Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros#21ArticlesLe Moyen Âge sur les réseaux soci...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Le Moyen Âge sur les réseaux sociaux : quelques réflexions sur l’expérience d’Actuel Moyen Âge

A #MedievalTwitter: Some thoughts about the Twitter account of Actuel Moyen Âge
Florian Besson
p. 51-64

Résumés

Fondé en 2016, Actuel Moyen Âge est un blog de diffusion de la recherche en histoire médiévale tenu par de jeunes médiévistes. Très tôt, nous avons investi les réseaux sociaux, en particulier Twitter, en cherchant à y faire de la vulgarisation scientifique, à la fois originale et de qualité. Cet article revient sur les défis spécifiques à ce réseau social, les opportunités qu’il offre, les questions qu’il force à se poser.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir [URL : actuelmoyenage.wordpress.com/].
  • 2 Sur la manière dont le Moyen Âge est réinventé aujourd’hui, voir Besson et al. (2022), ainsi que A (...)
  • 3 Ce rapprochement, constitutif de notre travail, n’est pas sans soulever un certain nombre de quest (...)
  • 4 Dès la première année, le blog attire environ 40 000 visiteurs uniques ; ils sont 300 000 en 2021.
  • 5 En collaborant respectivement avec la chaîne de podcasts Passion Médiévistes, tenue par Fanny Cohe (...)
  • 6 J’en profite pour remercier les membres de l’équipe qui ont, comme toujours, relu ce texte, et fai (...)

1En janvier 2016, je créais avec trois collègues doctorantes – Catherine Rideau-Kikuchi, Pauline Guéna et Annabelle Marin – le blog Actuel Moyen Âge, hébergé sur Wordpress1. Le projet, mûrement réfléchi, avait pour objectif de permettre à de jeunes médiévistes de contribuer à la diffusion de la recherche en histoire médiévale et pour principe de partir de l’actualité pour revenir ensuite vers la période sur laquelle nous travaillons. Le lien à l’actualité constitue avant tout une stratégie rhétorique, permettant de susciter la curiosité du lectorat en partant d’un élément familier – Donald Trump, l’écriture inclusive, les violences policières… – tout en contribuant également à montrer que le Moyen Âge, cette période si souvent fantasmée2, est sur bien des points plus proche de notre époque qu’on ne le pense. Les médiévaux réfléchissent en effet déjà, avec leurs propres termes, à des questions qui peuvent sembler très contemporaines, comme l’égalité entre les hommes et les femmes, les transformations climatiques, la participation du peuple au pouvoir, etc.3 En faisant entendre l’étonnante modernité du Moyen Âge, il s’agissait donc également de déconstruire un certain nombre de clichés sur la période, généralement perçue comme particulièrement violente, sale et obscurantiste (di Carpegna Falconieri, 2015 ; Corbellari, 2019). Le succès public et critique du blog, immédiat et jamais démenti depuis4, nous a poussé-e-s très vite à diversifier notre activité, en écrivant pour d’autres sites Internet (The Conversation, L’Express, Slate, Libération, etc.), en participant à des colloques ou des festivals, en adaptant certains articles en format podcast ou en vidéos YouTube5, ou encore en écrivant deux livres (Besson et al., 2017 ; Besson et al., 2019). L’équipe s’est largement renouvelée depuis, mais l’écriture est toujours restée collective6.

  • 7 « Borders and Boundaries in the University : A Round Table Discussion », session 1436 de l’IMC de (...)

2Dès la naissance du blog, nous avons investi deux réseaux sociaux : Facebook et Twitter – nous sommes également présent-e-s sur Instagram, mais je n’y ai jamais contribué personnellement, aussi laisserai-je ce réseau social de côté ici. Cette présence numérique était pour nous un impératif stratégique, d’autant plus importante qu’elle était pour ainsi dire à l’origine même du projet : c’est en effet en assistant, durant l’International Medieval Congress (IMC) de Leeds de 2014, à une conférence sur les usages pédagogiques de Twitter7 que Catherine Rideau-Kikuchi et moi-même avons conçu l’idée du blog. Dès lors, l’enjeu était non seulement de se servir de ces réseaux comme d’une vitrine du blog – en y annonçant la publication hebdomadaire des articles – mais aussi de trouver de nouveaux moyens d’y faire de la diffusion de la recherche. Après plus de cinq ans de présence sur ces réseaux sociaux, il est possible de tirer quelques conclusions et de souligner les opportunités, mais aussi les limites qu’offrent ces médias.

Diffuser la recherche sur les réseaux sociaux

  • 8 Les « impressions » désignent le nombre de personnes qui ont vu un tweet donné.

