV numérique, comme l’explique Émile Gayoso dans son article. Les plus isolé-e-s ou les plus précaires, par exemple les doctorant-e-s non financé-e-s, y trouvent un moyen de se tenir au courant de la recherche, de dialoguer avec d’autres, de collaborer, d’obtenir des articles ou des contacts et de se promouvoir, lorsqu’ils et elles ne bénéficient pas d’autres ressources pour le faire. Les jeunes docteur-e-s qui n’ont pas réussi à obtenir un poste gardent parfois, grâce aux réseaux socionumériques, un pied dans le domaine académique. Les plus visibles parviennent à se faire un nom, à animer un blog et un compte Twitter suivi par des milliers, voire des dizaines de milliers d’internautes. Il faut aussi faire droit à toutes les personnes qui refusent de « s’y mettre » et choisissent – pour des raisons politiques, pour des raisons générationnelles, par manque de temps, par désintérêt, etc. – de ne pas jouer le jeu du numérique. Loin d’être marginaux ou marginales, les « non-numériques », les « anti-numériques » ou les « pas trop numériques » constituent une part importante de la communauté académique.

20Si, à l’inverse, d’autres choisissent d’utiliser les RSN, ceux-ci sont alors le plus souvent perçus comme une chance pour développer une forme nouvelle de notoriété. La « course » à la notoriété dans le contexte concurrentiel de la recherche n’inclut en effet plus uniquement aujourd’hui la valorisation d’articles scientifiques et la publication d’un livre qui fait date : l’« e-réputation » (Ertzscheid, 2013) se construit soigneusement et s’entretient, constituant un véritable capital social et symbolique dont les effets peuvent être variés au point – et le terme est repris par plusieurs contributions de ce numéro – de devenir « grisants ». Cette ivresse serait d’ailleurs amplifiée par la superposition, propre à Internet, entre la réputation scientifique d’un chercheur ou d’une chercheuse (sa reconnaissance académique), sa réputation socio-académique (le jugement porté sur elle ou lui selon son insertion sociale dans le milieu), et sa réputation socionumérique (RSN). De ce point de vue, la rétribution symbolique sous la forme de réputation sur les RSN serait d’autant plus forte qu’elle servirait ces différentes formes réputationnelles. On peut également indiquer de possibles dissonances entre ces réputations, par exemple lorsque certain-e-s sont très « populaires » sur les RSN alors même que leurs travaux semblent peu commentés par leurs pairs, ou, inversement, lorsque des personnes reconnu-e-s académiquement s’avèrent presque invisibles sur les réseaux socionumériques.

La subjectivité des savant-e-s à l’ère du numérique

21L’opportunité sociale, institutionnelle et professionnelle qu’offre cette construction numérique de l’image de soi pose la question de la constitution même de l’identité professionnelle des chercheurs ou chercheuses et, par là, de la fabrique de leur subjectivité, c’est-à-dire de l’expérience vécue qui est produite par cette construction de l’identité numérique. S’il est vrai que le sujet est « sans cesse reconfiguré par les appareils techniques et technologiques, et avec eux, les appareils sociaux » (Stiegler, 2008, p. 22), au sens où les différents outils technologiques que nous utilisons au quotidien structurent en profondeur nos manières de penser et d’agir, notre rapport à soi et notre rapport à autrui, alors il est certain que l’usage des RSN par les chercheurs et chercheuses mérite d’être étudié, tout comme ses effets sur leur subjectivité singulière. La thèse de Bernard Stiegler (2008) à propos de la surdétermination technologique de la subjectivité est particulièrement instructive dès que l’on s’intéresse à la dissémination de l’identité des individus chercheurs qui font usage des réseaux sociaux. Cette dissémination est source non seulement de fragmentation, mais aussi de tensions entre les différentes identités que chacun-e construit sur le web. Ainsi, corroborant les thèses anciennes de l’école de Chicago sur la variabilité des selfs selon les univers sociaux et la mise en scène de soi dans l’interaction sociale (Goffman, 1973), les modes de présentation de soi varieraient selon les univers numériques investis par les professionnel-le-s, sans que cette variabilité fasse nécessairement l’objet d’une stratégie consciente, ou d’une capacité de contrôle de ses traces par les chercheurs et chercheuses. La variabilité de la mise en scène de ces selfs fait de l’identité sur les réseaux un objet éminemment pluriel et changeant, les réseaux socionumériques ne fournissant qu’un miroir de la réalité sociale : l’identité performée qu’un chercheur ou une chercheuse se construit sur Internet, à travers ses posts ou ses réponses sur Twitter, une émission sur YouTube, ou un compte Facebook, peut varier selon les contraintes et les possibilités de la plateforme, son caractère public, etc.