3Il est important de souligner d’emblée que ces deux réseaux sociaux fonctionnent, en tout cas pour nous, de deux manières très différentes. Facebook sert surtout à annoncer la publication des articles : les statistiques du site permettent de voir que près de 15 % des vues annuelles viennent d’internautes ayant cliqué sur le lien publié sur Facebook, contre seulement 5 % pour Twitter ; un décalage surprenant, dans la mesure où nous avons plus de quatre fois plus d’abonné-e-s sur Twitter que sur Facebook. À l’échelle d’un article, on voit qu’environ 5 % de nos abonné-e-s Facebook lisent l’article le jour même de sa publication, contre seulement 0,6 % de nos abonné-e-s Twitter. Ce décalage révèle ainsi des pratiques différentes des réseaux sociaux, qu’il faudrait analyser et commenter plus finement qu’on ne peut le faire ici : les personnes qui suivent notre compte Facebook semblent beaucoup plus enclines à aller lire nos articles que sur Twitter. Ceci s’explique probablement par le fait que nos publications Facebook sont fréquemment reprises par d’autres sites rassemblant un très grand nombre d’amateurs et amatrices d’histoire, en particulier ceux des émissions « La Fabrique de l’histoire » et, depuis septembre 2020, « Le Cours de l’histoire ». À l’inverse donc d’un Facebook servant de tremplin vers d’autres sites, Twitter semble fonctionner largement en vase clos. Pour l’année 2019, seul-e-s 13 000 lecteurs et lectrices du blog sont venu-e-s de Twitter, alors même que notre compte totalise sur la même période plus de 300 000 vues, et près de 10 millions d’« impressions »8.

  • 9 Voir par exemple « Faire de l’histoire sur Twitter ? Entretien avec @LarrereMathilde », sur le blo (...)
  • 10 Notre premier thread analysait la façon dont François Bayrou, alors candidat à la présidentielle, (...)
  • 11 Pour les threads Twitter, on peut ainsi mentionner la problématique de leur archivage (comment les (...)

4Cette différence flagrante nous a tôt poussé-e-s à utiliser différemment les deux réseaux, et à chercher à avoir un rôle plus actif sur Twitter, autrement dit à y produire un contenu spécifique, adapté aux particularités de ce réseau social plus axé sur le microblogging – autrement dit sur la production d’un contenu très court – que Facebook. Après avoir créé un compte, nous avons pris le temps d’observer ce qui s’y faisait, pendant plusieurs mois, et notre activité imite donc celle de chercheurs et chercheuses qui avaient plus tôt que nous investi ce réseau social. C’est notamment sur le modèle du travail réalisé depuis quelques années déjà par Mathilde Larrère et Laurence de Cock9, dont on ne soulignera jamais assez l’immense qualité, que nous avons commencé, en février 2017, à réaliser des threads, d’abord sur des sujets ponctuels10, puis d’une manière systématique pour les articles publiés sur notre blog et ponctuellement sur d’autres sujets. Un thread, dit également « fil », est une série de tweets se répondant les uns aux autres, souvent illustrés, permettant de parler d’un sujet donné dans un format ultra-court – rappelons que sur Twitter les messages sont limités à 280 caractères. Un thread comportant généralement entre dix et vingt tweets, cela signifie qu’il faut réussir à faire le tour d’un sujet en moins de 4 000 signes, espaces comprises, ce qui est un défi à part entière (pour donner une idée, c’est moins de signes que n’en comporte ce paragraphe). Dans notre cas, le défi était double, car il s’agissait de résumer dans ce format des articles qui étaient eux-mêmes déjà des articles de diffusion de la recherche, autrement dit des textes courts et simplifiés. Passer par Twitter contraint donc à faire une sorte de diffusion de la recherche au carré, à procéder pour ainsi dire à une distillation pour ne retenir que la « substantifique moelle » de l’article, en tâchant également de trouver des formulations à la fois simples et précises, privilégiant toujours la pertinence et la fluidité sans s’interdire l’humour. Les réseaux sociaux sont ainsi l’un des lieux où s’inventent des écritures alternatives de l’histoire (Brodiez-Dolino et Ruiz, 2020), elles-mêmes emplies de défis spécifiques11. Il s’agit d’une activité passionnante, mais difficile, à laquelle on ne se forme que petit à petit, et qui prend toujours du temps : préparant généralement les threads la veille de leur publication, j’y consacre environ deux heures chaque fois, ce à quoi s’ajoute le temps consacré ensuite à interagir autour du thread – répondre aux questions, remercier ceux qui retweetent, apporter des précisions, etc. ; sans parler du temps, impossible à quantifier, de veille, de partage, de compréhension des mécanismes du réseau social visé. Sans s’étendre sur ces questions, on peut néanmoins souligner qu’il s’agit là d’une vraie charge de travail, certes auto-imposée, mais qui, du moment que l’on considère qu’elle fait partie intégrante du travail d’enseignant-chercheur ou enseignante-chercheuse – même sans poste fixe –, vient s’ajouter aux autres exigences du métier.

5Diffuser la recherche sur les réseaux sociaux suppose d’accepter, plus encore que dans n’importe quelle entreprise de médiation scientifique, de ne pas pouvoir tout dire, donc d’accepter les inévitables raccourcis et simplifications. Devenu passeur de savoirs qu’il ne maîtrise que partiellement et non plus producteur de nouveaux savoirs sur un terrain de recherche bien spécifique, le chercheur qui s’y engage doit accepter le risque de commettre des erreurs. La très forte interactivité permise par les réseaux sociaux, souvent sur le mode de l’immédiateté, permet heureusement à des spécialistes de venir corriger telle erreur ou telle approximation, entraînant ainsi une élaboration collective des savoirs, sur le mode de l’enrichissement mutuel. Si la bienveillance est le plus souvent de règle entre « collègues », il reste que ces espaces numériques n’échappent pas à des tensions individuelles, nées le plus souvent de visions différentes de la médiation scientifique – de ses modalités concrètes comme de sa légitimité profonde.