22D’ailleurs, plusieurs contributions soulignent qu’un-e scientifique a souvent simultanément un compte personnel, un compte professionnel et un compte institutionnel (voire un compte superposant ces fonctions). Sur l’un, on postera des messages privés traitant de sa vie quotidienne ou de ses opinions politiques, sur l’autre on partagera sa recherche en faisant de la publicité pour un livre ou un article, et sur le dernier on représentera une institution en communiquant sur des événements scientifiques de son laboratoire. Comme l’indique Laélia Véron, il est important de souligner que ces différentes sphères ne sont pas étanches : l’identité numérique des chercheurs et chercheuses se présentant comme « une pluralité identitaire » selon les plateformes et les usages. Titulaire de trois comptes Twitter (l’un individuel, l’autre relatif à son podcast et le dernier relatif à son département académique), elle n’y met pas d’éléments liés à sa vie privée, bien que des éléments militants (notamment féministes) puissent poindre dans ses analyses. Malgré le positionnement normatif de certains comités d’éthique dans des universités ou des organismes de recherche, il est parfois difficile de différencier l’engagement politique dans le militantisme et l’engagement intellectuel dans la recherche. Les réseaux socionumériques favorisent eux-mêmes cette ouverture, non seulement parce que, historiquement, ils ont été particulièrement investis par le militantisme politique et qu’ils constituent un enjeu majeur de celui-ci (Granjon, 2005), mais aussi, plus généralement, parce qu’ils facilitent le lien entre le secteur académique et le secteur non académique, et créent les conditions sociales adéquates pour que les scientifiques continuent à prendre position dans la vie de la cité.

23Ces conditions produisent une subjectivité singulière chez les chercheurs et chercheuses qui s’interrogent en permanence sur la pertinence des messages qu’ils et elles postent sur les réseaux et sur les conséquences de ces messages quant à l’image de soi ainsi véhiculée. À quoi s’ajoutent d’autres interrogations qui structurent au quotidien la subjectivité inquiète et soucieuse de ces scientifiques sur les RSN : mon compte Twitter ne me prend-il pas trop de temps, n’est-il pas trop chronophage par rapport à ma recherche ? Dois-je supprimer mon compte Academia si je ne le mets pas à jour et qu’il renvoie de fait une image faussée de mon travail de recherche – comme se le demande Mehdi Arfaoui dans ce numéro ? Et le cas échéant, qu’en est-il des droits de propriété dévolus à la plateforme ? Dois-je accepter de m’occuper gratuitement du blog de mon laboratoire si je suis un-e jeune précaire en quête d’une ligne supplémentaire sur mon CV ? Autant de questions qui animent celles et ceux qui jonglent entre leurs différentes identités numériques ainsi qu’entre leur vie physique et leur vie virtuelle. Le fil « Shit Academics Say » sur des réseaux comme Facebook recense ainsi sous une forme comique les « névroses » universitaires et les problématiques sociales qu’elles rencontrent. L’article d’Émile Gayoso, dans ce numéro, met également en évidence la relation profondément réflexive que les chercheurs et chercheuses entretiennent avec les RSN. À travers une enquête sur les usages de HAL et d’Academia, il montre à quel point la recherche de visibilité sur Internet fait l’objet de calculs plus ou moins éclairés : entre le caractère public et non lucratif d’une plateforme comme HAL et le caractère privé d’Academia, par exemple, ou bien en fonction de la plateforme que les universitaires estiment la plus consultée.