6Sans surprise, ces threads connaissent un succès particulièrement important lorsqu’ils sont connectés à l’actualité, ce que l’usage des hashtags12 ne fait que renforcer. Notre thread sur l’histoire de la cathédrale de Notre-Dame de Paris, publié au lendemain de son incendie13, reste encore à ce jour le plus vu, suivi de près par plusieurs threads autour de la Peste noire publiés quotidiennement durant l’épidémie de Covid en avril 2020. Mais, à côté de ces threads ponctuels, Twitter demande également une présence quotidienne, pour fidéliser son lectorat qui « suit » des comptes et en attend en échange du contenu régulier. On peut ainsi diffuser des annonces de publications ou de colloques, partager des lectures, relayer (« retweeter ») du contenu produit par d’autres collègues, etc. Plus rarement, nous avons également eu l’occasion de « live-tweeter » des colloques ou des soutenances de thèse14, ce qui est une autre forme de diffusion de la recherche, encore relativement peu utilisée en France. Enfin, nous opérons également une veille diffuse autour des utilisations des termes « Moyen Âge » ou « médiéval », dans la presse, la littérature ou les discours de personnalités, ce qui nous permet d’intervenir régulièrement pour dénoncer une erreur ou critiquer la vision obscure d’un Moyen Âge en réalité bien plus riche et complexe. C’est par exemple dans cet esprit que j’ai réalisé en mai 2019 un thread critiquant la manière dont Christophe Grudler, candidat LREM aux élections européennes, oppose un Moyen Âge vu comme une période violente de repli sur soi à une « Renaissance » – nom de la liste macroniste – marquée par une ouverture intellectuelle fabuleuse15. L’homme politique accumule en quelques secondes erreurs et clichés, ce qui n’empêche pas Emmanuel Macron lui-même, près de deux ans après, de souscrire à la même vision, dans un entretien publié par la revue Zadig, qui donne là encore lieu à un thread d’analyse critique16. Cette dernière modalité d’intervention dans le débat public, la plus politisée et donc souvent la plus critiquée par des publics s’accrochant encore au vieux mythe de « l’objectivité » de l’historien17, suppose de réagir rapidement, parfois même « sur le vif ». Cette rapidité n’interdit pas la production dans un second temps d’un contenu sous une autre forme, plus développée et plus construite : en août 2019, ma critique sur Twitter de l’émission « La Fabuleuse Histoire de l’école », animée par Stéphane Bern, donne ensuite lieu sur le site d’Acrimed (Action critique médias) à la rédaction d’un article qui déconstruit l’émission, en reprenant les remarques faites dans le thread twitter sous une forme plus approfondie et plus réflexive18. Contrairement à une critique qui leur est souvent faite, les réseaux sociaux ne sont pas condamnés à ne proposer que des formes superficielles, puisque courtes et ancrées dans l’actualité, de diffusion du savoir : ils peuvent au contraire fonctionner en complémentarité avec d’autres médias de diffusion scientifique.

Toucher des publics élargis

7Twitter apparaît clairement comme l’un des meilleurs moyens de toucher des gens, et en particulier d’en toucher rapidement un très grand nombre. Un thread peut ainsi être partagé plusieurs centaines de fois en quelques heures, atteignant plusieurs milliers, voire plusieurs dizaines de milliers de personnes. Une telle audience est le plus souvent interdite aux historien-ne-s, sauf pour celles et ceux qui sont les plus reconnu-e-s par les médias traditionnels. Même si l’histoire médiévale est globalement à la mode depuis plusieurs années, l’écrasante majorité des livres des médiévistes ne se vendent qu’à quelques centaines d’exemplaires. Pour ce qui concerne notre activité, le grand nombre de retours positifs, qu’ils soient indirects – sous la forme d’un « like » ou d’un retweet – ou exprimés directement par un compliment ou un remerciement, ainsi que la croissance continue du nombre de nos abonné-e-s, souligne que le format plaît et rencontre un public très demandeur : il n’est plus rare que nos threads passent la barre du millier de retweets, et il est rare qu’ils ne franchissent pas celle de la centaine. Le passage au numérique permet ainsi d’un seul coup un saut quantitatif très net, qui, s’il ne préjuge évidemment pas de la qualité de l’activité, est en lui-même extrêmement gratifiant. Il peut même parfois être assez enivrant, constituant une forme de reconnaissance sociale, d’autant plus appréciée des chercheurs et chercheuses qu’elle est par ailleurs délivrée au compte-gouttes par la société et les institutions (Lemoine-Schonne et Leprince, 2019). On aura garde de ne pas en surestimer la réalité : on sait en effet que « l’effet-bulle » propre aux réseaux sociaux conduit à surestimer la diffusion de ses opinions et interprétations. Il faut dès lors faire un effort constant pour sortir de cette bulle, au risque de reproduire un entre-soi numérique certes plus élargi que l’entre-soi du monde réel, mais pas plus divers socialement et politiquement.

8Si Twitter ne permet pas réellement de faire une sociologie de ses abonné-e-s, dans la mesure où l’on peut s’y inscrire sous un pseudonyme sans rien indiquer de soi, un rapide parcours dans les profils de nos abonné-e-s permet ainsi de constater, sans surprise, la présence d’un très grand nombre d’enseignant-e-s, notamment d’histoire-géographie, d’étudiant-e-s et de professionnel-le-s de la culture (bibliothécaires, archivistes, médiateurs et médiatrices culturel-le-s, etc.), auxquel-le-s s’ajoutent des institutions culturelles, notamment de très nombreux musées. Sur-représenté parmi nos abonné-e-s, ce type de public l’est plus encore parmi ceux et celles qui retweetent nos contenus ou interagissent avec nous, en intervenant dans des débats ou en posant des questions.

9L’utilisation des réseaux sociaux permet non seulement de toucher plus de gens, mais également de les toucher autrement. Le format ultra-court d’un thread, a fortiori d’un tweet, se prête particulièrement bien à certains moments qui sinon ne pourraient pas réellement être investis par des activités de diffusion de la recherche : un grand nombre de lecteurs et lectrices commentent ainsi régulièrement le plaisir qu’ils et elles ont à lire nos threads, généralement publiés vers 9 heures du matin, pendant qu’ils ou elles sont dans le métro pour aller au travail ou pendant qu’ils ou elles prennent leur petit-déjeuner. Il est bien sûr difficile, pour ne pas dire impossible, de savoir ce qui reste dans l’esprit de la personne qui lit, plus ou moins en diagonale, un tel thread : mais cela est vrai de toutes les formes de production de savoirs, et la forme livre, la plus prestigieuse, n’a pas forcément à cet égard une efficacité supérieure. La plus-value pédagogique de Twitter, en particulier dans l’enseignement supérieur, souvent soulignée de manière enthousiaste (Bistal, 2015), semble en réalité plus ambivalente qu’il n’y paraît (Adams et al., 2018), les étudiant-e-s exprimant souvent des frustrations liées notamment aux contraintes du média, qui en général s’opposent aux pratiques universitaires : peu de points communs a priori entre la rédaction d’un thread et celle d’une dissertation d’agrégation, exercice particulièrement formel et normalisé s’il en est. Outre la question de la longueur, on peut par exemple noter qu’il n’est pas possible de corriger un tweet, seule sa suppression pure et simple étant autorisée : une erreur, ne serait-ce qu’une coquille, doit ainsi être corrigée par un autre tweet, ce qui n’est pas pleinement satisfaisant dans la mesure où le premier tweet « fautif » reste toujours visible.

Un espace horizontal empli d’opportunités… et de risques

10Être présent-e sur les réseaux sociaux offre également d’autres opportunités. Cela permet d’abord d’y être contacté-e. On peut penser que le contact via le réseau social semble, pour un certain nombre de publics, plus facile, car moins formel, que l’envoi d’un e-mail : si ce dernier impose une forme de distance, les réseaux sociaux sont au contraire marqués par une certaine horizontalité – qui se traduit, très concrètement, par le fait qu’un grand nombre de messages ne comportent pas de formules de politesse ou de salutations, ou encore par l’usage spontané du tutoiement.

11Là encore, rien de spécifique à notre expérience : Rémi Toupin (2019) étudie précisément dans sa thèse de doctorat la façon dont Twitter en particulier favorise l’inclusion de publics non scientifiques dans la circulation et la dissémination de savoirs scientifiques. De fait, nous sommes régulièrement sollicités sur Facebook comme sur Twitter pour répondre à des demandes bibliographiques, à des interrogations variées sur des sujets plus ou moins précis – pour ne prendre que quelques exemples récents, au moment où j’écris ces lignes, un internaute nous demande sur Twitter : « Pourquoi Charlemagne n’a-t-il pas conquis la Bretagne ? », tandis qu’un professeur d’histoire-géographie nous envoie un message pour savoir si l’on peut ou non parler de « théories du complot » à l’époque médiévale. Certaines personnes nous demandent de l’aide pour déchiffrer une charte, qu’il s’agisse de reconstituer une généalogie familiale ou de préparer un travail universitaire à la maison, tandis que d’autres nous signalent une ressource – article, vidéo, site Internet, etc. – qu’elles estiment pouvoir nous intéresser.

12D’autres, enfin, proposent des sujets d’articles, et plusieurs de nos articles trouvent leur origine dans la question ou la suggestion émise par l’un de nos followers, dans une belle réciprocité circulaire. Les réseaux sociaux peuvent ainsi contribuer à rendre les chercheurs et chercheuses accessibles, voire disponibles, en particulier pour des publics qui ne sont pas issus du milieu universitaire. En plus des individus, les réseaux sociaux permettent également d’être contacté-e par d’autres acteurs. Il est ainsi significatif que nous ayons été sollicité-e-s sur les nôtres par notre éditeur, Arkhê, mais aussi par un grand nombre de journalistes ou d’institutions culturelles – des médiathèques ou des musées – souhaitant travailler avec nous, qu’il s’agisse de proposer une conférence, de relire un site Internet, d’écrire un article, etc.