24Cette réflexivité est vraisemblablement commune à toute forme de sociabilité en général, et à toutes les sociabilités numériques en particulier. À ce titre, la plupart des contributions reviennent sur les risques potentiels des RSN, en particulier celui de limiter la diffusion de la recherche à une écriture « frappante, accrocheuse », comme le dit Laélia Véron. Cette dernière souligne aussi « l’intransigeance des réseaux sociaux », notamment sur Twitter où le tempo de la plateforme imposerait une atmosphère de « critique permanente » non dénuée d’un sentiment d’impunité. Les chercheurs et chercheuses qui s’engagent sur les réseaux ont conscience de prendre certes du plaisir mais également des risques à l’égard des publics non académiques, puisqu’une émission sur YouTube ou un fil sur Twitter qui traite de thèmes d’actualité ou de thèmes politiquement sensibles peut facilement donner lieu à une pluie d’insultes et de messages haineux. Elle propose ainsi une explication stimulante des phénomènes de déversement de haine et de critique sur le web (des phénomènes de shitstorm) qui, lorsqu’ils concernent des spécialistes de sciences humaines et sociales développant des thèses « démystificatrices », seraient dus à un sentiment de « dépossession de leurs capitaux culturels » (par exemple la valeur méritocratique de leurs diplômes) chez certain-e-s internautes qui craindraient ainsi un effet de déclassement. Ce sentiment de dépossession peut en retour affecter les membres de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR). Comme le souligne Mathieu Jacomy dans son article, les traces que nous laissons sur les RSN nous échappent : une fois déposées, elles ont, comme toutes les publications, une vie propre que nous ne pouvons plus contrôler et qui s’avère parfois aussi complexe qu’inattendue, et cela d’autant plus si le RSN fait l’objet d’une accessibilité accrue.

25In fine, ce que les RSN font à la subjectivité des universitaires ne relève pas seulement des formes accrues de réflexivité qu’ils suscitent, ou d’un nouveau rapport avec les collègues ou encore des interactions accrues avec leur public (plus ou moins élargi), mais également de leur sentiment d’appartenance à un collectif académique. L’un des effets du fonctionnement des RSN, et notamment de ces fameux algorithmes qui fabriquent de l’homophilie, voire de l’homogamie sociale et professionnelle, consisterait en fait à leur donner le sentiment d’appartenance à une communauté épistémique avec qui ces universitaires partageraient, au-delà de la distance géographique ou de la différence de leurs établissements ou de leurs disciplines, un espace collégial où échanger des idées et des ressources utiles (des articles, des éléments bibliographiques, etc.). Ce réencastrement subjectif des chercheurs et chercheuses, a fortiori lorsqu’ils et elles sont isolé-e-s, aurait dès lors un avantage non seulement pour les individus, mais aussi pour les étudiant-e-s usagers des RSN, en leur fournissant une vision relativement accessible des pratiques en vigueur dans cet univers professionnel. Dans cette perspective, il est probable que les réseaux socionumériques peuvent parfois transformer le rapport entre les enseignant-e-s et les étudiant-e-s (Ertzscheid, 2014) : une transformation de la vision que les étudiant-e-s ont de leurs professeur-e-s, mais aussi une modification possible de la transmission des contenus du savoir et de l’interaction générale (en apparence moins hiérarchique sur les RSN). La dimension collective du milieu académique doit à cet égard inclure le public étudiant dans la problématique du numérique et impliquer par conséquent la figure de l’universitaire dans la totalité de ses fonctions (de recherche et d’enseignement).

26Cette lecture par le collectif ne doit pourtant pas être enchantée. Le texte de Caroline Muller et de Frédéric Clavert souligne ainsi que si Twitter offre la possibilité d’une « conversation scientifique en ligne » qui peut permettre d’accéder à des ressources matérielles (des archives) ou symboliques et sociales (le contact de collègues) importantes, les RSN reproduisent de manière assez fine les hiérarchies classiques de l’ESR (entre statutaires ou doctorant-e-s, par exemple) derrière le vernis de l’informalité. Cette dimension est confortée par l’approche quantitative adoptée dans l’analyse des réseaux de Mehdi Arfaoui, qui souligne que les personnes les plus visibles sur Twitter sont souvent celles qui sont déjà détentrices de capitaux symboliques spécifiques dans le monde académique, qu’elles soient à la tête de départements ou de réseaux de recherche (comme les directeurs ou directrices de recherche CNRS ou les professeur-e-s d’université), ou qu’elles se trouvent à l’intersection de plusieurs univers sociaux (par exemple entre Université, médias et monde de l’Éducation nationale).

La parole des chercheurs et chercheuses dans un nouvel espace public numérique

27Les hypothèses de Stiegler sur la constitution technologique du sujet sont aussi susceptibles de prendre en compte les effets sociaux et politiques produits par les RSN. Les réseaux sociaux incarnent en effet un nouvel espace public numérique dont les caractéristiques diffèrent de l’espace public classique, en ce qu’ils rendent possible une massification de l’accès à la parole, sans l’intervention de gatekeepers chargés de trier les informations, comme dans les médias classiques, mais aussi parce que les RSN transforment les manières de prendre la parole, comme l’incarne la contrainte des 280 caractères de Twitter (Cardon, 2019). Dans ce contexte, alors que « ce qui est visible n’est plus nécessairement ce qui est important » (ibid., p. 164), on peut donc s’interroger sur les modes d’intervention des chercheurs et chercheuses, aussi bien auprès d’un public de spécialistes qu’auprès d’un public de non-spécialistes, et les effets de ces réseaux sur la reconnaissance de la légitimité de leur parole scientifique.

28Par rapport aux sciences de la nature ou encore à celles de l’ingénieur, la proximité des sciences sociales à l’égard des acteurs sociaux et leur investissement dans des objets de recherche qui se trouvent souvent au cœur de l’actualité peuvent régulièrement inciter les membres de ces disciplines à s’engager dans le débat public. De ce point de vue, les RSN ne sont que l’écho contemporain d’une intervention active et ancienne, avec des variations selon la position du champ disciplinaire dans les hiérarchies académiques et sa proximité avec les réseaux médiatiques, politiques ou économiques. Néanmoins, la spécificité des plateformes semble introduire une spécificité dans les modes de participation des individus chercheurs, les objectifs de leur intervention, tout comme le langage employé.

29Selon l’ensemble des contributeurs et contributrices de ce hors-série, l’intérêt principal des réseaux sociaux se situe dans la possibilité de toucher des publics élargis. Dans ce cas, la parole scientifique sur les RSN se confond avec un projet ancien de vulgarisation, dont la structure spécifique affecte néanmoins les modes de prise de parole, en privilégiant (au moins temporairement) l’informalité. À partir d’une idée originale, qui consiste à commenter l’actualité à partir des questionnements des médiévaux, le blog Actuel Moyen Âge coordonné par Florian Besson a eu un rôle pionnier en France dans l’usage des réseaux sociaux pour la vulgarisation des recherches menées en histoire médiévale, et cela afin de battre en brèche les clichés sur le Moyen Âge dans une démarche se revendiquant de l’éducation populaire (une démarche d’autant plus importante que cette période historique condense des enjeux et des polémiques politiques autour du grand récit national). Cette circulation des savoirs en dehors des publics traditionnels de la recherche s’incarne dans la relation rapprochée avec les lecteurs et lectrices du blog qui peuvent interpeller les responsables du compte Twitter d’Actuel Moyen Âge pour solliciter, souvent de manière très informelle, une aide bibliographique ou encore suggérer un sujet qui les intéresse (les chats au Moyen Âge, par exemple). L’espace public du réseau consisterait alors à amplifier la coproduction et la circularité des savoirs entre univers sociaux. Cette horizontalité, qui donne le sentiment, comme le dit Florian Besson, d’une « familiarité réconfortante avec les personnes que l’on n’a jamais rencontrées en vrai », présente toutefois certaines limites : la difficulté pour le chercheur ou la chercheuse de faire la sociologie précise des publics du réseau d’une part, et la prégnance des publics « habituels » de l’histoire médiévale et moderne (enseignant-e-s, bibliothécaires, membres d’institutions culturelles, etc.) d’autre part, à la défaveur des étudiant-e-s qui demeureraient à distance de leurs enseignant-e‑s.