13Twitter permet également d’échanger avec des collègues. C’est particulièrement le cas pour l’histoire médiévale, car nombre de médiévistes sont présent-e-s sur Twitter (Graham, 2019), depuis des années, et s’y montrent particulièrement actifs ou actives, s’inscrivant ainsi dans la continuité de médiévistes qui ont tôt investi et exploré les usages possibles, tant scientifiques que pédagogiques, du numérique (Fossier et al., 1989). Aujourd’hui, l’usage des hashtags « medievaltwitter » ou « teammedievistes » contribue à souder cette communauté virtuelle et à favoriser la circulation des contenus, qu’il s’agisse de poser une question à des pairs, d’attirer l’attention sur une sortie éditoriale ou encore de mobiliser la communauté des médiévistes pour relayer une pétition ou une enquête. Plus diffusément, Twitter permet de créer un sentiment de familiarité entre des personnes que l’on n’a jamais rencontrées « en vrai » (« in real life », dirait-on), mais avec qui s’instaure progressivement une forme de collaboration numérique, faite d’échanges, de retweets et de partages. Sous-tendue par un certain nombre d’engagements politiques et militants partagés, cette collaboration dessine par exemple autour de nous une nébuleuse composée par des journalistes (Daniel Schneiderman, Jean-Christophe Plot) et des chercheurs ou chercheuses venu-e-s de divers horizons, que ce soit de l’histoire contemporaine (Mathilde Larrère, Laurence de Cock), de l’histoire moderne (Guillaume Mazeau), de la linguistique (Laélia Véron, Hugo Blanchet), de l’archéologie (Clément Salviani), de la diffusion scientifique (Ugo Buimar, Fanny Cohen Moreau), etc.

14Cependant, cette horizontalité n’est pas absolue. Par exemple, nos étudiant-e-s – car tous les membres de l’équipe d’Actuel Moyen Âge enseignent, dans le secondaire ou à l’université – soulignent souvent qu’ils et elles « n’osent pas » nous parler sur Twitter ou sur Facebook. La confusion des rôles – entre la proximité que permet voire qu’impose le réseau social et la distance constitutive du rapport entre professeur-e-s et étudiant-e-s –, à laquelle s’ajoute une différence de ton, car on ne s’exprime pas de la même manière dans un amphi et sur Twitter, leur semble ainsi problématique. Beaucoup suivent le blog, souvent, d’ailleurs, avant même de nous avoir comme professeur-e-s, mais perçoivent comme une barrière intangible entre notre activité concrète d’enseignement devant eux et elles, lors de laquelle nous incarnons une figure d’autorité institutionnelle bien reconnaissable (« le prof »), et notre production sur les réseaux sociaux. Rien de spécifique à notre expérience : la plupart des chercheurs et chercheuses présent-e-s sur les réseaux sociaux ou engagé-e-s dans des expériences d’histoire publique font état des mêmes phénomènes.

  • 19 On renverra également au dossier « Race, Racism and the Middle Ages » de Public Medieval, février  (...)
  • 20 Voir [URL : twitter.com/AgeMoyen/status/1045209356155965445] ; ce thread renvoie à un article d’Ac (...)
  • 21 Voir sur ce point les réflexions menées par Samuel Laurent (2021) à partir de son expérience de fa (...)

15Impossible également d’évoquer les réseaux sociaux sans en mentionner le revers obscur, à savoir l’agressivité qu’ils peuvent cristalliser. Si c’est vrai pour tous les sujets, cela semble parfois particulièrement brûlant pour l’histoire médiévale : le Moyen Âge – ses symboles, ses textes, ses personnages – est en effet massivement réapproprié par l’extrême droite (Kaufman et Sturtevant, 2020)19. Une telle offensive appelle une réaction vive de la part des médiévistes, et les réseaux sociaux sont l’un des champs de bataille où cette lutte doit se mener. Un combat difficile, non seulement parce qu’il expose l’universitaire à des échanges d’une violence dont il est a priori peu familier, mais surtout parce que la dynamique même de ces réseaux sociaux ne joue pas en faveur des scientifiques. L’horizontalité du réseau social a en effet pour corollaire de niveler totalement les positions et de mettre l’universitaire, spécialiste du sujet dont il parle, sur le même plan que le premier quidam venu, qui n’oserait probablement pas prendre la parole lors d’un colloque organisé dans une université, mais qui, derrière le double abri de son écran et, souvent, de l’anonymat, se sent tout à fait autorisé à venir critiquer un thread sans connaître le sujet, voire à insulter son auteur. En septembre 2018, nous avons ainsi entrepris une critique systématique des nombreuses erreurs et approximations commises par Éric Zemmour au sujet des croisades dans son dernier ouvrage20 : ce travail nous a valu beaucoup de soutiens, mais surtout une véritable avalanche de commentaires haineux, voire de menaces physiques, émanant de comptes appartenant à ou proches de ce qu’on appelle couramment la « fachosphère ». Même bilan en novembre 2021 suite à un thread critiquant une vidéo sur la chevalerie faite par Julien Rochedy, influenceur de l’extrême droite : à nouveau, en quelques jours, plusieurs centaines de commentaires agressifs, de critiques baignant dans une profonde ignorance de la méthode historique, d’insultes personnelles doublées de mails de menace. Peu importait que dans les deux cas nous maîtrisions parfaitement les sources et l’historiographie la plus récente sur ce sujet, puisque j’y ai consacré ma thèse de doctorat : noyés sous le reproche de faire de l’histoire « idéologique », nos arguments, appuyés sur l’arsenal de l’érudition et de la méthode historique, étaient littéralement inaudibles. On touche ici à une limite presque structurelle de la diffusion de la recherche sur les réseaux sociaux : les propos scientifiquement fondés des chercheurs et chercheuses ont du mal à s’y faire entendre comme tels et courent toujours le risque d’être submergés par un torrent de fake news très orientées politiquement21.