30Se pose également la question de la potentielle remise en cause de la légitimité de la parole des chercheurs et chercheuses lorsque celle-ci est rendue équivalente à celle de n’importe quel-l-e intervenant-e sur un réseau socionumérique, notamment lorsque le dispositif du réseau repose sur le fait que toutes les personnes participantes bénéficient des mêmes conditions d’échange sous un format « conversationnel ». Les RSN ne contribuent-ils pas à faire des résultats de la science des opinions parmi d’autres au sein de l’espace public ? Comment distinguer la parole scientifique au sein des flux de conversations et de commentaires, qui ne jouent pas toujours le jeu de l’argumentation raisonnée et de l’administration de la preuve ? Il y a là un risque indéniable, qui explique en partie la méfiance que peuvent susciter les RSN chez un grand nombre de chercheurs et chercheuses. Ainsi, Marion Sabourdy et Loïc Bommersbach reviennent dans leur texte sur l’évolution récente du rapport des scientifiques aux RSN et montrent que la phase d’enthousiasme initiale a laissé place à une certaine méfiance. Pour autant, loin de sombrer dans le pessimisme, l’une et l’autre défendent l’idée selon laquelle une telle attitude doit aujourd’hui être dépassée grâce à une meilleure compréhension – qui passe en même temps par une meilleure formation – des chercheurs et chercheuses sur la manière d’intervenir, de construire un public et d’élaborer une image de soi sur les réseaux.

31Cet optimisme, loin d’être naïf, repose en réalité sur le fait qu’il ne faut pas diaboliser à outrance les RSN au point de les réduire à une entreprise de délégitimation radicale de la parole scientifique. Le floutage de la frontière entre les individus qui informent et ceux qui écoutent (Cardon, 2019) est aussi porteur d’une relégitimation de la parole des non-expert-e-s, ce qui peut constituer à certains égards un rappel salutaire à l’attention des chercheurs et chercheuses qui se considèrent parfois sans réflexion critique comme étant les seul-e-s dépositaires du savoir légitime. Cette compréhension plus positive des RSN explique que plusieurs contributeurs et contributrices de ce numéro soulignent qu’il leur semble difficile de ne pas céder à l’enthousiasme inspiré par la proximité avec le public. Comme l’explique Arnaud Saint-Martin dans son texte sur le rôle du numérique dans l’économie scientifico-marchande de l’industrie spatiale, les RSN donnent l’impression de n’être plus qu’un‑e expert-e « parmi d’autres ». Dans le cas qu’il décrit, où les politiques gouvernementales s’imbriquent avec les pratiques de la Silicon Valley, les réseaux sociaux, et en particulier Twitter, sont largement investis par les professionnel-le-s mais aussi par les amateurs ou amatrices d’astrophysique (les space nerds), pour qui ils servent d’espace non hiérarchique de discussion. Arnaud Saint-Martin raconte ainsi comment, dans ce milieu, la moindre affaire est débattue aussi bien par les scientifiques et les ingénieurs que par les journalistes ou les simples passionné-e-s de la conquête spatiale. Dans ce contexte, les chercheurs et chercheuses construisent autant leur persona publique que leur public, c’est-à-dire qu’ils diffusent autant leurs recherches qu’ils élaborent un espace commun de discussion.