*

16Il ne s’agit en aucun cas dans ces quelques pages d’ériger notre investissement sur les réseaux sociaux en modèle : non seulement notre activité s’y est largement construite et s’y construit encore sur le mode de l’expérimentation perpétuelle, bien plus que de la stratégie parfaitement conçue à l’avance, mais surtout, redisons-le, nous n’avons finalement fait nous-mêmes qu’imiter des formes de diffusion de la recherche déjà développées par d’autres. À cet égard, on ne saurait trop insister sur le fait que notre propre activité, et le succès qu’elle rencontre, s’inscrit dans un contexte favorable, les initiatives culturelles innovantes, notamment numériques, se multipliant depuis quelques années : podcasts, vidéos YouTube, sites Internet, bandes dessinées historiques, projets trans-médiatiques, conférences ou festivals d’histoire vivante, etc. Il s’établit entre toutes ces expériences une claire continuité, extrêmement stimulante et encourageante, en même temps qu’une joyeuse diversité qui prouve qu’il n’existe pas qu’une seule « bonne façon » de diffuser la recherche.

17De même, il n’existe pas qu’une seule bonne façon de s’investir en tant que chercheur ou chercheuse sur les réseaux sociaux. Si notre activité sur Twitter fait de nous le compte lié à l’histoire médiévale à la fois le plus suivi et le plus productif, il peut être intéressant de rappeler que nous restons bien moins actifs et actives que certain-e-s – Mathilde Larrère a émis plus de 90 000 tweets en six ans, contre seulement 9 000 en quatre ans pour nous – et bien moins suivi-e-s que d’autres personnes engagées dans la diffusion de la recherche en histoire : la youtubeuse Manon Bril (C’est une autre histoire) ou le youtubeur Benjamin Brillaud (Nota Bene) totalisent respectivement 60 000 et 115 000 abonné-e-s au moment où j’écris ce texte. Des chiffres d’autant plus intéressants que l’une et l’autre ne produisent pas de contenu spécifique à Twitter, n’utilisant le réseau social que pour y annoncer la sortie de leurs nouvelles vidéos, ce qui ne les empêche pas, on le voit, d’avoir du succès. À l’inverse, certain-e-s historien-ne-s ont sur Twitter une présence plus discrète, qui ne leur vaut que peu de followers alors même que leurs threads sont éblouissants de précision, de justesse et d’intelligence.

  • 22 Même si, encore une fois, la question de la diversité sociologique de cette audience sur Twitter m (...)

18Parmi l’éventail d’actions possibles, nous en avons donc choisi une : produire des threads afin de diffuser l’actualité historiographique de la médiévistique contemporaine et, ce faisant, de battre en brèche un certain nombre de clichés associés au Moyen Âge (Besson et Kikuchi, 2020). Si son efficacité en termes de transmission réelle et durable de savoirs resterait à prouver, on peut au moins dire qu’il s’agit là d’une action populaire et qui fait désormais partie des façons « classiques » de diffuser une recherche scientifique. Elle n’en reste pas moins sous-tendue par un véritable idéal social et politique, sur lequel il convient d’insister pour finir : s’engager sur les réseaux sociaux pour diffuser des savoirs scientifiques nous semble être une façon concrète et pertinente de permettre à la fois la dissémination et l’appropriation de ces savoirs par des publics élargis, qui n’auraient pas forcément le réflexe ou le temps d’ouvrir un livre d’histoire, de lire un billet de blog ou de visiter une exposition de musée22. Comme le souligne Mathilde Larrère, si le partage de lectures ou de colloques est davantage adressé à un public universitaire, la réalisation de threads est une vraie démarche d’éducation populaire (Lucchini, 2020), qui renvoie à l’idée, citoyenne et engagée, selon laquelle l’histoire peut contribuer à l’émancipation de tous et toutes (de Cock, Larrère et Mazeau, 2019). Cet engagement contribue également à donner une visibilité certaine aux historien-ne-s, à estomper, sinon tout à fait à briser, la barrière qui peut parfois les séparer d’un public non universitaire ; à l’heure où l’histoire médiévale en particulier, l’histoire en général et même plus globalement l’université elle-même semblent largement fragilisées et délégitimées (Demade, 2020), il est donc permis de penser que s’engager sur les réseaux sociaux est également une manière de montrer que l’histoire, comme discipline scientifique, a bel et bien une pertinence sociale (Kostick, Jones et Oschema, 2020).

19Pour conclure, j’aimerais souligner que le potentiel des réseaux sociaux reste encore largement sous-estimé dans les pratiques de diffusion de la recherche. C’est d’autant plus le cas que les deux réseaux sociaux les plus utilisés, à savoir Facebook et Twitter, sont d’ores et déjà largement datés et, au moins pour le premier, en chute libre : les nouveaux réseaux sociaux, comme Snapchat, CuriousCat, Mastodon, Twitch ou TikTok, sont encore très peu investis par les chercheurs et chercheuses. D’autres formes de diffusion de la recherche y sont pourtant à inventer, permettant d’expérimenter de nouveaux formats – notamment non textuels – et, ce faisant, de toucher d’autres publics. Il s’agit là de champs encore vierges, au sein desquels on pourrait semer avec gourmandise et jubilation de fécondes graines de savoirs, promesses de belles moissons futures.

Haut de page

Bibliographie

Adams Britt, Raes Annelies, Montrieux Hannelore et Schellens Tammy, 2018, « “Pedagogical tweeting” in higher education : Boon or bane ? » [en ligne], International Journal of Educational Technology in Higher Education, no 15, [DOI : 10.1186/s41239-018-0102-5].

Aurell Martin, Besson Florian, Breton Justine et Malbos Lucie éd., 2022, Les médiévistes face aux médiévalismes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, à paraître.

Besson Anne, Blanc William et Ferré Vincent éd., 2022, Dictionnaire du médiévalisme, Paris, Vendémiaire, à paraître.

Besson Florian et Kikuchi Catherine, 2020, « Terres plates et âges obscurs : de Twitter aux amphis, que faire des clichés sur le Moyen Âge ? », Les clichés dans l’histoire, N. Budin éd., Chambery, Didaskalie, p. 101-116.

Besson Florian, Guéna Pauline, Kikuchi Catherine et Marin Annabelle, 2017, Actuel Moyen Âge : et si la modernité était ailleurs ? Paris, Arkhê.

Besson Florian, Boestad Tobias, Fulconis Maxime, Guéna Pauline, Hasdenteufel Simon et Kikuchi Catherine, 2019, Actuel Moyen Âge : l’aventure continue, Paris, Arkhê.

Bistal Krishna, 2015, « Is Twitter an effective pedagogical tool in higher education ? Perspectives of education graduate students » [en ligne], Journal of the Scholarship of Teaching and Learning, vol. 15, no 2, p. 83-102, [URL : files.eric.ed.gov/fulltext/EJ1059422.pdf].

Brodiez-Dolino Axelle et Ruiz Émilien, 2020, « Les écritures alternatives : faire de l’histoire hors les murs ? », Le Mouvement social, no 269-270, p. 5-45.

Carpegna Falconieri Tommaso (di), 2015, Médiéval et militant. Penser le contemporain à travers le Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne.

Cock Laurence (de), Larrère Mathilde et Mazeau Guillaume, 2019, L’histoire comme émancipation, Marseille, Agone.

Corbellari Alain, 2019, Le Moyen Âge à travers les âges, Neuchâtel, Alphil.

Demade Julien, 2020, « The contemporary delegitimization of (medieval) history – and of the traditional university curriculum as a whole » [en ligne], Making the Medieval Relevant : How Medieval Studies Contribute to Improving Our Understanding of the Oresent, C. Jones, C. Kostick et K. Oschema éd., Berlin, De Gruyter, p. 135-150, [URL : degruyter.com/view/title/528816].

Fossier Arnaud, 2019, « Le Moyen Âge doit-il nous ressembler ? » [en ligne], La Vie des idées, 19 décembre, [URL : laviedesidees.fr/Le-Moyen-Age-doit-il-nous-ressembler.html].

Fossier Lucie, Carpentier Élisabeth, Genet Jean-Philippe, Millet Hélène et Parisse Michel, 1989, « Vingt ans d’informatique en histoire médiévale » [en ligne], L’histoire médiévale en France. Bilan et perspectives, Paris, Seuil, p. 501-525, [URL : persee.fr/doc/shmes_1261-9078_1991_act_20_1_1523].

Graham Elyse, 2019, « What I learned on medieval Twitter » [en ligne], Public Books, 24 juillet, [URL : publicbooks.org/what-i-learned-on-medieval-twitter/].

Kaufman Amy S. et Sturtevant Paul B., 2020, The Devil’s Historians : How Modern Extremists Abuse the Medieval Past, Toronto, University of Toronto Press.

Kostick Conor, Jones Chris et Oschema Klaus, 2020, « Why should we care about the Middle Ages ? Putting the case for the relevance of studying medieval Europe » [en ligne], Making the Medieval Relevant, C. Jones, C. Kostick et K. Oschema éd., Berlin, De Gruyter, p. 1-29, [URL : degruyter.com/view/title/528816].

Laurent Samuel, 2021, J’ai vu naître le monstre, Twitter va-t-il tuer la #démocratie ? Paris, Les Arènes.

Lemoine-Schonne Marion et Leprince Matthieu, 2019, Être un chercheur reconnu ? Jugement des pairs, regard des publics, estime des proches, Rennes, PUR.