32Il y a cependant un envers à cet espace commun. Plusieurs contributions soulignent ainsi que l’absence de filtres éditoriaux et la plus grande proximité avec les publics des réseaux ont souvent pour effet de mettre en porte-à-faux les chercheurs et chercheuses, notamment face à des individus producteurs ou diffuseurs de fake news. Néanmoins, c’est aussi la possibilité de l’émergence d’une parole contradictoire qui est susceptible d’entraîner une forme de politisation de la discussion scientifique, d’autant plus que certaines formes de militantisme numérique émergent précisément du croisement entre des pratiques et des expertises techniques mais aussi des savoirs universitaires, qui constituent avec celles-ci une communauté épistémique (Bellon, 2014). Ce contexte peut se traduire dans certains cas par des prises de parole publiques plus engagées. De ce point de vue, Laélia Véron décrit avec pertinence la manière dont les RSN permettent à plusieurs chercheurs et chercheuses de faire front commun contre des informations fausses qui circulent sur la toile – même si, dans le sens inverse, on sait combien les RSN peuvent fournir un terreau propice à la multiplication de ces infox.

33Outre la possibilité pour les scientifiques d’intervenir sur les réseaux pour lutter contre les fake news, il convient aussi de nuancer l’idée selon laquelle Internet se réduirait à un espace de désinformation qui serait destructeur des acquis de la recherche. Dans ce numéro, Mathieu Jacomy reprend la méthode mobilisée par Franck Ghitalla d’une description verticale du web et explique comment l’investissement des grands réseaux sociaux permet aux fake news qui circulent dans la partie la plus souterraine d’Internet d’être filtrées dans la partie la plus visible. Grâce à une description du web en différentes couches (les couches les plus hautes renvoyant aux espaces du web les plus consultés, les couches inférieures aux espaces les plus privés et les plus confidentiels), on comprend que les logiques de renvoi entre les pages web et les logiques de visibilité effectuent une sorte de sélection : les espaces les plus visibles du web sont généralement des espaces institutionnalisés dans lesquels les contenus se trouvent vérifiés et encadrés (le journal Le Monde ou une page Wikipédia sont bien plus visibles sur Internet qu’un blog d’extrême-droite, par exemple). Ainsi, si les chercheurs et chercheuses ont parfois l’impression, dans des situations locales, que leur parole sur le web est mise au même niveau que n’importe laquelle, il faut néanmoins nuancer ce constat en prenant en compte le fait que, dans l’ensemble, la parole scientifique en général n’est pas décrédibilisée à cause des RSN. Même si les articles universitaires disponibles sur Internet (via HAL, Hypothèses.org, etc.) restent uniquement lus par les pairs et ont très peu de visibilité, et si les chaînes YouTube ou les comptes Twitter sont parfois soumis à des polémiques haineuses qui engendrent de la désinformation, c’est finalement le discours de la science que l’on trouvera dans les pages web des grands journaux à travers des articles ou des entretiens de vulgarisation.

34Il ne faut donc pas désespérer trop vite des RSN. Ceux-ci peuvent s’avérer de formidables outils d’intervention dans l’espace public dont les chercheurs et chercheuses peuvent s’emparer positivement. Les réseaux socionumériques peuvent d’ailleurs contribuer parfois à politiser les problèmes spécifiques liés à la vie académique elle-même. Ils sont l’un des médias par lesquels le privé, l’intime, y compris les objets relatifs au quotidien de l’universitaire, devient politique. Comme le montre l’enquête de Caroline Muller et de Frédéric Clavert, c’est le cas de l’expérience de la maternité qui, chez nombre de femmes universitaires, se traduit par diverses formes de discrimination (voir Noûs, 2020). Le précariat de certains personnels de l’ESR, l’isolement ou même les fatigues liées aux déplacements entre lieux de vie ou de travail, peuvent ainsi devenir des questions d’ordre public grâce à la communication rendue possible par les réseaux sociaux. Les RSN, en cela, participent de la visibilisation des pratiques dans le milieu universitaire et de la mobilisation critique et collective (et donc démocratique) des chercheurs-citoyens ou chercheuses-citoyennes.