Lucchini Julien, 2020, « Transmettre l’histoire sur les réseaux sociaux. Entretien avec Mathilde Larrère », Cahiers de l’Atelier, no 562, p. 77-81.

Toupin Rémi, 2019, « La communication scientifique sur Twitter : pour quel engagement public ? » [en ligne], Acfas Magazine, 19 novembre, [URL : acfas.ca/publications/magazine/2019/11/communication-scientifique-twitter-quel-engagement-public].

Haut de page

Notes

1 Voir [URL : actuelmoyenage.wordpress.com/].

2 Sur la manière dont le Moyen Âge est réinventé aujourd’hui, voir Besson et al. (2022), ainsi que Aurell et al. (2022).

3 Ce rapprochement, constitutif de notre travail, n’est pas sans soulever un certain nombre de questionnements épistémologiques portant notamment sur la pertinence de l’anachronisme : on lira à cet égard l’intéressante critique de notre deuxième tome faite par Arnaud Fossier (2019).

4 Dès la première année, le blog attire environ 40 000 visiteurs uniques ; ils sont 300 000 en 2021.

5 En collaborant respectivement avec la chaîne de podcasts Passion Médiévistes, tenue par Fanny Cohen Moreau, et la chaîne YouTube L’histoire nous le dira, tenue par Laurent Turcot.

6 J’en profite pour remercier les membres de l’équipe qui ont, comme toujours, relu ce texte, et fait des commentaires et des critiques. Je signe seul cet article, car je tiens le compte Twitter du blog depuis sa création (d’abord avec Catherine Kikuchi puis, depuis plusieurs années, seul), mais je ne peux que redire combien l’activité que j’y déploie n’a de sens que dans le cadre d’une aventure collective portée avant tout par l’énergie et l’enthousiasme d’une équipe formidable.

7 « Borders and Boundaries in the University : A Round Table Discussion », session 1436 de l’IMC de Leeds, organisée par Kathryn Maude et Audrey Thorstad, le 9 juillet 2014.

8 Les « impressions » désignent le nombre de personnes qui ont vu un tweet donné.

9 Voir par exemple « Faire de l’histoire sur Twitter ? Entretien avec @LarrereMathilde », sur le blog Devenir historien-ne. Méthodologie de la recherche et historiographie, 20 août 2016, [URL : devhist.hypotheses.org/3336].

10 Notre premier thread analysait la façon dont François Bayrou, alors candidat à la présidentielle, fantasmait l’école de Charlemagne, [URL : twitter.com/AgeMoyen/status/834456005396267009].

11 Pour les threads Twitter, on peut ainsi mentionner la problématique de leur archivage (comment les retrouver plusieurs semaines, mois ou années après leur écriture ?), de leurs usages (comment les citer dans un article ou un livre ?) ou encore de leur (non-)reconnaissance par les pairs (comment faire valoir cette activité dans un CV ?).

12 Mot-clé cliquable, introduit par le signe #, permettant le référencement des contenus.

13 Voir [URL : twitter.com/AgeMoyen/status/1118111968261484544].

14 Voir par exemple mon live-tweet du colloque « Échanges culturels en Orient latin », organisé à Poitiers en avril 2019, [URL : twitter.com/AgeMoyen/status/1120955701604552704].

15 Voir [URL : twitter.com/AgeMoyen/status/1130152029790318592].

16 Voir [URL : twitter.com/AgeMoyen/status/1397482375135866880].

17 Puisque l’on parle ici de Twitter, qu’il soit permis de citer comme référence à ce « paradoxe de l’objectivité » un excellent thread réalisé par l’historien Mateusz Fafinski en avril 2020, [URL : twitter.com/Calthalas/status/1252155926536216578].

18 Pour le thread, voir [URL : twitter.com/AgeMoyen/status/1166689355185999872] ; l’article est le suivant : Florian Besson et Catherine Rideau-Kikuchi, « Les élucubrations de Stéphane Bern sur l’école au Moyen Âge » [en ligne], Acrimed, 4 septembre 2019, [URL : acrimed.org/Les-elucubrations-de-Stephane-Bern-sur-l-ecole-au].

19 On renverra également au dossier « Race, Racism and the Middle Ages » de Public Medieval, février 2017, [URL : publicmedievalist.com/race-racism-middle-ages-toc/].

20 Voir [URL : twitter.com/AgeMoyen/status/1045209356155965445] ; ce thread renvoie à un article d’Actuel Moyen Âge, [URL : actuelmoyenage.wordpress.com/2018/09/27/eric-zemmour-et-les-croisades-fact-checking/].

21 Voir sur ce point les réflexions menées par Samuel Laurent (2021) à partir de son expérience de fact-checker.

22 Même si, encore une fois, la question de la diversité sociologique de cette audience sur Twitter mériterait clairement d’être posée : si elle est au moins en partie bien réelle, il est à craindre qu’elle ne soit largement surestimée, dans la mesure où l’accès aux réseaux sociaux et plus globalement au numérique reste en lui-même socialement discriminé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Besson, « Le Moyen Âge sur les réseaux sociaux : quelques réflexions sur l’expérience d’Actuel Moyen Âge », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #21 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/traces/13208 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traces.13208

Haut de page

Auteur

Florian Besson

historien médiéviste

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search