35L’ensemble des textes de ce numéro, qu’il s’agisse d’articles de professionnel-le-s de la recherche expérimenté-e-s ou de chargé-e-s de communication scientifique, reconnaissent la formidable opportunité que constituent les réseaux socionumériques pour communiquer entre pairs ou à l’adresse d’un public élargi, sans pour autant se bercer d’illusions. Il ne s’agit ni de porter un regard naïf sur ce phénomène, ni d’exagérer les obstacles que peut rencontrer l’activité scientifique sur le web. L’enjeu est bien plutôt de problématiser une tendance contemporaine qui, à bien des égards, reste ambiguë et équivoque quant à ses significations profondes. Seule cette entreprise de problématisation permettra, à l’avenir, de faire le meilleur usage possible des technologies numériques dans le domaine de la recherche.

Haut de page

Bibliographie

Bellon Anne, 2014, « S’engager pour Internet. La mobilisation en ligne de la communauté informatique », Politiques de communication, vol. 2, no 3, p. 151-175.

Bots Hans et Waquet Françoise, 1997, La République des Lettres, Paris, Belin – De Boeck.

boyd danah m. et Ellison Nicole, 2007, « Social network sites : Definition, history, and scholarship », Journal of Computer-Mediated Communication, vol. 13, no 1, p. 210‑230.

Burt Ronald, 1980, « Models of network structure », Annual Review of Sociology, vol. 6, p. 79-141.

Callon Michel et Ferrary Michel, 2006, « Les réseaux sociaux à l’aune de la théorie de l’acteur-réseau », Sociologies pratiques, vol. 2, no 13, p. 37-44.

Cardon Dominique, 2019, Culture numérique, Paris, Presses de Sciences Po.

Cardon Dominique et Prieur Christophe, 2021, « La sociabilité peut-elle s’exhiber dans l’espace public numérique ? », Les liens sociaux numériques, O. Martin, É. Dagiral éd., Paris, Armand Colin, p. 261-279.

Coutant Alexandre éd., 2012, Internet et politique, Paris, CNRS Éditions.

Ertzscheid Olivier, 2013, Qu’est-ce que l’identité numérique ? Enjeux, outils, méthodologies, Marseille, OpenEdition Press.

Ertzscheid Olivier, 2014, « Science 2.0 : recherche et enseignement », Information et communication scientifiques à l’heure du numérique, V. Schafer éd., Paris, CNRS Éditions, p. 79‑90.

Foucault Michel, 2004, Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France. 1978-1979, Paris, Gallimard-Seuil.

Freeman Linton C., 2004, The Development of Social Network Analysis : A Study in the Sociology of Science, Vancouver, Empirical Press.

Goffman Erving, 1973, La mise en scène de la vie quotidienne, A. Accardo trad., Paris, Minuit.

Granjon, Fabien, 2005, « L’internet militant. Entretien avec Fabien Granjon », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 79, p. 24-29.

Granovetter Mark, 1973, « The strength of weak ties », The American Journal of Sociology, vol. 78, no 6, p. 1360-1380.

King John Leslie, Grinter Rebecca E. et Pickering Jeanne M., 1997, « The rise and fall of Netville : The saga of a cyberspace construction boomtown in the great divide », Electronic Markets, vol. 7, no 1, p. 21-24.

Knoke David et Kuklinski James H., 1982, Network Analysis, Beverly Hills, Sage.

Lamy Jérôme, 2017, « Sciences, techniques, pouvoirs et sociétés à l’époque moderne. Essai bibliographique », Cahiers d’histoire, no 136, p. 11-32.

Lemoine-Schonne Marion et Leprince Matthieu, 2019, Être un chercheur reconnu ? Jugement des pairs, regard des publics, estime des proches, Rennes, PUR.

Lilti Antoine, 2014, Figures publiques. L’invention de la célébrité (1750-1850), Paris, Fayard.

Mercklé Pierre, 2016, La sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte (3e édition).

Münch Richard, 2014, Academic Capitalism : Universities in the Global Struggle for Excellence, New York, Routledge.

Noûs Camille, 2020, « Maternités en lutte. Quelles maternités pour les travailleuses de l’ESR ? », Tracés, no 39, p. 133-150.

Paloque-Bergès Camille, 2018, « Avant les médias sociaux : les protocoles de la sociabilité sur Internet », Le Temps des médias, vol. 2, no 31, p. 105-120.

Paveau Marie-Anne, 2013, « Analyse discursive des réseaux sociaux numériques » [en ligne], Technologies discursives, [URL : technodiscours.hypotheses.org/431].

Sapiro Gisèle, 2006, « Réseaux, institution(s) et champ », Les réseaux littéraires, D. Marneffe et D. Benoît éd., Bruxelles, Éditions Le Cri - CIEL, p. 44-59.

Sergescu Pierre, 1948, « Mersenne l’animateur (8 septembre 1588 - 1er septembre 1648) », Revue d’histoire des sciences, t. 2, no 1, p. 5-12.

Stenger Thomas et Coutant Alexandre, 2010a, « Processus identitaires et ordre de l’interaction sur les réseaux socionumériques », Les enjeux de l’information et de la communication, vol. 1, p. 45-64.

Stenger Thomas et Coutant Alexandre, 2010b, « Pratiques et temporalités des réseaux socionumériques : logique de flux et logique d’archive », MEI - Médiation et information, no 32, p. 125-136.

Stiegler Bernard, 2008, Prendre soin de la jeunesse et des générations, Paris, Flammarion.

Haut de page

Notes

1 Observation février 2019.

2 De nombreux sociologues ont contribué à l’analyse des réseaux (par exemple : Burt, 1980 ; Granovetter, 1973 ; ou Knoke et Kuklinski, 1982), Ronald Burt soulignant d’ailleurs que cet objet n’a pas donné lieu à une théorie sociale homogène mais plutôt à un « paradigme » d’investigation. Pour un panorama de ce paradigme, dessiné depuis une perspective de sociologie des sciences, voir Freeman (2004).

3 Au-delà de la question des RSN, le terme de « réseau » a même donné lieu à un véritable paradigme de recherche en sciences sociales : la théorie de l’acteur-réseau. Celle-ci s’est développée depuis les années 1980 pour dépasser un certain nombre de difficultés rencontrées dans les théories traditionnelles : l’opposition du global et du local, la formation des rapports de pouvoir, le recours à la notion vague de contexte, la restriction de l’action sociale aux acteurs humains, etc. (Callon et Ferrary, 2006).

4 Sur l’histoire de Netville, voir King, Grinter et Pickering (1997).

5 Voir les hors-séries Tracés nos 18 et 19 de 2018 et de 2019.

6 Le document est disponible sur le site du CNRS, [URL : www.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/science-ouverte].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annabelle Allouch, Diégo Antolinos-Basso, Florian Besson, Natalia La Valle et Jean-Baptiste Vuillerod, « Sociabilités, identités, visibilités : les métiers de la recherche face aux réseaux socionumériques », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #21 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/traces/13153 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traces.13153

Haut de page

Auteurs

Annabelle Allouch

maîtresse de conférences de sociologie à l'Université de Picardie-Jules Verne (CURAPP-ESS)

Articles du même auteur

Diégo Antolinos-Basso

ingénieur de recherche au Cevipof (Centre de recherches politiques) et au médialab, Sciences Po Paris ; associé au Centre des Politiques de la Terre, Université Paris-Cité / Sciences Po

Articles du même auteur

Florian Besson

historien médiéviste

Articles du même auteur

Natalia La Valle

bibliothécaire référente pour la sociologie, BU de Sciences Po Paris (FNSP)

Articles du même auteur

Jean-Baptiste Vuillerod

postdoctorant à l'Université de Namur (Centre Arcadie), chercheur rattaché au Sophiapol (Université Paris Nanterre)

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search